Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 3. Les voies du développement malaisien : entre souveraineté de l'État et mondialisation

6.

Un développement dans la mondialisation

Texte intégral

Introduction : rationalité politique et mondialisation

1La structuration économique particulière du pays est le fait de choix politiques et de traits institutionnels nationaux bien spécifiques comme le rôle de l’investissement public, les conglomérats partiellement privatisés, le patronage politico-économique, pour la plupart issus de l’orientation discriminatoire de la NEP, puis de ses évolutions plus libérales. Mais la caractéristique propre du développement malaisien est d’associer à ce poids de l’État un mode approfondi d’insertion dans l’économie mondiale. En effet, le rôle économique prépondérant de l’État et du parti UMNO, dont l’hégémonie à la tête du Barisan Nasional semble difficilement contestable, se conjugue avec la position singulièrement ouverte de la Malaisie, tant sur le plan commercial que financier ou productif. Par suite de la très grande ouverture du pays, l’influence de l’environnement extérieur est très fortement ressentie sur la conjoncture économique nationale, et cette influence s’exerce également sur le plan de ses structures productives en raison de la place dominante des multinationales dans les secteurs clefs de l’économie.

2Se pose alors la question de la forme prise par le processus de mondialisation en Malaisie, ou, vue de l’intérieur, celle de l’insertion de la Malaisie dans la globalisation. Son ampleur se traduit par la profondeur et la diversité de ses effets sur l’économie nationale et sur la société dans son ensemble. Quelles marges de manœuvre laisse-t-il aux choix politiques nationaux ?

  • 1 E. Lafaye de Micheaux et P. Ould-Ahmed, « Les contours d’un projet institutionnaliste en économie d (...)
  • 2 D. Rodrik, Nations et mondialisation, 2008, p. 6.

3La mondialisation, objet d’étude interdisciplinaire qui change de perspective quand on passe d’une discipline à une autre, bouleverse les structures économiques en Malaisie, et transforment progressivement les mondes sociaux. Ici, elle sera abordée sous son angle économique, définie comme l’ensemble des transformations de l’économie internationale conduisant à la mise en place d’un seul marché mondial pour les biens et services, les capitaux et le travail. Elle revêt donc un caractère politique et idéologique à travers le mouvement, historiquement situé, de déréglementation progressive de tous les marchés1. On montrera que les modalités et le rythme de la participation de la Malaisie au mouvement de la mondialisation sont liés à des choix de politique nationale, parfois contraints par les rapports de force extérieurs, parfois déterminés par la configuration politique interne. Dani Rodrik suggère de distinguer le mouvement effectif de la mondialisation, qui a selon lui des effets économiques positifs en termes de développement, des politiques de mondialisation, clairement néolibérales, relevant du consensus de Washington et fortement destructrices2. Habile, car elle permet à l’auteur de « sauver la mondialisation de ses partisans » et de la réhabiliter peut-être aux yeux de ses détracteurs, la distinction n’est pas totalement recevable. Le mouvement en lui-même n’est pas réellement dissociable des mesures d’ouverture et de déréglementation qui ont permis cette mondialisation ; ensuite, en raison du changement d’échelle des mouvements (de capitaux, de marchandises, des technologies), et dans le cas de la finance, en raison d’une volatilité et d’une capacité de « surréaction » démultipliées, la vulnérabilité de l’économie aux chocs extérieurs devient objective, et non une question de point de vue idéologique. Enfin, le distinguo n’apporte rien à cet endroit, une certaine souveraineté peut trouver à s’exercer en matière de politique économique, y compris dans celle d’une politique de libéralisation choisie. Il faut sans doute aussi souligner que ce terme de mondialisation rassemble en un phénomène unique un ensemble de processus variés : l’actualisation de la mondialisation en Malaisie, et en Asie du Sud-Est par exemple, n’est pas la même que pour l’Europe étroitement intégrée, ou pour l’Amérique latine sous influence nord-américaine. C’est donc la particularité de l’expérience malaisienne de la mondialisation qu’il s’agit de déchiffrer ici.

  • 3 C.-A. Michalet, Qu’est-ce que la mondialisation ? 2002, p. 13-29, montre que ces différentes dimens (...)
  • 4 La théorie dite de « la dépendance » des années 1970 explique l’asymétrie économique et politique d (...)

4Plus heuristique est la conceptualisation de la mondialisation comme un phénomène économique multidimensionnel, constitué de flux à la fois commerciaux, financiers, productifs, technologiques et migratoires, et hiérarchisé3. Ses dimensions étant interdépendantes, les échanges de certaines valeurs (marchandises, capitaux, usines) déterminent le sens et le montant des flux d’une autre nature. Selon les périodes, la dimension prépondérante, dont les flux d’échange priment sur les autres, leur imposant leur logique propre, n’a pas été toujours été la même. Se sont succédé dans l’histoire récente, selon Charles-Albert Michalet, la configuration internationale, dominée par les échanges commerciaux, la configuration multinationale (circulation des unités productive), puis la configuration globale contemporaine, dominée par la sphère financière. Ces différentes configurations de la mondialisation ont, chacune à leur tour, modelé l’économie malaisienne. C’est la raison pour laquelle ce chapitre déroulera les modalités et conséquences de l’insertion de la Malaisie dans la mondialisation, sous l’angle des interdépendances financière, commerciale et productive, tout en mettant en évidence les liens entre ces dimensions. Mais en soulignant les éléments de continuité entre sa participation au commerce colonial et les déterminants politiques plus récents amenant la poursuite de cette insertion dans le commerce international, on met en évidence la dépendance de l’économie malaisienne vis-à-vis du reste du monde. Celle-ci dépasse d’ailleurs la seule dimension commerciale pour comporter des dépendances financières et technologiques. L’emploi du concept de dépendance implique l’asymétrie des relations économiques et des rapports de force, laquelle n’a sans doute pas disparu, ni avec la décolonisation, ni avec la fin de la guerre froide, ni même avec le décollage économique malaisien. En revanche, la littérature désormais classique sur la dépendance des pays de la périphérie4 a tendance à considérer que celle-ci est une impasse : elle ne saurait être porteuse d’un développement dont bénéficierait le plus grand nombre, ni ne pourrait se conjuguer avec une forme de souveraineté du développement. Or c’est pourtant ce dont témoigne le cas malaisien.

5Son contenu variant profondément selon l’époque et le contexte international où on la pense, la notion de souveraineté renvoie en effet à l’idée de puissance et de suprématie : elle qualifie un pouvoir absolu dont elle suppose l’auto-institution. Pouvoir de créer l’organisation de la société politique, d’établir les lois fondamentales, de constituer l’État, la souveraineté signifie, dans son acception la plus étendue, le droit de régir la société. Elle s’oppose donc au fait de subir une organisation sociale dictée par la puissance coloniale, par les réformes imposées par les institutions financières internationales ou une organisation économique découlant des jeux d’intérêts de firmes multinationales. Pour être souverain, le pouvoir doit être suprême, c’est-à-dire sans instance supérieure : c’est un pouvoir indépendant de l’extérieur. Il est certain que la mondialisation ainsi que le développement du droit international constituent une mise en cause, voire une menace de la souveraineté des États. C’est donc une configuration complexe et ambiguë qu’il faut s’attacher à décrire et à analyser dans ce dernier chapitre. L’analyse impose de commencer par l’insertion de la Malaisie dans le commerce mondial, en revenant sur les étapes de sa stratégie de spécialisation commerciale, et notamment de sa spécialisation réussie dans le secteur électronique. La portée de ce choix de développement est impressionnante, elle se mesure en termes de changements structurels et d’industrialisation. Mais exposant le pays aux brusques variations de l’environnement international et régional, la globalisation financière touche aussi la Malaisie depuis les années 1990. Le financement du développement malaisien s’est largement appuyé sur les capitaux étrangers, avant comme après la financiarisation régulée de l’économie. Parmi les flux de capitaux à destination de la Malaisie, les investissements directs étrangers, plus anciens et essentiellement tournés vers les secteurs exportateurs, opèrent le lien entre dimensions financière, productive et commerciale de la mondialisation de l’économie malaisienne. Leur concentration sur quelques secteurs et leur accumulation au cours du temps démontrent que le développement malaisien résulte bien du choix de la mondialisation.

La croissance par les exportations : une stratégie de développement

Origines d’une puissance exportatrice mondiale

6En 2009, la Malaisie occupe le 21e rang mondial des pays exportateurs, avec 200 milliards de dollars US d’exportations. Membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), elle y a une participation active, poussant à la libéralisation des échanges commerciaux au sein de l’ASEAN, multipliant les accords multilatéraux et bilatéraux pour améliorer son accès aux marchés extérieurs. Depuis 2003, par exemple, elle supprime les tarifs douaniers sur les produits de l’information et la communication. C’est dans le domaine agricole que ses marchés restent relativement protégés, de même que dans l’automobile.

Graphique 33. Exportations totales, 1965-2008

Graphique 33. Exportations totales, 1965-2008

Source : CNUCED, Données du commerce en ligne, 2010.

7L’essor exponentiel des exportations malaisiennes date de la NEP, moment à partir duquel elles entament leur phase de forte croissance. Cette trajectoire remarquable connaît néanmoins quelques moments de rupture : d’abord en 1986, après quoi la croissance connaîtra sa seconde phase d’accélération, plus rapide ; en 1997-1998 ensuite, sous l’effet de la crise asiatique ; puis en 2001 après l’éclatement de la bulle internet qui affecte brutalement le secteur de l’électronique mondiale. Depuis, la courbe de la croissance s’est à nouveau très fortement redressée, permettant aux exportations malaisiennes de doubler à nouveau en quatre ans. Mais la crise mondiale qui s’est ouverte en 2008 a fait à nouveau sentir ses effets sur le commerce malaisien (– 15 % en 2009).

  • 5 Ce rapport supérieur au PIB s’explique par la masse des intrants qu’il est nécessaire d’importer po (...)

8En dehors de ces épisodes de crise liés à des variations imprévisibles de la demande mondiale, la dynamique des exportations malaisiennes apparaît donc extrêmement vigoureuse. Progressant en moyenne de près de 9 % par an depuis les années 1990, les exportations constituent sur longue période un débouché essentiel pour le pays. Cette dynamique des exportations conjuguée à un solde commercial structurellement excédentaire a contribué à tirer littéralement la croissance économique. Le volume des échanges prend aussi une importance singulière lorsqu’on l’exprime en proportion de l’économie nationale. En effet, depuis les années 1970 l’extraversion du système économique atteint en Malaisie des proportions qui ont peu d’équivalents au monde : le taux d’ouverture, soit le rapport entre les échanges commerciaux et le PIB, atteignait 150 % en 19905 ; depuis la fin du XXe siècle il a dépassé les 200 %.

Commerce : une dépendance aux débouchés extérieurs héritée du passé colonial

  • 6 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 68.

9Le caoutchouc et l’étain, sans compter l’ensemble des produits agricoles dont le commerce régional était établi de longue date, avaient inscrit la Malaisie en bonne place dans le schéma du commerce international : durant la première moitié du XXe siècle, caoutchouc, étain, huile de palme, dérivés de la noix de coco, étain et minerai de fer constituaient 90 % des exportations malaisiennes, dont le caoutchouc était de loin la première composante6. Mais la structure très resserrée de ces exportations limitées à quelques produits primaires constituait à l’évidence un déséquilibre si l’on raisonne en termes non seulement de croissance, mais de développement économique.

  • 7 Lim Chong Yah fait ainsi la démonstration (graphique) du lien entre instabilité de la croissance et (...)
  • 8 Lim Chong Yah (ibid., p. 11) a souligné la différence de profil entre la dynamique malaisienne et c (...)
  • 9 Ainsi, en 1925, le cours était à 1,14 dollar, il chute à 34,6 ; 19,1 ; 9,8 et 7 cents entre 1929 et (...)

10L’héritage britannique de l’économie malaisienne signifie que l’ouverture aux échanges et la dépendance de la croissance aux exportations sont une réalité ancienne pour le pays. On parle de dépendance commerciale lorsque l’activité économique d’un pays (sa croissance, ses emplois, son investissement) dépend de manière cruciale d’une demande étrangère. Autrement dit, le bouclage macroéconomique production/revenus/dépenses se fait majoritairement par l’extérieur. Lorsque la demande extérieure faiblit, les secteurs dont la production est majoritairement dédiée aux exportations connaissent des problèmes de débouchés, engendrant, du fait de leur poids dans la structure productive, un effet récessif global pour l’ensemble de l’économie. En Malaisie, ce problème de la dépendance commerciale a été souligné par le rapport de la BIRD sur le développement malaisien qui a préconisé la diversification de l’économie en 1955. Il est aussi reconnu par les économistes malaisiens dès les années 1960 : même si les données restent délicates à utiliser pour en démontrer les mécanismes, le lien entre l’instabilité de la croissance économique et l’instabilité des exportations, fortement variables d’une année sur l’autre, a été établi7. En effet, le caractère chaotique de la dynamique malaisienne, fluctuant d’une hausse du PIB de 61 % sur l’année 1950 à une baisse de 17 % en 1952, avant de croître de 25 % en 1955, est dû à la grande dépendance de l’activité économique aux exportations8. Or celles-ci étaient caractérisées par deux traits propres aux systèmes économiques issus des colonies d’exploitation : premièrement, l’offre est globalement peu élastique au cours des biens agricoles et des matières premières, même si des variations sont enregistrées avec retard (on peut mettre en culture de nouvelles plantations d’hévéas, mais les délais avant la maturité des arbres sont de plusieurs années). Ensuite, ces cours sont eux-mêmes sujets à de fortes variations sur les marchés mondiaux. Rappelons que le caoutchouc est l’une des marchandises au cours le plus instable, caractéristique que Keynes lui-même avait notée9.

11Les exportations, à la merci de la demande mondiale, sont extrêmement vulnérables à la conjoncture internationale, comme le montre l’évolution de l’indice des exportations, qui subit violemment les conséquences de la crise de 1929, ainsi que la Grande Dépression américaine et européenne qui s’ensuivit.

Tableau 46. Variabilité des exportations (en volume, 1920 : base 100), 1912-1952

Tableau 46. Variabilité des exportations (en volume, 1920 : base 100), 1912-1952

Source : G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise in Indonesia and Malaysia, 1962, p. 293.

  • 10 Selon D. Lim, « Export instability and economic development in West Malaysia, 1947-1968 », Malayan (...)

12Bien qu’il fût impossible, dans les années 1970, de prouver mathématiquement qu’il y avait un lien entre les deux types d’instabilité (celle des exportations et celle du PIB), les conséquences de l’instabilité des échanges, conjuguée à leur poids structurel, apparaissaient néanmoins clairement : l’économie est centrée sur le court terme, les investissements sont tournés vers les projets à caractère spéculatif. De ce fait, on observe une nette préférence pour la liquidité, ce qui signifie que seules les grandes entreprises étrangères vont pouvoir se financer facilement ; d’autre part on recherche la flexibilité, ce qui explique que la PME familiale soit le mode malaisien dominant d’organisation des affaires10.

