Version classiqueVersion mobile

La méthode historique appliquée aux sciences sociales

 | 
Charles Seignobos

Première partie. La méthode historique appliquée aux documents des sciences sociales

Chapitre X

Méthode de groupement des faits successifs

Texte intégral

I. Transformations sociales. – Transformation et évolution. – Différence entre l’évolution sociale et l’évolution biologique.
II. Étude analytique des transformations. – Opérations successives, précautions critiques.
III. Comparaison des évolutions. – Méthode statistique. – Méthode psychologique. – Processus historique des évolutions, changement d’habitudes, renouvellement des individus. – Conditions d’une conclusion scientifique.

1I. – La dernière opération de la construction historique, c’est de grouper les phénomènes successifs pour arriver à dresser le tableau de l’évolution.

2Qu’est-ce qu’une évolution ? Quelle est la nature de cette relation que nous appelons évolution ? La première notion empirique donnée par l’examen d’une série d’états successifs, c’est la notion de changement. Dans tous les ordres de phénomènes sociaux, si l’on compare soit l’organisation d’ensemble d’un pays, soit un détail de l’organisation d’un pays à deux ou plusieurs moments successifs, on constate que les états ainsi comparés ne sont pas identiques ; ces différences entre les moments, ce sont les changements. Mais tout changement n’est pas une évolution. Si l’état de choses a changé du premier au deuxième moment, mais qu’à un troisième moment il redevienne identique au premier, il n’y a eu qu’une oscillation. Si les mêmes états successifs sont tous différents, mais que les différences successives ne présentent pas de régularité, si dans la série des états, l’état n° 5 est plus semblable à l’état n° 1 que l’état n° 3, il n’y a que des variations en sens divers, il n’y a pas évolution. La série des changements ne devient une évolution que si elle va dans une direction qui nous paraît constante. Le mot même est une métaphore, pour indiquer que les états les plus récents sont de moins en moins semblables à l’état le plus ancien. L’objet ou le phénomène est comparé à une chaîne qui se déroule en s’éloignant de son point de départ.

3L’évolution est un phénomène fondamental dans toutes les sciences qui étudient des êtres vivants, mais c’est en histoire qu’elle tient la place capitale. L’histoire est avant tout la science de l’évolution des sociétés ; aussi la pratique de l’histoire a-t-elle obligé à se poser, plus nettement qu’en toute autre science, la question de l’évolution. La science sociale au contraire risque d’oublier l’évolution, parce qu’elle se limite à des périodes de temps très courtes, où l’évolution est moins sensible. Ou bien elle peut être tentée d’emprunter la notion d’évolution à la biologie ; c’est une tendance des sociologues d’expliquer les évolutions sociales en leur appliquant les lois de l’évolution biologique, sélection, lutte pour l’existence, survie des plus aptes. Il suffit de rappeler les travaux de Gumplowicz et de Patten.

4L’évolution d’une société ou d’un usage est un fait tout différent de l’évolution d’une espèce animale ; il n’y a de commun entre elles que le fait d’une transformation dans un sens continu. Mais quant au processus de la transformation, rien a priori n’indique qu’il soit semblable dans les deux cas ; et en fait il est profondément différent, même quand il s’exprime par des termes identiques, tels que hérédité, sélection, parce qu’il est produit par des phénomènes de nature différente. En biologie l’évolution est un fait purement biologique ; l’hérédité est physiologique, les parents transmettent leurs aptitudes physiologiques à leurs descendants par un procédé physiologique ; la sélection est physiologique. En matière sociale ce sont des faits mixtes en partie physiologiques, en partie psychologiques ; l’hérédité, c’est l’héritage, réglé par des coutumes juridiques ; la sélection, c’est le choix, fait pour beaucoup de raisons étrangères à l’instinct sexuel. Ces procédés d’évolution n’ont qu’une ressemblance métaphorique avec le processus physiologique, ils aboutissent même souvent à des résultats inverses.

5II. – Comment peut-on étudier l’évolution des faits sociaux ? Ici on retrouve la nécessité commune à toute étude scientifique : pour constater il faut isoler, pour comprendre il faut rapprocher.

