Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 1. La naissance d'un Tigre asiatique

2.

Les années 1970 : l’essor donné par la New Economic Policy

Texte intégral

  • 1 Le courrier des lecteurs du journal critique Malaysiakini y revient quasi quotidiennement.
  • 2 Khoo Boo Teik, Managing Ethnic Relations in Post-Crisis Malaysia and Indonesia. Lessons from the Ne (...)
  • 3 C’est l’un des buts officiels du 9e Plan : EPU, Ninth Malaysia Plan 2006-2010.

1Après avoir longtemps eu le statut de « question sensible » dont l’évaluation était interdite aux chercheurs et aux journalistes, la NEP fait aujourd’hui ouvertement l’objet de débats et de controverses1 : le pays semble commencer à tirer les « leçons de la NEP »2 pour en dépasser les acquis (et les contraintes)3. Cette période charnière doit donc être étudiée avec un soin particulier dans la mesure où le présent malaisien, certes structuré par l’héritage colonial, est plus directement encore issu des choix politiques nationaux du début des années 1970.

2Son point de départ peut être situé dans la crise brève et violente que constituent les émeutes de mai 1969 pour la société plurielle malaisienne. L’interprétation dominante de la crise, imposée à l’époque dans un contexte d’état d’urgence et de suspension de l’activité parlementaire, engage le pays derrière un gouvernement d’union nationale qui met en œuvre une machinerie administrative et politique complexe, dont les conséquences vont être profondes et durables. La NEP, dont la justification s’élabora lors de vifs débats politiques, aura des résultats économiques très impressionnants. En effet, la mise en œuvre de cette politique peut être identifiée comme l’élément déclencheur du décollage économique malaisien, opérant une rupture politique décisive qu’il s’agisse de traitement des relations interethniques ou d’implication de l’État dans l’économie.

3L’analyse approfondie de la croissance malaisienne au cours des trentecinq dernières années suppose de dégager les déterminants du régime économique qui s’est mis en place à l’époque de la NEP et jusqu’à nos jours. La suite de l’ouvrage portera ainsi sur les sources de la dynamique économique engagée, mais aussi sur le poids de l’intervention publique dans les affaires et ses conséquences propres, et enfin sur l’insertion choisie dans la mondialisation financière et commerciale. Mais il faut repartir du printemps 1969, au moment des émeutes raciales, pour tenter de comprendre comment, dans l’urgence, une nouvelle politique a pu voir le jour.

L’urgence : réduire la pauvreté et rompre avec la division ethnique du travail

4On ne peut comprendre la légitimité et l’efficacité extraordinaire de la NEP, malgré les choix discutables qui seront faits en matière de gestion des relations interethniques, sans revenir sur le contexte de son élaboration et sur les rapports de force politiques qui ont entouré sa rédaction. Après avoir dessiné l’état des relations interethniques dans la société plurielle et clarifié au passage les contours du paysage politique en 1969, nous confronterons l’interprétation dominante des problèmes à résoudre (identifi és comme des inégalités avant tout interethniques) avec les analyses alternatives des causes profondes des émeutes. Ce détour élargira le spectre des réponses politiques possibles et permettra de mettre en perspective la NEP dont, jusque très récemment, le questionnement public dans la presse, sans parler de la critique, était interdit.

L’état des rapports entre communautés ethniques à la fin des années 1960

  • 4 Les guérillas qui se déployèrent dans les montagnes durant toute la guerre étaient quasi exclusivem (...)
  • 5 I. Morrison, « Aspects of the racial problem in Malaya », Pacific Affairs, 1949, p. 241. W. Hashim,(...)
  • 6 Pour une approche historique (1900-1970), on peut se référer néanmoins au même ouvrage de W. Hashim (...)
  • 7 K.J. Ratnam, Communalism and the Political Process in Malaya, 1965, p. 9-10.
  • 8 Sur la structure sociale et la diversité des immigrants chinois en Malaisie : Yen Ching-Hwang, « Cl (...)
  • 9 J. Nagata, Malaysian Mosaic, 1979.

5Il est admis que l’expérience de l’occupation japonaise durant la Seconde Guerre mondiale (1941-1945) a considérablement détérioré les relations entre Malais et Chinois, ces derniers ayant constitué les rangs de la résistance contre l’occupant4, tandis que l’élite malaise se maintenait en place auprès du pouvoir japonais5. Mais il est d’autant plus difficile de décrire des relations entre communautés ethniques6 sur un territoire que celles-ci ne forment jamais un tout homogène et cohérent. C’est particulièrement vrai en Malaisie où, à la différence des Malais, musulmans vivant pour l’immense majorité d’agriculture de subsistance dans les villages, les Chinois comme les Indiens constituent des populations plus éclatées dans leurs lieux d’habitation (villages, plantations, petites villes minières, grandes villes, en particulier les anciens Straits Settlements), leurs origines géographiques, leurs appartenances linguistiques, culturelles et religieuses. Même si en 1957, déjà 75 % des Chinois et 65 % des Indiens sont nés en Malaisie7, les origines liées à l’expérience de migration (des parents) sont encore déterminantes dans la définition des identités8, alors que les Malais ont en partage des dénominateurs socioculturels communs très forts (langue, religion, noblesse, coutumes…). Enfin, ces communautés ethniques étant structurées en classes sociales (voire en castes), les individus selon leur position sociale peuvent avoir des relations de grande proximité avec leurs équivalents malais (en particulier au niveau des élites), conjuguées à de fortes distances culturelles du fait de la barrière linguistique et des tabous alimentaires9.

  • 10 Cette question est hautement sensible, car déjà les Malais étaient devenus minoritaires au recensem (...)
  • 11 Nous empruntons ici abondamment au très précieux article de M. Rudner, « The Malaysian general elec (...)
  • 12 En anglais, racial riots ou race riots : ces termes ont été utilisés lors des émeutes de Los Angele (...)

6La séparation d’avec Singapour et l’intégration des États de Bornéo, Sabah et Sarawak ont accru le poids relatif des Malais et autres populations indigènes (Iban, Dayak, Kadazan, Orang Asli…) regroupés dans le recensement sous le terme de Bumiputra, « les fils du sol », dans la balance démographique de la société plurielle : en 1970, les Bumiputra représentent 55,5 % de la population nationale (dont 46,8 % de Malais et 8,7 % pour les autres communautés indigènes), alors qu’ils n’étaient que 50 % au moment de l’indépendance10. Les non-Malais des statistiques démographiques, devenus désormais les non-Bumiputra, soit 44,5 % de la population, sont répartis en 34,1 % de Chinois, 9 % d’Indiens et 1,4 % autres (dont les Européens). Afin de décrire plus avant les relations entre communautés ethniques à cette époque, nous choisissons de restituer ici l’expression politique de ces conflits, lorsqu’on en a gardé l’écho. C’est le cas des élections générales de 196911 dont la tenue les 10 et 11 mai, suivie par l’annonce des résultats, a donné lieu aux manifestations qui ont violemment dégénéré en « émeutes raciales »12 le 13 mai.

  • 13 Ce thème a été abondamment exploré par la littérature critique en sciences politiques (voire en éco (...)

7Du point de vue des sciences politiques, la Malaisie apparaît à l’époque comme l’un des jeunes pays les plus avancés politiquement d’Asie et d’Afrique. Cette appréciation favorable repose sur son processus électoral concurrentiel, où plusieurs partis luttent librement et activement pour la représentation politique et le pouvoir. Il faut dire qu’en 1969, sept partis, dont trois nouveaux, sont en présence alors même que les élections sont un phénomène relativement récent : les premières ont eu lieu sous l’administration britannique, au niveau municipal, en 1952 puis en 1955 pour nommer une petite minorité de représentants au Colonial Legislative Council. Le premier Parlement malaisien entièrement élu date de 1959, puis les élections législatives se suivront tous les cinq ans. On doit ici ajouter à l’héritage britannique déjà évoqué le volet des conséquences politiques du divide and rule : chaque communauté ethnique a été « gérée » différemment, non seulement en termes de division du travail dans l’économie d’exploitation, mais aussi politiquement, les Britanniques conservant (dans le cas de l’aristocratie malaise) ou constituant des élites politiques (chinoises et indiennes), à partir desquelles ils pouvaient contrôler les différentes populations13. Nouvelle ligne de division de la société malaisienne, la politique des partis éclaire les enjeux et les caractéristiques des élections de 1969.

Les partis politiques en Malaisie

La coalition de gouvernement

8Depuis 1957, la vie politique est dominée par l’UMNO, parti majoritaire au sein d’une coalition de gouvernement qui est censée représenter les trois communautés. C’est de cette supposée représentativité qu’elle tire sa légitimité depuis lors. D’abord dénommée l’Alliance en 1955, puis, sur un rassemblement de partis plus large à partir de 1970, le Barisan Nasional (Front national), la coalition au pouvoir depuis l’indépendance est constituée autour de trois partis :

  • l’UMNO, parti nationaliste malais, conservateur et majoritaire ;

  • le MCA, parti conservateur chinois ;

  • le MIC, parti indien à la base sociale plus large.

9Ces partis se sont créés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au cours d’une histoire fragmentée dont on peut brièvement tracer les grandes lignes.

  • 14 De son vrai nom actuellement l’UMNO Baru (Nouvel UMNO), refondé en 1988 par Mahathir Mohamad, son p (...)

10L’UMNO14 fut créé en 1946 par un aristocrate, Dato Onn Jaafar (1895-1962), pour résister au projet britannique d’Union malaise qui fondait la Malaisie sur une organisation centralisée hors du pouvoir des sultans et accordait la citoyenneté à tous les Malaisiens sans distinction de race. Une telle construction politique mettait en cause la prééminence malaise de la Malaisie et, secondairement, bousculait l’ordre social protégeant l’aristocratie malaise qui avait prévalu jusque-là : le projet fut abandonné par Londres en 1948, au détriment des non-Malais qui restaient, de ce fait, résidents de seconde zone. Il se trouve que la direction de l’UMNO et celle du pays sont, depuis l’indépendance, étroitement liées, puisque c’est le président de l’UMNO qui est nommé Premier ministre, soit Prime Minister selon le modèle britannique, c’est-à-dire chef de l’exécutif.

11Tunku Abdul Rahman (1903-1990), un prince du Kedah, succéda à la tête de l’UMNO à Dato Onn en 1952, et fut ainsi nommé par les Anglais Chief Minister de la Fédération de Malaya en 1955. Artisan de l’indépendance du pays dont il rédigea la Constitution, il exercera pour la première fois le rôle de Prime Minister de la nouvelle nation indépendante, et ce jusqu’aux émeutes de 1969.

12Tunku Abdul Razak (1922-1976), son vice-Premier ministre, qui bénéficie de la confiance des nationalistes malais les plus durs, lui succédera à la tête du gouvernement comme à celle de l’UMNO à partir de 1970, dans la période d’état d’urgence qui suivit les émeutes.

13Après la mort de Razak, en 1976, c’est son beau-frère et vice-Premier ministre, Dato Hussein Onn (1922-1990, fils de Dato Onn Jaafar), qui a poursuivi sa politique jusqu’en 1981.

14Dr Mahathir Mohamad (né en 1925), second de Hussein Onn et vigoureux nationaliste malais, fut désigné président de l’UMNO (en juin), puis nommé Premier ministre en juillet 1981 : pour la première fois, le Premier ministre malaisien n’est pas issu d’une famille royale ou de l’aristocratie, et son franc-parler nationaliste comme sa conception du Malais musulman moderne lui assurent un très large soutien populaire. S’ouvrent alors plus de vingt ans de mahathirisme caractérisé par un mélange d’autoritarisme, de populisme et d’interventionnisme économique très poussé.

15À la fin de 2003, Abdullah Badawi, devenu le cinquième Premier ministre de Malaisie suite au retrait volontaire de Mahathir Mohamad après vingt-deux ans à ce poste, poursuit les politiques engagées tout en affichant sa volonté de lutter contre la corruption au sein de l’UMNO qu’il préside. Fortifié en mars 2004 par des résultats extrêmement favorables au Barisan Nasional (90 % des sièges au Parlement) et à l’UMNO en particulier (109 sur 219 sièges), Pak’Lah, comme l’ont appelé familièrement les Malaisiens, a exercé le pouvoir jusqu’en 2009 sous le feu des critiques de son illustre prédécesseur et des accusations publiques de conflits d’intérêts de la part de l’opposition. L’échec retentissant des douzièmes élections générales de mars 2008 l’amènent à abandonner un an plus tard la présidence de l’UMNO à Najib Razak, fils aîné de Tun Abdul Razak. Le 3 avril 2009, Najib devient le sixième Prime Minister de Malaisie dont il a déjà détenu les portefeuilles de ministre de la Défense (à deux reprises en 1990 et 1999), ministre de l’Éducation (1995-1999), Deputy Prime Minister (2004-2008) et ministre des Finances (2008), fonction qu’il cumule actuellement avec celle de chef de l’État.

16Le MCA, expression de la bourgeoisie chinoise à partir de 1949, est d’abord dirigé par son fondateur Tan Cheng-Lock, un riche commerçant de Malacca, dans le but de défendre la communauté dans le débat sur la Constitution (et pour faire concurrence aux communistes) sur les conseils du gouverneur Gurney. Au début de 1952, le MCA s’allie avec l’UMNO pour fonder l’Alliance afin de gagner les élections de Kuala Lumpur. Sa capacité à défendre les intérêts de l’ensemble des Chinois contre la politique « pro-malaise » de l’UMNO est finalement très limitée. En revanche, les dividendes du pouvoir sont abondamment revenus à ses dirigeants, et ont contribué à l’enrichissement des milieux d’affaires et de la haute société chinoise en Malaisie.

17Le MIC, fondé en 1946, a rejoint à son tour la coalition en 1954 pour demander l’indépendance. Ce parti a établi des liens avec la base électorale des travailleurs agricoles grâce à ses leaders locaux : les instituteurs, les cols blancs ou les petits commerçants des plantations.