  • 11 R. Rasiah, « State intervention, rents and Malaysian industrialization », Capital, the State and La (...)

13Déjà extrêmement ouverte et dépendante, la Malaisie, après une phase intermédiaire de substitution des importations qui protégeait le marché national au cours des années 196011, s’est engagée plus avant dans l’ouverture commerciale à partir de 1970, les capitaux étrangers étant désormais attirés, par les incitations financières concernant notamment les zones franches d’exportations (Export Processing Zones, EPZ), vers les secteurs industriels à vocation exportatrice.

La transformation économique par l’essor des secteurs exportateurs

  • 12 Le site internet de la Banque mondiale propose d’innombrables analyses économétriques reliant nivea (...)
  • 13 PNUD, Malaysia. International Trade, Growth, Poverty Reduction and Human Development, 2006, citant (...)

14Alors que l’arrière-fond théorique sur les bénéfices de l’ouverture commerciale est riche et contrasté, la Banque mondiale promeut depuis les années 1970 la stratégie de croissance par les exportations à l’échelle internationale. Elle relie l’essor des échanges à l’abaissement des barrières douanières et les exportations à la croissance économique. En effet, une spécialisation réussie, fondée sur les avantages comparatifs, doit permettre une insertion avantageuse pour le pays dans la division internationale du travail ; elle est également porteuse de bénéfices pour tous les autres partenaires qui trouvent ainsi à se fournir en marchandises à moindre coût12. La Banque mondiale a donc lu dans le miracle asiatique le fruit de l’application d’une telle stratégie de promotion des exportations. Dans cette même lignée, un rapport du PNUD consacré en 2006 à l’insertion malaisienne dans la mondialisation revient à son tour sur les liens entre ouverture commerciale et croissance : il s’appuie sur une étude de la Banque mondiale pour affirmer que « les pays qui se sont le plus ouverts au cours des années récentes, les “nouveaux mondialisés”, sont aussi ceux qui ont connu la plus forte croissance économique »13.

  • 14 A posteriori, les travaux récents offrent plutôt des conclusions mitigées : voir I. Bensidoun, A. C (...)
  • 15 Selon la thèse de l’historien de l’économie P. Bairoch qui, en conclusion d’Economies and World His (...)

15Cependant, les bienfaits théoriques du libre-échange sont assez largement idéologiques et de telles conclusions sont régulièrement remises en cause au niveau de l’ensemble des pays en développement14. Ensuite il est sans doute nécessaire d’insister sur le fait que la Malaisie n’est pas nouvellement mondialisée, mais au contraire insérée de longue date dans la mondialisation des échanges. Mais sans prétendre trancher définitivement dans ce débat sur les bénéfices de l’ouverture, et surtout sans imaginer qu’on puisse établir une quelconque loi générale en ce sens15, il semblerait que l’expérience malaisienne puisse en revanche accréditer l’idée que, dans certaines configurations institutionnelles particulières, l’ouverture des barrières douanières et la promotion des industries exportatrices puissent être effectivement un vecteur de développement.

Le choix de l’industrialisation par la promotion des exportations : un calcul politique

  • 16 K.S. Jomo et C.Edwards, « Malaysian industrialization in historical perspective », dans K.S. Jomo é (...)
  • 17 Ibid., p. 25-28 ; R. Rasiah, « Free trade zones and industrial development in Malaysia », ibid., p. (...)

16Le changement stratégique de la NEP, visant à accélérer le développement économique à des fins de cohésion nationale, a eu pour conséquence une ouverture prodigieuse de l’économie au commerce international16. En effet, dans sa fuite en avant vers la croissance économique pour restructurer la société en redistribuant la richesse nationale, la Malaisie a recommencé à libéraliser ses échanges industriels au début des années 1970, dans des zones franches créées lorsqu’elle s’est tournée vers la stratégie d’industrialisation par la promotion des exportations. Ainsi, à partir de 1972, toute production destinée à l’exportation (à 100 % puis à plus de 80 % de sa valeur) avait vocation à s’implanter dans une zone franche (EPZ) : les importations étaient alors elles-mêmes exemptées de droits de douane. La libéralisation des autres domaines de l’activité économique ne marqua pas l’abandon pur et simple de la substitution des importations, qui perdura, continuant à coexister avec l’autre pan, désormais exportateur, de l’industrie. L’industrie va prendre toute son ampleur au cours des dernières décennies du XXe siècle et porter la croissance malaisienne17.

17L’ouverture commerciale semble aller de pair, en Malaisie, avec une véritable trajectoire de croissance économique durable. De manière synchronisée, la dynamique de croissance va s’engager à partir de 1971, au moment même où décolle le volume des exportations. Peu à peu, les exportations croissant plus rapidement que le PIB, on observe une augmentation de la part des échanges rapportée au PIB. Dans les années 1960, le commerce international avait diminué en proportion, représentant entre 90 % et 60 % du PIB au fur et à mesure que s’affirmait la stratégie de substitution des importations. Mais à partir de 1972 cette tendance à la baisse du poids du commerce extérieur dans le PIB s’est fortement inversée, pour atteindre par la suite des montants exceptionnels (depuis 1990, le taux d’ouverture dépasse 150 % du PIB).

Graphique 34. Taux d’ouverture de la Malaisie, 1960-2005

Graphique 34. Taux d’ouverture de la Malaisie, 1960-2005

Source : World Bank, World Developement Indicators, 2006.

18L’insertion de la Malaisie dans la mondialisation des échanges commerciaux s’inscrit au cœur des débats sur les bénéfices de l’ouverture commerciale. À partir des années 1970 c’est en termes d’industrialisation et donc, finalement, de développement économique que cette insertion doit s’analyser.

La réussite de la transformation de la structure des exportations

19Il faut noter que cette évolution spectaculaire s’est accompagnée d’une dépendance croissante à l’égard de certains secteurs : la diversification, qui avait été le mot d’ordre dans les années 1950 pour sortir de la spécialisation dans les secteurs agricoles et miniers, fait à nouveau défaut au sein du secteur industriel manufacturier devenu majoritaire à partir de la fin des années 1980.

20Entre 1970 et 2005, les exportations industrielles s’envolent (ainsi, entre 1988 et 2004, leur valeur est-elle multipliée par 10) tandis que la structure des exportations de l’industrie manufacturière se déforme complètement Cette modification est à relier à la transformation structurelle du tissu industriel lui-même : jusque-là le tissu économique industriel était composé d’une industrie naissante tournée vers le marché domestique dans les années 1960-1970. Ensuite, l’industrialisation s’affirme véritablement et se fonde sur d’autres secteurs en s’orientant clairement vers l’exportation dans les décennies qui suivent.

21Dominées par la chimie, l’agroalimentaire et le bois en 1970, les exportations industrielles ne représentent alors que 12 % des exportations totales : l’écrasante majorité des exportations étant encore constituée de denrées agricoles et de produits miniers. Mais au fur et à mesure que le pays s’industrialise, la part des exportations industrielles augmente dans les exportations totales, atteignant 60 % en 1990 et dépassant les 80 % depuis 1995. Par rapport à la fin de la période coloniale et jusqu’à la NEP, la structure s’est renversée : l’essentiel des exportations malaisiennes est désormais d’origine industrielle.

Tableau 47. Évolution en structure des exportations de l’industrie manufacturière, 1970-2005

Tableau 47. Évolution en structure des exportations de l’industrie manufacturière, 1970-2005

Les découpages par secteurs ont légèrement varié au cours des années.
Sources : Malaysia, Economic Report, cité par K.S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 16 ; Bank Negara, Economic Report 2005-2006, table 8.6.

22Dans le même temps, la structure du secteur manufacturier se concentre rapidement sur l’électronique : en 1980 c’est déjà le premier secteur industriel exportateur, pesant près de la moitié de l’ensemble. L’électronique allant jusqu’à constituer les trois quarts des exportations manufacturées malaisiennes en 2000 à la veille de la crise de l’internet. Le secteur de l’électronique et de l’électrique va devenir très vite le premier secteur industriel exportateur (il représente plus de la moitié des exportations manufacturées totales dès le début des années 1980), mais il deviendra aussi le premier secteur exportateur national, lorsque ces exportations de produits manufacturés vont devenir, à leur tour, majoritaires dans la structure des échanges.

  • 18 Avec 87,5 % de ses exportations d’origine industrielle en 1995, la Malaisie occupe en fait une posi (...)

23La nouvelle place, désormais prédominante, de l’industrie dans la structure des exportations malaisiennes date de l’élan industriel ouvert par la libéralisation de l’économie (1986) et la reprise des projets d’investissements étrangers (à partir de 1988). En effet, depuis la fin des années 1980, l’écrasante majorité des exportations sont d’origine industrielle (plus de 80 %)18, dont plus des deux tiers se composent de produits issus du secteur électronique et électrique. Cette dépendance sectorielle va se cumuler avec celle causée par la limitation des relations commerciales à un petit nombre de partenaires.

  • 19 Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007, p. 38-39.

24De ce fait, les données officielles de Malaisie portant sur le secteur manufacturier distinguent dans l’indice de production industrielle les secteurs orientés vers l’exportation et les secteurs orientés vers le marché domestique. Les premiers représentent deux tiers de la production industrielle malaisienne en 2006. Ils comprennent le secteur électronique et électrique (40 % de la production industrielle totale), les produits pétroliers (12 %), mais aussi les secteurs textile, bois et produits du bois, produits du caoutchouc, machines et équipements, instruments médicaux, optiques et scientifiques, et ont encore connu une croissance de 10 % en 2006. Les secteurs tournés vers la demande domestique (chimie, plastique, agroalimentaire, équipementiers, métallurgie, sidérurgie, papeterie, boisson, tabac) forment le dernier tiers de la production industrielle nationale, mais la dynamique de leur croissance est généralement plus faible que celle des secteurs exportateurs (progression annuelle deux fois moindre en 2006 par exemple)19. Cette dichotomie n’est pas sans faire écho au dualisme de l’économie hérité de la période coloniale entre un secteur dit moderne, exportateur et lié à l’exploitation capitaliste des ressources naturelles sous financement essentiellement britannique, et le secteur dit traditionnel. L’industrie malaisienne semble quelque peu partagée en deux, selon que la production s’adresse au marché local ou à la demande étrangère. Bien que de manière atténuée par rapport au modèle dualiste, on observe aussi entre ces deux pans de l’industrie des différentiels de productivité, de rentabilité, mais aussi de conditions salariales et de conditions de travail.

Graphique 35. L’électronique dans les exportations manufacturées depuis 1975

Graphique 35. L’électronique dans les exportations manufacturées depuis 1975

Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 8.6, 2007.

25Placée parmi les vingt premiers exportateurs mondiaux depuis 2000, la Malaisie entretient une relation commerciale très étroite vis-à-vis de trois partenaires : les États-Unis, Singapour et le Japon. Reflet de l’importance structurelle des exportations d’électronique, cette dépendance à l’égard d’un très petit nombre de pays-clients est en cours de réduction. Il semblerait en effet que l’organisation productive du secteur électronique subissant des modifications avec l’arrivée de la Chine et d’autres pays de l’ASEAN dans la chaîne de valeur de l’électronique, la concentration initiale se soit un peu réduite, en particulier depuis la crise de 2000. Alors qu’ils représentaient 60 % des exportations de Malaisie en 1990 et 58 % en 1995, depuis les années 2000, les trois premiers partenaires ne pèsent plus que 45 % des exportations.

26En 2006, la Chine, Hong Kong et la Thaïlande viennent donc ensuite, avec respectivement 7,2 %, 4,9 % et 5,6 % des exportations. D’un point de vue régional, l’ASEAN est le premier débouché de Malaisie, pour environ un quart de ses exportations. L’Europe n’en représente que la moitié : les premiers partenaires européens de la Malaisie sont les Pays-Bas (3,2 %) et l’Allemagne (2,7 %), devançant la Grande-Bretagne (1,8 %) et la France (1,2 %).

27En Asie, les rapports commerciaux avec l’Inde sont nettement plus réduits que ceux avec la Chine ; l’Australie et la Nouvelle-Zélande représentent 3,5 % de ces exportations. Les Émirats arabes unis ou l’Arabie saoudite qui ont connu une très forte croissance des échanges avec la Malaisie depuis 2005 pèsent ensemble moins de 2 % des exportations malaisiennes ; l’Afrique occupe une position marginale (1,4 %) dans ces échanges.

Tableau 48. Structure des exportations, par partenaires commerciaux, 1990-2006

Tableau 48. Structure des exportations, par partenaires commerciaux, 1990-2006

Sources : EPU, Seventh Malaysia Plan 1996-2000, p. 268 ; Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 7.1, 2007.

28Cette double dépendance des exportations malaisiennes à l’égard de quelques produits et, de manière liée, d’un petit nombre de pays soulève la problématique de la vulnérabilité de l’économie nationale à l’égard de fluctuations qui lui sont exogènes. L’ouverture commerciale et l’engagement de toute l’économie sur la voie d’une industrialisation tournée vers la satisfaction d’une demande extérieure peuvent faire l’objet d’appréciations diverses selon que l’on est sensible aux potentialités de croissance et de conquête de marchés liés à l’ouverture, ou que l’on craint des déséquilibres importés, des ralentissements pouvant très vite engendrer l’accroissement des inégalités, des pertes de marges de manœuvre du fait de la dépendance à la demande extérieure. Les dangers de cette dépendance ont ainsi été illustrés en 2001 par les effets du ralentissement de la croissance américaine, suite à l’éclatement de la bulle internet, sur l’économie malaisienne. Le ralentissement ressenti à ce moment ne relevait pas de causes internes, mais était clairement dû aux fluctuations propres au secteur de l’électronique et de quelques matières premières.

  • 20 Comme en témoignent le 9e Plan malaisien (2006-2010) et l’Economic Report 2006-2007.

29Ce ralentissement de 2000-2001 a rendu le gouvernement plus sensible à un fait économique caractéristique du développement malaisien : son extrême ouverture et donc, contrepartie inévitable, la vulnérabilité aux chocs de demande ou à la baisse des cours. L’objectif de diversifier à la fois l’industrie et les pays destinataires a été fixé lors du dernier plan quinquennal. Les mesures gouvernementales prises ont retenu plusieurs orientations : diversifier les pays partenaires pour ne plus dépendre à 20 % de la demande américaine ; développer le secteur islamique (en direction de l’Arabie saoudite, des pays du Golfe et, bien que moins solvable, l’Indonésie voisine, ou le Pakistan) avec la valorisation d’une industrie agroalimentaire halal20. Depuis lors on a pu mesurer que la concentration des exportations malaisiennes s’est mise à diminuer : l’indice de concentration de la CNUCED qui n’avait cessé d’augmenter entre 1995 et 2000 (passant de 0,18 à 0,22) a nettement inversé cette tendance pour atteindre 0,15 en 2008, soit un niveau de concentration plus proche de celui des économies développées (0,10) que de la moyenne asiatique (0,22).

