Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Partie 1. La naissance d'un Tigre asiatique

1.

1874-1969, la marque de l’héritage britannique

Texte intégral

Introduction : les institutions du développement

  • 1 Ces trois ports sont rassemblés en 1830 par la compagnie de navigation en une seule unité administr (...)
  • 2 Les Federated Malay States de 1896 furent conquis progressivement en échange de la protection brita (...)
  • 3 Pour une présentation claire des différents modes d’administration des Straits Settlements, Federat (...)

1Les premières prises de contrôle britanniques dans le détroit de Malacca commencèrent par l’île de Penang (1786), puis Malacca (1795), et enfin Singapour (1819) au nom de l’East India Company1, dans une pure logique mercantiliste. L’implantation britannique dans les sultanats de la péninsule à partir de 1874, en revanche, s’orienta vers l’exploitation des ressources naturelles, ce qui conduisit à transformer l’économie locale et à instaurer une administration indirecte partielle. La colonisation de la Malaisie a procédé de plusieurs modes de gouvernement, d’abord selon le mode de l’administration directe, puis indirecte, et s’est effectuée également en plusieurs étapes, suivant des logiques qui évoluent au cours des XVIIIe et XIXe siècles2 : la domination britannique a eu besoin de plus d’un siècle, de l’achat de Penang en 1786 à l’entrée du Trengganu en 1919, pour s’établir sur tout le territoire actuel de la péninsule3.

Carte 1. Le découpage administratif de la péninsule malaise et de Bornéo à l’époque britannique

Carte 1. Le découpage administratif de la péninsule malaise et de Bornéo à l’époque britannique

Source : R. De Koninck, L’Asie du Sud-Est, 2005, p. 60.

2Au cours de sa progressive (et incomplète) colonisation du monde malais, l’influence britannique a façonné non seulement l’économie mais aussi la future société malaisienne, tant du point de vue de sa démographie que de ses hiérarchies sociales ou encore de la division sociale du travail.

  • I Un certain nombre de difficultés en découlent, car si la séparation entre le domaine religieux et l (...)
  • II Entré comme élève officier des Straits Settlements Civil Service en 1870, F. A. Swettenham fut fonc (...)
  • III B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 206.
  • IV À l’indépendance, le pays se dotera d’un système politique de synthèse emprunté à la Grande-Bretagn (...)

ENCART 3. LA MISE EN PLACE DES PRINCIPALES INSTITUTIONS COLONIALES
À partir de l’achat de l’île de Penang par Francis Loh (1786), puis du traité de Pangkor (1874), un système de gouverneurs britanniques des établissements du Détroit (Straits Settlements) et de résidents dans les États, au côté des sultans, fut mis en place. Selon la répartition officielle des rôles, le résident ou adviser (selon les endroits) n’est qu’un conseiller des sultans. Dans les faits, le pouvoir colonial s’imposa peu à peu dans les domaines économiques et politiques, mais hors de la sphère de la religion qui reste la prérogative des sultansI. Sous l’Indirect Rule (administration indirecte), il s’agit, selon Frank A. SwettenhamII en 1876, de « préserver les coutumes et traditions acceptables du pays, attirer en faveur de notre aide les sympathies et les intérêts des gens et leur apprendre les avantages du bon gouvernement et d’une politique éclairée ». C’est avec le soutien et la coopération effectifs de la classe dirigeante malaise (initialement hostile) que l’administration indirecte fut globalement réussie du point de vue de ses fonctionnairesIII.
Dans leur volonté de développer une économie coloniale exportatrice profitable, les Britanniques furent conduits à mettre en place un véritable système légal et administratif, dont le premier et principal geste fut de remplacer les règles traditionnelles d’attribution de la terre et de formuler (entre 1887 et 1904) un système foncier de bail de type européen afin d’encourager les planteurs à défricher la forêt et coloniser le pays. Les autres changements institutionnels à retenir sont :
1. La mise en place d’une administration fiscale, d’un état civil (carte d’identité), du recensement à partir de 1871 dans les trois Straits Settlements, poursuivi au rythme d’un par décennie, et commençant (comme en Grande-Bretagne) par l’année 1 : 1871, 1881, 1891, 1901, etc.
2. L’application d’un système de droit de type common lawIV.
3. L’introduction d’un système monétaire ancré à la livre sterling, alors as good as gold.
4. L’introduction du salariat dans les mines d’étain et les plantations de caoutchouc à partir de l’organisation d’une immigration massive de main-d’œuvre venue des autres colonies (Chinois et Indiens dont le nombre bouleversera la démographie locale).
5. La création d’infrastructures favorables au développement :
– établissement de systèmes de communications : routes, train, ports, aménagements fluviaux pour transporter les marchandises aux ports ;
– police et assurance de la sécurité des affaires : à partir de 1919, les autorités britanniques ont été capables de faire régner la loi, notamment par l’accès rendu rapide et aisé entre les différents postes et par le contact permanent avec la police qui a pu exercer son autorité.
6. L’introduction d’unités de mesure internationales : les unités utilisées, que l’on retrouve dans les documents officiels et les ouvrages traitant de l’économie malaisienne, proviennent du système métrique anglais (notamment 1 acre = 0,4 ha ; 1 livre = 0,5 kg).

  • 4 C. Abraham, The Naked Social Order. The Roots of Racial Polarisation in Malaysia, 2004.
  • 5 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise in Indonesia and Malaysia, 1962.
  • 6 R. Emerson, Malaysia, a Study of Direct and Indirect Rule (1937), 1964 ; Lim Teck Gee, Origins of a (...)

3Ce détour par la période coloniale en Malaisie s’impose avec d’autant plus d’évidence que la quasi-totalité des ouvrages consultés sur l’économie malaisienne, son industrialisation, les inégalités spatiales, le système éducatif ou l’organisation politique commencent par consacrer un chapitre à la période coloniale. Au-delà des divergences de jugement sur la colonisation, les auteurs d’ouvrages d’histoire de la Malaisie reconnaissent tous que l’héritage britannique est extrêmement lourd pour son économie et sa société. L’effet potentiellement dangereux pour l’équilibre politique de la gestion coloniale de la main-d’œuvre immigrée est souligné4. Certains historiens, comme George C. Allen et Audrey G. Donnithorne5, tiennent un discours congruent aux intérêts britanniques, qu’ils créditent de la mise en place de structures favorables au développement et en particulier de sociétés d’affaires et d’entreprises privées. À l’inverse, Rupert Emerson développe une analyse violemment anti-impérialiste, quand d’autres enfin, du côté malaisien, et plus souvent venus de l’économie que de la science politique, critiquent la société duale (Lim Teck Gee) qui émerge de la période coloniale dans une perspective dépendantiste (Kohr Kok Peng) ou marxiste (Hua Wu Yin, Kwame Sundaram Jomo)6.

  • 7 D. Rodrik, A. Subramanian et F. Trebbi, « Institutions rule : the primacy of institutions over geog (...)
  • 8 À la suite d’A. Smith, les économistes classiques théoriciens du marché autorégulateur reconnaissen (...)

4D’un autre côté, des travaux de recherches néo-institutionnalistes se sont récemment intéressés à l’effet de la colonisation sur le développement économique7, mais sans proposer cependant d’avancée décisive dans la compréhension du cas malaisien. En effet ces recherches quantitatives croisent d’une part le niveau de vie moyen des pays en développement (plus d’une centaine), ou le niveau d’inégalité (plus délicat encore à mesurer de manière fiable), et d’autre part diverses variables comme l’emplacement géographique (notamment la distance à l’équateur), le régime juridique (common law contre droit romain), la nature de la colonisation (de peuplement ou d’exploitation), l’identité du colonisateur, le taux de mortalité des régions colonisées, etc. Mise en relation statistique de variables conceptuellement et empiriquement fragiles, sinon douteuses, cet exercice un peu formel ne peut remplacer une réflexion informée et précise sur l’influence de la colonisation. L’analyse doit nécessairement se forger sur la base d’autres éléments de connaissance. Ensuite, du point de vue théorique, réduire le débat sur l’évaluation de l’action colonisatrice à la mise en place (ou non) d’institutions telles que le droit de propriété et l’existence d’un état de droit et en faire le facteur déterminant du développement – en évacuant toute considération politique – reste simplificateur. S’il est établi de longue date que le développement économique capitaliste nécessite des institutions juridiques protégeant la propriété privée8, ce travail statistique ne permet pas de comprendre comment la colonisation influence et modèle le pays sur lequel elle s’exerce : quel est le projet originel de la puissance coloniale ? Comment ces transformations sont-elles mises en œuvre ? Et quels sont les effets propres de ces institutions sur l’histoire sociale nationale ?

  • 9 On publie ou réédite les travaux d’historiens travaillant depuis longtemps à ces problématiques : M (...)
  • 10 D. Acemoglu et al., « The colonial origin… », 2001.
  • 11 S. Berger, Notre première mondialisation, 2003.

5À une époque encore marquée par les vifs débats français sur l’enseignement du « rôle positif » de la colonisation, la recherche en sciences sociales apparaît elle aussi concernée par le retour du refoulé colonial9. En économie, plusieurs courants convergent vers la redécouverte de ces sujets : la littérature économique libérale académique ou institutionnelle (FMI, Banque mondiale) revient à l’époque coloniale et pose la question de son évaluation, y compris en termes positifs10. D’un autre côté, cette même référence à la colonisation alimente, dans la littérature critique, les interrogations sur les racines de la mondialisation11 : la notion d’impérialisme réapparaît, chargée négativement. C’est donc sur cet arrière-fond intellectuel contrasté que l’on propose de tracer la genèse du développement malaisien en revenant aux temps de la colonisation britannique.

6Ce premier chapitre aborde les transformations majeures directement engendrées par la présence britannique en termes de structures productives, administratives et politiques. Il soulève les problématiques liées à la société multiethnique, « société plurielle » née de l’organisation du travail dans la colonie, et à l’inégale répartition des revenus qui devient un problème politique explosif à la veille du décollage malaisien. Ces tensions éclateront en mai 1969 lors de violentes émeutes interraciales qui vont obliger le gouvernement malaisien à changer de stratégie et de rythme de développement.

  • 12 Voir B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982.
  • 13 Convention adoptée par de nombreux travaux portant sur les périodes à cheval entre l’ère coloniale (...)

7La période retenue pour traiter de la Malaisie durant la période coloniale et de son héritage dans le développement contemporain couvre presque cent ans : elle s’étale des accords de Pangkor (1874), qui signalent le début de la colonisation de la péninsule12, aux événements de 1969, soit plus d’une décennie après l’indépendance (1957). Ce travail institutionnaliste et historique sur l’économie malaisienne conduit en effet à distinguer clairement cette période de celle qui s’ouvre avec la mise en place de la nouvelle politique économique (New Economy Policy, NEP) en 1970. Ainsi, plutôt que la distinction purement politique entre Malaya britannique et Malaisie indépendante, l’opposition se fera sur des critères économiques, entre une première période (1874-1969) de transformations profondes – caractérisée par un lent développement de l’exploitation coloniale des ressources naturelles, d’un État faible peu interventionniste, d’un bouleversement démographique et d’une dynamique inégalitaire dans un contexte de laissez-faire économique – et la période ultérieure, 1970-2007, de forte croissance qui, conférant à la Malaisie son caractère de nouveau pays industrialisé, fera l’objet des chapitres suivants. On distinguera dans le texte la Malaya coloniale de la Malaisie indépendante, mais par souci de simplification et de lisibilité l’adjectif associé sera dans tous les cas malaisien13. Ce dernier ne doit pas être confondu avec l’adjectif malais qui renvoie à des critères non plus politiques et nationaux mais ethniques et culturels, portés par la population originelle de la péninsule malaise.

Du commerce à l’exploitation capitaliste des ressources naturelles

8À l’origine du développement économique malaisien se trouvent le commerce et l’exploitation capitaliste des ressources naturelles : la British Malaya formant une colonie prospère dont les Britanniques purent tirer un grand profit sans que l’investissement militaire et politique y soit jamais trop important. Seuls les établissements du Détroit (Straits Settlements) appartinrent vraiment à la Couronne (sous la juridiction du ministère des Colonies à partir de 1867). Pour le reste, l’autorité britannique dans les sultanats se fondait sur des traités conclus entre leur souverain et le gouvernement britannique ; selon ces traités, certains pouvoirs étaient dévolus à l’Angleterre qui s’engageait en retour à protéger et assister les États malais. La mise en valeur coloniale s’est donc effectuée progressivement au sein de protectorats sous administration indirecte. Aujourd’hui encore, la Malaisie fait partie du Commonwealth.

Persistance de la logique mercantiliste (fin XVIIIe - fin XIXe siècle)

9La position de carrefour de la péninsule malaise, à mi-chemin sur la route des échanges entre la Chine et l’Inde, au carrefour de l’Asie du Sud-Est, a toujours attiré de Chine et du monde arable ou indien les marchands et les métiers liés au commerce portuaire. Les ports de Malaisie servaient d’entrepôt aux navigateurs et aux marchands amenés au rythme des vents de mousson.

10La péninsule malaise, sous les vagues des influences extérieures, est demeurée sans unité politique propre jusqu’à la colonisation : les sultans régnaient sur leurs sultanats malais, tandis que de nombreux groupes de population – à l’organisation sociale plutôt tribale, caractérisés par leurs métiers – vivaient dans la forêt (Sakai, Orang Asli), sur les côtes ou sur les mers (Bugis, pirates Orang Laut) : s’il existait bien un « monde malais », celui-ci était divisé.

  • 14 D’après le récit historique de Tomé Pires, apothicaire portugais envoyé à Malacca en 1512 au lendem (...)
  • 15 Ibid., p. 44.
  • 16 Le souverain doit sa légitimité à une ascendance qui remonte aux origines des royaumes malais. Il e (...)

11Entrepôt entre l’océan Indien et la mer de Chine, Malacca fut fondé autour de 1 400. Au cours du XVe siècle qui est celui du début de sa splendeur, ce sultanat fut connu pour sa prospérité dont le rayonnement était sans équivalent. Malacca accueillait alors près de 15 000 marchands chinois, arabes, perses ou indiens, et ce port hébergeait plus de navires que tout autre port au monde14. Ceux-ci étaient attirés par un gouvernement malais assurant la stabilité et la continuité des règles relatives à l’échange, règles déjà formalisées dans un Code maritime du monde malais. On estime sa population autour de 100 000 habitants au début du XVIe siècle15. Mais plus encore, Malacca forgea la matrice de la tradition culturelle et de l’habileté politique typiquement malaises. Celles-ci furent indissociables de l’islamisation des hommes et des institutions, et furent ensuite imitées dans les autres royaumes malais. La cour de Malacca a ainsi conçu la forme d’un État dont la nature et le fonctionnement firent partie intégrante de la vision du monde des Malais jusqu’au XIXe siècle16. Avant de devenir une possession britannique, Malacca fut conquis par les Portugais en 1511, puis par les Hollandais en 1641.

  • 17 D. K. Basset, British Trade and Policy in Indonesia and Malaysia in the late XVIIIth Century, 1971.
  • 18 Cependant, selon D. K. Basset, la vision classique selon laquelle l’extension du Dominion britanniq (...)
  • 19 P. Haudrère, Les Compagnies des Indes orientales, 2006.
  • 20 Les actionnaires détiennent des parts de navires (1/16, 1/32), parts au prix élevé mais qui peuvent (...)

12Outre le contexte de rivalité entre grandes puissances européennes, les motivations de la politique britannique sur les mers orientales à la fin du XVIIIe siècle tenaient aux difficultés de paiement de la grande compagnie de navigation britannique, la Compagnie des Indes orientales (l’East India Company), qui cherchait à augmenter ses importations de soie et de thé de Canton tout en limitant son chargement d’argent vers la Chine : les produits d’Asie du Sud-Est étaient un moyen de paiement alternatif et l’existence d’entrepôts hors de Chine permettait de négocier des termes de l’échange plus favorables aux Britanniques17. La solution était donc d’établir des British Settlements sur la mer de Chine ou dans l’archipel malais à la périphérie de l’Empire hollandais. La rivalité pour le monopole du commerce des épices (poivre, muscade, girofle…) et la concession de libre navigation dans le détroit de Malacca, en jeu lors de la guerre anglo-hollandaise de 1780-1784, s’exerçaient à l’époque en faveur des Hollandais. La politique locale britannique était déterminée en dernière instance par la diplomatie internationale européenne et par des considérations impérialistes sur l’Asie. Précisons que les intérêts privés de la Compagnie des Indes orientales furent aussi étroitement liés aux intérêts politiques de l’État britannique18. Créée en 1600 pour imiter le succès de la Compagnie hollandaise (VOC) sur autorisation de la reine d’Angleterre, détentrice du monopole du commerce britannique avec la région située au-delà du cap de Bonne-Espérance, la Compagnie des Indes orientales19 était une entreprise de marchands au statut de société privée par actions20. En 1765, elle devint aussi, à la suite d’un vote au Parlement, une structure politique chargée d’administrer les conquêtes coloniales d’Asie orientale : désormais les nouvelles conquêtes appartenaient de droit à la Couronne et non à la Compagnie.

  • 21 L’équilibre des pouvoirs entre l’État et le conseil d’administration des directeurs de la Compagnie (...)
  • 22 F. Light, négociateur de l’acquisition de Penang, devint pour l’histoire le pionnier de l’implantat (...)
  • 23 Autour de 1770, Malacca est en déclin et les Hollandais insistent pour que les marchands y soient b (...)

13Le Regulating Act de 1773 marqua l’implication du gouvernement britannique dans l’expansion territoriale coloniale et engagea la responsabilité de la nation dans les affaires indiennes. Pour cela, il établit un gouverneur général (et un conseil de cinq membres nommés) à Calcutta, y créa une Cour suprême pour faire valoir le droit localement et en particulier mettre de l’ordre dans les trafics organisés à leur profit personnel par les membres de la Compagnie, et prit le contrôle sur la Compagnie, à laquelle le gouvernement accorda un versement pour faire face à ses débiteurs21. En Malaisie, ce sont trois ports que les Britanniques occupèrent en premier lieu à partir d’acquisitions de la Compagnie des Indes orientales : Penang (1786)22, Malacca (1795)23, et Singapour (1819). Ils formèrent la première entité administrative malaisienne, les comptoirs du Détroit (Straits Settlements), à partir de laquelle leur influence sur la péninsule put s’étendre. Mais c’est depuis les Indes que la Malaisie fut d’abord administrée (jusqu’en 1867, date à laquelle les Straits Settlements passèrent sous l’administration directe du Colonial Office de Londres).

14À la suite d’une longue période de conflits et d’instabilité, le traité de Londres, signé en 1824 entre la Grande-Bretagne et la Hollande, partagea le détroit de Malacca en deux zones d’influence et de contrôle : au sud, l’Empire hollandais dont le centre régional était à Bencoolen ; au nord, l’Empire britannique concentré sur les ports du détroit de Malacca.

  • 24 Fondé par S. Raffles en 1819, Singapour apparut très vite comme l’acquisition la plus importante de (...)
  • 25 Central Office of Information, Évolution de la Malaisie, l’œuvre britannique, 1786-1957, 1957, 41 p (...)

15Singapour devint très vite le premier port commercial24. Cette île malsaine et marécageuse à l’extrémité sud-est de la péninsule a vu sa population passer de 150 à 5 000 habitants dans les six mois qui ont suivi sa fondation en 1819 ; deux mois après sa population avait encore doublé. Cinquante ans plus tard, elle égalait presque celle de la péninsule. En dix ans, le commerce, parti de zéro, atteignait 4 millions de livres25. Ce port hébergea l’administration unifiée des Straits Settlements en 1829.

