Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 2. Une dynamique de croissance malgré les crises

4.

Crises économiques et résilience

Texte intégral

1Comme la plupart des crises, celles que la Malaisie affronte à partir de la toute fin du XXe siècle sont révélatrices de structures qui n’apparaissent pas dans l’étude des courbes régulières et continues que met au jour l’étude d’une dynamique de croissance. Ce chapitre permettra de faire la jonction entre l’excellence de la trajectoire macroéconomique et les ingrédients spécifiques du développement malaisien. Il suggère la prédominance sur longue période d’une trajectoire de croissance positive et soutenue, et ce malgré la succession de plusieurs crises : in fine la résilience du modèle de croissance malaisien paraît devoir être soulignée.

  • 1 Années instables selon le gouvernement malaisien, qui met la seconde phase de turbulence directeme (...)
  • 2 Renversement de l’ordre des choses symbolique dont rendent compte J. Van Wassenhove, État, société (...)
  • 3 A. Acharya, Democratising Southeast Asia. Economic Crisis and Political Change, 1998.
  • 4 K. S. Jomo s’exprimant sur freemalaysia.com en février 1999, cité par J. Van Wassenhove, État, soc (...)

2Les années qui séparent le choc violent de la crise asiatique (1997-1998) d’une véritable reprise de l’activité économique apparaissent instables1 et incertaines. En effet, la conjoncture est marquée par une incertitude générale qui tranche avec la confiance proche de l’euphorie des années de forte croissance. La vie économique est soudain comme frappée d’hésitation ; socialement et politiquement, cette période occasionne une profonde remise en cause des compromis passés et de la confiance aveugle de la population dans ses dirigeants. Pour la première fois depuis des années, des manifestations d’opposition au pouvoir du Barisan Nasional, et en particulier de contestation du pouvoir de Mahathir ont lieu2. En Indonésie, où l’instabilité politique sera plus forte encore, aboutissant à la chute de Suharto en mai 1998, la contestation est alimentée à la même source, qui est celle d’une violente rupture de la croissance3. Pour beaucoup d’observateurs, « la vie politique et la culture politique malaisiennes ne seront plus jamais les mêmes »4. Pour nous, il s’agit de comprendre la violence de cette crise et de la comparer aux épisodes économiques douloureux qui marqueront le cours de la première décennie du XXIe siècle.

La crise asiatique : une rupture dans la trajectoire ?

La crise monétaire de 1997 : une crise des fondamentaux ?

3L’une des analyses de la crise asiatique, lorsqu’elle éclate en juillet 1997, consiste à incriminer les fondamentaux, c’est-à-dire les structures macroéconomiques et la solvabilité financière des pays d’Asie du Sud-Est : les pays émergents sont-ils aussi forts qu’il paraît ? Ne s’agit-il pas plutôt, comme l’avait dit Krugman, de « Tigres de papier » ?

  • 5 Voir tout particulièrement J. Harrigan, G. Mavrotas et Y. Zulkornain, « On the determinant of capi (...)
  • 6 S. Fischer, « The Asian crisis and the changing role of the IMF », Finance and Development, 1998. (...)

4Selon la théorie dominante, les fuites de capitaux, sur le long terme, dépendent d’abord des fondamentaux macroéconomiques : il y a une relation de long terme entre ces fuites (quelle qu’en soit la définition empirique retenue) et le mouvement des taux de change, les variations de l’endettement extérieur, le taux de croissance réel et les investissements directs étrangers5. Pour Stanley Fisher, directeur du FMI, la crise serait une sanction normale du marché – qui aurait dû survenir plus tôt d’ailleurs –, destinée à corriger des évaluations trop favorables. Ainsi, de manière plus curative, elle va obliger les économies touchées à purger leurs éléments de fragilité6.

5La mauvaise situation financière du pays aurait-elle été responsable de la crise ? À observer les données fondamentales de la dynamique malaisienne, rien ne semble, au milieu de 1997, devoir retourner brutalement les anticipations. En témoignent les données de croissance, d’inflation et de chômage, mais aussi l’examen de la solvabilité budgétaire, ou encore de la balance des paiements.

Tableau 31. Croissance, inflation, chômage, 1990-2005

Tableau 31. Croissance, inflation, chômage, 1990-2005

Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006 ; taux de chômage : Economic and Social Commission for Asia and Pacific (ESCAP), « Malaysia », 2004, p. 250, corrigé par Ministry of Human Ressources, Labor and Human Resources Statistics, 1997.

6Avant la crise, il n’y a pas de tensions inflationnistes, et ce malgré un taux de chômage structurellement faible et une croissance économique remarquablement élevée.

7Pour juger des fondamentaux d’une économie, on considère aussi l’état des finances publiques. Le poids du gouvernement malaisien dans la construction et l’encadrement de la croissance initiée par la NEP à partir des années 1970 a été particulièrement important. Cette implication s’est avérée longue et durable, générant de fortes dépenses publiques qui, ajoutées aux dépenses de développement, ont creusé le budget malaisien des années durant. La vague de privatisation commencée en 1986 ainsi que la croissance très élevée du tournant des années 1990 ont progressivement restauré les recettes publiques, qui sont venues se mettre à la hauteur des dépenses globales (compte tenu de dépenses de développement toujours importantes), puis les ont nettement dépassées entre 1993 et 1997, période d’excédents budgétaires.

Tableau 32. Déficits budgétaires courant et global, 1980-2000

Tableau 32. Déficits budgétaires courant et global, 1980-2000

Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 6.1, 2007.

  • 7 P. Krugman, « What happened to Asia », 1998, reconnaît d’ailleurs que la théorie classique des cri (...)

8La chute du solde global que l’on constate pour 1998 correspond à l’effort public contra-cyclique destiné à soutenir la demande après la crise de 1997. La solvabilité financière de l’État, aspect crucial des fondamentaux d’une économie selon l’optique libérale, est donc remarquablement saine au moment où la crise éclate7.

  • 8 K. S. Jomo, « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development(...)
  • 9 Leong H. Liew, « A political-economy analysis of the Asian financial crisis », Journal of the Asia (...)

9Mais les marchés financiers (en réalité la City et Wall Street) ont tendance, depuis la crise mexicaine de 1995, à se focaliser sur un autre indicateur : le solde de la balance courante, « devenu le fétiche des analystes financiers » pour les pays émergents, sans considérer ou presque les autres données macroéconomiques8. Néanmoins tous les analystes n’isolent pas ce critère : ainsi en 1997 le FMI félicitait-il le gouvernement de Thaïlande pour « ses remarquables performances économiques et ses politiques macroéconomiques saines » lorsque son déficit courant était de 6 % du PIB en 1996, quand celui de la Malaisie s’établissait à 4,4 %9.

Tableau 33. Soldes significatifs de la balance des paiements (comptes courants), 1985-2000

Tableau 33. Soldes significatifs de la balance des paiements (comptes courants), 1985-2000

Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 7.1, 2007.

  • 10 Ainsi, le taux d’épargne est de 33 ; 34 ; 34,7 et 36 % du PIB entre 1993 et 1996 quand le taux d’i (...)

10Il faut dire que la balance commerciale malaisienne est à l’équilibre, voire fortement excédentaire depuis le milieu des années 1980, ce qui traduit la dynamique de croissance tirée par des exportations redevenues compétitives, tandis que la balance des transactions courantes, du fait d’un déficit structurel de services, de revenus (salaires, intérêts, dividendes) et de transferts courants, est nettement négative depuis 1990, se creusant même fortement autour de 1995. Cela illustre un déficit d’épargne nette, c’est-à-dire un écart entre le montant des investissements, en particulier de l’investissement privé, et de l’épargne10. Mais cet écart, qui se traduit par le déficit courant, comblé par des entrées de devises, sous forme essentiellement de crédits bancaires, reflétait davantage un extraordinaire rythme d’investissement en période de forte croissance, plutôt qu’une faiblesse structurelle de l’épargne nationale.

Graphique 14. Solde commercial et solde de la balance courante, 1985-2000

Graphique 14. Solde commercial et solde de la balance courante, 1985-2000

Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 7.1, 2007.

11Lorsqu’on se penche sur le service de la dette (publique et privée) et sur son évolution, là encore, il n’y a pas de motif particulier d’inquiétude, car il n’augmente que lentement au fil du temps. Exprimé en pourcentage des exportations, il est même plus bas qu’au début de la décennie 1990. En 1997, en valeur absolue, le service de la dette est plus faible qu’en 1996 et sa tendance sera à la baisse pendant toute la période d’incertitudes (1997-2001).