Tableau 49. Exportations et PIB en structure, 2006

Tableau 49. Exportations et PIB en structure, 2006

Source : Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007.

  • 21 World Bank, Economic Monitor Malaysia, novembre 2009 ; FMI, World Economic Outlook, octobre 2009, p (...)

30De même, à la fin de 2009 la Banque asiatique de développement, la Banque mondiale, le FMI ou le gouvernement malaisien lui-même analysent les retentissements asiatiques de la crise comme étant l’effet de la situation particulièrement exposée de ces économies aux retournements du commerce extérieur21. La stratégie de promotion des exportations révèle dans ce contexte certaines de ses limites : après avoir loué inconditionnellement la libéralisation du commerce asiatique vue comme la clé de la croissance économique, les organisations financières internationales invitent désormais les pays émergents d’Asie à recentrer sur l’économie domestique l’essentiel des efforts de développement, afin de solvabiliser une demande intérieure privée qui soit soutenue dans le temps. Mais d’autres limites, liées à d’autres dimensions de la dépendance, peuvent être mises en évidence à travers le cas emblématique de l’industrie électronique.

Archétype du développement malaisien : l’industrie électronique

  • 22 Le rythme de la croissance du secteur électronique et électrique se maintient pendant vingt ans : q (...)

31L’industrie électronique est de très loin le fleuron du développement malaisien : entre 1969 et 1989, la production du secteur électronique et électrique était multipliée par un facteur 17. Ce secteur, qui ne représentait que 1,2 % de la production manufacturière en 1968, progresse rapidement, à 9,8 % en 1981 et 26,6 % en 1997 quand éclate la crise asiatique. En 2006, le secteur électronique représente 40 % de la production industrielle malaisienne : c’est l’un des premiers secteurs économiques du pays, c’est de loin le premier secteur industriel22. Il représente aussi les deux tiers des exportations manufacturées malaisiennes, c’est le premier poste des exportations malaisiennes. C’est aussi le premier poste pour les importations. Depuis une quarantaine d’années, ce secteur a été à la fois un puissant pourvoyeur d’emplois, de technologie et de croissance économique.

Les étapes d’une diversification réussie

32Le secteur des semi-conducteurs a été le fer de lance du développement de l’électronique en Malaisie, via seize multinationales à majorité américaines, qui, à partir de 1972, ont implanté leurs filiales en Malaisie. Dans plus de 60 % des cas, les usines de ces filiales d’assemblage de semi-conducteurs sont situées à Penang. Les premières fonctions à être délocalisées (en particulier à Penang) ont été l’assemblage puis le test des semi-conducteurs.

Tableau 50. Multinationales du secteur des semi-conducteurs implantées en Malaisie, années 1970

Tableau 50. Multinationales du secteur des semi-conducteurs implantées en Malaisie, années 1970

Source : Penang Skills Development Centre (PSDC, 1997), cité par Goh Pek Chen, « The dilemma of high tech industry in a developing country : a study of the semiconductor industry in Malaysia », Industrial Technology Development in Malaysia, K.S. Jomo et al. éd., 2000.

33En 1997, les entreprises locales et étrangères de plus de 100 salariés dans le secteur « semi-conducteurs et autres composants électroniques, appareils et équipements de communication » sont au nombre de 232, employant 250 000 personnes : c’est le premier secteur de l’industrie manufacturière en termes d’emploi (26,4 % de l’emploi manufacturier total ; 27,2 % du chiffre d’affaires de l’industrie manufacturière).

  • 23 De 1951 à 1994, le Japon a investi dans 958 firmes d’électronique dans le monde, dont 596 en Asie, (...)

34Mais à côté du secteur des semi-conducteurs, celui de l’électronique grand public (postes de radio, TV, magnétoscopes ou équipements audio) est vite devenu le second secteur industriel malaisien. Ce dernier est dominé par les entreprises japonaises, et une part de sa production est tournée vers le marché local. La Malaisie est la destination privilégiée des délocalisations japonaises qui choisissent plutôt la région de Kuala Lumpur et de Johore (pour faciliter les relations avec les filiales de Singapour). En 1992, un cinquième des téléviseurs couleur japonais y étaient produits ; en 1994, 80 % de l’investissement dans l’électronique grand public en Malaisie venait du Japon23. La fin des années 1980 a correspondu au moment où les entreprises japonaises et d’autres firmes originaires des Dragons d’Asie orientale sont en effet venues rejoindre les entreprises américaines au sein des zones franches d’exportation : en 1988, le Japon, Taïwan, Hong Kong et la Corée du Sud comptent pour 46 % des demandes d’autorisation d’investissement.

Industrialisation et emploi

  • 24 Des mesures en faveur de la flexibilisation du travail sont prises en réponse à la récession de 198 (...)
  • 25 K.S. Jomo et P. Todd, Trade Unions and the State in Peninsular Malaysia, 1994, p. 146-167.
  • 26 A. Bowie, Crossing the Industrial Divide, 1991, p. 143-144.

35À cette époque, les salaires malaisiens, comprimés par des mesures de politique interne24, en particulier contre les syndicats25, et avantagés par les mouvements de change sur le yen et le dollar, paraissent alors très compétitifs (4,6 dollars US par jour pour un ouvrier malaisien de l’électronique, contre 20 dollars par jour à Taïwan)26. Les usines d’assemblage qui se délocalisent, dont un grand nombre vient directement de Singapour où les salaires ont fortement augmenté, ont une production intensive en main-d’œuvre, ce qui explique que ces projets soient particulièrement créateurs d’emplois à cette période. Ces mouvements réalisés dans le secteur électronique se ressentent au niveau de l’ensemble des investissements industriels nationaux, du fait du poids écrasant de l’électronique dans l’industrie nationale.

Graphique 36. Des projets d’investissement industriels porteurs d’emplois à partir de 1988/Reprise à la hausse de l’intensité capitalistique depuis 1993

Graphique 36. Des projets d’investissement industriels porteurs d’emplois à partir de 1988/Reprise à la hausse de l’intensité capitalistique depuis 1993

Source : MIDA.

  • 27 Les anthropologues et sociologues ont ainsi étudié l’articulation entre l’unité domestique et l’ent (...)

36Industrie de main-d’œuvre, l’électronique est ainsi devenue au cours des années 1990 le premier secteur de l’industrie manufacturière en matière d’emploi. Par ce biais, l’industrialisation portée par les usines des multinationales de l’électronique s’est aussi avérée génératrice de changements économiques et sociaux qui ont modelé profondément la réalité malaisienne. De nouvelles organisations dans l’économie des ménages se sont fait jour sous l’effet de l’impressionnante croissance du salariat ouvrier féminin, main-d’œuvre sur laquelle cette industrie s’est bâtie27.

  • 28 Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007, annexe 8.1.
  • 29 MIDA, 1993, 1996.
  • 30 La recherche et le développement s’effectuent pour la quasi-totalité en dehors du pays destinataire (...)

37À partir des années 1990, les IDE se concentrent pour plus de la moitié dans le secteur de l’électronique : ainsi en 1985 le secteur recevait-il 11 % des IDE entrant en Malaisie ; en 2006, il en concentre 54,4 %, c’est donc aussi le premier secteur en flux d’IDE reçus28. Réciproquement, l’électronique est de loin le secteur le plus dépendant des IDE au sein de l’industrie manufacturière : selon les années, entre les trois quarts et 93 % des investissements effectués dans l’électronique sont des IDE29. Ces derniers sont en même temps les vecteurs des technologies étrangères30. L’industrie de l’électronique repose également sur des importations de biens d’équipement, matières premières et consommations intermédiaires pour des montants proches de celui des volumes exportés. Cela illustre une nouvelle facette de la dépendance technologique, liée aux importations d’intrants spécifiques et à la faiblesse des fournisseurs locaux. Les intrants à haut contenu technologique (composants électroniques) sont souvent importés de filiales de la même multinationale implantées à Singapour ou d’autres fournisseurs étrangers. On retrouve donc logiquement le Japon, Singapour et les États-Unis parmi les premiers partenaires commerciaux pour les importations malaisiennes (13,2 %, 12,5 % et 11,7 % des importations totales), partenaires que la Chine est venue rejoindre au cours des années 2000 (fournissant 12,1 % des importations en 2006, contre 2,3 % en 2000 ; en 2010, elle fait jeu égal au niveau des importations avec les trois partenaires traditionnels).

Les limites de la greffe industrielle

38Cependant l’examen de l’implantation de l’électronique et de son évolution souligne les faiblesses d’un développement qui n’est pas assez profondément articulé au tissu local, auquel les compétences malaisiennes ne sont pas exactement ajustées, et dont l’avantage initial (bas salaires, avantages fiscaux, infrastructure publiques, stabilité politique et syndicale) serait progressivement mis en cause par les traits du développement régional.

  • 31 Cette dépendance constitue le leitmotiv des analyses d’économie industrielle en Malaisie : K.S. Jom (...)
  • 32 Goh Pek Chen, « The dilemma of high tech industry… », 2000, p. 145-146.
  • 33 Voir K.S. Jomo et al. éd., Industrial Technology Development in Malaysia, 2000 ; E. Lafaye de Miche (...)

39Les études qui portent sur cette dépendance technologique31 ne parviennent pas à démontrer qu’elle s’atténue au cours du temps avec la diffusion dans le tissu industriel local de cette technologie et son appropriation par les entrepreneurs nationaux ou si, faute de liens noués avec le système productif local, elle se maintient. Goh Pek Chen est particulièrement critique vis-à-vis de la faiblesse des liens avec les PME locales qui sont freinées depuis l’origine de l’industrie des semi-conducteurs en Malaisie. En effet, les mesures gouvernementales inspirées par des considérations ethniques défavorables aux entrepreneurs Chinois s’avèrent préjudiciables à la longue pour la compétitivité des firmes locales et expliquent largement le manque d’ancrage local de ce secteur clef32. Par ailleurs, il apparaît que les entreprises japonaises développent très peu de liens amont-aval et ne font pas appel à des fournisseurs ou sous-traitants malaisiens, mais dans l’immense majorité des cas, à des entreprises japonaises. Enfin, les travaux sur la formation de la main-d’œuvre mettent en évidence l’existence de limites très marquées à l’appropriation technologique et à l’essaimage en raison des carences du système de formation universitaire et de formation technique de haut niveau en malaisien. Pris dans la logique de la discrimination positive pro-Bumiputra, le système éducatif, et en particulier l’enseignement supérieur, a créé les conditions institutionnelles de son propre engorgement à travers un manque structurel de techniciens et d’ingénieurs33.

40La stratégie d’ouverture au commerce international qui prend des proportions exceptionnelles en Malaisie, et donne lieu à une croissance exponentielle du volume des échanges, ne s’apprécie donc pas seulement d’un point de vue quantitatif. Elle s’apprécie aussi et surtout en termes de développement économique, car elle a revêtu une très forte dimension industrialisante. La Malaisie a effectivement utilisé la mondialisation pour s’ouvrir des débouchés et bâtir un appareil productif industriel sans équivalent au cours de son histoire. Ce qui lui a notamment permis de sortir du schéma initial de la spécialisation dans les produits primaires.

41Fleuron de son industrie, l’électronique est un archétype du développement national et de ses nouveaux secteurs exportateurs. C’est un secteur emblématique, car il réunit plusieurs traits caractéristiques : il est la fois d’origine étrangère, financé par les IDE sur le long terme et à vocation exportatrice. Or c’est sur ce modèle que la Malaisie a fondé son industrialisation et sa croissance. Il s’agit donc désormais d’aborder la question du financement de cette industrialisation et du poids des intérêts étrangers dans ce financement, dans le cadre plus général de la globalisation financière.

Globalisation et financement du développement malaisien

  • 34 CNUCED, Trade and Development, New York, Nations unies, 1993.
  • 35 Selon cette analogie qui emprunte au modèle d’Akamatsu (1935), le développement économique du Japon (...)

42Pour expliquer le décollage successif de plusieurs économies asiatiques aux niveaux de développement différents, on fait souvent référence au modèle du vol d’oies sauvages (Flying Geese) qui fait le lien entre la spécialisation industrielle et les flux de capitaux étrangers (IDE) : ces derniers orientent et financent la spécialisation dans un contexte de multinationalisation de la production. Reprenant l’argumentaire des avantages comparatifs ricardiens34, la référence des Flying Geese s’impose ainsi à la fin des années 1980, pour analyser le développement asiatique régional comme une insertion séquentielle dans la division internationale du travail35. Le modèle distingue des temporalités différentes dans le processus selon des pays asiatiques aux niveaux d’industrialisation bien distincts. Il met l’accent sur la dimension séquentielle du développement de l’Asie orientale tout en centrant l’analyse sur le rôle crucial du commerce international. Le poids structurant des entreprises multinationales dans le développement de certaines économies asiatiques est souligné. En Malaisie, l’industrie électronique, moteur du développement national suite à celui de Singapour et en lien avec le Japon, Taïwan et la Corée, a ainsi mis en évidence le nœud qui s’établit entre les différentes dimensions de la mondialisation que sont l’investissement étranger, le commerce international et les technologies. Sans conteste, le rôle des multinationales y est déterminant.

  • 36 M. Hart-Landsberg et P. Burkett, « Contradictions of capitalist industrialization in East Asia : a (...)
  • 37 S. Storm et C. W. M. Naasterpad, « Strategic factors in economic development : East Asian industria (...)
  • 38 D. Smith et D.R. White, « Structure and dynamics of the global economy : network analysis of intern (...)

43Mais plusieurs critiques ont été adressées à ce schéma d’interprétation, qui justifient qu’on ne s’y tienne pas pour lire le développement de Malaisie36. Ainsi, comme l’illustrent les limites de la diffusion technologique en Malaisie, les liens d’IDE ne suffisent pas nécessairement à établir des rapports industriels structurants entre les multinationales et les entreprises locales ; d’autre part, le modèle ne rend pas compte des dynamiques de croissance différentes et du degré d’extraversion commerciale variable selon les pays ; enfin, les financements de l’économie sont de nature multiples. La dimension politique de l’accumulation du capital est absente alors qu’elle peut, comme dans le cas malaisien, être soutenue par les gouvernements engagés dans des politiques économiques volontaristes, plus encore qu’initiée par une recherche de profitabilité dans un régime de concurrence pure et parfaite. Et il faudrait encore vérifier que les exportations jouent bien le rôle moteur de la croissance et que ce n’est pas l’inverse, l’augmentation de la production permettant de développer les exportations37. Plus généralement, l’analyse du développement en séquences fondées sur des avantages comparatifs ne permet pas de comprendre l’asymétrie des rapports entre pays : en effet, le retard dans l’insertion commerciale ne signifie pas toujours simplement un décalage temporel38, il peut refléter une dépendance technologique doublée d’une dépendance financière, aux lourdes conséquences en termes de stabilité macroéconomique d’une part, et aux conséquences politiques en matière de souveraineté d’autre part. Enfin, le modèle ne prend son sens qu’en perspective comparative : si l’on cherche à dégager les ressorts propres d’une industrialisation particulière, il n’est pas totalement opérant.

