Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Conclusion

Un développement souverain ?

Texte intégral

1Au croisement de plusieurs interrogations sur la dynamique de la croissance, le développement asiatique, le poids des structures coloniales, le rôle de l’État et ses ambigüités, la recherche sur les causes et modalités du développement malaisien amène in fine à penser différemment la question de la mondialisation, souvent envisagée comme menaçante. On peut en effet juger porteur de dimensions très positives le déploiement du capitalisme en Malaisie dans la dernière partie du XXe siècle, notamment en raison de l’amélioration considérable des revenus apportée par la croissance. La réduction des inégalités à travers la politique volontariste initiée par la NEP, le développement des infrastructures, de la santé et l’éducation de la population en sont d’autres conséquences favorables qui restent à mettre en évidence. Dans tous les cas, le caractère déterminant de l’action publique, volontariste et orientée vers la restructuration de la société, est incontestable.

  • 1 E. Helleiner et A. Pickel éd., Economic Nationalism in a Globalizing World, 2005.
  • 2 Mahathir du moins se posait en tribun, prompt à vilipender l’Occident et ses spéculateurs ou à dres (...)

2De ce fait, la Malaisie conduit à s’interroger sur la possibilité de se frayer une voie singulière et autonome dans la mondialisation. Elle éclaire de manière originale le débat qui s’est ouvert en économie politique internationale sur la question du dépassement de l’État au sein du processus de globalisation néolibérale1. Contrastant avec la situation objective de dépendance d’un petit pays face aux grands partenaires économiques et financiers (mais aussi prescripteurs technologiques et culturels), la souveraineté dont fait preuve le gouvernement malaisien sur la longue durée étonne. En effet, depuis la décennie 1970, la Malaisie a multiplié politiquement les marques de souveraineté au risque de contrarier les plus grandes organisations internationales, voire de bafouer les droits de l’homme2. S’il est très délicat d’attribuer des intentions à un État, et plus encore de trouver une signification à l’histoire, on ne peut s’empêcher de chercher le sens du développement malaisien. On peut en effet être tenté de lire dans l’histoire malaisienne celle d’un gouvernement qui, pour résoudre un problème politique national extrêmement aigu, met en place des réformes sur le fond discutables, mais dont les effets, immenses, seront jugés positivement.

Un développement exemplaire

  • 3 Voir D. Lombard, Le carrefour javanais, vol. 1 : Les limites de l’occidentalisation, 1994.

3Au terme de l’analyse de l’industrialisation dont s’est trouvé porteur le développement malaisien, il est temps d’attirer l’attention sur l’ampleur et la nature de la transformation sociale à l’œuvre. La profondeur et la rapidité des changements vécus par la Malaisie depuis quelques décennies sont en effet impressionnantes, car ces changements se sont déroulés en l’espace d’une seule génération. La métamorphose de l’économie et de la société sous la dynamique de la mondialisation est d’autant plus sensible que les influences européennes étaient restées superficielles durant plusieurs siècles3. Pour un Européen, le bouleversement équivalent, qui correspondrait au passage à l’ère économique moderne, s’est déployé sur plusieurs générations depuis la révolution industrielle. Les évolutions que nous avons décrites pour caractériser l’industrialisation accélérée malaisienne depuis 1970 peuvent aussi s’analyser en termes de discontinuité sociale au sens où la définit Fernand Braudel :

  • 4 F. Braudel, « Pour une économie historique », Revue économique, 1950, p. 37-44.

Qu’est qu’une discontinuité sociale, si ce n’est, en langage historique, l’une de ces ruptures structurales, cassures des profondeurs, silencieuse, indolores nous dit-on. On naît avec un état du social (c’est-à-dire tout à la fois une mentalité, des cadres, une civilisation et notamment une civilisation économique) que plusieurs générations ont connu avant nous, mais tout peut s’écrouler avant que ne se termine notre vie. D’où des interférences et des surprises. Ce passage d’un monde à un autre est un très grand drame humain sur lequel nous voudrions des lumières.4

  • 5 Rukunegara ou Rukun Negara (déclaration des principes forgeant l’unité nationale) :

    Ce que l’on pour (...)

4Enfin, ce « drame humain » doit s’entendre en termes théâtraux d’accélération du rythme des événements, de renversement de situation, de rebondissement : Braudel voit dans l’apparition du capitalisme moderne une rupture dans le destin de l’humanité, l’effondrement ou du moins la transformation de tout ce qui le portait. En Malaisie, l’extension du capitalisme sous la forme d’un capitalisme d’État, forme collusive, progressivement financiarisée, mais toujours plus mondialisée, s’est accompagnée de changements profonds dans les modes de vie, l’habitat, le niveau d’éducation ou encore la réduction des inégalités sociales et la très forte résorption de la pauvreté. Mais il semblerait qu’au titre de la discontinuité sociale évoquée par Braudel, celle-ci n’ait pas encore donné toute sa mesure. La Malaisie reste en effet une société profondément religieuse et fidèle au Rukunegara (déclaration nationale), qui accorde une grande valeur au consensus et à la loyauté vis-à-vis du groupe : famille, parti politique, communauté religieuse ou ethnique5. Le cadre des mentalités n’est pas vraiment renversé. Mais il est évident qu’on peut se poser la question de savoir si ce n’est pas déjà le cas d’une frange croissante de la population, ceux qu’on appelle en Asie les « nouveaux riches ».

  • 6 Si la définition de l’aire urbaine en Malaisie a changé au cours du temps, ces chiffres sont homogè (...)
  • 7 World Bank, 10 Years after the Crisis. East-Asia and Pacific Update, 2007, p. 61.

