Version classiqueVersion mobile

La méthode historique appliquée aux sciences sociales

 | 
Charles Seignobos

Première partie. La méthode historique appliquée aux documents des sciences sociales

Chapitre IX

Méthode de groupement des faits simultanés

Texte intégral

I. Conséquences du caractère subjectif des faits sociaux. – Illégitimité de la méthode mathématique, de la méthode biologique, de la psychologie déductive. – Règles pratiques.
II. Procédés de groupement. – Conditions générales de la société. – Tableau des phénomènes sociaux essentiels.

1L’histoire, après avoir déterminé les faits, les groupe en deux espèces de combinaisons : 1° Elle réunit les faits qui se produisent en différents lieux dans le même temps. 2° Elle réunit ceux qui se sont produits en divers temps. – Il y a donc deux sortes de groupements : 1° groupement des faits simultanés, auquel correspondent les tableaux d’ensemble d’une société ; 2° groupement des faits successifs, qui constitue l’étude des évolutions. – La construction historique définitive exige deux séries d’opérations : 1° dresser le tableau des faits et des rapports entre eux à un moment donné, pour aboutir à la description d’un état de choses ; 2° établir la série des changements successifs dans le temps, pour aboutir à une détermination d’évolution.

  • 1 Voir plus haut, chap. VII, III.

2I. – Pour arriver à construire le tableau des faits simultanés, il faut ne pas perdre de vue le caractère subjectif de tous les faits sociaux. Sans doute, il y a une part de faits matériels qui sont les conditions des actes, ce sont les corps, les instruments, les produits ; on peut essayer d’en déterminer le nombre et la répartition, mais ce ne peut être qu’une étude préparatoire ; elle ne suffira jamais pour faire comprendre un ensemble social. De même les actes sociaux ont une partie matérielle, extraction, fabrication, transports ; on peut essayer de les observer, d’en déterminer le nombre et la répartition. Mais c’est encore une étude qui ne se suffit pas à elle-même, les actes ainsi étudiés isolément restent des phénomènes inintelligibles1. Tout acte humain est un complexe ; la partie dirigeante, celle qui explique le reste, est ou bien l’intention d’un individu, ou bien la convention conclue entre plusieurs, c’est-à-dire un phénomène subjectif, mal analysé, mais où entre certainement une représentation ; il en est à cet égard des faits économiques comme des faits politiques. Toute construction devra donc conserver ce caractère subjectif fondamental qui rend seul le phénomène intelligible ; ce qu’il faudra arriver à grouper méthodiquement ce sera des faits de représentation.

3Cette nécessité a de très graves conséquences négatives. Elle suffit pour empêcher d’appliquer aux sciences sociales les méthodes qu’on est tenté d’y introduire par analogie avec les autres sciences constituées, ou du moins pour restreindre l’emploi de ces méthodes à l’étude de quelques faits spéciaux annexes, (d’anthropologie ou de technique).

41° La tentation la plus directe, et aussi la plus ancienne historiquement, a été d’employer en science sociale la méthode mathématique ; c’est ce qu’a fait Quételet. M. Bourdeau (L’histoire et les historiens) a même prétendu étudier les faits historiques par un procédé arithmétique. Dans ce système on groupe les faits en catégories et on les dénombre, on compare entre eux les chiffres, on en conclut qu’il existe un rapport entre les faits exprimés par ces chiffres. Dans l’étude des faits simultanés la méthode arithmétique consiste à mettre des chiffres sur des faits et à conclure de ces chiffres à l’intensité des faits. M. Bourdeau propose par exemple de compter le nombre d’exemplaires auquel a été tiré un livre pour évaluer l’influence de ce livre sur la société. Ce procédé repose sur une confusion entre la mesure et le dénombrement.

