Version classiqueVersion mobile

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Introduction

Un Tigre dans la mondialisation

À Lucie, à Héloïse, à Philippe

Texte intégral

La Malaisie au sein de l’Asie émergente : une trajectoire singulière

1La Malaisie est un petit pays prospère au cœur de l’Asie du Sud-Est : située entre la péninsule indochinoise continentale et l’archipel indonésien, elle se trouve au carrefour des échanges avec l’Inde et la Chine depuis deux millénaires. Elle fut en contact avec le monde musulman pendant plusieurs siècles avant de devenir par sa position géographique un enjeu stratégique dans le commerce colonial au XVIe puis aux XVIIIe et XIXe siècles. Ancienne colonie britannique, la Fédération de Malaisie acquit son indépendance en 1957, et prit sa forme dédoublée en 1963 – péninsule malaise à laquelle s’ajoutent deux États de Bornéo, Sabah et Sarawak –, avant que n’en soit détaché Singapour en 1965. Elle est membre de l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) depuis la création de cette association de coopération régionale en 1967.

  • 1 La densité malaisienne s’élève à 77 habitants au km ², contrastant avec les densités de 118 en Ind (...)
  • 2 PNUD, Données démographiques : Malaisie, 2009 (www.unpd.org).

2À bien des égards, l’image du patchwork donne une assez bonne idée de la Malaisie moderne : elle se compose de treize États et des deux territoires fédéraux, Kuala Lumpur et Labuan. Occupant 330 000 km 2 divisés en deux entités distinctes, elle est toutefois moins densément peuplée que l’ensemble de la région1. Sa population de 27 millions d’habitants est multiethnique : Malais (62 %), Chinois (24 %) et Indiens (7 %)2 vivent ensemble depuis plus d’un siècle. Elle est aussi multiculturelle, multilingue, et marquée par le pluralisme religieux. Sa démographie est plutôt jeune : plus de 60 % de la population est en âge d’être active, tandis qu’un tiers a moins de 15 ans. Dans ce pays à haut niveau de développement humain, les Malaisiens bénéficient d’une longue espérance de vie à la naissance (73 ans), connaissent peu d’analphabétisme (moins de 8 %), et présentent une mortalité infantile faible (6,6 ‰). Mais tel n’était pas le cas il y a quarante ans : la Malaisie compte parmi les pays d’Asie du Sud-Est à croissance rapide qu’un rattrapage économique dans les dernières décennies du XXe siècle a rapprochés des pays industrialisés. Son dynamisme économique en fait un cas d’école en matière de développement contemporain, avec l’ensemble des pays d’Asie émergents.

3Dans les années 1950, à l’instar des grandes institutions internationales, de nombreux économistes du développement doutaient de la capacité des nations asiatiques à se moderniser, en particulier pour des raisons institutionnelles et culturelles. Mais certaines d’entre elles ont entamé leur développement : Taïwan, la Corée du Sud et Hong Kong, suivis dix ans plus tard par Singapour, sont devenus les « quatre Dragons ». La Banque mondiale parlera plus tard de « miracle asiatique ». Dans l’histoire économique, les taux de croissance très élevés, observés en Asie sur plusieurs décennies, étaient sans précédent : cette réalité s’est traduite par la notion de nouveaux pays industrialisés (NPI). Ce terme aux définitions plus ou moins extensives selon les critères retenus implique au minimum un revenu par tête élevé, un haut degré d’industrialisation, une croissance rapide de la production manufacturée et une forte composante industrielle des exportations.

ENCART 1 LA MALAISIE : DONNÉES GÉOGRAPHIQUES
Établie de part et d’autre de la mer de Chine méridionale, la Malaisie (330 000 km²) se caractérise par un climat tropical humide. La Fédération de Malaisie est une entité bipolaire, composée des onze états de la péninsule malaise et, à près de 600 kilomètres de distance, des États de Sabah et Sarawak de la partie septentrionale de Bornéo. Cette dernière portion de territoire couvre environ deux tiers de la superficie du pays, mais elle est beaucoup moins densément peuplée, puisque 80 % de la population malaisienne réside dans la péninsule. Longtemps restée à l’écart de la colonisation britannique, c’est aussi la moins industrialisée. Mais les contrastes sociodémographiques se retrouvent également sur la partie péninsulaire puisque la côte occidentale sur laquelle s’était concentrée l’activité commerciale, puis agro-exportatrice et minière à l’époque coloniale, est aujourd’hui trois fois plus peuplée, nettement plus urbanisée et plus développée que le versant oriental (les États de Kelantan, Terengganu et Pahang). Ces deux façades maritimes sont séparées par une longue chaîne de montagnes, couvertes de forêt et difficiles d’accès.
Source : R. De Koninck, L’Asie du Sud-Est, 2005 ; Malaysia. La dualité territoriale, 2007.

  • 3 Ainsi, F. Lemoine emploie-t-elle ce terme pour désigner cette vague de pays s’insérant après les N (...)
  • 4 On ne saurait en aucun cas surestimer la réalité de ce développement, en particulier en Birmanie. (...)

