Version classiqueVersion mobile

La méthode historique appliquée aux sciences sociales

 | 
Charles Seignobos

Première partie. La méthode historique appliquée aux documents des sciences sociales

Chapitre VIII

Construction des faits des sciences sociales

Texte intégral

I. Nature des faits dans les sciences sociales. – Caractère matériel et psychologique, impossibilité d’une méthode exclusivement objective.
II. Analyse sociale. – Différence entre l’analyse sociale et l’analyse biologique. – Caractère abstrait et subjectif de l’analyse sociale, rôle de l’imagination.
III. Procédés de construction. – Emploi de l’analogie. – Emploi du questionnaire.

1Les faits qui fournissent les matériaux des sciences sociales se présentent dans des conditions qui conditionnent elles-mêmes la construction, en lui imposant ses procédés et ses limites.

  • 1 Voir plus haut, chap. VI, II, et chap. VII, III.

2I. – La plupart des faits sociaux sont connus par une méthode historique indirecte, au moyen de documents ; le propre des faits ainsi connus1 est d’être superficiels et vagues ; ils se bornent à constater l’existence d’êtres, d’habitudes, de groupes ou d’individus. Ce caractère vague et superficiel s’impose donc à tous les faits des sciences sociales ; même ceux qu’on pourrait recueillir par une observation directe ne peuvent jamais être combinés en un ensemble avec les faits extraits des documents que dans la mesure où ils sont de même degré. Dans un recensement par exemple les détails circonstanciés qu’on aurait obtenus par observation directe sur quelques familles ne seront pas utilisables, parce qu’on ne pourra pas les faire entrer dans les catégories larges et vagues qui auront servi aux recenseurs. De même dans la description de l’organisation générale des syndicats on ne pourra pas faire entrer les connaissances spéciales qu’on aura recueillies sur quelques-uns d’entre eux, sinon sous forme de type ou d’exemple ; ce qui est un artifice pédagogique, mais non un procédé scientifique.

3Ces faits se ramènent tous à des êtres matériels, des actes ou des motifs (qui sont au moins des représentations). Mais la partie matérielle, la seule qui soit observable objectivement, ne peut pas être utilisée séparément. – On pourrait, il est vrai, concevoir une statistique exclusivement physiologique, où seraient dénombrés les corps, sexes, âges, maladies, caractères anthropologiques : mais cette statistique ne suffirait jamais par elle-même pour constituer un fait social ; il faudrait toujours la mettre en rapport avec une nationalité, une religion, une classe, – en un mot avec des phénomènes internes, – pour déterminer la société dont on aurait fait le dénombrement. – De même une statistique d’objets, de marchandises, de numéraire ou d’animaux, ne devient un fait social qu’autant qu’on fait intervenir un fait d’appropriation, c’est-à-dire subjectif ; on fait la statistique des marchandises, des animaux appartenant à un groupe d’hommes, il faut donc faire intervenir la notion subjective de propriété. – Ce qui donne le caractère social, c’est justement un phénomène interne, soit politique, soit économique.

4Il est inutile de démontrer le caractère essentiellement subjectif de tout fait politique. Tout groupe politique repose avant tout sur l’idée de l’obéissance à un même centre ou de la solidarité avec les mêmes hommes. Qu’il y ait ou non un fait d’un autre ordre (phénomène collectif) lié à une idée d’obéissance ou de solidarité, en tout cas le fait n’existe jamais qu’avec cette idée et n’est aperçu que par l’intermédiaire de cette idée, et quand l’idée se modifie l’état politique se transforme. L’idée de la nationalité en Macédoine change chez les mêmes individus, suivant qu’ils se croient solidaires avec les Grecs, les Bulgares, les Valaques ou les Serbes.

