Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 2. Une dynamique de croissance malgré les crises

3.

Anatomie de la croissance malaisienne

Texte intégral

1Ce chapitre doit permettre de quantifier et de comprendre ce qui sous-tend la forte croissance amorcée au cours de la NEP (1970-1990) et poursuivie depuis. Inscrit dans une dynamique régionale extrêmement porteuse, le « miracle » de la croissance malaisienne doit trouver à être expliqué économiquement.

  • 1 Cet ouvrage n’est pas le lieu de l’approfondissement de ces débats de théorie économique. Les lacu (...)

2La discussion théorique sur les sources de la croissance est ancienne et très nourrie en sciences économiques1. Deux grandes approches alternatives sont mobilisées pour expliquer la croissance. L’une, fondée sur l’équilibre emplois-ressources de la comptabilité nationale, est centrée sur la demande, les débouchés. Elle alimente l’analyse de la conjoncture à court terme, lorsqu’on parle de croissance tirée par les exportations, de reprise alimentée par la demande de consommation des ménages (ou d’investissement des entreprises), voire quand la demande publique a soutenu l’activité. La seconde approche puise ses racines dans l’économie politique classique, questionnant le développement du capitalisme (fin XVIIIe - début XIXe siècle), et porte sur les conditions de la croissance de la production. L’essentiel des théories néoclassiques de la croissance (ou de la croissance endogène) envisage la croissance en termes d’offre. L’horizon de l’analyse est le moyen-long terme. Dans cette perspective, peu importe a priori où va la production. Ce qui importe est de savoir comment elle s’engendre, à quel rythme, et si cela peut être durable compte tenu de la propre capacité d’accumulation des facteurs (croissance démographique, rythme de l’investissement), mais aussi compte tenu de leur prix sur le marché. Appliquée dans la recherche des sources de la croissance et formalisée dans un très grand nombre de modèles qui ont tous une racine commune depuis les années 1960, c’est la grille de lecture qui sera adoptée ici. En particulier elle a été mise en œuvre dans les travaux successifs de Edward F. Denison sur l’économie américaine : The Sources of Economic Growth (1962) ; Why Growth Rates Differ (1967) ; Accounting for United States Economic Growth, 1929-1969 (1974).

Capital et travail aux sources de la croissance malaisienne

Les données de la croissance : 1960-2006

3On peut donner une mesure de la croissance économique malaisienne à partir des différentes valeurs du PIB fournies par la Banque mondiale : les World Development Indicators constituent une base de données classique, disponible pour le monde entier et complétée chaque année. Cette base, qui débute en 1960, sera utilisée ici, malgré tous les doutes que l’on peut avoir sur la pertinence de la construction d’agrégats tels que le PIB à l’époque (et souvent aujourd’hui encore) dans des économies peu développées, non entièrement monétarisées, où l’économie marchande n’est pas généralisée et dont le système statistique est très rudimentaire. Mais l’effort d’exhaustivité, l’ampleur des variables renseignées et la diffusion dans la littérature de ces indicateurs (en dépit des incertitudes qui entachent la validité de ces chiffres, en particulier au début des séries) rendent leur usage intéressant pour le chercheur.

4Si l’on prend la NEP comme origine du décollage économique de la Malaisie moderne, on assiste à un quasi-décuplement du PIB en termes réels (hors inflation) de 1970 à 2005. Dans le même temps, la population, passant de 10,8 millions à 25,3 millions de Malaisiens, a été multipliée par 2,3. Cette évolution quatre fois plus rapide des revenus par rapport à la population nationale explique la formidable élévation du niveau de vie dans le pays en un peu plus d’une génération : le pari de la croissance et du développement économique comme ligne de fuite après 1969 face aux problèmes aigus de répartition interethnique des revenus a été réussi.

5En dollars US courants, le PIB par habitant était de 295 en 1960, 387 en 1970, et atteignait 5 134 en 2005. On peut imaginer l’ampleur de la transformation des conditions matérielles d’existence offerte par une pareille croissance, dès lors qu’elle ne s’accompagne pas d’un accroissement massif des inégalités.

  • 2 On s’en convaincra en consultant A. Maddison, L’économie mondiale dans la seconde moitié du XXe si (...)

6Avec une telle trajectoire économique, la Malaisie entre ainsi dans le schéma de croissance des pays d’Asie orientale, qui a donné lieu à toute la littérature du milieu des années 1990 sur le miracle asiatique : historiquement de tels taux de croissance (entre 5 et 10 % par an) sur près de quarante ans sont sans précédent2.

Graphique 8. Trajectoire de la croissance malaisienne

Graphique 8. Trajectoire de la croissance malaisienne

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

7La courbe de la croissance malaisienne sur longue période fait nettement apparaître une phase de décollage à partir des années 1970, suivie d’une véritable expansion. On peut remarquer en effet que la trajectoire de croissance stable des années 1960 se redresse au lendemain de la NEP à partir de 1970 pour connaître ensuite des rythmes de croissance très élevés sur des périodes de six-huit ans et de plus en plus élevés. Un premier palier est atteint en 1985 qui dure à peine deux ans, suivi d’une phase de reprise accélérée jusqu’au début des années 1990.

8Les années 1988-1990 seront celles d’une dynamique exceptionnelle (autour de 10 % de croissance annuelle) que viendra rompre la crise asiatique en 1997. Celle-ci pourrait bien ne représenter qu’un choc et un ralentissement temporaires, plutôt qu’une rupture dans la croissance, puisque dès 1998 la croissance repart pour connaître un nouvel arrêt en 2001 et continuer ensuite sa course. En effet, depuis cette période de turbulences, la trajectoire s’est à nouveau orientée à la hausse, avec un taux de croissance attendu proche de 6 % en 2007 (comme en 2005 et 2006). Faut-il pour autant en conclure que la crise asiatique comme le ralentissement de 2001 ont été déjà entièrement dépassés, et que leurs effets n’auront été que transitoires ?

9Une représentation des taux de croissance du PIB, année par année, permet de souligner le fait qu’une trajectoire, même extrêmement dynamique et soutenue, de croissance, connaît des heurts, des arrêts, voire des récessions brutales, qu’une vision des choses rétrospective et enchantée (comme dans la thèse du miracle) vient gommer inévitablement. Chacun de ces moments plus difficiles (1974, 1985-1986 ; 1997-1998 ; 2000-2001) a donné lieu à de vives réactions politiques, soit en termes de remise en cause du pouvoir par l’opposition, soit à travers une forte inflexion de la politique économique, comme ce fut le cas en 1986 lorsque s’est ouvert un profond mouvement de libéralisation de l’économie.

