Version classiqueVersion mobile

Montchrestien et Cantillon

 | 
Alain Guery

Richesse métallique et circulations monétaires

L’orfèvrerie et la monnaie au XVIIIe siècle. Quelques observations autour d’une relation étrange

Valérie Gratsac-Legendre

Texte intégral

le chancelier (qui s’approche lentement).
Quel bonheur pour mes vieux jours !
Or donc écoutez et voyez ce feuillet, gros de
[destinées,
Qui a transmué toute notre peine en joie.
(Il lit.) – « On fait savoir à quiconque le désire :
Le billet que voici vaut mille couronnes.
Il lui est assigné, comme garantie certaine,
Un droit sur la multitude des biens enfouis dans
[le sol de l’Empire.
Les mesures sont prises dès à présent pour que
[le riche trésor,
Sitôt extrait, serve à l’acquittement. »
l’empereur.
Je pressens un forfait, une fraude colossale !
Qui donc a falsifié ici la signature de l’Empereur ?
Un tel crime est-il demeuré impuni ?
Johann Wolfgang Goethe, Faust

1Le luxe est un langage compris de tous. Il est d’ailleurs structuré comme tel. L’objet d’orfèvrerie, tout à la fois objet et métal précieux, en constitue l’expression par excellence. Au XVIIIe siècle cependant, il est considéré par les économistes – lorsqu’ils s’y intéressent – et aussi par l’ensemble des acteurs économiques, comme un bien à part, présent uniquement sur un « marché à part », en quelque sorte réservé. Surtout, ce marché très particulier (produit unique et non reproductible) est présenté comme étranger au circuit économique global parce qu’il est déconnecté de la production, des revenus et de la dépense... Mais l’orfèvrerie n’est pas une marchandise comme les autres, puisque sa matière première, c’est-à-dire les métaux précieux, entre également dans la composition de la monnaie en circulation.

2Cette double nature de l’objet d’orfèvrerie, par trop négligée, conduit à s’interroger sur les liens susceptibles d’exister entre, d’une part, ce marché réputé « à la marge » et, d’autre part, les mécanismes fondamentaux de l’économie, lesquels commencent à être appréhendés en termes de « circuit » par les économistes, notamment par Richard Cantillon. À juste titre : des liens sont en effet pressentis entre ce marché de l’orfèvrerie et le circuit économique global. Mieux : à cette époque charnière du XVIIIe siècle et pour la première fois peut-être dans l’histoire économique, ces liens commencent à être formulés – quoique non maîtrisés, ni par le souverain ni par les économistes.

3Dans ce contexte, la tentative de systématisation de Richard Cantillon apparaît d’autant plus remarquable. Joseph A. Schumpeter ne s’y trompera pas qui attribuera à l’auteur de l’Essai sur la nature du commerce en général la découverte du premier tableau macroéconomique du fonctionnement général de l’économie et le processus circulaire montrant l’interaction entre la production, le revenu et la dépense. De la sorte, la pensée de Cantillon apparaît comme le support naturel de l’étude des liens entre le circuit économique global et le marché de l’orfèvrerie, segment particulier du marché du luxe.

4Ces liens peuvent être regroupés utilement à partir d’une idée simple : le marché de l’orfèvrerie se contente-t-il ou non de refléter le circuit économique ? Ne s’y implique-t-il pas aussi ? D’où ces deux ordres de question : quelle est la place de ce marché dans le circuit économique et quelle place occupe l’orfèvrerie dans les questions monétaires ?

QUERELLES SUR LE LIEN MÉTALLIQUE

5Recourir à l’orfèvrerie procède déjà d’un choix, lourd d’une tradition séculaire, pour ne pas dire d’un automatisme ancestral. La tradition vaut référence ; elle incarne à elle seule une continuité de la valeur, capable de traverser les tourments du temps. Et cette référence est implicitement plébiscitée ou, pour parler un langage plus contemporain, « cotée » comme symbole de pérennité.

6Comment d’ailleurs rester indifférent aux comportements métalliques du souverain et de sa cour, déclinés à l’envi et de façon hiérarchisée dans la noblesse ? N’est-il pas rassurant de calquer sa conduite métallique sur celle de son suzerain, c’est-à-dire sur celle de son protecteur au sens du droit féodal ? Assurément, la consommation d’objet d’orfèvrerie au XVIIIe siècle procède avant tout d’un réflexe fortement ancré depuis des siècles dans les mentalités. Cette sorte de consommation par exemplarité est déjà identifiée par les économistes de cette époque au travers d’une analyse très originale et surtout novatrice qui, pour la première fois, met en évidence une dynamique circulatoire liant revenus, dépenses et consommation.

Appréhension du marché de l’orfèvrerie

  • 1 Richard Cantillon, Essai sur la nature du commerce en général, Paris, INED, 1997, p. 66.

7Du marché, Richard Cantillon donne la définition suivante : c’est le lieu de formation des prix ; et il précise : « Les prix des marchés se règlent par altercation grossièrement et non géométriquement »1 (lieu de rencontre entre l’offre et la demande). Il relève aussi des marchés sans altercation véritable, les producteurs fixant les prix et les acheteurs restant passifs (p. 68).

8Il expose le fonctionnement et les caractéristiques de ce lieu de rencontre entre l’offre et la demande, à partir de l’analyse du comportement de ses différents protagonistes – futurs agents économiques. Tout d’abord, Richard Cantillon examine la propension à dépenser des plus riches : « L’exemple du Prince, qui est suivi de sa cour, est ordinairement capable de déterminer le génie et le goût des autres propriétaires de terre généralement ; et l’exemple de ceux-ci influe naturellement sur tous les ordres subalternes » (p. 66). Puis il s’attache à étudier le processus d’imitation qu’elle engendre auprès des moins riches. Enfin, à partir de cette ressemblance de comportement produite par « imitation machinale », suivant l’heureuse définition du mot « mimétisme » par le Petit Robert, il identifie un véritable multiplicateur de clientèle.

9Selon Cantillon, les plus grands propriétaires fonciers, détenant l’essentiel de la richesse de l’État, initient un modèle de consommation ostentatoire, et suscitent chez les autres une dépense de mimétisme :

Le propriétaire, qui a le tiers du produit de la terre à sa disposition, est l’acteur principal dans les variations qui peuvent arriver à la consommation […], s’il y a quelques fermiers, maîtres artisans ou autres entrepreneurs accommodés, qui varient dans leurs dépenses et consommations, ils prennent toujours pour modèle leurs seigneurs et propriétaires des terres. Ils les imitent dans leur habillement, dans leur cuisine et dans leur façon de vivre. Si les propriétaires se plaisent à porter le beau linge [...], la consommation de ces marchandises sera plus forte que celle que les propriétaires font sur eux. (p. 67)

10Manifestement, pour l’auteur, les dépenses personnelles des plus riches revêtent une importance économique décisive, moins par leur volume, que par leur effet d’entraînement. Ainsi, l’incidence du nombre des petits actes d’achat sur la consommation finale, exprimée en volume, serait l’une des composantes quantitatives de la demande de luxe.

11Du comportement métallique à la production de l’objet d’orfèvrerie, il n’y a qu’un pas. Richard Cantillon s’attache à démontrer l’effet d’entraînement de ces comportements sur la production de l’objet de luxe, à forte résonance identitaire : « [...] cette abondance n’arrive pas sans qu’il n’y ait beaucoup de particuliers opulents qui se jettent dans le luxe, [...] [ils] mettront l’État dans une telle habitude de luxe » (p. 100 et 102). L’orfèvrerie, qu’elle soit en or ou en argent, matérialise il est vrai, en l’exprimant, un décor ostentatoire. Elle présente le double avantage, d’une part, de permettre à l’individu qui l’arbore de signifier son appartenance à un groupe (« en toute situation, il [le seigneur] y [dans l’État] est d’un grand ornement », p. 52), d’autre part, de croire signer son individualité par la singularité de l’objet acquis et/ou transmis.