4À partir des années 1970, la Malaisie s’est engagée dans le sillage des NPI, en même temps que la Thaïlande, les Philippines et l’Indonésie. On a popularisé cette deuxième vague de développement en parlant de l’essor des Tigres asiatiques. Médiatique, ce terme imagé et suggestif a été repris par la suite dans la littérature économique, comme dans les revues asiatiques de sciences politiques, et tout particulièrement pour le cas malaisien3. C’est dans les années 1990 que le Tigre Malaisie est apparu dans toute sa vigueur au sein du développement régional. Depuis le début des années 2000, aux yeux des organisations financières internationales le processus de décollage gagnerait toute la région, avec l’ouverture aux échanges économiques du Vietnam, du Laos, du Cambodge, de la Birmanie4, tandis que se prolonge l’extraordinaire croissance chinoise entamée dans les années 1980.

  • 5 Selon le classement de la Banque mondiale, de même que les autres catégories de pays notées en ita (...)
  • 6 L’Inde, avec ses 950 dollars par habitant en 2007, entre tout juste dans cette catégorie des pays (...)

5Cette description de séquences successives de développement ne doit pas faire perdre de vue que les écarts de revenu restent considérables : entre les pays de la première vague (les NPI) et ceux de la seconde (dont la Malaisie), d’une part ; entre ceux-ci et les derniers pays engagés dans le processus de croissance rapide en Asie, d’autre part. Les premiers ont atteint le stade de pays développés tandis que les suivants restent des pays en développement relativement hétérogènes. Ainsi la Malaisie entre-t-elle dans la classe des pays à revenu intermédiaire-supérieur avec 6 540 dollars par habitant en 20075. Son revenu par habitant vaut le tiers de celui de la Corée du Sud ou de Taïwan ou encore le cinquième de ceux de Singapour et Hong Kong. De ce point de vue, elle n’appartient clairement pas à ce premier groupe de pays développés. Mais c’est de loin le pays le plus avancé de la région (hors Singapour) : le revenu par tête thaïlandais (3 400 dollars) ne pèse que 52 % de ce niveau de vie malaisien, et ceux d’Indonésie (1 650 dollars) et des Philippines (1 620 dollars) s’établissent au quart. Ces trois économies, généralement traitées de pair avec la Malaisie dans les comparaisons internationales, sont classées dans les pays à revenu intermédiaire-inférieur comme la Chine, qui pourtant se tient très en arrière en matière de revenu par habitant (au tiers du revenu moyen malaisien avec 2 360 dollars)6. Quant aux derniers arrivants asiatiques dans le commerce mondial, ils demeurent très pauvres avec 540 dollars par habitant au Cambodge et 790 dollars par habitant au Vietnam en 2007, classés parmi les pays à faible revenu (au-dessous du seuil de PIB par habitant de 935 dollars). Au sein de l’Asie, la Malaisie se tient donc dans une position singulière : à mi-chemin sur l’échelle des revenus, entre les nouveaux pays industrialisés d’Asie orientale et Singapour qui la distancent très nettement, et les autres pays de l’ASEAN qu’elle domine largement.

  • 7 Ainsi, le Boston Consulting Goup, Standard & Poor’s, le FMI, etc. L’histoire de ce nouveau statut (...)
  • 8 J. Coussy, « Un essai de typologie », ibid., p. 69.
  • 9 Elle ne figure pas, par exemple, parmi les études de cas du volume dirigé par C. Jaffrelot (2008) (...)
  • 10 Selon la Banque mondiale, 10 580 000 habitants en 1970.
  • 11 Voir aussi A. Piveteau et E. Rougier, « Émergence, l’économie du développement interpellée », Revu (...)

6Si l’on reprend la catégorie récente de pays émergents, la Malaisie semble devoir en faire partie, comme elle faisait partie des marchés financiers émergents des années 1990 : ces merging markets d’Asie, d’Amérique latine ou des pays d’Europe centrale et orientale en transition et la Russie présentant des potentialités d’investissement très rémunérateurs avaient été qualifiés ainsi par les organismes financiers spécialisés7. Quotés (très) favorablement par les agences de notation, ils ont alors bénéficié d’afflux de capitaux considérables durant la phase d’essor du capitalisme financiarisé, au moins jusqu’à ce que la crise financière ne les frappe en dominos à partir de l’été 1997. Mais il semblerait aujourd’hui que l’on restreigne l’emploi du terme émergent pour désigner plus particulièrement les pays dont l’arrivée tardive, mais très rapide dans la dynamique de développement, met en question, voire menace, la situation économique des pays développés8. Dans cette optique, si la trajectoire malaisienne est riche d’enseignement, il s’agit néanmoins d’un petit pays qui ne bouleverse pas la donne internationale9, à la différence de la Chine, de l’Inde ou du Brésil contemporains. On peut préciser qu’au moment de son décollage dans la décennie 1970, la Malaisie ne comptait que10 millions d’habitants 10 avec une population active comprise entre 3 et 4 millions. Par sa taille moyenne aujourd’hui encore, les enjeux de son industrialisation, et plus généralement de son développement, se posent très différemment de ceux de la Chine – ou à l’inverse, des Cités-États comme Singapour ou Hong Kong. Cependant les approches nouvelles suscitées par le phénomène d’émergence en économie internationale posent la question des liens entre affirmation politique nationale et trajectoire économique11, question qui, dans le cas de la Malaisie, revêt une force particulière.