ENCART 4. LES BRITANNIQUES ET LE SYSTÈME MONÉTAIRE MALAISIEN
Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les conditions monétaires régionales étaient instables et inorganisées. La monétarisation de l’économie restait très partielle, la plupart des échanges se faisant sous forme de troc tandis que les impôts étaient réglés aux souverains locaux en nature, sous forme d’une part de la récolte. De très nombreuses monnaies circulaient : pièces d’argent aux origines variées (East India Company, piastres mexicaines, doublons espagnols, monnaies des Indes orientales, dollars d’argent britannique et américain, yen), qui s’échangeaient selon leur poids en argent. Entre 1837 et 1857, une tentative d’imposition de la roupie indienne (d’argent) comme seule référence monétaire légale en Malaisie avait échoué.
Introduction d’une monnaie unique et convertible en livre sterling (£)
À partir de 1899, des billets émis par le Board of Commissioners of Currency de Singapour firent leur apparition, fondés aux deux tiers (1902) puis à moitié (1909) sur l’argent. À partir de 1910, ces billets des Straits Settlements constituèrent l’essentiel de la masse monétaire en circulation. Les États de North Borneo, Brunei et du Sarawak, dont les interconnexions avec la péninsule malaise étaient très réduites (si ce n’est avec le port de Singapour), avaient leurs propres monnaies qui circulaient aussi dans la région, mais ces monnaies furent convertibles dès la fin du XIXe siècle avec les Straits dollars.
La question de la convertibilité des Straits dollars avec l’or divisa le Détroit : les Européens, liés par les affaires aux pays occidentaux qui dépendaient du Gold Exchange Standard, étaient pour l’ancrage à l’or. Les commerçants et entrepreneurs asiatiques penchaient en faveur du maintien du rattachement à l’argent, pour tirer profit dans les échanges avec l’Occident de la dévaluation de l’argent qui avait perdu 50 % de sa valeur entre 1870 et 1900, tout en laissant inchangés les termes de l’échange avec les pays de la région, qui commerçaient pour l’essentiel avec ce métal. Finalement une Commission monétaire du Détroit trancha en 1903 en faveur d’une parité fixe avec l’or : le Straits dollar, qui deviendra plus tard le Malaysian dollar ou ringgit (ringgit malaisien, noté RM), fit partie du Gold Exchange Standard. L’hégémonie monétaire de la livre sterling à l’époque (as good as gold) permettait de définir la convertibilité avec la monnaie malaisienne qui s’établit en 1906 à 1 Straits dollar = 12 pence. Cette parité fixe sera maintenue après que la livre sterling a suspendu sa convertibilité à l’or en 1931, et restera inchangée jusqu’en 1967.
Régime de Currency Board
La Grande-Bretagne imposa ce mécanisme qui fait dépendre la création monétaire des encaisses en or (ou en livre sterling) obtenues par la Malaisie à partir de ses recettes commerciales. Autorégulateur, ce système s’inscrit dans la logique de laissez-faire du gouvernement. En effet, si ce système permettait de limiter mécaniquement l’inflation, il réduisit en revanche la possibilité de mener une politique monétaire volontariste pour contrebalancer les récessions ou stabiliser l’économie en période d’expansion très rapide. De manière générale, on admet que ce régime n’a pas nui au commerce et à l’économie, car il a garanti la stabilité du taux de change propice à l’échange et aux investissements directs étrangers. Mais il n’a pas favorisé le développement de banques locales. D’autre part le taux de couverture imposé par Londres (qui géra ces réserves à partir 1909) était très élevé : la Malaisie devait immobiliser des titres en sterling et encaisses équivalant à 110 % de la masse monétaire en circulation (rapport qui atteignit 197 % en 1934). Ces dispositions monétaires, qui visaient à maximiser les bénéfices de l’Empire tout en empêchant l’intégration complète au système monétaire britannique, montrent que les Straits Settlements étaient de fait traités comme un État étranger par Londres, bien que toutes les décisions de politique monétaire aient été prises par la métropole.
Sources : J. Drabble, An Economic History of Malaysia c. 1800-1990. The Transition to Modern Economic Growth, 2000, p. 76-78 ; W. G. Huff, « Monetization and financial development in Southeast Asia before the second wold war », Economic History Review, vol. 56, n° 2, 2003, p. 300-345.

16Les établissements du Détroit sont avant tout des ports dont on doit souligner l’intégration commerciale régionale très ancienne et le rôle de pivot dans la division internationale du travail. Mais l’intérêt stratégique des ports de Malaisie s’affaiblit progressivement à partir des années 1830.

17D’après le premier recensement, en 1871, la population cosmopolite des Straits Settlements s’élevait à environ 300 000 personnes, dont moins de 2 500 Européens, établis pour la plupart à Singapour.

Tableau 1. Composition de la population des Straits Settlements en 1871

Tableau 1. Composition de la population des Straits Settlements en 1871

Source : Oii Jin Bee, Peninsular Malaysia (1976), cité par Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, 1983, p. 25.

18Les marchandises qui repartent de ces ports sont essentiellement le café, le sucre, le tabac, le thé, le copra et autres dérivés de la noix de coco, l’étain, les épices, le bois. Plus tard, ce sera aussi le caoutchouc, puis l’huile de palme et le pétrole. Mais au début du XXe siècle, les revenus de ces lieux stratégiques étaient encore très liés au commerce d’opium (53 % des revenus des Straits Settlements en 1901), d’alcool (11 %) et de tabac. Il faut rappeler que l’intérêt de ces entrepôts est avant tout international.

Tableau 2. Importations et exportations des Straits Settlements, 1910-1930 (en millions de £)

Tableau 2. Importations et exportations des Straits Settlements, 1910-1930 (en millions de £)

Source : Report of the Custom Duties Committee (1932), cité par R. Emerson, Malaysia…, 1964, p. 360.

  • 26 Les données du Colonial Office montrent qu’elles sont d’abord (à plus de 70 %) à destination de la (...)

19Si le commerce croissant avec l’hinterland malais est surtout assuré par Malacca, les ports francs de Singapour et de Penang sont au centre d’une immense zone prospère de la côte de Madras à la Chine, passant par la Birmanie, l’Indochine et l’archipel indonésien. Des années 1910 à 1930, les données sur les importations et exportations totales des Straits Settlements font apparaître les échanges locaux avec les Indes néerlandaises, la Birmanie, le Siam, les Philippines et le Bornéo britannique. La Malaisie n’avait déjà plus le profil type de la colonie qui importe des biens manufacturés vers la métropole contre ses exportations de produits primaires, car la majorité de ses importations venait de l’Asie du Sud-Est et était constituée de produits primaires. En revanche, de manière classique, les exportations se composaient à 95 % de produits primaires26.

  • 27 Dans la Richesse des nations (livre 4), A. Smith critique très longuement et vigoureusement ce « sy (...)

20Mais au début du XXe siècle, la logique mercantiliste27 s’effaça progressivement pour laisser place à celle, directement productive, d’une colonisation d’exploitation. L’important désormais, aux yeux de Londres, se déroulait à l’intérieur de la péninsule où l’exploitation du caoutchouc allait ouvrir des perspectives de taux de profits sans équivalent : à partir de 1874, la prise de contrôle des mines d’étain et le développement d’une agriculture de plantation ont commencé à créer un secteur capitaliste et à poser les bases d’une première modernisation de la colonie. Cette exploitation des ressources naturelles restait cependant étroitement liée à la dimension commerciale, puisque les productions des plantations étaient destinées à la métropole et aux autres pays occidentaux. Mais le volume des exportations ne prend son essor qu’à partir du moment où, sortie de la stricte logique mercantiliste, la colonie s’engage dans le développement du caoutchouc, durant la décennie 1910.

21De ce fait, la tendance à l’accroissement rapide des exportations permet de mesurer, à partir de 1910, le succès de la colonisation d’exploitation. Néanmoins, elle s’accompagna de fortes variations des quantités exportées d’une année à l’autre, résultat conjugué de l’incertitude sur la demande mondiale, le cours des matières premières et le montant des récoltes. Le rôle d’entrepôt des Straits Settlements se maintint puisqu’en 1951, comme en 1953, la moitié des exportations totales étaient des réexportations.

Graphique 1. L’essor des exportations, 1875-1919

Graphique 1. L’essor des exportations, 1875-1919

Source : J. Drabble, An Economic History of Malaysia, 2000, p. 39.

Tableau 3. Commerce de marchandises, 1951-1953 (en millions de dollars malaisiens)

Tableau 3. Commerce de marchandises, 1951-1953 (en millions de dollars malaisiens)

Source : BIRD, The Economic Development of Malaya (1955), cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 294.

  • 28 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 293.
  • 29 Données de la BIRD (1955), citées par J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 69.

22Le volet commercial demeurant indissociable du développement productif, les Straits Settlements continuèrent à jouer un rôle primordial dans l’organisation économique de la colonie : ainsi, en 1925, 95 % des exportations en partaient28, contrôlées aux deux tiers par les compagnies européennes qui avaient le monopole de l’exportation d’étain, de minerai de fer, et d’huile de palme29.

23Du point de vue de la structure de l’économie nationale, hors réexportations, l’étain et le caoutchouc constituaient plus des deux tiers des exportations d’origine domestique. Ces deux productions ont dès lors dessiné une véritable « colonne vertébrale », selon l’expression d’Emerson, de la colonie, puis de la Malaisie indépendante.

La « mise en valeur » de la colonie d’exploitation (1874-1957)

24Après la première utilisation strictement commerciale des comptoirs du Détroit, l’exploitation moderne et capitaliste des ressources naturelles coïncide avec la colonisation progressive de la péninsule malaise par les Britanniques. Ce sont les accords de Pangkor (1874) qui imposèrent l’administration britannique à l’intérieur des terres. Celle-ci s’établit de manière inégale géographiquement, et indirecte, soit au titre de résidents, soit par la présence de conseillers des sultans.

  • 30 Chiffres d’Oii Jin Bee, Peninsular Malaysia (1976), et de R. D. Hill, Rice in Malaysia (1977), cité (...)
  • 31 K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, annexe 3.
  • 32 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 287.

25L’exploitation coloniale va se développer grâce à l’arrivée de travailleurs chinois et indiens, populations distinctes de la population indigène, les Malais, qui restèrent occupés dans le secteur traditionnel de la culture vivrière (pêche, riz) dans les villages (kampong). Cette immigration de travail jouera aussi un grand rôle dans l’organisation sociale du pays. Précisons simplement que la péninsule malaise était restée relativement peu peuplée jusqu’à la fin du XIXe siècle : dans les années 1830, les estimations oscillent entre 200 000 et 425 000 Malais30 ; en 1891, la population des Straits Settlements était encore supérieure à celle des États sous administration indirecte (Federated Malay States), l’ensemble n’atteignant pas 1 million ; en 1901, le recensement décennal comptait 1 252 000 personnes31. L’immigration a été massive, puisque sous son effet, la population totale de Malaisie (Straits Settlements et péninsule) a plus que doublé en dix ans, s’établissant autour de 2,6 millions en 1911. Elle atteignit 5 millions en 194132.

  • 33 « Jusqu’ici aucun recensement de la population n’a encore été fait, et bien des années passeront av (...)

26Dans le Perak, par exemple, premier État à se mettre sous la protection des Anglais pour résoudre les problèmes de conflits politiques internes, les transformations apportées par la présence britannique furent très rapides : routes, aménagement des rivières, voie ferrée furent financés en majeure partie par les impôts prélevés sur la production d’étain. Mais ces redevances de l’ordre de 10 % apparaissaient plus faibles et plus équitables que les impôts levés jusque-là par les souverains malais (variables en fonction des besoins des princes, mais pouvant être de l’ordre de 25 %33). Ces améliorations attirèrent des Malais fuyant l’insécurité des États voisins, et des immigrants chinois.

  • 34 On évalue à 4 millions le nombre d’immigrants chinois au cours de cette période, dont la moitié s’é (...)

27Le secteur de l’étain est le premier, historiquement, à avoir attiré une main-d’œuvre étrangère : on estime ainsi qu’entre 1800 et 1941, ce sont plusieurs millions de Chinois qui entrèrent dans la Malaya britannique, et à Bornéo, pour s’employer comme ouvriers, mineurs, planteurs et marchands34.

L’étain

  • 35 En 1911, on comptait encore 5 fois plus d’hommes que de femmes chinoises en Malaisie : le sex-ratio (...)

28Bien avant l’arrivée des colons anglais, au début du XIXe siècle, des Chinois, conduits à émigrer par les problèmes croissants de pauvreté et l’instabilité politique de leur pays d’origine, s’étaient établis dans les sultanats malais le long de la côte ouest. La population était avant tout composée d’hommes qui, dans les villages côtiers, s’associèrent avec les dirigeants malais locaux pour exploiter les mines d’étain35. Des villes se formèrent autour de l’activité minière : celles qui devinrent par la suite les principales villes du pays, Kuala Lumpur (« estuaire boueux ») et Ipoh, sont nées de ces implantations dans des régions jusque-là quasi vierges (jungle, estuaire).

  • 36 Dans ce domaine le drapeau britannique n’est pas précurseur : «The Flag follows the Chinese » selon (...)

29L’extraction de l’étain, pratiquée depuis des siècles en Malaisie, est demeurée entre les mains des immigrés chinois durant le XIXe siècle, son commerce avec l’Europe restant jusqu’aux années 1850 sous contrôle hollandais36. Après les accords de 1874, les Britanniques organisèrent à leur compte l’exploitation des mines d’étain (dont la production décupla en vingt ans) et l’immigration chinoise, car la situation politique et la sécurité de ces villes minières se trouvaient très tendues, la violence s’exerçant entre factions chinoises autour du contrôle du minerai. Mais l’exploitation britannique moderne ne fit pas disparaître le premier mode d’extraction mis en place par les Chinois.

Tableau 4. Étain : production issue de mines exploitées par des Chinois (pourcentage de la production totale), 1910-1953

Tableau 4. Étain : production issue de mines exploitées par des Chinois (pourcentage de la production totale), 1910-1953

Source : L. Fermor, Report on the Mining Industry of Malaysia (1940), cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 297.

  • 37 Les séries complètes des volumes d’étain produits, du volume d’emploi total et de l’emploi décompos (...)
  • 38 Elles le sont à 96,2 % en 1911, et resteront dans une proportion supérieure à 80 % jusqu’à la Secon (...)

30Ainsi, les entreprises occidentales en 1914 ne possédaient qu’un quart de la production d’étain, dans un secteur qui employait désormais 172 000 personnes37 (le maximum de 196 500 personnes a été atteint en 1911), pour la quasi-totalité d’origine chinoise38. Par la suite, la Malaisie devint le premier producteur mondial d’étain.

31Après une croissance très rapide de la production, de l’ordre de 12 % par an pendant les vingt premières années de l’exploitation par les Britanniques, le rythme de croissance de la production d’étain ralentit et les fluctuations suivirent le mouvement du cours du minerai.

Tableau 5. Étain : évolution de la production de Malaisie, 1851-1954 (en millier de tonnes, moyennes annuelles)

Tableau 5. Étain : évolution de la production de Malaisie, 1851-1954 (en millier de tonnes, moyennes annuelles)

Source : International Tin Study Group, Statistical Year Book (1954), cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 297

32À partir de 1903, et durant tout le XX e siècle, hormis les années de crise, cette production oscilla généralement entre 45 000 et 60 000 tonnes par an.

  • 39 Ibid., table 6-3.

33Après 1929, la Grande Dépression qui frappa l’Europe eut des conséquences directes sur l’exploitation de l’étain. Selon les données (très légèrement différentes) fournies par Jomo, la production chuta de 69 366 tonnes en 1929 à 29 742 tonnes en 1932 (– 57 %), puis à 24 904 tonnes en 1933, avant de remonter au-dessus des 60 000 en 1936. Entre 1929 et 1933, plus de 200 mines furent fermées, le nombre des mineurs au travail fut divisé par trois et les exportations par 3,739. Au même moment, le changement technologique profitait aux entreprises occidentales, plus capitalistiques (c’est-à-dire dont la combinaison capital/travail de l’organisation productive est plus riche en capital), et leur production d’étain devint majoritaire dans la production totale : en 1930, les entreprises étrangères produisaient 3/5 de l’étain en Malaya et n’employaient plus que 75 000 ouvriers.

  • 40 On note cependant un maximum historique de 88 000 tonnes en 1946 (ibid., table 6-1).

34Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata, marquée en Malaisie par l’occupation japonaise de la fin de 1941 à la capitulation en 1945, toute vente à l’étranger fut interdite. Seules furent autorisées les exportations vers le Japon. La guerre a engendré la destruction d’une grande partie du capital de l’étain et de près d’un tiers du chemin de fer et du matériel roulant nécessaire à son transport : la production chuta dramatiquement (– 43 % en 1947 par rapport au niveau de 193940). La reprise fut cependant rapide, notamment grâce aux fonds de reconstruction rapidement votés par le Parlement britannique.

  • 41 Ibid., tables 6-1 et 6-4.

35Après-guerre, le tissu industriel lié à la mine n’était plus si complexe : des firmes anglaises, hautement capitalistiques, à la technologie avancée, dominaient désormais l’essentiel de la production et de l’exportation d’étain. De 1947 à 1964, la production (oscillant entre 50 000 et 60 000 tonnes par an) ne nécessitait plus qu’environ 44 000 personnes pour son exploitation41. La proportion de mineurs chinois dans ce secteur était tombée à 60 % en 1964.

36En 1960, la production d’étain représentait plus de 500 millions de dollars malaisiens et entrait dans les exportations à hauteur de 14 %. En 1970, les exportations d’étain rapportent encore 1 005,6 millions de RM, soit 19,5 % du volume total des exportations (et 9,2 % du PIB). Cette spécialisation primaire se double de la dépendance économique, plus forte encore, vis-à-vis d’une autre ressource naturelle, le caoutchouc, issu de la culture de l’hévéa.

L’hévéa

  • 42 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, soulignent les débuts difficiles et ha (...)

37L’hevea brasiliensis fut introduit du Brésil à Singapour en 1877. Mais il ne supplanta les productions développées par les Britanniques au cours des décennies précédentes (café, poivre, gambier – un arbre produisant une résine utile dans le tannage et la teinture –, tabac) que dans les dernières années du siècle. En effet, jusqu’à la très forte chute de son cours en 1890, la principale espèce cultivée dans les fermes européennes était le café : à partir de là, les investissements britanniques s’orientèrent (après des débuts laborieux42) vers ce qui sera le fleuron de la colonie, le caoutchouc.

  • 43 À la différence des plantations asiatiques, d’origine le plus souvent familiale et sur une base de (...)

38En 1900, 5 000 acres seulement étaient plantées d’hévéas, la plupart de la demande occidentale de caoutchouc étant fournie par le Brésil. Mais avec le développement de l’automobile, et d’autres industries européennes nécessitant le caoutchouc, les intérêts britanniques ne souhaitèrent plus laisser aux Américains le contrôle de l’offre brésilienne de cette matière première. En 1907 la production fut de 889 tonnes et employait déjà 58 000 personnes. De plus les profits réalisés semblaient colossaux : en 1910, certaines compagnies britanniques ont versé 300 % de dividende annuel. En 1912, soixante compagnies de caoutchouc offraient 68 % de dividendes. Les capitaux britanniques se déplacèrent donc vers ce secteur du caoutchouc malaisien qui connut alors une exceptionnelle croissance. Le capitalisme européen lié au caoutchouc put se développer sur la base d’un large actionnariat43.

  • 44 Lim Chong Yah (1967), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986.
  • 45 Ibid., table 7-1.
  • 46 On nomme ainsi les plantations de plus de 100 acres, mais 92 % des terres possédées par compagnies (...)

39Dans les premières décennies du XXe siècle, des milliers d’acres de forêt furent abattues pour planter l’hévéa : en 1910 et 1911, 640 000 acres furent plantées. La production de caoutchouc crût de 11 000 tonnes en 1910 à 305 000 tonnes en 192044, employant plus de 200 000 ouvriers45. La plupart des hévéas étaient exploités en grandes plantations (estates) administrées par les compagnies étrangères46 qui se heurtèrent à la pénurie de main-d’œuvre caractéristique de la Malaisie. Le recrutement était d’abord majoritairement confié à des agences indiennes de recrutement de travail pour dette (indenture labor), et concerna majoritairement une population tamoule du sud de l’Inde. Mais ce mode de recrutement proche de l’esclavage s’est avéré peu économique en raison du tarif élevé de ces agences et de la forte proportion des travailleurs serviles n’allant pas au bout de leur contrat : dans certaines exploitations, on estime entre 70 et 90 % le taux de mortalité des ouvriers durant leur première année (sans compter un grand nombre d’évasions).

  • 47 Le kangani system concernait 70 % des immigrés indiens en 1889, puis sa part s’est réduite du fait (...)
  • 48 Sandhu (1969), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 192.

40À partir de 1910, l’indenture labor disparut au profit du kangani system qui recrutait à travers un intermédiaire, lui-même employé des plantations, envoyé en Inde pour embaucher dans son village et aux alentours47. Le kangani était intéressé financièrement au recrutement et au maintien de l’ouvrier dans la plantation. Néanmoins, le recruté restait très souvent dépendant du kangani, car il contractait des dettes auprès de ce dernier qui, ayant souvent un rôle de petit commerçant, lui avançait l’argent lors de sa vie dans la plantation. Ce système apparut donc comme une forme de travail pour dette indirect. Une Commission à l’immigration indienne, mise en place à partir de 1907, visa à encadrer et stimuler l’apport en main-d’œuvre. Le débauchage fut interdit, de même que les mauvais traitements sur la population des ouvriers agricoles, pour ne pas décourager l’immigration. En 1908, le Tamil Immigration Fund collecta des fonds pour financer le transport de nouveaux travailleurs, tandis que le gouvernement indien commença à vouloir superviser l’émigration. À la différence de l’immigration chinoise, qui fut toujours volontaire et aidée par des relations qui procuraient généralement un emploi à l’arrivée, l’immigration indienne a donc été organisée sous le contrôle étroit des planteurs européens par le gouvernement, pressé par les impératifs du développement de l’agriculture d’exportation. Il faisait directement pression sur le gouvernement colonial des Indes et contribuait au financement du voyage de ces immigrés par bateau. Jusqu’en 1941, près de trois millions de travailleurs indiens ont ainsi immigré, dont deux millions dans le cadre de l’immigration aidée (par le gouvernement ou par les fonds privés tamouls) et environ huit cent mille hors système d’assistance48.