12Cette spécificité de la demande d’objets d’orfèvrerie caractérise à elle seule, en même temps qu’elle la provoque, l’offre de ce produit métallique ambivalent. Avant la dernière partie du XVIIIe siècle, on chercherait en vain la trace d’une production à la chaîne des objets d’orfèvrerie, lesquels étaient exclusivement fabriqués, suivant la formule de l’époque, « à la commande ».

13Chaque objet ainsi fabriqué révèle une histoire. Gravés dans la matrice, les poinçons identifient l’orfèvre, la ville, le titre de la matière et la date d’entrée dans le commerce de l’objet. Autant de liens forts, tissés entre les détenteurs et l’objet, et parfois difficiles à rompre. Son statut d’objet métallique en fait une quasi-monnaie : l’objet d’orfèvrerie, de métal or ou argent déguisé en objet d’art, reste donc structurellement lié au circuit économique global.

14Faut-il le préciser ? en effet, le métal précieux, l’or, l’argent, sont des valeurs reconnues de tous, qui circulent aussi sous forme de monnaie :

[...] de l’or et de l’argent qui sont des métaux non seulement durables, mais pour ainsi dire, permanents, que le feu ne saurait consumer, qui sont généralement reçus, comme la mesure des valeurs, et qu’on peut éternellement échanger pour tout ce qui est nécessaire à la vie. (p. 50)

15À tout moment, l’objet d’orfèvrerie peut donc venir accroître la masse métallique en circulation par les fontes réalisées aux hôtels des Monnaies : « l’or et l’argent [...] beaux et brillants dans les ouvrages qu’on en fait, et durables presque jusqu’à l’éternité » (p. 61). La décision de fondre le métal – complexe à étudier – apparaît étroitement liée à celle de produire un objet d’orfèvrerie ; leur corrélation ne fait aucun doute. Toutes deux semblent obéir à des lois nouvelles, pressenties comme décisives, mais au mieux effleurées en cette seconde moitié du XVIIIe siècle par les économistes, à l’instar de Richard Cantillon :

[...] les pièces et morceaux d’argent, lors même qu’ils n’étaient pas mis en œuvre, furent recherchés avec empressement, parce que rien n’était plus facile que d’en faire tels ouvrages qu’on voulait, à proportion de la qualité et du poids qu’on en avait. (p. 57)

  • 2 Archives nationales (AN), T 1490.
  • 3 Courbes des frappes monétaires obtenues notamment à partir de ces sources : Franck Spooner, L’écono (...)

16L’orfèvrerie est un segment particulier du marché du luxe, auquel elle se rattache ; offre et demande y révèlent, de fait, une réalité économique mesurable en termes métalliques. Deux instruments de mesure peuvent être mis en œuvre et conjugués entre eux pour appréhender cette relation. D’une part, la quantification en poids d’or et d’argent de la production d’orfèvrerie2 (voir les courbes pages suivantes), d’autre part la mise en rapport de cette production avec les frappes monétaires3. Quelques chiffres permettent de situer cette économie réelle : de 1750 à 1789, la moyenne annuelle de la production d’orfèvrerie parisienne (370 maîtres au minimum) est de 554 kg pour l’or et 22 325 kg pour l’argent. Si l’on suppose la production provinciale par orfèvre deux fois moins élevée qu’à Paris, pour rester prudent, la production nationale serait de 1 939 kg pour l’or et 78 137 kg pour l’argent (résultat initial multiplié par 3,5).

Graphique 1 – Courbe de la production d’orfèvrerie parisienne or (C1) en kg de 1750 à 1789

Graphique 2 – Courbe de la production d’orfèvrerie parisienne argent (C2) en kg de 1750 à 1789

Graphique 3 – Courbe des frappes monétaires en or de 1750 à 1789 (l’année 1786 a été retirée, car elle est exceptionnellement élevée : 67 6661,04 kg)

Graphique 4 – Courbe des frappes monétaires en argent de 1750 à 1789

17Rapportée au volume des frappes métalliques nationales, la production d’orfèvrerie nationale laisse entrevoir la ventilation suivante : un quart des métaux précieux passerait dans l’orfèvrerie tandis que trois quarts seraient frappés. L’orfèvrerie n’est donc pas pour l’or et l’argent un débouché marginal. Il reste cependant à déterminer quelle est la nature de la connexion et du rapport entre la sphère des objets d’orfèvrerie et celle des pièces de monnaie, c’est-à-dire entre l’objet façonné en métal précieux et l’objet métallique monétarisé.

La question du lien métallique

18La mise en évidence du lien qui rattache l’orfèvrerie au circuit économique global peut être sommairement schématisée (voir le schéma, ci-dessous). C’est l’histoire d’un conflit de valeurs.

Schématisation d’un lien
Source : Livre-Journal de Lazare Duvaux, Marchand Bijoutier Ordinaire du Roy, 1748-1758, Paris, LCJ Courajod, 1873

19Le rapport de la production d’orfèvrerie P à la frappe monétaire F, met en évidence, sinon les liens, du moins des liens étroits unissant la sphère économique réelle à la sphère monétaire. On aboutit à deux ratios :

20La relative stabilité observée des ratio précités R1 et R2, en dépit d’une grande fluctuation des frappes monétaires, est surprenante. Elle souligne l’incidence du détournement de métal vers des usages non monétaires sur la frappe monétaire.

21Cette incidence n’est pas le fruit du hasard ; elle exprime une relation étroite entre P et F. À la hausse ou à la baisse, les variations sur les courbes de frappes et de production d’orfèvrerie or ou argent (voir graphiques 1 à 4, p. 310-311) expriment une attirance simultanée et des comportements comparables des directeurs des hôtels des Monnaies et des orfèvres envers ces mêmes métaux. Les deux groupes d’agents économiques se livrent ainsi une remarquable concurrence.

22Par ailleurs, ces mêmes fluctuations font ressortir un décalage temporel entre les opérations de production d’orfèvrerie P et de frappes monétaires F. De fait, la survenance d’un événement économiquement marquant affecte aussi bien les deux opérations P et F. Mais, à ces occasions, ce décalage temporel engendre un ajustement de la production d’orfèvrerie. Il joue comme un rapport d’inertie : toute augmentation de la frappe monétaire paraît susciter une sorte de « rattrapage » dans la production d’orfèvrerie.

23Mais cette relation – Cantillon aurait dit une « altercation » – ne se fait pas sans heurts. Une véritable dispute métallique s’est instaurée de longue date et selon des rites parfaitement codifiés entre ces prescripteurs fondamentaux de la demande métallique. Elle débouche sur une valeur marchande du métal, directement en concurrence avec sa valeur décrétée (ou tarif).

24En concurrence les uns avec les autres, directeurs des Monnaies et orfèvres se partagent le marché du métal précieux, l’un pour un usage monétaire, l’autre pour la production d’objets métalliques. Il en résulte deux opérations apparemment divergentes mais indirectement liées, l’une de monétisation, l’autre non de démonétisation mais simplement de captation métallique engendrant temporairement un manque à monétiser. Dans ces mouvements, deux logiques s’affrontent qui ne se conjuguent pas, et entrent en concurrence.

25Véritable courroie de transmission du pouvoir absolu dans le domaine monétaire, les hôtels des Monnaies ont pour souci permanent de monétiser tout objet métallique apte au circuit. Ils n’hésitent pas à user de divers stratagèmes pour parvenir à leur fin. Ainsi, en cas de nécessité, de grandes fontes de vaisselle sont fortement encouragées : le roi donne l’exemple en procédant à la fonte de sa propre vaisselle ; le cas échéant ces fontes sont même ordonnées. Cette quête essentielle se traduit par une augmentation des frappes ; elle engendre ainsi de véritables injections métalliques dans le circuit économique global (voir Essai, p. 100).

