Version classiqueVersion mobile

Montchrestien et Cantillon

 | 
Alain Guery

Civilisations de l'entrepreneur

L’entrepreneur, l’entreprise et l’ordre social. Cantillon, Montchrestien et la Chine médiévale

Christian Lamouroux

Texte intégral

Cette contribution a bénéficié des remarques que m’ont faites plusieurs lecteurs, parmi lesquels je tiens à remercier en particulier, outre les membres du séminaire « Dons, monnaies, prélèvements », mon collègue sinologue Thierry Pairault.

  • 1 Robert Hartwell, « A revolution in the Chinese iron and coal industries during the Northern Sung, 9 (...)
  • 2 Paul Smith, Taxing heaven’s storehouse. Horses, bureaucrats, and the destruction of the Sichuan tea (...)

1Sans doute faut-il d’abord expliquer le cheminement qui a conduit un historien de la Chine médiévale à réfléchir sur la place de l’entrepreneur et de l’entreprise dans les deux ouvrages qui nous intéressent. L’analyse des faits économiques et financiers, des institutions et des politiques a incité de nombreux sinologues à voir dans les profondes évolutions de la Chine des Song (960-1279) l’avènement de la période « moderne ». Dans les années 1960, Robert Hartwell a ainsi soutenu, sans doute un peu vite, que l’apparition de véritables entreprises sidérurgiques avait permis à la Chine du XIe siècle d’atteindre un niveau de production très proche de celui de l’Angleterre du XVIIIe siècle1. Plus près de nous, son élève, Paul Smith, a assimilé le monopole public du thé, mis en place au même moment dans le Sud-Ouest de l’empire, à une « entreprise bureaucratique »2. Selon lui, le système intégré de production et de commercialisation du thé, instauré par plusieurs fonctionnaires qu’il désigne comme des « entrepreneurs », répondait à l’objectif explicite de générer toujours plus de profits.

  • 3 Joseph A. Schumpeter, Théorie de l’évolution économique. Recherches sur le profit, le crédit, l’int (...)
  • 4 Joseph A. Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, t. I : L’âge des fondateurs, Paris, Gallima (...)

2En refusant de disjoindre ce groupe particulier de fonctionnaires de l’organisation qu’ils avaient façonnée et dirigée, Smith a non seulement réussi à éclairer de façon magistrale le développement de l’organisation bureaucratique en Chine, mais il a précisé du même coup les conditions du comparatisme inauguré par son maître. Il a brillamment démontré que les recettes que retire une organisation administrative de ses activités commerciales et financières ne suffisent pas à la caractériser comme une entreprise à la recherche de profits : il y faut encore un dessein, conçu par un agent capable d’intégrer l’ensemble des pratiques dans un système cohérent, sur lequel il peut agir en lui assignant clairement un objectif. Plutôt que de partir des seules performances économiques, Smith a donc proposé un modèle qui relie celles-ci à un type d’agent, capable d’orienter l’action collective : l’entrepreneur public. La figure fonctionnelle de cet entrepreneur, présent dans des sociétés historiques très différentes, capable de coordonner des pratiques multiples et de créer ainsi le dynamisme général qui porte son entreprise, doit beaucoup, au dire même de Smith, à celle que Joseph A. Schumpeter avait brossée, en particulier dans son livre Théorie de l’évolution économique3. Or, dans la mesure où Joseph Schumpeter lui-même voyait en Cantillon le penseur grâce auquel « les économistes français, à l’inverse des Anglais, n’ont jamais perdu de vue la fonction centrale de l’entrepreneur »4, il était tentant de mettre à profit notre lecture collective de l’Essai pour mieux comprendre les bases sur lesquelles Smith a élaboré son modèle, en précisant par exemple en quoi la notion d’entrepreneur de Cantillon, retravaillée par Schumpeter, a pu déboucher sur celle d’entrepreneur public.

3En revanche, le Traité de Montchrestien apparaissait dans un premier temps comme un objet plutôt étrange et difficile à mobiliser pour ce travail. Pourtant, la posture de son auteur, un gentilhomme soucieux de bien public, qui s’adresse au prince pour lui dire comment gouverner les hommes à travers l’administration des richesses, semble très proche de celle adoptée par les lettrés fonctionnaires dans la Chine des XIe et XIIe siècles, sur laquelle Smith et moi-même travaillons. La plupart de ces lettrés cherchaient eux aussi à résoudre les difficultés qui assaillaient alors la dynastie des Song : affaiblissement du pouvoir central, pression militaire extérieure permanente et, ce qui retiendra surtout notre attention ici, développement de plus en plus intense des échanges commerciaux. Dans ces conditions, la référence à la Chine médiévale qui guidait l’interrogation sur Cantillon pouvait servir de pivot à la comparaison entre les deux auteurs que nous lisions, en obligeant cependant à élargir la question telle qu’elle avait été initialement formulée grâce au travail de Smith. L’exercice consistait désormais à se demander en quoi, aux yeux de Montchrestien aussi, l’« entreprise » – bien plus présente que l’entrepreneur dans son texte – était constitutive de l’ordre social. Et d’abord, que signifiait pour lui une « entreprise » ? Pouvait-elle apporter justice sociale et prospérité matérielle ? À quelle condition une entreprise était-elle garante de l’équilibre entre les intérêts collectifs et les intérêts particuliers, entre l’autorité centrale et les pouvoirs locaux ?

  • 5 Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d’une idée, Paris, PUF, 1982.

4Il aurait été impossible d’envisager ce cheminement sans le travail déjà ancien qu’Hélène Vérin a précisément consacré à l’entrepreneur et à l’entreprise5. On trouve dans son beau livre un chapitre intitulé « Le sujet économique : le concept d’entrepreneur chez Cantillon », dans lequel l’auteur met en évidence les traits médiévaux auxquels Cantillon a renoncé pour capter et emprisonner l’entrepreneur dans l’ordre économique qu’il inventait. En montrant surtout comment Cantillon a construit son concept et imposé l’acception désormais universelle de l’entrepreneur comme agent économique, Vérin nous a considérablement aidé à retrouver dans le texte de Montchrestien certains des éléments qu’abandonnera définitivement sa postérité, et à aborder la question des rapports entre l’entrepreneur et l’autorité publique, laquelle est bien au cœur de la démonstration de Smith pour la Chine. Nous partirons donc de la notion d’entrepreneur dans l’Essai, puis nous rappellerons la fortune et les ambiguïtés de ce concept chez Schumpeter, sur lequel s’est appuyé Smith pour proposer un modèle qui crée un lien inédit entre l’entrepreneur et l’ordre bureaucratique naissant. Ainsi placé sur le terrain de l’ordre social et politique, nous analyserons la conception qu’a Montchrestien du rôle de l’« entreprise » dans le gouvernement des hommes. Enfin, nous reviendrons à la Chine en nous demandant si ce détour ne permet pas de compléter l’éclairage apportée par Smith sur les réalités bureaucratiques et au-delà sur le programme de Montchrestien.

L’ENTREPRENEUR ET L’ORDRE ÉCONOMIQUE

Un agent économique dans l’Essai

  • 6 On se souvient que, au dire de Cantillon, tous ses raisonnements s’appuient sur des calculs consign (...)

5Le contraste sans doute le plus évident entre les deux textes qui nous intéressent est, on l’a dit, leur tonalité. Au registre de la dénonciation, de la remontrance ou du conseil éclairé choisi par Montchrestien s’oppose celui de la modernité, de la rationalité, voire de la scientificité du discours de Cantillon6. Comme cette rationalité repose largement sur l’usage de la modélisation, la première question est celle de la place de l’entrepreneur dans son modèle.

  • 7 Richard Cantillon, Essai sur la nature du commerce en général, Paris, INED, 1997, p. 35. On trouve (...)
  • 8 Murphy cite le Tableau économique de 1758. Voir Antoin E. Murphy, Richard Cantillon. Le rival de La (...)
  • 9 Le terme de « catalyseur » est celui de Murphy, ibid., p. 186.

6Chez Cantillon, l’agriculture reste l’activité de base du procès économique, pour lequel les dépenses des propriétaires terriens sont fondamentales. Les propriétaires de terres sont les seuls à pouvoir se prévaloir d’une indépendance qui les conduit à déterminer l’emploi de leurs terres au gré de leur « fantaisie », de leur « inclination », de leur « plaisir », ce que développe le chapitre XIV de l’Essai. Le propriétaire est donc naturellement « l’acteur principal dans les variations qui peuvent arriver à la consommation »7. Pour Cantillon, comme pour Quesnay souligne Antoin E. Murphy8, les dépenses des propriétaires représentent les revenus des citadins, qui sont ainsi en mesure d’acheter la production agricole acheminée depuis la campagne. La ville de Cantillon est un espace où se rassemblent les « seigneurs », « les marchands, les artisans, et gens de toutes sortes de professions » ; dans ces conditions, « tous ces artisans et entrepreneurs se servent mutuellement », et « l’entretien des uns et des autres tombe finalement sur les seigneurs et propriétaires de terres » (p8). Dans le chapitre XIV, Cantillon précise qu’en supposant que les propriétaires, soucieux d’« éviter tant de soins et d’embarras, fasse [nt] un calcul avec les inspecteurs de [leurs] laboureurs », et s’en remettent à leurs « inspecteurs devenus entrepreneurs », ceux-ci sont « les maîtres absolus de ceux qui travaillent sous leur conduite » (p. 34). Cantillon fait ainsi de la ville, puis de la collectivité, qu’il appelle un « État », une société marchande, dans laquelle la redistribution de la richesse, les revenus fonciers des propriétaires sont assurés selon les lois de la concurrence par l’échange de biens et de services sur des marchés. Or, l’activité des marchés dépend des entrepreneurs. L’entrepreneur de Cantillon est en effet le catalyseur9 de la production et de l’échange, dans la mesure où le rapport entre ces deux étapes implique une incertitude :

Le fermier est un entrepreneur qui promet de payer au propriétaire, pour la ferme ou terre, une somme fixe d’argent […], sans avoir la certitude de l’avantage qu’il tirera de cette entreprise. Il emploie une partie de cette terre […] sans pouvoir prévoir laquelle des espèces de ces denrées rapportera le meilleur prix. […], et par conséquent il conduit l’entreprise de la ferme avec incertitude. (p. 28-29)

7Le mécanisme sur lequel Cantillon insiste au point de sembler redondant est donc le suivant : « [Les entrepreneurs] s’obligent de payer au fermier un prix certain de ses denrées […] pour en tirer dans la ville un prix incertain » (p. 29). Cette incertitude est la conséquence de leur ignorance de la consommation et de la concurrence : ils ignorent « combien de temps leurs chalands achèteront d’eux » (p. 29-30). Mais si les entrepreneurs acceptent cette incertitude, c’est qu’ils partagent une certitude : « Les consommateurs […] aiment mieux donner quelque chose de plus dans le prix, pour trouver à portée ce dont ils ont besoin dans le détail » (p. 30). Dans ces conditions, se crée une réciprocité des services, car les entrepreneurs deviennent « consommateurs et chalands réciproquement les uns des autres » (ibid.). Cette interdépendance génère une communauté, à l’intérieur de laquelle l’entrepreneur a la garantie de pouvoir exercer son activité, même si les activités multiples qui organisent ce champ d’action ne peuvent qu’apparaître et disparaître : ainsi les entrepreneurs « se proportionnent », dit Cantillon, « au hasard dans un État » (ibid.). Cette communauté construite par l’interdépendance des liens entre entrepreneurs est clairement définie par Cantillon en termes de dépendance de tous les entrepreneurs qui « sont comme à gages incertains », « soit qu’ils s’établissent avec un fonds, […] soit qu’ils soient entrepreneurs de leur propre travail sans aucun fonds » (p. 31-32). Cantillon conclut ainsi son chapitre par ce tableau général : « Les propriétaires de terres sont seuls indépendants naturellement dans un État ; […] tous les autres ordres sont dépendants, soit comme entrepreneurs, ou comme à gages, et […] tout le troc et la circulation de l’État se conduit par l’entremise des entrepreneurs » (p. 33).

