Version classiqueVersion mobile

Pétrole de Pasolini. Le poème du retour

 | 
Valérie Nigdélian-Fabre

Bibliographie

Texte intégral

Œuvres de Pier Paolo Pasolini

À l’exception de la correspondance, tout l’œuvre pasolinien a fait l’objet d’une réédition en dix volumes sous la direction générale de Walter Siti dans la prestigieuse collection « I Meridiani » chez Mondadori, dont suit le détail :

Romanzi e racconti, Walter Siti et Silvia De Laude dir., avec deux essais de Walter Siti, Milan, Mondadori Editore (I Meridiani), 1998 (deux volumes).

Saggi sulla letteratura e sull’arte, Walter Siti et Silvia De Laude dir., avec un essai de Cesare Segre, Milan, Mondadori Editore (I Meridiani), 1999 (deux volumes).

Saggi sulla politica e la società, Walter Siti et Silvia De Laude dir., avec un essai de Piergiorgio Bellocchio, Milan, Mondadori Editore (I Meridiani), 1999.

Per il cinema, Walter Siti et Franco Zabagli dir., avec deux textes de Bernardo Bertolucci et Mario Martone ainsi qu’un essai introductif de Vincenzo Cerami, Milan, Mondadori Editore (I Meridiani), 2001 (deux volumes).

Teatro, Walter Siti et Silvia De Laude dir., avec deux entretiens accordés par Luca Ronconi et Stanislas Nordey, Milan, Mondadori Editore (I Meridiani), 2001.

Tutte le poesie, Walter Siti dir., avec un texte de Walter Siti et un essai introductif de Fernando Bandini, Milan, Mondadori Editore (I Meridiani), 2003.

Poésie

La Nouvelle Jeunesse. Poèmes frioulans, 1941-1974 [La Nuova Gioventù, 1974], traduit et postfacé par Philippe Di Meo, édition bilingue, Paris, Gallimard (Du monde entier), 2003.

« Notes pour un poème sur le tiers-monde » [« Storia indiana », 1979], traduit de l’italien par Jean-Claude Biette, Trafic, n° 3, été 1992, p. 97-102.

Qui je suis [Poeta delle ceneri, 1980], traduit de l’italien par Jean-Pierre Milelli, Paris, Arléa-Poche (L’Étrangère), 1994.

« Poésies à Casarsa » [poèmes extraits de Poesie a Casarsa, 1942], traduit de l’italien par Michel Valensi, Po & sie, n° 75, 1er trimestre 1996, p. 54-59.

Poèmes oubliés/Poesie dimenticate [1965], traduit du frioulan par Vigji Scandella, édition bilingue, Arles, Actes Sud (Un endroit où aller), 1996.

Dans le cœur d’un enfant/Tal còur di un frut [1953], traduit du frioulan par Vigji Scandella, édition bilingue, Arles, Actes Sud (Un endroit où aller), 2000.

Où est ma patrie/Dov’è la mia patria [1949], traduit du frioulan par Vigji Scandella, édition bilingue, Bordeaux, Le Castor astral (Escales du Nord), 2002.

Le Dada du sonnet/L’Hobby del sonetto [1993], traduit de l’italien par Hervé Joubert-Laurencin, édition bilingue, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2005.

C. /F. [2003], suivi de Projet d’œuvre future/Progetto di opera futura, traduit de l’italien par Isabella Checcaglini et Étienne Dobenesque, édition bilingue, Paris, Ypsilon Éditeur, 2008.

Anthologies poétiques

Poésies. 1953-1964 [poèmes extraits des recueils Le Ceneri di Gramsci (1957), La Religione del mio tempo (1961), Poesia in forma di rosa (1964)], traduit de l’italien et préfacé par José Guidi, édition bilingue, Paris, Gallimard (Poésie), 1980.

Poésies. 1943-1970 [poèmes extraits des recueils L’Usignolo della chiesa cattolica (1958), Le Ceneri di Gramsci (1957), La Religione del mio tempo (1961), Poesia in forma di rosa (1964), Trasumanar e organizzar (1971)], traduit de l’italien par Nathalie Castagné, René de Ceccatty, José Guidi et Jean-Charles Vegliante, édition de René de Ceccatty, Paris, Gallimard (Du monde entier), 1990.

Poèmes de jeunesse et quelques autres [poèmes extraits des recueils La Nuova Gioventù (1974), L’Usignolo della chiesa cattolica (1958), Poesie notturne (1952-1953), Le Ceneri di Gramsci (1957), La Religione del mio tempo (1961), Poesia in forma di rosa (1964)], édition bilingue traduite de l’italien par Nathalie Castagné et Dominique Fernandez, préfacée par Dominique Fernandez, Paris, Gallimard (Poésie), 1995.

Pier Paolo Pasolini : poèmes, traduit du frioulan et de l’italien par Philippe Di Meo, Vigji Scandella, Nathalie Castagné et al., Paris, Textuel (L’Œil du poète), 1997.

Je suis vivant [Dal diario, 1954], traduit de l’italien par Olivier Apert et Ivan Messac, Caen, Nous (Now), 2001.

Récits et romans

Les Ragazzi [Ragazzi di vita, 1955], traduit de l’italien par Claude Henry, Paris, UGE (10/18 – Domaine étranger), 1982.

Une vie violente [Una vita violente, 1959], traduit de l’italien par Michel Breitman, Paris, UGE (10/18 – Domaine étranger), 1982.

Le Rêve d’une chose [Il Sogno di una cosa, 1962], traduit de l’italien par Angélique Lévi, Paris, Gallimard (L’Imaginaire), 1988.

Théorème [Teorema, 1968], traduit de l’italien par José Guidi, Paris, Gallimard (Folio), 1988.

La Divine Mimésis [La Divina Mimesis, 1975], traduit de l’italien par Danièle Sallenave, Paris, Flammarion, 1980.

Actes impurs, suivi de Amado mio [Amado mio, précédé de Atti impuri, 1982], édition établie par Concetta D’Angeli, traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard (Folio), 2003.