  • 49 Parmer (1960), cité par K. S. Jomo, ibid., note p. 201.

41Cette « machinerie de l’immigration indienne »49 aurait ainsi contribué à maintenir de bas salaires par la pression permanente qu’elle a exercée sur l’offre de travail alimentée en continu, les plantations utilisant 75 % d’ouvriers indiens entre 1904 et 1911. La population indienne en Malaisie a ainsi doublé entre 1900 et 1911, puis a doublé à nouveau durant la décennie suivante.

  • 50 D’après V. Thompson (1947), ibid., p. 187.
  • 51 Sandhu (1962), ibid., p. 192.

42On estime à 4 millions le nombre d’Indiens entrés en Malaisie de 1860 à 1957. Ce n’est que dans les années 1930, à partir de la généralisation du travail salarié « libre », que les Indiens ont commencé à s’établir durablement en Malaisie. En effet, la vie dans les plantations était très difficile, et la mortalité élevée. Selon l’un de ces intermédiaires, un contractor indien : « Si les hommes, en Inde, avaient su exactement ce qu’ils allaient trouver et les conditions qui les attendaient ici, ils auraient préféré rester là-bas. »50 L’établissement définitif n’était pas non plus encouragé par l’administration britannique. Parmi les immigrés indiens, 70 % repartirent (pour un certain nombre, il s’agit du rapatriement de travailleurs retraités et âgés), mais 1 234 000 restèrent. Étant donné que 62 % des 858 615 Indiens au recensement de 1957 sont nés en Malaisie, on peut évaluer le trou démographique créé par les mauvaises conditions de vie des immigrés dans les plantations : une très forte proportion aurait été « décimée par les maladies, les morsures de serpent, l’épuisement et la malnutrition »51.

  • 52 J. M. Keynes, Economic Journal, septembre 1938. Entre 1921 et 1938, le caoutchouc est de toutes les (...)

43Malgré l’ampleur et la rapidité de l’investissement britannique, une partie des arbres (les 2/5 environ) resta cultivée par de petits propriétaires (smallholders) malais ou chinois. Ceux-ci étaient cependant incapables, à la différence des grandes compagnies, d’exploiter les opportunités de développement ou de réagir rapidement aux variations des cours. Ces variations étaient d’ailleurs d’une ampleur extrême : les fluctuations du prix sont plus rapides et étendues que dans la plupart des autres industries. John M. Keynes a noté la singularité du caoutchouc à cet égard52.

44Les conflits sociaux, opposant les travailleurs aux planteurs (qui représentaient les intérêts des capitalistes britanniques), portaient très fréquemment sur la répercussion des variations des cours sur l’emploi et les salaires.

Tableau 6. Variation des taux de salaire dans les plantations, 1922-1937

Tableau 6. Variation des taux de salaire dans les plantations, 1922-1937

Source : K. G. Tregonning (1967), cité par Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, p. 45.

  • 53 Les premiers travailleurs malaisiens à s’organiser et à lutter pour l’amélioration des salaires et (...)

45Cette question épineuse donna d’ailleurs naissance, du côté des planteurs comme des ouvriers, aux premiers syndicats du pays53.

  • 54 Le cours du caoutchouc, exprimé par sa valeur unitaire à l’exportation en cents/livre, tombe de 34, (...)

46La conjoncture économique et sociale de la colonie devint très dépendante de cette production. Du point de vue de sa mesure, on note que les variations du caoutchouc décrivent largement les variations des conditions économiques globales : après le décollage très rapide de cette production de la Malaya, deux périodes sont à distinguer avant l’indépendance : les années de dépression (1931-1947) et la décennie de reprise (1947-1957). Mais les variations subies ne sont pas uniquement en termes de quantités produites : la demande internationale et ses variations se faisaient également sentir. Ainsi, les conséquences de la crise de 1929 frappant les économies occidentales atteignirent l’économie malaisienne à travers la chute brutale de la demande mondiale d’étain et de caoutchouc. L’ajustement à cette baisse de la demande s’est d’abord traduit par le renvoi de travailleurs entre 1929 et 1932 (le nombre d’employés des plantations passe du maximum historique de 1929, 258 800 ouvriers, à 125 600 en 1932). Dans le même temps, le nombre des Indiens employés a aussi été divisé par deux en quatre ans (181 000 en 1929 ; 90 000 en 1932) : les départs furent encouragés tandis que des lois restreignant l’immigration étaient votées. On assista aussi à une baisse des salaires, qui évitait de réduire fortement les quantités produites : dans les plantations, la production est passée de 144 600 tonnes en 1929 à 141 500 tonnes en 1931, puis 140 500 tonnes en 1932. Cependant, les prix s’effondrèrent54 et la valeur des exportations fut divisée par 5,5 entre 1929 et 1932. Le caractère spécialisé et dépendant de l’économie de la colonie montra alors ses faiblesses.

Tableau 7. Valeur des principales exportations de Malaisie, 1905-1953 (en million de Straits dollars)

Tableau 7. Valeur des principales exportations de Malaisie, 1905-1953 (en million de Straits dollars)

a À différents stades de transformation : caoutchouc brut, gutta, jelutong, latex.
b Métal extrait par fusion.
c Conditionnés, ainsi que jus d’ananas en boîte à partir de 1926.
d Différents dérivés : copra, huile, noix de coco fraîches…
e Incluant l’huile de palme et l’huile de graines de palme.
f Données au départ des Straits Settlements (uniquement) jusqu’en 1925 compris. Réexportations comprises.
Source : Statistiques du commerce international de Malaisie, différentes années, citées par G. C. Allen and A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 293.

  • 55 Il est difficile d’aller ici au-delà de ces généralités, car les différentes séries temporelles dis (...)

47Après la Seconde Guerre mondiale, les difficultés se prolongèrent quelques années55. Puis entre 1947 et 1957, durant la dernière décennie de l’administration britannique, l’économie se redressa.

  • 56 Proportion valable en 1947 comme en 1957 d’après les deux recensements. C. Hirschman, Ethnic and So (...)

48C’est le boum du caoutchouc entre 1949 et 1952, du fait des besoins liés à la guerre de Corée, qui a relancé l’activité : le PIB doubla en dix ans, et l’ensemble des revenus s’est élevé. De fait, un quart de la population active étant directement employée dans l’industrie du caoutchouc56, le prix de cette matière première avait de très grandes répercussions sur toute l’économie malaisienne. Or ce prix a quintuplé entre 1949 et 1951.

  • 57 G. Myrdal, Asian Drama, 1968, p. 494.

49La part de l’étain dans les exportations totales passe d’un tiers au début du siècle à 10-15 % au cours des années 1920, au moment où les exportations liées au caoutchouc prennent la première place (30 % en 1920 et 60 % en 1925). Ces résultats remarquables liés aux techniques de l’exploitation capitaliste moderne expliquent que, dans les années 1950, la productivité agricole malaisienne soit très élevée comparée aux autres économies asiatiques : le rendement moyen est 3,5 fois supérieur à la moyenne asiatique et on estime à 740 roupies par personne le revenu dans l’agriculture en Malaisie, contre 170 en Inde, 280 en Indonésie, 150 au Vietnam, 250 aux Philippines, 230 en Thaïlande, 470 à Ceylan57.

50Du point de vue des autorités britanniques, cette production d’hévéa ajoutée à celle de l’étain représentait les principales sources de recettes fiscales de la colonie et, en 1947, l’une des premières sources de devises du Commonwealth.

Vers une économie duale

51Il faut souligner que, pour une petite population passant de 2 à 5 millions d’habitants durant les premières décennies du XXe siècle, les ressources commerciales furent essentielles. Avant-guerre, y compris pendant la crise des années 1930, la valeur du commerce extérieur malaisien représentait le double de celui de Hong Kong, la moitié de celui du Japon, et dépassait celui de la Chine.

  • 58 Selon les données de 1938 à 1948 du Colonial Office, British Dependencies in the Far East, 1945-194 (...)

52La Malaya représente ainsi une manne commerciale pour les Britanniques, et leur fournit également des réserves de change, en particulier les dollars US durant les années 1930 et 1940. En raison des besoins de l’industrie automobile américaine en caoutchouc, les États-Unis étaient très déficitaires commercialement vis-à-vis de la Malaya, ce qui soutenait, via les entrées de devises, la livre sterling. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Malaisie est la première source de dollars pour l’Angleterre. Cette dernière est de son côté structurellement excédentaire dans son commerce avec la Malaya, car l’essentiel des importations de biens manufacturés (drap de coton, machines-outils, acier, voitures) en Malaya venait de métropole58.

  • 59 La construction d’infrastructures de transport, parmi lesquelles un réseau de chemin de fer (dès le (...)

53Une autre caractéristique de la colonisation en Malaisie est qu’elle s’est largement développée sous l’effet de l’initiative privée, comme l’ont souligné Allen et Donnithorne : l’État a peu pris part au développement économique, en dehors de la fourniture du cadre légal et des infrastructures59, tandis que d’autres services collectifs, comme le logement et la santé, sont assurés par les compagnies étrangères privées. L’État n’est pas propriétaire foncier (à la différence de l’État colonial néerlandais pour la future Indonésie). Il a néanmoins fortement influencé le développement agricole via l’introduction officielle de l’hévéa. Par ailleurs, l’État a organisé des programmes d’irrigation et structuré la production minière pour laquelle il a fourni un cadre réglementaire nécessaire à son développement (réglementations, inspections, codes du Travail) via le Mine Department. Mais l’implication financière du gouvernement britannique dans cette petite colonie fertile et prospère est restée limitée. Ainsi, en 1930, les investissements britanniques en Malaya représentaient 3,2 % de tous les investissements britanniques à l’étranger, soit 108 millions de livres sterling. Sur ces investissements malaisiens, seulement 7,4 % étaient d’origine publique, alors que pour les autres colonies britanniques (y compris l’Inde et Ceylan), les titres d’État représentaient plus des trois quarts des investissements britanniques en capitaux de long terme.

  • 60 J. J. Puthucheary, Ownership and Control (1960), 2004, met en évidence la puissance financière, com (...)
  • 61 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962.

54Les entrepreneurs étaient européens mais aussi asiatiques (chinois, malais), en particulier dans les domaines de l’étain et du caoutchouc où ils restaient très représentés. L’essor rapide de la colonie s’est fondé sur l’activité minière chinoise et les investissements privés de la métropole. Le succès – et les remarquables taux de profits du caoutchouc – attira à son tour de grandes entreprises occidentales, de formes diverses. Les plus typiques furent les grandes sociétés commerciales classiques, parfois établies dès la fin du XVIIIe siècle, et les Managing Agency Houses, énormes sociétés de gestion qui alliaient activités agricoles et minières, commerce avec Singapour, expertise technique du nord de l’Angleterre et finance londonienne (par exemple, Guthrie & Co, Harrison & Crosfield Ltd, Sime Darby)60. Ces sociétés financières cherchaient à minimiser les risques des investisseurs étrangers, dans un contexte où l’expertise commerciale et les compétences en matière de gestion étaient rares, couvraient un large spectre de fonctions (banque, assurance, commerce, activité maritime, plantations, mines) et une grande variété d’intérêts. Elles étaient capables d’embaucher 40 000 personnes et géraient un dixième des terres disponibles du pays61.

  • 62 Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, 1983, p. 44.
  • 63 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962.
  • 64 K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 199.

55En 1930, 85,2 % des investissements britanniques étaient destinés à l’agriculture et 7,4 % au secteur minier62. En 1937, deux tiers des investissements directs étrangers vers la Malaya étaient dirigés vers le caoutchouc, un sixième vers l’étain. Ces capitaux étaient originaires de Grande-Bretagne pour 70 % d’entre eux63. Ainsi l’impérialisme britannique a-t-il créé en Malaya une colonie d’exploitation de type classique, fondée sur l’extraction minière et les plantations, entièrement orientée vers la satisfaction des besoins occidentaux en ressources naturelles et matières premières. Au début du siècle, la Malaya devint l’un des tous premiers producteurs et exportateurs d’étain et de caoutchouc. D’un point de vue macroéconomique structurel, on peut donc dire que « les transformations liées du capital et du travail en Malaisie se reflètent dans l’histoire de l’industrie du caoutchouc »64.

  • 65 R. Nurkse, Patterns of Trade and Development, 1959, p. 28.

56Dans le même temps, cependant, l’économie agricole traditionnelle devait se maintenir, voire se développer pour répondre aux besoins d’une population croissante. Les premiers administrateurs, à partir de 1874 dans le Perak, poursuivirent une politique agricole duale, instaurant le système des plantations sur des bases capitalistes, tout en reconnaissant à l’organisation indigène de la production agricole des avantages irremplaçables par un système colonial : racines profondes, travail libre et choisi (à la différence de l’immigration organisée et des formes de travail obligatoire qui se mettaient en place avec les Indiens), production à grande échelle et capable de progrès. Mais, selon Ragnar Nurkse étudiant l’intégration de l’Asie du Sud-Est dans l’économie mondiale à partir de 1870, ce dualisme représente un modèle de développement déséquilibré ou « de guingois » (lopsided pattern of development), car il repose sur la coexistence de secteurs exportateurs bien développés et d’une économique domestique primitive65.

  • 66 Lim Teck Gee, Origins of a Colonial Economy, 1976.
  • 67 K. Polanyi, La grande transformation (1944), 1983.

57Pour saisir les conséquences de l’introduction d’une nouvelle agriculture, l’agriculture de plantation en Malaya (dans le Perak), Lim Teck Gee repart du fait que « dans les sociétés indigènes où la terre est la ressource essentielle en termes de capital et de mode de vie, la terre est reliée à toute la structure sociale et politique, ses ramifications touchent à tous les aspects de la vie indigène »66. Dans les sociétés traditionnelles où l’économie reste encastrée dans la vie sociale, ce qui est le cas des Malais d’avant la colonisation, il n’y a pas de marché foncier ; la terre n’est pas un objet qui s’échange sur un marché, mais une ressource essentielle liée à tous les aspects de la vie sociale67. D’où l’ampleur des bouleversements sociaux – aux côtés des transformations strictement économiques – dont vont être porteuses les entreprises occidentales de développement d’un secteur agro-exportateur.

  • 68 W. G. Huff, « Monetization and financial development in Southeast Asia before the second wold war » (...)
  • 69 E. Durkheim, De la division du travail social (1893), 1998.
  • 70 « Every person was in turn a farmer, fisherman, labourer or a collector of produce. » Ooi Jin Bee, (...)

58Dans l’organisation économique traditionnelle en Malaisie, peu monétarisée68 du fait de la place très réduite des échanges marchands et du travail salarié, l’économie traditionnelle malaisienne, telle qu’on la décrit alors, semble un archétype de la solidarité mécanique durkheimienne69, car les membres de la société pratiquent ensemble les mêmes activités : « Chaque individu était tour à tour fermier, pêcheur, ouvrier ou chargé de la cueillette. »70

  • 71 Lim Teck Gee, Origins of a Colonial Economy, 1976, chap. 4, défend la thèse d’une agriculture duale (...)
  • 72 B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982.
  • 73 R. Santhiram, « Malaysia’s educational development. A study of inter-ethnic relations », Journal of (...)

59Cette interprétation en termes de dualisme traditionnel/moderne permet d’approcher la réalité malaisienne à partir de la mise en place de l’exploitation coloniale, sachant que l’opposition n’est pas entre agriculture et industrie mais entre agriculture traditionnelle et agriculture moderne71 : les Chinois et les Indiens ont historiquement été immédiatement impliqués dans une activité économique moderne fondée sur l’exploitation capitaliste des ressources naturelles, et dont ils sont salariés. Pendant ce temps, les Malais ont été laissés à l’écart de ce mouvement, selon la politique dite de « l’interférence minimum »72. « L’attitude protectrice paternaliste des Britanniques à l’égard des Malais s’est reflétée dans leur politique visant ostensiblement à les protéger de l’impact de la modernisation et de la dure concurrence avec les immigrés. »73 Il en est résulté le maintien des Malais dans le secteur traditionnel : plus des trois quarts d’entre eux étaient employés dans une agriculture de subsistance au moment de l’indépendance.

60Le tableau de la répartition des emplois par secteurs d’activité repris par Jomo aux données de recensement de 1957, montre le caractère dualiste de l’économie qui se prolonge dans une division ethnique du travail. En effet, la place des Malais se distingue de celle des autres populations par le fait qu’ils sont engagés dans le secteur traditionnel pour près de la moitié d’entre eux, et sont proportionnellement beaucoup moins présents dans les secteurs modernes. Le secteur agricole se divise lui-même en deux et l’on constate que les Malais sont plus nombreux dans les domaines agricoles traditionnels (agriculture, pêche, élevage, forêt) que dans le secteur de transformation des produits agricoles qui inclut les plantations d’hévéas.

  • 74 L’auteur préfère alors parler d’économie segmentée. Cité par J. Drabble, An Economic History of Mal (...)

61L’analyse du dualisme peut même être prolongée, en appliquant l’opposition moderne/traditionnel au sein même des mines (mines européennes contre mines chinoises traditionnelles) et au sein des plantations (estates vs smallholdings), cette dernière distinction se justifiant par le différentiel de productivité dans les deux cas. Mais d’autres lectures sont possibles : ainsi, pour Thomas H. Silcock, il n’y aurait pas eu une, ni deux, mais trois économies en Malaya : le secteur mercantile des Straits Settlements, les mines et plantations de la côte ouest de la péninsule, et « l’économie de subsistance modifiée » qui s’est poursuivie essentiellement dans les États du Nord et de la face est du pays (cette division en trois systèmes économiques se retrouvant d’ailleurs dans les États de Bornéo)74. Ainsi, tandis que les paysans malais restaient impliqués dans l’agriculture traditionnelle de subsistance, les Britanniques faisaient appel aux immigrés chinois et aux ressortissants d’autres colonies (comme Hong Kong, ou les Indes) pour travailler respectivement dans les mines d’étain à partir de 1850 et dans les plantations au début du XXe siècle : un infime pourcentage de Malais travaille dans les mines à la fin de la période coloniale (1 % en 1957, 0,9 % en 1970).

Tableau 8. Répartition des emplois par secteurs, 1957

Tableau 8. Répartition des emplois par secteurs, 1957

a Inclut eau, électricité.
Source : K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 294.

  • 75 En 1970, selon le 5e Plan malaisien (1986-1990).

62Cette ségrégation dans les emplois fut aussi, et fort logiquement, la première source d’inégalités sociales en termes de revenus dans le pays. En effet, le dualisme de l’économie s’est traduit par de profondes inégalités face à la pauvreté. Cela est particulièrement sensible au sein de la population employée dans l’agriculture traditionnelle : 88 % des ménages dont le chef de famille est producteur de riz, 73 % des ménages de pêcheurs et 64 % des petits propriétaires d’hévéas sont pauvres, alors que la pauvreté frappe moins l’agriculture moderne (40 % des ouvriers des plantations sont pauvres), et les industries de transformation des produits agricoles situées en zone rurale (35,2 % de ménages pauvres)75.

63L’apport démographique de travailleurs chinois et indiens pour des raisons économiques a représenté un bouleversement majeur dans la société malaise traditionnelle. En posant les bases de l’actuelle population malaisienne multiethnique, cette transformation a créé les germes de tensions politiques qu’il a fallu ensuite affronter au lendemain de la colonisation, et qui sont toujours d’actualité dans la Malaisie contemporaine.

L’issue de la colonisation : une société plurielle et inégalitaire

La création d’une société plurielle

64La colonisation a eu des conséquences démographiques plus importantes ici que dans bien d’autres expériences coloniales. Depuis le XIXe siècle, l’immigration a été un phénomène continu et croissant, s’accentuant encore au cours des premières décennies du XXe (jusqu’en 1931 précisément). Par son ampleur relative, l’immigration qui est liée à la colonisation n’a pas d’équivalent en Asie : en 1949, la moitié de la population de Malaisie (4,9 millions d’habitants) est d’origine étrangère. La lecture académique comme celle du milieu colonial de cette pluralité ethnique est totalement racialisante. La citation qui suit de T. H. Silcock, professeur d’économie au Raffles College de Singapour est emblématique de cette grille d’analyse. En récusant le débat sur les origines et notamment l’opposition entre natifs et immigrés, l’auteur prétend développer une manière de poser le problème neutre et distanciée par rappport aux conflits politiques en cours, il mobilise néanmoins, et sans l’ombre d’un questionnement, la catégorie de race (en anglais) qui fut en vigueur dans le recensement malaisien entre 1911 et 1970, et valide la division de la société en trois groupes.

