Version classiqueVersion mobile

Montchrestien et Cantillon

 | 
Alain Guery

Richesse métallique et circulations monétaires

Le statut de la monnaie dans le Traité de Montchrestien et dans l’Essai de Cantillon

Lucien Gillard

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIIe-XVIIIe siècles), Par (...)

1Dans son Histoire intellectuelle de l’économie politique, Jean-Claude Perrot associe en une même réflexion Antoine de Montchrestien et Richard Cantillon à propos de la lente maturation de l’économie politique pendant ces temps où l’objet des analyses restait encore largement confiné au « commerce »1. Séparés par un bon siècle d’histoire, ces deux auteurs se situent en effet aux deux extrémités d’une période qualifiée ensuite de « mercantiliste » par les historiens de la pensée économique, non sans quelque mépris d’ailleurs avant que Keynes n’invite à la reconsidérer plus favorablement. On sait que cette faveur tient à la primauté que les auteurs de l’époque accordaient à la monnaie avant que l’illusion du libre arbitre n’entraîne ensuite l’analyse économique vers la rationalité des choix individuels. Il nous a semblé intéressant d’entreprendre une comparaison détaillée de ce qui se disait à propos de la monnaie aux deux bornes de cette période historique, cherchant à dégager ce qui avait changé entre-temps, et ce qui restait semblable en la matière.

  • 2 Antoine de Montchrestien, Traicté de l’œconomie politique, François Billacois éd., Genève, Librairi (...)
  • 3 Richard Cantillon, Essai sur la nature du commerce en général, réimpression de l’édition de 1952, P (...)
  • 4 Outre la quincaillerie (p. 87) et l’imprimerie (p. 112), les cas d’éviction analysés dans le Traité (...)

2Pour autant que la doctrine mercantiliste puisse se résumer dans la primauté analytique et politique que ses partisans confèrent à la balance commerciale dans les relations entre nations, l’accouplement auquel nous procédons ici ne va pas contre la nature. On peut ainsi lire dans le Traité : « Tout commerce est du dedans ou du dehors. […] L’un est bon pour conserver l’Estat en estat. L’autre, meilleur pour l’accroistre. »2 Et dans l’Essai : « Le commerce le plus essentiel à un État pour l’augmentation ou la diminution de ses forces est le commerce avec l’étranger. […] il faut toujours s’attacher à maintenir la balance contre les étrangers. »3 Pour ce qui concerne maintenant la question monétaire proprement dite, et au-delà des grandes différences qui existent dans l’expression de leur pensée respective, on constatera que de Montchrestien à Cantillon les constantes l’emportent largement sur les nouveautés. Le contexte européen n’y est peut-être pas étranger, car l’un et l’autre de nos auteurs font en cette matière l’expérience du « siècle d’or » des Hollandais, où l’on constate que l’admirable richesse des Provinces-Unies provient du commerce que ses marchands organisent entre tous les pays européens. Une prospérité fondée sur la seule circulation des richesses, le « trafic » donc, avec un excédent structurel de la balance commerciale sans pratiquement aucune dotation naturelle : d’où le primat logique de l’argent, comme véhicule de cette circulation. En l’espèce, cette circulation prend l’allure d’un jeu de dupes pour la France qui entretient par le commerce du dehors un grand nombre d’étrangers (et singulièrement des Hollandais) qui se nourrissent des produits de sa terre au détriment des nationaux. La « duperie » est ici explicitement invoquée pour qualifier le déficit « réel » de la balance commerciale entre États pour peu qu’on calcule celui-ci sur la base des valeurs intrinsèques (le contenu en travail et en terre des marchandises échangées) plutôt que sur les simples valeurs marchandes, lesquelles peuvent au contraire ne montrer aucun déficit. Sans l’effort d’abstraction qui caractérise l’Essai de Cantillon, c’est pourtant la même idée qui court déjà tout au long du Traité de Montchrestien (sous le nom ici, p. 65, de tromperie) où les étrangers se trouvent stigmatisés à proportion des quantités de travail dont ils privent les citoyens français, alors que « chaque pays doit nourrir et entretenir ses hommes » (p. 128)4.

  • 5 On considère ici que le texte ne débute véritablement qu’après l’adresse aux souverains (p. 40), et (...)
  • 6 La confiance est de référence courante dans le texte de Cantillon qui la conçoit de nature horizont (...)

3Pour situer le cadre analytique dans lequel la question monétaire se trouve étudiée respectivement dans le Traité et dans l’Essai, contentons-nous de comparer le contenu des premières et dernières phrases de chacun d’eux. On sait d’expérience combien les auteurs soignent l’incipit de leur œuvre, et combien ils sont attentifs aussi à ce que sera leur chute. Pour trivial qu’il paraisse, ce petit test s’avère assez souvent révélateur de ce qu’est le contenu du texte dans son ensemble. Qu’on en juge ici sur pièces. Sur le plan formel, d’abord, chacun des auteurs opère un balancement entre la positivité des choses et leur possible inversion, énonçant d’abord un principe pour finir par une mise en garde. Quant au fond, Montchrestien avance qu’il revient aux gouvernants d’augmenter les richesses, avec pour conséquence qu’il leur faut éviter toute politique avaricieuse5. Et Cantillon commence par poser le principe de l’origine foncière de toutes les richesses, invitant pour finir à se méfier de la banque qui pourrait aisément miner leur reproduction. De fait, l’un et l’autre de nos auteurs illustrent un moment fort du combat intellectuel et politique qui vise à éradiquer le jeu des passions dans l’organisation des sociétés humaines. L’Europe sort, au début du XVIIe siècle, de guerres civiles qui ne permettent plus désormais de croire que la religion peut fonder une société pacifiée. Et Montchrestien plaide pour la raison d’État, estimant que seule la sagesse du prince peut ramener la concorde parmi les sujets. Au début du siècle suivant, c’est à la raison des marchands qu’en appelle Cantillon. Les États européens sortent alors d’interminables affrontements militaires qui ont sonné le glas des vieilles valeurs aristocratiques de l’honneur et du héros. Et il apparaît qu’une organisation sociale harmonieuse ne peut se fonder que sur le socle des relations de marché. Quelle place la monnaie trouve-t-elle dans ces deux problématiques de la raison ? La trouvera-t-on traitée comme un fait social, assimilée dans une première version au fait du prince (« fiat money ») qui la légitime en toutes circonstances, alors qu’elle exprimerait dans une seconde version la confiance réciproque des participants à l’échange, qui la renégocient en permanence6 ? Tel est ici l’objet de notre enquête.

4Pour l’essentiel, la question qui va nous occuper ici est abordée aux pages 317 à 322 du Traité, dans ce que Montchrestien appelle, in fine, sa « digression sur la monnaie ». En dehors de ce passage, on pointera ponctuellement une dizaine d’occurrences supplémentaires, disséminées dans ce même livre second, celui qui traite du commerce. Chez Cantillon, les questions de monnaie (et de banque) occupent les quatre derniers chapitres de l’Essai (p. 145-173), disjoints du dernier chapitre de la première partie où la monnaie est envisagée sous l’angle de la valeur (p. 54-63). Tant pour ce qui concerne le nombre de pages que la proportion qu’elles occupent dans l’ensemble des ouvrages, ces premiers repérages suffisent à nous montrer l’importance beaucoup plus grande que prennent les questions monétaires chez Cantillon. Montchrestien n’en pose pas moins leur caractère essentiel pour la bonne marche du commerce, comme le montre a contrario le contexte de désordre monétaire dans lequel se trouve le royaume de France au moment où il écrit son Traité (p. 322). Son ouvrage paraît d’ailleurs l’année même du premier édit de réformation monétaire pris par Louis XIII, prince au demeurant assez précautionneux en la matière au regard de ce que fera son successeur. Entre nos deux auteurs se situent en effet la cascade de mutations opérées par Louis XIV sur les monnaies métalliques, considérées sous leur aspect principalement fiscal, puis les chamboulements qu’occasionna sous Louis XV la monnaie de banque inventée par John Law. Les comptes seront soldés par la réforme de Fleury qui inaugure le 26 mai 1726 une longue période d’accalmie monétaire, de sorte que c’est, à l’inverse de Montchrestien, dans un contexte de stabilité que Cantillon écrit son Essai. Nos auteurs faisant continuellement référence à la situation de leur temps, nous proposons en annexe (p. 370), comme guide de lecture, un tableau qui résume le contexte monétaire dans lequel se situent leurs écrits, l’Angleterre, la France et les Provinces-Unies restant à plus d’un siècle de distance les trois pays qui font l’objet des citations les plus fréquentes. Nous verrons d’abord comment se présente la nature de la monnaie chez chacun de nos deux auteurs avant de comparer ce qu’ils disent des trois fonctions qui sont traditionnellement attribuées à la monnaie, unité de compte, moyen de paiement et réserve de valeurs.

***

  • 7 Curieusement, chacun de nos auteurs évoque la politique tarifaire des princes par le moyen d’une fi (...)
  • 8 On voit que ce raisonnement implique l’introduction de décalages temporels, car les altercations su (...)

5Pour Montchrestien comme pour Cantillon, la monnaie est par essence métallique, et il convient donc logiquement de l’aborder sous l’angle de la marchandise, le métal précieux dont elle est faite. Pourtant nos auteurs conviennent que l’analyse de cette marchandise ne peut qu’être particulière en raison du droit régalien dont la monnaie fait l’objet et du témoignage qu’elle porte sur la souveraineté politique des princes. Entre la marchandise et la monnaie s’intercale donc l’institution, mais Cantillon et Montchrestien s’accordent pour recommander aux responsables de la politique monétaire de ne pas perturber la mécanique naturelle des échanges marchands par une tarification désordonnée7. Il serait bon, lit-on dans le Traité (p. 322), que la valeur de la monnaie ne dépende que du poids de métal contenu dans les pièces que le roi fait frapper et que les règlements des dettes ne s’effectuent que sur cette base pondérale. Si Cantillon est beaucoup plus prolixe en la matière, il décline fondamentalement la même conception, et la livraison d’une marchandise contre une autre équivalente se dénomme toujours chez lui un « troc », sans considération pour la nature monétaire ou non de l’opération. Pour que ce troc soit équitable, il faut donc que la monnaie s’échange à la valeur « réelle » (ou intrinsèque) du métal précieux dont elle est faite (p. 54), valeur qui se proportionne à son contenu en terre et en travail, selon le principe qui gouverne toutes les marchandises (p. 15). Ce contenu nécessite cependant d’être homogénéisé par les prix (p. 62), en sorte que ce sont finalement les « altercations de marché » qui détermineront le prix de référence (p. 98). Mais il est entendu, pour Cantillon, que ce prix tend toujours insensiblement vers la valeur intrinsèque (p. 161), ce qui ne laisse aucune ambiguïté pour la politique monétaire8. Le prince devra constamment se référer au marché des métaux dans l’attribution de valeurs « nominales » ou « numéraires » (p. 155, 160) aux métaux qu’il fait monnayer. S’il en était autrement, la monnaie n’aurait plus alors dans la circulation des marchandises qu’une valeur « imaginaire » générant de la confusion et du désordre dans la circulation (p. 151). Car dans le troc avec la monnaie, ce sont des quantités d’onces et de marcs de métal précieux qui s’échangent, non pas des quantités de livres tournois (p. 156).

  • 9 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce (1723), Paris, Estienne, 1741, t. I (...)

6Cette option résolument métalliste pose la question de la monnaie fiduciaire. Le petit peuple s’en satisfait avec les monnaies de cuivre sans que nos deux auteurs y voient une entorse significative à leur beau principe. Mais il y a plus grave avec les monnaies privées qui circulent dans les paiements à côté de la monnaie métallique frappée par les princes, depuis des temps immémoriaux. Par le biais de papiers commerciaux certaines dettes sont acceptées dans les paiements et certaines créances sont reconnues à la place des espèces monnayées au cours légal. Dans le deuxième chapitre de sa dernière partie, l’Essai expose comment s’effectuent des paiements par lettres de change à l’intérieur de la France par l’entremise de banquiers. Cette opération ne fait cependant que substituer les uns aux autres deux créanciers et deux débiteurs afin de faciliter les paiements métalliques, et Cantillon déclare finalement ne « mettre au nombre des banquiers que ceux qui font voiturer de l’argent » (p. 137). On est loin de l’acception courante à l’époque, et que nous livre par exemple le Dictionnaire de Savary9 : est banquier le « marchand d’argent qui commerce sur les métaux, fait des traites et remises, et fait tenir de l’argent de place en place par lettres de change ». Pour sa part, Montchrestien n’évoque le change par lettres qu’une seule fois, à l’occasion du rapatriement par les marchands français du produit de leurs ventes en Angleterre, faute de pouvoir acheter là-bas quoi que ce soit d’intéressant pour revenir en marchandises vers la France (p. 342). Compte tenu de l’objectif que s’assigne le Traité, ce silence sur les paiements scripturaux n’a pas de quoi surprendre. Car la circulation de dettes et créances privées relève entièrement de contrats bilatéraux entre des commerçants qui trouvent avantage à cette réciprocité sans que cela attente d’aucune façon aux prérogatives des princes ou à l’utilité publique. Il n’y a donc sur le sujet aucune recommandation positive ou négative à faire, alors qu’il en va tout autrement avec le change « manuel », permutation entre les espèces métalliques, à l’intérieur même du royaume. Montchrestien ne considère avec quelque attention que ce dernier type de change, car les tricheries qui l’accompagnent produisent ici des effets sur la collectivité tout entière (p. 317, 322). On frôle toutefois l’incohérence quand l’auteur estime à propos des pièces altérées en circulation dans le royaume qu’« il n’est pas besoin d’en faire instance : nous perdrions la réputation de notre bonté ». Serait-il donc moins déterminant pour la monnaie d’être une marchandise que d’être prise pour telle dans une croyance commune ?