18Au sein de la coalition, le partage du pouvoir s’effectue de manière très inégale et toujours en faveur de l’UMNO. Ainsi, le poste de Premier ministre revient de droit à un Malais de l’UMNO, mais certains portefeuilles ministériels sont réservés aux autres partis : par exemple, durant les années 1950-1960, le ministère des Finances était pour le président chinois du MCA (de 1959 à 1974, il s’agira de l’influent Tan Siew Sin), celui du Commerce était aussi réservé aux Chinois du MCA (de même que le poste de directeur général de l’Economic Planning Unit, lié au Premier ministre et dirigé par Thong Yaw Hong en 1970). À l’origine, et dans la lignée de la représentation politique mise en place par les Britanniques, les deux partis non malais devaient défendre les intérêts de leur communauté en mettant en avant les questions de l’éducation en langue maternelle, de la nationalité, du recrutement dans la fonction publique, etc. Peu à peu, ils sont apparus comme des machines clientélistes, ouvrant aux milieux d’affaires les bonnes grâces de la fonction publique et de la bureaucratie, sans répondre aux attentes de la base. Quelques partis enfin, issus du rattachement de Sabah et Sarawak à la Malaisie en 1963, ont une représentation beaucoup plus locale (PBS, Parti du Sabah uni, ou PBDS, Parti dayak de Sarawak, SUPP, Parti uni du peuple de Sarawak). Faisant partie de la coalition Barisan Nasional, ils détiennent quelques fauteuils ministériels.

L’opposition

  • 15 En 1969, le premier ayant choisi de mettre en œuvre un programme de réforme agraire et le second de (...)

19Au lendemain de l’indépendance, les partis de l’opposition couvrent un large panorama des sensibilités politiques, des plus radicales comme le Socialist Front communiste qui donnera naissance au parti Rakyat (paysan) et le Labor Party of Malaya qui sera ensuite interdit jusqu’à nos jours15, ou encore, progressiste mais moins radical, le DAP (Democratic Action Party), issu du parti social-démocrate de Singapour (le People’s Action Party de Lee Kuan-Yew, parti de gauche multiethnique), aux partis modérés comme le GRM (Malaysian People’s Mouvement, devenu le Gerakan Party), aujourd’hui dans la coalition de gouvernement.

  • 16 F. Noor, « Islam et politique : une trajectoire singulière », Critique internationale, 2001, p. 103 (...)

20La Malaisie compte aussi des partis nettement conservateurs comme le petit UMCO en 1969 (défendant les intérêts chinois locaux du Negri Sembilan) et surtout le PMIP (Pan Malayan Islamic Party), né de l’UMNO en 1951, qui donnera naissance à l’actuel parti islamiste intégriste PAS (Parti Islam Semalaysia), prônant le retour à la domination malaise et aux valeurs traditionnelles malaises, en particulier à ses valeurs religieuses. Il bénéficie d’un fort soutien de la part des paysans malais en particulier dans les États les moins développés du Kelantan, du Trengganu et du Kedah. Depuis les années 1970, le PAS représente le principal opposant à l’UMNO : la stratégie politique du parti majoritaire, comme du gouvernement, est largement définie en rapport – souvent dans la surenchère plutôt que dans l’opposition frontale – avec ses prises de position idéologiques16. Dépassant le score du MCA aux élections législatives de novembre 1999 (obtenant 27 sièges à l’Assemblée), le PAS a cependant connu un fort recul en 2004 (pour tomber à six représentants).

21La référence de tous ces partis à la logique communautariste est très variable, certains s’y rattachant par définition (UMNO, MCA, MIC, PMIP/PAS), d’autres (DAP, LPM, GRM/GP) ayant fondé leur programme sur le dépassement des clivages ethniques. Enfin, depuis l’éviction inique et violente par Mahathir Mohamad de son vice-Président et ministre des Finances, Anwar Ibrahim, en septembre 1998, un nouveau parti est né du mouvement reformasi qui s’est formé : le parti KeADILan (devenu Parti Keadilan Rakyat depuis sa fusion avec le Parti Rakyat Malaysia), parti multiethnique aux revendications démocratiques, dirigé par Dr Wan Aziza Wan Ismail, l’épouse d’Anwar Ibrahim libéré de prison en septembre 2004 par le successeur de Mahathir. Les élections générales de mars 2004 (les onzièmes depuis l’indépendance) furent un succès historique pour l’UMNO de Badawi (certes facilité par une campagne habilement limitée à huit jours et un redécoupage électoral favorable), porté par une reprise économique bien amorcée. En revanche, celles de 2008 ont fait figure de rupture brutale. Les années de domination sans partage du Barisan Nasional et de l’UMNO sont soudain remises en cause : le Barisan Nasional conservant à peine l’avantage avec 50,2 % des voix contre 46 % pour l’opposition et près de 3 % pour les autres. Cet échec sans précédent est imputé aux difficultés économiques que connaît la Malaisie (comme d’ailleurs l’ensemble de la région), qu’accompagne la montée d’une expression politique libérée dans l’espace des blogs internet et des journaux d’opinion en ligne.

22La campagne législative de 1969 n’est pas marquée par un sujet politique principal, à la différence des précédentes : en 1955, la question de l’indépendance dominait la campagne, en 1959, c’est celle de l’éducation et l’intégration des Chinois, tandis que 1964 fut sous le signe de la konfrontasi avec l’Indonésie.

  • 17 M. Rudner, « The Malaysian general election of 1969… », 1970, p. 2.
  • 18 Renforçant les Special Rights des Malais prévus par la Constitution, la commission électorale accor (...)

23« Le calme apparent de la vie sociale ne témoignait pas de sujets économiques ou politiques urgents pouvant être capitalisés dans un but électoraliste. »17 D’après Martin Rudner, aucun candidat ne possède d’ailleurs le charisme ou le magnétisme capable de rassembler au niveau national. Il n’y a pas de grand leader d’opinion. Des ministres ou des personnalités politiques élues de l’opposition animent les réunions électorales, mais les candidats euxmêmes semblent prendre peu d’initiatives, y compris dans leurs propres circonscriptions. Le découpage électoral favorise expressément les campagnes au détriment des villes (il n’y a que 6 circonscriptions urbaines sur 104) et le partage des sièges au sein de l’Alliance avantage les Malais de l’UMNO18.

  • 19 Les élections se sont tenues dans les onze États de la péninsule uniquement ; Sabah et Sarawak qui (...)
  • 20 Les règles électorales sont très favorables à l’UMNO et aux Malais : le changement politique au niv (...)

24Mais malgré une majorité de sièges remportés, 66 sur 104, le recul de l’Alliance au profit des partis d’opposition est sans appel : elle en tenait 89 sur 104 depuis 1964. L’analyse des résultats des élections, quel que soit l’angle retenu en termes de sièges (en fonction des partis, des États, du clivage ville/campagnes, des communautés) comme en nombre de voix, ne met pas en évidence l’expression d’un clivage communautaire. Dans les circonscriptions où le choix était possible, il devient manifeste désormais que parmi les Malais, presque la moitié de l’électorat préfère le PMIP (qui a gagné 10 points par rapport aux élections de 1964), et dans l’électorat non malais, plus de la moitié aurait voté pour l’opposition. Il apparaît donc que, pour la première fois, une majorité de l’électorat de la Malaisie occidentale19, toutes communautés ethniques confondues, a rejeté l’Alliance et sa stratégie de compromis communautaire20.

  • 21 W. C. Parker, Communication and the May 13th Crisis, 1979.

25Cet échec de la coalition place notamment le Selangor dans l’impasse pour former son gouvernement : les manifestations des Chinois soutenant les partis d’opposition et des Malais pro-UMNO dégénèrent. Des manifestants chinois sont tués, puis l’agitation prend de l’ampleur et les victimes se multiplient. Le gouvernement à travers la personne de Tunku Abdul Rahman ne prend manifestement pas la mesure des événements et, loin de condamner ces meurtres, accuse l’opposition de faire le jeu de communistes qui auraient orchestré ces violences. Cette version est très vite démentie. Le pouvoir affaibli par les élections perd rapidement sa capacité à faire revenir l’ordre et à reprendre la situation en main. Il laisse sans réponse la proposition de l’opposition de former immédiatement un gouvernement d’union nationale. La presse britannique qui porte une grande attention aux événements met en cause sa crédibilité et l’opinion occidentale semble prendre parti pour l’opposition, la plupart des articles sont en faveur des Chinois. À partir du 17 mai 1969, la presse étrangère a retiré ses journalistes et l’information commence à être contrôlée21. Le Premier Ministre affirme : « La situation n’est pas à moitié aussi mauvaise que vous le décrivez. » Ce blackout sur l’information a pour conséquence l’ignorance du bilan humain des émeutes : le chiffre officiel est de 200 morts, les rumeurs à l’époque allaient de 600 au millier de victimes. Certaines associations chinoises parlent de 2 000 morts. À l’époque, les rumeurs sur le nombre de victimes alimentent à leur tour la violence pour venger de supposés crimes commis, les familles déménagent, les gens ont peur d’aller au travail, ou encore d’envoyer les enfants à l’école. La vie sociale et les affaires ont été interrompues durant quatre mois environ et ont mis un an à revenir à la normale. L’état d’urgence, prévu dans la Constitution au titre de l’Internal Security Act (ISA), est proclamé le 15 mai et la vie parlementaire suspendue pendant dix-huit mois : le pays est gouverné par un Conseil des opérations nationales (NOC) dirigé par la jeune garde de l’UMNO, dont le vice-Premier ministre, Tun Abdul Razak, prend la tête. Le Premier ministre Tunku Abdul Rahman garde ce titre, mais au sein d’un Cabinet fédéral au pouvoir réduit. Pour Rudner, le système politique malaisien a été incapable, en situation de crise, de trouver et d’afficher un consensus sur les valeurs nationales ultimes et essentielles à la survie du système parlementaire. Sur les treize ministres du Conseil des opérations nationales, dix sont de l’UMNO, tandis que le MCA décline toute participation au futur gouvernement – bien que trois leaders du parti acceptent finalement des postes sans portefeuille au titre de Special Responsability.

La lecture des émeutes de 1969

26L’explosion de violence des émeutes de mai 1969 est généralement présentée comme la « page noire » de l’histoire malaisienne, et par la suite l’UMNO ne s’est pas privé, pour légitimer un pouvoir autoritaire peu partagé, de justifier l’emploi de la manière forte par le risque de replonger dans les violences intercommunautaires. Les émeutes, et les choix politiques très forts qui ont été faits pour y répondre, ont d’ailleurs durablement traumatisé la communauté chinoise de Malaisie.

27À cet égard, il faut souligner que la campagne électorale de 1969 a été beaucoup moins libre et ouverte qu’au cours des précédentes élections, à cause de nouvelles normes édictées par le gouvernement sous couvert de lutte contre la subversion communiste : les médias se sont faits les porte-voix de l’Alliance, des arrestations d’opposants politiques radicaux ont eu lieu (sous l’ISA) et un climat de tension s’est établi. Selon Wan Hashim :

  • 22 W. Hashim, Race Relations in Malaysia, 1983, p. 83.

La période précédant les émeutes raciales du 13 mai 1969 fut une période de désintégration et de polarisation des trois groupes raciaux en Malaisie. La montée des tensions communautaires fut déclenchée par les hommes politiques remettant en question les compromis communautaires de la vie sociale durant toute la campagne électorale.22

  • 23 N. L. Snider, « Race, leitmotiv of the Malayan election drama », Asian Survey, 1970.
  • 24 Discours d’anniversaire, 5 juin 1969, Straits Times, cité par M. Rudner, « The Malaysian general el (...)
  • 25 Selon la thèse majeure de M. Rudner, ibid., p. 17-18.
  • 26 Ce sujet constituera d’ailleurs la problématique des principaux ouvrages de référence sur l’économi (...)

28Les arguments primordialistes raciaux accompagnés des questions de langue et de religion auraient été le fil conducteur de cette période, au détriment de l’élaboration collective (et la mise en concurrence) de projets concernant une identité nationale malaisienne partagée23. Le roi de Malaisie lui-même a reconnu que les sujets religieux et raciaux soulevés durant la campagne de manière irresponsable ont conduit au désastre24. En effet, il semblerait que le débat n’étant pas mis en forme par les discours des partis (refroidis par le contexte sécuritaire), il soit resté en deçà du politique et, faute d’élaboration, se soit engouffré dans les lignes de fracture les plus élémentaires de la société, à savoir d’inflexibles divisions interethniques25. Celles-ci sont en effet exceptionnellement solides, car elles se redoublent et se multiplient : la division ethnique recoupe, dans la Malaisie de 1969, les dimensions culturelles, religieuses, politiques, linguistiques, géographiques et socioprofessionnelles. Un siècle environ après le début de la colonisation britannique, les traits majeurs de la société malaisienne que sont les différences ethniques dans le peuplement ville/campagne, dans les emplois, dans l’accès à l’éducation, et donc dans les revenus s’expliquent par le dualisme de l’économie malaisienne conjugué à une participation différenciée des différentes communautés ethniques au mouvement de modernisation26. Toute la question devient de savoir comment réduire ces multiples écarts qui, loin de se compenser, se cumulent au détriment des ruraux peu éduqués, le plus souvent malais, manifestement bloqués dans le secteur de l’agriculture traditionnelle.

  • 27 J. J. Puthucheary, Ownership and Control (1960), 2004, p. 174.
  • 28 Ibid., p. 175.

29Face à la crise, le gouvernement a choisi de lire dans l’explosion de violence l’expression d’un ressentiment somme toute justifié des Malais, population d’origine, contre les Chinois, plus riches, bien qu’immigrés, et à ce titre ayant moins de raisons de prétendre tirer profit du pays. Ainsi, à l’époque, l’idée que « les Chinois formaient la communauté qui exploitait les Malais, et que les Chinois étaient riches parce qu’exploitant les Malais »27 était répandue et alimentait les sentiments et les discours politiques. Or dès 1960, Puthucheary s’était employé à démontrer que l’assimilation courante des Chinois à la catégorie des gens riches était une erreur grossière que les statistiques pouvaient à l’époque permettre de rectifier. Il reconnaissait toutefois que l’assimilation entre pauvreté et appartenance ethnique est inévitable, car la plupart des Malais sont paysans et, « depuis leur océan de pauvreté, ils voient le commerçant Chinois du village comme un îlot de richesses »28.

30Nous allons revenir sur l’interprétation dominante des émeutes et les critiques qui ont pu lui être adressées, avant de présenter les objectifs que le gouvernement en a tirés dans le cadre de sa nouvelle politique économique, et les instruments dont il s’est armé pour répondre au problème de l’inégale répartition des revenus établie au détriment des Malais.

L’interprétation dominante : la révolte des pauvres Malais contre les riches Chinois

  • 29 En revanche, les pays d’Amérique latine sont autant sinon plus inégalitaires que la Malaisie (Banqu (...)