  • 76 Cité par I. Morrison, « Aspects of racial problem in Malaya », Pacific Affairs, 1949.

Le problème n’est pas de faire avec quelques milliers de terroristes communistes. Il ne s’agit pas non plus du problème du maintien des entrées de dollars grâce au caoutchouc et à l’étain de Malaya. Ce n’est pas le problème de la stratégie britannique impérialiste en Asie du Sud-Est et dans l’océan Indien. Ce ne sont que des questions triviales et éphémères comparées au vrai problème […]. Dans la riche péninsule de Malaya sont représentées trois races, chinoise, malaise et indienne, chacune d’entre elles pouvant compter des dizaines sinon des centaines de millions de personnes dans les territoires voisins. En Malaya, ces races sont si inextricablement incluses dans un seul système économique que personne ne peut sérieusement envisager d’en retirer une entièrement. Il est futile de perdre du temps en se demandant qui a immigré, quand et pourquoi, et qui en est responsable. Le problème pratique est : comment ces races vont-elles vivre ensemble ? Dr. T. H. Silcock (professeur d’économie, Raffles College, Singapour), The Times, Londres, 194876

Tableau 9. Composition par catégories ethniques en 1949

Tableau 9. Composition par catégories ethniques en 1949

a La population totale comprend la petite catégorie « Autres », très hétérogène.
Source : Colonial Office, 1949.

  • 77 C. Hirschman, Ethnic Stratification…, 1972, p. 48-49.
  • 78 En témoigne la séparation linguistique : alors qu’ils sont très majoritairement nés en Malaisie, se (...)

65Mais alors qu’au XIXe siècle, les immigrants venaient pour faire fortune rapidement (pour des séjours estimés à deux-trois ans), à partir de la décennie 1880, certains restent et s’établissent. Cette tendance s’accentuera par la suite : en 1921, 20 % des Chinois de Malaya et 12 % des Indiens y sont nés ; en 1931, c’est le cas pour 30 % des Chinois et 21 % des Indiens. Ensuite, avec le ralentissement des flux migratoires, les taux respectifs deviennent vraiment élevés : en 1947, 63 % et 51 % ; en 1957, 75,5 % des Chinois de Malaisie et 65 % des Indiens y sont nés77. En revanche leur non-assimilation est remarquable78.

66La société qui s’est construite à partir de la mise en valeur coloniale (suite aux accords de Pangkor, 1874) jusqu’à la crise de 1929 est donc une société multiethnique, fortement différenciée entre les communautés. La population s’est accrue et s’est urbanisée rapidement mais inégalement. Sans la prise en compte de ces différents aspects démographiques et sociaux, la réalité malaisienne reste très confuse.

  • V D. Lombard, 1990 ; C. Hirschman, 1987 ; J. Nagata, 1977.
  • VI Voir la « Liste des classifications de la population pour le recensement des Straits Settlements, 1 (...)
  • VII D. Lombard, Le Carrefour Javanais, 1990.
  • VIII Ne pouvant accéder à la propriété (ni aux postes administratifs), ces groupes moins liés au sol que (...)
  • IX J. Nagata, « What is a Malay ? Situational election of ethnic identity in a plural and partial mode (...)

ENCART 5. LES « CATÉGORIES ETHNIQUES »
En Malaisie, la décomposition conventionnelle de la population s’effectue entre « Malais », « Chinois », « Indiens » et « Autres ». Ce découpage traverse les données contemporaines d’emploi, de revenu et d’analyse des inégalités, de peuplement urbain/rural, d’éducation, de santé et de démographie (natalité, mortalité, fécondité, causes de mortalité), etc. Depuis la création du recensement par l’administration britannique des Straits Settlements en 1871, c’est devenu la terminologie officielle à l’œuvre dans tous les documents statistiques, les rapports officiels et dans les travaux universitaires. À l’origine, ces catégories largement étrangères au monde malaisV, n’étaient pour les administrateurs britanniques qu’un moyen de classement de la population inspiré des théories racialistes de la fin du XIXe siècle. Cette classification renvoyait jusqu’au recensement de 1901 aux nationalités d’origine de la population (nationality). Ces catégories nationales ont ensuite été redéfinies par l’administration britannique comme étant des catégories raciales (race) de 1911 à 1971, puis des catégories ethniques (ethnicity) depuis. Le pouvoir politique y fonde sa rhétorique et ces catégories imprègnent depuis cinquante ans le débat public malaisien.
Mais l’étude par les sciences sociales critiques de la société malaisienne montre que ces catégories sont contestables. En particulier, l’histoire du recensement fait apparaître clairement le processus de construction sociale de la catégorie ethnique. La littérature sur le sujet s’accorde sur l’idée que la période coloniale (par l’établissement d’un état civil et l’organisation du recensement notamment) est responsable de cette division en trois catégories. Avant celle-ci la population se décrivait à partir d’une extraordinaire diversité d’appartenances et dénominations (parmi les Malais on pouvait compter au moins vingt groupes selon la région d’origine – comme par exemple les achehnese, ambonese, balinese, bandong, bahjarese, batak, boyanese, bugis, bundu, dayak, dusun, jawi pekan, kadayan, etc.VI, les ethnies chinoises présentes étaient aussi très diverses, de même que les Indiens).
D’autre part, si la Constitution définit le Malais, les frontières entre catégories ne sont en réalité pas étanches : par exemple, en Malaisie, on considérait traditionnellement comme Malais celui qui pratique la religion musulmane (encore que ce ne soit pas le cas de dayaks ou des dusuns). Un Indien converti devenait malais, une femme épousant un Malais devait embrasser sa religion et, ce faisant, devenait malaise quelque soit son origineVII. On appelait alien Malay, ces Malais qui n’étaient pas originaires de la péninsule comme les Arabes, les Indiens musulmans, les Indonésiens musulmans, etcVIII. Enfin, depuis la Nouvelle politique économique (NEP, 1971) les droits des citoyens n’étant pas les mêmes selon leur catégorie ethnique d’appartenance, celle-ci est devenue un enjeu politique de premier plan. Dans la statistique publique, on s’est mis ainsi à créer la catégorie de Bumiputras (fils du sols) pour augmenter le volume des Malais afin de mieux montrer que les objectifs politiques sont atteints. Dans certains cas, et compte tenu de ce contexte politique, un individu peut avoir intérêt à un changement d’allégeanceIX.
La catégorie ethnique en Malaisie a ainsi fait l’objet d’une construction sociale et historique, tant du point de vue de son attribution aux individus (chaque citoyen malaisien porte sur sa carte d’identité l’indication de sa race) que de son lien étroit aux autres dimensions sociales. Au fil des transformations économiques et sociales engendrées par la colonisation où l’appartenance ethnique s’est révélée déterminante, celle-ci est devenu l’un des éléments essentiels autour duquel se forme et se reproduit la société malaisienne. De principe de classement abstrait, la catégorie ethnique a été réifiée en un élément structurant de la société. Sous l’influence anglaise, la société s’est structurée effectivement selon les lignes ethniques qui donnent forme à la fois aux partis politiques (les principaux partis depuis l’après-guerre sont le parti malais – UMNO, le parti Chinois – MCA – et le parti Indien – MIC), à l’éducation (l’enseignement primaire est toujours organisé par écoles différentes selon la langue maternelle), à la répartition spatiale ville/campagnes (sachant que jusqu’à une période récente, seuls les Malais pouvaient posséder la terre) et à la division du travail : la répartition des paysans, ouvriers agricoles des plantations, ouvriers de villes, commerçants et aujourd’hui fonctionnaires est très marquée par l’appartenance ethnique. C’est donc au titre des usages qui en sont fait et de l’extraordinaire prégnance de ce découpage dans la vie économique et sociale malaisienne, que ces catégories traversent cet ouvrage, comme elles traversent, de manière plus ou moins distanciée, toute la littérature sur le sujet, quelles que soient les réserves conceptuelles qu’elles suscitent a priori.
Sources
ANDERSON B., L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996, 213 p.
GOH CHENG TEIK, Racial Politics in Malaysia, Petaling Jaya, FEP International, 1989.
HIRSCHMAN C., « The meaning and measurement of ethnicity in Malaysia : an analysis of census classifications », Journal of Asian Studies, vol. 46, n° 3, août 1987, p. 555-582.
— « The making of race in colonial Malaysia : political economy and racial ideology »,
Sociological Forum, 1, 2, 1986, p. 555-582.
— « Ethnic stratification in West Malaysia », thèse de doctorat, Université du Wisconsin, 1972, 234 p.
LOMBARD D.,
Le carrefour javanais, essai d’histoire globale, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, 3 vol., 1250 p.
NAGATA J.,
Malaysian Mosaic, Perspectives from a poly-ethnic society, Vancouver, University of British Columbia Press, 1979, 316 p.
— « What is a Malay ? Situational election of ethnic identity in a plural and partial modernisation »,
American Ethnologist, vol. 1, n° 2, 1974, p. 351-360.
OO YU HOCK,
Ethnic Chameleon, multiracial politics in Malaysia, Petaling Jaya, Pelanduk Publications, 1991.

  • 79 Les causes de l’immigration vers la Malaisie ainsi que les terribles conditions de vie des premiers (...)

67En 1800, la population malaisienne était estimée à un quart de million d’habitants, mais à la fin du siècle, elle atteignait 2 millions79. L’immigration augmenta tout au long du XIXe, avec une accélération forte à partir de 1850 pour l’immigration chinoise et de 1880 pour les travailleurs venus des Indes, directement liée à l’implantation de la culture de l’hévéa (introduit en 1877). Elle se poursuivit durant les premières décennies du XXe siècle, jusqu’à ce que la Grande Dépression amène à réglementer son flux et engendre la diminution du nombre d’immigrants.

68L’impact de ces migrations sur la population malaisienne peut être observée à partir des données du recensement. Commencé en 1871, il s’interrompit durant la Seconde Guerre mondiale, quand la Malaisie fut occupée par le Japon. Ainsi le recensement de 1941 n’eut pas lieu, mais il reprit dès 1947 et se poursuivit à nouveau au rythme d’un tous les dix ans. Les recensements d’avant 1911 ne concernent que certains États de la péninsule, car la réglementation britannique n’a couvert que progressivement l’ensemble du territoire de la Malaisie. Après 1963 et l’adhésion de Sabah et Sarawak (territoires situés sur l’île de Bornéo) à la Malaisie, les séries continuent à distinguer Malaisie péninsulaire et Malaisie entière.

69Le tableau suivant permet de mettre en évidence les changements dans la taille et la structure ethnique de la population.

Tableau 10. Composition ethnique de la population, Malaisie péninsulaire, 1911-1967

Tableau 10. Composition ethnique de la population, Malaisie péninsulaire, 1911-1967

Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 9.

70L’évolution de la population s’est donc faite dans le sens d’une plus grande dispersion des catégories : les Malais, qui représentaient environ 60 % de la population totale en 1911, en représentaient tout juste la moitié au moment de l’indépendance (1957), puis dans les années 1960. La population chinoise atteignait plus d’un tiers de cette population malaisienne et les Indiens environ un dixième (cette catégorie compte en fait Indiens et Pakistanais venus des Indes britanniques : l’Inde et le Pakistan étant confondus jusqu’en 1947, les statistiques ne les distinguent pas). La catégorie « Autres » ne représentait pas 2 % du total.

71Les trois communautés diffèrent a priori sous plusieurs aspects, y compris culturels et religieux. La plupart des Malais sont de confession islamique, les Chinois pratiquent les religions chinoises (syncrétisme mêlant taoïsme, confucianisme et bouddhisme) et la majorité des Indiens de Malaisie sont hindouistes. Mais il demeure une grande diversité religieuse au sein des communautés indienne et chinoise : chacune compte une importante minorité chrétienne (convertie par les missionnaires européens, catholiques portugais, puis protestants anglais), et parmi les Indiens, les musulmans (surtout pakistanais) sont nombreux.

  • 80 Une très bonne histoire de la relation entre les politiques linguistiques et la construction de l’i (...)
  • 81 H. Fell, Population Census of the Federation of Malaya (1960), cité par C. Hirschman, Ethnic and So (...)

72Mais si la pratique religieuse, très vivace en Malaisie, a gardé sa richesse, la grande diversité culturelle s’est progressivement réduite au cours du XXe siècle. En effet, sur ce plan, l’assignation des individus à l’une ou l’autre des trois catégories ethniques les a conduits à s’acculturer à leur communauté ethnique d’appartenance. Ainsi, le fait commun d’être chinois en Malaisie a donné une commune identité administrative et parfois politique à des groupes claniques, linguistiques ou professionnels pourtant au départ très différents. De même, bien que les Tamouls de Ceylan et les Indiens se distinguent clairement entre eux, la plupart des autres Malaisiens les considèrent comme semblables. Enfin, les différences entre les communautés malaises des côtes est et ouest de la péninsule, qui n’ont pas les mêmes coutumes, et les Malais venus de Sumatra et Java passent au second rang par rapport aux traits saillants qui distinguent ces individus des autres grands groupes ethniques. Ainsi les différences au sein des communautés ethniques se sont-elles atténuées pour mieux renforcer la cohérence culturelle de chaque grande catégorie, qui en vient progressivement à se percevoir comme un groupe. La langue a été un vecteur majeur de la solidification des clivages identitaires80. À la fin des années 1950, avant la politique d’imposition du malais comme langue nationale et langue d’éducation, ces communautés s’exprimaient d’abord et avant tout dans leur langue maternelle (la communication dans les villes, dans l’administration et pour la petite classe moyenne se faisait en anglais). La plupart des non-Malais ont d’ailleurs une maîtrise très limitée du malais en 1957, puisque seulement 3 % de la population chinoise de plus de 10 ans et 5 % de la population indienne affirmaient alors parler le malais81.

Transformations sociales : urbanisation, éducation, polarisation communautaire

La répartition des rôles locaux

  • 82 B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 228.
  • 83 Ayant rapidement découvert que le pouvoir des sultans, fragilisé par les chefs de district (l’échel (...)

73Les historiens s’accordent à penser que l’administration britannique a instauré la paix et la sécurité en divisant les rôles entre les communautés malaise, chinoise et indienne (en 1800, les Malais représentaient 90 % de la population) dans la British Malaya. Le rapport ambivalent des Anglais aux Malais aurait toujours suivi une même règle : celle de se concilier la noblesse malaise locale tout en se gardant d’interférer avec la population malaise. L’emploi de Malais dans l’administration était nécessaire, mais il fallait que ce fût des Malais de haute naissance82. Ainsi, les sultans malais y ont conservé leur statut symbolique au sommet du système social aristocratique, bien qu’ils aient perdu de leur autorité et de leur indépendance83. L’élite malaise, issue en général de la noblesse locale, s’est trouvée reconnue par l’administration britannique et employée en tant que fonctionnaire au service de l’État (civil servant).

74Les dirigeants britanniques considéraient que les paysans malais devaient être protégés des changements économiques et culturels : les divisions de classes devaient être maintenues pour que la hiérarchie sociale ne soit pas perturbée. Les villages de la péninsule et de Bornéo furent affectés en revanche par les impôts coloniaux et furent forcés d’abandonner en partie l’économie de subsistance pour entrer dans une économie de production monétarisée : leur bien-être matériel devint assujetti au mouvement des prix mondiaux des matières premières.

  • 84 T. H. Silcock, dans T. H. Silcock et E. K. Fisk, The Political Economy of Independent Malaysia, 196 (...)

75Pendant ce temps, l’essentiel du développement économique et social est confié aux immigrants chinois et indiens, pour autant qu’ils servaient les intérêts coloniaux à long terme. Dans le détail, on peut montrer que la division entre groupes ethniques tient aussi beaucoup aux contrats de travail différents qui accueillaient les émigrants (au début du XXe siècle). On obligeait les plantations à gérer le travail des Indiens, Chinois ou Malais séparément, les différences portant sur le traitement des personnes, les modalités de paiement et le niveau des salaires, les lieux et conditions de logement. De même, la loi foncière (Land Restriction Law), réservant la propriété de la terre aux Malais, a contribué à la ségrégation spatiale : en 1930, 85 % des Malais sont toujours dans les kampongs, la moitié des Chinois (près d’un million) sont squatters sans titres de propriété, regroupés en lisière de forêt, et deux tiers des Indiens vivent dans les baraquements d’ouvriers agricoles (labour lines)84.

76L’occupation de l’espace s’est ainsi transformée avec la colonisation, et l’urbanisation apparaît comme l’une des dimensions qui séparent les communautés ethniques. L’autre mécanisme social de production et reproduction des clivages réside dans le système éducatif. De ces deux mouvements de transformation de la société apportés par la domination britannique vont découler de profondes et durables inégalités de revenus.

Le mouvement d’urbanisation lié à la colonisation

  • 85 Dix ans plus tard, on répertoriait seulement deux centres urbains de plus, mais l’ordre des villes, (...)

77Dans l’histoire malaisienne, la croissance urbaine a suivi l’expansion commerciale européenne. Elle s’est donc concentrée sur la côte ouest de la péninsule : 11 des 14 centres urbains répertoriés en 1921 y sont situés ; les quatre plus grandes villes, Georgetown (Penang), Ipoh (Perak), Malacca et Kuala Lumpur (Selangor), appartiennent aux États de la côte ouest85.

78Kuala Lumpur, Ipoh, Seremban, par exemple, sont des villes qui se sont complètement développées par et pour l’exportation d’étain et de caoutchouc à destination du commerce occidental. La plupart des activités urbaines à cette époque étaient alors gérées et exploitées par des immigrés sous contrôle britannique. Aussi, la population urbaine qui s’est constituée durant ces années était à dominante non malaise.

Tableau 11. Évolution de la population urbaine malaisienne, 1921-1970

Tableau 11. Évolution de la population urbaine malaisienne, 1921-1970

Source : S. Narayanan, « Patterns and implications of urban change… », 1975.

  • 86 En 1931, l’aire urbaine était défi nie en Malaisie comme un ensemble d’habitations comprenant au mo (...)

79C’est entre 1930 et 1970 que les changements ont eu lieu du point de vue de l’urbanisation en Malaisie. Les centres urbains se sont multipliés (38 en 1957, contre 16 en 1931). La population urbaine a quadruplé entre 1931 et 1970, tandis qu’elle ne faisait que doubler dans les campagnes sur la même période. Ainsi, alors qu’en 1921, la population urbaine représentait 14 % de la population totale, en 1970, elle en représentait 28,7 %86.

80Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la croissance de la population urbaine ne s’explique ni par l’accroissement naturel, d’ailleurs relativement plus faible qu’en milieu rural, ni par l’immigration dont l’importance a décru à partir des années 1930 en raison des mesures restrictives adoptées au lendemain de la crise de 1929. Elle s’explique par l’exode rural, mais selon Suresh Narayanan, celui-ci est dû à des facteurs divers dont le plus important n’est pas le facteur économique. Entre 1947 et 1957, l’essor des activités économiques manufacturières a été limité en regard du phénomène d’urbanisation : la croissance des emplois manufacturiers (+ 7,5 %) n’est pas comparable avec l’accroissement de la population urbaine dans le même temps (+ 79 %). Ainsi le secteur industriel ne joue-t-il pas le rôle moteur de l’urbanisation que l’on pourrait songer à lui attribuer : contrairement à l’expérience de développement occidental, il semblerait que l’urbanisation en Malaisie ait précédé l’industrialisation.

  • 87 Sur les réactions des Britanniques, officiels ou planteurs au cours de cette période troublée, voir (...)
  • 88 Dans le contexte asiatique de la révolution chinoise, puis de la guerre froide, les Britanniques on (...)
  • 89 Ce phénomène de ségrégation ville/campagne entre communautés sera nourri à partir des années 1970 p (...)

81En réalité, l’événement historique déterminant durant cette période aura été l’Emergency, période de quasi-guerre civile (1948-1960) durant laquelle les autorités britanniques ont eu à lutter contre une guérilla communiste implantée dans les montagnes du centre de la Malaisie87. Près d’un million de villageois chinois, artisans et commerçants pour beaucoup, soupçonnés de sympathie à l’égard des « terroristes » (des communistes d’origine chinoise88), ont été déplacés de force dans les villes ou dans des zones rurales récemment défrichées et aménagées, les « nouveaux villages », qui sont devenus des villes. Donc la croissance de la population urbaine en Malaisie à la fin de la période coloniale est directement liée à une croissance de la population urbaine chinoise89. Ce qui se traduit par une occupation de l’espace elle-même marquée par la différenciation ethnique.

Tableau 12. Population urbaine, part dans chaque communauté

Tableau 12. Population urbaine, part dans chaque communauté

Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 13.

82Ainsi, à la veille des événements de 1969 qui ont vu les Malais s’affronter aux Chinois dans des émeutes sanglantes, plus de la moitié des Chinois habitaient les villes ainsi qu’un tiers des Indiens, tandis que 82 % des Malais vivaient toujours dans les campagnes. Cette condition, conjuguée au dualisme du système productif, les a maintenus dans la pauvreté durant des décennies.