Tableau 34. Le poids du service de la dette, 1990-2005

Tableau 34. Le poids du service de la dette, 1990-2005

Source : World Bank, Global Development Finance, 2007.

  • 11 Leong H. Liew, « A political-economy analysis… », 1998, p. 305.

12La Banque mondiale spécifie que le ratio critique rendant un pays vulnérable à une crise monétaire serait un service de la dette/PIB égal à 18 %, mais hormis l’Indonésie dont le taux est de 30 % en 1996, les autres économies de la région qui ont été frappées par la crise monétaire ont des ratios bien inférieurs : la Thaïlande est à 12 %, la Malaisie à 8,7 %, la Corée à 5,8 %11.

  • 12 World Bank, Global Development Finance, 2007.

13Enfin, lors de la crise asiatique, les réserves de change n’ont pas fortement subi cette crise financière, et ce en raison de la réaction politique du gouvernement Mahathir qui a choisi de limiter les mouvements de capitaux et de fixer la valeur du taux de change du RM (fortement dévalué), plutôt que de laisser sortir les capitaux et filer la monnaie tout en acceptant un prêt du FMI assorti de conditionnalités. Établies à 28 milliards de dollars malaisiens en 1996, elles se réduisent pour atteindre 21,5 en 1997, puis remontent à 26,2 en 1998 et atteignent 30 milliards en 1999. Rapidement restaurées, les réserves vont connaître une croissance très élevée dans les années 2000, du fait de l’embellie du cours du pétrole (70 milliards en 2005)12.

  • 13 C’est aussi l’analyse qu’en fait R. Wade, s’opposant à une interprétation en termes de causes réel (...)
  • 14 J. Stiglitz, « Must financial crises be this frequent and this painful ? », 1998, p. 1-3. Les aspe (...)

14Il apparaît donc que les fondamentaux de l’économie malaisienne, conformément à ce que l’analyse de sa croissance pouvait laisser penser, étaient globalement positifs à la veille de la crise : les raisons de la catastrophe monétaire, financière, bancaire touchant in fine l’économie réelle sont à rechercher dans le soudain retournement des anticipations sur les pays émergents du Sud-Est asiatique, vus comme beaucoup plus intégrés qu’ils ne le sont en réalité13. Les mécanismes d’emballement des marchés financiers, mimétiques et amplificateurs, bien connus depuis la crise de 1929, sont alors responsables de l’extension en cascade (effet dominos) de la crise au sein de la région14.

1997-2002 : les enseignements d’une période d’instabilité

15Incertaine, cette période de crises est aussi révélatrice. Les deux situations conjoncturelles les plus difficiles en Malaisie depuis la phase de décollage – si l’on ne revient pas sur les difficultés du milieu des années 1980 – sont rapprochées dans le temps, survenant à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Leur comparaison permet de mieux cerner les spécificités de la crise de 1997 en termes d’effets macroéconomiques, et de relever un certain nombre de faiblesses du modèle malaisien. Ses caractéristiques sont analysées en regard de l’autre crise, très proche dans le temps, qui est, pour sa part, liée à la récession mondiale dans le cycle de l’électronique au début des années 2000.

Graphiques 15a et15b. Comparaison des deux crises au tournant du xxıe  siècle

Graphiques 15a et15b. Comparaison des deux crises au tournant du xxıe  siècle

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

16La première de ces deux crises est la crise asiatique de 1997-1998 ressentie dans toute la région. Elle se traduit par une récession (recul du PIB), plus nette encore lorsque l’on suit l’évolution du PIB à prix constants, c’est-à-dire en supprimant l’effet de la hausse des prix sur la valeur du PIB.

17À l’inverse, la crise suivante est très visible en termes nominaux, mais semble gommée si l’on se réfère à l’évolution du PIB réel. Cette nouvelle récession est contemporaine du ralentissement de l’économie américaine ; elle est due en particulier au trou d’air dans le secteur de l’électronique mondiale, créé par l’éclatement de la bulle internet en 2000. Cette crise sectorielle est sensible en particulier au niveau de la demande mondiale de semi-conducteurs qui s’adresse à la Malaisie, premier producteur et exportateur dans ce domaine.

18Au vu de la reprise immédiate dans les deux cas (le PIB se redresse dès l’année suivante, quelle que soit la mesure retenue), il ressort que l’économie malaisienne a su bien vite se rétablir.

Des profils de crise bien distincts

19Si l’on raisonne à prix courants, le PIB a augmenté entre 1996 et 2004 de manière régulière et soutenue sauf en deux épisodes : en 1997-1998, sa croissance annuelle, quoique positive, n’est que de 1,5 milliard de RM, au lieu des 30 milliards de valeur ajoutée supplémentaire annuels dont le pays est coutumier (soit vingt fois moins qu’à l’ordinaire). Cette stagnation semble refléter un phénomène de rupture moins violent néanmoins que ce qui se produit en 2000-2001 où le PIB accuse une baisse de 10 milliards, perdant 3 % de sa valeur.

20En revanche, lorsque l’on étudie l’évolution du PIB à prix constants, révélateur des effets réels en termes de pouvoir d’achat, un profil opposé apparaît : le choc de 1997 apparaît nettement plus important, l’année 2001 semble n’être qu’une pause, un palier dans la croissance.

21L’étude du mouvement des prix permet de comprendre que les profils de la conjoncture soient si contrastés selon la mesure du PIB retenue (en valeur ou en termes réels) : en 1997, on assiste à une certaine hausse des prix à la consommation, avec une inflation qui atteint 5,3 % en 1998 (dont la hausse du coût de l’alimentation : 9 %), soit un niveau supérieur aux petits 3 % d’inflation que connaît en général l’économie malaisienne – durant cette période et encore de nos jours –, tandis que les prix à la production grimpent à 10,7 %. Cette inflation cache donc la chute en termes réels du produit intérieur. Ainsi, le PIB exprimé en RM constants dévoile ce que l’inflation masque : une récession sévère.

Graphique 15c. Comparaison des deux crises : zoom

Graphique 15c. Comparaison des deux crises : zoom

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

Graphique 16. Variation des prix à la consommation, à la production, à l’importation

Graphique 16. Variation des prix à la consommation, à la production, à l’importation

Sources : ESCAP, Statistical Yearbook, 2004, p. 257 ; Bank Negara, 1998 ; EPU, 2007.

22En revanche, le ralentissement économique lié aux difficultés du secteur de l’électronique est accentué lorsqu’on le mesure en monnaie courante. Cela est dû à la légère déflation qui marque les années 2000-2001.

  • 15 EPU, Statistical Data, p. 15 (disponible sur www.epu.gov.my).
  • 16 Baisse de l’ordre de 6 % en 2001 par rapport à 2000 dans le cas des prix de gros de la production (...)

23On peut démontrer qu’il s’agit d’une crise venue de l’extérieur en étudiant l’évolution de l’indice de la production manufacturière : si en 2001, la production industrielle dans son ensemble diminue de 6,6 %, cette tendance est due à la chute de 10,4 % des secteurs orientés vers l’exportation, tandis que les secteurs tournés vers la demande intérieure connaissent quant à eux une croissance de près de 6 %, nettement en baisse par rapport à l’année précédente, mais néanmoins positive15. Cette dépression sur la production destinée à l’exportation est largement due au ralentissement américain de 2000-2001, ce pays étant le premier pays client de la Malaisie (à hauteur de 20 % des exportations au tournant du XXIe siècle). Le choc négatif sur la demande (ici la demande extérieure) s’accompagne donc d’une baisse des prix à la production16, tandis que le prix des importations stagne.

24On est donc face à deux moments de crise qui n’ont ni la même ampleur ni la même physionomie. Ces crises ne sont pas de même ordre, n’auront pas les mêmes effets et donc pas le même caractère de gravité. En revanche, toutes deux révéleront les faiblesses que le système économique malaisien cumule.

  • 17 Voir D. Flouzat, La nouvelle émergence de l’Asie, 1999, p. 16-20.

25La crise asiatique n’est donc pas de même nature que la suivante. Nous revenons brièvement sur les circonstances de son déclenchement17 pour souligner son caractère monétaire et financier alors que la crise de 2001 sera sectorielle. Dans les deux cas, comme à nouveau en 2008, la crise est importée de l’extérieur : ce sont donc des crises de la Malaisie mondialisée.

