Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La construction de l'enseignement secondaire (1802-1914)

 | 
Philippe Savoie

Deuxième partie. À la recherche de nouveaux équilibres (1840-1880)

Chapitre 6

La professionnalisation du répétitorat

Texte intégral

  • 1 António Nóvoa, Le temps des professeurs. Analyse socio-historique de la profession enseignante au (...)

1La pédagogie et l’organisation scolaire qui caractérisent l’enseignement secondaire du XIXe siècle reposent sur la complémentarité fonctionnelle entre le corps professoral et un corps de maîtres surveillants, dénommés maîtres d’études jusqu’en 1853, puis maîtres répétiteurs et, enfin, simplement répétiteurs. De ces deux parties principales du corps enseignant, la première connaît une professionnalisation précoce, quelle que soit la valeur accordée à ce terme : la simple constatation d’un glissement historique faisant de l’enseignement une profession à plein temps, sécularisée, dotée de son système propre de recrutement, et non plus la composante parmi d’autres d’une carrière ecclésiastique ; ou bien le sens – plus complet du point de vue des critères et donc plus restreint dans son application – que lui confèrent la sociologie américaine et, à sa suite, une bonne partie des travaux historiques récents sur les enseignants, y compris en France1. Il semble a priori peu utile de s’interroger sur l’application de cette notion de professionnalisation aux répétiteurs : le répétitorat, au XIXe siècle comme dans les siècles précédents, est dans son principe une position d’attente réservée à des jeunes gens élevés dans les établissements secondaires qui, une fois munis du baccalauréat, encadrent pour un temps des élèves moins avancés, avant de poursuivre la carrière de l’enseignement ou de s’orienter vers une autre activité. Dans certains cas – parfois élevés au rang de généralité sur la base de témoignages bien connus –, la fonction est occupée par des gens qui ne correspondent guère à cette description, d’anciens militaires notamment. Beaucoup de maîtres d’études ou de répétiteurs restent en fonction pendant des années, parfois des décennies, sans même obtenir la position de surveillant général qui constituerait, sans changer de registre, une évolution de carrière logique : il s’agit alors moins d’un engagement dans le métier que d’un enlisement dans une position sans perspectives – qui exclut notamment, sauf exceptions, toute vie de famille.

2Pourtant, les autorités universitaires s’efforcent tout au long du XIXe siècle d’améliorer le recrutement de cette partie sensible du personnel. La motivation première de leurs efforts tient à la réputation défaillante, voire sulfureuse, des lycées concernant le régime disciplinaire, la moralité, l’éducation et la religion. Les ennemis de l’Université ont tôt fait de l’internat, qui cumule tous ces points faibles, leur principal angle d’attaque des établissements publics. Les critiques et les condamnations se poursuivent sous la monarchie de Juillet, avec une virulence qui croît à l’occasion des débats parlementaires sur des projets de suppression du monopole. Malgré la loi Falloux, les attaques persistent sous la Seconde République et le Second Empire, tout en renouvelant leur argumentaire. Menacée par ces attaques, qui mettent en cause le soutien politique dont elle a un besoin vital et favorisent la concurrence privée, l’Université est sommée d’y répondre. C’est ce qu’elle fait tout au long de la période 1840-1880, en s’efforçant d’adoucir le régime disciplinaire, d’améliorer la qualité de la nourriture ou les soins aux élèves, d’ouvrir des petits lycées, de construire des établissements mieux conçus, mieux situés, dotés de grands espaces verts.

3La politique de promotion des répétiteurs s’inscrit dans le cadre de cet effort de mise à niveau et de rénovation, mais elle se situe aussi dans le prolongement du projet de 1808 : il s’agit de poursuivre et d’achever la construction d’un véritable corps enseignant. L’objectif étant d’attirer des jeunes gens capables et respectables, cette politique comporte un aspect d’amélioration des statuts, des rémunérations, des conditions de travail et des conditions de vie des maîtres. Elle consiste aussi à leur offrir des perspectives de carrière. Pour remplir cet objectif tout en améliorant le service et la réputation des lycées, la formation des répétiteurs en place apparaît comme le levier essentiel. Il s’agit d’inciter les répétiteurs à préparer la licence ou l’agrégation, de leur donner du temps pour ce travail de préparation, et, assez vite, d’organiser cette préparation. Longtemps menée à l’intérieur des collèges royaux, puis des lycées, avant d’être confiée peu à peu aux facultés des lettres et des sciences, cette préparation aux grades et aux concours ne touche pas que les répétiteurs mais aussi les régents des collèges communaux, catégorie plus proche, par son niveau de formation et de rémunération, des répétiteurs que des professeurs de lycée. Les régents sont d’ailleurs concernés à deux titres par la politique de formation : directement, par les efforts visant à leur permettre d’en bénéficier malgré leur plus ou moins grand isolement ; indirectement, parce que cette politique de formation fournit des licenciés aux collèges et commence à transformer profondément le profil de ces enseignants qu’on appelle à partir de 1867 les professeurs de collège. Dans les lycées eux-mêmes, le répétitorat constitue d’ailleurs une véritable nébuleuse qui englobe des fonctions aussi diverses que celles de surveillant général, de commis d’économat ou de professeur des classes élémentaires. C’est, en fait, la partie inférieure du corps enseignant secondaire qui se trouve, dans son ensemble, entraînée dans cette politique visant à élever son niveau de formation et à organiser des carrières fondées sur la circulation des personnels entre le répétitorat et l’enseignement d’une part, et entre les lycées et les collèges d’autre part : une politique de professionnalisation, qui sert donc aussi la cause de la convergence entre les deux réseaux d’établissements secondaires, encore largement entravée par le défaut de financement national.

La politique de promotion des maîtres d’études et répétiteurs

Un enjeu essentiel pour les lycées

4En fondant, au début du XIXe siècle, des établissements comportant un internat, l’État a repris à son compte une formule de scolarisation qui était alors à son apogée et il a assuré ainsi le financement de l’enseignement secondaire public tout en inscrivant l’organisation des études dans un cadre éprouvé. Mais il s’est aussi exposé à voir la question de l’éducation prodiguée dans ses établissements devenir la cible privilégiée des attaques des adversaires de l’institution scolaire publique. Les accusations d’irréligion et de dépravation morale qui touchaient déjà les écoles centrales, établissements assimilés au jacobinisme, deviennent plus graves encore quand il s’agit, non seulement d’instruire, mais aussi d’élever des enfants et des adolescents. Le régime disciplinaire d’inspiration militaire, substitué, à l’époque napoléonienne, au style plutôt conventuel des anciens collèges, n’a pas amélioré l’image des lycées aux yeux d’une partie importante des catégories sociales supposées y placer leurs enfants : l’opinion selon laquelle les lycées auraient substitué la discipline à l’éducation traverse le siècle et résiste à toutes les réformes. Même l’effort soutenu de christianisation des collèges royaux sous la Restauration n’est jamais parvenu à les exonérer de ce péché originel. D’ailleurs, les témoignages concordent pour pointer le divorce spirituel entre les élèves des collèges royaux de cette époque et les autorités scolaires et ecclésiastiques qui les encadrent.

  • 2 Jean-Claude Caron, « Gouverner et sanctionner les jeunes élites. La grande enquête disciplinaire d (...)

5Rien de tout cela n’est véritablement dépassé en 1850, lorsque la loi Falloux permet à toutes les familles, non plus seulement de confier leurs enfants à des pensions privées, mais de les scolariser complètement à l’écart de l’institution publique. Au contraire, la Révolution de 1848 a ravivé la méfiance à l’égard du corps enseignant public. Le succès rapide et continu des établissements ecclésiastiques dans la deuxième moitié du XIXe siècle en témoigne : une partie importante des classes dirigeantes et des familles aisées refuse les établissements publics et leur préfère les internats privés confessionnels. Toutefois, les internats publics progressent encore pendant cette période, où ils compensent partiellement le vide créé par le déclin des pensions et institutions qui leur envoyaient des élèves, avant d’être touchés par un premier phénomène de désaffection qui touche les établissements parisiens dès les années 1860 et devient très sensible après 1880. Des efforts sont faits pour améliorer le régime intérieur des établissements et promouvoir l’action éducative des proviseurs. Le règlement sur le régime disciplinaire des lycées du 7 avril 18542, qui suit une grande enquête sur la question, s’efforce de substituer une autorité plus mesurée, d’inspiration plus paternelle, à une tradition qui assimile plutôt les lycées à des casernes. Mais ce régime apaisé est aussi un système de surveillance généralisée, qui expose – on le verra ci-dessous – les répétiteurs chargés de l’appliquer au mépris de tous. Dans les grandes villes, et surtout dans l’agglomération parisienne, on ouvre des annexes et de nouveaux établissements pour déconcentrer des effectifs qui explosent, séparer les élèves plus jeunes de leurs aînés et offrir des conditions de scolarisation plus favorables à l’épanouissement physique, sans parvenir à enrayer, à Paris, le début de déclin de l’internat. Mais l’évolution des internats est aussi le produit de la croissance des effectifs, de la densification de l’encadre- ment, de la division du travail en son sein et de la complexification de l’organisation spatiale et temporelle qui découle de la spécialisation des enseignants et des progrès statutaires encore timides du répétitorat.

  • 3 Victor de Laprade, L’éducation homicide. Plaidoyer pour l’enfance, Paris, Dentu, 1867 ; Michel Bré (...)
  • 4 Patrick Clastres, art. cit. Pour une approche plus large de la question, voir Jean-Claude Caron, À (...)

6Quels que soient les efforts des autorités pour améliorer son régime, ou au moins son image, l’internat demeure, entre 1840 et 1880, le point faible des lycées, et avec lui les maîtres d’études et répétiteurs qui sont chargés d’y surveiller les élèves, de les encadrer, de les éduquer. L’écho rencontré par L’éducation homicide de Victor de Laprade, publié en 1867, semble ruiner à lui seul des décennies d’efforts. Michel Bréal dénonce à son tour les internats publics, avec un certain retentissement, en 18723. Ces ouvrages font en quelque sorte la transition entre le discours des adversaires de l’Université qui, dès les premiers jours, ont accablé les lycées en dénonçant leur militarisation et en leur opposant la tradition plus familiale des collèges des congrégations, et la montée d’un refus plus radical du principe même de l’internat, de la part des familles de la fin du XIXe siècle. La hantise de l’immoralité, déjà très sensible au début du siècle, est relayée à cette époque par la rencontre du discours hygiéniste et du discours ecclésiastique, faisant peser sur les élèves, mais aussi sur les maîtres, une lourde suspicion4.

Des maîtres chargés de l’éducation

  • 5 Pierre Henry, Manuel des maîtres d’études, ou Conseils sur l’éducation dans les lycées, Paris, Hac (...)
  • 6 La deuxième édition est adaptée au règlement de 1853 qui inclut officiellement la suppléance des p (...)
  • 7 L’ouvrage est aussi destiné aux régents des collèges « dont un grand nombre entrent dans la carriè (...)

7Le Manuel des maîtres d’études publié en 1842 par le recteur de l’académie d’Angers Pierre Henry, autorisé par le Conseil de l’Instruction publique le 12 mars 1844 et réédité en 1854 pour le conformer à la nouvelle réglementation5, est une sorte d’abrégé du Traité des études adapté aux établissements secondaires publics du milieu du XIXe siècle. L’ouvrage emprunte surtout à la partie intitulée « Du gouvernement intérieur des collèges et des classes » du célèbre ouvrage de Rollin, dont l’auteur fait ouvertement son modèle. L’éclairage que ce livre apporte sur l’organisation et le fonctionnement des établissements, sur les tâches des maîtres d’études et répétiteurs, sur ce qu’on attend d’eux, et même sur le déroulement des classes6, n’épuise pas son intérêt, lequel tient en premier lieu au choix d’un angle de vue particulier pour aborder les questions de vie scolaire et de pédagogie. L’auteur s’adresse – au moins formellement, car on pourrait aussi bien le croire écrit pour les chefs d’établissements7 – aux maîtres d’études (et maîtres répétiteurs, dans la deuxième édition) « qui sont », annonce-t-il, « chargés surtout de l’éducation de nos élèves et sur lesquels, je ne crains pas de le dire, reposent presqu’entièrement la bonne direction et la prospérité de nos établissements ». Ancien maître d’étude, le recteur Henry a d’autant moins à craindre que cette affirmation est un véritable lieu commun des discours et de la littérature officielle du XIXe siècle. Vatimesnil a résumé en 1829, et avec les mots propres à cette période où l’instruction publique se dégage tout juste de la tutelle du clergé, la problématique de l’amélioration nécessaire du sort des maîtres d’études :

  • 8 Ordonnance du Roi du 26 mars 1829, Rapport au Roi, BU 1, p. 176-190.

Les maîtres d’études sont les surveillants habituels des mœurs et de la conduite des élèves, et doivent les diriger dans leurs travaux. La bonne composition de cette classe de fonctionnaires est donc un des principaux éléments d’une éducation publique telle que doivent la désirer l’État et les familles. Le moyen d’avoir des maîtres d’études religieux, instruits et respectés de la jeunesse, c’est d’honorer cette utile profession ; c’est d’offrir des avantages à ceux qui l’exercent et d’assurer leur avenir ; c’est enfin de les exciter à perfectionner leur instruction.8

  • 9 Un comptage sommaire à partir des notices biographiques des proviseurs et censeurs du XIXe siècle (...)

8Des maîtres d’études religieux : on a là un point sensible, puisque l’accusation d’irréligion, portée contre les maîtres d’études des établissements publics, revient sans cesse et nuit au recrutement de ces établissements. Plus largement, c’est leur moralité défaillante, leur penchant pour la boisson, ou en tout cas pour la fréquentation des cafés, la rudesse de leurs mœurs, la dureté de leurs méthodes, leur insensibilité, voire leur méchanceté, qui ressortent de tant et tant de témoignages littéraires, mais aussi, parfois, des remarques de leurs supérieurs. En tirer la conclusion que cette image convenue s’applique à tous serait absurde : il suit, pour s’en convaincre, de penser à tous ces professeurs, ces proviseurs9, ces inspecteurs, ces recteurs – sans parler des avocats, des médecins, des hommes politiques – qui ont commencé leur carrière comme maîtres d’études. D’ailleurs, au regard de l’élève ou de l’ancien élève, il faudrait opposer celui du maître. Car ces maîtres soufrent de ne pas être respectés de la jeunesse, pour reprendre la formule de Vatimesnil. Issus de milieux sociaux beaucoup plus modestes que la plupart des élèves qu’ils doivent diriger, ils font souvent figure de domestiques plus que d’éducateurs.

Être respectés de la jeunesse

  • 10 AN, F/17/7121.
  • 11 Cette revendication, incompatible avec les principes sur lesquels a été bâti le modèle des lycées, (...)

9Le 26 mars 1848, à la faveur de « l’ère nouvelle » qui s’ouvre, un maître d’étude du lycée d’Alençon du nom de Néel écrit au ministre de l’Instruction publique, Lazare Carnot, une lettre de douze pages d’une écriture serrée10 qui commence par dire la souffrance des jeunes maîtres d’études et l’humiliation de celui qui, aux yeux de la société, est « un élève chargé de surveiller d’autres élèves », qui est « regardé comme un espion » par ces derniers qui « le méprisent, s’ingénient à le tromper, et réussissent le plus souvent ». Ce maître, « on le craint parce qu’il peut punir mais on ne le méprise pas moins ». Lui-même est l’objet « d’une surveillance ou plutôt d’un espionnage humiliant » de la part du proviseur, et, « pour la moindre faute, il est tancé avec aussi peu de ménagement qu’un domestique ». « Les élèves le savent, communiquent à leurs parents leur mépris et leur répulsion ; et voilà le maître d’étude au ban de la société. » Néel évoque encore des maîtres « séquestrés par leurs fonctions de la vie ordinaire, repoussés, bafoués partout, détestés des élèves qu’ils sont forcés de traiter en tyrans subalternes ». Il évoque ces maîtres d’études – « trop jeunes pour diriger vingt à trente enfants » – qui vont chercher au café quelques instants de liberté. Mais cette lettre n’est pas qu’un témoignage. Son auteur réclame plus de liberté pour les maîtres d’études, à commencer par la liberté de dormir à l’extérieur, et aussi plus de temps pour travailler, seule solution pour sortir par le haut de leur condition. La liberté, y compris celle de se marier11 ; du temps pour soi et pour ses études ; et la dignité : telles sont en effet les aspirations fondamentales des maîtres d’études, répétées enquête après enquête.

10Or, pour être respectés par la jeunesse, les maîtres ont besoin de l’être d’abord par les autres membres de la communauté éducative, et en premier lieu par les professeurs. En 1858, dans sa lettre d’accompagnement des réponses des proviseurs de son académie à une enquête sur les répétiteurs et leur recrutement, le recteur de Strasbourg, Laurent Étienne Delcasso, apporte son point de vue d’homme avancé dans la carrière et pointe le fossé qui s’est progressivement creusé entre professeurs et maîtres d’études ou répétiteurs, phénomène qu’il fait remonter, non sans pertinence, à la sécularisation du corps enseignant :

  • 12 Laurent Étienne Delcasso (1797-1887) semble en effet avoir occupé les fonctions de maître d’études (...)
  • 13 AN, F/17/7122, réponses à l’enquête de 1858, lettre du recteur de Strasbourg, Delcasso, au ministr (...)

Je commence par déclarer que, chez nous, le personnel des maîtres répétiteurs s’est amélioré. Ces fonctionnaires ont généralement une meilleure tenue et des goûts plus studieux que par le passé. Ils fréquentent moins les cafés et se préparent avec plus de zèle à la licence et à l’agrégation.
Néanmoins, il y a encore beaucoup à faire pour les élever à la hauteur de leur importante mission, pour en faire les représentants immédiats des familles auprès des enfants et les intermédiaires respectés entre les élèves et les professeurs. Surveillants permanents de la conduite et du travail des internes, ils devraient être les principaux agents d’éducation et d’enseignement. Pour cela, il leur faudrait, auprès de leurs disciples, autorité et confiance.
Or, ils n’obtiendront ni l’une ni l’autre tant qu’on les tiendra à si grande distance des professeurs, et qu’on les reléguera au degré le plus inférieur de la hiérarchie. Dans les anciennes universités ou congrégations, les préfets des études, surveillants, répétiteurs, étaient les confrères des professeurs, leurs amis, leurs égaux à peu près, et jouissaient de la même considération. Ils vivaient ensemble, et souvent le même père était à la fois professeur et maître d’études.
Aujourd’hui, la ligne de démarcation est si profondément tracée que les uns ne parlent jamais aux autres. On les dirait absolument étrangers et n’ayant rien de commun.
Assurément, si les élèves voyaient quelques fois leurs professeurs se promener dans la cour avec leurs maîtres d’études et causer amicalement avec eux, les jeunes fonctionnaires chargés d’une tâche si difficile grandiraient dans l’estime des enfants qui leur sont confiés et leur mission en deviendrait plus honorable, plus dense, plus fructueuse.
Nous avons connu un temps où les élèves de l’École normale, les agrégés mêmes débutaient par les fonctions de maîtres d’études. Ils étaient généralement entourés d’égards et d’affection. J’ai passé par là : les professeurs et les maîtres rivalisaient d’attention pour nous rendre nos devoirs moins pénibles.12
Je ne connais pas d’autre moyen d’élever la condition des maîtres répétiteurs que de déclarer que ce sera à l’avenir le noviciat de tout le monde. Dès lors, il y aura noblesse et moralité dans ce service.
Je voudrais aussi que ce ministère si important ne fût pas exclusivement confié à des enfants, pressés de s’en décharger le plus tôt possible. Et pour cela, j’établirais des répétiteurs en titre, licenciés, agrégés s’il se pouvait, qui jouiraient de certains privilèges tant qu’ils garderaient leurs fonctions éducatives. Par exemple, les années de ce service méritoire pourraient compter double pour la retraite.13

Des maîtres instruits ?

  • 14 Rapport au Roi sur l’instruction secondaire, BU 13, p. 102. Dans les collèges de première classe, (...)

11Quant à l’instruction, indispensable aux maîtres d’études pour encadrer le travail des élèves et aussi pour leur imposer un minimum d’autorité, elle devrait être garantie par le grade de bachelier exigé pour leur nomination dans les collèges royaux et communaux. Encore faudrait-il que tous les maîtres d’études en fonction soient régulièrement nommés, même provisoirement, ce qui n’est manifestement pas le cas dans les années 1840, malgré l’affirmation de Villemain selon laquelle, en 1842, jusque dans les collèges communaux de deuxième classe où « le grade de bachelier ès lettres est seul exigé pour les diverses fonctions », « tous les fonctionnaires sont pourvus de ce grade »14.

  • 15 AN, F/17/7121. Ce tableau est annexé à la lettre du recteur, Auguste Louis Ange de Nouzeilles au g (...)

12Si l’on se penche sur le tableau des répétiteurs des collèges communaux de l’Académie de Toulouse, envoyé par le recteur au ministre en 184515, on voit que la réalité est assez loin de correspondre à cette fiction réglementaire : sur les vingt-cinq maîtres d’études des onze collèges de l’académie, seuls dix sont bacheliers (dont un bachelier ès sciences). Parmi les quinze autres, huit préparent le baccalauréat ou ont au moins fini leurs études secondaires. Les non gradués qui ne préparent pas le baccalauréat et ne semblent pas avoir de formation classique sont d’anciens militaires (2) ou d’anciens instituteurs primaires (5). Au total, le tableau établi après une dizaine d’années d’action en direction des maîtres d’études des collèges royaux, surtout, mais aussi des collèges communaux, n’est certes pas conforme à la norme réglementaire. Mais il ne correspond pas non plus aux caricatures – et il ne s’agit là que des collèges communaux, sur lesquels, on l’a vu, l’Université a peu de prise.

