Version classiqueVersion mobile

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 3. Les voies du développement malaisien : entre souveraineté de l'État et mondialisation

5.

L’encadrement politique de la croissance

Texte intégral

1L’histoire contemporaine de l’économie de Malaisie est très liée au développement de l’État, lui-même issu du lancement de la NEP en 1970. Celle-ci a brusquement marqué la fin de la période de transition postcoloniale et ouvert le chemin de la vive croissance et du développement national. Ce rôle développeur de l’État inscrit la petite économie d’Asie du Sud-Est dans les vifs débats académiques et intellectuels sur le rôle de l’État. Ces controverses auxquels le développement asiatique a donné lieu furent extrêmement riches et passionnées, le pivot en fut le rapport de la Banque mondiale sur le miracle asiatique.

Introduction : le rôle de l’État dans le développement asiatique en débat

  • 1 C. Johnson, MITI and the Japanese Miracle, 1982.

2Les travaux sur le développement asiatique ont en effet reconnu peu à peu la place centrale occupée par l’État, parfois qualifié, à partir de l’expérience japonaise, de Capitalist Developmental State (État développeur1), et ils ont progressivement introduit la notion d’institution dans l’analyse du miracle asiatique. Mais on ne peut parler de consensus théorique et intellectuel sur l’idée de l’État, tant cette question reste idéologique, en particulier à la fin des années 1970-1980 marquées par la guerre froide.

  • 2 Ainsi que le rappelle avec humour A. H. Amsden dans The Rise of the Rest, 2001, p. 20-21. On a déj (...)
  • 3 Sur les évolutions et infléchissements de cette lecture au fil du temps, voir M. Lanzarotti, « Le (...)
  • 4 L. E. Wesphal et L. Kim, « Korea », Development Strategies in Semi-industrial Economies, B. Balass (...)
  • 5 Cité par P. Judet, « Le développement en Asie. L’État et le marché », Cahiers du GEMDEV, 1995, p. (...)

3Alors que c’est le fait de ne pas intervenir dans le domaine économique qui aurait paru très étrange de la part de la puissance publique dans les années 19502, au contraire, dans le contexte du consensus de Washington marqué par la problématique du désendettement de l’État et par les politiques d’ajustement structurel au cours des années 1980, une lecture néolibérale de la croissance asiatique a été de mise3. Cette lecture, influencée surtout par les expériences de Taïwan et de la Corée du Sud, et notamment promue par la Banque mondiale, fait reposer sur deux grands axes le développement économique de l’Asie : la mise en œuvre d’une stratégie de promotion des exportations (EO) et la libéralisation commerciale. Ainsi, Larry E. Wesphal impute le succès asiatique aux mesures de libéralisation économique prises entre 1962 et 19644 : allocation des investissements systématiquement laissée à l’initiative du marché dérégulé, grâce à une réforme des tarifs douaniers et de la fiscalité ; suppression des interventions de l’administration, jugées par nature arbitraires, par l’abrogation des contingentements et monopoles d’importation. Ces réformes seraient la clef des succès coréen et taïwanais, en ayant permis à ces pays de « valoriser leur seul avantage comparatif : les salaires faibles ». De ce fait, « la Corée offre un exemple presque classique d’une économie se conformant à son avantage comparatif en empochant les bénéfices prévus par la théorie économique »5. Milton et Rose Friedman peuvent ainsi écrire en 1980 :

  • 6 M. et R. Friedman, Free to Choose (1980), cité par R. Wade, Governing the Market, 2004, p. 22.

La Malaisie, Singapour, la Corée, Taïwan, Hong Kong et le Japon reposant extensivement sur le marché sont prospères ; par contraste, l’Inde, l’Indonésie et la Chine communiste qui reposent toutes fortement sur la planification centralisée, ont fait l’expérience de la stagnation économique.6

  • 7 Concernant la Corée, on peut citer notamment les recherches de R. Luedde-Neurath, Import Controls (...)
  • 8 Ainsi, R. Rasiah démontre que les politiques industrielles malaisiennes, menées dans une stratégie (...)

4Par la suite, cette interprétation a été totalement contestée par les travaux mettant au jour, dans le détail des mesures administratives prises par les pays concernés, des pratiques protectionnistes très importantes d’une part, et leur sélectivité témoignant d’une vraie politique industrielle d’autre part7. La Malaisie n’entre pas non plus dans ce schéma simplifié8. Ensuite, il a été montré que ces pays pratiquaient aussi une politique d’encadrement du crédit (tout sauf libérale donc) visant à soutenir et renforcer certains secteurs industriels. Ainsi, le développement de tous ces pays sans exception aurait été inconcevable s’il avait été porté par le seul jeu du marché. Au contraire, il a été très influencé par les États et la rationalité du plan.

  • 9 P. Evans, D. Rueschemeyer et T. Skocpol éd., Bringing the State Back In, 1999.
  • 10 A. H. Amsden, « The state and Taiwan’s economic development », ibid., p. 78-106.

5Dans Bringing the State Back In9, le débat sur le rôle central de l’État est relancé sur une base clairement programmatique en sciences sociales comparatives, dépassant cette fois le cadre du développement asiatique. Cependant, la contribution d’Alice H. Amsden en économie politique institutionnaliste, portant sur l’État et le développement taïwanais, en constitue une pièce maîtresse10. Poursuivant une recherche plus ancienne, elle démontre que l’État (dont elle cherche à caractériser la nature) y a institué des réformes politiques complètes et a utilisé pour forger un développement économique nationaliste tout à la fois des entreprises publiques, l’aide internationale et la négociation avec les multinationales. Un parallèle pourrait ici être fait avec le paradoxe malaisien d’une NEP accompagnée d’un discours nationaliste pro-malais et fondée en partie sur l’ouverture aux capitaux étrangers. Amsden montre aussi que la forme de l’État taïwanais a été amenée à changer au fil du temps ; ainsi, la part du capital public dans l’ensemble de la production industrielle est passée de 57 % en 1952, et 46 % en 1962, à 18 % en 1980, ce qui, là encore, pourra trouver des échos en Malaisie contemporaine.

  • 11 P. Judet, « Le développement en Asie… », 1995, p. 25. Voir aussi R. Wade, « Japan, the World Bank (...)
  • 12 J. Kwon, « The East Asia challenge to neoclassical orthodoxy », World Development, 1994.
  • 13 K. S. Jomo, « Rethinking the role of governement in Southeast Asia », Rethinking the East Asian Mi (...)
  • 14 Cette faiblesse conceptuelle et surtout son incohérence, masquées par la force d’imposition des mo (...)
  • 15 A. H. Amsden, « Why isn’t the whole world experimenting with the East Asian model to develop ? Rev (...)

6Le fameux rapport de la Banque mondiale de 1993 sur le « miracle asiatique » semble consacrer enfin la reconnaissance par la science économique du rôle positif de l’État dans le développement asiatique, par plusieurs entrées dans le texte. Ses conclusions trop peu libérales ont d’ailleurs failli en empêcher la publication (qui aurait finalement été due aux fortes pressions japonaises)11. Le rapport de la Banque mondiale s’inscrit prudemment dans le débat sur le rôle de l’État, en le comptant parmi les « ingrédients » de la croissance. Ainsi, la Banque mondiale semble admettre que l’État ait pu avoir un rôle de développeur, mais en réalité, le rapport est largement contradictoire, soutenant à la fois l’affirmation selon laquelle les pays doivent leur développement à une approche en termes de marché d’une part, et à la non-distorsion des prix notamment, et reconnaissant par ailleurs que les gouvernements sont massivement intervenus, par de nombreux canaux de transmission, dans l’activité économique. Décrit comme « une tentative ratée de défendre la position néoclassique à partir du succès asiatique »12, le rapport s’arrête à mi-chemin dans la conversion à l’interventionnisme : ainsi, le rôle favorable de l’encadrement du crédit a été officiellement reconnu comme partie prenante du succès du Japon, de Taïwan et de la Corée du Sud, mais cette pratique reste condamnée dans le cas général. De même, ce rapport promeut davantage l’expérience des pays d’Asie du Sud-Est qui, comme Hong Kong, auraient obtenu leur croissance rapide en l’absence de politique industrielle (Thaïlande) ou après l’avoir abandonnée au milieu des années 1980 (Malaisie et Indonésie)13. Il faut préciser que ce rapport, comme les publications de la Banque mondiale en général, n’a pas vocation à bâtir une nouvelle théorie et, de fait, ne présente strictement aucune innovation théorique14. Il se contente de mettre en œuvre des instruments d’analyse sur les données standardisées (tels les World Development indicators), sans tenir compte des problèmes de cohérence et de comparabilité des données entre pays. Amsden, considérant ce rapport contradictoire et incapable de prouver ses conclusions majeures, y voit la preuve d’une production purement politique et idéologique15.

  • 16 M. Fouquin et P. Bouteiller, Le développement de l’Asie orientale, 1995 ; J.-F. Dufour, Les NPI as (...)
  • 17 Ce à quoi J. Stiglitz oppose le fait qu’au cours des années 1990, dans cette région, l’interventio (...)
  • 18 Ainsi l’intervention de A. Greenspan citée par R. Wade, Governing the Market, 2004, p. xxiii. Voir (...)
  • 19 PNUD, Malaysia. International Trade, Growth, Poverty Reduction and Human Development, Report, 2006

7En France, la plupart des manuels consacrés au développement des NPI asiatiques soulignent que « la main invisible du marché », dans le contexte asiatique, a été incontestablement guidée par celle de l’État, et que, derrière le succès économique de ces pays, il y a des États qui ont « gouverné le marché »16. Mais la question idéologique est cependant loin d’être tranchée au niveau des institutions internationales. Le débat sur le rôle de l’État a connu un autre rebond suite à la crise asiatique, occasion inespérée pour les libéraux de remettre en cause un certain nombre de politiques industrielles et d’expliquer la crise par l’excès d’intervention des États17. La crise aurait illustré les limites du système interventionniste et démodé d’Asie. La critique a porté en particulier sur la fragilité du secteur financier, où les interventions auraient eu pour but la réalisation d’investissements dans une logique de collusion (cronism) de la part des hommes politiques18. Le débat a encore repris récemment au sujet de l’ouverture commerciale : par exemple, le rapport du PNUD de 2006 sur la Malaisie présente la libéralisation commerciale malaisienne comme la clef essentielle de son succès, à partir d’un parti pris théorique clairement néolibéral et d’un soubassement empirique fragile19.

  • 20 N. Kaldor, « The irrelevance of equilibrium economics », Economic Journal, 1972.

8D’un point de vue méthodologique, la reconnaissance du rôle de l’État revient souvent à la simple prise en compte d’un acteur de plus. Certes de poids, ce « nouvel » acteur ne va pas jusqu’à modifier les modèles économiques utilisés, qui reposent sur l’hypothèse de concurrence parfaite et sur le paradigme de l’équilibre qui pourtant devrait alors logiquement être remis en cause20. Introduire l’État n’implique pas alors non plus de réflexion sur la politique en elle-même :

  • 21 R. Frydman, « La théorie générale et Keynes : économie et politique », Cahiers d’économie politiqu (...)

La pensée du politique est le point aveugle de la science économique. La thèse d’une sphère de la marchandise auto-instituée (produite par une nécessité interne) et autorégulée (obéissant à un mécanisme propre) porte pour conséquence l’exclusion du politique. Tout comme se trouvent exclues la morale, les valeurs, une symbolique.21

  • 22 Et en premier lieu ceux de la classe dirigeante au pouvoir en son sein.

9Or dans le cas malaisien, on peut étudier une dynamique politique porteuse d’un processus de transformation de la société qui en retour va influencer, détourner, modifier le cours des choses et donc obliger l’économie à sortir du sentier de croissance équilibrée. Dans ce processus, la vision optimiste d’une conciliation des intérêts contraires ne peut non plus être défendue, et ce d’autant qu’en Malaisie les intérêts qui vont dominer sont manifestement les intérêts malais à travers la prééminence quasi sans partage de l’UMNO22.

  • 23 B. Hibou, « L’illusion du volontarisme de l’État développementaliste », Anatomie politique de la d (...)

10Enfin, ce n’est pas parce que le modèle de l’État développementaliste a fait son chemin dans l’analyse du développement asiatique que le concept ne rencontre pas de sérieuses limites, notamment dans sa tendance à la complaisance avec l’autoritarisme des régimes en exercice, le dirigisme de Taïwan et Singapour, par exemple, trouvant leur justification et sa compensation dans la croissance. Or, « si les Asiatiques ont “fait avec” des régimes autoritaires il n’est pas sûr que cela soit parce qu’ils avaient été conquis par le miracle technocratique de l’État développementaliste »23.

11La Malaisie est sans conteste un archétype de cette tension inscrite dans le cadre d’une modernité technocratique : y compris lorsque l’on demande l’autorisation officielle d’y conduire des recherches, on rencontre cette rhétorique politique de l’autoritarisme (« indispensable à l’ordre de la stabilité ») comme rançon de la croissance économique dont tous profitent.

  • 24 E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy. Politics, Patronage and Profits, 1999.
  • 25 B. Weder, Model, Myth, or Miracle  ?, 1999, p. 111.

12Afin de mettre en évidence les conséquences du changement institutionnel, on étudiera précisément comment s’est incarnée l’implication de l’État dans l’économie, comment s’est traduit le choix politique qui a permis la croissance, quels sont les effets des nouvelles institutions économiques malaisiennes sur le rapport public/privé, sur la structuration industrielle, sur la propriété du capital, sur l’emploi, etc. Il s’agira également d’examiner sous quelles conditions et dans quelle mesure le « capitalisme d’État », créé par la NEP, a pu se transformer en crony capitalism (capitalisme de copinage)24. En effet, à partir de 1986, l’évolution du contexte économique et des rapports de force politiques a conduit au mouvement de privatisations (et, plus tard, au développement d’un secteur islamique), ouvrant la porte à une collusion plus étroite entre les affaires et le milieu politique : on assiste à une concentration des affaires entre quelques mains, à du favoritisme dans l’attribution des marchés publics, à la politisation de l’économie, etc. La Malaisie apparaît à la fin du XXe siècle comme le seul pays, parmi les pays émergents d’Asie, à conjuguer haut niveau de coopération État/entreprises et haut niveau de corruption25.

L’implication de l’État dans l’économie malaisienne, 1970-2006

Le contexte de la politique économique : de la NEP à Wawasan 2020

13De 1970 à nos jours, l’État malaisien a successivement mis en place de nombreuses politiques économiques inscrites dans des doctrines qui ont évolué avec le temps. La rupture la plus marquante est celle qui a présidé à l’adoption de la NEP, engageant l’État malaisien dans une logique puissamment interventionniste.

14En 1970, pour répondre dans l’urgence à des problèmes politiques internes bien plus que dans une logique économique établie de longue date, le gouvernement lance rapidement la NEP. Accompagnée par un nouveau plan quinquennal, le Second Malaysia Plan (1971-1975), et une stratégie de développement sur vingt ans exprimée dans le First Outline Perspective Plan 1971-1990, elle privilégie initialement quatre domaines d’intervention : l’agriculture, la pêche et la forêt ; l’industrie manufacturière, les mines et la construction ; le commerce et l’échange ; l’aménagement du territoire (amélioration de la vie urbaine et rurale) ; l’éducation, avec l’objectif tout à la fois de promouvoir la croissance et de réduire rapidement les inégalités de revenus et la pauvreté qui touchent la moitié de la population. Le tournant dirigiste connu par les autres pays émergents d’Asie s’engage donc ici, avec comme objectif spécifique d’augmenter la part des Malais dans l’emploi et l’accès au capital des entreprises.

15La NEP était censée durer vingt ans (soit quatre plans quinquennaux) : de manière assez artificielle, car il n’y a pas alors véritablement de rupture, elle cesse en 1990 et voit son prolongement assuré par la NDP (1991-2000) qui poursuivra le mouvement de libéralisation engagé après la récession de 1986. La principale innovation de ce nouveau cadre politique de la NDP réside sans doute dans l’abandon de la rhétorique nationaliste pro-malaise, pour se concentrer sur la problématique de la croissance et sur l’horizon du développement du pays dans l’unité nationale.

  • 26 Wawasan 2020, document officiel. Si les arguments ne sont plus spécifiquement pro-malais, la dimen (...)

16La NDP est en effet étroitement liée à la « Vision 2020 », présentée officiellement par Mahathir au meeting inaugural du Malaysian Business Council en février 1991 à Kuala Lumpur : Wawasan 2020 dessine la ligne directrice du développement malaisien au cours des trois décennies à venir. Neuf « défis stratégiques » sont à relever pour arriver au stade de pays pleinement développé (fully developed country) en posant les bases d’une société consensuelle pour 202026 :

  1. Construire la nation malaisienne comme partageant une unité de destin, c’est-à-dire créer la Bangsa Malaysia (communauté malaisienne) dépassant les trois communautés malaise, chinoise, indienne qui structurent pour le moment la société ;
  2. Rendre sûre d’elle-même la nation, du fait de la sécurité qui y règne, de son indépendance face aux autres pays et de l’excellence de son instruction ;
  3. Instaurer la démocratie sur la base du consensus ;
  4. Maintenir le sentiment religieux ;
  5. Affirmer la tolérance et le respect des différentes pratiques culturelles et religieuses ;
  6. Atteindre un véritable développement scientifique pour appartenir et contribuer pleinement au monde technologique et scientifique à venir ;
  7. Développer un système de sécurité sociale fondé sur la famille ;
  8. Réaliser une société économiquement juste ;
  9. Rendre l’économie prospère et compétitive.
  • 27 Wai Pong Wa, « Embedded autonomy in the East Asian miracle : Hong Kong’s banking, textile garment (...)
  • 28 P. Evans, Embedded Autonomy. State and Industrial Transformation, Princeton, Princeton University (...)

17Pour la plupart des économistes, sociologues ou politistes qui se sont penchés sur l’importance du rôle de l’État dans le développement asiatique, à la fin des années 1990 la question n’est plus de savoir s’il fallait ou non que l’État intervienne et s’il faudra à l’avenir plus ou moins d’État. Il y a un reversement paradigmatique : non plus combien d’État, mais de quelle nature27 ? La question est désormais de comprendre par quels mécanismes administratifs, normatifs ou légaux (voire moins légaux) son action a pu s’engager, quelles ont été les formes de cette implication, dans quels secteurs et comment, et quelles en sont les diverses conséquences. Quels sont les rapports de l’État avec la société (et les différentes classes sociales) et comment évoluent-ils au fil du temps ? D’autre part, la question de la forme de l’État est liée à celle de son efficacité bureaucratique et de sa capacité d’expertise. De quelle autonomie bénéficie-t-il pour mettre en œuvre un rôle économique positif ? Une organisation étatique compétente et cohérente ayant maintenu des liens étroits avec la société, et en particulier les milieux industriels et financiers, disposerait d’une compétence légitime liée au tissu économique (embedded autonomy), ce qui aurait notamment permis le développement exceptionnel de l’Asie orientale28.

18Pour répondre à ces questions, il faut revenir sur la montée en charge de l’État dans l’économie malaisienne, puis sur l’infléchissement de politique qui conduisit aux privatisations et à l’assouplissement progressif de l’arsenal discriminatoire de la NEP à partir de 1986-1987. Ces évolutions signaleront un changement dans la forme et la méthode de l’engagement de l’État, plutôt qu’un retrait de celui-ci, notamment avec le développement du partenariat entre le public et le privé, dont on soulignera les effets économiques.

Le développement d’un capitalisme d’État (State Capitalism)

Un poids économique croissant dans le PIB

  • 29 Cité par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors. The Case of Malaysia, 1989, p. 13. (...)
  • 30 D’ailleurs, les Bumiputra non malais, comme les Orang Asli (communautés aborigènes qui comptent pl (...)

19Avant la NEP, il existait quelques entreprises publiques créées dans le but de promouvoir le développement rural, celui de l’éducation et de l’industrie, mais dans une faible mesure, sans rompre avec la tonalité très libérale de la politique économique générale : le budget de l’État était positif, l’inflation proche de zéro, les soldes budgétaires et des comptes courants étaient excédentaires. Un commentateur à l’époque pouvait décrire ainsi la Malaisie comme « une Suisse de l’Asie du Sud-Est, un pays nanti, stable politiquement et relativement conservateur avec une économie de laissez-faire »29. Après les événements de mai 1969, les Malais ont affirmé leur détermination à user du pouvoir politique pour redresser les déséquilibres économiques en faveur des Bumiputra (population indigène) : un État plus interventionniste dans le domaine économique devenait alors le moyen d’atteindre ce but. À noter que l’on emploiera indifféremment ici Malais et Bumiputra pour plusieurs raisons : plus de 80 % des Bumiputra sont des Malais ; ensuite l’essentiel des textes et documents officiels parlent de Malais autour de 1970 (y compris dans le Second Malaysia Plan de 1971) précisément là où d’autres, plus tardifs, mentionnent le terme de Bumiputra ; enfin cette catégorie statistique a été officiellement retenue comme bénéficiaire des mesures de discrimination positive pour des raisons proprement numériques30 : en s’additionnant aux « autres populations indigènes », les Malais parviennent à peser plus lourd dans la population nationale (53 % en 1970), ce qui signifie que les corrections à apporter à la redistribution des revenus proportionnellement à leur poids démographique s’en trouvent réévaluées.