  • 90 En termes d’incidence, plus de la moitié des ménages ruraux sont pauvres (58,7 %), tandis qu’en vil (...)

83En effet, l’incidence de la pauvreté était beaucoup plus marquée dans les régions rurales que dans les villes, et ce longtemps après l’indépendance. En 1970, la campagne concentrait 90 % des ménages pauvres malaisiens90.

Éducation : la lente mise en place d’un système éducatif segmenté91

  • 91 Pour plus de détails sur le développement du système éducatif malaisien et les différences entre co (...)
  • 92 B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 222.

84Durant la période coloniale, seule une petite élite locale reçut le privilège d’une éducation anglaise pour se préparer aux fonctions d’administration dans la bureaucratie coloniale et les compagnies commerciales ou d’exploitation dirigées par les Européens. Au tournant du XXe siècle, au vu de la division ethnique du travail mise en place, le résident Swettenham jugeait suffisant pour l’immense majorité de la population locale de savoir lire et écrire dans sa langue maternelle et d’apprendre le rôle qui lui était attribué par l’administration coloniale : « Pour parler brutalement, les Européens étaient là pour diriger et administrer, les immigrants chinois et indiens pour travailler dans l’industrie d’extraction et le commerce, et les Malais pour cultiver les champs. »92 Au fil du temps, la division sociale du travail mise en place par les Britanniques fut renforcée par le système éducatif dans un objectif de reproduction sociale parfaitement assumé. Ainsi, en 1920, le directeur de l’Éducation affirmait-il :

  • 93 D’après l’Annual Report on the F. M. S. for 1920, p. 13, cité par W. R. Roff, The Origins of Malay (...)

Le but du gouvernement n’est pas de produire quelques jeunes gens très bien formés, ni un grand nombre de garçons moins bien formés, mais plutôt d’améliorer la masse de la population, et de faire du fils de pêcheur ou du paysan, un pêcheur ou un paysan plus intelligent que son père, et un homme dont l’éducation lui permettra de comprendre à quel point sa place dans la vie correspond bien à son environnement.93

  • 94 A. Aziz et al., University Education and Employment in Malaysia, 1986, p. 75.

85Bien que le nombre d’élèves scolarisés ait augmenté durant la période coloniale, il est difficile de parler de système éducatif malaisien au cours de cette période. Les divergences de directions prises par les différents acteurs (gouvernement britannique, administrateurs locaux, communautés ethniques) lors des créations d’écoles construisirent une nébuleuse d’institutions de très petite taille, reflétant l’éclatement de la société coloniale : « Il n’y avait pas de politique éducative d’ensemble pour diriger un système éducatif national. »94 Le souhait affiché de développer largement l’éducation au sein de la population indigène rencontrait un autre obstacle, car on souhaitait à tout prix éviter que ne se reproduise la situation indienne où l’on avait formé une partie de la population qui s’était trouvée excessivement qualifiée par rapport aux opportunités d’emploi qualifié dans le pays. Ce chômage des diplômés indiens avait alimenté le mécontentement politique dans les années 1850 : les aspirations individuelles, en décalage avec la situation sociale assignée, avaient engendré une frustration et des revendications collectives menaçant la stabilité du pays. Il semble que Swettenham ait donc explicitement préféré que la population malaise demeure peu instruite, et soit notamment laissée dans l’ignorance de l’anglais :

  • 95 F. A. Swettenham, Report on Perak, 1890, cité par H. Barlow, Swettenham, 1995.

Il faut être mis en garde contre le danger qu’il y aurait à enseigner l’anglais sans discrimination. Il ne pourrait l’être correctement, sauf dans quelques rares écoles et je ne sais pas s’il est désirable de donner aux enfants d’une population agraire la connaissance inutile d’une langue qui sauf exception ne pourra leur servir dans leur vie quotidienne et sera source de mécontentement dans le travail manuel.95

  • 96 H. Barlow, Swettenham, 1995. De fait, un rapport de 1904 notait que sur 2 900 garçons quittant les (...)

86La connaissance de l’anglais fut de ce fait limitée à l’élite locale qui, partageant les intérêts économiques (et les intérêts de classe) des Britanniques, fut seule à bénéficier d’une éducation dans cette langue96.

  • 97 Du point de vue notamment de la langue d’enseignement, A. Puteh qualifie la politique éducative sur (...)

87On peut ainsi juger sous quels auspices contradictoires s’est élaboré le système éducatif malaisien durant la colonisation, de 1874 à 1957. Dans ces conditions, l’administration britannique confia aux différents États de la Fédération le soin de créer les écoles, et il n’existait pas de direction centralisée du système éducatif : chaque communauté connut une organisation spécifique97.

88Dans la tradition malaise, la place centrale de la religion musulmane avait donné lieu à la création de longue date d’écoles coraniques. L’éducation coranique traditionnelle consistait à lire et réciter le Coran sans toujours le comprendre, or ce fut la seule forme d’éducation pendant des générations en zone rurale. Les premières écoles vernaculaires malaises furent créées par les Britanniques juste après les accords de Pangkor (1874) : la première, construite à Klang, date de 1875, puis se sont bâties celles de Bandar (1876) et Perak (1878). Ces écoles élémentaires comportaient un cursus de six ans uniquement. Mais le but de l’éducation donnée aux Malais n’était pas tellement de fournir les bases (savoir lire et écrire, savoir compter) mais plutôt de leur enseigner les valeurs de la société moderne (ponctualité et obéissance par exemple) afin de les préparer à accepter leur place au sein de la société coloniale.

  • 98 Dans ces écoles de langue anglaise, les Malais ne représentent qu’une minorité : 9 % au début du si (...)
  • 99 Cela rejoint l’analyse générale de C. Hirschman sur la stratification sociale en Malaisie : par plu (...)

89Enfin, au sein même de la communauté malaise, une distinction entre l’aristocratie et le peuple s’est trouvée accentuée par le fait que la première a bénéficié de l’éducation en langue anglaise dans les villes98, tandis que le second a eu difficilement accès à une éducation en malais de très faible qualité. Celle-ci n’étant pas obligatoire, les enfants malais, ruraux pour l’immense majorité, n’allaient pas longtemps à l’école même lorsque celle-ci existait, du fait de la pauvreté des familles qui préféraient les occuper à des tâches domestiques ou aux champs. La stratification au sein de la société malaisienne a ainsi été renforcée99.

  • 100 L’éducation était financée à travers des aides annuelles votées par le Parlement et adressées aux é (...)
  • 101 Ce n’est qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que le gouvernement, en prévision de l’indép (...)

90Quelques écoles missionnaires chrétiennes en langue tamoule ont été créées à Penang, Malacca et Singapour dans la première moitié du XIXe siècle, mais elles ne furent en exercice qu’après 1870100. Le gouvernement ouvrit des écoles vernaculaires tamoules en 1900 dans les régions d’exploitation agricole du Perak et du Negeri Sembilan mais attendait clairement des communautés missionnaires et des sociétés de plantation de café et d’hévéas qu’elles soient responsables de l’instruction des Indiens. Cependant, comme l’État n’offrait ni subsides ni programmes pour l’enseignement, la qualité de l’enseignement primaire était très variable d’un domaine agricole à l’autre. Et ce n’est qu’en 1923 que le Code du travail obligea toute plantation comptant plus de dix enfants à leur fournir une éducation formelle. Les instituteurs dans ces écoles des plantations n’étaient souvent que les recruteurs des travailleurs indiens (les kangani), ou encore des employés de bureau ou simplement des ouvriers agricoles qui savaient lire. L’enseignement se faisait le plus souvent en tamoul, mais selon les endroits il pouvait être délivré en thelugu, punjabi ou hindi. Les manuels étaient importés de l’Inde dont les élèves apprenaient la culture, l’histoire et la géographie, plutôt que celles de la Malaya où ils allaient grandir101.

  • 102 D. Rabindra, « A general survey on education amongst the Malaysian Indian plantation community », M (...)
  • 103 Voir P. Loh dont le travail de recherche sur le sujet a fait date : Seeds of Separatism : Education (...)

91Ces écoles n’étant pas obligatoires, et les plantations offrant du travail pour les enfants entre 10 et 12 ans, il y avait bien peu d’incitations à poursuivre les études102. Comme dans les écoles malaises, le cursus était officiellement de six ans, mais la participation des enfants aux trois dernières années s’est avérée extrêmement faible103.

  • 104 D. Rabindra, « A general survey… », 1981.
  • 105 En ville, 30 % des élèves des écoles privées anglaises sont indiens, pour les données dont nous dis (...)

92En 1937 on comptait 548 écoles indiennes instruisant 23 350 enfants, mais la qualité de l’éducation dispensée était faible, en raison de la médiocre qualification des enseignants, qui se résumait le plus souvent à savoir lire et écrire104. Aucune école en tamoul n’existait dans le secondaire. Là aussi, une profonde division de langue s’instaura entre la classe moyenne et la bourgeoisie urbaine indienne qui étudiaient en anglais dans les écoles britanniques des villes105 et les Indiens pauvres des villes ou des plantations. À la fin des années 1940, on pouvait distinguer finalement quatre types d’écoles indiennes, selon l’origine des fonds : les écoles tamoules du gouvernement (au nombre de 36, majoritairement urbaines) ; les écoles des plantations (qui scolarisaient 3/5 des enfants scolarisés en tamoul) ; les écoles des missions ; les écoles des comités de résidents locaux.

  • 106 L’une des issues (bien étroite) restait de devenir professeur de tamoul dans les écoles des plantat (...)

93On peut estimer qu’outre sa médiocrité (du fait de l’absence de toute formation des enseignants jusqu’en 1937), l’enseignement en tamoul a pu constituer un obstacle majeur à la mobilité sociale des Indiens. Ceux-ci ne parlaient que cette langue minoritaire et pouvaient de ce fait difficilement sortir de la plantation pour s’élever dans l’échelle sociale, malgré leurs quelques années d’études106. Le système éducatif empêcha ainsi l’ascension sociale des enfants indiens des plantations, dont les parents n’avaient d’autre choix que de les envoyer dans les écoles tamoules.

94L’éducation chinoise en Malaya resta pendant de nombreuses années du domaine exclusif de cette communauté : avant le XXe siècle, elle était restée traditionnelle, fondée sur la connaissance des textes classiques et de la philosophie confucéenne. Mais les grands lettrés se faisaient rares, en raison de la nature économique de l’immigration chinoise en Malaya. Souvent, là encore, les seules qualifications des professeurs étaient de savoir lire et écrire couramment. La méthode d’enseignement donnait la plus grande importance à la récitation de textes, sans nécessairement exiger la maîtrise du sens. Trois types d’écoles chinoises coexistèrent en Malaisie : celles qui dépendaient d’un comité formé par un district, un clan ou une famille, celles qui étaient fondées par des professeurs financés par des hommes d’affaires, et celles dont les enseignants dépendaient des frais d’inscription de leurs élèves. Là encore, la qualité de l’enseignement était extrêmement hétérogène, mais la volonté de la communauté chinoise de se doter elle-même d’institutions scolaires a longtemps déchargé les autorités britanniques de ce rôle.

95Néanmoins l’influence de la Chine sur le contenu de ces enseignements a commencé à poser problème aux dirigeants britanniques lorsque les idées du Parti communiste chinois ont fait leur entrée dans les écoles autour des années 1920. La politisation croissante des programmes au fur et à mesure que s’intensifiait la lutte entre le Kuomintang et le Parti communiste chinois obligea les Britanniques à intervenir. En 1920, ils se dotèrent d’un contrôle légal des écoles, qui devaient désormais être enregistrées, puis à partir de 1929, tentèrent de prendre le contrôle des programmes à travers le financement de certaines écoles. Le mandarin devint en 1935 le véhicule de l’enseignement dans les écoles chinoises, et un programme de formation des maîtres fut introduit, afin d’orienter le contenu des programmes vers des sujets concernant la Malaya. Cependant de nombreuses écoles refusèrent les subsides de l’État pour rester indépendantes. D’un autre côté, les écoles britanniques en langue anglaise, fréquentées par la bourgeoisie urbaine, comptaient parmi leurs élèves une moitié de Chinois.

  • 107 Auparavant les filles pouvaient être envoyées à l’école avec leurs frères, car les premières écoles (...)

96L’émiettement du système éducatif s’accentue si l’on aborde la dimension du genre. En effet, l’éducation spécifique des jeunes filles avait au moins dix ans de retard par rapport à celle des garçons : la première école de filles mise en place par le gouvernement fut créée en langue malaise à Singapour en 1884, suivie d’une autre à Penang (1889). Leur nombre progressa très lentement jusque dans les années 1930107. Le gouvernement, comme souvent, était en effet davantage préoccupé de l’éducation des garçons. Les ambitions pédagogiques n’étaient pas non plus les mêmes : une pénurie d’enseignants des disciplines générales se faisant sentir dans les années 1930, on mit l’accent sur les travaux manuels traditionnels : couture, vannerie, etc. Enfin, selon leur situation géographique, les jeunes filles malaises n’avaient pas les mêmes chances d’être instruites. En 1909, la Malaya comptait 42 écoles pour filles, dont 37 dans le Perak. En 1930, ce nombre global avait presque doublé, mais la répartition sur le territoire restait très inégale : 82 écoles de filles, dont 60 dans le Perak.

  • 108 J. Tan Siew Ai, « The education of Malay girls : a brief history », Malaysia in History, 1981.

97La demande d’éducation semble à l’époque illimitée en regard du nombre d’écoles ouvertes et la fréquentation des écoles était très élevée. En 1930, pour la Malaya dans son ensemble, on comptait 4 941 élèves, soit 2,7 fois plus que vingt ans auparavant (1 791 élèves en 1909). Très peu de ces jeunes filles malaises en revanche poursuivirent leurs études dans l’enseignement secondaire108.

Graphiques 2a et 2b. Évolution de la scolarisation des garçons et des filles, par catégories ethniques, 1905-1945

Graphiques 2a et 2b. Évolution de la scolarisation des garçons et des filles, par catégories ethniques, 1905-1945

Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974.

Tableau 13. Niveau moyen d’années d’études en 1957

Tableau 13. Niveau moyen d’années d’études en 1957

Source : Calculs de l’auteur, d’après C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974.

Graphique 3. Hausse des effectifs scolarisés entre 1938 et 1957

Graphique 3. Hausse des effectifs scolarisés entre 1938 et 1957

Source : Ministère de l’Éducation, cité par A. Aziz et al., University Education…, 1986.

  • 109 C. Hirschman, « Education in colonial Malaysia », Comparative Education Review, 1972.

98Ainsi, en dépit d’une augmentation globale des effectifs scolarisés, les différences entre catégories ethniques restèrent très élevées, opposant les Malais, moins éduqués en moyenne, aux Indiens et Chinois. Cet écart s’explique non pas culturellement par un échec scolaire plus grand chez les Malais109, mais avant tout par un accès inégal aux institutions. Comme les écoles ont d’abord été créées dans les villes, et plus difficilement dans les zones rurales, les non-Malais, plus souvent urbains, ont par conséquent bénéficié d’un accès plus facile au système éducatif.

99On peut juger aussi que la politique conservatrice de l’administration coloniale ne s’est pas donné les moyens de ses objectifs officiels (instruire la population administrée), car, entre autres, la scolarité obligatoire n’a été instaurée que très lentement. Elle a laissé passer l’occasion de forger par l’éducation une société plurielle sur d’autres bases que sur celles, ethniques, engendrées par les activités britanniques dans la péninsule. En échouant ainsi à fixer ensemble les différents groupes ethniques par une politique éducative généralisée et homogène, le gouvernement a contribué à maintenir une économie duale dans laquelle les Malais occupent les positions les moins favorisées. C’est là que réside, pour les commentateurs malaisiens, l’un des principaux mécanismes de segmentation de la société malaisienne selon les lignes ethniques, que l’on retrouve ensuite dans tous les domaines de la vie sociale et à toutes les époques depuis lors :

  • 110 R. Santhiram, « Malaysia’s educational development. A study of inter-ethnic relations », Journal of (...)

Les motifs de la domination britannique sur la péninsule malaise, dont l’essence est l’impérialisme économique, ont gouverné les attitudes britanniques face au développement de l’éducation. L’éducation devint le principal mécanisme assurant la compartimentation des différents groupes ethniques et la socialisation à l’intérieur de chaque groupe.110

L’inégalité interethnique des revenus, corollaire du développement dual de la colonie

100La ségrégation en termes de statuts professionnels redoublée par les inégalités d’accès à l’éducation se traduisit par d’importants écarts de revenus entre groupes ethniques en Malaya.

  • 111 G. Myrdal, Asian Drama, 1968, p. 494.

101Si la colonie était prospère aux yeux des Britanniques, sa population partageait pourtant le sort des nations asiatiques dans les années 1950-1960, celui d’une pauvreté de masse liée à la faiblesse des rendements agricoles, à la forte croissance démographique, au sous-emploi dans les campagnes111. À l’intérieur de ce cadre général, le revenu moyen des Malais était systématiquement inférieur à la moyenne nationale. À l’autre extrémité de la stratification ethnique, la population d’origine chinoise, réputée plus fortunée, avait de fait un revenu moyen mensuel plus élevé que les deux autres groupes ethniques.

Tableau 14. Revenu par catégories ethniques, 1957

Tableau 14. Revenu par catégories ethniques, 1957

a Exprimé en ringgits (taux de change : 1 dollar US = 3 RM).
b La catégorie « Autres », regroupant des populations trop hétérogènes du point de vue des revenus (ouvriers agricoles cingalais vs planteurs anglais ou hollandais), a été ici supprimée.
Source : J. Faaland, J. R. Parkinson et R. Saniman, Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990, p. 147.

  • 112 C’est la thèse de C. Hirschman sur la stratification ethnique envisagée comme le résultat de mécani (...)
  • 113 En effet, le gouvernement britannique savait que les Malais étaient loin d’envisager que la terre p (...)

102Cette profonde inégalité de revenus entre communautés ethniques peut s’expliquer par une différence entre ville et campagne et entre professions112. En raison du dualisme économique de la Malaya, les Malais étaient, de loin, les plus impliqués dans le secteur primaire, où encore trois quarts de la population active malaise était employée au moment de l’indépendance. Le secteur primaire, dans le cas des deux autres groupes ethniques, restait une source d’emploi considérable en 1957 : les Indiens, largement impliqués dans le secteur primaire (60 %), étaient extrêmement nombreux à être salariés du secteur des produits agricoles transformés, et en particulier, comme on le sait, des plantations d’hévéas. À l’inverse, ils ont été maintenus à l’écart du secteur agricole traditionnel, par les lois qui réservaient la propriété de la terre aux Bumiputra113. Cette tendance, quoique à moindre échelle, se retrouve dans l’emploi chinois du secteur primaire, un secteur d’activité où près de la moitié des Sino-Malaisiens était employée.

  • 114 L’inégalité de la distribution des richesses entre les villes et les campagnes au détriment de ces (...)

103À son tour, la dimension géographique met en évidence une profonde inégalité de richesse entre villes et campagnes114. Cette opposition, on l’a montré en évoquant l’histoire différenciée de l’urbanisation, recouvrait largement (mais non totalement) l’opposition entre Malais et non-Malais : les premiers étaient (et sont toujours) plus systématiquement des ruraux que les autres. Or cela n’est pas neutre en termes de répartition des revenus, car la pauvreté était (et reste encore) concentrée dans les zones rurales (90 % des pauvres y résidaient en 1957). C’est pourquoi on peut affirmer que les inégalités de revenus entre catégories ethniques s’expliquent en partie par le clivage entre les villes et les campagnes. Mais proportionnelllement, les Malais étaient plus présents dans les secteurs d’activités les plus pauvres des zones rurales. Ainsi, la relation semble établie dans les deux sens : à la fin de la période coloniale, les Malais avaient une plus grande probabilité d’être pauvres que les autres Malaisiens, et les pauvres d’être malais, plutôt que chinois ou indiens. Il en ressort que les dimensions de revenu et d’ethnicité, via la répartition géographique, se sont recouvertes en grande partie.

104Comme l’a laissé entrevoir la description des transformations subies par la société malaisienne du fait de l’entreprise coloniale, la population fut structurée de telle sorte que ces deux dimensions, statut social et résidence, furent historiquement liées à la dimension ethnique. Mais après l’indépendance, le problème de la pauvreté et des inégalités en Malaisie ne sera pas immédiatement pris en compte par le nouveau gouvernement. Ce retard sera lourd de conséquences.

Après l’indépendance : la politique du laissez-faire

  • 115 Ce sont deux des trois Straits Settlements, Penang et Malacca, ainsi que les neuf sultanats malais (...)
  • 116 Recensement de 1957. Données citées par C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 9
  • 117 R. S. Milne, « Singapore’s exit from Malaysia. The consequences of ambiguity », Asian Survey, 1966.
  • 118 La conférence de Bandung, organisée par le président Soekarno, s’est tenue dans cette ville indonés (...)