44Analyser le financement de la stratégie de promotion des exportations et, plus largement, de l’industrialisation, voire de l’ensemble de l’économie malaisienne, amène à étudier selon la dimension financière ses relations avec l’extérieur. Il s’agit ici de montrer comment l’entrée de la Malaisie dans la mondialisation s’est effectuée bien avant la libéralisation des flux de capitaux à l’échelle mondiale au début des années 1990. Pour autant, le mouvement général de la globalisation financière a aussi contribué au financement du développement malaisien. Ces interdépendances ont été orchestrées par le gouvernement, tandis que les Malais, individuellement ou par l’intermédiaire d’entreprises en collusion avec l’UMNO, y prenaient une part active. Sanctionnés par la crise asiatique de 1997, les excès de la financiarisation de l’économie ont révélé plus largement les fragilités de la dépendance à la finance mondialisée. Mais il apparaît aussi qu’à l’issue de trente années de politique volontariste en faveur des Bumiputra, la part des étrangers dans le capital malaisien s’est réduite, obligeant à nuancer encore le jugement en termes de dépendance ou bien de souveraineté.

Une première phase d’industrialisation sous capitaux étrangers

45De l’époque coloniale à la période postcoloniale, les capitaux ont afflué en Malaisie pour financer une agriculture exportatrice qui bénéficiera aux Britanniques. De cette situation émergera la question politique et analytique de la dépendance économique, en même temps que sont posées les bases d’une première industrialisation. Celle-ci aura lieu lors de l’épisode de substitution d’importations (1957-1969) entamée au lendemain de l’indépendance.

  • 39 S. Berger, Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, 2003, p. 25-28.

46Au début du XXe siècle, les deux grands empires qui finançaient le reste du monde étaient la Grande-Bretagne et, dans une moindre mesure, la France. Les investissements de Grande-Bretagne à l’étranger étaient très élevés (3,8 milliards de livres) et on estime à 40 % la part de la richesse nationale investie à l’étranger en 1907. Outre les volumes en jeu, la Grande-Bretagne se distinguait de la France par la destination de ses capitaux : 30 % étaient dirigés vers son Empire (17 % vers les dominions et 13 % vers les colonies directement administrées) alors que l’essentiel des flux de capitaux français allaient à destination de la Russie, du Proche-Orient ou de l’Amérique latine, le volume affecté aux colonies françaises ne représentant que 6 % du total en 1900 (9 % en 1914)39. Sans conteste, la Malaisie a fait partie à son niveau de la « première mondialisation » (1870-1914), cette ère du capitalisme où les empires coloniaux soutiennent l’activité industrielle des métropoles : de cette période datent les grands afflux de capitaux qui vont permettre de développer ses infrastructures portuaires, routières, et minières, puis les plantations qui feront sa prospérité.

  • 40 N. J. White, British Business in Post-Colonial Malaysia, 1957-1970. Neo-Colonialism or Disengagemen (...)
  • 41 Ibid., p. 7.
  • 42 Sur une valeur totale exportée de 1 486 millions de RM en 1953, les compagnies européennes auraient (...)
  • 43 N. J. White, British Business in Post-Colonial Malaysia, 2004, p. 4.

47À la fin de la période coloniale, les investissements britanniques en cours en Malaisie atteignaient des montants plus importants que les investissements en Inde40. Entre 1955 et 1964, le rendement du capital investi en Malaisie par les Britanniques fut de 19,8 % annuels (après impôts), ce qui faisait de cette destination la plus profitable au monde après l’Allemagne de l’Ouest pour les investisseurs41, le maintien de la Malaisie dans la zone sterling ayant certainement facilité les transferts de fonds. Très largement concentrés sur la péninsule malaise, les investissements étrangers se portaient essentiellement vers la production primaire exportatrice (dans 70 % des cas). Mais les exportations de produits domestiques profitaient toujours majoritairement aux intérêts des Européens qui conservaient le monopole d’exploitation de certaines régions, et celui de l’exportation de certains produits cruciaux. Ils contrôlaient ainsi les deux tiers des exportations totales42. Après l’indépendance, la surface de caoutchouc cultivée sur la péninsule par les Anglais était encore estimée à 60 %, tandis que deux tiers des mines leur appartenaient toujours en 196343.

  • 44 Kohr Kok Peng, The Malaysian Economy. Structures and Dependence, 1983 ; Lim Mah Hui, Ownership and (...)
  • 45 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004 ; K. S. Jomo, A Question of Class, 1986.
  • 46 C’est du moins l’hypothèse de N. J. White qui conteste vigoureusement l’idée d’une « domination imp (...)

48Depuis les débuts de son exploitation coloniale par la Grande-Bretagne, la Malaisie avait donc toujours été très ouverte aux capitaux étrangers, capitaux privés plutôt qu’investissements publics. Mais après l’indépendance, dans le contexte idéologique marqué par l’affirmation des nationalismes et l’antagonisme de la guerre froide, ce fait posait la question de sa dépendance à l’égard des intérêts occidentaux. On put notamment y voir la marque d’un manque de souveraineté dans le contrôle de ses entreprises, donc, d’une certaine manière, de son destin national44. À la fin des années 1950, et contrairement au stéréotype selon lequel « l’économie était aux mains des Chinois », le tissu industriel malaisien appartenait aux capitalistes étrangers, et en premier lieu aux Britanniques45. La domination extérieure objective et la poursuite d’une exploitation par l’étranger des travailleurs malaisiens ont alimenté les analyses des économistes et historiens en termes d’impérialisme. Mais on a récemment pu mettre en évidence le fait que les politiciens et administrateurs malaisiens de l’époque ont aussi été capables d’utiliser expatriés et capitaux britanniques à leurs propres fins. D’aucuns considèrent que loin d’être souverains, les intérêts économiques britanniques auraient été relativement faibles vis-à-vis de la détermination de l’État postcolonial46.

  • 47 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 120-121.
  • 48 Selon la BIRD, 1955. Cette analyse fut confirmée par Wheelwright qui a montré que les 156 premières (...)
  • 49 Seules 97 entreprises industrielles emploient plus de 200 salariés, faisant 35 % du chiffre d’affai (...)

49En tout cas, l’organisation productive des années 1950 se caractérisait par une concentration industrielle qui résultait directement du poids et du fonctionnement des entreprises étrangères. Dans l’industrie manufacturière elles employaient structurellement beaucoup plus de salariés que les entreprises locales : 133 par établissement en moyenne, contre 33 dans les entreprises chinoises de plus de 10 salariés et 20 dans l’ensemble du secteur47. À elles seules, 2 % des entreprises du secteur manufacturier réalisaient 40 % de la valeur ajoutée manufacturière48. Avec le temps, ce schéma s’accusa : au cours des années 1960, moins de 5 % des entreprises du secteur des produits manufacturés, pesaient deux tiers des ventes. Seuls 4 % des entreprises manufacturières comptaient plus de 50 salariés : elles assuraient 60 % de la valeur ajoutée industrielle49.

50À l’autre extrémité de l’éventail des entreprises malaisiennes, le chiffre d’affaires était très bas (inférieur à 100 000 RM) pour plus des trois quarts d’entre elles, et les effectifs réduits : deux tiers des entreprises employaient moins de 5 salariés. La structure du capital était généralement très simple : seulement 10 % des entreprises implantées en Malaisie étaient des sociétés à responsabilité limitée ou des sociétés anonymes (Limited companies), réalisant les trois quarts du chiffre d’affaires.

  • 50 Khor Kok Peng (1979), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, note p. 241.

51Enfin, les entreprises étrangères ou à participation étrangère, ayant un meilleur accès aux capitaux et employant des technologies plus modernes, étaient plus productives et deux fois plus rentables que leurs homologues locales. En 1972, le taux de profit brut était de 11,6 % pour les entreprises locales, de 22,8 % pour les firmes étrangères ; le taux de profit net des entreprises étrangères (14,4 %) s’établissait presque au triple de celui des firmes locales (5,6 %)50.

52Les secteurs qui se développent à la fin des années 1960 furent les secteurs des biens de consommation finale : textile, agroalimentaire (emballage, embouteillage, conserverie) ou petit mobilier. Le capital est très majoritairement étranger, et cette mainmise se prolongea jusqu’en 1980. Les bases d’une industrie lourde (sidérurgie, métallurgie) et d’une industrie chimique en Malaisie furent également posées par ces capitaux étrangers qui dominaient ces secteurs ainsi que celui de la transformation des produits pétroliers (et houille).

  • 51 Cette stratégie était celle développée théoriquement par les économistes structuralistes : A. Lewis (...)

53Ainsi, en 1968, à l’issue de la phase de substitutions des importations (1958-1968), la répartition du capital industriel montre un investissement concentré dans les secteurs clefs de la stratégie pourtant nationaliste : les entreprises étrangères sont venues à l’abri des barrières douanières conquérir le marché malaisien. Alors que dans l’arrêté de 1958 sur les industries pionnières, les entreprises nationales et étrangères bénéficient des mêmes incitations, ce sont les entreprises étrangères qui en ont profité : 61 % des capitaux industriels sont d’origine étrangère en 1968. Mais au bout de quelque temps, ces choix industriels réalisés à l’abri des barrières douanières se sont heurtés à l’étroitesse du marché local et surtout à son manque de solvabilité à une époque où la pauvreté est le lot de plus de la moitié de la population. De plus, le gouvernement, à la différence des expériences de substitution des importations en Corée ou à Taïwan, n’envisageait pas de coupler à terme la production substitutrice d’importations, protégée par les barrières douanières, à une stratégie d’exportation qui aurait obligé les entreprises à être compétitives sur les marchés internationaux51. De ce fait, le système productif qui s’est mis alors en place est aussi caractérisé par une faible productivité : les entreprises étrangères bénéficient d’une rente (la protection douanière) mais ne sont pas soumises à des impératifs de performance en contrepartie. En conséquence, le rythme de la croissance industrielle ne sera pas très élevé sur cette période.

Le rôle des IDE dans le financement de la stratégie de promotion des exportations

La NEP fait le choix politique de l’appel aux IDE

  • 52 I. Nazari, Transnational Corporations and Economic Development. A Study of the Malaysian Electronic (...)

54L’un des changements de perspective opérés par la NEP, à partir de 1971, tient à la volonté de créer et développer des zones franches dont les usines des multinationales seraient le principal vecteur. Avec la NEP s’exprime en effet le choix politique d’attirer les investissements étrangers dans le but de promouvoir des nouvelles industries exportatrices, sans que cela signifie l’abandon pur et simple de la stratégie de substitution des importations. Progressivement, les capitaux étrangers vont suivre le mouvement général de changement de stratégie commerciale : quittant les secteurs de première industrialisation de substitution d’importations pour alimenter plutôt les secteurs liés à l’industrialisation orientée vers les exportations. Bientôt, les secteurs exportateurs (textile et cuir, électronique) sont ceux dont la part du capital détenu par les étrangers reste ou devient majoritaire. L’électronique se trouve au cœur de ces investissements industriels réalisés par les multinationales étrangères52.

Tableau 51. Trente ans d’IDE vers l’Asie, 1970-2000

Tableau 51. Trente ans d’IDE vers l’Asie, 1970-2000

Source : United Nations Industrial Development Organization (UNIDO), Foreign Direct Investment and Productivity, 2006.

55L’influence étrangère en Malaisie dans le domaine de la finance peut être abordée par les IDE, dont les données disponibles remontent à 1970. L’ouverture de la Malaisie à ces investissements va s’accompagner d’une forte croissance de leur montant absolu : une première vague d’IDE intervient à la fin des années 1970 et jusqu’en 1983. De 94 millions de dollars en 1970 (12 % de l’investissement domestique, FBCF), ils passent à 570 millions en 1974 (20 % de la FBCF) et atteignent 1,2 milliard de dollars en 1982. Ils ont eu ensuite tendance à diminuer jusqu’au changement du régime de l’investissement en 1986, lié à la politique générale de privatisation qui s’ouvre alors.

56La loi de 1986 sur la promotion de l’investissement cherche à inciter les entreprises présentes à augmenter la dotation en capital : un Investment Tax Allowance est consenti (60 % du montant de l’investissement est déduit du revenu déclaré). Le Reinvestment Allowance cherche à promouvoir le réinvestissement des profits en Malaisie (au lieu de leur rapatriement), dont 50 % est soumis à abattements fiscaux. Devenu très complexe au fil des années, ce système d’incitations fiscales vise à attirer de nouvelles entreprises, à ne pas pénaliser le développement de l’activité des entreprises locales et à ne pas perdre celles qui sont établies depuis longtemps. L’obligation de respecter des quotas ethniques dans l’emploi, qui était imposée aux entreprises étrangères (comme locales), est levée en 1986. Il devient aussi possible de posséder une filiale à 100 %. Mais il faut rappeler que la loi de 1986 sur la promotion de l’investissement s’adressait de fait aux entrepreneurs locaux, en particulier chinois, et pas seulement aux étrangers : sa promulgation a ainsi donné lieu à une forte hausse du nombre et du montant des projets à partir de 1988 (compte tenu du délai d’autorisation administrative des projets par le MIDA).

L’âge d’or des IDE : 1988-1994

57Sous l’effet de la libéralisation de l’économie malaisienne à partir de 1986, une seconde vague d’IDE commence, poursuivie en 1990 par la NDP (1990-2010). En particulier, l’assouplissement des conditions d’investissement est suivi par un regain de l’investissement industriel. Ce cadre institutionnel plus favorable aux investisseurs, conjugué à la réévaluation du yen, a rapidement stimulé les délocalisations de l’Asie vers la Malaisie. Elles se traduisent par une envolée des montants investis en Malaisie à partir de 1989 : la part des IDE dans le PIB sera particulièrement élevée entre 1989 et 1993.

Graphique 37. IDE en Malaisie (flux entrants nets), 1970-2005

Graphique 37. IDE en Malaisie (flux entrants nets), 1970-2005

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

  • 53 Pour une mise en perspective comparative de l’extraversion malaisienne, voir aussi S. Treillet, « L (...)

58On peut considérer que la petite décennie qui précède la crise asiatique représente l’âge d’or des IDE : c’est sans conteste à cette époque que leur poids dans le développement national a vraiment été remarquable. Cette situation a forgé l’idée que la Malaisie dépendait beaucoup de ces investissements étrangers53.