20Le Second Malaysia Plan l’indique clairement :

  • 31 EPU, Second Malaysia Plan, 1971, p. 7.

Le gouvernement participera plus directement à la fondation et au fonctionnement d’un large éventail d’entreprises productives. Ceci sera réalisé à travers des entreprises entièrement publiques et à travers des sociétés de joint-venture avec le secteur privé. Cette participation directe du gouvernement à des entreprises commerciales et industrielles représente une rupture significative avec les pratiques du passé.31

21L’intervention est envisagée à travers plusieurs canaux, dont la création d’entreprises contrôlées et gérées par les Malais. On souhaite promouvoir cette catégorie majoritaire à tous les niveaux de la hiérarchie économique : résorber le chômage, résoudre le sous-emploi agricole, créer un salariat industriel malais, donner accès à des emplois mieux rémunérés et créer, au sein de la communauté malaise, une petite bourgeoisie d’entrepreneurs et de commerçants et une vraie bourgeoisie d’affaires (à la fin des années 1960, les Malais sont très peu présents dans les milieux d’affaires par rapport aux Chinois ou aux Occidentaux).

  • 32 Ibid., p. 8.

De nouvelles activités industrielles vont être établies dans de nouvelles zones de croissance et vont créer une communauté industrielle et commerciale malaise. Des efforts explicites et délibérés seront nécessaires au gouvernement pour permettre à un nombre significatif de Malais, et aux autres populations indigènes, d’acquérir de l’expérience et d’accéder plus largement aux opportunités d’emplois industriels et commerciaux. Le rôle du gouvernement dans ces efforts sera d’inclure la construction de bâtiments industriels et d’investir directement dans des entreprises industrielles et commerciales pour les donner à contrôler et à gérer par des Malais et autres populations indigènes […] et dans un grand nombre d’autres activités couvrant l’assistance financière et commerciale.32

  • 33 R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 14.

22Un expert de l’OCDE, Roger Leeds, a pu interpréter ce tournant interventionniste comme relevant moins d’une option idéologique, d’un parti pris théorique pour l’État au sein du débat État/marché (comme dans le cas général du développement asiatique), que comme une solution pour résoudre un problème politique de redistribution des revenus33. Mais cette analyse méconnaît les dissensions sur l’interprétation des émeutes et les orientations de politique économique à mettre en œuvre au sein des officiels et administrateurs malais : lorsque Leeds souligne que ce choix n’est pas d’abord (primarily) idéologique ni fondé sur un fort sentiment anti-étranger, mais orienté uniquement vers un développement accéléré plus intensif en capital, il ignore les débats internes à l’administration malaise (EPU contre DNU), et minimise les ressorts nationalistes violents qui sont à l’œuvre à cette époque dans le pays.

  • 34 Le 2e Plan prévoyait que l’investissement public, au taux de croissance faible jusque-là (+ 1,9 % (...)

23Résultat d’un rapport de force historique en faveur des Malais, la NEP va en effet offrir à travers la promotion de la croissance la clef d’une satisfaction du plus grand nombre d’intérêts. Sa manifestation la plus spectaculaire est l’augmentation du poids de l’État dans l’économie qui, à travers sa consommation croissante et un extraordinaire effort d’investissement (dont on a déjà vu la traduction macroéconomique dans le chapitre précédent), a notamment financé la création d’un très grand nombre d’entreprises publiques34.

24De leur côté, les dépenses publiques de consommation finale (DPCF) vont aussi évoluer très rapidement à partir du lancement de la NEP.

Tableau 41. Dépenses publiques de consommation finale en 1960 et de 1970 à 1987

Tableau 41. Dépenses publiques de consommation finale en 1960 et de 1970 à 1987

Graphique 26. Dépenses publiques de consommation finale, 1960-1987

Graphique 26. Dépenses publiques de consommation finale, 1960-1987

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

25Résultant de cette implication croissante, les dépenses du gouvernement, qui représentaient 24 % du PIB dans la dernière période des années 1960, atteignent 29 % dans la première phase de la NEP, puis 31 % sous le 3e Plan, et sont allées jusqu’à peser 48 % du PIB en 1981, avant de redescendre autour de 35-38 % vers 1986.

Graphique 27. Recettes et dépenses publiques sous la NEP, 1970-1987

Graphique 27. Recettes et dépenses publiques sous la NEP, 1970-1987

Source : Ministry of Finance, Annual Economic Reports, repris par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 55.

  • 35 V. Tanzi, « The public sector in the market economies of developing Asia », Asian Development Revi (...)

26Ces taux sont très élevés d’abord historiquement pour le pays, car ils résultent d’une rupture en matière de conduite de politique budgétaire, mais ils le sont aussi en comparaisons régionales : alors que la part des dépenses publiques dans le PIB est de 9,7 % aux Philippines, 17,4 % au Bangladesh, 22 % en Corée, 23,7 % en Indonésie, 22,3 % en Thaïlande voire 29,7 % en Inde, cette part s’élève à 43,5 % en Malaisie35.

27À titre de comparaison, le taux de prélèvements obligatoires dépasse aussi les 40 % depuis une vingtaine d’années en France, ainsi que dans de nombreux pays d’Europe. Mais ces taux élevés (qui vont donc correspondre à des dépenses élevées) comprennent des prélèvements sociaux pour couvrir les risques de chômage, maladie et retraites, qui n’ont toujours pas d’équivalent en Malaisie actuellement, donc a fortiori à l’aube des années 1980. Si l’État social européen pèse lourd dans la répartition des revenus, en Malaisie c’est d’un État développeur qu’il s’agit : État entrepreneur industriel et financier, véritablement singulier.

La multiplication des entreprises publiques

28L’État malaisien va devenir un État entrepreneur à partir de cette période : la politique industrielle en Malaisie est exceptionnelle par son ampleur et le degré d’implication des pouvoirs publics, qui ne se contentent pas d’infléchir les orientations des entreprises privées par des tarifs, des taxes ou un encadrement du crédit, mais interviennent directement au niveau de la création d’entreprises dans les secteurs qu’ils souhaitent développer, en particulier au sein d’une stratégie de substitution d’importations et d’entraînement du système productif domestique, comme ce fut le cas au début des années 1980 avec l’industrie lourde.

29Mais à travers la création d’entreprises publiques, l’État joue simultanément d’autres rôles, dans une autre logique, plus politique cette fois, de « restructuration de la société », c’est-à-dire de redistribution des revenus et des opportunités, annoncée par la NEP :

  • en tant qu’employeur des Bumiputra, l’État offre l’assistance nécessaire à leur participation au secteur industriel et commercial moderne ;
  • en tant que partenaire dans des entreprises de joint-venture, il permet à des Malais de devenir entrepreneurs : achetant en joint-venture et gérant l’entreprise dans un premier temps, l’État se dessaisira progressivement de ses parts, du contrôle et de la gestion de l’entreprise au fur et à mesure que le ou les Malais deviennent capables de prendre le relais ;
  • en tant qu’inducteur de développement économique dans les régions où le secteur privé rechigne à investir, l’État crée là aussi des entreprises au bénéfice des Malais (très largement majoritaires dans les zones rurales déshéritées)36.
  • 37 Ibid., p. 16.

30À l’indépendance, à la fin des années 1950, vingt-trois entreprises publiques opéraient dans les secteurs traditionnels de service public : gaz et électricité, transports et communications, développement culturel et finance. Deux organismes publics seulement avaient pour objectifs explicites la lutte contre les inégalités de revenus et le développement du territoire (RIDA et FELDA)37. C’est à partir de la NEP que le périmètre de l’État s’est ensuite considérablement étendu à travers une action de production extrêmement développée et diversifiée, notamment la constitution d’un tissu productif d’entreprises publiques.

  • 38 Ces NFPEs s’appelèrent jusqu’en 1985 les organismes hors budget (Off Budget Agencies, OBAs).
  • 39 Dans une logique de substitution d’importations : voir R. Rasiah, « State intervention, rents and (...)

31On doit distinguer plusieurs statuts au sein des entreprises publiques non financières (Non Financial Public Enterprises, NFPEs)38 : les entreprises de service public (Departmental Enterprises) sont publiques à 100 % mais doivent tenir leurs comptes en conformité avec les normes de la gestion privée. Il s’agit ainsi des entreprises d’eau, d’électricité, des télécommunications. On trouve aussi les organismes publics (Statutory Bodies) : entièrement public, leur capital n’est pas divisible en parts, il s’agit par exemple des agences de développement régionales ou sectorielles comme le FELDA (propriété foncière) ; le MARDEC (caoutchouc). Enfin les entreprises d’État (State Owned Companies) sont tout ou partiellement propriétés de l’État (à partir de 10 % du capital), elles sont engagées dans des activités industrielles ou commerciales sur le secteur marchand. Elles sont concentrées dans la production industrielle, en particulier dans l’industrie lourde qui est devenue le domaine privilégié de la politique industrielle au début des années 1980 à travers les investissements dans la Heavy Industries Corporation of Malaysia (HICOM). Ces domaines sont très protégés et lourdement subventionnés39, parmi lesquels figure le projet d’automobile malaisienne Proton Saga.

  • 40 KS. Jomo, M Way. Mahathir’s Economic Legacy, 2003, p. 77-92. Voir aussi S. Jayasankaran, « Made-in (...)

32Projet industriel nationaliste, fermement voulu par Mahathir dès 1980 lorsqu’il était seulement ministre du Commerce et de l’Industrie, soutenu par des financements publics mais aussi par des licences d’importation sur l’automobile qui protègent le marché intérieur, la Proton a représenté plus de 70 % du marché automobile malaisien dans les années 1990. Assemblée en Malaisie, elle est totalement dépendante du management et des technologies étrangers (Mitsubishi), ainsi que, commercialement, des barrières à l’entrée sur son marché : pour tous les autres assembleurs automobiles de Malaisie, les pièces importées sont taxées à 40 % ; quant aux importations de véhicules d’autres marques, elles sont actuellement taxées à 300 %. Peu évoluée technologiquement, difficilement exportable et vraisemblablement incapable de faire face à une libéralisation des échanges commerciaux dans la région, la Proton illustre les limites du volontarisme politique en matière industrielle40.

33Mais d’autres secteurs sont concernés par ces créations d’entreprises publiques : l’agriculture, l’exploitation des ressources naturelles (dominée par le géant pétrolier Petronas, première multinationale malaisienne), les transports (par exemple, l’entreprise MISC de transport maritime ou MAS, la compagnie de transport aérien), mais aussi le tourisme, les médias (Straits Times Press)…

34Alors que le PIB sera multiplié par trois (en RM constants) entre 1971 et 1987, la valeur ajoutée industrielle quadruple : l’essor de l’industrie manufacturière malaisienne et de sa part dans le PIB est extrêmement sensible durant ces années.

  • 41 A.H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises : a performance evaluation », ASEAN Economic Bulletin, (...)

35Au cours de cette période, la structure économique du pays s’est donc manifestement modifiée, dans le sens d’un déclin relatif de l’agriculture (qui ne pèse plus que 19 % en 1990, contre 31 % en 1970), au profit d’une croissance de l’industrie et des services, c’est-à-dire d’une certaine modernisation économique. Et comme dans les pays d’économie mixte, le secteur de la finance est dominé par les entreprises publiques financières qui génèrent une valeur ajoutée d’environ 3,8 à 5,1 milliards de RM sur un total sectoriel de 6,35 milliards41.

  • 42 R. Rasiah, « State intervention… », 1996 ; ou selon A. H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises…  (...)
  • 43 Ibid., p. 208-209.
  • 44 Ibid., p. 209.

36Toutes ensemble, ces entreprises publiques sont passées de 362 unités en 1975 à 656 en 1980 et entre 900 et 1 014 en 1985, selon des données légèrement discordantes42. En 1987, on estime à 30 le nombre de Statutory Bodies, celui des entreprises publiques non financières à 824, et à 78 celui des entreprises publiques financières43. Plus significative encore est la part de ces entreprises dans le PIB : autour de 30 % en comptant les entreprises financières, 24 % pour les seules NFPEs en 1986. Ce taux rapprocherait plutôt la Malaisie de pays à économie administrée comme la Roumanie, la Hongrie, la Tanzanie ou la Syrie à cette période44.

37Si on restreint la définition d’entreprise publique à une participation majoritaire de l’État dans le capital, le nombre d’entreprises publiques est globalement divisé par deux (autour de 500), mais leur part dans le PIB reste très élevée, car la contribution en termes de valeur ajoutée est plus grande pour les entreprises dont la participation de l’État est supérieure à 50 %.

  • 45 Rappelons que de 1970 à 1974, le taux de croissance annuel du PIB était de 6 à 11 %.
  • 46 K.S. Jomo éd., « Malaysian industrialisation in historical perspective », Industrialising Malaysia(...)

38Illustrant ces engagements très lourds, les dépenses dites de développement, correspondant au sein des dépenses publiques à celles d’investissement de l’État (distinguées des dépenses courantes), sont passées de 6 % à 20 % du PIB entre 1970 et 198745. En effet, à partir de 1971, elles augmentent rapidement par rapport à leur niveau d’avant la NEP : les dépenses de l’État concernant les entreprises publiques ont immédiatement doublé, puis ont été multipliées par dix en quelques années, et presque multipliées par cent en 1984. Du fait de lourds investissements dans le cadre de la politique d’industrialisation via les industries lourdes (HICOM et lancement de la Proton), cette année 1984 correspond au point culminant de l’implication de l’État dans ces entreprises46.

Graphique 28. Dépenses de développement : entreprises publiques et État fédéral, 1970-1987

Graphique 28. Dépenses de développement : entreprises publiques et État fédéral, 1970-1987

Source : Ministry of Financy, Annual Economic Reports, repris par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 55.

39Ainsi, les dépenses de développement s’élèvent lentement au lendemain de la NEP, puis connaissent un pic extrêmement élevé au début des années 1980 avant de diminuer sensiblement à partir de 1984. Le niveau atteint autour de 1986-1987 reste néanmoins sans commune mesure avec la faiblesse de l’engagement d’avant la NEP.

  • 47 K.S. Jomo interprète la politique d’industrialisation par l’industrie lourde comme un « second rou (...)
  • 48 Chin Kor Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents in Malaysian », Rents, Rent Seeking and Econom (...)

40L’État a aussi joué un rôle législatif actif en matière de politique commerciale, limitant les licences d’importation et appliquant des droits de douane pour protéger le développement de secteurs émergents comme l’industrie lourde ou l’automobile, dans une perspective – renouvelée par rapport aux premières expériences des années 1960 – de substitution d’importations (IS)47. Une politique financière a parallèlement incité les banques à prêter aux nouvelles entreprises industrielles. Pour autant, les trois quarts des crédits bancaires n’ont pas été alloués à des crédits d’investissement, mais ont alimenté un boom immobilier dans les années 1980, consacrant l’échec de la politique industrielle d’encadrement du crédit malaisien48.

41Il convient de donner une place à part à ce qui a fait le cœur de l’innovation politique de la NEP, et qui singularise sans doute plus radicalement encore la Malaisie sur le plan régional : la discrimination positive en faveur des Malais, justifiée officiellement par le souvenir des émeutes sanglantes de mai 1969. Celle-ci se décline dans l’emploi public, l’accès au capital et par d’autres mesures correctives dont le coût interne en matière d’occasions perdues et de confiscation du pouvoir par l’UMNO apparaît très élevé malgré les succès engrangés.

42Ces entreprises publiques emploient majoritairement des Malais (en particulier au sommet de la hiérarchie, ce qui constitue une différence importante par rapport au secteur privé), et augmentent leur représentation dans les secteurs industriels, financiers et des services. Ces emplois s’ajoutent à ceux de la fonction publique, eux aussi en forte augmentation. De plus, des quotas sont fixés concernant les emplois de l’administration fédérale : 80 % minimum du personnel de la fonction publique doit être malais, la participation aux forces armées leur est également majoritairement réservée.

  • 49 R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 57. Pour Khoo Boo Teik, Paradoxes o (...)

43L’emploi public (administration et entreprises) a considérablement augmenté durant ces années, on estime qu’il représente environ 15 % de l’emploi total en 1986 avec 825 500 employés contre 398 000 en 1970, soit une hausse de 66 % en quinze ans. Mais les chiffres sont difficiles à obtenir de manière sûre, en raison d’un certain nombre d’erreurs de classement d’entreprises publiques dans le secteur privé (le million devrait en réalité avoir été dépassé au début des années 1980, pour atteindre 1,2 million en 1984)49.

44Si l’on ne considère que l’emploi dans l’administration et non dans les entreprises publiques, la part des Malais est passée de 70 % en 1970 à 78 % en 1980.

  • 50 Cette fonction importante de la finance britannique n’a pas d’exact équivalent en France, la tradu (...)
  • 51 Il en va de même pour la propriété foncière, dont par ailleurs des quotas limitent l’acquisition p (...)

45En plus du rôle d’employeur, l’État malaisien entend jouer celui de trustee, autrement dit d’investisseur institutionnel, de gestionnaire financier des intérêts malais50. Les actifs détenus par les Malais sont ainsi partiellement acquis et gérés par les Trust Agencies en leur nom, collectivement. Le principe en est que les Trust Agencies prennent des participations jusqu’à ce que les Malais puissent acquérir des titres directement. Des prêts bonifiés et autres facilités sont d’ailleurs accordés aux Malais pour stimuler ces acquisitions d’actifs financiers51. Ces agences publiques sont ainsi chargées de développer la participation en capital des Malais aux secteurs économiques modernes, dans le but d’augmenter leur part dans le capital national en tant que catégorie ethnique majoritaire, part se montant à 2,4 % en 1970, et devant atteindre 30 % à la fin de la NEP en 1990.

  • 52 Le Capital Issue Committee (CIC), créé en 1968 pour réguler le développement du marché des capitau (...)

46Pendant toute la première partie de la NEP, les Trust Agencies remplissent ce rôle redistributif et les sensibles progrès réalisés par la communauté malaise dans la détention de capitaux sont d’abord dus à leur action : la part malaise du capital des sociétés malaisienne est passée de 1,5 % dans les années 1960 à 12,5 % en 1980, puis 18,7 % en 198352.

Tableau 42. Répartition des actifs commerciaux, 1971-1987

Tableau 42. Répartition des actifs commerciaux, 1971-1987

Sources : EPU, Fourth Malaysia Plan ; Ministry of Finance, Annual Economic Reports.

  • 53 E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 53.

47Mais leur répartition entre prises d’intérêts collective (Trust Agencies) et privée (actions possédées par des Bumiputra individuels) va se renverser avec la vague de privatisation de l’économie : 61 % de ces capitaux malais étaient entre les mains des Trust Agencies en 1983, ils ne sont plus que 32 % en 199053.

  • 54 Ces deux agences sont décrites précisément par E. T. Gomez et K. S. Jomo, ibid., p. 29-39.

48Les deux plus importantes agences de Trustee sont Perbadanan Nasional Berhad (National Corporation, Pernas) et Permodalan Nasional Berhad (National Equity Corporation, PNB), le plus gros investisseur institutionnel du pays. Créée en 1978, cette dernière est rapidement devenue le plus gros actionnaire malaisien des 145 premières entreprises cotées du pays. En 1983, c’est le premier actionnaire du pays54. En 1990, elle possède des parts dans 162 sociétés dont 107 cotées en Bourse.

  • 55 Ibid., 1999, p. 38.

49À la fin de 1993, PNB détenait 26 % du secteur financier, 26 % de l’industrie hôtelière, 57 % du secteur manufacturier, 5 % de celui des plantations, 6 % de l’immobilier et 6 % des mines d’étain. Au début des années 1980, elle était par ailleurs actionnaire majoritaire de la Bank Bumiputra, première banque malaisienne, qui marqua l’actualité politique en 1984 par les scandales politico-financiers auxquels elle donnera lieu, impliquant des membres de l’administration Mahathir et obligeant le monopole national du pétrole, Petronas, à la renflouer et à en prendre le contrôle en 1984 pour plus de 2 milliards de RM55.

  • 56 Ibid., p. 39.