105La Federation of Malay States, du nom que s’est donné en 1957 la Malaisie, se confondait avec la péninsule malaise (sans Singapour) et se composait de onze États115. Sa population comptait 6,2 millions d’habitants, dont 49,8 % de Malais, 37,2 % de Chinois et 11,3 % d’Indiens116. Dans ces années d’après l’indépendance, une grande question politique concernait celle des frontières de la Fédération. L’état d’urgence décrété par les Britanniques pour lutter à partir de 1948 contre le « banditisme » menaçant leurs intérêts en Malaisie, bientôt requalifié de guérilla communiste, ne fut levé qu’en 1960. Singapour, qui ne faisait pas partie de la Federation of Malay States en 1957, entra dans la Federation of Malaysia en 1963 avec les États de Bornéo (North Borneo devenu Sabah, l’État de Sarawak, mais pas Brunei), puis devint un État indépendant (après son expulsion de la Fédération) en 1965117. En matière de relations extérieures, la période est marquée par l’inscription après Bandung dans le camp des non-alignés118, la fin de la konfrontasi avec l’Indonésie (1966), puis la fondation de l’ASEAN en 1967.

Carte 2. La Malaisie

Carte 2. La Malaisie

106L’innovation institutionnelle et politique de l’indépendance, manifestée dans la création d’un nouvel État, s’inscrivait cependant largement dans la continuité de la logique économique de la colonisation. Si la stabilisation des contours du pays ne fut pas immédiate, ni très facile, du point de vue de la régulation économique, la continuité l’emporta sur les ruptures. Aussi, les problèmes sociaux, et notamment la pauvreté des masses rurales, légués par le régime économique colonial furent-ils conservés intacts, voire aggravés, durant encore une bonne décennie. Même si quelques bases de l’industrialisation à venir sont posées, l’essentiel de la période est caractérisée par les commentateurs comme étant une phase de laissez-faire très favorable aux intérêts britanniques encore présents.

L’indépendance : les attributs du nouvel État et la continuité des affaires

  • 119 À partir des recensements successifs, C. Hirschman montre qu’au moment de l’indépendance les trois (...)

107L’indépendance (Merdeka) fut négociée en 1957 avec la Grande-Bretagne : elle accorda la nationalité malaisienne aux immigrés indiens et chinois119 et garantit la sécurité de leurs biens en échange de privilèges politiques accordés aux Malais, en tant que population d’origine. Ces droits sont encore présents dans la Constitution sous le terme de Special Rights. Il est d’ailleurs toujours interdit par la loi de mettre en cause publiquement les choix qui ont été retenus lors de ce marchandage historique (bargaining).

  • 120 H. Crouch, Government and Society in Malaysia, 1996.

108L’un des choix majeurs en termes symboliques, et pour ses conséquences en matière d’éducation, fut celui de la nouvelle langue nationale : le bahasa melayu (le malais) devint langue officielle avec l’anglais, qui était jusque-là la langue de l’administration. Mais un additif à la Constitution précisait que le malais serait l’unique langue officielle au bout de dix ans. Les autres choix politiques qui se sont imposés ont contribué à forger ce que Harold Crouch nomme « la nature malaise de l’État »120 : du point de vue religieux l’islam devint religion d’État, tandis que politiquement, la Fédération se plaçait sous l’autorité du Yang di Pertuan Agong, c’est-à-dire du roi malais.

  • 121 Ce qui confère son originalité au système politique malaisien selon L. Metzger, Les sultanats de Ma (...)
  • 122 Singapour, qui se sépare de la Malaisie en 1965, fera un choix opposé en conservant les deux langue (...)

109En effet, la Malaisie indépendante s’est dotée en 1957 du régime politique de la monarchie constitutionnelle élective121 en maintenant les neuf sultanats de ses onze États. Le roi est élu parmi les neuf sultans composant le collège électoral, pour un quinquennat. L’élection attribue cette fonction aux sultans à tour de rôle, selon un principe de rotation qui abolit le principe de la souveraineté à vie. Le roi nomme le Premier ministre, peut refuser de dissoudre le Parlement (dissolution proposée par le Premier ministre) et convoque la Conférence des sultans. Mais en dehors de ces prérogatives, le rôle du roi et des sultans reste tout à fait symbolique et honorifique : comme en Grande-Bretagne, le pouvoir politique réel est exercé par le Premier ministre, son gouvernement et le Parlement bicaméral (composé du Sénat, Dewan Negara, et de la Chambre des représentants, Dewan Rakyat). Enfin, pour compléter la description du caractère étroitement malais (plutôt que malaisien) de l’appareil d’État, ajoutons que les fameux droits spéciaux accordaient aux Malais la mainmise sur la fonction publique, dont ils occupaient au moins 75 % des emplois, laissant un quart aux non-Malais (qui démographiquement représentaient pourtant la moitié de la population)122.

  • 123 Si, à ce niveau très général, la politique éducative faisait consensus, en revanche, le contenu con (...)

110Les objectifs de l’éducation après l’indépendance ont été très clairs, du moins pour l’élite politique chargée de conduire la politique éducative (rapport Razak, 1956 ; rapport Rahman Talib, 1960) : il s’agissait désormais d’introduire dans l’éducation la construction de la conscience nationale malaisienne ; d’autre part, elle devait permettre le développement de connaissances et compétences nécessaires pour appuyer économiquement et technologiquement la modernisation du pays123.

111Mais en dehors de ces domaines particuliers, les premiers temps de l’indépendance ne furent pas particulièrement pro-malais ni nationalistes, bien au contraire, notamment en ce qui concerne l’hégémonie de l’anglais ou l’orientation de la politique économique.

  • 124 Comme prévu, un projet de loi sur le malais comme seule langue nationale passe dix ans après la pro (...)

112La mise en place du malais comme langue nationale s’est faite graduellement et lentement, l’anglais restant de fait la langue de l’administration et des échanges officiels, de l’éducation et des affaires officiellement pendant une dizaine d’années encore124, de manière informelle dans les tribunaux et au Parlement jusqu’aux événements de 1969.

  • 125 J. Faaland, J. R. Parkinson et R. Saniman, Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Po (...)

113Ensuite, d’un point de vue économique, l’ordre des choses légué par les Britanniques fut maintenu : la stricte orthodoxie monétaire et fiscale régnait, et l’intervention de l’État dans l’activité économique devait rester minimale125. L’absence d’élite intellectuelle parmi les économistes, c’est-à-dire d’individus capables de sortir des recettes qui avaient prévalu sous l’administration coloniale, explique qu’aucune mesure de politique économique nouvelle n’ait été prise. L’influence de la Banque mondiale et du FMI sur la génération en charge de l’administration macroéconomique malaisienne (qu’ils avaient formée) était constante. Cette politique postcoloniale permettant une stabilité monétaire interne (inflation contenue) et externe (parité maintenue avec la livre sterling), un équilibre budgétaire assuré et l’accumulation de réserves de change convenait très bien tant aux milieux d’affaires sino-malaisiens qu’aux investisseurs étrangers. Au sein de la coalition gouvernementale, la direction du ministère des Finances était réservée à l’époque au président du parti chinois de Malaisie, le MCA (Malayan Chinese Association).

114De 1957 à 1969, la Fédération de Malaisie connut donc une période relativement libérale économiquement dans le sens où rien ne fut véritablement entrepris pour faire évoluer l’ordre social, en particulier à travers la redistribution des revenus. Dans le même temps, les divergences d’opinion sur la citoyenneté, les questions d’éducation ou de langue se faisaient entendre librement, ce qui rétrospectivement apparaîtra politiquement aussi très libéral, par contraste avec la « nouvelle politique économique » d’après 1970. En conséquence de quoi la hiérarchie sociale mise en place par les Britanniques ne fut pas bouleversée par leur départ. Au contraire, la séparation ne se réalisa que lentement : par exemple, les plantations d’hévéas nationalisées furent encore administrées pendant quelques années par les planteurs européens afin que l’organisation de la production n’en soit pas perturbée et que le relais soit pris correctement.

  • 126 Stratégie définie en particulier dans le cadre des débuts de la planification en Malaisie.
  • 127 L’étain et le caoutchouc représentaient à eux seuls 85 % des exportations malaisiennes en 1957. Si (...)

115Mais sur le plan industriel, ce libéralisme fut assorti de mesures de politique économique vigoureuses alimentant une nouvelle stratégie de promotion des importations126. Ainsi, d’un côté s’affirmait une volonté d’industrialisation contrastant avec les préoccupations essentiellement agro-exportatrices de l’ère coloniale. De l’autre, ce laissez-faire permit que se poursuive le développement selon le mode de production hérité du système colonial, c’est-à-dire fondé sur l’exploitation intensive des ressources naturelles127, couplé à un mode de répartition de la richesse inchangé, limité pour l’essentiel aux groupes sociaux dominants. Cette irresponsabilité face à la question de la distribution des revenus a eu pour conséquence qu’en 1969 les inégalités de revenus sont plus importantes qu’une décennie plus tôt.

Première stratégie d’industrialisation : 1957-1969

  • 128 La Malaisie comptait 200 000 travailleurs dans le secteur secondaire sur 2,12 millions d’actifs sel (...)
  • 129 BIRD/IBRD, The Economic Development of Malaya, 1955.

116Au moment de l’indépendance, la part de la population active déjà employée dans l’industrie, de 9,6 %, était relativement élevée en regard des autres pays d’Asie (excepté le Japon, l’Inde et Hong Kong). Mais cette industrie restait centrée sur la transformation ou le conditionnement des produits primaires du pays : agroalimentaire, caoutchouc, bois, habillement et, en particulier au lendemain de l’occupation japonaise, une petite industrie issue de l’artisanat traditionnel (textile, vannerie, cordage)128. Cependant, comme le note dans ses recommandations un rapport de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) de 1955129, la nécessité de poursuivre l’industrialisation s’imposait pour faire face à la croissance démographique, et pour diversifier l’appareil productif afin de se protéger des fluctuations du cours des matières premières.

117La volonté nationale d’industrialisation s’est exprimée après le départ de l’administration britannique, avec l’objectif de réduire la dépendance de l’économie à l’égard des exportations de produits primaires, instaurée par l’exploitation coloniale des ressources naturelles durant plusieurs décennies. La fragilité due à cette spécialisation s’accusa lorsqu’au moment de l’indépendance la Malaisie se constitua en Fédération sans Singapour. Or le Straits Settlement de Singapour, centre régional de l’Empire britannique en Asie du Sud-Est, avait concentré géographiquement l’activité industrielle de la Malaya coloniale. Séparée de Singapour (hormis durant l’intermède de 1963-1965), la Malaisie perdit donc beaucoup de son modeste secteur industriel.

  • 130 Suite aux recommandations du fameux rapport de la BIRD.
  • 131 L’effet réel de l’utilisation par le gouvernement des tarifs douaniers comme incitation à la produc (...)

118La stratégie de substitution des importations130, première tentative d’industrialisation de la jeune nation malaisienne, fut entamée pour protéger l’élaboration d’une industrie locale à l’abri de frontières douanières et sous l’impulsion d’investissements publics. L’arrêté sur les industries pionnières (Pioneer Industries Ordinance) de 1958 incita à investir dans le secteur manufacturier en Malaisie, orienté en premier lieu vers la production de biens de consommation finale (deux fois plus protégée que les biens de consommation intermédiaire). Le rôle du gouvernement se limitait à fournir les infrastructures adéquates et à offrir en tant qu’incitation la protection des barrières tarifaires : le taux réel de protection de l’industrie manufacturière s’est élevé progressivement de 25 % en 1962 à 65 % en 1969. Si l’on considère les secteurs du vêtement ou des appareils électriques, ce taux atteignit plus de 400 % en 1969131.

119Dans un contexte de large pauvreté asiatique et de rapide croissance démographique, cette première période d’industrialisation fut porteuse de croissance économique ; entre 1960 et 1970, le PIB malaisien augmenta relativement vite, au taux de croissance moyen de 5,2 % par an.

Graphique 4. PIB et PIB par habitant, Malaisie, 1960-1970

Graphique 4. PIB et PIB par habitant, Malaisie, 1960-1970

Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

  • 132 Sur les données à prix courants, on constate que la croissance du PIB est sinueuse, négative de 196 (...)

120Il est passé de 7 338 millions de RM (courants) en 1960 à 12 856 millions de RM en 1970, soit une augmentation de 75 %132.

  • 133 G. Capanelli, « Technology transfer via buyer-supplier relations from Japanese consumer electronic (...)

121Les investissements étrangers, partie prenante de la stratégie gouvernementale de développement industriel, ont finalement joué le rôle central dans cette industrialisation, profitant de mesures qui permirent aux entreprises étrangères de biens de consommation de contourner les barrières douanières et d’accéder au marché local. Ainsi, dès ce moment, les firmes étrangères ont-elles joué un rôle important dans le secteur électrique et électronique malaisien, en particulier avec l’arrivée des multinationales japonaises d’électroménager au cours des années 1960133. Les secteurs qui se sont le plus développés au cours de ces années sont le textile, la transformation de l’huile de palme, les appareils électriques et l’équipement pour le transport.

122Dans cette décennie qui suivit l’indépendance, le taux de croissance de l’industrie manufacturière, de 8,5 % par an en moyenne, fut plus élevé que celui du produit intérieur brut ; la part de l’industrie dans le PIB commença donc à augmenter, illustrant le début de l’industrialisation effective du pays.

Tableau 15. Part de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière dans le PIB, 1960-1970a

Tableau 15. Part de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière dans le PIB, 1960-1970a

a K. S. Jomo et C. Edwards, « Malaysian industrialization… », 1993, se référant aux données (un peu différentes) du ministère malaisien des Finances, indiquent que le secteur manufacturier comptait pour 9 % du PIB en 1960, une proportion qui a atteint 13 % en 1970.
Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.

  • 134 Les deux tiers du chiffre d’affaires de ce secteur provenaient de moins de 5 % des entreprises. Pou (...)
  • 135 C. Hirschman, « Ownership and control in the manufacturing sector of West Malaysia », UMBC Economic (...)
  • 136 O. Rani (1982), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 226.

123Par le poids des entreprises étrangères, cette industrie manufacturière naissante, dominée par les capitaux étrangers, est apparue extrêmement concentrée. Cette question économique et politique de la propriété et du contrôle de l’industrie malaisienne a été très étudiée à l’époque. À cette occasion, le solide préjugé d’une mainmise des Chinois sur la petite industrie dominant le secteur des produits manufacturés fut remis en cause par James J. Puthucheary qui, étudiant Singapour, a notamment montré que les entreprises européennes, peu nombreuses, concentraient l’essentiel de la production. Dominantes en termes de pouvoir de marché, elles employaient un tiers des salariés du secteur en 1960134. Tandis que deux tiers des entreprises avaient moins de cinq salariés, la production était d’abord réalisée par quelques grandes entreprises dominées par les capitaux étrangers135. Durant ces années, 60 % de la nouvelle production manufacturée était assurée par les entreprises de plus de cinquante salariés, soit 4 % des établissements malaisiens. Et le caractère concentré de cette structure industrielle s’accentua au cours du temps. Parallèlement, la contribution de l’industrie aux exportations s’est peu à peu affirmée : issues à 97 % du secteur primaire en 1957, les exportations comptèrent progressivement une part croissante de biens manufacturés (4,9 % des exportations en 1963). Cette tendance s’est poursuivie avec l’industrialisation de l’économie : en 1969, ce taux était de 8,8 % ; en 1970 de 11,9 %136.

  • 137 M. N. Ismail, Transnational Corporations and Economic Development, 1995.

124Cependant les multinationales, dont l’implantation en Malaisie était motivée par l’accès au marché national à l’abri des barrières douanières, ont fini par découvrir les limites d’un marché local réduit et peu solvable. L’étroitesse des débouchés s’explique par la petite taille de la population malaisienne qui ne comptait pas 8 millions d’habitants en 1960, et par son faible niveau de vie (en 1963, le revenu moyen était de 296 dollars US par habitant). In fine, cela a largement réduit l’intérêt de cette stratégie de substitution des importations aux yeux des firmes étrangères137.

125Pour le gouvernement aussi le résultat fut décevant, car cette croissance de l’activité n’a pas réduit le taux de chômage comme espéré. Or le gouvernement attendait de cette stratégie la création de 150 000 à 200 000 emplois entre 1958 et 1968. Mais cette industrialisation, qui s’est avérée relativement intensive en capital, n’a contribué directement qu’à employer 68 800 personnes, soit deux fois moins de travailleurs que prévu. Enfin, il faut garder à l’esprit que malgré ses progrès, le secteur industriel demeurait un secteur d’emploi très minoritaire (251 900 personnes, un dixième de la population active en 1970), le reste du pays étant largement laissé à l’écart de ces investissements et de ces avancées.

Persistance de la pauvreté, accroissement des inégalités

  • 138 S. Narayanan et R. Rasiah, « Malaysian electronics : the changing prospects for employment and rest (...)
  • 139 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 146.

126En 1970, 65 % des Malais ruraux vivent en dessous du seuil de pauvreté et, dans les villes, le chômage s’élève à 10 % de la population active (12,5 % pour les Malais urbains)138. Les inégalités de revenu sont devenues le problème social majeur du pays à la fin des années 1960. Elles sont de fait très marquées : en 1967, le dernier quintile (les revenus les 20 % les plus élevés) concentre 56 % du revenu total distribué et le premier (les 20 % les plus pauvres) n’en reçoit que 3,5 %. Les inégalités de revenu sont plus sensibles en Malaisie que dans les pays de la région : en Indonésie, en Thaïlande ou aux Philippines, ces deux statistiques sont respectivement de 50 % et de 6 % environ139.

  • 140 D. R. Snodgrass, Inequality and Economic Development, 1980, p. 81.

127Ainsi la prospérité du pays n’a-t-elle pas bénéficié à l’ensemble de la population : de 1957 à 1970, le revenu moyen par tête s’est élevé de 25 %, mais pendant ce temps, les 10 % les plus riches en Malaisie ont vu leur revenu doubler, tandis que le revenu moyen des 40 % les plus pauvres a diminué de 13 %140. Les inégalités de revenu deviennent alors un sujet politique dans la mesure où les progrès économiques de la jeune Malaisie indépendante se sont accompagnés de leur accroissement.

Tableau 16. Distribution du revenu moyen au sein de la population malaisienne, 1957-1970

Tableau 16. Distribution du revenu moyen au sein de la population malaisienne, 1957-1970

a Exprimé en ringgit (taux de change : 1 dollar US = 3 RM).
b La catégorie « Autres » regroupant des populations trop hétérogènes du point de vue des revenus (travailleurs cingalais et planteurs anglais ou hollandais) a été supprimée. Elle représente moins de 2 % de la population.
Source : J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 147.

128La colonisation avait séparé les destins économiques et les trajectoires des différentes populations qui composent la société malaisienne, notamment au détriment des paysans malais. En 1957, au moment de l’indépendance, le revenu chinois était plus élevé de 89 % que le revenu malais. Mais dix ans plus tard, après que la politique libérale de laissez-faire a prolongé le mode de répartition inégal hérité des Britanniques, les écarts se sont encore creusés : en 1967, les Malais ont perdu du revenu alors que celui des Chinois a fortement augmenté (écart de + 150 %). Malgré la forte croissance du revenu moyen de la population malaise à la fin des années 1960, cet écart diminuera ensuite à peine : en 1970, le revenu moyen chinois s’établissait à plus du double du revenu malais (+ 130 %). De même, entre 1957 et 1970, l’écart de revenu moyen entre Malais et Indiens n’a fait que se creuser : le revenu moyen mensuel indien était de 217 RM en 1957, soit 53 % de plus que son équivalent malais, en 1970 cet écart est passé à 77 %.

129À la fin des années 1960, l’insatisfaction grandissant à l’égard du programme de substitution des importations, la stratégie d’orientation en faveur des exportations apparaît être le seul moyen de sortir de l’impasse. Alors, le gouvernement adopte une loi sur les incitations à investir, dirigée vers les entreprises exportatrices, et désigne le secteur électronique (très intensif en travail) comme prioritaire pour ces incitations : c’est l’Investment Incentives Act de 1968. Cet effort gouvernemental pour développer une nouvelle stratégie d’industrialisation riche en perspectives d’emploi est arrivé sans doute trop tard pour renverser l’ordre inégalitaire des choses, dont la perception au sein de la communauté malaise est amplifiée par des jeux politiciens à l’approche des élections.

Conclusion : le traumatisme collectif des émeutes raciales de 1969

  • 141 Du point de vue d’une grande partie de sa population, car en 1970, la pauvreté frappe 49 % de la po (...)

130En 1969, la société malaisienne est une société encore largement traditionnelle, rurale, et relativement pauvre141, dont moins d’un tiers de la population travaille dans le secteur moderne mis en place par les Britanniques. Seule une frange sociale ayant pleinement bénéficié des avantages de la colonisation vit au rythme et au niveau de la consommation occidentale.