L’Odeur de l’Inde [L’odore dell’India, 1962], traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard (Folio), 2001.

Les Anges distraits [choix de textes tirés de Un paese di tempurali e di primule, 1993 et Romàns, 1994], traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli, Paris, Gallimard (Folio), 2001.

Pétrole [Petrolio, 1992], texte établi par Aurelio Roncaglia, traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard (Du monde entier), 1995 ; 2006 (édition augmentée de notes additionnelles adaptées pour la version française de Walter Siti, Iolanda Romualdi, Gianni Barbacetto et Marino Biondi, ainsi que d’une notice du traducteur).

Histoires de la cité de Dieu. Nouvelles chroniques romaines (1950-1966) [Storie della città di Dio. Racconti e cronache romane. 1950-1966, 1995], édition établie par Walter Siti, traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard (Arcades), 1998.

La Longue Route de sable [La Lunga Strada di sabbia, 1998], traduit de l’italien par Anne Bourguignon, photographies de Philippe Séclier, Paris, Éditions Xavier Barral, 2005.

Douce et autres textes [choix de textes tirés des Romanzi e racconti, 1998], traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli, Arles, Actes Sud (Lettres italiennes), 2000.

Théâtre

Affabulazione. Régicides [Affabulazione, 1977], texte français de Michèle Fabien et Titina Maselli, Arles, Actes Sud/Papiers (Théâtre), 1988.

Orgie [Orgia, 1979], texte français de Danièle Sallenave, Arles, Actes Sud/Papiers (Théâtre), 1988.

Bête de style [Bestia da stile, 1979], traduit de l’italien par Alberte Spinette, Arles, Actes Sud/Papiers (Théâtre), 1990.

Pylade [Pilade, 1977], texte français de Michèle Fabien et Titina Maselli, Arles, Actes Sud/Papiers (Théâtre), 1990.

Calderón [Calderón, 1973], texte français de Michèle Fabien, Arles, Actes Sud/Papiers (Théâtre), 1990.

Théâtre, traduit de l’italien par Michèle Fabien, Titina Maselli, Alberte Spinette et Danièle Sallenave, Arles, Actes Sud (Babel), 1995.

Théâtre. 1938-1965, traduit de l’italien par Hervé Joubert-Laurencin et Caroline Michel, du frioulan par Luigi Scandella, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2005.

Essais

Écrits corsaires [Scritti corsari, 1975], traduit de l’italien par Philippe Guilhon, Paris, Flammarion (Champs), 1976.

L’Expérience hérétique. Langue et cinéma [Empirismo eretico, 1972], traduit de l’italien par Anna Rocchi Pullberg, Paris, Ramsay (Ramsay-Poche cinéma), 1989.

Dialogues en public. 1960-1965 [Il Caos, 1979], édition établie par Giancarlo Ferretti, traduit de l’italien par François Dupuigrenet-Desroussilles, Paris, Éditions du Sorbier, 1980.

Descriptions de descriptions [Descrizioni di descrizioni, 1979], traduit de l’italien par René de Ceccatty, Marseille, Rivages (Bibliothèque étrangère), 1995.

Écrits sur la peinture, traduit de l’italien et présenté par Hervé Joubert-Laurencin, Paris, Éditions Carré (Arts & esthétique), 1997.

Écrits sur le cinéma. Petits dialogues avec les films (1957-1974) [I film degli altri, 1996], textes réunis et traduits par Hervé Joubert-Laurencin, Paris, Cahiers du cinéma (Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma), 2000.

Lettres luthériennes. Petit traité pédagogique [Lettere luterane, 1976], traduit de l’italien par Anna Rocchi Pullberg, Paris, Éditions du Seuil (Solo), 2000.

Contre la télévision et autres textes sur la politique et la société [choix de textes tirés de Saggi sulla politica e la società, 1999], traduit de l’italien par Caroline Michel et Hervé Joubert-Laurencin, Besançon, Les Solitaires intempestifs (Essais), 2003.

Entretiens

« Pier Paolo Pasolini, “Edipo Rè” », entretien avec Jean-André Fieschi, Cahiers du cinéma, n° 195, novembre 1967, p. 13-16.

Pier Paolo Pasolini : entretiens avec Jean Duflot, Paris, Éditions Gutenberg, 2007.

L’ultima intervista di Pasolini [1975], Furio Colombo, postface de Gian Carlo Ferretti, traduit de l’italien par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2010.

Correspondance

Correspondance générale (1940-1975), texte établi et annoté par Nico Naldini, traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard (Du monde entier), 1991.

Pour la correspondance intégrale, se reporter à l’édition des Lettere dirigée par Nico Naldini, Turin, Einaudi, 1988 (2 volumes).

Scénarios

Le Père sauvage [Il Padre selvaggio, 1975], traduit de l’italien par José Guidi, Paris, Les Formes du secret, 1980.

Saint Paul [San Paolo, 1977], traduit de l’italien par Giovanni Joppolo, Paris, Flammarion (Lettres étrangères), 1980.

Médée [Medea, 1970], traduit de l’italien et présenté par Christophe Mileschi, Paris, Arléa, 2002.

Films réalisés

Accattone, 1961.

Mamma Roma, 1962.

La Ricotta, épisode de RoGoPaG/Laviamoci il cervello, 1963.

La Rabbia (première partie, la seconde partie est réalisée par Giovanni Guareschi), 1963.

Sopraluoghi in Palestina per il film « Il Vangelo secondo Matteo » (Repérages en Palestine pour le film « L’Évangile selon saint Matthieu »), 1963 (pas de sortie commerciale).

Comizi d’amore (Enquête sur la sexualité), 1963-1964.

Il Vangelo secondo Matteo (L’Évangile selon saint Matthieu), 1963-1964.

Uccellacci e uccellini (Des oiseaux, petits et gros), 1965-1966.