50Gomez et Jomo soulignent que la mise en application de la NEP à travers des entreprises publiques a d’abord eu pour résultat un accroissement de la concentration des ressources économiques dans les mains de l’État. Fait dont les possessions de PNB ou Pernas ne reflètent qu’une partie, car l’étendue de ce que contrôle réellement le gouvernement dans l’économie nationale, en particulier dans les secteurs clefs comme l’agriculture de plantation, la finance et le secteur minier, est immense : on estime qu’en 1983 et 1984, les Bumiputra, notamment à travers les Trust Agencies, possédaient 45 % des plantations, plus de 50 % de l’étain, et même une grande partie du secteur bancaire, longtemps dominé par les intérêts chinois et étrangers. « Cela a conduit inévitablement à un mécontentement croissant parmi les non-Bumiputra et beaucoup d’inquiétude au sein du monde des affaires sur les modalités de la mise en œuvre de la NEP. »56

51On doit aussi mentionner certains organismes qui n’ont pas à l’origine vocation à jouer le rôle d’investisseurs institutionnels mais qui, via les montants récoltés, vont aussi s’inscrire dans le programme dit de « Transfert d’actifs gouvernementaux en faveur des Bumiputra » (Transfer Scheme of Government Equity to Bumiputra), comme le MARA (agence spécialisée dans la promotion des Malais ruraux), l’agence de développement urbain (Urban Development Authority, UDA) ou le syndicat de l’agroalimentaire (Food Industries of Malaysia, FIMA).

52Comme autres mesures correctives de la discrimination historique dont les Malais auraient été frappés, la NEP a développé l’extension des contraintes sur l’embauche, l’Industrial Coordination Act (ICA, 1975) et les licences réservées. En effet, depuis 1968, un quota de 30 % de salariés malais est imposé « à tous les niveaux hiérarchiques » aux entreprises étrangères qui s’installent dans les zones franches et souhaitent bénéficier des avantages fiscaux du Pioneer Status. Ce quota, ensuite porté à 55-60 % de Bumiputra, s’est généralisé avec la NEP, mais sans les contreparties fiscales et douanières contenues dans le statut d’entreprise pionnière :

Le gouvernement a déclaré que la structure de l’emploi dans les usines doit refléter de haut en bas de l’échelle la composition multiraciale du pays. Il est admis que le ministère du Commerce et de l’Industrie a imposé cette condition d’emploi racialement proportionnée aux entreprises demandant à bénéficier du Pioneer Status. Il est maintenant nécessaire d’impulser les actions pour l’étendre aux entreprises non pionnières. (New Economic Policy, p. 314)

  • 57 Le retard pris par l’ICA au regard de la NEP de 1971 serait dû à la présence de Tan Siew Sin au go (...)

53Enfin la loi de coordination industrielle (ICA) de 1975 est certainement la loi la plus préjudiciable aux intérêts économiques chinois, elle est du moins jugée telle dès sa publication. Passée en force au Parlement et dans la hâte, cette loi apparaît clairement comme une tentative de faire avancer les intérêts malais dans le secteur manufacturier au détriment des investisseurs et des entrepreneurs en place. On peut estimer que c’est à ce moment-là que la NEP prend institutionnellement toute sa mesure57.

  • 58 Elle sera très légèrement assouplie en 1977 : les entreprises au capital de moins de 250 000 RM et (...)
  • 59 Quant aux entreprises étrangères orientées vers le marché domestique (plus petites, moins profitab (...)

54Afin de remplir les objectifs de la NEP, les entreprises au capital de plus de 100  000 RM, employant plus de 35 salariés, doivent attribuer au moins 30 % de ce capital à des intérêts malais (soit directement, soit par l’intermédiaire des Trust Agencies) et sont obligées d’embaucher au moins 50 % de Bumiputra58. Cette obligation sans contrepartie aura de nombreuses conséquences sur la structure industrielle du pays, sur la répartition des emplois et sur la propriété du capital. En revanche, on ne peut pas dire qu’elle ait pénalisé les entreprises étrangères des secteurs exportateurs qui ont été exemptés de l’essentiel des contraintes de la NEP59.

  • 60 Phang Hooi Eng, « The economic role of Chinese in Malaysia », The Chinese in Malaysia, Lee Kam Hin (...)

55Ainsi, ce sera dans l’industrie que l’effet de la NEP sur l’emploi est le plus sensible : employant 28,8 % de Bumiputra en 1970, ce secteur en compte 42 % en 1980 et 50 % en 1990. Les autres secteurs en progrès relatif, où les Chinois restent cependant majoritaires, sont les services de l’assurance, la banque et l’immobilier (les Malais y passant de 31 % des effectifs en 1970 à 41 % en 1990) et le secteur du commerce (de 22,7 à 38 % entre ces deux dates)60.

56Ces mesures aboutissent aussi effectivement à ce que dès 1975 plus de 30 % des capitaux investis dans les projets industriels manufacturés le soient à travers des prises de participation de Bumiputra (jusqu’à la période de privatisation qui s’ouvre à la fin des années 1980, on confond les entreprises publiques et les Bumiputra investisseurs à titre individuel dans une même statistique).

Tableau 43. Participation en capital aux projets d’investissements industriels (approuvés)

Tableau 43. Participation en capital aux projets d’investissements industriels (approuvés)

Source : N. Yasuda (1991), cité par E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 43.

  • 61 J. V. Jesudason, Ethnicity and the Economy, 1988, p. 132.
  • 62 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 268.

57Enfin, une politique de « traitement préférentiel et arrangement discriminatoires » dans l’accord de licences pour de nouvelles entreprises dans l’industrie, le commerce, l’agriculture, la pêche est aussi mise en place. Certaines comme l’importation d’automobiles, l’imprimerie, les stations d’essence, le commerce de caoutchouc, l’exportation de bois, le transport maritime et aérien seront donc prioritairement ou exclusivement réservées aux entreprises malaises61. De même, les marchés publics, dans le domaine du bâtiment par exemple, ont été largement passés en faveur des entreprises malaises, tandis que se répand l’impression que les administrations chargées d’autoriser les créations d’entreprises ou d’accorder les licences devenaient de plus en plus inflexibles et peu coopératives dans leurs contacts avec les entrepreneurs chinois62.

Après 1986 : une politique de privatisation sans recul de l’État

  • 63 En 1980, l’agriculture (43,6 %) et les ressources naturelles d’origine minière (étain, 13,1 % ; pé (...)

58L’année 1986 va marquer un net tournant dans la conduite de la NEP, suite au retournement d’une conjoncture économique jusque-là très encourageante. En effet, la croissance économique connaît un infléchissement au début des années 1980, suite au ralentissement de la conjoncture mondiale et en particulier européenne, et à la chute des cours des matières premières exportées comme le caoutchouc, l’étain, le bois, l’huile de palme, le pétrole, dont la Malaisie est encore très dépendante63.

59Quand la croissance, initiée par les réformes politiques et l’engagement massif de l’État, se ralentit, la remise en cause politique du nouveau capitalisme malaisien se fait entendre : l’accroissement du poids économique de l’État malaisien se heurte au problème du maintien de ce développement. Cette période de difficultés économiques va coïncider avec un changement politique aux conséquences profondes sur plus de deux décennies : l’arrivée au pouvoir de Mahathir, à la tête de l’UMNO et en tant que Premier ministre en 1981.

Graphique 29. Évolution du solde budgétaire durant la NEP (1970-1987)

Graphique 29. Évolution du solde budgétaire durant la NEP (1970-1987)

Source : R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 55.

  • 64 À la faiblesse structurelle de la dépendance s’ajoutent, selon Kohr Kok Peng (ibid.), la mégaloman (...)
  • 65 Pour illustrer ce fait, A. H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises… », 1992, p. 210-214, reprend (...)

60De plus, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer l’inefficience de ces entreprises publiques protégées de la concurrence64. Le manque de performance d’une grande partie de ces entreprises semble avéré : plus de la moitié des entreprises publiques du pays font des pertes de 1981 à 198665. En effet, le secteur public agricole est nettement fragilisé au début des années 1980 : 30 % seulement des entreprises agricoles dégagent du profit. Environ 50 % le sont dans le secteur manufacturier qui regroupe plus de 150 entreprises publiques ; la construction l’est de moins en moins au fil du temps (40 % en 1986, contre 63 % en 1981). Le secteur de l’extraction pétrolière et minière (dominé par Petronas) et celui de la finance se portent nettement mieux en revanche. Le classement de l’agence gouvernementale indique que 45 % des entreprises publiques sont faibles ou fragiles financièrement. Enfin, du point de vue du rendement de ces entreprises (profit net sur capital total), les calculs font apparaître un rendement moyen de l’investissement public de 3,3 % en 1986, contre 5,1 % dans le privé, mais surtout ils montrent que si l’on enlève les bons résultats de Petronas, le rendement moyen du public devient nul cette année-là.

61Noircissant le tableau, le Premier ministre Mahathir va souligner ce trait, afin d’engager des réformes nécessaires en cette période de crise économique, sur la base d’un tournant idéologique à rebours du courant qui a conduit l’administration de la NEP à forger l’État entrepreneur :

  • 66 M. Mahathir, « Malaysia incorporated and privatisation : its rationale and purpose », Malaysia Inc (...)

Les entreprises publiques semblent ne jamais être profitables ni efficientes. Même quand elles sont en position de monopole, elles ne semblent pas capables de payer leurs impôts ni de dégager des dividendes pour leur propriétaire, le gouvernement. Plus souvent qu’à leur tour, les entreprises privées qui faisaient des profits et payaient des impôts, non seulement ont cessé de le faire après leur nationalisation, mais elles réclament depuis des subventions, et de gros apports en capital, tous les quatre matins au gouvernement.66

  • 67 « Les businessmen malais ont été élevés au crédit facile, aux traitements préférentiels pour l’obt (...)

62De plus Mahathir est le premier à critiquer la « mentalité d’assistés » dans laquelle les Malais se seraient installés au fil de la discrimination positive en leur faveur67.

  • 68 Le Japan Incorporated représente le pays comme une entreprise à trois grands acteurs, le secteur p (...)
  • 69 M. Mahathir, « Malaysia incorporated and privatization… », 1984, p. 1.

63Toujours dans une rhétorique nationaliste, sans remettre en cause les objectifs de la NEP de réduction de la pauvreté et de réduction des inégalités entre communautés ethniques, la méthode de la politique économique est modifiée : elle ne sera plus exclusivement portée par l’État, mais reposera, selon le modèle japonais, sur une étroite collaboration entre public et privé que Mahathir nomme, par imitation du Japan Incorporated, le Malaysia Incorporated68. Dans ce modèle, le secteur privé « constitue le volet commercial et économique des entreprises de la nation, tandis que le gouvernement pose le cadre politique, impose la direction et offre les services auxiliaires nécessaires. Ainsi, le gouvernement devient le volet “services” des entreprises »69.

  • 70 E. T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 43. Voir aussi E.T. Gomez, Chines (...)
  • 71 D’après M. Guaranty, cité par E. T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 44.
  • 72 Ibid., p. 39-45.
  • 73 Z. H. Ahmad, « Malaysia in 1985, the beginnings of Sagas », Asian Survey, 1986.
  • 74 D. K. Mauzy, « Malaysia in 1986, the ups and downs of stock market politics », Asian Survey, 1987. (...)

64La pression exercée par la NEP sur le secteur privé l’a soumis à de lourdes contraintes (notamment en imposant de réserver des parts sociales et des emplois aux Bumiputra) et a quelque peu déprimé l’activité économique des entrepreneurs locaux non-Bumiputra, en particulier des petits entrepreneurs chinois qui n’avaient pas les moyens de contourner ces réglementations, de s’allier avec des hommes d’affaires malais ou de diversifier leurs opérations à l’étranger70. Il semblerait qu’à mesure que le mécontentement croissait à l’égard de la NEP, les investissements privés domestiques aient été découragés : entre 1976 et 1985, le flux de capitaux quittant la Malaisie est estimé à douze milliards de dollars US71. À l’occasion de réélections au sein du MCA, ce sujet a suscité de vives critiques et est devenu source d’affrontements au sein du Barisan Nasional, la coalition gouvernementale72. Des scandales financiers éclatèrent73 et les tensions ethniques s’accrurent à nouveau en 198674.

65Il semble que les limites politiques et financières de ce modèle de développement aient été alors atteintes. D’où les ouvertures du 5e Plan en direction du secteur privé local et étranger :

  • 75 EPU, Fifth Malaysia Plan, 1986.

Le secteur public désormais ne jouera plus le rôle expansionniste de fer de lance de la croissance économique. Il continuera néanmoins à montrer la direction par ses efforts pour créer un environnement et un climat plus appropriés, dans lesquels le secteur privé pourra jouer un plus grand rôle en termes de croissance économique, à travers une compétition, une efficacité, une initiative et une innovation croissante dans la production et le marketing des biens et services.75

66Outre le mouvement de privatisation qui commence avec le 5e Plan, et dont les effets politiques seront exposés plus loin, l’élément institutionnel le plus important par ses conséquences positives sur la reprise économique va en être le Promotion Investment Act de 1986, qui dérégule l’investissement pour relancer les arrivées de capitaux étrangers et stimuler l’investissement industriel national. Cette loi ouvre la voie à un nouveau régime d’investissement nettement moins contraignant que l’Industrial Coordination Act de 1975.

  • 76 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 276.

67La loi de 1986 sur la promotion de l’investissement incite fortement les entreprises présentes à augmenter la dotation en capital : un Investment Tax Allowance est consenti (60 % du montant de l’investissement est déduit du revenu déclaré). Le Reinvestment Allowance cherche de plus à promouvoir le réinvestissement des profits en Malaisie (au lieu de leur rapatriement) : 50 % de la somme entrera dans les abattements fiscaux. Ensuite, point crucial et très attendu par les milieux d’affaires non-Bumiputra, l’obligation en termes de participation au capital à hauteur de 30 % pour les Malais et de quotas ethniques dans l’emploi, qui était imposée aux entreprises étrangères et locales, est levée. Les entreprises au capital de 1 million de RM (au lieu de 250 000 RM) et employant jusqu’à 50 salariés sont exemptés de la demande d’autorisation de licences auprès du ministère du Commerce et de l’Industrie. En 1990, cette exemption sera portée aux entreprises de 2,5 millions (et 75 employés), ce qui permettra à de nombreux Chinois qui souhaitaient garder un entier contrôle sur leur entreprise de pouvoir les transformer en sociétés de taille moyenne76.

68Les ouvertures en direction des investissements étrangers sont aussi réelles. Il devient ainsi possible pour une compagnie étrangère de posséder une filiale à 100 %, au lieu de 80 % jusque-là : on peut posséder une entreprise en Malaisie au prorata de la part de production exportée (ainsi, dans une entreprise qui exporte la moitié de sa production, les étrangers pourront désormais posséder 50 % du capital), donc bien au-delà du plafond des 30 % fixé initialement. Il n’est pas non plus nécessaire d’exporter 100 % mais simplement 80 % de sa production pour relever du Pioneer Status et en cela bénéficier d’exemption de droits de douane et de réduction d’impôts sur les sociétés pendant dix ans.

69Le nouveau régime d’investissement contribue à détendre considérablement les relations entre les communautés et permet aux non-Bumiputra comme aux capitalistes étrangers de reprendre pied dans le tissu industriel malaisien.

70Les effets macroéconomiques de ce changement institutionnel sont très sensibles, et ce, très rapidement, comme peut le montrer le graphique 30 : l’investissement bondit. Cela tend à prouver que cet assouplissement répondait manifestement à une attente du secteur privé. La reprise économique s’ensuit dès 1989, où l’on atteint presque les 10 % de croissance annuelle, tendance qui se poursuivra durant la décennie 1990 jusqu’à la crise asiatique.

  • 77 En 2005, sur 441 300 étudiants qui sont inscrits dans le système d’enseignement supérieur malaisie (...)

71À partir des années 1990 dans le cadre de la NPD, le mouvement dit de libéralisation de l’économie s’accélère et se généralise à presque tous les secteurs. Il touchera par exemple l’Université qui jusque-là était un secteur marqué par la discrimination positive, étroitement contrôlé par l’État qui refusait à la communauté chinoise la possibilité de construire sa (ou ses) propres universités. À partir de la nouvelle loi sur l’éducation de 1996, des universités financées par les entreprises Telekom (devenue depuis Multimedia University) ou Petronas (Universiti Teknologi Petronas) vont être autorisées77. Bien que massives, les privatisations qui s’engagent alors ne vont pas toutefois remettre en cause la forte implication structurelle de l’État dans l’économie malaisienne.

Graphique 30. Hausse des investissements dans l’industrie manufacturière à partir de 1987 (nombre de projets publics et privés, volume des capitaux investis)

Graphique 30. Hausse des investissements dans l’industrie manufacturière à partir de 1987 (nombre de projets publics et privés, volume des capitaux investis)

Source : MIDA.

Les redistributions liées à la privatisation

72La vague de privatisations mises en œuvre surtout à partir de 1986 va être l’occasion de redistribuer la richesse agricole et minière, industrielle, commerciale, touristique et médiatique. Les premiers secteurs concernés sont la construction (en particulier des autoroutes), l’industrie, le transport et le commerce. Ce mouvement se poursuit encore à l’heure actuelle, chaque nouveau Plan faisant le bilan des privatisations engagées sur la dernière période et rappelant les raisons de cette politique économique.

  • 78 EPU, « Privatization achievement, 1983-2004 », www.epu.gov.my.

73Au fil de vingt ans de privatisations, 485 projets ont été concernés, pour des capitaux d’un montant de 171 milliards de RM, soit près d’un quart (23,6 %) de la capitalisation boursière de la Bourse malaisienne (Bursa Malaysia). Pour le gouvernement, les recettes cumulées de 1983 à 2004 vont atteindre 29 milliards de RM, tandis que 113 000 emplois sortiront du domaine des emplois publics78.

Graphique 31. Répartition par secteurs des privatisations (485 projets), 1983-2004

Graphique 31. Répartition par secteurs des privatisations (485 projets), 1983-2004

Source : EPU, « Privatization achievement, 1983-2004 », www.epu.gov.my.

74Le rapport intermédiaire du 8e Plan malaisien rappelle que les privatisations sont un mécanisme efficace de réallocation des ressources en direction des Bumiputra, afin d’augmenter leur implication dans le secteur des entreprises. Les règles d’attribution stipulent qu’au moins 30 % du montant privatisé doivent aller à des intérêts malais, et que la part détenue par des étrangers doit demeurer inférieure à 25 %. Les chiffres publiés indiquent qu’en 2003, 55 % des parts sociales des entreprises en cours de privatisation appartiennent au gouvernement, 25 % aux Malais, 12 % aux Malaisiens non-Bumiputra et 8 % aux étrangers.

  • 79 Cet aspect de l’évolution de la propriété des grands groupes malaisiens est bien documenté par l’o (...)

75Ce processus, sous couvert d’assainissement des finances publiques et de gains de productivité dans les entreprises, redistribuera surtout actifs et rentes aux proches du pouvoir, en l’occurrence de l’UMNO. De nombreux scandales financiers vont émailler les mouvements de privatisations au fil des années (en particulier par des sous-évaluations d’actifs, la reconstitution de monopoles, la création d’empires individuels), au sein d’un vaste système clientéliste caractérisé par le patronage politique79.

76Pour autant, le mouvement de privatisation ne coïncide pas avec un affaiblissement du poids de l’État dans l’économie. D’une part, on peut montrer quantitativement que la part des dépenses publiques en valeur absolue a continué à croître après 1987 ; d’autre part, il semble que l’influence du pouvoir politique et en particulier de l’UMNO dans les affaires économiques soit demeurée considérable, malgré le changement dans l’allocation des droits de propriété du tissu économique.

  • 80 Bank Negara, juillet 2007. Il est pertinent de rappeler ici qu’avant les privatisations, le secteu (...)

77Si l’on se place du côté des entreprises publiques non financières en très forte expansion sous la NEP, on peut montrer que le paysage économique malaisien reste très marqué par leur présence, au-delà de la période dite de libéralisation. En effet, le surplus engendré par les entreprises publiques non financières reste considérable chaque année : 85 milliards de RM en 2006 (contre 81,2 en 2005), soit l’équivalent de la valeur ajoutée du secteur manufacturier en entier, ou encore près de 23 % du PIB80. En revanche leur part dans la dette extérieure malaisienne est tout aussi spectaculaire : la dette des NFPEs correspond au tiers de la dette extérieure à moyen et long terme, elle vaut environ le double de la dette publique stricto sensu (soit la dette extérieure du gouvernement fédéral). Entre 1995 et 2002 elle est restée proche mais inférieure à la dette du secteur privé jusqu’en 2000, avant de la dépasser de 17 % puis 24 % en 2001 et 2002 (d’après la Bank Negara). C’est donc aujourd’hui le premier poste de l’endettement extérieur de long terme en Malaisie.

78Vingt ans après le début de la vague de privatisation, on constate que du point de vue des dépenses publiques, le poids de l’État a continué à être très important, et l’on ne peut en aucun cas parler de son retrait suite à la libéralisation de 1986 : en effet, le budget n’a cessé de s’accroître au fil du temps, hormis durant la récession de 1997.

  • 81 Department of Statistics, juin 2006.