  • 12 L’indicateur de développement humain (IDH) est un indice composite additionnant des éléments relat (...)
  • 13 Ligne de pauvreté absolue (PLI) mesurée depuis 1977 selon une méthodologie cohérente, légèrement r (...)
  • 14 PNUD, Malaysia. Measuring and Monitoring Poverty and Inequality, 2008.
  • 15 Alors que l’Asie fut longtemps une région caractérisée par de faibles niveaux d’inégalités comparé (...)

7Par son niveau de vie et le dynamisme de son économie, la Malaisie émergente se situe nettement en tête des Tigres de l’ASEAN. Mais ce n’est pas non plus le seul aspect par lequel elle se singularise : au milieu des années 1990, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) citait la Malaisie comme exemple d’intégration nationale réussie et mettait en évidence l’amélioration du développement humain dans ce pays au cours des trente dernières années. La Malaisie s’est trouvée au premier rang mondial en termes de progrès du développement humain entre 1960 et 199212. Elle a d’ailleurs accédé depuis au rang de pays à haut développement humain (0,83 en 2008). Aujourd’hui, le PNUD considère que le pays est « l’illustration parfaite » des thèses selon lesquelles la croissance économique peut – à certaines conditions – être porteuse d’une réduction de la pauvreté : la faible prévalence de la pauvreté en Malaisie, où moins de 5 % de la population actuelle est sous le seuil de pauvreté13, est d’autant plus remarquable qu’en 1970 la moitié de la population était comptée comme pauvre. La pauvreté référée au standard international de 1 dollar US par jour est quasi éradiquée : elle ne concerne qu’une infime proportion de personnes en Malaisie (0,4 % en 2004)14. Le PNUD reconnaît dans cette évolution l’effet de politiques originales et volontaristes de redistribution, combinées à une politique de développement agricole. Enfin, la Malaisie se distingue aussi dans la région par sa dynamique de diminution des inégalités de revenus depuis quinze ans, là où la plupart des pays émergents de la zone voient, parallèlement à l’essor économique, se déployer une plus grande inégalité sociale au cours des années 1990-2000 (au sein de l’ASEAN seule la Thaïlande fait mieux)15. Cette diminution s’explique par le fait qu’en Malaisie, si « les riches deviennent plus riches » (+ 120 dollars en moyenne sur la période pour le dernier quintile, l’une des progressions les plus fortes de l’Asie en développement), l’amélioration des conditions des plus pauvres est encore plus rapide (bien qu’évidemment moins importante en valeur absolue : + 20 dollars sur la période pour le premier quintile, record régional). La Malaisie est néanmoins caractérisée par un éclatement géographique qui en fait une entité nationale complexe, inégalement développée d’un point de vue spatial.

8Dans une région placée sous le signe de la stratégie de promotion des exportations, le pays fait preuve d’une ouverture à l’extérieur non moins remarquable. Celle-ci est ancienne, due à sa position sur le détroit de Malacca, objet des conquêtes coloniales européennes (portugaise, hollandaise, anglaise) à partir du XVIe siècle. Avec Penang, puis Singapour, Malacca fit ensuite partie des établissements du Détroit d’administration britannique au XIXe. Plusieurs flux ont structuré durablement l’économie et la démographie de Malaisie depuis : flux de marchandises tout d’abord, dans la continuité des anciens échanges, flux de capitaux étrangers destinés à financer la mise en valeur du territoire, flux de main-d’œuvre immigrée, en partie servile, de Chine et surtout d’Inde pour réaliser le surcroît de travail imposé par cette mise en valeur. Bien qu’incomplète et inachevée, la colonisation a ainsi entraîné la Malaisie dans une première mondialisation à l’aube du XXe siècle, générant un mouvement d’ouverture inédit de l’économie locale. L’approfondissement récent de cette insertion dans la mondialisation va déterminer une grande partie des changements politiques, économiques et sociaux contemporains.

9D’autre part, le capitalisme malaisien se caractérise par l’intervention massive dans l’économie d’un État fort. Le gouvernement a d’ailleurs contribué à forger l’idée d’un « modèle malaisien », modèle à suivre qu’il a toujours été prêt à défendre : d’abord en tant que Tigre asiatique (au début des années 1990), en tant qu’avant-garde technologique (avec le Multimedia Supercorridor lancé en 1996), en tant que pays de la discrimination positive (aidant l’Afrique du Sud dans l’après-apartheid à définir ses nouvelles institutions), puis comme opposant au Fonds monétaire international (FMI) et à la spéculation internationale lors de la crise asiatique (1998), et en 2010 comme idéal d’alliance entre islam et modernité au sein du D8 (Developing Eight), groupe de huit pays musulmans en développement, parmi lesquels la Malaisie détient aussi le record du niveau de vie par habitant le plus élevé. Une certaine forme de nationalisme, affichée en réponse à la situation de dépendance économique face à la demande extérieure, illustre par ailleurs le poids de l’État et de sa rhétorique dans les orientations prises par le développement du pays.