Graphique 9. Taux de croissance réelle (hors inflation) du PIB malaisien depuis 1960

Graphique 9. Taux de croissance réelle (hors inflation) du PIB malaisien depuis 1960

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

10Il s’agit maintenant d’entrer dans le détail de cette croissance pour en proposer une explication en considérant l’évolution des principaux facteurs qui l’ont permise : l’augmentation de la population active et surtout l’accumulation du capital. À partir de ces éléments sera questionnée l’amélioration de l’efficacité des facteurs de production.

  • 3 R. Solow, « A contribution to the theory of economic growth », Quaterly Journal of Economics, 1956

11Le modèle sous-jacent à cette explication en termes de sources de la croissance est issu de l’article de Solow de 19563. Il permet, à partir des données statistiques du pays et des organisations internationales, de répondre à la question de savoir d’où procède la croissance malaisienne, si elle est intensive (fondée sur une utilisation de plus en plus performante des facteurs) ou extensive (fondée sur une utilisation croissante de ces facteurs) et si elle est pérenne. La décomposition de la croissance malaisienne en croissance des facteurs (déterminant ce que l’on dénomme leur contribution à la croissance) permet de situer la Malaisie sur le long terme et par rapport aux économies de la région. Différentes périodes sont à distinguer en fonction du rythme de la croissance du PIB pour mettre en relief la situation malaisienne par rapport à ses voisins immédiats de l’Asie du Sud-Est, et par rapport aux modèles que sont les NPI d’Asie orientale.

Croissance démographique et accumulation du capital

Augmentation de la population active et essor du salariat industriel

  • 4 Soit la différence entre le nombre de naissances et de décès.

12Le facteur démographique, dans les pays en développement, peut être l’une des clés de la dynamique économique, à condition qu’il se combine à l’investissement, sans quoi l’accroissement démographique alimente d’abord le chômage et l’économie informelle. En Malaisie, dont l’économie est historiquement marquée par la pénurie de main-d’œuvre, la croissance démographique est alimentée à la fois par l’immigration et par le solde naturel4. La croissance du facteur travail a aussi été très sensible. Le pays ne comptait que 8 millions d’habitants en 1960, 10 millions à l’orée de la NEP en 1970, et en recense plus de 28 millions en 2009. Dans le même temps, la population active a presque quadruplé, passant de 3 à 11 millions entre 1960 et 2006 (11,5 millions selon l’estimation de l’EPU), enregistrant un rythme de croissance annuelle de 3,5 % par an entre 1990 et 2006. Ces évolutions purement quantitatives ont profondément contribué à la croissance des capacités productives du pays : selon la Banque mondiale, la croissance de la population joue un rôle plus fort dans la croissance économique en Malaisie (+ 8 %) que dans la plupart des autres pays asiatiques (+ 5 %).

  • 5 Department of Statistics, Social Statistics Bulletin, 1996, p. 17.
  • 6 G. W. Jones, « Fertility transitions among Malay populations of Southeast Asia : puzzles of interp (...)
  • 7 G. Bacconnier, « Géographie de l’Asie de l’Est », Nouvelle géopolitique de l’Asie, G. Faure dir., (...)

13Au sein de l’Asie émergente, la dynamique démographique malaisienne se singularise d’ailleurs par son rythme élevé. Le solde naturel connaît le plus fort taux de croissance de l’Asie dans les années 1990 : ainsi, entre 1991 et 1995, le solde naturel malaisien est-il de 23 ‰, contre 21 ‰ aux Philippines, 17 ‰ en Indonésie, 12 ‰ en Thaïlande et à Singapour, 11 ‰ en Corée du Sud5. C’est un trait original auquel l’étude suggestive de Gawin W. Jones a apporté une clef d’explication à partir d’une démonstration effectuée sur des données démographiques comparatives très fines. En comparant non seulement la Malaisie à ses voisins, mais les Malais de Malaisie avec les Malais d’Indonésie et de Thaïlande d’une part et avec les non-Malais de l’autre, il conclut que la NEP a creusé l’écart des taux de fécondité entre les Malais et les autres groupes ethniques. En donnant aux familles malaises, y compris rurales et pauvres, la possibilité d’élever ses enfants, de les éduquer et de leur offrir une place dans la société par un accès favorisé aux emplois, la NEP a joué dans le sens contraire à la règle : normalement, le développement économique est porteur d’une baisse de la fécondité. Or, à la différence de ce qui a été observé dans les pays voisins comme au sein des populations malaisiennes non-Bumiputra, la fécondité des Malais de Malaisie est remontée dans les années 1970, après l’entrée en vigueur de la NEP6. Résultat de ce décalage : en 2004, l’indice synthétique de fécondité est de 3,3 en Malaisie (3,5 aux Philippines ; 2,2 à 2,6 en Thaïlande et Indonésie ; 1,3 à Singapour)7.

14Cependant, les matériaux dont on dispose pour établir les évolutions en longue période rappellent la difficulté de travailler sur les données statistiques : les séries longues les plus accessibles et les plus commodes restent les données de la Banque mondiale (World Development Indicators) qui paraissent chaque année et sont révisées régulièrement. Mais elles ne sont pas dénuées d’incohérences et d’opacité dans la mesure où, d’une édition à l’autre des World Development Indicators, les mêmes données diffèrent. Quant à l’écart enregistré entre les données de sources malaisiennes (EPU) et les données disponibles auprès de la Banque mondiale, il est non systématique et relativement important (jusqu’à près 3 % du volume total mesuré, soit 750 000 personnes).

  • 8 World Bank, World Development Indicators, 2006.

15Quelle que soit l’imprécision dont les séries démographiques sont entachées, on note un autre phénomène sensible, celui de la hausse régulière du taux d’activité (qui se situe dans la moyenne régionale). Celui des hommes est passé de 80 % en 1980 à 87 % en 2005 ; tandis que le taux d’activité féminin s’élevait, lui aussi, de 62 % à 67 % entre ces deux dates8.

16Le développement économique s’est nourri de la disponibilité du facteur travail en Malaisie, mais l’a aussi restructuré : la longue période est marquée par le déclin de l’emploi dans le secteur primaire au profit de l’emploi industriel puis de l’emploi de services.

  • 9 Voir C. Hirschman et A. Aghajanian, « Women’s labor force participation and socio-economic develop (...)
  • 10 C. Hirschman, « A note on labour underutilization in Peninsular Malaysia in 1970 », Malayan Econom (...)