79Si l’on rentre dans le détail des dépenses publiques pour la période contemporaine, on constate que le poids de l’État n’est pas en train de reculer, et qu’au contraire, il est soutenu : en 2005, les dépenses publiques de consommation finale représentent presque 15 % du PIB, comme c’était le cas en 1985-1987. De même, l’investissement d’origine publique représente environ 15 % du PIB, proportion atteinte dans les années 1980, et replacé dans l’investissement total, en 2007 cet investissement public constitue 54 % de l’investissement total, après avoir dépassé les 60 % pendant plusieurs années consécutives (de 2001 à 2003)81 : l’État est donc toujours, depuis la crise asiatique, la première source d’accumulation du capital en Malaisie.

Graphique 32. Dépenses et recettes publiques, soldes budgétaires, 1980-2006

Graphique 32. Dépenses et recettes publiques, soldes budgétaires, 1980-2006

Sources : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 6.1., 2007 ; World Bank, World Development Indicators, 2006.

80La hausse du cours du pétrole à partir de 2001, puis la reprise de la croissance et des exportations expliquent que le solde budgétaire courant soit resté positif depuis l’ouverture des privatisations. En revanche, les dépenses de développement ayant beaucoup augmenté pour soutenir l’investissement depuis la fin des années 1990, le budget global est en déficit à partir de 1999. Cependant, reprise de la croissance aidant, ce déficit apparaît tout à fait soutenable et son poids dans le PIB est modéré (inférieur à 4 % depuis 2004).

81Au-delà du poids quantitatif de l’État dans l’économie, son intervention a été marquante du point de vue de son style, que l’on peut qualifier d’autoritaire, de sa méthode, privilégiant le patronage, et de ses conséquences socio-économiques au-delà de la sphère d’influence directe des grands groupes publics ou privatisés. Deux domaines se sont trouvés directement influencés par cette intervention publique : le monde économique chinois, qui n’a pu (ni souhaité parfois) se tenir à l’écart de la politique pro-Bumiputra ; le secteur islamique de l’économie, forgé artificiellement pour des raisons politiques, et qui connaît une croissance bien réelle depuis vingt ans.

Patronage politique, dynamisme chinois entravé et essor de la finance islamique

Autoritarisme et patronage : les ingrédients du développement sous Mahathir

  • 82 « Développement, autoritarisme et patronage » sont les trois paramètres qui permettent de définir (...)
  • 83 Ce terme de R. Robison et D. S. G. Goodman éd., The New Rich in Asia. Mobile Phones, Mac-Donalds a (...)

82La NEP a souhaité construire une classe d’hommes d’affaires malais, sur la base de fonds publics investis dans des projets industriels, agricoles ou financiers de toute sorte et de toute amplitude. Mais l’ambiguïté d’une telle politique a été totale : s’agissait-il de promouvoir une nouvelle classe d’entrepreneurs dynamiques et talentueux en sélectionnant et en donnant leur chance aux Bumiputra, ou de créer de toute pièce une petite cohorte de millionnaires malais82 ? Ces « nouveaux riches »83, très bien connectés au pouvoir politique dont ils tirent leur fortune, vont pourtant devenir une réalité malaisienne, et faire l’objet d’une littérature critique.

  • 84 Low (1985), cité ibid., p. 50.
  • 85 E.T. Gomez, Politics in Business. UMNO’s Corporate Investments, 1990, p. 5.

83Le gouvernement étant dominé par le parti politique malais (doté d’une base rurale considérable), l’UMNO, chargé de faire bénéficier sa communauté des dividendes de cette action de redistribution, il était logique que les canaux de la distribution soient à dominante politique. Au mépris des considérations de justice sociale et de redistribution équitable au sein de la communauté malaise contenues dans les premiers textes fondateurs de la NEP, cette dernière a plutôt consacré un développement économique appuyé sur de l’argent public distribué en vertu de liens d’allégeance à l’UMNO. Ainsi, les Malais riches et haut placés en ont été les premiers bénéficiaires (parmi les directeurs Bumiputra des conseils d’administration des grandes entreprises, 55 % ont des titres84), et de loin. « À partir du moment où le pouvoir politique dans les mains de l’UMNO a pu servir au développement économique, les licences, contrats, financements gouvernementaux et autres concessions ont pu facilement être attribués dans l’intérêt du parti, voire des individus qui le composent »85 ; ceux-ci n’en furent pas les seuls.

  • 86 K.S. Jomo, M Way. Mahathir’s Economic Legacy, 2003, p. 85-86.

84Le système attribuant les rentes fonctionnant par l’entremise de relations directement politiques, on a appelé patronage ces liens politiques qui facilitaient les affaires (voire ouvraient des possibilités inédites). Ils prenaient toute leur place dans un système où il était par exemple admis qu’un tiers des marchés publics soient attribués à des entreprises malaises (dont beaucoup venaient de se constituer). La compétence en matière de gestion ou d’expertise technique était bien entendu très peu mise en valeur dans ce système, comme en témoignent les déceptions liées à la Proton : la médiocrité et l’inexpérience des dirigeants malais promus à sa tête en dépit des enjeux financiers et industriels considérables ont conduit à la mainmise managériale de Mitsubishi sur l’entreprise86.

85Outre son caractère d’injustice sociale, ce système présente aussi cet inconvénient la plupart des entrepreneurs-rentiers qui ont eu accès au patronage du gouvernement ont gaspillé ces ressources mises à leur disposition.

  • 87 Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector… », 2000, p. 304.

86Les opérations financières qui se sont multipliées (OPA, reventes d’entreprises, sous-évaluation des cours, restructuration du capital, fusion-acquisition) ont été faites dans des perspectives de rentabilité financière plus que de développement de projets industriels. Elles ont fortement contribué à l’essor de la Malaisie comme place financière importante en Asie, ainsi qu’au développement du capitalisme actionnarial dans ce pays, tandis que se réduisait le poids relatif de l’intermédiation bancaire (c’est-à-dire du rôle des banques dans le financement par crédit bancaire des entreprises)87.

  • 88 C’est ainsi que, tant qu’elle était de propriété chinoise, la Multi-Purpose Holding Berhad n’a pu (...)
  • 89 Ibid., p. 118.

87Ces conglomérats ont bénéficié d’accès privilégié aux banques et aux institutions financières (publiques, privatisées ou contrôlées par l’UMNO), pour financer leurs opérations, ce qui n’a pas été le cas des petites entreprises qui, elles, avaient beaucoup de mal à se procurer les financements nécessaires auprès du système bancaire. Ils ont également obtenu les autorisations d’achat de terre agricole, de déforestation ou d’exploitation forestière et minière, de lotissement de parcelles commerciales ou d’habitation, d’ouverture de complexes hôteliers, etc.88, tandis que leurs concurrents chinois ou, à petite échelle, des PME malaises se les voyaient refuser. De même, les appels d’offres des marchés publics (qui doivent attribuer par la loi 30 % des contrats à des Bumiputra) ont privilégié systématiquement les grandes entreprises publiques pour des raisons politiques, faussant totalement la concurrence, y compris au détriment des petites entreprises Bumiputra, dont le mécontentement s’est exprimé à ce sujet, soulignant la contradiction de cette politique qui devenait un obstacle à la croissance et à la réalisation de profits d’entrepreneurs pourtant malais89. Mais l’on peut penser que les relais politiques de ces petits sous-traitants du BTP ou de ces patrons privés de l’accès aux locaux commerciaux ou aux lotissements industriels, moins puissants, ont été incapables de modifier le système.

88Paradoxalement le mouvement de privatisation, qui aurait dû marquer le recul de l’influence économique de l’État et donc de l’UMNO, a augmenté au contraire la force des relations interpersonnelles mêlant fortune privée et influence politique, en redistribuant de manière plus fine la richesse aux individus appartenant aux cercles politiques de l’UMNO et des partis de coalition (le MCA, et sans doute dans une moindre mesure le MIC). La sous-évaluation des actifs vendus et les délits d’initiés se sont multipliés avec les privatisations.

  • 90 Ainsi dans le travail fondateur de E.T. Gomez, Money Politics in the Barisan Nasional, 1991 ; ou p (...)
  • 91 On trouvera des exemples d’abus financiers par des politiciens malais dans E. T. Gomez, Political (...)

89D’autre part, le patronage politique sur la vie des affaires a eu des effets retour en termes d’organisation politique au fil du temps : on observe ainsi une influence grandissante de l’argent dans la vie politique, plus apparente encore en temps d’élections. D’où le nom de money politics90 donné à partir des années 1990 à la politique malaisienne. À partir du milieu des années 1980, la campagne politique pour les postes importants est devenue extrêmement onéreuse, et l’influence de l’argent (et des faveurs économiques) sur les résultats électoraux, significative. Rien n’a été fait sur le plan institutionnel pour réduire de telles dérives91 et, la centralisation du pouvoir aidant, les bases sociologiques des dirigeants de l’UMNO ont évolué : désormais ce sont les nouveaux capitalistes malais qui dominent le paysage politique. Cela reflète en partie les changements sociaux survenus à l’échelle du pays, mais résulte surtout d’un système qui s’auto-entretient.

  • 92 Trait étroitement lié au populisme et au nationalisme, qui caractérisent le mode de gouvernement d (...)
  • 93 La littérature en sciences politiques est très abondante sur le sujet. Citons ici essentiellement (...)
  • 94 Les syndicats étaient traditionnellement peu favorisés dans le pays par l’administration coloniale (...)
  • 95 Le contrôle (indirect) du gouvernement sur les médias s’est accentué dans les années 1990. Voir J. (...)
  • 96 Malgré les contraintes imposées, la Malaisie avait gardé (hormis la parenthèse de l’état d’urgence (...)

90La remise en cause de ce système de la part de ceux qui en étaient exclus (ou insuffisamment inclus) aurait pu avoir lieu si la vie politique malaisienne avait été plus démocratique et plus ouverte à la critique du pouvoir en place. Le style autoritaire de Mahathir92 inscrit dans un système institutionnel plutôt contraignant du point de vue des libertés civiles93 et des droits d’expression des citoyens, notamment des syndicats94 et de la presse95, a permis à ce système de patronage de se perpétuer. En effet, le système politique malaisien était considéré depuis le milieu des années 1970 par les politologues comme une « démocratie modifiée » par rapport aux standards démocratiques occidentaux (on parlait aussi de quasi-démocratie), l’écart en termes de restrictions des libertés individuelles étant justifié officiellement – et académiquement – par les tensions intercommunautaires que connaissait la Malaisie et par l’impératif supérieur de stabilité politique96.

  • 97 F. Noor, « Islam et politique en Malaisie : une trajectoire singulière », Critique internationale, (...)

91Mais les années 1980 marquées par l’arrivée de Mahathir au pouvoir ont été celles d’un durcissement des conditions politiques, restreignant en particulier les droits syndicaux afin de maintenir les salaires à la baisse et plaçant la liberté de la presse sous contrôle du pouvoir. L’arsenal sécuritaire du pouvoir s’est considérablement renforcé, les moments les plus extrêmes étant l’assassinat de quinze opposants islamistes en novembre 198597, et la campagne de répression de 1986 appelée opération Lalang qui conduit à l’emprisonnement de centaines d’opposants politiques (islamiques, chrétiens, militants des droits de l’homme, intellectuels critiques…). Si les dérives autoritaires pouvaient éventuellement s’expliquer dans la période qui a suivi les événements par la crainte d’une répétition des émeutes de mai 1969, la poursuite de l’érosion des droits démocratiques au fil des années 1980 oblige à changer de perspective.

  • 98 H. Crouch, « Authoritarian trends, UMNO split and the limits to state power », Fragmented Vision, (...)
  • 99 K. S. Jomo, « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development(...)

92Pour Crouch, les pratiques démocratiques ont cours en Malaisie tant que les intérêts des classes dirigeantes (en particulier des hauts dignitaires de l’UMNO) ne sont pas remis en cause : on doit donc analyser le système comme une forme d’autoritarisme permettant à l’élite régnante de contrôler le gouvernement, de manière plus ou moins visible selon les périodes (selon que ces élites sont menacées ou confortées), plutôt que comme une démocratie affaiblie. La réussite, l’ampleur et la pérennité du système de patronage de l’UMNO sur le monde des affaires, ainsi que l’enrichissement notoire des dirigeants du premier parti malais, constituent l’un des arguments en faveur de cette thèse, étayée par d’autres faits plus spécifiquement politiciens. Le modèle d’analyse le plus juste serait alors certainement celui d’un État « autoritaire modifié »98. Cette tendance autoritaire s’est encore illustrée à l’été 1997, lorsque le gouvernement de Mahathir a menacé de placer sous le coup de la fameuse loi de sécurité intérieure (l’ISA, qui permet d’emprisonner sans procès pour six mois toute personne menaçant l’ordre public) les analystes financiers, et autres commentateurs, qui produiraient des rapports défavorables sur la situation malaisienne, au moment des attaques spéculatives des marchés contre les économies de la région99.

93Enfin, les relations étroites entre politique et monde des affaires qui se sont nouées durant ces années d’intervention de l’État ont concerné toutes les communautés ethniques. Il ne s’agit donc pas seulement de la montée des relations politico-financières entre Malais dirigeants de l’UMNO et hommes d’affaires de la classe montante des nouveaux riches Bumiputra promus par la NEP (qui ont d’ailleurs souvent été les mêmes), mais aussi de rapports croissants entre les hommes politiques (Malais comme Chinois) au pouvoir dans la coalition gouvernementale du Barisan Nasional, et les entrepreneurs chinois dynamiques.

  • 100 Les travaux sur la communauté chinoise de Malaisie ne sont plus rares. On se limite ici à quelques (...)

94Ces relations s’ajoutent à la solidarité de classe entre grands capitalistes malais et chinois, qui existait déjà à l’époque coloniale, mais sur une base beaucoup plus étroite, limitée à l’aristocratie malaise (dont les Britanniques ménageaient le pouvoir politique). On caractérise ainsi par le terme de crony capitalism (capitalisme de copinage) ce mode particulier de collaboration entre sphère politique et sphère du monde des affaires, elle-même traversée à la fois par le public (le secteur capitaliste d’État) et le privé, très majoritairement chinois jusqu’au mouvement de privatisation qui a si bien contribué à constituer des fortunes privées de millionnaires malais. Il reste à en étudier les effets au sein de la communauté chinoise, et en particulier au sein de ses milieux d’affaires100.

Les destins divers des entrepreneurs chinois de Malaisie

95Dans les années 1980 les leaders de l’UMNO sont ainsi parvenus à utiliser l’hégémonie politique du parti pour s’assurer le contrôle d’une grande partie du capital des sociétés malaisiennes. À la fin de la décennie sont apparus les « nouveaux riches », Bumiputra bien placés dans les réseaux politiques, qui ont accédé au sommet du pouvoir économique avec la création de grandes entreprises d’État, puis ont pu s’approprier des parts considérables du stock d’actifs du pays lors du processus de privatisation. L’hégémonie politique malaise et l’ascension des nouveaux capitalistes malais ont pu donner à penser que le développement économique malaisien se serait fait au détriment de l’ancienne supériorité financière chinoise, comme de l’accumulation du capital au sein de cette communauté.

96Contrairement à des idées reçues, bien qu’en moyenne plus aisée que les Malais, la communauté chinoise de Malaisie a toujours été hétérogène : Edmund T. Gomez, dans Chinese Business in Malaysia, rappelle que la NEP, politique discriminatoire à leur encontre, a d’ailleurs contribué à accroître les inégalités au sein même de la catégorie (de même qu’elle les a accrues entre Malais). D’autre part, à partir d’une étude fine des milieux d’affaires chinois de Malaisie durant et après la NEP, il démontre qu’à l’inverse d’un autre préjugé, les hommes d’affaires les plus fortunés ne doivent pas leur richesse à des « réseaux d’affaires chinois » très soudés (qui fonctionneraient en vase clos au sein de la collectivité malaisienne) ou grâce à leurs relations avec les Chinois de l’extérieur. Ceux qui ont réussi à tirer bénéfice de cette période l’ont fait grâce à des liens avec des Malais haut placés au sein de l’UMNO, dans la logique de patronage. Il y a peu d’exemples de collaborations entre entreprises chinoises à travers des joint-ventures ; au contraire, la compétition entre entreprises chinoises pour bénéficier des concessions publiques distribuées par le pouvoir politique a été très vive, et la course pour leur obtention a plutôt contribué à la division des milieux d’affaires chinois. Il semblerait qu’en dépit de la NEP, les opérations financières et industrielles des grands capitalistes chinois aient finalement transcendé le facteur ethnique.

  • 101 Ibid., p. 274-275.

97Ainsi, tous les entrepreneurs chinois n’ont pas été uniquement victimes de la NEP : une partie d’entre eux ont rapidement discerné que les restrictions concernant l’investissement de l’Investment Coordination Act (1975) pouvaient être contournées ou utilisées potentiellement à leur avantage101. En effet, la NEP a rendu disponible un gisement de capital malais, dans lequel les entrepreneurs chinois ont pu puiser pour former des sociétés en joint-venture. Les quatre principales sources de capital malais ont été :

  • les agences publiques comme les Trust Agencies Pernas, PNB, ou Peremba Berhad qui est le fonds d’investissement de l’Agence de développement urbain (UDA, responsable de l’aménagement du territoire et donc très développé dans le domaine du BTP) ;
  • les entreprises contrôlées par l’UMNO (comme Fleet Group, créé en 1977) ;
  • les investisseurs institutionnels, gestionnaires de fonds, comme le Fonds d’épargne des pèlerins musulmans (Lembaga Urusan Tabung Haji, LUTH)102, ou de fonds de pension comme le Fonds des forces armées (Lembaga Tabung Angkatan Tentara) ;
  • le capital privé détenu par la nouvelle classe de millionnaires malais tels Daim Zanuddin103, Azman Hashim, Wan Azmi Wan Hamzah, Rashid Hussein, ou encore les entrepreneurs princiers comme Tunku Imran ibni Tuanku Ja’afar de l’État du Negeri Sembilan.
  • 104 E. T. Gomez, Chinese Business in Malaysia, 1999, p. 2.
  • 105 Ibid., p. 3, tableau 1.2. p. 4.

98Bien que la NEP ait d’abord profité aux Malais, le capital chinois aurait pour sa part été multiplié par deux en vingt ans. À la fin des années 1990, on estime que les Chinois possèdent la moitié du secteur du bâtiment, 82 % du commerce de gros, 58 % du commerce de détail, environ 40 % du secteur manufacturier et 70 % des PME. Mais la valeur de ces estimations doit être relativisée par les chiffres officiels (eux-mêmes remis en cause) de la répartition du capital des sociétés anonymes malaisiennes104. En revanche, d’après la liste des entreprises cotées à la Bourse de Kuala Lumpur, les Chinois sont majoritaires dans 40 des 100 premières sociétés cotées105.

  • 106 Des précisions sur l’activité de tous ces groupes et les liens de patronage (au niveau des conseil (...)

99Ainsi, après la NEP, on peut distinguer trois groupes d’entrepreneurs chinois, en fonction de leur différente adaptation au nouveau contexte institutionnel qui s’est imposé à partir des années 1970. Certains entrepreneurs chinois ont su adapter la NEP et augmenter leur fortune ou en bâtir de nouvelles en transformant les contraintes de l’ICA en atouts. Un premier groupe est constitué d’anciens magnats déjà bien établis avant la NEP, mais s’enrichissant considérablement avec elle : ces Old Money-businesses sont par exemple Robert Kuock Hock Nien, propriétaire des Perlis Plantations, de Federal Flour Mill et de la chaîne d’hôtels de luxe Shangri-La ; Lim Goh Tong (des casinos Genting), Quek Leng Chan (Hong Leong Industries, Hume Industries Malaysia) et Tan Boon Siew (Oriental Berhad)106.

  • 107 Par souci de concision, les attributs honorifiques qui se rajoutent en Malaisie au nom lorsque la (...)

100Les membres du deuxième groupe, le New Money-businesses, sont des millionnaires apparus avec la NEP, notamment dans la métallurgie, la banque ou à la tête de holdings (on donnera pour exemples : William Cheng Heng Jem, Amalgated Steel Metal ; Vincent Tan Chee Yioun, Berjaya ; Lim Thian Kiat, Kamunting, Yeoh…107). Ces nouveaux tycoons chinois ont des relations plus intimes et plus complexes que les précédents avec l’UMNO : à moins qu’ils ne soient directement dépendants d’un patronage politique malais, les investissements de ces hommes d’affaires sont étroitement intégrés au capital malais. Ces configurations financières ont pour but d’augmenter la fortune des deux parties, mais cette étroite dépendance place financièrement le partenaire chinois à la merci d’un revers politique de son patron malais de l’UMNO. Ainsi l’échec de Razaleigh Hamzah à remplacer Mahathir à la tête de l’UMNO en 1986 a-t-il entraîné le déclin de la fortune de son allié, le millionnaire Khoo Kay Peng (MUI).