La Terra vista dalla luna (La Terre vue de la Lune), épisode de Le Streghe (Les Sorcières), 1966-1967.

Che cosa sono le nuvole ? (Qu’est-ce que les nuages ?), épisode de Cappriccio all’italiana (Caprice à l’italienne), 1967-1968.

Edipo rè (Œdipe roi), 1967.

Appunti per un film sull’India (Notes pour un film sur l’Inde), 1967-1968 (pas de sortie commerciale).

Teorema (Théorème), 1968.

La Sequenza del fiore di carta (La Séquence de la fleur de papier), épisode de Amore e rabbia (La Contestation, ex-Vangelo’70), 1968-1969.

Porcile (Porcherie), 1968-1969.

Appunti per un’Orestiade africana (Carnet de notes pour une Orestie africaine), 1968-1973.

Medea (Médée), 1969.

Il Decameron (Le Décaméron), 1970-1971.

Le Mura di Sana. Documentario in forma di appello all’UNESCO (Les Murs de Sanaa), 1970-1971.

12 dicembre (12 décembre), 1971-1972.

I Racconti di Canterbury (Les Contes de Canterbury), 1971-1972.

Il Fiore delle mille e una notte (Les Mille et une nuits), 1973-1974.

Salò o le 120 giornate di Sodoma (Salò ou les 120 journées de Sodome), 1975.

Sur Pier Paolo Pasolini

Approches biographiques ou romanesques

Betti Laura dir., Pasolini : chronique judiciaire, persécution, exécution, traduit de l’italien, Paris, Seghers, 1979.

Ceccatty René de, Pier Paolo Pasolini, Paris, Gallimard (Folio Biographies), 2005.

Fernandez Dominique, Dans la main de l’ange, Paris, Grasset, 1982.

Giordana Marco Tullio, Pasolini, mort d’un poète, traduit de l’italien par Nathalie Castagné, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

Naldini Nico, Pier Paolo Pasolini, traduit de l’italien par René de Ceccatty, Paris, Gallimard (NRF Biographies), 1991.

Siciliano Enzo, Pasolini, une vie, traduit de l’italien par Jacques Joly et Emmanuelle Genevois, Paris, Éditions de la Différence (Essais), 1983.

Approches critiques

Baillieu Jean-Marc, « Pétrole : titre, motif, matière… », Villa Gillet, n° 5, novembre 1996, p. 157-166.

Balso Judith, « Pasolini, l’incivile éclaircie », Symptôme et révolution, n° 5 de Barca ! (poésie, politique, psychanalyse), novembre 1995, p. 47-74.

Benedetti Carla, Pasolini contro Calvino. Per una letteratura impura, Turin, Bollati Boringhieri, 1998.

Benedetti Carla et Grignani Maria Antonietta dir., A partire da Petrolio. Pasolini interroga la letteratura, Ravenne, Longo Editore (Il portico), 1995.

Bergala Alain et Narboni Jean éd, Pasolini cinéaste, hors-série n° 9 des Cahiers du cinéma, 3e trimestre 1984.

Betti Laura et Vecchio Sergio dir., Pasolini, una vita futura, Rome, Fondo Pier Paolo Pasolini/Ente Autonomo Gestione Cinema, 1987.

Biancofiore Angela, Pasolini, Palerme, Palumbo, 2003.

Bohler Olivier dir., Pier Paolo Pasolini et l’Antiquité, actes du colloque organisé par l’Institut de l’image les 19 et 20 avril 1996, Aix-en-Provence, Institut de l’image, 1997.

Bouquet Stéphane, L’Évangile selon saint Matthieu, Paris, Cahiers du cinéma/SCÉRÉN-CNDP (Les Petits Cahiers), 2003.

Boyer Alain-Michel, Pier Paolo Pasolini. Qui êtes-vous ?, Lyon, La Manufacture, 1987.

Cacciari Massimo, « Pasolini provençal », traduit de l’italien par Michel Valensi, Po & sie, n° 75, 1er trimestre 1996, p. 60-65 [en ligne, URL : htt://www.lyber-eclat.net/lyber/cacciari/pasolini.html]. Consulté le 14 février 2011.

Casi Stefano éd., « Cupo d’amore ». L’homosexualité dans l’œuvre de Pier Paolo Pasolini, Lille, Cahiers Gai-Kitsch-Camp (Essais), 1991.

Caspar Marie-Hélène dir., Pasolini, n° 5 de Narrativa, Centre de recherches ita- liennes, Le roman italien contemporain, Université Paris X-Nanterre, février 1994.

Ceccatty René de, « La métaphore du sexe », Villa Gillet, n° 5, novembre 1996, p. 167-180.

Sur Pier Paolo Pasolini, Le Faouët, Éditions du Scorff, 1998.

D’Elia Gianni, Il Petrolio delle stragi. Postille a « L’eresia di Pasolini », Milan, Effigie Edizioni (Stellefilanti), 2006.

Di Meo Philippe, « Pier Paolo Pasolini, forme, idéologie, cosmos », Art press, n° 208, décembre 1995, p. vi.

— « Pasolini entre nature et culture », La Quinzaine littéraire, n° 945, 1er mai 2007, p. 14.

— « Pier Paolo Pasolini : Petrolio & Entretiens avec Jean Duflot », La Pensée de midi, n° 21, juin 2007, p. 146-149.

Didi-Huberman Georges, Survivance des lucioles, Paris, Minuit (Paradoxe), 2009.

Fabbri Paolo, entretien avec Jean-Luc Muracciole, « Pier Paolo Pasolini, Petrolio », Art press, n° 191, mai 1994, p. 63-68.

Ferroni Giulio, « Pier Paolo Pasolini, lo scandalo di Petrolio », Passioni del novecento, Rome, Donzelli Editore (Saggi. Arte e lettere), 1999, p. 85-91.

Gambaro Fabio, « L’Italie divisée », Le Monde des livres, 27 octobre 1995.

Gérard Fabien S., Pasolini ou le mythe de la barbarie, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles (Arguments et documents), 1981.