5Pour les faits économiques ce caractère subjectif est moins évident ; ou du moins, à cause du caractère matériel des objets à propos desquels se produisent les faits économiques, il se voit moins nettement. Mais en réalité les objets matériels ne sont jamais que l’occasion ou la condition des faits économiques ; les véritables faits économiques sont les idées des hommes par rapport à ces objets. – L’appropriation, c’est l’idée que la disposition d’un certain objet appartient à quelqu’un ; la preuve c’est qu’il peut y avoir une révolution dans la propriété, comme il est arrivé en Russie à l’abolition du servage, sans le moindre mouvement matériel. – Le commerce est un ensemble de conventions, c’est-à-dire de phénomènes psychologiques, pour échanger l’appropriation des objets ; et le transport n’est qu’une conséquence matérielle de ces conventions. – La consommation et la production elles-mêmes ont une partie matérielle ; mais leur caractère économique leur est donné par une notion purement subjective ; c’est la valeur qui dirige le producteur et décide le consommateur, or la valeur est en pratique un phénomène subjectif. Je dis, « en pratique », car on pourrait concevoir une notion objective de valeur, calculée sur des réalités mesurables, la force et la chaleur ; on pourrait évaluer tout objet et tout acte matériel en unités de force mécanique et en calories. Mais l’évaluation qu’on construirait sur ces données mécaniques, chimiques et biologiques n’aurait aucun rapport avec l’économie politique. Évaluer les aliments suivant leur valeur objective en calories, évaluer les actes en unités de force ou de chaleur objectives, ce serait le renversement de toutes les réalités économiques, un divertissement de fantaisiste ; un gramme de charbon vaudrait un gramme de diamant, un petit morceau de fromage vaudrait beaucoup plus qu’une truffe. C’est que le fait économique réel n’est aucunement fondé sur cette réalité matérielle, la seule pourtant qui soit réelle au sens objectif ; il est fondé uniquement sur la valeur psychologique, celle que les hommes attachent aux objets, c’est-à-dire sur leur imagination. La preuve c’est qu’elle change avec leur imagination, dans tous les domaines, même pour les objets les plus exclusivement matériels. Ni le porc, ni l’eau-de-vie n’auront la même valeur en pays musulman qu’en pays chrétien. C’est la grande difficulté du commerce avec les sauvages qu’on ignore les dispositions subjectives qui leur feront rechercher une étoffe rouge et mépriser une étoffe blanche ou inversement. Ce qui nous dissimule ce caractère subjectif de la valeur, c’est l’habitude de vivre dans une société très régulière, où les idées sur la valeur ne se transforment que lentement. Encore reste-t-il des exemples frappants de cette variation ; ce sont les objets à la mode, tels que peintures ou bibelots, dont la valeur hausse ou baisse brusquement.

6Puisque le caractère subjectif est lié aux faits sociaux eux-mêmes, on n’a pas le droit de le faire disparaître dans la construction de la science sociale. Il faudra donc trouver les rapports qui unissent entre eux des faits sociaux, c’est-à-dire complexes, des faits composés d’existences matérielles liées à des phénomènes subjectifs (motifs et représentations). Ces rapports auront nécessairement un caractère subjectif.

7II. – La façon dont les faits nous sont connus doit réagir aussi sur la nature de la construction. Or ces faits viennent pour la plupart des documents, ils ont été obtenus par l’analyse du document. Quelques-uns peut-être ont été observés directement. Mais tous ils ont été recueillis à la suite d’une analyse sociale ; c’est-à-dire que parmi les faits innombrables des documents ou de la réalité on en a choisi quelques-uns, les faits sociaux, tels que recensements ou descriptions d’institutions ; ce qui a nécessairement exigé une analyse. Quel est donc le caractère de cette analyse ?

8Le nom même d’analyse est en science sociale une cause dangereuse d’erreur. L’analyse dans les sciences objectives est une opération objective, matérielle ; άναλύειν signifie dissoudre, décomposer. En biologie et en zoologie, quand on analyse, on opère sur un animal réel, par une analyse réelle, on le dissèque ; après quoi on fait une synthèse réelle, en remettant les parties ensemble, de façon à apercevoir des rapports réels. En chimie on décompose les corps et on les recompose réellement. Ces sciences sont fondées sur l’analyse réelle et la synthèse réelle ; on sait objectivement en quelles parties l’objet étudié se décompose et comment elles sont reliées entre elles.

9Mais l’analyse historique ou sociale n’est une analyse que par métaphore. En ces matières on n’a aucun objet réel à analyser, aucun objet qu’on puisse détruire et ensuite reconstruire ; on ne fait donc aucune opération réelle. On n’opère que sur des écrits et la seule réalité matérielle c’est le papier écrit. Ces écrits sont des symboles, ils ne servent que par les opérations d’esprit qu’ils produisent, par les images qu’ils évoquent. En histoire on ne travaille jamais que sur ces images. Celui qui étudie l’organisation des métiers au Moyen Âge n’a affaire à aucune réalité concrète ; il ne voit pas un seul ouvrier, pas un seul instrument du Moyen Âge ; il n’opère que sur les images de son esprit qui lui représentent ces choses, et il ne se les représente que par analogie avec des ouvriers ou des outils actuels qu’il sait être analogues ; il n’opère que sur les traits qu’il sait communs aux ouvriers du Moyen Âge et aux ouvriers actuels, c’est-à-dire sur des abstractions. De même un recensement implique une analyse d’une société ; mais l’opération consiste seulement à se demander combien il y a de gens de tel sexe, de tel âge, de telle nation ; on procède non par observation, mais par question. Quand même on observe directement, c’est seulement pour trouver une réponse à une question qu’on va voir les objets ; mais jamais on ne les analyse.