131Géographiquement aussi, certains fragments de territoire ont été transformés par la colonisation britannique, quand la grande majorité n’a été ni aménagée ni exploitée. La modernisation apportée par la colonisation anglaise a laissé de profondes traces institutionnelles, elle a modelé la démographie, le monde du travail, le territoire, mais n’a pas vraiment contribué à l’industrialisation du pays. Celle-ci n’apparaît qu’après l’indépendance, avec les efforts nationalistes de promotion des importations.

  • 142 Aucun chiffre officiel n’est donné sur cet épisode éminemment douloureux de l’histoire nationale qu (...)
  • 143 L. Comber, 13 May 1969, a Historical Survey of Sino-Malay Relations, 1983.

132Enfin, le multiculturalisme (la présence simultanée de grandes communautés religieuses et ethniques distinctes) se traduit par une séparation des systèmes éducatifs, des partis politiques et par une structuration ethnique des professions et de la géographie humaine. Les inégalités et la pauvreté nourrissent un ressentiment qui va éclater de manière paroxystique le 13 mai 1969 lorsque des manifestations politiques dégénèrent en émeutes sanglantes opposant les Malais aux Chinois. Ce jour-là, des manifestations de militants politiques après les élections fédérales de 1969 tournent au conflit interracial où plusieurs centaines de Malaisiens d’origine chinoise sont tués dans les rues de Kuala Lumpur et de Penang142. L’état d’urgence fut immédiatement décrété. Cette violence est attribuée à l’exaspération des Malais, les « fils du sol », face à leur pauvreté qu’ils comparent à la prospérité des Chinois143.

133Alors que les fortes inégalités de revenu dans la société malaisienne résultaient de processus de différenciation sociale complexes ancrés dans l’histoire du développement économique colonial du pays, ces événements tragiques vont imposer une interprétation en termes d’antagonisme interethnique, que la politique gouvernementale reprendra dans l’urgence à son compte. La politique qui se met en place pour rétablir les fondements d’une unité nationale – qui n’avait jamais vraiment existé – ne reviendra plus sur cette interprétation de l’antagonisme entre des Malais, les « fils du sol », pauvres, et de riches immigrés Chinois. La seule solution qui s’est imposée pour restaurer la paix sociale sera de compenser cet écart et de permettre aux Malais de s’enrichir, y compris au détriment des autres communautés. Cependant cette redistribution pouvait être rendue indolore si la croissance économique permettait à l’ensemble des richesses nationales de croître : ainsi, l’amélioration de la part relative des Malais pourrait s’opérer sans réduction absolue des ressources pour les autres communautés ethniques. Cette croissance d’ensemble orientée en faveur des Malais sera le but de la NEP, sous le terme de « restructuration de la société ».

134La NEP à partir de 1970 cherchera à briser de manière définitive le déterminisme de la relation entre appartenance ethnique et position sociale. La discrimination positive en faveur des Malais, instaurée par la NEP, visera à éradiquer la pauvreté concentrée dans les zones rurales malaises, et à rompre avec la stratification ethnique en créant une nouvelle classe d’affaires bourgeoise malaise. Pour y parvenir, la politique de l’après-69 opérera une rupture radicale, l’État se transformant alors en acteur économique de premier plan et privilégiant ouvertement la communauté malaise.

135De ce tournant, amorcé en 1970, va naître le Tigre Malaisie ; l’engagement volontariste dans le développement économique devenant la ligne de fuite de l’action politique.

Notes

1 Ces trois ports sont rassemblés en 1830 par la compagnie de navigation en une seule unité administrative, les Straits Settlements, c’est-à-dire les établissements (ou comptoirs) du Détroit. Ceux-ci constituent un « solide chaînon d’établissements portuaires sur le grand axe Calcutta-Canton (et plus tard Hong Kong) » (R. De Koninck, L’Asie du Sud-Est, 2005, p. 59).

2 Les Federated Malay States de 1896 furent conquis progressivement en échange de la protection britannique : d’abord le Perak (1874), puis de 1874 à 1884, Selangor, Negeri Sembilan, Pahang qui formèrent une fédération centrée sur l’étain, dont un résident général unique fut établi à Kuala Lumpur. 1885 est la date d’un premier accord entre Johore et la Grande-Bretagne. Les États du Nord mirent plus longtemps à passer sous la responsabilité britannique sous la forme des Unfederated Malay States dont Siam transféra le pouvoir au Royaume-Uni en 1909. Quant à la colonisation des États du nord de Bornéo, North Borneo, Sarawak et Brunei, elle fut formellement tardive (1888) et facilitée par l’acculturation de l’aventurier J. Brooke, nommé rajah du Sarawak, aux mains de Brunei, en 1841, auquel ont succédé des membres de sa famille jusqu’en 1941. Sur l’histoire de la partie orientale de la Malaisie, voir N. Tarling, Britain, the Brooks & Brunei, 1971 ; L. R. Wright, Th e Origins of British Borneo, 1970, et G. Saunders, A History of Brunei, 1994.

3 Pour une présentation claire des différents modes d’administration des Straits Settlements, Federated Malay States, Unfederated Malay States et Borneo, se reporter à J. A. Fairlie, « British Malaya », American Political Science Review, vol. 27, n° 5, 1933, p. 811-815.

4 C. Abraham, The Naked Social Order. The Roots of Racial Polarisation in Malaysia, 2004.

5 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise in Indonesia and Malaysia, 1962.

6 R. Emerson, Malaysia, a Study of Direct and Indirect Rule (1937), 1964 ; Lim Teck Gee, Origins of a Colonial Economy. Land and Agriculture in Perak, 1874-1897, 1976 ; Kohr Kok Peng, The Malaysian Economy. Structures and Dependence, 1983 ; Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, 1983 ; K. S. Jomo, A Question of Class. Capitalism, the State and Uneven Development in Malaysia, 1986.

7 D. Rodrik, A. Subramanian et F. Trebbi, « Institutions rule : the primacy of institutions over geography and integration in economic development », Journal of Economic Growth, 2004 ; J. D. Sachs, « Tropical underdevelopment », NBER WP, 2001 ; D. Acemoglu, S. Johnson et J. S. Robinson, « The colonial origin of comparative development : an empirical investigation », The American Economic Review, 2001.

8 À la suite d’A. Smith, les économistes classiques théoriciens du marché autorégulateur reconnaissent néanmoins à l’État le rôle de garant du droit et de la propriété comme condition sine qua non du développement de l’économie.

9 On publie ou réédite les travaux d’historiens travaillant depuis longtemps à ces problématiques : M. Ferro éd., Le livre noir du colonialisme, 2002 ; Y. Benot, Les Lumières, l’esclavage, la colonisation, 2005, ou pour la Grande-Bretagne, E. Hobsbawm, L’ère des Empires, 1875-1914, 1999. En atteste aussi la sortie de l’ouvrage collectif dirigé par P.-J. Luizard, Le choc colonial et l’islam, 2006. Cette effervescence est le sujet de la synthèse que propose R. Bertrand, « Les sciences sociales et le “moment colonial” : de la problématique de la domination coloniale à celle de l’hégémonie impériale », Questions de recherche, 2006.

10 D. Acemoglu et al., « The colonial origin… », 2001.

11 S. Berger, Notre première mondialisation, 2003.

12 Voir B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982.

13 Convention adoptée par de nombreux travaux portant sur les périodes à cheval entre l’ère coloniale et la période récente. On écrira malaisien plutôt que malaysien, car le nom officiel du pays en français aujourd’hui est la Malaisie (et non plus la Malaysia).

14 D’après le récit historique de Tomé Pires, apothicaire portugais envoyé à Malacca en 1512 au lendemain de la conquête portugaise : The Suma Oriental of Tomé Pires, A. Cortesão éd., 1944, dans B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 31-32 et p. 44.

15 Ibid., p. 44.

16 Le souverain doit sa légitimité à une ascendance qui remonte aux origines des royaumes malais. Il est au centre de toute activité significative et il est responsable devant Dieu. Il ne doit pas faire honte à un seul de ses sujets, sans quoi Dieu détruira son royaume. Ceux-ci lui doivent loyauté, quoi qu’il fasse (ibid., p. 44-45).

17 D. K. Basset, British Trade and Policy in Indonesia and Malaysia in the late XVIIIth Century, 1971.

18 Cependant, selon D. K. Basset, la vision classique selon laquelle l’extension du Dominion britannique dans l’archipel malais était un bien en soi et l’idée selon laquelle les officiers locaux avaient une vision claire de la situation et des enjeux doivent être remise en cause. Par exemple, les contacts du gouvernement avec les États malais se faisaient uniquement par l’intermédiaire des corsaires et marchands anglais. Ainsi, pour convaincre les autorités britanniques, F. Light exagéra énormément l’intérêt de l’acquisition de l’île de Penang et minimisa les risques de guerres locales entre sultanats, qui pourtant couvaient.

19 P. Haudrère, Les Compagnies des Indes orientales, 2006.

20 Les actionnaires détiennent des parts de navires (1/16, 1/32), parts au prix élevé mais qui peuvent être revendues et donnent lieu à un loyer annuel très intéressant (qui peut être supérieur à 100 %). Enfin ces parts représentent un placement en capital sans responsabilité de gestion, mais c’est un placement risqué et les actionnaires diversifient leur portefeuille en plaçant sur différents navires. Ces propriétaires sont « des aristocrates proches de la Cour, des membres du Parlement, des marchands de la Cité, des directeurs et des employés de la Compagnie. Tous ont en commun des intérêts d’argent, des affinités de sang ou d’alliance matrimoniale » (ibid., p. 112).

21 L’équilibre des pouvoirs entre l’État et le conseil d’administration des directeurs de la Compagnie se modifia progressivement, au fur et à mesure que l’administration coloniale se renforçait dans une logique de domination territoriale (ibid.).

22 F. Light, négociateur de l’acquisition de Penang, devint pour l’histoire le pionnier de l’implantation britannique en Malaisie, mais il ne représentait finalement que les intérêts très particulier de la communauté des marchands anglais. Les sommes exigées en paiement de l’île ne furent versées qu’avec retard et très partiellement. Pour les aristocrates malais, en particulier le sultan du Kedah qui avait noué des liens d’amitié et signé en 1791 un traité favorable aux Anglais, la politique britannique durant la première décennie de l’occupation de Penang, au service d’intérêts diplomatiques européens sur lesquels ils n’avaient aucune prise, apparut comme une douloureuse désillusion. D. K. Basset, British Trade…, 1971.

23 Autour de 1770, Malacca est en déclin et les Hollandais insistent pour que les marchands y soient bien accueillis ; à partir de la fin du XVIIIe siècle le port perd sa prééminence au profit de Singapour.

24 Fondé par S. Raffles en 1819, Singapour apparut très vite comme l’acquisition la plus importante des trois établissements du Détroit. En revanche, la fondation du Hong Kong en 1842 détrônera Singapour du rang de premier port de commerce avec la Chine.

25 Central Office of Information, Évolution de la Malaisie, l’œuvre britannique, 1786-1957, 1957, 41 pages.

26 Les données du Colonial Office montrent qu’elles sont d’abord (à plus de 70 %) à destination de la métropole et des autres pays occidentaux.

27 Dans la Richesse des nations (livre 4), A. Smith critique très longuement et vigoureusement ce « système mercantile » en raison de la recherche de monopole qui en est constitutive. Cette dynamique, qui a conduit par exemple les Hollandais à détruire des cultures de muscade pour créer artificiellement de la rareté, appauvrissant ainsi gravement les populations de Moluques, se situe aux antipodes du système économique libéral qu’il appelle de ses vœux, et dont les conséquences en termes de volumes produits et échangés sont beaucoup plus favorables à la nation. A. Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), 1991, vol. 2, p. 13-280.

28 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 293.

29 Données de la BIRD (1955), citées par J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 69.

30 Chiffres d’Oii Jin Bee, Peninsular Malaysia (1976), et de R. D. Hill, Rice in Malaysia (1977), cités par B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 314.

31 K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, annexe 3.

32 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 287.

33 « Jusqu’ici aucun recensement de la population n’a encore été fait, et bien des années passeront avant que l’on puisse connaître même approximativement, le nombre des habitants du royaume. Les deux tiers du pays sont encore inconnus et dans les villages demi-civilisés, il est impossible d’obtenir des habitants les renseignements indispensables à leur dénombrement ». J. de Morgan, Exploration dans la presqu’île de Malaisie, 1886, p. 14.

34 On évalue à 4 millions le nombre d’immigrants chinois au cours de cette période, dont la moitié s’établirent définitivement. PNUD, Rapport sur le développement humain, 1994, p. 47.

35 En 1911, on comptait encore 5 fois plus d’hommes que de femmes chinoises en Malaisie : le sex-ratio est de 215 femmes pour 1 000 hommes (trois quarts de ces immigrés chinois travaillent dans l’étain). L’équilibre entre les sexes n’est atteint qu’en 1967. C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification in Peninsular Malaysia, 1974, p. 22.

36 Dans ce domaine le drapeau britannique n’est pas précurseur : «The Flag follows the Chinese » selon G. C. Allen et A. G. Donnithorne, car c’est l’extension préalable des activités chinoises, en particulier dans le domaine minier, qui « a permis l’expansion du contrôle britannique sur le territoire malaisien ». Le contrôle de ce secteur minier chinois, dans le cadre de la rivalité avec les autres puissances européennes, en aurait été la principale motivation d’après K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 177.

37 Les séries complètes des volumes d’étain produits, du volume d’emploi total et de l’emploi décomposé selon les modes d’extraction dans les mines de Malaisie se trouvent dans K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, tables 6-1 et 6-2, p. 158-160 et p. 164-167.

38 Elles le sont à 96,2 % en 1911, et resteront dans une proportion supérieure à 80 % jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (ibid., table 6-4).

39 Ibid., table 6-3.

40 On note cependant un maximum historique de 88 000 tonnes en 1946 (ibid., table 6-1).

41 Ibid., tables 6-1 et 6-4.

42 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, soulignent les débuts difficiles et hasardeux de ces cultures, d’autant que l’arbre arrive à maturité très lentement : sept ans sont nécessaires pour pouvoir augmenter la production à travers la mise en culture de nouvelles terres. L’investissement dans l’hévéa s’est d’abord fait pour les pneus de vélo, avant d’être destiné à fournir l’industrie automobile.

43 À la différence des plantations asiatiques, d’origine le plus souvent familiale et sur une base de capitaux privés concentrés, dont les opérations seront limitées financièrement à une petite échelle, la propriété du capital européen est extrêmement dispersée du point de vue des actionnaires, mais l’industrie est très concentrée : dans les années 1950, cinq compagnies britanniques contrôlent 60 % des terres cultivées en plantations par les Européens. J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 28.

44 Lim Chong Yah (1967), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986.

45 Ibid., table 7-1.

46 On nomme ainsi les plantations de plus de 100 acres, mais 92 % des terres possédées par compagnies les étrangères sont des plantations de plus de 1 000 acres (en 1950). Sur 5,5 millions d’acres de terres cultivées en Malaisie, 3,5 millions le sont pour le caoutchouc. J. J. Puthucheary, Ownership and Control, 2004, p. 26.

47 Le kangani system concernait 70 % des immigrés indiens en 1889, puis sa part s’est réduite du fait des lois interdisant l’esclavage imposées par les Anglais à la fin du XIXe siècle ; il ne reste que 6 % de recrutés par ce biais en 1910 (mais cela représente encore environ 5 000 individus).

48 Sandhu (1969), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 192.

49 Parmer (1960), cité par K. S. Jomo, ibid., note p. 201.

50 D’après V. Thompson (1947), ibid., p. 187.

51 Sandhu (1962), ibid., p. 192.

52 J. M. Keynes, Economic Journal, septembre 1938. Entre 1921 et 1938, le caoutchouc est de toutes les matières premières celle qui a marqué les plus grandes variations : sur la période, le cours le plus bas fut égal à 3 % du cours le plus élevé. Annuellement, l’écart moyen fut de 47 % d’après P. T. Bauer : article paru dans Economica, vol. II, n° 44, 1944, p 190-198.

53 Les premiers travailleurs malaisiens à s’organiser et à lutter pour l’amélioration des salaires et les conditions de travail furent en effet ceux des plantations dans les années 1920, en dépit du fait qu’ils étaient immigrés. Le plus grand syndicat de Malaisie, le National Union of Plantation Workers, s’est créé au début des années 1950. Les planteurs s’organisèrent dès le début du siècle en associations, la Rubber Grower’s Association, et la puissante United Planting Association of Malaya (ibid. p. 186).

54 Le cours du caoutchouc, exprimé par sa valeur unitaire à l’exportation en cents/livre, tombe de 34,2 en 1929 à 7,9 en 1933, son minimum absolu au XXe siècle (ibid., table 7-1, p. 181).

55 Il est difficile d’aller ici au-delà de ces généralités, car les différentes séries temporelles disponibles sur la production de caoutchouc ne sont pas renseignées de 1940 (541 000 tonnes, selon A. McFadyean, cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 295) à 1948 (d’après les Economic Surveys de l’Unecafe, 680 000 tonnes). À partir de J. T. Thoburn (1971), K. S. Jomo fournit les données concernant la production des grandes plantations uniquement (Estate output), mais avec une coupure semblable (A Question of Class, 1986, p. 181). Même interruption dans les données du Colonial Office, British Dependencies in the Far East, Londres, 1949.

56 Proportion valable en 1947 comme en 1957 d’après les deux recensements. C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974.

57 G. Myrdal, Asian Drama, 1968, p. 494.

58 Selon les données de 1938 à 1948 du Colonial Office, British Dependencies in the Far East, 1945-1949, Londres, 1949, annexes 2 à 5.

59 La construction d’infrastructures de transport, parmi lesquelles un réseau de chemin de fer (dès les années 1880) et de routes, permettait l’acheminement de l’étain vers la côte et le port Klang en particulier, qui relie l’estuaire de Kuala Lumpur à la mer. L’aménagement des ports a été amélioré pour faciliter l’exportation de ces ressources naturelles : ces évolutions ont stimulé la croissance de l’industrie d’étain et de caoutchouc, qui put répondre à la demande mondiale.

60 J. J. Puthucheary, Ownership and Control (1960), 2004, met en évidence la puissance financière, commerciale, industrielle et technique de ces agences qui concentrent le contrôle de l’économie malaisienne par un système de participations croisées dans les agences de secrétariat, les compagnies de caoutchouc et les sociétés des transport.

61 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962.

62 Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, 1983, p. 44.

63 G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962.

64 K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 199.

65 R. Nurkse, Patterns of Trade and Development, 1959, p. 28.

66 Lim Teck Gee, Origins of a Colonial Economy, 1976.

67 K. Polanyi, La grande transformation (1944), 1983.

68 W. G. Huff, « Monetization and financial development in Southeast Asia before the second wold war », Economic History Review, vol. 56, n° 2, 2003, en particulier tableau 7, p. 324.

69 E. Durkheim, De la division du travail social (1893), 1998.

70 « Every person was in turn a farmer, fisherman, labourer or a collector of produce. » Ooi Jin Bee, Malayan Journal of Tropical Geography (1959), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986.

71 Lim Teck Gee, Origins of a Colonial Economy, 1976, chap. 4, défend la thèse d’une agriculture duale dans le Perak.

72 B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982.

73 R. Santhiram, « Malaysia’s educational development. A study of inter-ethnic relations », Journal of the Institute of Asian Studies, 1996, p. 19.

74 L’auteur préfère alors parler d’économie segmentée. Cité par J. Drabble, An Economic History of Malaysia, 2000, p. 110-111.

75 En 1970, selon le 5e Plan malaisien (1986-1990).

76 Cité par I. Morrison, « Aspects of racial problem in Malaya », Pacific Affairs, 1949.

77 C. Hirschman, Ethnic Stratification…, 1972, p. 48-49.

78 En témoigne la séparation linguistique : alors qu’ils sont très majoritairement nés en Malaisie, seulement 3 % des Chinois de plus de 10 ans connaissaient le malais (et 5 % des Indiens) au moment de l’indépendance. Cette non-assimilation, illustrée aussi par le très faible pourcentage de mariages interethniques alors que le sex-ratio des populations immigrées était très bas (2 à 4 femmes pour 10 hommes au début du siècle), constitue un fait majeur de l’histoire sociale de la Malaisie selon C. Hirschman, ibid., p. 45.

79 Les causes de l’immigration vers la Malaisie ainsi que les terribles conditions de vie des premiers immigrants ont fait l’objet de recherches historiques considérables, entre autres : V. Purcell, The Chinese in Malaya, Londres, Oxford University Press, 1948 ; R. N. Jackson, Immigrant Labour and the Development of Malaya, Kuala Lumpur, Government Press, 1961.