6On devra d’abord isoler les évolutions à étudier.

71° On doit prendre séparément les espèces de faits sociaux et chercher quelle a été l’évolution de chacun. Ce travail exige une série d’opérations.

8La première opération consiste à déterminer nettement le fait dont on aura à chercher l’évolution ; c’est forcément une abstraction : une certaine espèce d’activité humaine ou de condition matérielle, par exemple le nombre de gens dans une condition donnée (mariés, célibataires, condamnés), – ou la proportion entre les catégories, – ou une somme d’argent ou une quantité d’objets ou d’instruments, par exemple le nombre de kilomètres de voie ferrée, le nombre de machines, la somme employée à un but (budget, salaire), – ou un usage (marché, forme de crédit), – ou une institution (coopérative, syndicat). On doit toujours penser à ce caractère abstrait pour ne pas oublier la nature du fait ; et l’on doit prendre garde de ne pas changer dans le courant de l’étude le nom qu’on aura une fois donné à ce fait.

9La deuxième opération, c’est de déterminer le groupe dans lequel on étudie le phénomène en évolution. De quelle espèce est-il ? et dans quelles limites est-il fixé ? Il est nécessaire de se tenir en garde contre les cas où le groupe étudié au point de départ est remplacé par un autre groupe qui conserve le même nom. Dans le cas où le groupe s’est conservé, mais avec des agrandissements ou des diminutions, il faut penser à ajouter ou à défalquer. Toute étude d’évolution sur la France dans la deuxième moitié du xixe siècle doit tenir compte de l’annexion de la Savoie et de la perte de l’Alsace-Lorraine.

10La troisième opération consiste à déterminer la durée de temps pendant laquelle on veut observer l’évolution et les points de repère chronologiques. Veut-on constater l’état des choses seulement à chacun des deux bouts de la période ? ou constater les états intermédiaires ? Elle implique cette question corollaire : Possède-t-on les documents nécessaires pour chacun de ces états ?

112° On compare l’état du phénomène aux différents moments, et ainsi on obtient l’évolution à l’état brut ; on constate la différence entre l’état des choses au commencement de la période et l’état des choses à la fin. Mais cette différence est exprimée seulement par des chiffres ou par des descriptions, sans explication qui permette d’apercevoir la continuité de l’évolution.

12Il faut ici prendre une précaution critique. Les termes employés au commencement et à la fin de la période pour résumer le phénomène sont-ils réellement comparables entre eux ? Ils expriment seulement les phénomènes connus, non les phénomènes réels. Pour avoir le droit de les comparer il faut que la connaissance soit restée à peu près la même ; si elle a changé, on comparera sans s’en apercevoir des termes différents. On étudie les chiffres annuels des suicides ou des crimes à deux moments, en 1800 et en 1900, mais ce ne sont que les crimes ou les suicides connus en 1800 et 1900 ; et la comparaison ne peut donner que l’évolution des crimes ou des suicides connus. Il reste à savoir quelle est la relation avec l’évolution des suicides ou des crimes réels. On sait aujourd’hui quel écart énorme sépare le chiffre des centenaires prétendus et des centenaires réels, et que cet écart diminue fortement à mesure que l’état civil devient plus régulier. Si l’on trouve une plus forte proportion de prétendus centenaires il y a cent ans, pourra-t-on en conclure que l’évolution a été la diminution des centenaires ? Il faut donc toujours s’assurer qu’on compare des renseignements de même valeur. Cette précaution est naturellement suggérée par l’histoire où la différence d’abondance des renseignements est si grande que l’oubli de cette précaution mènerait à des conclusions trop visiblement absurdes.

13III. – Après avoir isolé les évolutions pour les constater on est obligé de les rapprocher pour les comprendre.