26Des mesures incitatives aux textes réglementaires assorties de mesures d’exécutions, rien ne paraît négligé pour encourager la fonte de métaux, ou, du moins, pour préparer les esprits aux « levées en masse » de matière métallique dans l’urgence (p. 97). Un bon exemple en est donné par la série d’ordonnances prises à partir de 1672, portant « Règlement sur les ouvrages et vaisselle d’or et d’argent ». Ainsi, la « Déclaration du Roy, portant règlement sur les ouvrages et vaisselles d’or et d’argent du 14 décembre 1698. Registrée en Parlement et en la Cour des monnaies » :

  • 4 « Déclaration du Roy... », AN, K 1048 et 1049.

Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre [...] Les Rois nos prédecesseurs reconnaissant combien il importe à l’èstat de réprimer le luxe, et d’empêcher la dissipation des matières d’or et d’argent, qui doivent être converties en espèces, pour être utilement employées à faire fleurir le commerce, ont expressement défendu par leurs ordonnances, qu’il ne soit fait aucun ouvrage d’or au dessus du poids de quatre onces, si aucune vaisselle d’argent au dessus du poids de trois ou quatre marcs : l’abondance de ces précieuses matières, que nos soins et notre application pour le bien de nos Sujets, ont introduit dans le Royaume, a tellement autorisé le luxe, que les particuliers, sans avoir égard à la bienséance, et à leur condition, se sont donné la licence, non seulement d’avoir en abondance toute sorte de vaisselle [...] mais encore de faire toute sorte de meubles ; ce qui a causé une si prodigieuse consommation d’or et d’argent en ornements superflus que nos monnayes se trouvent quasi sans aliments, et que le commerce souffre par la disette d’espèces. Ces considérations nous obligèrent à réprimer par nos ordonnances des années 1672 et 1687 un abus si préjudiciable à nos sujets et à notre État et à défendre l’usage de la fabrication des ouvrages d’argenterie d’un poids excessif : mais le luxe ayant prévalu à notre prévoyance, nous nous voyons forcés de recourir à des remèdes plus sévères, pour empêcher le tort que les particuliers se font à eux mêmes, par des profusions qui épuisent leur patrimoine, et le préjudice que le public souffre par la dissipation des espèces nécessaires pour le maintien du commerce [...].4

27Naît ainsi une opposition entre deux contraintes, qui se révèlera féconde : d’une part la nécessité d’un rapport ajusté entre espèces monétaires et commerce florissant (déjà exposé chez Montchrestien), d’autre part la nécessité d’examiner précisément les raisons d’une telle monétarisation, dont le commerce n’est pas toujours l’objectif. Cantillon le rappelait en ces termes : « [...] l’argent resserré, [...], la vaisselle, sont des richesses dont l’État trouve à se servir dans les grandes extrémités [...] mais elles ne sont d’aucune utilité actuelle » (p. 97). D’où cette mise en garde de Cantillon à peine voilée, aux autorités monétaires :

Je conclus qu’une augmentation d’argent effectif dans un État y introduit toujours une augmentation de consommation et l’habitude d’une plus grande dépense. La trop grande abondance d’argent, qui fait tandis qu’elle dure, la puissance des États, les rejette insensiblement, mais naturellement dans l’indigence. (p. 100)

28Ces fontes sont aussi l’occasion, pour le souverain et les officiers des hôtels des Monnaies, de prélever chaque fois des bénéfices, notamment les droits de seigneuriage et assimilés : « Quelquefois les porteurs des matières d’argent supportent les frais de fabrication, comme c’est l’usage en France » (p. 58). Les hôtels des Monnaies y jouent d’ailleurs la survie pure et simple de leurs ateliers. D’où l’intérêt pour eux de fondre à n’importe quelle « prise », en exploitant au maximum les dérogations du règlement dont ils bénéficient, et ensuite, lorsque cela ne suffit pas, en allant jusqu’à verser dans l’illégalité. D’où les montages d’opérations en tous genres, qu’il s’agisse par exemple de la surenchère entre hôtels des Monnaies, ou encore de la vaisselle acquise auprès des particuliers par ces mêmes hôtels, promise à la fonte, et revendue en l’état aux orfèvres.

29Ces pratiques sont connues, et de fait, tolérées. Il y a là, sans doute, une ultime contradiction dont l’origine est peut-être à rechercher dans le malaise du souverain et des grands argentiers de cette époque, voire des économistes qui, comme Richard Cantillon, cherchent à appréhender et à définir les règles permettant de maîtriser la croissance raisonnée de la masse monétaire en fonction des besoins de l’économie réelle (p. 107).

  • 5 Bruno Collin, L’atelier monétaire royal de Montpellier sous Louis XIV, Nîmes, Balancier, 1986.

30Ces dévoiements se retrouvent encore dans le phénomène précédemment décrit des ponctions monétaires, que Keynes appellera des « fuites ». Elles étaient déjà sous étroite surveillance, parfois même interdites. Mais les violations flagrantes et délibérées des textes et règlements finissent, à force de répétition, par constituer un véritable code tacite ou corpus des usages, certes illégal, mais mis en pratiques et connu de tous. Cantillon l’illustre en ces termes : « [...] le public ayant altéré cette loi par l’usage et le prix du marché, elle avait cessé d’être une loi » (p. 153). Ainsi, la vente par un directeur des hôtels des Monnaies à un orfèvre trahit l’équivoque d’une institution placée au service de l’État, mais dont la survie dépend de sa capacité à faire elle-même des bénéfices garantis par ce type de transaction5.

  • 6 BNF, 8° L25 C136.

31L’almanach royal6 témoigne également de telles pratiques de contournement en constatant l’existence de véritables cours commerciaux ou de marché de métaux. Une grande majorité d’orfèvres propose de racheter, et en fait rachète, les pièces aux particuliers moyennant un prix attractif, évidemment supérieur au cours officiel, mais néanmoins rentable. L’affaire des louis « au petit renard » en est une illustration. Compte tenu de leur pied, d’un métal très proche de celui des objets d’orfèvrerie, ces pièces ont été convoitées tant par les hôtels des Monnaies que par les orfèvres. De la part des uns comme des autres, elles ont fait l’objet de multiples surenchères, au-dessus du cours officiel :

  • 7 BNF, ms-fr. 6685.

[...] d’autres préféraient de le céder précipitemment à des espèces d’agioteurs déliés qui les en débarrassaient sur la place moyennant 8 à 10 sols seulement qu’ils leur en donnaient de bénéfice, pour chacun. On soupçonnat fort les marchands orfèvres d’en faire acheter sous main par un grand nombre par des quidams affiliés [...].7

32L’encadrement de ces pratiques reste un souci permanent de l’autorité monétaire, incarnée par la Cour des monnaies. Mais comment fixer une limite acceptable, à la fois pour les hôtels des Monnaies et pour les orfèvres, qui sont les uns comme les autres sous sa juridiction, alors que les décisions corporatistes des seconds influent considérablement la demande et l’offre de métaux monnayés. Cette limite est en réalité introuvable, si ce n’est dans les excès manifestes et criants que cette juridiction n’a d’autre choix que de sanctionner. De cette dispute métallique, il résulte une multiplicité de cours dont le détenteur du métal, objet de toutes les sollicitudes, est le principal bénéficiaire.

  • 8 Gaston Rambert, Histoire du commerce de Marseille, 1599-1789, Paris, Plon, 1954.

33L’existence de fait de deux prix des métaux, en concurrence directe, et souvent en opposition, est le symbole même de cette confrontation. Le prix officiel résulte de la fixation autoritaire des tarifs des métaux précieux, notamment de l’or et de l’argent, par le souverain. Le prix du marché, inexistant en droit, mais en fait accessible à tous, donne la valeur marchande de ces mêmes métaux. Par exemple, le marc d’or est tarifé 701 livres 7 sols aux hôtels des Monnaies en 1765, alors qu’il vaut 720 livres 48 sols 6 deniers sur le « marché » ; le marc d’argent est tarifé 48 livres 9 sols 6 deniers, alors qu’il vaut 49 livres 16 sols8. Mais une gestion rationnelle ne s’improvise pas. Les deux groupes de protagonistes ne parviennent pas à corriger de manière structurelle les écarts entre valeurs décrétées et valeurs négociées des métaux précieux.

