Version classiqueVersion mobile

La méthode historique appliquée aux sciences sociales

 | 
Charles Seignobos

Première partie. La méthode historique appliquée aux documents des sciences sociales

Chapitre III

Critique de provenance

Texte intégral

I. Conditions de la critique de provenance.
II. Difficultés spéciales aux documents des sciences sociales.

1Les principes généraux de la critique exposés dans le chapitre précédent sont applicables aux opérations des sciences sociales dans la mesure où elles se servent de documents.

2I. – D’abord s’impose une opération préalable : établir la provenance du document. Cette opération, longue et difficile pour les documents anciens, est d’ordinaire très facile pour les documents récents. Elle consiste à réunir les renseignements sur la façon dont le document s’est formé. De notre temps les renseignements les plus nécessaires, l’époque, le lieu, le nom et la qualité de l’auteur, sont d’ordinaire joints au document lui-même. Il ne reste qu’à se demander si ces indications sont exactes. En général au xixe siècle, depuis l’organisation régulière de l’imprimerie et de la bibliographie, elles sont exactes en gros, il ne se fabrique plus guère, comme autrefois, de documents apocryphes.

3Mais il se fait encore beaucoup de menues falsifications, d’inexactitudes volontaires, surtout dans la date exacte de publication et les noms des auteurs véritables. Comme on a rarement les moyens de les rectifier, il est sage de ne prendre ces renseignements que pour des données approximatives ; de ce qu’un livre porte la date 1901 il ne faudrait pas conclure qu’il n’a pas été publié en 1900.

4On fera bien de s’informer des conditions de travail spéciales au pays, à l’époque, au genre dans lequel a travaillé l’auteur. On saura quelles espèces d’inexactitudes sont habituelles dans ce pays, à cette époque, dans ce genre et par conséquent quelles indications de provenance ont chance d’être inexactes. C’est là une notion bien vague, mais on ne peut pas préciser ; cet examen ne peut produire qu’un état de défiance vague. Mais ce soupçon, conçu au commencement du travail, accompagnera toute l’étude du document et rendra plus facile d’apercevoir dans le document lui-même les indices précis d’un faux renseignement de provenance, qui seront les contradictions entre le contenu même du document et la date, le pays, l’auteur, indiqués en tête.

5Pratiquement il ne serait pas raisonnable de procéder avec les documents contemporains comme on fait pour les textes anciens ; l’éditeur commence par lire et étudier l’ensemble du document pour trouver des contradictions et des renseignements de détail qui permettent de fixer la vraie provenance. C’est un luxe que permet l’extrême rareté des documents sur ces périodes. Mais en science sociale le travail serait trop long et on ne dispose pas d’un nombre suffisant de spécialistes. Il faut donc que celui qui veut utiliser le document fasse lui-même sa critique de provenance. Ce travail pratiquement se réduit à un contrôle sur les affirmations inscrites en tête du document ; il suffit donc de lire avec la préoccupation de recueillir les indices de contradiction entre le contenu du document et sa provenance déclarée.

6II. – La principale difficulté est de déterminer l’auteur véritable des documents officiels. Ils sont d’ordinaire anonymes, ou bien ils indiquent pour auteur le chef du service par lequel ils ont été publiés et c’est par les subalternes que le travail a été fait.

7Quant aux documents statistiques on peut être sûr qu’ils sont toujours le produit d’une collaboration, puisqu’il est matériellement impossible à un homme de faire seul toutes les observations résumées dans les chiffres d’une statistique. Qui pourrait se charger d’un recensement s’il n’avait des auxiliaires pour recueillir un à un les renseignements ?

8Ces auteurs ou ces collaborateurs ne laissent pas tous une trace apparente de leur activité dans le document qui est leur œuvre. Il sera même presque toujours impossible de les déterminer tous. Mais du moins on doit se faire une règle de lire avec soin les indications – généralement déposées dans la préface ou les appendices de la publication – sur la façon dont le document a été préparé et rédigé. On devra se rendre compte aussi nettement que possible des auteurs et des collaborateurs, de leur caractère et de leurs habitudes, de la part que chacun a prise au travail, et surtout des procédés qu’ils ont employés pour recueillir leurs renseignements et pour les résumer en formules. Si l’on ne parvient pas à voir clairement par quels procédés le document a été fabriqué, on sera du moins averti de garder la défiance que doit toujours inspirer le résultat brut d’opérations restées inconnues.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search