Version classiqueVersion mobile

La méthode historique appliquée aux sciences sociales

 | 
Charles Seignobos

Deuxième partie. La méthode historique et l’histoire sociale

Chapitre XI

Les différentes espèces d’histoire

Texte intégral

I. Formation de l’histoire. – L’histoire dans l’Antiquité, au Moyen Âge, à la Renaissance. – Les histoires spéciales et l’histoire générale. – Naissance des histoires spéciales, histoire universelle, histoire générale.
II. Rapports entre l’histoire et les sciences sociales. – Les sciences sociales en tant que sciences documentaires emploient la critique historique. – Nécessité de l’étude du passé en science sociale. – Divisions de l’histoire sociale.

1I. – L’histoire est une création des Grecs ; mais leur mot ἱστορία (témoignage) est vague et ne correspond pas à ce que Thucydide et Polybe ont fait de l’histoire. C’est essentiellement le récit des faits humains qui paraissent assez intéressants pour être racontés, notion vague qui laisse une variété extrême dans le choix des faits, soit pour l’étendue du terrain, soit pour l’espèce des faits eux-mêmes. L’étendue du terrain à observer s’est vite agrandie, depuis le petit monde des cités grecques jusqu’à la conception d’une histoire s’étendant sur tout le champ connaissable de l’humanité ; déjà avec Polybe apparaît l’histoire universelle, l’histoire du monde civilisé connu. Cette conception universaliste de l’histoire s’est transmise par les écrivains ecclésiastiques du ive siècle (saint Jérôme, saint Augustin), aux chroniqueurs des siècles barbares ; combinée avec une division tirée des Apocalypses, la succession des grandes monarchies, elle se perpétue à travers tout le Moyen Âge jusqu’au Discours sur l’histoire universelle de Bossuet.

2Quant à l’espèce de faits qui doivent faire la matière de l’histoire, les anciens ont oscillé entre deux méthodes :

31° Choisir systématiquement les faits qu’il peut être utile de connaître pour la pratique ; c’est la conception de Thucydide, formulée par Polybe. L’historien recueille ce qui peut servir d’enseignement aux hommes d’État et de guerre. On aboutit à l’histoire militaire et diplomatique qui a conservé jusqu’à nos jours une place prépondérante dans le travail historique.

42° Prendre sans choix les faits conservés par la tradition écrite ou orale ; c’est le système des Annales, d’origine grecque, mais devenu classique chez les Romains. L’historien reproduit tout, y compris les prodiges, les accidents, les inondations (il en reste des traces dans Tite-Live et dans les Annales de Tacite).

5Puis viennent les préoccupations littéraires ; l’historien cherche les occasions de discours (comme Tite-Live) ou de remarques morales et psychologiques (comme Tacite). L’histoire devient alors un récit composite où la leçon de choses pratique est combinée avec une œuvre d’art oratoire. C’est dans cette forme qu’elle a été imitée au Moyen Âge par quelques chroniqueurs (en latin puis en langue vulgaire) et qu’elle a été restaurée par les historiens de la Renaissance et leurs successeurs. Jusqu’au xviiie siècle on ne voit pas de progrès dans la conception de l’histoire ; aucun des historiens du xviie siècle n’a une supériorité scientifique sur les historiens de l’Antiquité.

6La transformation de l’histoire en étude scientifique est venue d’un autre côté. Avec la naissance de l’érudition s’était introduit l’usage d’étudier les textes antiques et de les commenter en décrivant les faits de toute nature qui y sont rapportés (ce qu’on appelait en Allemagne les realia). On s’était mis aussi à réunir des documents et des faits sur les habitudes, les institutions, la langue, l’écriture du Moyen Âge. Ainsi se sont formés les traités spéciaux et les répertoires (par exemple le Glossaire de Du Cange) ; quelques-uns avaient un caractère pratique, juridique ou théologique. De ce mouvement confus et très long – il commence même avant le xvie siècle pour le droit romain –, se sont enfin dégagés des systèmes méthodiques d’études. On les a désignés longtemps par un nom général vague (antiquités, archéologie).