5En fait la mesure dans les sciences sociales n’est applicable qu’à un petit nombre de conditions matérielles peu importantes, telles que la taille ou l’âge, aux poids des produits et aux valeurs en numéraire, d’ailleurs conventionnelles. Elle peut fournir quelques renseignements utiles ; mais elle ne permet pas de constituer le tableau d’une société, pas même d’un phénomène social. Pour tous les autres faits de la statistique, les chiffres ne représentent qu’un dénombrement. Or on a dénombré en commençant par définir un phénomène d’une façon conventionnelle, ou même en prenant un fait conventionnel (tel que mariage, crime, journal, syndicat), qu’on reconnaît à un certain caractère convenu. Le dénombrement indique seulement le nombre de fois que ce caractère convenu s’est trouvé dans les phénomènes qu’on a comptés. Ce caractère se ramène toujours à une représentation, or on ne peut compter des représentations, encore moins les additionner, de façon à établir une proposition scientifique. On peut compter les crimes, les journaux, les enfants naturels ; mais de la comparaison des chiffres que pourra-t-on conclure ? On a comparé des incommensurables, des faits qui ne sont même pas mesurables. Qu’y a-t-il de commun entre un assassinat et une hérésie, dans les pays où l’hérésie est un crime, sinon le caractère conventionnel d’être tous deux des actes défendus ? Le chiffre ne sera pas inutile, il pourra servir parfois à donner l’idée d’un phénomène anormal qui a besoin d’être étudié ; mais par lui-même il ne donne aucune conclusion sur le phénomène. Il n’a de sens qu’appliqué à des phénomènes déjà définis, donc connus ; il ne permet pas de les classer, puisqu’il ne renseigne pas sur leur nature.

62° Une deuxième tentation, plus récente et plus fréquente, a été d’appliquer aux sciences sociales la méthode biologique. Les faits sociaux étant produits par des êtres vivants, il semble naturel de penser qu’ils se conforment aux lois des êtres vivants ; et de voir dans la sociologie une branche de la biologie. En effet une partie des faits sociaux sont des faits physiologiques, les maladies, la reproduction, la nutrition, etc. Il peut y avoir une science physiologique des phénomènes humains, et, en effet, il y en a une, c’est l’anthropologie, ou l’ethnologie. Mais elle laisse en dehors de son étude précisément les faits sociaux, c’est-à-dire les rapports économiques et la plupart des faits recueillis par la statistique. C’est que ces faits ne s’expliquent pas par la physiologie. Ils ont bien une partie matérielle, mais de la même façon que les faits de politique, d’art ou de religion, c’est-à-dire comme condition nécessaire des actes. Quant aux faits eux-mêmes, ce sont des conventions et des croyances (c’est-à-dire des représentations), que la connaissance des faits biologiques ne suffit jamais à expliquer.

  • 2 Herbert Spencer l’a essayé dans ses Principes de sociologie et Taine a expressément formulé cette m (...)

7Comme on ne pouvait utiliser directement en science sociale les connaissances biologiques, on a eu l’idée de prendre du moins la méthode et les lois de la biologie et de les introduire directement dans l’étude des faits sociaux2. Pour cela il a fallu transcrire les faits sociaux en langue biologique ; on a appelé les individus « cellules », les institutions (c’est-à-dire les conventions et les règles) « organes » ; les habitudes des hommes, « fonctions des organes », on a nommé « organisme » l’ensemble d’un groupe d’hommes formé par une communauté quelconque (langue, gouvernement, religion). En transformant ainsi des caractères abstraits en réalités organiques, on a construit un système de métaphores. Puis on a appliqué à ces métaphores les lois constatées par l’observation directe des vrais organismes : subordination des fonctions, adaptation, sélection, atrophie, développement des organes.