  • 18 Bank Negara, Monthly reports.

26Le 2 juillet 1997, le décrochage officiel du baht par rapport au dollar sonne comme un coup de tonnerre dans un contexte d’enthousiasme voire d’euphorie des milieux d’affaires et investisseurs en Asie du Sud-Est. Les Malaisiens retiennent leur souffle, ne sachant pas dans les premiers jours si l’effet dominos aura lieu, entraînant leur économie dans le sillage de la dépréciation, des retraits des mouvements de capitaux, des catastrophes boursières, et des faillites en chaîne. Immédiatement (entre juillet et août 1997), l’indice boursier composite de Kuala Lumpur perd 20 % de sa valeur, puis continue à chuter : une perte de près de moitié sera enregistrée entre l’été et novembre 1997. Les titres qui s’échangent au second marché vont perdre 72 % de leur valeur entre juillet 1997 et janvier 1998. La capitalisation boursière aura été divisée par plus de deux dans les six premiers mois. Au deuxième trimestre de 1998, le rebond de la crise va accélérer les fuites de capitaux : entre février et fin août 1998, l’indice boursier de Kuala Lumpur est encore divisé par 2,5 ; la capitalisation boursière (qui avait un peu repris) est pour sa part divisée par 2,418.

27Par ailleurs, l’attractivité du pays chute rapidement, y compris sur les projets de long terme : les entrées d’IDE vont perdre 60 %. La valeur de la monnaie chute, de 2,53 RM pour 1 dollar en 1996 à 3,89 RM pour 1 dollar en 1997.

Graphique 17. La dépréciation rapide du ringgit par suite de la crise asiatique

Graphique 17. La dépréciation rapide du ringgit par suite de la crise asiatique

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

  • 19 Bank Negara, « Direction of monetary policy », point de presse du 18 octobre 1997 (www.bnm.gov.my)
  • 20 La masse monétaire en circulation s’est contractée brusquement, M1 passant de 82,8 milliards de RM (...)
  • 21 R. McKinnon, « After the crisis, the East Asian dollar standard resurrected », 2000 ; M. Arès, « À (...)

28La crise financière a donné lieu en Malaisie à des mesures de contrôle des capitaux et des changes en rupture avec l’orthodoxie du FMI : l’élévation du taux interbancaire de 7,34 % fin 1996 à 8,30 % en octobre 199719 a permis d’assécher la création monétaire (dont une partie alimentait la spéculation sur les marchés boursiers)20. Les taux d’intérêt ont certes légèrement augmenté, mais les mesures prises au 1 er septembre 1998 pour contrôler les mouvements de capitaux et arrimer le ringgit au dollar américain (mesures qui seront allégées dès le 4 février 1999) ont finalement permis à la Malaisie d’économiser ses réserves de change et de ne pas être obligée de pratiquer une forte hausse des taux d’intérêt qui aurait compromis la reprise de la croissance par une politique monétaire restrictive21. Les réserves de change ne subiront qu’une très courte période de baisse.

Graphique 18. Évolution des réserves de change

Graphique 18. Évolution des réserves de change

Source : FMI, Balance of Payment, 2006.

  • 22 P. Richer, Crises en Asie du Sud-est, 1999.

29Mais en tout état de cause, et malgré les mesures prises, la crise a de multiples facettes puisqu’elle va conjuguer crise monétaire, crise financière, crise bancaire et crise économique réelle : chute de la production, de l’investissement, de la consommation, des exportations, et, conséquence logique, elle aura des répercussions sur le pouvoir d’achat et l’emploi. Tous les pays de la région n’y réagiront pas de la même façon, ni au même rythme ni par les mêmes mesures22. La cohérence et l’intégration régionale en seront d’ailleurs sensiblement affectées dans un premier temps.

Graphique 19. Hausse mesurée et limitée dans le temps des taux d’intérêt en 1997-1998

Graphique 19. Hausse mesurée et limitée dans le temps des taux d’intérêt en 1997-1998

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

  • 23 Pour les débats sur les déterminants de cette crise, voir le chapitre 5 consacré aux ambivalences (...)

30Pour fournir les éléments d’appréciation des effets de cette crise monétaire et financière sur la trajectoire de long terme23, et mettre en évidence les éléments qui la distinguent nettement de la conjoncture de 2001, il faut poursuivre l’étude avec l’examen du ralentissement de 2001.

  • 24 Ministry of Finance, Economic Report, 2006.

31Le ralentissement ressenti en Malaisie entre 2000 et 2001 apparaît très limité en comparaison de la crise de 1997-1998 (le PIB en termes réels continue d’augmenter entre 2000 et 2001), car il reste nettement localisé en termes de secteurs, ne concernant ni celui des services, ni celui de la construction, ni les dépenses gouvernementales. Ce sont les secteurs manufacturier et minier qui enregistrent des baisses de production (– 6 % et – 1,5 %), concentrées sur les productions destinées à l’exportation, qui chutent de 10,6 %24.

32Mais ce ralentissement n’est pas propre à la Malaisie : les NPI exportateurs de la région sont également touchés dans leur croissance économique. En revanche, cette tendance récessive ne touche pas vraiment l’Indonésie (+ 3,8 % en 2001) ou les autres pays d’Asie du Sud-Est (+ 2,4 % en moyenne), ni la Chine (+ 8,3 %), ni la Corée (+ 3,8 %). Cela montre que la Malaisie est vraiment entrée à la fin du xx e siècle dans le schéma particulier d’une économie asiatique insérée dans la mondialisation des échanges, plus proche de Singapour ou Hong Kong que des économies en développement voisines, ou que d’un NPI moins extraverti comme la Corée.

33La crise est due à deux facteurs frappant la demande extérieure : le ralentissement américain, d’une part, la baisse des cours des matières premières de l’autre, qui, dans la région, va toucher tout particulièrement la Malaisie : en 2001, le pétrole brut perd 14 % et le cours des matières premières agricoles exportatrices perd 9,1 % dans son ensemble (dont – 29,4 % pour l’huile de coco ; – 8 % pour l’huile de palme ; – 20 % pour le bois de sciage ; – 14 % pour le caoutchouc). Le prix de l’étain chute aussi fortement (– 17,5 %).

34En conséquence, les exportations malaisiennes de produits primaires chutent (en particulier, le caoutchouc : – 28 % ; le bois : – 32 % ; et le pétrole : – 22 %). En raison du ralentissement de la demande mondiale, en particulier américaine, c’est l’électronique qui enregistre la plus forte baisse (– 15 %) au sein du secteur manufacturé exportateur.

35Mais alors que l’industrie à vocation exportatrice se contracte, la production industrielle à destination de la demande domestique augmente pour sa part de 7,4 % en 2001. On pourrait penser que le caractère sectoriel et exogène du ralentissement en réduit la portée. En réalité, du fait de la part très élevée de l’industrie exportatrice dans l’industrie totale (73 % en 2000), l’investissement privé est fortement touché (– 20 %). Cependant, on doit nuancer cela en précisant que l’investissement global, soutenu par l’effort d’investissement public, demeure quant à lui peu affecté (– 2,5 %). La Banque centrale synthétise ainsi la situation :

  • 25 Conférence de presse du gouverneur de la Bank Negara, à l’occasion du rapport annuel 2001, 20 mars (...)

Les performances économiques du pays en 2001 ont été significativement influencées par des développements extérieurs sans précédents qui ont eu de larges implications sur l’économie mondiale. Étant une économie largement ouverte, la Malaisie a été affectée par le faible dynamisme de l’environnement économique. Cet impact s’est combiné aux effets du 11 Septembre.25

  • 26 Soit + 12 % pour l’ensemble des dépenses publiques (Ministry of Finance, Economic Report, 2006).

36Les sources internes de la croissance (l’investissement et la consommation domestiques plutôt que les exportations) sont la clef de la résistance à ce type de choc et de la reprise : la politique macroéconomique mise en œuvre est allée dans ce sens en augmentant l’investissement public de 15 %26.

37Il semble donc que la très grande spécialisation de la Malaisie dans une poignée de secteurs dépendant de la demande étrangère (elle-même extrêmement concentrée : les États-Unis représentent au moment du choc plus de 20 % des exportations) soit en cause dans ce ralentissement conjoncturel. Cette extraversion de l’économie malaisienne, héritée de la stratégie de développement retenue lors de la NEP, constitue une fragilité structurelle qui implique par conséquent que le pays subisse fortement des chocs externes, en particulier lorsqu’ils frappent l’électronique mondiale.

