Version classiqueVersion mobile

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 3. Les voies du développement malaisien : entre souveraineté de l'État et mondialisation

Introduction

Texte intégral

1Oublieux de tous les enseignements de la théorie économique mais aussi de l’histoire, les milieux d’affaires, la population malaisienne et la plupart des commentateurs exprimaient, à la veille de la crise asiatique, le sentiment que « ça » durerait toujours. « Ça », c’était la croissance, l’augmentation sensible des revenus, l’ouverture des perspectives matérialisée par les emplois abondants, les chantiers sans cesse plus ambitieux, la généralisation de l’air conditionné, l’essor de la voiture individuelle et de l’appartement moderne, l’arrivée des grands magasins dans des galeries marchandes futuristes que l’on donnait à visiter aux étrangers. Les potentialités d’investissements étaient innombrables, la rentabilité assurée sur ces marchés émergents dont, dans le cas de la Malaisie, le risque était jugé très faible.

2Discrimination positive, croissance économique, investissements directs étrangers, crise de la demande, et interventionnisme : tous ces ingrédients de la récente histoire malaisienne sont présents dans les débats contemporains sur le développement économique. Mais faute de mise en relation et d’articulations, ces éléments pourraient ne rester qu’une suite de caractéristiques, alors qu’il s’agit bien d’un type original de développement avec sa logique historique et politique singulière, qui peut donner lieu à comparaison, à réflexion et à emprunts.

  • 1 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise in Indonesia and Malaysia. A Study of Economi (...)

3Deux éléments majeurs articulés d’une manière proprement singulière se combinent en Malaisie pour soutenir, alimenter et caractériser tout à la fois la dynamique de croissance : il s’agit d’une part d’un très fort rôle joué par l’État – dont les linéaments sont posés dès la NEP –, d’autre part de son insertion de longue date dans la division internationale du travail, puis dans le système financier mondial. Ainsi sont liées dans une dialectique inédite la force des logiques internes – exprimées par des choix de politique nationale, voire nationaliste – et les contraintes extérieures associées à l’extraversion économique du pays. Depuis de très nombreuses années, la plupart des travaux économiques portant sur le cas de la Malaisie se penchent sur l’une ou l’autre de ces dimensions, en l’articulant souvent à la question éminemment politique de l’inégale répartition des richesses entre communautés1.

4Incontestablement, la singularité du système économique malaisien tient à la coexistence de ces deux traits caractéristiques – poids de l’État dans l’économie et ouverture à la mondialisation – dont il s’agit de décrire les formes institutionnelles, pour en souligner la profondeur historique et l’articulation avec l’organisation politique, économique et sociale locale.

5La qualité et la relative vigueur de la croissance ne sont pas cependant dénuées d’ambiguïté, car la souveraineté de l’État dans le développement malaisien se conjugue avec un autoritarisme et une certaine confiscation des bénéfices de la croissance au profit du parti au pouvoir, l’UMNO. De même, l’insertion ancienne et habile dans la mondialisation ne se fait pas sans générer une dépendance et une vulnérabilité du tissu économique à cette asymétrie des relations commerciales, financières, mais aussi technologiques. Caractériser le capitalisme malaisien aboutit donc à éclairer au passage ses travers et ses faiblesses intrinsèques et à renouer avec une tradition de discours critique sur le développement malaisien.

Notes

1 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise in Indonesia and Malaysia. A Study of Economic Development, 1962 ; D. K. Basset, British Trade and Policy in Indonesia and Malaysia in the Late XVIIIth Century, 1971 ; K. S. Jomo, A Question of Class. Capitalism, the State and Uneven Development in Malaysia, 1986 ; J. V. Jesudason, Ethnicity and the Economy. The State, Chinese Business and Multinationals in Malaysia, 1988 ; J. Faaland, J. R. Parkinson et R. Saniman, Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990 ; A. Bowie et D. Unger, The Politics of Open Economies, 1997 ; Chin Kok Fay et K. S. Jomo, « Financial sector rents in Malaysian », Rents, Rent Seeking and Economic Development, M. H. Kahn et K. S. Jomo éd., 2000.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search