31À la fin des années 1960, la Malaisie est sans conteste le plus inégalitaire des futurs pays émergents d’Asie : le ratio Q5/Q1 qui désigne le rapport entre le quintile le plus riche et le plus pauvre est de 16 dans les années 1970 en Malaisie, contre 9 à Hong Kong, 8 en Thaïlande, voire 4,5 et 5 au Japon et à Taïwan29. Le coefficient de Gini y vaut 0,5 entre 1965 et 1970 (comme à Singapour), alors qu’il n’est que 0,4 en Indonésie, et autour de 0,3 pour Taïwan, la Corée du Sud et le Japon (Banque mondiale, 1993).

32L’histoire malaisienne enseigne que la différence de revenus entre groupes ethniques trouve son origine dans la division ethnique du travail qui s’est instaurée dans la société coloniale, et que la période de l’après-indépendance n’a pas ou peu modifiée. Les inégalités sont très fortes entre groupes sociaux et entre les différentes communautés ethniques. La pauvreté est très répandue, en particulier chez les Malais :

  • 30 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 153.

Le problème de l’accroissement des inégalités dans le processus de développement est rendu plus délicat par le fait incontournable que la pauvreté et les inégalités économiques dans la société coïncident avec les démarcations raciales et religieuses. Comme si cela ne suffisait pas, l’étendue des inégalités est l’une des pires au monde. Le problème malaisien est ainsi à la fois dangereux et explosif.30

  • 31 Ibid., p. 62.

33À cette époque, la population active malaisienne est toujours majoritairement employée dans le secteur primaire, qui continue à croître numériquement, et les Malais sont économiquement à l’écart du développement : moins d’un Malais sur cinq participe au secteur « moderne » de l’économie31, l’immense majorité restant confinée dans les secteurs traditionnels, à la productivité moindre et aux niveaux de revenus plus faibles.

  • 32 Ibid., p. 332.

34En effet, Just Faaland, Jack R. Parkinson et Rais Saniman ont quantifié que la population active est de 3 millions d’individus en 1967, dont la moitié de Malais. L’emploi se répartit selon la distribution suivante : le secteur rural moderne, c’est-à-dire le secteur issu de la mise en valeur coloniale et englobant les plantations, l’exploitation forestière, la pêche industrielle et la moitié du secteur minier, emploie 350 000 personnes environ. Parmi celles-ci, on dénombre un quart seulement de Malais ; le secteur rural traditionnel, soit toute l’agriculture, la cueillette, la pêche, et l’extraction minière en dehors du secteur rural moderne, ainsi que la masse de paysans et travailleurs agricoles sans emploi ou en sous-emploi, représente 1 250 000 personnes, aux trois quarts malaises ; le secteur urbain moderne (entreprises modernes manufacturières, bâtiment, import-export, transport) compte 535 000 actifs, dont seulement un quart de Malais ; tandis que le secteur urbain traditionnel (petits commerçants, vendeurs ambulants, petits artisans, domestiques…, chômeurs urbains) occupe 565 000 personnes, chinoises pour l’essentiel (16 % de Malais). Reste le secteur gouvernemental qui emploie 10 % de la population active, soit 300 000 personnes, à majorité (62 %) malaise32.

  • 33 Le thème du « retard malais » est le sujet principal du livre controversé de Mahathir Mohamad, The (...)

35D’autres données, pas toujours parfaitement similaires mais largement cohérentes, permettent d’illustrer le fait qu’à la fin des années 1960, les Malais sont dominés économiquement33. Ainsi, une analyse plus détaillée en termes de secteurs, mentionnant les autres catégories ethniques, permet de mieux saisir l’insertion spécifique des Malais dans l’activité : deux tiers des Malais sont employés dans l’agriculture, alors que seulement un tiers des Chinois et la moitié des Indiens le sont.

Tableau 17. Emploi par secteurs, distribution au sein des catégories ethniques, 1970

Tableau 17. Emploi par secteurs, distribution au sein des catégories ethniques, 1970

a Inclut l’eau et l’électricité.
Source : K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 294.

36La répartition des revenus par catégories ethniques, lorsqu’on entre dans le détail des postes occupés, met donc en évidence les inégalités entre groupes ethniques. On peut observer aussi à quel point le système éducatif est venu renforcer les clivages puisque les Malais, qui ont les plus faibles revenus y compris à statuts professionnels équivalents, sont aussi ceux qui ont le moins bénéficié d’années d’enseignement.

Tableau 18. Revenus et niveau d’éducation moyens, par catégories ethniques, 1967

Tableau 18. Revenus et niveau d’éducation moyens, par catégories ethniques, 1967

Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification in Peninsular Malaysia, 1974, p. 18.

37Notons pour commencer que le revenu moyen des ouvriers agricoles est inférieur de moitié au revenu national moyen. Cela permet de saisir la distance entre les revenus perçus dans les campagnes et ceux du salariat ou du commerce urbain.

38De plus, même le revenu moyen mensuel des Malais appartenant aux catégories socioprofessionnelles supérieures est de 280 RM, soit un revenu très inférieur à celui perçu par les autres catégories ethniques, pour un statut social similaire. Cet écart s’explique en partie par le niveau d’éducation inférieur reçu par les Malais (à statut professionnel équivalent). Le système éducatif hérité de l’administration coloniale britannique était lui-même structuré ethniquement, c’est-à-dire fortement différencié selon la communauté d’appartenance des élèves : la plupart des Malais ont quelques années d’enseignement primaire (de très faible qualité) et sont destinés à suivre les traces de leurs parents, restant dans les kampungs comme paysans ou pêcheurs. Le présent échantillon indique qu’avec une moyenne nationale de 4,4 ans d’études, les Malais ont un déficit d’au moins une année d’études par rapport aux Indiens (et 1,5 an de moins que les Chinois).

39La probabilité d’être en bas de l’échelle sociale ou, pour un statut social donné, de percevoir les plus bas revenus, est donc plus grande pour les Malais. De plus, c’est dans les secteurs peu productifs que la probabilité d’être malais, plutôt que chinois ou indien, est la plus élevée. Corrélativement, lorsqu’on perçoit de hauts revenus, on a plus de chance d’appartenir à la communauté chinoise ; ensuite, être chinois signifie statistiquement avoir une plus faible probabilité d’être pauvre. Aussi, il est vrai que structure sociale et structure ethnique tendent à se recouvrir en Malaisie.

Critiques de l’interprétation dominante des émeutes : oppositions de classe et dualisme

  • 34 A. Ong, « State versus Islam », American Ethnologist, 1990, p. 259.
  • 35 C’est la thèse majeure de K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, développée théoriquement dans son (...)

40Mais la complexité sociale malaisienne ne saurait se réduire à l’idée qu’être malais implique nécessairement d’être pauvre ou, réciproquement, qu’être pauvre c’est forcément être malais. Ce sont cependant de telles affirmations qui ont été retenues des données du recensement et des observations de la vie de tous les jours. « Les statistiques mesurant la taille relative des différentes communautés et apportant la preuve de leurs différences en matière de richesse et de pauvreté ont joué un rôle crucial dans la politique malaisienne moderne et dans la conscience de race »34, alors même qu’elles permettaient de réfuter les généralités approximatives et dangereuses. En effet, plusieurs arguments viennent s’opposer à l’hypothèse des Malais forcément pauvres : pour l’accès à l’éducation, par exemple, les inégalités sont largement aussi le fait d’inégalités de classe, elles existent donc au sein des communautés elles-mêmes35 ; d’autre part les revenus ne sont pas entièrement de même nature selon les différents groupes et les Malais disposent de ressources que les autres n’ont pas. Ces considérations étaient déjà présentes à l’époque des événements de 1969 :

  • 36 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 124.

On doit souligner le fait que l’immense majorité des Chinois de Malaya sont salariés – le plus souvent ouvriers – ou petits paysans dans l’agriculture vivrière. Seuls environ 20 000 Chinois (autour de 2 % d’une population active de plus de 950 000 personnes) sont employeurs. Ainsi, quand on dit « les Chinois dominent l’économie en Malaisie », signifiant que les Chinois en tant que communauté dominent l’économie, le fait que 98 % soient ouvriers ou petits paysans est tout simplement ignoré.36

  • 37 Emprisonné à l’époque et pourtant lu, commenté et abondamment repris, Puthucheary doit à cette thès (...)

41L’économiste Puthucheary consacre Ownership and Control (1960) à la démonstration de sa thèse selon laquelle l’exploitation et la pauvreté sont des problèmes de classes sociales en conflit, et non des problèmes d’ordre ethnique37. Étudiant la répartition de la propriété du patrimoine malaisien en 1959, il démontre que l’idée d’une « domination économique » chinoise est fausse. En effet, lorsqu’on considère la propriété de la terre, ce n’est évidemment pas le cas. Ainsi la distribution de la terre cultivée est-elle dominée en valeur absolue par les Malais qui sont très nombreux à travailler de petites parcelles de riz et des smallholdings d’hévéa et noix de coco, et ce, au titre de métayer (non propriétaire) pour la moitié d’entre eux.

Tableau 19. Répartition des terres cultivées par taille et par catégorie d’exploitant

Tableau 19. Répartition des terres cultivées par taille et par catégorie d’exploitant

a Parcelle inférieure à 100 acres.
b Entre 100 et 500 acres.
c De plus de 500 acres.
Source : J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. XVII.

42Les Occidentaux exploitent de très grandes surfaces occupant 32 % des terres cultivées du pays, ce qui est en proportion plus important que les terres des cultivateurs chinois (27 %), travaillées majoritairement en petites exploitations. Sur ces 5,19 millions d’acres cultivées, le caoutchouc en couvre 3,5 millions dans les années 1950.

  • 38 D’après le recensement de 1947, ibid., p. 124.
  • 39 EPU, Third Malaysia Plan 1976-1980 (www.epu.my). K. S. Jomo, A Question of Class, 1987, reprendra d (...)

43De même, la désignation des Chinois comme principaux détenteurs de la richesse nationale vient de leur position visible dans le commerce. Or, si 20 % des Chinois sont employés dans le secteur du commerce, une moitié l’est dans le tout petit commerce ambulant et un tiers comme employé des sociétés d’import-export européennes ou américaines38. Enfin, 63,3 % du capital des entreprises de Malaisie en 1970 est détenu par l’étranger39.

44L’équation simpliste que la politique tendra par la suite à accréditer, selon laquelle le Malais est pauvre et le Chinois riche, peut aussi être remise en cause par la dispersion des revenus au sein d’une même catégorie ethnique : tous les Chinois ne travaillent pas dans le commerce en ville, ou dans les mines, ni les Indiens dans les plantations d’hévéas. Entre les membres de la communauté chinoise qui travaillent dans le secteur agricole traditionnel et les cadres dirigeants des usines récemment implantées, il existe une très forte différence de statut et de revenu. Le rapport entre revenu moyen et revenu médian est d’autant plus élevé que les inégalités de la distribution des revenus au sein d’un groupe sont fortes : nous donnons ici ces deux statistiques pour 1970, issues du 4 e Plan malaisien.

Tableau 20. Revenu mensuel moyen et médian par catégories ethniques, 1970

Tableau 20. Revenu mensuel moyen et médian par catégories ethniques, 1970

Sources : A. Aziz et al., University Education and Employment in Malaysia, 1986, p. 276.

  • 40 J. Da Vanzo et M. Kusnic étudient les inégalités de revenus malaisiens grâce à la riche base de don (...)

45Bien que ces chiffres attestent, là encore, une forte différenciation ethnique au niveau des revenus médians comme moyens, c’est-à-dire la supériorité des revenus chinois moyen et médian par rapport aux revenus des autres communautés, ils font apparaître que les différences de revenu au sein des groupes ethniques sont très marquées. En distinguant les inégalités intergroupes et intragroupes à partir d’enquêtes approfondies sur les revenus, on a pu montrer que la forte inégalité d’ensemble est due en majeure partie aux inégalités intragroupes, c’est-à-dire aux différences de revenu entre les Chinois, entre les Indiens et entre les Malais40.

  • 41 Ibid., p. 23.

46Enfin, la distribution des revenus reste également très marquée par le dualisme de l’économie jusque dans les années 1970. Ce dualisme hérité de l’époque coloniale se traduit par des ressources de nature différente selon l’appartenance au secteur traditionnel rural ou au secteur moderne. En effet, dans une société duale, il existe par définition une inégale participation à la sphère marchande selon les populations41. La campagne est structurellement plus éloignée des marchés que les villes. Cela engendre des écarts entre les revenus marchands, monétaires, liés au produits ou services vendus sur le marché (y compris le travail dans le cadre d’une relation salariale), et d’autres types de revenus non monétaires issus d’activités productives non marchandes, en particulier dans le cadre de cultures vivrières. Si l’on cherche à quantifier ces différences, on retrouve ainsi une analyse assez convaincante des inégalités entre groupes ethniques, inégalités s’expliquant désormais par les secteurs d’activité : leur perspective oppose vie rurale traditionnelle et emploi dans les secteurs modernes de l’économie ou dans les zones urbaines. Da Vanzo et Kusnic construisent trois agrégats correspondant à des revenus différents permettent de mener une comparaison de la dispersion entre groupes ethniques :

  • le revenu marchand inclut le salaire, le produit net d’achat et vente de biens et services marchands, le capital et l’intérêt du capital. Selon cette définition, le revenu marchand annuel moyen d’un ménage malaisien est de 8 219 RM en 1976 ;

  • le revenu total observable est celui qui intègre à cette première définition les revenus en nature reçus par les employés (service de bus, etc.), la consommation de biens issus de la production domestique (élevage, cultures, divers objets de fabrication domestique), la jouissance de la maison ou l’appartement en possession, les cadeaux et échanges entre ménages (en particulier entre générations d’une même famille). Le revenu total observable annuel moyen d’un ménage malaisien est de 9 617 RM ;

    • 42 La théorie néoclassique définit le coût d’opportunité, comme le coût (estimé à l’aide d’un salaire (...)

    le revenu total eff ectif inclut le revenu précédent en y ajoutant la valeur du temps passé à nettoyer la maison, laver le linge, faire les courses et autres tâches ménagères42. Le revenu total effectif annuel moyen est égal à 11 027 RM.

Tableau 21. Valeur annuelle moyenne par ménages des différents types de revenus, 1976

Tableau 21. Valeur annuelle moyenne par ménages des différents types de revenus, 1976

Source : J. Da Vanzo et M. W. Kusnic, 1983, table 3.

  • 43 Les auteurs de ces enquêtes arrivent à la conclusion que, finalement, les écarts de revenus ne sont (...)

47La valeur moyenne prise par ces différents revenus varie d’un groupe ethnique à l’autre. Mais on constate que l’écart de revenu entre catégories ethniques diminue au fur et à mesure que l’on intègre les éléments non monétaires au revenu43.