  • 108 K. Yoshihara, Ersatz Capitalism (1988), cité par R. Rasiah, « Class, ethnicity and economic develo (...)

101Tous les entrepreneurs chinois n’ont donc pas nécessairement été pénalisés par la NEP, en trouvant parfois le moyen de se lier à d’influents hommes politiques, de faire entrer des capitaux malais dans leur entreprise et d’amasser ainsi une fortune qu’ils n’auraient pas réalisée dans des circonstances normales. On peut supposer néanmoins que l’incertitude de ces associations et de ces opérations a pesé sur le fonctionnement économique d’ensemble, notamment en conduisant les Chinois en question à privilégier souvent des constructions financières de court terme108.

ENCART 8. UN MOUVEMENT PATRONAL CHINOIS
Au cours des années 1970, au fur et à mesure que le mécontentement engendré par la NEP s’accroît parmi les Chinois, le parti MCA, membre de la coalition gouvernementale, perd une partie de la confiance de son électorat. Sa capacité à défendre les intérêts des plus grands capitalistes chinois du pays déclinait, le MCA ayant perdu en 1975 le poste précieux de ministre des Finances. Mais les plus affectés par la NEP, c’est-à-dire ceux qui pouvaient difficilement en compenser les contraintes par des liens personnels avec l’élite malaise, étaient les petits et moyens entrepreneurs.
Le MCA choisit alors de les mobiliser en un mouvement politique patronal opposé à la NEP. La progressive individualisation de l’activité économique chinoise étant source d’affaiblissement politique, l’objectif premier de ce groupement était de réorganiser le capitalisme chinois à travers la mise en commun de ressources fortement politisée. Le but était d’investir stratégiquement dans l’environnement très politique du monde des affaires de la NEP, et de développer, consolider et moderniser les bases productives.
Les deux leaders politiques de ce mouvement (dit de « corporatisation ») étaient deux hommes d’affaires chinois, Tan Koon Swan, qui devint président du MCA en novembre 1985, et Kee Yong Wee. Le Multi-Purpose Holdings Berhad (MPHB), créé en 1975, fut le principal vecteur de cette mise en commun des ressources ; cinquante autres compagnies d’investissement et coopératives ont été créées lors du « mouvement de corporatisation », dirigées pour l’essentiel par les leaders du MCA qui devient plus que jamais le « parti des affaires ». Le MPHB a utilisé sa large base financière et l’accès aux crédits bancaires pour acquérir un grand nombre d’entreprises cotées en Bourse : en 1982, il est ainsi devenu le second plus grand investisseur à la Bourse malaisienne avec des participations dans de nombreux secteurs comme le jeu, le commerce de gros, l’industrie manufacturière, le transport, la promotion immobilière et la finance.
Le MPHB, peu après son remarquable succès, fit faillite en raison d’erreurs de gestion et d’abus (notamment de la part de Tan Koon Swan) donnant lieu à de célèbres scandales en 1985-1986. Ces scandales, illustrant les difficultés de développer des liens d’affaires au sein de la communauté chinoise, marquèrent la fin du mouvement de « corporatisation ».
Sources : E.T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 44-46 ; Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 271-273.

102Le troisième groupe d’hommes d’affaires chinois serait le Declining Money : des empires bâtis auprès des Britanniques dans l’entre-deux guerres, qui auraient perdu leur puissance avec la NEP. La majorité des fortunes concernées sont issues des secteurs traditionnels du caoutchouc et de l’étain. Ils regroupent les plus célèbres et anciennes entreprises familiales comme Low Yat, Loke Yew, Cheong Yoke Choy, H. S. Lee, Tan Chay Yna et Lau Pak Khuan. Ces affaires perdirent de leur ampleur, car leurs propriétaires ne surent pas ou ne voulurent pas s’adapter au nouveau contexte politique et au nouvel environnement économique de la NEP. Répugnant à diluer leur capital et le contrôle managérial avec des éléments malais, une grande partie d’entre eux choisirent de renoncer à la croissance économique de leur groupe afin d’en garder la maîtrise totale. De manière générale, l’ICA obligeant entre 1975 et 1986 les entreprises de plus de 250 000 RM à partager leur capital et les emplois avec des Malais, beaucoup de sociétés chinoises furent incitées à limiter leur taille.

  • 109 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 279.

103Les inégalités se sont accrues au sein de la population chinoise malaisienne, l’impact de la NEP étant ressenti très différemment selon les classes sociales. Au demeurant, la croissance économique soutenue sur longue période a permis que de manière globale le revenu moyen chinois continue d’augmenter. Il est ainsi toujours resté supérieur au revenu moyen malais : selon le Fifth Malaysia Plan, entre 1970 et 1990, le revenu moyen malais est passé de 172 RM à 931 RM, tandis que les Chinois voyaient le leur augmenter de 394 RM à 1 582 RM (on note que l’écart global entre communautés s’est réduit). Mais à l’autre extrémité de la hiérarchie sociale, la NEP a clairement causé du tort à la communauté chinoise ouvrière ou paysanne. Ainsi, pour les prolétaires urbains et ruraux, la NEP a été très douloureuse : la population chinoise des « nouveaux villages » (population déplacée de force lors de la lutte anticommuniste de l’après-guerre), qui a atteint le nombre de 1,8 million en 1989, dont 1 million vit sous le seuil de pauvreté, n’obtient aucun bénéfice de la lutte contre la pauvreté engagée par la NEP : les programmes de redistribution des terres et de subventions agricoles administrés par l’Agence fédérale de développement foncier (FELDA) ont été attribués prioritairement aux riziculteurs malais et aux petits exploitants individuels de caoutchouc et d’huile de palme. Ces Chinois des « nouveaux villages », qui représentent un tiers de la population rurale du pays, se sont vu systématiquement refuser l’accès à la terre : 90 % des paysans qui ont reçu des terres durant la NEP étaient malais, d’après un rapport du MCA de 1989. Un grand nombre des squatteurs chinois pauvres des campagnes, isolés des perspectives d’emploi et oubliés des systèmes d’aides publiques, n’ont donc eu pour seule issue que l’occupation illégale109.

104De manière générale, la politique éducative a été particulièrement injuste, créant un sentiment anti-NEP très fort parmi les Chinois dans leur ensemble. Tout d’abord dans le primaire, les écoles publiques de type chinois (du fait de la langue d’enseignement) ont vu leurs subventions drastiquement réduites en comparaison de celles où l’enseignement est en malais : scolarisant 27,3 % des enfants du pays (et 85 % des enfants chinois), ces écoles n’ont reçu que 3,4 % des allocations de l’État à l’enseignement primaire, d’où très rapidement un manque d’enseignants, de livres, des classes surchargées et des bâtiments dégradés.

  • 110 Ibid., p. 278.

105Dans l’enseignement supérieur, c’est la mise à l’écart des étudiants chinois pour laisser la place aux Malais qui est très mal vécue : entre 1970 et 1980, les étudiants chinois sont passés de 49 % du total de la population étudiante des trois plus grandes universités à 26,5 % tandis que les Malais passaient de 40,2 % à 66 %. Tandis que plusieurs institutions MARA sont créées pour offrir un accès à l’enseignement supérieur aux Bumiputra, les Chinois obtiennent la permission d’ouvrir un seul établissement, le Tunku Abdul Rahman College (TAR), sur dérogation politique obtenue auprès de l’UMNO par les leaders du MCA. Pour finir, les bourses d’État pour les études à l’étranger sont attribuées à 96,1 % à des Malais110, ce qui signifie que si les enfants des classes moyennes peuvent partir à l’étranger pour étudier au prix d’efforts financiers considérables de la part de leur famille, les enfants chinois moins favorisés n’ont aucun accès à l’enseignement supérieur : les portes en sont fermées du fait de la discrimination positive pro-malaise.

  • 111 Dans le commerce de gros, le chiffre d’affaires chinois est généralement plus faible que la moyenn (...)

106Enfin, les petits entrepreneurs pour leur part ont subi une pression croissante en termes de contraintes sur l’emploi et le capital (à moins de tourner à très petite échelle) et des difficultés administratives à obtenir des licences (obstacles administratifs immédiatement levés pour les autres grâce au patronage politique) mais surtout ont pâti de la concurrence inégale des grandes entreprises, des entreprises étrangères ou des entreprises publiques protégées et subventionnées. Les profits ont été réduits, et dans le secteur du commerce de gros et de détail, par exemple, les entreprises malaises ont été multipliées par quarante entre 1971 et 1981, alors que les entreprises chinoises ont seulement triplé. Mais bien qu’en déclin relatif, les entreprises chinoises restent prédominantes dans ces domaines traditionnels : elles détiennent 55 % du commerce de détail en 1995 (contre 62 % en 1990), avec des magasins généralement plus gros que la moyenne (totalisant 68 % du chiffre d’affaires), et dans le commerce de gros, elles réalisent plus des trois quarts du chiffre d’affaires du secteur111.

107Les PME auraient pu apparaître comme une cible cruciale de la politique industrielle dans les années 1990, au fur et à mesure de la spécialisation du pays dans l’industrie d’exportation sous l’effet structurant des entreprises multinationales : celles-ci ont contribué à forger une industrie déséquilibrée, tournée vers certaines secteurs très dépendants de la demande mondiale et sans liens, ou presque, avec le tissu économique local. Les PME sont donc devenues la clef d’un rééquilibrage industriel. Mais les Chinois étaient à la tête des PME dans huit cas sur dix, environ, au début des années 1980, selon un rapport de la BAD de 1990, donc aider les PME entrait largement en contradiction avec les objectifs de la NEP, ce qui a beaucoup limité les efforts politiques faits dans le sens de leur développement.

  • 112 Au cours des années 1980, les PME font l’objet de l’attention de 30 agences émanant de 13 ministèr (...)
  • 113 On dispose de très peu d’études et d’encore moins de données sur les PME en Malaisie, la plupart é (...)

108La position des Chinois va cependant s’éroder quelque peu au fil des programmes d’aides gouvernementales pour favoriser l’essor des PME spécifiquement malaises112. On a cherché à développer ces dernières dans les secteurs de l’artisanat, le batik, l’agroalimentaire, ou les meubles. La part des PME malaises va donc augmenter mais essentiellement dans des créneaux traditionnels tournés vers un marché domestique parfois déjà saturé (comme pour l’agroalimentaire). Ces PME apparaissent d’ailleurs souvent peu performantes et peu rentables (elles connaissent d’ailleurs un fort taux de mortalité), alors que, selon la BAD, l’ensemble des PME malaisiennes se situait déjà plutôt aux marges de l’économie domestique dominée par les grands groupes nationaux (publics ou privés) et les multinationales113.

ENCART 9. LES PME MALAISIENNES EN 2006
Le manque de chiffres, dont a souffert l’étude de ce secteur, a poussé la Banque centrale à lancer un recensement des PME malaisiennes en 2005 (Bank Negara, SME Report 2006), afin d’en évaluer les performances et de réorienter la politique de soutien aux PME. Quelques éléments factuels issus de ce rapport peuvent être présentés, bien qu’il comporte de sensibles écarts inexpliqués – à hauteur de 1,6 million d’emplois ! – entre sa version intégrale, retenue ici, et son résumé fourni dans le rapport annuel 2006 de la Bank Negara sur la Malaisie.
Définition
« Afin d’élargir le spectre », selon le rapport, les PME y sont définies à partir de deux critères alternatifs : l’emploi (<150 salariés plein-temps dans l’industrie ; <150 salariés plein-temps dans l’agriculture et les services), et le chiffre d’affaires (<25 millions de RM pour l’industrie ; <5 millions pour l’agriculture et les services), et ce, bien que le capital soit la variable retenue par la Bank Negara (<10 millions de RM) dans ses propres rapports, ou lors du recensement des PME de 1990 (qui mettait la limite à 500 000 RM). Ce sont désormais ces deux critères (chiffre d’affaires et emploi) qui vont prévaloir pour accéder aux programmes gouvernementaux en faveur des PME.
Les définitions de micro/petites/moyennes entreprises dépendent aussi des secteurs : une micro-entreprise, quel que soit le secteur, emploie moins de 5 salariés ou réalise un chiffre d’affaires inférieur à 200 000 RM (250 000 RM pour l’industrie) ; une petite entreprise agricole ou de service aura moins de 20 salariés (contre 50 pour l’industrie) ou un chiffre d’affaires inférieur à 1 million (<10 millions pour l’industrie).
Ainsi, en Malaisie à l’heure actuelle, l’intitulé PME correspond-il à une réalité complexe et relativement large en ce qui concerne l’industrie.
Description
Les PME sont au nombre de 519 000 en Malaisie, représentant 99,2 % des entreprises du pays, et emploient 5,6 millions de personnes, soit 65,1 % de la population active.
80 % d’entre elles sont des micro-entreprises, ce qui explique que très peu (8 %) d’entre elles soient exportatrices, l’immense majorité restant tournée vers le marché domestique (leurs exportations se montent néanmoins à 19 % du total des exportations malaisiennes) ; 88 % sont des entreprises familiales, et deux tiers sont des sociétés en nom personnel.
Elles sont présentes à 86,5 % dans le secteur des services, en particulier dans le commerce de détail et le commerce de gros (près de la moitié), la restauration, les transports, etc. (450 000 établissements), y employant 2,2 millions de personnes. 38 000 PME (7,3 %) sont dans l’industrie : textile, métallurgie, produits métalliques, agroalimentaire, domaine où le pourcentage de micro-entreprises est le plus faible (55 % contre 80 % dans les services et 93,3 % dans l’agriculture), avec un emploi associé de 740 000. Enfin, il y aurait 32 000 PME agricoles (commercialisation de produits agricoles et de céréales, horticulture, élevage), aux revenus extrêmement faibles par rapport aux autres secteurs, pour 132 000 emplois. Malheureusement, le rapport n’indique pas la répartition des entreprises par catégories ethniques, ni ne détaille l’activité par secteurs de manière plus fine qu’en primaire, secondaire, tertiaire.
Leur contribution à l’économie n’est pas très élevée en comparaison de leur poids dans l’emploi ou dans le nombre d’établissements. Elles pèsent 47,3 % du PIB (32 % dans la version abrégée du rapport…). La contribution au PIB de ces PME se divise en un petit tiers venant de l’industrie (30 %), deux tiers des services (67 %) et 2,3 % issus de l’agriculture.
En effet, la productivité moyenne des PME continue à être relativement faible : la valeur ajoutée par travailleur est de 14 740 RM en moyenne dans les PME contre 47 830 RM pour les grandes entreprises, soit une productivité réduite au tiers. Mais cette moyenne, là encore, recouvre de profondes disparités : les revenus par travailleur sont extrêmement divers : de 14 774 RM annuels perçus dans l’industrie et 12 966 RM en moyenne dans les services, ces rémunérations tombent à 5 951 dans les PME agricoles. La rémunération moyenne est de 23 698 RM dans les grandes entreprises, ce qui souligne les contrastes dans les conditions d’emplois au sein de la catégorie PME, mais aussi entre celles-ci et les grandes entreprises dans le pays. De même, alors que 97 % des contrats sont à temps plein dans les grandes entreprises en Malaisie, trois quarts seulement des travailleurs des PME bénéficient d’une telle stabilité. Si 16,7 % sont à leur propre compte, près de 7 % sont à temps partiel.
Enfin, l’accès au financement est particulièrement peu aisé pour ce type d’entreprises. D’après le recensement, seulement 10 % des micro-entreprises ont eu recours aux banques et autres institutions financières ; pour l’ensemble des PME, ce taux est de 16 % (contre 50 % pour les grandes entreprises) : les principaux pourvoyeurs de fonds de l’entreprise dans le cas d’une PME sont l’autofinancement (34 %), la famille et les amis (24 %) ou d’autres sources non précisées. Mais le recours au financement bancaire serait en progrès depuis quelques années : le rapport indique qu’en 1999, les crédits aux PME (99,2 % des entreprises du pays) représentaient moins d’un tiers des crédits professionnels accordés par les banques en Malaisie, mais qu’ils s’élèvent à 42,6 % à la fin de 2005 (p. 130). Les besoins de financement des PME, dans 55 % des cas, sont des crédits de court terme.
Il apparaît que l’innovation ne concerne qu’un dixième des motifs de financement, les principales raisons étant, à part à peu près égale, le paiement des salaires et l’achat de machines, suivis par l’achat de terrain ou bâtiments.
C’est d’ailleurs l’objet d’une partie des programmes d’aide aux PME lancés par le Conseil national des PME malaisien qui a commandité le rapport : un total de 213 programmes impliquant 7,8 milliards de RM de dépenses est donc lancé en 2006 pour combler le retard qui a été pris, à la fois sur le plan de l’accès à la formation (128 000 entrepreneurs ont été formés), du prêt de locaux industriels ou commerciaux (5 100 bénéficiaires). 780 PME ont pu suivre un programme de développement de l’activité et 272 ont reçu une assistance financière et technique pour améliorer leur niveau technologique et développer leur capacité d’innovation. Enfin, des accords ont été passés au sein du système bancaire pour améliorer l’offre de services financiers aux PME.
Sources : Bank Negara, SME Report 2006, Kuala Lumpur, 166 pages ; Bank Negara, « Development of SME », Malaysia Annual Report, 2006, p. 10-16.

  • 114 Goh Pek Chen, « The dilemma of high tech industry in a developing country », Industrial Technology (...)

109Alors que les PME font l’objet de nombreux programmes d’aide de la part du gouvernement, les PME chinoises ont, à l’inverse, subi un contexte systématiquement défavorable et n’ont que très peu profité des aides de l’État. Les mesures de politique économiques privilégiant de loin les grands groupes d’une part, les entreprises Bumiputra de l’autre, elles ont été mises à rude épreuve. En 1990, d’après le recensement des PME, la communauté chinoise ne possède plus que 65 % environ des PME malaisiennes. Elle est impliquée davantage que les Bumiputra dans les plus grandes de ces PME (60 % des PME de moins de 50 000 RM de capital sont non-Bumiputra, contre 80 % des PME au capital compris entre 51 000 et 100 000 et 73 % de celles entre 101 000 et 500 000 RM). Les PME non-Bumiputra apparaissent aussi plus pérennes et leur supériorité numérique est écrasante dans quatre secteurs de l’industrie : la papeterie, la chimie (pétrole, caoutchouc, plastique), la métallurgie et l’automatique, où elles représentent 80 à 90 % des entreprises du pays114. Par ailleurs, la politique industrielle privilégiant les Bumiputra a négligé de soutenir le développement d’un secteur électronique national, car les entreprises concernées auraient été chinoises (en particulier à Penang), selon Goh Pek Chen.

  • 115 Phang Hooi Eng, « The economic role of the Chinese… », 2000, p. 118. Voir aussi le tableau d’évolu (...)

110Ainsi la NEP et les changements économiques structurels qui se sont ensuivis ont-ils redessiné en profondeur le paysage de l’emploi en Malaisie115. Le lien étroit entre catégorie ethnique et catégorie socioprofessionnelle ou secteur d’activité semble s’être progressivement détendu. Mais si la restructuration de la société a bien eu lieu, la pauvreté ayant par ailleurs considérablement régressé, quelles seraient les raisons du maintien du traitement préférentiel en faveur des Malais, sinon l’entretien d’un système de patronage favorable aux parties prenantes ? L’un des derniers avatars, des plus singuliers, de la politique pro-malaise est le développement d’un secteur islamique depuis les années 1980. La Malaisie en deviendra la première place financière mondiale.

Un secteur islamique en plein essor

  • 116 Le haj est le pèlerinage à La Mecque, qui constitue l’un des cinq piliers de l’islam. On observe a (...)
  • 117 R. Bertrand, « Islam, pouvoir et modernité en Asie du Sud-Est : de la “première modernité islamiqu (...)
  • 118 L’administration de la zakat, qui reste peu institutionnalisée, est une occasion de maximiser le p (...)
  • 119 H. Schrader, « Modernization between economic requirements and religious law : Islamic banking in (...)
  • 120 Les premiers ouvrages datent du début des années 1990, et proposent un bilan de la mise en place d (...)