  • 16 « Quand ce brave homme peut-il préparer sa classe ? » a ajouté une autre main (celle du recteur ?)

13Ce qui frappe surtout, à examiner ce document, c’est la pluralité des profils et la diversité des tâches. Plusieurs de ces maîtres d’études cumulent leur fonction avec celle de régent, de maître élémentaire ou de maître de langue. Souvent, le partage du travail permet de confier les études aux régents les plus qualifiés ou les plus disponibles et de confier aux autres des tâches de surveillance. Ainsi, au collège communal de Saint-Gaudens, un des trois plus importants de l’académie, qui a quatre maîtres d’études : le premier, un ancien sous-lieutenant des douanes de 39 ans, non gradué mais qui « a fait ses classes », est le maître d’étude des pensionnaires (300 francs de traitement) ; les trois autres sont bacheliers ès lettres : il s’agit du régent de cinquième, un père de famille nombreuse de 49 ans, qui, pour 300 francs, surveille les externes, ce qui ne lui laisse que les récréations comme temps libre16 ; du maître d’espagnol, qui surveille les « mouvements partiels » (c’est-à-dire les déplacements à l’intérieur de l’établissement) pour 200 francs ; et d’un maître élémentaire qui surveille un dortoir et les promenades pour 400 francs. À Castres, un des quatre maîtres, un bachelier ès lettres de 33 ans, fait office de surveillant général et assure la classe de huitième, le tout pour 500 francs par an. Il encadre deux jeunes bacheliers de 20 et 22 ans qui ont respectivement 48 et 55 élèves, et un ancien instituteur de 35 ans, non gradué et jugé « fort peu capable » qui a 65 élèves. On est ici dans une situation plus proche de la lettre des règlements où chaque maître encadre un groupe d’élèves (un quartier) à l’étude, dans les dortoirs et dans toutes leurs activités autres que la classe. Mais les effectifs des quartiers dépassent largement la norme réglementaire des lycées. L’organisation est du même ordre à Montauban, avec des études moins chargées (21 à 35 élèves), mais dont les trois maîtres de 33, 26 et 41 ans respectivement, encadrés par un surveillant général, sont dépourvus de grade (l’un d’eux a terminé ses classes, un autre prépare le baccalauréat ; deux ont tenu des classes élémentaires, le troisième a été instituteur).

14Quant aux plus petits collèges (un ou deux maîtres), on y trouve les situations les plus variées. Les trois collèges ariégeois se signalent par la jeunesse de leurs maîtres : deux bacheliers ès lettres de 20 ans à Pamiers, qui se partagent 109 élèves ; deux maîtres de 28 et 23 ans qui s’apprêtent à passer le baccalauréat à Saint-Girons, le premier chargé de la classe de huitième et de la surveillance des récréations et des promenades et le deuxième de la salle d’étude, avec ses 85 élèves ; à Foix, un ancien élève du grand séminaire de Pamiers (22 ans) encadre les 34 pensionnaires de l’établissement. Le collège d’Albi associe pour sa part un ancien officier de l’armée polonaise de 43 ans et un ancien instituteur, dépourvus l’un et l’autre de grades, chacun ayant « une centaine d’élèves ». L’ancien officier polonais « tient fort bien son étude », lit-on dans la colonne observations. « Quel soin peut-il donner au travail des élèves ? » est-il répondu, d’une autre main, à ce satisfecit. Le collège de Revel confie 36 élèves à un ancien sergent du génie, marié et père de famille – une situation provisoire liée à des nécessités locales, est-il précisé –, et les 70 autres à un maître de 27 ans, ancien élève du séminaire de Toulouse, qui refait sa philosophie et compte se présenter au baccalauréat. « Quoique son étude soit très nombreuse, il peut suffire à tout à force de zèle et de bonne volonté », peut-on lire en observation.

15Dans les collèges royaux, les conditions d’emploi des maîtres d’études sont définies de manière plus formelle, ce qui n’empêche pas les variations locales. Les élèves sont divisés en quartiers ou divisions, de 25 ou 30 élèves en principe, qui sont encadrés par le même maître. Au contingent des maîtres de quartier s’ajoutent les maîtres surveillants qu’exigent le nombre des élèves et la disposition des lieux, et les maîtres chargés des classes élémentaires, généralement choisis parmi les maîtres d’études. Dans une partie des établissements, un maître d’étude – plusieurs, dans les plus grands collèges royaux – supervise les autres, avec le titre de surveillant général, de sous-directeur ou de directeur, fonction qui n’entre dans la réglementation que dans les années 1840. La monarchie de Juillet a enrichi ce personnel de maîtres surnuméraires puis de maîtres suppléants, créations destinées à améliorer la qualité du recrutement et à desserrer les contraintes qui pèsent sur les maîtres et entravent leur travail personnel.

L’élaboration d’une politique

16La question des maîtres d’études s’est imposée très tôt aux responsables de l’Université comme un enjeu majeur à double titre : directement, en raison du contact quasi permanent de cette catégorie du personnel avec les élèves et de son rôle dans tout ce qui relève de l’éducation et de la discipline dans les établissements ; et indirectement, parce qu’ils étaient la cible privilégiée des attaques contre l’enseignement public. Pendant plus de trois décennies, les efforts des autorités consistent essentiellement à contrôler les mouvements des maîtres, à encadrer les conditions et les critères d’embauche et à essayer d’imposer le recrutement de maîtres gradués. C’est Salvandy, sous la monarchie de Juillet, qui jette les bases d’une politique de promotion statutaire et matérielle, de desserrement des contraintes, d’incitation et d’aide à la formation et d’aménagement de perspectives de carrière pour les maîtres d’études. Privée de moyens financiers spécifiques, cette politique rencontre un succès limité. La réforme de 1853 change le nom des maîtres d’études pour celui de maîtres répétiteurs, mettant ainsi en avant leur mission pédagogique, ce qui conduit souvent à considérer ce texte comme un progrès important de la fonction. En fait, cette réforme revient en partie sur ce que les maîtres avaient acquis dans la période précédente, et elle enferme le répétitorat dans un statut exclusif, et intenable à l’usage, de noviciat de la fonction professorale. Informés des difficultés du recrutement, de la souffrance des maîtres et de leur colère par une série d’enquêtes officielles qui répondent aux initiatives des intéressés et aux avertissements des chefs d’établissements, des recteurs et des inspecteurs, les successeurs de Fortoul reviennent à une politique plus conforme à l’inspiration de Salvandy. Ils s’efforcent, entre 1859 et 1880, d’améliorer à nouveau les conditions de vie, de travail et de rémunération des maîtres, de leur offrir des possibilités de progression de carrière à l’intérieur comme à l’extérieur de la fonction de répétiteur, et, dans cette perspective d’évolution extérieure comme pour améliorer l’encadrement des études, de leur fournir des possibilités multipliées de poursuivre leur formation. Cette politique introduit en outre des parcours professionnels distincts à l’intérieur de la nébuleuse du répétitorat, et laisse émerger notamment des carrières revalorisées de surveillant général et de professeur de classes élémentaires.

L’urgence du problème

17Les maîtres d’études sont incontestablement la partie la plus durement exploitée du corps enseignant secondaire. Logés et nourris mais chichement rétribués, ils consacrent le plus clair de leur temps à remplir des fonctions aussi indispensables que la surveillance diurne et nocturne, la tenue des études et l’encadrement – au moins disciplinaire et formel – du travail personnel des élèves. Pendant des décennies, les heures de classe des élèves sont, cinq jours par semaine, leur seul moment de répit. Pendant les vacances elles-mêmes, ils ne peuvent obtenir de congé qu’en fonction des besoins du service. Lors de la création des lycées, la fonction est considérée comme transitoire et destinée en priorité à des jeunes gens qui ne sont pas encore installés dans la vie. C’est ainsi d’ailleurs que Bonaparte justifie l’imposition du célibat. Mais le métier étant fort peu attractif et les perspectives de promotion assez maigres, les chefs d’établissements ont toutes les peines du monde à recruter des gens de valeur, voire simplement recommandables, ce qui ne fait qu’aggraver encore la réputation des maîtres. La loi Gouvion-Saint-Cyr, en 1818, a tout de même apporté un argument de poids au recrutement : à condition de bénéficier d’une nomination par l’autorité universitaire et de souscrire un engagement décennal au service de l’instruction publique, les maîtres d’études des collèges royaux sont, au titre de leur appartenance au corps enseignant, dispensés du service militaire. Paradoxalement, cette loi intervient alors que le répétitorat a jusque-là attiré son lot d’anciens militaires, lesquels n’ont pas amélioré sa réputation. Dans les années 1850, la carrière militaire semble, inversement, faire concurrence au répétitorat, et le problème du recrutement demeure. Le cahier des charges esquissé par Vatimesnil en 1829 – honorer cette utile profession ; offrir des avantages à ceux qui l’exercent et assurer leur avenir ; les exciter à perfectionner leur instruction – semble donc relever à la fois du bon sens et de l’urgence. Mais, après des décennies d’une politique qui cherchait avant tout à endiguer les dérives les plus graves, l’application de ces principes ne commence guère qu’avec Salvandy, une fois la fin du monopole universitaire, donc la libération de la concurrence privée, intégrée comme une perspective inéluctable.

Jusqu’à Guizot : une politique de contrôle des mouvements et du recrutement

  • 17 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire, ouvr. cité, p. 122-126 et p. 162-164.
  • 18 Circulaires du 14 janvier 1820 (RLR 6, p. 315-317) et du 21 février 1833 (BU 3, p. 180-182).

18Dans le premier tiers du XIXe siècle, les autorités s’efforcent essentiellement d’imposer leur contrôle à une main d’œuvre qui tend à leur échapper. On se souvient que, placés par le décret du 17 mars 1808 au dernier rang des membres de l’Université, les maîtres d’études ne sont pas compris parmi ceux qui ont droit à une pension de retraite, droit qui leur est finalement reconnu en 1810 à condition d’être nommés par le grand-maître. Une nomination en bonne et due forme n’accompagne pas nécessairement l’embauche. Les maîtres étant recrutés par les chefs d’établissement et non placés par une instance supérieure, ils sont souvent pris à l’essai. En outre, beaucoup de proviseurs ont du mal à trouver des bacheliers pour remplir les emplois vacants, ce qui multiplie les occasions d’embauches provisoires et irrégulières. La question du recrutement ne touche d’ailleurs pas que les maîtres d’études des lycées, mais aussi ceux des collèges et les répétiteurs des institutions et des pensions privées, établissements qui relèvent tous du contrôle universitaire jusqu’en 1850. L’enjeu est d’éviter que des maîtres ne quittent brutalement une place qui ne leur conviendrait pas pour une autre, ou ne cherchent fortune ailleurs après avoir été écartés d’un emploi pour incapacité ou pour des écarts plus ou moins graves de comportement. Un système d’enregistrement des maîtres et répétiteurs des collèges communaux, pensions et institutions, et de délivrance de brevets et d’exeat académiques est mis en place en 1809 et, à nouveau, en 181717. Quant aux collèges royaux, leurs proviseurs sont invités à informer la direction de l’Université des mouvements de leurs maîtres18.

  • 19 BU 1, p. 56-58.
  • 20 Et non au vingt-quatrième anniversaire du maître, comme le prévoyait l’ordonnance du 25 juin 1823,(...)

19Le règlement concernant les maîtres d’études des collèges royaux du 5 août 182819 est le premier texte qui cherche à concilier l’intérêt des proviseurs, celui des répétiteurs et celui de l’autorité centrale concernant les conditions d’embauche et de nomination, tout en améliorant les rémunérations sous condition de mérite ou d’ancienneté. Ce règlement crée une nomination provisoire qui, sans lier les mains des proviseurs, fait courir le droit à la retraite du jour d’embauche20, la nomination définitive intervenant après un délai d’épreuve. La nomination, provisoire ou définitive, est obligatoire, et tous les maîtres sont tenus de se mettre en règle. Toutefois, cette nomination provisoire étant subordonnée à la qualité de bachelier de l’intéressé, les embauches informelles continuent : il n’est pas toujours simple de mettre la main sur un candidat gradué, surtout quand le temps presse. Le même règlement, dont les dispositions sont reprises par l’ordonnance du 26 mars 1829, accorde un supplément de traitement de 200 francs aux maîtres qui, sans être admis, sont « déclarés par les juges du concours susceptibles d’obtenir le grade d’agrégé » pour les classes supérieures des lettres ou pour les sciences. Un autre supplément, de 100 francs portés à 200 francs par l’ordonnance, est accordé aux « maîtres qui auront rempli sans reproche leurs fonctions pendant dix ans dans le même collège » ; ce supplément est augmenté de 100 francs au bout de huit ans supplémentaires et d’autant après encore dix ans : c’est une prime à la stabilité, comme le boni accordé aux professeurs par la même ordonnance.

  • 21 BU 3, p. 219-220.

20La création de maîtres surnuméraires par l’arrêté du 17 mai 183321 apporte une solution nouvelle à la difficile question des suppléances de maîtres malades ou absents. Pour éviter que les absences ou les vacances de postes ne soient l’occasion d’embauches provisoires hors critères, et donc sans nomination, ces surnuméraires sont affectés aux collèges royaux contre le logement, la nourriture et une indemnité de 300 francs au maximum. Leur recrutement, sur choix du proviseur approuvé par le ministre, ne confère toutefois aucun titre universitaire et n’entraîne pas la dispense du service militaire.

Du contrôle à la promotion (1837-1848)

  • 22 Les maîtres d’études rémunérés par un principal ayant le pensionnat à son compte ne bénéficient pa (...)

21C’est précisément en conférant aux maîtres d’études surnuméraires des collèges royaux et aux maîtres d’études des collèges communaux22 le statut de membres de l’Université que Salvandy engage une politique résolue de promotion de cette partie du personnel des établissements publics. Cette politique s’inscrit à ses yeux dans le cadre d’un retour à l’esprit fondateur de l’Université et d’achèvement de l’œuvre napoléonienne à cet égard :

  • 23 Comme les agrégés, autres bénéficiaires de l’ordonnance du 17 janvier 1839.
  • 24 Rapport au Roi, introduisant l’ordonnance sur l’agrégation et les maîtres d’études, du 17 janvier (...)

Les maîtres d’études sont, de tous les instituteurs de la jeunesse, ceux qui vivent le plus près d’elle, qui ont sur elle le plus d’action, dont le choix importe le plus à la direction morale et à l’éducation.
Ils sont jeunes eux-mêmes23, rétribués avec une modicité déplorable, toujours exposés à perdre leur état, qui dépend entièrement des chefs des collèges. Les maîtres d’études titulaires des collèges royaux sont seuls membres de l’Université. Les maîtres d’études surnuméraires des collèges royaux, les maîtres d’études des collèges communaux, quel que soit leur rang, n’ont pas ce titre. L’exemption même du service militaire ne leur est pas acquise.
Cet état de chose a des inconvénients de toute nature. L’an dernier, j’ai annoncé aux Chambres qu’il y serait mis un terme. Depuis lors, des arrêtés successifs ont dévolu aux maîtres d’études tous les emplois administratifs de l’Université et plusieurs fonctions importantes, telles que celles d’inspecteurs et de sous-inspecteurs primaires. Mais ces avantages, pour être complets et certains, veulent une constitution générale, définitive, du corps des maîtres d’études. L’Université elle-même ne pourra être définitivement constituée qu’alors. C’est cette mesure que je soumets à l’approbation de Votre Majesté.24

  • 25 Rapport au Roi, introduisant l’ordonnance sur les maîtres d’études, du 1er décembre 1837, BU 6, p. (...)
  • 26 Circulaire du 19 août 1837, BU 4, p. 147-151.

22Dans le cadre d’une remise à plat des conditions de nomination et de promotion dans le personnel universitaire, Salvandy a, en effet, cherché depuis son arrivée au ministère à réserver aux membres de l’Université des emplois jusque-là conférés à des personnes étrangères au corps, notamment ceux d’économe et de commis d’économat. Un des enjeux est « de récompenser les services de membres nombreux du corps enseignant, qui se trouvent placés dans des grades inférieurs, tels que les régents et les maîtres d’études, auxquels il est si difficile d’assurer l’avancement mérité par leurs travaux »25. Les places de commis d’économat, qu’il faut désormais occuper pendant trois ans avant de prétendre à un emploi d’économe, entrent ainsi dans la nébuleuse du répétitorat et permettent à une frange des maîtres de s’engager dans la voie administrative. La nomination de maîtres d’études et de régents à des emplois d’inspecteurs primaires ou de sous-inspecteurs primaires sert la même cause tout en contribuant à établir la tutelle de l’Université sur l’enseignement primaire : « L’enseignement populaire doit être placé sous surveillance directe et je considérerai comme un bien tout ce qui nous donnera, dans nos collèges, le moyen de récompenser le zèle modeste, de mettre en lumière le talent obscur26. »

23Outre l’intégration à l’Université de tous les maîtres d’études répondant aux conditions réglementaires, l’ordonnance du 17 janvier 1839 apporte deux mesures qui jettent les bases de la politique de promotion des maîtres d’études, même si leur application est suspendue à la vigilance et à la constance des autorités universitaires et académiques : l’instauration de conférences dans les collèges royaux, pour préparer les maîtres d’études au concours de l’agrégation ; et la décision de réserver, dans chaque académie, la moitié des places de régents aux maîtres des collèges royaux et communaux.

  • 27 Dont plus de trente candidats à une seule agrégation, cette année-là : c’est évidemment celle de g (...)
  • 28 BU 14, p. 2-4.
  • 29 Thème latin et version grecque ou version latine et composition de mathématiques pour l’écrit ; ex (...)
  • 30 Le visa du recteur est ajouté à l’obligation d’un exeat et d’un certificat, pièces exigées depuis (...)
  • 31 Voir la deuxième partie de ce chapitre. Le règlement du 7 janvier 1845 crée tout de même une confé (...)

24Sur le premier point, les résultats semblent encourageants : Villemain, devenu ministre, se félicite en 1844 du grand nombre de maîtres d’études parmi les candidats à toutes les agrégations27. Mais, la question de l’abolition du monopole étant à l’ordre du jour, les attaques redoublent contre l’éducation des collèges publics. L’ordonnance du 14 novembre 1844 et le règlement du 7 janvier 184528, qui prolongent la politique de promotion des maîtres d’études, prennent en compte ce contexte. L’accent est mis avec ostentation, non seulement sur l’instruction des maîtres mais aussi et surtout sur les garanties qu’on exige d’eux en matière d’éducation des élèves. L’embauche des répétiteurs des collèges royaux et des collèges communaux de première classe est soumise à un examen devant une commission présidée par le chef d’établissement. Cet examen comporte une épreuve écrite et une épreuve orale orientée en partie vers les questions de pédagogie et d’éducation29. Les procédures de contrôle des mouvements d’un établissement à un autre sont symboliquement renforcées30, de même que la plupart des mesures déjà adoptées précédemment en matière de suppléments de traitement et de conférences préparatoires, désormais élargies aux licences ès lettres et ès sciences. Ce dernier point fait l’objet, à la fin de 1845, d’une initiative plus ambitieuse avec l’ordonnance créant des écoles normales secondaires31. Toujours dans le prolongement des textes précédents, deux voies de promotion sont aménagées : l’accession des maîtres élémentaires les plus méritants à la troisième classe du professorat, et celle des maîtres d’études n’ayant pas obtenu de place de régent ou de professeur aux emplois de surveillants généraux après dix ans de service, emplois qui peuvent déboucher à terme sur le censorat.

25Mais la principale innovation de ces deux textes réside dans l’instauration de maîtres d’études suppléants. Ces maîtres suppléants, qui ont le même traitement fixe que les maîtres d’études ordinaires, ont pour fonction de remplacer régulièrement les maîtres chargés d’une étude, afin que ces derniers puissent disposer d’une demi-journée par semaine pour le travail de la conférence où ils sont inscrits. Ils ont aussi vocation à remplacer les professeurs malades ou empêchés, et se recrutent par conséquent parmi les maîtres « les plus distingués par leurs services, leur expérience et leur instruction ». Cette mesure, qui vise avant tout à faciliter la préparation interne aux grades et aux concours, introduit une catégorie d’élite et annonce la figure nouvelle d’un maître d’étude expérimenté, compétent, dégagé du service exclusif d’un groupe d’élève et donc, éventuellement, de la fatalité du service de nuit.

  • 32 Ce traitement fixe est de 1 500 francs à Paris (contre 1 200 francs pour les maîtres d’études), et (...)

26Revenu aux affaires, Salvandy confie à une commission, où siègent deux sous-directeurs des collèges royaux de Louis-le-Grand et de Saint-Louis, le soin de préparer un règlement général sur les maîtres d’études. Ce règlement général, arrêté le 16 novembre 1847, entérine pour l’essentiel les acquis des dix années écoulées. Il donne une demi-journée supplémentaire aux maîtres d’études, ce qui leur laisse désormais une journée entière ou deux demi-journées pour le travail des conférences. Et il donne enfin un statut officiel aux sous-directeurs ou surveillants généraux, assimilés aux maîtres qu’ils dirigent mais avec une rémunération de base un peu plus élevée32 et la possibilité d’atteindre, au maximum, l’équivalent du traitement des professeurs de deuxième ordre.