48Il nous paraît cependant abusif de déduire que le bien-être des populations serait en réalité beaucoup plus élevé (à hauteur de la valeur monétaire fictive équivalente) : d’après ces chiffres, les Malais sont peut-être un peu moins « pauvres » que les mesures habituelles ne l’indiquent, du fait de leur inscription dans l’activité traditionnelle rurale où les revenus en nature demeurent assez importants et diversifiés (malgré la présence du chômage et du sous-emploi). Néanmoins, dans une société moderne de marché qui se généralise progressivement en Malaisie au cours du XX e siècle, les Malais sont pauvres, au sens où ils n’ont pas l’argent pour acquérir un certain nombre de marchandises que les autres groupes peuvent se procurer.

  • 44 En particulier parce qu’ils ont rarement accès à la possession de la terre.
  • 45 Si elle s’est améliorée, leur situation est loin d’avoir été politiquement prise en charge.

49Pour conclure sur l’analyse des causes profondes des inégalités de revenus, on peut affirmer que l’appartenance en termes de classes sociales y est beaucoup plus déterminante que l’appartenance ethnique. D’autre part, les Malaisiens n’entretiennent pas tous le même rapport à l’économie moderne de marché. Certains, les Malais ruraux en premier lieu (soit 80 % des Malais), en sont notamment très éloignés. Très différente, la situation des Indiens apparaît particulièrement difficile, car si leur revenu marchand annuel moyen est supérieur à celui des Malais, il l’est de peu (+ 15 %). En revanche, toujours d’après ces statistiques, les revenus en nature représentent moins pour eux que pour les autres groupes (leur revenu moyen tombe sous le revenu moyen malais), car ils n’ont pas comme ces derniers l’atout de l’insertion dans la communauté rurale traditionnelle qui protège de l’incertitude par des revenus en nature et d’abondants échanges, en raison de leur situation d’immigrés44. Malgré leur surreprésentation statistique dans le domaine des professions libérales, les Indiens sont beaucoup plus souvent employés comme ouvriers agricoles des plantations et composent certainement le groupe ethnique le plus vulnérable du point de vue économique et social. Plus d’un demi-siècle après la grande vague d’immigration des Indiens en Malaisie pour travailler en majorité comme salariés agricoles dans les plantations, ceux-ci en conservent donc les caractéristiques45.

50Ces différentes analyses de la distribution des revenus entre catégories ethniques permettent de nuancer fortement l’assimilation des Malais aux plus pauvres. Mais l’instrumentalisation politique de l’urgence de l’aprèsmai 1969 a permis au gouvernement de s’ajuster rapidement aux attentes des communautés : l’assimilation des Malais aux populations pauvres est le présupposé central de la politique publique qui va se mettre en place. Ce choix politique va engager de profondes conséquences administratives et économiques, dont la fin du XXe siècle malaisien portera la marque.

Discrimination positive et industrialisation sous la NEP

  • 46 T. Torii, « The New Economie Politicy and the United Malays National Organization », The Developing (...)

51La NEP articulera de manière forte et relativement cohérente une politique de justice sociale en faveur des Malais, et un interventionnisme dans le domaine économique ouvrant la voie à un développement accéléré fondé sur l’industrialisation. Dans le projet retenu au lendemain des émeutes, les deux mécanismes de discrimination positive et d’impulsion de la croissance sont inséparables. Ainsi, bien qu’intitulée « nouvelle politique économique », la NEP touchera aussi à un grand nombre de domaines non économiques : éducation, langage, culture, religions feront l’objet de réformes. Cela explique pourquoi cette période-clé aura des conséquences profondes sur l’ensemble de la société malaisienne46.

52Le caractère éminemment politique des choix retenus va être souligné au fil de notre présentation des objectifs et des instruments de la politique mise en œuvre pour réduire la pauvreté et restructurer la société en faveur des Malais. Alors, nous pourrons décrire à grands traits l’industrialisation qui s’engage à partir de ce moment.

Éradication de la pauvreté et restructuration de la société

Les objectifs de la NEP

  • 47 Le document officiel de la NEP est reproduit en annexe dans J. Faaland et al., Growth and Ethnic In (...)

53Au lendemain du choc qu’a constitué l’épisode sanglant des émeutes raciales, le Conseil des opérations nationales dirigé par Tun Razak lance la New Economic Policy, qui va s’étendre de 1970 à 199047. Elle s’accompagne d’un nouveau plan quinquennal, le 2e Plan malaisien (1971-1975), et d’une stratégie de développement exprimée dans le First Outline Perspective Plan 1971-1990. Il faut sans doute préciser ici que toutes les innovations politiques associées rétrospectivement à ladite NEP n’auront pas été contenues en réalité dans son programme initial de 1970, mais seront apparues au sein du riche arsenal politique et administratif qui s’est progressivement constitué pour remplir ses objectifs.

  • I En 1969, le premier ayant choisi de mettre en œuvre un programme de réforme agraire et le second de (...)
  • II C. MacAndrews, « The politics of planning », 1997, p. 293.
  • III O. Mehmet, « Malaysian employment restructuring policies : effectiveness and prospects under the Fo (...)

ENCART 6. LA PLANIFICATION EN MALAISIE, CINQUANTE ANS D’EXPÉRIENCE
Au moment de la NEP, la planification en elle-même n’est pas une nouveauté : cet outil de la politique économique, très largement utilisé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a été introduit par les Britanniques avec le Draft Development Plan (1950-1955) pour la Malaisie péninsulaire, et les Reconstruction and Development Plan 1947-1955, North Borneo et Plan 1947-1956, Sarawak dans la partie orientale. Ont suivi les 1st et 2nd Malaya Plans de 1956 à 1965. Ils sont, pour l’essentiel, tournés vers l’effort de reconstruction puis de développement des infrastructures, et financés à l’époque coloniale par des ressources tirées de la Malaisie elle-mêmeI. L’autre volet important de ces plans est le développement agricole (défrichage de nouvelles terres, amélioration des rendements pour le riz, replantation d’hévéas, etc.) pour lutter contre le chômage et le sous-emploi en milieu rural, et dans un souci de diversification (huile de palme), à partir des recommandations du rapport de la BIRD (1955). La stratégie de substitution des importations suivie dans les années 1960 ne correspondra pas en revanche à un investissement financier élevé, ce domaine ne recevant qu’1 % des fonds des First Malaya Plan et Second Malaya Plan (68 pages). Un nouveau cycle de plans quinquennaux plus conséquents s’ouvre avec le First Malaysia Plan 1966-1970 (200 pages) qui sera marqué à partir de 1968 par l’ouverture à la politique de promotion des exportations. Mais c’est avec la NEP que cet outil macro-économique devient en Malaisie « l’instrument de politique économique par excellence »II.
Le Snd Malaysia Plan (1971-1975) est véritablement l’instrument économique de la NEP. Son but est de contribuer à réduire la pauvreté des Malais en priorité. L’accent est mis sur l’agriculture (21,7 % des 10 milliards de RM alloués au titre du Plan), suivie par le transport (18,5 %) et les secteurs du commerce et de l’industrie dans lesquels l’État crée des agences de développement (qui doivent offrir aux « Malais dépossédés » les mécanismes institutionnels nécessaires à leur promotion), et des entreprises publiques (16,5 %).
Le 3rd Malaysia Plan (1976-1980), porté par Hussein Onn qui devient Premier ministre à la mort de Tun Razak en 1975, s’engage à réduire la pauvreté sans distinction de race (mais fixe pour la première fois des objectifs chiffrés d’accession à la propriété des Malais). Il met l’accent sur la croissance et reconnaît la nécessité d’appuyer le financement du développement sur l’investissement privé domestique et étranger. La dotation double presque (18,5 milliards de RM), le tiers étant financé par emprunts à la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la Banque islamique de développement et l’Arabie saoudite. Pour rassurer les créanciers étrangers, les dépenses de sécurité et de défense sont doublées. Le plan reconnaît la faible efficacité des agences publiques et accentue l’effort en direction de l’agriculture (25 % du budget) en mettant l’accent sur des projets d’amélioration des rendements des exploitations existantes.
Le 4th Malaysia Plan (1981-1985) accentue l’objectif de restructuration de la société à travers l’emploi. La croissance attendue devrait accompagner la réorientation des Chinois vers l’agriculture pour laisser des emplois dans le secteur secondaire et tertiaire aux MalaisIII.
Le 5th Malaysia Plan (1986-1990) est marqué par le tournant de la libéralisation, c’est le dernier plan de la NEP. La fin de cette période voit l’affirmation par Mahathir Mohamad d’une stratégie de développement toujours plus ambitieuse et offensive : le Second Outline Perspective Plan (OPP2, 1991-2000) planifie les besoins de main-d’œuvre et la politique éducative à mettre en place pour accompagner la vision d’avenir, Wawasan 2020, d’une Malaisie pleinement développée.
Les 6th Malaysia Plan (1991-1995) et 7th Malaysia Plan (1996-2000) mettent l’accent sur la croissance.
Le 8th Malaysia Plan (2001-2005) s’élabore après la crise asiatique.
Le 9th Malaysia Plan (2006-2010), le dernier en date, reconnaît pour la première fois la nécessité d’aider les Indiens pauvres, laissés pour compte du développement et des politiques publiques d’assistance (même si la pauvreté globale s’est considérablement réduite). Les efforts continuent dans la direction de l’unité nationale, de la libéralisation et de la modernisation de l’économie et en particulier du secteur financier, et d’une croissance stabilisée après les difficultés de l’électronique mondiale en 2000 et 2001. La « société de la connaissance » est devenue l’horizon à atteindre.
Sources : EPU, www.epu.my. ; BIRD/IBRD, The Economic Development of Malaya, 1955 ; C. MacAndrews, « The politics of planning : Malaysia and the new Third Malaysian Plan », Pacific Affairs, 1977.

  • 48 Les propositions politiques de l’EPU sont fortement soutenues par le Trésor, la Banque centrale (Ba (...)
  • 49 La réflexion du DNU se fonde sur des notes parues dans les semaines suivant les émeutes et rédigées (...)

54Les objectifs retenus par la NEP gagnent à être présentés dans un souci de cohérence politique, plutôt que de stricte chronologie, à partir du tableau des rapports de force politiques et administratifs qui se sont affrontés au moment de son élaboration. Deux écoles de pensée se sont en effet opposées dans la rédaction de la NEP : celle de l’Economic Planning Unit (EPU), le bureau de la planification en Malaisie48, privilégie la stratégie de croissance dans une optique monétariste en continuité avec le passé, et celle du Department of National Unity (DNU) avec l’appui du Département du Premier ministre49, veut mettre l’accent sur la redistribution.

55Pour les premiers, les événements sont un moment tragique mais passager dans une course au développement partie sur des bases saines et qu’il faut poursuivre. L’objectif est le rapide retour à la normale et la poursuite de la stratégie de croissance des années 1960, la redistribution découlant naturellement (selon la conception libérale dite du trickled down effect ou effet de percolation) de l’enrichissement des entreprises, en particulier à travers la reprise de l’emploi. La solution est donc de donner la priorité à la croissance à travers l’ouverture aux exportations assortie d’une stricte orthodoxie budgétaire et monétaire.

  • 50 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 31.

56Bien différente est la position du DNU, pour qui les émeutes reflètent un défaut structurel grandissant qui doit être corrigé d’urgence : les Malais ne sont pas préparés à la participation à la modernité économique, et tout – les politiques gouvernementales, les obstacles institutionnels comme sociaux et culturels – va à l’encontre de l’amélioration de cette situation. Sans des efforts délibérés pour inverser cette tendance, l’intégration et l’unité nationale resteront de vains mots : « Le DNU met l’accent sur l’unité nationale, équivalente en termes de planification à la correction des déséquilibres entre les races et à l’élimination de toute identification entre race et fonction économique. »50 Comme un mode de développement reposant sur le secteur privé a prouvé son incapacité à résoudre le problème malais, une direction clairement interventionniste va être alors prise. C’est cette seconde position qui va s’imposer dans la NEP.

57Sous forme d’une directive publiée dès 1970, la DNU va guider la rédaction du Second Malaysian Plan 1971-1976. Le gouvernement proclame dans ce texte que « l’objectif prioritaire du Second Plan malaisien sera de promouvoir l’unité nationale parmi les différentes races du pays et à tous les niveaux de la société à travers l’accès au développement et à la prospérité universelle ». La NEP a deux objectifs principaux : « restructurer la société » de telle sorte que le revenu et l’activité professionnelle ne soient plus répartis en fonction des clivages ethniques, et « éradiquer la pauvreté » tant absolue que relative, la moitié de la population malaisienne étant sous le seuil de pauvreté en 1970, et trois quarts des pauvres étant malais.

  • 51 A. B. Shamsul, « The politics of poverty eradication : the implementation of development projects i (...)

58Sous couvert d’innovation politique majeure, la NEP reprend en fait les idées exposées lors de deux congrès nationalistes malais devenus historiques (Kongeres Ekonomi Bumiputra) de 1965 et 1968, dans l’intérêt de la classe émergente des capitalistes malais. Tun Razak, qui prend en 1970 la place du libéral Tunku Abdul Rahman à la tête de l’UMNO et au poste de Premier ministre, incarne un nationalisme malais plus dur. Ses objectifs, comme le notent ses détracteurs malais de gauche, sont cependant très conservateurs puisque la réduction de la pauvreté ne prévoit pas de remettre en cause l’exploitation de classes, les intérêts des propriétaires, ni de chercher à améliorer les conditions des salariés. Politiquement, ces mesures de l’UMNO ne pouvaient être mises en œuvre qu’au sein d’un cadre qui ne dérangerait pas les intérêts des classes possédantes (dont les capitalistes malais)51.

  • 52 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy and the Chinese community in Peninsular Malaysia », Develo (...)
  • 53 Khoo Boo Teik, Managing Ethnic Relations in Post-Crisis Malaysia and Indonesia. Lessons from the Ne (...)
  • 54 À noter que Tun Abdul Razak, de famille noble et éduqué en Grande-Bretagne, incarne au sein de l’UM (...)

59La réaction chinoise est également très hostile, bien qu’obligée par les circonstances à la discrétion et l’accommodement : les Malais présentés dans les textes comme les deprived Malays vont désormais profiter d’un traitement préférentiel généralisé, souvent à l’encontre des intérêts des autres communautés52. Beaucoup de Chinois, face à l’assaut contre leurs intérêts économiques, éducatifs et culturels, auront d’ailleurs le sentiment de n’avoir plus d’avenir en Malaisie et quitteront le pays dans les mois qui suivront la NEP53. On peut interpréter la rupture de la NEP comme le moment dont se sont saisis les Malais nationalistes pour, sous couvert de l’urgence, faire passer un grand nombre de mesures en leur faveur. Alors que les élections avaient été défavorables à l’Alliance, les émeutes apparaissent rétrospectivement comme un moment providentiel pour l’UMNO, lui permettant d’abandonner la politique de compromis avec les autres communautés ethniques et de faire basculer totalement le rapport de force en sa direction, au profit d’une nouvelle génération de dirigeants décidés à promouvoir les Malais, y compris cette fois dans le domaine économique54.