8La première condition pour opérer ainsi eût été de prouver l’identité (ou du moins la ressemblance de nature) entre un organisme biologique et une société, c’est-à-dire un groupe d’hommes ayant les mêmes usages, les mêmes goûts ou le même souverain. Or, on n’a pu indiquer que des analogies métaphoriques ; et on a négligé le caractère fondamental qui distingue les faits sociaux, le caractère subjectif. Entre la fonction d’un rein et la fonction d’un garde champêtre, on peut trouver une ressemblance, mais une ressemblance métaphorique ; l’organe opère par un processus biologique, le fonctionnaire par un processus psychologique. Une méthode correcte ne peut pas commencer par écarter systématiquement ce qui fait le caractère essentiel du phénomène social, c’est-à-dire la représentation. Il faut maintenir dans la construction de la science sociale la notion de représentation, et cela serait impossible avec une méthode purement biologique. En tout cas, si l’on veut opérer par cette méthode, on ne doit l’appliquer qu’à l’étude des phénomènes biologiques. On peut nier la possibilité d’étudier d’autres phénomènes, et déclarer qu’on renonce à connaître les faits psychologiques ; mais on ne doit pas les défigurer pour leur donner une ressemblance verbale avec des faits biologiques. Par cette méthode métaphorique on ne fera qu’une science verbale, dont on ne tirera aucune lumière sur la nature et l’enchaînement des faits, puisqu’il faudra d’abord retraduire les faits de cette langue métaphorique dans la langue naturelle des faits sociaux, qui est forcément une langue psychologique.

93° Une tentation d’une autre nature, c’est d’employer une méthode mixte, psychologique au point de départ, logique dans la construction. Le type le plus complet en a été donné par l’économie politique de la première moitié du xixe siècle (celle qu’on a surnommée orthodoxe). On part de ce principe général de toute méthode en science, qu’on doit procéder par analyse. On commence par une analyse au sens métaphorique, une analyse psychologique. On observe des phénomènes sociaux très habituels, par exemple la vente, on se demande sur quels phénomènes psychologiques elle repose. On en distingue un ou deux, très habituels, qu’on regarde comme les plus importants, l’offre et la demande ; on les transforme en un principe. À partir de là, opérant par déduction, on cherche ce qui se produirait entre gens dont les actes n’auraient qu’un seul mobile, la représentation de l’avantage de vendre cher ou bien d’acheter à bon marché. Ce serait peut-être un procédé provisoire de recherche pour tâcher de préciser ses propres impressions ; à condition d’étudier ensuite les autres faits psychologiques qui entrent dans la constitution d’une vente et de regarder par l’observation comment ces faits se combinent dans la réalité. Mais on oublie de revenir à l’observation ; du principe abstrait posé au début on déduit logiquement ce qui devrait se produire si cette représentation agissait seule, et cette déduction on l’appelle une loi. C’est un procédé analogue à certaines considérations mathématiques. Mais quand on veut appliquer à la réalité les abstractions mathématiques ainsi obtenues, on fait rentrer dans son calcul les autres éléments de la réalité (en n’écartant que les quantités négligeables). Dans la méthode sociale logique on arrive, sans y penser, à calculer la réalité d’après un seul élément.

10Ainsi les trois méthodes, mathématique, biologique, logique, sont incorrectes. Si on s’est laissé aller à les introduire dans les sciences sociales, c’est par de fausses analogies. L’histoire peut servir à en montrer l’illégitimité. En fait, aucun historien, jusqu’à ces dernières années du moins, n’a eu l’idée de les appliquer à l’histoire, et cela pour des raisons pratiques. L’historien opère avec des documents où le caractère psychologique est trop marqué pour qu’il puisse l’oublier, il n’est donc pas menacé de l’illusion biologique ; il opère sur des documents où les chiffres sont rares, ce qui le préserve de l’illusion qu’on peut réduire les faits historiques en chiffres ; il opère avec des documents où se rencontrent pêle-mêle des faits de toute nature, ce qui le garantit contre l’abstraction logique. Ce qui a évité aux historiens les faux-pas faits dans les études sociales directes, c’est la situation défavorable de l’histoire, la confusion qui l’a empêchée de s’organiser avec un appareil scientifique imité des autres sciences, en ôtant aux historiens jusqu’à la prétention de faire de la science.