111Dès le début des années 1980, le gouvernement malaisien s’est lancé dans une ambitieuse politique d’islamisation après l’arrivée au pouvoir de Mahathir qui souhaitait ainsi prendre de vitesse sur son propre terrain le parti d’opposition islamiste PAS. En une décennie ont ainsi été créés un Département des affaires islamiques, dont le centre de recherche est chargé de produire la justification de cette politique (l’Institut pour la compréhension de l’islam Malaisie, IKIM), une université islamique internationale (International Islamic University, IIU), un secteur bancaire islamique, bientôt suivi par des activités d’assurance, takaful. Des fondations nationales de mission et d’aide aux convertis et d’aide aux pèlerins souhaitant faire le haj116 ont été créées ou réactivées. Des connaissances de base sur l’islam ont été alors exigées pour devenir fonctionnaire, et la télévision publique s’est mise à diffuser fréquemment des programmes de prédication et des concours de récitation du Coran. Si certains voient dans ces mesures, sans doute à juste titre, le début d’un « inquiétant processus de course à l’islamisation »117, il n’en demeure pas moins que la Malaisie est devenue à cette période une véritable terre d’invention en matière de conciliation du capitalisme et de l’islam. Parmi les principes constitutifs de secteurs économiques islamiques, on trouve la prohibition de l’intérêt (riba) et de la spéculation (gharar). L’obligation d’aider son prochain moins fortuné (et en particulier l’obligation de l’aumône, zakat) va conférer aux institutions qui se réclament d’un fonctionnement respectueux des principes de l’islam un aspect d’aide sociale118. S’est ainsi développée dans ce pays une économie islamique dynamique, comprenant à la fois un secteur parapublic de fondations (dont la taille est imposante, tant en termes de pourcentage de la population touchée qu’en termes de montant et de complexité des investissements, comme le Fonds des pèlerins) qui investissent dans toute l’économie nationale119 – pourvu que les entreprises ainsi financées ne soient pas impliquées dans des activités haram, proscrites car considérées comme impures, tels les jeux d’argent, la fabrication et le commerce des armes ou du tabac –, et un secteur privé fonctionnant selon les principes de l’islam. Il n’existe pas à l’heure actuelle de travaux de synthèse sur le secteur islamique de l’économie malaisienne120.

  • 121 D. Camroux, « Un détour par l’extérieur : unité nationale et politique étrangère en Malaisie », Ca (...)
  • 122 Ibid., p. 27-32.

112En 1983, la mise en place de la Bank Islam n’a pas eu pour but une islamisation de tout le système bancaire, à la différence de pays comme le Pakistan, le Soudan ou l’Iran. L’objectif visé était plutôt de développer une niche économique et politique, un positionnement sur l’échiquier international classique pour une puissance moyenne121 : en effet, en termes de politique économique, un secteur bancaire et financier islamique fort peut constituer un atout dans la concurrence régionale. De plus, l’existence de la Malaisie sur la scène internationale passe par sa participation à des arènes multilatérales. À ce titre, le cercle des pays musulmans, centré sur le Moyen-Orient, tel que l’incarne par exemple l’Organisation de la conférence islamique, revêt une importance particulière pour une Malaisie majoritairement musulmane, mais périphérique122.

  • 123 A. Shameen, « Islamic banks : a novelty no longer », Business Week Online, 8 août 2005.

113L’idée de créer des banques islamiques – qui ne seraient pas seulement une agrégation de transactions individuelles respectant autant que possible les prescriptions de la charia – remonte aux années 1960. À l’heure actuelle, environ 265 banques et institutions financières islamiques seraient en activité dans le monde, dans 40 pays, et leurs avoirs se monteraient à plus de 262 milliards de dollars. La finance islamique constitue un vaste marché potentiel, qui ne cesse de croître : le total des avoirs des musulmans au sein de banques, islamiques ou non, est estimé à 1 500 milliards de dollars, avec une progression annuelle de 15 %, du fait surtout de la hausse du cours du pétrole. Ce marché se partage entre banques spécialisées et banques ordinaires offrant certains services compatibles avec les principes musulmans. Ainsi, la banque londonienne HSBC, qui s’est d’abord implantée dans le monde arabe, réalise aujourd’hui environ 10 % de son chiffre d’affaires de ce secteur en Malaisie123.

  • 124 R. Abdul Kader, « The Malaysian pilgrims management and fund board and resource mobilization », da (...)
  • 125 A. T. Omar, « Bank Islam welcomes more Islamic bank », The Edge Daily, 8 septembre 2004.

114En Malaisie, la première institution financière islamique, le Fonds d’épargne des pèlerins (Lembaga Tabung Haji), fut créée en 1963. Les épargnants n’avaient besoin que d’une somme minime (2 RM) pour ouvrir un compte, qui fonctionnait selon le principe halal de al-wadiah : les fonds étaient déposés pour être sous bonne garde. Dans un second temps, l’épargnant autorisait le Fonds à investir ses dépôts, rémunérés ensuite sous forme de dividendes en fonction des profits. En 1986, il y avait déjà 1,26 million de cotisants124. Ces effectifs ont progressé pour atteindre en 2004 et 2005 4,9 millions et 5,1 millions de cotisants (avec un montant total de dépôts de 12,1 milliards et 12,8 milliards de RM respectivement). Le Tabung Haji investit aujourd’hui dans plusieurs dizaines de sociétés, malaisiennes et étrangères. Ainsi, il est devenu récemment l’actionnaire majoritaire de la Bank Islam, la première banque « tout-islamique » de Malaisie125. En 2003, la valeur d’actif net des fonds de gestion islamiques (au nombre de 80 : 28 sociétés de gestions et 52 fonds de placement) qui gèrent 333 751 comptes (contre 236 000 en 2000) représente 4,5 milliards de RM, soit 6,8 % du total des fonds gérés par les fonds de placement dans le pays. En 2006, leur poids dans le secteur des fonds de placement (Unit Trust) s’est encore accru : au nombre de 83, ils gèrent désormais 8,6 % de la valeur d’actif net totale.

  • 126 Voir « The challenges of developing 3-5 year strategic plan for Islamic Bank in Malaysia », juille (...)

115La Bank Islam Malaysia Berhad a été mise en place en juillet 1983, dans le cadre de la politique d’islamisation du gouvernement, dont elle devait constituer l’une des vitrines. L’État en était alors l’actionnaire majoritaire, détenant presque 30 %, tandis que le State Religious Council, un organisme public, en possédait 25 %. Le contrôle et la supervision de ce nouveau système bancaire furent confiés, en vertu de l’Islamic Banking Act (IBA) qui en avait posé les cadres quelques mois plus tôt, à la Bank Negara Malaysia, la banque centrale. En 2011, la Bank Islam a 567 agences dans le pays et ses dépôts cumulés atteignent 277 milliards de RM, soient 22 % de l’ensemble des dépôts bancaires. De même, les encours de financement et les actifs détenus auprès de la banque représentent environ un cinquième du marché126.

  • 127 Ainsi les cotisations vont-elles croître de 20 % par an à partir de 2000. Les actifs du secteur ta (...)
  • 128 B. Reszat, « Islamic banking in Asia », en ligne sur le site IslamBank, [URL : http://tyo.ca/islam (...)
  • 129 Pour certains, cette autorisation serait contraire à l’orthodoxie puisque ces islamic windows au s (...)

116Depuis la première moitié des années 1990, l’innovation connaît un rythme soutenu en matière financière. En 1983, en même temps que l’Islamic Banking Act, un Government Investment Act avait permis de créer les premiers bons du trésor islamiques, les Government Investment Issues (GII). Suivra le Takaful Act en 1984 ouvrant la voie au premier opérateur d’assurance islamique, le Syarikat Takaful Malaysia Berhad (1985) avant que les acteurs ne se multiplient dans ce secteur au cours des années 1990 et montent en puissance dans les années 2000127. En 1990, le marché des titres de créances islamiques voyait le jour, et en 1995, celui des obligations islamiques. Le marché interbancaire islamique date pour sa part de 1994128. Banques conventionnelles et islamiques sont d’ailleurs destinées à fonctionner en parallèle – actuellement, ces dernières pèsent environ 90 milliards de RM, soit un peu plus de 10 % des actifs bancaires totaux. Dès 1993 les banques ordinaires ont en effet été autorisées à proposer des services compatibles avec les exigences de la charia, au sein de branches dites « fenêtres islamiques », la seule condition étant que les capitaux de ces deux types de services soient bien séparés, afin de respecter les interdits religieux en matières d’investissement en particulier129.

  • 130 « List of financial institutions offering Islamic services », en ligne sur le site de la Bank Nega (...)
  • 131 Chiffres du Financial Sector Master Plan du ministère des Finances, cités par D. Leong, « Fullfled (...)

117La libéralisation progressive de la finance islamique a été entreprise depuis 2004, avec l’attribution par la Bank Negara de licences à des banques malaisiennes, puis l’autorisation de prises de participation étrangères minoritaires, et enfin l’attribution de licences à des groupes étrangers. En avril 2006, seule la Kuwait Finance House (Malaysia) Berhad était entrée en activité130, mais plusieurs autres licences avaient été accordées, à des institutions financières qataries et saoudiennes en particulier. De cette ouverture à l’international, le gouvernement escompte l’accès à de nouveaux marchés, l’entrée de nouveaux capitaux pour compenser la volatilité des IDE depuis la crise asiatique et la facilitation des échanges commerciaux, surtout avec les pays du Golfe. Le gouvernement encourage la croissance de ce secteur, et espère que cette part atteindra 15 % en 2007 et 20 % en 2010131.

118La construction d’un secteur islamique de l’économie s’est accompagnée du déploiement de moyens de communication et d’offres d’expertise afin de faire connaître la réussite malaisienne. Les initiatives sont autant de nature publique que privée : l’Université islamique internationale a ainsi établi en 2004 un Institute of Islamic Banking & Finance (IIBF) dont la mission est de « devenir un centre d’excellence de niveau international pour la formation et la recherche dans le domaine de la Banque et de la Finance islamique »132 ; Kuala Lumpur accueille déjà très régulièrement depuis plusieurs années de nombreuses conférences thématiques. Elle héberge le siège de l’Islamic Financial Services Board (IFSB), une organisation globale qui travaille à la régulation, à la supervision de la finance islamique dans le monde, créée en 2002 par des banques centrales, des acteurs privés et la Banque islamique de développement, en coopération avec la Banque des règlements internationaux (BRI) et le FMI. En 2006, le Centre international de finance islamique de Malaisie (MIFC) constitue en réseau les administrations, institutions de régulation financières et les institutions financières, ainsi que les entreprises liées aux ressources humaines de services aux professionnels dans le champ de la finance islamique. L’objectif est de développer la place de la Malaisie dans les domaines suivants : émissions de titres islamiques (notamment via les obligations Sukuk), la gestion de portefeuilles islamiques, la banque islamique internationale, l’assurance takaful, et le développement du capital humain.

  • 133 A. Shameen, « Islamic banks… », 8 août 2005.
  • 134 International Islamic Financial Market, Sukuk Report, 1re édition, 2010, p. 10.
  • 135 Site du MIFC, www.mifc.com, consulté le 1er décembre 2009.
  • 136 Discours du Premier ministre, Conférence internationale « Beyond the global crisis », Kuala Lumpur (...)

119Ainsi, la création d’un secteur économique dynamique et performant fonctionnant selon les préceptes de l’islam permet à la Malaisie d’apparaître comme un modèle pour les pays musulmans, dont le sous-développement a été souvent souligné par les acteurs internationaux, et perçu comme stigmatisant. Dès 2005 le pari du gouvernement malaisien apparaît gagné : pour la presse financière, « la Malaisie est devenue la Mecque de la finance musulmane. Cela lui a permis de jouer dans la cour des grands dans une région où elle est longtemps restée dans l’ombre des centres financiers établis comme Hong Kong et Singapour »133. En 2010, elle est toujours de très loin le premier émetteur d’obligations islamiques (Sukuk bonds publics, privés et semi-souverains) au monde (67 milliards de dollars, soit deux tiers des émissions du marché)134 : la Malaisie a construit sa position de leader dans le domaine. Reconnue comme l’Islamic Finance Hub of the Year et récompensée du « Triple A » de la Finance islamique par le magazine The Asset en juin 2009135, la Malaisie se félicite, par la voix de son gouvernement, d’avoir répondu au besoin de diversifier et d’étoffer son secteur financier national par une politique dont l’effet a été de renforcer considérablement la finance islamique à l’échelle mondiale136.

Conclusion : corruption et capitalisme rentier condamnent-ils le développement malaisien ?

  • 137 C’est le cas, souligné par G. Myrdal dans Asian Drama dès 1968, de l’ensemble de l’Asie, à l’excep (...)

120Le rapprochement opéré entre milieux d’affaires et monde politique, donnant lieu à des conglomérats géants, pas toujours compétitifs car fondés sur l’attribution initiale de rentes distribuées par le gouvernement, est rapidement devenu notoire en Malaisie. Aussi, suite à la crise asiatique, les critiques néolibérales très générales d’un État asiatique surdimensionné, mauvais gestionnaire, voire corrompu137, ayant faussé par ses interventions le jeu du marché, n’ont-elles pas manqué de voir le jour et de trouver des relais dans l’analyse des difficultés économiques malaisiennes.

121On peut aussi souligner que la thématique de la lutte contre la corruption a beaucoup joué en faveur d’Abdullah Badawi lors des élections de 2004, la population malaisienne ayant pris conscience à une large échelle des collusions entre l’UMNO et les milieux d’affaires. Ce qui, avant la crise, ne soulevait que peu de questions est devenu un objet (construit politiquement par une opposition démocratique réveillée par la crise économique et l’affaire Anwar) de critiques nombreuses après 1998. Le gouvernement se devait donc, pour des raisons internes, de lancer un programme de lutte contre la corruption, dont les ambiguïtés restent très nombreuses du fait du poids de l’UMNO dans le gouvernement.

122Un article de Jon S.T. Quah (qui a commencé ses recherches de sciences politiques sur la corruption asiatique et sur les mesures correctives dès 1978) prend pour acquis le fait que la crise financière de 1997 a mis en lumière le caractère omniprésent de la corruption en Asie et la nécessité d’une plus grande transparence de l’activité gouvernementale et des opérations bancaires. Il fournit un tableau des indicateurs de corruption en Asie. Soulignons d’emblée que ces différentes mesures de corruption ne situent pas la Malaisie dans une position relative si déplorable : comparée aux NPI, elle est proche de Taïwan et semble faire mieux que la Corée du Sud. Enfin, du point de vue de l’Asie du Sud-Est, elle est nettement en tête si l’on excepte Singapour.

Tableau 44. Indicateurs de corruption des économies asiatiques

Tableau 44. Indicateurs de corruption des économies asiatiques

Les indices retenus augmentent au fur et à mesure que le degré de corruption s’élève. Ici figurent « l’indice de corruption perçue » (Corruption Perception Index, CPI) publié depuis 1995 par l’ONG Tranparency International, « l’indice des affaires internationales » (Business International Index, BII) qui repose sur des enquêtes de consultants réalisées au début des années 1980, et « l’indice du Rapport sur la compétitivité mondiale » (Global Competitiveness Report Index, GCRI) obtenu à partir d’une enquête en 1996 sur la compétitivité auprès des dirigeants de firmes investissant à l’étranger.
Source : Wei Shang-Jin (1998), cité par J. S. T. Quah, « Corruption…», 1999, p. 484.

  • 138 Le CPI de Tranparency International et celui issu du Global Competitiveness Report Index déjà ment (...)

123Beatrice Weder se penche sur le lien, pour quelques pays asiatiques, entre la corruption, d’autres variables institutionnelles (l’état de droit, la stabilité politique, l’efficacité de la bureaucratie) et la crise. Ses résultats offrent un tableau proche de celui de Quah en termes de places relatives (la Malaisie est dans une position moyenne, à peine inférieure à celle de la Corée), mais enrichit la seule variable de corruption par d’autres éléments relatifs aux « performances institutionnelles » des pays et établit un score d’ensemble, agrégat de sous-scores associés aux différentes dimensions de la qualité des institutions. Weder confronte différents indicateurs de corruption138 pour mesurer la sensibilité à l’indice retenu de la relation économétrique entre croissance et corruption. Elle montre que la relation est assez sensible (donc d’interprétation fragile) et que l’indice de corruption (dit WDR +) en particulier n’est pas lié de manière significative à la croissance (alors que les autres le sont). Enfin, cette recherche se distingue du travail précédent, plutôt alarmiste, en concluant à la faiblesse de la relation causale entre corruption et crise en Asie.

Tableau 45. Score de performance institutionnelle de cinq économies asiatiques

Tableau 45. Score de performance institutionnelle de cinq économies asiatiques

Indicateurs tirés d’une enquête réalisée dans le cadre du Rapport sur le développement mondial, 1997, de la Banque mondiale (base de données WDR +) à partir de QCM posés à des chefs d’entreprise du secteur privé (exemple : « Si un agent du gouvernement agit contre la loi, je peux m’adresser à un autre agent ou à son supérieur pour obtenir gain de cause », réponse de 1 : toujours vrai, à 6 : jamais vrai). La logique de l’indicateur final est inversée par rapport aux indices précédents : plus le score est élevé, meilleure est la qualité institutionnelle (donc en particulier plus faible est la corruption).
Source : B. Weder, Model, Myth, or Miracle ? 1999, p. 26-36 et p. 90-95.

124En effet, l’un des points de discorde au sein des analyses de la responsabilité des gouvernements dans la crise asiatique a porté sur l’évaluation a posteriori de la coopération entre l’État et le monde des affaires. Stiglitz rappelle opportunément que la remarquable coordination public/privé du système Japan Incorporated, ou son imitation par Mahathir avec le Malaysia Incorporated en 1984, qui avait été saluée en son temps, avait aussi eu ses contempteurs inquiets du fait que cette collaboration étroite contenait en germe la captation de la valeur ajoutée privée par le secteur public et la corruption. Mais il souligne qu’après 1997, le procès rétrospectif du rapprochement entre l’État et les grandes entreprises repose sur des bases analytiques fragiles :

  • 139 J. Stiglitz et S. Yusuf éd., Rethinking the East Asian Miracle, 2001, p. 520.

Il est difficile d’établir l’importance relative de la corruption – à la fois relativement à ce qui se passe dans d’autres pays et relativement aux bénéfices tirés de cette coopération. Il y a de la corruption dans tous les pays […]. Les coûts de ces distorsions sont-ils supérieurs à l’accroissement des bénéfices qu’a engendré cette coopération public/privé ? Le fait est que n’avons pas d’outils pour répondre à cette question avec un quelconque degré de certitude.139

  • 140 L’un des arguments en faveur de ces différents indicateurs réside dans le fait qu’ils semblent con (...)
  • 141 Entre sciences politiques et science économique, le sens du terme de rente est rendu complexe par (...)
  • 142 Pendant ce temps, la Banque mondiale poursuit la diffusion des programmes de lutte contre la corru (...)

125En réalité, si les indices de corruption perçue (fondés sur l’hypothèse que la corruption réelle n’est pas mesurable) sont des mesures ad hoc bien peu solides140, dont l’usage pour l’analyse théorique est promis à tourner court, la réflexion et les outils sur les modalités concrètes de l’intervention de l’État se sont développés : davantage que la notion de corruption, c’est la catégorie de rente141 qui occupe le cœur des débats théoriques sur les effets de l’intervention de l’État en Malaisie142.

  • 143 Les États pétroliers ne devant pas la majorité de leurs ressources à l’impôt prélevé sur la sociét (...)

126De là viennent certaines analyses très pertinentes des ressorts du développement malaisien, qui articulent la croissance, l’importance de l’intervention publique et du patronage de l’UMNO, et les ambiguïtés réelles du système. Ainsi, derrière l’idée de capitalisme rentier en Malaisie, on trouve par exemple le diagnostic que l’État malaisien aurait profité de la rente pétrolière pour s’offrir un mode de gouvernement économique interventionniste et coûteux, sans avoir à se préoccuper de la rentabilité et du maintien à long terme des projets engagés, ni d’ailleurs tellement de la légitimité politique de ses choix, si l’on se réfère au lien supposé entre autoritarisme et rente par des travaux de sciences politiques143.

  • 144 Ainsi les contributions de K.S. Jomo, E.T. Gomez et Chin Kok Fay dans M.H. Kahn et K.S. Jomo éd., (...)

127Mais le capitalisme rentier malaisien va bien au-delà de la définition étroite de la rente énergétique, sur-profit accaparé par l’État et lié à l’exploitation nationalisée du pétrole, et c’est à partir d’une redéfinition théorique élargie de ce concept de rente que la contre-offensive, venue pourtant d’auteurs particulièrement critiques à l’égard du patronage malaisien, va avoir lieu144.

128Il ne s’agit pas ici de défendre un système institutionnel et politique injuste, mais de montrer que cette logique politique n’est pas pour autant anti-économique et de battre en brèche la critique néolibérale du crony capitalism cause de la crise asiatique de 1997.

  • 145 O. Vallée, cité par B. Hibou, Anatomie politique de la domination, 2011, p. 50.
  • 146 Voir en particulier l’« Introduction » et la première partie : « Les processus de légitimation de (...)

129Cette position distanciée vis-à-vis d’une « police morale de l’anticorruption »145 dont la rhétorique a fait récemment son apparition au sein même des services d’État de Malaisie, inscrit notre analyse empirique dans une perspective proche de celle théorisée par Béatrice Hibou dans son Anatomie politique de la domination146. Au lieu de penser la corruption, le clientélisme et l’accaparement de la rente comme des déviances voire des pratiques anti-économiques donc hors-champ, Béatrice Hibou choisit d’étendre la sphère de l’économie politique à ces pratiques et les relie à la conjonction d’un pouvoir autoritaire, dans la grande variété de ses formes historiques concrètes et du désir des citoyens de « vivre normalement », c’est-à-dire en particulier de pouvoir travailler et consommer. Les développements qui suivent caractérisent les effets de la recherche de rente en Malaisie et mettent en évidence l’ambivalente efficacité de ces relations articulant directement le pouvoir malais à la sphère économique.