59Les incitations destinées à attirer les capitaux étrangers semblent avoir remarquablement atteint leur but, puisque ceux-ci augmentent très fortement à partir de la seconde partie de la décennie 1980, prenant le dessus, entre 1987 et 1992, par rapport aux projets locaux. Il semble que le développement industriel soit très largement impulsé par les investissements étrangers : les IDE représentent dans les années 1990 entre la majorité et les trois quarts des investissements industriels en Malaisie.

  • 54 E.T Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 292.

60Mais l’effet propre de la libéralisation institutionnelle sur les investissements étrangers ne doit pas être surestimé face à une conjoncture internationale certainement plus déterminante : la perte de valeur du dollar et la réévaluation du yen (accords du Plaza, 1985) ont pour conséquence un regain de la dynamique internationale de mondialisation de la production à cette période, en particulier à l’intérieur de la zone Asie. Ainsi, cette politique de libéralisation de l’investissement coïncide avec la fin de la chute des cours des matières premières et d’un cycle bas de l’électronique, relançant la demande de produits d’exportation, favorisée par la dépréciation du ringgit. Comme le disent les économistes malaisiens, «the timing was perfect »54. La Malaisie bénéficie d’un ringgit plus faible vis-à-vis des monnaies régionales, en particulier du yen, mais aussi par rapport au dollar. Cela renforce la compétitivité de ses produits à l’exportation, mais aussi celle du coût du travail local, ce qui favorise encore davantage les délocalisations d’entreprises.

Graphique 38. Essor des investissements industriels (locaux et étrangers) de 1980 à 1997

Graphique 38. Essor des investissements industriels (locaux et étrangers) de 1980 à 1997

Source : MIDA, Bank Negara, table 6.10.

61De plus, le coût du crédit intérieur et la prime de risque sur les crédits diminuent à ce moment précisément (1987-1992), favorisant l’essor du crédit à l’investissement. Tous les investissements augmentent donc, mais leur financement entre 1987 et 1992 se fait par une croissance des crédits plus rapide que celle des émissions de titres. Cela s’explique par le fait que durant toute cette période, le taux d’intérêt réel en Malaisie est plus faible que dans la région, ce qui favorise les emprunts pour investissement productif ou encore les emprunts destinés à investir dans la sphère immobilière et financière, nourrissant l’effet de levier.

Financiarisation de l’économie, libéralisation de la finance et régulation politique

  • 55 Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents in Malaysia », Rents, Rent Seeking and Economic (...)
  • 56 Ibid., p. 312-313.

62En Asie du Sud-Est, les années 1980 ont vu en effet le développement d’un secteur immobilier extrêmement dynamique et profitable, dont la croissance a d’abord été nourrie par les crédits bancaires. En Malaisie, cette orientation sera clairement adoptée sous la direction du gouvernement qui contrôle l’offre de crédit55. Celui-ci est encadré depuis 1976 par un ensemble de directives sur les prêts concernant les Malais (Bumiputra), les PME, le logement, l’agriculture et l’industrie. Le contrôle du crédit vise entre autres à une redistribution des opportunités économiques en faveur de la communauté Bumiputra, qui bénéficie ainsi d’un accès favorisé au crédit. D’autre part, depuis la NEP les taux d’intérêt sont contrôlés pour assurer une marge confortable (de l’ordre de 4-5 % sur les crédits accordés, entre 1984 et 1995) aux banques nationales, dont la plupart ont le statut d’entreprises publiques, afin de les protéger de la concurrence dans une logique de distribution politique des rentes, le plus souvent opaque et qui donne lieu, au milieu de la décennie 1980, à des affaires de scandales financiers retentissantes56.

  • 57 OMC, Examen des politiques commerciales, Malaisie, 2006, section 1 « Environnement économique », p. (...)
  • 58 Bank Negara, Survey of Private Investment in Malaysia, 1991, cité par Chin Kok Fay et K.S. Jomo, «  (...)

63Jusqu’à la fin des années 1980, le financement de l’économie malaisienne dans son ensemble reste très largement dominé par la banque, avec un rythme de croissance des crédits qui est estimé à 30 % par an au cours de la décennie qui précède la crise57. Le pays relève donc du modèle de l’économie d’endettement, avec un marché financier encore relativement peu développé : d’après une enquête de la Bank Negara, sur la période 1986-1990 l’autofinancement représente entre 50 et 66 % du financement des entreprises, contre 10 à 14 % pour les crédits bancaires, et les émissions de titres, seulement 1 à 8 %58.

64À partir de la fin des années 1980, le gouvernement de Malaisie a autorisé l’ouverture accélérée de son économie aux capitaux étrangers. Celle-ci, en lien avec l’essor de la Bourse et alimentée par des perspectives d’investissements très rentables dans l’immobilier, a donné lieu à un net regain des flux internationaux, tous capitaux confondus : ils sont multipliés par cinquante en dix ans. Cette dynamique est venue alimenter la financiarisation de l’économie nationale, elle-même favorisée par le gouvernement et dominée par le comportement spéculatif de la Banque centrale, des grandes banques et des sociétés financières d’État.

Tableau 52. Composition des flux nets de capitaux, Malaisie, 1986-1996

Tableau 52. Composition des flux nets de capitaux, Malaisie, 1986-1996

a En moyenne annuelle.
b Y compris les investissements de portefeuille.
Source : Bank Negara, cité par P. M. Athukorala, « Malaysia », East Asia in Crisis, R. Macleod et R. Garnaut éd., 1999, table 5.1.

  • 59 Avec 38 % des crédits, le foncier et l’immobilier représentent plus du double de ce qui est consacr (...)

65Mais la politique du crédit n’encourage nullement les institutions financières à développer les investissements productifs dans l’industrie manufacturière. En témoignent les destinations des crédits accordés aux Bumiputra : en 1995, par exemple, le montant des prêts accordés aux individus ou entreprises Bumiputra pour le secteur manufacturier ne représente que 7,4 % de l’ensemble des crédits bancaires attribués, alors que les prêts consentis pour l’acquisition d’actions et autres titres (12,4 %), pour la promotion immobilière (21 %), ou les crédits immobiliers aux ménages (11 %) sont beaucoup plus importants. Et lorsque l’importance relative des crédits à l’industrie manufacturière a diminué entre 1986 et 1995, on constate que les crédits pour l’achat de titres ou de services financiers ont le plus fortement augmenté. Mais au-delà du segment largement contrôlé de l’offre de crédit, c’est l’ensemble du système bancaire malaisien qui en réalité s’est orienté vers le secteur immobilier au sens large (construction, lotissement, propriété immobilière) : entre 1976 et 1988, la part des crédits et avances consenties au secteur immobilier a quasi doublé59. On observe que cet essor ne coïncide pas avec une hausse de la part de la construction dans la valeur ajoutée, ce qui signifie que l’investissement immobilier est essentiellement spéculatif. Ces éléments illustrent le progressif décrochage entre la logique productive et celle de la finance, caractéristique du capitalisme financiarisé qui va peu à peu se mettre en place avec le mouvement de déréglementation financière.

66À partir du début des années 1990, la globalisation financière est autorisée par les mesures de déréglementation prises par le gouvernement sur les conseils des institutions financières internationales, en particulier l’International Finance Corporation de la Banque mondiale. La libéralisation financière va pousser à une rapide désintermédiation bancaire. Aussi, à partir de la seconde moitié des années 1990, période où le crédit se renchérit, la croissance du financement par émission de titres est plus rapide que celle des crédits (+ 54 % entre 1994 et 1996, contre + 45 % d’augmentation des crédits, selon les données de la Bank Negara, 2008).

Graphique 39. Types de financement des projets industriels, 1980-1997

Graphique 39. Types de financement des projets industriels, 1980-1997

Source : MIDA, Bank Negara, table VI. 10.

67Avec la déréglementation bancaire des années 1990, un certain nombre des priorités ont été abandonnées, mais pas celle concernant la communauté Bumiputra. Portée par les investisseurs, banques et fonds de placement étrangers, elle va venir accélérer le processus de concentration des investissements dans le secteur du foncier : la croissance tirée par les exportations va être suivie d’un boom immobilier alimenté par les secteurs financiers nationaux et étrangers court-termistes.

  • 60 Pour une rapide comparaison des changements institutionnels, voir P. Dua et I.R. Aneesa, « Foreign (...)

68Plus généralement, en ces débuts de la décennie 1990 les agences de notation et les spécialistes financiers sont dans l’euphorie du « miracle asiatique ». Cette situation a rendu les places asiatiques extrêmement attirantes pour des gestionnaires de fonds étrangers et des banquiers : la Chine, la Malaisie, la Thaïlande, la Corée et l’Indonésie sont les premiers bénéficiaires de l’essor des flux de capitaux vers l’Asie. Tous ces pays ont libéralisé l’investissement direct étranger60.

  • 61 Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents… », 2000, p. 319.

69Entre 1993 et 1996, un montant important de crédits court terme aura également été absorbé par cette région, essentiellement en provenance des États-Unis, d’Europe et du Japon : la Bourse malaisienne connaît à ce moment une ascension exceptionnelle et la désintermédiation progresse très rapidement. En 1994, les dépôts bancaires ne représentent plus que 16 % des parts de marché des fonds prêtables en Malaisie, dont 62 % sont placés à la Bourse de Kuala Lumpur (contre 48,2 % seulement quatre ans plus tôt61.

  • I Jusqu’à la fin des années 1980, l’essentiel des titres de Malaisie s’échangeait à la Bourse de Sing (...)
  • II En 2003, 889 sociétés étaient cotées sur le KLSE, dont 82 % sont « approuvées par la charia », pour (...)

ENCART 10. BURSA MALAYSIA
Le Kuala Lumpur Stock Exchange (KLSE) a été la première Bourse financière de Malaisie. Créée en 1973, elle a vu son impact sur le marché du capital domestique s’accroître considérablement à partir des années 1990. Au moment de sa création, 262 sociétés étaient cotées en Bourse, avec une valeur de marché des actions s’élevant à 13,3 milliards. En 2006, 1 029 sociétés sont cotées à la Bursa Malaysia (649 sur le premier marché ; 258 sur le second marché ; 122 sur le MESDAQ) pour une capitalisation boursière de 733 milliards de RM (139 % du PIB). Comme la Malaisie attire davantage les capitaux que ses voisins asiatiques (hors Singapour), la part des entrées de capitaux privés étrangers représentera un quart de son PIB en 1993 et les investissements directs et investissements de portefeuille cumulés correspondent à presque 30 % de l’investissement domestique malaisien en 1992-1993, alors qu’au même moment en Chine, Indonésie ou Thaïlande, ce taux se situe autour de 15-18 %. C’est ainsi qu’en 1992 KLSE est devenue la première place boursière d’Asie du Sud-Est, et la quatrième d’AsieI.
La vague de privatisation des entreprises publiques malaisiennes, ouverte en 1986, a largement contribué à la capitalisation croissante de la Bourse malaisienne : au milieu des années 1980, le gouvernement a mis sur le marché boursier 24 entreprises publiques dont la privatisation a contribué au cinquième de la capitalisation totale du KLSE. Les banques ont facilement accordé des crédits aux Bumiputra pour acquérir des titres et la nouvelle classe moyenne apparue dans les années 1990 a commencé à placer en Bourse de manière significative, tandis que l’ouverture à la globalisation financière permettait les entrées massives de capitaux étrangers en Malaisie. À partir des années 1995-1996, le secteur de la finance islamique est venu également alimenter ce mouvement de « démocratisation » de la gestion financière de l’épargne. À la veille de la crise asiatique, ces évolutions avaient fait de la Malaisie un pays avancé en termes de financiarisation de son économie, par rapport à d’autres pays d’Asie plus vulnérables aux faiblesses de leur système bancaire (Thaïlande, Indonésie, Corée du Sud). La capitalisation va chuter à partir de 1997, suite aux corrections de la crise asiatique. Mais ensuite, la croissance de la Bourse malaisienne s’est poursuivie à un rythme accéléré au cours des années 2000. Les autorités ont mis en place le Capital Market Masterplan depuis février 2001 pour accompagner sa modernisation, sa libéralisation et le développement de la finance islamiqueII.
KLSE est devenu la Bursa Malaysia en 2004, après fusions successives. Intermédiaires essentiels et acteurs prospères de l’industrie financière, les 356 fonds communs de placements (Unit Trusts) opérant en Malaisie, dont 88 sont des fonds islamiques en rapide expansion, collectent l’argent de 11,1 millions de comptes, sur une population totale de 25 millions d’habitants. Ces sociétés financières, qui existent depuis 1959, ont été particulièrement utilisées lors de la NEP pour gérer des capitaux en nom collectif pour les Bumiputra. En croissance régulière depuis 1993, elles ont connu une sensible accélération de leur rythme d’activité depuis 2002 : ce qui a triplé leur part dans la capitalisation boursière en douze ans (atteignant 15 % en 2006). Leur succès repose sur un taux d’épargne domestique très élevé, une croissance économique rapide, et un puissant soutien politique et gouvernemental depuis trente ans.

Sources : EPU, Mid-Term review of the 8th Malaysia Plan, 2001-2005, Kuala Lumpur, p. 323-342 ; EPU, Economic Report 2066-2007, Kuala Lumpur, 2006, p. 107-127 ; EPU, 9th Plan Malaysia Plan, 2006-2010, Kuala Lumpur, 2006, p. 178-180 ; Chin Kok Fay et Jomo K.S., « Financial sector rents in Malaysia », Rents, Rent-Seeking and Economic Development. Theory and Evidence in Asia, M.H. Kahn et K.S. Jomo éd., Cambridge, Cambrige University Press, 2000, p. 304-326.

  • 62 H.L. Leong, « A political-economy analysis of the Asian financial crisis », Journal of the Asia Pac (...)

70La libéralisation financière rapide a notamment conduit à des comportements d’emprunt excessif : une forte proportion de ces emprunts a été utilisée pour la spéculation, en particulier immobilière. Cependant, la régulation bancaire malaisienne est plus élevée que celle de ses voisins, ce qui permet au pays de rester moins exposé aux dettes en devises que le reste de la région pendant quelques années : l’autorisation d’ouvrir des comptes en devises n’est accordée qu’en 1994. En 1995, l’encours en devise des banques malaisiennes représente 6,5 % des encours totaux, alors qu’en Thaïlande ce taux est de 24,3 % ; en Indonésie, de 9,6 %, et de 10 % en Corée62. Mais par la suite les grandes entreprises publiques malaisiennes ont aussi pris part à ce phénomène d’endettement extérieur du privé : entre 1995 et 1997, les encours en devises étrangères ont triplé en Malaisie.

  • 63 K.S. Jomo, « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development, (...)

71L’essor des flux de capitaux ne s’est pas traduit dans la même mesure par l’augmentation de l’investissement productif en Malaisie. En effet, moins d’un quart des crédits sont destinés au secteur productif industriel ou agro-industriel (industrie manufacturière, agriculture, mines), mais le pourcentage est encore plus faible concernant ces fonds étrangers. Il n’y a ainsi aucune preuve que l’explosion des marchés financiers ait contribué à fournir des fonds pour des investissements productifs. C’est plutôt l’inverse qui est vrai : la déconnexion de la finance est à l’œuvre63.