5Modalité tangible du changement social, l’essor des villes et le développement de la vie urbaine accompagnent la transformation économique. Historiquement, le taux d’urbanisation s’est rapidement élevé avec le développement du pays, passant de 14 % en 1921 à 28,7 % en 1970, à 51 % en 1991, 63 % en 20056. Plus de la moitié de la population nationale vivrait donc « en ville » depuis 1991. Ces chiffres de l’urbanisation placent la Malaisie en tête des comparaisons régionales. D’après la Banque mondiale en 2007, en termes d’urbanisation, la Malaisie arrive derrière la Corée du Sud (qui atteint 80 % d’urbains), mais devant tous les autres pays de la région dite Asie-Pacifique. À titre de comparaison, la population rurale reste encore nettement majoritaire en Thaïlande ou dans l’Indonésie voisines (dont les taux d’urbanisation respectifs sont autour de 30 et 40 %)7.

6Mais dans le tiers-monde comme ailleurs, l’urbanisation peut se faire au détriment de la cohésion sociale : l’autre spécificité malaisienne est d’avoir réussi à se moderniser en protégeant son tissu social d’un creusement des inégalités. En Malaisie, le développement économique a été réalisé par l’augmentation du produit économique global et du revenu par habitant, il s’est aussi traduit par une réduction massive de la pauvreté et une diminution des inégalités. Cette relation entre développement, croissance économique globale et resserrement des inégalités n’a rien de naturel ou de mécanique : c’est bien le résultat d’une politique explicitement tournée vers la restructuration de la société dans son ensemble. C’est en cela que l’on peut parler de développement souverain, au sens où il est orienté vers les besoins propres du peuple à travers une politique orientée par des exigences sociales, et où les logiques économiques ou politiques extérieures sont reléguées au second plan. Nous avons souligné de manière appuyée le tournant qu’a constitué la NEP à partir de 1970 : c’est en effet le moment où le pouvoir change de nature en changeant de but, se détachant clairement de la poursuite des intérêts étrangers selon la tendance héritée de l’époque coloniale. C’est seulement à partir de ce moment que la pauvreté s’est considérablement résorbée sur l’ensemble du territoire, et que la dynamique inégalitaire a été renversée.

  • 8 En Malaisie, le coefficient de Gini en 1970 valait 0,50 pour les zones urbaines et 0,47 pour les zo (...)
  • 9 Le gouvernement estime que ses programmes de réduction de la pauvreté (à destination des population (...)
  • 10 Elle est inférieure à 0,5 % depuis 1999.
  • 11 EPU, Mid-term Review of the Eigth Malaysia Plan 2001-2005, p. 61. C’est dans le vaste État de Sabah (...)
  • 12 BAD, Key Indicators 2007. Inequality in Asia.

7En effet, la Malaisie était un pays pauvre et inégalitaire au moment de son indépendance, et elle l’est demeurée jusqu’à la crise de la fin des années 1960. Ainsi, les campagnes malaisiennes étaient aussi pauvres que les campagnes indonésiennes en 1970 (58,5 % de ménages pauvres en 1970), et l’étaient bien davantage que la Thaïlande voisine (43 %) ou que les pays d’Asie orientale auxquels on les compare parfois à tort (Corée : 30 %). Qui plus est, les inégalités issues du mode de développement colonial y étaient extrêmement vives dans les villes comme au sein des campagnes malaisiennes8. Or la pauvreté a spectaculairement reculé en trente ans : massive en 1970, elle concernait alors six ménages sur dix, mais n’en touche plus que deux sur dix en 1990. La pauvreté est devenue un phénomène rare au début du XXIe siècle, avec une incidence inférieure à 5 % en 20079. Quant à la pauvreté absolue mesurée par le nombre de ménages percevant moins d’un dollar par jour, elle a statistiquement quasi disparu aujourd’hui10. Mais si la pauvreté a été fortement réduite au niveau national en trente ans, elle demeure aujourd’hui cinq fois plus élevée dans les campagnes que dans les villes : les trois quarts des ménages pauvres malaisiens vivent en zone rurale, où se concentre d’ailleurs l’extrême pauvreté (80 % en 2002)11. Autre signe d’une véritable dynamique de progrès social, le niveau global des inégalités mesuré par l’indice de Gini a nettement baissé, de 0,50 en 1970 à 0,40 pour l’ensemble de la Malaisie en 2004 (contre 0,34 pour l’Indonésie, chiffre identique à celui de 1970)12.

  • 13 Abordant à la fois la dimension historique et coloniale de la structuration de l’espace et celle, c (...)
  • 14 J. Drabble, An Economic History of Malaysia, 2000, p. 277 ; EPU, Seventh Malaysia Plan 1996-2000, p (...)

8L’industrialisation du pays s’est accompagnée d’une profonde restructuration de l’espace malaisien et donc des inégalités régionales13. Le développement des villes semble s’être en partie réalisé indépendamment de celui des campagnes : actuellement, les inégalités de développement régional restent fortes au sein du pays. Deux phases sont à distinguer depuis la mise en place de la NEP pro-malaise. Les deux premières décennies sont d’abord marquées par la réduction des inégalités entre villes et campagnes, car, au lendemain des émeutes raciales, le développement rural était à l’honneur. Les inégalités de revenus entre ménages urbains et ruraux ont ainsi diminué d’environ 40 % entre 1970 et 1990. Mais, suite au mouvement de libéralisation et à l’accélération de la croissance, puis au choc de la crise, elles ont eu tendance à croître, les revenus urbains s’établissant en moyenne à plus du double des revenus des ménages ruraux au début du XXIe siècle14.