17La mise en place de la NEP s’est en effet traduite par la chute vertigineuse de l’emploi agricole : l’emploi des femmes va être particulièrement modifié, car leur part dans l’agriculture était initialement beaucoup plus élevée que celle des hommes9. En 1960, la situation en Malaisie, commune à toute l’Asie, était marquée par un sous-emploi massif dans l’agriculture10 ; 80 % des femmes malaisiennes travaillaient dans l’agriculture, contre 57 % des hommes. En 1970, les taux ont déjà commencé à diminuer : deux tiers des femmes actives et la moitié des hommes y sont employés. En 2008, ce ne sont plus que 9 % des emplois féminins et 17 % des emplois masculins qui se trouvent dans le domaine agricole.

Graphique 10. Déclin de l’emploi dans l’agriculture, 1980-2004

Graphique 10. Déclin de l’emploi dans l’agriculture, 1980-2004

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

  • 11 En particulier, le développement du secteur électronique s’est réalisé à partir de l’emploi de jeu (...)
  • 12 R. Rasiah, « Class, ethnicity and economic development in Malaysia », Political Economy of Southea (...)

18La mise au travail industriel des femmes est un phénomène très net, caractéristique de cette période d’essor économique et de modernisation du pays11. L’autorisation du travail de nuit des femmes (selon un amendement de 1969 de l’Employment Act, de 1955) a facilité ce processus12.

Tableau 26. Essor du salariat, 1947-1980

Tableau 26. Essor du salariat, 1947-1980

a. On assimile ainsi la catégorie « Employé » au salarié, par distinction à la fois avec les catégories « Employeur » ou « À son propre compte » elles-mêmes longtemps confondues, et avec la catégorie « Employé non rémunéré », qui désigne généralement des membres de la famille. La nomenclature a vraisemblablement changé en 1970, ce qui expliquerait la baisse du taux de salarisation entre 1957 et 1970, période pourtant marquée par une hausse de la part relative du nombre d’ouvriers.

b Dans l’incapacité de corriger le biais engendré par ce changement dans la nomenclature, on aboutit aux résultats suivants : entre 1947 et 1957, la population salariée augmente de 31,6 % en dix ans (+ 40 % pour les femmes, + 29 % pour les hommes); entre 1970 et 1980, la population salariée augmente de 70 % en dix ans : + 100 % pour les femmes ; + 60 % pour les hommes. Cette croissance est alimentée par la baisse du nombre de travailleurs non rémunérés dans les emplois familiaux (agriculture ou commerce).
Source : Department of Statistics (différents recensements), repris par K. S. Jomo et P. Todd, Trade Unions and the State in Peninsular Malaysia, 1994, p. 9.

  • 13 EPU, Eight Malaysia Plan, 2001, p. 92 ; Ninth Malaysia Plan, 2006, p. 239.

19Enfin, dernière constante de la démographie nationale, le poids important de la population étrangère dans la population malaisienne : on dénombrait 1 million de non-citoyens en 1995 ; 1,41 million en 2000 ; 2,39 millions en 2005. Historiquement déterminant, l’apport de la population étrangère à la population active malaisienne est resté important, pesant environ 10 % de la population active. La population de travailleurs immigrés se compose à la fois d’ouvriers de la construction, de l’industrie ou encore de domestiques (Indonésiens, Philippins, Pakistanais) mais aussi d’un certain nombre (pour 1/10) d’expatriés des multinationales, ingénieurs ou directeurs d’usine, et de professions libérales : architectes, médecins, dentistes, souvent d’origine asiatique (Inde, Philippines). Son taux de croissance est plus élevé que celui de l’ensemble de la population active, hormis durant les quelques années de crise, car la main-d’œuvre étrangère est la variable d’ajustement du marché du travail malaisien : son volume augmente de 18 % par an entre 1990 et 1995 pendant les années d’euphorie économique ; il diminue (– 2,6 % par an) entre 1996 et 2000, suite à la crise asiatique, puis repart très fortement (+ 19 % par an) de 2001 à 2006 lors de la reprise13.

  • 14 Englobées depuis peu sous les termes d’Islam Hadhari (Islam civilisationnel), ces valeurs officiel (...)

20Aujourd’hui, le facteur humain est devenu central dans la planification malaisienne, les préoccupations des pouvoirs publics s’orientant de plus en plus vers la qualification de la population active à travers la formation initiale et la formation continue. Ils visent ce que le gouvernement dénomme un « développement holistique du capital humain », comprenant à la fois la culture de la performance et de fortes valeurs morales et éthiques14.

L’accumulation du facteur capital

  • 15 D’après J.-P. Piriou, La comptabilité nationale, 2005, p. 13.

21Cependant, le rythme élevé de la croissance malaisienne s’explique d’abord et avant tout par l’accumulation du capital dans le pays, si l’on s’appuie sur la mesure des contributions respectives des facteurs issue de la méthode de décomposition de la croissance. En effet, la croissance de ce facteur a été forte et soutenue depuis les années 1970, entretenant un lien direct avec la croissance du PIB. On mesure l’accumulation du capital par l’investissement annuel que la comptabilité nationale saisit à travers la formation brute de capital fixe (FBCF), soit précisément la valeur des acquisitions (nettes de cessions) d’actifs fixes (c’est-à-dire utilisés de manière régulière et répétée pendant plus d’un an : bâtiments, machines, logiciels…) par les producteurs résidents15.

22Pendant que le PIB s’élevait continûment, le taux d’investissement de Malaisie, c’est-à-dire le rapport entre l’investissement et le PIB, augmentait lui aussi rapidement, ce qui explique la forte progression de l’accumulation du capital sur la période.

Graphique 11. Quarante ans d’accumulation du capital

Graphique 11. Quarante ans d’accumulation du capital

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

23À partir de 1970, on constate une accélération de l’accumulation du capital en Malaisie : par rapport aux années 1960, ce taux a doublé, passant au-delà des 20 % du PIB en 1970. Il est possible de le comparer aux valeurs des taux d’investissement des pays qui ont connu le miracle asiatique et aux économies développées sur la même période. On constate que, certes, la progression en Malaisie est moins spectaculaire qu’à Singapour, où le taux d’investissement, qui était de 11 % en 1960, a atteint 39 % en 1970 et 40 % en 1980. Elle lui est néanmoins comparable, si l’on prend comme référence d’autres pays émergents de la région ou les pays développés qui partaient de taux plus élevés : la Malaisie se distingue donc par des taux d’investissement plutôt élevés. Ainsi, des taux supérieurs à 30 %, ce qui est très élevé en comparaisons internationales, ont été réalisés en Malaisie sur plusieurs années depuis 1980.

Tableau 27. Les taux d’investissement asiatiques pendant le « miracle », 1960-1985 (en pourcentage du PIB)

Tableau 27. Les taux d’investissement asiatiques pendant le « miracle », 1960-1985 (en pourcentage du PIB)

Source : R. Wade, Governing the Market, 2004, p. 48.