La situation des maîtres d’études et des maîtres élémentaires au milieu du XIXe siècle

  • 33 Statut du 4 septembre 1821, article 46.
  • 34 AN, F/17/7122, Rapport au vice-recteur de Paris, du 20 novembre 1867, transmis au ministre le 4 ja (...)

27Lorsque la Révolution de 1848 met fin à la monarchie de Juillet, la fonction de maître d’étude vient de connaître une profonde mutation réglementaire. Toutefois, la bonne volonté des autorités se heurte à de lourds facteurs d’inertie. Il ne suit pas d’affirmer dans les textes officiels l’importance et la dignité de cette fonction pour que disparaissent des représentations, des habitudes, des pratiques installées depuis longtemps. La complainte qu’un maître d’étude du lycée d’Alençon adresse à Carnot au printemps 1848 aurait pu être écrite vingt ans plus tôt. À l’inertie des mentalités et des comportements s’ajoute celle qui résulte des conditions matérielles, des difficultés et défaillances de toutes sortes qui entravent l’application de la nouvelle réglementation. Par exemple, les préconisations de Salvandy relatives à l’aménagement de bibliothèques, de salles de travail, de lieux de vie pour les professeurs célibataires et pour les maîtres d’études, sont restées lettre morte dans la plupart des établissements dix ans plus tard, et bien au-delà encore. Beaucoup de maîtres d’études ne disposent d’ailleurs pas des « chambres particulières qui ouvrent sur les dortoirs des élèves » que prévoient les règlements33 : non seulement ils vivent avec les élèves, mangent parmi eux et dorment à leur proximité immédiate, mais ils ont le plus grand mal à s’isoler pendant leurs quatre heures de liberté quotidiennes, à supposer que ce soit leur souci premier. Les allusions innombrables à la propension des maîtres à fréquenter les cafés semblent attester que ce loisir sert de principal exutoire à des jeunes gens constamment sous pression et sous surveillance. En 1867, une synthèse des rapports des proviseurs et principaux de l’académie de Paris souligne que l’aménagement de « cercles » dans les établissements est impuissant à lutter contre ce fléau qui dévore le temps des maîtres et met en péril la réputation des lycées34. Le maître d’étude d’Alençon ne disait finalement pas autre chose, même si c’était pour excuser les maîtres. Si, malgré tout, un maître d’étude a assez de volonté pour s’astreindre à consacrer tout son temps libre aux études, comment travailler efficacement sans disposer d’un endroit à l’écart, équipé du mobilier et des instruments indispensables ? En outre, l’application des mesures les plus libérales révèle des difficultés imprévues ou mal évaluées.

  • 35 AN, F/17/7121. La lettre au ministre, non datée, fait référence à un mémoire adressé « à votre pré (...)
  • 36 Les mots soulignés ici le sont dans le document.

28Le cas des maîtres élémentaires est particulièrement éloquent à cet égard, comme le souligne la lettre adressée en 1848 par douze d’entre eux, en poste dans les lycées de Paris, à l’éphémère ministre Vaulabelle35. Très modérée dans ses réclamations – les maîtres prennent soin de reconnaître la supériorité des agrégés, tout en s’estimant plus qualifiés qu’eux pour tenir une classe élémentaire –, la lettre met l’accent sur le fait que dans certains lycées, leur position est rendue « plus pénible, plus précaire et plus déconsidérée que celle de maître d’étude », mais aussi que d’autres lycées qui « donnent au maître élémentaire plus d’importance et de liberté en l’exemptant des corvées intérieures36 […] le privent en même temps de la table et du logement en le réduisant au simple traitement de maître d’étude ». Leur principale revendication touche à leur statut et à leur rémunération à la fois :

[P]rofessant, ils demandent seulement à recevoir le titre de professeur après un certain nombre d’années de bons services, de façon que ce titre leur procure une carrière et la possibilité de vivre honnêtement de leur travail. Après plusieurs années passées dans les fonctions pénibles de maîtres d’études, après un temps d’épreuve déterminé dans l’enseignement élémentaire, ils seraient heureux de jouir des conditions de salaire et d’avancement que de récentes dispositions assurent aux plus modestes employés des Ministères, après six mois de surnumérariat.

29Quant aux suppléments de traitement qu’ils réclament, ils suggèrent de les prendre « sur l’éventuel ou sur le boni du Lycée, c’est-à-dire sur le résultat d’une prospérité à laquelle ils contribuent comme les autres professeurs ».

30Là est bien le fond du problème : les réformes de la monarchie de Juillet, dans ce domaine comme dans d’autres, restent contenues dans un modèle économique fermé. Les Chambres accordent très rarement des crédits supplémentaires, et les maîtres élémentaires parisiens ont bien intégré cette donnée. Il faut donc améliorer le sort des personnels avec les ressources dont dispose chaque établissement. Cela conduit, par exemple, à aggraver la situation financière des maîtres élémentaires pour leur accorder des libertés : il est plus facile de loger et nourrir les maîtres que de les payer à la hauteur du service qu’ils rendent. La contrainte financière impose de payer la richesse de l’encadrement des élèves en réduisant une partie du personnel à un statut domestique. La seule contrepartie qu’on peut offrir à ces maîtres, c’est une perspective d’avenir. Depuis Napoléon, le système sacrifie les jeunes au profit des personnels installés. À cet égard, Hippolyte Fortoul est un continuateur idèle du premier empereur.

Maître répétiteur, un statut amélioré ?

31On ne peut pas comprendre la réforme de 1853 qui transforme les maîtres d’études des lycées en maîtres répétiteurs si on l’isole du reste de l’œuvre du ministre. L’urgence qui pousse Fortoul à reprendre une réglementation pourtant arrivée à une certaine maturité en 1847, et à limiter cette réforme aux maîtres des lycées alors que la réglementation de 1847 traitait aussi des maîtres des collèges communaux, c’est une double difficulté rencontrée dans l’application de ses propres réformes plus que le problème récurrent du recrutement de maîtres. La première difficulté tient à la résistance, sourde mais efficace, des professeurs à l’imposition d’un certain nombre d’heures de service pour les répétitions, conférences et interrogations. Ces obligations retombent en grande partie sur les maîtres d’études : il faut donc officialiser cet état de fait et le justifier en accentuant la vocation professorale de la fonction. Cela permet en outre de répondre à la deuxième difficulté : comment réintégrer les maîtres d’études dans la course à l’agrégation, touchée par une pénurie de candidats, alors qu’un stage professoral de cinq ans a été imposé aux candidats ? La solution trouvée par Fortoul est dans le droit fil d’un principe énoncé bien avant lui : la fonction de maître d’étude est un noviciat de l’enseignement. Cette solution correspond aussi à sa manière de faire les choses, puisqu’il cherche à intégrer étroitement les différents objectifs qu’il poursuit : disposer de répétiteurs patentés pour les élèves qui soient en même temps les professeurs de l’avenir, les suppléants des professeurs absents et une main d’œuvre à bon marché pour la surveillance des élèves et pour les tâches administratives, mais aussi pour des fonctions nouvelles, telles que celle de préparateur, liées au nouveau plan d’étude. En somme, les répétiteurs doivent remplacer les agrégés, catégorie de personnel abolie en 1852, tout en restant des maîtres surveillants, des maîtres élémentaires et bien d’autres choses encore, et sans bénéficier de la moindre indemnité en cas de suppléance puisque cette tâche fait partie de leur service normal. Mais, à courir tant de buts à la fois, la réforme échoue à poursuivre dans la voie des réformes précédentes : rendre la fonction plus attractive pour y attirer des sujets de valeur.

Le répétitorat comme noviciat de l’enseignement

32Le nouveau régime de l’agrégation, décrété en 1852, a imposé aux candidats un stage préalable de cinq ans d’enseignement dans les lycées et collèges, ce qui barrait la route à tous les maîtres d’études et entrait en contradiction flagrante avec la politique menée jusque-là pour encourager au contraire ces maîtres à préparer les concours, avec le double bénéfice d’améliorer leur niveau général et de permettre aux meilleurs d’entre eux d’accéder au professorat. C’est à cet effet pervers de la réforme de 1852, et à ses conséquences sur la courbe des candidatures à l’agrégation, que le nouveau règlement entend d’abord remédier. Pour cela, l’exception faite pour les années d’études à l’École normale supérieure est étendue au « noviciat des maîtres d’études » : les années de service comme maître répétiteur – le nouveau nom de la fonction – de première ou de deuxième classe (mais pas comme aspirant répétiteur) seront désormais comptabilisées pour le stage. Le reste de la réforme, à commencer par le changement de nom des maîtres d’études, découle de ce parti pris de départ.

  • 37 AN, F/17/7120, projet de décret commenté par les proviseurs et les recteurs départementaux.
  • 38 Décret du 17 août 1853, BAIP 4, p. 279-284. Le décret emploie le terme de répétiteur concurremment (...)
  • 39 Il s’agit ici des classes primaires (avant la huitième), les classes élémentaires (huitième et sep (...)

33Le projet initial, sur lequel Fortoul consulte largement avant sa rédaction définitive, ne prévoit d’ailleurs pas que tous les maîtres changent de nom, mais seulement une élite d’un sixième de l’effectif environ, baptisés maîtres répétiteurs, les autres étant appelés maîtres d’études titulaires (un tiers de l’effectif) et maîtres d’études surnuméraires (une moitié)37. Seuls les premiers, en effet, sont supposés suppléer aux absences des professeurs et s’acquitter conjointement avec eux (ou à leur place) des répétitions, conférences et interrogations. Mais, en fin de compte, l’appellation nouvelle se substitue pour tous à celle de maîtres d’études, et la répartition des trois classes de répétiteurs de première classe, répétiteurs de seconde classe et aspirants répétiteurs se fait sur une base de principe égalitaire : « Les répétiteurs sont répartis par tiers dans chacune de ces classes »38. Dans les faits, les questionnaires remplis par les proviseurs dans le cadre de l’enquête de 1858 montrent que la catégorie des répétiteurs de première classe est loin de représenter un tiers des effectifs. La distribution des services des répétiteurs et aspirants répétiteurs – surveillance des élèves dans tous les mouvements de la journée, tenue des études, des classes élémentaires, des classes préparatoires39, remplacement des professeurs – est laissée à l’initiative du proviseur et à l’agrément du recteur, avec pour principe directeur de confier les mêmes élèves à un seul maître pendant tout le cours de leurs études secondaires.

Une réhabilitation symbolique

34Le changement d’appellation des maîtres est justifié par la volonté d’une réhabilitation symbolique :

  • 40 Rapport à l’Empereur, introduisant le décret du 17 août 1854, ibid.

[E]n même temps qu’on relève la fonction, il convient de changer le nom de ceux qui la remplissent. Ce ne sont plus des maîtres d’études, ce sont des maîtres répétiteurs qu’en vertu du décret nouveau nous allons préposer à l’éducation de la jeunesse. Leur ancien titre qui, à l’inverse de la plupart des institutions, a perdu de son autorité en vieillissant, manquerait désormais de justesse. Il semblerait concentrer toutes les obligations de ces maîtres dans le devoir de la surveillance, tandis que, si c’est là une partie fort intéressante de leur mission, ce ne sera pas la seule, et surtout ce ne sera pas la plus relevée. Lorsqu’ils concourront efficacement avec les professeurs à l’instruction des élèves de nos lycées, ils devront porter un nom qui résume pour eux-mêmes, pour les enfants et pour les familles, la double fonction dont ils vont être chargés. Ils ne seront dès lors jamais tentés d’oublier que leur premier devoir est de s’intéresser aux travaux et aux progrès de leurs élèves, et par conséquent d’acquérir une supériorité d’instruction qui les rende de plus en plus dignes du respect des enfants.40

35Concrètement, les fonctions des maîtres répétiteurs restent fondamentalement celles qu’énonçait le statut du 4 septembre 1821, repris pour l’essentiel par le règlement de 1847. S’y ajoutent la suppléance des professeurs que la réglementation générale ne comptait plus au rang de leurs missions depuis l’instauration des agrégés – ce qui n’empêchait pas, à défaut d’agrégés, d’utiliser des maîtres d’études –, et la tenue des classes élémentaires. Les maîtres élémentaires des lycées perdent ainsi leur statut particulier. De la pétition que les maîtres parisiens avaient adressée au ministre en 1848, il ressort qu’ils avaient en vue une séparation complète de leur fonction avec celle de maître d’étude, une fois passé un temps de stage, plutôt que cette fusion régressive dans la nébuleuse du répétitorat. Une première conséquence négative, pour les intéressés au moins, du statut de 1853 est donc de briser l’évolution des maîtres vers l’autonomie statutaire et vers un professorat des classes élémentaires. Or, les maîtres parisiens, en 1848, n’avaient pas manqué de souligner combien cette évolution servait l’intérêt général :

  • 41 Lettre déjà citée, AN, F/17/7121.

Ne possède-t-on pas là […] un précieux élément de solution pour cette question si embarrassante, si complexe et cependant si vitale de l’amélioration du sort des maîtres d’études ? On aurait pour eux, dans les classes élémentaires, un débouché immédiat, un avancement sérieux qui deviendrait bientôt le but des efforts d’un grand nombre d’entre eux.41

36D’une manière générale, dans sa volonté de faire du répétitorat le noviciat du professorat des lycées, Fortoul tend très nettement à occulter les carrières alternatives ouvertes par ses prédécesseurs. D’ailleurs, s’il intensifie l’effort de formation interne – les conférences sont obligatoires pour tous les maîtres pas encore licenciés – et s’il ouvre la voie nouvelle des conférences de licence confiées aux facultés, il assortit cet effort d’une condition draconienne de réussite : tout répétiteur qui n’est pas admis à l’oral après avoir suivi les conférences de licence pendant cinq ans, ou pas diplômé au bout de six ans, perdra son emploi. Pour ceux qui ne parviennent pas à acquérir la licence, le répétitorat se termine en impasse.

Un statut moins avantageux que celui de 1847

  • 42 Le décret du 30 avril maintenait un cadre parisien distinct de celui de la province.

37En outre, l’effort consenti pour améliorer la formation des maîtres est limité par le souci de ne pas dégarnir le service. Le décret prévoit que chaque répétiteur ou aspirant répétiteur pourra consacrer, les jours de classe, cinq heures au moins aux conférences, à son travail personnel et au repos, auquel s’ajoute un demi-congé le dimanche ou le jeudi, deux fois par mois. C’est moins que ce qu’offrait la réglementation précédente (deux demi-journées par semaine en plus des quatre ou cinq heures quotidiennes correspondant au temps des classes). Le régime des traitements est, pour sa part, personnalisé comme il l’a été pour les professeurs et autres fonctionnaires des lycées : on abandonne la référence aux lycées d’exercice, y compris pour les lycées parisiens42, pour un système de trois classes de traitement correspondant aux trois classes de répétiteurs : les répétiteurs de première classe ont droit aux 1 200 francs annuels des anciens maîtres d’études parisiens, ceux de deuxième classe aux 1 000 francs des anciens maîtres d’études des collèges royaux de première classe, et les aspirants répétiteurs à 700 francs, soit moins qu’un ancien maître d’étude de collège royal de troisième classe (800 francs). Quant aux surveillants généraux ou sous-directeurs, ils sont également répartis en trois classes, les deux premières limitées à dix individus chacune, payées 1 800, 1 600 et 1 400 francs par an respectivement, soit plus, pour les deux premières classes, qu’à Paris dans le système précédent. Au total, le nouveau système est plutôt moins avantageux puisqu’il supprime les suppléments de traitement acquis à l’ancienneté ou par l’admissibilité aux concours, et qu’il contingente l’accès aux classes supérieures (pour les surveillants généraux) ou le soumet à des conditions rigoureuses (le grade de licencié, pour les répétiteurs), ce qui entraîne de nouveaux effets de ile d’attente et d’encombrement des carrières, problèmes déjà très répandus dans le corps enseignant. Mais les maîtres en place conservent l’avantage de leur ancien traitement s’il est supérieur à celui auquel leur donne droit leur nouveau classement : une fois encore, les gens en place sont ménagés au détriment des nouveaux venus, ce qui est du reste cohérent avec la logique de la réforme puisque les maîtres sont désormais supposés accéder au professorat ou quitter les lycées. Pour ceux qui se trouvent dans ce cas, le décret prévoit le placement comme régents ou maîtres d’études dans les collèges communaux de ceux de ces maîtres qui sont « dignes de cette faveur par leur bonne conduite et leurs services ». La monarchie de Juillet avait commencé à organiser une circulation des personnels entre collèges royaux et collèges communaux. Fortoul réduit ces derniers à récupérer les personnels qui ne sont pas assez bons pour les lycées.

La persistance des difficultés de recrutement

38Cinq ans après sa mise en œuvre, c’est-à-dire au moment où un premier contingent de répétiteurs devrait quitter les lycées pour mauvais résultats aux examens de la licence, les résultats de la réforme de 1853 sont soumis à une vaste évaluation qui précède un nouveau changement de cap. Les proviseurs doivent répondre à un questionnaire comportant, d’une part un état chiffré et détaillé des maîtres, de leur participation et de leurs résultats aux examens, de leur vocation professorale, de leurs temps de service, d’autre part des questions ouvertes sur le recrutement des répétiteurs, les obstacles qui l’entravent et les moyens de le régulariser ; sur les moyens préconisés par eux pour assurer la moralité et l’aptitude des maîtres ; et sur leur appréciation de la situation du service au point de vue moral, et aux points de vue de la discipline, de l’instruction des maîtres et de leur action sur l’enseignement.

39Cette enquête fait d’abord apparaître le caractère artificiel de la répartition par tiers des différentes catégories de maîtres répétiteurs. Les maîtres de première classe ne sont que 60 pour 66 lycées, et sur un effectif total de 947 répétiteurs. Les deux autres catégories sont plus équilibrées entre elles : 454 maîtres répétiteurs de deuxième classe et 425 aspirants répétiteurs. La faiblesse du nombre des répétiteurs de première classe, pour l’accès à laquelle le grade de licencié est requis, s’explique à la fois par l’insuffisance du nombre des reçus à la licence (112 en lettres et 45 en sciences) et par l’évasion de la majorité des lauréats vers des postes d’enseignement. La proportion très importante d’aspirants répétiteurs montre l’importance du roulement dans ces fonctions, et fait apparaître la jeunesse et l’inexpérience d’une grande partie de la population des répétiteurs en 1858. Les proviseurs se plaignent d’ailleurs de la mobilité de ces jeunes maîtres, et reconnaissent avoir parfois recours à des maîtres pas encore bacheliers. La grande masse de ces répétiteurs est employée à la fonction de base qu’est la surveillance d’un quartier ou d’une division d’élèves à l’étude, au dortoir et dans tous leurs mouvements : 508 maîtres sont recensés comme chargés de la surveillance, dont un petit nombre sont signalés comme étant affecté à l’infirmerie ou faisant fonction de surveillants généraux. 257 maîtres sont chargés d’enseignement, 149 dans les classes élémentaires et les autres dans les classes préparatoires (primaires), où ils sont concurrencés par des instituteurs, et dans des cours et services accessoires : c’est ici que sont recensés les répétiteurs faisant fonction de préparateurs de physique.

  • 43 AN, F/17/7122. Retour des questionnaires remplis par les proviseurs, synthèses des recteurs d’acad (...)

40Ce qui ressort d’abord des réponses à l’enquête de 185843, c’est la gravité du problème de recrutement qui a motivé l’enquête, auquel échappent essentiellement les lycées situés dans les chefs-lieux d’académie où se trouvent des facultés, comme Rennes ou Poitiers et, bien entendu, Paris. Cette exception s’explique de façon marginale par la possibilité pour les maîtres de suivre des conférences de licence dans les facultés des sciences, donc par un effet de la politique de Fortoul. De manière moins conjoncturelle, dans les villes où se trouvent des facultés de droit et de médecine, seules facultés à disposer de véritables étudiants, une partie de ces étudiants trouve dans le répétitorat le moyen de financer ses études. Les proviseurs de Paris s’accordent à reconnaître qu’ils trouvent facilement des maîtres, un grand nombre venant de province pour s’engager à Paris. C’est un véritable marché du répétitorat qui ressort de leurs explications, les maîtres cherchant en priorité à se faire admettre dans les lycées parisiens et se contentant, en deuxième choix, du lycée de Versailles ou des pensions et institutions. Les maîtres ayant servi dans ces pensions et institutions sont d’ailleurs signalés comme moins recommandables que ceux qui viennent des lycées et collèges communaux.

  • 44 Le mot est utilisé par le proviseur du lycée de Rouen.

41Lorsqu’ils analysent les raisons de la « disette »44 de répétiteurs, les proviseurs invoquent des raisons diverses, qui dépendent pour partie des conditions locales de recrutement. Certaines académies centralisent la procédure, mais la plupart des proviseurs ont leur propre réseau de recrutement. La diminution du nombre des collèges et l’augmentation du nombre des lycées apparaissent comme une des causes structurelles des difficultés : beaucoup de proviseurs trouvaient des maîtres d’études déjà dégrossis dans les collèges communaux de la région, comme celui du lycée de Napoléonville pour qui le recrutement est de plus en plus difficile parce que le nombre des collèges « diminue sans cesse ». Le proviseur du lycée de Rouen note que, dans le ressort académique tel qu’il est en 1858, le nombre des collèges communaux est passé depuis 1847 de vingt-neuf à dix-neuf, et le nombre des lycées de trois (deux seulement, en 1836) à cinq, et bientôt six. Et « le nombre considérable des établissements libres » (il en compte trente-deux, rien que pour la Seine-inférieure) ne fait qu’augmenter la pression. Ce proviseur d’un grand établissement est donc réduit à recruter « presque exclusivement dans le personnel des autres lycées (et réciproquement) par relations de personnes ». Plusieurs proviseurs évoquent le réseau des camarades des maîtres, les demandes d’embauches qu’ils reçoivent de répétiteurs en place dans d’autres lycées, et aussi les anciens élèves du lycée qu’ils appellent à s’engager. Beaucoup pointent la concurrence des métiers du commerce, de l’industrie, du chemin de fer, de la télégraphie, où le travail est « plus facile et mieux récompensé ». La concurrence de l’armée est évoquée aussi, avec les engagements pour la Guerre d’Orient.