80 Une très bonne histoire de la relation entre les politiques linguistiques et la construction de l’identité nationale peut être trouvée dans A. Puteh, Language and Nation Building. A Study of the Language Medium Policy in Malaysia, 2006.

81 H. Fell, Population Census of the Federation of Malaya (1960), cité par C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 12.

82 B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 228.

83 Ayant rapidement découvert que le pouvoir des sultans, fragilisé par les chefs de district (l’échelon administratif inférieur à l’État), qui perçoivent des taxes et maintiennent une petite armée, était plus faible qu’ils ne le croyaient, les Anglais leur ont confié le monopole de la collecte de l’impôt. Sous la colonisation, les sultans se sont vu attribuer des pensions élevées et ont joui alors d’une prospérité jamais atteinte dans le passé. C. Hirschman, Ethnic Stratification…, 1972, p. 54-55, montre que l’ordre social s’en est trouvé rigidifié : alors qu’une hiérarchie symbolique très forte coexistait avec une réelle mobilité économique et géographique avant la colonisation, celle-ci a figé la structure sociale opposant les paysans malais à la noblesse.

84 T. H. Silcock, dans T. H. Silcock et E. K. Fisk, The Political Economy of Independent Malaysia, 1963.

85 Dix ans plus tard, on répertoriait seulement deux centres urbains de plus, mais l’ordre des villes, du point de vue de la taille, n’en était pas changé. S. Narayanan, « Patterns and implications of urban change in Peninsular Malaysia », Malaysian Economic Review, 1975, p. 55-69.

86 En 1931, l’aire urbaine était défi nie en Malaisie comme un ensemble d’habitations comprenant au moins 1 000 personnes. En 1970 les centres urbains furent redéfinis pour inclure seulement les zones peuplées de 10 000 habitants ou plus. C’est la dernière définition qui est retenue pour l’ensemble des chiffres fournis ici, afin de les rendre homogènes.

87 Sur les réactions des Britanniques, officiels ou planteurs au cours de cette période troublée, voir aussi le chapitre 3 : « The years of living dangerously, instability and insecurity in the post-colonial state », de l’ouvrage de N. J. White, British Business in Post Colonial Malaysia, 1957-1970, 2004.

88 Dans le contexte asiatique de la révolution chinoise, puis de la guerre froide, les Britanniques ont choisi la manière forte pour protéger la première source de devises de l’Empire qu’était alors devenue à l’époque la Malaya.

89 Ce phénomène de ségrégation ville/campagne entre communautés sera nourri à partir des années 1970 par la multiplication des programmes de développement ruraux en faveur des Malais. G. W. Jones, « Urbanization trends in Southeast Asia : some issues for policy », Journal of Southeast Asian Studies, 1988.

90 En termes d’incidence, plus de la moitié des ménages ruraux sont pauvres (58,7 %), tandis qu’en ville, la pauvreté touche « seulement » un cinquième des ménages (21 %).

91 Pour plus de détails sur le développement du système éducatif malaisien et les différences entre communautés ethniques, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse : E. Lafaye de Micheaux, Éducation et croissance en Malaisie, étude d’un lien fragile, 2000.

92 B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 222.

93 D’après l’Annual Report on the F. M. S. for 1920, p. 13, cité par W. R. Roff, The Origins of Malay Nationalism, 1967, p. 127.

94 A. Aziz et al., University Education and Employment in Malaysia, 1986, p. 75.

95 F. A. Swettenham, Report on Perak, 1890, cité par H. Barlow, Swettenham, 1995.

96 H. Barlow, Swettenham, 1995. De fait, un rapport de 1904 notait que sur 2 900 garçons quittant les écoles vernaculaires de l’État du Perak dans les années précédentes, un seul avait trouvé un poste d’employé de bureau (rapport cité par K. Orr, « The benefit of schooling in a Malay Kampong », Malaysian Journal of Education, vol. 9, 1972).

97 Du point de vue notamment de la langue d’enseignement, A. Puteh qualifie la politique éducative sur la période 1800-1945 de « politique de polarisation » (Language and Nation Building, 2006, p. 63-75).

98 Dans ces écoles de langue anglaise, les Malais ne représentent qu’une minorité : 9 % au début du siècle, 15 % en 1936.

99 Cela rejoint l’analyse générale de C. Hirschman sur la stratification sociale en Malaisie : par plusieurs vecteurs (attribution du pouvoir, collecte de l’impôt, accès à la fonction publique, éducation), l’administration coloniale a rigidifié la distinction jusque-là d’abord symbolique entre l’aristocratie et la paysannerie malaise (Ethnic Stratification…, 1972, p. 18-58).

100 L’éducation était financée à travers des aides annuelles votées par le Parlement et adressées aux écoles missionnaires. H. Barlow, Swettenham, 1995.

101 Ce n’est qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que le gouvernement, en prévision de l’indépendance, se penche sur le contenu des programmes des écoles tamoules et les oriente un peu vers des sujets relatifs à la Malaisie.

102 D. Rabindra, « A general survey on education amongst the Malaysian Indian plantation community », Malaysia in History, 1981.

103 Voir P. Loh dont le travail de recherche sur le sujet a fait date : Seeds of Separatism : Educational policy in Malaya, 1874-1940, 1975, p. 101.

104 D. Rabindra, « A general survey… », 1981.

105 En ville, 30 % des élèves des écoles privées anglaises sont indiens, pour les données dont nous disposons, de 1919 à 1936. B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 229.

106 L’une des issues (bien étroite) restait de devenir professeur de tamoul dans les écoles des plantations selon D. Rabindra, « A general survey… », 1981.

107 Auparavant les filles pouvaient être envoyées à l’école avec leurs frères, car les premières écoles n’étaient pas exclusivement réservées aux garçons.

108 J. Tan Siew Ai, « The education of Malay girls : a brief history », Malaysia in History, 1981.

109 C. Hirschman, « Education in colonial Malaysia », Comparative Education Review, 1972.

110 R. Santhiram, « Malaysia’s educational development. A study of inter-ethnic relations », Journal of the Institute of Asian Studies, 1996, p. 22.

111 G. Myrdal, Asian Drama, 1968, p. 494.

112 C’est la thèse de C. Hirschman sur la stratification ethnique envisagée comme le résultat de mécanismes sociaux généraux qui se reproduisent dans le temps et qu’il identifie essentiellement au niveau du lieu de résidence d’une part, et à la structure des emplois associée au mécanisme classique de reproduction sociale (tel père, tel fils) de l’autre. Cette thèse se distingue des explications culturalistes (les Malais sont plus pauvres parce qu’ils refusent/sont incapables de travailler comme salariés des plantations ou des mines, ils préfèrent leur mode de vie traditionnel) qui ont longtemps dominé l’analyse du sujet.

113 En effet, le gouvernement britannique savait que les Malais étaient loin d’envisager que la terre puisse être une marchandise échangeable et que cette ignorance pouvait être exploitée à leurs dépens. Aussi le Land Code du Selangor (1891) affirma-t-il le droit de posséder la terre après dix ans successifs d’occupation. Mais une clause réservait ce droit aux musulmans (c’est-à-dire aux Malais). De même, après les abus des grandes compagnies de plantation, de nouvelles législations mettent en place un système de réservation pour les Malais à partir de 1913. En dehors de ce cas, en Malaisie le sol relevait de la loi britannique qui concède un bail de 99 ans, donnant lieu au paiement d’une rente. Voir Lim Teck Gee, Origins of a Colonial Economy, 1976.

114 L’inégalité de la distribution des richesses entre les villes et les campagnes au détriment de ces dernières est un fait ancien et universel. Aujourd’hui encore, l’incidence de la pauvreté est plus élevée dans les zones rurales que dans les villes, quel que soit le pays étudié (Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, 1999-2000).

115 Ce sont deux des trois Straits Settlements, Penang et Malacca, ainsi que les neuf sultanats malais de Johor, Kedah, Kelantan, Negeri Sembilan, Pahang, Perak, Perlis, Selangor et Terengganu.

116 Recensement de 1957. Données citées par C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 9.

117 R. S. Milne, « Singapore’s exit from Malaysia. The consequences of ambiguity », Asian Survey, 1966.

118 La conférence de Bandung, organisée par le président Soekarno, s’est tenue dans cette ville indonésienne, du 18 au 24 avril 1955. L’initiative en revenait à l’Indonésie, l’Inde, le Sri Lanka et la conférence fut rejointe par des délégués de pays africains nouvellement indépendants : y fut affirmée la volonté de promouvoir une coopération entre les pays concernant les domaines économique, culturel et politique. Les dix principes de Bandung retinrent la Déclaration des droits de l’homme des Nations unies, et s’engagèrent à garantir la paix, la souveraineté des États membres, leur intégrité territoriale, et à ne pas intervenir dans les affaires intérieures. Point de départ du mouvement des non-alignés, la conférence fut suivie par le sommet de Belgrade en 1961, auquel la Malaisie indépendante participa dans le cadre d’un mouvement fortement amplifié.

119 À partir des recensements successifs, C. Hirschman montre qu’au moment de l’indépendance les trois quarts des Chinois résidents sont nés en Malaisie, c’est aussi le cas pour deux tiers des Indiens (Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 10).

120 H. Crouch, Government and Society in Malaysia, 1996.

121 Ce qui confère son originalité au système politique malaisien selon L. Metzger, Les sultanats de Malaisie, un régime monarchique au XXe siècle, 1994.

122 Singapour, qui se sépare de la Malaisie en 1965, fera un choix opposé en conservant les deux langues, anglais et malais, comme langues officielles. De plus, dès son indépendance, le gouvernement de Lee Kuan Yew s’empresse d’abandonner les droits spéciaux en faveur des Malais (très minoritaires à Singapour : environ 10 % de la population) et définit la société singapourienne comme une société multiraciale, c’est-à-dire où les groupes ethniques, identifiés comme distincts, sont néanmoins égaux en droits. J. Tan, « Joint Government-Malay community efforts to improve Malay educational achievement in Singapore », Comparative Education, 1995.

123 Si, à ce niveau très général, la politique éducative faisait consensus, en revanche, le contenu concret de la nation et de sa construction, la question de la langue d’enseignement et de la culture véhiculée étaient l’objet d’intenses débats entre Malais et non-Malais (pour les Malais, l’éducation devait permettre à leurs enfants de concurrencer enfin les Chinois dans la compétition sociale), mais aussi au sein des Malais (les plus traditionalistes attendaient de l’école qu’elle enseigne l’islam, la piété, la fierté d’être malais, etc.). M. Nash, « Ethnicity, centrality and education in Pasir Mas », Kelantan, W. R. Roff dir., 1974.

124 Comme prévu, un projet de loi sur le malais comme seule langue nationale passe dix ans après la promulgation de la Constitution : le National Language Bill est adopté le 3 mars 1967. B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 277-278.

125 J. Faaland, J. R. Parkinson et R. Saniman, Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990, p. 26-29.

126 Stratégie définie en particulier dans le cadre des débuts de la planification en Malaisie.

127 L’étain et le caoutchouc représentaient à eux seuls 85 % des exportations malaisiennes en 1957. Si on leur ajoute l’huile de palme, le bois et le pétrole brut, cela représente 97 % des exportations de marchandises (EPU, Fourth Malaysia Plan, 1981).

128 La Malaisie comptait 200 000 travailleurs dans le secteur secondaire sur 2,12 millions d’actifs selon le recensement de 1957. E. L. Wheelwright, Industrialization in Malaya, 1963.

129 BIRD/IBRD, The Economic Development of Malaya, 1955.

130 Suite aux recommandations du fameux rapport de la BIRD.

131 L’effet réel de l’utilisation par le gouvernement des tarifs douaniers comme incitation à la production locale de biens manufacturés constitue un enjeu de débat parmi les économistes malaisiens. Voir K. S. Jomo et C. Edwards, « Malaysian industrialisation in historical perspective », dans K. S. Jomo éd., Industrializing Malaysia, 1993, p. 19. Voir aussi R. Alavi, Industrialization in Malaysia. Import Substitution and Infant Industry Performance, 1996.

132 Sur les données à prix courants, on constate que la croissance du PIB est sinueuse, négative de 1960 à 1961, puis positive et de plus en plus rapide par paliers. World Bank, World Development Indicators, 1998.

133 G. Capanelli, « Technology transfer via buyer-supplier relations from Japanese consumer electronic firms », dans K. S. Jomo, G. Felker et R. Rasiah éd., Industrial Technology Development in Malaysia, 1999.

134 Les deux tiers du chiffre d’affaires de ce secteur provenaient de moins de 5 % des entreprises. Pour une revue des travaux sur ce point, K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 232-233.

135 C. Hirschman, « Ownership and control in the manufacturing sector of West Malaysia », UMBC Economic Review, 1971.

136 O. Rani (1982), cité par K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 226.

137 M. N. Ismail, Transnational Corporations and Economic Development, 1995.

138 S. Narayanan et R. Rasiah, « Malaysian electronics : the changing prospects for employment and restructuring », Development and Change, 1992, p. 76. Le seuil de pauvreté auquel il est fait référence dans la plupart des textes sur la Malaisie renvoie à une définition approximative fournie par le gouvernement malaisien à l’appui des statistiques officielles : « qui couvre les besoins minimum en nourriture et les besoins minimum du point de vue des vêtements, du logement, de la consommation de biens durables, et de transport pour maintenir un niveau de vie décent », sans indication de mesure (K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 277).

139 J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 146.

140 D. R. Snodgrass, Inequality and Economic Development, 1980, p. 81.

141 Du point de vue d’une grande partie de sa population, car en 1970, la pauvreté frappe 49 % de la population, mais non de manière absolue : en regard d’autres pays en voie de développement, la Malaisie n’a jamais été « pauvre » du fait de sa riche dotation en ressources naturelles et de sa position géographique stratégique.

142 Aucun chiffre officiel n’est donné sur cet épisode éminemment douloureux de l’histoire nationale qui dura plusieurs jours. On doit admettre que le nombre de morts s’établit entre 700 – information officielle donnée le premier jour des événements (13 mai 1969) avant que la censure ne décide d’interrompre la diffusion nationale et internationale d’informations sur le conflit – et 5 000, chiffre retenu aujourd’hui par la communauté sino-malaisienne.

143 L. Comber, 13 May 1969, a Historical Survey of Sino-Malay Relations, 1983.

Notes de fin

I Un certain nombre de difficultés en découlent, car si la séparation entre le domaine religieux et le domaine séculier est claire pour les Occidentaux au XIXe siècle, elle ne peut pas exister pour les sultans musulmans de la Malaisie. B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 173.

II Entré comme élève officier des Straits Settlements Civil Service en 1870, F. A. Swettenham fut fonctionnaire dans les États malais à plusieurs titres jusqu’à être désigné résident du Selangor en 1882, puis acting resident dans le Perak de 1884 à 1886, avant d’y être nommé résident (à la suite de Sir Hugh Low) de 1889 à 1895. Swettenham fut ensuite le premier résident général des États fédérés de Malaisie (FMS) à partir de 1896. Il atteint le sommet de sa carrière en tant que gouverneur des établissements du Détroit de 1900 à sa retraite en 1904. H. Barlow, Swettenham, 1995.

III B. W. Andaya et L. Y. Andaya, A History of Malaysia, 1982, p. 206.

IV À l’indépendance, le pays se dotera d’un système politique de synthèse emprunté à la Grande-Bretagne : une monarchie constitutionnelle, dont le rôle exécutif clef est détenu par le Premier ministre, les sultans exerçant le rôle de roi (Yang di Pertuan Agong) à tour de rôle pendant cinq ans.

V D. Lombard, 1990 ; C. Hirschman, 1987 ; J. Nagata, 1977.

VI Voir la « Liste des classifications de la population pour le recensement des Straits Settlements, 1901 », en annexe (Hirschman, 1987).

VII D. Lombard, Le Carrefour Javanais, 1990.

VIII Ne pouvant accéder à la propriété (ni aux postes administratifs), ces groupes moins liés au sol que les Malais de souche ont constitué une petite bourgeoisie d’affaire à l’époque coloniale, dont on trouve encore des traces à Penang. Voir J. Nagata, « Ethnic Differenciation Within a Muslim Mercantile Community in Malaysia », 1977.

IX J. Nagata, « What is a Malay ? Situational election of ethnic identity in a plural and partial modernisation », American Ethnologist, 1974.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Le découpage administratif de la péninsule malaise et de Bornéo à l’époque britannique
Légende Source : R. De Koninck, L’Asie du Sud-Est, 2005, p. 60.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Tableau 1. Composition de la population des Straits Settlements en 1871
Légende Source : Oii Jin Bee, Peninsular Malaysia (1976), cité par Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, 1983, p. 25.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 2. Importations et exportations des Straits Settlements, 1910-1930 (en millions de £)
Légende Source : Report of the Custom Duties Committee (1932), cité par R. Emerson, Malaysia…, 1964, p. 360.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique 1. L’essor des exportations, 1875-1919
Légende Source : J. Drabble, An Economic History of Malaysia, 2000, p. 39.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 3. Commerce de marchandises, 1951-1953 (en millions de dollars malaisiens)
Légende Source : BIRD, The Economic Development of Malaya (1955), cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 294.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 4. Étain : production issue de mines exploitées par des Chinois (pourcentage de la production totale), 1910-1953
Légende Source : L. Fermor, Report on the Mining Industry of Malaysia (1940), cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 297.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 5. Étain : évolution de la production de Malaisie, 1851-1954 (en millier de tonnes, moyennes annuelles)
Légende Source : International Tin Study Group, Statistical Year Book (1954), cité par G. C. Allen et A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 297
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 6. Variation des taux de salaire dans les plantations, 1922-1937
Légende Source : K. G. Tregonning (1967), cité par Hua Wu Yin, Class and Communalism in Malaysia, p. 45.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 7. Valeur des principales exportations de Malaisie, 1905-1953 (en million de Straits dollars)
Légende a À différents stades de transformation : caoutchouc brut, gutta, jelutong, latex.b Métal extrait par fusion.c Conditionnés, ainsi que jus d’ananas en boîte à partir de 1926.d Différents dérivés : copra, huile, noix de coco fraîches…e Incluant l’huile de palme et l’huile de graines de palme.f Données au départ des Straits Settlements (uniquement) jusqu’en 1925 compris. Réexportations comprises.Source : Statistiques du commerce international de Malaisie, différentes années, citées par G. C. Allen and A. G. Donnithorne, Western Enterprise…, 1962, p. 293.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 8. Répartition des emplois par secteurs, 1957
Légende a Inclut eau, électricité.Source : K. S. Jomo, A Question of Class, 1986, p. 294.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Tableau 9. Composition par catégories ethniques en 1949
Légende a La population totale comprend la petite catégorie « Autres », très hétérogène.Source : Colonial Office, 1949.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 10. Composition ethnique de la population, Malaisie péninsulaire, 1911-1967
Légende Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 9.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 11. Évolution de la population urbaine malaisienne, 1921-1970
Légende Source : S. Narayanan, « Patterns and implications of urban change… », 1975.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 12. Population urbaine, part dans chaque communauté
Légende Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974, p. 13.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphiques 2a et 2b. Évolution de la scolarisation des garçons et des filles, par catégories ethniques, 1905-1945
Légende Source : C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau 13. Niveau moyen d’années d’études en 1957
Légende Source : Calculs de l’auteur, d’après C. Hirschman, Ethnic and Social Stratification…, 1974.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 3. Hausse des effectifs scolarisés entre 1938 et 1957
Légende Source : Ministère de l’Éducation, cité par A. Aziz et al., University Education…, 1986.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 14. Revenu par catégories ethniques, 1957
Légende a Exprimé en ringgits (taux de change : 1 dollar US = 3 RM).b La catégorie « Autres », regroupant des populations trop hétérogènes du point de vue des revenus (ouvriers agricoles cingalais vs planteurs anglais ou hollandais), a été ici supprimée.Source : J. Faaland, J. R. Parkinson et R. Saniman, Growth and Ethnic Inequality. Malaysia’s New Economic Policy, 1990, p. 147.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte 2. La Malaisie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique 4. PIB et PIB par habitant, Malaisie, 1960-1970
Légende Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 15. Part de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière dans le PIB, 1960-1970a
Légende a K. S. Jomo et C. Edwards, « Malaysian industrialization… », 1993, se référant aux données (un peu différentes) du ministère malaisien des Finances, indiquent que le secteur manufacturier comptait pour 9 % du PIB en 1960, une proportion qui a atteint 13 % en 1970.Source : World Bank, World Development Indicators, 2006.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 16. Distribution du revenu moyen au sein de la population malaisienne, 1957-1970
Légende a Exprimé en ringgit (taux de change : 1 dollar US = 3 RM).b La catégorie « Autres » regroupant des populations trop hétérogènes du point de vue des revenus (travailleurs cingalais et planteurs anglais ou hollandais) a été supprimée. Elle représente moins de 2 % de la population.Source : J. Faaland et al., Growth and Ethnic Inequality, 1990, p. 147.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4914/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540