  • 15 C. Hirschman, Ethnic Stratification in West Malaysia, 1972, p. 21.
  • 16 Schneiberg (1971), cité ibid., p. 21.
  • 17 La population urbaine (la ville étant définie par une population de 10 000 habitants ou plus) repré (...)

9Derrière ces chiffres globaux, qui caractérisent le pays dans son ensemble, on peut isoler la dimension ethnique des inégalités, qui est la problématique politique et sociale première de cette société plurielle. Depuis le lancement de la NEP qui avait pris la mesure d’une pauvreté rurale, majoritairement malaise, endémique à la fin des années 1960, la situation a profondément évolué. À l’époque en effet, parmi les critères qui distinguaient les communautés ethniques de Malaisie, aucun n’était plus significatif que le lieu de résidence15. Or il a été montré que la résidence urbaine offre une exposition aux influences modernisatrices et de meilleures chances de réussite sociale16 : leur vie se déroulant à l’écart de la vie urbaine (83 % sont encore ruraux en 1967), les Malais semblaient donc condamnés à reproduire un mode de vie traditionnel. Il faut aussi préciser qu’en 1967, seulement la moitié des Chinois et un tiers des Indiens étaient urbains17. De ce fait, la réduction, ou au contraire l’accroissement, des inégalités régionales en Malaisie a eu une incidence forte et directe sur la question politique cruciale des inégalités interethniques.

10Ainsi, bien avant les « objectifs du millénaire » promus par la Banque mondiale, la Malaisie a-t-elle réellement pris en charge la lutte contre la pauvreté, et réussi, par sa politique de restructuration de la société, à modifier en profondeur la répartition des inégalités qui était héritée de l’exploitation coloniale des ressources naturelles. Les nombreux ouvrages et rapports consacrés à la question des inégalités interethniques notamment démontrent que la situation a considérablement évolué en trente ans dans le sens d’une réduction sensible des écarts entre communautés ethniques. Fortes de ce résultat, de nombreuses voix s’élèvent actuellement au sein de la société civile pour réclamer la fin de la politique de discrimination positive puisqu’elle aurait atteint son objectif. Enfin, et indéniablement, l’amélioration générale du niveau de vie a profité au plus grand nombre, quelle que soit l’importance du clientélisme et du patronage politique en Malaisie.

  • 18 Comme en témoignent les mouvements anti-puis altermondialistes d’une part, le rejet souverainiste d (...)
  • 19 S. Berger, Notre première mondialisation, Paris, Seuil, 2003.
  • 20 L’enjeu d’un développement harmonieux selon les altermondialistes serait ainsi formulé : « Les rela (...)
  • 21 R. Robison et D. S. G. Goodman éd., The New Rich in Asia. Mobile Phones, McDonald’s and Middle-clas (...)

11Depuis la fin des années 1990 et les crises en dominos qui les ont marquées, l’opinion publique française18 verrait dans la mondialisation un processus plutôt dangereux pour l’emploi national, l’identité et la souveraineté nationale, ainsi que pour les salaires et les acquis sociaux dont la mondialisation imposerait l’abandon progressif, afin de « rester compétitif »19. Ainsi, en Europe plus généralement, la mondialisation, appréhendée comme une transformation des relations entre économie mondiale et nations, menacerait non seulement la poursuite du progrès économique et social, mais aussi les acquis (thème de la désindustrialisation, de la perte des acquis sociaux)20. Cette lecture de la mondialisation centrée sur ses menaces fait apparaître en miroir une perspective malaisienne tout autre. Et ce constat pourrait sans doute être élargi à de très nombreux pays émergents. La Malaisie présente plutôt une mondialisation paisible : l’ouverture internationale, voulue et encouragée par l’État, a coïncidé avec une croissance économique vive et durable, tandis que les salaires ont mécaniquement augmenté avec le temps et la relative rareté de la main-d’œuvre. Les inégalités ont eu tendance à reculer et le chômage s’est toujours maintenu à un bas niveau. Ce ne sont pas seulement les élites au pouvoir qui ont bénéficié de la mondialisation, mais aussi l’ensemble de la population malaisienne, par le biais d’une croissance forte et soutenue sur plusieurs décennies, par une amélioration générale des conditions de vie et du pouvoir d’achat. Cette industrialisation remarquable a engendré de profondes mutations sociales21, sur le plan de la salarisation et de la structure de la population active, du point de vue des inégalités.

12Le tout s’est déroulé dans un contexte politique plutôt autoritaire, où toute revendication sociale est impossible, et où les avancées sociales concernant le droit des travailleurs, minimales, ont été imposées de l’extérieur par les entreprises multinationales (notamment soutenues par le BIT, l’ONU, Genève). Elles pénètrent progressivement le monde du travail en commençant généralement par les usines des multinationales avant d’atteindre, quand c’est le cas, l’ensemble des entreprises malaisiennes. Donc si la crainte de perdre les acquis sociaux n’a pas tellement de raison d’être, les apports de cette ouverture, sont, en revanche, manifestes.

  • 22 La lecture institutionnaliste du développement asiatique en termes d’économie politique du développ (...)

13Finalement, le mode de développement malaisien au regard des grands schémas explicatifs contemporains du développement asiatique offre l’image d’un développement original, rapide, soutenu dans la durée et où le rôle de l’État reste déterminant22.