34Injections et captations résultent de l’arbitrage entre ces deux prix pour chaque métal. Les flux métalliques traduisent cette cohabitation. Officiellement, le tarif des métaux s’impose comme référence dans les hôtels des Monnaies, sur tout le territoire, et vaut aussi pour l’orfèvrerie : un métal, un prix, un titre. Quant à la vaisselle, sa valeur est recensée et figure à côté de celle des pièces. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les orfèvres doivent indiquer le coût de la matière première, nécessairement aligné sur la valeur légale, en sus du coût de la façon. Cette obligation est censée éviter la dissimulation d’une hausse du prix du métal dans le prix du travail.

35Sans doute un tel système serait-il viable sur un temps limité, en économie fermée. Tel n’est pas le cas de l’économie française au XVIIIe siècle, l’approvisionnement du royaume en métaux précieux dépendant de l’extérieur. À ce sujet Cantillon écrit : « Les marchés étrangers influent sur le prix de l’or et de l’argent, plus que sur le prix d’aucune autre denrée ou marchandise, parce que rien ne se transporte avec plus de facilité et moins de déchet » (p. 150). Régulièrement en opposition, directeurs des Monnaies et orfèvres se retrouvent cependant sur un même terrain : celui de la rareté des métaux, et de la nécessité conséquente de gérer cette rareté selon « la balance » pour survivre.

36Et les « autorités monétaires » sont bien en peine de trouver une méthode pour imposer leur point de vue. Richard Cantillon suggère :

Si le prix du marché varie considérablement, il faut réformer celui des espèces monnayées pour suivre la règle du marché ; si on néglige de le faire, la confusion et le désordre se mettent dans la circulation, on prendra les pièces de l’un ou de l’autre métal à plus haut prix que celui qui est fixé à la monnaie. (p. 151)

  • 9 Bruno Collin, L’atelier monétaire royal de Montpellier..., ouvr. cité.

37À défaut, elles multiplient les ordonnances interdisant aux orfèvres d’acheter à un cours supérieur la matière première. De la sorte, une incertitude économique pèse également sur la fixation du tarif du métal et sur sa pérennité ; elle creuse ou comble, en même temps qu’elle les conjugue, les possibles écarts conjoncturels et/ou structurels des deux marchés entre eux. Abondamment utilisée par les hôtels des Monnaies, la technique dite du « surachat » exprime cet écart à un instant donné. Elle révèle aussi, et peut-être surtout, l’existence d’un marché libre des métaux, qu’elle consacre implicitement. La multiplication sporadique des régimes dérogatoires finit par empiéter sur le cadre légal, au point de le défigurer. Au sujet des directeurs des hôtels des Monnaies, Bruno Collin écrit : « Ils ne perçoivent pas le caractère volontaire du marché qui constitue une véritable politique monétaire [...]. Ils sont cependant plusieurs fois obligés de se plier à ses exigences en autorisant certains aménagements [...]. »9

  • 10 Almanach royal, Paris, Laurent d’Houry, 1785.

38Pour leur part, les orfèvres, de fait confrontés au marché des métaux précieux, n’ont d’autre choix, pour produire et donc survivre, que celui d’acheter au prix fort leurs matières premières, tout en masquant le surcoût dans le prix de la façon. Ces diverses manipulations n’empêchent pas les chroniqueurs avertis de dénoncer l’inertie des hôtels des Monnaies, provoquée par une sous-évaluation systématique des tarifs affichés des métaux précieux : « Les prix insuffisants des Hôtels des monnaies rejettent le métal vers les marchés et circuits clandestins. »10 Dès 1696, des écarts avoisinant 10 % à 20 % sont rapportés par la même source comme imputables – notamment – à des orfèvres.

39Les conflits s’exacerbent encore en période de tension économique et politique. En ces occasions en effet, orfèvres et hôtel des Monnaies entrent en opposition ouverte, et leurs productions respectives apparaissent plus que jamais incompatibles entre elles, privant leurs clients respectifs de tout point de repère économique, et encourageant ainsi la spéculation.

40Ponction dans le circuit économique global, la production d’orfèvrerie, dont l’une des particularités est de se maintenir, même en temps de dépression monétaire, contrarie de plein fouet les injections de monnaie initiées par les hôtels des Monnaies pour financer dans la précipitation un déséquilibre réel brutal, souvent à peine anticipé. En d’autres termes, la production d’orfèvrerie est fondée sur une ponction dans la masse de métal qui pourrait être potentiellement monétarisée. En outre, s’il faut de la monnaie pour acheter de l’orfèvrerie, cette même monnaie n’est pas obtenue simplement par la fonte des objets de l’orfèvrerie (voir l’ordonnance royale précitée). Les injections de monnaie dans l’économie sont le résultat d’arbitrages qui, pour être défavorables aux orfèvres, ne les font pas pour autant disparaître. Le maintien d’une exportation des objets de l’orfèvrerie française vers l’étranger justifie encore leur existence et donc leur demande de métal précieux.

41Dans son approche du circuit économique en équilibre, Richard Cantillon identifie les crises aux ruptures de cet équilibre. Selon lui, la dépense ostentatoire est un indice de déséquilibre, parce qu’elle détourne la monnaie du circuit économique. Recherchée pour elle-même, la monnaie, comme instrument d’échange et mesure de valeur, est thésaurisée. L’idée d’un déséquilibre provoqué par une « fuite » est donc bien évoquée en ce premier quart du XVIIIe siècle, tout comme, à l’inverse, l’impact d’un afflux d’argent sur l’économie réelle. Très vite cependant, le même auteur suggère le véritable antidote : la nécessité d’organiser la circulation monétaire, si possible en fonction des flux réels de l’économie. Or cette nécessité constitue un enjeu politique décisif, pressenti d’ailleurs comme tel, et de longue date, par l’autorité monétaire du royaume et ses émanations locales, encore mal gérées à cette époque.

  • 11 « Mémoires de l’État français dressés par ordre du Roi en 1745 », BNF, mss 10827 et 10828.

42La production d’orfèvrerie occupe donc une place importante dans les fluctuations de la monnaie en circulation dans le royaume. Elle influe sur celles-ci, suscitant à ce titre la convoitise des pouvoirs, central et locaux. Une circulaire adressée aux intendants en 1745 est à cet égard très explicite : « Le Roi voulant être instruit sur la situation actuelle du peuple [...] vous informerez exactement et le plus secrètement possible que faire se pourra de l’argenterie consistant en vaisselle d’argent et autres ouvrages d’orfèvrerie [...]. »11 Transparaît encore ici l’idée de contrôler tout métal précieux, en premier lieu l’or et l’argent en circulation dans le royaume, à quelque titre que ce soit, de la fabrication à la fonte.

43En jouant de façon irrationnelle et de plus en plus fréquemment sur les contraintes et les enjeux d’achats et de ventes d’orfèvrerie, qui ne concernent qu’une partie minime de la population, tantôt par l’appel à la raison, tantôt par la régulation autoritaire, les instances monétaires en arrivent parfois, sans même s’en rendre compte, et comme par un simple effet de levier, à déstabiliser le circuit économique global, par excès de monnayage ou de réglementation de l’orfèvrerie. Manifestement, les conseils de Cantillon ne sont pas entendus :

Il semblerait que lorsqu’un État s’étend par le commerce, et que l’abondance de l’argent enchérit [...], le Prince, ou la législature devrait retirer de l’argent, le garder pour des cas imprévus, et tâcher de retarder sa circulation par toutes les voies, hors celles de la contrainte et de la mauvaise foi, afin d’empêcher les inconvénients du luxe [...]. Mais comme il n’est pas facile de s’apercevoir du temps propre pour cela [...]. (p. 102)

44Le problème est en tout cas posé.

TRANSCENDANCES MÉTALLIQUES INABOUTIES

45Sans être experts, les individus sont depuis toujours sensibilisés aux enjeux métalliques lorsque ceux-ci sont palpables en monnaie. Supporter au fil du temps, souvent durement, les désordres et manipulations monétaires en tous genres rend forcément plus averti dans la gestion des richesses métalliques dont on peut disposer.