60Quatre grands secteurs sont retenus comme futurs domaines d’intervention de l’État : l’agriculture, la pêche et la forêt ; l’industrie manufacturière, les mines et la construction ; le commerce et l’échange ; l’amélioration de la vie urbaine et rurale ; les politiques éducatives.

  • 55 La planification du développement de fronts pionniers s’est révélée décevante en termes d’urbanisat (...)
  • 56 À la différence des villes où l’accès à l’eau et à l’électricité commence à se généraliser, un tier (...)
  • 57 Dans un travail de terrain ethnographique à la fin des années 1970, A. B. Shamsul a étudié comment (...)

61La pauvreté étant concentrée dans les zones rurales, les pouvoirs publics ont institué des agences de développement rural (dont la plus importante est le RIDA qui deviendra le MARA) et injecté des fonds dans ce secteur notamment sous forme de projets d’irrigation, de services sociaux et d’infrastructures rurales. Progressivement, 80 % du territoire malaisien s’est ainsi trouvé maillé par des agences régionales ou locales de développement. Des zones vierges et isolées mais riches en ressources naturelles, couvertes de forêts pluviales dans le centre de la péninsule, ou contenant de l’étain sur la côte est, ont par exemple été défrichées, peuplées et exploitées à travers le développement d’une agriculture moderne et un début d’industrialisation55. Ces programmes de développement rural s’inscrivent pour la plupart à la suite des plans précédents qui, depuis l’indépendance, se concentraient sur l’amélioration des conditions de vie de la population rurale, le développement de l’emploi, la lutte contre le sous-emploi endémique et le chômage, l’aménagement rural sous l’angle des infrastructures et de l’assainissement56, et relativement à la question des paysans sans terre. Encore ruraux à près de 85 % en 1970, les Malais constituent donc la première population bénéficiaire de ces mesures57.

62Mais ces programmes existant déjà, la nouveauté politique (rupture nécessaire et affirmée dans l’énoncé même de cette NEP) devait donc passer par la mise en œuvre d’autres modalités de promotion des Malais.

  • 58 R. B. Lucas et D. W. Verry, « Croissance et répartition des revenus en Malaisie, 1970-1990 », Revue (...)

63Il apparaît en effet crucial aux dirigeants malaisiens de continuer à jouer la carte de la croissance économique et d’accélérer le processus d’industrialisation pour sortir de la crise. Or jusqu’alors, c’est-à-dire depuis le départ des Anglais, le développement économique ne s’est pas fait en faveur des Malais (du moins du plus grand nombre). Intensifier le processus de développement tout en y intégrant les Malais impose alors de passer désormais par un engagement de l’État dans l’industrialisation, assorti de mesures de préférence en faveur des Malais, d’une part, d’avoir recours aux capitaux étrangers pour ne pas favoriser l’investissement ni stimuler l’activité économique chinoise de l’autre. Pour les observateurs extérieurs, la solution retenue sera convaincante : « L’analyse du cas de la Malaisie illustre aussi bien la relation entre croissance et justice sociale, que le rôle qui incombe à l’État dans la promotion de la croissance. »58

Les instruments du traitement préférentiel en faveur des Malais

  • 59 Dans une société où l’égalité des chances serait parfaite, la distribution des personnes dans les d (...)

64Dans le but explicite d’accroître le poids des Bumiputra dans l’économie moderne (hors agriculture), la NEP s’est donné comme moyens les investissements publics et un système de quotas établis selon des critères ethniques, ouvrant grande la porte de la discrimination positive. Le gouvernement a retenu deux objectifs complémentaires, à l’aune desquels évaluer sa politique, pour guider l’arsenal des mesures originales prises par la NEP. Tout d’abord, la politique de l’emploi va être telle que désormais les emplois devront être répartis en proportion de la distribution ethnique de la population59. D’autre part, il est prévu que les Bumiputra détiendront 30 % des capitaux investis dans l’économie malaisienne en 1990, contre 2,6 % (un peu plus de 4 % si l’on tient compte des capitaux gérés au nom de leur catégorie par les Trust Agencies) en 1971.

Tableau 22. Actifs des sociétés commerciales malaisiennes par types de détenteurs, 1971

Tableau 22. Actifs des sociétés commerciales malaisiennes par types de détenteurs, 1971

Source : EPU, Firth Malaysia Plan 1981-1985 (www.epu.my).

65Pour briser le lien déterministe entre appartenance ethnique et position sociale, des quotas sont imposés dans différents domaines, de façon à orienter directement les ressources vers ceux qui en étaient structurellement écartés dans la société duale, c’est-à-dire vers les Malais (englobés désormais sous la catégorie des Bumiputra) : l’État s’engage directement, ou via des incitations, dans un processus d’industrialisation qui doit leur profiter. Il s’agit bien de l’élaboration, à travers diverses mesures, d’un encadrement politique et institutionnel de la croissance économique.

  • 60 Mesure qui normalement trouve sa légitimité dans son caractère temporaire, voir G. Calvès, La discr (...)
  • 61 Terme anglo-saxon pour désigner les politiques en faveur d’un groupe ethnique visant à compenser le (...)

66Clairement conçue pour rétablir un équilibre rompu60, la politique malaisienne de discrimination positive passe par l’imposition de quotas dans certains domaines (emploi privé, participation au capital, accès à l’Université), dans une stratégie d’affi rmative action61.

67On assiste aussi à la mise en place d’actions menées uniquement en faveur des Malais dans d’autres domaines : prêts bonifiés, accès à la propriété de la terre, bourses scolaires et universitaires. Selon les domaines, les quotas varient : de 30 % concernant la propriété du capital (les Malais du 3e Kongeres Ekonomi Bumiputra ont demandé au début des années 1980 que les quotas passent à 51 % du capital) à 80 % dans l’emploi public et l’armée (où à leur tour les Chinois du DAP réclament une représentation proportionnelle). Ainsi, l’argument de la « représentativité des Malais » qui pèsent moins de 55 % dans la population malaisienne est secondaire en regard de l’effort de compensation et de redistribution dans le but de réaliser « l’union nationale », soit, plus concrètement, d’apaiser le ressentiment politique supposé des Malais.

68Les domaines couverts sont très nombreux, à commencer par la propriété du capital : sont d’abord créées de grandes entreprises d’État (Pernas en 1970) ou de grandes agences publiques comme l’Urban Development Autority (UDA) dans le domaine du bâtiment en 1971, chargées de gérer pour les Malais (selon le système britannique du trust, d’où leur nom de Trust Agencies) des affaires dans un nombre croissant de secteurs (mines, plantations, puis industrie manufacturière, commerce, assurance, tourisme…).

69Des prêts bonifiés et autres facilités sont accordés aux Malais pour l’acquisition d’actifs financiers, en partie gérés par les nouvelles agences publiques (Trust Agencies) chargées de développer la participation des Bumiputra aux secteurs économiques modernes.

  • 62 Le chapitre 5 analyse et quantifie le développement de ces entreprises publiques.

70La politique de l’emploi est réactivée, avec des mesures de discrimination positive poussées plus loin que par le passé, étant donné qu’après l’indépendance les Special Rights (droits spéciaux) des Malais leur garantissaient déjà un accès privilégié dans l’administration publique et dans l’armée. Désormais, l’emploi public malais se développe en particulier en lien avec la création d’un très grand nombre d’entreprises publiques dans presque tous les domaines62.

  • 63 À l’époque, 84 % des Malaisiens peuvent s’exprimer en malais contre 28,4 % seulement en anglais (se (...)
  • 64 Ces quotas restent difficilement chiffrables : depuis 1971, entre 60 et 80 % des entrées à l’Univer (...)
  • 65 Hautement sensible, ce sujet n’a pas donné lieu à un grand nombre de publications officielles. Mais (...)

71Enfin, le gouvernement avait annoncé que l’éducation aurait à jouer un rôle déterminant dans les objectifs de la NEP : « Le développement de l’éducation affecte la nation dans de nombreux aspects vitaux. C’est un véhicule pour la modernisation de la société et pour atteindre les buts sociaux, l’égalité des chances et l’unité nationale. » Cette volonté de construire une nation plus égalitaire grâce à l’éducation se traduit par plusieurs mesures : la conversion progressive du système (donc de la population) au malais, au préjudice de l’anglais63 ; la création d’institutions d’enseignement technique pour orienter les élèves plus faibles, l’attribution de bourses d’études aux Malais pour compenser le rôle des inégalités de revenu dans l’accès à l’éducation, et un système des quotas à l’entrée de l’Université64. Le traitement privilégié des Malais comprend aussi la gratuité des études secondaires, celle de l’hébergement en internat, et la gratuité des études universitaires65.

72On peut considérer que ces changements institutionnels, associés à une politique de fortes dépenses publiques et d’ouverture au commerce extérieur, ont donné l’impulsion majeure qui a ouvert une longue période d’extraordinaire croissance, faisant de la Malaisie un Tigre asiatique en deux décennies. Il faut tracer les grandes lignes caractéristiques de l’industrialisation qui s’ouvre alors.

L’élan de l’industrialisation

  • 66 A. Bowie et D. Unger, The Politics of Open Economies, 1997.
  • 67 K. S. Jomo et C. Edwards, « Malaysian industrialization in historical perspective », dans K. S. Jom (...)

73Accordant la priorité absolue au développement et à l’éradication de la pauvreté, la NEP a choisi, outre de développer un secteur économique public, de promouvoir l’ouverture commerciale et de faire appel aux capitaux étrangers et aux multinationales pour sa stratégie de développement des exportations66. Le choix est fait de tourner le dos à la stratégie de substitution d’importation qui avait donné lieu au développement d’une petite industrie peu compétitive fondée sur les capitaux étrangers à l’abri des barrières douanières dans l’agroalimentaire, le tabac, le textile, entre 1958 et 1968. Les lois décourageant la syndicalisation dans les nouveaux secteurs (qui étaient passées lors du Pioneer Industries Ordinance Act de 1958 et du Trade Union Act de 1959) vont être renforcées après la proclamation de l’état d’urgence, à la fin de 1969. Les lois sur le travail sont alors amendées pour utiliser et contrôler le travail plus efficacement dans les futures usines intensives en travail des secteurs exportateurs : le regroupement des salariés de l’électronique est interdit, le travail d’équipe des femmes (donc de nuit) est autorisé, le droit de grève, réduit et les activités des syndicats en général, restreintes67. De ce fait, les capitaux étrangers ont la garantie de s’investir sur un terrain politique et social qui leur est très favorable.

74Le gouvernement malaisien a en effet besoin des capitaux et des technologies étrangères pour bâtir rapidement le tissu industriel qui lui manque, et ce, afin de quitter un régime de croissance fondé sur l’agriculture et l’exploitation de matières premières. Cette nécessité est d’autant plus forte qu’étant donné les circonstances politiques, il ne souhaite pas s’appuyer sur les milieux d’affaires chinois afin de ne pas en favoriser la prospérité. De plus, les investissements étrangers pourront permettre aux Malais éduqués de jouer un rôle dans la hiérarchie de l’entreprise grâce à l’imposition de quotas ethniques à l’embauche, ce qui leur était difficile au sein des entreprises chinoises à la direction très souvent familiale.

  • 68 Le système d’incitations fiscales est d’ailleurs devenu très complexe au fil des années, pour à la (...)
  • 69 K. S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 25. En dix ans, le chiffre d’affaires réalisé da (...)

75Pour accueillir les filiales des multinationales, on aménage des zones franches où établir des unités de production tournées vers les exportations. Le Pioneer Status, accordé aux entreprises étrangères dès 1968, exemptait de droits de douane, d’impôts sur les sociétés, et d’impôts sur l’investissement pour une durée de dix ans, les entreprises qui exportaient 100 % (puis 80 %) de leur production68. Exemptées de certaines mesures contraignantes de la NEP, ces Export Processing Zones (EPZ) vont connaître en Malaisie un développement très rapide, sans équivalent dans le tiers-monde, que ce soit en valeur absolue ou en proportion de l’activité industrielle nationale69. Lieu d’accueil par excellence des investissements directs étrangers en Malaisie, certaines EPZ deviendront très attractives, suscitant un dynamisme industriel exceptionnel, comme le cluster de Penang (voir encart 7, p. 127).

  • 70 Ibid., p. 26.

76Deux grands types de secteurs exportateurs se sont développés dans ce contexte : celui fondé sur la transformation des ressources naturelles anciennes (caoutchouc, étain) ou nouvelles (huile de palme, bois) d’une part, les secteurs intensifs en main-d’œuvre à la recherche de bas salaires et de conditions de production sociales et fiscales favorables, d’autre part70.

77Le décollage économique enregistré à partir de la NEP va ainsi être caractérisé par une industrialisation associée à une forte ouverture commerciale. Les investissements directs étrangers, orientés stratégiquement par la politique mise en place, vont jouer un rôle très structurant dans ce développement, en particulier à travers la création d’un nouveau secteur économique, bientôt leader des exportations et emblème de la spécialisation malaisienne, l’électronique.

Le décollage économique malaisien

78Jomo a souligné l’importance politique de l’industrialisation dans l’accession de la Malaisie au stade de pays émergent :

  • 71 Ibid., p. 1.

Depuis la révolution industrielle à la fin du XVIIIe siècle, le progrès économique et le développement ont été étroitement identifiés à l’industrialisation. Bien que cette association ait été remise en cause ces dernières années, lorsque les crises en matière d’environnement et de ressources ont commencé à poser la question de la soutenabilité de la croissance et du développement, cette idée continue d’influencer les dirigeants politiques dans le tiers-monde [...]. En fait, les Malaisiens les plus influents voient l’industrialisation comme la plus haute priorité nationale et la clef de son progrès vers le futur.71

79Le mouvement d’industrialisation se traduit par un changement structurel majeur, illustré par l’élévation de la part de la production industrielle dans le PIB, parallèlement au déclin de l’agriculture. Ce processus a été porté par la croissance soutenue qui a été celle du pays au cours des vingt années qui ont suivi. Les graphiques qui suivent tendent à mettre en valeur la rupture représentée dans l’histoire économique par la NEP. Le mouvement d’ensemble est illustré jusqu’en 1990, date de la fin officielle du programme politique de restructuration de la société.