  • 10 Un édit de 1609 venait pourtant d’instituer la peine de mort pour faillite bancaire (ou « banquerou (...)

7S’agissant maintenant du crédit, il est évoqué à plusieurs reprises chez Montchrestien, à propos de facilités de paiement dans les relations commerciales (p. 306-307), de placements d’argent que font certains particuliers (p. 303-305) ou du désordre dans lequel se trouvent les finances royales (p. 259-261). Toutes ces opérations prennent la forme de promesses portant sur des espèces métalliques, et il n’est jamais envisagé qu’une monnaie de crédit puisse exister en soi, comme entité distincte de la monnaie métallique10. Arrêtons-nous cependant un instant sur les trois catégories de prêt d’argent dont fait état le Traité, car elles sont associées à autant d’explications différentes du revenu tiré de ces prêts, l’intérêt.

  • 11 La nationalité des prêteurs en question est ici secondaire, car les marchands français qui font l’a (...)
  • 12 Le contexte autorise à identifier le bourgeois assuré de la page 304 au candidat emprunteur de la p (...)
  • 13 Avant de revenir au bon vieux principe fiscal (s’en tenir aux recettes du Domaine), Montchrestien e (...)

8Sur le plan des relations commerciales, Montchrestien déplore la multiplication de faillites associées à des phénomènes de crédit en raison de l’incapacité où se trouvent les marchands d’honorer leur dette. Il est devenu fréquent que des intermédiaires fassent l’avance de marchandises à des revendeurs en leur accordant des délais de paiement dont ils contribuent en même temps à rendre le remboursement difficile par leur politique de vente sur ces mêmes marchés. L’intérêt prélevé sur ces sortes d’avance mesure ici le prix de l’attente (p. 399)11. Sur le plan des prêts d’argent, les risques de banqueroute ne sont pas moindres, mais ils résultent selon notre auteur de ce que les Français manquent d’imagination pour « manager et aprofiter » « le peu d’argent qui leur reste ». Afin de valoriser leurs fonds d’épargne, ils ont donc recours à des affairistes qui leur proposent 2 ou 3 % d’intérêt en plus que ne le ferait un bourgeois « assuré », aux garanties bien supérieures. L’intérêt représente donc ici la rémunération de l’épargne, et son niveau dépend du profit qu’en peut tirer l’emprunteur dans ses affaires. De sorte qu’il se trouve des artisans réputés qui ne peuvent obtenir les fonds d’épargne qui seraient nécessaires à leurs desseins pour la simple raison que les prêteurs préfèrent des placements plus rentables, même s’ils sont plus « hasardeux »12. Quant à la troisième catégorie de prêt à intérêt, celui qui concerne les finances royales, Montchrestien n’a pas de mots assez durs pour dénoncer les financiers, cette « fourmillière de harpies » ou « esquadron de sangsues » qui « s’engraissent de la mouelle » (p. 260) des citoyens, tout en privant le royaume d’une partie des producteurs dont il aurait besoin. Le revenu de ces prêteurs s’origine ici dans de la pure prédation qu’ils ont soin de dissimuler (à l’italienne) sous des « artifices et inventions » financières, pleines de « secrets mystères », et qu’il convient par conséquent de tarir au plus vite13.

  • 14 Les deux autres catégories de crédit repérées par Montchrestien n’apparaissent que marginalement ch (...)
  • 15 Symptomatique à ce sujet est l’analyse de la lettre de change (p. 136-137) : le banquier qui la tir (...)

9D’un auteur à l’autre, les prêteurs sont devenus de véritables « entrepreneurs » (p. 117), et Cantillon étudie longuement la façon dont les banquiers remettent en circulation une partie des dépôts qu’on leur a confiés, en escomptant à leurs risques et périls que leurs propriétaires les laissent séjourner chez eux suffisamment de temps (p. 162)14. L’acceptation de ces moyens de paiement est donc une pure question de confiance, et l’on comprend que des autorités politiques aient pu créer des banques nationales à cet effet. À l’époque où écrit Cantillon, la banque de Venise conserve encore de beaux restes, celle d’Amsterdam est à son zénith et la banque de Londres ne cesse d’accroître son influence. C’est en évoquant explicitement ces trois institutions qu’il étudie les paiements par virements ou par billets, en prenant toujours soin de rappeler les risques de discrédit15 qui pèsent sur eux, comme on a pu récemment l’expérimenter avec le système de Law (jamais nommé, cependant, de manière explicite). Les instruments monétaires que les banques ont inventés pour faciliter les paiements ne sont que des « expédients pour gagner du temps » (p. 169) et « accélérer la circulation » (p. 162), mais ils n’augmentent d’aucune façon la quantité de monnaie réellement disponible, celle qui est faite de métal. Où l’on rejoint d’une certaine façon Montchrestien chez qui n’apparaissaient nulle part les termes de banque ou de banquier, mais où il était plutôt question du « changeur », au sens ancien du banquier échangeant les unes contre les autres (sur un banc) les innombrables pièces de monnaie qui circulaient alors. On sait en effet que dans le contexte européen de cette époque (révolu au temps de Cantillon), les princes autorisaient la circulation chez eux de nombreuses pièces étrangères à un cours fixé en leur propre unité de compte. Cette politique détournait le métal des ateliers monétaires du royaume pour le seul profit des changeurs qui jouaient de cette excessive diversité dans les moyens de paiement (p. 322).

  • 16 L’argent gagné par les Hollandais dans la circulation ne constitue pas une exception à ce principe (...)
  • 17 L’intérêt se proportionnant toujours à la mesure du risque (p. 115), il sera moins élevé dans les h (...)
  • 18 Cette métaphore est reprise de Patrice Sauvage, L’analyse monétaire de Cantillon : l’intégration de (...)
  • 19 L’Essai s’attarde ici (p. 119-120) sur les facteurs susceptibles d’influencer la perception du risq (...)

10Le prêt d’argent constitue une catégorie importante dans l’analyse de Cantillon qui lui consacre les deux derniers chapitres de sa deuxième partie (p. 110-121), où il est question respectivement des causes puis des niveaux du taux de l’intérêt. L’essentiel étant que ce type de revenu s’ancre au bout du compte sur la matérialité des richesses de la terre, sans qu’il soit question un seul instant que la détention de monnaie puisse en soi faire l’objet d’une rémunération spécifique. « L’argent ne produit pas d’intérêt dans la simple circulation » (p. 111), celle-ci ne faisant que redistribuer de la richesse qu’il a fallu préalablement produire grâce entre autres choses à l’usage de l’argent16. Le niveau de l’intérêt est ainsi fonction de l’offre des épargnants et de la demande des entrepreneurs (p. 111, 122) ; et contrairement à une idée reçue, ajoute Cantillon, il n’est pas en proportion inverse de la quantité d’argent disponible dans la nation, car une variation de la masse monétaire s’accompagne toujours d’une modification de la demande de monnaie (p. 117)17. Ainsi se trouve « murée »18 l’issue par laquelle l’analyse mercantiliste aurait pu sortir de son cercle vicieux : car l’accroissement de la masse monétaire (balance favorable) produit une détérioration des termes de l’échange (décadence) sans espoir d’une réduction salvatrice des coûts de production (taux d’intérêt). Sur le marché des fonds prêtables, les offreurs appartiennent à toutes les classes sociales : ce sont ceux qui ont fait des économies sur leurs dépenses courantes (p. 82, 89) et qui espèrent un revenu de leur placement. Sont demandeurs sur ce marché ceux qui, du simple laboureur au spéculateur en bourse (p. 112, 118), ne possèdent pas les fonds suffisants pour entreprendre une activité nouvelle, quand ce ne sont pas tout simplement des propriétaires désireux de dépenser avant d’avoir touché leur revenu (p. 119). Dans le prêt d’argent, le taux d’intérêt se proportionne donc à l’avarice des prêteurs, modulée par la perception qu’ils ont des risques d’insolvabilité, et aux besoins des emprunteurs, compte tenu du profit qu’ils comptent faire grâce à l’usage des sommes ainsi acquises19. Il en résulte non pas un taux de marché mais une structure des taux.

  • 20 John Maynard Keynes, The general theory of employement, money and interest, Londres, Macmillan, 197 (...)

11Cantillon semble aussi révoquer par avance l’explication du taux de l’intérêt par une rétention de monnaie qui serait désirée pour elle-même. Car, nous explique-t-il, les gens thésaurisent de petites sommes jusqu’à ce qu’ils possèdent un capital suffisant pour être prêté (p. 82, 93), mais cet « argent resserré n’est pas de mon sujet », et « je ne considère que l’argent qui circule » (p. 97). En ne posant pas que le taux d’intérêt se détermine dans une relation directe avec la masse monétaire et la « préférence pour la liquidité », Cantillon se démarque radicalement de la politique de son concurrent banquier, John Law. De même qu’il s’exclut d’ailleurs implicitement du champ de la doctrine mercantiliste telle que la définira ensuite Keynes, précisément sur la base de cette relation majeure20. Ajoutons à ce propos que toute intervention légale sur le taux d’intérêt de la monnaie qui ne respecterait pas le prix de marché ne recevra évidemment pas l’agrément de Cantillon : ce serait inutile, injuste, voire pervers (p. 122). On ne le verra pas cependant condamner la manipulation du sacro-saint prix de marché par quelque ministre d’État désireux de porter le taux d’intérêt à un niveau qui convienne à sa gestion de la dette publique (p. 172).

***

  • 21 Définition contemporaine de « Thresor » : « [...] c’est tant l’assemblée et amas d’or et argent mon (...)
  • 22 Sur l’alternative entre l’économique et le juridique pour fonder la souveraineté, voir Romain Desce (...)

12Venons-en à l’analyse des fonctions de la monnaie et commençons par le rôle qu’elle peut jouer en tant que réserve de valeurs, fonction qui va de soi s’agissant de métaux précieux, et qui fait par conséquent l’objet d’un traitement minimal dans chacun des deux textes étudiés. Chez Montchrestien, il faut « faire amas d’argent » (p. 364) pour se mettre en situation de pouvoir répondre aux « besoins extrêmes », et notamment quand surviendront des nécessités guerrières (p. 288). Mais cette accumulation ne s’entend pas comme simple réserve de précaution, car elle est prise aussi dans une pure optique d’administration de la puissance publique. « Payez bien, et vous faites bien payer. C’est ainsi que vous pouvez amasser de grands trésors, et fournir à de grandes despences. C’est ainsi qu’on prendra plaisir à vous servir, et qu’en espoir de récompense on employera volontiers le bien et la vie aux occasions » (p. 261)21. Montchrestien se démarque ici d’une conception purement juridique de la souveraineté, disons à la Bodin, dans laquelle le prince se trouve par nature délié de toute sujétion vis-à-vis d’une quelconque instance qui lui serait supérieure22. Et il situe au contraire la souveraineté à la fois dans un rapport de force avec les autres princes et dans un rapport d’exemplarité avec les sujets du royaume. Une notion au statut précaire, donc, qu’il convient d’imposer aussi bien que de mériter : en souscrivant aux recommandations du Traicté de l’œconomie politique, par exemple.

  • 23 Sans doute l’Essai (p. 90) note-t-il que les petits ruisseaux finissent par faire de gros canaux, m (...)
  • 24 Antoin E. Murphy, Richard Cantillon. Le rival de Law, Paris, Hermann, 1997, p. 183-208, explique ce (...)

13Concernant toujours cette fonction de trésor, on notera que l’or et l’argent constituent pareillement chez Cantillon « le vrai corps de réserve d’un État » (p. 50), ce par quoi s’évalue sa vraie grandeur comparativement aux autres, sa puissance. Indépendamment de toute valeur intrinsèque, cependant, la monnaie que gèrent les banquiers sous la forme de billets et de virements apparaît aussi comme une richesse « étonnante » quand elle sert de contrepartie comptable à des réserves en capital (p. 169). Pour cet auteur, l’utilité principale de la banque réside d’ailleurs dans la déconnexion qu’elle permet d’opérer entre cette partie de la monnaie qui véhicule (achète et vend) des fonds capitaux et cette autre partie qui fait circuler la « dépense des familles » (p. 173). Quoique la monnaie dont il s’agit dans l’Essai ne soit pas en principe « avancée » (à crédit) par les banquiers, on ne peut s’empêcher de penser par anticipation aux futures analyses (chez Smith, Tooke, Keynes...) où le circuit général des revenus, impliquant les consommateurs finals, se distinguera du circuit restreint des capitaux, limité aux seuls producteurs. À l’époque où écrit Cantillon, la faible diffusion des comptes bancaires rend d’autant plus pertinente cette dichotomie des sphères monétaires23. Sans doute l’étanchéité entre elles deux n’est-elle pas totale puisqu’il faut bien que les propriétaires de capitaux dépensent aussi des revenus. Mais ces dépenses se limitent « ordinairement » à la valeur des intérêts du capital (p. 169), ce qui en réduit de beaucoup l’impact, estimé par notre auteur au dixième seulement du total. On sort ainsi rassuré de savoir que l’immense fortune personnelle du banquier Cantillon n’aura pas eu d’effets perturbateurs sur la marche ordinaire des affaires du pays24. Cette considération fait opportunément l’épilogue de son ouvrage.