Expliquer et qualifier le développement malaisien : une monographie institutionnaliste

10À partir du constat de cette singulière trajectoire de croissance, au sein d’un développement régional historiquement hors du commun, deux questions majeures émergent, qui vont faire l’objet du présent ouvrage. Comment, à un moment donné de son histoire, un pays rural, traditionnel et relativement pauvre a-t-il pu enclencher la dynamique de la croissance qui aboutit à en faire aujourd’hui un cas exemplaire de développement ? Et comment la dimension de souveraineté nationale d’un État interventionniste se conciliet-elle avec l’insertion très profonde de l’économie dans la mondialisation ?

  • 16 C’est le cas des modèles de croissance, notamment de croissance endogène, fondés sur l’éducation. (...)

11Si l’on cherche à analyser le modèle de développement malaisien, les comparaisons établies par les grands modèles explicatifs existant pour l’Asie soulèvent d’emblée des questions méthodologiques. En effet, plusieurs grands modèles sont en concurrence pour l’explication de la dynamique régionale : de la théorie rostowienne des étapes de la croissance prolongée par la description séquentielle du vol d’oies sauvages, en passant par la thèse du « miracle asiatique » – combinant décomposition néoclassique et théorie des avantages comparatifs – à laquelle s’opposent les tenants de l’État asiatique développeur au sein de l’économie politique internationale, ou encore l’analyse néo-institutionnaliste : les cadres possibles pour penser le développement des pays émergents d’Asie sont nombreux et ont fait, ou font encore, débat. Du point de vue de la dynamique macroéconomique, la trajectoire malaisienne n’est a priori pas très compliquée à décrire. Mais l’exercice consistant à appliquer un modèle pour comprendre le développement économique de la Malaisie peut, dans le meilleur des cas, prouver la pertinence de l’outil : en tout état de cause, il n’épuise pas la description16.

  • 17 G. Myrdal, L’économie institutionnaliste (1977), 2008, p. 71-85.
  • 18 K. Polanyi, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », Les systèmes économiques dans l’h (...)

12La vocation monographique de cet ouvrage oblige plutôt à reprendre l’analyse du développement malaisien sous différents angles successifs pour parvenir à en dessiner les contours. Plusieurs disciplines seront convoquées au fil de l’exploration du contenu de cette trajectoire, dans une perspective dessinée par les fondateurs de l’institutionnalisme en économie du développement. En effet, Albert O. Hirschman ou Gunnar Myrdal partagent l’idée qu’on ne peut aborder les questions en économie du développement sans prendre le temps du détour et de l’interdisciplinarité. L’étude d’un problème spécifique doit s’envisager en relation avec le système social dans son ensemble, et inclure tous les éléments importants ayant un lien avec ce qui se passe dans le champ économique17. À ce titre, la distribution du pouvoir dans la société, la stratification économique, sociale et politique constituent sans doute des éléments cruciaux pour expliquer les changements économiques, suscités par les réformes politiques. Les institutions sont également centrales, car elles sédimentent les rapports de force du passé et donnent un cadre aux comportements individuels ou collectifs contemporains. Cette démarche rejoint aussi celle de Karl Polanyi, autre repère intellectuel dans l’analyse des systèmes économiques, pour qui il importe de tenir compte de l’aspect non économique (la religion, le gouvernement), aussi déterminant selon lui pour la structure et le fonctionnement de l’économie que les institutions monétaires ou le progrès technique18.

  • 19 G. Myrdal, Théorie économique et pays sous-développés, 1957 ; A. O. Hirschman, The Strategy of Eco (...)

13C’est ainsi que, sans pour autant négliger les apports théoriques et conceptuels qu’offrent les modèles existants, l’analyse présentée dans cet ouvrage n’a pas pour point de départ une entrée théorique particulière a priori, mais des problèmes soulevés par une réalité économique et sociale complexe où de très nombreux éléments s’entraînent réciproquement (causalité circulaire et cumulative19). En effet, la modélisation procède en généralisant et cela passe par un processus d’élagage et de simplification indispensable. Or dès lors que l’on entre dans la logique historique d’une société particulière, dans sa dynamique propre portée par les rapports de force politiques et sociaux qui se sont eux-mêmes construits au fil du temps et des événements, la simplicité du modèle devient encombrante. D’où la multiplicité des angles d’attaque et des approches mobilisés. La transgression des limites de la discipline est envisagée ici, car c’est la condition de départ pour pouvoir élaborer des hypothèses plus pertinentes pour rendre compte des mécanismes à l’œuvre en Malaisie, en s’appuyant sur des corpus issus des autres sciences sociales. S’il est fécond, cet écart vis-à-vis des modélisations habituelles et des chemins déjà tracés rend certainement la recherche institutionnaliste plus difficile et plus longue.