14Structurellement, le développement économique demeure très déséquilibré en raison de son extraversion. Malgré la réelle modernisation qui, depuis le tournant de la NEP, a permis de quitter la spécialisation agro-exportatrice dans le caoutchouc et l’étain pour s’orienter vers des exportations industrielles « à fort contenu technologique » (encore que, de ce point de vue, l’électronique soit un champ plus ambigu qu’il n’y paraisse), la fragilité de l’extraversion s’est accrue si on la mesure au poids des échanges commerciaux dans le PIB : plus de 200 % du PIB aujourd’hui contre moins de 100 % au cours des décennies 1960 et 1970. À cette dépendance de l’ensemble du système économique aux débouchés étrangers d’un nombre réduit de produits issus de quelques secteurs, s’ajoute la dépendance financière de ces mêmes secteurs à l’égard des financements étrangers et, plus précisément, d’un petit nombre de multinationales qui structurent de manière déterminante les capacités exportatrices du pays. Enfin la mondialisation reste porteuse d’incertitudes et le système productif malaisien n’est pas dénué de faiblesses technologiques : ces faiblesses structurelles sont partiellement compensées dans les secteurs clefs par l’emploi de technologies étrangères développées dans les maisons mères des multinationales, mais renvoient plus profondément à des insuffisances en matière de formation professionnelle d’enseignement supérieur.

Une souveraineté paradoxale

  • 23 A. MacIntyre et K. Jayasuriya, The Dynamics of Economic Policy Reform in South-East Asia and the So (...)
  • 24 G. Myrdal, Asian Drama. An Inquiry into the Poverty of Nations, 1968.

15Ainsi la Malaisie a-t-elle incontestablement vécu un développement exemplaire en termes de croissance, de réduction – pendant une longue période tout au moins – des inégalités issues de la colonisation, et d’impressionnante diminution de la pauvreté. Si « la restructuration économique pose inévitablement problème car elle redistribue les avantages et les richesses entre groupes sociaux »23, en Malaisie cette redistribution a été précisément pensée et orientée. Grâce à cela, elle résout l’un des problèmes sociaux majeurs de la Malaisie des années 1960, partagé à des degrés divers par toute l’Asie de l’époque : l’immense pauvreté des campagnes24. Si d’autres pays ont pu connaître des trajectoires plus brillantes (comme Taïwan, Hong Kong, Singapour ou la Corée du Sud), ils n’avaient pas non plus les mêmes contraintes de disparités voire d’éclatement géographique, de population hétérogène, ni l’héritage d’une ancienne spécialisation restreinte à quelques productions rentières (étain, caoutchouc).

  • 25 On retrouvera ce rôle déterminant de l’administration dans la création, l’aménagement, l’administra (...)

16L’insertion dans la mondialisation peut être qualifiée de réussie dans la mesure où des secteurs entiers se sont constitués sous la manne des IDE. À travers le niveau des salaires distribués et le changement dans les conditions de travail a pu s’enclencher une croissance soutenue et vertueuse. L’État, très présent grâce aux ressources pétrolières, mais aussi par choix économique assumé, a construit et orienté très directement ce développement au fil des décennies, en se servant du mouvement de la mondialisation et en construisant face à elle les institutions nécessaires au développement local. En effet, les multinationales ont été instrumentalisées comme dans le cas de Penang où, de manière explicite, elles ont été attirées là pour apporter leurs financements, leurs besoins de main-d’œuvre, leurs technologies et la demande extérieure pour leurs produits. La force et le dynamisme du cluster qui a ainsi été créé démontrent la pertinence de cet aménagement du territoire utilisant l’extérieur25. De même, un jeu subtil extrêmement favorable à la Malaisie s’est régulièrement joué vis-à-vis des organisations internationales, dont le gouvernement retient les travaux d’expertise, tout en refusant les normes quand elles ne conviennent pas. On peut donc qualifier de souverain ce développement si on entend le terme au sens d’autonomie dans la conduite de la politique économique, y compris lorsqu’il s’agit d’utiliser la mondialisation en sa faveur.

17L’essor économique du pays et son contenu idiosyncratique en termes de développement et de réduction de la pauvreté sont d’ailleurs à leur tour l’une des clefs de cette souveraineté : parce que le pays s’est enrichi et a bouleversé les conditions matérielles d’existence du plus grand nombre, il a permis de cimenter la collectivité nationale autour d’un projet commun et affirmé une maîtrise de son histoire collective. De même les choix nationalistes pro-malais de développement d’un secteur public pléthorique ont pu être financés par une croissance soutenue sur le long terme. On distingue plusieurs étapes qui vont fonder et permettent de caractériser ce développement : l’orientation stratégique vers les importations, la rupture politique, l’ouverture aux exportations, l’accueil de capitaux étrangers, l’industrialisation, le développement du secteur public industriel, l’ouverture des marchés financiers, les réponses rapides à la crise, ou aux crises. Dialectiquement, c’est parce qu’à chaque étape de son développement il a fait preuve d’autonomie, de capacité à décider dans le souci de son propre intérêt, que le pays a pu poursuivre cette trajectoire.

18En revanche, l’expression de la volonté populaire étant fortement contrôlée et orientée par un régime politique auquel les analystes s’accordent à refuser le terme de démocratique, il est difficile de considérer comme véritablement souverain ce développement historique. Ainsi, le développement malaisien s’apprécie très différemment selon que l’on se réfère à l’une ou à l’autre conception de la souveraineté, classiquement définies à partir de la conception du titulaire de cette souveraineté.

19On distingue en effet la souveraineté détenue par la nation, entité abstraite, d’une seconde acception, celle de souveraineté populaire qui renvoie au contraire à un peuple concret. Dans ce second cas, les électeurs confèrent à leur représentant un mandat impératif pour exprimer leur volonté collective. Or le développement malaisien s’apprécie très différemment selon que l’on se réfère à l’une ou à l’autre conception de la souveraineté : on peut lui attribuer le qualificatif de souverain selon la première acception, mais pas d’après la seconde.