14Il reste que l’un et l’autre de nos auteurs situent l’essentiel de leurs développements sur la monnaie dans la double fonction qu’elle exerce, en tant qu’unité comptable des valeurs et en tant qu’instrument matériel pour les paiements. On analyse dans le premier cas la politique des princes exerçant leur souveraineté à travers des règles de monnayage, envisagées sous l’angle des étalons métalliques. C’est le volume de la masse monétaire en circulation qui sera traitée dans le second cas, au regard des comportements de la communauté des échangistes vis-à-vis des instruments de paiement.

15« La nécessité du commerce (qui ne se faisoit au premier temps que par la simple permutation) a trouvé l’usage de la monnoye en l’estimation déterminée d’une matière choisie à laquelle la forme publique est adjoustée » (p. 319). Ce principe posé, il importe à Montchrestien d’affirmer d’abord que le prince « peut seul donner la loi aux monnaies » : le monnayage est affaire de souveraineté, et il s’accomplit au moyen d’une double opération (p. 320). La première consiste à choisir l’élément matériel auquel chacun puisse se référer pour mesurer « la juste valeur des marchandises que l’on vend ou que l’on achète ». Quant à la seconde, elle consiste à définir (« l’appellation ») et à réglementer (« le pied ») l’usage de l’instrument de mesure ainsi distingué. On aura reconnu tour à tour la frappe d’espèces monétaires dans du métal étalon (en l’occurrence à cette époque, concurremment l’or et l’argent), puis leur définition numéraire en une certaine quantité d’unités de compte, ici la livre tournois. Encore qu’il note au passage que de petites monnaies sont aussi nécessaires (p. 318, 322), l’auteur limite ses développements au monnayage bimétallique, le seul qui fasse sens vis-à-vis de l’étranger.

  • 25 Notons un insert parasite du texte édité, tant par François Billacois (p. 318) que par Théophile Fu (...)
  • 26 On sait que le « pied » de la monnaie correspond à la valeur d’un marc de métal fin monnayé, tel qu (...)
  • 27 Un autre signe de la puissance de cet empire réside dans le faible nombre de ses administrateurs (p (...)

16Pour sécuriser l’ensemble des contrats qui se nouent dans la nation, ainsi que les revenus qui s’y distribuent, la stabilité du monnayage est une nécessité absolue, encore que l’expérience historique montre combien ses violations sont pourtant nombreuses. Montchrestien propose alors quatre règles qui pourraient permettre de mieux l’assurer (p. 321). Il conviendrait d’abord de ne frapper que des pièces de monnaie dans des métaux d’or et d’argent (et à l’exclusion du cuivre25) sans alliage, afin d’éviter les falsifications auxquelles se livrent les monnayeurs clandestins en mélangeant les métaux. Il faudrait ensuite établir les cours des pièces de chacun des deux métaux monnayés (la « raison de l’un à l’autre ») selon une proportion qui corresponde au rapport des valeurs que l’on constate sur le marché des métaux pris comme marchandise. On devrait encore s’interdire toute altération dans l’intrinsèque des espèces monnayées, quitte à recourir le cas échéant à des mutations de leur cours pour s’adapter à des variations survenues dans les prix de marché26. La dernière règle imposerait de ne plus autoriser la circulation dans le royaume des pièces étrangères en s’interdisant de leur donner un cours officiel (p. 319), car celui-ci « donne cours » ( !) à tous les malheurs du « billonnage » par lequel les pièces légères se substituent incessamment à celles qui sont de meilleur poids. Cette mesure incommoderait sans doute les changeurs, privés d’une bonne partie de leur fonds de commerce, mais, ajoute l’auteur, les commodités qui en résulteraient pour le public l’emporteraient dans la balance. On notera ici une certaine inconséquence dans l’analyse qui omet de signaler les effets dommageables qu’une telle mesure provoqua en France quand elle y fut tentée, tout en glorifiant la profusion de pièces étrangères en circulation dans l’Empire ottoman27 (p. 322). C’est que « le grand seigneur des Turcs » se gardait bien d’attribuer un cours officiel à ces pièces que les marchands évaluaient sur le pied de leur poids de métal (sans monnayage impérial), alors que le décret de 1602 interdisant la circulation des pièces étrangères en France avait provoqué une pénurie monétaire sans nom. Pourquoi dès lors ne pas acclimater en France l’option turque, comme le préconisaient Obrecht ou Vaughan en Angleterre ? La raison en est que la souveraineté du prince a besoin de se manifester ici par la circulation de monnaies régnicoles, « à son image et à ses armes » (p. 322).

  • 28 Il est probable que Montchrestien ait fait lui-même frapper de la fausse monnaie dans sa petite aci (...)
  • 29 Voir cet historique dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III, p.  (...)

17Il est intéressant de placer en regard de ce programme de monnayage celui de Bodin dont la paternité globale pour ce qui concerne les thèses du Traicté d’œconomie politique est bien plus souvent affirmée qu’elle n’est documentée. Montchrestien lui reprend certes la règle du monnayage sans alliage (« la racine des abus est la confusion des trois métaux », lit-on au livre VI de La République), ainsi que l’éviction des pièces étrangères de la circulation monétaire du royaume (« elles ne seront reçues que pour être mises à la fonte »). Il s’en distingue par contre sur plusieurs autres aspects. Bodin calait d’abord son monnayage bimétallique sur un rapport fixe de 1 à 12, considéré comme le pivot structurel des valeurs relatives entre les deux métaux précieux : d’où sa proposition de fabriquer des pièces d’or et d’argent selon un poids (et pas seulement un titre) identique, en sorte que la proportion entre les deux soit immédiatement visible dans les paiements. Telle n’est pas la position de Montchrestien qui préfère s’en référer à l’état du marché, quitte à modifier parfois les appellations numéraires, ce que Bodin considère comme une imposture, toujours ruineuse pour la République. On remarquera en outre que Montchrestien ne reprend pas à son compte les prescriptions de Bodin concernant une centralisation de la frappe des monnaies dans une seule ville (pour un meilleur contrôle), une couverture intégrale des coûts de fabrication par les deniers royaux (pour une totale assimilation de la monnaie et de la marchandise), non plus qu’une mécanisation systématique des ateliers monétaires. Concernant ce dernier point, nul n’ignorait pourtant, et, notamment, pas Montchrestien, semble-t-il28, que les limites techniques de la frappe au marteau étaient à l’origine des tricheries les plus courantes sur les espèces. L’invention technique qu’avait représentée le balancier datait d’une soixantaine d’années et il avait même existé une ordonnance du roi Henri II stipulant (en 1553) que les ateliers monétaires devaient s’équiper d’un moulin pour qu’une fabrication mécanique devienne possible. Le Traité de Montchrestien paraît à une date exactement équidistante entre le moment où cette ordonnance est rapportée par Henri III (en 1585, sous la pression des monnayeurs qui en trouvaient les conséquences trop coûteuses) et le moment où le monnayeur Jean Varin obtient (en 1645) que soit interdit partout en France l’usage du marteau dans la frappe des monnaies. Un bon siècle avait ainsi séparé l’invention technique de l’innovation industrielle qui lui correspondait29.

  • 30 Définition tirée de Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III, p. 431, (...)

18Revenons un instant sur le billonnage, profit indu que l’on fait sur les espèces au préjudice des ordonnances30, pour citer un passage du Traité dont la technicité exige quelques commentaires :

Il s’est trouvé un Flamand à Rouen, nommé Fernande Ferraton […] lequel a esté convaincu par ses papiers de conte arrestez et saisis, d’avoir fait venir des daldres vallans au pays vingt et huit sols, lesquelles il a exposées et fait exposer par-deçà pour trente. Il a confessé en Justice avoir receu pour le change des pièces de quarante six sols d’Espagne, et des quarts d’escu de France. Argent qui s’employe à la fabrique des pièces susdites, lesquelles ne valent que vingt et trois sols de nostre alloy. De sorte qu’ayant intelligence avec les monnoyeurs de par-delà, et de-çà libre débit et franche négotiation, il faisoit plus de vingt et cinq pour cent en moins d’un mois. (p. 317-318)

19Les daldres (ou dalles, dalders, voire parfois dollars) sont des pièces d’argent des Provinces-Unies, marquées d’un lion (leewendalder sur le tableau en annexe, p. 370) et pesant l’équivalent de 21 grammes. Elles sont autorisées à circuler en France (souvent sous le nom de couronne) pour un cours de 28 sous, ce qui les met à 448 sous au marc d’argent fin (ou 1,9 livre tournois), soit exactement le pied des écus français. La dernière règle de monnayage préconisée par Montchrestien se trouve ainsi violée puisque l’argent monnayé à l’étranger ne devrait pas servir dans les paiements mais se diriger vers les hôtels des Monnaies qui les recevraient au tarif du métal brut. « Deçà la frontière » (en France, donc) l’inculpé a « libre débit et franche négotiation » pour faire valoir ces pièces dans le commerce à un cours supérieur à l’ordonnance (30 sous au lieu de 28, ce qui lui fait déjà un bénéfice indu de 7 %). Mais ce n’est pas tout, car profitant de la complicité de monnayeurs « par-delà » (aux Provinces-Unies, donc), les dalders en question sont monnayées selon une qualité inférieure à celle qu’elles devraient avoir aux termes des conventions monétaires de leur pays.

  • 31 Remarquons que Montchrestien (p. 318) estime par comparaison que le profit normal se situe entre 16 (...)

20En proportion de leur intrinsèque légal, pour autant qu’on accepte de les faire valoir en France sur le pied des écus français, elles ne devraient valoir que 23 sols au lieu de 28. La proportion entre ces deux chiffres mesure leur « empirance » pondérale, qui est donc de 17 % (l’équivalent de 3,5 grammes sur les 21), laquelle s’ajoute à la tricherie initiale sur les cours pour donner le bénéfice global de 25 % (en moins d’un mois) que Montchrestien repère effectivement dans l’opération de billonnage qu’il dénonce31. Il y a billonnage parce qu’on extrait de la circulation française les meilleures pièces d’argent afin de les fondre en vue d’un monnayage sous la forme de dalders, de sorte que la bonne monnaie française se trouve ainsi transportée hors du royaume pour y revenir sous forme de monnaies altérées. Les pièces de 46 sols d’Espagne dont il est aussi question dans ce passage sont des piastres de 8 réalles (ou réaux), la réalle étant alors autorisée à circuler pour 5 sous et 9 deniers, ainsi qu’on l’indique dans le tableau, (p. 370) soit également (et abusivement, donc, en vertu de la quatrième règle) au pied des quarts d’écus d’argent français.

  • 32 Arthur E. Monroe, Monetary theory before Adam Smith, Cambridge, Harvard University Press, 1923, p.  (...)

21Même s’il y consacre des développements plus longs, et surtout plus analytiques, Cantillon ne dit pas fondamentalement autre chose sur les principes qui gouvernent le monnayage. Celui-ci consiste à définir la « commune mesure des valeurs » (p. 62) qui s’échangent et à frapper des pièces de monnaie dans une marchandise particulière dont le prince « certifie par une fabrication publique » l’intégrité (p. 58). Mais le prince ne fait ici que sanctionner un choix collectif32 qui résulte fondamentalement d’une « estime » commune (singulièrement toutefois, celle des propriétaires) portant sur les qualités propres de la marchandise privilégiée, avant même que son monnayage ne soit apparu (p. 55). Cantillon énumère alors les raisons qui ont pu faire choisir objectivement de monnayer le métal précieux à l’exclusion de toute autre marchandise, compte tenu des avantages qu’il procure au regard de la conservation, du transport, ou encore de la divisibilité puisque chaque partie conserve l’homogénéité de l’ensemble (p. 60, 65). Sous ce dernier registre, le cuivre apparaît un étalon bien médiocre, et seul le besoin qu’on en a pour « le troc du menu » (p. 147) le fait circuler à l’intérieur des nations, étant donné que sa valeur monnayée est alors largement fiduciaire (elle fait plus que doubler sa valeur de simple marchandise) et qu’elle ne saurait par conséquent traverser les frontières. C’était déjà l’opinion de Montchrestien, concédant aussi qu’il fallait bien frapper de la petite monnaie (ne serait-ce que pour le denier du culte), mais qu’on devait du moins ne pas accepter de se faire payer ainsi par les étrangers (p. 319, 322).