46Les détenteurs d’orfèvrerie sont en général les plus sensibles à la politique concrète des hôtels des Monnaies, dont l’un des mérites, au moins, est de donner l’illusion d’une gestion métallique directe par le souverain. La connaissance de cette politique permet vite d’en cerner les limites utiles et immédiatement exploitables, qu’on peut facilement résumer dans une double formule : d’une part l’absence de règles, a fortiori immanentes ; d’autre part le pilotage à court terme. D’où l’habitude prise de longue date par les possesseurs d’orfèvrerie de regarder ailleurs et autrement. C’est pourquoi la transformation de l’orfèvrerie en espèces monétaires auprès des hôtels des Monnaies n’apparaît guère spontanée, malgré le foisonnement de mesures incitatives plus ou moins inspirées d’une sorte de gestion économique à l’état embryonnaire.

Itinéraires métalliques et détenteurs d’orfèvrerie : histoire d’une rencontre

47Multiples en apparence, les raisons partout observées de la tiédeur à la fonte semblent procéder d’une question commune : la pratique des hôtels des Monnaies relève-t-elle d’une opération de change ? En théorie le change n’existe qu’entre deux monnaies et jamais entre un métal monnayé et un métal non monnayé. Peut-on dire alors que les orfèvres font du change, et si oui, dans quelles conditions ? Seuls les détails de leurs pratiques matérielles autant qu’intellectuelles permettent de répondre à ces questions.

48De la réception des matières à la « délivrance », selon le terme technique employé, des espèces monétaires, tout est prévu et consigné dans les procès-verbaux des hôtels des Monnaies. L’objet est d’abord pesé, le titre vérifié (pour l’orfèvrerie il existait environ 15 titres pour l’argent, environ 12 pour l’or), finalement payé en vertu d’un tarif connu de tous, et en principe immédiatement.

  • 12 Voir « Tableau expose des tarifs de la vaisselle », BNF, K 1048.

49Ainsi, le particulier pouvait voir figurer clairement, par exemple, le prix de la vaisselle plate et soudée, en or ou en argent, parisienne ou régionale12. Selon Michel Morineau :

  • 13 Michel Morineau, « Les frappes monétaires françaises... », art. cité, p. 110.

Les conditions de la permutation étaient précisées par les ordonnances. Le détenteur des matières monnayables savait à l’avance ce qu’il pouvait attendre de chaque pièce et de chaque marc en sa possession. Un calcul simple lui apprenait s’il avait profit à la transformation. Il s’y décidait en fonction de sa commodité et de son avantage. Rien, extérieurement ne l’y obligeait.13

50Dite de « change », selon le terme usité à l’époque, une telle permutation relève-t-elle pour autant d’une véritable opération de change ? Transparente, celle ci se traduisait in fine par le versement d’espèces sonnantes et trébuchantes, après déduction des frais, par l’officier de l’hôtel des Monnaies. Mais si change il y a, il reste d’ordre purement théorique. En effet, moyennant divers prétextes d’ajustements formels, parfois de pur hasard, mais souvent liés à de véritables choix stratégiques, les fluctuations avérées – souvent à la semaine, ou même à quelques jours seulement – des tarifs se doublaient d’une application décalée dans le temps, inhérente aux difficultés de transmission de la valeur décrétée par l’autorité monétaire centrale.

  • 14 « Déclaration du Roy… », doc. cité.
  • 15 BNF, 4° F, pièce 2401.
  • 16 BNF, K 1049.
  • 17 BNF, 8053.
  • 18 BNF, Fr 8052.
  • 19 BNF, imprimé 1385.

51Les formes d’encouragement à la conversion de l’orfèvrerie en espèces, plus ou moins coercitives, foisonnent. De l’invitation ferme aux réquisitions et saisies, le ton est donné, et d’abord par le souverain lui-même : « [Malgré les] ordonnances [...] le luxe ayant prévalu à notre prévoyance [...], nous nous voyons forcés de recourir à des remèdes plus sévères [...], à peine de confiscation et de six mille livres d’amende [...]. »14 Ces menaces sont martelées, par édit15, déclaration16, ordonnance17, arrêt du Conseil18 et autres règlements19. De plus, l’inappétence à la fonte d’orfèvrerie trouve encore sa source dans un ensemble de micro-réactions des particuliers mis en présence des mesures incitatives, douces ou autoritaires, des hôtels des Monnaies, aux fins de drainage métallique. Un examen sommaire des principaux encouragements officiels à cette sorte de consommation métallique est à cet égard fort instructif. Les surenchères œuvraient en ce sens, provoquant un engouement subit pour la fonte d’orfèvrerie. C’est la plus connue mais aussi seulement la partie émergée de l’iceberg. Car bien d’autres mesures, cette fois coercitives, aussi sporadiques qu’éphémères, s’efforcent d’infléchir durablement la propension des particuliers à conserver par-devers eux les objets d’orfèvrerie. Cependant, les résultats sont loin d’être à la hauteur des souveraines espérances.

  • 20 AN, 4V17.
  • 21 AN, AV17.
  • 22 AN, 15551.

52Pour montrer l’exemple, le roi dépose en 1689 une partie de sa vaisselle d’argent à l’hôtel des Monnaies – le trône d’argent de la monarchie française y figure –, soit 88 322 marcs, c’est-à-dire20 617 kg. Suivant le document correspondant à cette opération, « il lui aurait coûté trois fois plus »21, soit le prix de la façon, celle-ci étant en quelque sorte « fondue » avec la vaisselle. Publicité ou effet d’entraînement, le résultat paraît immédiat. En témoigne cet extrait du Journal de Dangeau pour la même année : « [...] on porte tant d’argenterie à la Monnaie que l’on n’a pas pu dans le mois de janvier faire fondre tout ce qu’on y portait [...]. » 21 Faut-il y voir un réel succès ? Le doute est permis. Dans un rapport contemporain à ces événements métalliques, le commissaire Regnault, du quartier du Louvre, écrit : « [...] des personnes de qualité détiennent de la vaisselle dont le poids dépasse ceux autorisés »22, c’est-à-dire les poids autorisés selon les sortes d’objets. Ce qui le conduit à se déplacer et à rédiger 699 procès-verbaux.

  • 23 Almanach des Monnaies, Paris, Méquignon, 1785.

53Plus subtiles, d’autres mesures sont mises en œuvre, malheureusement en pure perte du point de vue des grands objectifs macroéconomiques, pour inciter les particuliers à apporter à l’hôtel des Monnaies leurs objets d’orfèvrerie. En témoigne une sorte d’emprunt forcé, imposé a posteriori aux candidats à la fonte en 1759. Cette année-là, aux fins d’incitation à la fonte, les hôtels des Monnaies du royaume, vraisemblablement de façon coordonnée, avaient imaginé de rembourser aux particuliers concernés, et pour chacune de leur opération, le droit de contrôle du poinçon d’argenterie. Cette opération permit une encaisse de 24 millions de livres, la Monnaie de Paris ayant à elle seule frappé pour 14 millions 749 mille livres23.

  • 24 Sur cette possibilité de faire appel aux financiers, voir Daniel Dessert, Argent, pouvoir et sociét (...)

54Le financement de cette mesure dite incitative s’est finalement soldée, dans les faits, par l’obligation imposée aux vendeurs d’orfèvrerie en cause de ne toucher au comptant que le quart de la valeur de leur dépôt. La différence, à hauteur des trois quarts donc, portant intérêt, était mise à la charge du Trésor royal. En définitive, comme le révèle cet exemple topique, l’opération de monétisation de l’orfèvrerie coûtait finalement très cher au Trésor royal, mais sans doute moins cher qu’en faisant appel aux financiers24. En réalité, comme le montre aussi ce dernier exemple, le pouvoir royal paraît vouloir agir, sans trop savoir comment s’y prendre toutefois, sur une variable décisive pour gérer tout à la fois les flux métalliques et réels de l’économie : celle du temps. La naissance du billet n’est pas loin.