Deux chocs d’ampleur très différente sur la sphère réelle : consommation, investissement, emploi

38Même lorsque les analystes insistent sur le caractère monétaire et financier de la crise asiatique, sans reconnaître aux économies concernées des faiblesses structurelles graves, ils ne peuvent ignorer que cette secousse sur les marchés boursiers et le marché des changes a produit des effets réels bien perceptibles.

39Les pays ont connu non pas un simple ralentissement de leur croissance, mais une récession, c’est-à-dire une diminution du PIB en valeur absolue. Et cette récession s’est accompagnée d’une diminution du volume des biens et services produits, et des échanges commerciaux.

Tableau 35. La crise asiatique mesurée par les taux de croissance du PIB

Tableau 35. La crise asiatique mesurée par les taux de croissance du PIB

Source : Far Eastern Economic Review, 16 décembre 1999.

40En conséquence, la crise a engendré toujours et partout des faillites et une montée du chômage qui pèse sur la plupart des économies de la région, malgré leur rétablissement rapide. La Malaisie, avec sa petite population active et son marché du travail tendu, assiste à une montée du chômage toute relative en comparaison des voisins régionaux, en particulier de l’Indonésie qui paie un très lourd tribut social à la crise. Le BIT rapporte les taux de chômage suivants en décembre 1998 (comparés à ceux du printemps de 1997) :

Tableau 36. Hausse des taux de chômage après la crise de 1997

Tableau 36. Hausse des taux de chômage après la crise de 1997

Source : BIT, 2000.

  • 27 ESCAP, Statistical Yearbook, 2004, p. 250.

41La récession économique de 1997 (la production industrielle chute de 10 %) aura ainsi des effets sensibles du point de vue de l’emploi en Malaisie : le nombre de chômeurs passe de 215 000 à 313 000 entre 1997 et 199927, soit une hausse de près de la moitié. Mais cette hausse ne se retrouve pas, a posteriori, dans les données du chômage fournies par la Banque mondiale (à la fin de 1998, le taux de chômage enregistré par le BIT est de 5,2 %).

Graphique 20. Évolution du taux de chômage malaisien, 1994-2005

Graphique 20. Évolution du taux de chômage malaisien, 1994-2005

Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006 ; ESCAP, Statistical Yearbook, 2004.

  • 28 Les mesures les plus spectaculaires ont touché le travail de clandestins : 187 000 migrants illéga (...)

42On constate en effet, d’après les données de la Banque mondiale et les chiffres officiels malaisiens, que la hausse du taux de chômage reste très modérée, passant de 2,6 à 3,2 % entre 1997 et 1998. Cela s’explique d’abord par le fait que dans ce petit pays (comme à Singapour) la main-d’œuvre est structurellement rare. Par ailleurs, le gouvernement a utilisé la population des travailleurs étrangers comme variable d’ajustement pour limiter les effets sociaux douloureux de la crise : suite aux différentes mesures prises pour réduire le volume de l’emploi d’étrangers au lendemain de la crise monétaire, la population immigrée, estimée par l’Economic Report de 1998-1999, est passée de 2,2 millions en 1996 (sur une population totale inférieure à 20 millions) à 1,6 million en 199928. Le ralentissement de 2001 semble n’avoir pas eu non plus de graves répercussions en termes d’emploi.

43La demande intérieure (consommation et investissement, publics et privés) s’infléchit violemment en 1997, ce qui va distinguer rétrospectivement cet épisode du ralentissement de 2000-2001 (alimenté par un recul de la demande étrangère et non un effondrement de la demande intérieure). Comme on pourra le montrer, c’est au niveau de l’investissement que la crise de 1997 apparaît dans toute sa violence.

44Ainsi, la crise asiatique heurte de plein fouet la dynamique d’accumulation du capital en Malaisie : l’investissement, variable macroéconomique la plus touchée, perd 42 % entre 1997 et 1998. Après être reparti pendant deux ans consécutifs, il donne à nouveau un coup de frein en 2001 (– 3,3 %). Le taux de croissance de l’investissement va ensuite se rétablir, mais à un niveau extrêmement faible (entre 0 et + 3-4 % par an à partir de 2001), tandis que, avant la crise, il montait le plus souvent au-dessus de 10 %.

45Si l’on étudie désormais la trajectoire de l’autre variable macroéconomique majeure qu’est la consommation, il semblerait que sa chute, quoique sévère (– 10 %) et concomitante, apparaisse moins foudroyante que celle de l’investissement. La consommation malaisienne s’avère marquée par la crise asiatique, car le revenu moyen des Malaisiens est très affecté par cette crise : en termes réels le pouvoir d’achat est amputé de 10 % cette année-là, perte qui ne sera rattrapée qu’au bout de six ans (en 2003). La consommation publique chute de 10 % en termes réels en 1997, subissant ainsi le choc au même titre que la consommation des ménages.

Graphique 21. Évolution du taux de croissance de l’investissement, 1990-2005

Graphique 21. Évolution du taux de croissance de l’investissement, 1990-2005

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

Graphique 22. Évolution du taux de croissance de la consommation finale, 1990-2005

Graphique 22. Évolution du taux de croissance de la consommation finale, 1990-2005

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

46Malgré les relativement « bons » chiffres du chômage, tels qu’on a pu les lire dans les documents officiels, cette perte durable de pouvoir d’achat donne une mesure de la violence qu’a eue cette crise sur la population malaisienne dans son ensemble, et permet de comprendre qu’un fort mécontentement politique ait pu surgir de cette période. Mais la consommation malaisienne reprend dès 1999 à un bon rythme, et n’enregistrera qu’une petite baisse de régime en 2001 (taux de croissance de – 0,2 %).

47Il s’agit maintenant de mettre l’accent sur ce que la crise de 1997 a engendré de plus durable du point de vue de la dynamique macroéconomique : la chute du taux d’investissement.

  • 29 Les chiffres fournis ici reprennent les données du rapport 2007 de l’ESCAP, fondé sur les données (...)

48La chute spectaculaire de ce taux n’est pas propre à la Malaisie : toute la région a plongé suite à la crise de l’été 199729. La Corée du Sud l’a fait un peu plus tardivement, l’économie de Hong Kong, plus faiblement. Finalement, en 1998, ces économies asiatiques en forte croissance ont des taux d’investissement considérablement inférieurs à leur niveau de l’année précédente, ce qui pourrait faire penser à une crise financière due à une suraccumulation du capital qui ne trouverait plus, après un certain nombre d’années, à se valoriser. Si l’on excepte la chute du taux d’investissement thaïlandais, entamée dès 1996 (– 21 points sur deux ans), et suivie par une rapide reprise, la plus forte chute reste celle de la Malaisie (– 17 points).

49Sur le moment, Singapour seul semble peu affecté par ce choc, mais la chute va être extrêmement sévère. En réalité, l’effet de la crise financière cumulé à celui du ralentissement de l’électronique (et sans doute à l’épisode du SRAS de 2003) y sera profond : en 2003, le taux d’investissement singapourien est de 15,6 %, alors qu’il atteignait plus du double à la fin des années 1990.

50Ainsi, en comparaison des autres économies régionales, la position malaisienne est-elle triplement singulière : par l’ampleur du choc ressenti en 1997 d’une part, par sa durée ensuite, et par l’absence de véritable reprise de l’effort d’investissement enfin.

51Cet aspect crucial, qui conditionne la dynamique économique à venir, doit être étudié plus en détail. Suite à la crise de 1997, on note une chute extrêmement brutale du taux d’investissement, qui n’est pas encore reparti depuis et explique le décrochage actuel vis-à-vis du taux d’épargne qui, lui, s’est immédiatement restauré.

52Le taux d’investissement malaisien a en effet été divisé par deux en un an (1997), puis ne s’est pas vraiment relevé. Il semblerait qu’en 1999, l’effort d’investissement soit prêt à reprendre, mais le ralentissement mondial de 2000 se fait sentir et fait retomber ce ratio à un niveau (20 %) très proche de ce qu’il était avant la phase d’industrialisation.

Graphique 23. L’évolution contrastée du taux d’investissement malaisien

Graphique 23. L’évolution contrastée du taux d’investissement malaisien

Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006.

