Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Malaisie, un modèle de développement souverain ?

 | 
Elsa Lafaye de Micheaux

Préface

Cyrille Ferraton

Texte intégral

  • 1 C. Geertz, « Myrdal mythology — modernism and the third world », Encounter, vol. 33, n° 1, 1969, p (...)
  • 2 W. M. Dugger, Underground Economics. A Decade of Institutionalist Dissent, New York – Londres, M. (...)

1Clifford Geertz commentant Asian Drama (1968) de Gunnar Myrdal juge négativement son travail, qui bien que critique des économistes orthodoxes et suivant une démarche interdisciplinaire et institutionnelle, plaque sur la réalité asiatique des valeurs et des concepts issus du monde occidental1. L’objectif de réalisme au fondement même de la méthodologie institutionnaliste2, pourrait-on rapidement en conclure à la lecture de cette recension, n’est pas atteint dès lors que l’on adopte une perspective interdisciplinaire, d’autant plus lorsque l’économiste du développement amené à étudier des réalités souvent éloignées des pays du Nord conserve les modes de pensée du monde occidental.

2Cette critique de Geertz que l’on peut juger parfois un peu trop appuyée, se comprend mieux si l’on s’intéresse aux autres travaux de Myrdal. Il avait en effet pris pour habitude avant d’entamer ses recherches de déterminer a priori un ensemble de valeurs inspirées de la philosophie des Lumières du XVIIIe siècle qu’il appliqua à des réalités et à des problèmes relativement hétérogènes (par exemple dans An American Dilemma, 1944). Dans cette dernière perspective, les travaux appliqués de Myrdal s’opposaient à ce qu’il préconisait dans ses écrits méthodologiques, à savoir entamer toute enquête avec les valeurs partagées par les populations étudiées.

3Le travail d’Elsa Lafaye de Micheaux qui s’inspire précisément de la méthodologie de Myrdal ne tombe pas dans les chausse-trapes dans lesquels est tombé ce dernier selon Geertz. Le cœur de l’analyse reste économique mais sont intégrés d’autres facteurs non économiques qui permettent de comprendre le développement économique singulier de la Malaisie.

  • 3 T. Corei, L’économie institutionnaliste. Les fondateurs, Paris, Economica, 1995.

4L’originalité de la démarche de l’auteur n’est pas à l’instar de certains économistes dissidents de nier toute vertu aux modèles économiques de développement parce qu’ils seraient déconnectés des réalités qu’ils prétendent décrire. En effet, si elle intègre les institutions dans l’étude du développement malaisien et donc adopte une perspective interdisciplinaire suivant en cela les économistes institutionnalistes, elle prête aussi aux modèles économiques dominants une capacité explicative. Il ne s’agit pas par conséquent d’opposer les démarches « orthodoxe » et institutionnaliste mais de montrer sur le terrain malaisien leur complémentarité. L’institution est ici envisagée comme un « terme générique en résonance avec les notions d’organisation, de communauté, de groupement, de collectif ; de règles morales religieuses, laïques ou juridiques ; de valeurs, de conventions, de normes. Il s’agit encore de conduites, d’activités privées ou collectives – ainsi que leurs supports – et, en amont, de manières de faire, de penser et de percevoir même, qui présentent une grande stabilité sans être pour autant immuables »3. Les institutions économiques sont évidemment primordiales et doivent être étudiées centralement mais on perd en réalisme dès lors que les institutions non économiques sont délaissées surtout lorsqu’elles entrent en interaction avec les premières.

5Bien que les modèles de développement semblent commettre une erreur analogue à Myrdal (selon Geertz) en important des concepts et des valeurs issus du monde occidental, le travail d’Elsa Lafaye de Micheaux cependant en retient certains éléments qui associés à l’analyse institutionnelle, c’est-à-dire la prise en compte entre autres de « la distribution du pouvoir dans la société » ou encore de « la stratification économique, sociale et politique », rende mieux compte du développement malaisien. Ainsi, toute recherche évacuant la dimension ethnique de la réalité malaisienne serait vouée à ne pas comprendre les mobiles qui ont présidé à un interventionnisme important de l’État à partir de 1970 et qui a été un des déterminants du développement malaisien. L’ouvrage montre que la Malaisie a suivi un chemin inédit alliant autoritarisme et développement économique.

6Cette alliance entre l’autoritarisme de l’État malaisien et le développement économique pose question. L’accroissement du niveau de vie des Malaisiens a en grande partie, insiste l’auteur, résulté des interventions autoritaires de l’État malaisien mais celles-ci ont favorisé les intérêts malais au détriment des autres catégories ethniques de la Malaisie (chinoise et indienne). Elles ont conduit à partir du milieu des années 1980 à un accroissement de la corruption avec le développement des privatisations qui ont rapproché acteurs économiques et politiques. Surtout le « marché » s’est parfaitement accommodé de cette situation et a même connu une croissance qui contredit l’idée d’une nécessaire corrélation entre démocratie et développement économique.