72Par ailleurs, à la différence d’autres pays voisins, la Malaisie a adopté une régulation prudentielle du crédit bancaire pour réduire le risque systémique d’un excès de liquidités que favoriseraient les afflux massifs de capitaux dus aux taux d’intérêt plus élevés, à l’anticipation d’appréciation du ringgit et au marché boursier en ébullition. Celle-ci a, semble-t-il, agi contre les créances douteuses, dont le montant, en 1996, était plus réduit dans le cas malaisien (4 % des crédits domestiques) qu’en Corée (7 %) ou en Indonésie et en Thaïlande (9 %).

Réponse politique à la crise : les contrôles des mouvements de capitaux (septembre 1998)

  • 64 Entre incrédulité, déni, et imprécations, les réactions politiques malaisiennes à l’été 1997 n’ont (...)
  • 65 J. Stiglitz souligne même à ce propos que les éléments qu’on retient contre les économies malaisien (...)
  • 66 Ibid. ; et surtout J. Stiglitz, « Responding to economic crises : policy alternatives for equitable (...)
  • 67 K.S. Jomo, « Financial liberalization… », 1998, p. 1566-1568.
  • 68 Le gouvernement a créé trois organismes : Danamodal, agence de recapitalisation, un mécanisme volon (...)
  • 69 Pour un bilan détaillé de ces mesures de contrôle des capitaux, voir K.S. Jomo, Malaysia’s Septembe (...)
  • 70 K.S. Jomo, « Financial liberalization… », 1998, p. 1574, met en garde contre toute naïveté sur la r (...)
  • 71 OMC, Malaisie, « Examen des politiques structurelles », 2005, p. 8-9 ; K.S. Jomo, Malaysia’s Septem (...)

73Au moment où survient la crise asiatique, ce sont plutôt la surprise et l’incrédulité qui dominent en raison de la santé apparemment florissante de l’économie malaisienne64 : la chute sévère des monnaies, immédiatement suivie par l’effondrement des marchés boursiers locaux, entraînant aussi de grandes crises bancaires et de très nombreuses faillites, n’était pas attendue65. Les débats théoriques sur la nécessaire reprise en main de la politique macroéconomique par les gouvernements nationaux ont été nombreux, alimentés notamment par les contributions de Stiglitz qui mit rapidement l’accent sur l’urgence de répondre à la question sociale montante (pauvreté, chômage)66. Pour sa part, la Malaisie avait pris dans l’immédiat des mesures destinées à rassurer le marché en augmentant les taux d’intérêt et en assortissant la rigueur monétaire d’une politique d’austérité budgétaire (le budget de 1998 prévoyait l’amputation de 18 % des dépenses budgétaires courantes et la suspension des grands travaux publics), tout en refusant l’aide du FMI67. Ces mesures ont eu pour effet d’approfondir le choc macroéconomique sur la croissance. Cependant, la restructuration du système bancaire s’engageait, et la recapitalisation des dix plus grandes institutions financières était annoncée68. Mais, suite à la deuxième vague de la crise financière au milieu de 1998, alors que la Malaisie s’enfonce dans la crise contrairement aux pays voisins qui retrouvent progressivement le chemin de la croissance, le gouvernement Mahathir a décidé au 1 er septembre 1998 d’imposer diverses mesures de contrôle monétaire et de restriction des sorties de capitaux, mises en application par la Banque centrale : les investissements de portefeuille de court terme ne pourraient être rapatriés pendant un an (mesure qui a été assouplie dès février 1999, les sorties étant simplement taxées)69. Dans le même temps, le ringgit était fortement dévalué dans un système d’ancrage fixe (peg) au dollar pour un rapport 1 dollar = 3,80 RM (contre 2,5 avant la crise), ancrage qui s’est maintenu jusqu’en juillet 2005. Ces mesures ont eu pour but d’isoler l’économie malaisienne des mouvements spéculatifs (qu’ils soient le fait d’acteurs nationaux ou étrangers) et de stabiliser la valeur du ringgit sans toutefois décourager l’investissement direct étranger. Enfin, pour éviter à l’économie tout entière de tomber dans une spirale déflationniste, l’État s’est engagé dans une politique contra-cyclique active de soutien à la demande globale, baissant les taux d’intérêt et alimentant en particulier l’investissement domestique dont la part publique devient majoritaire à partir de 1999. Sursaut nationaliste à rebours de toutes les règles du jeu financier international70, la réaction malaisienne a d’abord été très critiquée par le FMI et les économistes libéraux. Mais le pays a connu une sortie de crise accélérée : la vitesse du rebond à partir du début de 1999 a été remarquable. Jomo attribue la réussite du « package du 1er septembre 1998 » à la conjonction de réserves de change élevées, sa faible exposition à la dette extérieure et à ses bons fondamentaux. Quelques années plus tard, cette reprise en main du contrôle monétaire et des flux de capitaux, assortie d’une politique de relance, est saluée unanimement au vu de son efficacité : la croissance malaisienne est bien repartie, sur des bases financières plus saines, qui se sont à nouveau progressivement déréglementées. Ainsi, en décembre 2005 l’OMC reconnaît à la Malaisie d’avoir correctement assaini son secteur bancaire et ses entreprises financières, le directeur général du FMI, Horst Köhler, ayant admis en 2003 que les contrôles des capitaux avaient porté leurs fruits71.

74Ainsi, la crise asiatique elle-même et la violence de sa forme en Malaisie ont été beaucoup dues aux facteurs extérieurs et aux interdépendances régionales et internationales dans le domaine de la finance et de l’immobilier. Mais la déconnexion des logiques financières et productives en Malaisie, certes alimentée par la mondialisation, est aussi issue d’un phénomène de concentration des crédits et de boom immobilier largement alimenté par les acteurs nationaux. En effet, ces placements ont été favorisés par le comportement des grands groupes et des grandes banques malaisiennes, entreprises publiques le plus souvent, soutenues, voire protégées par le gouvernement.

Reconfiguration contemporaine de la dépendance financière

Après la crise asiatique : évolution de la dépendance aux IDE en Malaisie

75La crise asiatique a-t-elle constitué une rupture dans les flux d’IDE ? À partir de 1991 et jusqu’à 1997, les IDE entrant en Malaisie oscillent entre 4 et 5,1 milliards de dollars US, ce qui représente des chiffres historiquement élevés pour le pays. Suite à la crise, les IDE entrants sont divisés par plus de 2,5 entre 1997 (5,13 milliards de dollars) et 1998 (2,16 milliards de dollars, voir tableau 53, p. 295). Mais en termes de part dans l’investissement total, il n’y a pas de rupture structurelle, car l’investissement domestique chute quasi dans les mêmes proportions. L’année 1999 voit revenir les IDE, mais à un niveau inférieur aux sommets atteints avant la crise.

Graphique 40. Évolution des investissements directs étrangers, 1970-2008

Graphique 40. Évolution des investissements directs étrangers, 1970-2008

Source : CNUCED, World Investment Report, 2010.

76Intervenu en 2001, le second effondrement des entrées d’IDE est beaucoup plus vertigineux, avec des montants qui sont brusquement divisés par six. Ce plongeon accompagne en l’amplifiant le mouvement de recul mondial de l’investissement direct étranger dans une conjoncture économique (éclatement de la bulle internet) et politique (11 Septembre) très difficile. La remontée du pourcentage des IDE dans l’investissement total, constatée après 2001, doit être mise en relation avec la baisse des taux d’investissement survenue brutalement à partir de 1997 (taux non restaurés aujourd’hui) et la stagnation du volume total de l’investissement domestique malgré l’effort considérable du secteur public. Le niveau historique de 1997 est rattrapé en 2006 puis fortement dépassé en 2007 et 2008 (8,4 milliards de dollars), avant que la crise mondiale ne réduise à nouveau les montants. La crise asiatique est donc estompée au bout de dix ans. Notons que le point culminant des IDE, du moins en poids relatif dans l’investissement domestique, avait été atteint au début de la décennie 1990, lorsqu’ils représentaient près d’un quart de l’investissement malaisien (1991 et 1992). La crise asiatique est intervenue bien après le pic de ces financements directs, elle n’apparaît donc pas comme une rupture décisive dans le financement du capitalisme malaisien par l’étranger.

77Le repli des investissements étrangers en 1998-1999 apparaît en réaction à la crise asiatique, et s’il frappe l’ensemble de la région, ce n’est pas pour autant une tendance à l’échelle mondiale. À l’inverse, la forte reprise des IDE en Malaisie après 2003 appartient à un mouvement général de remontée des IDE pour l’ensemble des pays en développement. Autre élément du schéma d’ensemble, le poids de la Chine dans les destinataires d’IDE s’est affirmé au cours de cette période. La Chine recueille en effet 53 milliards de dollars d’IDE sur les 63 destinés à la zone Asie-Pacifique en 2005 : écrasante à l’échelle régionale, cette destination n’est pas exclusive des autres, qui sont présentes de manière plus ancienne dans l’organisation de la chaîne de production internationale.

78Enfin, comparée à l’ensemble des pays en développement, dont la tendance est marquée par une progression rapide et continue des IDE en part du PIB de 1990 à 2000, puis par une décroissance nette et progressive à partir de 2001, la situation malaisienne semble moins singulière en 2010 qu’elle ne l’était au début des années 1990.

Tableau 53. Investissements directs étrangers, en comparaison régionale, 1997-2005

Tableau 53. Investissements directs étrangers, en comparaison régionale, 1997-2005

Sources : FMI, Global Development Finance, 2006 et 2007 ; CNUCED, World Investment Report, 2006 (pour Singapour).

  • 72 Le stock d’IDE entrant en Asie du Sud-Est par exemple s’est clairement maintenu, du fait de l’impor (...)

79En effet, même si la Malaisie reste davantage liée aux IDE que la moyenne des pays en développement, sa dépendance vis-à-vis d’eux semble s’être structurellement réduite, notamment en comparaison régionale : si l’on s’en tient à leur poids relatif dans l’économie nationale, les IDE représentent moins de 4 % du PIB malaisien, et restent en deçà d’un cinquième de l’investissement domestique au cours des années 200072.

Continuité de la domination étrangère sur le capital des industries stratégiques

  • 73 Voir El Mouhoud, Mondialisation et délocalisation des entreprises, 2006, p. 16-20 ; C.-A. Michalet,(...)

80Les IDE ne donnent qu’imparfaitement l’idée de l’implication des intérêts étrangers dans le capital productif du pays73. En effet, lorsqu’on étudie plutôt la capitalisation des entreprises du pays, une autre réalité de l’implication étrangère dans le tissu économique malaisien se fait jour, à l’opposé du constat d’une perte d’influence.

  • 74 Bien que leur participation absolue ait toujours augmenté, du fait de l’accroissement très importan (...)

81Alors qu’ils étaient omniprésents en 1970 dans le capital des sociétés malaisiennes (dont ils détenaient les deux tiers), les étrangers ont vu leur part diminuer au fil du temps74, au profit des Malaisiens. Les premiers bénéficiaires de cette restructuration ont d’abord été les Malais, par l’intermédiaire des Trust Agencies dans une premier temps, puis à titre individuel à partir du mouvement de privatisation. Ensuite, lorsque les conditions d’investissement et d’acquisition d’entreprises s’assouplissent pour les Chinois après 1986, ces derniers ont pu aussi tirer parti de la redistribution de la propriété du capital. Mais la période d’euphorie des marchés en direction de l’Asie, au début des années 1990, facilitée par la récente dérégulation des places financières asiatiques, y compris celle de Malaisie, explique que les années 1990-1995 voient remonter la part du capital des sociétés par actions détenues par les étrangers. Celle-ci s’élève à 36 % en 1995, et à près de 40 % en 2000.

Tableau 54. Actifs des sociétés par actions malaisiennes, par catégories de détenteurs

Tableau 54. Actifs des sociétés par actions malaisiennes, par catégories de détenteurs

a Y compris les Nominee companies (sociétés prête-noms).
b Y compris les actifs gérés par les fonds musulmans.
Source : Phang Hooi Eng, « The economic role of the Chinese… », 2000, p. 116 ; EPU, Mid-term Review of the 8th Malaysia Plan 2001-2005, p. 65.

82Cette part élevée du capital des entreprises nationales détenues par des actionnaires étrangers dans le cas de la Malaisie est moins le fait d’un redéploiement des fonds prêtables à l’échelle mondiale porté par la globalisation financière, que le reflet, sans doute singulier, de l’histoire longue d’une profonde dépendance financière. Le capitalisme malaisien datant de la période coloniale, il demeure dominé à près de 70 % à l’époque de l’indépendance par les capitaux étrangers. Comme la période postcoloniale ne modifie pas réellement cette donne, le moment de rupture viendra de la NEP. Le nationalisme de cette nouvelle politique économique cache surtout la revanche des intérêts politiques malais. Celle-ci, à travers une industrialisation portée par l’État au nom des intérêts collectifs bumiputra, va aboutir à la réduction, au cours des années 1970-1980, de l’emprise étrangère dans le sillage d’un crony capitalism dominé par le patronage politique que n’interrompra pas le contexte de libéralisation financière.

83Vues sous l’angle des secteurs industriels, la permanence et l’ampleur de la domination étrangère apparaissent beaucoup plus nettement : quelle que soit l’orientation politique prise en matière commerciale depuis l’indépendance, ce sont les intérêts étrangers qui sont majoritaires dans les secteurs stratégiques en Malaisie. En effet, l’étude de l’implication étrangère dans le capital des entreprises malaisiennes de 1968 à 1990 permet de mettre en évidence le changement d’orientation suivie à la fin des années 1960 en révélant que le positionnement de ces capitaux étrangers est toujours pertinent en termes de rentabilité et de perspectives d’avenir. Ne possédant apparemment plus que 42 % du total de l’industrie manufacturière en 1990, là où elle en détenait 60 % en 1968, la participation étrangère au secteur de l’électronique atteint en revanche 90 %, de même qu’elle s’établissait à 93 % du secteur des boissons et tabac ou 80 % du secteur pétrolier à la fin de la première phase d’industrialisation par substitution d’importations.

84Ainsi, les capitaux étrangers accumulés en Malaisie portent systématiquement sur les secteurs vraiment stratégiques pour le développement du pays, et ce, quelle que soit la stratégie d’industrialisation retenue par le gouvernement malaisien au cours de sa récente histoire.

Tableau 55. Parts étrangères du capital des entreprises, industrie manufacturière, Malaisie, 1968-1990

Tableau 55. Parts étrangères du capital des entreprises, industrie manufacturière, Malaisie, 1968-1990

Source : MIDA, données exploitées par R. Rasiah, « State intervention…», 1996, p. 155.