7Peu à peu, surtout dans les Universités allemandes, on a commencé à étudier les faits par une méthode historique et à les grouper en ordre chronologique. Alors ont été constituées les histoires spéciales de l’écriture, de la langue, de l’Église, de la religion, du droit, des littératures, de l’architecture, de la sculpture, des institutions, des mœurs, etc. Chacune de ces histoires spéciales reste une partie intégrante de l’histoire totale ; mais elle devient une branche autonome, constituée avec son personnel de travailleurs spéciaux et ses traditions spéciales. Comme les historiens avaient gardé l’habitude de s’occuper à peine des faits de cette espèce, c’est en dehors d’eux que se sont créées ces histoires spéciales. Elles ont pris l’allure de sciences indépendantes. À cause de l’énorme quantité des faits spéciaux, il est devenu pratiquement impossible de les étudier de front avec l’histoire non spécialisée ; et il a fallu séparer chacune d’elles en tranches chronologiques et géographiques, suivant les peuples et les périodes ; chaque branche d’histoire spéciale a été divisée en sections. On a eu ainsi des histoires de la religion, du droit, de la littérature, – d’Égypte, d’Assyrie, des Grecs, des Romains, de France, d’Angleterre, – du Moyen Âge, modernes, contemporaines.

8À mesure que ces branches se sont séparées, le terrain de l’histoire non spécialisée s’est rétréci. Les espèces de faits auxquels la vieille conception d’un enseignement pratique préparatoire à la vie publique donnait la plus large place dans l’histoire sont, elles aussi, devenues la matière d’histoires spéciales (histoire diplomatique, histoire militaire, histoire constitutionnelle). Elles ont conservé ce caractère, ou du moins ces prétentions pratiques et continuent à être enseignées comme préparation technique aux professions d’officier, de diplomate, d’homme politique.

  • 1 À la fin du xixe siècle apparaît une « Weltgeschichte », rédigée en collaboration sous la direction (...)

9Alors la conception de l’histoire proprement dite non spécialisée a traversé une crise. L’histoire universelle au sens exact, c’est-à-dire s’étendant à tous les peuples dans tous les temps, née dès l’Antiquité, s’était élargie au xviiie siècle par la connaissance de pays inconnus autrefois, Inde, Chine, Japon et Amérique. C’est la conception de Voltaire dans son Essai sur les mœurs ; elle s’est transmise à Schlosser et par lui à l’école de Heidelberg ; la dernière Weltgeschichte, celle de Weber, est sortie de cette école. Mais l’histoire universelle, devenue trop vaste, a été abandonnée dans la seconde moitié du xixe siècle, au moins pour un temps1. On en est même venu en Allemagne à la tourner en ridicule, à la déclarer anti-scientifique, reposant sur l’idée fausse d’une humanité conçue comme un corps. On a adopté un terme plus restreint Allgemeine Geschichte, terme très vague qui désigne surtout l’histoire des peuples entrés dans la civilisation occidentale (les peuples méditerranéens et atlantiques à l’exclusion de l’Extrême-Orient. Ce terme a été transcrit en français (histoire générale) avec le même sens vague.