10L’analyse sociale, comme l’analyse historique, est un procédé abstrait, purement intellectuel. Elle consiste, en présence d’un objet ou d’un groupe d’objets, d’un acte ou d’un groupe d’actes, à fixer son attention successivement sur les divers caractères visibles ou imaginés de cet objet ou de cet acte ; à en examiner l’un après l’autre les divers aspects (c’est encore une métaphore) et à se demander quels en sont les différents caractères. Cette opération est nécessaire à cause de la faiblesse de l’esprit humain ; spontanément nous n’avons que des impressions confuses d’ensemble ; il faut nous astreindre à nous demander successivement les différentes impressions particulières que nous avons éprouvées, afin de les préciser en les distinguant. Le résultat de ce travail est de rendre précise une connaissance confuse, non de nous donner une connaissance nouvelle. Ce n’est pas, comme l’analyse anatomique, une méthode objective pour découvrir de nouveaux objets réels ou des rapports nouveaux entre ces objets ; c’est une méthode subjective pour nous faire apercevoir dans nos impressions leurs éléments et les rapports subjectifs entre ces éléments.

11En fait, en science sociale on opère, non pas sur des objets réels, mais sur les représentations qu’on se fait des objets. On ne voit pas les hommes, les animaux, les maisons qu’on recense, on ne voit pas les institutions qu’on décrit. On est obligé de s’imaginer les hommes, les objets, les actes, les motifs qu’on étudie. Ce sont ces images qui sont la matière pratique de la science sociale ; ce sont ces images qu’on analyse. Quelques-unes peuvent être des souvenirs d’objets qu’on a personnellement observés ; mais un souvenir n’est déjà plus qu’une image. La plupart d’ailleurs n’ont même pas été obtenues par souvenir, nous les inventons à l’image de nos souvenirs, c’est-à-dire par analogie avec des images obtenues au moyen du souvenir. Dans un recensement nous imaginons les différentes espèces d’objets à recenser. Pour décrire le fonctionnement d’un syndicat, nous nous figurons les actes et les démarches des membres.

12Ainsi en science sociale, comme en histoire, on opère sur des images, c’est-à-dire sur des objets imaginaires. Il serait donc illégitime de vouloir appliquer, à cette analyse imaginaire d’objets imaginaires les règles de l’analyse réelle des objets réels.

13III. – Peut-on, en opérant sur des images, arriver à des résultats qui ne soient pas entièrement imaginaires, c’est-à-dire sans rapport avec la réalité ? Forcément ces opérations sont subjectives. Mais subjectif n’est pas synonyme d’irréel. Il peut y avoir une relation précise entre une image subjective et une réalité, c’est le cas du souvenir. Personne ne confond un souvenir avec une chimère ; et en pratique la plupart de nos actes sont dirigés par des souvenirs. Le principe doit donc être d’opérer autant que possible avec des images fournies par des souvenirs. C’est un avantage des sciences sociales sur les sciences historiques, qu’elles ont une part beaucoup plus grande de souvenirs dans leurs matériaux. Le travailleur, même quand il opère sur des documents écrits, a vu des objets de l’espèce de ceux qu’il étudie et il s’en souvient.

14Mais en pratique le nombre des souvenirs d’un homme est bien petit, il suffit à peine pour une monographie, il est insuffisant pour toute construction étendue ; en statistique même on est forcé d’opérer presque uniquement avec des images qui ne sont pas des souvenirs.

15À défaut de souvenirs, il faut donc se faire des images analogues à celles des souvenirs. Voici par quel procédé. On suppose que les êtres, objets, actes, motifs, qu’on n’a pas pu observer, mais qu’on connaît indirectement par les documents, sont analogues à ceux qu’on connaît par l’observation du monde actuel. C’est le postulat nécessaire de toutes les sciences documentaires ; si les faits rapportés dans les documents n’avaient pas été analogues à ceux que nous observons, nous n’y pourrions rien comprendre.

16Mais il ne suffit pas de se représenter des êtres, des objets ou des actes isolés. Tout au plus pourrait-on s’en contenter pour un dénombrement, où tout le travail de construction se borne à des additions de chiffres, – et encore à condition de savoir dans quel champ ces faits isolés se trouvent. Dès qu’on veut se représenter un ensemble, il faut aussi imaginer des rapports entre les êtres, les objets ou les actes. On ne peut les imaginer que par analogie avec les rapports entre les faits qu’on connaît directement. On imagine donc une humanité analogue à celle qu’on connaît, c’est-à-dire des hommes et des objets analogues, unis entre eux par des rapports analogues. On commence ainsi par une affirmation a priori des caractères et des rapports généraux de l’humanité. C’est pourquoi il entre forcément une part d’a priori dans toute science documentaire (historique ou sociale).