42Mais, lorsqu’on questionne les proviseurs sur les moyens de régulariser le recrutement et d’assurer la moralité et l’aptitude des maîtres répétiteurs, leurs réponses, et celles des recteurs, sonnent comme un réquisitoire contre la réforme de 1853. La disposition la plus critiquée est celle de l’article 9, c’est-à-dire l’obligation de passer la licence dans les six ans suivant l’engagement, accusée de décourager des jeunes gens peu doués pour les études mais possédant par ailleurs les qualités d’un bon maître répétiteur. Le recteur de l’académie de Montpellier observe d’ailleurs qu’une fois licenciés, les maîtres répétiteurs sont pressés d’obtenir une place de chargé de classe de grammaire dans un lycée ou de régent des classes supérieures dans un collège, ce qui ne répond pas au besoin qu’ont les établissements de maîtres expérimentés. D’ailleurs, cette inquiétude est très vite remontée du terrain. En 1855, Fortoul adressait une circulaire confidentielle aux recteurs pour leur enjoindre de consulter leurs proviseurs à propos de l’effet négatif qu’aurait ce fameux article 9 sur le recrutement. Les témoignages recueillis étaient partagés et surtout prudents. Beaucoup admettaient les difficultés du recrutement mais en exonéraient l’article 9, d’autres avaient le courage d’en pointer les effets négatifs. En 1858, Rouland ayant pris la place de Fortoul et entrepris de démanteler son ouvrage sur bien des points, les jugements sont moins balancés : l’article 9 est désigné comme le coupable principal. Mais des voix discordantes se font entendre, comme celle du recteur de l’académie de Poitiers qui juge la menace de l’article 9 sans effet parce que trop de maîtres seraient concernés, la plupart étant, à ses yeux, ni assez capables ni assez déterminés pour obtenir une licence. Le même recteur à l’esprit critique aiguisé, pointe la faiblesse de l’argument de la diminution du nombre des collèges pour expliquer directement les difficultés du recrutement. En revanche, il accorde à cette diminution un effet indirect : elle réduirait les chances des licenciés potentiels d’obtenir une place de régent. La position de maître d’étude n’était pas meilleure trente ans auparavant, remarque-t-il, mais il n’y avait pas alors la concurrence de l’industrie et du chemin de fer, et les perspectives d’obtenir une place de régent étaient meilleures. Un bâton et une carotte aussi peu crédibles l’un que l’autre : tel est en somme le jugement de ce recteur sur le dispositif de 1853.

43De nombreux proviseurs regrettent que la première classe soit accessible aux seuls licenciés, au détriment de maîtres bacheliers efficaces et dévoués. Ils déplorent la suppression des suppléments de traitement accordés en fonction de l’ancienneté de service dans le même lycée, susceptible d’enrayer la grande mobilité des répétiteurs et de stabiliser l’encadrement des élèves. D’une manière générale, les proviseurs et les recteurs pointent les avantages perdus par les maîtres en 1853, qui ont diminué l’attrait de la profession. « Si, pour contribuer à l’éducation et à l’instruction de la jeunesse, on veut avoir des hommes qui soient eux-mêmes instruits et bien élevés, il faut de toute nécessité leur faire une condition dont puissent s’accommoder des hommes instruits et bien élevés, soit à raison des avantages du présent, soit à raison des promesses de l’avenir », résume admirablement le recteur de Rennes. « Sinon, on ne verra venir à soi que ceux qui sont poussés par une vocation impérieuse, ou ceux que presse la nécessité. Les premiers seront toujours précieux, car ils savent vaincre les obstacles et triompher de toutes les difficultés ; mais ils seront rares, parce que d’autres voies leur sont à tous égards préférables ; les autres ne resteront jamais dans les établissements que le temps qui leur sera nécessaire pour trouver le moyen d’en sortir. » Mais le même recteur rejette l’idée, proposée par le proviseur du lycée de Nantes, de faire du répétitorat une carrière parallèle à celle du professorat et souhaite que l’accent soit mis, comme il l’est déjà, sur la réussite dans les épreuves des facultés. Il partage en revanche l’opinion du proviseur du lycée de Brest selon laquelle les maîtres élémentaires qui ont fait leurs preuves ne doivent pas être assimilés aux autres maîtres répétiteurs, comme l’a fait la réforme de 1853.

44Du reste, les proviseurs se montrent plutôt satisfaits des troupes dont ils disposent, jugés pour la plupart sérieux, zélés et à la hauteur de leur mission pédagogique, du moins au niveau de la division de grammaire, moins exigeante. La qualification des répétiteurs des divisions des lettres et des sciences suscite des commentaires plus partagés. Mais ce qui revient avec insistance, c’est la fréquentation des cafés, principale menace qui pèse sur les maîtres répétiteurs aux yeux de leurs supérieurs.

Diversification des parcours et spécialisation des fonctions (1859-1880)

45Si l’enquête de 1858 se penche sur une situation produite pour l’essentiel par la réforme de 1853, elle fait aussi apparaître la présence dans les établissements de répétiteurs préparant l’agrégation de grammaire. Supprimée par Fortoul en 1852 et rétablie dès 1857 par Rouland, cette agrégation redevient, pour quelques années au moins, ce qu’elle a été dans la première moitié du XIXe siècle : une voie moins exigeante d’accès au professorat, particulièrement destinée aux maîtres répétiteurs. La volonté de faciliter le recrutement des répétiteurs figure d’ailleurs en bonne place parmi les objectifs de cette restauration et explique notamment que les bacheliers ès lettres soient autorisés « par exception et pendant trois années » – prolongées d’un an en 1860 – à se présenter aux épreuves. Cette seule mesure relâche un peu de la pression subie par les répétiteurs et renoue avec la période de la monarchie de Juillet où les maîtres d’études fournissaient bon nombre d’agrégés.

46Mais c’est le décret du 27 juillet 1859 qui, tirant les leçons de l’enquête de 1858 pour revenir sur les aspects les plus critiqués de la réforme de 1853, remet la politique de promotion des répétiteurs sur ses anciens rails. « Il importe aujourd’hui d’améliorer la position des plus dignes, de retenir dans leurs fonctions ceux qui s’en acquittent avec zèle, et d’ouvrir à tous une voie plus large à l’avancement », annonce Rouland, après avoir salué les « bons résultats » du décret de 1853. Le nouveau décret lève l’obligation d’obtenir la licence dans les six ans, qui a « découragé d’excellents maîtres » sans donner « aux plus faibles l’énergie et le dévouement qui leur manquaient », et il ouvre l’accès de la première classe, non seulement aux répétiteurs admissibles à l’agrégation de grammaire, mais aussi aux répétiteurs de deuxième classe qui, après cinq ans d’exercice, dont trois dans le même lycée, « auront montré une véritable aptitude aux délicates fonctions de la surveillance ».

Enseignement, surveillance, administration : des parcours à nouveau divers

  • 45 1 200 francs par an en province et 1 500 à Paris, portés à 1 500 et 1 800 francs en 1866, avec pos (...)

47D’une manière générale, le décret de 1859 est inspiré par la volonté d’ouvrir à nouveau l’éventail des carrières proposées aux répétiteurs. L’enseignement dans les classes élémentaires faisait partie des services assurés par les maîtres répétiteurs en fonction d’une répartition déterminée par le proviseur avec l’agrément du recteur. Ce cas de figure persiste : le proviseur peut toujours déléguer des maîtres répétiteurs de première ou de deuxième classe dans une classe élémentaire, ce qui ne les dispense pas de concourir à la surveillance intérieure, si les besoins du service l’imposent. Mais le décret instaure aussi une nomination avec institution du ministre accessible aux maîtres répétiteurs licenciés, aux maîtres répétiteurs délégués dans une classe élémentaire pendant cinq ans, et aux maîtres répétiteurs admissibles à l’agrégation ayant cinq ans d’exercice. Cette institution ministérielle leur confère le traitement d’un maître élémentaire de première classe45, et, selon les circonstances, la possibilité de résider à l’extérieur et celle d’y prendre leurs repas contre une indemnité de nourriture de 500 francs annuels : c’est le signe le plus symbolique de l’affranchissement de ces maîtres élémentaires, même si l’attribution de l’indemnité de nourriture est conditionnée à la participation au service de la surveillance. La nomination du ministre distingue de la même manière des surveillants généraux payés 1 800 francs dans les départements et 1 500 francs à Paris, des maîtres répétiteurs chargés des fonctions de surveillance par délégation des proviseurs, qui touchent 1 500 francs par an, comme un répétiteur de première classe parisien. La distinction entre cadre parisien et cadre provincial est, en effet, réintroduite dans les traitements des répétiteurs. Répétiteurs et surveillants généraux peuvent bénéficier d’augmentations de rémunération accordées au mérite après cinq ans d’exercice, de même que les aspirants répétiteurs privés de promotion par le défaut de places vacantes. Au total, la nouvelle réglementation reconnaît implicitement l’excessive lenteur de l’avancement, qu’elle compense partiellement en même temps qu’elle ouvre à nouveau les possibilités de carrière.

48Les efforts de l’administration sont impuissants, en effet, à triompher du blocage des carrières. En outre, la politique de promotion des maîtres a un coût qui finit par déséquilibrer les comptes des établissements et éveiller l’inquiétude de l’administration. L’inflation du nombre des maîtres répétiteurs est pointée du doigt et attribuée au sous-emploi des maîtres en place. Le décret de 1859 n’a pourtant pas augmenté le temps libre accordé pour les conférences de licence et d’agrégation. Mais l’affranchissement des maîtres élémentaires institués semble avoir eu pour effet d’inciter les proviseurs à dispenser de services accessoires – suppléances accidentelles, surveillance de l’infirmerie, des arrêts, de la bibliothèque – non seulement les maîtres délégués des classes élémentaires, mais aussi les maîtres des cours préparatoires et des cours annexes. Une circulaire du 28 août impose le partage des services accessoires entre ces différents maîtres chargés d’enseignement. La même circulaire porte à trente l’effectif des quartiers d’élèves dont sont chargés les répétiteurs, au motif que le nombre de ces quartiers a été multiplié dans les années précédentes, « sans avantage notable pour la surveillance des études et pour la discipline ». À l’occasion d’une augmentation des traitements de maîtres répétiteurs, en 1866, Victor Duruy rappelle pour sa part, que l’indemnité de nourriture de 500 francs ne peut être versée à ceux qui prennent leurs repas à l’extérieur « qu’à la condition d’une participation sérieuse et effective au service de la surveillance ». La politique de promotion des répétiteurs rencontre encore ses limites dans le modèle économique des lycées.

L’émergence d’un professorat des classes élémentaires

  • 46 Le décret du 8 janvier 1877 (RLA 1877, p. 7 ; voir aussi la circulaire du 18 janvier, BAMIP 20, p. (...)

49Néanmoins, cette politique de promotion reste la ligne directrice de l’action publique à l’égard des répétiteurs. Le ministère de Victor Duruy et les premières années de la Troisième République sont une période décisive en matière de formation, celle où les facultés acquièrent une place prépondérante. Parallèlement à ce développement, la dynamique qui pousse des métiers spécialisés à se détacher de la nébuleuse du répétitorat connaît des progrès tout aussi décisifs, dont les maîtres élémentaires sont les principaux bénéficiaires. Le décret du 26 septembre 1872, motivé encore par la volonté d’améliorer le recrutement des maîtres chargés des classes de 8e et de 7e, crée le statut de professeur élémentaire, réservé aux maîtres pourvus d’une nomination ministérielle. S’ils sont agrégés, les intéressés seront désormais professeurs divisionnaires (à Paris) ou titulaires (en province). Les maîtres élémentaires licenciés deviennent professeurs chargés de cours, avec un traitement de 2 500 francs à Paris et 2 000 francs en province, susceptible d’augmentations après cinq ans. Après deux ans, un maître répétiteur licencié chargé d’une classe élémentaire peut bénéficier d’une nomination à cette fonction. En contrepartie de l’augmentation des traitements, l’indemnité de nourriture est retirée aux professeurs de classes élémentaires, ainsi qu’aux maîtres élémentaires bacheliers nommés par le ministre, ce qui signifie que les uns et les autres sont désormais dispensés de toute participation au service de surveillance. L’enseignement dans les classes élémentaires est devenu une voie de sortie du statut de répétiteur, et les aménagements des traitements et des carrières des années suivantes en renforcent l’attrait46. Mais le plan d’étude de 1880 supprime l’enseignement du latin avant la sixième, mettant fin au monopole des gradués de l’enseignement classique sur cette fonction. Le certificat d’aptitude aux fonctions de professeur des classes élémentaires, instauré par le décret du 8 janvier 1881, permet en conséquence le recrutement de candidats issus de l’enseignement secondaire spécial et de l’enseignement primaire. La porte ouverte en 1872 devient plus étroite huit ans plus tard, et le problème de la carrière des répétiteurs de l’enseignement classique reste entier.

  • 47 Décret et circulaire relatifs aux répétiteurs, du 27 janvier 1877, BAMIP 20, p. 69-71 et 74-76.

50Cependant, la promotion des répétiteurs est plus que jamais à l’ordre du jour. Après une nouvelle enquête auprès des recteurs, le décret du 27 janvier 187747 efface les dernières traces de celui du 17 août 1853 et les restrictions des années 1860. Il améliore les traitements et l’avancement, équilibre l’autorité du proviseur par le contrôle du recteur et du ministre, et redéfinit de façon un peu plus généreuse le temps libre des répétiteurs et aspirants répétiteurs : six heures les jours de classe, un demi-congé le dimanche ou le jeudi deux fois par mois et quatre heures les autres dimanches et jours de fête. Avec la nomination de maîtres répétiteurs auxiliaires et la création des bourses de licence, cette mesure constitue un renforcement important de la politique de formation des répétiteurs. Elle s’accompagne de souhaits relatifs à l’aménagement de chambres de travail individuelles, « si les dispositions intérieures de l’établissement le permettent » : les dispositions intérieures étant rarement favorables, ce point du règlement reste inappliqué dans bien des établissements et fait l’objet de nouveaux rappels.

La politique de formation à l’agrégation et à la licence

  • 48 Décret du 17 mars 1808, art. 119.

51L’idée que les maîtres d’études et les régents des collèges ont vocation à devenir professeurs de lycée n’est pas qu’un effet de la politique de promotion de la base du corps enseignant. Lors de la fondation de l’Université impériale, l’agrégation a été ressuscitée pour servir d’alternative à l’École normale dans le recrutement des professeurs, et ce concours était destiné aux maîtres d’études des lycées et aux régents des collèges48. Par la suite, la voie de l’École normale et celle de l’agrégation se sont rejointes : une bonne partie des premiers agrégés nommés dans les lycées sont d’anciens élèves de l’École normale et le statut des agrégés du 24 août 1810 proclame qu’à compter du 1er janvier 1815, on ne pourra plus être nommé maître d’étude dans un lycée ou régent dans un collège si l’on n’a pas été élève de cette école. Dans une circulaire du 13 novembre 1813, Fontanes croit pouvoir annoncer que le temps est venu pour que toutes places vacantes dans l’Université soient remplies pas ces anciens élèves. L’illusion est de courte durée. La Restauration tente, sans succès, de mettre sur pied des écoles normales partielles qui délocaliseraient, en quelque sorte, la production des futurs membres du corps enseignant dans les lycées des chefs-lieux d’académie et les prépareraient plus tôt aux métiers de l’enseignement. Parallèlement, le statut du 21 février 1821 admet les régents et les maîtres d’études parmi les candidats possibles aux premiers concours d’agrégation. Avec les normaliens, les régents et les maîtres d’études constituent pendant tout le XIXe siècle le contingent de base des candidats issus de l’Université. Si les attaques contre l’Université constituent de puissantes incitations, la politique de formation lancée par la monarchie de Juillet se situe donc d’abord dans une certaine logique institutionnelle. Elle prend, entre 1839 et 1880, deux directions complémentaires : la première consiste à organiser des conférences préparatoires à l’agrégation et à la licence à l’intérieur des collèges royaux ou lycées et, plus rarement, des collèges communaux ; la deuxième est de mettre à contribution les facultés des lettres et des sciences, solution mise en avant dès 1845 avec la tentative des écoles normales secondaires, mais plus longue à s’installer. L’enrôlement des facultés dans la formation des répétiteurs et régents ne marque pas qu’une étape importante dans la politique de formation des enseignants du secondaire. Elle donne aussi des étudiants et une vocation pédagogique à des facultés académiques qui en étaient privées. Toutefois, c’est avec la création des bourses de licence et d’agrégation, c’est-à-dire avec l’ouverture de cette politique d’aide à la formation, jusque-là interne, que le dispositif change d’échelle, donnant une impulsion décisive à l’enseignement des lettres et des sciences dans les facultés et accélérant la production de licenciés et d’agrégés pour l’enseignement secondaire : une production qui est donc partiellement abandonnée à l’enseignement supérieur au moment où celui-ci commence à peine à s’affirmer.

Naissance et essor des conférences préparatoires internes

  • 49 Rapport au Roi introduisant l’ordonnance sur l’agrégation et les maîtres d’études, du 17 janvier 1 (...)

52L’organisation de la formation interne des maîtres d’études commence officiellement avec l’ordonnance du 17 janvier 1839 qui pose « le principe de conférences préparatoires à l’agrégation faites dans les collèges royaux au profit des maîtres d’études qui se proposeraient cette destination »49. En l’occurrence, même si des maîtres d’études se présentent et sont parfois reçus à d’autres agrégations, il s’agit ici d’une préparation à l’agrégation de grammaire, la plupart des maîtres étant encore de simples bacheliers. Du principe des conférences, on passe en 1844-1845 à l’inscription obligatoire de leurs dépenses au budget des collèges royaux quand le nombre des maîtres d’études se destinant aux épreuves le justifie, et à l’autorisation des conférences dans les collèges royaux de première classe, sous réserve qu’une allocation suffisante ait été assurée. Alors qu’il n’était question jusque-là que de conférences préparatoires à l’agrégation de grammaire, celles-ci sont désormais élargies à la préparation à la licence, objectif beaucoup plus ambitieux dans la mesure où, non seulement le programme et les épreuves de la licence ès lettres sont différents de ceux de l’agrégation de grammaire, mais, surtout, il existe trois licences de sciences distinctes dont, deux – celle de sciences mathématiques et celle de sciences physiques et chimiques – correspondent à une agrégation et à des chaires d’enseignement secondaire. En outre, il est prescrit de réserver les places de maîtres élémentaires aux maîtres d’études « qui se destineront à l’enseignement et suivront en conséquence les conférences pour l’agrégation et la licence ». L’agrégation de grammaire ayant été supprimée en 1852, le règlement de 1853 substitue totalement les conférences de licence à celles d’agrégation et fait de l’obtention du grade une condition de maintien dans le personnel des lycées. Quatre ans plus tard, le rétablissement de l’agrégation de grammaire et son ouverture provisoire aux candidats bacheliers entraînent aussitôt le retour à une préparation interne de cet important débouché pour les répétiteurs.

Des conférences organisées dans la plupart des lycées

53Au moment où le principe des conférences est entériné, rien n’est prévu pour son application générale, mais la chose existe déjà dans certains établissements :

  • 50 Ibid.

Il y aura lieu de fixer en Conseil royal l’époque et le mode d’exécution. Un agrégé des classes supérieures par collège, chargé de ces conférences et faisant toutes les suppléances que les circonstances exigent, serait d’une grande utilité. Dans l’état présent, la situation du personnel ne le permettrait pas, non plus que celle des fonds. Mais l’institution proposée est si désirable qu’en plusieurs lieux le zèle éclairé du proviseur, l’ardeur des maîtres d’études, le dévouement d’un professeur, l’ont réalisée. L’établir par degrés est le but auquel il faut tendre. L’Université y veillera.50

  • 51 Il semble que ces formes de préparation interne ne soient toutefois pas suffisantes, en général, p (...)

54Des conférences préparatoires à l’agrégation de grammaire sont donc apparues dans certains collèges royaux avant l’établissement d’un cadre réglementaire, au plus tard dans les premières années de la monarchie de Juillet. Des pratiques d’aide à la préparation aux grades universitaires ou à l’agrégation semblent avoir existé encore plus tôt dans les lycées puis collèges royaux, qu’il s’agisse de professeurs acceptant de guider le travail d’un ou de plusieurs maîtres d’études et de corriger leurs devoirs, ou de maîtres autorisés à suivre les classes supérieures afin de préparer le baccalauréat ès sciences ou le concours de l’École normale. Il est impossible de quantifier, ou même de cerner précisément la nature de ces formes spontanées de soutien local dont la persistance dans les années 1840 et 1850 ressort marginalement des enquêtes consacrées aux conférences. Le fait que des maîtres d’études, ou d’anciens normaliens ayant échoué à l’agrégation, puissent se présenter aux épreuves de la licence ou de l’agrégation – et constituent, avec les régents, un vivier de candidats parfaitement légitimes – suffirait à en suggérer l’existence51.