  • 10 Antoin E. Murphy, Richard Cantillon, ouvr. cité, p. 187.

8Comme le résume Murphy, les entrepreneurs, qu’ils soient engagés dans la production ou l’échange, sont à la recherche d’opportunités et anticipent sur la demande probable des consommateurs, tout en étant prêts à abandonner leurs intuitions dès qu’elles s’avèrent incorrectes, sous peine d’être exclus des affaires. En d’autres termes, l’entrepreneur transforme l’incertitude radicale en un risque qu’il prend après l’avoir probabilisé. C’est ce qui incite Murphy à conclure qu’il est « la main visible qui assure la coordination entre producteurs et consommateurs »10.

9Cette présence décisive de l’entrepreneur se retrouve sur le marché de l’argent. Cantillon écrit : « Le profit [du prêt] doit avoir été proportionné aux nécessités des emprunteurs et à la crainte et à l’avarice des prêteurs. Voilà ce me semble la première source de l’intérêt. Mais son usage constant dans les États paraît fondé sur les profits que les entrepreneurs peuvent en faire » (p. 111). En effet, « un laboureur entendu, qui vit de son travail à gages » peut « trouver quelqu’un qui veuille bien lui prêter un fonds », si bien qu’il « sera en état de donner à ce prêteur toute la troisième rente, ou le tiers du produit d’une ferme sont il deviendra le fermier ou l’entrepreneur » (p. 112). Il y a donc à nouveau prise de risque, que les prêteurs calculent en « [exigeant] de lui [l’emprunteur] un profit ou intérêt de vingt à trente pour cent de la valeur du prêt » (p. 113). Il est clair que Cantillon n’a pas cherché à distinguer entre un prêteur dont « l’avarice » le poussait à exiger un intérêt à taux fixe sur les fonds prêtés et celui qui acceptait de fonder la rémunération de son argent sur l’entreprise de l’emprunteur, en partageant ainsi le risque que courait celui-ci. En revanche, préoccupé qu’il est de mettre en lumière un circuit économique, Cantillon explique le fréquent recours à « l’usage de l’intérêt » par la capacité des entrepreneurs qui font « du profit sur l’argent et ou sur les marchandises qu’ils empruntent » (p. 116). Dans cette configuration, tous les prêteurs apparaissent reliés par une chaîne d’interdépendance aux emprunteurs, car « tous les marchands dans l’État sont dans une habitude constante de prêter à terme des marchandises ou des denrées à des détailleurs, et proportionnent la mesure de leur profit, ou de leur intérêt à celle de leur risque » (p. 115). Ainsi, inévitablement, les entrepreneurs se garantissent mutuellement des avances, puisque les activités de la multitude des emprunteurs couvrent une part essentielle, sinon la totalité de la production destinée aux consommations les plus courantes. En effet, « ce sont les entrepreneurs qui cultivent les terres, les entrepreneurs qui fournissent le pain, la viande, les habillements, etc., à tous les habitants d’une ville » (p. 117). Il est d’ailleurs piquant de noter ici l’allusion précise qu’il fait à la « multitude des entrepreneurs […] encore bien plus grande parmi les Chinois », réputés avoir « l’esprit vif, le génie propre pour les entreprises, et une grande constance à les conduire » (ibid.). Cette « multitude de bas entrepreneurs » est en fait la communauté de ceux dont l’activité n’est possible que grâce aux avances qu’ils se consentent entre eux. Il peut ainsi affirmer qu’« on aime autant le billet d’un négociant solvable et solide […] qu’une action sur une terre » (p. 116).

10Comme le souligne Murphy, ce sont bien les activités particulières de l’entrepreneur qui fondent l’approche des marchés par Cantillon ; la présence de cet acteur dans le réseau de la production et de l’échange assure la circularité des revenus et des dépenses de production à l’échelle de l’ensemble de la collectivité économique qui est devenue coextensive à l’« État ». De ce fait, l’entrepreneur a conquis une double position : il demeure un élément essentiel de la chaîne collective tout au long de laquelle se règlent organiquement les relations entre producteurs et consommateurs ; son évaluation du risque, qui dépend de ses « intuitions », lui assure un profit incertain et devient le principe régulateur de cette chaîne. Autrement dit, la cohésion de la société marchande dépend ici du profit de l’entrepreneur, et toute entreprise économique dépend de son action fondée sur le risque. C’est à qualifier cette action que s’emploie en particulier Schumpeter dans son analyse de l’entrepreneur comme agent de commandement.

L’agent de commandement de Schumpeter

  • 11 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter. Les dynamiques du capitalisme, Genève, (...)
  • 12 Joseph A. Schumpeter, Théorie de l’évolution économique, ouvr. cité, p. 106 et note 1 ; l’auteur so (...)
  • 13 Ibid., p. 108.

11On sait qu’entre la première édition de Théorie de l’évolution économique en 1911 et Capitalisme, socialisme et démocratie, publié en 1942, Joseph Schumpeter n’a jamais cessé d’élaborer sa théorie de l’entrepreneur11. Malgré de multiples corrections et ajouts, voire certaines contradictions sur lesquelles nous reviendrons, on peut affirmer cependant qu’à ses yeux l’entrepreneur est toujours resté l’agent capable d’exercer une autorité, un commandement (leadership) sur les activités économiques du fait même de sa vocation fondamentale : réaliser des combinaisons nouvelles entre facteurs de la production. Dans la seconde version de Théorie de l’évolution économique en 1926, le livre sur lequel s’appuie explicitement Paul Smith pour construire son modèle d’entrepreneur public, c’est surtout son rôle d’organisateur, de coordonnateur qu’il met en avant. Schumpeter affirme là : « Nous appelons “entreprise” l’exécution de nouvelles combinaisons et également ses réalisations dans des exploitations, […] et “entrepreneurs”, les agents économiques dont la fonction est d’exécuter de nouvelles combinaisons et qui en sont l’élément actif », et d’ajouter : « Rien ne nous est plus étranger qu’“une interprétation du concept” linguistique […], par exemple [au cas où] “entrepreneur” doit être traduit en anglais par “contractor”. »12 Il cite d’ailleurs plus loin Jean-Baptiste Say pour qui « la fonction de l’entrepreneur est de combiner, de rassembler les facteurs de production »13.

  • 14 Ibid., p. 107.
  • 15 Ibid., p. 108, note (p. 363 pour la correction) ; l’auteur souligne.

12« Sont aussi entrepreneurs, dit Schumpeter, ceux qui n’ont aucune relation durable avec une exploitation individuelle et n’entrent en action que pour donner de nouvelles formes à des exploitations, tels pas mal de “financiers”, de “fondateurs”, de spécialistes du droit financier ou de techniciens. » Dès lors, il peut écrire que « ce concept et ce nom [sont attachés] à la fonction et à tous les individus qui la remplissent de fait dans une forme sociale quelconque, même s’ils sont les organes d’une communauté socialiste, les suzerains d’un bien féodal ou les chefs d’une tribu primitive »14. Autrement dit, l’entrepreneur remplit une fonction, indépendante des rapports sociaux et de la représentation que s’en fait la société. Or, en parvenant à cette vision fonctionnelle de l’entrepreneur, Schumpeter détache son action de la prise de risque qui la justifiait et tourne ainsi le dos à la définition de Cantillon. Il affirme en effet que « c’est toujours le capitaliste qui supporte seul le risque, quoique l’entrepreneur le supporte souvent en tant que capitaliste »15. Les nombreuses études consacrées à la théorie de l’entrepreneur chez Schumpeter ont évidemment déjà souligné l’importance que revêt cette distinction, puisque c’est précisément sur elle qu’est fondé le passage du « circuit » à l’« évolution ». Comme le résume François Perroux :

  • 16 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter, ouvr. cité, p. 76.

L’évolution se définit […] comme la modification spontanée et discontinue du parcours du circuit. L’évolution […] découle donc de l’exécution d’une combinaison nouvelle. […] La réalisation de cette combinaison nouvelle est la caractéristique de l’« entreprise » au sens où Joseph Schumpeter emploie ce mot et la fonction propre de l’entrepreneur. […] L’entrepreneur ne peut exercer sa fonction que par l’emploi du capital monétaire ; il réalise des gains résultant de l’exécution de combinaisons nouvelles ou profits, sur lesquels le capitaliste prélève une sorte d’impôt : l’intérêt.16

  • 17 Joseph A. Schumpeter, Théorie de l’évolution économique, ouvr. cité, p. 110.
  • 18 Ibid., p. 122.
  • 19 Ibid., p. 136.

13Dans ce contexte, si le capitaliste prend le risque de lui faire crédit, l’entrepreneur est celui qui doit adapter sa conduite à l’incertitude de l’opération et à l’incompréhension, voire à l’hostilité du milieu social nécessairement routinier du fait des obstacles juridiques ou politiques, que Schumpeter mentionne explicitement. Ce sont ces conditions qui font de l’entrepreneur un « chef », au sens où il est capable par sa conduite de créer les conditions de coopération avec les gens dont il a besoin pour agir, c’est-à-dire exécuter de nouvelles combinaisons. Cette fonction spécifique, qui consiste pour l’entrepreneur à exécuter de nouvelles combinaisons, n’est pas un « travail » : Schumpeter précise que cette activité est aussi peu susceptible d’être caractérisée en termes de profession que ne l’est celle d’un chef d’armée, dont la fonction est de prendre et d’exécuter des décisions stratégiques17. Voilà pourquoi la fonction d’entrepreneur ne renvoie nullement à un état durable : les entrepreneurs sont des agents économiques dont l’activité résulte d’une conduite économique particulière, qui ne peut constituer la base d’une catégorie sociale. Pour caractériser cette conduite, Schumpeter écrit : « Dans une situation stratégique donnée il faut agir, même si manquent en vue de l’action les données que l’on pourrait se procurer : de même dans la vie économique il faut agir sans que l’on ait élaboré dans tous ces détails ce qui doit arriver. »18 L’entrepreneur est l’agent qui, grâce à son autorité, entraîne l’action économique hors des sentiers battus, de la routine économique. Cette conduite se retrouve en permanence dans la diversité des contextes historiques et Schumpeter s’attache à rendre compte des trois facteurs qui expliquent cette permanence19. Le premier de ces facteurs est l’ambition de fonder un royaume, un empire privé ou une dynastie : un tel dessein repose sur la possibilité de constituer, au moins en partie, le résultat de l’action en propriété privée, ne serait-ce que pour en assurer la transmission. Mais le principe même de la conduite entrepreneuriale ne repose pas sur cette possibilité d’accaparement, précise-t-il. Il dépend avant tout des deux autres facteurs : la volonté de lutter en vue de remporter un succès et la satisfaction de créer une forme économique nouvelle. Autrement dit, pour Schumpeter, l’entrepreneur tend à construire son autorité à travers la réalisation d’une ambition personnelle qu’il est seul capable de transformer en dessein collectif.

14En insistant sur le rôle d’organisateur de l’entrepreneur, Schumpeter distingue donc le risque – laissé au capitaliste – de l’incertitude qui caractérise la conduite individuelle du chef d’entreprise : l’action de celui-ci vise essentiellement à créer des combinaisons nouvelles, à innover à travers une lutte qui l’oppose, quelle que soit la société dans laquelle il agit, aux forces de la simple reproduction économique. En faisant de l’entrepreneur le titulaire d’une fonction, celle de concepteur et de coordinateur de l’action économique, il le détache du contexte historique particulier qui a fait du travail une valeur économique et sociale, et il l’installe définitivement en surplomb de la chaîne organique que décrivait Cantillon : l’entrepreneur exerce désormais l’autorité d’un chef sur l’ensemble de la chaîne d’innovation qui se confond avec son entreprise.

  • 20 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter, ouvr. cité, p. 98. Les termes de la di (...)
  • 21 Christel Vivel, « L’entrepreneur dans la tradition autrichienne », thèse citée, éclaire à la fin de (...)