55De fait, les autorités monétaires semblent de plus en plus conscientes des limites des mesures incitatives qu’elles imposent, soit en aval, pour faire converger le métal vers les hôtels des Monnaies, et donc pour augmenter la masse monétaire en circulation, soit en amont, pour freiner comme elles peuvent les sorties massives de métal (les « fuites » dans le langage keynésien), notamment par la limitation du poids des objets d’orfèvrerie.

56Dans ces mouvements, une relation entre vitesse de circulation des objets d’orfèvrerie et quantité de métaux or et/ou argent qui les compose est à l’œuvre. S’agit-il d’une projection osée dans l’avenir, du même ordre que celle dont rend compte l’analyse monétariste avec sa fameuse équation MV = PT ? Comment intégrer alors dans la décision économique centrale une telle rationalité du détenteur d’orfèvrerie, qui paraît insaisissable ? Procédant en fait du simple jeu des arbitrages, son comportement métallique paraît défier toute fixation autoritaire de la valeur du métal, et obéir à de mystérieuses lois toutes empreintes de forces aléatoires.

  • 25 Ibid. (financiers recevant des règlements en bagues, sacs retrouvés chez eux).
  • 26 BNF, Succession Colbert Vilain.

57Quelques récits de particuliers25 sont, à cet égard, particulièrement évocateurs. L’intendant Desmaretz, qui ne faisait pas mystère d’avoir enterré son orfèvrerie, s’était bien gardé de la porter à la fonte en 1721. Son argenterie était évaluée à 85 814 livres. Son commentaire est édifiant ; il est au cœur du phénomène spéculatif : « [...] on guette le moment le plus propice [...], le bon calcul, le marc valant quelques années plus tard de 63 à 64 l du fait de la rareté, au lieu des 36 à 37 l, quelques années plus tôt. »26

  • 27 Bruno Collin, L’atelier monétaire royal de Montpellier…, ouvr. cité, p. 104.

58Le paiement aux hôtels des Monnaies de la vaisselle en métal déposée par les particuliers symbolise et cristallise tout à la fois ces pulsions économiques contraires, dont le « billet de monnaie » fera la synthèse. Il traduit une préférence des particuliers pour les liquidités. Dès 1701, faute d’espèces monétaires suffisantes à délivrer dans les hôtels des Monnaies, des « billets de monnaie » doivent être créés. Il s’agit de reçus, donnés en échange des matières, à la place des pièces manquantes, remboursables à terme auprès des hôtels des Monnaies. Encore en 1709, « on autorisa de les échanger contre les nouvelles espèces pour 1/6, des sommes versées aux ateliers »27. Cette règle s’inscrit dans les problèmes financiers globaux de la monarchie :

  • 28 Ibid.

Ne trouvant plus à emprunter qu’à des taux exorbitants, l’État a été amené à ne rembourser les sommes portées aux ateliers que par des promesses en papier, les billets de monnaie. Ceux-ci pèsent déjà considérablement sur le marché et achèvent de ruiner les crédits, déjà très ébranlé, du fait de leur importante dépréciation.28

59Ainsi, les vendeurs d’orfèvrerie voient leurs richesses métalliques transformées pour les cinq sixièmes en « billets », à charge pour eux de les négocier, s’ils le peuvent. En se transformant en pièces, leur orfèvrerie devient le gage des billets obtenus en échange. L’entreprise, nouvelle, paraît difficile : elle pose de manière crue la question de la valeur gagée par le billet, sujet comme tous les titres à dépréciation. Ce que Cantillon traduit de la manière suivante :

Il faut que la monnaie ou la mesure commune des valeurs corresponde, réellement et intrinsèquement, en prix de terre et de travail, aux choses qu’on en donne en troc. Sans cela elle n’aurait qu’une valeur imaginaire. Par exemple, si un Prince ou une République donnaient cours dans l’État à quelque chose qui n’eût point une telle valeur réelle et intrinsèque, non seulement les autres États ne la recevraient pas sur ce pied-là, mais les habitants mêmes la rejetteraient, lorsqu’ils s’apercevraient du peu de valeur réelle [...]. (p. 62)

60Ces émissions massives de billets de monnaie, dont les conséquences ne sont pas alors encore mesurées, posent une vraie question pour le pouvoir en place, qui s’essaie à maîtriser les tenants et aboutissants d’une nouvelle discipline, mais aussi d’un nouveau risque : la planche à billets.

  • 29 Ibid., p. 214.

À la mort de Louis XIV, les émissions incontrôlées de billets de monnaie et des autres administrations sont estimées à 2.382 millions de livres qu’il paraît impossible de résorber. On essaie néanmoins de remplacer tous ces billets dès 1715 par une nouvelle monnaie papier, les billets d’Estat, produisant 4 % d’intérêt à compter du 1er janvier 1718.29

61Il est rapporté qu’il s’ensuit « un commerce éhonté » qui a vite raison de l’affaire.

62Un nouveau pas a en effet été franchi dès 1716. Cette année-là, le Régent autorise l’ouverture de la Banque générale par John Law. Cette dernière est autorisée à émettre des billets libellés en écus, dont le titre et le poids étaient fixés, et donc constants. Le papier-monnaie était donc garanti contre toute dévaluation. Mais surtout le Régent transforme la Banque générale en Banque royale en 1719. Cette banque émet des billets exprimés en livres tournois, c’est-à-dire dépourvus de toute référence à la valeur métallique. Cet épisode bien connu de la banque de Law achève de miner la confiance déjà fragile des opérateurs dans ces « billets ». En 1785, la refonte générale des Monnaies ordonnée par le contrôleur général des Finances Calonne, conjuguée à la création systématisée de billets de monnaie en tous genres, exacerbera les esprits. Certains historiens y verront un signe annonciateur de l’échec des assignats sous la Révolution.

63En définitive, le paiement des objets d’orfèvrerie par les hôtels des Monnaies pose la question de la valeur tant des pièces d’orfèvrerie que des espèces monnayées à partir d’elles et remises en échange. Les manipulations et montages de toutes sortes qui accompagnent ces opérations de permutation (matière contre monnaie) donnent au marché de l’orfèvrerie, trop souvent traité comme la rencontre d’une offre et d’une demande spécialisées et marginales, sa dimension macroéconomique. Elles l’apparentent, d’une certaine façon, à des opérations de change.

64Les déséquilibres que révèle ce marché résultent de la tension entre ses enjeux et la volonté royale de le contrôler. Ils démontrent la nécessité d’instaurer un système d’escompte monétaire généralisé, pour permettre une croissance de la masse monétaire en phase avec les variations de la sphère économique réelle. En effet, trop d’incertitude sur une valeur promise compromet durablement l’essence même de la transaction économique, du plus modeste au plus puissant des agents économiques : « [...] à moins que le ministère ne manque à la bonne foi et à ses engagements, l’argent de ses sujets circulera sans interruption » (Essai, p. 107). Mais l’autorité monétaire ne parvient jamais à anticiper, tant quantitativement que qualitativement, sur l’orfèvrerie envoyée à la fonte aussi bien que sur la demande monétaire.

  • 30 Herbert Lüthy, La banque protestante en France, Paris, SEVPEN, 1959.
  • 31 Thomas M. Luckett, Credit and commercial society in France, 1740-1789, Princeton University Press, (...)

65En témoigne la succession des crises monétaires et financières, qualifiées de « disettes métalliques » par les historiens, à partir des termes de l’époque30. Pour la première moitié du XVIIIe siècle, Herbert Lüthy en dénombre trois (1709, 1715 et 1725-1726), quand Thomas M. Luckett en voit jusqu’à treize31 dans la seconde moitié du même siècle. La quête de l’équilibre paraît sérieusement engagée en cette période décisive de l’histoire économique. Richard Cantillon la décrit en faisant allusion aux mouvements apparemment erratiques et déséquilibrés des marchés, mais qui restent commandés, selon lui, par un mouvement qui les pousse et les ramène inéluctablement à un point invariant d’équilibre. Pour cet auteur, le libre jeu du profit reste le régulateur de tout mouvement. On lit ainsi : « Lorsque l’argent deviendra trop abondant dans l’État, le luxe s’y mettra, et il tombera en décadence » (p. 107). Et encore :

Lorsqu’un État est parvenu au plus haut point de richesse, [...] il ne manquera pas de retomber dans la pauvreté par le cours ordinaire des choses. La trop grande abondance d’argent, qui fait, tandis qu’elle dure, la puissance des États, les rejette insensiblement, mais naturellement, dans l’indigence. (p. 102)

66Décidément, cette quête transcende largement le petit monde des hôtels des Monnaies et des orfèvres.