  • 52 AN, F/17/7121 : 1845 : répétiteurs et conférences (dossiers classés par académie).
  • 53 Le collège communal de Bastia est transformé en collège royal par l’ordonnance du 24 août 1838, ma (...)
  • 54 Le recteur affirme n’avoir reçu ni l’ordonnance du 15 novembre 1845 ni l’arrêté du 7 janvier 1845.

55L’instauration des conférences, ou plutôt l’intégration de leur principe à la réglementation, en 1839, reste sans grand effet jusqu’aux mesures plus directes de 1844 et 1845. L’instauration d’un régime d’obligation et la désignation par les recteurs, sur proposition du proviseur, des fonctionnaires qui en sont chargées déclenche alors leur organisation dans la plupart des collèges royaux, à en juger par les réponses des recteurs à la circulaire que leur adresse Salvandy à la fin de l’année 184552. De ces réponses, il ressort que des conférences sont organisées dans quarante des quarante-huit collèges royaux alors en fonctionnement, où elles ont le plus souvent commencé lors de l’année universitaire précédente, et parfois depuis plus longtemps, comme au collège royal de Douai, un des plus avancés en la matière, où elles sont déjà établies depuis trois ans. Outre les deux collèges d’externes de Paris, qui ont très peu de maîtres d’études et peuvent les envoyer suivre les conférences d’autres collèges royaux, les établissements défaillants sont ceux d’Avignon, Dijon, La Rochelle et Rodez, dont les recteurs respectifs ont déjà pris des dispositions pour qu’elles puissent commencer au début de l’année 1846. Quant au collège royal de Bastia, petit établissement récemment converti en collège royal53 où aucune conférence n’est en projet, le recteur fait valoir qu’aucun maître ne s’y destine à l’agrégation54.

  • 55 Rappelons que, jusqu’en 1852, on ne peut passer le baccalauréat ès sciences que si l’on est déjà b (...)

56Dans la quasi-totalité des collèges royaux où des conférences préparatoires existent déjà, ou sont sur le point de commencer, on trouve une conférence littéraire. Seul le collège royal de Saint-Étienne se distingue en ne proposant qu’une conférence de sciences mathématiques et physiques, presque tous les maîtres se destinant aux sciences, et quatre d’entre eux préparant la licence. L’autre collège royal de l’académie, celui de Lyon, se contente d’une conférence littéraire. On trouve d’autres conférences de sciences, mais associées à des conférences littéraires, dans les collèges royaux de Bordeaux, Douai et Rennes. Dans plusieurs établissements, les maîtres qui se destinent aux sciences ne sont pas encore bacheliers ès sciences55, et ils suivent les classes de mathématiques spéciales, de mathématiques élémentaires ou de physique, comme à Bordeaux, Nancy, Poitiers et Rouen. D’une manière générale, les conférences préparatoires aux licences scientifiques sont plus difficiles à organiser. Dans les villes qui possèdent une faculté des sciences, l’assistance des candidats aux cours de mathématiques, de physique et de chimie est au moins un utile complément au travail des conférences, à condition que les horaires soient aménagés à cet effet. C’est le cas à Bordeaux, ce qui permet aux trois maîtres d’études qui suivent la conférence de sciences mathématiques, ainsi qu’à un quatrième qui se contente de ces cours pour préparer la licence, de les fréquenter. À Toulouse, les maîtres qui se destinent à la licence ou au baccalauréat ès sciences suivent les cours de la faculté.

  • 56 L’Éducation républicaine, première année, no 15 (deuxième quinzaine de décembre 1848). C’est le ca (...)

57En 1845-1846, la plupart des conférences sont organisées en deux séances hebdomadaires d’une heure et demie ou deux heures chacune. Elles sont souvent placées pendant les classes, moment commun de liberté des maîtres d’études, qui présente toutefois l’inconvénient de ne pas convenir aux maîtres élémentaires. Le censeur du collège royal d’Angers tient, pendant les classes, trois conférences chaque semaine pour six maîtres d’études. Il leur ajoute une quatrième séance, placée le jeudi, à l’intention des deux maîtres élémentaires de son établissement : on a là un cas de dévouement remarquable à la formation interne, qui est d’ailleurs peut-être vécu comme une forme de persécution par ses subordonnés et élèves. En effet, confier les conférences au censeur est une solution classique, mais ce choix, qui correspond manifestement aux préférences du recteur quand il se répète dans tous les collèges royaux d’une académie, peut gêner les maîtres d’études qui se trouvent exposés à être jugés sur leurs aptitudes littéraires par leur supérieur hiérarchique, comme le déplore, en 1848, le courrier d’un lecteur de L’Éducation républicaine56.

58Dans le cas de figure le plus fréquent, la conférence littéraire est confiée au professeur de rhétorique, qui, le cas échéant, est remplacé de préférence par celui de philosophie ou par celui de seconde, parfois par un agrégé de lettres, et plus difficilement par un professeur de classe inférieure. À l’argument de la compétence, qui fait du professeur de rhétorique le maître de conférences idéal, s’ajoute là encore une considération pratique : un professeur qui a dix classes hebdomadaires, ce qui est le cas des professeurs des classes de grammaire dans la plupart des collèges royaux, ne peut pas tenir sa conférence au moment où les maîtres de quartier sont disponibles. Il faut alors aménager les services pour placer celle-ci le jeudi, par exemple. Mais ni les professeurs des classes supérieures ni même les autres ne se bousculent nécessairement pour assurer les conférences. Au collège royal de Montpellier, aucun fonctionnaire de l’établissement n’ayant souhaité s’en charger, c’est un chargé de cours de littérature française à la faculté des lettres, René Taillandier, qui a été investi pour l’année 1844-1845. La solution n’est pas idéale : la rentrée de la faculté étant plus tardive que celle du collège royal, les maîtres ont été privés de conférences au début de l’année universitaire 1845-1846, et le recteur envisage de substituer le professeur de seconde à cet enseignant extérieur. À Dijon, il faut descendre jusqu’au professeur de sixième pour trouver un volontaire. Le censeur fait valoir que sa fonction suppose une surveillance continuelle, le professeur de rhétorique prépare sa thèse, celui de seconde est chargé d’un cours de rhétorique et de philosophie supplémentaire, celui de troisième n’est ni agrégé ni licencié, et ceux de quatrième et de cinquième ont « des fils dont ils s’occupent ».

59L’argument financier peut jouer : les fonctionnaires qui sont en charge de ces conférences touchent une indemnité annuelle qui va de 100 à 1 000 francs, la valeur la plus fréquente étant de 400 francs. Ces sommes ne sont en rien proportionnelles au traitement fixe du fonctionnaire désigné. Au contraire, l’indemnité semble être couramment utilisée pour arrondir une faible rémunération, et elle paraît par exemple calculée plus généreusement quand la conférence est confiée à un agrégé. Cette indemnité est prise sur les fonds du collège. Mais le proviseur du collège royal de Rodez, arguant de ce que l’organisation des conférences lui impose de recruter un maître surnuméraire, demande que l’indemnité de 400 francs qu’il propose pour le fonctionnaire chargé des conférences soit prise en charge par l’État.

  • 57 Les collèges qui organisent la formation de leurs maîtres appartiennent au haut de la hiérarchie, (...)

60L’organisation de conférences dans les collèges communaux pose des difficultés bien plus grandes, le nombre des maîtres d’études y étant trop restreint (rarement plus de quatre dans les collèges de première classe), leur niveau trop faible, et les conseils municipaux refusant généralement de voter l’allocation qui en conditionne l’autorisation. L’enquête de 1845 fait apparaître l’existence de conférences dans le collège d’Aumale de Lorient, et dans ceux de Béziers, Pamiers et Vesoul, ainsi que de projets dans le collège Joinville de Brest et dans celui de Châtellerault. À Châtellerault et Vesoul, il s’agit de conférences données à titre gratuit. Une conférence a été organisée en 1844-1845 à Évreux pour deux candidats à la licence, ainsi qu’une autre pour préparer au baccalauréat ès lettres, mais elles n’ont pas repris à la rentrée, les régents qui les assumaient bénévolement n’étant plus disponibles. À Castres, la conférence établie en 1844-1845 s’est arrêtée, faute de crédits mais aussi faute d’auditeurs, les deux maîtres éventuellement concernés suivant la classe de mathématiques spéciales. Toutefois, l’absence de conférences ne signifie pas qu’un établissement renonce à toute aide à la préparation. Le recteur d’Angers remarque ainsi que, si aucune conférence n’a pu être organisée dans les collèges communaux de son académie, les maîtres d’études bénéficient de conseils pour la direction de leurs travaux, notamment au Mans, à Château-Gontier et à Ernée57.

La rationalisation du dispositif (1854-1855)

  • 58 Circulaire du 14 janvier 1854, BAIP 5, p. 3-7.
  • 59 Arrêté du 10 septembre 1852.

61Un nouveau pas dans la systématisation des conférences préparatoire est franchi en 1854, dont la volonté de rationalisation combine, à la manière caractéristique du ministère Fortoul, l’ambition, la centralisation et l’économie des moyens. L’organisation de ces conférences, désormais obligatoires pour les répétiteurs de deuxième classe et pour les aspirants répétiteurs – soit la très grande majorité d’entre eux – et assorties d’une obligation de résultat, fait l’objet d’une circulaire minutieuse58. Elles doivent désormais se tenir en deux séances hebdomadaires d’une heure chacune, soit la moitié du temps généralement consacré aux conférences en 1845. Les professeurs qui en sont chargés ne reçoivent plus d’indemnité pour ce travail qui est compté dans les heures qui leur sont imposées depuis 1852 pour les conférences ou répétitions et examens59. L’emploi de ces deux conférences hebdomadaires est encadré et minuté pour ce qui concerne les conférences littéraires. Mais c’est dans le domaine des sciences qu’il est alors impératif de progresser. Le retard de l’effort de formation des maîtres à vocation scientifique est malvenu, au moment où la place conférée aux sciences dans le nouveau plan d’étude augmente les besoins en personnel. Or, on l’a noté, le programme des trois licences ès sciences mathématiques, physiques et naturelles, va largement au-delà de ce qui est enseigné dans les lycées – au contraire de celui de la licence ès lettres qui comporte sa propre liste d’auteurs à étudier mais exige plus un approfondissement qu’un apprentissage de nouvelles notions ou de nouveaux savoir-faire.

62Pour résoudre cette difficulté, Fortoul sépare le problème en trois cas de figure. Dans les lycées n’ayant pas de classe de mathématiques spéciales et n’étant pas situés près d’une faculté de sciences, il n’est organisé que des conférences préparatoires à la licence ès sciences physiques, « celle qu’il importe le plus d’encourager pour les besoins actuels du service et pour répondre aux exigences de l’enseignement scientifique des lycées ». Ces conférences s’organisent en un « cercle » de deux années, l’une consacrée à la physique et l’autre à la chimie et à la minéralogie. Dans les lycées qui ont un cours de mathématiques spéciales sans être près d’une faculté des sciences, il est jugé « impossible d’instituer un cours de mathématiques transcendantes, à deux leçons d’une heure par semaine, capable de préparer en deux ans, et même en trois ans, à la licence mathématique ». En conséquence, les maîtres ont le choix entre s’inscrire à la conférence préparatoire à la licence ès sciences physiques, qui existe également dans ces lycées, et suivre la classe de mathématiques spéciales et les conférences affectées à cette classe. Ceux qui peuvent et désirent passer à l’étude des parties supérieures du programme peuvent être appelés, sur recommandation des recteurs, à passer dans des lycées situés près d’une faculté des sciences. Ce n’est en effet que dans les lycées situés près d’une faculté des sciences que sont instaurées des conférences préparatoires à chacune des trois licences, organisées elles aussi en « cercles » de deux ans, que les professeurs qui en sont chargés doivent considérer « comme des répétitions des cours de la faculté, et non comme des cours distincts et indépendants ». Les conférences de licence ès sciences mathématiques ne portant que sur le calcul différentiel et intégral, la mécanique et l’astronomie, elles ne sont accessibles qu’aux maîtres « suffisamment préparés sur les mathématiques spéciales », les autres étant renvoyés à la classe de mathématiques spéciales et à ses conférences.

  • 60 Décret du 22 août 1854.

63Avec cette circulaire, le recours aux facultés des sciences devient systématique et ses conditions strictement encadrées. Le rétablissement des académies pluri-départementales, l’implantation de facultés des lettres et des sciences dans ceux des seize chefs-lieux d’académie qui en étaient privés et l’instauration de conférences à l’intérieur même des facultés en 185560 élargissent considérablement la portée de ce dispositif : les facultés fournissent ainsi une alternative complète à la formation interne, ce qui fait de l’affectation des maîtres dans les lycées situés au chef-lieu de leur académie un instrument privilégié de la politique de formation interne.

64L’enquête de 1858 permet de mesurer les résultats du régime de formation établi en août 1853 – et perfectionné ou amendé en 1854, 1855 et 1857 – après cinq années universitaires d’application. Au total, 198 répétiteurs ont été présentés à la licence ès lettres pour soixante-six lycées, soit trois répétiteurs par lycée, et 112 reçus, plus de deux sur trois. Si le nombre des candidats est modeste, le rapport entre candidats et admis confirme ce que mettent en évidence les commentaires des proviseurs et des recteurs : ne sont présentés que des sujets capables de réussir. Pour la licence ès sciences, les chiffres sont encore plus modestes – l’organisation des conférences est plus récente – et le ratio très favorable : 56 présentés, 45 admis. En ajoutant à ces chiffres les 26 maîtres présentés à l’agrégation, qui n’est rétablie que depuis un an, on ne trouve guère que 280 répétiteurs à avoir tenté d’obtenir un grade alors que le régime de 1853 faisait du succès à la licence la condition sine qua non d’un maintien dans l’emploi. C’est très peu, et cela donne raison au recteur qui estime que cette menace est inapplicable parce qu’elle touche trop de maîtres. L’assistance aux conférences est en revanche obligatoire. L’enquête dénombre 947 répétiteurs au total pour soixante-six lycées, auxquels il faut retrancher les 60 maîtres de première classe qui, étant nécessairement licenciés, ne sont pas concernés par les conférences. Sur les 887 répétiteurs concernés, 511 sont déclarés préparer la licence ès lettres (371), une licence ès sciences (147) ou l’agrégation (93). Parmi les autres, certains suivent des cours de mathématiques spéciales ou se préparent à l’examen d’admission à l’École normale supérieure, voire au baccalauréat ès lettres, pour les rares maîtres qui ne l’ont pas encore.

65Incontestablement, la mise au travail du corps des répétiteurs a bien eu lieu, même si la rigueur de la réglementation fortoulienne se traduit imparfaitement et inégalement dans la réalité. Quand les proviseurs demandent à leurs répétiteurs s’ils se destinent à l’enseignement, la plupart répondent positivement, réponse à laquelle les proviseurs accordent d’ailleurs plus ou moins de crédit – il est vrai que la question reste sensible. Les autres visent diverses positions parmi lesquelles dominent les fonctions administratives, notamment l’économat des lycées (25 maîtres) et, notamment dans les villes universitaires, la médecine et les métiers du droit. Des maîtres suivant majoritairement les conférences et déclarant massivement souhaiter rester dans l’enseignement : le tableau serait remarquable si on ne soupçonnait pas un peu de formalisme dans cette fièvre préparatrice. La question, plus largement, est de savoir si ces conférences préparatoires ne bénéficient qu’à une minorité de répétiteurs dotés de bonnes bases, appliqués et ambitieux, ou si, tout en ne produisant pas autant de licenciés que ne le souhaitait Fortoul, elles contribuent au moins à élever le niveau général d’instruction et à améliorer par ce biais la qualité de l’encadrement pédagogique tout en proposant aux maîtres un sain dérivatif aux plaisirs du café. Pour apporter des éléments de réponse à cette question, il est nécessaire de se pencher sur la façon dont sont organisées les conférences, sur le travail attendu de ceux qui les suivent et sur ce qu’en disent les professeurs qui en sont chargés, les proviseurs des lycées où elles ont lieu et les recteurs d’académie.

Principe et pratique de la conférence préparatoire

  • 61 Voir la circulaire du 27 août 1840 et l’arrêté du 14 septembre 1841, dans Bruno Belhoste, Les scie (...)
  • 62 AN, F/17/7121, 1845 : maîtres d’études et conférences (académie de Paris).

66Ce qu’est une conférence, Salvandy n’éprouve pas le besoin de le préciser lorsqu’il inscrit le principe des conférences préparatoires dans la réglementation en 1839. À vrai dire, le terme est employé de façon assez souple. Le terme de « conférences préparatoires d’arithmétique et de géométrie » a été utilisé pour désigner les cours – appellation utilisée concurremment pour le même objet – instaurés à la suite du plan d’études de 1840 pour les élèves des classes de troisième, seconde et rhétorique qui se destinaient spécialement aux mathématiques61. Appeler « conférences » ces enseignements dérogatoires permettait surtout de ne pas les placer au même niveau que les classes. En 1857, Rouland éprouve en revanche le besoin de définir les conférences destinées aux élèves pour bien les distinguer des répétitions, les deux pratiques tendant à se confondre. Dans ce cas, les conférences désignent des séances réunissant un effectif restreint et visant à l’approfondissement de l’enseignement. Fortoul s’est manifestement inspiré des institutions privées, où les conférences permettaient de « chauffer » les élèves, notamment en vue des concours d’admission aux grandes écoles, pour introduire cette pratique pédagogique dans les lycées à la suite du plan d’études de 1852. Concernant les conférences destinées à préparer les maîtres d’études aux épreuves de la licence ou de l’agrégation, on ne peut évidemment que renvoyer à l’exemple de l’École normale, dont les conférences ont le même objet. D’ailleurs, dans le rapport transmis au ministre par le vice-recteur de Paris en 1845, les collèges royaux d’internes de Paris (Louis-le-Grand, Henri-IV, Saint-Louis) et celui de Versailles déclarent suivre le même plan qu’à l’École normale pour ce qui concerne les conférences littéraires62.

67Les conférences préparatoires pour les maîtres d’études et les répétiteurs sont donc, en principe, des séances regroupant un nombre limité de ces maîtres autour de leur professeur, conçues pour permettre des échanges plus directs que lors d’une classe ou d’un cours, et consacrées pour partie à ce qu’on appellerait aujourd’hui des travaux pratiques. Le point commun de la conférence préparatoire avec une classe, c’est la place centrale qu’y prennent les travaux personnels. Chaque conférence est l’occasion d’une distribution d’exercices et d’une correction des exercices donnés la fois précédente : c’est à cela, ainsi qu’à des lectures, des travaux de préparation et des révisions, que renvoie l’expression « le travail de la conférence » qu’on trouve couramment dans les textes officiels et dans les archives. Le nombre limité des élèves de la conférence permet l’approfondissement et le travail individualisé, à un coût inférieur à celui des leçons particulières, et y ajoute le bénéfice du partage des difficultés et de l’émulation. Dans les faits, tous les maîtres de conférences ne perçoivent pas leur rôle de la même manière, au moins jusqu’aux prescriptions de la circulaire du 14 janvier 1854, et ils doivent s’adapter à leur public.

  • 63 C’est le cas, par exemple, au collège royal de Toulouse et au collège communal de Pamiers, où la p (...)
  • 64 André Chervel, Histoire de l’agrégation, ouvr. cité, p. 128-129.

68En lettres, les uns privilégient l’assimilation des notions grammaticales et des techniques d’explication et de composition63, les autres s’efforcent de voir avec leurs élèves la totalité des textes au programme. La circulaire de Fortoul écarte implicitement le modèle de la classe, ouvertement assumé par certains maîtres de conférences qui jugeaient utile de placer une leçon à l’intérieur de la conférence, pour privilégier l’exercice oral et écrit. Désormais, tout ce qui relève du cours, c’est-à-dire de l’exposé raisonné de notions et de connaissances, est exclu de la conférence, dans laquelle on se concentre sur la partie pratique et appliquée de l’apprentissage. Il est vrai que la réduction des conférences à deux séances d’une heure oblige à économiser le temps. En outre, pour ce qui concerne les lettres, un élève qui a fini son cycle secondaire n’a théoriquement plus besoin d’acquérir des notions nouvelles, mais plutôt d’approfondir et d’accumuler de l’expérience. Dans la circulaire de 1854, le temps de la conférence est décomposé en trois tranches : vingt minutes pour l’indication du prochain devoir, et pour le compte rendu et la correction des copies du précédent ; trente minutes pour l’explication d’un texte grec ou latin, avec commentaire littéraire et philologique ; dix minutes pour l’analyse d’un texte français, avec commentaire littéraire et philologique. La circulaire prévoit de faire préparer ce dernier exercice à l’avance par les répétiteurs-élèves et de les faire commenter à tour de rôle, mais la pratique consistant à « faire expliquer » les élèves paraît s’appliquer plus largement dans la pratique, y compris après 1854. L’explication, une lecture commentée du texte étudié qui dérive de la praelectio, est un des fondements de la pédagogie humaniste. En la confiant aux répétiteurs, on place donc ces derniers, en quelque sorte, en situation pédagogique. Quant à la pratique de l’«  exercice public » ou de l’«  argumentation » qui oppose les élèves dans des échanges oraux, elle est évoquée dans certaines descriptions de conférences de 1845, mais elle n’est pas mentionnée dans la circulaire. Cette pratique dérivée de la vieille disputatio a d’ailleurs été éliminée des épreuves de l’agrégation en 185364.

