Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 2. Une dynamique de croissance malgré les crises

Introduction

Texte intégral

1On peut rappeler qu’en 1962, avec 110 dollars par habitant, la Corée du Sud était à peu près au même niveau de PIB par tête que le Soudan ou la Mauritanie (soit au 99e rang sur 129) et que celui de Taïwan (170 dollars par habitant) équivalait à ceux du Zaïre ou du Congo. Singapour (toujours colonie britannique) était alors déjà relativement prospère en comparaison, avec 470 dollars par habitant (niveau de la Grèce ou de l’Espagne). La Malaisie se situait dans une position intermédiaire (287,4 dollars par habitant en 1962).

  • 1 R. Wade, Governing the Market, 2004, p. 35, et données de World Bank, World Development Indicators, (...)

2En 1986, les pays d’Asie orientale sont autour du 40e rang mondial, qui correspond pour la Banque mondiale au rang de la limite des pays développés, avec 2 372 dollars par habitant pour la Corée et 3 580 dollars par habitant pour Taïwan, tandis qu’au 25e rang mondial, le niveau de vie de Singapour (7 411 dollars par habitant) s’apparente à celui de la Nouvelle-Zélande. La Malaisie (53e rang, 1 722 dollars par habitant) a donc, semble-t-il, décroché de ce premier train de développement au cours des années 1980. Ainsi, avec des taux de croissance moins spectaculaires qu’à Singapour et une transformation économique moins profonde qu’à Taïwan ou en Corée du Sud, passés du statut de pays en développement particulièrement pauvres dans les années 1960 à celui de nouveaux pays industrialisés vingt-cinq ans plus tard1, la trajectoire malaisienne depuis ces années-là reste néanmoins impressionnante.

  • 2 The East Asian Miracle. Economic Growth and Public Policy a connu un très grand retentissement à pa (...)

3Le « miracle asiatique », tel que la Banque mondiale l’a mis en relief dans un rapport devenu célèbre2, repose sur l’équation suivante : miracle asiatique = croissance rapide + équité, ce qui en fait la spécificité à l’échelle mondiale et lui confère un caractère de modèle à suivre. De 1960 à 1990 cette région est la plus dynamique du monde, avec un taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant supérieur à 5,8 % par an. Comparées au reste du monde, ces économies se caractérisent également par la croissance plus rapide tout à la fois du produit et de la productivité de l’agriculture, des exportations manufacturées, du capital physique soutenu par une épargne plus forte, et du capital humain. Les niveaux initiaux de dotation en capital humain sont aussi plus élevés que pour les autres pays en développement. Enfin, ces pays se distinguent par leur développement humain : l’accroissement du bien-être des populations avec une augmentation significative de l’espérance de vie, le déclin rapide de la fertilité, la diminution du nombre d’habitants sous le seuil de pauvreté. Dans le rapport de la Banque mondiale, l’étude comparative de huit pays d’Asie dits « à haute performance économique », parmi lesquels la Malaisie, est conduite à l’aide de l’appareil intellectuel et méthodologique néoclassique, afin de dégager les ingrédients de cette réussite.

  • 3 R. M. Solow, « La théorie de la croissance et son évolution », Revue française d’économie, 1988.

4Pour lire la croissance malaisienne en relation avec les autres économies asiatiques, le système interprétatif retenu ici sera celui qui s’inspire du modèle de croissance néoclassique de Robert M. Solow3. Cohérent et robuste, ce modèle rend compte de manière simplifiée du phénomène de croissance sur longue période, en quantifiant les contributions respectives des facteurs de production à la croissance. En additionnant les effets des différents facteurs (capital, travail), vus comme des ingrédients de la croissance, cette méthode a le mérite d’être aisément lisible. Solow offre, ce faisant, un cadre où développer la statistique descriptive de la croissance, ce qui permet d’entrer, par les séries quantitatives, dans le détail de l’évolution économique malaisienne. En outre ce modèle, très connu et utilisé, crée une base de discussion et de comparaison des résultats commune aux chercheurs, aux fonctionnaires du ministère des Finances de Malaisie, et aux experts de la Banque mondiale.

5Comme le phénomène de croissance a été suivi de la crise asiatique de 1997, puis de l’explosion de la bulle internet en 2000-2001, et enfin d’un nouveau soubresaut lié à l’extension régionale de la crise dite des subprimes, ces épisodes feront à leur tour l’objet d’une analyse économique spécifique, afin de savoir si c’est le modèle de développement dans son ensemble qui s’est trouvé en cause.

6L’analyse est menée pour l’essentiel sur la base de séries statistiques fournies par le gouvernement, la Banque mondiale ou d’autres organismes internationaux (FMI, CNUCED, BAD notamment). Mais cela – comme l’ensemble du travail mené dans cet ouvrage – ne dispense pas d’une réflexion sur la nature des données mobilisées et sur leur fragilité, d’autant plus que l’on remontera aux années 1970.

7Toutes ces contraintes obligent à considérer les chiffres, y compris des statistiques officielles, avec distance et à chercher à recouper les données par plusieurs moyens. Elles dissuadent en particulier d’accorder trop de prix aux travaux strictement économétriques, dont on pourrait critiquer l’objectivité factice. Si la mesure permet de mettre à distance une réalité pour ensuite employer une méthodologie mathématisée (afin d’en inférer des relations logiques), la distorsion entre le chiffre lui-même et la valeur qu’il est censé mesurer peut être considérable. Dans ce cas, les hypothèses à retenir seront celles pour lesquelles on dispose d’un faisceau d’arguments convaincants forgés collectivement et au fil du temps par des chercheurs rigoureux, plutôt que celle qui obtient la plus forte significativité dans une étude d’économètre coupée de son contexte.

Notes

1 R. Wade, Governing the Market, 2004, p. 35, et données de World Bank, World Development Indicators, 2006.

2 The East Asian Miracle. Economic Growth and Public Policy a connu un très grand retentissement à partir de sa sortie en 1993 dans les milieux académiques et officiels, en particulier japonais. En août 1995, il avait déjà été vendu à plus de 150 000 exemplaires. Ses résultats et sa terminologie ont été abondamment repris par la suite dans les travaux sur le sujet.

3 R. M. Solow, « La théorie de la croissance et son évolution », Revue française d’économie, 1988.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540