24À noter que le taux d’investissement est toujours relativement réactif par rapport à d’autres ratios beaucoup plus stables de la comptabilité nationale (comme le taux d’épargne ou la propension à consommer). On montrera qu’il a fléchi très fortement après la crise asiatique, pour ne jamais retrouver le niveau antérieur.

La part notable des investissements directs étrangers (IDE)

  • 16 En Malaisie, le MIDA est l’institution délivrant ces autorisations. Elle est aussi chargée de la p (...)

25Avec l’ouverture sous la NEP du pays aux investisseurs étrangers, en particulier dans les zones franches comme Penang, l’accumulation du capital comprend une certaine part d’IDE, qui représentent, selon les années, une part très variable du PIB malaisien (entre 1,5 et 9,5 %). Ces flux d’IDE arrivent par vagues en Malaisie : une première vague d’IDE (qui culminent à 5 % du PIB) intervient à la fin des années 1970 et jusqu’en 1983. Une seconde, beaucoup plus puissante (qui va atteindre 9 % du PIB), commence à la fin de la décennie 1980, sous l’effet de la libéralisation de l’économie malaisienne à partir de 1986, mais sans doute surtout, du fait de la reprise de la croissance mondiale, de la modération des salaires malaisiens, et plus généralement, de l’accélération du processus de mondialisation de l’activité productrice à l’échelle de l’Asie : le Japon (armé d’une monnaie forte) et les NPI (Taïwan, Corée, mais aussi Singapour) se mettent à délocaliser la partie intensive en main-d’œuvre de leur processus de production. Les conditions politiques, sociales et salariales favorables de la Malaisie expliquent donc le choix d’une implantation malaisienne16. Enfin, en comparaison régionale, la Malaisie arrive au 4 e rang en termes de volume d’IDE cumulés sur la période 1970-2000. La part des IDE dans le PIB malaisien est ainsi relativement importante, sans être non plus totalement exceptionnelle.

Graphique 12. L’effort d’investissement : FBCF et IDE en part du PIB

Graphique 12. L’effort d’investissement : FBCF et IDE en part du PIB

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

26On observe cependant que les flux d’IDE suivent largement la dynamique de l’investissement domestique, il est donc difficile de leur attribuer le rôle de moteur de l’accumulation du capital dans le pays : en réalité c’est un rôle qu’assure l’investissement public.

27Du point de vue de la part des IDE dans le PIB, les années 2000 sont celles d’un relatif ralentissement par rapport à l’envolée du début des années 1990. De même, les années d’instabilité économique, ouverte par la crise asiatique de 1997, mettent à l’épreuve le lien entre IDE et investissement dans le pays.

Le poids structurel de l’investissement public

  • 17 D’après S. Dessus et R. Herrera, Le rôle du capital public dans la croissance des pays en développ (...)
  • 18 Le rythme est un peu plus rapide que la moyenne (ratio croissance capital public/capital privé : 1 (...)

28La contribution qui va peu à peu s’imposer comme dominante au sein de la dynamique de l’investissement malaisien est en réalité celle du secteur public, et non pas celle du secteur privé comme on pourrait le croire du fait de l’industrialisation extravertie du pays. L’État malaisien s’est engagé, à travers la NEP, dans une politique d’investissement extrêmement large (secteurs agricoles, industriels, immobiliers et financiers). Cela se traduit par une place de l’investissement public dans l’investissement total singulièrement élevée et alimente l’accumulation du capital malaisien à partir de 197017. Son rôle dans le développement malaisien est finalement beaucoup plus déterminant que les investissements directs étrangers sur lesquels on attire souvent l’attention. Dans les années 1980, le capital public a ainsi augmenté nettement plus vite (20 % de plus) que le capital privé, ce qui n’est pas exceptionnel pour les pays en développement au cours de cette période18.

29Les données disponibles (depuis 1990) soulignent l’ampleur de la contribution de l’État à l’investissement national.

30En termes réels, cette contribution croît ainsi durant presque toute la période, passant de 12,1 milliards de RM en 1990 à 46 milliards en 2007. On remarque aussi que son poids relatif s’est considérablement accru : l’investissement public a presque quadruplé en dix-sept ans, quand l’investissement total ne faisait qu’être multiplié par 2,34. Le poids de l’investissement public étant supérieur à 50 % de la FBCF, cela permet de relativiser le rôle des IDE qui représentent, quant à eux, bon an mal an, 10 à 20 % voire 25 % de la FBCF (selon les données de la Banque mondiale) depuis la NEP. De là l’idée d’une maîtrise politique directe du développement économique contemporain, maîtrise qui passe notamment par l’investissement productif.

Tableau 28. Investissement public dans l’investissement total, 1990-2007 (en millions, RM constants, 1987)

Tableau 28. Investissement public dans l’investissement total, 1990-2007 (en millions, RM constants, 1987)

Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, janvier 1998, 2004, 2007.

31La solvabilité de la trajectoire de développement malaisien est cependant assurée par un taux d’investissement qui, sur le long terme, est resté très proche du taux d’épargne.

Graphique 13. PIB, investissement et épargne depuis 1960

Graphique 13. PIB, investissement et épargne depuis 1960

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

32On remarque que s’il y a décrochage, celui-ci se fait dans une logique de précaution en faveur de l’épargne et au détriment de l’investissement depuis la crise de 1997.

Une faible croissance de la productivité des facteurs

33L’approche macrodynamique en termes de sources de la croissance conduit, lorsqu’on a dégagé successivement le rythme d’accumulation quantitative du capital et du travail et leur contribution dans la croissance du PIB, à considérer ensuite la dimension qualitative de la croissance, autrement dit à dégager une mesure des gains en termes d’efficacité des facteurs. Ce reste de croissance inexpliquée (par la simple croissance des quantités de facteurs) est désigné par les économistes sous le nom de résidu.

34Dans la réflexion collective sur le modèle de développement asiatique, cette mesure du résidu est devenue très significative voire conflictuelle. Et la Malaisie n’a pas échappé à ces débats.

Miracle asiatique ou Tigres de papier ?

  • 19 Z. Griliches, « The discovery of the residual : a historical note », Journal of Economic Literatur (...)