20Lorsqu’on se place du point de vue de l’exercice de la souveraineté nationale, il semble bien que celle-ci se soit manifestée dans le domaine du développement économique malaisien. La Malaisie a incontestablement su conduire une politique économique aboutissant à son développement en tirant parti de la mondialisation. En ce sens, l’État apparaît bien souverain dans la mise en œuvre du développement, comme le prouvent un grand nombre de ses réalisations.

  • 26 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990.

21Pour commencer, la conduite de la NEP et le volontarisme de l’État à partir des années 1970 ont explicitement visé à développer le pays et sortir de la pauvreté le monde rural (malais)26. Le choix d’utiliser la discrimination positive comme arme de lutte contre la pauvreté a conduit à la réduction des inégalités interethniques sur le long terme. Le recours aux IDE des entreprises multinationales, dès 1968 à travers le Pioneer Status, s’est effectué en conciliant des choix exogènes d’entreprises à l’intérêt bien compris et le souci gouvernemental de résoudre les problèmes internes de chômage, de poser les bases d’un tissu économique plus équilibré et de sortir de la dépendance au secteur agro-exportateur, afin de répondre aux préconisations de la BIRD appelant à une politique de diversification industrielle.

  • 27 J. C. King, « Nationalism », Journal of American Sociology, 1934, p. 818.
  • 28 W. R. Roff, The Origins of Malays Nationalism, 1967.
  • 29 A. Perl, « Public enterprise as an expression of sovereignty : reconsidering the origin of Canadian (...)
  • 30 A. H. Amsden, The Rise of the Rest, 2001, p. 193.

22Si souveraineté et nationalisme peuvent se conjuguer et n’ont pas manqué de le faire dans l’histoire malaisienne, on se place ici dans la perspective d’établir la souveraineté de l’exercice du pouvoir – dont fait partie l’action politique. En effet, on réserve le terme de souveraineté à la caractérisation du pouvoir, alors que le nationalisme serait plutôt de l’ordre de l’idéologie. Un parti ou un gouvernement peuvent être nationalistes, car le nationalisme renvoie à des personnes. Pour James C. King, le nationalisme s’assimile à une forme de cohésion sociale rassemblant un groupe de personnes similaires culturellement et conscientes de leurs similarités et de ce qui les différencie des autres27. En revanche la souveraineté qualifie une puissance, l’exercice d’un pouvoir, une politique. S’intéresser à la souveraineté plutôt qu’au nationalisme, qui, en Malaisie, est un nationalisme malais de longue date28, permet en outre d’évacuer les dissensions internes et de dépasser la question du rapport de force entre communautés pour aborder une dimension nouvelle de l’expression de ce qui caractérise la Malaisie. On peut par exemple interpréter la création, autour des années 1980, d’un vaste secteur d’entreprises publiques malaisiennes comme l’expression d’un nationalisme économique, mais c’est aussi l’affirmation de la souveraineté du pays29. C’est ce qu’illustre à merveille l’exemple malaisien de la voiture nationale, la Proton30. Pour Alice H. Amsden, dans les pays en développement ayant eu une expérience industrielle avant la Seconde Guerre mondiale et composant ce qu’elle nomme the Rest, les fleurons industriels nationaux partagent tous une caractéristique : celle de « tendre à être un instrument de promotion du gouvernement ». Au-delà du symbole fort de la Proton, le grand nombre d’entreprises publiques industrielles (mais aussi commerciales ou agricoles) a renforcé l’employabilité et ouvert les portes de l’accès à la propriété du capital à de nombreux Malaisiens, et a permis l’orientation du développement industriel.

  • 31 A. MacIntyre, « Institutions and investors : the politics of the economic crisis in Southeast Asia  (...)
  • 32 Jong-Wha Lee (économiste en chef de la BAD), discours d’introduction à la Conférence internationale (...)

23Plus récemment, le choix très contesté de sortir de la crise asiatique en limitant les mouvements de capitaux, à rebours des recommandations des organisations financières internationales dont la Malaisie a refusé les prêts d’urgence, s’est aussi voulu l’affirmation d’une autonomie d’action en situation de grande difficulté nationale. On sait que la justification économique de la mesure a été élaborée ensuite par l’ISIS (Institute of Strategic and International Studies), le centre de recherche économique du Premier ministre. Après coup, le FMI aurait reconnu publiquement l’efficacité de mesures tenant à isoler le pays des flux de capitaux au moment de la débâcle financière, à la grande satisfaction des dirigeants malaisiens. D’un point de vue plus théorique, Andrew MacIntyre étudiant les réactions politiques face à la crise asiatique et leurs effets comparés sur les décisions des investisseurs suggère que la réactivité (flexibilité) de la politique économique risque d’être d’autant plus grande que le pouvoir est concentré. Ce qui est le cas du pouvoir malaisien, malgré un pluralisme formel. Cette qualité réduit les délais d’adoption des mesures : l’autonomie de l’État et la caractéristique d’État fort sont alors cruciales pour répondre aux changements des circonstances. L’auteur montre que la valse-hésitation en 2007 des réponses à apporter n’a pas été dommageable pour l’économie malaisienne déjà bien affectée, car la légitimité, ce que l’on peut interpréter comme une des composantes de sa souveraineté, du pouvoir lui permettait ces allers-retours sans que les marchés mettent en doute la capacité du pays à être dirigé31. Enfin, plus classiques en matière de politique économique, mais non moins singulières et visibles à l’ère du « consensus de Washington », les dépenses publiques ont été mobilisées contre la crise, à travers notamment un investissement public très élevé. Le gouvernement malaisien a régulièrement mis en œuvre des politiques contra-cycliques en 1997-1998, 2000 et 2008-2009. Cette réaction apparaît fondée dans le contexte actuel, plus interventionniste. Ainsi la BAD met-elle en évidence la situation relativement favorable de l’Asie en développement à la fin de 2009, reconnaissant pour principaux facteurs de cette robustesse les promptes réponses en termes de politiques monétaires alliées à un « stimulus fiscal », nom pudique donné par le FMI à la politique de relance budgétaire, pour protéger la croissance et favoriser son maintien. Elle y ajoute les fruits de l’assainissement du secteur financier suite à la crise asiatique de 1997-199832.