11La méthode historique, si peu avancée pourtant, peut ainsi rendre quelque service aux sciences sociales, en les empêchant d’adopter une méthode qui ne tiendrait pas compte du caractère psychologique des faits sociaux, ou de l’impossibilité de les mesurer, ou de la nécessité de ne pas les isoler. Cet avertissement peut se formuler en quelques règles pratiques.

121° L’histoire fait voir que tout phénomène social doit être étudié par l’observation jusqu’à ce qu’on ait atteint son fond psychologique, c’est-à-dire des intentions et des représentations communes à un groupe d’hommes. Il faut donc déterminer d’abord quelles sont les intentions et les représentations des hommes dans les différents cas particuliers qu’on aura étudiés pour servir de types, ensuite quelles sont les intentions et les représentations communes à tous ces cas. Ce sont ces traits communs qui serviront à donner la définition même du fait social, après quoi il restera à déterminer quels sont les groupes d’hommes qui ont ces intentions et ces représentations. Toute étude sociale doit commencer par ces constatations préalables.

132° L’histoire donne l’habitude de voir coexistant dans un même temps des usages sociaux différents, des groupes sociaux formés sur des principes différents et enchevêtrés les uns dans les autres ; des groupes politiques, religieux, linguistiques, économiques, chacun opposé à d’autres et cependant formés en partie des mêmes individus, des gens qui parlent une même langue ou pratiquent une même religion et qui sont soumis à des gouvernements différents. Elle oblige à se rendre compte des groupes et des individus qui les composent. Elle permet de poser cette règle applicable à la construction des faits sociaux : On doit toujours préciser dans quels groupes sociaux se produit le phénomène à étudier et de quels individus se compose chaque groupe. Il ne faut donc pas se laisser prendre à l’apparence d’organisme que présentent les sociétés humaines et négliger d’examiner la composition de ces « organismes » ; il faut au contraire analyser avec précision les termes collectifs en se posant une série de questions : Quel groupe étudie-t-on ? Par quelle sorte de lien (politique, économique, linguistique) est formé ce groupe ? Est-il homogène ? ou n’est-il qu’un agrégat hétérogène de groupes ? En ce cas de quels sous-groupes est-il composé ? Dans quelles limites de pays et de temps se sont produits les faits sociaux qu’on étudie ?

143° L’histoire montre qu’il y a dans une société beaucoup de faits différents, c’est-à-dire beaucoup de conditions et d’usages différents. Elle ne permet pas directement de les prévoir tous, de façon à dresser le questionnaire qui permettrait de les rechercher, ni de tracer le cadre dans lequel on les groupera. C’est au contraire l’observation du présent qui seule peut faire connaître les phénomènes. Mais l’histoire complète cette étude directe de deux façons : 1o Elle étudie tous les faits de tout genre dans une société, et cela l’empêche d’oublier l’existence de certaines catégories de faits, ce qui arrive forcément aux spécialistes. 2° Elle étudie des sociétés variées, et cela l’amène à prévoir une plus grande variété de combinaisons sociales. En fait l’idée d’un questionnaire général applicable à toutes les sociétés viendra plus naturellement à un historien habitué à une vue générale de l’humanité. Une fois constitué pour les besoins de l’histoire, ce procédé pourra se transporter aux sciences sociales ; ainsi on arrivera à dresser le questionnaire universel, où seront prévus tous les phénomènes sociaux possibles et qui servira de cadre de groupement à tous.

154° L’avantage de ce schéma d’ensemble pourrait n’être pas compris par les spécialistes ; il leur sera montré par l’expérience des progrès de l’histoire. Un des plus grands progrès historiques a été de reconnaître que dans une société il n’y a pas de faits indépendants, que les actes et les usages d’un homme ou d’un groupe d’hommes sont liés entre eux, réagissent les uns sur les autres, se causent les uns les autres ; si nous les distinguons, ce n’est que par abstraction. Dans la réalité, il n’y a pas de faits spéciaux, économiques, religieux, scientifiques, politiques ; il y a des hommes et des habitudes qui se modifient constamment les uns les autres. Ce lien est appelé parfois complexus, en allemand Zusammenhang.