15Il semble donc, pour conclure brièvement, qu’un des résultats du travail de Schumpeter a été d’éclairer le rôle de l’entrepreneur dans l’ordre microéconomique de l’entreprise mais aussi dans tout ordre social : agent économique, l’entrepreneur est aussi et surtout le produit d’une modélisation de l’action sociale. C’est sans doute la raison pour laquelle Schumpeter considère la « réalisation des combinaisons nouvelles » comme indépendante de la détention d’un capital et choisit ainsi, comme le remarquait déjà Perroux, d’ignorer que dans son modèle d’évolution « l’exploitant qui coordonne les facteurs de la production et qui ne peut opérer cette coordination sans un patrimoine subit des risques. Il supporte les risques de production et les risques commerciaux »20. Schumpeter ne s’intéresse donc pas plus que Cantillon à la distinction, déjà évoquée, entre le capitaliste prêteur qui loue ses capitaux sans supporter le risque inhérent à l’œuvre de production et celui qui investit ses capitaux dans une entreprise dont les résultats sont aléatoires et qui touche donc un revenu aléatoire, dépendant de la marge entre prix de revient et prix de vente. En d’autres termes, l’entrepreneur de Schumpeter, champion de l’innovation économique, échappe à la sanction des marchés. Dans ces conditions, on comprend qu’en 1942 il lui apparaît concevable et cohérent de penser qu’en économie socialiste, dans le cadre de la disparition de la propriété privée, l’effacement de l’entrepreneur ne signifie nullement la fin des fonctions entrepreneuriales : le « comité central » est dès lors l’agent de commandement et dirige la bureaucratie dans la « réalisation des combinaisons nouvelles »21.

Le fonctionnaire entrepreneur de Paul Smith

  • 22 Les « achats harmonieux » (hemai) étaient à l’origine des achats publics de grains dont les prix ét (...)
  • 23 Conçu au début du XIe siècle comme un dispositif de crédit public destiné à désendetter les foyers (...)
  • 24 Les revenus de la taxe commerciale (shangshui) auraient atteint jusqu’à 54 % des recettes monétaire (...)
  • 25 Sur la dette publique et les monopoles, on se reportera à Christian Lamouroux, « Endettement public (...)

16Dans une certaine mesure, c’est précisément sur cette ambiguïté, voire cette contradiction que s’est appuyé Paul Smith pour élaborer son modèle d’entrepreneur public dans la Chine bureaucratique des XIe-XIIIe siècles. Afin d’éclairer son propos, sans doute convient-il d’abord d’évoquer, même brièvement, la situation générale du commerce sous les Song et le rôle que jouait l’administration dans les échanges. On l’a dit, les historiens considèrent que la Chine des Song se caractérise par le développement sans précédent d’une économie marchande dynamisée par la commercialisation des surplus que dégageait le monde rural. Ce dynamisme trouverait principalement son origine dans les progrès continus des rendements agricoles, surtout au sud du Yangzi, et dans la multiplication des instruments monétaires sur les marchés. L’évidente lubrification monétaire ne doit pourtant pas cacher que l’objectif des autorités, lorsqu’elles multiplièrent les fontes de monnaies ou qu’elles adoptèrent les premiers billets monétaires en 1024 dans le Sichuan, restait surtout fiscal. En effet, tout en rétablissant l’autorité du pouvoir central à la suite de l’éclatement territorial de l’empire durant la première moitié du Xe siècle, l’administration des Song entendait tirer une part importante de ses revenus de l’amplification des échanges commerciaux, comme l’avaient fait avant elle plusieurs petits royaumes éphémères, en particulier ceux du Sud. Ainsi, pour les grains, bien que les échanges dépendissent principalement d’un commerce libre, dans beaucoup de villes celui-ci restait contrôlé, voire parasité par les administrations centrales et locales, le plus souvent soucieuses de constituer des réserves et d’approvisionner leurs troupes de soldats et de fonctionnaires civils grâce à des « achats harmonieux »22. De la même façon, le commerce des textiles, au premier rang desquels se retrouvent les soies et les soieries, était indissociable de prélèvements fiscaux, présentés en partie comme des remboursements en nature d’avances consenties à la population en monnaie ou en grains23. Plus généralement, les marchands devaient acquitter une taxe commerciale sur les denrées et les marchandises qu’ils transportaient, par exemple le bois et le charbon de bois, ou les porcelaines produites par de nombreux fours privés24 ; et surtout l’administration centrale imposa, suivant les moments et les lieux, des monopoles publics, portant soit sur la vente, soit sur l’achat et la vente de produits de consommation courante, principalement le thé, le sel et les alcools. On peut déceler dans ces monopoles des formes d’endettement public25, et c’est précisément de l’histoire de l’un d’entre eux que traite Smith en retraçant la mise en place de la Surintendance pour la supervision du thé et des chevaux (duda tiju chamasi). Fondée en 1074, la Surintendance devait placer l’ensemble de la production du thé de la grande province du Sud-Ouest, le Sichuan, au service des achats de chevaux de guerre. Smith rappelle d’abord les conditions dans lesquelles l’entreprise publique imposa ses règles d’achats et de ventes de façon à ruiner l’économie locale du thé, qui reposait sur des réseaux associant des marchands à de petits et moyens producteurs. Puis il analyse le développement du contrôle que la Surintendance exerça sur l’ensemble des échanges dans la province afin de générer de plus en plus de profits.

17Cet « activisme » de l’administration – youwei, selon le terme qu’elle utilise elle-même – s’inscrit en fait dans une vaste politique de réformes, inaugurée dès 1069. Initialement au moins, le programme des réformes stigmatisait l’action de ceux que les réformateurs désignaient comme des « monopoleurs » : ils accusaient de gros marchands de la capitale d’accaparer le travail, les marchandises et la monnaie en défendant exclusivement leurs intérêts particuliers. Ces « monopoleurs » ruinaient non seulement la population, en imposant leurs conditions aux producteurs, aux marchands et aux consommateurs, mais ils sapaient également les fondements de la dynastie en privant l’administration des ressources indispensables à l’approvisionnement des armées et à l’entretien des fonctionnaires. Wang Anshi, le chef de file des réformateurs, en arriva donc à faire de la lutte contre les monopoleurs la priorité dans la défense des intérêts de la population et de la dynastie. En effet, selon l’argumentaire mis en avant, les intérêts de la dynastie et de ses serviteurs, les bureaux et les fonctionnaires, se confondirent progressivement avec ceux de la population.

  • 26 Eugene Lewis, Public entrepreneurship. Toward a theory of bureaucratic political behavior, Blooming (...)
  • 27 Cité par Paul Smith, Taxing heaven’s storehouse, ouvr. cité, p. 128.

18Paul Smith propose de reconnaître dans les fonctionnaires choisis par l’administration réformiste pour diriger la Surintendance les traits d’entrepreneurs tels que les ont définis Schumpeter puis Eugene Lewis26. Il attribue à ces agents publics les traits fonctionnels suivants : une expertise reconnue en matière fiscale et financière, combinée à une pugnacité et une loyauté éprouvée vis-à-vis de la politique centrale ; une position assez basse dans la hiérarchie administrative, ce qui les singularise aux yeux de leurs adversaires qui les accusent d’« être des hommes vils », « s’emplo[yant] uniquement à se regrouper dans le dessein d’obtenir quelque avancement ou avantage »27 ; une carrière inhabituellement longue dans les mêmes fonctions administratives, laquelle dépend bien plus de la conduite des opérations que des règles ordinaires de rotation sur les postes ; la présence régulière et inhabituelle de fonctionnaires originaires de la région elle-même, au nom d’une décentralisation de l’appareil administratif, et donc au mépris des lois d’évitement qui interdisaient l’affectation de tout fonctionnaire dans sa propre région.

  • 28 C’est le titre du chapitre que Smith consacre à sa modélisation de l’entrepreneur : ibid., p. 119-1 (...)
  • 29 Ibid., p. 122.

19Aux yeux de Paul Smith, ce sont les conditions qui permettent de rompre avec la routine administrative et de favoriser un « bond entrepreneurial »28. C’est dans ce contexte qu’apparaît un « marché entrepreneurial du thé » caractérisé par la mise en œuvre concertée et systématique de nouvelles combinaisons au sens de Schumpeter, une action menée par des entrepreneurs publics dont Lewis définit le profil dans les termes suivants : « une personne qui crée ou active si intensément une organisation publique qu’elle modifie profondément la structure existante de l’allocation des ressources publiques, caractérisée par la rareté »29. Dans les faits, ces « entrepreneurs publics » créent au Sichuan un monopole d’achat et de vente du thé, qui s’étend rapidement à beaucoup d’autres denrées, de façon à produire des revenus ; ils encadrent progressivement la production et la commercialisation de ces produits ainsi que les marchés des chevaux, et renforcent les pouvoirs de la Surintendance dans l’ensemble de la région longtemps après la fin des premières réformes, à la faveur de l’affaiblissement de l’autorité centrale qui suit la chute des Song du Nord en 1127. À la lumière de ces faits, Smith considère que l’entrepreneur public poursuit trois objectifs : assurer l’autonomie de l’entreprise qu’il a lancée ou consolidée pour mener à bien sa mission ; limiter l’incertitude que font peser sur l’entreprise les groupes et les organisations dont dépendent les allocations de ressources et la consommation de sa production ; étendre l’emprise de son organisation à de nouveaux types d’action.

  • 30 « Le crépuscule de la fonction d’entrepreneur » est le premier sous-titre du chapitre 12 dans Josep (...)

20Le travail de Smith apparaît donc aussi comme une tentative pour relier historiquement le rôle microéconomique de l’entrepreneur – qui coordonne et dirige son entreprise en lui assignant un objectif cohérent – à une politique d’activisme macroéconomique, impliquant un espace économique régional et l’ensemble de son administration. Cependant, en appliquant à l’histoire chinoise l’idée que toute entreprise économique dépend d’un entrepreneur, Smith montre que l’activité de cet agent contribue à la mise en place de structures très différentes de celles définies par Cantillon, mais voisines de celles qu’anticipait le « second » Schumpeter, celui qui annonçait « le crépuscule de la fonction d’entrepreneur » et « la marche au socialisme »30. En effet, ces structures ont favorisé le développement d’une organisation bureaucratique centralisée, et l’action du fonctionnaire, l’entrepreneur public, adossée à une administration qui peut s’appuyer sur ses réserves et ses émissions monétaires, la dette publique ou l’impôt, n’est pas soumise au risque, que le capitaliste prêteur de Schumpeter est seul à prendre. À nos yeux, le travail de Smith présente donc un double mérite : d’une part, il met en lumière le fait que la bureaucratie doit son hégémonie à l’activisme d’un agent particulier sur les marchés, l’entrepreneur public ; d’autre part, il met en évidence l’impact qu’a l’action de cet entrepreneur sur l’ordre social, il révèle son emprise sur la société.

L’ENTREPRISE ET L’ORDRE SOCIAL

Entreprise et emprise

  • 31 Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise, ouvr. cité, p. 16-20.
  • 32 Ibid., p. 21.
  • 33 Ibid., p. 111.
  • 34 Ibid., p. 115.