69Les dispositions de la circulaire de 1854 ont l’avantage, concernant les lettres, de ne viser qu’à la préparation de la licence. Or, la grande difficulté dans l’organisation des conférences préparatoires, entre 1845 et 1853, puis entre 1857 et 1861, est de concilier la préparation de l’agrégation de grammaire avec celle de la licence ès lettres, lorsque les maîtres de l’établissement se partagent entre les deux. L’agrégation de grammaire sert à recruter, comme son nom l’indique, des professeurs pour les classes de grammaire. Accessible à cette époque avec le baccalauréat, elle suppose des candidats une bonne connaissance de la grammaire générale et des grammaires de chacune des trois langues enseignées (grec, latin, français), ainsi que la maîtrise de la version et du thème. La licence ès lettres fait appel à des connaissances littéraires et à la maîtrise des exercices de composition française, latine et grecque. Or, la maîtrise de la composition est très inégalement répartie, et il est peu profitable d’infliger à des candidats à deux types d’épreuves aussi distinctes la même préparation.

  • 65 Charles Floride Glachant (1826-1889), élève de l’École normale, agrégé des lettres (1848), enseign (...)
  • 66 AN, F/17/7121. Conférences aux maîtres répétiteurs, 1858.

70C’est la situation à laquelle un rapport de Charles Glachant, professeur de rhétorique au lycée Louis-le Grand65, propose en 1857 de donner une solution rationnelle pour ce qui concerne les lycées parisiens66. Adressé au proviseur de Louis-le-Grand et transmis par le vice-recteur au ministre, ce rapport fait suite au rétablissement de l’agrégation de grammaire et propose d’établir une conférence commune aux lycées de Paris. Le principe de cette conférence unique figurait déjà dans le règlement du 7 janvier 1845, mais les conférences sont alors organisées séparément. Glachant, qui assure la conférence de préparation à la licence de Louis-le-Grand depuis le 1er janvier 1856, souligne que le rétablissement de l’agrégation de grammaire est accueillie par les maîtres du lycée « avec un empressement du plus heureux augure », qu’en effet, ces maîtres sont « presque tous plus propres à la pratique de l’enseignement des langues qu’au travail de la composition et du style », et que l’exemple du passé confirme que l’agrégation de grammaire est « le but pratique actuellement réalisable de leurs efforts ». Mais il plaide pour une modification du plan anciennement prescrit et souhaite profiter de la désorganisation des conférences parisiennes pour les réorganiser sur des bases nouvelles.

« Si l’on fait attention que le professeur chargé de cette responsabilité ne peut en deux heures par semaine, préparer à la fois les deux examens (même en supposant qu’il ait une double aptitude) donner les devoirs divers, les corriger, sans négliger l’exercice si important au point de vue normal de l’explication et de la leçon, on se convaincra de la nécessité d’adopter pour cette conférence comme pour les autres fonctions scholaires le principe des spécialités et de la division du travail », plaide Glachant.

71En conséquence, il propose « la création d’une conférence unique et centrale pour les maîtres répétiteurs de tous les lycées de Paris », qui aurait pour objet « la préparation simultanée, mais distincte à la licence ès lettres et à l’agrégation de grammaire », et qui serait confiée aux soins de quatre professeurs, deux de lettres et deux de grammaire, lesquels se répartiraient la charge ainsi, à raison d’une conférence d’une heure et demie par semaine pour chacun : le premier professeur de lettres serait chargé de la dissertation latine et de la version latine ; le deuxième de la dissertation française et des vers latins ; le premier professeur de grammaire de la grammaire générale et du thème latin ; le deuxième du thème grec et de la version grecque. Tous les candidats à l’un ou l’autre examen seraient tenus de suivre au moins trois conférences sur quatre.

  • 67 Les rapports de 1857 sur les conférences de ces trois lycées (ibid.) montrent d’ailleurs qu’elles (...)

72Mais cette solution, qui s’impose à Paris tant que les trois seuls lycées d’internes sont groupés au Quartier latin67, n’est pas possible ailleurs sans dispositions particulières permettant d’assurer la présence ou l’acheminement des répétiteurs sur le lieu de la conférence. La centralisation des conférences de mathématiques imposée par l’organisation de 1854 n’est pas encore à l’ordre du jour pour les lettres, et les remarques abondent sur le niveau insuffisant de la plupart des maîtres répétiteurs pour envisager à court terme la préparation à la licence. Pour ce qui concerne les lettres, les instructions de 1854 sont manifestement peu en rapport avec les capacités des maîtres et avec leurs besoins de formation. Elles sont donc difficilement applicables sans aménagements. En outre, ces instructions reposent sur le postulat d’un fort engagement des répétiteurs dans la préparation aux grades, la contrainte ou la menace d’une perte d’emploi faisant éventuellement office de véritable motivation. Or, la pénurie de répétiteurs rend très peu crédible cette menace et réduit la propension des maîtres à accepter les contraintes de leur emploi.

L’effet des conférences : des appréciations variables

  • 68 Mme Charles Garnier, Une famille parisienne universitaire au XIXe siècle ; ouvr. cité, p. 234.
  • 69 Arthur Bary aspire à retrouver sa famille à Paris, et il regrette aussi Saint-Omer, son premier po (...)

73Arrivé au lycée de Coutances en 1855 pour y assurer la chaire de rhétorique, Arthur Bary se voit chargé de la conférence de licence et résume ainsi ses impressions : « La conférence des maîtres-répétiteurs prend beaucoup de mon temps. J’en ai huit qui travaillent, mais qui sont peu intelligents et très faibles. Il faut corriger leurs devoirs, les faire expliquer, et les 200 francs que j’en retirerai ne valent pas cet ennui. »68 Il est vrai que Bary, qui juge aussi les onze élèves de sa rhétorique « dociles et bons enfants, fort bien disciplinés, mais très faibles et très ignorants » et ses collègues « de vrais régents, lourds, hébétés, quelques-uns dangereux et venimeux », porte sur Coutances, sur son lycée et sur la province en général un regard absolument dénué de complaisance. D’ailleurs, les réponses du proviseur du lycée de Coutances à l’enquête de 1858 sur le recrutement des répétiteurs, deux ans après le départ de Bary, ne confirment pas tout à fait l’appréciation du jeune professeur parisien : des quatre maîtres qui ont été présentés à la licence ès lettres depuis 1853, trois ont été admis ; un quatrième a passé, sans succès, les épreuves de la licence ès sciences. Ramené au nombre des maîtres présents depuis cinq ans au lycée, ce n’est pas énorme, mais cette performance est plutôt élevée pour un établissement qui, en 1853, venait tout juste d’être élevé au rang de lycée. Le proviseur, qui déclare choisir les maîtres parmi « des jeunes gens du pays qui lui sont connus d’avance », en trouve d’ailleurs suffisamment pour approvisionner plusieurs autres établissements : la région est donc plutôt un réservoir d’universitaires. Le double exil dont soufre Bary ne semble donc pas le porter à l’objectivité69.

74À l’occasion de l’enquête de 1858, les remarques de l’abbé Juste, recteur de l’académie de Poitiers, apportent un éclairage intéressant sur les décalages entre les témoignages directs ou indirects, les rapports officiels et la réalité. Depuis cinq ans, observe-t-il, quatorze maîtres répétiteurs seulement ont obtenu la licence dans les sept lycées de l’académie : douze licenciés ès lettres et deux licenciés ès sciences, ce qui est peu, rapporté à l’effectif de quatre-vingts maîtres présents, au cours d’une seule année dans l’académie. Ce résultat, tout à fait dans la moyenne, lui semble

peu d’accord avec le nombre de maîtres répétiteurs que les proviseurs présentent comme se préparant aux épreuves de la Licence. Mais, sur ce nombre, il en est très peu qui s’y préparent sérieusement, et avec la chance ou l’espérance du succès. C’est là un fait que reconnaissent franchement plusieurs proviseurs, que d’autres taisent, mais qui malheureusement ne saurait être contesté par personne. La grande majorité des maîtres répétiteurs ne fait rien de ce qu’il faudrait faire pour obtenir le grade qu’on voudrait leur faire prendre.

75Les éloges de certains de ses proviseurs lui paraissent douteux, et d’ailleurs pas conformes à leurs rapports ordinaires. Pour ce recteur qui n’accorde aucun crédit à la menace de renvoi des maîtres échouant à la licence, les qualités d’esprit requises pour la licence sont de toute façon rares, et on ne les acquiert que dans le cours des études. Pour la plupart des maîtres, c’est donc trop tard, à en croire les remarques individuelles qui remplissent les rapports sur les conférences adressés aux ministres successifs. Et, parmi les maîtres ayant fait de bonnes études, c’est souvent l’application qui manque.

76Quant à l’assiduité des maîtres aux conférences, le régime instauré par Fortoul semble porter ses fruits. À lire les rapports de 1857, on constate que c’est surtout la quantité de devoirs rendus qui établit une distinction entre les maîtres qui préparent « sérieusement » la licence ou l’agrégation et les autres. Cependant, le sérieux des maîtres est évidemment fonction de leur disponibilité, laquelle est plutôt réduite par la réglementation de 1853, à supposer encore que les maîtres puissent effectivement disposer des plages de liberté prévues pour travailler. Au total, le système de la préparation interne généralisée a certainement eu un effet positif sur le niveau d’ensemble des répétiteurs des lycées et donc sur leurs compétences dans la partie pédagogique de leur mission, mais il n’a pas permis de produire les quantités de licenciés espérées. Un des problèmes de fond est de toute évidence que les allègements de service autorisés par le modèle économique des lycées sont très insuffisants pour atteindre les objectifs fixés. La mise à contribution des facultés suggère une autre voie, qui consiste à centraliser les lieux de préparation, à sélectionner les maîtres qui en bénéficieront et à leur donner beaucoup plus de temps pour leur travail personnel.

La formation en faculté, des écoles normales secondaires aux bourses

77En décembre 1845, pour compléter une série de mesures destinées à améliorer le statut, les conditions de travail, les perspectives de carrière et la formation des maîtres d’études, Salvandy obtient du Roi la création par ordonnance d’écoles normales secondaires établies « dans les villes possédant des facultés ».

78L’idée d’écoles, situées en province, qui serviraient à former des jeunes gens pour les emplois de maîtres d’études et de régents, rappelle la tentative sans lendemain des écoles normales partielles et, dans une certaine mesure, celle, aussi infructueuse que la précédente, des écoles préparatoires. De ces anciens projets, il subsiste l’idée d’écoles moins ambitieuses que l’École normale de Paris : Salvandy les définit comme une sorte d’échelon intermédiaire entre l’École normale supérieure (c’est le nom que l’ordonnance lui confère pour la distinguer des écoles normales secondaires) et les écoles normales primaires. Mais le nouveau projet vise à mettre à contribution les facultés académiques, et il accompagne à cet égard le mouvement de développement de ces facultés qui a été entamé par la monarchie de Juillet. Cette tentative n’est pas plus concluante que les précédentes mais, à partir de 1862, c’est ce cadre réglementaire qui va servir pour développer des emplois de maîtres répétiteurs auxiliaires placés près des facultés pour y préparer les grades.

L’expérience de l’école normale secondaire d’Aix

  • 70 La lettre que le recteur d’Aix, Roustan, adresse au ministre le 18 octobre 1848, dans le contexte (...)

79La seule école normale secondaire qui ait vu le jour est celle d’Aix. Une fois de plus, le projet de Salvandy s’est heurté aux limites financières et institutionnelles de l’action publique. Dans une circulaire du 6 janvier 1846, Salvandy demande aux recteurs de faire, de concert avec le préfet du département, des démarches auprès de l’autorité municipale du chef-lieu de leur académie en vue d’obtenir le concours des villes. En effet, s’il déclare avoir « lieu d’espérer que les chambres législatives et les conseils généraux prêteront à l’Université un concours empressé pour une création dont l’utilité frappera tous les esprits », c’est pour affirmer aussitôt que « les villes devront également s’associer à cette œuvre qui les touche peut-être de plus près, puisqu’il s’agit de donner aux familles qui confient leurs enfants aux établissements de l’État de nouvelles garanties de sécurité. Les écoles normales secondaires seront placées dans les villes qui offriront le plus de ressources d’instruction, et qui pourront faire les frais de premier établissement. Ces frais consistent dans la prestation d’un local convenablement approprié à sa destination, et d’un mobilier usuel pour le nombre d’élèves-maîtres que nécessitera le recrutement des collèges royaux et communaux de la circonscription ». Des premiers contacts, il ressort que la plupart des villes s’inquiètent de la dépense. Aix, Bordeaux et Caen semblent toutefois prêtes à faire la première dépense. Finalement, Aix est la seule à aller jusqu’au bout de la démarche, avec des arrière-pensées manifestes, lesquelles renvoient précisément aux faiblesses de cette implantation. Le choix d’Aix présente en effet au moins deux difficultés. La première est qu’il s’agit d’un chef-lieu d’académie privé de lycée. La seule école normale secondaire effectivement créée est donc placée dans le collège communal d’Aix. L’établissement de l’académie le mieux approprié pour y placer l’école aurait été le lycée de Marseille, mais Marseille n’a pas de faculté. Aix a une faculté de lettres, dont Hippolyte Fortoul est le jeune doyen, mais elle n’a pas de faculté des sciences, ce qui est une deuxième difficulté. C’est justement dans le contexte de sa rivalité avec Marseille, et des craintes de déplacement de la faculté des lettres, voire du siège de l’académie, qu’Aix semble avoir saisi cette chance70.

  • 71 Il s’agit en l’occurrence de Norbert Bonafous, professeur de littérature ancienne à la faculté des (...)

80La direction de l’école est confiée à l’inspecteur d’académie Joseph Foncin, et les conférences sont partagées entre le directeur de l’école, l’aumônier, le principal et plusieurs régents licenciés du collège d’Aix et un professeur de la faculté des lettres71. La présence d’une conférence d’instruction religieuse et d’une conférence de pédagogie confiée au directeur, qui s’appuie sur le Traité des études de Rollin et le Manuel des répétiteurs du recteur Henry, soulignent l’importance donnée à la dimension éducative dans la formation des futurs maîtres d’études et régents. Les élèves de la section des lettres suivent cinq cours de la faculté des lettres : ceux de littérature française (par Fortoul), de littérature ancienne, de littérature étrangère, d’histoire et de philosophie. Faute d’une faculté des sciences, les élèves de la section des sciences suivent les mêmes cours, à l’exception de ceux de littérature ancienne et de littérature étrangère. La Révolution de 1848 précipite la chute de l’école normale secondaire d’Aix, qui n’aura vécu que huit mois.

La prise en main de la formation par les facultés

81Si des lycées de villes possédant des facultés académiques envoient leurs maîtres d’études y suivre des cours dès 1845, il faut attendre le règlement de janvier 1854 pour qu’un dispositif rationnel soit établi qui, de manière exclusive pour la préparation aux licences ès sciences mathématiques et ès sciences naturelles, associe les répétitions internes aux cours des facultés des sciences. L’étape suivante est la prise en charge de la totalité de la formation à la licence par les facultés. Le décret du 22 août 1854 sur le régime des établissements d’enseignement supérieur crée les conditions pour franchir ce pas en instaurant des conférences à l’intérieur des facultés, faites par les professeurs eux-mêmes. Comme dans le cas des conférences destinées aux élèves des lycées, il s’agit dans l’esprit de Fortoul de faire bénéficier tous les étudiants de l’avantage procuré à certains par les cours particuliers :

  • 72 Rapport à l’Empereur et décret sur le régime des établissements supérieurs, du 22 août 1854, BAIP (...)

Il n’y a pas eu jusqu’à présent, dans les établissements d’enseignement supérieur, de rétributions facultatives régulièrement établies, parce que, en dehors des cours, ces établissements ne pouvaient offrir aux jeunes gens studieux aucun secours complémentaire. L’institution de conférences dirigées par les professeurs eux-mêmes est réclamée depuis longtemps ; elles suppléeront aux répétitions particulières, dont le prix est souvent exorbitant et auxquelles, pour cette raison, la plupart des étudiants ne peuvent avoir recours. On n’a eu, dans les lycées, qu’à se féliciter de cette innovation ; on ne voit pas pourquoi elle ne serait pas introduite dans les facultés. L’enseignement oral laissera des traces plus profondes, lorsque les étudiants d’élite se réuniront autour de leur professeur, répéteront sous ses yeux les expériences, lui soumettront leurs doutes et se familiariseront de plus en plus avec les idées du maître.72

  • 73 AN, F/17/7121.

82C’est sur cette base que, par une circulaire du 4 octobre 1855, Fortoul ordonne aux recteurs d’envoyer tous les aspirants répétiteurs et répétiteurs de deuxième classe des lycées des villes sièges de facultés des lettres et des sciences suivre, à titre gratuit, les conférences et exercices pratiques de ces facultés, et de veiller à ce que les heures de conférences et de manipulations soient définies de concert entre doyens et proviseurs. Le transfert des conférences aux facultés ne semble toutefois pas se faire aussi vite que ne l’aurait souhaité Fortoul, c’est-à-dire dès la rentrée de 1856. À Paris, les conférences de l’année universitaire 1856-1857 sont toujours assurées dans les lycées73.

83Que les conférences aient lieu dans les facultés ou dans les lycées, un des travers du système est son faible rendement. Tous les maîtres sont tenus de participer aux conférences, quelles que soient leurs capacités et leur application : on a vu ce que cet effort massif avait de formel et combien ses résultats étaient inférieurs aux objectifs. En outre, la préparation aux grades constitue un aspect marginal de l’activité des répétiteurs qui restent très accaparés par les obligations de leur fonction. À cet égard, Rouland reste dans la ligne de son prédécesseur : les besoins du service et la contrainte financière l’incitent à mesurer au plus juste le temps libre des répétiteurs. Faire un effort particulier en direction de maîtres choisis et réduire leurs obligations de service au strict minimum : tel va être le principe directeur de la relance de la politique de formation menée à partir de 1863, et couronnée en 1868 par la nomination de maîtres répétiteurs auxiliaires dans toutes les académies.

Les maîtres répétiteurs auxiliaires

  • 74 Lettre du recteur de l’académie de Douai au ministre de l’Instruction publique, du 4 juillet 1862, (...)

84L’idée des maîtres répétiteurs auxiliaires est une sorte d’inversion de celle des maîtres d’études suppléants de 1844. La nomination de maîtres suppléants avait pour objectif d’alléger le service des maîtres d’études ordinaires afin de leur donner du temps pour leur travail personnel. Les maîtres auxiliaires sont aussi des suppléants. Mais ces suppléants ont un service très réduit, car c’est à eux qu’on veut donner tout le temps pour travailler : ils sont choisis pour cela et placés auprès des facultés académiques. Victor Duruy, qui étend l’expérience à plusieurs académies avant de la généraliser en 1868, n’a pas eu à inventer les maîtres auxiliaires : l’idée est tout entière dans une lettre de cinq pages que le recteur de Douai, Jean Jacques Guillemin, a adressé le 4 juillet 1862 à Rouland, alors ministre de l’Instruction publique74. À la tête d’une académie dont l’activité agricole, commerciale et industrielle constitue une concurrence redoutable pour le recrutement des répétiteurs de ses 5 lycées et 26 collèges – certains pouvant « rivaliser avec les lycées eux-mêmes par le nombre de leurs élèves et la force de leurs études » –, le recteur est préoccupé par le caractère « toujours difficile, précaire et hasardeux » de ce recrutement, et suggère comme remède, « une institution qui, sous les auspices de l’autorité supérieure, fonctionnerait modestement et sans bruit au chef-lieu académique sous le regard du recteur, avec le concours du lycée et de la faculté des Lettres » :

  • 75 L’académie de Douai partage avec celle d’Aix la particularité de n’avoir qu’une faculté académique (...)

Il pourrait, par exemple, être établi près le lycée de Douai une sorte de stage destiné à former des maîtres répétiteurs, des maîtres élémentaires pour les lycées et des régents pour les collèges communaux. Ce stage constituerait pour les jeunes gens qui ne peuvent prétendre à l’École normale supérieure, la préparation la plus sérieuse et la plus efficace à l’enseignement public.
Ces jeunes stagiaires auraient une double tâche à remplir. Ils auraient à étendre et à compléter leur instruction par la fréquentation régulière des cours et conférences de la faculté des lettres75, ils auraient ensuite à s’initier à tous les détails de la discipline des lycées et des collèges par une certaine participation à la surveillance intérieure du lycée de Douai.

85Le recteur imagine que ceux qui obtiendraient la licence pourraient être nommés maîtres élémentaires, répétiteurs de première classe dans les lycées ou régents dans les classes supérieures des collèges communaux, les autres, s’ils le méritaient, se contentant de places de répétiteurs de deuxième classe ou de régents des classes de grammaire. « Ils pourraient d’ailleurs, comme cela se pratique aujourd’hui, entretenir des relations journalières avec la faculté des lettres qui continuerait à les aider de ses conseils et achèverait ainsi leur préparation à la licence », ajoute le recteur, en se référant à une pratique de circulation de devoirs sur laquelle on reviendra plus bas. Quant à la collaboration des « élèves-maîtres » au service, il la voit comme un rôle de suppléants à l’échelle académique, délégué par le recteur à titre provisoire, complétée par une ou deux heures par jour de travaux de surveillance au lycée de Douai. Au total, les perspectives ouvertes aux maîtres répétiteurs auxiliaires et la dispense du service militaire, qui découlerait de leur engagement décennal, paraissent au recteur « un attrait suffisant pour bon nombre de jeunes gens sérieux […] qui, se sentant plus rapprochés de l’autorité, mieux surveillés, plus soutenus, aborderaient la carrière avec plus de confiance et s’efforceraient d’y réussir ».