35Critiqué sous plusieurs de ses aspects, le rapport de la Banque mondiale, The East Asian Miracle, l’a aussi été du côté de la mesure du résidu et de son interprétation pour la croissance asiatique. Ces débats nourris et vigoureux, moins connus que ceux qui ont porté sur le rôle de l’État dans le développement asiatique, ne peuvent être saisis qu’à partir du point de départ : les travaux américains du National Bureau of Economic Research (NBER) sur la croissance des États-Unis en longue période. Au cours des années 1950, des économistes empiristes se sont attachés à décomposer la croissance en contribution des différents facteurs. Ils ont fait apparaître un résidu – qui désigne ce qui reste inexpliqué dans la croissance lorsqu’on a ôté les contributions des deux principaux facteurs, capital et travail – important, de l’ordre d’un quart pour la croissance des années 1870-1914, d’un tiers pour les années 1870 à 1950. Très vite, ce résidu, « mesure de notre ignorance » selon Zvi Griliches, est devenu ce que la littérature nomme progrès technique ou encore croissance de la productivité totale des facteurs (PTF)19. Cette valeur inexpliquée a ensuite été intégrée théoriquement au modèle de croissance par Solow, sous le terme de progrès technique, en 1957. Quantifiant la contribution des facteurs à la croissance du PIB entre 1909 et 1949, Solow a dégagé un résidu de 52 %, soit un rythme de progrès technique très élevé, cohérent avec la modernisation économique des États-Unis qui s’accéléra sur cette période.

  • 20 Le R², coefficient de corrélation ajusté de la régression économétrique sur l’ensemble des variabl (...)

36Dans le rapport de la Banque mondiale sur le miracle asiatique, l’analyse néoclassique de décomposition de la croissance en croissance des facteurs est appliquée aux pays d’Asie orientale. Elle prend pour objet la croissance du PIB des huit économies concernées sur la période 1960-1987, détenant le record de la plus forte croissance régionale dans le monde. Le rapport décompose cette croissance en contribution des facteurs cruciaux que sont l’investissement (accumulation du capital), la croissance de la population (le facteur travail) et l’augmentation des taux de scolarisation dans le primaire et le secondaire (capital humain). En moyenne, pour l’ensemble des pays considérés, l’augmentation des facteurs rend compte des deux tiers de la croissance et les auteurs jugent de bonne qualité statistique le décompte néoclassique de la croissance20. De ce fait, ils accordent du crédit à l’interprétation de la valeur du résidu (la PTF). Celui-ci est de l’ordre du tiers du taux de croissance asiatique en moyenne.

37Compte tenu des niveaux très élevés du taux de croissance du PIB en Asie, la croissance de la productivité est si forte qu’elle dépasse celle des pays industrialisés.

38Cette performance remarquable tient à la combinaison d’un succès inhabituel de l’allocation du capital dans des investissements à haut rendement, et du rattrapage technologique des économies industrielles. Les auteurs du rapport de la Banque mondiale suggèrent alors que le « miracle » de l’expérience asiatique tient à cette croissance remarquable de la productivité des facteurs. Ils soulignent que ce n’est pas du progrès des connaissances techniques à proprement parler qu’il s’agit en Asie, mais d’un rattrapage de la maîtrise technologique des pays industrialisés.

  • 21 J.I. Kim et L.J. Lau, « The sources of economic growth of the East Asian newly industrialized coun (...)

39Cependant, au moment où paraît le fameux rapport de la Banque mondiale, et où fleurissent les publications élogieuses sur le miracle, quelques auteurs s’attachent, dans un souci de rigueur, à prendre la mesure exacte de la croissance asiatique et de ses composantes21. Leur scepticisme tranche nettement au sein de l’engouement des milieux officiels et médiatiques comme des milieux d’affaires pour le miracle asiatique. Car si la croissance du PIB et des exportations de biens manufacturés dans les nouveaux pays industrialisés de l’Asie orientale est effectivement sans précédent, celle de la productivité des facteurs ne l’est pas, selon Alwyn Young. Les taux de croissance du PIB très élevés (+ 7,3 % par an en moyenne entre 1966 et 1991 à Hong Kong, + 8,5 % à Taïwan, + 8,5 % en Corée du Sud et + 8,7 % à Singapour) ont conduit de nombreux économistes, en particulier les auteurs du East Asian Miracle, à y voir une extraordinaire croissance de la productivité. Or cela s’avère inexact, c’est la très forte accumulation des facteurs qui soutient sur le moyen terme cette croissance du PIB. Young effectue sa démonstration (sous l’hypothèse de rendements d’échelle constants) à partir des données fournies directement par les pays. Le solde de ce décompte, le résidu, représente la croissance de la PTF : elle est de 2,3 % à Hong Kong, 2,1 % à Taïwan, 1,7 % en Corée et à peine 0,2 % à Singapour. Il apparaît que la croissance de la productivité totale des facteurs est dans un ordre de grandeur tout à fait comparable – sauf dans le cas, spécialement faible de Singapour – à celle des pays industrialisés ou à d’autres pays émergents sur la période considérée. La France, le Brésil, l’Italie ou le Japon ont sur la même période des taux de croissance de la PTF proches, compris entre 1,5 % et 2 %. Il n’y a donc pas de miracle de la hausse de la productivité des facteurs, comme les auteurs du rapport de la Banque mondiale semblaient le penser (avec un résidu très élevé). Au même moment (au cours de l’année 1993), deux économistes de Stanford s’attaquaient au même problème pour aboutir, à l’aide d’une méthodologie différente, à des conclusions très proches de celles de Young. Ils démontrent, après avoir estimé selon deux manières différentes les paramètres de leur fonction de production, que l’accumulation du capital joue le rôle principal dans la croissance des nouveaux pays industrialisés d’Asie : elle contribue à hauteur de 48 à 72 % du taux de croissance, tandis que le progrès technique joue ce rôle dans les pays industrialisés. En Asie orientale, la croissance du PIB est portée pour l’essentiel par l’accumulation des facteurs, selon un mode tout à fait classique de croissance économique. Paul Krugman se chargera de diffuser ces recherches dans un texte (très peu nuancé) où il parle du « mythe du miracle asiatique ». Ces résultats quelque peu déceptifs feront à leur tour l’objet d’une vive critique, à partir de recherches statistiques et économétriques poussées sur la mesure de la croissance asiatique.

La faible croissance de la productivité totale des facteurs en Malaisie

40À la suite des controverses académiques sur la miracle asiatique s’est ouverte une interminable guerre des travaux de mesure de la croissance et des contributions relatives des différents facteurs et de leur productivité. C’est dans ce contexte académique qu’il faut situer les travaux portant sur la mesure de la croissance malaisienne et celle de la productivité totale des facteurs. Soulignons cependant la difficulté de comparer des études de la productivité totale des facteurs à partir de méthodes de calculs qui conduisent à des estimations différentes. Pour autant, les résultats concernant la Malaisie sont cohérents avec l’ensemble des travaux sur l’Asie : comme ailleurs dans la région, mais sans doute plus encore, la croissance en Malaisie est alimentée d’abord par l’accumulation du capital, un peu par celle du facteur travail, tandis que la PTF y est bien faible.