  • 75 OMC, Examen des politiques commerciales. Rapport du secrétariat, Malaisie, décembre 2005, p. 16.

85Les données de 2002 indiquent en effet que la participation étrangère au capital malaisien est d’ailleurs redevenue majoritaire dans le secteur de l’industrie manufacturière, soit le secteur qui fournit plus de 80 % des exportations du pays. Les principaux investisseurs étrangers en Malaisie sont actuellement les États-Unis (4,2 milliards de dollars US), l’Allemagne (2,5 milliards), le Japon (2,2 milliards), Singapour (1,7 milliard) et le Royaume-Uni (1,3 milliard). Ils représentent 70 % des IDE entrant en Malaisie entre 2000 et 200375.

86Ainsi se dessine une singulière continuité dans la domination étrangère des industries stratégiques, caractéristique qui renvoie à la dimension politique ambivalente de l’implication étrangère dans le financement des entreprises.

87Le gouvernement peut donc poursuivre sa rhétorique nationaliste et démontrer que par rapport à l’avant-NEP, le capital de l’économie nationale est progressivement revenu entre les mains des Malaisiens puisque les étrangers n’en détiennent plus que 40 % environ (contre 60 % en 1971). D’autre part, la restructuration annoncée de l’économie a clairement eu lieu puisque la part des Bumiputra atteint 19 % du capital des sociétés malaisiennes : ce chiffre est certes encore éloigné de l’objectif des « 30 % en 1990 », inscrit dans le Fourth Malaysia Plan de 1971, mais incomparablement plus élevé que les 4 % qu’on recensait à cette époque. Toutefois la réduction de la part relative des intérêts étrangers a permis que celle des résidents chinois ne diminue pas : détenant déjà 34 % du capital en 1971, ils en possèdent 41 % en 2002.

Tableau 56. Propriété du capital malaisien a, par groupes ethniques et par secteurs, 2002

Tableau 56. Propriété du capital malaisien a, par groupes ethniques et par secteurs, 2002

a Capital des sociétés par actions malaisiennes.
b Y compris les Nominee Companies.
Source : EPU, Mid-term Review of the Eight Malaysia Plan 2001-2005, p 67.

88Cependant l’examen attentif de la nature des capitaux détenus démontre que les secteurs industriels restent dominés par des intérêts étrangers. Or l’on sait que cette domination est la plus forte dans les secteurs tout à fait stratégiques comme l’électronique, mais aussi les machines-outils, le caoutchouc ou, dans une moindre mesure, le pétrole, ainsi que les secteurs traditionnellement compétitifs de la Malaisie comme le cuir, le textile et l’habillement. Ces éléments renouvellent la perception de la dépendance réelle de la Malaisie dont le développement dans la mondialisation reste largement suspendu aux mouvements de capitaux, technologies et usines étrangères.

Conclusion : le développement au prix de la dépendance

89Très fortement insérée dans la mondialisation à travers son histoire coloniale puis par des choix politiques successifs, la Malaisie tire sans conteste un grand parti en termes d’industrialisation et de croissance de cette ouverture. Son insertion réussie est le résultat de choix d’investissement et de localisation productive de très nombreuses multinationales. Ce succès se double d’une dépendance très élevée vis-à-vis de l’étranger, selon plusieurs dimensions : financière, commerciale, productive et technologique. Et cette dépendance, envers de l’interdépendance liée à l’ouverture, est potentiellement source de vulnérabilité pour l’économie nationale. En effet, les fragilités de ce modèle ont concrètement révélé une partie de leurs implications à trois reprises depuis la fin des années 1990 : lors de la crise asiatique de 1997-1998, puis durant la récession liée à l’électronique en 2001, et plus récemment dans la récession mondiale à partir de 2008. Mais la régulation politique très présente et l’implication de l’État malaisien dans la conduite des affaires économiques semblent contenir en trompe-l’œil une dépendance du tissu économique malaisien plus profonde encore que la vulnérabilité aux débouchés extérieurs ou aux marchés financiers. Car dans les pans les plus compétitifs et les plus cruciaux en termes de croissance, la dépendance du tissu industriel malaisien vis-à-vis de l’étranger semble faire la preuve d’une extraordinaire pérennité, celle-ci s’étant maintenue au-delà des transformations économiques qui ont été à l’œuvre au fil de quatre décennies.

  • 76 OIT, Tripartite Declaration of Principles concerning Multinational Enterprises and Social Policy (M (...)

90Depuis trente ans, le gouvernement malaisien tente donc de ne pas perdre l’avantage exceptionnel lié à la présence massive des multinationales sur son territoire. Car la pérennité de son développement en dépend. L’avantage salarial s’est amenuisé, alors que c’était l’argument initial des délocalisations des firmes multinationales d’électronique dans les années 1970 (en particulier à Penang où le taux de chômage était plus élevé que dans le reste du pays) : par rapport à l’Asie du Sud-Est, la main-d’œuvre malaisienne apparaît depuis les années 1990 relativement chère. Selon Govindasamy Rajasekaran, le secrétaire général du congrès des syndicats malaisiens, les salaires en Malaisie valent actuellement trois fois moins qu’à Singapour, et trois fois plus qu’en Indonésie76. Malgré le recours important à une main-d’œuvre immigrée, que seules les multinationales ont le droit d’embaucher, la saturation progressive du marché du travail liée à l’industrialisation croissante se ressent, surtout à Penang ou Singapour. La Malaisie se retrouve ainsi dans le domaine de l’électronique comme Singapour dans les années 1970, c’est-à-dire en position de laisser partir les usines d’assemblage à fort contenu en travail non qualifié devenu moins compétitif, pour privilégier les segments de la production électronique à plus fort contenu technologique. La forte population chinoise de Malaisie, en particulier à Penang, facilite ces transferts d’activité que le personnel d’encadrement local est à même d’accompagner, prenant à son tour le rôle d’expatrié en Chine, notamment.

  • 77 OMC, Examen des politiques commerciales. Rapport du secrétariat, Malaisie, décembre 2005, annexe.
  • 78 Ministry of Finance, The 2007 Budget, 2007, p. 8 et p. 10-16.
  • 79 Voir T. Bunnel, Malaysia, Modernity and the Multimedia Supercorridor, 2006.
  • 80 Un total de 4 807 projets industriels ont été approuvés (dont 663 pour Penang) en 2005, associés à (...)

91Depuis les lois encadrant l’investissement étranger de 1975 et de 1986, le gouvernement offre toujours aux entreprises étrangères diverses incitations, notamment le statut d’entreprise pionnière et des abattements d’impôt liés à l’investissement. Mais depuis 2003, les entreprises étrangères peuvent à nouveau détenir des capitaux à 100 % dans des filiales ou joint-ventures, ou dans de nouveaux projets d’investissements. Pour autant, une limite de 70 % du capital a été maintenue pour leur participation à des entreprises malaisiennes, afin de conserver un taux minimal de 30 % de capitaux détenus par les Malais, conformément aux engagements pris sous la NEP77. Et de nouveaux avantages fiscaux sont régulièrement votés pour englober les nouvelles technologies et les nouveaux secteurs78. En 2006, la politique de soutien aux entreprises étrangères localisées dans les clusters industriels (et tout particulièrement à Penang, le cluster de l’électronique, ou encore au sein du Multimedia Supercorridor79 et dans le domaine des nano-et biotechnologies) s’efforce de suivre au plus près les changements des besoins des entreprises multinationales, notamment dans le domaine des services aux entreprises et sur le plan de l’accès aux technologies de l’information et de la communication, imitant en cela l’orientation prise par Singapour depuis de nombreuses années. Les principaux États bénéficiaires des IDE, mais aussi les premiers en termes d’investissements industriels domestiques, sont le Selangor, Johore et Penang80.

Notes

1 E. Lafaye de Micheaux et P. Ould-Ahmed, « Les contours d’un projet institutionnaliste en économie du développement », dans E. Lafaye de Micheaux et al. dir., Institutions et développement, 2007, p. 28.

2 D. Rodrik, Nations et mondialisation, 2008, p. 6.

3 C.-A. Michalet, Qu’est-ce que la mondialisation ? 2002, p. 13-29, montre que ces différentes dimensions ont depuis longtemps coexisté dans l’échange à l’échelle mondiale : c’est leur hiérarchie qui a évolué.

4 La théorie dite de « la dépendance » des années 1970 explique l’asymétrie économique et politique des rapports centre/périphérie, pourtant formellement égaux depuis les indépendances, par une théorie générale de l’exploitation (au sens marxien) résultant en des termes de l’échange inégaux. Les pays du Sud se retrouvent dépendants des capitaux et des débouchés du centre. Cette dépendance, entretenue par ce dernier et conjuguée à l’échange inégal, entrave leur développement notamment par le maintien dans une spécialisation primaire. Pour une réévaluation récente : S. Bessis et D. Hochraich, « Les termes de l’échange à l’ère de la mondialisation : la fin de la tendance de long terme à la détérioration ? », Cahiers du GEMDEV, 2007.

5 Ce rapport supérieur au PIB s’explique par la masse des intrants qu’il est nécessaire d’importer pour réaliser (parfois par simple opération d’assemblage) la production nationale, dont une partie considérable sera à son tour destinée à l’exportation.

6 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 68.

7 Lim Chong Yah fait ainsi la démonstration (graphique) du lien entre instabilité de la croissance et instabilité des exportations sur la période 1947-1960 dans Economic Development of Modern Malaysia, 1967, p. 12-13.

8 Lim Chong Yah (ibid., p. 11) a souligné la différence de profil entre la dynamique malaisienne et celle, extrêmement régulière en comparaison, de la progression du PIB britannique (le taux de croissance annuel du PIB étant compris entre – 1 et + 4 % sur la même période).

9 Ainsi, en 1925, le cours était à 1,14 dollar, il chute à 34,6 ; 19,1 ; 9,8 et 7 cents entre 1929 et 1932. En 1950, le caoutchouc se vend à 1,08 dollar ; en 1951, à 1,69 dollar ; en 1952 à 0,96 dollar ; en 1953 à 0,67 dollar. Une série plus complète des cours du caoutchouc (1918-1983) peut être consultée dans K. S. Jomo, A question of Class, 1986, p. 181-182.

10 Selon D. Lim, « Export instability and economic development in West Malaysia, 1947-1968 », Malayan Economic Review, 1977.

11 R. Rasiah, « State intervention, rents and Malaysian industrialization », Capital, the State and Late Industrialization, J. Borrego et al. éd., 1996, p. 156-157. Cette protection du marché domestique a connu un second souffle au début des années 1980 sous le slogan du Malaysia Incorporated.

12 Le site internet de la Banque mondiale propose d’innombrables analyses économétriques reliant niveau de développement et degré d’ouverture pour étayer ces affirmations, ainsi que les sites du FMI et de l’OMC.

13 PNUD, Malaysia. International Trade, Growth, Poverty Reduction and Human Development, 2006, citant l’étude de la Banque mondiale, « Globalization, growth and poverty, building an integrated world », World Bank Policy Report, 2002.

14 A posteriori, les travaux récents offrent plutôt des conclusions mitigées : voir I. Bensidoun, A. Chevallier et G. Gaulier, « Repenser l’ouverture des pays du Sud », La lettre du CEPII, n° 205, octobre 2001 ; A.L. Winters et al., « Trade liberalization and poverty », Journal of Economic Literature, 2004 ; R. Rodriguez et R. Rodrik, « Trade policy and economic growth, a skeptic’s guide to the cross national evidence », NBER Working Paper, 1999 ; X. Sala-i-Martin et al., « Determinants of long term growth », American Economic Review, 2004, p. 813-836.

15 Selon la thèse de l’historien de l’économie P. Bairoch qui, en conclusion d’Economies and World History. Myths and Paradoxes, 1993, affirme qu’il n’y a pas de lois économiques, en particulier en ce qui concerne le commerce international.

16 K.S. Jomo et C.Edwards, « Malaysian industrialization in historical perspective », dans K.S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 14-39.

17 Ibid., p. 25-28 ; R. Rasiah, « Free trade zones and industrial development in Malaysia », ibid., p. 118-146.

18 Avec 87,5 % de ses exportations d’origine industrielle en 1995, la Malaisie occupe en fait une position quasi banale en Asie du Sud-Est (Singapour : 97 % ; Thaïlande : 86 % ; Philippines : 92,2 %). Avec 62,5 %, l’Indonésie se distingue par une position davantage liée à ses exportations de matières premières (ONU, 1996).

19 Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007, p. 38-39.

20 Comme en témoignent le 9e Plan malaisien (2006-2010) et l’Economic Report 2006-2007.

21 World Bank, Economic Monitor Malaysia, novembre 2009 ; FMI, World Economic Outlook, octobre 2009, p. 71-75 ; BAD, Asian Development Outlook, octobre 2009.

22 Le rythme de la croissance du secteur électronique et électrique se maintient pendant vingt ans : quintuplant de volume entre 1969 et 1981. Entre 1981 et 1989, la production quadruple encore de volume en dépit du ralentissement marqué des années 1985-1986, où la production industrielle perd 6,4 % (PNUD, 1991). Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007, p. 39.

23 De 1951 à 1994, le Japon a investi dans 958 firmes d’électronique dans le monde, dont 596 en Asie, 135 en Malaisie, soit 22,7 % des projets asiatiques et 14,1 % des projets totaux. G. Capannelli, « Technology transfer via Buyer-Supplier relations from Japanese Consumer Electronic Firms », Industrial Technology Development in Malaysia, K.S. Jomo et al. éd., 2000.

24 Des mesures en faveur de la flexibilisation du travail sont prises en réponse à la récession de 1985-1986. G. Standing, « Labour flexibility in the manufacturing sector », Industrialising Malaysia, K.S. Jomo éd., 1993, p. 40.

25 K.S. Jomo et P. Todd, Trade Unions and the State in Peninsular Malaysia, 1994, p. 146-167.

26 A. Bowie, Crossing the Industrial Divide, 1991, p. 143-144.

27 Les anthropologues et sociologues ont ainsi étudié l’articulation entre l’unité domestique et l’entreprise d’électronique en Malaisie : la présence des multinationales pourvoyeuses d’emplois féminisés a joué un rôle important dans l’histoire et la trajectoire sociale des ménages malais de la région de Penang. Voir en particulier A. Ong, « The production of possession : spirits and the multinational corporation in Malaysia », American Ethnologist, 1988.

28 Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007, annexe 8.1.

29 MIDA, 1993, 1996.

30 La recherche et le développement s’effectuent pour la quasi-totalité en dehors du pays destinataire des IDE, mais l’électronique est le secteur où cet accompagnement des IDE par des fonctions de recherche est néanmoins le plus répandu. La Chine, Singapour, Taïwan et la Malaisie sont les premiers pays à en avoir bénéficié selon la CNUCED, « Les multinationales et l’internationalisation de la R & D », World Investment Report Overview, New York, 2005, 50 pages.