53En 2007, la croissance économique semble bien repartie, mais la faiblesse comparée du taux d’investissement (historiquement et en comparaison internationale) est un signe qui peut être inquiétant du point de vue de la dynamique malaisienne à moyen terme. À moins que cela ne vienne conforter l’interprétation de la crise asiatique de 1997 comme une crise de suraccumulation du capital : dans cette perspective d’analyse, la reprise serait possible, au-delà de la crise, mais sur la base d’un rythme d’accumulation plus réduit. On aurait alors changé de régime d’accumulation. En tout état de cause, on constate que la reprise de la croissance de l’investissement est très modérée depuis 1997.

54D’autre part, la composition des flux de capitaux privés étrangers se modifie au cours de ces années d’instabilité, et singulièrement à partir de 2001 (année marquée par la chute du niveau mondial d’IDE). Alors qu’une certaine diminution de la proposition des capitaux étrangers et en particulier des IDE dans le PIB semblait en cours depuis 1997, les IDE représentaient de manière régulière la moitié de ces capitaux privés. Or depuis 2001, l’envolée très nette des entrées de capitaux privés étrangers (en pourcentage du PIB) n’est plus accompagnée du même accroissement de sa composante la plus stable et la plus industrialisante. Cette nouvelle configuration laisse plus à craindre pour l’instabilité financière du pays qu’elle n’augure de perspectives positives en termes de projets productifs et d’industrialisation.

Graphique 24. Le divorce entre les IDE et les flux de capitaux privés étrangers

Graphique 24. Le divorce entre les IDE et les flux de capitaux privés étrangers

Source : World Bank, Global Development Finance, 2006.

55Enfin, dernier coup de boutoir porté à l’idée que la crise serait définitivement dépassée, et n’aurait pas laissé de traces, le poids croissant de l’État dans l’investissement. L’investissement est parvenu à reprendre doucement en volume, à la suite des violents chocs successifs, mais non en termes d’effort en pourcentage du PIB, car la reprise économique est essentiellement due au soutien par l’investissement public de la FBCF domestique. L’État a joué un rôle contra-cyclique de soutien de l’activité au moment de la crise asiatique, ce qui était certainement extrêmement porteur en termes de dynamique à moyen terme, puis à nouveau en 2001.

56En revanche, on peut s’étonner du poids élevé de la part de l’État dans l’investissement une décennie plus tard (sa part reste supérieure à 55 % depuis 2002) et s’interroger sur la manière dont cet investissement public soutient la dynamique d’accumulation du capital des années après le moment critique.

Graphique 25. Évolution de l’investissement public, 1990-2007

Graphique 25. Évolution de l’investissement public, 1990-2007

Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006.

D’une crise à l’autre, où en est la croissance ?

Dix ans après la crise : un bilan très positif

  • 30 World Bank, 10 Years After the Crisis. Asia and Pacific Update, 2007.

57En 2007, à la veille d’une nouvelle crise, mondiale et structurelle du régime d’accumulation du capitalisme financiarisé, en Asie l’heure est aux bilans, dix ans après la crise asiatique30. Dans son rapport sur le sujet, la Banque mondiale indique que désormais l’actualité est dominée par la Chine, dont le poids économique au sein des pays asiatiques émergents est devenu prépondérant. Son taux de croissance supérieur à 10 % pendant quatre années consécutives entraîne donc mécaniquement la croissance moyenne régionale (+ 7,6 % en 2005). Si le rapport de 1993 sur le « miracle asiatique » ne comptait que les quatre Dragons ainsi que la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande et l’Indonésie, le dernier rapport en date intègre sous le terme d’économie en transition la Chine, le Vietnam, et comptabilise par ailleurs les petites économies comme le Cambodge, le Laos, la Birmanie, etc.

58Les projections pour les années suivantes sont toujours très favorables – preuve s’il en fallait que la crise des subprimes qui éclate à ce moment-là aux États-Unis n’était pas prévue par les organisations internationales : le taux de croissance devrait s’établir autour de 7-8 % selon ce même rapport, la croissance chinoise infléchissant un peu son cours (10,6 % en 2006 ; 9,6 % en 2007 ; 8,7 % en 2008).

  • 31 Soit les quatre dragons, les quatre pays d’Asie du Sud-Est et la Chine.

59Le dynamisme des exportations reste l’indicateur le plus manifeste de ce succès régional, avec, là plus qu’ailleurs, le poids écrasant de la Chine : l’accroissement des exportations de marchandises dans les neuf économies émergentes d’Asie a été de 18-19 % en moyenne, en 2005 et 200631, et parmi elles, celles de la Chine augmentent de 27-28 % par an. On mesure alors à quel point la carte économique régionale et les entités politiques comme ASEAN ont pu être bouleversées en moins de quinze ans par l’arrivée de ce nouveau géant qui n’a pas connu la crise. L’entrée de l’Inde dans le concert des nations, bien que beaucoup moins significative du point de vue industriel, des exportations et des IDE, vient cependant s’ajouter à la recomposition économique et politique d’ensemble.

« Résilience du modèle » ou solides bases macroéconomiques ?

  • 32 Pour les détails du déroulement de la crise lui-même et une revue des différentes réactions nation (...)
  • 33 F. S. Hsiao et M. W. Hsiao, « Miracle or myth of Asian NICs’Growth : the irony of numbers », Resea (...)
  • 34 J.-M. Germain et S. Guichard, « L’Asie du Sud-Est : quelles perspectives de croissance à moyen ter (...)

60On a beaucoup parlé de la résilience du modèle asiatique, pour décrire sa surprenante capacité à surmonter la crise. Cette sortie de crise relativement rapide32 s’explique aussi le fait que les données macroéconomiques fondamentales n’étaient pas en cause. Contrairement à ce qu’il avait pu être écrit sur la faiblesse de l’amélioration de la productivité en Asie (notamment la PTF mesurée comme le résidu de la croissance), et en dépit des prédictions de rendements décroissants du capital au fil de l’accumulation en Asie (selon Krugman), la dynamique de la croissance était robuste et ne reposait pas seulement sur une accumulation quantitative des facteurs. C’est du moins ce que permettaient de démontrer des travaux de mesure de la croissance, inscrits dans la lignée de ceux présentés plus haut, que des économistes, notamment asiatiques, ont menés au lendemain de la publication de l’article polémique de Krugman. Recherche d’objectivité ou volonté plus politique de contrecarrer l’effet déplorable d’une expression telle que « Tigres de papier », les publications sur ce sujet ont été très nombreuses : citons seulement Masahiro Kawai ; Frank S. Hsiao et Mei-Chu W. Hsiao33, Arnold C. Harberberg, Jean-Marc Germain et Stéphanie Guichard34.

  • 35 F. S. Hsiao et M. W. Hsiao, « Miracl or myth… », 1998 ; J. I. Kim et L.J. Lau, « The sources of ec (...)
  • 36 M. Dutta, « The new industrial revolution in Asian economies. Has it reached its Ceiling ? », Rese (...)
  • 37 A.C. Harberberg, « Reflections of economic growth in Asia and the Pacific », Research in Asian Eco (...)

61Ces travaux de mesure, toujours plus pointus et exigeants, purent apparaître dérisoires face au retentissement d’un article de Krugman dans une revue à grand tirage, invitant au désenchantement et confirmé, semble-t-il, par une crise majeure. Mais rétrospectivement, ils permettent de comprendre pourquoi la région a pu se relever si vite de la récession. La publication en 1998 d’un numéro spécial de Research in Asian Economic Studies consacré à la révolution industrielle accélérée des pays d’Asie fut l’occasion pour de nombreux chercheurs d’opérer un retour critique sur les travaux de mesure interprétés par Krugman. Ils ont reconsidéré d’un point de vue théorique et empirique les deux méthodologies utilisées par Alwyn Young et par Jong Il Kim et Lawrence J. Lau35, sur lesquelles reposait l’article de Krugman. Ces recherches ont mis en évidence des problèmes de validité et de cohérence dans les analyses du résidu36 ; des problèmes dans la mise en application de la méthode par Kim et Lau et par Young ; des erreurs dont elles étaient entachées ; et en introduisant un indicateur plus pertinent, elles ont montré que la productivité totale des facteurs peut être plus élevée que dans les pays industrialisés : tout dépend de la façon dont on la mesure37. Ainsi, il apparaît que les travaux sur lesquels Krugman s’est fondé ne sont pas aussi solides qu’ils le semblaient de prime abord. Le titre de l’article de Frank S. Hsiao et Mei-Chu W. Hsiao, « l’ironie des nombres », vise à renvoyer Krugman et la tyrannie des nombres de Young à leur propre aporie, puisque ce qu’ils avaient cru pouvoir dire s’avère faux, cela étant encore prouvé par le recours aux chiffres.