24Mais au-delà d’une réelle autonomie dans la conduite de ses politiques économiques, au-delà des marges de manœuvre trouvées à l’exercice d’un pouvoir au sein de la mondialisation, la souveraineté malaisienne n’est plus avérée si l’on retient comme titulaire légitime le peuple plutôt que la nation. En Malaisie, la souveraineté populaire est confisquée.

25Que ce soit le découpage électoral, la conduite des élections, le contrôle voire l’interdiction de certains partis, l’étroite surveillance quand ce n’est pas l’emprisonnement des opposants, l’Internal Security Act, le contrôle de la presse, la corruption et le clientélisme, tout concourt à assurer l’hégémonie de l’UMNO. La domination du parti unique lui permet de ne plus avoir à rendre de comptes au corps social dans son ensemble. Si le Premier ministre au pouvoir peut éprouver un sentiment de souveraineté, les Malaisiens en sont aliénés. Semi-démocratie, pseudo-démocratie, autoritarisme, les mots sont lourds de sens et les textes nombreux à dénier la qualité qui ferait de la Malaisie contemporaine une démocratie, aussi imparfaites qu’elles puissent toutes l’être : les principes de liberté, de pluralité des partis et de respect des droits de l’homme ne sont pas assurés et donc la souveraineté du peuple malaisien ne peut s’exercer. En ce sens, parler de développement souverain ne se justifie plus. En effet, le peuple malaisien est loin de constituer une entité consciente et maîtresse d’elle-même : la Malaisie reste une semi-démocratie divisée, sans grand dénominateur malaisien commun, en raison d’une part des principaux choix politiques retenus et d’autre part de la manière d’exercer le pouvoir. De très nombreux éléments témoignent de la confiscation de la souveraineté populaire par le parti dominant, l’UMNO. De ce fait, le pouvoir demeure concentré par et pour les Malais.

26Les débats autour de la NEP avaient abouti à faire prévaloir l’interprétation des émeutes comme un conflit interracial entre pauvres Malais, fils du sol, et riches Chinois. Cette interprétation avait fait fi des inégalités sociales qui s’étaient creusées dans un système postcolonial libéral au sein même des communautés ethniques. Dans le sillage de la NEP, la mise en œuvre de la discrimination positive a eu pour résultat une profonde division institutionnelle de la population en accordant des droits différents selon la race (inscrite sur la carte d’identité). Les différents droits et perspectives qui sont accordés aux citoyens en fonction de cette donnée première clive de facto le peuple malaisien.

  • 33 W. Case, « New uncertainties for an old pseudo-democracy. The case of Malaysia », Comparative Polit (...)

27À ces choix politiques pervers s’ajoute le climat très négatif en matière de libertés et droits fondamentaux. L’interdiction d’aborder librement et publiquement les sujets sensibles, bien que progressivement subvertie par l’essor d’internet, en est une illustration. Enfin, l’accaparement du pouvoir politique par l’UMNO pendant plus de cinquante ans, associé à une bureaucratie d’État, est abondamment documenté et le système de patronage au sein du monde des affaires clairement établi. Ce système, associé à un mécanisme inéquitable d’appropriation de la rente, conduit à la corruption33.

  • 34 B. Singh, « Malaysia in 2008. The elections that broke the Tiger’s back », Asian Survey, 2009.

28Ainsi, selon le niveau où l’on fait porter le regard, l’interprétation de la réalité malaisienne diffère : cas d’école pour les économistes, elle offre un exemple de développement économique et de modernisation par l’industrialisation, de croissance maîtrisée et durable conduisant à la sortie du sous-développement par un rééquilibrage des secteurs et un ancrage positif dans la mondialisation. Participant au miracle asiatique pour la Banque mondiale, on la retrouve parmi les pays illustrant le schéma de l’État développeur : elle est l’oie de tête au sein du vol d’oies sauvages de la seconde génération en Asie ; contre-modèle pour d’autres, elle prive le peuple malaisien de l’écriture de sa propre histoire en l’aliénant par la peur à travers un appareil répressif toujours réactualisé et en asservissant l’économie à un système capitaliste rentier partiellement efficace mais profondément injuste. Dans cette seconde perspective, on peut imaginer que les douzièmes élections générales, tenues en mars 2008 et qui ont constitué une première véritable déroute politique pour l’UMNO vont permettre de faire peser le mandat électif sur les nouveaux élus34.

  • 35 Najib Abdul Razak, Conférence internationale « Beyond the global crisis », 2009.
  • 36 Jong-Wha Lee, Conférence internationale « Beyond the global crisis », 2009.

29La crise économique actuelle réclame quant à elle que la souveraineté du développement malaisien puisse continuer à s’exercer au sein de la mondialisation : c’est la direction qu’emprunte le gouvernement en annonçant un nouveau tournant, celui de l’Indigenous growth, la croissance plus intérieure (moins extravertie)35, sous l’œil désormais bienveillant des organisations internationales. À la fin de 2009, la BAD souligne les difficultés à venir36 : même si elle se relève plus vite, la région Asie ne peut conduire seule la croissance mondiale, car ses exportations en dépendent. Les effets positifs qu’a engendrés la stratégie de promotion des exportations sont incontestables, mais l’ouverture qui en a résulté a créé une grande vulnérabilité aux chocs externes. Selon la BAD, pour traiter le problème de ces flux de marchandises, capitaux et personnes géographiquement déséquilibrés, des mécanismes doivent désormais être mis en place pour protéger l’Asie en développement d’une ouverture excessive. Ils passeraient par le biais de mesures de politiques économiques en faveur de la demande intérieure. L’une des leçons de la crise résiderait dans le besoin d’institutions nationales fortes – il faut entendre par là un système financier sain et efficace – capables de gérer la globalisation financière. Mais comme le souligne Ha-Joon Chang :

  • 37 H.-J. Chang éd., Institutional Change and Economic Development, 2007, « Introduction », p. 10.