17Pour imaginer cette humanité nous avons besoin de nous représenter les rapports habituels principaux entre les hommes et les rapports des hommes avec les choses. Assurément nous n’inventons pas ces rapports, nous les avons observés dans la vie ; mais nos observations sont restées à l’état de souvenirs incorporés dans l’ensemble de nos images, il s’agit de les en dégager. Or nous n’avons qu’un moyen pratique de rechercher dans nos souvenirs pour dégager cette image des rapports qui constituent une société, c’est de procéder par questions.

18Ainsi s’explique le procédé du questionnaire qu’on emploie empiriquement dans les sciences sociales, avant d’en avoir connu la justification logique. Le questionnaire est le procédé subjectif qui, seul, rend possible d’abord de faire l’analyse subjective des phénomènes (ou plus exactement des images que nous en avons), ensuite de déterminer entre les phénomènes les rapports présumés qui permettront de grouper les faits isolés pour en construire un ensemble. Il fournit, pour assembler les faits épars, un cadre de groupement fondé sur les lois générales de la vie sociale.

19À la suite d’une analyse de documents ce sont des images isolées qui encombrent l’esprit, le questionnaire est le moyen d’y mettre de l’ordre. Il consiste à se demander dans quelles conditions les faits dont nous avons l’image ont dû se produire en réalité. Il faut, pour répondre, connaître les conditions dans lesquelles se produisent nécessairement (ou très ordinairement) les faits sociaux. Ces conditions, on les connaît d’avance, puisqu’elles sont les mêmes dans toute l’humanité. Ce sont celles qui tiennent soit aux phénomènes physiologiques communs à toute l’humanité (et à leurs conditions matérielles), soit aux habitudes psychologiques communes à tous les hommes. Il y a, il est vrai, des variétés dans ces phénomènes, et on aura besoin de préciser quelle variété a été réalisée dans chaque cas, car on ne le sait pas d’avance ; mais ce qu’on sait d’avance, c’est le genre de phénomènes qu’on peut s’attendre à rencontrer. Ainsi on ne sait pas d’avance quelle sera l’espèce d’industrie, d’alimentation, de commerce d’un peuple, ni quelle sera la proportion des sexes ou des âges. Mais d’avance on sait qu’il y aura eu alimentation, fabrication, échange, qu’il y aura eu une proportion donnée entre le sexe et l’âge, et entre gens de sexe ou d’âge différents. Ces phénomènes, dont on ne sait pas la variété mais dont on connaît le genre, forment la matière du questionnaire. On peut le construire par une analyse des conditions générales de l’humanité.

20L’emploi d’un questionnaire ainsi construit a priori répugnera peut-être à quelques esprits. En fait nous n’avons aucun moyen de procéder autrement. Nous ne pouvons classer des faits imaginés que dans des cadres fournis par notre connaissance du monde réel. Qu’on le veuille ou non, on emploiera toujours un questionnaire, même si on n’en a pas conscience, quand même on voudrait l’éviter. La seule différence, c’est qu’il sera inconscient et par suite confus. Nous avons le choix non pas entre procéder avec questionnaire et procéder sans questionnaire, mais seulement entre procéder avec un questionnaire inconscient, incomplet, vague, et procéder avec un questionnaire conscient, complet, précis.

21Toute construction historique ou sociale est forcément œuvre d’imagination, puisque l’observation ne nous donne jamais la connaissance directe que d’individus ou de conditions matérielles. La société est un ensemble de rapports qu’on n’observe pas directement, on les construit par l’imagination. Ce travail consiste à chercher, soit dans les documents, soit dans l’observation, la réponse à des questions posées d’avance par un questionnaire a priori. Ce questionnaire uniforme pour tous les cas, c’est la liste des conditions générales communes aux hommes vivant en société.

22Ainsi les faits eux-mêmes de la science sociale se composent pour une partie d’un phénomène interne subjectif ; ils sont atteints par une analyse abstraite toute subjective ; ils ne peuvent être construits que par un questionnaire subjectif. Le caractère subjectif étant inséparable à la fois de la nature, du mode de connaissance, du mode de construction des faits sociaux, la méthode sociale est forcément une méthode subjective.

Notes

1 Voir plus haut, chap. VI, II, et chap. VII, III.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search