Gervais Marc éd., Pier Paolo Pasolini, Paris, Seghers (Cinéma d’aujourd’hui), 1973.

Guibert Simon, « Les Cahiers rouges de Pasolini », Le Vif du sujet, France-Culture, 11 novembre 2005.

Henric Jacques, entretien avec Jean-Luc Muracciole, « Pasolini, Petrolio. Parce que ce livre est politique », Art press, n° 215, juillet-août 1996, p. iv-v.

Joubert-Laurencin Hervé, Pasolini, portrait du poète en cinéaste, Paris, Cahiers du cinéma, 1995.

Le dernier poète expressionniste. Écrits sur Pasolini, Besançon, Les Solitaires intempestifs (Essais), 2005.

Lacoue-Labarthe Philippe, Pasolini, une improvisation (d’une sainteté), Bordeaux, William Blake & Co (La Pharmacie de Platon), 1995.

Lépron Catherine, « Pétrole. Récit en création – achevé et inachevé. Récits de la création », Villa Gillet, n° 5, novembre 1996, p. 139-150.

Levergeois Bertrand, Pasolini, l’alphabet du refus, Paris, Éditions du Félin (Les Marches du temps), 2005.

Macciocchi Maria Antonietta dir., Pasolini, Paris, Grasset (Figures), 1980.

Marazzini Claudio, Sublime volgar eloquio. Il linguaggio poetico di Pier Paolo Pasolini, Modène, Mucchi Editore (Ghirlandina di classici italiani del Novecento), 1998.

Misuraca Pasquale, Les Cendres de Pasolini, produit par Alexandra Zamba (alla S. C. R. L.) et Rai Tre-Fuori Orario, 1993.

Nigdélian Valérie, « Mécanique de l’inférieur », Il Particolare (art, littérature, théorie critique), n° 7-8, 2002, p. 233-242.

Nigdélian-Fabre Valérie, « L’espace clos du sujet. Sexualité et altérité dans Petrolio », Pier Paolo Pasolini. Due convegni di studio, Lisa El Ghaoui éd., Pise/Rome, Fabrizio Serra Editore (Biblioteca di « Studi pasoliniani »), 2009, p. 175-190.

Pasolini, hors-série de la Revue d’esthétique, mars 1992.

Pasolini, Narrativa, Marie-Hélène Caspar éd., n° 5, février 1994.

Pasolini à la sauce piquante, n° 18 de Multitudes, automne 2004 [en ligne, URL : http://multitudes.samizdat.net/-Mineure-Pasolini-a-la-sauce-]. Consulté le 14 février 2011.

Pasolini, Europe, n° 947, mars 2008.

Pera Giuseppe, Pier Paolo Pasolini. Critique littéraire et écrits politiques (1940-
1960), Villeneuve d’Asq, Presses du Septentrion, 1999.

Pier Paolo Pasolini. Littérature, cinéma, politique, n° 18 de Lignes, octobre 2005.

Pier Paolo Pasolini poète, n° 56-57 de Le Pont de l’épée, 2e et 3e trimestre 1976.

Risset Jacqueline, « Proust, Dante et Pétrole », Villa Gillet, n° 5, novembre 1996,
p. 151-156.

Salerno Paolo dir., Progetto Petrolio. Una giornata di studi sul romanzo incompiuto di Pier Paolo Pasolini. Atti, Bologne, CLUEB (Gender), 2006.

Salvini Laura, I frantumi del tutto. Ipotesi e letture dell’ultimo progetto cinematografico di Pier Paolo Pasolini, Porno-Teo-Kolossal, Bologne, CLUEB, 2004.

Sannelli Massimo, « La filologia politica di Pier Paolo Pasolini », Italialibri. net,
22 juillet 2004 [en ligne, URL : http://www.italialibri.net/dossier/pasolini/filologiapolitica.html]. Consulté le 15 février 2011.

Schérer René et Passerone Giorgio, Passages pasoliniens, Villeneuve d’Asq, Presses
universitaires du Septentrion (Lettres et civilisation italiennes), 2006.

Simeone Bernard, « Miroir de Rome », La Quinzaine littéraire, n° 750, 16 novembre
1998, p. 10-11.

Zigaina Giuseppe, Pasolini e l’abiura. Il segno vivente e il poeta morto, Venise,
Marsilio Editore (Saggi), 1994.

Outils critiques généraux

Abraham Nicolas et Torok Maria, L’écorce et le noyau, Paris, Aubier-Flammarion (La philosophie en effet), 1978.

Acéphale. Religion. Sociologie. Philosophie (1936-1939), Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1995.

Adorno Theodor W., Minima moralia. Réflexions sur la vie mutilée, traduit de l’allemand par Éliane Kaufholz et Jean-René Ladmiral, Paris, Payot (Critique de la politique), 1980.

Adorno Theodor W. et Horkheimer, Max, La dialectique de la raison. Fragments philosophiques, traduit de l’allemand par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard (Tel), 1983.

Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », Positions, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 67-125.

Aquien Michèle, L’autre versant du langage, Paris, Librairie José Corti, 1997.

Arendt Hannah, Le système totalitaire. Les origines du totalitarisme, traduit de l’américain par Jean-Loup Bourget, Robert Davreu et Patrick Lévy, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2005.

Arnaud Alain, Pierre Klossowski, Paris, Éditions du Seuil (Les contemporains), 1990.

Artaud Antonin, Le théâtre et son double, dans Œuvres complètes IV, Paris, Gallimard, 1978.

Auerbach Erich, Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, traduit de l’allemand par Cornelius Heim, Paris, Gallimard (Tel), 1977.

Bachelard Gaston, La poétique de l’espace, Paris, PUF (Quadrige), 1981.

Bakhtine Mikhaïl, La poétique de Dostoïevski, traduit du russe par Isabelle Kolitcheff, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1998.

L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, traduit du russe par Andrée Robel, Paris, Gallimard (Tel), 1998.