7Cependant, la corruption ou encore l’appropriation des richesses par une minorité à la tête de l’État malaisien s’est accompagnée d’une amélioration du niveau de vie moyen. Loin d’être un obstacle au développement, la corruption a abouti à une forme de développement comme en témoigne l’évolution de quelques indicateurs clés tels l’espérance de vie à la naissance, le taux de pauvreté ou encore la mortalité infantile. Il n’en demeure pas moins vrai que le développement aurait vraisemblablement été beaucoup plus soutenu si la Malaisie était entrée dans un processus démocratique.

8De manière complémentaire, le développement malaisien qui débute en 1970 présente une configuration inédite caractérisée d’un côté par un État fort, développant notamment un important secteur public, et de l’autre, par une ouverture de son économie par le biais de la promotion des exportations. L’entrée dans la mondialisation n’a pas remis en cause le développement de la Malaisie au travers de pertes à la fois de compétitivité de certains secteurs industriels, d’emplois et de souveraineté nationale. Des conséquences opposées ont été observées souligne Elsa Lafaye de Micheaux. Par exemple, l’ouverture de l’économie malaisienne a conduit à un afflux d’investissements étrangers qui ont permis le développement de secteurs industriels à forte valeur ajoutée compétitifs au niveau international.

9La dépendance à laquelle conduit cette trajectoire de développement est discutée et jaugée par l’auteur. Elle montre en particulier que cette dépendance est tout à la fois financière, commerciale, productive et technologique et qu’elle est d’autant plus vive durant les périodes de crise. Mais encore faut-il tenir compte du rôle économique central joué par l’État malaisien qui, par son soutien, compense cette fragilité inhérente du développement de la Malaisie. L’intervention de l’État n’a pas été qu’économique puisque cette nouvelle stratégie de développement initiée en 1970 s’est accompagnée d’autres mesures fortes, comme une politique de discrimination positive en faveur des Malais qui étaient alors particulièrement touchés par la pauvreté.

  • 4 A. O. Hirschman, « Des conflits sociaux comme piliers de la société démocratique de marché », Un c (...)
  • 5 A. O. Hirschman, « Des liens accidentés entre progrès politique et progrès économique », Un certai (...)

10Il convient enfin d’insister sur le fait que ce développement n’a pas (encore) vu émerger une « société démocratique de marché »4. Le travail d’Elsa Lafaye de Micheaux a ainsi le mérite de nous montrer que ce lien entre développement économique et démocratie n’est pas mécanique et doit être pensé à nouveau à l’aune de la réalité contemporaine de la Malaisie. Cet ouvrage apporte aussi un démenti à l’idée selon laquelle le « marché » conduit à la liberté individuelle bien qu’il puisse être discuté de la réalité du fonctionnement marchand de son économie. Comme le souligne Hirschman, « aucun lien simple, direct et « fonctionnel », n’attache le progrès politique et le progrès économique »5. Le développement économique qu’a connu la Malaisie n’a pas conduit pour le moment à l’enclenchement d’un processus de démocratisation significatif de la société. L’exemple malaisien récuse ainsi les trois types de liens fonctionnels entre progrès économique et progrès politique identifiés dans les sciences sociales (Hirschman, 1995a, p. 321) :

  • Le progrès économique et le progrès politique sont liés positivement ; quand l’un advient, l’autre suit.
  • Inversement, ils sont liés négativement ; quand l’un advient, l’autre régresse.
  • Enfin, quand un pays connaît le progrès économique, celui-ci exige dans un premier temps un « sacrifice temporaire » du progrès politique qui ne se développe que dans un second temps.
  • 6 Ibid., p. 323.

11Sans nier toute forme de relation et conclure à l’autonomie respective du progrès économique et du progrès politique, une voie plus féconde pour étudier le cas malaisien est de penser les progrès économique et politique « en termes de liens accidentés, de couplages et de découplages, ou encore d’alternances, d’interdépendances et d’autonomie »6.

12Le progrès économique qu’a connu la Malaisie ne s’est donc pas (encore) accompagné d’un progrès politique ou du moins pas à un niveau que pouvait laisser espérer le modèle des économies occidentales. Le développement très rapide de la Malaisie (depuis 1970) comparativement à ces dernières qui ont pour certaines d’entre elles connu des avancées démocratiques heurtées voire poussives peut laisser espérer néanmoins que cette démocratisation advienne dans un avenir proche.

Notes

1 C. Geertz, « Myrdal mythology — modernism and the third world », Encounter, vol. 33, n° 1, 1969, p. 26-34.

2 W. M. Dugger, Underground Economics. A Decade of Institutionalist Dissent, New York – Londres, M. E. Sharpe, Armonk, 1992.

3 T. Corei, L’économie institutionnaliste. Les fondateurs, Paris, Economica, 1995.

4 A. O. Hirschman, « Des conflits sociaux comme piliers de la société démocratique de marché », Un certain penchant à l’autosubversion, Paris, Fayard, 1995, p. 337-362.

5 A. O. Hirschman, « Des liens accidentés entre progrès politique et progrès économique », Un certain penchant à l’autosubversion, Paris, Fayard, 1995, p. 319-335.

6 Ibid., p. 323.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540