  • 22 S. Y. Tham, « Productivity, growth and development in Malaysia », The Singapore Economic Review, 1 (...)

41Dans un article extrêmement rigoureux22 Siew Yean Tham met en regard les travaux produits et sa propre analyse de la croissance rapide de la Malaisie depuis 1971 et essaie de quantifier les principales causes de cette croissance selon la méthode néoclassique – qu’il réfère à l’article de Solow paru en 1956 – de décomposition de la croissance en croissance des facteurs et croissance de la productivité totale (le résidu). Pour des questions de disponibilité des sources, qu’il prend directement aux bureaux de statistiques nationaux, il restreint la période de croissance étudiée de 1971 à 1987. Il se concentre sur l’économie malaisienne dont il calcule les coefficients des facteurs. Mais parmi les productions chiffrées concernant la Malaisie, soulignons aussi celle du gouvernement malaisien qui a proposé par la suite ses propres décompositions, dans le cadre des plans quinquennaux successifs, et dont les résultats peuvent être mis en parallèle avec les travaux de mesure académiques.

Tableau 29. La croissance du PIB et des différents facteurs, Malaisie, 1971-1987

Tableau 29. La croissance du PIB et des différents facteurs, Malaisie, 1971-1987

Source : S. Y. Tham, « Productivity, growth… », 1995.

42Les trois principaux résultats d’une lecture néoclassique de la croissance malaisienne sont alors les suivants pour expliquer la croissance annuelle du PIB de 6,3 % en moyenne de 1971 à 1987 :

  • la croissance de la PTF sur toute la période 1971-1987 est négative en Malaisie (elle est égale à – 1,4 %) ;
  • il y a une nette chute dans la croissance de la PTF entre une première période allant de 1971 à 1981 et 1981-1987 ;
  • la principale source de croissance de 1971 à 1987 peut être attribuée à la croissance du capital (expliquant 104 % de la croissance du PIB) et du travail (contribuant à 18 % de cette croissance), le capital étant de loin le facteur le plus important.
  • 23 Un résultat similaire a été démontré pour Singapour : Y. Tsao, « Growth without productivity : Sin (...)

43Selon Tham, entre 1971 et 1987, le capital a été le véritable moteur de la croissance malaisienne, contribuant cinq fois plus à la croissance du produit que le travail. Au regard de ces chiffres, la croissance de la PTF a été vraisemblablement négative. Ainsi, résultat rejoignant la critique de l’idée de miracle, la croissance économique soutenue de cette période en Malaisie a été alimentée par la croissance des facteurs, en particulier du capital, et non par la croissance de leur productivité23.

44Enfin, d’autres travaux de recherche ont porté sur la valeur de la productivité totale des facteurs dans la croissance malaisienne. Au-delà de la diversité des résultats qui tiennent aux différences de méthodologie et de sources de données, les différentes décompositions de la croissance de la Malaisie laissent peu d’ambiguïté : elles soulignent systématiquement le rôle premier de l’accumulation du capital dans la remarquable trajectoire de croissance du pays. Ces travaux mettent aussi en évidence une faible croissance de la PTF, voire sa diminution, et tendent à suggérer que la période des années 1980 est la moins favorable à l’augmentation de la PTF.

45Ces conclusions concordent avec les enseignements de l’histoire économique récente du pays. La croissance du capital malaisien sur la période s’explique par l’exceptionnel effort d’investissement de l’État dans les premiers temps de la NEP, d’une part, par les entrées d’IDE alimentant l’investissement domestique, d’autre part.

  • 24 La formation des travailleurs et l’introduction d’innovations technologiques au cours du temps son (...)
  • 25 En Malaisie, le taux brut de scolarisation dans le primaire s’est approché des 90 % de 1960 (74 %) (...)
  • 26 «The relatively poorer human resource endowment in Malaysia may have hindered the full absorption (...)

46L’idée selon laquelle la productivité totale des facteurs pourrait décroître n’est pas non plus aberrante. Le faible résidu malaisien témoigne, en théorie, de gains de productivité médiocres en Malaisie24. Cela pourrait s’expliquer par la faiblesse de la recherche et du développement d’un côté, la pauvre dotation en ressources humaines réduisant la portée potentielle du progrès technique de l’autre. À l’épreuve des faits, ces explications apparaissent justifiées en Malaisie, car les dépenses de recherche et développement malaisiennes sont parmi les plus faibles des pays asiatiques tandis qu’en termes de dotation en capital humain, les investissements publics sont jusque récemment concentrés dans l’enseignement primaire, seul secteur correctement développé25 : « Il se pourrait que la dotation en ressources humaines, comparativement plus faible en Malaisie, l’ait empêché de tirer tous les bénéfices de la vaste diffusion du progrès technique à l’échelle mondiale. »26

Tableau 30. Différentes mesures de la PTF de la Malaisie entre 1960 et 2006

Tableau 30. Différentes mesures de la PTF de la Malaisie entre 1960 et 2006

a On distingue deux types de méthodes de mesure de la croissance de la PTF : la méthode économétrique, qui estime par régression à partir d’un grand échantillon de pays des paramètres d’une fonction de production type Cobb-Douglas, et la méthode néoclassique, empruntant à R. Solow, « A contribution… », 1956, sa méthode de calcul du résidu, calculant les coefficients des facteurs à partir de la structure de la répartition de chaque pays.
Sources : S. Y. Tham, « Productivity, growth… », 1995 ; S. Storm et C. W. M. Naastepad, 2005 ; EPU, derniers Malaysia Plans, 1996, 2001, 2006.

  • 27 EPU, Ninth Malaysia Plan, 2006, p. 46.

47Ces dernières années ont donné lieu à des estimations de la PTF par le gouvernement malaisien lui-même, dans ses Plans quinquennaux successifs. Les calculs de l’EPU montrent que le capital est encore et toujours le premier facteur contributeur de la croissance (contribution à hauteur de 45,2 % de la croissance du PIB pour la fin des années 1990, de 38 % pour 2001-2006). Mais ce résultat n’est pas conforme aux vœux du gouvernement malaisien, qui annonce depuis des années l’essor d’une économie de la connaissance tournée vers les hautes technologies et portée par une population qualifiée : « Dans la mesure où l’économie a progressé dans une direction plus fondée sur la connaissance, la productivité et l’efficience se sont aussi améliorées. »27 Dans cette perspective il est presque déshonorant pour l’EPU de voir que le capital reste le premier facteur de la croissance. Cela expliquerait que, selon les estimations du dernier Plan en date, la PTF continuerait d’augmenter à un rythme de plus en plus soutenu, de 2,2 % par an sur la période 2006-2010. Cette tendance permettrait d’amener sa contribution à la croissance (35,8 %) à dépasser pour la première fois historiquement celle du capital (34,3 %) et du travail (29,9 %). Compte tenu de l’état de qualification de la main-d’œuvre malaisienne et du rythme d’introduction d’innovations dans l’économie, même si l’on fait abstraction des soubresauts liés aux différentes crises, la question d’une croissance principalement alimentée par l’amélioration de la productivité des facteurs reste hypothétique en Malaisie.