Esthétique et théorie du roman, traduit du russe par Daria Olivier, Paris, Gallimard (Tel), 1999.

Balestrini Nanni, Come si agisce. Poemi piani, Milan, Feltrinelli (Le Comete), 1963.

Nous voulons tout, traduit de l’italien par Pascale Budillon, Paris, Éditions du Seuil, 1973.

Les Invisibles, traduit de l’italien par Chantal Moiroud et Mario Fusco, Paris, POL (Italiques), 1992.

L’Éditeur, traduit de l’italien par Pascale Budillon Puma, Paris, POL (Italiques), 1995.

Barilli Renato et Guglielmi Angelo, Gruppo 63. Critica e teoria, Milan, Feltrinelli, 1976.

Barth John, « La littérature du renouvellement. La fiction postmoderniste », traduit de l’américain par Cynthia Liebow et Jean-Benoît Puech, Poétique, n° 48, novembre 1981, p. 395-405.

Barthes Roland, Sade Fourier Loyola, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1971.

Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France prononcée le 7 janvier 1977, Paris, Éditions du Seuil (Points), 1989.

Le bruissement de la langue. Essais critiques IV, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1993.

Le degré zéro de l’écriture, suivi de Nouveaux essais critiques, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1994.

Le plaisir du texte, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2006.

Barthes Roland, Bersani Leo, Hamon Philippe, Riffaterre Michel, Watt Ian, Littérature et réalité, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1982.

Georges Bataille, n° 602 des Temps modernes, décembre 1998 - janvier-février 1999.

Bataille Georges, L’érotisme, Paris, Les Éditions de Minuit (Arguments), 1957.

La part maudite précédé de La notion de dépense, Paris, Les Éditions de Minuit (Critique), 1967.

La structure psychologique du fascisme, dans Œuvres complètes, I, Premiers écrits 1922-1940, Paris, Gallimard, 1970, p. 339-371.

L’expérience intérieure, Paris, Gallimard (Tel), 1978.

La littérature et le mal, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1997.

Les larmes d’Éros, Paris, UGE (10/18 – Domaine français), 2006.

Baudrillard Jean, La société de consommation. Ses mythes, ses structures, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1998.

Béguin Albert, L’âme romantique et le rêve. Essai sur le romantisme allemand et la poésie française, Paris, Le Livre de poche (Biblio essais), 1993.

Bellemin-Noël Jean, Le texte et l’avant-texte. Les brouillons d’un poème de Milosz, Paris, Larousse (L), 1972.

Benjamin Walter, « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique », Sur l’art et la photographie, traduit de l’allemand par Christophe Jouanlanne, Paris, Éditions Carré, 1997, p. 17-68.

Origine du drame baroque allemand, traduit de l’allemand par Sibylle Muller avec le concours d’André Hirt, Paris, Flammarion (Champs), 2009.

Bensaïd Daniel, Le pari mélancolique. Métamorphoses de la politique, politique des métamorphoses, Paris, Fayard, 1997.

Bertini Bruno, Franchi Paolo, Spagnoli Ugo, Bufalini Paolo et al., Terrorisme et démocratie [textes des rapports présentés au séminaire organisé par l’Institut Palmiro Togliatti, Rome, 17-19 janvier 1978, et au Comité central du PCI, session du 18 avril 1978], traduit de l’italien, Paris, Éditions sociales, 1978.

Bessière Irène, Le récit fantastique. La poétique de l’incertain, Paris, Larousse (Thèmes et textes), 1973.

Bizet Jules-Augustin éd., Mystiques allemands du XIVe siècle. Eckhart, Suso, Tauler, Paris, Aubier (Bibliothèque de philologie germanique), 1957.

Blanchot Maurice, « La littérature et le droit à la mort », La part du feu, Paris, Gallimard, 1949, p. 291-331.

Lautréamont et Sade, Paris, UGE (Le Monde en 10/18), 1967.

Les intellectuels en question. Ébauche d’une réflexion, Paris, Fourbis, 1996.

L’espace littéraire, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1999.

Le livre à venir, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1999.

Bloch Ernst, Sujet-objet. Éclaircissements sur Hegel, traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac, Paris, Gallimard (Bibliothèque de philosophie), 1977.

Boccacio Giovanni, Décaméron, traduit de l’italien sous la direction de Christian Bec, Paris, Le Livre de poche (Bibliothèque classique), 1994.

Boisvert Yves, Le monde postmoderne. Analyse du discours de la postmodernité, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales), 1996.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard (NRF essais), 1999.

Bratu Cristian, « L’esthétique des chroniqueurs de la quatrième croisade et l’épistémè gothico-scolastique », The Medieval Chronicles, n° 5, 2007, p. 61-76.

Brown Norman O., Le corps d’amour, traduit de l’américain par Roger Dadoun, Paris, Denoël (Dossiers des Lettres Nouvelles), 1967.

Browne Robert M., « Typologie des signes littéraires », traduit de l’anglais par Henri Quéré, Poétique, n° 7, 1971, p. 334-353.

Budor Dominique et Ferraris Denis dir., Objets inachevés de l’écriture, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle (Cahiers du CRITIC), 2001.

Buisine Alain, « D’un romanesque à contretemps : (Jean-) Renaud Camus », Situation de la fiction, n° 77 de Littérature, février 1990, p. 41-65.

Butor Michel, Essais sur le roman, Paris, Gallimard (Tel), 1992.

Caillois Roger, L’homme et le sacré, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1989.

Calvi Fabrizio éd., Italie 77. Le « Mouvement », les intellectuels, documents traduits par Évelyne Grande, Mario Fusco et Alberto Della Penna, Paris, Éditions du Seuil, 1977.

Camon Ferdinando, Occident, traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro et Pierre Lespine, Paris, Gallimard (Du monde entier), 1979.

Camus Jean-Yves, « Du fascisme au national-populisme. Métamorphoses de l’extrême droite en Europe », Le Monde diplomatique, n° 578, mai 2002, p. 3.