Il n’y a pas de formule simple de développement institutionnel que les pays pourraient importer et appliquer soigneusement pour favoriser leur développement économique. Leur multiplicité fonctionnelle, l’importance des institutions informelles, l’existence de conséquences non voulues et d’effet institutionnels pervers impliquent qu’on n’ait aucune garantie d’un résultat positif de l’importation des « meilleures pratiques » institutionnelles.37

30Quant à la notion de modèle, elle est donc à prendre ici au sens de système économique dynamique cohérent, plus que d’exemple à suivre, de solutions toutes faites à importer. Ce qui n’empêche pas d’imaginer que les derniers arrivés dans le développement auront aussi à tirer les leçons des précédents et éviter certains errements : les avantages des late-comers sont alors non seulement technologiques, mais aussi institutionnels.

  • 38 G. Myrdal, L’économie institutionnaliste (1977), 2008, p. 75.

31Myrdal prévenait déjà ses lecteurs : « L’élargissement de la perspective, impliquée par cette approche institutionnaliste, anéantira régulièrement la simplicité soignée à la fois des analyses et des conclusions de l’économie conventionnelle. »38 L’ambiguïté malaisienne, le paradoxe de la souveraineté de son développement exceptionnel témoignent de ce nécessaire dépassement.

Notes

1 E. Helleiner et A. Pickel éd., Economic Nationalism in a Globalizing World, 2005.

2 Mahathir du moins se posait en tribun, prompt à vilipender l’Occident et ses spéculateurs ou à dresser des barrières aux mouvements de capitaux contre la volonté du FMI en pleine crise financière. Mais cet exercice de la souveraineté s’est accompagné de traits populistes et autoritaires qui en font l’ambiguïté : ainsi les aspects beaucoup moins respectables de ses prises de position contre les juifs (à travers la figure du financier G. Soros), ou l’emprisonnement arbitraire de son vice-Premier ministre en 1998, ainsi que l’usage de l’Internal Security Act pendant l’affaire Lalang notamment.

3 Voir D. Lombard, Le carrefour javanais, vol. 1 : Les limites de l’occidentalisation, 1994.

4 F. Braudel, « Pour une économie historique », Revue économique, 1950, p. 37-44.

5 Rukunegara ou Rukun Negara (déclaration des principes forgeant l’unité nationale) :
Image 100000000000047D00000204C278715C.jpg
Ce que l’on pourrait traduire par : « Notre Nation, la Malaisie est destinée à achever une plus grande unité entre ses peuples, à maintenir un mode de vie démocratique, à créer une société juste dans laquelle la richesse du pays est partagée équitablement, à bâtir une société progressiste qui serait orientée par la science moderne et la technologie.
Nous, ses peuples, promettons d’unir nos efforts pour atteindre ces fins, guidés par les principes de Foi en Dieu, Loyauté au Roi et à la Nation ; Respect de la Constitution ; Respect de la Loi ; Bon comportement et bonne moralité. »

6 Si la définition de l’aire urbaine en Malaisie a changé au cours du temps, ces chiffres sont homogènes entre 1921 et 1970. Selon la définition adoptée en 1970, on désigne par centre urbain les zones d’une population de 10 000 habitants ou plus. En 1991, un nouveau changement de définition a entraîné une forte hausse du nombre d’urbains, le nombre de villes passant de 67 à 129 entre 1980 et 1991 (la population urbaine sautant de 34,2 % à 51,1 %). S. Narayanan, « Patterns and implications of urban change in Peninsular Malaysia », Malayan Economic Review, 1975 ; EPU, Seventh Malaysia Plan 1996-2000 ; Ninth Malaysia Plan 2006-2010.

7 World Bank, 10 Years after the Crisis. East-Asia and Pacific Update, 2007, p. 61.

8 En Malaisie, le coefficient de Gini en 1970 valait 0,50 pour les zones urbaines et 0,47 pour les zones rurales, contre respectivement 0,34 et 0,33 en Indonésie.

9 Le gouvernement estime que ses programmes de réduction de la pauvreté (à destination des populations rurales) ont représenté 19 % des dépenses publiques de développement entre 1971 et 1990 et 22,5 % entre 1991 et 2000, pour un total de plus de 300 milliards de RM (EPU, « Malaysia, 30 years of poverty reduction, growth and racial harmony », 2004).

10 Elle est inférieure à 0,5 % depuis 1999.

11 EPU, Mid-term Review of the Eigth Malaysia Plan 2001-2005, p. 61. C’est dans le vaste État de Sabah (dont la taille représente la moitié de la péninsule malaise) que la pauvreté demeure la plus présente, touchant un quart des ménages. Historiquement, les inégalités villes/campagnes y étaient d’ailleurs exacerbées (selon Leight, 1979, cité par J. Drabble, An Economic History of Malaysia c. 1800-1990, 2000, p. 277), et les retards de développement – sanitaire, éducatif, en matière d’infrastructures – y sont multiples. Ensuite, ce sont les États du Terrenganu (15 %) et du Kelantan (10 %) qui se distinguent par une plus forte incidence de la pauvreté.