Esquisse de comportements métalliques nouveaux : de la rationalité économique à la transcendance monétaire

67La gestion métallique dans l’urgence, coûteuse et improvisée, montre ainsi ses limites. Si le comportement des détenteurs de lingots reste le plus important, celui des détenteurs d’orfèvrerie s’apparente à la gestion de véritables entrepreneurs. Les prémices d’une gestion active des déséquilibres monétaires sont ainsi suggérées par une utilisation originale des objets d’orfèvrerie.

68De fait, par leurs comportements novateurs, ces possesseurs d’une nouvelle ère viennent combler un espace économique inoccupé, le plus souvent sans le savoir. Les exemples du cautionnement et du gage en matière d’orfèvrerie l’illustrent parfaitement. Dans ces deux opérations juridiques en effet, l’objet d’orfèvrerie en cause n’est pas fondu. Il ne peut donc s’apparenter à une injection, au sens keynésien du terme. Et pourtant, il peut l’être à tout instant, révélant ainsi sa nature ambivalente d’objet et de métal, en d’autres termes de « quasi-monnaie » : en effet il ne peut s’agir de monnaie véritable dans la mesure où elle n’est pas immédiatement mobilisable pour des paiements.

69Or, par cette vocation à être monétisé et donc injecté dans la sphère monétaire, cet objet métallique provoque l’entrée d’une valeur négociable et donc monétisable dans cette même sphère monétaire, suscitant en d’autres termes la création d’une sorte de monnaie scripturale en quête d’escompte auprès d’une « banque centrale » encore introuvable.

  • 32 Ordonnance de Saint Louis ; voir Pierre Le Roy, Statuts et privilèges du corps des marchands orfèvr (...)

70De fait, les sûretés réelles, dont peuvent faire l’objet les biens d’orfèvrerie, s’analysent in fine en un véritable placement spéculatif à moyen et long terme. Ces placements permettent aux créanciers, le moment venu et le cas échéant, de se faire servir l’équivalent d’un profit au moins égal à la dépréciation cumulée de la monnaie métallique au jour de la fonte, du moins s’ils choisissent de faire fondre l’objet en cause. En effet, si la valeur d’une pièce de monnaie frappée résulte de l’apposition par le souverain de son « empreinte », laquelle confère à la pièce la certification du titre, la valeur de l’objet d’orfèvrerie procède quant à elle de l’apposition sur l’objet du poinçon issu du « droit de jouir du Sceau »32.

71Autrement dit, si la valeur de la pièce frappée, diminuée des droits de fabrication et de seigneuriage, correspond à la valeur du titre, valeur rapportée au poids, celle de l’objet d’orfèvrerie représente, à l’achat, le cumul du titre des métaux qui le composent, et de la valeur ajoutée par l’orfèvre, c’est-à-dire de la façon.

  • 33 Voir « Déclaration du Roy… », doc. cité.

72En principe, la sûreté constituée sur un objet métallique n’intègre pas le prix de la façon, de sorte que le créancier titulaire devrait a priori être perdant en cas de fonte de l’objet. Cependant en cas de « disette monétaire »33, cette perte apparaît de fait compensée justement par l’appréciation de la valeur des métaux or et argent sur le marché libre. Il est d’ailleurs remarquable d’observer, non pas tant l’essor (toutefois considérable à cette époque) des gages et cautionnements sur les objets d’orfèvrerie, mais la facilité avec laquelle se prennent puis se négocient ces sûretés qui, à l’évidence revêtent les habits d’un placement stable dans le temps et aisément monétisable.

73Mais le gage et le cautionnement ne sont pas l’apanage exclusif des financiers ; très tôt, des particuliers y ont vu aussi leur intérêt. Comme « ce métal était estimé au moins suivant la valeur qu’il coûtait pour sa production, quelques gens qui en possédaient se trouvant dans quelques nécessités pouvaient le mettre en gage pour emprunter les choses dont ils avaient besoin, et même le vendre ensuite tout à fait » (Essai, p. 57). Ces derniers n’hésitent pas à mettre en œuvre, voire même à rechercher, au prétexte de sûreté, ce type d’investissements, auprès de certaines professions (notaires, boutiquiers et prêteurs sur gage), mais aussi auprès de banquiers et d’institutions financières, à l’instar du mont-de-piété, dont la date de création, 1775, est à cet égard significative.

74Petits lots d’orfèvrerie et poids modiques trouvent toujours preneur au mont-de-piété pour les plus humbles, évidemment très demandeurs, mais aussi, pour les plus nantis. Qui refuserait en effet une avance sur gage, matérialisée de surcroît par un unique billet au porteur (numéroté), et offerte au un cinquième de la valeur du dépôt, moyennant un intérêt de 6 % représentant jusqu’au tiers du taux moyen pratiqué ailleurs ?

75L’année 1775 marque donc la naissance symbolique d’une forme nouvelle d’épargne populaire, fondée sur l’anonymat, dont le rôle croissant, décliné à l’envi, aboutira entre autres choses à la création de sociétés « anonymes », fers de lance de la révolution industrielle. En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, il faut y voir le signe d’une profonde rupture avec le crédit marchand, lequel, reposant sur la seule confiance des pairs, consent, encadre et cautionne dans des limites qu’il fixe les opérations financières entre marchands.

76Il n’est prêté qu’au marchand solvable, et surtout reconnu comme tel par ses semblables. Le prêt se fait d’abord intuitu personae. Avec le développement du crédit, direct (lettre de change, escompte…) et indirect (gage, cautionnement), la valeur réelle de l’orfèvrerie prévaut sur toute autre considération, notamment sur celle du lien social dans la transaction projetée. Ugo Tucci souligne d’ailleurs la stabilité remarquable de la « masse de ces trésors » d’orfèvrerie, plus lente à se répandre et à se résorber que celle plus fluctuante de la masse monétaire.

77Tout se passe, en réalité, comme si les objets d’orfèvrerie, venant en quelque sorte combler un vide monétaire, occupaient les fonctions d’une monnaie de remplacement et obéissaient ainsi à l’une des règles fondamentales gouvernant l’évolution des espèces, seraient-elles métalliques : le besoin crée la fonction.

78Sans doute encore mal compris, quoique déjà perçu au XVIIIe siècle, le besoin de crédit et, d’une façon générale, le besoin de financement nécessaire pour solder ex post les déséquilibres réels inhérents à toute société marchande, est approché par Richard Cantillon en des termes remarquables et surtout visionnaires pour son époque. S’il semble ne connaître que « l’argent qui circule » (p. 97), et ignorer ou éluder toute autre valeur monétaire circulante, il doit cependant composer avec l’existence avérée de l’épargne : « L’argent resserré [épargné], la vaisselle, l’argent des églises, etc., sont des richesses dont l’État trouve à se servir dans les grandes extrémités, mais elles ne sont d’aucune utilité actuelle » (ibid.).

79Mieux, Cantillon fait de l’or et de l’argent des marchandises éternellement échangeables, indépendamment même de la forme revêtue par ces deux métaux. Ainsi, par sa propre démonstration, cet auteur est conduit à admettre le principe même des fuites et des injections dans le circuit économique global, notamment lorsqu’il énonce que « de petites sommes épargnées par tous, tenues hors circulation, [peuvent] être mises à profit ou à intérêts […] par l’entremise des entrepreneurs » (p. 33), qui sont « tour à tour emprunteur [s], prêteur [s] » (p. 89).