Canetti Elias, Masse et puissance, traduit de l’allemand par Robert Rovini, Paris, Gallimard (Tel), 2006.

Castanet Hervé, Pierre Klossowski. La pantomime des esprits, suivi d’un entretien de Pierre Klossowski avec Judith Miller, Nantes, Éditions Cécile Défaut (Psyché), 2007.

Cecchi Alberto, Storia della P2, Rome, Editori Riuniti (Politica e società), 1985.

Cederna Camilia, Barberi Andrea, Fini Marco, Folti Omero, La piste rouge (Italia 69-72), textes adaptés de l’italien par Ornella Volta, UGE (10/18), 1973.

Celant Germano dir., Identité italienne, l’art en Italie depuis 1959, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, 1981.

Châtelet François, Hegel, Paris, Éditions du Seuil (Écrivains de toujours), 1994.

Châtelet Gilles, « Pour Gilles Deleuze, penseur du déclic », Po & sie, n° 75, 1er trimestre 1996, p. 137-139 [en ligne], mis en ligne le 8 novembre 2003 [URL : http://multitudes.samizdat.net/Pour-Deleuze-penseur-du-declic]. Consulté le 14 février 2011.

Vivre et penser comme des porcs. De l’incitation à l’envie et à l’ennui dans les démocraties-marchés, Paris, Exils, 1998.

Chaucer Geoffrey, Les Contes de Canterbury, traduit de l’anglais par André Crépin, Paris, Gallimard (Folio. Classique), 2000.

Chklovski Victor, Sur la théorie de la prose, traduit du russe par Guy Verret, Lausanne, L’Âge d’homme (Slavica), 1973.

Cingolani Giorgio, La destra in armi. Neofascisti italiani tra ribellismo ed eversione (1977-1982), Rome, Editori Riuniti (Politica e società), 1996.

Clair Jean, Méduse. Contribution à une anthropologie des arts du visuel, Paris, Gallimard (Connaissance de l’inconscient), 1989.

Comai Adriano, Poesie elettroniche. L’esempio di Balestrini, thèse de littérature italienne, Facolta di lettere e filosofia, Università degli studi di Torino, 1984-1985 [en ligne, URL : www.analisi-disegno.com/a_comai/TESI.html]. Consulté le 14 février 2011.

Compagnon Antoine, Les cinq paradoxes de la modernité, Paris, Éditions du Seuil, 1990.

Le démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Éditions du Seuil (La couleur des idées), 1998.

Consoni Simona, Petrolio, thèse de lettres, Università degli studi di Roma La Sapienza, 2001-2001 (pour la bibliographie de l’impact journalistique de Petrolio à la publication) [en ligne, URL : www.pasolini.net/sim_capitolo01.1.htm#ritorno3]. Consulté le 14 février 2011.

Contini Gianfranco, Letteratura dell’Italia unita (1861-1968), Florence, Sansoni, 1968.

La critica degli scartafacci e altre pagine sparse, Pise, Scuola normale superiore, 1992.

Cousseau Anne, « Postmodernité : du retour au récit à la tentation romanesque », Cahiers du CERACC, n° 1, Vers une cartographie du roman contemporain, mai 2002, p. 5-20 [en ligne, URL : www.ecritures-modernite.cnrs.fr/roman_cahiers1.html#_Toc7703114]. Consulté le 14 février 2011.

Crainz Guido, L’Italia contemporanea, II, Il paese mancato. Dal miracolo economico agli anni ottanta, Rome, Donzelli Editore (Progetti Donzelli), 2003.

Crozier Michel, La société bloquée, 3e édition augmentée, Paris, Éditions du Seuil (Sociologie), 1994.

Curcio Renato éd., La mappa perduta, Rome, Edizioni Sensibili alle Foglie (Progetto memoria), 2006.

Dante (Dante Aligheri), De l’éloquence vulgaire, traduit du latin par Frédéric Magne, Paris, La Délirante, 1985.

La Divine Comédie, traduit de l’italien par Jacqueline Risset, édition bilingue, Paris, Flammarion (GF), 3 volumes, 1992.

Debord Guy, La société du spectacle, Paris, Gallimard (Folio), 1996.

Commentaires sur La société du spectacle, suivis de Préface à la quatrième édition italienne de La société du spectacle, Paris, Gallimard (Folio), 1996.

Debray-Genette Raymonde, « Du mode narratif dans les Trois contes », Travail de Flaubert, Gérard Genette et Tzvetan Todorov dir., Paris, Éditions du Seuil (Points. Littérature), 1983, p. 135-165.

Métamorphoses du récit. Autour de Flaubert, Paris, Éditions du Seuil (Poétique), 1988.

De Luca Erri, Acide, arc-en-ciel, traduit de l’italien par Danièle Valin, Paris, Rivages (Littérature étrangère), 1994.

Didi-Huberman Georges, Ce que nous voyons, ce qui nous regarde, Paris, Les Éditions de Minuit (Critique), 1992.

Dostoïevski Fedor, Les Frères Karamazov [1880], traduit du russe par Henri Mongault, Paris, Gallimard (Folio. Classique), 1994.

Les Démons, traduit du russe par André Markowicz, Arles, Actes Sud (Babel), 3 volumes, 1995.

Le Double, traduit du russe par André Markowicz, Arles, Actes Sud (Babel), 1998.

Dupas Jean-Claude, Sterne ou le vis-à-vis, Lille, Presses universitaires de Lille (Objet), 1984.

Durand Philippe, Cinéma et montage. Un art de l’ellipse, Paris, Éditions du Cerf (7e art), 1993.

Durante Erica, « Sous la rature, la littérature. L’expérience de la philologie italienne au service de la littérature comparée », TRANS-, Revue de littérature comparée de l’Université Paris III, n° 2 Littérature et image, 22 juin 2006, publication électronique [en ligne, URL : http://trans.univ-paris3.fr/spip.php?article94]. Consulté le 14 février 2011.