31 Cette dépendance constitue le leitmotiv des analyses d’économie industrielle en Malaisie : K.S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993 ; K.S. Jomo et al. éd., Industrial Technology Development in Malaysia, 2000.

32 Goh Pek Chen, « The dilemma of high tech industry… », 2000, p. 145-146.

33 Voir K.S. Jomo et al. éd., Industrial Technology Development in Malaysia, 2000 ; E. Lafaye de Micheaux, Éducation et croissance en Malaisie, étude d’un lien fragile, 2000.

34 CNUCED, Trade and Development, New York, Nations unies, 1993.

35 Selon cette analogie qui emprunte au modèle d’Akamatsu (1935), le développement économique du Japon s’est effectué à partir de l’essor successif de plusieurs secteurs, fondés sur l’investissement national, l’acquisition et la maîtrise de nouvelles technologies, et par l’accès aux marchés extérieurs après avoir atteint les limites de la demande nationale. K. Kojima, Trade, Invesment and Pacific Economic Integration, 1996 ; Direct Foreign Investment. A Japanese Model of Multinational Business Operations, 1979.

36 M. Hart-Landsberg et P. Burkett, « Contradictions of capitalist industrialization in East Asia : a critique of “Flying Geese” theories of development », Economic Geography, vol. 74, n° 2, 1998, p. 87-110.

37 S. Storm et C. W. M. Naasterpad, « Strategic factors in economic development : East Asian industrialization 1950-2003 », Development and Change, vol. 36, n° 6, 2005, p. 1059-1094.

38 D. Smith et D.R. White, « Structure and dynamics of the global economy : network analysis of international trade 1965-1980 », Social Forces, vol. 70, n° 4, 1992, p. 857-893.

39 S. Berger, Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, 2003, p. 25-28.

40 N. J. White, British Business in Post-Colonial Malaysia, 1957-1970. Neo-Colonialism or Disengagement ? 2004, p. 3.

41 Ibid., p. 7.

42 Sur une valeur totale exportée de 1 486 millions de RM en 1953, les compagnies européennes auraient exporté 958 millions dont 351 d’étain (soit la totalité des exportations) ; 29 de coco (soit la moitié du total) ; 37 d’étain (la totalité) ; 21 de minerai de fer (la totalité). Le plus gros volume des exportations est constitué de caoutchouc (898 millions de RM), dont les compagnies européennes ont exporté 520 millions. Données de la BIRD (1955), citées par J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 69.

43 N. J. White, British Business in Post-Colonial Malaysia, 2004, p. 4.

44 Kohr Kok Peng, The Malaysian Economy. Structures and Dependence, 1983 ; Lim Mah Hui, Ownership and Control of the Hundred Largest Corporations in Malaysia, 1981 ; Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, 1983.

45 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004 ; K. S. Jomo, A Question of Class, 1986.

46 C’est du moins l’hypothèse de N. J. White qui conteste vigoureusement l’idée d’une « domination impérialiste » sans partage, ou celle du « caractère colonial » du développement malaisien au lendemain de 1957. Il montre d’ailleurs que le rapprochement ambigu entre les milieux d’affaires et le monde politique, caractéristique de la période contemporaine et de son crony capitalism est déjà à l’œuvre à la fin des années 1950 au cours de ces années post-indépendance : le contexte politique contraint les expatriés aux compromis avec le jeune pouvoir malais. N. J. White, British Business in Post-Colonial Malaysia, 2004, « Introduction : dependence, interdependence and disengagement in the Malaysian context », p. 1-23.

47 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 120-121.

48 Selon la BIRD, 1955. Cette analyse fut confirmée par Wheelwright qui a montré que les 156 premières entreprises industrielles du pays en 1959 réalisaient la moitié du chiffre d’affaires et employaient le tiers des salariés du secteur. E. L. Wheelwright, Industrialisation in Malaya, 1963.

49 Seules 97 entreprises industrielles emploient plus de 200 salariés, faisant 35 % du chiffre d’affaires et 38 % de la valeur ajoutée du secteur (EPU, First Malaysia Plan, 1965).

50 Khor Kok Peng (1979), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, note p. 241.

51 Cette stratégie était celle développée théoriquement par les économistes structuralistes : A. Lewis, 1955, et G. Myrdal, 1957. Sur l’expérience sud-coréenne, voir A. H. Amsden, 1992. Sur l’application de cette stratégie en Malaisie, voir R. Alavi, Industrialisation in Malaysia. Import Substitution and Infant Industry Performance, 1996.

52 I. Nazari, Transnational Corporations and Economic Development. A Study of the Malaysian Electronics Industry, Kuala lumpur, University of Malaya Press, 1995.

53 Pour une mise en perspective comparative de l’extraversion malaisienne, voir aussi S. Treillet, « La mondialisation renforce-t-elle les écarts entre croissance et développement ? », Cahiers du GEMDEV, 2007, p. 138 et 145.

54 E.T Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 292.

55 Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents in Malaysia », Rents, Rent Seeking and Economic Development, M. H. Kahn et K. S. Jomo éd., 2000.

56 Ibid., p. 312-313.

57 OMC, Examen des politiques commerciales, Malaisie, 2006, section 1 « Environnement économique », p. 8.

58 Bank Negara, Survey of Private Investment in Malaysia, 1991, cité par Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents… », 2000, p. 317.

59 Avec 38 % des crédits, le foncier et l’immobilier représentent plus du double de ce qui est consacré à l’industrie manufacturière (17 %) et presque le triple du commerce (14 %) en 1988 (ibid., p. 316).

60 Pour une rapide comparaison des changements institutionnels, voir P. Dua et I.R. Aneesa, « Foreign capital inflows : the experience of emerging markets in Asia », Journal of Asian Business, 1996, p. 40.

61 Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents… », 2000, p. 319.

62 H.L. Leong, « A political-economy analysis of the Asian financial crisis », Journal of the Asia Pacific Economy, 1998, p. 305.

63 K.S. Jomo, « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development, 1998, p. 1568.

64 Entre incrédulité, déni, et imprécations, les réactions politiques malaisiennes à l’été 1997 n’ont fait qu’aggraver la perception négative des marchés, et auraient retardé la prise des bonnes décisions, selon K.S. Jomo, « Financial liberalization… », 1998, p. 1568-1570.

65 J. Stiglitz souligne même à ce propos que les éléments qu’on retient contre les économies malaisiennes sont alors largement ceux qui expliquaient leur succès ; voir J. Stiglitz, « Sound finance and sustainable development in Asia », Asia Development Forum, 1998, p. 1.

66 Ibid. ; et surtout J. Stiglitz, « Responding to economic crises : policy alternatives for equitable recovery and development », The Manchester School, 1999. Pour une description des problèmes sociaux aigus engendrés notamment en Thaïlande, Indonésie et Corée du Sud, un rapport du BIT dans la région fait le point sur la situation, démontrant que les femmes et les immigrants sont les premières victimes de la crise, « en l’absence d’un véritable filet de sécurité sociale » : Organisation internationale du travail (OIT), « The social impact of the Asian financial crisis », Technical Report, 1998.

67 K.S. Jomo, « Financial liberalization… », 1998, p. 1566-1568.

68 Le gouvernement a créé trois organismes : Danamodal, agence de recapitalisation, un mécanisme volontaire de restructuration des dettes des entreprises ; Danaharta, un établissement de gestion des actifs aidant les banques à liquider leurs actifs dévalorisés (en rachetant notamment 33,4 milliards de RM de créances douteuses en juin 1999) ; et Corporate Debt Restructuring Comittee. Ces organismes ont cessé leurs activités, respectivement en 2004, 2002 et 2005.

69 Pour un bilan détaillé de ces mesures de contrôle des capitaux, voir K.S. Jomo, Malaysia’s September 1998 Controls, 2005.

70 K.S. Jomo, « Financial liberalization… », 1998, p. 1574, met en garde contre toute naïveté sur la réaction de Mahathir (dont le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Anwar Ibrahim, qui s’y opposait, a été brutalement écarté du pouvoir le 2 septembre 1998) : Mahathir et son gouvernement avaient orchestré et favorisé la libéralisation dans leur propre intérêt depuis le début de la décennie. Un comportement spéculatif agressif caractérisait d’ailleurs les opérations de la Banque centrale (Bank Negara) dans les années 1980 jusqu’à lui faire subir une perte de 10 milliards de RM en 1992.

71 OMC, Malaisie, « Examen des politiques structurelles », 2005, p. 8-9 ; K.S. Jomo, Malaysia’s September 1998 Controls, 2005, p. 1.

72 Le stock d’IDE entrant en Asie du Sud-Est par exemple s’est clairement maintenu, du fait de l’importance régionale de Singapour qui reste structurellement très dépendant des IDE : 45,4 % de la FBCF en 2000 ; 46,5 % en 2003 ; 79 % en 2005 (le stock d’IDE dans le PIB atteint alors 158 %). CNUCED, 2006 (http://unctad.org/wir).

73 Voir El Mouhoud, Mondialisation et délocalisation des entreprises, 2006, p. 16-20 ; C.-A. Michalet, Mondialisation, la grande rupture, 2007, p 34 ; F. Boudier, « Production mondialisée : du besoin d’un nouveau triptyque “concept, mesure, théorie” », Cahiers du GEMDEV, 2007, p. 110.

74 Bien que leur participation absolue ait toujours augmenté, du fait de l’accroissement très important du volume du capital social malaisien qui a eu lieu au cours de cette période : en millions de RM, les parts sociales détenues par les résidents étrangers se montent à 3 380 en 1970 ; 14 000 en 1980 ; 25 880 en 1985 ; 31 000 en 1988 ; 36 700 en 1990 ; 65 000 en 1995. Phan Hooi Eng, « The economic role of the Chinese in Malaysia », The Chinese in Malaysia, Lee Kam Hing et Tan Chee-Beng éd., 2000, p. 116.

75 OMC, Examen des politiques commerciales. Rapport du secrétariat, Malaisie, décembre 2005, p. 16.

76 OIT, Tripartite Declaration of Principles concerning Multinational Enterprises and Social Policy (MNE Declaration), 2002.

77 OMC, Examen des politiques commerciales. Rapport du secrétariat, Malaisie, décembre 2005, annexe.

78 Ministry of Finance, The 2007 Budget, 2007, p. 8 et p. 10-16.

79 Voir T. Bunnel, Malaysia, Modernity and the Multimedia Supercorridor, 2006.

80 Un total de 4 807 projets industriels ont été approuvés (dont 663 pour Penang) en 2005, associés à un investissement annoncé de 132,4 milliards RM. L’État de Penang devrait bénéficier de 15 milliards de RM (4,3 billions de dollars US, soit 11 % du total des projets), avec un potentiel de 70 000 emplois (16 % du total des emplois potentiels). EPU, Ninth Malaysia Plan 2006-2010, p. 17-18.

Notes de fin

I Jusqu’à la fin des années 1980, l’essentiel des titres de Malaisie s’échangeait à la Bourse de Singapour : les entreprises cotées à Singapour sont sorties de ses listes en 1990.

II En 2003, 889 sociétés étaient cotées sur le KLSE, dont 82 % sont « approuvées par la charia », pour une capitalisation de 572,3 milliards de RM, soit 137 % du PIB.

Table des illustrations

Titre Graphique 33. Exportations totales, 1965-2008
Légende Source : CNUCED, Données du commerce en ligne, 2010.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 46. Variabilité des exportations (en volume, 1920 : base 100), 1912-1952
Légende Source : G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise in Indonesia and Malaysia, 1962, p. 293.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 34. Taux d’ouverture de la Malaisie, 1960-2005
Légende Source : World Bank, World Developement Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 47. Évolution en structure des exportations de l’industrie manufacturière, 1970-2005
Légende Les découpages par secteurs ont légèrement varié au cours des années. Sources : Malaysia, Economic Report, cité par K.S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 16 ; Bank Negara, Economic Report 2005-2006, table 8.6.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 35. L’électronique dans les exportations manufacturées depuis 1975
Légende Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 8.6, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 48. Structure des exportations, par partenaires commerciaux, 1990-2006
Légende Sources : EPU, Seventh Malaysia Plan 1996-2000, p. 268 ; Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 7.1, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 49. Exportations et PIB en structure, 2006
Légende Source : Ministry of Finance, Economic Report 2006-2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 50. Multinationales du secteur des semi-conducteurs implantées en Malaisie, années 1970
Légende Source : Penang Skills Development Centre (PSDC, 1997), cité par Goh Pek Chen, « The dilemma of high tech industry in a developing country : a study of the semiconductor industry in Malaysia », Industrial Technology Development in Malaysia, K.S. Jomo et al. éd., 2000.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 36. Des projets d’investissement industriels porteurs d’emplois à partir de 1988/Reprise à la hausse de l’intensité capitalistique depuis 1993
Légende Source : MIDA.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 51. Trente ans d’IDE vers l’Asie, 1970-2000
Légende Source : United Nations Industrial Development Organization (UNIDO), Foreign Direct Investment and Productivity, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 37. IDE en Malaisie (flux entrants nets), 1970-2005
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 38. Essor des investissements industriels (locaux et étrangers) de 1980 à 1997
Légende Source : MIDA, Bank Negara, table 6.10.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 52. Composition des flux nets de capitaux, Malaisie, 1986-1996
Légende a En moyenne annuelle.b Y compris les investissements de portefeuille.Source : Bank Negara, cité par P. M. Athukorala, « Malaysia », East Asia in Crisis, R. Macleod et R. Garnaut éd., 1999, table 5.1.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 39. Types de financement des projets industriels, 1980-1997
Légende Source : MIDA, Bank Negara, table VI. 10.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 40. Évolution des investissements directs étrangers, 1970-2008
Légende Source : CNUCED, World Investment Report, 2010.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 53. Investissements directs étrangers, en comparaison régionale, 1997-2005
Légende Sources : FMI, Global Development Finance, 2006 et 2007 ; CNUCED, World Investment Report, 2006 (pour Singapour).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 54. Actifs des sociétés par actions malaisiennes, par catégories de détenteurs
Légende a Y compris les Nominee companies (sociétés prête-noms).b Y compris les actifs gérés par les fonds musulmans.Source : Phang Hooi Eng, « The economic role of the Chinese… », 2000, p. 116 ; EPU, Mid-term Review of the 8th Malaysia Plan 2001-2005, p. 65.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 55. Parts étrangères du capital des entreprises, industrie manufacturière, Malaisie, 1968-1990
Légende Source : MIDA, données exploitées par R. Rasiah, « State intervention…», 1996, p. 155.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Tableau 56. Propriété du capital malaisien a, par groupes ethniques et par secteurs, 2002
Légende a Capital des sociétés par actions malaisiennes.b Y compris les Nominee Companies.Source : EPU, Mid-term Review of the Eight Malaysia Plan 2001-2005, p 67.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4923/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540