10Une série d’histoires spéciales (histoires des mœurs, des arts, des religions, des institutions, etc.), si complète qu’elle soit, ne suffirait pas à faire connaître l’évolution des sociétés ni l’histoire du monde, parce qu’elle ne donnerait qu’une description d’abstractions successives. Entre tous ces phénomènes spéciaux, c’est-à-dire abstraits, il y a eu un lien concret, ils ont été les phénomènes qui se sont produits dans les mêmes hommes ou qui ont été produits par eux. Et ces hommes ont eu en commun certaines aventures (migrations, guerre, révolutions, découvertes) qui sont la cause commune des évolutions spéciales dans diverses espèces de phénomènes. Si on étudiait abstraitement, par exemple, l’histoire de chaque branche d’activité humaine (institutions, arts, croyances) en Gaule jusqu’au viie siècle, on verrait les institutions et les arts changer brusquement au ier siècle avant Jésus-Christ, puis au ve siècle après, sans aucune raison intérieure ; on aurait une évolution inintelligible par elle-même. Toutes ces histoires spéciales ne deviennent intelligibles que par l’histoire non spéciale qui nous apprend la conquête romaine et l’invasion des barbares. L’histoire générale, c’est en réalité l’histoire commune. Voilà pourquoi, lors même que toutes les branches spéciales seraient constituées, il resterait toujours un résidu indispensable à la connaissance du passé ; ce serait l’histoire générale, l’histoire commune. Son caractère, c’est d’être une description de la réalité concrète, de raconter les actes ou les aventures de l’ensemble des hommes qui ont formé la société ; c’est ainsi qu’elle forme le lien entre les histoires spéciales. – En fait, ces événements communs qui relient et dominent les activités spéciales sont surtout ceux qui atteignent la masse de la population et modifient son état général : les transferts de population par colonisation, invasion, transplantation ; la création de centres de population ; la création ou la transformation de systèmes généraux de groupement entre les hommes (État, Église). De là vient l’importance de l’histoire politique ; ainsi s’explique qu’elle forme la partie la plus considérable de l’histoire générale.

11II. – Quel rapport les sciences sociales ont-elles avec l’histoire ? Elles ont besoin, comme toute science, d’abord de constater des faits, puis de les grouper.

12J’ai indiqué plus haut (Introduction, « Méthode historique » et « Nécessité de la méthode historique dans les sciences sociales ») la part de la méthode historique dans la détermination des faits qui forment la matière de ces sciences. Ces faits sont obtenus par trois procédés :
1° Par l’observation directe des faits actuels ;
2° Par l’étude de documents relatifs à des faits actuels, que pour des raisons pratiques on n’a pas le temps ou le moyen d’observer ;
3° Par l’étude de documents relatifs à des faits passés, qu’il est devenu impossible d’observer.

13Tant que la science sociale emploie seulement l’observation, elle n’a rien à demander à la méthode historique. Mais ce procédé est presque toujours insuffisant pour réunir la masse de faits nécessaires à une étude sociale. Il faut alors recourir au document, même pour la connaissance des faits actuels, et le document ne peut être étudié que par la méthode historique.

14La différence entre la méthode historique et la méthode scientifique d’observation directe tient uniquement à la différence de valeur entre un document et un procès-verbal d’observation. Le procès-verbal est une observation bien faite, c’est-à-dire faite suivant une méthode rigoureuse d’observation et de rédaction ; le document est un procès-verbal mal fait, c’est-à-dire sans méthode. Le procès-verbal peut être utilisé sans autre opération de méthode, puisque l’opération a déjà été faite par l’auteur ; le document ne peut être employé qu’après un examen destiné à suppléer au défaut de méthode du rédacteur ; cet examen c’est la critique. La critique est indispensable à toutes les sciences historiques, parce qu’elles sont toutes des sciences documentaires.

15Les sciences sociales, dans la mesure où elles emploient des renseignements écrits rédigés sans appliquer une méthode rigoureuse, sont aussi des sciences documentaires ; elles ont donc besoin de l’opération préalable de la critique, elles appliquent la méthode historique. On peut, il est vrai, concevoir un état de la science où toutes les observations et les statistiques sociales auraient été faites suivant une méthode correcte et uniforme, comme le sont les opérations des sciences constituées (chimie, biologie) ; alors on n’aurait plus besoin de documents, on ne travaillerait plus que sur des procès-verbaux scientifiques, la méthode historique deviendrait inutile. Mais cet état est loin d’être réalisé et, tant qu’il ne le sera pas, tant qu’il restera des documents, il faudra les traiter par la méthode historique.