21Revenons à Cantillon grâce à Vérin, dont il suffira ici de rappeler quelques-unes des conclusions utiles à notre propos. La philosophe commence par rappeler les sens qui s’entrecroisent pendant longtemps dans les notions d’entreprise et d’entrepreneur, de façon d’abord à éclairer la conception de l’action entrepreneuriale. En partant des définitions données par les dictionnaires – Furetière en 1690 et Richelet en 1728 –, elle souligne que l’entrepreneur est alors « celui qui entreprend quelque besogne à faire », au sens où, depuis le XIIe-XIIIe siècle, « entreprendre » signifie aussi « faire un accord avec quelqu’un »31. L’activité propre de l’entrepreneur, l’entreprise, est donc l’engagement à assumer une tâche donnée, dont la réalisation ne constitue pourtant pas l’objectif, qui est le profit en argent. Le facteur décisif qui structure l’entreprise comme processus et conditionne l’activité sociale de l’entrepreneur est « la nécessité de tout rapporter à l’argent »32. L’argent intervient en effet sous trois formes, caractérisées chacune par l’incertitude : le « revenu » de l’entrepreneur ; la caution pour le client, autrement dit le fonds pour l’entrepreneur et donc les conditions de l’entreprise ; le moyen pour l’entrepreneur de conduire son entreprise33. Dans ces conditions, la bonne conduite de l’entreprise dépend de la capacité de l’entrepreneur à réunir des fonds sur la base d’une juste estimation des dépenses que les travaux exigeront. L’argent est précisément ce qui permet à tout entrepreneur de rapporter les unes aux autres des réalités hétérogènes, de rapporter l’incertitude à un calcul de risque. Vérin conclut alors : « L’entreprise apparaît comme le processus même d’établissement de cette équivalence entre les choses et l’argent, entre le travail et l’argent, entre l’espace, le temps et l’argent. »34

  • 35 Ibid., p. 25, citation extraite du Dictionnaire de l’Académie française, 1740 et 1762.
  • 36 Ibid., p. 23.
  • 37 Ibid., p. 74.

22Or, désignée comme « emprise », l’entreprise renvoie aussi au combat, et l’entrepreneur à celui qui « entreprend sur le droit d’autrui »35. Si toute entreprise est une action risquée qui implique de la hardiesse, deux conduites s’opposent cependant. La première, celle de l’entreprise féodale guerrière, est fortement marquée par un processus d’individualisation du chevalier-entrepreneur ; la seconde, monarchique, est celle qui caractérise le chef de guerre qu’est le roi : lui seul est capable de mener la guerre comme un stratège, « en fonction d’un choix réfléchi des moyens à mettre en œuvre pour s’assurer le succès »36. Toute l’entreprise du chevalier est dans la prouesse, alors que celle du monarque dépend de l’accord qu’il est capable d’obtenir sur une stratégie, ce qui implique, dit Vérin : délibération, accord préalable, et donc ruse et détour37.

23Or il est sans doute utile de remarquer ici que l’entreprise royale elle-même entretient un rapport particulier à l’argent, dans la mesure où ses prélèvements s’affichent comme le contraire d’une pure prédation, alors même que les finances du souverain reposent encore souvent sur des entreprises privées, celles des financiers qui entourent le roi. D’une part, l’organisation fiscale, qui codifie des prélèvements et les rend prévisibles, se justifie par le dessein stratégique du souverain, qu’il s’agisse de lever des armées pour mener la guerre au nom de la sécurité et du bien du royaume ou d’entretenir une administration censée assurer l’équité royale. D’autre part, les entrepreneurs fiscaux, que dénonce Montchrestien avant Boisguilbert, donnent au roi des moyens matériels qu’il n’a simplement pas, en créant de nouveaux rapports à l’argent et au profit. De ce point de vue, la critique de ces entrepreneurs-là est analogue à celle qui dénonce dans la Chine du XIe siècle les fonctionnaires de la Surintendance du thé.

  • 38 Ibid., p. 60.
  • 39 Ibid., p. 101.

24La conception féodale n’est donc pas seulement soumise à la concurrence croissante de cette notion de l’entreprise royale, elle est aussi stigmatisée par la réactivation d’une tradition juridique ancienne pour laquelle l’entreprise est subversion de l’ordre établi, l’ordre fondé par la justice divine38. Au demeurant, c’est en s’appuyant sur ce même fond de représentation d’un ordre social fondé par les finalités divines et monarchiques que cette tradition juridique développera plus tard ses arguments contre l’entreprise d’argent, y compris celle qui soutient l’entreprise royale, laquelle se définit comme une activité comprise entre un engagement (avance) d’argent et sa récupération, majorée d’un profit qui est la fin explicite de l’entreprise. Vérin peut dès lors conclure : « Ce qui fait l’unité de la diversité [des] “entrepreneurs” est leur rapport particulier à l’argent, et les rapports nouveaux qu’ils établissent entre les richesses consommables et la monnaie. »39

  • 40 Ibid., p. 114.

25C’est ici tout naturellement que nous retrouvons Cantillon. Face à la prise de risque que représente le profit incertain, l’entrepreneur lie sa recherche du profit à la conduite rationnelle de l’entreprise, fondée sur l’estimation et le calcul. S’opère alors une mutation que Vérin décrit ainsi : les vertus traditionnelles qui assuraient les liens sociaux – l’attachement et la fidélité au contrat passé – sont supplantées par la conduite rationnelle de l’entreprise qui est la condition du gain40. En d’autres termes, le crédit de l’entrepreneur, qui argue de la nécessité où il se trouve de « travailler à l’incertain », repose avant tout sur sa capacité à s’approprier un profit. Vérin l’énonce ainsi :

  • 41 Ibid., p. 118.

Ce n’est plus la « confiance » réciproque qui garantit la « conscience » dont l’entrepreneur fera preuve pour tenir les engagements pris, c’est au contraire la « conscience » dont l’entrepreneur fera preuve pour conduire son « entreprise », parce qu’elle implique propriété et appropriation d’argent, qui assurera de la fidélité au contrat.41

26Ces « engagements pris » ou ces « contrats » renvoient à la sphère de la production ou au crédit, dont dépend de plus en plus l’entrepreneur : il est devenu un « sujet économique » – c’est le titre du chapitre que Vérin consacre à Cantillon. Les entrepreneurs, vivant tous à l’incertain, peuvent donc désormais se trouver réunis sous un même concept : leur conduite économique fait de l’État une économie réglée par les rapports qu’entretiennent les agents aux richesses consommables et à la monnaie.

  • 42 Boisguilbert, Factum de la France, cité par Hélène Vérin, ibid., p. 173.

27Ces entrepreneurs, qui « se proportionnent à leurs chalands » dont la fidélité n’est jamais assurée, sont les premiers à faire face à l’instabilité d’une société pour laquelle les liens contractuels ne sont plus ancrés dans la fidélité personnelle. Dès lors rien d’étonnant s’ils « n’ont jamais songé à rendre service ni à obliger ceux avec qui ils contractent par leur commerce »42. Tout à l’opposé de la foi et de la fidélité, l’activité des entrepreneurs, souvent tenus par les prêteurs, est tributaire du hasard et de l’incertain, elle se conduit au gré des circonstances. Le hasard est devenu un concept de l’économie politique, et l’entrepreneur une figure machiavélienne, analyse sur laquelle se poursuit et se conclut le livre de Vérin.

Entreprise royale, commerce et entreprises subversives : Montchrestien

28Grâce à l’analyse de la philosophe, on voit bien pourquoi l’entrepreneur était considéré depuis le Moyen Âge à la fois comme un coordonnateur et un accapareur : loin de l’honneur et de la justice, le dessein de l’entrepreneur est l’appropriation des richesses, et son entreprise est aussi une emprise, susceptible de subvertir l’ordre établi. Or, dans le même temps, l’entreprise royale est non seulement légitime puisqu’elle s’exerce au profit de la collectivité incarnée par le souverain, mais elle est même la garantie de la cohésion et de la solidarité au sein de cette collectivité. C’est là bien sûr qu’apparaît le lien avec Montchrestien, puisque la quête d’un retour à l’ordre est manifeste dans le Traité qui fait de la « mesnagerie publique » l’un des principaux liens qui unissent le roi à son peuple.

  • 43 Deux occurrences seulement dans l’édition de Théophile Funck-Brentano, L’économie patronale. Montch (...)
  • 44 Antoine de Montchrestien, Traicté de l’œconomie politique, F. Billacois éd., Genève, Droz, 1999, p. (...)
  • 45 Je remercie Lucien Gillard de m’avoir signalé une référence qui précise qu’au XIIe siècle le verbe (...)

29Il est utile, comme l’a fait Vérin, de s’attacher aux mots. On notera d’abord que dans le Traité les entrepreneurs sont bien moins présents que l’entreprise43, dont on retrouve plusieurs des acceptions mises en évidence plus haut. L’entreprise désigne l’organisation et la réalisation de desseins de grande envergure, de projets hardis et risqués qui engagent la collectivité, comme le sont en particulier les « entreprises de mer »44. « Grande et pénible », une telle entreprise, qui renvoie à la conquête, à l’attaque45, est comparable à « la crainte d’un ennemi guerrier », dans la mesure où elle permet d’« entretenir un peuple naturellement courageux en l’exercice de la vertu » (p. 171). Très naturellement, elle désigne une « entreprise de toutes choses belles, grandes et glorieuses » (p. 138), une entreprise nourrie par « la fortune » et « la vertu » (p. 146), dans laquelle se réalise une résolution hardie du roi, « l’exploict de quelque grand ouvrage » (p. 138). L’entreprise est naturellement la réalisation du bien public à travers l’action royale ou soutenue par le roi.

30Sans surprise, le terme est également mobilisé lorsque Montchrestien aborde la question du commerce. C’est l’un des deux chapitres – avec « De la navigation » – dans lequel il est question non seulement d’entreprendre et d’entreprise, mais aussi et surtout de tous ceux qui mènent des opérations commerciales. Il convient donc de préciser en quoi ces entreprises organisent ce commerce et d’abord ce qui définit ce dernier : « […] le deffaut est la source du commerce, et la nécessité la règle » (p. 279). Au-delà de cette définition en termes de réponse, « le commerce est, en quelque façon, le but principal des divers Arts. Dont la pluspart ne travaillent que pour autruy, par son moyen » (p. 284-285). Ainsi, lorsque Montchrestien entend le « commerce » d’un point de vue général, comme le fera Cantillon, il écrit :

Toute société, pour en parler généralement, semble estre composée de gouvernement et de commerce. […] D’où l’on peut conclure que les marchands sont plus qu’utiles en l’Estat. Et que leur soin questuaire [relatif aux gains, aux profits] qui s’exerce dans le travail et dans l’industrie, fait et cause une bonne part du bien public. (Ibid.)

31Le but du marchand est ainsi constitutif du bien public dès lors que son commerce est honnête :

Le commerce estant du droit des Gens, et de luy provenant un gain honneste et l’autre deshonneste, la seule condition d’iceluy rend le marchand estimable ou mesprisable. (p. 286)

32Si le commerce est une nécessité, et les marchands « utiles en l’Estat », le gouvernement vient cependant en premier. C’est au souverain de régler le commerce et d’y faire régner la justice :

Le sage Politique doit prudemment inventer les moyens de faire régner, en ce fait, une juste et tempérée modération entre le trop et le trop-peu. Afin qu’il n’arrive aucune incommodité, ny par le deffaut ny par le surcroist. Il doit imiter la nature, à qui jamais ne manque rien de nécessaire, à qui jamais rien de superflu ne redonde. (p. 127)

33Or, le terme « entreprises » qualifie dans ce cas les opérations menées par le commerce « du dedans » comme celui du « dehors » (p. 291). Ces deux commerces « sont bons lorsqu’ils sont réglez et conduits comme il faut », car ils constituent cette fois deux chaînes de solidarité, organiquement liées mais distinctes. En effet, l’un « lie les citoyens entre eux-mesmes » et l’autre « allie diverses Nations » ; l’un et l’autre « s’entreprestent […] la main » et « asseurent leurs entreprises », comme autant de conquêtes, d’opérations hardies. La défense du commerce procède donc ici d’une démarche qui part de sa nécessité pour en arriver à exalter son utilité et surtout ses effets induits, la solidarité. C’est pourquoi Montchrestien écrit à propos des marchands qu’« on leur doive aussi permettre l’amour et la queste du profit » (p. 285). Or, selon lui, la France ne tiendrait pas compte de cette division entre « intérieur » et « extérieur », ou plutôt elle serait seule à ne pas en tenir compte : la France, dit-il, est une « terre franche » (p. 295). Elle se retrouve ainsi dépouillée par un jeu commercial qui la place deux fois au centre : elle est au centre par sa puissance et par ses richesses ; de ce fait, elle est naturellement au centre de toutes les convoitises étrangères. Si les étrangers ont prise sur elle, c’est parce que « toutes choses y sont permises à tous » (p. 310), et que cette licence accordée débouche sur un affaiblissement de l’autorité et sur l’arrogance des étrangers qui transgressent tout devoir.