16II. – L’étude de ces réactions réciproques est un des objets de recherches de l’histoire. Or les sciences sociales, par le fait de leur origine spéciale, ont une tendance à se réduire à des études spécialisées, c’est-à-dire à s’enfermer dans l’examen minutieux d’une seule espèce d’abstraction. La marche naturelle de la science est d’étudier séparément les phénomènes sociaux produits par chaque espèce d’activité, de grouper ceux d’une même espèce en une catégorie spéciale et de rechercher les rapports entre les faits de même catégorie, en écartant systématiquement les faits des autres espèces. Le linguiste n’examine que les faits de langue, l’économiste que les faits économiques. Mais chacun de ces faits reste inintelligible tant qu’on s’enferme dans une étude spéciale, car ils sont liés à d’autres qui en sont la raison d’être. À quiconque étudie spécialement les phénomènes sociaux, il est indispensable de rappeler le complexus qui relie entre elles toutes les activités humaines.

17Cela est d’autant plus nécessaire qu’un fait social n’est pas même un fragment de la réalité, comme peut l’être un fait anatomique ; c’est une simple abstraction, un acte ou un état d’un ou de plusieurs individus, désigné d’ordinaire par une métaphore qui augmente les chances d’erreur. Pour comprendre des faits de ce genre, il faut se les représenter toujours comme les états, les actes, les conditions d’individus vivant en société, et se représenter leur place dans l’ensemble des faits d’une société. C’est l’application d’un principe commun à toute science : On doit isoler les faits pour les constater, les rapprocher pour les comprendre.

18Voici un tableau sommaire des phénomènes essentiels de toute société, qui donnera les catégories générales de questions à prévoir.

19I. – Conditions matérielles. – Elles se divisent en deux sortes :
1° Les corps humains. – C’est la matière de deux sortes d’études : l’anthropologie, étude générale des caractères physiques des différentes races d’hommes ; la démographie, étude de la répartition locale des phénomènes corporels ordinaires et de leurs proportions numériques.
2° Le milieu matériel général. Il se subdivise en : milieu naturel, objet de la géographie, – milieu artificiel résultant de l’aménagement fait par les hommes (cultures, édifices, voies de transport, etc.).

20II.– Habitudes intellectuelles. Les principales sont : 1° la langue et l’écriture ; 2° les beaux-arts divisés eux-mêmes en plusieurs branches ; 3° les arts techniques ; 4° la religion ; 5° la morale et la métaphysique ; 6° les sciences.

21III. – Habitudes matérielles non obligatoires.
1° Les coutumes de vie matérielle, alimentation, vêtement et parure, soins du corps, habitation ; 2° les coutumes de vie privée, emploi du temps, cérémonial, divertissements, déplacements ; 3° les coutumes économiques, production (agricole, minière, industrielle), transports, échange, appropriation, transmissions et contrats.

22IV. – Institutions sociales.
1° Propriété et succession ; 2° famille ; 3° éducation ; 4° classes sociales.

23V. – Institutions publiques.
1° Recrutement et organisation du personnel de gouvernement (gouvernement central et services spéciaux), règles officielles du gouvernement, procédure réelle des opérations de gouvernement (centrales et spéciales) ; 2° organisation, recrutement, règles et pratiques du gouvernement ecclésiastique ; 3° organisation, recrutement, règles, pratiques des pouvoirs locaux.

24VI. – Relations entre les groupes sociaux souverains.
1° Organisation du personnel de relations internationales ; 2° conventions, règles, usages communs, formant le droit international, officiel et réel.

Notes

1 Voir plus haut, chap. VII, III.

2 Herbert Spencer l’a essayé dans ses Principes de sociologie et Taine a expressément formulé cette méthode dans l’Introduction de l’Histoire de la littérature anglaise. Pour les tentatives plus récentes voir P. Barth, Die Philosophie der Geschichte als Sociologie, 1897.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search