22Cantillon consacre le dernier chapitre de sa première partie à exposer la façon dont la marchandise « métal précieux » devient concrètement de la monnaie par suite d’options diverses sur les poids, les alois et les frais de fabrication. On ne trouve là rien d’original par rapport aux traités sur les monnaies de cette époque et il suffit d’en retenir l’avertissement (p. 59) que la notion de « valeur intrinsèque » possède dans le monnayage une signification (contenu des pièces en métal fin) qui n’a rien à voir avec le concept que propose l’auteur dans son Essai (contenu en terre et en travail). Plus intéressant s’avère le repérage des prescriptions que fait Cantillon dans le dessein d’améliorer le monnayage de son temps, car il s’y trouve encore des références communes avec les propositions de Montchrestien, tant il est vrai que la valeur de la monnaie reste un problème récurrent des régimes monétaires ancrés sur de la marchandise, même précieuse.

  • 33 Voir ce point d’histoire dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III (...)

23Il avait fallu attendre un siècle pour que la première règle de Montchrestien reçoive enfin un écho avec cet édit de 1719 prévoyant une frappe de louis d’or à 24 carats. Édit qu’il fut cependant impossible d’exécuter en raison des dépenses excessives qu’un monnayage sans alliage aurait nécessitées, à condition même qu’il fût possible en pratique de faire circuler des pièces à ce degré de finesse, étant donné l’insuffisante dureté des métaux purs33. Aucune mesure technique ne pouvait remplacer ici la police, d’autant que les besoins insatiables en liquidités suscitaient constamment une demande pour des pièces non conformes. Cantillon témoigne d’ailleurs de la persistance au XVIIIe siècle (p. 158) d’une circulation de pièces « falsifiées » (pas du bon métal), « altérées » (pas du bon intrinsèque) ou « fourrées » (mélange des deux défauts précédents). Dans l’Essai, on peut constater par contre que Montchrestien avait obtenu satisfaction sur la question du caractère symbolique des monnaies comme marque de la souveraineté puisque l’étranger acquitte bien désormais la taxe de monnayage dans le royaume de France (p. 158). Ses pièces ne reçoivent plus maintenant de cours officiel leur permettant d’y circuler librement, et il faut les porter aux hôtels des Monnaies qui les prennent à la valeur des métaux à monnayer en pièces françaises.

24Mais c’est surtout à propos du bimétallisme et des mutations que Montchrestien fait écho dans le texte de Cantillon, qui résout la première question à l’identique (par référence aux marchés), mais pas la seconde (qu’il invite à toujours contextualiser). Dans l’attribution politique d’une valeur numéraire à la monnaie, la principale difficulté, selon Cantillon, résulte de ce que toutes les nations ont trouvé utile et nécessaire de monnayer à la fois l’or et l’argent (p. 62). Comment donc établir leur valeur relative dans le monnayage ? L’arbitraire ici n’est pas de mise et le prince devra établir entre ses deux métaux monnayés un rapport de valeurs qui reflète celui des deux marchandises elles-mêmes. Il calera donc son monnayage sur le marché des métaux dont le prix constitue « toujours la pierre de touche en ces matières » (p. 154), tant il est vrai que le hasard qui gouverne les offres et les demandes sur ces marchés ne saurait introduire durablement entre le prix et la valeur un écart considérable (p. 148-149). Quant à la question des mutations, Cantillon la traite à travers sa présentation de la réforme anglaise, survenue le 22 décembre 1717 à l’instigation du chevalier Isaac Newton (p. 151-153), et il nous faut l’analyser plus longuement.

  • 34 Un problème de datation existe dans le texte à propos du moment où l’appréciation de l’argent fut m (...)
  • 35 Le texte dit « près de 5 % », mais les valeurs fournies par ailleurs impliquent de compter 1 % de p (...)
  • 36 Lucien Gillard, « Nicole Oresme économiste », Revue historique, n º 1, 1979, p. 18-19.

25L’Europe connut à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe une rareté relative de l’argent, ce qui se traduisit en Angleterre par une élévation, de 62 à 66 pence, du prix de « l’écu blanc » d’une once (ou couronne) alors que la pièce d’or restait à 21 shillings et demi34. Cela correspondait à une perte d’environ 6 % sur ce dernier métal en proportion de l’argent35, avec une baisse du rapport monétaire de 1/16 à 1/14,5. La « voie naturelle » eût consisté, selon Cantillon, à s’adapter au prix de marché en monnayant la couronne selon un moindre intrinsèque, en contradiction par conséquent avec la règle de Montchrestien s’opposant à l’altération des espèces. Mais la solution de Cantillon contredisait surtout celle que fit adopter Newton (au nom d’un fétichisme mal venu concernant l’argent, estime-t-il) en diminuant plutôt le cours de la pièce d’or (de 21,5 shillings à 21). Cela eut pour conséquence fâcheuse d’accroître (de 2,5 %) la quantité de pièces d’or qu’il fallait verser dans le règlement des dettes étrangères de l’Angleterre (souscrites en unités de compte). On voit donc qu’en matière de mutations, il faut se garder de poser aucune règle de principe (à la façon de Montchrestien) sans une analyse préalable de l’état du marché qui en l’occurrence ne signalait pas une surabondance du métal or (p. 150). Cette analyse revenait curieusement à retrouver un enseignement vieux de trois siècles et demi, puisque le Traité des monnaies d’Oresme conseillait de monnayer moins précieux l’argent quand ce métal faisait défaut, alors qu’il était préférable de monnayer l’or plus cher dans le cas contraire36.

***

  • 37 La duperie qu’écarte ici Cantillon concerne les comportements individuels et non pas le mécanisme d (...)
  • 38 Contrairement à ce qui se passe chez Montchrestien, où l’État est une véritable institution (à l’an (...)

26Analysons maintenant la monnaie à travers sa fonction d’intermédiaire des échanges, dans un état de l’économie supposée totalement sortie des relations de troc, au sens que leur donne Montchrestien de permutations non monétaires (p. 319). Poser que le royaume de France se trouve dans une telle situation à l’aube du XVIIe siècle participe manifestement d’une vision anachronique, mais cela témoigne aussi que Montchrestien participe déjà à l’élaboration du modèle économique (p. 319). En un temps où l’adéquation entre les pratiques sociales et le modèle d’économie monétaire aura gagné en vraisemblance, Cantillon ajoutera sa couche d’abstraction supplémentaire avec la vision d’une économie débarrassée de tous ces comportements frauduleux et corrompus qui faisaient la trame du discours économique au siècle précédent. Et ce que les comportements vertueux des princes étaient censés produire chez Montchrestien (l’éradication du vice) se trouve ici directement obtenu par l’abstraction théorisante de l’économiste éliminant a priori ce qui fait la substance, en somme, de la vie des affaires : duperies et fourberies « ne sont pas de mon sujet » (p. 31, 173)37. La représentation économique commençait ainsi à se refermer sur elle-même puisque l’institution susceptible de réguler ces comportements déviants disparaissait de l’analyse en même temps qu’eux. À l’occasion, Cantillon évoque la fonction régalienne en des termes spécifiques, le prince devenant alors « conducteur » (p. 74), « administrateur » (p. 122), « ministre » (p. 172) « de l’État »38, mais son statut dans l’analyse reste fondamentalement une question de degré (le plus important des propriétaires) plutôt que de nature. L’Essai ne se veut pas un traité d’économie politique et lorsque l’exercice de la souveraineté apparaît parfois chez Cantillon quand il s’agit de fixer un taux légal de taxation (p. 74), d’intérêt de l’argent (p. 128) ou de mutation monétaire (p. 158), c’est toujours sous l’angle des effets (perturbateurs) que ces interventions discrétionnaires produisent sur le commerce.

27Soit donc un ensemble de relations sociales fonctionnant selon les principes d’une économie monétaire. Il s’agit maintenant de voir comment nos deux auteurs envisagent la question du rapport entre la quantité des moyens de paiement disponibles et la quantité de marchandises qu’ils sont censés faire circuler. On passe ainsi des conditions juridiques garantissant l’équité des contrats individuels (par une bonne mesure des valeurs) aux conditions économiques qui rendent possible l’exécution effective de l’ensemble des engagements contractés.

  • 39 Ces métaphores se trouvent chez Cantillon p. 78, 90, 91, 98, 99, 100. Chez Montchrestien, l’équival (...)
  • 40 À la page 260 du Traité, on assiste à un petit glissement dans le contenu de la stratification soci (...)

28Ce problème de liquidité globale de l’économie est perçu chez nos deux auteurs à travers le circuit des échanges, et leur vision circulatoire s’illustre de nombreuses métaphores aquatiques, dans lesquelles les ruisseaux, rivières et autres cours d’eau s’écoulent, arrosent, se vident et se remplissent « en un perpétuel mouvement »39. Ce mouvement est envisagé par chacun d’eux du point de vue spatial (entre la ville et la campagne, p. 80 du Traité, p. 77 de l’Essai ; entre l’intérieur du royaume et l’étranger, respectivement p. 291 et 133). Et il l’est aussi du point de vue social : entre laboureurs, artisans et marchands, chez Montchrestien (p. 46, 68)40, entre propriétaires, entrepreneurs et personnes à gage fixe chez Cantillon (p. 31). Mais tandis que « toute la circulation de l’État se conduit par l’entremise des entrepreneurs » (p. 33) dans l’économie décentralisée de Cantillon, il n’en va pas ainsi avec Montchrestien pour qui le « grand fontainier » du royaume doit veiller à bien entretenir le dispositif hydraulique et relancer, au besoin, le circuit de la dépense en l’alimentant de son épargne pour le bien de tous (p. 364). Or il semble urgent au début du XVIIe siècle de « tirer l’oreille » (p. 232) respectueusement au fontainier de ce royaume, lequel se trouve alors dans un état, « bon Dieu ! », que personne n’« oze quasi dire » (p. 270)

  • 41 Paradoxes du seigneur de Malestroit sur le faict des monnaies (1566), et La response de Jean Bodin (...)

29Les occasions d’accident ne manquent pas qui viennent perturber la bonne circulation des moyens de paiement dans le courant des échanges, mais ils apparaissent en France autrement plus menaçants du temps de Montchrestien qu’ils ne le seront au siècle suivant, une fois du moins que seront révolus les malheureux exploits du système de Law. Certains ont pu estimer que l’engorgement monétaire avait causé un grave dérangement dans le circuit des paiements, et on s’est ainsi effrayé en Europe de l’élévation du prix « de toutes sortes de denrées » à la suite des entrées considérables de métaux précieux venus d’Amérique (p. 397). Mais outre que l’importance de cet enchérissement n’a pas été proportionnelle à l’accroissement des quantités, Montchrestien estime qu’elle fut de nature purement accidentelle et transitoire, « laissant immuable la valeur essentielle des marchandises », savoir, leur contenu en travail, ainsi que l’auteur nous l’a précédemment indiqué (p. 117). Cette position évoque l’opinion formulée par Malestroit au siècle précédent quant à l’illusion monétaire qui aurait accompagné le déferlement des métaux américains en Europe. Car pour peu qu’on évalue les marchandises en pièces d’or et d’argent prises au poids, affirmait cet auteur, le prix de chacune d’elle était pratiquement resté le même, en dépit de l’augmentation considérable que chacun pouvait constater dans les évaluations en livre tournois prise comme unité de compte. D’où la sentence de Malestroit, « que l’on se plainct à tort en France de l’enchérissement de toutes choses, attendu que rien n’y est enchery depuis trois cents ans ». En reprenant peu ou prou cette thèse, Montchrestien se démarque une fois encore de Bodin qui affirmait au contraire dans cette controverse que le prix des marchandises avait « réellement » augmenté dans l’Europe du XVIe siècle, et que la cause principale s’en trouvait dans la quantité inaccoutumée de métaux précieux : « La principale cause qui encherist toutes choses en quelque lieu que ce soit, est l’abondance de ce qui donne estimation et pris aux choses. »41

30Le fait est que l’excès de monnaie n’apparaît jamais chez Montchrestien comme un danger possible pour le circuit des échanges, qui se trouve au contraire confronté en permanence à l’insuffisance des moyens de paiement, lesquels « se perdent sous la terre par quelque pertuis, ou se divertissent ailleurs » (p. 47). Ce balancement est de pure rhétorique, malheureusement, car il n’annonce pas une distinction entre des fuites de substances qui se produiraient à l’intérieur du royaume et d’autres qui le feraient vers l’extérieur. Montchrestien continuera au contraire d’incriminer l’étranger dans toutes les occurrences, étant entendu que « dans le circuit de citoyen à citoyen, il n’y a nulle perte pour le public » (p. 303), puisque le profit des uns compense la perte des autres, laissant en quelque sorte intacte la liquidité globale dans le royaume. La seule crainte notable à ce propos se situe à la tête du royaume dans le cas d’un prince trop avaricieux. Et ce n’est pas avant Cantillon que seront exposés les effets négatifs que pourrait éventuellement avoir sur la fluidité du circuit intérieur un certain type de redistribution des revenus entre les catégories sociales. Concernant ces pertes de substance métallique vers l’étranger que le Traité incrimine si généreusement, on peut en repérer plusieurs catégories.

