Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La construction de l'enseignement secondaire (1802-1914)

 | 
Philippe Savoie

Deuxième partie. À la recherche de nouveaux équilibres (1840-1880)

Introduction

Texte intégral

1Si l’on se place dans la longue durée, 1840 (date approximative) est un important point d’inlexion dans l’histoire de la forme de scolarisation devenue l’enseignement secondaire, la in d’un long cycle dépressif qui a commencé, entre 1680 et 1740, par une diminution du nombre des élèves des collèges – une perte de l’ordre d’un tiers de l’efectif total – et s’est poursuivi par un siècle de stagnation, dans un contexte général de croissance démographique. Entre-temps, et par delà la coupure révolutionnaire, les lycées et collèges communaux ont pris la suite des collèges d’humanités. Pendant ce siècle de faible fréquentation globale, les gros collèges, puis les lycées, ont en outre soufert de la concurrence d’établissements plus modestes permettant une scolarisation de proximité, et de celle des petits séminaires qui ouvraient leurs portes à des externes sans vocation ecclésiastique. Observées de plus près, les quatre premières décennies du XIXe siècle apparaissent comme une période de récupération progressive quoique discontinue – la in du Premier Empire marquant un violent coup d’arrêt –, après le choc de la Révolution, de la coniscation des biens du clergé, de la suppression des universités et de l’interdiction des congrégations. La croissance plus nette et plus décisive qui marque les années 1840 à 1880 s’amorce au moment où la monarchie de Juillet commence à démanteler le monopole universitaire, et elle reprend de plus belle – après la crise des années 1848-1850 – dans le contexte institutionnel de la liberté de l’enseignement secondaire instaurée par la loi Falloux de 1850. La montée en puissance du secondaire public n’est donc pas – pas totalement, en tout cas – entravée par la libération de la concurrence, laquelle connaît pourtant un essor remarquable quoique limité aux établissements ecclésiastiques, au détriment des établissements laïques. Ces derniers tendent à s’efacer peu à peu, sans toutefois disparaître, ni nécessairement renoncer à leur association avec les établissements publics. Le développement de l’internat et de la demi-pension des lycées compensent le déclin des pensions et institutions, et, de manière frappante, maintiennent, entre les deux tiers et les trois quarts, le taux des élèves des lycées qui bénéicient de l’encadrement de leur travail personnel et des services annexes des établissements.

2Si le secondaire public réussit à se développer dans cet environnement a priori moins favorable, c’est au prix d’un important efort collectif. La politique menée par les autorités scolaires à l’égard de l’enseignement secondaire joue ici un rôle déterminant. Le principe de base de cette politique consiste à prendre acte des nouvelles règles du jeu – dès 1837, malgré l’échec du projet Guizot et des deux tentatives suivantes, et donc bien avant 1850 et l’abolition efective du monopole –, à les présenter à l’administration et au corps enseignant comme acquises et indiscutables et à en tirer l’argument suivant : pour faire face avec succès à la concurrence privée, l’Université doit s’adapter et corriger ses travers, qu’ils concernent son fonctionnement, ses procédures, la formation, le recrutement et le statut de ses personnels, le régime intérieur des établissements, les programmes ou la qualité de l’enseignement et de l’encadrement pédagogique et éducatif. Cet efort est incarné par une série de ministres marquants, aux tempéraments contrastés et aux options parfois opposées, restés assez longtemps en poste pour imprimer leur marque : Salvandy (1837-1839 et 1845-1848) et Villemain (1839-1845) sous la monarchie de Juillet, Fortoul (1851-1856), Rouland (1856-1863) et Duruy (1863-1869) sous le Second Empire, Jules Simon enin (1870-1873). Leur prise sur l’évolution du système reste toutefois limitée, non seulement par les changements de cap successifs de leur politique, mais aussi et surtout par la faiblesse de l’engagement inancier public et par la puissance de la dynamique – ou de l’inertie – institutionnelle.

3De ces eforts pour sauver l’Université, nous retiendrons ici trois aspects fondamentaux, autour desquels s’articulent les autres composantes de la politique éducative de la période : l’équation démographique et inancière des établissements ; les mutations du métier de professeur de lycée ; la professionnalisation du répétitorat. Les deux réseaux des établissements secondaires publics connaissent une évolution contraire : celui des collèges s’éclaircit quand celui des lycées se densiie, le deuxième se nourrissant d’ailleurs partiellement du premier. Mais, dans les uns comme dans les autres, la population scolaire s’accroît et, au total, le réseau public se concentre, ce qui est de nature à assurer la viabilité inancière des établissements. Toutefois, celle-ci est mise en cause par l’évolution de l’ofre d’études et par la spécialisation du professorat, qui alourdissent le taux d’encadrement, et conditionnée par l’évolution du ratio internes/externes dans chaque établissement, l’externat étant structurellement déicitaire. Du côté des collèges communaux, l’engagement inancier de l’État est trop faible pour faire plus que corriger à la marge le fonctionnement et l’ofre d’établissements laissant pour la plupart beaucoup à désirer. Les lycées font l’objet d’importantes réformes successives qui, en déplaçant les lignes de partage du inancement et des rémunérations, cherchent à leur faire retrouver l’équilibre inancier. Inspirées, de manière de plus en plus tangible, par la volonté de fonder la rémunération des enseignants et autres fonctionnaires des lycées sur des principes plus rationnels et plus équitables, ces réformes doivent néanmoins composer avec la logique inancière des établissements. En amorçant une évolution vers l’individualisation des carrières et des services, elles contribuent, avec la multiplication des matières d’enseignement et la création d’un nouveau corps de l’enseignement secondaire spécial (1865), à une profonde mutation de la fonction professorale.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540