  • 20 H.-J. Chang, Institutional Change and Economic Development, 2007, p. 5-7.
  • 21 L’approche retenue est explicitée dans « Les contours d’un projet institutionnaliste en économie d (...)
  • 22 E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy. Politics, Patronage and Profits, 1997 ; E (...)

14La perspective institutionnaliste proposée ne s’ancre pas dans une lecture fonctionnaliste des institutions « règles du jeu », qui s’opère au risque de la téléologie, ou de l’oubli de la multiplicité des fonctions assurées20. Les institutions ne datent pas du moment où l’économiste les considère, ni même du moment où leur influence sur le fonctionnement économique se fait sentir. Non seulement elles encadrent le marché et la croissance, mais elles les suscitent et les forment ; elles peuvent relever d’une autre logique que celle sous laquelle elles apparaissent, elles peuvent avoir rempli jadis une fonction qui n’existe plus mais à laquelle elles survivent sans que cette inertie soit préjudiciable21. Ainsi, la corruption associée à la recherche de rente et le clientélisme peuvent parfois être compatibles avec une certaine efficience22… Ce livre s’attachera donc à donner leur place aux institutions dans l’analyse du développement économique, en particulier à travers celles qui encadrent la constitution progressive du marché du travail depuis la colonisation, ou les instruments de l’intervention économique de l’État, amenés à jouer un grand rôle dans le chemin pris par le pays pour se développer.

15L’essentiel de l’ouvrage repose sur une synthèse des sources existantes en histoire, démographie, sociologie, économie. Abondamment étudiée dans les pays anglo-saxons, la Malaisie est assez bien documentée depuis le début du XXe siècle. La littérature sur l’économie, la société, le système politique a émané successivement de l’administration coloniale, des universitaires britanniques, mais aussi depuis les années 1960 de nombreux étudiants et chercheurs aux États-Unis, aux Pays-Bas, et plus récemment en Australie ou à Singapour. En raison du relatif éclatement de la production des connaissances sur ce petit pays du Sud-Est asiatique, les auteurs ressortissent de courants, d’écoles de pensée voire de chapelles divers. L’autre matériau de cet ouvrage provient des données statistiques nationales et internationales, en particulier les séries temporelles fournies par la Bank Negara (Banque centrale de Malaisie), la Banque mondiale, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ou le FMI, complétées par quelques observations originales issues des enquêtes de terrain de l’auteur à la fin des années 1990. Mais la fragilité des données doit inciter le chercheur à une grande prudence dans le maniement des données chiffrées, et à leur utilisation en lien avec d’autres modes d’administration de la preuve.

  • I Un comité, réuni une ou deux fois par an, examine les demandes qu’il agrée « en fonction du seul c (...)
  • II 1997. Aujourd’hui l’ensemble de la procédure est consultable sur le site internet d’EPU : http://w (...)
  • III « Explanatory notes on sensitive issues » (http://www.epu.gov.my/undertaking).
  • IV General Circular n° 3, 1999 : « Regulation for the conduct of research in Malaysia », p. 2.
  • V Atelier de travail organisé par le BIT (ONU, Genève) et la Fédération des employeurs malaisiens av (...)