Graphique 5. Valeur ajoutée agricole et industrielle en pourcentage du PIB, 1960-1990

Graphique 5. Valeur ajoutée agricole et industrielle en pourcentage du PIB, 1960-1990

Source : World Bank, World Development Indicators, 1998.

  • 72 Lim Mah Hui, Ownership and Control of the Hundred Largest Corporations in Malaysia, 1981.

80Le secteur de l’industrie manufacturière, qui se développe donc véritablement à ce moment, est porté à la fois par l’essor d’un secteur industriel d’État et d’un secteur exportateur dominé par les capitaux étrangers. Au début des années 1970, 70 % du capital des cent premières entreprises de Malaisie est détenu par l’étranger72, ce qui permet d’affirmer que la priorité n’est pas au nationalisme économique, mais bien à la croissance. Cette donnée caractérise l’insertion précoce de la Malaisie dans la mondialisation. Elle implique cependant certaines faiblesses structurelles, car cette forte dépendance financière et technologique s’accompagne à terme d’une vulnérabilité croissante à l’égard des marchés extérieurs, tant en termes de cours des changes, de volume de la demande que de variation des cours des matières premières ou des consommations intermédiaires importées.

81Stratégie réalisée à l’aide de capitaux étrangers très concentrés sectoriellement, la nouvelle orientation de la politique économique en faveur de la promotion d’exportations (permettant l’importation sans droits de douane des biens intermédiaires pour les entreprises qui exportent au moins 80 % de leur production) a eu pour effet une forte augmentation du PIB, des exportations, mais aussi des importations.

Graphique 6 Hausse du PIB et des échanges extérieurs de la Malaisie sous la NEP, 1970-1990

Graphique 6 Hausse du PIB et des échanges extérieurs de la Malaisie sous la NEP, 1970-1990

Source : World Bank, World Development Indicators, 1998.

82Résultat de ce mouvement d’industrialisation accompagné d’une forte ouverture commerciale : la Malaisie est passée en vingt ans de l’état de pays pauvre (pays à bas revenus et à faible développement humain selon les définitions de la Banque mondiale et du PNUD) à celui de pays à revenu intermédiaire en 1990, car le rythme de la croissance malaisienne entre 1970 et 1990 a été de l’ordre de 7,5 % par an en moyenne, c’est-à-dire un niveau exceptionnellement élevé sur une longue période, qui aboutit au doublement du PIB en moins de dix ans.

  • 73 Le rythme de la croissance démographique malaisienne est de l’ordre de 4 % par an, en moyenne, dura (...)

83De fait, en ringgits constants, le PIB a quadruplé sur la période. Il est passé (selon les données de la Banque mondiale) de 20,1 milliards de RM en 1970 à 80 milliards en 1990, tandis que la population malaisienne faisait moins que doubler, passant de 10 à 18 millions d’habitants : l’amélioration du revenu par tête a donc été très sensible, c’est une croissance du niveau de vie d’environ 3,5 % par an à laquelle on assiste de 1980 à 199073. Les exportations (en termes réels) ont été multipliées par six.

84Mais cette croissance du PIB n’a pas toujours été très régulière, pour partie en raison des fluctuations des termes de l’échange sur les marchés internationaux, dont le pays est très dépendant. Ainsi, la Malaisie a connu une forte inflexion de sa trajectoire de croissance, due à la dégradation des termes de l’échange en 1985 puis à nouveau en 1986, déclenchant une nette récession. La réévaluation du dollar et du yen en 1985 a pénalisé les importations. De 1985 à 1988, la Malaisie connaît alors une période de difficultés : le taux de croissance jusque-là autour de 6-8 % chute brutalement au cours de l’année 1985 (le PIB diminue de 1,5 %), les importations s’effondrent (– 10 %) et les exportations stagnent.

  • 74 La Malaisie retient une définition extensive du taux de chômage, incluant les « chômeurs passifs » (...)

85Ces quelques années correspondent à une augmentation brutale du chômage dont le taux passe alors à 8,3 %74. Cet épisode conduit le pays à une ouverture beaucoup plus offensive aux capitaux étrangers et à la reconnaissance officielle de la contribution positive de l’activité économique des Chinois dans la croissance nationale. Et politiquement, ce changement va engendrer une détente dans les relations interethniques. Le tournant de la libéralisation est ainsi amorcé, les conditions de l’investissement étranger sont assouplies.

86La dynamique de la croissance malaisienne depuis son décollage en 1970 possède un certain nombre de caractéristiques spécifiques, qui sont directement liées à la NEP : qualitativement, l’industrialisation du pays est marquée par une très forte dynamique des exportations avec, comme cause première de ces flux de marchandises, les investissements directs étrangers (IDE) concentrés en particulier dans le secteur électronique.

Graphique 7. La crise du milieu des années 1980 (PIB, importations, exportations)

Graphique 7. La crise du milieu des années 1980 (PIB, importations, exportations)

Source : World Bank, World Development Indicators, 1998.

Le choix de l’ouverture et la spécialisation dans l’électronique

87Le nouvel arbitrage contenu dans la NEP, entre développement et affirmation nationaliste postcoloniale, a ainsi admis le recours aux IDE pour financer et orienter l’industrialisation du pays. Typiquement, ce sont les industries de main-d’œuvre qui vont délocaliser en Malaisie pour bénéficier des avantages locaux en termes de coût des facteurs (main-d’œuvre, matières premières) et fiscaux (zones franches). L’électronique est le premier secteur bénéficiaire de ces IDE.

  • 75 Sauf dans le cas de Hong Kong dont le développement s’est réalisé sur un mode nettement libéral, et (...)

88En comparaisons régionales, il apparaît que la Malaisie offre plus tôt un attrait fort en termes d’accueil des IDE : alors que ces flux d’investissements, durant les années 1980-1990, suivent une croissance régulière dans l’ensemble de la région Asie, la Malaisie se place au-dessus de la moyenne des entrées d’IDE – mais reste loin derrière Singapour cependant. Comme en Thaïlande, en Indonésie et surtout à Singapour, l’économie repose de manière relativement forte sur les IDE. Ce trait les distingue des nouveaux pays industrialisés d’Asie du Nord-Est que sont la Corée et Taïwan, industrialisés à partir de la fin des années 1950 sur la base de réformes agraires et de capitaux (privés et publics) domestiques75. Entre 1986 et 1990, les flux d’IDE vont représenter un quart des flux de capitaux entrant en Malaisie.

Tableau 23. Flux d’investissements directs étrangers en Asie, 1982-1990 (en millions de dollars US)

Tableau 23. Flux d’investissements directs étrangers en Asie, 1982-1990 (en millions de dollars US)

Source : Bank Negara.

  • 76 A. Bowie et D. Unger, The Politics of Open Economies, 1997.

89La production malaisienne, dont une partie croissante est issue d’entreprises détenues par des capitaux étrangers depuis l’accueil volontariste des IDE, est réalisée en grande partie pour être exportée, afin de répondre à une demande mondiale et non locale. L’ouverture aux IDE s’accompagne d’une stratégie de promotion des exportations, qui fait donc aussi partie intégrante du compromis de la NEP. Ainsi, après la période post-indépendance de substitution des importations, le pays s’ouvre à nouveau aux échanges, renouant avec la longue tradition d’ouverture qui est la sienne76.

  • 77 La production d’huile de palme est multipliée par 65 entre 1960 et 1985, date à laquelle elle dépas (...)

90Le caoutchouc et l’étain, qui ont fait la prospérité de la Malaisie à l’époque coloniale, vont donner lieu à un industrie de transformation tandis que se développent l’exploitation et la transformation de l’huile de palme, promis à un grand avenir77, ainsi que celles du bois. Mais ce secteur agro-industriel se heurte à la montée des coûts de production, du matériel d’exploitation et aux barrières douanières dressées à l’encontre de ces produits.

Tableau 24. Évolution du commerce international pendant la NEP (en million de dollars US)

Tableau 24. Évolution du commerce international pendant la NEP (en million de dollars US)

Source : World Bank, Malaysia in brief, 1998.

  • 78 World Bank, World Development Indicators, 1998.

91L’autre domaine, très attractif pour les capitaux étrangers et qui va rapidement s’imposer dans les exportations manufacturières, est celui du matériel électrique, de l’électronique grand public et des composants électroniques. Ces secteurs dits « à haute technologie » se sont donc développés en un laps de temps très court, grâce à l’établissement de multinationales délocalisant leurs ateliers de production. Leur part dans le volume total des exportations de biens manufacturés (autour de 10 % dans les années 1960) fait un bond à partir de 1972, ne cessant de croître jusqu’à devenir majoritaire dans les exportations manufacturées à partir des années 198078.

92Cela est dû à la place prééminente occupée par le secteur de l’électronique dans l’industrialisation malaisienne : industrie leader du pays, en termes d’investissements étrangers, de chiffre d’affaires, d’emplois créés, et d’exportations, sa production brute (assemblage de semi-conducteurs, appareils de consommation et télécommunication électroniques) devient rapidement la principale production industrielle du pays. L’État de Penang a expérimenté en accéléré et de manière plus poussée les changements structurels proprement exceptionnels vécus par la Malaisie au cours de la période de la NEP puis de la nouvelle politique de développement (NDP) vingt ans plus tard. Sous l’effet de la percée de l’électronique les exportations manufacturées ont à leur tour nettement progressé dans le volume total des exportations malaisiennes : les biens manufacturés, qui ne représentaient que 11 % de la totalité des exportations malaisiennes en 1970, en pèsent les trois quarts en 1990.

  • 79 Durant les années 1970 et 1980 les ressources anciennes vont perdre de leur poids relativement à l’ (...)

93La spécialisation de la Malaisie dans la division internationale du travail s’est faite plus rapidement et plus radicalement que dans les autres pays asiatiques. En quelques années, la Malaisie est passée de premier producteur mondial de caoutchouc et d’étain à celui de premier exportateur mondial d’électronique : c’est le troisième producteur mondial (après le Japon et les États-Unis) et premier exportateur de semi-conducteurs à partir de 1987. Au sein des activités en forte croissance destinées à l’exportation, deux grandes industries sont à distinguer : l’une est liée à la transformation des ressources naturelles anciennes (caoutchouc, étain) et nouvelles (huile de palme79, bois) ; l’autre est le secteur du matériel électrique, de l’électronique grand public et des composants électroniques. En 1990, sa production brute représente 26,5 milliards de RM, soit 56 % des exportations de biens manufacturés.

Tableau 25. Projets d’investissement approuvés dans l’industrie électronique, 1990

Tableau 25. Projets d’investissement approuvés dans l’industrie électronique, 1990

Source : Malaysian Industrial Development Authority (MIDA), 1995.

  • 80 CNUCED, Information Economy Report 2009, 2010, p. 67-68.
  • 81 PNUD, Malaysia, 1991.

94En 2010, la Malaisie est au deuxième rang mondial, derrière Hong Kong, pour la part des biens de technologie de l’information et de la communication dans les importations (36 %) et à la troisième (après Malte et Hong Kong) pour leur poids dans ses exportations (41 %)80. L’industrie de l’électronique, avec le secteur électrique auquel il est associé dans les statistiques, peut y être considérée comme le « catalyseur principal de la croissance tirée par les exportations »81.

ENCART 7. PENANG, CLUSTER DE L’ÉLECTRONIQUE ASIATIQUE
Penang est le deuxième plus petit État de la Fédération malaisienne par la superficie : 1 000 km² en additionnant l’île de Penang et la bande de terre qui lui fait face sur la péninsule, Seberang Perai, ex-province Wellesley. Entre 1970 et 1990 il devient l’État le plus industrialisé ainsi que le deuxième port et deuxième aéroport économique de Malaisie : la « perle de l’Orient » s’est transformée en Silicon Valley du Sud-Est Asiatique. Principale ville de l’État de Penang, George Town (250 000 habitants environ) fut une ancienne métropole qui concentrait l’activité commerciale de l’île et la vie chinoise du pays : la communauté chinoise y est cinq fois plus importante que la communauté malaise ; sur l’ensemble de l’état de Penang, la population d’1,8 millions d’habitants en 2010, compte plus de 750 000 Chinois. En tant que ville historique du détroit de Malacca, George Town figure – avec Malacca – au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007 : elle reste l’une des plus grandes villes d’architecture chinoise traditionnelle hors de Chine. Régulièrement gagné par l’opposition, Penang a d’ailleurs toujours été gouverné par un Chinois, même si cette population n’est plus majoritaire dans l’État depuis 1990.
Penang est à l’origine de la conversion du système productif malaisien à l’électronique à partir des années 1970-1980. La spécialisation dans l’électronique s’est opérée grâce aux capitaux et compétences étrangères lorsque de nombreuses multinationales, d’abord américaines puis japonaises et taïwanaises, ont délocalisé en Malaisie leurs ateliers de production. Quelques noms suffisent à suggérer l’agglomération de ces entreprises sur un territoire très limité : Intel, Hewlett Packard, Compaq, ACER, Sony, Toshiba, AMD, Integrated Device Technology, Iomega, Motorola, Thomson y opèrent. Elles sont plusieurs dizaines à avoir choisi de s’établir ici à partir de 1971, attirant autour d’elles d’autres concurrents étrangers et une myriade de sous-traitants. C’est la raison pour laquelle on peut qualifier Penang de cluster industriel, terme d’ailleurs repris par le gouvernement malaisien. En un quart de siècle, le domaine industriel géré par l’Agence de développement de Penang (PDC), a vu le nombre d’entreprises multipliées par vingt. Alors qu’en 1970, aucune entreprise industrielle étrangère n’était recensée à Penang, à l’heure actuelle, le parc industriel développé par PDC est largement dominé par les filiales d’entreprises étrangères (filiales à 100 % ou joint-ventures) : on distingue parmi les 706 entreprises (dont 160 d’électronique) que compte le site, celles dont les capitaux sont à majorité de source étrangère (327 entreprises employant plus des trois quart des salariés) et les joint-ventures dont le capital est constitué à plus de 50 % par des parts malaisiennes (148 entreprises, 11 % de l’emploi local).

Penang : usines et emploi, par pays investisseurs, 2006

Penang : usines et emploi, par pays investisseurs, 2006

Penang : l’emploi, par secteurs industriels, 2006

Penang : l’emploi, par secteurs industriels, 2006

Source : Penang Development Corporation (PDC), 2007.