48La croissance malaisienne semble donc reposer d’abord sur un facteur crucial, le capital. Son accumulation, rapide et soutenue dans le temps, serait le facteur clé de la trajectoire malaisienne. Mais cette lecture, bien que rigoureuse et éclairante, favorisant la comparaison internationale et notamment la mise en perspective régionale, est sans doute une étape plus qu’un aboutissement. Elle est en tous les cas bien loin d’épuiser la complexité de la question du développement malaisien. En effet, les soubassements théoriques de ce type d’explication de la croissance comptent un certain nombre de limites. Leur bref examen permet de se convaincre qu’il faut sans aucun doute pousser plus loin l’étude du phénomène.

49Ainsi, les théories néoclassiques de la croissance se réfèrent au modèle de Solow sous-jacent : or ce modèle est a-monétaire, ce qui n’est évidemment pas le cas en réalité et semble particulièrement restrictif lorsqu’on connaît la cause – monétaire, liée à la dévaluation du baht – de la grande crise de 1997-1998 ; ensuite il est conçu dans le cadre d’une économie fermée, où la production nationale alimente la demande intérieure et où l’épargne nationale finance l’investissement domestique. Ce cadre d’analyse est là encore bien loin de décrire la Malaisie, plongée au cœur de la mondialisation depuis l’époque coloniale, et à l’économie exceptionnellement extravertie.

  • 28 E. Lafaye de Micheaux, Éducation et croissance en Malaisie, étude d’un lien fragile, 2000.

50D’autre part – et ce point soulève des questions théoriques nombreuses – le capital et le travail, en s’accumulant dans ce modèle, additionnent leurs contributions respectives et constituent tout ou partie de la croissance du produit. Le modèle prévoit que les effets productifs des facteurs, substituables, s’additionnent ; or dans les faits un certain type de capital va nécessiter pour fonctionner une certaine qualification du travail, ce qui signifie que son accumulation sera conditionnée par une élévation du niveau et de la qualité du facteur travail. On ne peut donc pas les dissocier, à court comme à long terme. Cette hypothèse est implicitement rejetée dans l’approche néoclassique, alors que la formation des travailleurs – et ses facteurs de blocages institutionnels – est aussi l’un des enjeux majeurs de l’avenir de la croissance malaisienne28.

51Enfin, selon Solow, et toujours en théorie, l’équilibre est atteint à chaque période (ni surinvestissement, ni excès d’épargne, ni surproduction, et plein-emploi) : ce modèle à seul bien n’est pas en mesure de mettre en évidence, ni même de laisser supposer, des faiblesses structurelles, des secteurs moteurs, des directions industrielles suivies. La crise n’est pas pensable dans ce cadre. La structure économique (place des PME dans le tissu économique national, rôle des grandes entreprises privées voire publiques, situations de monopole, etc.), la capacité d’innovation sont également invisibles. Or l’activité économique concrète trouve sa forme à ce niveau.

52L’équilibre étant toujours atteint au fil de la croissance, l’État n’a évidemment pas à intervenir, sous peine de modifier et de rompre cette harmonie. On retrouve sans peine dans ces résultats les fondements libéraux de la théorie néoclassique, mais on ne cerne pas ce qui fait l’essence du système économique malaisien, l’interventionnisme économique d’un État qui a pris en main le destin économique national au lendemain des émeutes de 1969.

53Ainsi, cette anatomie de la croissance conduite selon la méthodologie néoclassique laisse un certain nombre de problèmes entiers qui doivent être successivement abordés. Pour commencer, il convient d’analyser les crises qui ont secoué le pays à partir de 1997 dans la suite chronologique de la trajectoire de croissance.

Notes

1 Cet ouvrage n’est pas le lieu de l’approfondissement de ces débats de théorie économique. Les lacunes de l’analyse simplificatrice qui va être retenue dans ce chapitre (modèle à un seul secteur et deux facteurs en économie fermée ; temps anhistorique ; absence du politique) seront comblées en partie par les chapitres suivants.

2 On s’en convaincra en consultant A. Maddison, L’économie mondiale dans la seconde moitié du XXe siècle, 2001, ou encore L’économie mondiale, statistiques historiques, 2003.

3 R. Solow, « A contribution to the theory of economic growth », Quaterly Journal of Economics, 1956.

4 Soit la différence entre le nombre de naissances et de décès.

5 Department of Statistics, Social Statistics Bulletin, 1996, p. 17.

6 G. W. Jones, « Fertility transitions among Malay populations of Southeast Asia : puzzles of interpretation », Population and Development Review, 1990.

7 G. Bacconnier, « Géographie de l’Asie de l’Est », Nouvelle géopolitique de l’Asie, G. Faure dir., 2005, p. 20-27. L’auteur évoque les débats politiques et religieux qui ont entouré la formulation d’une politique d’abord antinataliste puis nataliste dans les années 1980 en Malaisie.

8 World Bank, World Development Indicators, 2006.

9 Voir C. Hirschman et A. Aghajanian, « Women’s labor force participation and socio-economic development : the case of Peninsular Malaysia, 1957-1970 », Journal of Southeast Asian Studies, 1980.

10 C. Hirschman, « A note on labour underutilization in Peninsular Malaysia in 1970 », Malayan Economic Review, 1979.

11 En particulier, le développement du secteur électronique s’est réalisé à partir de l’emploi de jeunes ouvrières malaises : en 1980, elles représentent 73 % des effectifs du secteur, et en 1985, 92 % (K. S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 35). Voir aussi G. Standing, « Labour flexibility in the manufacturing sector », ibid., p. 69-71.

12 R. Rasiah, « Class, ethnicity and economic development in Malaysia », Political Economy of Southeast Asia, G. Rodan et al. éd., 1997, p. 131.

13 EPU, Eight Malaysia Plan, 2001, p. 92 ; Ninth Malaysia Plan, 2006, p. 239.

14 Englobées depuis peu sous les termes d’Islam Hadhari (Islam civilisationnel), ces valeurs officielles doivent accompagner spirituellement les travailleurs dans la poursuite de la modernisation et prévenir la montée de l’individualisme qu’elle engendrerait. Ninth Malaysia Plan, 2010, chap. 11 : « Enhancing human capital ».