  • 147 M. H. Kahn et K. S. Jomo, « Introduction », ibid., p. 1-20.
  • 148 Ibid., p. 5.
  • 149 K. S. Jomo et E. T. Gomez, « The Malaysian development dilemma », ibid., p. 274-303.
  • 150 Dès lors qu’il y a des droits spéciaux, un superprofi t est obtenu par certains (les Malais) au dé (...)

130La rente existe dès lors qu’un facteur de production (capital ou travail) donne lieu à un revenu supérieur à « ce qu’il devrait être ». Plus rigoureusement on peut la définir comme le revenu d’un facteur supérieur à son revenu d’opportunité (c’est-à-dire au revenu que ce facteur devrait normalement générer s’il était investi ailleurs)147. Certaines sont légales, d’autres illégales. Il s’agit parfois de rentes de monopoles qui peuvent s’avérer inefficientes, dans d’autres cas, les rentes seront la rémunération de l’innovation ou les subventions pour une industrie naissante et marquent au contraire une situation d’efficience ou l’exploitation réussie d’opportunités de croissance148. Pour l’orthodoxie économique néanmoins, les rentes ne sont pas supposées pouvoir se maintenir à long terme, car les ressources tendraient à se réallouer jusqu’à ce que tous les revenus s’égalisent. Ainsi, les rentes ne persisteraient que parce qu’elles seraient maintenues artificiellement par des interventions sur le marché. Le comportement de recherche de rente (rent seeking) consiste à chercher à créer, maintenir ou changer les droits et les institutions sur lesquelles reposent les rentes. Cela peut conduire soit à un transfert de ressources au sein de l’économie, allouées d’une manière différente de ce qu’aurait prédit le marché, soit à une utilisation socialement et économiquement improductive de ces ressources qui sont alors effectivement gaspillées. Mais les auteurs soulignent ainsi que la rente n’est pas toujours synonyme d’inefficience, et que la recherche de rente peut être productive (même si elle peut s’accompagner de corruption à travers le versement de pots-de-vin pour modifier la structure des droits d’accès aux rentes, ce qui compte est l’effet net du comportement de recherche de rente). Si la rentabilité et la sécurité d’une activité rentière est garantie, celle-ci peut détourner des revenus tirés de l’activité productive normale ; à l’inverse, des revenus issus de l’activité productive vont alimenter une activité rentière qui peut – ou non – générer des revenus et créer de la valeur. Ainsi, l’histoire de la création et de la distribution de rentes en Malaisie149 place au centre de son essor les monopoles d’exploitation des ressources naturelles (attribués par les Britanniques aux Britanniques essentiellement) lors de la période coloniale puis de l’agro-industrie malaisienne, avant l’arrivée providentielle du pétrole dans les années 1970. Enfin, l’exploitation forestière a aussi été source de rente avec la distribution politique des droits de propriété et des autorisations administratives d’exploitation. Mais avec la NEP, la Malaisie se trouve face à un dilemme : utiliser la création de rentes redistributives en faveur des Malais (en particulier la classe moyenne150) ou réserver l’attribution de rentes à la stimulation et l’orientation du développement industriel et technologique. Il semblerait que l’attribution de rentes en Malaisie, trop concentrée sur les intermédiaires politiques de l’UMNO et réduisant les capacités d’investissement des entrepreneurs privés chinois, ait été finalement moins favorable à l’acquisition de technologies nouvelles et à la croissance qu’en Asie orientale. Cependant, au bout du compte, après trente ans de NEP et de développement d’un capitalisme rentier, ce système économico-politique visant à favoriser un petit nombre aboutit à l’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre, grâce à la croissance économique accompagnée d’une certaine modernisation. Si ni les motifs de l’action gouvernementale ni ses méthodes n’ont été orthodoxes au sens de la science économique, le résultat ne doit-il pas être jugé pour lui-même, indépendamment de présupposés idéologiques ou moraux ?

131À ce compte, le capitalisme rentier malaisien dominé par la collusion entre le parti malais au pouvoir et les grands conglomérats nationaux, et marqué par des conditions particulièrement favorables réservées aux entreprises multinationales, joue bien quelques fonctions essentielles en termes de dynamisme économique et de redistribution. C’est ce que les auteurs ont appelé une developmental rent, à rebours de la condamnation absolue de la rente par l’analyse néoclassique. Mais la reconnaissance de ce rôle économiquement non défavorable ne signifie pas que la pratique soit parfaitement efficiente, ni porteuse de gains de compétitivité vis-à-vis de l’extérieur. On a tout lieu de penser que si les initiatives politiques et institutionnelles étaient plus démocratiques, ces différents effets positifs de la rente en seraient nettement augmentés. Il semblerait donc que le problème ne réside pas tant dans l’existence de rentes en soi, y compris attribuées par l’État ou le système politique dominant, que dans leur utilisation. Soulignons enfin que ce système n’a pas non plus protégé le pays de diverses crises plus ou moins douloureuses depuis le tournant du XXIe siècle, crises qui révélèrent des faiblesses économiques réelles, notamment liée à l’insertion de la Malaisie dans la mondialisation.

Notes

1 C. Johnson, MITI and the Japanese Miracle, 1982.

2 Ainsi que le rappelle avec humour A. H. Amsden dans The Rise of the Rest, 2001, p. 20-21. On a déjà évoqué ce contexte à propos de la mise en place de la planification malaisienne par le gouvernement britannique à partir de 1947 à Bornéo, et de 1950 dans la péninsule malaise.

3 Sur les évolutions et infléchissements de cette lecture au fil du temps, voir M. Lanzarotti, « Le néolibéralisme face à la croissance asiatique », Revue Tiers-Monde, 1999.

4 L. E. Wesphal et L. Kim, « Korea », Development Strategies in Semi-industrial Economies, B. Balassa et al., 1982. Se reporter aussi à J. Bhagwati éd., Dependence and Interdependence, 1985.

5 Cité par P. Judet, « Le développement en Asie. L’État et le marché », Cahiers du GEMDEV, 1995, p. 21.

6 M. et R. Friedman, Free to Choose (1980), cité par R. Wade, Governing the Market, 2004, p. 22.

7 Concernant la Corée, on peut citer notamment les recherches de R. Luedde-Neurath, Import Controls and Export-Oriented Development. A Reassessment of the Korean Case, 1986 ; P. Evans, « Class, state and dependence in East Asia : lessons for Latin Americanists », The Political Economy of the New Asian Industrialism, F. Deyo éd., 1987 ; A. H. Amsden, Asia’s Next Giant. South Korea and Late Industrialisation, 1992. Pour Taïwan, le travail le plus influent est sans doute celui de R. Wade, Governing the Market, 2004 (1re édition 1999), qui note que les premiers travaux (néolibéraux) étaient menés par des experts qui ne restaient que très peu sur place, car, comme le reconnaissait l’un d’eux, « au-delà de trois jours, les choses deviennent confuses » (cité par P. Judet, « Le développement en Asie… », 1995). L’ouvrage de R. Wade a eu d’autant plus de retentissement que l’auteur était économiste à la Banque mondiale avant de s’en démarquer pour montrer, à travers une analyse d’économie politique, comment le développement de l’Asie orientale (Taïwan, Corée) est directement tiré par l’État, des années 1930 aux années 1980.

8 Ainsi, R. Rasiah démontre que les politiques industrielles malaisiennes, menées dans une stratégie de promotion des exportations (EO) ou de substitution des importations (IS), ont manipulé les prix relatifs. R. Rasiah, « State intervention, rents and Malaysian industrialization », Capital, the State and Late Industrialization, J. Borrego et al. éd., 1996, p. 151-170.

9 P. Evans, D. Rueschemeyer et T. Skocpol éd., Bringing the State Back In, 1999.

10 A. H. Amsden, « The state and Taiwan’s economic development », ibid., p. 78-106.

11 P. Judet, « Le développement en Asie… », 1995, p. 25. Voir aussi R. Wade, « Japan, the World Bank and the art of paradigme maintenance : The East Asian Miracle in political perspective », New Left Review, 1996 ; K. Goto, K. Hayashi et K. Tsuji, « The East Asian Miracle as intellectual public property, with special reference to the use of policy-based directed credit to support marginalized sectors », Journal of Development Assistance, 1996.

12 J. Kwon, « The East Asia challenge to neoclassical orthodoxy », World Development, 1994.

13 K. S. Jomo, « Rethinking the role of governement in Southeast Asia », Rethinking the East Asian Miracle, J. Stiglitz et S. Yusuf éd., 2001. En Malaisie, à l’inverse de ce qui est affirmé dans le rapport, l’implication industrielle de l’État fut très importante et demeura forte malgré les privatisations engagées à partir de 1986.

14 Cette faiblesse conceptuelle et surtout son incohérence, masquées par la force d’imposition des mots et des méthodes de la Banque mondiale, sont démontrées par B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique sub-saharienne », Études du CERI, 1998.

15 A. H. Amsden, « Why isn’t the whole world experimenting with the East Asian model to develop ? Review of The East Asian Miracle », World Development, 1994, p. 627.

16 M. Fouquin et P. Bouteiller, Le développement de l’Asie orientale, 1995 ; J.-F. Dufour, Les NPI asiatiques, 1998 ; J. Brasseul, Les nouveaux pays industrialisés, 1993.

17 Ce à quoi J. Stiglitz oppose le fait qu’au cours des années 1990, dans cette région, l’intervention des États en termes de dépenses publiques a eu, au contraire, tendance à régresser : J. Stiglitz et S. Yusuf éd., Rethinking the East Asian Miracle, 2001, p. 517.

18 Ainsi l’intervention de A. Greenspan citée par R. Wade, Governing the Market, 2004, p. xxiii. Voir l’introduction de S. Yusuf, dans Stiglitz et S. Yusuf éd., Rethinking the East Asian Miracle, 2001, p. 1-53, qui illustre cette rapide révision de l’histoire asiatique.

19 PNUD, Malaysia. International Trade, Growth, Poverty Reduction and Human Development, Report, 2006.

20 N. Kaldor, « The irrelevance of equilibrium economics », Economic Journal, 1972.

21 R. Frydman, « La théorie générale et Keynes : économie et politique », Cahiers d’économie politique, 1988, p. 102. Rappelons que la science économique néoclassique, via le libre fonctionnement du marché de concurrence, suppose que le pouvoir politique est déjà distribué de manière optimale lorsque l’homme prend ses décisions rationnellement. L’équilibre (déterminé par l’existence du prix pour lequel l’offre globale égale la demande globale) est la situation où toutes les volontés rationnelles coïncident : pour ce prix, tous les consommateurs et producteurs qui sont d’accord pour le faire échangent, là toute offre trouve sa demande et réciproquement. Donc le marché résout le problème politique de conciliation des intérêts contraires.

22 Et en premier lieu ceux de la classe dirigeante au pouvoir en son sein.

23 B. Hibou, « L’illusion du volontarisme de l’État développementaliste », Anatomie politique de la domination, 2011, p. 174-178. L’auteur y critique aussi le caractère réducteur, car mécaniciste et fonctionnaliste, de cette lecture de l’État, réduit à n’être qu’une puissante machine bureaucratique, parfaitement neutre et efficace, « instrument de la raison économique pure » (p. 175).

24 E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy. Politics, Patronage and Profits, 1999.

25 B. Weder, Model, Myth, or Miracle  ?, 1999, p. 111.

26 Wawasan 2020, document officiel. Si les arguments ne sont plus spécifiquement pro-malais, la dimension nationaliste reste présente (c’est elle qui donnera bientôt lieu à un discours culturaliste sur les prétendues « valeurs asiatiques »). Dans ce contexte, être « pleinement développé » ne signifie certainement pas imiter les pays occidentaux individualistes et sécularisés.

27 Wai Pong Wa, « Embedded autonomy in the East Asian miracle : Hong Kong’s banking, textile garment and electronics sectors in the 1990s », Issues and Studies, vol. 35, n° 3, p. 150-194.

28 P. Evans, Embedded Autonomy. State and Industrial Transformation, Princeton, Princeton University Press, 1995.

29 Cité par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors. The Case of Malaysia, 1989, p. 13. Cette appréciation doit être nuancée sur chacun des caractères attribués, elle demeure néanmoins une opinion qui pouvait se forger à partir de la Malaisie de l’époque, ce qui deviendra sans doute beaucoup moins le cas après 1970.

30 D’ailleurs, les Bumiputra non malais, comme les Orang Asli (communautés aborigènes qui comptent plus de dix-neuf groupes tribaux) ou les Iban et Dayak du Sabah et Sarawak, ont dénoncé le biais pro-Malais de la NEP et le fait qu’elle leur profitait bien peu. E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 40.

31 EPU, Second Malaysia Plan, 1971, p. 7.

32 Ibid., p. 8.

33 R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 14.

34 Le 2e Plan prévoyait que l’investissement public, au taux de croissance faible jusque-là (+ 1,9 % par an en moyenne de 1965 à 1970), augmente de 6 % entre 1971 et 1975, tandis que les dépenses publiques totales devraient croître de 9 % par an en moyenne.

35 V. Tanzi, « The public sector in the market economies of developing Asia », Asian Development Review, 1987, p. 3. R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 22, note qu’en comparaisons internationales au sein de la zone Asie, le déficit budgétaire malaisien tranche aussi par son ampleur (– 15 % en 1981, alors que les déficits de ses voisins sont entre – 2 % et – 6 % du PIB).

36 A.K. Ibrahim, « Privatization and the New Economic Policy », National Conference on Privatization, Kuala Lumpur, octobre 1987, cité par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 17.

37 Ibid., p. 16.

38 Ces NFPEs s’appelèrent jusqu’en 1985 les organismes hors budget (Off Budget Agencies, OBAs).

39 Dans une logique de substitution d’importations : voir R. Rasiah, « State intervention, rents and Malaysian industrialization », Capital, the State and Late Industrialization, J. Borrego et al. éd., 1996, p. 156-157.

40 KS. Jomo, M Way. Mahathir’s Economic Legacy, 2003, p. 77-92. Voir aussi S. Jayasankaran, « Made-in-Malaysia. The Proton project », Industrialising Malaysia, K. S. Jomo éd., 1993, p. 272-287.

41 A.H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises : a performance evaluation », ASEAN Economic Bulletin, 1992, p. 217.

42 R. Rasiah, « State intervention… », 1996 ; ou selon A. H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises… », 1992, se référant à la Bank Negara.

43 Ibid., p. 208-209.

44 Ibid., p. 209.

45 Rappelons que de 1970 à 1974, le taux de croissance annuel du PIB était de 6 à 11 %.

46 K.S. Jomo éd., « Malaysian industrialisation in historical perspective », Industrialising Malaysia, 1993, p. 29.

47 K.S. Jomo interprète la politique d’industrialisation par l’industrie lourde comme un « second round » de la substitution d’importations (ibid., p. 14-39). R. Rasiah, « State intervention… », 1996, p. 154-157, nuance cette analyse en soulignant les différences entre ces deux expériences : les premières mesures d’IS (1958-1965) visaient à attirer des entreprises étrangères désireuses de contourner les tarifs douaniers très élevés protégeant le (petit) marché domestique, sans souci de contrôle, d’encadrement ou de contenu industriel, tandis que les mesures d’IS des années 1980 cherchent à développer une industrie lourde nationale sur la base d’investissements publics (sans liens avec les structures IS existantes, ni d’articulation à la stratégie de promotion des exportations, ce qui fera sa faiblesse).

48 Chin Kor Fay et K.S. Jomo, « Financial sector rents in Malaysian », Rents, Rent Seeking and Economic Development, M.H. Kahn et K.S. Jomo éd., 2000, p. 304-326.

49 R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 57. Pour Khoo Boo Teik, Paradoxes of Mahathirism, 1995, p. 130 – citant les chiffres de O. Mehmet, Development in Malaysia. Poverty, Wealth and Trusteeship, 1988 –, les effectifs de la bureaucratie auraient quadruplé entre 1970 et 1986.

50 Cette fonction importante de la finance britannique n’a pas d’exact équivalent en France, la traduction littérale étant « fidéicommissaire », autrement dit fondé de pouvoir, mandataire. Sur leur rôle en Malaisie : O. Mehmet, Development in Malaysia, 1988.

51 Il en va de même pour la propriété foncière, dont par ailleurs des quotas limitent l’acquisition par des intérêts non malais.

52 Le Capital Issue Committee (CIC), créé en 1968 pour réguler le développement du marché des capitaux, va être mis au service de la NEP et faire avancer « l’indigénisation » de la capitalisation boursière : son autorisation sera requise pour obtenir l’ouverture en Bourse ou la restructuration du capital (le CIC deviendra la Securities Commission, SEC, en 1992 avec des pouvoirs plus étendus). Le Foreign Invesment Committee (FIC) est chargé de faire respecter les quotas de la NEP auprès des investisseurs étrangers. E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 42.

53 E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 53.

54 Ces deux agences sont décrites précisément par E. T. Gomez et K. S. Jomo, ibid., p. 29-39.

55 Ibid., 1999, p. 38.

56 Ibid., p. 39.

57 Le retard pris par l’ICA au regard de la NEP de 1971 serait dû à la présence de Tan Siew Sin au gouvernement. Ministre des Finances, cette personnalité influente soutenait la NEP, mais était cependant fortement opposée à cette mesure (adoptée dès qu’il a dû démissionner pour raisons de santé). Heng Pek Koon, « The New Economic Policy and the Chinese community in Peninsular Malaysia », Developing Economies, 1997, p. 268.

58 Elle sera très légèrement assouplie en 1977 : les entreprises au capital de moins de 250 000 RM et employant moins de 25 salariés n’ont plus l’obligation de faire la demande de licence industrielle, et celles de moins de 500 000 RM sont exemptées des conditions de répartition du capital et de l’emploi.

59 Quant aux entreprises étrangères orientées vers le marché domestique (plus petites, moins profitables et dont la part malaisienne du capital est supérieure), elles ont eu à faire face à ces contraintes mais sans trop de peine du fait des conditions de marché favorables dont elles bénéficiaient. K. S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 5.

60 Phang Hooi Eng, « The economic role of Chinese in Malaysia », The Chinese in Malaysia, Lee Kam Hing et Tan Chen-Beng éd., 2000, p. 94-121.

61 J. V. Jesudason, Ethnicity and the Economy, 1988, p. 132.

62 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 268.

63 En 1980, l’agriculture (43,6 %) et les ressources naturelles d’origine minière (étain, 13,1 % ; pétrole 9,3 %…) représentent ensemble encore 77 % des exportations malaisienne (Bank Negara, rapports annuels). La dépendance à l’égard du commerce extérieur est la première cause du déclin économique de cette époque selon Kohr Kok Peng, Malaysia’s Economy in Decline, 1987.

64 À la faiblesse structurelle de la dépendance s’ajoutent, selon Kohr Kok Peng (ibid.), la mégalomanie et la mauvaise gestion des projets du secteur public (les « éléphants blancs ») : bien investis, les revenus élevés de l’État auraient pu contribuer à un développement fructueux du pays. Au lieu de cela, ils se sont perdus en projets non performants, incapables de générer les montants permettant d’honorer la dette contractée.

65 Pour illustrer ce fait, A. H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises… », 1992, p. 210-214, reprend les évaluations produites au début des années 1980 par l’agence gouvernementale chargée de répertorier et de classer les entreprises publiques (CICU). Autre résultat notable : les petites entreprises publiques sont les moins rentables et les moins profitables ; les succès de la NEP se situent plutôt au niveau des grands groupes industriels et financiers.

66 M. Mahathir, « Malaysia incorporated and privatisation : its rationale and purpose », Malaysia Incorporated and Privatisation, N. A. Ghani et al. éd., 1984, p. 7.

67 « Les businessmen malais ont été élevés au crédit facile, aux traitements préférentiels pour l’obtention de licences, de marchés publics et à d’autres formes d’avantages. […] ils ont trahi le rêve de la NEP d’une nouvelle classe d’entrepreneurs compétitifs malais », Khoo Boo Teik (1995), cité par E. T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 118.

68 Le Japan Incorporated représente le pays comme une entreprise à trois grands acteurs, le secteur privé, le gouvernement et le secteur académique, chargés de coopérer et de communiquer leurs informations. Cette coopération repose sur un consensus : la croissance est le fruit d’un effort conjoint du public et du privé, aux intérêts complémentaires. Sur les soubassements idéologiques de l’entreprise de nationalisation, en particulier les liens avec les capitaines d’industrie malais et l’air du temps marqué par le reaganisme et le thatchérisme, on pourra consulter Khoo Boo Teik, Paradoxes of Mahathirism, 1995, p. 129-136.