12 BAD, Key Indicators 2007. Inequality in Asia.

13 Abordant à la fois la dimension historique et coloniale de la structuration de l’espace et celle, contemporaine, de l’industrialisation récente, l’ouvrage de référence sur ce sujet est celui de G. H. Asan Ali, Growth, Structural Change and Regional Inequality in Malaysia, 2004.

14 J. Drabble, An Economic History of Malaysia, 2000, p. 277 ; EPU, Seventh Malaysia Plan 1996-2000, p. 157 ; Mid-term Review of the Eight Malaysia Plan 2001-2005, p. 64 ; Ninth Malaysia Plan 2006-2010, p. 333. Le ratio revenu urbain/revenu rural est actuellement de 2,11 en Malaisie (2004). Il était de 2,14 (pour la seule péninsule) en 1970, date à partir de laquelle ce ratio a globalement diminué jusqu’à atteindre 1,7 dans l’ensemble de la Malaisie en 1989-1990. Lors de l’enquête sur les revenus des ménages suivante (1994), le ratio avait commencé à augmenter à nouveau.

15 C. Hirschman, Ethnic Stratification in West Malaysia, 1972, p. 21.

16 Schneiberg (1971), cité ibid., p. 21.

17 La population urbaine (la ville étant définie par une population de 10 000 habitants ou plus) représentait 32,3 % de la population totale en 1967, ce taux d’urbanisation étant de 17 % pour les Malais, de 35,1 % pour les Indiens et de 51 % pour les Chinois (ibid., p. 24).

18 Comme en témoignent les mouvements anti-puis altermondialistes d’une part, le rejet souverainiste de ce processus de l’autre, dont les thèmes ont été repris désormais, sous un angle ou sous un autre, par tout le spectre politique. Cette crainte de l’opinion publique, si tant est qu’elle existe, s’est en effet exprimée dans ce sens par un non au referendum sur le projet de Constitution européenne (2006), ou lors de la dernière campagne présidentielle (printemps 2007).

19 S. Berger, Notre première mondialisation, Paris, Seuil, 2003.

20 L’enjeu d’un développement harmonieux selon les altermondialistes serait ainsi formulé : « Les relations entre les sociétés nationales et l’économie mondiale devraient être définies de façon à préserver les fruits d’un siècle et demi de lutte pour les salaires, les conditions de travail, les institutions sociales et le contrôle macroéconomique » (ibid., p. 66).

21 R. Robison et D. S. G. Goodman éd., The New Rich in Asia. Mobile Phones, McDonald’s and Middle-class Revolution, 1996 ; P. Searle, The Riddle of Malaysian Capitalism. Rent-seekers or Real Capitalists ? 1999 ; Embong Abdul Rahman, State-led Modernization and the New Middle Class in Malaysia, 2002.

22 La lecture institutionnaliste du développement asiatique en termes d’économie politique du développement pose les bases analytiques les plus pertinentes pour envisager l’expérience malaisienne en relation avec son « développement institutionnel » (voir les travaux de A. Amsden, P. Evans, H.J. Chang, R. Wade, ou pour la Malaisie plus spécifiquement, ceux de K.S. Jomo, E.T. Gomez, R. Rasiah).

23 A. MacIntyre et K. Jayasuriya, The Dynamics of Economic Policy Reform in South-East Asia and the South-West Pacific, 1992.

24 G. Myrdal, Asian Drama. An Inquiry into the Poverty of Nations, 1968.

25 On retrouvera ce rôle déterminant de l’administration dans la création, l’aménagement, l’administration et le développement de la plupart des clusters asiatiques, dont les pouvoirs publics construisent littéralement la compétitivité. Voir B. Ganne et Y. Lecler, Asian Industrial Clusters, Global Competitiveness and New Policy Initatives, 2009.

26 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990.

27 J. C. King, « Nationalism », Journal of American Sociology, 1934, p. 818.

28 W. R. Roff, The Origins of Malays Nationalism, 1967.

29 A. Perl, « Public enterprise as an expression of sovereignty : reconsidering the origin of Canadian National Railways », Canadian Journal of Political Science, 1994. L’auteur revient sur l’analyse commune de la privatisation de la compagnie canadienne de chemin de fer pour des motivations économiques alors qu’elle aurait pour véritable cause une volonté forte d’expression de l’autorité publique.

30 A. H. Amsden, The Rise of the Rest, 2001, p. 193.

31 A. MacIntyre, « Institutions and investors : the politics of the economic crisis in Southeast Asia », International Organization, 2001, p. 87.

32 Jong-Wha Lee (économiste en chef de la BAD), discours d’introduction à la Conférence internationale « Beyond the global crisis. A new Asian Growth model ? », organisée par la BAD en partenariat avec la Bank Negara Malaysia et la Commission européenne, Kuala Lumpur, 18-20 octobre 2009.

33 W. Case, « New uncertainties for an old pseudo-democracy. The case of Malaysia », Comparative Politics, 2004 ; Quah, 1999 ; E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999 ; E. T. Gomez, Money Politics in the Barisan Nasional, 1991, Chinese Business in Malaysia, 1999 ; Kahn et Jomo, 2002.

34 B. Singh, « Malaysia in 2008. The elections that broke the Tiger’s back », Asian Survey, 2009.

35 Najib Abdul Razak, Conférence internationale « Beyond the global crisis », 2009.

36 Jong-Wha Lee, Conférence internationale « Beyond the global crisis », 2009.

37 H.-J. Chang éd., Institutional Change and Economic Development, 2007, « Introduction », p. 10.

38 G. Myrdal, L’économie institutionnaliste (1977), 2008, p. 75.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540