Eco Umberto, L’œuvre ouverte, traduit de l’italien par Chantal Roux de Bézieux avec le concours d’André Boucourechliev, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1979.

— « Postmodernism, irony, the enjoyable », Modernism/Postmodernism, Peter Brooker dir., Londres, Longman, 1992, p. 225-228.

Art et beauté dans l’esthétique médiévale, traduit de l’italien par Maurice Javion, Paris, Grasset, 1997.

Feltrinelli Carlo, Senior service, traduit de l’italien par Guillaume Chpaltine, Paris, Christian Bourgois, 2001.

Ferenczi Sandor, Thalassa. Psychanalyse des origines de la vie sexuelle, traduit du hongrois par Judith Dupont et Myriam Viliker, Paris, Payot (Petite Bibliothèque Payot), 2004.

Ferrata Giansiro éd., Avanguardia a neoavanguardia, Milan, Sugar, 1966.

Ferretti Giancarlo, Il mercato delle lettere. Industria culturale e lavoro critico in Italia dagli anni cinquanta a oggi, Turin, Einaudi, 1979.

Foro Philippe, « L’épuration en Italie après la chute du fascisme », Épuration, amnisties, amnésie, n° 3, 1999, Université de Toulouse Le Mirail, MIREHC (Toulouse).

Foucault Michel, entretien avec Gilles Deleuze, « Les intellectuels et le pouvoir », Dits et écrits, II, 1970-1975, Daniel Defert et François Ewald éd., Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines), 1994.

Dits et écrits, III, 1976-1979, Daniel Defert et François Ewald éd., Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines), 1994.

Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard (Tel), 1997.

Freud Sigmund, Totem et tabou. Interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs, traduit de l’allemand par Samuel Jankélévitch, Paris, Payot (Petite Bibliothèque Payot), 1972.

Introduction à la psychanalyse, traduit de l’allemand par Samuel Jankélévitch, Paris, Payot (Petite Bibliothèque Payot), 1988.

Essais de psychanalyse appliquée, traduit de l’allemand par Marie Bonaparte et M me Edouard Marty, Paris, Gallimard (Idées), 1976.

— « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », Résultats, idées, problèmes, II, 1921-1938, traduction collective, Paris, PUF (Bibliothèque de psychanalyse), 1985, p. 231-268.

Trois essais sur la théorie sexuelle, traduit de l’allemand par Philippe Koeppel, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 2000.

Essais de psychanalyse, traduit de l’allemand sous la responsabilité d’André Bourguignon, Paris, Payot (Petite Bibliothèque Payot), 2002.

Gadda Carlo Emilio, Éros et Priape. De la fureur aux cendres, traduit de l’italien par Giovanni Clerico, Paris, Christian Bourgois (Les derniers mots), 1990.

Galard Jean et Zugazagoitia Julian dir., L’œuvre d’art totale, Paris, Gallimard/Musée du Louvre (Art et artistes), 2003.

Galletti Marina, « Le monstre souterrain. Georges Bataille dans la culture italienne », Georges Bataille après tout, Denis Hollier dir, Paris, Belin (L’extrême contemporain), 1995, p. 245-270.

— « Le roi du bois », préface à Georges Bataille, L’apprenti sorcier. Du Cercle communiste démocratique à Acéphale, Paris, Éditions de la Différence (Les essais), 1999, p. 7-65.

Genette Gérard, Figures II, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1979.

Figures III, Paris, Éditions du Seuil (Poétique), 1972.

Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1992.

Georgel Jacques, L’Italie au XXe siècle (1919-1999), 2e édition, Paris, La Documentation française (Les études de la documentation française), 1999.

Ginsborg Paul, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi (1943-1988), Turin, Einaudi, 1989.

Ginzburg Carlo, Le juge et l’historien. Considérations en marge du procès Sofri, traduit de l’italien par Myriem Bouzaher, Adelin Fiorato, Jean-Louis Fournel, Mario Fusco, Anna Rocchi Pullberg, Bernard Simeone, Marie-José Tramuta, Sabine Valici-Bosio, Danièle Valin, Jean-Claude Zancarini, Lagrasse, Verdier, 1997.

Gogol Nicolas, Les Âmes mortes, traduit du russe par Madeleine Eristov Gengis Khan et Boris de Schloezer, Paris, Éditions du Seuil/L’École des loisirs (L’école des lettres), 1992.

Le Journal d’un fou, suivi de Le Portrait et de La Perspective Nevsky, traduit du russe par Boris de Schloezer, Paris, EJL (Librio), 1996.

Gontard Marc éd., Le postmodernisme en France, vol. 23, n° 1 de Œuvres et critiques, 1998.

Gozzano Guido, Tutte le poesie, Giacinto Spagnoletti éd., Rome, Newton Compton Editori (Grandi Tascabili Economici), 1993.

I Colloqui. La via del rifiugio, Turin, Fogola, 2005.

Gramsci Antonio, Cahiers de prison, traduit de l’italien par Monique Aymard et Paolo Fulchignoni, puis Françoise Bouillot et Gérard Granel, puis Claude Perrus et Pierre Laroche, Paris, Gallimard (Bibliothèque de philosophie), 5 volumes, 1978-1996.

Textes, édition établie par André Tosel, traduit de l’italien par Jean Bramont, Gilbert Moget, Armand Monjo, François Ricci et André Tosel, Paris, Éditions sociales (Essentiel), 1983.

Guibet Lafaye Caroline, Esthétiques de la postmodernité, Centre Normes, Sociétés, Philosophies [en ligne], dernière modification le 24 septembre 2005 [URL : http://nosophi.univ-paris1.fr/docs/cgl_art.pdf]. Consulté le 15 février 2011.

Habermas Jürgen, « La modernité : un projet inachevé », traduit de l’allemand par Gérard Raulet, Critique, n° 413, octobre 1981, p. 950-969.

Hamon Philippe, « Clausules », Poétique, n° 24, 1975, p. 495-526.