ENCART 2 LA FRAGILITÉ DES DONNÉES
Tout chercheur qui va travailler en Malaisie se trouve confronté à de lourdes difficultés au niveau de ses données (la première question que se posent deux personnes qui ont travaillé sur la Malaisie est inévitablement : « comment as-tu fait pour les données ? »). Le problème se situe en effet à trois niveaux : l’accès aux sources, la rareté des séries disponibles, la fiabilité de ces données.
La conduite d’une recherche par un ressortissant étranger est strictement contrôlée concernant les demandes de données officielles ou des entretiens au niveau des ministères qui exigent l’autorisation officielle de recherche délivrée par l’Economic Planning Unit (EPU), unité émanant du Département du Premier Ministre. L’autorisation officielle de recherche est délivrée au bout d’une longue procédure relativement arbitraireI sur la base du dépôt du projet scientifique, de l’emploi du temps précis du chercheur, de la liste des personnes à interviewer, du nom d’un universitaire malaisien qui sera l’interlocuteur local de l’EPU pour cette recherche (et dont les responsabilités sont clairement définies), d’une attestation de financement, etc. Certains sujets de recherche sont interdits officiellement : on ne peut prendre pour objet de recherche les « questions sensibles, relatives aux valeurs et aux normes locales ainsi qu’aux sujets politiques » selon la note officielle accompagnant le dossier de demande d’autorisation à conduire une recherche en Malaisie (Approval to conduct a research in Malaysia, EPU)II. Ces « questions sensibles », dont la liste est expliciteIII, correspondent aux domaines relatifs à la religion, l’ethnicité, la Nouvelle Politique Économique (NEP, 1970-1990), les inégalités de revenus, ou encore les sultans. Les journalistes comme la statistique nationale sont d’ailleurs aussi soumis à ces interdits. Une présentation des résultats de la recherche auprès de l’EPU devra précéder leur publication et pourrait même conditionner la sortie du territoire. Le but de cette procédure est de « protéger l’image de la nation et sauvegarder l’intérêt national »IV.
Il faut par ailleurs rappeler que si la Malaisie a reçu en héritage de l’administration britannique un appareil statistique d’État relativement développé au regard d’autres pays d’Asie, celui-ci est longtemps resté très imparfait et la diffusion des résultats, du moins jusqu’à la généralisation des nouvelles technologies dans la statistique publique à partir de la seconde moitié des années 2000, en était compliquée. Le plus souvent les enquêtes, quand elles existent, sont parcellaires et rarement prolongées sur de longues périodes ni reprises à intervalles réguliers pour permettre des comparaisons. Hormis quelques exceptions, les entreprises de mesure sont issues d’une préoccupation de court terme et ne donnent pas lieu à un programme de recherche prolongé. Enfin, les résultats des enquêtes ne sont pas systématiquement rassemblés. Tout ceci concourt à constituer des séries disparates et sujettes à caution.
Enfin, pour mieux situer la source du lien étroit entre les résultats statistiques publiés et les objectifs politiques, il faut savoir qu’au niveau des divisions statistiques de chaque ministère et du département national des statistiques, les fonctionnaires doivent soumettre obligatoirement les résultats de leurs enquêtes semestrielles, annuelles ou pluriannuelles au crible des services de l’Economic Planning Unit. Cet aller-retour des données est officiellement justifié par la nécessaire correction des aberrations statistiques, mais en réalité il établit et perpétue la dépendance entre l’information disponible sur le pays et les objectifs de politique intérieure garantis par les services du Premier MinistreV. Ces interférences entre les considérations politiques internes, les opérations et les résultats des mesures sont tellement étroites qu’il est donc toujours extrêmement difficile de savoir, en tant que chercheur, sur quoi l’on travaille car il est fréquent de se trouver confronté à des mesures d’une même variable qui diffèrent.
Ainsi pour rédiger cette ouvrage a-t-on eu nécessairement recours, au-delà des travaux économiques stricto sensu, à d’autres références en histoire, en sociologie et en démographie. Ces travaux, souvent plus détachés de la production de la statistique publique, ou alors extrêmement maîtrisés comme ceux de C. Hirschman sur le recensement, permettent de s’orienter parmi les hypothèses alternatives.
En réalité, dans les ministères, des enquêtes sont toujours menées sur ces sujets relatifs à la question ethnique, mais rien n’est publié depuis une dizaine d’années. Par exemple, en 1997, dans la bibliothèque interne du ministère du Travail où nous avions pu étudier, un annuaire de données annonçait dans sa table des matières le tableau des taux de salaires selon l’appartenance ethnique : mais la page est manquante, ce qui signifie qu’elle n’était donc pas même diffusée à l’intérieur du ministère. Un chercheur malaisien réputé qui travaillait alors sur ces questions pour l’Economic Planning Unit nous avait confirmé qu’il n’y avait pas eu accès non plus.

16Très peu d’ouvrages français en revanche, hormis quelques romans à succès autour de la Seconde Guerre mondiale, ont été spécifiquement consacrés à la Malaisie, et moins encore à son économie. Mis à part la récente présentation du pays abordée selon une problématique plus géographique par Rodolphe De Koninck, la plupart des livres qui en traitent le font, non sous l’angle monographique, mais dans une comparaison internationale ou régionale et lient son étude à celle de Singapour ou des pays voisins de l’ASEAN.

17La contrepartie de la mise en avant de la cohérence interne et de la singularité de la trajectoire économique malaisienne est le faible poids accordé dans cet ouvrage à la question de l’intégration régionale, en l’occurrence celle de la place du pays dans les évolutions de l’ASEAN. Cette dynamique institutionnelle régionale nous semble très périphérique en matière de détermination de la croissance économique malaisienne et de ses orientations structurelles par rapport aux intentions de politiques nationales d’une part, aux influences américaines, japonaises ou encore européennes que véhicule son insertion dans la mondialisation de l’autre. Pour une meilleure connaissance de l’ASEAN en tant que telle, on se référera donc à Sophie Boisseau du Rocher (« Un régionalisme asiatique, l’ASEAN », L’Asie retrouvée D. Camroux, J.-L. Domenach éd., Paris, Seuil, 1997, p. 146-166) ou encore à François Nicolas (« L’intégration économique en Asie de l’Est : les progrès limités de l’approche institutionnelle », Asie 2006-2007, Études de la documentation française, 2006). Une vue d’ensemble rétrospective des travaux et avancées de l’ASEAN a été proposée par le numéro spécial consacré à quarante ans d’association de coopération régionale par la revue Contemporary Southeast Asia (2007, vol. 29, n° 3) publiée par l’Institute of Southeast Asian Studies, Singapour. On se référera en particulier à « ASEAN Beyond Forty : Towards Political and Economic Integration » rédigé par son ancien secrétaire général, R. Severino (p. 395-405). Enfin, pour une interprétation en économie politique internationale de l’intégration régionale à laquelle participe la Malaisie, se référer à : C. Figuière et L. Guilhot, « Vers une typologie des “processus régionaux”, le cas de l’Asie Orientale » (Revue Tiers-Monde, vol. 192, n° 4, 2007, p. 895-917) et « L’Asie d’une crise à l’autre : l’impact sur l’intégration régionale » (Mondes en développement, vol. 154, n° 2, 2011, p. 29-44).