14Le procédé normal de comparaison des sciences sociales est la comparaison statistique ; on a essayé de l’ériger en méthode. Pour tout phénomène exprimable en chiffre, l’évolution peut se représenter soit par un tableau arithmétique, soit par une courbe, (qui en est la traduction géométrique). Il est naturel de comparer entre elles ces courbes pour voir si elles présentent quelque rapport constant. Si l’on ne trouve aucun rapport, on en conclut que les faits sont le produit de causes indépendantes. Si les courbes varient ensemble, on conclut que les évolutions sont liées entre elles par quelque lien de cause à effet, soit direct, soit indirect. Mais il est impossible par ce procédé de distinguer si le lien est direct ou indirect ; c’est ce qui arrive quand on compare les courbes de la criminalité et de l’instruction, ou les variations des prix et le nombre des grèves, ou le nombre des mariages et le prix du pain. Et même ce n’est pas la seule inspection des chiffres qui a donné l’idée de supposer un lien ; c’est une hypothèse qu’on a imaginée pour des raisons psychologiques et qu’on cherche à vérifier par les chiffres. C’est que dans les phénomènes sociaux les conditions matérielles et les produits ou les actes humains sont les seuls faits qu’on atteigne par des procédés statistiques. Or les actes et les produits ne sont que des effets de phénomènes internes. Quant aux conditions, elles sont tout au plus des limites négatives. Certaines conditions sont nécessaires pour qu’il se produise un phénomène social (il ne peut pas se créer une ville sans nourriture), mais jamais elles ne sont suffisantes pour le produire, il y faut toujours des hommes.

15Les causes au sens scientifique, c’est-à-dire les conditions déterminantes des faits sociaux, sont toujours des états intérieurs, des motifs ; or, aucun procédé statistique n’atteint les états intérieurs. Voilà pourquoi, pour expliquer toute évolution sociale, il faut remonter à une cause psychologique, par conséquent faire intervenir une espèce de phénomènes qui échappe à toute méthode statistique.

16Pour l’explication dernière des évolutions, comme des faits eux-mêmes, il faut donc recourir à une méthode psychologique, qui est celle de l’histoire. Lorsqu’un fait social a changé soit de quantité, soit de forme, cette évolution a eu pour cause un changement ou dans les conditions extérieures ou dans l’état intérieur des hommes. Il faut donc se demander : Qu’y a-t-il de changé, ou dans les motifs des actes ou dans les conditions extérieures de ces motifs ? Et, pour se poser les questions avec précision, il faut dresser un questionnaire des changements possibles.

17Ainsi pour comprendre la place d’un phénomène social dans la durée d’une société on revient au procédé employé pour comprendre sa place dans l’ensemble des phénomènes de la société.

18Pour répondre aux questions il suffira de reprendre le questionnaire établi pour l’étude des phénomènes simultanés et de passer en revue toutes les grandes catégories de changements : de la race, du milieu, des habitudes intellectuelles, matérielles, économiques, des institutions, sociales, politiques, etc., qui peuvent être causes d’une transformation. On aura vite fait de distinguer l’espèce de changement qui aura pu agir sur l’évolution particulière qu’on étudie.

19Il faut ici se tenir en garde contre la tendance naturelle à se représenter chaque espèce de phénomène social, isolé par l’abstraction, comme un être réel qui évoluerait par une force propre, à la façon d’un organisme. On a parlé de la « vie des mots », de « l’évolution des genres littéraires », de la vie des croyances ou des règles de droit ou des institutions. C’est une métaphore dangereuse. Un mot, un genre artistique, une croyance, une institution ne sont que des abstractions. Une abstraction n’évolue pas au sens réel, il n’y a que des êtres qui évoluent. C’est un grand danger en histoire de se laisser aller à faire la biographie d’êtres imaginaires, tels que l’Église, la royauté, la Bourse, la spéculation. On peut employer ces mots abstraits pour abréger ; mais quand on travaille à comprendre les réalités, il faut avoir toujours soin d’écarter ces fantômes et de remonter dans la recherche des causes jusqu’au moment où on atteint des hommes.

20La recherche conduite au moyen du questionnaire nous amène à découvrir les changements de motifs qui ont produit l’évolution. Ils nous apparaissent d’abord confusément comme les motifs d’un groupe d’hommes. On aperçoit en gros par exemple chez un peuple chrétien que la crainte de l’enfer a diminué, ce qui explique l’accroissement des suicides.