La Malaisie en rétablissement

  • 38 Ministry of Finance, Economic Report, 2006.
  • 39 Bank Negara, « The Malaysian economy en 2006 », 2007.

62En 2007, le gouvernement malaisien qualifie les dernières années écoulées (2002-2005) de période de rétablissement38. Après le violent choc de 1997-1998 et les incertitudes du début du siècle, la reprise est là et il semble que 2006 et 2007 poursuivent cette tendance. L’inflation reste maîtrisée (3,6 % en 2006), le chômage est toujours très bas (3,5 % de la population active attendus en 2007 comme en 2006), la balance commerciale est de plus en plus excédentaire (135 milliards de RM en 2007 après 125 en 2006 et 104 en 2005) et les réserves de change, entamées par la crise de 1997, ont été depuis très largement restaurées (290 milliards de RM attendus en 2007). Ainsi, la Malaisie est dans une situation commerciale et financière solide39.

63La dynamique est alimentée par les exportations et la consommation domestique. Certains indicateurs restent néanmoins détériorés, en particulier le taux d’investissement qui n’est toujours pas en mesure de se restaurer malgré un très fort investissement public. Contrairement à ce que les réactions à la crise asiatique ont trop vite affirmé, pour critiquer la notion de miracle, on retiendra que le succès économique malaisien n’est certainement pas un mythe, mais une réalité tangible, avec une croissance robuste, reposant sur des fondamentaux sains et une dynamique d’accumulation du capital soutenue.

  • 40 Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, 2007.

64En moins de trente ans, la Malaisie est ainsi devenue non seulement un pays émergent, mais un Tigre asiatique de premier ordre dans la région la plus dynamique du monde. Les prédictions de « Vision 2020 » énoncées quelques années avant la crise asiatique, bien que très ambitieuses, n’étaient pas délirantes : malgré les deux ralentissements, le PIB par tête malaisien a encore doublé en une décennie de 1996 à 2006, portant la Malaisie au 72e rang mondial en termes de revenus par habitant, quand la Thaïlande voisine se situe au 110e ou les Philippines et l’Indonésie aux 137 et 139e rangs en 200540. Toutefois, pour sortir de la « catégorie supérieure des pays à revenus intermédiaires » selon le classement de la Banque mondiale et passer au rang de « pays à revenus élevés », la barre reste encore très haute : elle est placée (en 2009) à 10 725 dollars US par habitant, soit le double du revenu moyen malaisien. Si l’on ajoute que cette barre ne cesse de s’élever d’année en année, on mesure ainsi la longueur du chemin qui reste à parcourir à la Malaisie pour devenir une fully developped country à l’horizon 2020 comme l’annonçait Mahathir en 1991 dans sa « Vision 2020 ». On notera que d’un point de vue régional, sa position d’entre-deux est très sensible, que ce soit en termes de trajectoire dans la crise ou en niveau de revenu atteint.

65Mais la crise mondiale liée à la crise financière, elle-même enclenchée par l’éclatement de la bulle des subprimes au printemps de 2007, vient s’inviter à son tour dans la dynamique économique malaisienne, heurtant à nouveau, et brutalement, la trajectoire de croissance qui s’était réamorcée.

La Malaisie 2009 : de retour dans la crise

66La crise mondiale s’est fait véritablement sentir au dernier trimestre de 2008. Les premiers partenaires commerciaux de la Malaisie que sont le Japon, Singapour et les États-Unis ayant vu leur économie régresser, ils ont entraîné dans leur récession ce petit partenaire commercial. C’est par le canal de la demande extérieure qu’elle entre en Malaisie à travers le violent recul des exportations. Sans réel avertissement au long des trois premiers trimestres de 2008, l’automne voit les exportations plonger de 13,3 %. La demande intérieure ayant pris le relais de la demande extérieure, elle parvient à assurer une croissance néanmoins positive sur l’année : après avoir été de 6,3 % en 2007, la croissance malaisienne s’établit à 4,6 % sur 2008. Mais à la fin de 2008, la croissance s’est déjà éteinte. En effet, la chute de la demande extérieure s’est traduite par des licenciements massifs dans le secteur manufacturier, elle a aussi retenti immédiatement, via la baisse des cours des matières premières, sur le revenu des petits producteurs agricoles (caoutchouc, huile de palme) : ces deux éléments se sont traduits en une baisse du moral des ménages, de la confiance et donc de la propension à consommer. Dans le même temps, l’investissement privé a chuté de 10 %.

Tableau 37. Variation du PIB malaisien par emplois, 2008 et premiers trimestres 2009 (en pourcentages annualisés)

Tableau 37. Variation du PIB malaisien par emplois, 2008 et premiers trimestres 2009 (en pourcentages annualisés)

Source : Department of Statistics (www.statistics.gov.my).

67Du côté de l’offre, le ralentissement s’est manifesté dans presque tous les domaines à partir de la chute du secteur industriel manufacturier entraîné par les branches orientées vers l’exportation. À la fin de 2008, le secteur manufacturier enregistre une baisse de 8,8 %, et les secteurs exportateurs, de 12,3 % après un début d’année déjà légèrement en recul (– 1,1 %). L’automne 2008 est donc le moment où la crise importée de l’extérieur se transmet à l’économie nationale dans tous ses secteurs. Dès lors, les secteurs à vocation domestique déclinent, alors que la croissance sur le début d’année était très vive. En particulier le bâtiment commence à décroître à son tour, l’agriculture est aussi touchée par les soubresauts de la demande mondiale : on assiste à une modération de la production d’huile de palme, et à la diminution de celle de caoutchouc, tandis que recule le secteur minier (pétrole et gaz). Entre la fin de 2008 et le début de 2009, la crise frappe tous les domaines de l’économie.

Tableau 38. Variation du PIB malaisien par secteurs, 2008 et premiers trimestres 2009 (en pourcentages annualisés)

Tableau 38. Variation du PIB malaisien par secteurs, 2008 et premiers trimestres 2009 (en pourcentages annualisés)

Source : Department of Statistics (www.statistics.gov.my).

  • 41 Department of Statistics, Index of Industriel Production, 2009, p. 4.

68Ainsi l’année 2009 commence-t-elle mal avec un plongeon de la production industrielle en raison directe de la dépendance de la Malaisie à ses exportations. La courbe descendante qui s’amorce au milieu de 2008 se précipite en entraînant toutes les composantes de l’industrie dans la récession en 200941. L’industrie manufacturière enregistre une baisse d’un quart de ses ventes en janvier 2009, par rapport à janvier 2008 : employant près d’un million de salariés, le secteur industriel a perdu en un an un dixième de ses effectifs. Les secteurs les plus fortement frappés par cette baisse sont les grands secteurs exportateurs : dans l’informatique, la vente d’ordinateurs et périphériques a été divisée par deux par rapport à l’année précédente, celle de semi-conducteurs a baissé de 35 %. Et la chute de leur production se poursuit au cours de l’année 2009, bien que de manière progressivement ralentie.

69En raison du poids déterminant des exportations électroniques qui ont perdu plus d’un tiers de leur valeur, l’ensemble des exportations malaisiennes a aussi fortement reculé entre janvier 2008 et janvier 2009. Mais à la fin du troisième trimestre, la dynamique récessive touchant aux exportations ne s’était pas ralentie. Cependant les statistiques de l’emploi ne sont pas pour autant dégradées, en comparaison du chômage massif que vivent de nombreux pays développés par suite de cette vague de récession.

Tableau 39. Évolution de l’emploi, 2008-2009

Tableau 39. Évolution de l’emploi, 2008-2009

Source : Department of Statistics (www.statistics.gov.my).