16Une fois les faits recueillis, la deuxième série d’opérations de la science consiste à les grouper. On pourrait concevoir un groupement fait uniquement en rapprochant les faits observés dans le présent, sans faire intervenir aucune connaissance historique. Mais il est très probable qu’en fait la connaissance du présent ne suffit pas pour construire une science des phénomènes sociaux, même actuels. On peut étudier les phénomènes physiques ou chimiques exclusivement dans le présent, parce qu’il s’agit de constater des relations qui ont été les mêmes de tout temps. Mais déjà les phénomènes biologiques ne sont plus entièrement intelligibles, tant qu’on ne fait pas intervenir l’évolution, c’est-à-dire le passé. Et les sociétés humaines ne sont pas intelligibles du tout si l’on ne remonte à quelques années au moins en arrière ; car tous les phénomènes sociaux sont ou des conditions ou des habitudes ou des conventions ; pour les comprendre il faut remonter au moins à la formation de l’habitude, de la condition, de la convention. En outre il faut pouvoir comparer les formes variées que présentent les phénomènes dans différentes sociétés ; il y a donc une part d’histoire dans toute science sociale.

17En fait les études de phénomènes sociaux sont d’ordinaire accompagnées d’une étude historique, sous forme de préambule. Les répertoires de sciences sociales, tels que le Handwörterbuch der Staatswissenschaften, contiennent des articles d’histoire qui exposent l’évolution des principaux usages économiques, parfois même depuis l’Antiquité.

18L’histoire au sens vulgaire, c’est-à-dire l’étude des faits passés, tient ainsi une place incontestée dans les sciences sociales. Cette histoire ne peut évidemment être faite que par la méthode historique. C’est l’application de la méthode historique à l’histoire sociale qui est le sujet de la seconde partie du présent ouvrage. J’y étudie les difficultés spéciales à cette espèce d’histoire ; je cherche comment elle pourra arriver à se constituer, avec quelles précautions spéciales, avec quelles lacunes ; j’essaie enfin de trouver les rapports entre cette histoire et les autres branches d’histoire, afin de voir comment l’évolution des faits sociaux (au sens étroit) agit sur l’évolution des autres faits historiques, c’est-à-dire humains, et inversement.

  • 2 Voir chap. IX, Tableau des phénomènes sociaux essentiels. Voir aussi Langlois et Seignobos, Introdu (...)

19L’histoire sociale au sens étroit dont il sera ici question, n’est qu’une partie de l’histoire des sociétés. J’ai donné plus haut un tableau d’ensemble des principales espèces de phénomènes humains, je donne ici un tableau sommaire des branches de l’histoire2.

20I. Conditions matérielles. – Anthropologie. Démographie. – Étude du milieu naturel et artificiel, géographie physique et économique.

21II. Habitudes intellectuelles. – Langue. Arts. Sciences. Philosophie et morale. Doctrines économiques. Religion, croyances et pratiques.

22III. Coutumes matérielles. – Vie privée.

23IV. Coutumes économiques. – Production agricole. Transports et industries. Commerce. Répartition des objets.

24V. Institutions sociales. – Famille. Organisation de la propriété de famille et des successions. Éducation et instruction. Classes sociales.

25VI. Institutions publiques. – Institutions politiques, ecclésiastiques, internationales.

26L’histoire sociale comprend toute la quatrième catégorie (coutumes économiques), des fragments de la première catégorie (démographie) et de la deuxième (doctrines économiques). Elle se lie seulement par des actions réciproques à la troisième, à la cinquième et à la sixième.

Notes

1 À la fin du xixe siècle apparaît une « Weltgeschichte », rédigée en collaboration sous la direction de Helmolt (en cours de publication) ; mais elle repose sur une idée nouvelle, géographique, non historique.

2 Voir chap. IX, Tableau des phénomènes sociaux essentiels. Voir aussi Langlois et Seignobos, Introduction aux études historiques.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search