  • 46 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, Rotterdam, 1690 [version électronique Gallica], (...)

34C’est dans cette perspective que l’auteur mobilise le terme à propos des Flamands, accusés de se vanter d’« avoir la mer » et de « pense [r], à plus forte raison, que les fleuves leur appartiennent. Par l’une et l’autre voye, ils ont entrepris la plus grosse voiture que nous ayons, à sçavoir celle du sel » (p. 326 ; nous soulignons). Dans cette accusation, un glissement s’opère, l’entreprise des Flamands est une entreprise sur « nous », c’est-à-dire comme l’explique Furetière à propos des juges un « attentat […] sur la juridiction des uns des autres », ou à propos des compagnons d’un métier, qui sont stigmatisés pour entreprendre « des ouvrages qu’il n’appartient qu’aux maîtres de faire »46. Ces empiètements et ces prises de contrôle se retrouvent dans la partie sur les « Arts méchaniques », à propos des Hollandais qui ont « entrepris sur tous nos ouvrages [de toiles] » (p. 95) et surtout dans le paragraphe où Montchrestien discute des arts de la forge, son propre domaine d’activité :

Ainsi vos hommes, qui, pour la distance des lieux et longue traverse des chemins, estoient moins incommodez par la manufacture estrangère en sont maintenant estouffez. Voire se voyent quasi tous contrains de quitter le travail. (p. 90)

35Cette situation est le résultat d’une réticence à entreprendre par crainte de mévente, ce dont l’auteur rend compte ainsi :

À joindre qu’il n’y a personne fourni d’esprit et garni de moyens qui se soit encor mis parmi nous à se servir des engins par lesquels ces ouvrages sont facilement avancez et menez à bout. Ce qui ne procède point par faute de sçavoir et de connoissance. Mais plustost par la crainte que nous avons de n’estre pas deschargez de la marchandise, venant à l’entreprendre en gros. Ce qui se fera volontiers, au contentement de Vos Majestez, et à l’utilité publique, si l’ordre requis y est apporté. (Ibid. ; nous soulignons)

  • 47 Rappelons que la surcéance est un délai accordé par un créancier.

36Pour « entreprendre en gros » la marchandise, il est donc indispensable que règne « l’ordre requis » du roi à travers le pacte qui fait du souverain le garant du gouvernement et du commerce aux yeux de son peuple. Or pour maintenir ce pacte, encore faut-il que le souverain s’emploie à se débarrasser de l’emprise qui pèse sur son royaume et libère son propre domaine de tant de « surcéances47, apostilles, et liasses de quittances » (p. 260). Montchrestien évoque naturellement ici le point que développera Boisguilbert quelques décennies plus tard à savoir que les « entreprises et conquestes » des sujets du roi et du roi lui-même, justes et grandes, sont contrariées en particulier par des financiers qui les entreprennent, et qui ainsi les accaparent :

Je ne doute point, Sire, qu’on ne vous face curieusement lire les histoires des Roys vos prédécesseurs. Car c’est d’eux que vous apprendrez plus volontiers la science Royale de bien gouverner. Remarqués-y sur ce sujet que jamais leurs entreprises et conquestes n’ont esté plus détourbées [contrariées] que par les artifices et inventions des gens de finances (ne se souciant pas du bien et de la prospérité des affaires de leurs maistres, pourveu qu’ils fissent leur profit). Les voyages entrepris en Italie sont capables de vous instruire plainement : combien vous devez soigneusement éviter les inconvéniens qui viennent de là. (p. 260-261 ; nous soulignons)

  • 48 C’est le propos directeur des pages 326-336 du chapitre « Commerce » dans le Traité.

37À partir de son propos sur le commerce, Montchrestien s’efforce donc de qualifier les agents de ces détournements, de ces empiètements48. Ceux qu’il vise et dénonce, ce sont ces personnages dont les opérations sont inextricablement liées à des intérêts étrangers : « […] la plus grande part des Anglois et des Hollandois […] ne sont que facteurs ou commissionnaires. Ne faisans rien pour leur conte, mais seulement pour les marchands d’Angleterre et de Hollande qui les entretiennent et employent » (p. 306), des « commissionnaires, non nostres, à la vérité, quoy qu’ils soient d’entre nous, mais des Espagnols, des Portugais, des Anglois, des Flamans… […] puisque, pour de l’argent, en France on ne regarde plus à qui on sert » (p. 327, l’auteur souligne).

38À cause de ces opérateurs, dit-il : « De tant de travaux entrepris pour eux [nos bons voisins], il ne nous reste que la peine de les servir, la crasse et la sueur que nous amassons en leur amassant du bien » (p. 331 ; nous soulignons), car on accepte un salaire « qui suborne la fidélité que nous devons à nostre pastrie, et engage laschement nostre industrie au service d’autruy » (p. 328). Deux sortes d’hommes sont « frians de commissions » :

Les uns assez riches mais non assez courageux pour entreprendre d’euxmesmes et pour eux-mesmes les affaires du négoce. […] Au reste, que le public souffre perte ou non, cela ne les touche point. Leur intérest en est séparé. […] Les autres sont gens pauvres, mais diligens. […] Ils espient, au reste, tout ce qui se négotie ou peut faire, afin d’en advertir ceux qui les gagent. De sorte que les nostres, voulans entreprendre, se trouvent ordinairement l’herbe coupée sous le pied. […] Par où l’on connoist que l’estimation de nostre bien ne dépend plus de nous, mais est en l’arbitrage de nos voisins. (p. 328-329)

39Si Montchrestien saisit ces « intermédiaires », ces « courtiers » comme une catégorie collective de « marchands et de [s] facteurs estrangers », c’est pour les rassembler dans un même statut dépréciatif qu’il précise ainsi :

Tous, autant qu’il y en a parmi nous, sont des pompes qui tirent et jettent hors du Royaume, non l’égout ou la sentine du vaisseau (si l’on ne veut appeler ainsi les richesses), mais la pure substance de vos peuples. (p. 303)

40Ainsi, « à Lyon, appeler un homme courtier (ils veulent dire facteur) est l’une des plus infames injures du monde. Et ceux qui le sont, ne sont point receus en tesmoignage » (p. 333 ; l’auteur souligne). Autrement dit, ce statut, loin d’impliquer une quelconque fonction positive, permet de stigmatiser ces individus qu’il conviendrait d’exclure de la communauté : en effet, quoique « le nom de facteur soit plus honorable que celuy de commissionnaire, […] l’un et l’autre préjudicie à nostre bien public » (p. 335).

41Le Traité apparaît donc bien comme l’appel que Montchrétien adresse au roi pour qu’il rétablisse son autorité sur le gouvernement et le commerce, de façon à reconstruire une société politique dont l’ordre est fondé sur ses grandes, belles et justes « entreprises ». Pour ce faire, le souverain doit combattre des activités qui apparaissent de plus en plus décentralisées, des « entreprises » au service d’intérêts particuliers et étrangers, qui contribuent activement à saper les identités faites de proximité, de fidélité et de justice. L’« entreprise » royale, dans laquelle le Traité lui-même entend s’inscrire, dépend manifestement de la constitution d’un programme global susceptible de redonner un sens collectif à la production et aux échanges des richesses, en les intégrant dans un dessein et un savoir centralisés ; ce programme doit déboucher sur une action intégrée, presque planifiée, au nom d’un « grand dessein » susceptible de refonder la cohésion sociale. Le respect des statuts et des hiérarchies, inhérent à cette refondation, implique de délimiter clairement un « dedans » et un « dehors », c’est-à-dire de définir un espace sur lequel il est possible de rétablir foi, fidélité et justice sous l’autorité unique du souverain. Dans ce discours, la conduite d’une entreprise, qu’il s’agisse de la réalisation de grands desseins qui engagent la collectivité ou d’une opération de commerce susceptible de relier les citoyens du « dedans » et les nations du « dehors », est réglée sous l’autorité du seul chef légitime, le roi. Dès lors, ceux que Cantillon désignera comme entrepreneurs un siècle plus tard ne peuvent guère apparaître comme ses promoteurs. Chacun d’eux en effet n’obéit qu’à des intérêts particuliers, les siens propres comme ceux de ses commanditaires.

ENTREPRISE COMMERCIALE ET ENTREPRISE PUBLIQUE : LE CAS BUREAUCRATIQUE

  • 49 Joseph A. Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, ouvr. cité, p. 232-238.

42Il est clair que, du fait de la puissance et de la cohérence de l’analyse générale et des développements pratiques et théoriques qui n’ont cessé de renforcer sa première formulation chez Cantillon, la catégorie d’agent économique conférée à l’entrepreneur a définitivement disqualifié les autres acceptions et réduit le sens même de son entreprise. Pourtant, même si ces autres sens sont rejetés dans une préhistoire des représentations économiques, l’historien de la Chine médiévale n’a aucune raison de les congédier à priori. La lecture de Montchrestien qui vient d’être proposée permet-elle de qualifier l’action économique de la puissance publique, et au-delà l’activisme bureaucratique de la Chine qui nous intéresse, à partir d’autres catégories que celles issues de Cantillon et de Schumpeter ? Nous sommes d’autant plus tenté de suivre cette piste que ce dernier a souligné avec insistance les effets destructeurs que l’essor même de l’entrepreneur, indissociable du processus d’évolution que constitue le capitalisme, avait exercés sur les cadres institutionnels et sociaux qui préexistaient49. Efforçons-nous d’abord de caractériser la représentation de l’entreprise commerciale telle que la propose le Traité avant que l’Essai n’impose l’unification fonctionnelle des catégories d’entreprise et d’entrepreneur.

  • 50 Dans cette page, Montchrestien appelle de ses vœux un royaume dont les sujets « deviendroient autan (...)

43Dans le Traité, l’action d’intermédiation des marchands est constitutive d’une chaîne d’interdépendance qui relie non seulement les producteurs entre eux mais aussi les marchands à leur clientèle, une chaîne qui assure ainsi l’équilibre solidaire et la prospérité de la communauté tout entière. Le marchand est un maillon vertueux du commerce, et le respect de ses intérêts est à la fois le gage de cette solidarité et la garantie de la production et de la circulation des richesses du royaume. Les intérêts des marchands coïncident donc avec l’intérêt collectif à condition d’entrer dans cette chaîne vertueuse. Or, l’espace commercial est structuré par des asymétries qui menacent l’intérêt collectif et la solidarité entre producteurs et marchands en faisant des opérations menées par ces derniers des emprises sur le travail et les produits. Montchrestien en diagnostique trois. Les deux premières apparaissent dès lors que dans tout le pays « nous achetons fort chèrement ce dont nous nous pouvons absolument passer. Et donnons à bon marché aux autres ce qui leur fait absolument besoin » (p. 351) ; c’est-à-dire qu’ainsi coexistent asymétrie des prix et asymétrie de l’« utilité » (p. 363)50. La troisième asymétrie réside dans l’incertitude. Alors que les étrangers profitant de la licence d’une « terre franche » sont en mesure de limiter les risques et les hasards, les Français sont soumis à l’arbitraire des lois étrangères, qu’il s’agisse de l’Inquisition qui pèse sur eux en Espagne ou des risques que leur font courir des concurrents déloyaux sur les mers.