15 D’après J.-P. Piriou, La comptabilité nationale, 2005, p. 13.

16 En Malaisie, le MIDA est l’institution délivrant ces autorisations. Elle est aussi chargée de la promotion des incitations, de l’accueil des projets d’investissement et de la diffusion des statistiques sur les IDE. La NEP oblige les entreprises établies en Malaisie à attribuer au moins 30 % du capital à la communauté Bumiputra, mais la réglementation des zones franches lève cette obligation, qui épargne donc la majeure partie des IDE dans l’industrie exportatrice.

17 D’après S. Dessus et R. Herrera, Le rôle du capital public dans la croissance des pays en développement au cours des années 1980, 1996, le ratio capital public/capital privé en Malaisie est de 1,06 comme en Colombie, en Inde, au Pakistan ou à Maurice (contre 0,4 au Brésil ; 0,57 en Thaïlande ; 0,59 aux Philippines ; 1,22 en Birmanie ; 1,46 en Turquie ; 2,46 en Bolivie). Son taux de rentabilité implicite, de 19 %, est dans la moyenne des pays en développement étudiés (18,6 %), mais sa valeur est très inférieure aux 35 % de la Thaïlande et 34 % des Philippines.

18 Le rythme est un peu plus rapide que la moyenne (ratio croissance capital public/capital privé : 1,12) des pays en développement étudiés, mais en tout point comparable à celui de la Thaïlande, ou des Philippines, par exemple (ibid.).

19 Z. Griliches, « The discovery of the residual : a historical note », Journal of Economic Literature, 1996, p. 1327.

20 Le R², coefficient de corrélation ajusté de la régression économétrique sur l’ensemble des variables, est de 0,348. La régression, si l’on décompose la période 1966-1985 en deux périodes, est meilleure sur la première période, 1960-1970. Mais le coefficient estimé de l’investissement n’y est plus significatif au-delà de 1970. On prend la mesure, au vu de ces limites, du manque de rigueur qu’il y aurait à projeter ces résultats de la Banque mondiale pour expliquer le phénomène de la croissance très vive des années 1990.

21 J.I. Kim et L.J. Lau, « The sources of economic growth of the East Asian newly industrialized countries », Journal of Japanese and International Economies, 1994 ; P. Krugman, « The myth of Asia’s miracle », Foreign Affairs, 1994 ; A. Young, « Lessons from the East Asian NICs : a contrarian view », European Economic Review, 1993, et « The tyranny of numbers », Quaterly Journal of Economics, 1995.

22 S. Y. Tham, « Productivity, growth and development in Malaysia », The Singapore Economic Review, 1995.

23 Un résultat similaire a été démontré pour Singapour : Y. Tsao, « Growth without productivity : Singapore’s manufacturing sector in the 1970s », Journal of Development Economics, 1985.

24 La formation des travailleurs et l’introduction d’innovations technologiques au cours du temps sont néanmoins plus sérieusement prises en compte depuis quelques années par le gouvernement malaisien.

25 En Malaisie, le taux brut de scolarisation dans le primaire s’est approché des 90 % de 1960 (74 %) à 1995 (91 %) ; le taux de scolarisation dans le secondaire s’est nettement élevé sur la période : de 17 % en 1960 à 57 % en 1995. Le taux d’illettrisme est passé de 41 % en 1970 à 17 % en 1996 (données de l’Unesco). En 2007, il n’est plus qu’à 7,5 % (PNUD).

26 «The relatively poorer human resource endowment in Malaysia may have hindered the full absorption of the potential gains from the technical progress in the world at large. » S. Y. Tham, « Productivity, growth… », 1995, p. 51.

27 EPU, Ninth Malaysia Plan, 2006, p. 46.

28 E. Lafaye de Micheaux, Éducation et croissance en Malaisie, étude d’un lien fragile, 2000.

Table des illustrations

Titre Graphique 8. Trajectoire de la croissance malaisienne
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Graphique 9. Taux de croissance réelle (hors inflation) du PIB malaisien depuis 1960
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Graphique 10. Déclin de l’emploi dans l’agriculture, 1980-2004
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Tableau 26. Essor du salariat, 1947-1980
Légende a. On assimile ainsi la catégorie « Employé » au salarié, par distinction à la fois avec les catégories « Employeur » ou « À son propre compte » elles-mêmes longtemps confondues, et avec la catégorie « Employé non rémunéré », qui désigne généralement des membres de la famille. La nomenclature a vraisemblablement changé en 1970, ce qui expliquerait la baisse du taux de salarisation entre 1957 et 1970, période pourtant marquée par une hausse de la part relative du nombre d’ouvriers.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende b Dans l’incapacité de corriger le biais engendré par ce changement dans la nomenclature, on aboutit aux résultats suivants : entre 1947 et 1957, la population salariée augmente de 31,6 % en dix ans (+ 40 % pour les femmes, + 29 % pour les hommes); entre 1970 et 1980, la population salariée augmente de 70 % en dix ans : + 100 % pour les femmes ; + 60 % pour les hommes. Cette croissance est alimentée par la baisse du nombre de travailleurs non rémunérés dans les emplois familiaux (agriculture ou commerce).Source : Department of Statistics (différents recensements), repris par K. S. Jomo et P. Todd, Trade Unions and the State in Peninsular Malaysia, 1994, p. 9.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Graphique 11. Quarante ans d’accumulation du capital
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 27. Les taux d’investissement asiatiques pendant le « miracle », 1960-1985 (en pourcentage du PIB)
Légende Source : R. Wade, Governing the Market, 2004, p. 48.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Graphique 12. L’effort d’investissement : FBCF et IDE en part du PIB
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Tableau 28. Investissement public dans l’investissement total, 1990-2007 (en millions, RM constants, 1987)
Légende Source : Bank Negara, Monthly Statistical Bulletin, janvier 1998, 2004, 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Graphique 13. PIB, investissement et épargne depuis 1960
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Tableau 29. La croissance du PIB et des différents facteurs, Malaisie, 1971-1987
Légende Source : S. Y. Tham, « Productivity, growth… », 1995.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 30. Différentes mesures de la PTF de la Malaisie entre 1960 et 2006
Légende a On distingue deux types de méthodes de mesure de la croissance de la PTF : la méthode économétrique, qui estime par régression à partir d’un grand échantillon de pays des paramètres d’une fonction de production type Cobb-Douglas, et la méthode néoclassique, empruntant à R. Solow, « A contribution… », 1956, sa méthode de calcul du résidu, calculant les coefficients des facteurs à partir de la structure de la répartition de chaque pays.Sources : S. Y. Tham, « Productivity, growth… », 1995 ; S. Storm et C. W. M. Naastepad, 2005 ; EPU, derniers Malaysia Plans, 1996, 2001, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4918/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 935k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540