18L’ouvrage se compose de trois parties. La première partie est consacrée à la genèse du développement économique malaisien. Le chapitre 1, articulant histoire générale et histoire économique, revient sur la colonisation britannique pour mettre en évidence les structures institutionnelles, démographiques et économiques qui expliquent largement les caractéristiques singulières du développement à venir, ainsi que les lignes de partage durables de la société malaisienne modelée par l’économie coloniale. Le chapitre 2 expose les conflits sociaux sous-jacents à la rupture profonde que va représenter la nouvelle politique économique à partir de 1970. Il s’attache, en considérant la genèse des institutions, à établir les liens entre l’état des rapports de force politiques et sociaux et le type de politique qui a pu s’élaborer alors, conditionnant le décollage économique du pays.

19La seconde partie quantifie la remarquable croissance malaisienne et décompose la dynamique macroéconomique à l’œuvre de 1970 à nos jours. La croissance est analysée sous l’angle néoclassique de la contribution des facteurs productifs, interrogeant les progrès de la productivité malaisienne par comparaison avec les économies de la région (chapitre 3). Dans la mesure où cette trajectoire est marquée par une succession de crises intervenues depuis 1997, on en distingue les causes respectives et on souligne la résilience d’un modèle de développement (chapitre 4). De cette étude se dégagent les forces et faiblesses d’un modèle marqué à la fois par la dépendance à l’égard de l’extérieur et par l’intervention contra-cyclique de l’État.

20La dernière partie porte sur les caractères propres au modèle malaisien que l’examen des séries quantitatives macroéconomiques ne suffit pas à qualifier. L’encadrement institutionnel et politique de la croissance met en relief un rapport particulier entre le monde politique, dominé par le parti UMNO (United Malays’National Organization), et le monde des affaires : de l’État développeur au crony capitalism, ce sont différentes facettes du rapport entre l’État et l’activité économique qui sont ensuite examinées (chapitre 5). Ce rapport complexe est à l’origine d’une souveraineté économique ambiguë. Celle-ci s’affirme particulièrement dans le contexte de la mondialisation dont on s’est beaucoup demandé au début des années 2000 si elle ne signait pas la fin de la souveraineté des États. La Malaisie, par les différents aspects de son insertion dans la mondialisation (chapitre 6), apporte incontestablement une pierre de plus au débat.

Notes

1 La densité malaisienne s’élève à 77 habitants au km ², contrastant avec les densités de 118 en Indonésie, 125 en Thaïlande, 252 au Vietnam, 276 aux Philippines ou les 6 312 habitants au km² de Singapour (R. De Koninck, L’Asie du Sud-Est, 2005, p. 7, d’après les données de la FAO).

2 PNUD, Données démographiques : Malaisie, 2009 (www.unpd.org).

3 Ainsi, F. Lemoine emploie-t-elle ce terme pour désigner cette vague de pays s’insérant après les NPI dans l’échange régional : « Un vol d’oies sauvages, intégration régionale et émergence des économies asiatiques », dans C. Jaffrelot dir., L’enjeu mondial. Les pays émergents, 2008. À la suite de l’article de P. Krugman les qualifiant de « Tigres de papier » dans Foreign Affairs en 1994, le terme a été souvent repris : ainsi K. S. Jomo éd., South East Asia Paper Tigers ? From Miracle to Debacle and Beyond, 2003. De même, la revue de sciences politiques Asian Survey a publié plusieurs articles sur la Malaisie reprenant cette désignation suggestive : B. Singh, « Malaysia in 2008 : the elections that broke the Tiger’s back », 2009 ; C. Derichs, « Malaysia in 2006 : an old Tiger roars », 2007 ; G. Felker, « Malaysia in 1998 : a cornered Tiger bares its claws », 1999.

4 On ne saurait en aucun cas surestimer la réalité de ce développement, en particulier en Birmanie. Voir M. S. De Vienne, Pouvoir et société civile en Birmanie, Paris, DAS, 2008.

5 Selon le classement de la Banque mondiale, de même que les autres catégories de pays notées en italique dans ce paragraphe. World Bank, World Development Report 2009, p. 353.

6 L’Inde, avec ses 950 dollars par habitant en 2007, entre tout juste dans cette catégorie des pays à revenu intermédiaire-inférieur dont les revenus sont compris entre 936 et 3 705 dollars par habitant.