80Et de l’intérêt au crédit, il n’y a qu’un pas. Cantillon le franchit en ces termes :

Si dans un État il n’y avait pas d’entrepreneurs qui pussent faire du profit sur l’argent ou sur les marchandises qu’ils empruntent, l’usage de l’intérêt ne serait pas probablement si fréquent qu’on le voit. Il n’y aurait que les gens extravagants et prodigues qui feraient des emprunts. Mais dans l’habitude où tout le monde est de se servir d’entrepreneurs, il y a une source constante pour les emprunts et par conséquent pour l’intérêt. (p. 116-117)

81Les orfèvres sont donc, implicitement mais nécessairement, placés par Cantillon dans une position économique certes à la marge, mais stratégique et susceptible d’influer de manière décisive sur les équilibres, non seulement monétaires mais aussi réels, de l’économie. Ils sont en effet, à l’image des métaux qu’ils travaillent, ambivalents : ils sont des « entrepreneurs », mais par leur travail – leur « façon » – ils contribuent à optimiser la valeur de l’or et de l’argent.

82Mais leur activité serait vaine sans la manne de l’orfèvrerie, dont les détenteurs sont à l’origine d’une véritable activité productrice. Cantillon ne manque pas d’évoquer leur rôle de médiateur sur ce point fondamental :

Quoique l’argent passe pour gages dans le troc, cependant il ne se multiplie point, et ne produit point un intérêt dans la simple circulation. Les nécessités des hommes semblent avoir introduit l’usage de l’intérêt. [...] Mais son usage constant dans les États paraît fondé sur les profits que les entrepreneurs en peuvent faire. (p. 111)

83Ainsi choyés de toutes parts, c’est-à-dire, aussi bien par les hôtels de Monnaies que par les orfèvres, les détenteurs d’orfèvrerie deviennent la véritable courroie de transmission des impulsions métalliques provoquées, mécaniquement, par la confrontation inévitable de l’Institution avec la Corporation, et dont les résultats peuvent, semble-t-il, se mesurer par l’étude comparée des courbes de production des frappes monétaires et des objets d’orfèvrerie.

84Le billet paraît enfin prêt à recevoir son onction magique, et les grands trésoriers à s’entourer de « collègues magiciens », à l’image du Grand Trésorier de l’Empereur de Faust :

  • 34 Johann Wolfgang Goethe, Faust, Henri Lichtenberger trad., Paris, Aubier (Bilingue), 1980, p. 49. No (...)

faust.
La surabondance de trésors qui, en léthargie,
Dorment en tes États au plus profond du sol,
Demeure inutilisée. La pensée la plus vaste
N’est, pour pareille richesse, qu’une très misérable limite
L’imagination, en son sol le plus sublime,
S’évertue en vain sans jamais faire assez.
Mais des esprits dignes de contempler les choses profondes conçoivent
Pour l’illimité une confiance sans limites.
méphistophélès.
Un tel papier, au lieu d’or et de perles,
Est si commode ! On sait au moins ce qu’on a.
Point n’est plus besoin de trafiquer ni de marchander,
On peut à son gré s’enivrer d’amour et de vin.
Veut-on du métal ? Le changeur est là, tout à point,
Et si le métal manque, on creuse un peu de temps.
Coupes et chaînes sont mises aux enchères,
Et voilà le papier aussitôt amorti,
À la confusion du sceptique qui nous raille effrontément. On ne veut plus rien d’autre, on y est accoutumé.
Et désormais, dans tous les États de l’Empereur,
Il restera toujours assez de bijoux, d’or et de papier.
l’empereur.
Notre Empire vous doit cette haute prospérité ;
Que la récompense soit, si possible, égale au service.
Nous vous confions donc l’intérieur du sol de l’Empire,
Vous serez les plus dignes custodes des Trésors.
Vous connaissez le refuge vaste et bien gardé,
Lorsque l’on creusera, que ce soit d’après votre parole.
Unissez-vous donc, Maîtres de mon trésor,
Remplissez avec ardeur les dignités de votre fonction,
Où le monde d’en haut et celui d’en bas
S’associent en une bienheureuse harmonie.
le grand trésorier.
Entre nous ne surgira jamais l’ombre d’un dissentiment,
Il me plaît d’avoir pour collègue le magicien.34

Notes

1 Richard Cantillon, Essai sur la nature du commerce en général, Paris, INED, 1997, p. 66.

2 Archives nationales (AN), T 1490.

3 Courbes des frappes monétaires obtenues notamment à partir de ces sources : Franck Spooner, L’économie mondiale et les frappes monétaires en France, Paris, A. Colin, 1956 ; BNF, Manuscrits, Fonds Joly de Fleury, n ° 1440 ; AN, Paris F 12/1889 et 250 ; Victor Gadoury et Frédéric Droulers, Monnaies royales françaises, Monte-Carlo, V. Gadoury, 1978 ; Michel Morineau, « Les frappes monétaires françaises de 1726 à 1793 », Études d’histoire monétaire, XIIe-XIXe siècle, Lille, PUL, 1984.

4 « Déclaration du Roy... », AN, K 1048 et 1049.

5 Bruno Collin, L’atelier monétaire royal de Montpellier sous Louis XIV, Nîmes, Balancier, 1986.

6 BNF, 8° L25 C136.

7 BNF, ms-fr. 6685.

8 Gaston Rambert, Histoire du commerce de Marseille, 1599-1789, Paris, Plon, 1954.

9 Bruno Collin, L’atelier monétaire royal de Montpellier..., ouvr. cité.

10 Almanach royal, Paris, Laurent d’Houry, 1785.

11 « Mémoires de l’État français dressés par ordre du Roi en 1745 », BNF, mss 10827 et 10828.

12 Voir « Tableau expose des tarifs de la vaisselle », BNF, K 1048.

13 Michel Morineau, « Les frappes monétaires françaises... », art. cité, p. 110.

14 « Déclaration du Roy… », doc. cité.

15 BNF, 4° F, pièce 2401.

16 BNF, K 1049.

17 BNF, 8053.

18 BNF, Fr 8052.

19 BNF, imprimé 1385.

20 AN, 4V17.

21 AN, AV17.

22 AN, 15551.

23 Almanach des Monnaies, Paris, Méquignon, 1785.

24 Sur cette possibilité de faire appel aux financiers, voir Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984.

25 Ibid. (financiers recevant des règlements en bagues, sacs retrouvés chez eux).

26 BNF, Succession Colbert Vilain.

27 Bruno Collin, L’atelier monétaire royal de Montpellier…, ouvr. cité, p. 104.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 214.

30 Herbert Lüthy, La banque protestante en France, Paris, SEVPEN, 1959.

31 Thomas M. Luckett, Credit and commercial society in France, 1740-1789, Princeton University Press, 1992.

32 Ordonnance de Saint Louis ; voir Pierre Le Roy, Statuts et privilèges du corps des marchands orfèvres de la ville de Paris, Paris, Paulus-du-Mesnil, 1734.

33 Voir « Déclaration du Roy… », doc. cité.

34 Johann Wolfgang Goethe, Faust, Henri Lichtenberger trad., Paris, Aubier (Bilingue), 1980, p. 49. Nous soulignons la dernière phrase.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 – Courbe de la production d’orfèvrerie parisienne or (C1) en kg de 1750 à 1789
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Graphique 2 – Courbe de la production d’orfèvrerie parisienne argent (C2) en kg de 1750 à 1789
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Graphique 3 – Courbe des frappes monétaires en or de 1750 à 1789 (l’année 1786 a été retirée, car elle est exceptionnellement élevée : 67 6661,04 kg)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Graphique 4 – Courbe des frappes monétaires en argent de 1750 à 1789
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Schématisation d’un lienSource : Livre-Journal de Lazare Duvaux, Marchand Bijoutier Ordinaire du Roy, 1748-1758, Paris, LCJ Courajod, 1873
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

Auteur

Valérie Gratsac-Legendre est ingénieure à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre de recherches historiques). Elle est spécialisée dans l’étude des rapports du luxe et de l’économie marchande.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search