Depuis, les investissements continuent d’affluer : la période de janvier-juillet 2006 a enregistré des investissements de 4 milliards de RM dans les sous-secteurs des composants électroniques, 716,9 millions de RM pour l’électronique industrielle, 158 millions de RM pour l’électronique grandpublic (TV, radio, PlayStations) et 142,7 millions RM pour les productions électriques.
L’activité est ainsi tournée essentiellement vers la production de composants électroniques élémentaires et l’assemblage d’appareils d’électronique grand public : cette production a ainsi vocation à être réexportée vers les sites productifs et les centres de distribution des maisons mères. C’est donc au niveau des exportations industrielles de la Malaisie que cette transition en direction des hautes technologies a été le plus nettement perceptible. La production brute d’électronique malaisien (assemblage de semi-conducteurs, appareils de consommation et télécommunication électroniques) représente 26,5 milliards de RM soit 56 % des exportations de biens manufacturés en 1990 (Bank Negara Malaysia, 1991). Au début des années 2000, la Malaisie est toujours aux premiers rangs des premiers producteurs et exportateurs mondiaux d’électronique. Le taux de croissance des exportations attendu est de 7,1 % pour 2006.
D’un point de vue de développement local, Penang, devenu le centre régional de l’industrie électronique, est un succès incontestable. Cette évolution a été permise grâce à la restructuration totale de son activité productive en l’espace de vingt ans.
Penang : Structure du produit intérieur brut, 1970-1990 (en millions de RM constants, 1978)


Le choix d’ouverture aux IDE assorti d’un effort soutenu de l’administration locale pour accueillir au mieux les entreprises étrangères (en termes d’infrastructures publiques comme de confort pour les expatriés) s’est avéré payant.

Penang : taux de croissance annuels du PIB

Penang : taux de croissance annuels du PIB

Grâce à la croissance économique le chômage est vite résorbé et le niveau de vie s’élève continûment depuis les années 1970, à un rythme supérieur à celui de la Malaisie. La pauvreté y est plus vite et plus fortement réduite qu’ailleurs avec une incidence inférieure à 1 % de la population en 2004, contre 5,7 dans l’ensemble du pays. Sa contribution à la création de richesse nationale fait plus que doubler durant la période de la NEP ce qui entraîne du fait des limites physiques à la pression démographique dans l’État de Penang, le revenu par tête est devenu plus élevé à Penang que dans le reste du pays et cette différence s’accroît encore dans les années 1990 jusqu’au début des années 2000 : en 1990, le PIB par tête à Penang est supérieur de 19 % à la moyenne nationale ; en 2000, le revenu moyen à Penang dépasse de près de moitié (47,6 %) le revenu moyen malaisien. Puis le PIB de Penang se stabilisera autour de 9 % du PIB national (8,9 % en 2008). Dans les statistiques du 10e Plan (2011), il semblerait que l’écart de Penang avec le reste du pays se soit nettement réduit : + 10 % selon le Household Income Survey de 2004 comme de 2009.

Sources : E. Lafaye de Micheaux, « “Penang’s illustrious story” revisited : local authorities, labor force and the multinationals », Asian Industrial Clusters, Global Competitiveness and New Policy Initiatives, B. Ganne et Y. Lecler éd., 2009, p. 507-552 ; N. Fau et Y. Nur, « Le pari des triangles de croissance SIJORI et IMT-GT », Hérodote, vol. 88, p. 124-140 et N. Fau, « Malaisie », Atlas mondial des Zones Franches, F. Bost éd., 2010, p. 261-267.

Conclusion : la NEP, un changement majeur dans l’histoire économique de la Malaisie

  • 82 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 269-271, parlera d’« années anxieuses » pour (...)

95On peut dire que la NEP constitue le tournant majeur, la rupture à retenir dans l’histoire économique malaisienne, car elle ouvre pour la première fois depuis l’indépendance la double possibilité de la croissance et de la réduction des inégalités. Accompagnée des instruments de la discrimination positive destinée à corriger les torts subis par les Malais, l’industrialisation est en marche, l’ouverture commerciale apparaît dynamique et porteuse de croissance, les investissements étrangers affluent et constituent de nouveaux secteurs industriels très compétitifs au niveau mondial. Ce point de rupture, point de départ d’une nouvelle période qui s’est avérée extrêmement faste pour la société malaisienne dans son ensemble, repose cependant sur un choix politique lourd de conséquences, qui a commencé par tendre davantage encore les relations intercommunautaires jusqu’au milieu des années 198082. Le bien-fondé de la décision politique de mettre en place une discrimination positive pro-malaise face au problème majeur de la pauvreté des campagnes reste l’interrogation lancinante qui parcourt la société malaisienne contemporaine. Elle a reposé sur un état des rapports de force très favorable à une certaine partie de l’UMNO qui a pu, dans une conjoncture d’urgence et de pouvoirs resserrés, s’octroyer un arsenal de politiques en faveur des Bumiputra, et, dans les faits, des Malais. Un clientélisme favorisé par ces dispositions institutionnelles et l’essor d’un secteur public considérable va alors se développer sur le terreau de la nouvelle croissance économique, système dont les grands bénéficiaires seront sans conteste ces mêmes cadres de l’UMNO. Malgré ces écueils et d’autres ambiguïtés sur lesquelles il faudra revenir, la NEP reste bien l’acte de naissance du Tigre Malaisie.

  • 83 M. Mahathir, Wawasan 2020, document officiel, 1991.

96À partir de 1991, la période proprement dite de la nouvelle politique économique se clôt, même si le principe de la planification, et plus généralement d’une orientation politique active de l’économie est maintenu. La NEP va être relayée par la NDP dont le point focal devient la croissance, infléchissant l’orientation retenue jusque-là, très sourcilleuse sur la redistribution des richesses en faveur des Malais, en direction d’une certaine libéralisation. Suite au ralentissement économique de 1985, un mouvement de désengagement de l’État avait déjà commencé, à travers des privatisations, l’assouplissement de certaines lois et la promotion du partenariat entre le public et le privé. Mais avant 1990 cette privatisation restait ambiguë, car la politique pro-Malais continuait à être exercée par un gouvernement central fort dominé par l’UMNO. La nouvelle politique de développement qui s’ouvre en 1990 engage plus franchement la transformation des canaux d’intervention de l’État dans l’économie : elle est appuyée sur un nouveau plan industriel (IMP), et s’inscrit dans une vision d’avenir, celle d’une Malaisie pleinement développée à l’horizon 2020 : Wawasan 2020 (Vision 2020)83. À l’aube des années 1990, le Premier ministre Mahathir, dans une rhétorique pleine de mégalomanie, engage ainsi la population malaisienne à poursuivre une trajectoire de développement qui, en l’espace d’une génération, l’emmènera au-delà du stade de pays émergent, pour rejoindre les pays à hauts revenus.

97Le rythme de croissance est tel, dans ces années du « miracle asiatique », qu’on peut effectivement envisager un horizon de développement ambitieux au sortir de la NEP. Mais encore faut-il que les bases soient solides, autrement dit que les structures économiques et institutionnelles puissent porter un tel projet, et soutenir cette croissance.

Notes

1 Le courrier des lecteurs du journal critique Malaysiakini y revient quasi quotidiennement.

2 Khoo Boo Teik, Managing Ethnic Relations in Post-Crisis Malaysia and Indonesia. Lessons from the New Economic Policy ? 2004. Plus expéditive, la revue Aliran titre « Why NEP must go » en mars 2007.

3 C’est l’un des buts officiels du 9e Plan : EPU, Ninth Malaysia Plan 2006-2010.

4 Les guérillas qui se déployèrent dans les montagnes durant toute la guerre étaient quasi exclusivement chinoises, la grande majorité étant soutenue par le parti communiste de Malaisie Malayan Peoples’ Anti-Japanese Army), l’autre branche, minoritaire, était la Overseas Chinese Anti-Japanese Army du Kuomintang.

5 I. Morrison, « Aspects of the racial problem in Malaya », Pacific Affairs, 1949, p. 241. W. Hashim, Race Relations in Malaysia, 1983, souligne aussi le rôle crucial de cette période de l’occupation japonaise dans la genèse des tensions entre Chinois et Malais.

6 Pour une approche historique (1900-1970), on peut se référer néanmoins au même ouvrage de W. Hashim. Sur la manipulation politique de l’ethnicité, voir R. Lee, Ethnicity and Ethnic Relations in Malaysia, 1986.

7 K.J. Ratnam, Communalism and the Political Process in Malaya, 1965, p. 9-10.

8 Sur la structure sociale et la diversité des immigrants chinois en Malaisie : Yen Ching-Hwang, « Class structure and social mobility in the Chinese community in Singapore and Malaya, 1800-1911 », Modern Asian Studies, 1987.

9 J. Nagata, Malaysian Mosaic, 1979.

10 Cette question est hautement sensible, car déjà les Malais étaient devenus minoritaires au recensement de 1931 : pour les ménager, les Britanniques prirent des mesures de restriction de l’immigration (L. Comber, 13 May 1969, a Historical survey of Sino-Malay Relations, 1983). Ces mesures étaient d’autant moins coûteuses que la crise économique avait brutalement réduit les besoins en main-d’œuvre. L’enjeu démographique a été déterminant au moment de fixer les contours géographiques retenus pour la Malaisie entre 1957 et 1965.

11 Nous empruntons ici abondamment au très précieux article de M. Rudner, « The Malaysian general election of 1969 : a political analysis », Modern Asian Studies, 1970.

12 En anglais, racial riots ou race riots : ces termes ont été utilisés lors des émeutes de Los Angeles en 1965 (avant celles de 1992) qui ont précédé la reconnaissance des droits civiques aux Noirs américains. L’expérience américaine n’est d’ailleurs pas sans rapport avec la NEP, car le sociologue N. Glazer, auteur de Beyond the Melting Pot (1967) fut invité en urgence (dans l’été 1969) par le gouvernement malaisien pour réfléchir à des mesures correctives pour la Malaisie.

13 Ce thème a été abondamment exploré par la littérature critique en sciences politiques (voire en économie politique) sur la Malaisie. Voir par exemple : W. R. Roff, Origins of Malay Nationalism, 1967 ; P. F. S. Loh, Seeds of Separatism, 1975 ; C. E. R. Abraham, Divide and Rule, the Roots of Race Relations in Malaysia, 1997 (à partir d’une thèse rédigée en 1970). Cette idée, longtemps subversive, est aujourd’hui très largement admise : Goh Cheng Teik, Racial Politics in Malaysia, 1989 ; Oo Yu Hock, Ethnic Chameleon. Multiracial Politics in Malaysia, 1991 ; C. E. R. Abraham, The Naked Social Order. Racial Polarisation in Malaysia, 2004 ; E. T. Gomez, « Tracing the ethnic divide », dans E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy, 1999.s

14 De son vrai nom actuellement l’UMNO Baru (Nouvel UMNO), refondé en 1988 par Mahathir Mohamad, son président d’alors, il compterait officiellement 3 millions de militants en 2006.

15 En 1969, le premier ayant choisi de mettre en œuvre un programme de réforme agraire et le second de boycotter ces élections suite à l’arrestation d’un de ses leaders, ils ne participèrent pas aux listes électorales. Aujourd’hui le Parti Malaysia Sosialis n’arrive toujours pas à se faire enregistrer au niveau national par la commission électorale, après plus de quinze ans de demande d’institutionnalisation (Malaysiakini, août 2006)

16 F. Noor, « Islam et politique : une trajectoire singulière », Critique internationale, 2001, p. 103-108.

17 M. Rudner, « The Malaysian general election of 1969… », 1970, p. 2.

18 Renforçant les Special Rights des Malais prévus par la Constitution, la commission électorale accorde deux fois plus de poids politique aux villages qu’aux villes : à partir de 1962, les circonscriptions rurales (donnant lieu à un siège au Parlement) sont composées de moitié moins d’électeurs que les circonscriptions urbaines (ibid., p. 12). Jusque très récemment encore, le découpage électoral pouvait être considéré comme l’un des atouts du parti au pouvoir pour s’assurer des conditions les plus favorables, garantissant une sorte de primes au sortant. J. Liow, « The politics behind Malaysia’s eleventh general elections », Asian Survey, 2005, p. 909-910.

19 Les élections se sont tenues dans les onze États de la péninsule uniquement ; Sabah et Sarawak qui votaient séparément ont vu leurs élections retardées de près d’un an. L’analyse ici ne porte donc que sur le vote qui a eu lieu le 10 mai 1969, concernant ces États péninsulaires.

20 Les règles électorales sont très favorables à l’UMNO et aux Malais : le changement politique au niveau du Parlement est donc atténué par rapport à la forte évolution enregistrée dans les votes exprimés.

21 W. C. Parker, Communication and the May 13th Crisis, 1979.

22 W. Hashim, Race Relations in Malaysia, 1983, p. 83.

23 N. L. Snider, « Race, leitmotiv of the Malayan election drama », Asian Survey, 1970.

24 Discours d’anniversaire, 5 juin 1969, Straits Times, cité par M. Rudner, « The Malaysian general election of 1969… », 1970, p. 18.

25 Selon la thèse majeure de M. Rudner, ibid., p. 17-18.

26 Ce sujet constituera d’ailleurs la problématique des principaux ouvrages de référence sur l’économie malaisienne de la décennie 1980 : D. Snodgrass, Inequality and Economic Development in Malaysia, 1980 ; K. S. Jomo, A Question of Class dont le sous-titre précise : Capitalism, the State and Uneven Development in Malaysia, 1986, ou encore J. Faaland, J. R. Parkinson et R. Saniman, Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990.

27 J. J. Puthucheary, Ownership and Control (1960), 2004, p. 174.

28 Ibid., p. 175.

29 En revanche, les pays d’Amérique latine sont autant sinon plus inégalitaires que la Malaisie (Banque mondiale, 1993).

30 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 153.

31 Ibid., p. 62.

32 Ibid., p. 332.

33 Le thème du « retard malais » est le sujet principal du livre controversé de Mahathir Mohamad, The Malay Dilemma (1970), ouvrage violemment nationaliste, interdit à sa sortie, mais qui lui conférera son statut d’« ultra » malais.

34 A. Ong, « State versus Islam », American Ethnologist, 1990, p. 259.

35 C’est la thèse majeure de K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, développée théoriquement dans son annexe 1 sur « l’accumulation du capital, le développement inégal et la formation des classes sociales », p. 305-321. Sur l’analyse des revenus au moment de la mise en place de la NEP, voir ibid., p. 249-252.

36 J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 124.

37 Emprisonné à l’époque et pourtant lu, commenté et abondamment repris, Puthucheary doit à cette thèse marxiste sa réhabilitation quarante ans plus tard lors d’une belle réédition (2004) préfacée par K. S. Jomo.