7 Ainsi, le Boston Consulting Goup, Standard & Poor’s, le FMI, etc. L’histoire de ce nouveau statut aux contours variables est détaillée par J.-J. Gabbas et B. Losch, « La fabrique en trompe l’œil de l’émergence », dans C. Jaffrelot dir., L’enjeu mondial, 2008, p. 25-40. Voir aussi, pour la dimension idéologique et politique de la catégorie, J. Sgard, « Qu’est-ce qu’un pays émergent ? », ibid., p. 41-54.

8 J. Coussy, « Un essai de typologie », ibid., p. 69.

9 Elle ne figure pas, par exemple, parmi les études de cas du volume dirigé par C. Jaffrelot (2008) sur le sujet alors qu’A. H. Amsden la mentionnait largement dans son ouvrage pionnier, The Rise of the Rest. Challenges to the West from Late-industrializing Economies, 2001.

10 Selon la Banque mondiale, 10 580 000 habitants en 1970.

11 Voir aussi A. Piveteau et E. Rougier, « Émergence, l’économie du développement interpellée », Revue de la régulation, n° 7, 2010.

12 L’indicateur de développement humain (IDH) est un indice composite additionnant des éléments relatifs aux niveaux de santé, d’éducation et de revenu. L’IDH malaisien a augmenté en valeur absolue de 0,463 entre 1960 et 1992. Il est passé en trente ans d’un peu plus de 0,3 (soit un développement humain faible) à 0,794, rejoignant presque la catégorie des pays au développement humain élevé (0,8). PNUD, Rapport sur le développement humain, 1994.

13 Ligne de pauvreté absolue (PLI) mesurée depuis 1977 selon une méthodologie cohérente, légèrement réformée depuis 2005 pour tenir compte notamment des changements démographiques dans la taille des ménages.

14 PNUD, Malaysia. Measuring and Monitoring Poverty and Inequality, 2008.

15 Alors que l’Asie fut longtemps une région caractérisée par de faibles niveaux d’inégalités comparés à d’autres (en particulier l’Amérique latine), la croissance des années 1990 est réputée y avoir augmenté les inégalités. À partir d’enquêtes sur les dépenses de consommation des ménages, la Banque asiatique de développement (BAD) montre que la grande majorité des pays en développement de la région (17 sur 22) ont vu augmenter leurs inégalités au cours des décennies 1990 et 2000. BAD, Key Indicators 2007. Inequality in Asia, p. 6 et 7.

16 C’est le cas des modèles de croissance, notamment de croissance endogène, fondés sur l’éducation. Voir E. Lafaye de Micheaux, Éducation et croissance en Malaisie, étude d’un lien fragile, 2000.

17 G. Myrdal, L’économie institutionnaliste (1977), 2008, p. 71-85.

18 K. Polanyi, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », Les systèmes économiques dans l’histoire et la réalité, C. Arensberg et al. dir., Paris, Larousse, 1975.

19 G. Myrdal, Théorie économique et pays sous-développés, 1957 ; A. O. Hirschman, The Strategy of Economic Development, 1958.

20 H.-J. Chang, Institutional Change and Economic Development, 2007, p. 5-7.

21 L’approche retenue est explicitée dans « Les contours d’un projet institutionnaliste en économie du développement », Institutions et développement, E. Lafaye de Micheaux et al. dir., 2007, p. 9-37.

22 E. T. Gomez et K. S. Jomo, Malaysia’s Political Economy. Politics, Patronage and Profits, 1997 ; E. T. Gomez, Chinese Business in Malaysia. Accumulation, Ascendance, Accommodation, 1999 ; A. Kahn et K. S. Jomo éd., Rents, Rent-seeking and Accumulation, 2000.

Notes de fin

I Un comité, réuni une ou deux fois par an, examine les demandes qu’il agrée « en fonction du seul contenu scientifique du projet ». En réalité, après huit mois de procédures infructueuses, nous avions obtenu notre research pass en quelques jours avec l’intervention de l’Ambassade de France.

II 1997. Aujourd’hui l’ensemble de la procédure est consultable sur le site internet d’EPU : http://www.epu.gov.my/undertaking. Une circulaire de 1999 est venue prolonger et préciser les conditions de l’encadrement de la recherche définie en 1978. En 2010, les frais liés à la demande d’autorisation ont été supprimés, ce qui s’inscrit sans doute dans le nouveau programme national de lutte contre la corruption.

III « Explanatory notes on sensitive issues » (http://www.epu.gov.my/undertaking).

IV General Circular n° 3, 1999 : « Regulation for the conduct of research in Malaysia », p. 2.

V Atelier de travail organisé par le BIT (ONU, Genève) et la Fédération des employeurs malaisiens avec les départements statistiques des différents ministères (Travail, Éducation, Finances) et EPU au sujet de l’information sur le marché du travail (notes de terrain, Kuala Lumpur, 17 mars 1998).

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search