44Comme l’auteur du Traité en établit le diagnostic tout au long de son exposé, la participation vertueuse du commerce à la chaîne qui fonde la prospérité collective est dévoyée par les combinaisons que les marchands inventent au gré des opportunités, des asymétries évoquées plus haut. Dans ces conditions, Montchrestien est convaincu que seule une action publique résolue, une police du commerce, serait à même de maintenir l’action des marchands dans un projet global de défense de l’intérêt collectif. L’imposition de règles centralisées vise à établir l’égalité des droits des marchands, à créer l’équité qui garantit les mêmes chances, à « équipoler les droits » (p. 356) : ce programme dépend clairement de la division entre un dehors et un dedans, du bornage d’un espace de souveraineté. L’intégration du territoire soumis à cette souveraineté, assujetti concrètement à une seule fiscalité et à une seule justice, permettrait de dissiper l’iniquité et l’arbitraire, de rétablir des liens entre les sujets et leur souverain, d’œuvrer dans l’intérêt commun. On voit ainsi comment ces représentations conduisent l’auteur à soumettre le « commerce » au « gouvernement » en exigeant un arbitrage politique et un encadrement réglementaire des marchés. Les liens entre les producteurs, les marchands et les consommateurs, entre les différents marchés locaux, entre les différents secteurs d’activités forment des chaînes de dépendance dispensatrices de richesses, mais c’est l’action du souverain qui en fait des chaînes de solidarité, en imposant aux « facteurs » avides et sans foi de devenir d’utiles intermédiaires entre vendeur et acheteur, entre intérieur et extérieur.

  • 51 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter, ouvr. cité, p. 85.
  • 52 Voir Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Pari (...)

45La représentation qui fait du marchand un élément interne de la production des richesses renvoie au processus déjà évoqué des avances, dont Adam Smith discute pour rendre compte de l’existence et de l’importance de la classe des capitalistes qui n’exercent pas des fonctions d’entreprise, en distinguant l’individu qui investit son capital dans une affaire, et par là le soumet à l’aléa de la production, et celui qui se borne à prêter son capital en stipulant le remboursement et le versement d’arrérages fixes51. L’organisation commerciale qui repose sur un tel système d’avances, et donc sur la dette, est une organisation commune à toutes les sociétés pré-modernes52 et elle sert, on l’a vu, de base à la réflexion de Cantillon. Au demeurant, si l’on évoque les opérations menées par les marchands de la Chine médiévale, la logique reste la même :

  • 53 Christian Lamouroux, « Commerce et bureaucratie. Les intermédiaires commerciaux dans la Chine des S (...)

Les avances non monétaires consenties par les marchands privés dépendent directement des résultats de la production d’une année sur l’autre. Si les revenus tirés des avances restent soumis aux aléas de la production, celle-ci est autant la condition des avances que l’inverse. Le marchand risque ses avances, et il doit combiner ses opérations pour pouvoir compenser pertes et profits.53

46En somme, les bénéfices dépendent de multiples actions ponctuelles et décentralisées, et cette diversification des opérations, souvent de petite échelle, crée simultanément de multiples chaînes d’interdépendance et de dépendance entre prêteurs et emprunteurs. En d’autres termes, la nature et la forme même des bénéfices que réalisent les marchands rendent improbable, pour ne pas dire impossible, un contrôle centralisé sur les marchés : la communauté des marchands vit, au contraire, grâce à la diversification et à la segmentation de ses opérations, conduites selon de multiples décalages temporels ou spatiaux. On doit en effet penser que la conduite des affaires dépend autant d’une reconfiguration aléatoire des liens d’interdépendance et de dépendance, produite au gré des opportunités, que de relations maintenues sur le long terme, capables de sceller des liens de confiance. Dans ce contexte économique, existe-t-il une possibilité de concilier une police centralisée, une conduite intégrée des activités commerciales et les logiques multiples, voire contradictoires d’une commercialisation qui implique nécessairement des échelles très variables ?

  • 54 Les paragraphes qui suivent s’appuient sur les résultats de deux articles déjà cités sur l’organisa (...)

47C’est à partir de là que nous pouvons revenir à la situation décrite par Paul Smith. Son modèle d’entreprise bureaucratique, si utile soit-il pour analyser l’activisme commercial de la Surintendance sans invoquer la myopie ou le cynisme de fonctionnaires avides de profits, tourne résolument le dos aux représentations que les réformateurs du XIe siècle se faisaient de leur activisme. Or, la conviction et le pari de Montchrestien, aux yeux duquel il doit être possible de garantir les intérêts des marchands tout en respectant des liens de solidarité et de justice, nous aident peut-être à analyser cet épisode des réformes sous les Song en reprenant certaines de ces représentations. À l’inverse, l’exemple chinois peut contribuer à éclairer l’aporie que constitue la conduite de « l’œconomie politique » en termes d’« entreprise royale » et de « bien public ». Ce sont ces deux points que nous voudrions maintenant éclairer en revenant brièvement sur certains aspects de l’organisation commerciale de la Chine des Song54.

48La compétence commerciale dont les promoteurs des réformes ont progressivement doté la Surintendance du thé est largement calquée sur le modèle de l’encadrement public des marchés (shiyi). Mis en place à la capitale dès 1072 pour lutter contre la mainmise des « monopoleurs » sur les marchés urbains, le dispositif a été progressivement étendu aux principaux marchés locaux – la vaste région commerciale entre le Sichuan et le Shaanxi dans le cas de la Surintendance. Face aux menées des grands marchands, l’administration utilisait ses fonds propres pour fournir des avances aux courtiers (yaren) et aux marchands, qu’elle mettait ainsi à son service pour contrôler les prix et les flux de marchandises. En garantissant aux autorités un approvisionnement sur les marchés, cet encadrement financier avait pour objectif explicite de détourner les courtiers de leur vocation première, qui avait surtout consisté jusque-là à ajuster les avances des marchands aux conditions locales de la production et des marchés, en particulier en termes de prix, de monnaies et de crédits. Mais l’activisme public bouleversait tout autant l’organisation des échanges entre production et commercialisation, puisque les remboursements effectués par les producteurs sur la monnaie ou sur les produits qui leur étaient avancés par l’administration via les courtiers et les marchands n’alimentaient plus guère de nouvelles avances. Dans la mesure en effet où l’administration pouvait toujours trouver d’autres ressources financières, grâce en particulier au Trésor du Palais et aux recettes fiscales, les avances et leurs remboursements n’étaient plus soumis ni aux aléas de la production ni même à ceux de la consommation. Comme le déploreront unanimement les opposants à cette politique, les autorités locales confondirent souvent les remboursements des avances avec de nouvelles ressources fiscales, si bien que « les marchands ne circulaient plus », c’est-à-dire qu’il leur était devenu impossible de mener leurs opérations. Pour les autorités, l’encadrement financier des échanges prit ainsi le pas sur la production des richesses entre 1072 et 1085, puis à nouveau entre l’extrême fin du XIe siècle et le début du XIIe.

  • 55 On a pu décompter deux cent vingt associations sous la dynastie des Tang (618-907), et ce nombre av (...)

49Comment a-t-on pu durablement défendre l’idée qu’un tel encadrement pouvait conduire à plus de justice et de solidarité, alors que le résultat essentiel était de générer de nouvelles ressources, mises par la bureaucratie au service de son propre développement ? Il me semble que c’est du côté de l’organisation des corps de métiers et des associations marchandes (hang) qu’il faut chercher un début de réponse. La dynastie des Song représente sans nul doute une période de normalisation, de standardisation de ces associations. Elle est caractérisée par l’accroissement de leur nombre et par leur diversification. Ces phénomènes traduisent sans doute la volonté d’une administration déstabilisée par le développement des marchés d’établir de nouvelles relations avec les marchands55. C’est dans cette perspective de plus longue durée qu’il convient de replacer l’épisode des réformes et son idéologie de justice.

50Le système des corps et associations est indissociable de la réorganisation commerciale des villes à partir des Tang (618-907). À la suite de la reconnaissance par les autorités d’un espace urbain bien plus large que celui des quartiers murés (fang) des cités où se tenaient auparavant les marchés, les échanges commerciaux n’étaient plus limités réglementairement dans l’espace et le temps, même si la nouvelle configuration urbaine gardait de l’Antiquité le regroupement des corps de métiers et des associations marchandes dans certains secteurs et certaines rues de la ville, selon une spécialisation des productions artisanales et de la commercialisation des marchandises. Du point de vue de l’administration, ces regroupements facilitaient l’enregistrement des artisans et des marchands, dont elle exigeait prestations de services et produits ; du point de vue de la population concernée, ils permettaient de répondre collectivement aux exigences des autorités, de plus en plus obligées de s’approvisionner sur les marchés grâce aux « achats harmonieux » pratiqués au « tarifs décadaires » (shigu), fixés grâce aux informations régulières fournies par les associations. Celles-ci servaient également de relais pour connaître la situation de l’approvisionnement des marchés en produits mais aussi en monnaies ; elles répartissaient entre leurs membres les versements et les services dus à l’administration ; elles participaient aux discussions conduites par les autorités en vue de modifier des règlements commerciaux, par exemple dans le cadre des monopoles publics. Elles apparaissaient donc tout naturellement comme les intermédiaires de l’administration dans le commerce urbain.

51Or, les quelques textes qui permettent d’entrevoir les pratiques que ce dispositif recouvrait avant les réformes mettent en lumière deux types d’abus organiquement liés : ceux de l’administration et ceux des quelques grandes « maisons » qui se trouvaient à la tête des associations. L’administration refusait souvent de payer les marchands en monnaie, elle différait ou fractionnait les paiements, voire annulait arbitrairement les sommes dues. Les « achats harmonieux » se transformèrent régulièrement en prélèvements supplémentaires, et les opérations auxquelles les commis des administrations prenaient part étaient pour eux autant d’occasions de profits. Quant à la puissance économique et financière des grands marchands, en particulier ceux qui dirigeaient les corporations du thé ou du sel, elle s’explique largement par le rôle d’intermédiaire que l’administration leur avait confié dans le cadre des monopoles publics. Tout au long du premier siècle de la dynastie, les autorités les avaient en effet chargés de concentrer et de certifier à la capitale les licences de thé ou de sel que les marchands itinérants (xingshang ou keshang) avaient auparavant reçues des autorités locales contre des livraisons de céréales ou de fourrages destinées aux armées des frontières. Ces grandes « maisons » de la capitale étaient dès lors en position de régler à leur profit le cours des licences, cédées au plus vite sous leur valeur par les marchands des frontières avant d’être négociées avec les autorités des monopoles à la capitale. Le contrôle de ces papiers assurait un pouvoir financier sur les marchands itinérants et donc sur l’ensemble des produits qui arrivaient à la capitale. Si l’on songe enfin, comme le dénoncèrent les réformateurs, que les commis des administrations vivaient essentiellement des commissions et des pots-de-vin que leur versaient les administrés et tous ceux qui étaient en relation avec les autorités, on comprend pourquoi ces grandes « maisons » apparurent comme le centre de puissants réseaux économiques et financiers qui devinrent la cible des réformes à partir des années 1070.

  • 56 On trouve cette idée développée par Wei Tianan, « Songdai hanghui de tedian lunxi » (Remarques sur (...)

52Du fait de la constitution de ces réseaux, il est clair que les associations marchandes ne représentaient pas des organisations professionnelles visant à une régulation collective des conditions de production ou de commercialisation : elles garantissaient et renforçaient surtout des positions locales en concentrant, avec la bénédiction des autorités, d’importants moyens financiers entre les mains de leurs chefs. Cependant, pour maintenir leur domination financière sur les marchés urbains, ces grands marchands, que leurs activités aient porté ou non sur les marchandises des monopoles publics, devaient s’appuyer sur les marchands itinérants dont les activités commerciales approvisionnaient les marchés. En d’autres termes, sous les Song, les positions de monopole acquises par les grands marchands de la capitale et des grandes cités ne se traduisaient pas pour autant par l’exclusion des marchands venus de l’extérieur56. Au contraire, on peut penser que les activités économiques reposaient largement sur ces derniers, alors que le système des avances et des moyens de paiement permettaient aux grands marchands de garder sous leur dépendance non seulement ces marchands itinérants, mais plus largement aussi les petits marchands urbains et les courtiers. Le financement public des marchés (shiyi), mis en place à partir de 1072, visait clairement à libérer durablement de leur dépendance les marchands itinérants ainsi que les courtiers en leur offrant de s’allier à l’administration.