31Rappelons d’abord le « billonnage » des pièces circulantes, précédemment évoqué à propos du monnayage des pièces étrangères et dont les effets contribuent à réduire la masse monétaire. Il faut entendre cette réduction au sens du poids global de métaux précieux disponibles pour effectuer les échanges à l’intérieur du royaume, car les changeurs font revenir de l’étranger des pièces plus légères que celles qu’ils ont soustraites du royaume. Si les comptes se règlent bien en poids de métal, ainsi que l’exigerait l’équité dans les échanges avec une monnaie marchandise, il apparaît bien là une perte de substance dans les instruments de paiement, et un préjudice pour les vendeurs de marchandises et autres créanciers. Comme il semble possible de s’octroyer dans cette activité un profit vingt fois plus grand qu’il est normal (p. 318), on aura compris que les candidats trafiquants ne manquent pas à l’intérieur même de la corporation des marchands français (p. 319).

  • 42 Montchrestien affectionne décidément l’antanaclase, car le marché de la faux illustre selon lui la (...)

32Au-delà de telles activités frauduleuses sur les monnaies, la liquidité globale de l’économie se voit affectée aussi par un drainage des métaux d’origine purement commerciale. On pourrait en distinguer trois variantes. En sont responsables d’abord les facteurs ou commissionnaires de marchands étrangers (et particulièrement anglais et hollandais, p. 306) qui accaparent une bonne partie des échanges effectués à l’intérieur même du royaume, n’ayant de cesse ensuite de rapatrier chez eux les bénéfices de leur intercession. Ils sont parvenus à leur fin en introduisant ici des marchandises de mauvaise qualité qui passent cependant parmi nous en raison du prix avantageux auquel ils les mettent42. De pareilles méprises sont largement dues à l’existence d’une multitude de petits marchés de villages déconnectés les uns des autres, ce qui facilite l’action dolosive des forains auprès des « gens sans connaissance », à l’évidence trop nombreux (p. 89). Notons que ce sera l’un des apports fondamentaux de Cantillon à l’analyse économique que de poser le nécessaire regroupement des vendeurs et des acheteurs pour que s’établisse sur chaque marchandise un prix incontestable (à la page 6 de son Essai).

  • 43 À la fin de notre contribution, le tableau signale un cours de 16 sous pour le quart d’écu d’argent (...)

33Il existe une deuxième raison à la réduction du stock métallique dans notre royaume selon Montchrestien, et elle tient à la modification des mœurs survenue récemment et qui provoque des importations de produits luxueux en provenance de pays (levantins) qui n’acceptent pas d’autres marchandises en retour que nos monnaies d’argent (p. 361). Celles-ci se trouvent du même coup recevoir là-bas une prime de presque 10 %, « ce qui épuise aujourd’hui la France de monnaie blanche », et concurrence aussi abusivement nos propres fabrications de soie puisque l’achat des leurs se trouve rendu meilleur marché là-bas par notre écu surévalué43.

34Mais il existe aussi des arbitrages sur le métal qui s’effectuent dans l’espace européen lui-même et qui contribuent pour leur part à ce drainage (p. 303) : c’est la troisième voie par laquelle se réduit la liquidité globale de notre économie selon Montchrestien. Il constate ainsi que des métaux sont exportés de France vers l’Espagne (pour y acheter de la laine, des cuirs et des huiles) alors même que notre commerce est globalement excédentaire avec ce pays (p. 351). Pour contrecarrer ces fuites métalliques, il conviendrait, selon lui, d’élever le prix officiel du métal précieux en France, car les monnaies « s’amassent où elles vont à plus haut prix » (p. 322). Ce passage évoque la « guerre des tarifs » à laquelle se livrent tous les pays de l’Europe (dépourvus autant qu’ils sont de mines d’or et d’argent) pour attirer chez eux les vendeurs de métaux précieux et surenchérir sur les acheteurs concurrents. C’est d’ailleurs à l’époque de Montchrestien la seule forme que prend le marché des métaux dont l’organisation en bourse (de Londres et d’Amsterdam) n’interviendra pas avant la seconde moitié de ce siècle. Mais le mouvement de métaux vers l’Espagne qui nous est ici révélé témoigne aussi des carences bancaires de l’époque, au moins dans la région incriminée (la Bretagne). Compte tenu de l’excédent de la balance française avec ce pays, il ne devait y avoir en principe aucune difficulté pour trouver en Espagne les débiteurs susceptibles de régler au moyen des lettres de change ce que certains marchands français devaient aux Espagnols.

  • 44 L’infériorité du rapport monétaire français au regard des Provinces-Unies et de l’Angleterre (voir (...)

35Cependant, ce qui nous est dit ici de la concurrence internationale sur les métaux à monnayer souffre d’une carence analytique qu’il convient de signaler. En premier lieu, il n’est pas possible de savoir dans quel pays le métal est mis à meilleur prix sans mettre en relation les unités de compte respectives de ces pays les unes avec les autres aux fins de comparaison, c’est-à-dire sans connaître l’état du change au moment considéré. Il n’y a pourtant aucune évocation chez Montchrestien du rapport de valeurs entre la livre tournois et le maravédis. On ne peut de surcroît se contenter d’évoquer des sorties métalliques de France sans tenir compte des rapports monétaires régissant les deux métaux dans chacun des pays qui se font concurrence. Or dans l’Europe du XVIIe siècle débutant, c’est la France qui affiche le plus petit de tous les rapports monétaires existants (11, 2), ce qui laisse supposer (pour autant que le coût du transport et du risque ne mange pas la différence) une sortie de nos écus d’or plutôt que d’argent. Il devait donc en contrepartie se produire des retours d’argent étranger puisqu’il était possible d’en obtenir là-bas une proportion supérieure à celle d’ici, et continuer ainsi d’extraire des pièces d’or de notre circulation44. Pour affirmer que le résultat global de cette commutation entre les métaux précieux était négatif pour la France en termes de liquidité, il faut admettre que le pays y perdait proportionnellement plus en poids d’or qu’il n’y gagnait en poids d’argent. L’année même où parut le Traité survint effectivement un édit monétaire qui revalorisait notablement l’or par rapport à l’argent. On ne peut malheureusement pas imputer une part de responsabilité à Montchrestien dans cette décision, car son Traité n’envisage jamais cette question sous l’angle des prix relatifs.

36Si l’on s’interroge sur la façon dont Cantillon traite de la quantité des moyens de paiement au début du siècle suivant, on note immédiatement que la préoccupation première ne concerne plus le risque de pénurie mais celui d’une trop grande abondance. Sans doute cette abondance d’argent est-elle de bon augure dans la « puissance comparative » des États (p. 104, 105), mais « le cours naturel des choses » conduit toujours ceux-ci à retomber tendanciellement dans l’indigence, en raison des gaspillages que provoque la richesse d’argent (p. 102, 107, 109). Servi par un contexte plus favorable (et certes aussi par un esprit plus méthodique), Cantillon va donc relativiser la question de la masse monétaire, et cela de deux façons. Il pose d’abord que l’excès ou le défaut dépend pour partie de l’usage qui en est fait (la demande, dans les termes d’aujourd’hui), ce qu’il exprimera synthétiquement par la « vitesse de circulation » de la monnaie, le nombre de fois qu’elle change de mains en un temps donné. Et il déplace la question vers ce qui pourrait constituer la masse optimale de monnaie (1/9 de la production agricole), tout en reconnaissant au final que la réponse est pratiquement impossible, compte tenu du nombre excessif de facteurs impliqués (p. 82).

  • 45 La note que propose l’éditeur à la page 150 ne me paraît donc pas pertinente. Cantillon analyse dan (...)
  • 46 Dernier en date des « Cantillon humien », Antoin E. Murphy, Richard Cantillon, ouvr. cité, p. 199-2 (...)

37On remarquera d’abord que l’Essai n’envisage que brièvement la question des variations que subit périodiquement la masse monétaire en conséquence des mouvements de la balance des paiements extérieurs (p. 76, 93). Contrairement à une opinion largement reçue aujourd’hui (Schumpeter, Hayek, Bordo, Murphy...), j’ai du mal à trouver chez Cantillon ce fameux rééquilibrage international dont Hume proposera l’analyse une vingtaine d’années plus tard45. Pour ce dernier, un afflux de monnaie dans un pays détériore les termes de ses échanges avec l’étranger, mais le déséquilibre de sa balance des paiements extérieurs se résorbe de lui-même grâce aux sorties de monnaie qui en résultent vers les pays étrangers, ce qui rétablit les prix relatifs. Un tel mécanisme autorégulateur suppose certaines conditions qui sont étrangères à la problématique de Cantillon qui s’intéresse davantage à la dépense des revenus nominaux qu’au coût relatif des productions (p. 83, 94). Le différentiel de prix dont pâtit le pays où survient l’afflux de monnaie ne se répercute dans la balance des paiements que si l’élasticité prix de la demande intérieure y est forte (importations de substitution). Il faut aussi que de nouveaux compétiteurs étrangers se lancent sur le marché pour satisfaire la demande (forte élasticité prix des offres extérieures). Jusque-là, l’afflux de monnaie dans un pays aura d’abord pour effet d’accroître les opportunités de dépenses sur les marchandises produites au pays (substitution aux exportations, sans effet prix), ou sur des marchandises nouvelles, de luxe notamment (hausse des prix exportée). Une telle analyse ne prévoit nullement qu’un déséquilibre de balance extérieure doive s’ensuivre à tout coup (le cas des Provinces-Unies s’oppose ainsi au cas espagnol, p. 92, 94). Et s’il est certain que l’afflux de métal ne peut produire durablement un surcroît de puissance comparative pour l’État qui en bénéficie, cela ne résulte pas chez Cantillon d’une bascule mécanique dans les flux de paiements internationaux46. C’est l’effet, beaucoup plus fondamental, d’une vision anthropologique qui destine toute société opulente à l’inéluctable décadence : le terme de rééquilibrage ne paraît pas la meilleure façon de qualifier un tel processus.

38Cantillon traite plus volontiers de la quantité des moyens de paiement dans le cadre d’une économie fermée. Sa démonstration s’appuie sur deux épisodes historiques complémentaires, dont l’un concerne l’augmentation physique de la masse métallique, suite à l’afflux des métaux américains, tandis que l’autre concerne son augmentation en valeur numéraire, sous l’effet des mutations monétaires de Louis XIV. Reprenant implicitement le vieux débat de Bodin et Malestroit, l’auteur nous montre alors que l’effet de ces deux augmentations sur le prix des marchandises diffère quelque peu d’une occurrence à l’autre.

39S’agissant des mutations, il n’y a pour Cantillon aucun bénéfice global à attendre d’une élévation du cours des espèces en unité de compte, « même si tous les peuples sont remplis de faux préjugés » en cette matière (p. 160). Car « le prix de toutes les choses augmente insensiblement », ce qui laisse en définitive inchangé le poids de métal requis pour effectuer la fonction d’intermédiaire dans les paiements métalliques. Considérant les comptes sous l’angle des valeurs intrinsèques, les mutations ne produisent donc pas d’effets réels sur les prix, et si la livre tournois se trouve soudain définie par une moindre quantité de métal, il faudra simplement donner davantage de livres tournois pour obtenir les mêmes choses. S’agissant maintenant de l’augmentation réelle du stock de métal précieux en provenance de l’étranger, l’effet produit sur le prix des marchandises n’est pas aussi mécanique, en raison d’une diffusion progressive des instruments de paiement empruntant de multiples canaux (p. 98). Tout le monde ne bénéficie pas de cette manne avec la même intensité ni au même moment, et les usages monétaires eux-mêmes s’en trouvent modifiés au point que le résultat global reste indécidable, notamment pour ce qui concerne la rapidité de transmission de la monnaie d’un individu à l’autre dans un laps de temps donné. « Je conçois que lorsqu’on introduit dans un État une bonne quantité d’argent de surplus, le nouvel argent donne un tour nouveau à la consommation, et même une vitesse à la circulation ; mais il n’est pas possible d’en marquer le degré véritable » (p. 100).

  • 47 Locke se trouve critiqué plus rapidement en deux autres occasions : il n’explicite pas bien le prin (...)
  • 48 Michael D. Bordo, « Some aspects of the monetary economics of Richard Cantillon », Journal of monet (...)