  • 76 Lettre du ministre au recteur de l’académie de Douai du 30 novembre 1863, ibid.
  • 77 Dans le cas de l’école de Strasbourg, où les conditions sont tout à fait comparables, l’indemnité (...)

86La proposition du recteur est approuvée à titre provisoire pour l’année 1862-1863. Arrivé aux affaires en juin 1863, Duruy s’empare avec enthousiasme de l’initiative douaisienne et approuve le dispositif à titre définitif. Il donne entière approbation au projet de règlement proposé par le proviseur du lycée de Douai, et demande que ce règlement soit imprimé et qu’un certain nombre d’exemplaires en soient envoyés à l’administration centrale76. Les six maîtres auxiliaires bénéficient d’une nomination ministérielle qui entraîne l’exemption du service militaire, d’une indemnité de 300 francs annuels, sans préjudice d’indemnités supplémentaires en cas d’intérim77, du logement et de la nourriture. Le recteur avait demandé des chambres individuelles et l’appropriation d’une salle où ils pourraient travailler en commun : pour des raisons financières, il n’obtient que la pièce commune. Les jours de classe, sauf s’ils ont une suppléance à assurer, les maîtres auxiliaires suivent deux heures de conférence à la faculté des lettres le matin, et assistent aux cours de la faculté l’après-midi. Ils ont une heure de service d’étude chaque jour, de 10 h 30 à 11 h 30. Les jeudis et dimanches, ils sont occupés à leur travail personnel ou au service des études jusqu’à quatre heures de l’après-midi.

  • 78 Le traitement annuel est porté à 400 francs annuels. Le décret prévoit la possibilité de substitue (...)

87Le précédent de Douai devient la référence pour de nouvelles expériences locales. En 1864, l’organisation d’écoles d’aspirants répétiteurs est approuvée à Nancy et à Toulouse. Dans le deuxième cas, le recteur Roustan passe outre à l’hostilité déclarée du proviseur, dont il demande le remplacement – ou celui du censeur, lui aussi hostile – par un fonctionnaire plus confiant dans le succès de l’entreprise. Les bénéficiaires sont au nombre de six, dont au moins un scientifique : deux aspirants répétiteurs au lycée de Carcassonne, un au lycée de Montpellier, un maître d’étude au collège communal de Pamiers, un maître attaché à une institution libre de Toulouse et un ancien élève du lycée de Montpellier. Des écoles analogues sont créées à Rennes en 1865 et à Strasbourg en 1867, avant que le décret du 11 janvier 1868 ne généralise le dispositif à toutes les académies, à des conditions à peu près semblables78. En présentant ce décret aux recteurs, Duruy fait de la création d’emplois de maîtres répétiteurs auxiliaires la réalisation de l’article premier de l’ordonnance du 6 décembre 1845 qui établissait les écoles normales secondaires. La nouvelle institution a l’avantage supplémentaire, souligne-t-il, de pouvoir former des chargés de cours et des candidats à l’agrégation, de soulager les répétiteurs du lycée où sont logés les élèves-maîtres d’une partie de leurs services, et de fournir des suppléants intérimaires académiques.

  • 79 Circulaire du 11 septembre 1866.
  • 80 AN, F/17/7123, dossier « Maîtres répétiteurs auxiliaires. Exécution du décret ».
  • 81 Dans ses souvenirs, Duruy reproche aux cours de faculté de faire concurrence à l’École normale sup (...)
  • 82 Lettre du vice-recteur de l’académie de Paris au ministre, du 7 novembre 1868, ibid.

88Toutefois, Paris n’est pas concernée par les écoles de maîtres répétiteurs auxiliaires. En 1866, Duruy a ouvert les portes de l’École normale supérieure aux répétiteurs des lycées parisiens candidats à l’agrégation79. Dans une lettre au vice-recteur de l’académie de Paris, datée du 2 décembre 186880, il lui demande d’acquérir la certitude que les répétiteurs qui y sont inscrits seront bien accueillis et qu’ils sont pourvus de la licence. Il ajoute en post scriptum : « Très désireux de développer les écoles normales secondaires en province, je ne tiens pas à en constituer une à Paris dans les mêmes conditions81, mais simplement à faciliter aux maîtres répétiteurs l’accès au professorat. Je compte n’autoriser la création, dans les lycées de Paris, d’aucun emploi de maître auxiliaire ». Onze répétiteurs parisiens sont alors inscrits pour suivre les cours de l’École normale supérieure, huit pour les cours littéraires, trois pour les cours scientifiques. Soixante-et-un autres répétiteurs suivent les conférences préparatoires communes des lycées de Paris. Ils sont sept à préparer l’agrégation de grammaire, trente-quatre pour la licence ès lettres, six pour la licence ès sciences mathématiques, quatorze pour la licence ès sciences physiques. Louis-le-Grand fournit dix-neuf de ces soixante-douze élèves-maîtres, Napoléon vingt, Saint-Louis quinze, Charlemagne quatre et le collège Rollin quatorze. Le lycée Bonaparte, trop éloigné des lycées de la rive gauche et de l’École normale, est le seul à n’en fournir aucun82.

Chemin de fer et enseignement à distance

  • 83 Lettre du 10 octobre 1867 du recteur de Fleury à Danton, ibid. Fleury et Danton, qui se tutoient d (...)
  • 84 Lettre du recteur de l’académie de Douai au recteur, du 17 décembre 1868, ibid.

89Duruy ne se contente pas de la généralisation à toutes les villes de faculté de province de l’institution des maîtres auxiliaires. Dans la circulaire même où il annonce cette mesure, il s’enquiert auprès des recteurs de la possibilité d’attirer aux conférences qui leur sont destinés quelques professeurs et maîtres d’études du voisinage – les régents des collèges sont désormais appelés comme professeurs dans les lycées – et suggère de négocier avec les compagnies de chemin de fer des tarifs réduits, ce que l’administration du chemin de fer du Nord a déjà concédé. Il fait également la promotion de « l’enseignement à distance » – c’est-à-dire de la correction par les professeurs des facultés de devoirs transmis par l’intermédiaire du recteur – déjà pratiqué dans l’académie de Douai au profit de « jeunes gens que leur résidence loin des facultés laissait jusqu’ici sans aide et sans direction pour leurs travaux ». En effet, l’académie de Douai joue là encore un rôle pionnier, comme le montre la présence dans les dossiers consacrés à l’institution des maîtres répétiteurs d’un extrait de la correspondance entre l’inspecteur général Auguste Arsène Danton, chargé de la direction du personnel au ministère de l’Instruction publique et de son condisciple Jules Fleury, recteur de l’académie83. On y apprend que, lors de l’année universitaire 1866-1867, quatre professeurs des collèges d’Hazebrouck, Armentières, Arras et Cambrai se rendaient en train à Douai tous les mercredis – avec des billets vendus à moitié prix par la Compagnie des chemins de fer du Nord – pour assister à une conférence de grammaire tenue par le professeur de littérature ancienne de la faculté des lettres de Douai, Courdaveaux, de deux heures et demie à trois heures trois-quarts. Pour compenser l’absence de ces professeurs le mercredi après-midi, les solutions étaient diverses : un maître d’étude de leur collège faisant composer leurs élèves, un échange de classe avec un collègue, ou une classe rendue le jeudi matin. Dans dix collèges sur les vingt-six de l’académie, un ou deux maîtres adressaient leurs devoirs au même Courdaveaux et au professeur de littérature française de la faculté des lettres, Colincamp. En 1868, quatorze jeunes gens de la même académie bénéficient de voyages à tarif réduit pour assister aux conférences de lettres (10) ou de sciences (4)84.

  • 85 Lettres des recteurs des académies de Chambéry (27 août 1868), Poitiers (13 novembre 1868), Rennes (...)

90Dans les autres académies, la solution du chemin de fer à tarif réduit ne semble pas concluante. Pressés par le ministre de demander des réductions, certains recteurs se voient opposer un refus, d’autres ne posent même pas la question et font valoir que, même si les compagnies acceptaient de réduire leurs prix, les temps de parcours seraient trop importants pour autoriser l’opération – ainsi, les établissements les plus voisins de Poitiers (les lycées d’Angoulême, Tours et Niort) sont à près de trois heures par train express –, ou invoquent, quand l’opération est possible, les risques de troubles dans le service disciplinaire des établissements. Il est vrai que toutes les académies ne présentent pas la densité de celle de Douai. Les recteurs des académies de Rennes et Poitiers s’empressent en revanche d’organiser l’enseignement à distance. Celui de Poitiers annonce que les compositions mensuelles des facultés seront désormais envoyées à toutes les conférences des lycées85.

  • 86 Jean Baptiste Alexandre Vessiot, ancien élève de l’École normale supérieure (1848) et agrégé de le (...)

91Un autre exemple de la volonté de Duruy de faire feu de tout bois pour produire des licenciés est fourni par sa correspondance avec le professeur de rhétorique du lycée de Marseille, M. Vessiot86. Ce professeur demande l’autorisation d’admettre aux conférences de licence qu’il fait pour les maîtres répétiteurs du lycée l’élève qui a remporté le prix d’honneur en rhétorique lors de la dernière année classique, et suggère d’en faire bénéficier d’autres aspirants aux grades :

  • 87 Lettre de Vessiot à Duruy, du 29 octobre 1868, ibid.

Ces conférences ne pourraient-elles pas s’ouvrir aux jeunes gens de la ville qui veulent arriver à la licence ? Le prix de la rétribution serait fixé d’un commun accord entre le proviseur du lycée et le professeur chargé de la conférence. Ce pourrait être un supplément bien nécessaire à l’insuffisance notoire de nos traitements. Dans une ville comme Marseille, un professeur qui a de la famille et qui reçoit du lycée 4 000 ou 4 200 francs est obligé, pour vivre, de doubler ses appointements par un travail supplémentaire, travail nécessaire et préjudiciable à celui de la classe. Comme cette situation est la mienne, vous ne trouverez pas mauvais, M. le Ministre, que je cherche à y apporter une amélioration, qui du reste ne serait pas sans quelque utilité publique. Si vous entrez dans ces vues, je vous serais profondément reconnaissant de m’envoyer l’autorisation nécessaire, afin que je puisse en profiter cette année même.87

92La réponse de Duruy est enthousiaste :

  • 88 Lettre de Duruy à M. Vessiot, professeur de rhétorique au lycée de Marseille, du 8 novembre 1868, (...)

Monsieur, je m’empresse de vous donner l’autorisation que vous demandez pour admettre des étrangers payants aux conférences de licence.
J’ajoute que je serais charmé de voir cet usage s’établir et s’étendre. Il sera, ici, gardé bonne note et tenu compte des services ainsi rendus à la cause de l’Instruction publique et des études supérieures.
Tous mes compliments.88

  • 89 Lettre du vice-recteur Mourier, du 30 novembre 1868 et réponse du ministre du 23 décembre, ibid.

93On est tenté de voir dans cette autorisation une sorte de subversion du dispositif de formation interne à la licence et à l’agrégation. Le cas de maîtres issus de l’enseignement privé, un maître répétiteur de l’institution Sainte-Barbe et un maître d’étude de l’institution libre de M. Chevalier, autorisés, en 1868, à suivre respectivement les conférences préparatoires aux licences ès sciences mathématiques et ès sciences physiques à Paris89, confirme en tout cas que Duruy ne se laisse pas enfermer dans un cadre institutionnel étroit, et que le souci d’améliorer la formation des répétiteurs est désormais concurrencé par celui de produire le plus de licenciés possible, comme le montre aussi sa volonté de favoriser la préparation de la licence par les régents ou professeurs de collège.

  • 90 Statistique de l’enseignement secondaire en 1876, ouvr. cité, tableau no 8, p. XLIV-XLV.
  • 91 Ibid., tableau no 26, p. LXXIV-LXXV. Le rapport Villemain ne donne qu’une statistique pour l’ensem (...)
  • 92 Victor Duruy, Notes et souvenirs (1811-1894), Paris, Hachette, 1901, t. 1, p. 201-202.
  • 93 Duruy reste marqué par la culture d’extrême économie des deniers publics qu’il a connu comme minis (...)

94D’ailleurs, à en juger par la statistique de 1876, la politique de formation des répétiteurs continue d’alimenter les collèges communaux en licenciés sans beaucoup en augmenter la proportion parmi les répétiteurs. Sur un total de 1 597 maîtres, on n’a guère alors que 86 répétiteurs licenciés ès lettres et 43 licenciés ès sciences en fonction dans les lycées, contre 1 366 bacheliers et 102 répétiteurs sans grade. Or, 34 répétiteurs ont été admis à la licence ès lettres en 1876, 17 à la licence ès sciences mathématiques et 7 à la licence ès sciences physiques90. Du côté des régents des collèges, en revanche, la proportion des licenciés commence à devenir significative, surtout en sciences : on compte en effet 161 licenciés et 2 docteurs ès sciences, ainsi qu’un licencié ès lettres, sur les 373 professeurs de sciences. Sur 1 141 professeurs de lettres, 313 sont licenciés ès lettres et 3 sont docteurs91. Les collèges sont bien les principaux bénéficiaires, non seulement des efforts de formation visant leurs enseignants, mais aussi de la politique de formation des répétiteurs. Au moment d’écrire ses mémoires, Duruy jugera sévèrement l’instauration des boursiers de faculté, « transformation coûteuse et encombrante des écoles normales secondaires », lesquelles « ne menaçaient pas d’une concurrence fatale l’École normale supérieure où les études sont la meilleure préparation au professorat »92. Les bourses de licence et d’agrégation, instaurées respectivement en 1877 et en 1879, prolongent pourtant l’effort poursuivi depuis des décennies pour produire les licenciés dont les établissements secondaires publics ont besoin et elles lui donnent une amplification considérable en l’étendant à des étudiants déchargés d’obligations de service. Mais il est vrai que ces mesures appartiennent à une époque nouvelle où l’État n’hésite plus à mettre à la charge de la collectivité les dépenses d’éducation93.

Les bourses de licence et d’agrégation

  • 94 Lettre du directeur de l’enseignement supérieur au recteur de l’académie de Rennes, du 25 avril 18 (...)

95Conçues comme un perfectionnement de la politique de formation interne des répétiteurs, les écoles de maîtres auxiliaires ne permettaient de former qu’un nombre limité de licenciés. En outre, les élèves maîtres pouvaient à tout moment être arrachés à leurs études pour une suppléance à l’autre bout de l’académie, à supposer d’ailleurs que les chefs d’établissements ne cherchent pas à charger leur service ordinaire au-delà des deux heures quotidiennes réglementaires. Un cas de dépassement des heures réglementaires est avéré au lycée de Rennes, en 1877, où une dérive progressive a entraîné les maîtres auxiliaires du lycée à être occupés jusqu’à 25 heures par semaine.94

  • 95 Rapport fait au nom de la Commission du budget des dépenses de l’exercice 1877, par M. Bardoux, dé (...)

96L’instauration des bourses de faculté financées par l’État permet de s’affranchir de ce cadre contraignant. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la restauration universitaire qui s’engage alors en France. Dans un contexte de mise en cause radicale des faiblesses françaises, consécutivement à la défaite de 1870, la loi de 1875 sur la liberté de l’enseignement supérieur souligne l’urgence d’une réforme profonde de l’enseignement supérieur public. La création de bourses d’études n’est pas totalement nouvelle : des dons et legs ont déjà permis la création de quelques bourses dans des facultés de province, et des villes et des départements devancent l’État en fondant quelques bourses dès 1876. Un crédit pour 300 bourses de 1 200 francs annuels, destinées principalement aux étudiants des facultés de sciences et de lettres de province, et à titre secondaire aux étudiants de médecine, est voté la loi de finances de 1876, ainsi que le traitement de 70 maîtres d’études95.

  • 96 Arrêté concernant les bourses de faculté, ibid., p. 169-171.

97L’arrêté du 5 novembre 187796, qui organise les bourses de faculté constitue un bond en avant considérable pour la formation du corps enseignant. Il donne aux facultés académiques, en particulier aux facultés de province, principales bénéficiaires de la mesure, une impulsion décisive. C’est un tournant majeur de l’histoire de l’enseignement supérieur français qui peuple enfin les facultés académiques de véritables étudiants et crée dans le même temps le statut nouveau de maître de conférences.

  • 97 Ferry insiste en 1880 sur la nécessité de ne pas renouveler les bourses des étudiants dont les rés (...)

98Les boursiers de faculté doivent être nommés au concours – sur la base du mérite scolaire, par conséquent, mais en tenant compte, évidemment, de leur situation sociale97. Faute de temps pour organiser des épreuves, ceux de la première promotion sont recrutés sur la base des propositions des recteurs, examinées par une commission spéciale. La question de la concurrence que font les bourses au recrutement des maîtres répétiteurs se pose immédiatement. Parmi les boursiers on trouve en effet un certain nombre de jeunes répétiteurs. On leur donne congé et on leur retire leur traitement pendant la période où ils bénéficient de leur bourse, puisqu’ils ont obligation de consacrer tout leur temps à leurs études, mais on conserve à ceux qui ont souscrit l’engagement décennal leur attachement à l’Université. Un statut associant les positions de maître auxiliaire et de boursier est mis en place pour faire bénéficier certains boursiers de l’engagement décennal et de la dispense, mais le ministre de la Guerre accepte peu après, sur la demande de Jules Ferry, d’autoriser les boursiers à souscrire l’engagement, ce qui devient alors obligatoire.

99En 1880, Jules Ferry aménage d’ailleurs le statut des maîtres auxiliaires, en les soumettant notamment à un concours d’admission, pour en accentuer la vocation de préparation à la licence. Cette mesure entre dans une politique d’ensemble qui vise à augmenter encore la production de licenciés que l’instauration des bourses a déjà multipliée. Désormais, c’est cette production qui constitue l’objectif principal, non plus en premier lieu pour offrir des perspectives de carrière aux répétiteurs et améliorer ainsi leur recrutement, mais avant tout pour remplir les collèges communaux d’enseignants qualifiés : la mise à niveau des collèges communaux, appuyée sur une politique contractuelle ambitieuse et, là aussi, sur l’engagement financier de l’État, devient alors, en effet, une des nouvelles frontières de l’enseignement secondaire.

100Les conférences de licence organisées dans les facultés des lettres et des sciences réunissent désormais quatre publics distincts : les boursiers, les maîtres auxiliaires, les répétiteurs du lycée voisin, et les auditeurs libres qui doivent s’engager à l’assiduité et à la régularité dans le rendu des devoirs. Les deux premières catégories sont très proches par la disponibilité et par le mode de recrutement. Concernant les boursiers, les deux circulaires successives de Jules Ferry du 8 septembre 1879 et du 1er octobre 1880 balancent entre la volonté d’élargir l’horizon de ces étudiants, de ne pas les encourager à s’enfermer dans l’assistance exclusive aux enseignements directement utiles pour la licence, et la crainte de les voir utiliser leur bourse pour se livrer à d’autres études que celles pour lesquelles ils sont aidés. L’engagement décennal étant devenu obligatoire, l’interdiction de fréquenter d’autres facultés est levée, et le désir de s’instruire valorisé. Comme Duruy en son temps, mais avec des moyens plus importants, Ferry s’efforce d’encourager toutes les formes d’aide aux études. Il obtient le vote de mille bourses de licence supplémentaires dans la loi de finances pour 1880. Il presse les recteurs de généraliser l’enseignement par correspondance qui fonctionne dans certaines académies et leur recommande d’en rationaliser le fonctionnement en établissant des dates fixes pour le départ et le retour des devoirs. Tous les jeunes maîtres des collèges qui ne sont pas encore licenciés doivent participer avec sérieux et régularité à cet enseignement par correspondance, ou accepter de voir leurs perspectives d’avancement réduites. Il encourage les conférences du jeudi, organisées dans les facultés pour les professeurs des collèges de leur ressort, qui complètent le travail par correspondance. L’instauration de bourses d’agrégation par la loi de finances de 1879 permet d’étendre le dispositif. Ces bourses attribuées pour un an renouvelable, comme celles de licence, sont accessibles à des professeurs déjà en poste, s’ils peuvent se contenter de 1 200 francs annuels, mais elles sont surtout destinées à des jeunes licenciés auxquels elles permettent d’enchaîner quatre années d’études supérieures au total, avec une bonne chance d’accéder au professorat.

  • 98 Circulaire relative aux maîtres d’études, du 25 janvier 1882, BAMIP 25, p. 202-203. Arrêté institu (...)

101Au moment où les républicains arrivent au pouvoir et commencent à mettre en œuvre leurs ambitions en matière éducative, le bilan de plusieurs décennies d’efforts de promotion et de formation des répétiteurs est contrasté. Cet effort a incontestablement bénéficié aux collèges communaux qui, grâce à l’organisation de la formation et aux mesures prises pour accorder du temps d’étude aux répétiteurs, ont vu augmenter la proportion des licenciés parmi leurs professeurs (c’est le nom qu’on donne désormais aux régents). Il a bénéficié aux quelques centaines de répétiteurs qui ont su saisir la chance qui leur était offerte de passer leurs grades et de continuer leur carrière dans l’enseignement et dans l’administration, et à ceux qui ont pu devenir professeurs des classes élémentaires ou surveillants généraux, et il a permis à d’autres de s’orienter vers l’économat des lycées. Pour autant, la situation de ceux qui restent répétiteurs n’a pas connu une amélioration aussi nette que pourrait le laisser penser la déclinaison des mesures prises en ce sens. En janvier 1882, Paul Bert prescrit l’organisation de réunions de maîtres répétiteurs des lycées et de maîtres d’études des lycées « pour étudier les réformes à introduire dans leur condition ». Cette initiative vise autant à éviter la constitution d’un mouvement collectif des maîtres qu’à répondre à leur mécontentement. Le travail de dépouillement et de synthèse des vœux exprimés par les maîtres, confié à une commission comprenant six maîtres répétiteurs et maîtres d’études élus par leurs pairs, aboutit au très intéressant rapport confié à Cornuéjouls, proviseur du lycée de Versailles, lequel montre une certaine permanence dans les maux dont se plaignent ces personnels98.