21Mais ces motifs collectifs ne sont intelligibles que comme une somme de motifs individuels. Et on se trouve ainsi ramené à se représenter des individus, à se les imaginer tels qu’ils étaient au commencement de l’évolution, puis tels qu’ils ont été à la fin et à se demander ce qu’il y a eu de changé en eux ou autour d’eux, qui ait pu produire le changement constaté par l’étude analytique de l’évolution.

22Le changement social peut se produire de deux façons, qu’il est nécessaire de savoir distinguer : 1° Ou bien les hommes changent réellement, en un point quelconque, leur façon d’agir ou leurs règles d’action, – soit volontairement parce que leurs idées sur ce point ont changé, – soit par la contrainte des conditions matérielles, – soit par la pression de leur gouvernement ou de l’opinion de gens dont ils dépendent. 2° Ou bien les hommes qui agissaient d’une certaine façon au début de la période sont morts et ils ont été remplacés par d’autres hommes (soit leurs descendants, soit des étrangers), qui procèdent autrement qu’eux, parce qu’ils ont d’autres motifs ou d’autres habitudes.

23L’humanité se renouvelle par un changement continuel des générations ; c’est le phénomène fondamental de l’histoire ; et c’est probablement la cause capitale de l’évolution sociale. Ainsi se produisent les évolutions dans les corps constitués (clergé, corporations, corps de fonctionnaires) ; le corps conserve un même nom, mais tous les membres sont renouvelés. Cette continuité du nom donne l’illusion, si l’on n’y prend garde, d’une évolution organique du corps. De même, pour le corps social dans son ensemble, l’évolution doit être expliquée en tenant compte du renouvellement des générations. Ce phénomène fondamental s’impose à l’attention de l’historien, à moins qu’il ne soit très irréfléchi ; mais il peut fort bien échapper à l’homme des sciences sociales, qui étudie des évolutions beaucoup plus courtes, où le renouvellement des générations est moins apparent.

24L’explication des évolutions par des changements psychologiques a sur les procédés statistiques l’avantage d’être intelligible, mais elle reste une hypothèse. Elle permet de trouver la cause probable du changement social, elle ne peut pas prouver qu’il n’y en ait pas eu d’autre cause. Pour arriver à une démonstration scientifique il faudrait appliquer un procédé dont on n’a fait que très rarement un usage méthodique en histoire et qu’on n’a pas eu occasion d’appliquer rigoureusement en science sociale, la comparaison de plusieurs évolutions.

25Il ne suffirait pas de comparer l’évolution d’un seul phénomène spécial dans plusieurs groupes sociaux indépendants ; c’est ce qu’on a essayé de faire dans la linguistique comparée, la mythologie comparée, le droit comparé ; on compare l’évolution d’un mythe ou d’une règle de droit chez les Grecs, les Romains, les Germains. Cette comparaison d’abstractions ne fait pas connaître les causes des transformations, elle ne sert qu’à en définir plus nettement les caractères. C’est sur l’ensemble des sociétés qu’il faudrait opérer, en comparant les évolutions de plusieurs ensembles. On verrait alors quels sont les phénomènes qui manquent ensemble dans plusieurs évolutions et ceux qui s’y trouvent ensemble, ceux qui ne se trouvent jamais ensemble et ceux qui tantôt s’accompagnent, tantôt se séparent. À défaut de l’expérimentation, qui seule permet d’isoler réellement les phénomènes, la comparaison des ensembles est le seul procédé pour constater quels phénomènes sont généralement liés ensemble et lesquels sont indépendants. Mais cette opération ne peut se faire ni par une méthode purement sociale sur une seule société observée pendant une courte durée de temps, ni par une méthode purement historique sur des sociétés observées sans précision. Elle ne sera possible que lorsqu’on arrivera à combiner les méthodes des sciences sociales avec la méthode historique. Alors seulement pourra être constituée la science des sociétés humaines et de leurs transformations.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search