  • 57 D’après Wang Anshi lui-même, on sait que plusieurs courtiers se sont associés, au moins dans un pre (...)

53C’est cette association que Smith s’est efforcé de modéliser grâce à l’« entreprise bureaucratique ». Compte tenu de l’état des sources, il a dû se résoudre à ne traiter que le versant bureaucratique de cette association en suivant les carrières des fonctionnaires, la réglementation des bureaux et les chiffres que ceux-ci enregistraient et transmettaient. Cependant, l’autre versant, celui qui concerne l’intégration forcée de nombreux intermédiaires et marchands sur la longue durée, reste largement inaccessible même s’il était techniquement essentiel à la réussite de ladite « entreprise ». En tout état de cause, c’est bien dans ce nouveau cadre que les corps et les associations durent négocier en 1073 une « taxe d’exemption des [services dus par les] corporations » (mianhang qian) qui les dispensait des prestations et prélèvements antérieurs. Surtout, les avantages induits par l’association réglementaire des courtiers et des marchands avec les bureaux ont sans nul doute conduit bon nombre d’entre eux à renoncer à leur autonomie et à accepter une nouvelle identité, une identité qu’il est bien souvent impossible de distinguer de celle des commis d’administration57. Lors des transactions menées par les comptoirs publics, achats « harmonieux » ou levées exceptionnelles, et bien évidemment lors de toutes les transactions menées dans le cadre des monopoles du thé ou du sel, c’est à ces agents, réputés peu scrupuleux, qu’étaient confiées les évaluations des quantités et de la qualité des produits prélevés, les vérifications sur l’authenticité des produits et leur conformité aux exigences de l’administration. Les courtiers et les marchands qui s’appuyaient désormais sur les finances publiques et l’autorité de l’administration découvrirent là l’opportunité de mettre durablement la main sur les marchés en diversifiant leurs activités. On peut donc raisonnablement penser que les entreprises commerciales publiques ont réussi à durer parce qu’elles ont permis une redistribution effective du pouvoir commercial, une nouvelle donne que défendaient les réformateurs au nom d’une plus grande équité sociale, et une partie importante des agents commerciaux au nom de leurs intérêts particuliers.

  • 58 En particulier par Paul Smith lui-même, dans son chapitre intitulé « Shen-Tsung’s reign and the new (...)

54Revenons-en brièvement, pour finir, au versant bureaucratique de cette alliance entre fonctionnaires et marchands. Grâce aux dispositions réglementaires et au recrutement dans les bureaux d’agents intermédiaires et de marchands, les fonctionnaires ont réussi à développer une organisation tentaculaire, dont le fonctionnement excluait de nombreux marchands des circuits commerciaux et financiers. En organisant jusqu’aux ventes de détail et en généralisant surtout un système de crédit, dont on a dit plus haut ce qu’il signifiait pour les avances commerciales, l’encadrement public des marchés plaçait l’administration en situation de monopole en rendant la machine bureaucratique indispensable à toute réussite commerciale. Ce processus a été maintes fois décrit58. Il renvoie d’abord aux blocages économiques et financiers évoqués plus haut, ceux que les contemporains traduisaient dans la formule : « Les marchands ne circulent plus. » Mais ces blocages ne sont peut-être pas les seuls à rendre compte des contradictions qui ont assailli la Surintendance.

55On peut évoquer une seconde série de causes, que suggèrent les principes mêmes du contrôle administratif. Les performances économiques et financières de cette entreprise commerciale publique, qui se traduisaient par les revenus qu’elle générait, servaient de critères à l’évaluation des performances administratives de ses agents. Autrement dit, la carrière des fonctionnaires qui supervisaient les opérations commerciales et engageaient les fonds dépendait des profits dégagés, voire surtout de la visibilité de ces profits, laquelle n’était rendue effective que par les contrôles exercés sur les prêts et sur les opérations commerciales, sur la ventilation des bénéfices entre les administrations locales et l’administration centrale, autant de contrôles mutuels, prenant nécessairement en compte les hiérarchies et les dépendances qui régissaient les liens entre l’administration centrale, les administrations locales et régionales, entre ces administrations et le Palais. Le contrôle qu’il fallait exercer sur la structure chargée d’atteindre les objectifs de l’entreprise était donc aussi essentiel que ses performances, ce que le chef du camp réformiste reconnut dès la mise en œuvre de sa politique :

  • 59 Wang Anshi, « Shang wushi zhazi » (Mémoire au trône en cinq points), Quan Song Wen (Prose complète (...)

Je suis pleinement conscient du fait que les produits et les fonds ne circulent pas encore beaucoup dans l’empire, et je crains que les individus avides de mérites, de faveurs et de récompenses ne cherchent à obtenir au plus vite des résultats, en quelques mois ou quelques années : ce sera alors la ruine de notre réglementation.59

56L’impatience ou les malversations des agents pressés de remplir les quotas et les objectifs, un phénomène que les opposants se firent un devoir de mentionner régulièrement, apparaissaient comme des éléments constitutifs du fonctionnement de l’organisation. Smith a facilement montré que de tels comportements furent rapidement préjudiciables aux performances économiques de la Surintendance, tant pour ses achats que pour la commercialisation des produits. La logique du contrôle administratif prenait finalement le pas sur une gestion des ressources matérielles et des hommes visant à la rentabilité. On est ainsi renvoyé à un problème plus général que nous formulerons provisoirement ainsi : dès lors que le contrôle administratif s’est imposé comme la priorité au sein de l’organisation centralisée des échanges, la performance économique qui était assignée à cette organisation s’en est trouvée profondément perturbée et les objectifs initiaux abandonnés. On peut penser que le problème posé par l’hégémonie de la rationalité administrative, dans les premières structures bureaucratiques de la Chine des Song, n’est pas totalement inactuel. Il renvoie, en tout état de cause, moins au risque qu’à la nature du risque que court le fonctionnaire entrepreneur. Si celui-ci n’engage pas ses fonds dans la conduite de son entreprise, conformément au schéma théorique de Schumpeter, il risque sa réputation, son capital social en soumettant ses résultats au jugement de sa hiérarchie. L’expérience historique, décrite par Smith sur la base d’un modèle emprunté à Schumpeter, montre que c’est à ce prix qu’est concevable la permanence des fonctions entrepreneuriales dans un environnement bureaucratique.

CONCLUSION

57Partie des modèles de Cantillon et de Schumpeter pour éclairer le rôle de fonctionnaires actifs dans une société chinoise pré-moderne, sans aucun lien avec leurs horizons de pensée, notre réflexion s’est finalement attardée sur le discours de Montchrestien, dont l’« oconomie politique » semble avoir recoupé l’ambition des réformateurs de l’empire des Song au XIe siècle. Montchrestien partage de fait avec ces fonctionnaires activistes un même discours de la méthode, fondé sur la dénonciation des emprises multiples qu’exercent les « accapareurs » dans les domaines de la production, de la circulation ou de la distribution des richesses, et sur la nécessité de leur répondre sur le terrain même de leurs entreprises. Le diagnostic qu’établit Montchrestien sur la mauvaise conduite de la « mesnagerie publique », à défaut d’être sans doute original, l’incite à voir dans les rapports entre « gouvernement » et « commerce » la possibilité de structurer une « entreprise » centralisatrice, fondée sur les réalisations et les profits des arts mécaniques, des commerces du « dedans » et du « dehors » ou des conquêtes que rend possibles l’expansion des pays d’Occident depuis le XVIe siècle. Cette « œconomie politique » était censée engager l’ensemble du royaume dans la réalisation d’un idéal d’ordre et de justice, en assurant le maintien des anciennes solidarités autour du roi. En d’autres termes, au sortir des troubles qui avaient affaibli et ruiné le royaume, le « commerce » devait impérativement rester soumis au « gouvernement ».

  • 60 Joseph A. Schumpeter, « La marche au socialisme », art. cité, p. 452.
  • 61 Ibid., p. 454.

58Un siècle plus tard, Cantillon coupait ce lien entre « gouvernement » et « commerce », en assimilant ce dernier à un circuit autonome, fait d’interdépendances et d’actions économiques décentralisées, conduites par une multitude d’« entrepreneurs » pour qui le hasard des affaires devenait un risque calculable. Si les entrepreneurs sont omniprésents dans le modèle de Cantillon, ils restent néanmoins enfermés dans ce circuit économique, dont Schumpeter les libère en modélisant leur conduite sociale à partir de leur vocation économique. En effet, dans la mesure où sa vocation à réaliser de nouvelles combinaisons des facteurs de production confère à l’entrepreneur une position de commandement, son entreprise ne peut manquer d’avoir un fort impact sur l’ordre social, qu’il assume ou non un risque économique. Or, ajoute bientôt Schumpeter avec une froideur scientifique qu’il revendique, cet entrepreneur capitaliste, agent de commandement économique et social, est celui qui porte l’évolution capitaliste et détruit dans le temps même de son action « ces loyalismes et ces habitudes de subordination et de commandement qui sont pourtant essentielles à la gestion institutionnalisée des usines »60. Son action destructrice ouvre inévitablement la voie à l’univers sans entrepreneur du socialisme, dans lequel les fonctions entrepreneuriales sont assumées par un pouvoir centralisé, capable de mettre fin à « la civilisation de l’inégalité et des fortunes familiales »61.

  • 62 Joseph A. Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, t. 1, ouvr. cité, p. 240.

59Le détour historique par la Chine a mis en évidence, dans le contexte d’une analyse qui assimile les fonctionnaires à des entrepreneurs, les conséquences de l’action bureaucratique qui vise à limiter ou faire disparaître les emprises des « accapareurs » au nom du pouvoir central et du bien public. L’action de la Surintendance a ainsi disloqué les chaînes d’interdépendances indispensables à la production et à la commercialisation du thé, et ruiné les producteurs, laissés seuls face à l’administration. Cette expérience, certes venue d’ailleurs, illustre les conditions concrètes dans lesquelles pouvaient prendre corps les propositions visant à assurer le contrôle d’une bureaucratie centralisée sur l’activité économique d’une société pré-moderne. De ce point de vue, la perspective de Montchrestien est tout aussi cohérente que celle de Schumpeter : les fidélités et les liens partisans comme les entreprises particulières des marchands et des producteurs ne peuvent pas résister à un gouvernement activiste, qui revendique le bien de l’État comme l’objectif, et la conséquence, d’une emprise centralisée sur la production, la circulation et la distribution des richesses. Qu’ils se lisent comme le simple « constat » de la science économique, qui annonce l’avènement inexorable de la rationalité bureaucratique, ou comme le pari ambitieux de refonder un gouvernement juste dans la Chine du XIe siècle ou dans la France du XVIIe siècle, ces modèles font de la rupture nécessaire avec les entreprises particulières et décentralisées la condition de leur accomplissement. Dès lors, la moindre des ironies n’est pas que les dernières analyses de l’économiste américain aient fini par recouper, au moins partiellement, la vision de celui dont l’apport théorique lui semblait pourtant si pauvre62.

Notes

1 Robert Hartwell, « A revolution in the Chinese iron and coal industries during the Northern Sung, 960-1126 A. D. », Journal of Asian studies, 21 (2), 1962, p. 153-162 ; « Markets, technology, and the structure of enterprise in the development of the eleventh-century Chinese iron and steel industry », Journal of economic history, 26 (1), 1966, p. 29-58. L’historien de la sidérurgie chinoise, Donald Wagner, conteste les chiffres de Hartwell en affirmant qu’« aucun calcul fiable n’est possible sur la base des sources disponibles aujourd’hui » ; voir Donald B. Wagner, « Research note : the administration of the iron industry in eleventh-century China », Journal of the economic and social history of the Orient, 44 (2), 2001, p. 175-197.