69 M. Mahathir, « Malaysia incorporated and privatization… », 1984, p. 1.

70 E. T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 43. Voir aussi E.T. Gomez, Chinese Business in Malaysia, 1999, « Chinese Business, the NEP and accomodation », p. 67-92.

71 D’après M. Guaranty, cité par E. T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 44.

72 Ibid., p. 39-45.

73 Z. H. Ahmad, « Malaysia in 1985, the beginnings of Sagas », Asian Survey, 1986.

74 D. K. Mauzy, « Malaysia in 1986, the ups and downs of stock market politics », Asian Survey, 1987. Cette année-là se tiennent de nouvelles élections générales, largement remportées par le Barisan Nasional, renforçant le pouvoir de Mahathir.

75 EPU, Fifth Malaysia Plan, 1986.

76 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 276.

77 En 2005, sur 441 300 étudiants qui sont inscrits dans le système d’enseignement supérieur malaisien, près d’un quart (90 000) le sont dans des universités privées, et plus de la moitié (230 000) dans des colleges privés qui eux peuvent être de financement chinois. Education Guide Malaysia, 10e édition, Petaling Jaya, Challenger Concept, 2006, p. 296.

78 EPU, « Privatization achievement, 1983-2004 », www.epu.gov.my.

79 Cet aspect de l’évolution de la propriété des grands groupes malaisiens est bien documenté par l’ouvrage critique dirigé par K.S. Jomo, Privatizing Malaysia. Rents, Rhetoric, Realities, 1995.

80 Bank Negara, juillet 2007. Il est pertinent de rappeler ici qu’avant les privatisations, le secteur des entreprises publiques était estimé à 30 % du PIB et à 24 % du PIB pour les seules NFPEs en 1986, selon A. H. Shaik, « Malaysia’s public enterprises… », 1992, p. 209.

81 Department of Statistics, juin 2006.

82 « Développement, autoritarisme et patronage » sont les trois paramètres qui permettent de définir l’économie politique malaisienne selon E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malysia’s Political Economy, 1999, p. 1-10. Cela donne lieu à un comportement de recherche de rente, sur lequel ils reviendront en 2000 pour montrer qu’il n’est pas entièrement négatif du point de vue de l’accumulation du capital et de la croissance économique : K.S. Jomo et E.T. Gomez, « The Malaysian development dilemma », dans M. H. Kahn et K.S. Jomo éd., Rents, Rent-Seeking and Economic Development, 2000, p. 274-303.

83 Ce terme de R. Robison et D. S. G. Goodman éd., The New Rich in Asia. Mobile Phones, Mac-Donalds and the Middle Class Revolution, 1996, est repris en particulier par Gomez et Jomo qui mettent l’accent dès 1997 sur le rôle spécifique du patronage politique dans la fabrication en Malaisie de cette classe sociale. E.T. Gomez et K.S. Jomo, Malysia’s Political Economy, 1999, « The “new rich” », p. 117-165.

84 Low (1985), cité ibid., p. 50.

85 E.T. Gomez, Politics in Business. UMNO’s Corporate Investments, 1990, p. 5.

86 K.S. Jomo, M Way. Mahathir’s Economic Legacy, 2003, p. 85-86.

87 Chin Kok Fay et K.S. Jomo, « Financial sector… », 2000, p. 304.

88 C’est ainsi que, tant qu’elle était de propriété chinoise, la Multi-Purpose Holding Berhad n’a pu obtenir (durant sept années) l’autorisation par l’État du Selangor de lotir des terrains de la banlieue de Kuala Lumpur. Ce n’est qu’après être devenue une joint-venture avec le groupe PBB de l’UMNO en 1987 que l’autorisation a été accordée. Elle donnera ensuite lieu à un projet immobilier de 1 milliard de RM (E. T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, « L’étude de cas Wan Azmi », p. 148).

89 Ibid., p. 118.

90 Ainsi dans le travail fondateur de E.T. Gomez, Money Politics in the Barisan Nasional, 1991 ; ou plus récemment dans E.T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, « “Money politics’’and the “new rich’’ », p. 120-130.

91 On trouvera des exemples d’abus financiers par des politiciens malais dans E. T. Gomez, Political Business. Corporate Involvment in Malaysian Political Parties, 1994, p. 59-60.

92 Trait étroitement lié au populisme et au nationalisme, qui caractérisent le mode de gouvernement du Premier ministre de 1981 à 2003 : Khoo Boo Teik, Paradoxes of Mahathirism, 1995.

93 La littérature en sciences politiques est très abondante sur le sujet. Citons ici essentiellement H. Crouch, Government and Society in Malaysia, 1996.

94 Les syndicats étaient traditionnellement peu favorisés dans le pays par l’administration coloniale, puis par les politiques d’ouverture aux capitaux étrangers qui visaient à garantir aux multinationales un climat social stable. K.S. Jomo et P. Todd, Trade Unions and the State in Peninsular Malaysia, 1994.

95 Le contrôle (indirect) du gouvernement sur les médias s’est accentué dans les années 1990. Voir J. Van Wassenhove, État, société civile et changement politique en Malaisie, 2002, p. 36-46.

96 Malgré les contraintes imposées, la Malaisie avait gardé (hormis la parenthèse de l’état d’urgence de mai 1969 à 1970) une structure constitutionnelle démocratique avec un gouvernement responsable devant un Parlement élu lors d’élections régulières.

97 F. Noor, « Islam et politique en Malaisie : une trajectoire singulière », Critique internationale, 2001, p. 113-116.

98 H. Crouch, « Authoritarian trends, UMNO split and the limits to state power », Fragmented Vision, J.S. Kahn et Loh Kok Wah éd., 1992.

99 K. S. Jomo, « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development, 1998, p. 1569.

100 Les travaux sur la communauté chinoise de Malaisie ne sont plus rares. On se limite ici à quelques points saillants, mais l’on pourra se référer à E. T. Gomez, Chinese Business in Malaysia, 1999 ; ainsi qu’au volume dirigé par Lee Kam Hing et Tan Chee-Beng, The Chinese in Malaysia, 2000, en particulier aux contributions de Phang Hooi Eng, « The economic role of the Chinese in Malaysia », p. 94-122, et de Heng Pek Koon et Sieh Lee Mei Ling, « Chinese business community in Peninsular Malaysia, 1957-1999 », p. 123-168. Relativement aux réactions à la NEP, voir Heng Pek Koon, « The New Economic Policy and the Chinese community in Peninsular Malaysia », Developing Economies, vol. 35, n° 3, 1997, p. 262-292.

101 Ibid., p. 274-275.

102 Voir la dernière section de ce chapitre sur le secteur financier islamique.

103 Millionnaire malais qui fait l’objet d’une étude de cas dans E.T. Gomez et K.S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 46-48.

104 E. T. Gomez, Chinese Business in Malaysia, 1999, p. 2.

105 Ibid., p. 3, tableau 1.2. p. 4.

106 Des précisions sur l’activité de tous ces groupes et les liens de patronage (au niveau des conseils d’administration) avec des personnalités malaises sont données par E. T. Gomez, ibid., p. 133-182.

107 Par souci de concision, les attributs honorifiques qui se rajoutent en Malaisie au nom lorsque la personne a accédé à un niveau de dignité supérieur (Dato, Datuk, Tun, Tunku) ne sont pas précisés. Tous ces hommes d’affaires chinois en possèdent (sauf Lim Tian Kiat) – ce qui est beaucoup plus rare que pour des Malais.

108 K. Yoshihara, Ersatz Capitalism (1988), cité par R. Rasiah, « Class, ethnicity and economic development in Malaysia », The Political Economy of Southeast Asia, G. Rodan et al. éd., 1997, p. 132.

109 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 279.

110 Ibid., p. 278.

111 Dans le commerce de gros, le chiffre d’affaires chinois est généralement plus faible que la moyenne nationale, mais les ventes dans le commerce de détail chinois (32 000 RM en moyenne mensuelle), équivalentes à celles des commerçants étrangers, sont très supérieures à celles des détaillants malais (15 000 RM) ou indiens (18 500 RM). Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 278.

112 Au cours des années 1980, les PME font l’objet de l’attention de 30 agences émanant de 13 ministères. Les programmes d’aides gouvernementales bénéficieraient pour l’essentiel aux entrepreneurs malais (à plus de 75 %), selon l’étude de M. Asri, Small and Medium Enterprises in Malaysia. Policy Issues and Challenges, 1999.

113 On dispose de très peu d’études et d’encore moins de données sur les PME en Malaisie, la plupart étant, dans les années 1970 et 1980, centrées sur les PME Bumiputra dans une perspective louangeuse vis-à-vis de l’activité gouvernementale en leur faveur. Le travail de M. Asri, bien que plus critique dans ses conclusions ultimes (montrant que l’aide aux PME est dérisoire, en montant et en nombre de bénéficiaires, et que cette aide est manifestement inutile puisque les PME qui en bénéficient ne sont pas plus performantes que celles qui n’y ont pas accès), ne fournit pas, ou presque, de données chiffrées pertinentes (ibid.).

114 Goh Pek Chen, « The dilemma of high tech industry in a developing country », Industrial Technology Development in Malaysia. Industry and Firm Studies, K.S. Jomo et al. éd., 1999.

115 Phang Hooi Eng, « The economic role of the Chinese… », 2000, p. 118. Voir aussi le tableau d’évolution de l’emploi par catégories ethniques entre 1970 et 2000, p. 109. Phang Hooi Eng, « The economic role of the Chinese… », 2000, p. 118. Voir aussi le tableau d’évolution de l’emploi par catégories ethniques entre 1970 et 2000, p. 109.

116 Le haj est le pèlerinage à La Mecque, qui constitue l’un des cinq piliers de l’islam. On observe ainsi, sur la décennie 1980, un doublement du nombre de pèlerins : en 1988, plus de 30 000 Malaisiens se rendent à La Mecque, contre 14 226 en 1980. L. Metzger, Stratégie islamique en Malaisie (1975-1995), 1996, p. 165.

117 R. Bertrand, « Islam, pouvoir et modernité en Asie du Sud-Est : de la “première modernité islamique” aux radicalismes contemporains », Mouvements, 2004, p. 39, et F. Noor, « Islam et politique en Malaisie… », 2001, p. 103-118.

118 L’administration de la zakat, qui reste peu institutionnalisée, est une occasion de maximiser le patronage. K. Hamayotsu, « The politics and business of Islam in Malaysia », dans E.T. Gomez éd., The State of Malaysia. Ethnicity, Equity and Reform, 2004, p. 229-252.

119 H. Schrader, « Modernization between economic requirements and religious law : Islamic banking in Malaysia », Internationales Asienforum, 2000 ; M. Ariff dir., The Islamic Voluntary Sector in Southeast Asia, 1991.

120 Les premiers ouvrages datent du début des années 1990, et proposent un bilan de la mise en place d’initiatives alors récentes. Depuis, seuls des travaux ponctuels, portant sur un type d’activité ou une institution, sont parus. Le secteur bancaire, premier à avoir été institutionnalisé, et porteur de nombreuses innovations, reçoit l’attention la plus régulière des études ou de la presse spécialisée. On citera par exemple M. Ariff dir., The Muslim Private Sector in Southeast Asia, 1991, et A. Khorshid, Islamic Insurance. A Modern Approach to Islamic Banking, 2004, « The development of Islamic banking and insurance in Malaysia », p. 113-131.

121 D. Camroux, « Un détour par l’extérieur : unité nationale et politique étrangère en Malaisie », Cahiers du CERI, 1994.

122 Ibid., p. 27-32.

123 A. Shameen, « Islamic banks : a novelty no longer », Business Week Online, 8 août 2005.

124 R. Abdul Kader, « The Malaysian pilgrims management and fund board and resource mobilization », dans M. Ariff dir., The Islamic Voluntary Sector in Southeast Asia, 1991, p. 145-149 ; voir aussi L. Metzger, Stratégie islamique en Malaisie, 1996, p. 165 et suiv.

125 A. T. Omar, « Bank Islam welcomes more Islamic bank », The Edge Daily, 8 septembre 2004.

126 Voir « The challenges of developing 3-5 year strategic plan for Islamic Bank in Malaysia », juillet 2011, Bank Islam, p. 5 et 54, consultable sur le site [URL : http://www.bankislam.com.my/en/Pages/Stakeholders.aspx?tabs=1]. On pourra aussi se référer aux rapports annuels de la Bank Islam de Malaisie. Rapportsconsultables sute le site internet : [URL : http://www.bankislam.com.my/en/Pages/AnnualReports.aspx?tabs=4].

127 Ainsi les cotisations vont-elles croître de 20 % par an à partir de 2000. Les actifs du secteur takaful atteignent 4,4 % du secteur de l’assurance en Malaisie en 2005. Bank Negara, Takaful Annual Report 2005.

128 B. Reszat, « Islamic banking in Asia », en ligne sur le site IslamBank, [URL : http://tyo.ca/islambank.community/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=321], consulté le 24 novembre 2009.

129 Pour certains, cette autorisation serait contraire à l’orthodoxie puisque ces islamic windows au sein du système traditionnel seraient ouvertes avec pour seules motivations la concurrence et le profit, et non dans une intention religieuse de respect des préceptes coraniques.

130 « List of financial institutions offering Islamic services », en ligne sur le site de la Bank Negara, www.bnm.gov.my, consulté le 1er juillet 2006.

131 Chiffres du Financial Sector Master Plan du ministère des Finances, cités par D. Leong, « Fullfledged Islamic bank », The Edge Daily, 1er mars 2005.

132 Institut of Islamic Banking & Finance (IIBF) : [URL : http://www.iiu.edu.my/centres/iibf.shtml].

133 A. Shameen, « Islamic banks… », 8 août 2005.

134 International Islamic Financial Market, Sukuk Report, 1re édition, 2010, p. 10.

135 Site du MIFC, www.mifc.com, consulté le 1er décembre 2009.

136 Discours du Premier ministre, Conférence internationale « Beyond the global crisis », Kuala Lumpur, 18-20 octobre 2009.

137 C’est le cas, souligné par G. Myrdal dans Asian Drama dès 1968, de l’ensemble de l’Asie, à l’exception notable de Singapour et Hong Kong. J. S. T. Quah, « Corruption in Asian countries : can it be minimized ? », Public Administration Review, 1999.

138 Le CPI de Tranparency International et celui issu du Global Competitiveness Report Index déjà mentionnés, l’ICRG de l’agence de rating Political Risk Services. B. Weder, Model, Myth, or Miracle ? Reassessing the Role of Governments in the East Asian Experience, 1999, p. 90-95.

139 J. Stiglitz et S. Yusuf éd., Rethinking the East Asian Miracle, 2001, p. 520.

140 L’un des arguments en faveur de ces différents indicateurs réside dans le fait qu’ils semblent construire des échelles comparables, ce qui semble le cas pour les économies asiatiques présentées ici. Cependant à y regarder de plus près de lourdes incohérences apparaissent : ainsi, Selon WDR +, en matière de corruption, Hong Kong est au 3e rang mondial (sur 71 pays) avec un score de 6,6, la France au 19e avec 4,8, un score assez proche de la Malaisie, 37e avec 4,4. Alors que selon la moyenne des trois indicateurs donnés plus haut, Hong Kong et la France sont côte à côte (22e et 23e avec 7,5 et 7,3/10) tandis que la Malaisie est 43e avec 5,7/10. D’après les données de B. Weder, Model, Myth, or Miracle ?, 1999, annexe, p. 143-145.

141 Entre sciences politiques et science économique, le sens du terme de rente est rendu complexe par la multiplicité et le peu de cohérence des références qui lui sont faites ; voir F. Talahite, « Le concept de rente : le cas des économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord », Problèmes économiques, 2006.

142 Pendant ce temps, la Banque mondiale poursuit la diffusion des programmes de lutte contre la corruption dont elle a fait une priorité depuis la fin des années 1990. La production intellectuelle sur ce sujet semble intarissable, d’après les titres du catalogue de ses publications (sous la collection Books on corruption) : The Many Faces of Corruption, 2007 ; Perfoming Accountability and Combating Corruption, 2007 ; Governance Reform, 2007 ; The Role of Parliament in Curbing Corruption, 2006 ; Fighting Corruption in East Asia, 2003 ; Challenging Corruption in Asia, 2002 ; Curbing Corruption, 1999 ; Combating Corruption, 1999.

143 Les États pétroliers ne devant pas la majorité de leurs ressources à l’impôt prélevé sur la société mais à une manne naturelle, cela expliquerait l’autoritarisme qui caractérise la plupart des États rentiers. L. Anderson (1987), cité par F. Talahite, « Le concept de rente… », 2006, p. 3-4.

144 Ainsi les contributions de K.S. Jomo, E.T. Gomez et Chin Kok Fay dans M.H. Kahn et K.S. Jomo éd., Rents, Rent Seeking and Economic Development, 2000.

145 O. Vallée, cité par B. Hibou, Anatomie politique de la domination, 2011, p. 50.

146 Voir en particulier l’« Introduction » et la première partie : « Les processus de légitimation de la domination autoritaire », ibid., p. 5-145.

147 M. H. Kahn et K. S. Jomo, « Introduction », ibid., p. 1-20.

148 Ibid., p. 5.

149 K. S. Jomo et E. T. Gomez, « The Malaysian development dilemma », ibid., p. 274-303.

150 Dès lors qu’il y a des droits spéciaux, un superprofi t est obtenu par certains (les Malais) au détriment de la communauté discriminée. Ce qui explique l’intérêt à la poursuite de la politique de discrimination positive au-delà de l’atteinte des objectifs politiques initiaux. Cet aspect sera redéveloppé par K. S. Jomo dans « Rethinking economic discrimination », texte présenté à la conférence « A transnational analysis of discrimination », Washington, National Economic Association - American Economic Association, 2003.

Table des illustrations

Titre Tableau 41. Dépenses publiques de consommation finale en 1960 et de 1970 à 1987
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Graphique 26. Dépenses publiques de consommation finale, 1960-1987
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Graphique 27. Recettes et dépenses publiques sous la NEP, 1970-1987
Légende Source : Ministry of Finance, Annual Economic Reports, repris par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 55.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Graphique 28. Dépenses de développement : entreprises publiques et État fédéral, 1970-1987
Légende Source : Ministry of Financy, Annual Economic Reports, repris par R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 55.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 42. Répartition des actifs commerciaux, 1971-1987
Légende Sources : EPU, Fourth Malaysia Plan ; Ministry of Finance, Annual Economic Reports.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tableau 43. Participation en capital aux projets d’investissements industriels (approuvés)
Légende Source : N. Yasuda (1991), cité par E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999, p. 43.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Graphique 29. Évolution du solde budgétaire durant la NEP (1970-1987)
Légende Source : R. Leeds, Rebalancing the Public and Private Sectors, 1989, p. 55.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Graphique 30. Hausse des investissements dans l’industrie manufacturière à partir de 1987 (nombre de projets publics et privés, volume des capitaux investis)
Légende Source : MIDA.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Graphique 31. Répartition par secteurs des privatisations (485 projets), 1983-2004
Légende Source : EPU, « Privatization achievement, 1983-2004 », www.epu.gov.my.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 32. Dépenses et recettes publiques, soldes budgétaires, 1980-2006
Légende Sources : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 6.1., 2007 ; World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 44. Indicateurs de corruption des économies asiatiques
Légende Les indices retenus augmentent au fur et à mesure que le degré de corruption s’élève. Ici figurent « l’indice de corruption perçue » (Corruption Perception Index, CPI) publié depuis 1995 par l’ONG Tranparency International, « l’indice des affaires internationales » (Business International Index, BII) qui repose sur des enquêtes de consultants réalisées au début des années 1980, et « l’indice du Rapport sur la compétitivité mondiale » (Global Competitiveness Report Index, GCRI) obtenu à partir d’une enquête en 1996 sur la compétitivité auprès des dirigeants de firmes investissant à l’étranger.Source : Wei Shang-Jin (1998), cité par J. S. T. Quah, « Corruption…», 1999, p. 484.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 45. Score de performance institutionnelle de cinq économies asiatiques
Légende Indicateurs tirés d’une enquête réalisée dans le cadre du Rapport sur le développement mondial, 1997, de la Banque mondiale (base de données WDR +) à partir de QCM posés à des chefs d’entreprise du secteur privé (exemple : « Si un agent du gouvernement agit contre la loi, je peux m’adresser à un autre agent ou à son supérieur pour obtenir gain de cause », réponse de 1 : toujours vrai, à 6 : jamais vrai). La logique de l’indicateur final est inversée par rapport aux indices précédents : plus le score est élevé, meilleure est la qualité institutionnelle (donc en particulier plus faible est la corruption).Source : B. Weder, Model, Myth, or Miracle ? 1999, p. 26-36 et p. 90-95.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4922/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search