70Face à la crise, les mesures gouvernementales sont nombreuses et massives, passant par le soutien à la demande : la demande publique s’accélère au dernier trimestre de 2008 (+ 13 %) alors que quasi toutes les autres composantes de l’activité sont en recul. Un nouveau « stimulus fiscal » est engagé au 3e trimestre 2009. Cette intervention publique passe aussi par la stabilisation des prix : l’inflation ralentit et s’établit autour de 6 % à la fin de 2008 après une série d’ajustements par le gouvernement des prix de l’essence au détail ; et par le soutien monétaire de la croissance : le taux d’intérêt directeur a été réduit de 1 % entre novembre 2008 (– 1/4 de point) et janvier 2009 (– 3/4 de points) pour s’établir à 2,5 % à la fin de janvier 2009. L’aide aux PME est assurée par la Banque centrale via un concours destiné aux garanties (2 milliards de RM). Afin de réduire le coût de l’intermédiation bancaire, le taux de réserve obligatoire est également abaissé à plusieurs reprises. Enfin, la mesure la plus forte et inattendue est sans doute celle concernant l’investissement étranger : ce dernier est facilité, le gouvernement acceptant de remettre en cause les clauses liées à la discrimination positive en faveur des Malais.

71De son côté, le marché du crédit a connu un ralentissement lié aux moindres demandes de crédit plutôt qu’à une restriction des conditions d’attribution. Mais le crédit malaisien n’enregistre pas d’effondrement, malgré un contexte économique et financier défavorable : il semble véritablement que le secteur bancaire soit sain, avec la capacité de répondre aux besoins de financement de l’économie. En 2009, les réserves de la Banque centrale s’établissent à 316 milliards de RM (91 milliards de dollars US) et restent stables, correspondant à 7,6 mois d’importations, ou couvrant 4 fois la dette extérieure.

  • 42 Rapport FMI : il s’agit d’une réédition actualisée (exceptionnelle) de la livraison annuelle du Wo (...)

72«Asia : from rebond to recovery ? »42 À la fin de l’automne 2009, même si le point d’interrogation reste de mise, les prévisions sont bonnes, au moins pour ce qui concerne la région Asie, selon le rapport du FMI de l’automne 2009. L’économie mondiale serait en train de repartir, tirée par la forte performance des économies asiatiques et la stabilisation ou la modeste reprise des autres régions. Après un premier semestre 2009 extrêmement dur engendrant une récession estimée à moins 3,5 % pour l’ensemble de 2009, les pays développés devraient renouer avec la croissance en 2010. L’activité économique aurait été stabilisée grâce à une intervention publique sans précédent. Quant aux pays émergents et aux pays en développement dans le monde, ils semblent plus avancés sur la route de la reprise, tirés par la résurgence de l’Asie : après le maigre 1,75 % en 2009, la croissance du PIB réel serait de 5 % en 2010.

  • 43 FMI, World Economic Outlook. Sustaining the Recovery, 2009. À noter que pour le FMI, l’Asie émerge (...)
  • 44 Conférence internationale organisée par la BAD en partenariat avec la Bank Negara Malaysia et la C (...)

73Ce rebond est conduit par la Chine, l’Inde et de nombreux pays d’Asie émergents43. Au même moment, Jong-Wha Lee, Chief economist à la banque asiatique de développement, introduit la conférence internationale « Beyond the global crisis : a new Asian growth model ? » à Kuala Lumpur44 où il met aussi en évidence la situation relativement favorable de l’Asie en développement à la fin de 2009 : après un net ralentissement de la croissance (3,6 % prévus pour 2009) l’Asie en développement envisage déjà une reprise de l’accélération pour 2010 (+ 6,4 %) : la région conduit donc la reprise de l’économie mondiale après la pire récession qu’elle ait connue depuis 1945, mais c’est moins de la Malaisie que de la Chine ou de l’Inde qu’on attend le souffle nécessaire pour redonner l’élan général.

74On peut cependant s’interroger sur la valeur de ces prévisions si l’on compare les données de PIB envisagées pour 2008 et 2009 à l’aube de l’année 2009 et celles qui sont publiées neuf mois plus tard. Rétrospectivement, on mesure mieux l’aveuglement à la crise qui se profilait, de la part des grandes organisations internationales et d’un grand nombre d’analystes.

Tableau 40. Taux de croissance du PIB réel en pourcentages, 2007-2010

Tableau 40. Taux de croissance du PIB réel en pourcentages, 2007-2010

Sources : FMI, World Economic Outlook, octobre 2009 ; les données entre parenthèses renvoient au FMI, World Economic Outlook Updated, janvier 2009.

75Dans ce schéma d’ensemble qui fait la part belle au modèle de croissance asiatique, la Malaisie est un peu en décalage. Elle offre un profil nettement plus proche de celui des Dragons que de ses voisins de l’ASEAN (sauf la Thaïlande) ou des géants émergents que sont l’Inde et la Chine. Le pays ne semble pas non plus devoir rebondir aussi haut que ses voisins, qu’ils soient plus développés ou à un moindre degré de développement. Là encore, comme au moment de la crise de 2001 qui n’avait pas touché les pays de l’ASEAN – hors Singapour – mais avait fortement frappé les Dragons et la Malaisie, son niveau de développement intermédiaire et son ouverture exceptionnelle expliquent une trajectoire légèrement différente mais qui manifeste, outre une vulnérabilité prévisible aux chocs extérieurs, une réactivité face à la crise et une robustesse certaine. Les crises qui se sont succédé depuis l’été 1997 ont en effet révélé une grande fragilité vis-à-vis des chocs extérieurs, mais aussi une résilience qui vient à la fois de l’implication de l’État dans la dynamique de croissance et de la solidité des fondamentaux malaisiens.

  • 45 S. Kuznets, « Modern economic growth : findings and reflections », American Economic Review, 1979.

76Pour le grand statisticien Simon Kuznets, la croissance d’un pays devait être définie comme « l’essor sur le long terme des capacités à offrir à sa population une diversité croissante de biens économiques, cette capacité grandissante étant fondée sur les avancées technologiques et les ajustements institutionnels et idéologiques que cela réclame »45. Cette acception élargie suppose que la hausse du PIB repose sur l’augmentation de la valeur ajoutée de nombreux secteurs, et qu’elle est nécessairement encadrée institutionnellement et idéologiquement. De tels changements supposent aussi que les mentalités, les représentations de l’ordre des choses évoluent. Aborder ces aspects réclame de réintroduire les institutions dans l’analyse, qu’une approche strictement menée en termes de croissance quantitative des facteurs occultait. L’économie entendue comme processus de production institutionnalisé ramène à l’État, dont l’intervention économique ne se limite pas, loin s’en faut, à la politique budgétaire conjoncturelle menée en temps de crise.

Notes

1 Années instables selon le gouvernement malaisien, qui met la seconde phase de turbulence directement en relation avec les événements du 11 septembre 2001, alors qu’il s’agit de difficultés beaucoup plus structurelles. Ministry of Finance, Economic Report, 2006, p. 32-33.

2 Renversement de l’ordre des choses symbolique dont rendent compte J. Van Wassenhove, État, société civile et changement politique en Malaisie, 2002, ou F. Noor, « Islam et politique en Malaisie : une trajectoire singulière », Critique internationale, 2001, p. 104.

3 A. Acharya, Democratising Southeast Asia. Economic Crisis and Political Change, 1998.

4 K. S. Jomo s’exprimant sur freemalaysia.com en février 1999, cité par J. Van Wassenhove, État, société civile…, 2002, p. 8.

5 Voir tout particulièrement J. Harrigan, G. Mavrotas et Y. Zulkornain, « On the determinant of capital flight », Journal of the Asia Pacific Economy, vol. 7, n° 2, 2002, p. 203-241, qui s’appuient sur les données malaisiennes pour tester les effets de ces différentes variables.

6 S. Fischer, « The Asian crisis and the changing role of the IMF », Finance and Development, 1998. Voir aussi, dans le même esprit, par la rédaction du FMI, « The Asian crisis, causes and cures », ibid. Quelques mois plus tard, la mise en cause de la mauvaise qualité du système bancaire et de la corruption des gouvernements comme des milieux d’affaires asiatiques prendra le relais dans les interprétations des causes profondes.

7 P. Krugman, « What happened to Asia », 1998, reconnaît d’ailleurs que la théorie classique des crises monétaires échoue à expliquer la crise asiatique. Selon lui, ce sont les intermédiaires financiers (dont il soulignera le comportement de hasard moral dans un contexte déréglementé) et la bulle immobilière qui sont ici les pivots de la crise.

8 K. S. Jomo, « Financial liberalization, crises and Malaysian policy responses », World Development, 1998, p. 1564.

9 Leong H. Liew, « A political-economy analysis of the Asian financial crisis », Journal of the Asia Pacific Economy, 1998, p. 303.