Notes

1 António Nóvoa, Le temps des professeurs. Analyse socio-historique de la profession enseignante au Portugal, XVIIIe-XXe siècles, Lisbonne, Instituto Nacional de Investigação Cientiica, 1987, 2 volumes, XXV - 939 pages ; André D. Robert, Le syndicalisme des enseignants, Paris, CNDP - La documentation française, 1995, 175 pages ; Boris Noguès, Une archéologie du corps enseignant, ouvr. cité.

2 Jean-Claude Caron, « Gouverner et sanctionner les jeunes élites. La grande enquête disciplinaire de 1853-1854 dans les lycées et ses conséquences », dans Pierre Caspard, Jean-Noël Luc, Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes, ouvr. cité, p. 381-395.

3 Victor de Laprade, L’éducation homicide. Plaidoyer pour l’enfance, Paris, Dentu, 1867 ; Michel Bréal, Quelques mots sur l’instruction publique en France, Paris, Hachette, 1872. Voir l’analyse de Patrick Clastres, « L’internat public au XIXe siècle. Question politique ou pédagogique ? », dans Lycées, lycéens, lycéennes, ouvr. cité, p. 397-413.

4 Patrick Clastres, art. cit. Pour une approche plus large de la question, voir Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1999. Sur la manifestation extrême des tensions internes aux lycées que sont les révoltes, on peut se reporter à Agnès Thiercé, « Révoltes de lycéens, révoltes d’adolescents au XIXe siècle », Histoire de l’éducation, no 89, janvier 2001, p. 59-93.

5 Pierre Henry, Manuel des maîtres d’études, ou Conseils sur l’éducation dans les lycées, Paris, Hachette, 1842, III - 158 pages. Réédité sous le titre Manuel des maîtres d’études et des maîtres répétiteurs, ou Conseils sur l’éducation dans les lycées, Paris, Hachette, 1854, VII - 210 p. La citation ci-dessus est extraite de l’avant-propos.

6 La deuxième édition est adaptée au règlement de 1853 qui inclut officiellement la suppléance des professeurs dans les fonctions des répétiteurs. Cela justifie les développements sur l’enseignement en classe.

7 L’ouvrage est aussi destiné aux régents des collèges « dont un grand nombre entrent dans la carrière sans avoir été formés à l’art difficile de l’enseignement ».

8 Ordonnance du Roi du 26 mars 1829, Rapport au Roi, BU 1, p. 176-190.

9 Un comptage sommaire à partir des notices biographiques des proviseurs et censeurs du XIXe siècle qui constituent la deuxième partie de Charles Fierville, Archives des lycées, ouvr. cité (1889), fait apparaître qu’environ un sur trois est passé par les fonctions de maître d’étude ou de répétiteur.

10 AN, F/17/7121.

11 Cette revendication, incompatible avec les principes sur lesquels a été bâti le modèle des lycées, a gagné en légitimité au milieu du siècle, à la faveur, probablement de la différenciation introduite dans les services par les réformes de la monarchie de Juillet. Un ancien maître d’étude du collège royal de Strasbourg, Henri Karl, en fait par exemple une des sept demandes qu’il adresse au ministre dans sa lettre du 22 mai 1849 (ibid.).

12 Laurent Étienne Delcasso (1797-1887) semble en effet avoir occupé les fonctions de maître d’études au collège royal de Douai après sa sortie de l’École normale où il était entré en 1815 (Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1840. Tome II : dictionnaire biographique, p. 140-141). Il a été nommé agrégé pour les classes de lettres avant le concours, donc avant octobre 1821 (voir le Tableau des agrégés employés dans les collèges communaux, AN, F/17/2485). Il figure sur les listes du traitement des agrégés comme régent au collège communal de Thionville de 1822 à 1827 (F/17/7027 à 7031), date de sa nomination comme professeur de quatrième au collège royal de Strasbourg. Autre recteur, Pierre Henry, l’auteur du Manuel des maîtres d’études, a lui aussi été maître d’études entre sa sortie de l’École normale et son admission comme agrégé de grammaire en 1825 (J. -F. Condette, ibid. ; Chervel, Les lauréats des concours d’agrégation, ouvr. cité).

13 AN, F/17/7122, réponses à l’enquête de 1858, lettre du recteur de Strasbourg, Delcasso, au ministre de l’Instruction publique, Rouland, du 20 juin 1858.

14 Rapport au Roi sur l’instruction secondaire, BU 13, p. 102. Dans les collèges de première classe, où l’on trouve des agrégés, des docteurs, des licenciés et des bacheliers ès sciences, le baccalauréat ès lettres est évidemment le minimum exigé des maîtres d’études.

15 AN, F/17/7121. Ce tableau est annexé à la lettre du recteur, Auguste Louis Ange de Nouzeilles au grand-maître du 9 décembre 1845. Dans cette lettre, le recteur, ancien maître d’études lui-même (J. -F. Condette, Les recteurs d’académie, ouvr. cité, t. 2, p. 299-300), souligne la trop grande modicité des traitements et la trop grande charge d’élèves des maîtres d’études des collèges de son académie.

16 « Quand ce brave homme peut-il préparer sa classe ? » a ajouté une autre main (celle du recteur ?).

17 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire, ouvr. cité, p. 122-126 et p. 162-164.

18 Circulaires du 14 janvier 1820 (RLR 6, p. 315-317) et du 21 février 1833 (BU 3, p. 180-182).

19 BU 1, p. 56-58.

20 Et non au vingt-quatrième anniversaire du maître, comme le prévoyait l’ordonnance du 25 juin 1823, RLR 7, p. 264-270.

21 BU 3, p. 219-220.

22 Les maîtres d’études rémunérés par un principal ayant le pensionnat à son compte ne bénéficient pas de la mesure puisqu’ils ne sont pas nommés. Une circulaire du 5 mars 1839 invite les recteurs à régulariser la situation de ceux qui remplissent les conditions réglementaires, ce qui exclut les non gradués (CIO 2, p. 724-728).

23 Comme les agrégés, autres bénéficiaires de l’ordonnance du 17 janvier 1839.

24 Rapport au Roi, introduisant l’ordonnance sur l’agrégation et les maîtres d’études, du 17 janvier 1839, BU 8, p. 7-10.

25 Rapport au Roi, introduisant l’ordonnance sur les maîtres d’études, du 1er décembre 1837, BU 6, p. 341-342.

26 Circulaire du 19 août 1837, BU 4, p. 147-151.

27 Dont plus de trente candidats à une seule agrégation, cette année-là : c’est évidemment celle de grammaire, accessible aux bacheliers et cible privilégiée des maîtres d’études. Rapport introduisant l’ordonnance du 14 novembre 1844, BU 13, p. 81-84.

28 BU 14, p. 2-4.

29 Thème latin et version grecque ou version latine et composition de mathématiques pour l’écrit ; explication d’un texte latin et interrogation sur les principes d’éducation et sur le livre VII du Traité des études de Rollin. Le découpage du Traité varie selon les éditions, mais toute ambiguïté est levée, en l’occurrence, par la publication séparée de cette partie sous la forme d’un ouvrage en petit format : Du Gouvernement intérieur des collèges et des classes. Septième livre du « Traité des études », par Rollin, Paris, Delalain, 1845, in-12, VIII - 172 pages. L’instauration de cet examen et, plus largement, l’attachement de Villemain à l’œuvre de Rollin, expliquent manifestement cette édition particulière, sans doute destinée aux bibliothèques des établissements secondaires.

30 Le visa du recteur est ajouté à l’obligation d’un exeat et d’un certificat, pièces exigées depuis l’arrêté du 13 mars 1838.

31 Voir la deuxième partie de ce chapitre. Le règlement du 7 janvier 1845 crée tout de même une conférence commune aux collèges de Paris.

32 Ce traitement fixe est de 1 500 francs à Paris (contre 1 200 francs pour les maîtres d’études), et de 1 200, 1 000 ou 900 francs dans les collèges royaux de province selon leur classe (contre 1 000,900 ou 800 francs pour les maîtres d’études). Règlement général sur les maîtres d’études du 16 novembre 1847, BU 16, p. 233-244 ; Ordonnance sur les augmentations de traitements accordées aux fonctionnaires des collèges royaux, du 23 novembre 1839, BU 8, p. 291.

33 Statut du 4 septembre 1821, article 46.

34 AN, F/17/7122, Rapport au vice-recteur de Paris, du 20 novembre 1867, transmis au ministre le 4 janvier 1868.

35 AN, F/17/7121. La lettre au ministre, non datée, fait référence à un mémoire adressé « à votre prédécesseur » et mentionne la réponse de Carnot, ce qui identifie Vaulabelle, ministre du 5 juillet au 13 octobre 1848, comme destinataire. Elle porte 12 signatures sous la formule : « Les délégués des cinq lycées de Paris. »

36 Les mots soulignés ici le sont dans le document.

37 AN, F/17/7120, projet de décret commenté par les proviseurs et les recteurs départementaux.

38 Décret du 17 août 1853, BAIP 4, p. 279-284. Le décret emploie le terme de répétiteur concurremment à celui de maître répétiteur.

39 Il s’agit ici des classes primaires (avant la huitième), les classes élémentaires (huitième et septième) étant celles où commence l’apprentissage du latin.

40 Rapport à l’Empereur, introduisant le décret du 17 août 1854, ibid.

41 Lettre déjà citée, AN, F/17/7121.

42 Le décret du 30 avril maintenait un cadre parisien distinct de celui de la province.

43 AN, F/17/7122. Retour des questionnaires remplis par les proviseurs, synthèses des recteurs d’académie et autres documents produits dans le cadre de l’enquête de 1858.

44 Le mot est utilisé par le proviseur du lycée de Rouen.

45 1 200 francs par an en province et 1 500 à Paris, portés à 1 500 et 1 800 francs en 1866, avec possibilité d’une augmentation à 1 800 et 2 000 francs après cinq ans (décret du 27 juillet 1866, BAMIP 6, p. 93).

46 Le décret du 8 janvier 1877 (RLA 1877, p. 7 ; voir aussi la circulaire du 18 janvier, BAMIP 20, p. 29-30) accorde aux professeurs chargés de cours des classes élémentaires le régime du double classement (classes personnelles et catégories d’établissements établies en 1872), et une nette amélioration des traitements et des carrières. Les professeurs de classe élémentaire de province sont assimilés aux chargés de cours de l’enseignement spécial. Le décret du 1er janvier 1879 (BAMIP 22, p. 3-4) applique le même régime de classement aux professeurs non licenciés de septième et de huitième nommés par le ministre, dont les traitements de in de carrière sont fixés, à classement équivalent, à une somme inférieure de 300 francs (la valeur de l’indemnité de licence versée aux professeurs des collèges) à ceux des maîtres licenciés.

47 Décret et circulaire relatifs aux répétiteurs, du 27 janvier 1877, BAMIP 20, p. 69-71 et 74-76.

48 Décret du 17 mars 1808, art. 119.

49 Rapport au Roi introduisant l’ordonnance sur l’agrégation et les maîtres d’études, du 17 janvier 1839.

50 Ibid.

51 Il semble que ces formes de préparation interne ne soient toutefois pas suffisantes, en général, pour maintenir les anciens normaliens à leur niveau initial. André Chervel, Histoire de l’agrégation, ouvr. cité.

52 AN, F/17/7121 : 1845 : répétiteurs et conférences (dossiers classés par académie).

53 Le collège communal de Bastia est transformé en collège royal par l’ordonnance du 24 août 1838, mais ne le devient effectivement qu’en 1843.

54 Le recteur affirme n’avoir reçu ni l’ordonnance du 15 novembre 1845 ni l’arrêté du 7 janvier 1845.

55 Rappelons que, jusqu’en 1852, on ne peut passer le baccalauréat ès sciences que si l’on est déjà bachelier ès lettres.

56 L’Éducation républicaine, première année, no 15 (deuxième quinzaine de décembre 1848). C’est le cas dans les académies de Nantes (collèges royaux de Nantes, Rennes et Pontivy) et d’Orléans (collèges royaux d’Orléans et Tours). On trouve aussi des censeurs en charge de conférences littéraires dans les collèges royaux Henri-IV et Saint-Louis (Paris), d’Angers, de Rouen et de Rodez. Au total, ce n’est pas une généralité comme semble le penser le correspondant du journal des maîtres d’études.

57 Les collèges qui organisent la formation de leurs maîtres appartiennent au haut de la hiérarchie, plusieurs d’entre eux accédant d’ailleurs au rang de lycée dans les années suivantes (celui de Brest en 1848, celui d’Évreux en 1859, celui de Lorient en 1865).

58 Circulaire du 14 janvier 1854, BAIP 5, p. 3-7.

59 Arrêté du 10 septembre 1852.

60 Décret du 22 août 1854.

61 Voir la circulaire du 27 août 1840 et l’arrêté du 14 septembre 1841, dans Bruno Belhoste, Les sciences dans l’enseignement secondaire français, ouvr. cité, p. 162-164 et 169-173.

62 AN, F/17/7121, 1845 : maîtres d’études et conférences (académie de Paris).

63 C’est le cas, par exemple, au collège royal de Toulouse et au collège communal de Pamiers, où la plupart des maîtres qui suivent les conférences ne dépassent pas, selon le recteur, le niveau de bons élèves de quatrième. AN, F/17/7121, lettre du recteur Nouzeilles au ministre de l’Instruction publique du 7 décembre 1845.

64 André Chervel, Histoire de l’agrégation, ouvr. cité, p. 128-129.

65 Charles Floride Glachant (1826-1889), élève de l’École normale, agrégé des lettres (1848), enseigne la rhétorique au lycée Louis-le-Grand de 1854 à 1863, date à laquelle il épouse la fille du ministre Victor Duruy, lequel l’appelle au ministère comme chef de cabinet puis directeur du personnel. Il est ensuite nommé inspecteur général (1866), et membre du jury de l’agrégation de lettres (1866-1886).

66 AN, F/17/7121. Conférences aux maîtres répétiteurs, 1858.

67 Les rapports de 1857 sur les conférences de ces trois lycées (ibid.) montrent d’ailleurs qu’elles sont déjà ouvertes à des maîtres, en exercice ou en congé, venant d’autres établissements parisiens ou de province.

68 Mme Charles Garnier, Une famille parisienne universitaire au XIXe siècle ; ouvr. cité, p. 234.

69 Arthur Bary aspire à retrouver sa famille à Paris, et il regrette aussi Saint-Omer, son premier poste, où il avait noué des relations amicales et s’amusait beaucoup.

70 La lettre que le recteur d’Aix, Roustan, adresse au ministre le 18 octobre 1848, dans le contexte de la liquidation de l’école, fait état de ces rumeurs. AN, F/17/7123, École normale secondaire d’Aix. Finalement, la faculté des lettres et le siège académique sont maintenus, mais la faculté des sciences est implantée à Marseille par le décret du 22 août 1854 sur l’organisation des académies, art. 2, BAIP 5, p. 197.

71 Il s’agit en l’occurrence de Norbert Bonafous, professeur de littérature ancienne à la faculté des lettres et frère du principal du collège, l’abbé Antoine Hippolyte Bonafous (1804-1869), recteur départemental entre 1850 et 1854 (J. -F. Condette, Les recteurs, ouvr. cité). Le professeur d’histoire de la faculté des lettres, titulaire d’une conférence, est suppléé par le régent d’histoire du collège.

72 Rapport à l’Empereur et décret sur le régime des établissements supérieurs, du 22 août 1854, BAIP 5, p. 210-232. Les rétributions facultatives des conférences pour les aspirants à la licence ès lettres et des conférences, manipulations et exercices pratiques pour les étudiants des facultés des sciences sont fixées à 150 francs par an (art. 8 et 9).

73 AN, F/17/7121.

74 Lettre du recteur de l’académie de Douai au ministre de l’Instruction publique, du 4 juillet 1862, AN, F/17/7123, Dossier « Projets de création. Écoles de maîtres auxiliaires à Toulouse, Nancy, Rennes, Douai, Strasbourg. Projet d’arrêté. Projet de règlement. Notes ».

75 L’académie de Douai partage avec celle d’Aix la particularité de n’avoir qu’une faculté académique au chef-lieu, celle de lettres également. La faculté des sciences a été placée à Lille.

76 Lettre du ministre au recteur de l’académie de Douai du 30 novembre 1863, ibid.

77 Dans le cas de l’école de Strasbourg, où les conditions sont tout à fait comparables, l’indemnité de suppléance se monte à la moitié du traitement du titulaire.

78 Le traitement annuel est porté à 400 francs annuels. Le décret prévoit la possibilité de substituer, par exception, les conférences de la faculté par quelques-uns des cours du lycée.

79 Circulaire du 11 septembre 1866.

80 AN, F/17/7123, dossier « Maîtres répétiteurs auxiliaires. Exécution du décret ».

81 Dans ses souvenirs, Duruy reproche aux cours de faculté de faire concurrence à l’École normale supérieure. On voit que ce souci dicte son attitude à l’égard du dispositif parisien de préparation en faculté.

82 Lettre du vice-recteur de l’académie de Paris au ministre, du 7 novembre 1868, ibid.

83 Lettre du 10 octobre 1867 du recteur de Fleury à Danton, ibid. Fleury et Danton, qui se tutoient dans leur correspondance, appartiennent respectivement aux promotions de 1831 et de 1832 de l’École normale, section des lettres (ENS ; Almanach impérial).

84 Lettre du recteur de l’académie de Douai au recteur, du 17 décembre 1868, ibid.

85 Lettres des recteurs des académies de Chambéry (27 août 1868), Poitiers (13 novembre 1868), Rennes (17 novembre 1868), Caen (5 décembre 1868), Clermont (9 décembre 1868), ibid,

86 Jean Baptiste Alexandre Vessiot, ancien élève de l’École normale supérieure (1848) et agrégé de lettres (1851). Il devient par la suite inspecteur d’académie puis inspecteur général pour l’enseignement primaire (Guy Caplat, Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, ouvr. cité).

87 Lettre de Vessiot à Duruy, du 29 octobre 1868, ibid.

88 Lettre de Duruy à M. Vessiot, professeur de rhétorique au lycée de Marseille, du 8 novembre 1868, ibid. Le brouillon, signé V. D., porte les mentions « de la main de S. Exc. » et « classer avec soin ». La lettre se termine par cette demande peu conforme à l’usage administratif : « Pour éviter les retards et les écritures, veuillez communiquer cette lettre à MM. le Recteur et le Proviseur ».

89 Lettre du vice-recteur Mourier, du 30 novembre 1868 et réponse du ministre du 23 décembre, ibid.

90 Statistique de l’enseignement secondaire en 1876, ouvr. cité, tableau no 8, p. XLIV-XLV.

91 Ibid., tableau no 26, p. LXXIV-LXXV. Le rapport Villemain ne donne qu’une statistique pour l’ensemble des 1 669 fonctionnaires des collèges de 1re classe en 1842, dont il ressort que 132 sont licenciés et 3 docteurs ès lettres, 47 licenciés et 1 docteur ès sciences. Les plus importants des collèges de l’époque sont devenus des lycées en 1876.

92 Victor Duruy, Notes et souvenirs (1811-1894), Paris, Hachette, 1901, t. 1, p. 201-202.

93 Duruy reste marqué par la culture d’extrême économie des deniers publics qu’il a connu comme ministre de l’Instruction publique : « Je n’ai pas […] construit les palais scolaires qui nous ruinent, et j’avais trop peu de ressources pour abandonner tout entiers les dix-huit millions que produisait la rétribution scolaire, à raison de dix ou douze francs par an et par élève, en substituant la gratuité absolue, inutile aux gens aisés, à la gratuité relative de la loi du 10 avril 1867, si nécessaire aux pauvres » (ibid., p. 201).

94 Lettre du directeur de l’enseignement supérieur au recteur de l’académie de Rennes, du 25 avril 1877 et extrait de la séance du Comité de perfectionnement tenu à Rennes le 27 février 1877, AN, F/17/7123.

95 Rapport fait au nom de la Commission du budget des dépenses de l’exercice 1877, par M. Bardoux, député (extrait), Beauchamp, t. 3, p. 166-168 (note 1 du texte de l’arrêté concernant les conférences instituées dans les établissements d’enseignement supérieur, du 5 novembre 1877).

96 Arrêté concernant les bourses de faculté, ibid., p. 169-171.

97 Ferry insiste en 1880 sur la nécessité de ne pas renouveler les bourses des étudiants dont les résultats ne correspondent pas aux attentes. Il se réserve, par ailleurs d’attribuer des demi-bourses aux étudiants de milieu moins modeste.

98 Circulaire relative aux maîtres d’études, du 25 janvier 1882, BAMIP 25, p. 202-203. Arrêté instituant une Commission chargée d’examiner les vœux des maîtres répétiteurs relatifs à leur condition et nommant les membres de cette commission, ibid. p. 203-205. Rapport présenté au nom de la Commission chargée du dépouillement et de l’examen des vœux exprimés par les maîtres répétiteurs des lycées et des collèges, du 24 mars 1882, BAMIP 26, p. 427-443. Sur le contenu de ce rapport, voir le chapitre 8.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540