40Par deux fois, Cantillon rencontre Locke à propos de la relation qu’il suppose exister entre la quantité de monnaie et les prix, et c’est pour lui chaque fois l’occasion de le critiquer47. Considérant d’abord cette relation entre des niveaux à un moment et sur un marché donné (p. 66), notre auteur « estime qu’il ne faut pas croire en général que le prix des choses au marché doive être proportionné à leur quantité et à celle de l’argent qui circule actuellement dans le lieu ». Quand elle ne résulte pas simplement de la « fantaisie » des hommes qui laisse subsister parfois une diversité de prix pour une même marchandise en un lieu donné (p. 30, 68), cette disproportion locale entre le prix des choses et la quantité d’argent résultera de la perspective qu’auront les offreurs d’écouler leur marchandise ailleurs (p. 85, 97). C’est la distinction cruciale entre les marchandises qui sont libres de voyager et celles qui, en raison de leur nature même ou pour des raisons réglementaires, ne le peuvent pas et qui se voient affectées pour cela de prix différents, selon les lieux où elles s’échangent. Mais la rencontre avec Locke trouve une autre occurrence, quand il est question non plus de variables prises en niveau mais des variations de la quantité d’argent qui circule (p. 90-97). L’augmentation, disons, de la masse monétaire dans un pays, qu’elle provienne d’une production de métal précieux dans ce pays ou d’un excédent de sa balance extérieure, ne génère pas les mêmes revenus pour toutes les catégories sociales. Pour autant qu’il existe chez Cantillon une relation entre variation de la masse monétaire et variation des prix des marchandises (et des facteurs de production), son sens et son intensité vont donc dépendre entièrement du contexte. Il s’agit d’apprécier selon lui quels transferts de richesse l’accompagnent et comment ceux-ci se traduisent. Et cela, sur le triple plan de la démographie (niveau global de population, via les effets migratoires, structure d’emploi), du social (type de consommations concernées, attitudes par rapport à la monnaie), et de l’économie (effets sur les coûts de production, sur l’intensité des altercations de marché et sur les termes de l’échange avec l’étranger). Au total, on ne peut être assuré que d’une chose : une augmentation de la quantité de monnaie en circulation dans un pays va y modifier la structure des prix. La monnaie n’est pas neutre, ce que Spengler considère comme le principal apport de Cantillon, repris en cela par Bordo sous l’appellation de « théorie du déséquilibre monétaire »48.

  • 49 Cantillon parle d’une diminution de 1 % par mois pendant vingt mois (p. 156), ce qui aurait fragili (...)
  • 50 Du Tot, Réflexions politiques sur les finances et le commerce (1738), La Haye, Prevost, 1743, II, p (...)

41Revenons sur l’épisode des ultimes mutations de Louis XIV, car Cantillon en fait une présentation qu’il convient de corriger sur plusieurs points en s’aidant de l’ouvrage que publia Du Tot sur la question, quatre années après la mort de notre auteur. C’est le 1er décembre 1713 que commença, sous l’autorité du contrôleur général des Finances Desmarets, la série des diminutions de la valeur numéraire de l’écu d’argent, c’est-à-dire aussi de l’once monnayée puisque huit pièces de ce type étaient alors frappées dans le marc standard à 920 millièmes de fin (soit un peu moins de 31 grammes la pièce). Dix autres mutations suivront ensuite qui verront l’écu de 5 livres tournois perdre ainsi 30 deniers tous les deux mois (soit 2,5 % chaque fois)49 jusqu’à un dernier palier qui en stabilise le cours à 3 livres et 10 sous, le 1er septembre 1715 (jour de la mort du roi). Pour prévenir la diminution annoncée de la valeur de leurs écus, ceux qui en possédaient se trouvaient donc incités à les porter aux hôtels des Monnaies, au grand bénéfice du roi qui toucherait la taxe sur les nouvelles frappes. Tel était du moins le but de la manœuvre que Cantillon réprouve. Car elle provoqua surtout, selon lui, l’apathie générale des affaires intérieures (chacun évitant de se porter créancier d’une monnaie qui allait perdre incessamment de son pouvoir d’achat), tout en déséquilibrant nos échanges avec l’extérieur (la monnaie française n’étant prise qu’au poids à l’étranger, sans y perdre de sa valeur numéraire). Cantillon affirme qu’on a pu observer cet effet négatif dans le cours du change « que l’on vit communément de 6 à 10 % contre la France dans le courant des diminutions » (p. 156). La chronique des cours du change relevés par Du Tot ne confirme pas cette assertion puisque l’unité de compte française va connaître au contraire dans la période incriminée une amélioration de plus de 30 % de sa valeur vis-à-vis de la livre anglaise et du florin hollandais50. C’est que la parité de la livre tournois s’est trouvée améliorée dans la période par rapport aux monnaies étrangères en proportion de son alourdissement en poids d’argent (passé d’environ 6,13 grammes à 7,66). En confrontant les valeurs observées du taux de change avec la succession des valeurs d’équilibre sur les intrinsèques (le pair), Du Tot fait ainsi apparaître au cours de la séquence des mutations des périodes alternées d’amélioration et de détérioration du change de la monnaie française sans tendance bien caractérisée. Et il attribue très largement ces alternances à des mouvements spéculatifs, estimant que l’étranger n’aurait pas profité autant si la baisse du cours de l’écu s’était faite en une seule fois. Cette formule prévaudra d’ailleurs dans les mutations de 1726, mais on verra que nos deux auteurs s’opposent encore sur leur interprétation.

42Voyons pour l’instant quel jugement porte Cantillon sur le second temps de la manœuvre, la revalorisation brutale de l’écu succédant à la série des diminutions. L’édit de septembre 1715 mettait en circulation un nouvel écu, de même intrinsèque que l’ancien, mais frappé d’un coin différent et doté surtout d’un cours (5 livres tournois) qui annulait les onze mutations précédentes. Cantillon estime que cette mesure provoqua dans le royaume une grande pénurie dans les moyens de paiement, mais qu’elle permit au roi d’empocher les 20 % d’écart qui se trouvaient ainsi artificiellement établis entre les deux écus (p. 157). Ce jugement ne résiste pas cependant à l’épreuve de Du Tot, car on y apprend que la conversion d’écus ne fut pas accompagnée immédiatement d’une mise au rebut des anciennes pièces. Celles-ci continuèrent en effet de circuler pendant trente mois au cours de 4 livres tournois (on ne décompta pas la mutation survenue le jour de la mort du roi et qui aurait exigé de les mettre à 3 livres 10). Le maintien en circulation des anciens écus avait officiellement pour but de « soutenir les finances royales », mais il occasionna surtout selon Du Tot un grand désordre dans le commerce (des altercations incessantes sur les valeurs nominales), sans que le roi puisse bénéficier entièrement de la différence des cours. Cela n’eût été possible que si la totalité des recettes avait été réglée en pièces anciennes tandis que toutes les dépenses l’auraient été avec des nouvelles. Mais on ne pouvait produire ces dernières instantanément et le roi dut pendant longtemps encore alimenter le circuit des dépenses avec des pièces de l’ancien coin, réduisant ainsi ses prétentions sur les fameux 20 % que lui attribue trop généreusement Cantillon. Peut-on admettre du moins avec l’auteur que les prétentions royales se trouvaient exaucées dans la circulation extérieure, à l’occasion du prélèvement de la « taxe des monnaies » sur le métal que l’étranger apportait aux hôtels pour régler le prix des marchandises exportées de France (p. 158) ? Pas davantage, me semble-t-il, car la différence de cours entre les deux écus (ici, 20 %) n’a rien à voir avec la taxe prélevée au monnayage sur les demandeurs de monnaies, qu’ils soient étrangers ou non. Ceux-ci apportent un métal compté à la valeur du tarif et ils remportent des pièces comptées au pied du métal monnayé, soit 6 % de plus environ à l’époque (voir tableau en annexe, p. 370).

  • 51 Estimation de Du Tot, ibid., II, p. 124.
  • 52 Gregory King, Natural and political observations and conclusions upon the state and condition of En (...)

43Expliquant que l’abondance de marchandises stockées pendant la période de mutations pesa sur le marché à partir de 1715, au point d’en faire baisser les prix de 60 %, Cantillon tire ainsi la leçon finale de cet épisode monétaire : « Le Roi fait un profit considérable par la taxe des monnaies, mais il en coûte le triple à la France pour lui faire trouver ce profit » (p. 158). Cantillon ne nous fournit pas les éléments permettant de vérifier si la correspondance mathématique qu’il pose dans les proportions (les 20 % ajoutés trois fois aux monnaies correspondent aux 60 % de réduction sur le prix des marchandises) renvoie bien à une certaine cohérence entre les masses elles-mêmes que son raisonnement implique. En supposant que le commerce extérieur de la France s’élevait alors à 150 millions de livres tournois51, la sous-évaluation des marchandises exportées lui aurait ainsi fait perdre 90 millions. L’équivalence supposée entre cette perte commerciale et la recette sur les monnaies (censément taxées à 20 %) impliquerait donc un monnayage de 450 millions de livres tournois en écus d’argent nouveaux, ce qui ne paraît pas incompatible avec ce que l’on croit savoir du stock monétaire français de l’époque52. On voit bien cependant qu’il suffirait de ramener la taxe de monnayage à 6 % pour que la déflation résultant de la politique incriminée soit trois fois moindre que ne le prétend l’Essai (18 % en place de ces 60 % dont on a nul témoignage par ailleurs). Tant par le choix de ses paliers de dépréciation que par celui du montant de déflation, Cantillon fait un usage des chiffres (ad hoc) qui annonce assez bien ce que va devenir l’économie politique savante. À l’occasion de l’épisode de 1714-1715, on pourra aussi noter que l’auteur fait quelque infidélité à son principe analytique d’évacuation des comportements déviants. Il concède en effet qu’« il arrive presque toujours » qu’on falsifie les espèces de la nouvelle frappe française à l’étranger (p. 158), tandis que l’on s’entend dans le royaume « entre quatre yeux » pour conférer un cours commercial aux espèces de l’ancienne frappe (p. 159). On se croirait revenu dans le champ monétaire du siècle précédent.

  • 53 Du Tot, Réflexions..., ouvr. cité, 1743, II, p. 216. Il circula simultanément du début février à la (...)

44En 1726, nous l’avons dit, on procéda au même enchaînement de mutations à la hausse et à la baisse, mais en deux temps seulement, séparés par un unique trimestre, et sans avoir préalablement annoncé le second temps. Cantillon estime qu’un tel protocole ne pouvait qu’échouer puisqu’il n’y avait pas d’incitation à modifier les comportements de dépense et que le délai imparti ne laissait pas le temps d’accumuler une quantité suffisante de marchandises invendues. La réévaluation correctrice ne produisit donc pas le boom souhaité sur les exportations, et il manqua au final de ce métal que nécessitait la frappe des écus de remplacement (p. 159). Tel n’est pas l’avis de Du Tot qui incrimine de nouveau la circulation simultanée d’écus portant des pieds différents. La comparaison des parités de chacun des deux écus avec les pièces étrangères provoquait alors tout naturellement une exportation des meilleures, sans même que les billonneurs aient à considérer le cours du change par lettres53. Ce dernier n’intervient en effet dans le calcul d’arbitrage que si les bénéfices doivent faire l’objet d’un rapatriement à domicile (dans l’unité de compte du départ), mais les marchands de métaux étaient suffisamment bien organisés à l’époque pour n’être pas contraints à de tels retours quand ils s’avéraient coûteux. Et ils valorisaient leurs capitaux simultanément sur plusieurs places, ne rapatriant les profits qu’aux moments opportuns. À l’image de ce qui s’était passé dix ans plus tôt, l’expérience de 1726 trouverait donc sa faille à l’intérieur même de la sphère monétaire, sans qu’il y ait besoin de passer avec Cantillon par le circuit du commerce.

  • 54 Les évaluations de King pour 1695 s’éloignent beaucoup de la proportion avancée par Cantillon, puis (...)
  • 55 Ce chiffre concorde de nouveau avec ce que l’on sait du montant de la réserve de la banque de Londr (...)

45On terminera le traitement de la question des moyens de paiement par quelques considérations sur l’évaluation quantitative de la masse monétaire puisqu’elle fait l’objet d’un certain nombre de remarques intéressantes chez Cantillon. Rien de tel n’existe évidemment dans le Traité de Montchrestien qui se borne à l’antienne d’une insuffisance structurelle de monnaie et des comportements pervertis qui contribuent à l’entretenir. Pour Cantillon, il convient d’empêcher que les « conducteurs des États se fassent des idées extravagantes sur la quantité d’argent qui circule » dans leur royaume (p. 74). Pour cela, il leur faut savoir que la masse monétaire que nécessite la circulation du produit global se monte au tiers du revenu distribué aux propriétaires sous forme de rente, revenu qui représente lui-même le tiers de la valeur produite par le travail de la terre, la production nationale. « L’argent qui circule dans un État est donc égal en valeur à la neuvième partie de tout le produit annuel des terres » (p. 74). D’où il suit que la variation du loyer des terres constitue un bon indicateur de la plus ou moins grande abondance de l’argent dans un royaume (p. 103). Et puisque Cantillon se risque à évaluer le poids d’or et d’argent qui circulent sous forme monnayée en Angleterre (p. 150), il nous suffit d’appliquer à ces poids les conventions monétaires instaurées par Newton pour obtenir une estimation de la valeur nominale de la masse de monnaies métalliques en circulation dans ce pays. Elle s’élèverait à 14 millions de livres sterling, ce qui mettrait le produit national anglais aux environ de 125 millions ; convertie en livres tournois de 1726, la masse monétaire de l’Angleterre serait ainsi de 123 millions et son revenu national de 1,6 milliard54. Ajoutons que les billets et virements qu’émettent les banques nationales en substitution des espèces n’ont pour Cantillon qu’une importance marginale du point de vue quantitatif puisqu’il en évalue la part à 10 % de l’ensemble des paiements (p. 165)55.