2 Paul Smith, Taxing heaven’s storehouse. Horses, bureaucrats, and the destruction of the Sichuan tea industry 1074-1224, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1991. Parmi les nombreux comptes rendus de ce livre important, on peut lire celui de Christian Lamouroux, dans Études chinoises, vol. XI, n ° 1, printemps 1992, p. 192-199.

3 Joseph A. Schumpeter, Théorie de l’évolution économique. Recherches sur le profit, le crédit, l’intérêt et le cycle de la conjoncture (1935), Paris, Dalloz, 1999, traduction de la seconde édition révisée (1926) de l’édition de 1911.

4 Joseph A. Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, t. I : L’âge des fondateurs, Paris, Gallimard, 1983 (1954 pour l’édition anglaise), p. 312.

5 Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d’une idée, Paris, PUF, 1982.

6 On se souvient que, au dire de Cantillon, tous ses raisonnements s’appuient sur des calculs consignés dans un cahier qui aurait constitué l’annexe de l’Essai. Ce cahier n’a jamais été retrouvé après la disparition mystérieuse de son auteur.

7 Richard Cantillon, Essai sur la nature du commerce en général, Paris, INED, 1997, p. 35. On trouve les termes « fantaisie », « inclination » et « plaisir » respectivement p. 33 et 34.

8 Murphy cite le Tableau économique de 1758. Voir Antoin E. Murphy, Richard Cantillon. Le rival de Law, Paris, Hermann, 1990 (1986 pour l’édition anglaise), p. 192.

9 Le terme de « catalyseur » est celui de Murphy, ibid., p. 186.

10 Antoin E. Murphy, Richard Cantillon, ouvr. cité, p. 187.

11 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter. Les dynamiques du capitalisme, Genève, Librairie Droz, 1965 (texte publié en 1935 en introduction à Joseph Schumpeter, Théorie de l’évolution économique, ouvr. cité). Je remercie Jérôme Maucourant de m’avoir permis de lire également le premier chapitre que consacre à Schumpeter Christel Vivel dans sa thèse, soutenue en 2004 et encore inédite, « L’entrepreneur dans la tradition autrichienne. Un essai sur l’émergence et l’évolution d’une théorie de l’activité entrepreneuriale », s. p., Centre Léon Walras, Université de Lyon.

12 Joseph A. Schumpeter, Théorie de l’évolution économique, ouvr. cité, p. 106 et note 1 ; l’auteur souligne.

13 Ibid., p. 108.

14 Ibid., p. 107.

15 Ibid., p. 108, note (p. 363 pour la correction) ; l’auteur souligne.

16 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter, ouvr. cité, p. 76.

17 Joseph A. Schumpeter, Théorie de l’évolution économique, ouvr. cité, p. 110.

18 Ibid., p. 122.

19 Ibid., p. 136.

20 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter, ouvr. cité, p. 98. Les termes de la distinction entre les deux types de capitalistes sont mentionnés p. 99.

21 Christel Vivel, « L’entrepreneur dans la tradition autrichienne », thèse citée, éclaire à la fin de son chapitre 1 les passages que Schumpeter consacre à cette question dans Capitalisme, socialisme et démocratie.

22 Les « achats harmonieux » (hemai) étaient à l’origine des achats publics de grains dont les prix étaient censés avantager la population. Les pratiques aboutirent cependant à fixer des tarifs qui cachaient souvent de véritables spoliations quand l’administration locale n’utilisait tout simplement pas le terme pour désigner des réquisitions. La littérature sur le sujet est très abondante : une présentation pratique est celle de Yuan Yitang, « Songdai shidi zhidu yanjiu » (Recherches sur le système des achats publics sous les Song), Zhongguo jingji shi yanjiu, 3, 1994, p. 139-146.

23 Conçu au début du XIe siècle comme un dispositif de crédit public destiné à désendetter les foyers ruraux, le système des « achats par avance » (heyumai) permettait à une famille de recevoir en début d’année, au moment de la soudure, une avance en monnaie ou en grains qu’elle remboursait en soie quelques mois plus tard. Le système se transforma en avances obligatoires à partir du milieu du XIe siècle, la population urbaine devant elle aussi verser de la soie : voir Wang Zengyu, « Songchao de hemai yu zheboqian » (Les achats par avance et la taxe sur les commutations en soie sous les Song), Song-Liao-Jin shi luncong, vol. 2, Pékin, Zhonghua shuju, 1991, p. 1-47 ; et Christian Lamouroux, « Espaces du crédit et espaces rizicoles : la région du Jiang-Huai (Xe-XIe siècle) », T’oung Pao, vol. 82, 1996, p. 1-65.

24 Les revenus de la taxe commerciale (shangshui) auraient atteint jusqu’à 54 % des recettes monétaires au milieu du XIe siècle (22 millions de ligatures pour un total de 39 millions) : voir le tableau dans Qi Xia, Songdai jingji shi (Histoire économique des Song), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, 1988, p. 1009.

25 Sur la dette publique et les monopoles, on se reportera à Christian Lamouroux, « Endettement public, Trésor impérial et monnaies dans la Chine des Xe et XIe siècles », La dette publique dans l’histoire, Jean Andreau, Gilles Béaur éd., Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, p. 129-174. Plus récemment, Liu Guanglin a proposé de recourir à la notion de dette publique pour analyser la politique d’émission monétaire des Song, voir « Warfare and public debts. A review of the formation of the capital market in Song China », communication inédite, présentée à l’AAS, 2009, 24 pages.

26 Eugene Lewis, Public entrepreneurship. Toward a theory of bureaucratic political behavior, Bloomington, Indiana University Press, 1980.

27 Cité par Paul Smith, Taxing heaven’s storehouse, ouvr. cité, p. 128.

28 C’est le titre du chapitre que Smith consacre à sa modélisation de l’entrepreneur : ibid., p. 119-150.

29 Ibid., p. 122.

30 « Le crépuscule de la fonction d’entrepreneur » est le premier sous-titre du chapitre 12 dans Joseph A. Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1961 (1re édition anglaise, 1942), p. 227 ; « La marche au socialisme » est son dernier article, publié à titre posthume dans The American economic review, 40 (2), mai 1950, voir Capitalisme, socialisme et démocratie, p. 448-462. Je remercie Lucien Gillard de m’avoir incité à explorer cette ambiguïté de la pensée de Schumpeter sur l’entrepreneur.

31 Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise, ouvr. cité, p. 16-20.

32 Ibid., p. 21.

33 Ibid., p. 111.

34 Ibid., p. 115.

35 Ibid., p. 25, citation extraite du Dictionnaire de l’Académie française, 1740 et 1762.

36 Ibid., p. 23.

37 Ibid., p. 74.

38 Ibid., p. 60.

39 Ibid., p. 101.

40 Ibid., p. 114.

41 Ibid., p. 118.

42 Boisguilbert, Factum de la France, cité par Hélène Vérin, ibid., p. 173.

43 Deux occurrences seulement dans l’édition de Théophile Funck-Brentano, L’économie patronale. Montchrestien, Traité de l’économie politique (1889), Genève, Slatkine Reprints, 1970 (p. 155 et 165 de l’édition Billacois indiquée ci-dessous, dans laquelle on trouve au moins une troisième occurrence, p. 332).

44 Antoine de Montchrestien, Traicté de l’œconomie politique, F. Billacois éd., Genève, Droz, 1999, p. 151, 154, 155, 165, 168, 170, 171, 175, 178, 197. C’est d’ailleurs dans ce chapitre sur la navigation que l’on retrouve les deux occurrences du terme « entrepreneur » de l’édition Funck-Brentano.

45 Je remercie Lucien Gillard de m’avoir signalé une référence qui précise qu’au XIIe siècle le verbe « entreprendre » signifie aussi bien « attaquer » que « commencer », « se mettre à faire ». Au XVIe siècle il prend la valeur de « conquérir, tenter de séduire », alors qu’au XVIIe siècle, le sens de « commencer » s’applique spécialement à des rapports marchands. Voir Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, p. 700. Montchrestien utilise encore clairement ce double sens : « […] ny François ny Angloys (dont au moins on face mention) n’ont entrepris ny découverte ny peuplade » (p. 162).

46 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, Rotterdam, 1690 [version électronique Gallica], article « Entreprise ».

47 Rappelons que la surcéance est un délai accordé par un créancier.

48 C’est le propos directeur des pages 326-336 du chapitre « Commerce » dans le Traité.

49 Joseph A. Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, ouvr. cité, p. 232-238.

50 Dans cette page, Montchrestien appelle de ses vœux un royaume dont les sujets « deviendroient autant de ménagers de Caton, c’est-à-dire grands vendeurs et petits acheteurs ».

51 François Perroux, La pensée économique de Joseph Schumpeter, ouvr. cité, p. 85.

52 Voir Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996, en particulier la sous-partie intitulée « Capital et avances monétaires », p. 84-91.

53 Christian Lamouroux, « Commerce et bureaucratie. Les intermédiaires commerciaux dans la Chine des Song (Xe-XIIe siècles) », Études rurales, vol. 161-162, 2002, p. 183-214. On peut citer à nouveau ici un lettré du XIe siècle pour qui « les affaires des marchands sont sinueuses et difficiles à mener. Leurs achats supposent de remettre l’argent à l’avance, et leurs ventes d’être payées au prix après coup. Ils font en sorte que de nombreux facteurs se compensent et que les affaires sinueuses communiquent entre elles » (p. 207, traduction légèrement modifiée).

54 Les paragraphes qui suivent s’appuient sur les résultats de deux articles déjà cités sur l’organisation commerciale à l’époque des Song : Christian Lamouroux, « Commerce et bureaucratie. Les intermédiaires commerciaux dans la Chine des Song (Xe-XIIe siècles) » (2002) et « Endettement public, Trésor impérial et monnaies dans la Chine des Xe et XIe siècles » (2006).

55 On a pu décompter deux cent vingt associations sous la dynastie des Tang (618-907), et ce nombre avait exactement doublé à Hangzhou, la capitale des Song du Sud au XIIIe siècle. Si le chiffre est sensiblement plus faible sous les Song du Nord, avec cent soixante guildes seulement répertoriées au XIe siècle à Kaifeng, leur capitale, on peut penser que seules les associations qui servaient l’administration y étaient enregistrées par elle, alors que d’autres ont pu fonctionner en dehors de cette reconnaissance.

56 On trouve cette idée développée par Wei Tianan, « Songdai hanghui de tedian lunxi » (Remarques sur les particularités des corps de métiers et des corporations marchandes sous les Song), Zhongguo jingji shi yanjiu, 1993, 1, p. 141-150.

57 D’après Wang Anshi lui-même, on sait que plusieurs courtiers se sont associés, au moins dans un premier temps, aux opposants aux réformes, en se plaignant de leur expérience au sein de l’administration – cité par Li Dasan, « Songdai de yaren bianyi » (La mutation des courtiers sous les Song), Zhongguo jingji shi yanjiu, 1991, 4, p. 114-120.

58 En particulier par Paul Smith lui-même, dans son chapitre intitulé « Shen-Tsung’s reign and the new policies of Wang An-shih, 1067-1085 » de la Cambridge History of China, vol. 5, 1re partie : The Sung Dynasty and its precursors, 907-1279, Cambridge University Press, 2009, en particulier p. 383-435.

59 Wang Anshi, « Shang wushi zhazi » (Mémoire au trône en cinq points), Quan Song Wen (Prose complète des Song), Chengdu, Ba-Shu shushe, 1993, vol. 32, p. 355.

60 Joseph A. Schumpeter, « La marche au socialisme », art. cité, p. 452.

61 Ibid., p. 454.

62 Joseph A. Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, t. 1, ouvr. cité, p. 240.

Auteur

Christian Lamouroux est historien de la Chine médiévale, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre Chine). Il est spécialisé dans l’histoire économique et institutionnelle de la Chine des Song (Xe-XIIIe siècle). Parmi ses ouvrages, citons : Fiscalité, comptes publics et politique financière dans la Chine des Song. Le chapitre 179 du « Songshi », Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, 2003.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search