38 D’après le recensement de 1947, ibid., p. 124.

39 EPU, Third Malaysia Plan 1976-1980 (www.epu.my). K. S. Jomo, A Question of Class, 1987, reprendra de manière très approfondie la thèse selon laquelle l’opposition majeure qui clive la société malaisienne est en réalité un système de classes, opposant les intérêts distincts, et souvent inconciliables, des prolétaires agricoles, des paysans, de la petite bourgeoisie commerçante, de la grande bourgeoisie d’État et d’affaires (locale ou étrangère) : le problème n’est pas une question d’ethnicité, mais une question de classe sociale.

40 J. Da Vanzo et M. Kusnic étudient les inégalités de revenus malaisiens grâce à la riche base de données de l’enquête First Malaysian Family Life Survey 1976-1977, conduite par la RAND Corporation américaine. En 1976-1977, l’index global de Theil est de 0,85 (0 étant l’égalité parfaite et 1 la parfaite inégalité), dont 5/6 sont dus aux inégalités intragroupes et 1/6 aux inégalités intergroupes. D’autres mesures de l’inégalité comme le coefficient de Gini, ou les rapports entre quintiles donnent les mêmes résultats. J. Da Vanzo et M. W. Kusnic, « Ethnic differences in income in peninsular Malaysia : their sensitivity to the defintion and measurement of income », Singapore Economic Review, vol. 28-29, 1983, p. 31.

41 Ibid., p. 23.

42 La théorie néoclassique définit le coût d’opportunité, comme le coût (estimé à l’aide d’un salaire fictif) du temps passé à autre chose qu’à exercer une activité rémunératrice. Cet artifice sert à donner une valeur monétaire au temps de travail domestique par exemple. On peut s’interroger sur le sens de ces mesures incluant les coûts d’opportunité appliqués à une société rurale où l’on sait que l’activité ne peut être simplement définie. Voir P. Bourdieu, Algérie 60, Paris, Minuit, 1977.

43 Les auteurs de ces enquêtes arrivent à la conclusion que, finalement, les écarts de revenus ne sont pas si problématiques, puisqu’en moyenne le revenu total effectif malais est 60 % au-dessus de leur seul revenu marchand. Mais dans une perspective dualiste d’écart à la modernité, la dimension monétaire du revenu apparaît fondamentale. Elle doit prédominer par rapport aux autres mesures, ce qui limite alors la pertinence des conclusions de cet exercice comparatif.

44 En particulier parce qu’ils ont rarement accès à la possession de la terre.

45 Si elle s’est améliorée, leur situation est loin d’avoir été politiquement prise en charge.

46 T. Torii, « The New Economie Politicy and the United Malays National Organization », The Developing Economies, 1997, p. 209.

47 Le document officiel de la NEP est reproduit en annexe dans J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 305-318. J. Faaland a contribué à la rédaction de ces documents en 1970.

48 Les propositions politiques de l’EPU sont fortement soutenues par le Trésor, la Banque centrale (Bank Negara), le FIDA (Federal Industrial Development Authority) et le Département des statistiques. EPU est dirigé à l’époque (comme le ministère des Finances qui partage ses positions) par une personnalité chinoise.

49 La réflexion du DNU se fonde sur des notes parues dans les semaines suivant les émeutes et rédigées par J. Faaland pour le Service de conseil en développement de l’université de Harvard en Malaisie (Policies for Growth with Racial Balance, 1969). Le département du Premier ministre (Tun Razak étant d’abord directeur des opérations du NOC, puis Premier ministre) publiera rapidement des documents de travail allant dans le même sens : Racial Disparity and Economic Development, en novembre 1969 ; et des directives : NEP, Directive to all Government Departments and Agencies, en mars 1970, par exemple.

50 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 31.

51 A. B. Shamsul, « The politics of poverty eradication : the implementation of development projects in a Malaysian district », Pacific Affairs, 1983, p. 456.

52 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy and the Chinese community in Peninsular Malaysia », Developing Economies, 1997, p. 263-267.

53 Khoo Boo Teik, Managing Ethnic Relations in Post-Crisis Malaysia and Indonesia. Lessons from the New Economic Policy ? 2004, p. 6.

54 À noter que Tun Abdul Razak, de famille noble et éduqué en Grande-Bretagne, incarne au sein de l’UMNO un courant néanmoins plus libéral et démocratique que celui des « jeunes turcs » et « ultras » nationalistes comme Mahathir Mohamad (qui sera exclu dix-huit mois du parti en 1970-1971 pour ses critiques trop virulentes de la politique de Tunku Abdul Rahman) ou Syed Nasir Syed Ismail. Heng Pek Koon, décrit à quel moment certains administrateurs chinois d’EPU et du National Consultative Council ont pu amender le document initial de la NEP (dont certaines mesures allaient très directement à l’encontre des affaires chinoises) et introduire des clauses plus consensuelles, telle l’affirmation que « le gouvernement n’épargnera aucun effort pour promouvoir l’unité nationale [...] dans une économie en croissance de telle sorte que personne ne subira de pertes, ni de privations de ses droits, privilèges, revenus, emploi ou de ses chances » (Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 266).

55 La planification du développement de fronts pionniers s’est révélée décevante en termes d’urbanisation et de restructuration industrielle justement du fait du manque de plan d’ensemble entre les différents niveaux : fédéral, des États ou des régions concernées. A. M. A. Quazi, « Planning and development of resource frontier regions in Peninsular Malaysia », Third World Planning Review, 1988.

56 À la différence des villes où l’accès à l’eau et à l’électricité commence à se généraliser, un tiers seulement des foyers ruraux ont l’eau courante en 1970, et seul un quart reçoit l’électricité. F. Von der Mehden, « Communalism, industrial policy and income distribution in Malaysia », Asian Survey, 1975, p. 248.

57 Dans un travail de terrain ethnographique à la fin des années 1970, A. B. Shamsul a étudié comment le poids de l’UMNO sur l’administration locale, en charge de ces programmes, a conduit à une distribution politicienne des ressources. Celle-ci s’est révélée défavorable non seulement aux Chinois et aux Indiens mais aussi aux Malais du PAS (A. B. Shamsul, « The politics of poverty eradication… », 1983).

58 R. B. Lucas et D. W. Verry, « Croissance et répartition des revenus en Malaisie, 1970-1990 », Revue internationale du travail, 1996, p. 608.

59 Dans une société où l’égalité des chances serait parfaite, la distribution des personnes dans les différentes professions devrait en théorie aboutir à une répartition proportionnelle au volume relatif de chaque groupe dans la société (on aurait 55 % de Malais dans tous les domaines et à tous les niveaux hiérarchiques). Alors le lien déterministe qui relie appartenance ethnique et position sociale aurait été aboli.

60 Mesure qui normalement trouve sa légitimité dans son caractère temporaire, voir G. Calvès, La discrimination positive, 2004. Plus de trente ans après, la pérennisation des mesures prises par la NEP fait débat comme nous le verrons dans le chapitre de conclusion.

61 Terme anglo-saxon pour désigner les politiques en faveur d’un groupe ethnique visant à compenser les inégalités entre ce groupe et le reste de la population. Notons qu’aux États-Unis, où elles ont été pionnières (et partiellement retirées depuis), ces mesures concernent des minorités (Noirs, Hispaniques, Asiatiques), alors qu’en Malaisie, c’est la majorité malaise au pouvoir qui s’octroie ces faveurs.

62 Le chapitre 5 analyse et quantifie le développement de ces entreprises publiques.

63 À l’époque, 84 % des Malaisiens peuvent s’exprimer en malais contre 28,4 % seulement en anglais (selon deux études de 1972 et 1978 auprès des Malaisiens de plus de 15 ans). Sur la mise en place progressive du malais comme langue d’enseignement (devenant notamment la langue des concours du passage au lycée et du passage en cycle universitaire), voir A. Puteh, Language and Nation Building, 2006, p. 111-176.

64 Ces quotas restent difficilement chiffrables : depuis 1971, entre 60 et 80 % des entrées à l’Université ont été réservés aux Malais, ces nombres variant selon les années et les universités (voir E. Lafaye de Micheaux, Éducation et croissance en Malaisie, étude d’un lien fragile, 2000).

65 Hautement sensible, ce sujet n’a pas donné lieu à un grand nombre de publications officielles. Mais il est à préciser que le rapport Razak de 1956 et la création du MARA en 1966 avaient déjà commencé à développer des financements particuliers pour les Malais ruraux au titre des Special Rights. Y. Takei, J. C. Bock, et B. Saunders, Educational Sponsorship by Ethnicity. A Primary Analysis of the West Malaysian Experience, 1973.

66 A. Bowie et D. Unger, The Politics of Open Economies, 1997.

67 K. S. Jomo et C. Edwards, « Malaysian industrialization in historical perspective », dans K. S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 5.

68 Le système d’incitations fiscales est d’ailleurs devenu très complexe au fil des années, pour à la fois attirer de nouvelles entreprises étrangères, ne pas perdre celles qui sont établies depuis longtemps, et enfin ne pas pénaliser le développement de l’activité des entreprises locales.

69 K. S. Jomo éd., Industrialising Malaysia, 1993, p. 25. En dix ans, le chiffre d’affaires réalisé dans ces zones franches passe de 224 millions à 4,8 milliards de RM entre 1973 et 1982 ; la masse salariale de 159 à 446 millions de RM et les profits de 40 à 776 millions (ibid., tableau p. 27).

70 Ibid., p. 26.

71 Ibid., p. 1.

72 Lim Mah Hui, Ownership and Control of the Hundred Largest Corporations in Malaysia, 1981.

73 Le rythme de la croissance démographique malaisienne est de l’ordre de 4 % par an, en moyenne, durant cette période.

74 La Malaisie retient une définition extensive du taux de chômage, incluant les « chômeurs passifs » ou « travailleurs découragés » qui représentent la moitié du chômage déclaré. Néanmoins, dans les années 1980, le taux de chômage malaisien demeure relativement élevé par rapport aux performances en termes de croissance (6,5 % des actifs en moyenne sur la décennie). Ce taux de chômage va ensuite nettement diminuer dans les années 1990. R. B. Lucas et D. W. Verry, « Croissance et répartition des revenus… », 1996, p. 613.

75 Sauf dans le cas de Hong Kong dont le développement s’est réalisé sur un mode nettement libéral, et où l’intervention de l’État a été beaucoup plus réduite que pour les autres Dragons.

76 A. Bowie et D. Unger, The Politics of Open Economies, 1997.

77 La production d’huile de palme est multipliée par 65 entre 1960 et 1985, date à laquelle elle dépasse en valeur celle du caoutchouc. À noter qu’à l’aube du XXIe siècle, avec l’essor des biocarburants, l’huile de palme représente un nouvel enjeu pour les exportations malaisiennes, voire une menace en termes de déforestation. Voir K. S. Jomo et al., Deforesting Malaysia, 2004.

78 World Bank, World Development Indicators, 1998.

79 Durant les années 1970 et 1980 les ressources anciennes vont perdre de leur poids relativement à l’huile de palme qui connaît un succès semblable à celui du caoutchouc dans les premières décennies du siècle : sa production en valeur est multipliée par 65 entre 1960 et 1985, où elle dépasse en valeur la production de caoutchouc.

80 CNUCED, Information Economy Report 2009, 2010, p. 67-68.

81 PNUD, Malaysia, 1991.

82 Heng Pek Koon, « The New Economic Policy… », 1997, p. 269-271, parlera d’« années anxieuses » pour qualifier la période 1976-1985 du point de vue de la communauté chinoise. Mais pour d’autres, ce moment historique aurait permis de consolider la citoyenneté malaisienne : selon W. Hashim, Race Relations in Malaysia, 1983, p. 56, c’est à travers ces clivages et conflits (inévitables) que les barrières entre communautés ethniques se sont progressivement atténuées.

83 M. Mahathir, Wawasan 2020, document officiel, 1991.

Notes de fin

I En 1969, le premier ayant choisi de mettre en œuvre un programme de réforme agraire et le second de boycotter ces élections suite à l’arrestation d’un de ses leaders, ils ne participèrent pas aux listes électorales. Aujourd’hui le Parti Malaysia Sosialis n’arrive toujours pas à se faire enregistrer au niveau national par la commission électorale, après plus de quinze ans de demande d’institutionnalisation (Malaysiakini, août 2006)

II C. MacAndrews, « The politics of planning », 1997, p. 293.

III O. Mehmet, « Malaysian employment restructuring policies : effectiveness and prospects under the Fourth

Malaysia Plan », Asian Survey, 1982.

Table des illustrations

Titre Tableau 17. Emploi par secteurs, distribution au sein des catégories ethniques, 1970
Légende a Inclut l’eau et l’électricité.Source : K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 294.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 18. Revenus et niveau d’éducation moyens, par catégories ethniques, 1967
Légende Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification in Peninsular Malaysia, 1974, p. 18.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 19. Répartition des terres cultivées par taille et par catégorie d’exploitant
Légende a Parcelle inférieure à 100 acres.b Entre 100 et 500 acres.c De plus de 500 acres.Source : J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. XVII.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 20. Revenu mensuel moyen et médian par catégories ethniques, 1970
Légende Sources : A. Aziz et al., University Education and Employment in Malaysia, 1986, p. 276.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 21. Valeur annuelle moyenne par ménages des différents types de revenus, 1976
Légende Source : J. Da Vanzo et M. W. Kusnic, 1983, table 3.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 22. Actifs des sociétés commerciales malaisiennes par types de détenteurs, 1971
Légende Source : EPU, Firth Malaysia Plan 1981-1985 (www.epu.my).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 5. Valeur ajoutée agricole et industrielle en pourcentage du PIB, 1960-1990
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 1998.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 6 Hausse du PIB et des échanges extérieurs de la Malaisie sous la NEP, 1970-1990
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 1998.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Graphique 7. La crise du milieu des années 1980 (PIB, importations, exportations)
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 1998.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 23. Flux d’investissements directs étrangers en Asie, 1982-1990 (en millions de dollars US)
Légende Source : Bank Negara.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 24. Évolution du commerce international pendant la NEP (en million de dollars US)
Légende Source : World Bank, Malaysia in brief, 1998.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 25. Projets d’investissement approuvés dans l’industrie électronique, 1990
Légende Source : Malaysian Industrial Development Authority (MIDA), 1995.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Penang : usines et emploi, par pays investisseurs, 2006
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Penang : l’emploi, par secteurs industriels, 2006
Légende Source : Penang Development Corporation (PDC), 2007.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Penang : taux de croissance annuels du PIB
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4915/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540