  • 56 Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, ouvr. cité, p. 68.

46Les nombreuses proximités que l’on a pu constater dans la pensée monétaire de Montchrestien et de Cantillon conduisent à poser, pour le moins, deux questions conclusives quant à la portée de cette étude comparative. Pourquoi d’abord de telles proximités s’agissant de la monnaie quand les représentations globales de l’économie s’opposent aussi radicalement d’un auteur à l’autre (économie centralisée ou décentralisée) ? Et encore : ces proximités d’analyse entre le début du XVIIe siècle et le début du siècle suivant sont-elles représentatives d’une sorte de consensus quant à la pensée monétaire des auteurs ayant écrit sur la matière durant cette période historique ? En dépit des apparences, on peut d’abord réfuter l’idée d’une opposition dans les représentations, tant il apparaît que Cantillon s’inscrit dans ce même processus de « naturalisation » de l’économie que prônait déjà Montchrestien. Avec lui, les marchands mettent désormais spontanément en œuvre les lois naturelles que le prince devait initialement imposer au nom de la raison d’État. La monnaie apparaît donc logiquement comme une marchandise dont il revient à l’institution de simplement garantir et faire respecter les règles naturelles de fonctionnement autour de la « valeur intrinsèque » du métal. Mais il convient aussi de réfuter l’idée d’un consensus qui aurait pu exister sur les grands principes gouvernant cette matière tout au long de la période séculaire qui sépare nos deux auteurs. Pour montrer qu’il n’en est rien, on se contentera d’évoquer la Dissertation sur la nature des richesses, de l’argent et des tributs, donnée en 1707 par Boisguilbert. On y constate que la nature de la monnaie est pour cet auteur d’essence juridique, car sa fonction n’est pas de payer mais seulement de promettre un paiement ; d’où l’inconvénient majeur qui résulte d’une monnaie métallique, car le métal possède une valeur comme marchandise, et l’idolâtrie qui l’entoure s’avère toujours nuisible au commerce des richesses véritables. Les mythes fondateurs de l’économie politique, nous rappelle Jean-Claude Perrot, attribuent volontiers à Boisguilbert le statut de précurseur56. Quelques lignes de la Dissertation suffisent à montrer combien son discours tranchait en effet dans les opinions émises concurremment par les deux auteurs dont nous venons d’étudier les analyses en matière de monnaie. Car l’anathème keynésien sur la relique barbare se profile déjà derrière cette manière aimable de « remercier » le métal précieux : comme quoi il convient de ne pas confondre la nature de la monnaie et les usages qui en sont faits quand on évoque l’intérêt porté par Keynes à la pensée monétaire des mercantilistes.

  • 57 Pierre de Boisguilbert, Pierre de Boisguilbert ou la naissance de l’économie politique, Paris, INED (...)

Le vendeur d’une denrée ne trafiquant pas le plus souvent avec le marchand de celle dont il a actuellement besoin, et pour le recouvrement de laquelle il se dessaisit de la sienne, l’argent alors vient au secours, et la recette qu’il en fait de son acheteur lui est une procuration, avec garantie, que son intention sera effectuée en quelque lieu que se trouve le marchand, et cela pour autant, et sur un prix courant et proportionné à ce qu’il s’est dessaisi les mains de la denrée dont il était propriétaire : voilà donc l’unique fonction de l’argent ; et chaque degré de dérogeance qu’on y admet, quoiqu’elle se voie aujourd’hui à un excès effroyable, est autant de déchet à la félicité d’un État.
Nous avons dans l’Europe, et on le pratique même tous les jours, un moyen [...] pour mettre ces métaux à la raison, et, détruisant leur usurpation, les renfermer dans leurs véritables bornes, qui sont d’être valets et esclaves du commerce uniquement, et non les tyrans, et cela en leur donnant pour concurrents non du cuivre, non des coquilles, non du tabac… qui coûtent de la peine et du travail à recouvrer, mais un simple morceau de papier, qui ne coûte rien, et remplace néanmoins toutes les fonctions de l’argent pour des quantités de millions, une infinité de fois, c’est-à-dire par autant de mains qu’il passe, tant que ces métaux ne sortent point de leur état naturel, et des principes qui les ont fait appeler dans le monde.57

Montchrestien et Cantillon, le contexte monétaire
argent (a), or (o), rapport monétaire (RM), pied (P), tarif (T) ; sous tournois (s) ; livre tournois (L) ; shilling sterling (sh) ; pence (p) ; fl orin (F) ; stuyver (st)

Montchrestien et Cantillon, le contexte monétaireargent (a), or (o), rapport monétaire (RM), pied (P), tarif (T) ; sous tournois (s) ; livre tournois (L) ; shilling sterling (sh) ; pence (p) ; fl orin (F) ; stuyver (st)

Notes

1 Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, EHESS, 2000, p. 63.

2 Antoine de Montchrestien, Traicté de l’œconomie politique, François Billacois éd., Genève, Librairie Droz, 1999, p. 291.

3 Richard Cantillon, Essai sur la nature du commerce en général, réimpression de l’édition de 1952, Paris, Institut national d’études démographiques, 1997, p. 134.

4 Outre la quincaillerie (p. 87) et l’imprimerie (p. 112), les cas d’éviction analysés dans le Traité concernent surtout le négoce intérieur (p. 296-315).

5 On considère ici que le texte ne débute véritablement qu’après l’adresse aux souverains (p. 40), et qu’il se clôt avec la fin du quatrième livre (p. 278), beaucoup plus percutante que la fin du deuxième que l’édition Billacois reporte à la fin de l’ouvrage. Avec cette dernière présentation, la conclusion devient : c’est en montrant l’exemple que les gouvernants éradiqueront les comportements vicieux de leurs citoyens.

6 La confiance est de référence courante dans le texte de Cantillon qui la conçoit de nature horizontale, dans une relation mutuelle d’interdépendance (p. 79, 83, 107, 134, 162, 163, 164), tandis que cette notion n’apparaît qu’une seule fois dans le texte de Montchrestien (p. 275) et dans une pure relation spéculaire de la confiance en soi, qualité nécessaire à l’action. La relation au prince n’est pas de confiance mais d’obéissance.

7 Curieusement, chacun de nos auteurs évoque la politique tarifaire des princes par le moyen d’une figure de style. Par antanaclase dans le Traité, puisque c’est faire preuve de raison que d’adopter la raison constatée sur le marché entre les deux métaux monnayés, l’or et l’argent (p. 321), et par métaphore dans l’Essai (p. 154), où le prix de marché constitue la pierre de touche pour les règlements officiels en matières monétaires, la pierre de touche étant au sens propre un morceau de jaspe utilisé dans l’essayage des métaux précieux.

8 On voit que ce raisonnement implique l’introduction de décalages temporels, car les altercations supposent qu’il existe déjà une évaluation en unité de compte des quantités soumises à la négociation. Cantillon étudiera l’interaction entre le prix institué et le prix négocié dans son analyse historique de quelques cas de mutations monétaires.

9 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce (1723), Paris, Estienne, 1741, t. I, col. 853.

10 Un édit de 1609 venait pourtant d’instituer la peine de mort pour faillite bancaire (ou « banqueroute », au sens étymologique), le banquier étant pour l’occasion assimilé à un faux-monnayeur. Notons que l’occurrence de la banqueroute est trois fois plus importante chez Cantillon que chez Montchrestien (14 au lieu de 5).

11 La nationalité des prêteurs en question est ici secondaire, car les marchands français qui font l’avance aux laboureurs (p. 399) n’ont rien à envier aux intermédiaires étrangers qui avancent à nos marchands (p. 306).

12 Le contexte autorise à identifier le bourgeois assuré de la page 304 au candidat emprunteur de la page suivante, connu par ses facultés et porteur d’un projet à financer, disons un artisan.

13 Avant de revenir au bon vieux principe fiscal (s’en tenir aux recettes du Domaine), Montchrestien estime cependant qu’il serait digne pour Sa Majesté d’honorer les dettes contractées et d’amnistier les anciens profiteurs (p. 259, 261).

14 Les deux autres catégories de crédit repérées par Montchrestien n’apparaissent que marginalement chez Cantillon : facilités de paiement pratiquées dans les relations commerciales (p. 79) ou fonds publics gérés par les banques (p. 171). N’était-ce deux allusions à la présence de receveurs généraux dans l’analyse du change intérieur (p. 135) ou dans celle des vitesses de circulation de la monnaie (p. 73), on pourrait croire que le prince du XVIIIe siècle vit du sien à la manière d’un seigneur féodal. Chez Cantillon, le prince n’a d’ailleurs d’autre statut que celui de propriétaire terrien, (p. 3, 24, 25, 26, 36, 40, 47, 52, 87), et à l’instar de tous les seigneurs, son revenu légitime ressortit plutôt de la rente (p. 4,135) que des taxes à la consommation (p. 89). Sauf à conférer occasionnellement au prince le statut d’entrepreneur, la finance publique se prête donc mal à endogénéisation dans ce modèle.

15 Symptomatique à ce sujet est l’analyse de la lettre de change (p. 136-137) : le banquier qui la tire doit avoir les fonds à destination, sans que soit envisagée par Cantillon la possible existence d’une relation de crédit entre le tireur et le tiré, voire entre un tiré du tiré situé dans une place tierce. L’absence de fonds à destination contraint donc le banquier à les y porter lui-même, ce qui réduit l’opération de change par lettre à une sorte mandatement pour faire transporter du métal. Légitimation de la profession, peut-être ?

16 L’argent gagné par les Hollandais dans la circulation ne constitue pas une exception à ce principe puisqu’il n’est qu’une redistribution à leur profit de valeurs produites dans les pays que ces marchands mettent en relation.

17 L’intérêt se proportionnant toujours à la mesure du risque (p. 115), il sera moins élevé dans les hautes classes, le taux de 5 % semblant établir la norme dans les pays européens (p. 117). Le taux qui s’applique dans les prêts hypothécaires sert, par contre, de référence dans les opérations les plus risquées, 20 à 30 % l’an, soit le tiers de la rente foncière (p. 112, 116).

18 Cette métaphore est reprise de Patrice Sauvage, L’analyse monétaire de Cantillon : l’intégration de la monnaie dans le circuit économique, mémoire de DES de sciences économiques, s. l., 1971, p. 61-62 et 97. Cantillon y est décrit comme un « mercantiliste désabusé », adoptant un « quantitativisme nuancé ».

19 L’Essai s’attarde ici (p. 119-120) sur les facteurs susceptibles d’influencer la perception du risque (rumeurs, guerres) ou l’intensité des besoins (état de la balance extérieure, dépenses des nobles). Le principal apport de Cantillon à l’analyse économique serait d’avoir fait de l’intérêt une fonction du profit, selon Bertrand Nogaro, « Un grand précurseur : Richard Cantillon », Mélanges économiques dédiés à René Gonard, Paris, LGDJ, 1946, p. 296.

20 John Maynard Keynes, The general theory of employement, money and interest, Londres, Macmillan, 1973, vol. VII, p. 341.

21 Définition contemporaine de « Thresor » : « [...] c’est tant l’assemblée et amas d’or et argent monnoiez qu’on tient en espargne et en serre sans employ ordinaire, que le mesme lieu tel or et argent sont mis en espargne et en réserve », Jean Nicot, Thresor de la langue française, 1606, p. 628. C’est vers le milieu du siècle précédent que l’on voit apparaître dans les archives administratives l’expression « trésor de l’épargne ».

22 Sur l’alternative entre l’économique et le juridique pour fonder la souveraineté, voir Romain Descendre, « Raison d’État, puissance et économie. Le mercantilisme de Giovanni Botero », Revue de métaphysique et de morale, 2003, 3, p. 311-321.

23 Sans doute l’Essai (p. 90) note-t-il que les petits ruisseaux finissent par faire de gros canaux, mais la métaphore s’applique aux paiements métalliques dont on peut supposer qu’ils ne concernent guère le circuit des capitaux. Sur cette question, voir Laurent Le Maux, « The Cantillon’s banking principle », 11th annual conference of the European society for the history of economic thought, Prague, University of Economics, 2008.

24 Antoin E. Murphy, Richard Cantillon. Le rival de Law, Paris, Hermann, 1997, p. 183-208, explique ce que l’écriture de l’Essai à la fin des années 1720 doit aux implications personnelles de Cantillon dans la chute du système de Law (il y aurait gagné environ 20 millions de livres tournois), les procès à répétition qu’il dut affronter tant en Angleterre qu’en France, et ses pérégrinations à travers l’Europe qui n’empêchèrent pas toujours certaines incarcérations temporaires. Les chefs d’accusation étaient le taux usuraire de ses prêts, la spéculation sur les titres déposés en garantie par ses emprunteurs, la dissimulation de données comptables associée à l’usage de prête-noms et d’opportuns transferts de fonds entre des comptes localisés en diverses villes d’Europe (il y possédait sept résidences). Receveur général d’une loterie entre 1705 et 1715, il fut aussi accusé de détournement de fonds et condamné à rembourser 300 000 livres tournois, selon Henry Higgs, « Richard Cantillon », The economic journal, 1, 1891 p. 274. Murphy, dans Richard Cantillon (p. 152-172), se montre plus accommodant avec les filouteries de son héros.