10 Ainsi, le taux d’épargne est de 33 ; 34 ; 34,7 et 36 % du PIB entre 1993 et 1996 quand le taux d’investissement est de 38,3 ; 40,1 ; 43 et 41,8 % sur la même période. À cette époque, c’est l’investissement privé qui est très élevé : entre 27 et 30 % du PIB.

11 Leong H. Liew, « A political-economy analysis… », 1998, p. 305.

12 World Bank, Global Development Finance, 2007.

13 C’est aussi l’analyse qu’en fait R. Wade, s’opposant à une interprétation en termes de causes réelles (basée sur les fondamentaux) de la crise : « The Asian debt and development crisis of 1997 ? Causes and consequences », World Development, 1998. Quant à l’assimilation grossière, par les marchés occidentaux, des économies asiatiques à un modèle unique, voir K. S. Jomo, « Financial liberalization… », 1998, p. 1564.

14 J. Stiglitz, « Must financial crises be this frequent and this painful ? », 1998, p. 1-3. Les aspects externes des causes du déclenchement de la crise feront l’objet d’une analyse dans le dernier chapitre consacré au développement malaisien au sein du processus de mondialisation.

15 EPU, Statistical Data, p. 15 (disponible sur www.epu.gov.my).

16 Baisse de l’ordre de 6 % en 2001 par rapport à 2000 dans le cas des prix de gros de la production domestique (ESCAP, Statistical Yearbook, 2004, p. 257) ; baisse de 5 % de l’indice des prix à la production d’après EPU, Statistical Data, p. 2.

17 Voir D. Flouzat, La nouvelle émergence de l’Asie, 1999, p. 16-20.

18 Bank Negara, Monthly reports.

19 Bank Negara, « Direction of monetary policy », point de presse du 18 octobre 1997 (www.bnm.gov.my).

20 La masse monétaire en circulation s’est contractée brusquement, M1 passant de 82,8 milliards de RM à 58,5 milliards entre 1997 et 1998 : le volume des dépôts a chuté d’un tiers (ESCAP, Statistical Yearbook, 2004, p. 257).

21 R. McKinnon, « After the crisis, the East Asian dollar standard resurrected », 2000 ; M. Arès, « À la recherche d’une politique monétaire commune en Asie de l’Est », Note de recherche GRES, 2002 ; FMI, Balance of Payment, 2006.

22 P. Richer, Crises en Asie du Sud-est, 1999.

23 Pour les débats sur les déterminants de cette crise, voir le chapitre 5 consacré aux ambivalences de l’insertion dans la mondialisation.

24 Ministry of Finance, Economic Report, 2006.

25 Conférence de presse du gouverneur de la Bank Negara, à l’occasion du rapport annuel 2001, 20 mars 2002, consultable sur le site internet www.bnm.gov.my.

26 Soit + 12 % pour l’ensemble des dépenses publiques (Ministry of Finance, Economic Report, 2006).

27 ESCAP, Statistical Yearbook, 2004, p. 250.

28 Les mesures les plus spectaculaires ont touché le travail de clandestins : 187 000 migrants illégaux ont été « rapatriés volontairement » en 1998. F. A. Ghaffar, « Globalization and Malaysia’s policies on migrant labour », 2003.

29 Les chiffres fournis ici reprennent les données du rapport 2007 de l’ESCAP, fondé sur les données BAD et les sources nationales, et pour certains pays (mais non la Malaisie), les World Development Indicators de 2006.

30 World Bank, 10 Years After the Crisis. Asia and Pacific Update, 2007.

31 Soit les quatre dragons, les quatre pays d’Asie du Sud-Est et la Chine.

32 Pour les détails du déroulement de la crise lui-même et une revue des différentes réactions nationales, on pourra consulter D. Flouzat, La nouvelle émergence de l’Asie, 1999, p. 3-20.

33 F. S. Hsiao et M. W. Hsiao, « Miracle or myth of Asian NICs’Growth : the irony of numbers », Research in Asian Economic Studies, 1998.

34 J.-M. Germain et S. Guichard, « L’Asie du Sud-Est : quelles perspectives de croissance à moyen terme ? », Économie et statistique, 1998.

35 F. S. Hsiao et M. W. Hsiao, « Miracl or myth… », 1998 ; J. I. Kim et L.J. Lau, « The sources of economic growth of the East Asian newly industrialized countries », Journal of Japanese and International Economies, 1994.

36 M. Dutta, « The new industrial revolution in Asian economies. Has it reached its Ceiling ? », Research in Asian Economic Studies, 1998.

37 A.C. Harberberg, « Reflections of economic growth in Asia and the Pacific », Research in Asian Economic Studies, vol. 8, 1998, p. 13-41.

38 Ministry of Finance, Economic Report, 2006.

39 Bank Negara, « The Malaysian economy en 2006 », 2007.

40 Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, 2007.

41 Department of Statistics, Index of Industriel Production, 2009, p. 4.

42 Rapport FMI : il s’agit d’une réédition actualisée (exceptionnelle) de la livraison annuelle du World Economic Outlook (WEO), « Sustaining Recovery », octobre 2009, p. 171.

43 FMI, World Economic Outlook. Sustaining the Recovery, 2009. À noter que pour le FMI, l’Asie émergente désigne à la fois l’Asie en développement, l’« Asean 5 » qui comprend les quatre Tigres avec le Vietnam, et les NPI (les quatre Dragons asiatiques), ces derniers étant par ailleurs comptabilisés comme des économies développées.

44 Conférence internationale organisée par la BAD en partenariat avec la Bank Negara Malaysia et la Commission européenne (18-20 octobre 2009).

45 S. Kuznets, « Modern economic growth : findings and reflections », American Economic Review, 1979.

Table des illustrations

Titre Tableau 31. Croissance, inflation, chômage, 1990-2005
Légende Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006 ; taux de chômage : Economic and Social Commission for Asia and Pacific (ESCAP), « Malaysia », 2004, p. 250, corrigé par Ministry of Human Ressources, Labor and Human Resources Statistics, 1997.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 32. Déficits budgétaires courant et global, 1980-2000
Légende Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 6.1, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 33. Soldes significatifs de la balance des paiements (comptes courants), 1985-2000
Légende Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 7.1, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Graphique 14. Solde commercial et solde de la balance courante, 1985-2000
Légende Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, 7.1, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 34. Le poids du service de la dette, 1990-2005
Légende Source : World Bank, Global Development Finance, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Graphiques 15a et15b. Comparaison des deux crises au tournant du xxıe  siècle
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Graphique 15c. Comparaison des deux crises : zoom
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Graphique 16. Variation des prix à la consommation, à la production, à l’importation
Légende Sources : ESCAP, Statistical Yearbook, 2004, p. 257 ; Bank Negara, 1998 ; EPU, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Graphique 17. La dépréciation rapide du ringgit par suite de la crise asiatique
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 18. Évolution des réserves de change
Légende Source : FMI, Balance of Payment, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 19. Hausse mesurée et limitée dans le temps des taux d’intérêt en 1997-1998
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 35. La crise asiatique mesurée par les taux de croissance du PIB
Légende Source : Far Eastern Economic Review, 16 décembre 1999.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau 36. Hausse des taux de chômage après la crise de 1997
Légende Source : BIT, 2000.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique 20. Évolution du taux de chômage malaisien, 1994-2005
Légende Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006 ; ESCAP, Statistical Yearbook, 2004.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique 21. Évolution du taux de croissance de l’investissement, 1990-2005
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Graphique 22. Évolution du taux de croissance de la consommation finale, 1990-2005
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 23. L’évolution contrastée du taux d’investissement malaisien
Légende Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Graphique 24. Le divorce entre les IDE et les flux de capitaux privés étrangers
Légende Source : World Bank, Global Development Finance, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Graphique 25. Évolution de l’investissement public, 1990-2007
Légende Sources : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 37. Variation du PIB malaisien par emplois, 2008 et premiers trimestres 2009 (en pourcentages annualisés)
Légende Source : Department of Statistics (www.statistics.gov.my).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 38. Variation du PIB malaisien par secteurs, 2008 et premiers trimestres 2009 (en pourcentages annualisés)
Légende Source : Department of Statistics (www.statistics.gov.my).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 39. Évolution de l’emploi, 2008-2009
Légende Source : Department of Statistics (www.statistics.gov.my).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 40. Taux de croissance du PIB réel en pourcentages, 2007-2010
Légende Sources : FMI, World Economic Outlook, octobre 2009 ; les données entre parenthèses renvoient au FMI, World Economic Outlook Updated, janvier 2009.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4919/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540