25 Notons un insert parasite du texte édité, tant par François Billacois (p. 318) que par Théophile Funck-Brentano (L’économie politique patronale. Montchrestien, Traité de l’économie politique, Genève, Slatkine Reprints, 1970, p. 173), quand une anecdote sur un faux monnayage de pièces anglaises s’intercale dans un développement (continué à la page suivante) consacré aux inconvénients des pièces de cuivre.

26 On sait que le « pied » de la monnaie correspond à la valeur d’un marc de métal fin monnayé, tel qu’on l’obtient par un calcul combinant le métal contenu dans une pièce particulière et le cours attribué officiellement à cette pièce. En préconisant de modifier parfois le cours d’une pièce tout en gardant intact le pied (p. 321), Montchrestien impliquerait donc qu’il faut modifier en proportion inverse le poids de cette pièce (et donc sa taille pour respecter la première règle sur le monnayage en métal fin). On peut craindre que l’auteur se soit plutôt trompé ici sur la formule exacte du pied.

27 Un autre signe de la puissance de cet empire réside dans le faible nombre de ses administrateurs (p. 260).

28 Il est probable que Montchrestien ait fait lui-même frapper de la fausse monnaie dans sa petite aciérie, ainsi qu’il est dit dans une nécrologie parue en 1622 dans Le Mercure françois, VII, p. 816.

29 Voir cet historique dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III, p. 420, à la rubrique « Monnayage ». C’est à l’orfèvre augsbourgeois Max Schwab que l’on doit les machines permettant la mécanisation de la frappe, laminoir, balancier, emboutisseuse, machines dont le brevet est acheté secrètement par des envoyés du roi Henri II en 1552. Les principes de monnayage que préconise Bodin se trouvent initialement exposés dans sa Response à monsieur de Malestroit (1568) : Jean-Yves Le Branchu, Écrits notables sur la monnaie, Paris, Alcan, 1934, I, p. 130-145. La centralisation des frappes et la couverture des coûts n’apparaissent toutefois que dans l’édition remaniée de ce texte, en 1578 (ibid., p. 146-173). On retrouve tout cela dans Les six livres de la République (1576), Paris, Dupuys, 1578, p. 670-688.

30 Définition tirée de Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III, p. 431, à la rubrique « Monnaies ».

31 Remarquons que Montchrestien (p. 318) estime par comparaison que le profit normal se situe entre 16 et 18 % l’an (chiffres sans doute tirés de son expérience personnelle de petit producteur d’objets contendants). L’expérience vécue en son temps par Cantillon lui fera estimer que le profit normal (du banquier) oscille entre 20 et 30 % l’an (p. 112).

32 Arthur E. Monroe, Monetary theory before Adam Smith, Cambridge, Harvard University Press, 1923, p. 82 et 157, se plaît ici à discerner une opposition entre la totalité sociale en acte de Cantillon et la conception contractuelle de l’État chez Montchrestien.

33 Voir ce point d’histoire dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III, p. 428.

34 Un problème de datation existe dans le texte à propos du moment où l’appréciation de l’argent fut maximale, étant entendu qu’il y a nécessairement une erreur sur le chiffre édité (1728) puisque la réforme Newton lui est antérieure. Sachant que le cours de la guinée auquel se réfère Cantillon (21,5 shillings) valut de 1699 à 1717, et choisissant de minimiser le nombre de chiffres faux dans la date imprimée, je propose donc de substituer 1708 à 1728, quelles que puissent être par ailleurs les raisons biographiques susceptibles d’expliquer l’erreur de Cantillon (selon la note de l’éditeur à la page 155).

35 Le texte dit « près de 5 % », mais les valeurs fournies par ailleurs impliquent de compter 1 % de plus. L’appréciation maximale de l’argent est posée à 5 shillings 6 pence (ou deniers), p. 152, mais seulement à 5 shillings 5 1/2, p. 154, ce qui fait par rapport à un prix de base de 5 shillings 2 pence (avec 12 pence dans un shilling) 6,5 % d’augmentation dans le premier cas et 5,7 % dans le second.

36 Lucien Gillard, « Nicole Oresme économiste », Revue historique, n º 1, 1979, p. 18-19.

37 La duperie qu’écarte ici Cantillon concerne les comportements individuels et non pas le mécanisme de captation évoqué précédemment sous le même nom dans les relations commerciales entre les États (p. 42, 128, 158).

38 Contrairement à ce qui se passe chez Montchrestien, où l’État est une véritable institution (à l’anachronisme du terme près, certes), il n’est toujours synonyme que de pays dans l’Essai.

39 Ces métaphores se trouvent chez Cantillon p. 78, 90, 91, 98, 99, 100. Chez Montchrestien, l’équivalence entre l’eau et la monnaie se trouve explicitement posée p. 303, et les autres références sont p. 43, 46, 64, 89, 126, 127, 136, 261, 303, 365, 376. Occasionnellement (p. 136, 404), il est fait aussi référence à la circulation du sang dont le premier exposé scientifique ne paraîtra pourtant qu’une décennie plus tard (William Harvey, Exercitatio anatomica, Francfort, Fitzeri, 1628). On repère généralement dans la Leçon sur les monnaies de Davanzati l’origine de cette dernière métaphore ; « chaque état a besoin d’une certaine quantité de monnaie en circulation de même que chaque corps demande une certaine quantité de sang qui l’irrigue ». Voir Jean-Yves Le Branchu, Écrits notables sur la monnaie, ouvr. cité, 1934, I, p. 233. Voir aussi la contribution de J. -M. Baldner et A. Conchon dans cet ouvrage.

40 À la page 260 du Traité, on assiste à un petit glissement dans le contenu de la stratification sociale, l’artisan cédant la place au « facteur », qui exerce une activité commerciale, tandis qu’il est attribué au marchand une activité manufacturière, lui conférant ainsi le statut d’artisan. Glissement qui peut d’ailleurs correspondre à de véritables spécialisations fonctionnelles dans la société du temps, pour peu que les fabricants passent de plus en plus souvent par des intermédiaires pour écouler leurs produits.

41 Paradoxes du seigneur de Malestroit sur le faict des monnaies (1566), et La response de Jean Bodin à monsieur de Malestroit (1568-1578), textes reproduits dans Jean-Yves Le Branchu, Écrits notables sur la monnaie, ouvr. cité, 1934, I, p. 55-66, et p. 74-173.

42 Montchrestien affectionne décidément l’antanaclase, car le marché de la faux illustre selon lui la fausseté générale qui existe dans les échanges (p. 89), opinion assurément autorisée puisque l’auteur dirigea un temps une petite fabrique d’ustensiles de ce type.

43 À la fin de notre contribution, le tableau signale un cours de 16 sous pour le quart d’écu d’argent, faisant ainsi l’écu à 64 en France, alors qu’il passe dans ces pays à l’équivalent du sequin dont le cours est ici de 70 sous, soit 9,4 % plus cher.

44 L’infériorité du rapport monétaire français au regard des Provinces-Unies et de l’Angleterre (voir tableau en annexe, p. 370) vaut aussi vis-à-vis de l’Espagne (12,5) et du Portugal (12), tous pays cités par Montchrestien à propos de l’exportation de nos métaux.

45 La note que propose l’éditeur à la page 150 ne me paraît donc pas pertinente. Cantillon analyse dans cette page un troc des métaux (or/argent) généré par des écarts de rapports monétaires entre les pays, ce qui peut évoquer Gresham, mais sans doute pas Hume. Joseph J. Spengler, « Richard Cantillon, first of the moderns », Journal of political economy, 62 (5), octobre 1954, p. 420, et Bertrand Nogaro, « Un grand précurseur... », art. cité, p. 292, se gardent d’attribuer à Cantillon l’invention de l’analyse humienne (Nogaro tient plutôt Cantillon pour le dernier des « primitifs »). Rien de tel non plus chez des auteurs plus anciens comme Jevons, qui le « redécouvre » en 1881, Monroe (1923) ou Harsin (1928).

46 Dernier en date des « Cantillon humien », Antoin E. Murphy, Richard Cantillon, ouvr. cité, p. 199-203, admet que la congruence de l’Essai avec une autorégulation monétaire exige une interprétation qui paraît de prime abord « impropre », voire « inconséquente ». Était-il alors si nécessaire de l’envisager de ce point de vue, et de vouloir à toutes fins « moderniser » Cantillon ?

47 Locke se trouve critiqué plus rapidement en deux autres occasions : il n’explicite pas bien le principe de la valeur intrinsèque (p. 25), et il ne l’applique pas à la monnaie (p. 62). On pourrait y ajouter aussi la charge contre le fétichisme de l’étalon argent (p. 153), mais seul Newton ici se trouve visé, tandis qu’on ne trouve à l’inverse pas trace d’une reconnaissance de dette vis-à-vis de Locke pour ce qui concerne la vitesse de circulation de la monnaie.

48 Michael D. Bordo, « Some aspects of the monetary economics of Richard Cantillon », Journal of monetary economics, 12 (2), août 1983, p. 241. Joseph J. Spengler, « Richard Cantillon, first of the moderns », Journal of political economy, 62 (4), août 1954, p. 283.

49 Cantillon parle d’une diminution de 1 % par mois pendant vingt mois (p. 156), ce qui aurait fragilisé un peu plus la situation puisque l’horizon des anticipations stables s’en trouve réduit de moitié. Il eût fallu que tous les contrats se dénouent dans le délai restant à courir jusqu’à la prochaine mutation pour que l’opération soit neutre du point de vue de la justice distributive.

50 Du Tot, Réflexions politiques sur les finances et le commerce (1738), La Haye, Prevost, 1743, II, p. 83, 89, 159 et suiv.

51 Estimation de Du Tot, ibid., II, p. 124.

52 Gregory King, Natural and political observations and conclusions upon the state and condition of England (1696), et George Chalmers, An estimate comparaison of comparative strength of Great Britain, Londres, Stockdale, 1801, p. 427 ; Claude Dupin, Oconomiques, Carlsruhe, 1745, vol. 1, p. 76. En France, le stock de monnaies métalliques serait de 600 millions de livres tournois en 1695 selon le premier témoignage, il serait selon le second de 1,3 milliard en 1740. Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel…, ouvr. cité, III, p. 435, évoque une estimation officielle pour l’année 1720 : 1,2 milliard. Dans toutes ces estimations, le stock comprend à la fois les monnaies d’or et d’argent.

53 Du Tot, Réflexions..., ouvr. cité, 1743, II, p. 216. Il circula simultanément du début février à la fin avril un écu de 3 livres, dont on taillait 10 pièces dans le marc (au pied de 30 livres, donc) et l’ancien écu de 1724, taillé à 10 3/8 au marc dont le cours était de 3,10 (au pied de 36,33). C’est l’édit de Fleury qui mit fin à tout cela (voir tableau en annexe, p. 370).

54 Les évaluations de King pour 1695 s’éloignent beaucoup de la proportion avancée par Cantillon, puisque à une masse monétaire de 11,5 millions de livres sterling correspond un revenu national de 42,5, soit 27 % (Gregory King, Natural and political observations…, ouvr. cité, p. 423-427). Pour les Provinces-Unies et la France, la même source donne des proportions de 1/2 et 1/3 (p. 427-439, p. 441).

55 Ce chiffre concorde de nouveau avec ce que l’on sait du montant de la réserve de la banque de Londres qui atteint à cette époque 1,5 million de livres sterling tandis qu’on vient d’estimer le stock métallique à 14 millions. Une estimation de ces deux grandeurs pour les Provinces-Unies dans le premier XVIIIe siècle : un stock de monnaies métalliques de 135 millions de florins pour une valeur moyenne de 14 millions de dépôts à la banque d’Amsterdam dans la même période (un florin équivalait à peu près à 10 livres sterling). Voir Lucien Gillard, La banque d’Amsterdam et le florin européen au temps de la République néerlandaise, Paris, EHESS, 2004, p. 31 et p. 86.

56 Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, ouvr. cité, p. 68.

57 Pierre de Boisguilbert, Pierre de Boisguilbert ou la naissance de l’économie politique, Paris, INED, 1966, p. 976-977.

Table des illustrations

Titre Montchrestien et Cantillon, le contexte monétaireargent (a), or (o), rapport monétaire (RM), pied (P), tarif (T) ; sous tournois (s) ; livre tournois (L) ; shilling sterling (sh) ; pence (p) ; fl orin (F) ; stuyver (st)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Lucien Gillard est docteur en sciences économiques, ancien directeur de recherches au Centre national de la recherche scientifique. Il est spécialisé en analyse et en histoire monétaires de l’Europe. Parmi ses ouvrages, citons : La banque d’Amsterdam et le florin européen au temps de la République néerlandaise. 1610-1820, Paris, EHESS, 2004.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search