Hegel Georg Wilhelm Friedrich, Phénoménologie de l’esprit, traduit de l’allemand et présenté par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Aubier (Bibliothèque philosophique), 1991.

Heimonet Jean-Michel, De la révolte à l’exercice. Essai sur l’hédonisme contemporain, Paris, Éditions du Félin (Philosophie), 1991.

Hollier Denis, « Le dispositif Hegel/Nietzsche dans la bibliothèque de Bataille », Hegel, n° 38 de L’Arc, 1969, p. 35-47.

Illich Ivan, Libérer l’avenir. Appel à une révolution des institutions, traduit de l’anglais par Gérard Durand, Paris, Éditions du Seuil (Points), 1985.

Une société sans école, traduit de l’anglais par Gérard Durand, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1997.

La convivialité, version française en collaboration avec Luce Giard et Vincent Bardet, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2003.

Kibédi Varga Âron, « Le récit postmoderne », Situation de la fiction, n° 77 de

Littérature, février 1990, p. 3-22.

Klinkenberg Jean-Marie, Des langues romanes. Introduction aux études de linguistique romane, Louvain-la-Neuve, Éditions Duculot (Champs linguistiques), 1994.

Klossowski Pierre, La monnaie vivante, avec des photographies de Pierre Zucca, Paris, Éric Losfeld, 1970. — La ressemblance, Marseille, Éditions Ryôan-ji, 1984.

— « Anthologie des écrits de Pierre Klossowski sur l’art », Pierre Klossowski, Paris, Éditions de la Différence/Centre national des arts plastiques, 1992.

Sade mon prochain, précédé de Le philosophe scélérat, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2002.

Kundera Milan, L’art du roman, Paris, Gallimard (Folio), 1995.

Lacan Jacques, Écrits I, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1966.

Écrits II, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1971.

Le séminaire. Livre XX, Encore. Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1999.

Lacoue-Labarthe Philippe et Nancy Jean-Luc, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Éditions du Seuil (Poétique), 1978.

Larroux Guy, Le mot de la fin. La clôture romanesque en question, Paris, Nathan (Le texte à l’œuvre), 1995.

Lasch Christopher, Culture de masse ou culture populaire ? traduit de l’américain par Frédéric Joly, Castelnau-le-Lez, Éditions Climats (Sisyphe), 2001.

Lefebvre Henri, La vie quotidienne dans le monde moderne, Paris, Gallimard (Idées), 1968.

Legendre Pierre, Dieu au miroir. Étude sur l’institution des images (Leçons III), Paris, Fayard, 1994.

La fabrique de l’homme occidental suivi de L’homme en meurtrier, Paris, Mille et une nuits/Arte Éditions, 1996.

Le crime du caporal Lortie. Traité sur le père (Leçons VIII), Flammarion (Champs), 2000.

Leiris Michel, L’homme sans honneur. Notes pour Le sacré dans la vie quotidienne, Paris, Éditions Jean-Michel Place (Les cahiers de Gradhiva), 1994.

Libera Alain de, Penser au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil (Chemins de pensée), 1991.

La philosophie médiévale, Paris, PUF (Premier cycle), 1993.

Lingua e dialetto nella tradizione letteraria italiana, actes du séminaire de Salerne, 5-6 novembre 1993, Centro Pio Rajna éd., Rome, Salerno Editrice (Publicazioni del Centro Pio Rajna. Sezione prima. Studi e saggi), 1996.

Lipovetsky Gilles, Le crépuscule du devoir. L’éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Paris, Gallimard (NRF essais), 1992.

L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1999.

Lipovetsky Gilles et Charles Sébastien, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset (Nouveau collège de philosophie), 2004.

Livi François, La littérature italienne contemporaine, Paris, PUF (Que sais-je ?), n° 1891, 1995.

Lorin Claude, L’inachevé. Peinture, sculpture, littérature, Paris, Grasset (Figures), 1984.

Lukács Georg, La théorie du roman, traduit de l’allemand par Jean Clairevoye, et suivi de Introduction aux premiers écrits de Georg Lukács par Lucien Goldmann, Paris, Gallimard (Tel), 2005.

Lyotard Jean-François, La condition post-moderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les Éditions de Minuit (Critique), 1979.

— « Réponse à la question : qu’est-ce que le postmoderne ? », Critique, n° 419, avril 1982, p. 357-367.

Le postmoderne expliqué aux enfants. Correspondance 1982-1985, Paris, Galilée (Débats), 1986.

Macciocchi Maria Antonietta, Pour Gramsci, Paris, Éditions du Seuil (Points), 1975.

Macciocchi Maria Antonietta dir., Éléments pour une analyse du fascisme, Paris, UGE (10/18), 2 volumes, 1976.

Maffesoli Michel, Éloge de la raison sensible, Paris, Grasset, 1996.

Mammarella Giuseppe, L’Italia contemporanea. 1943-1998, Bologne, Il Mulino (Le vie della civiltà), 1998.

Manacorda Giuliano, Letteratura e cultura del periodo fascista, Milan, Principato Editore (La ricerca storico-letteraria), 1974.

Storia della letteratura italiana contemporanea (1940-1996), Rome, Editori Riuniti (Nuova Biblioteca di cultura), 2 volumes, 1996.

Le manuscrit inachevé. Écriture, création, communication, Paris, CNRS Éditions (Textes et manuscrits), 1986.

Marcuse Herbert, Éros et civilisation. Contribution à Freud, traduit de l’anglais par Jean-Guy Nény et Boris Fraenkel, Paris, Les Éditions de Minuit (Arguments), 1963.

L’homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, traduit de l’anglais par Monique Wittig et l’auteur, Paris, Les Éditions de Minuit (Arguments), 1968.

Marker Chris, Le Fond de l’air est rouge, 1977/1993, Centre national de la cinématographie/Images de la culture, DVD, 2008.

Marmande Francis, « Une idéologie de combat ou l’erreur nécessaire : le Collège de sociologie », Chemin de ronde, vol. 3, 1er trimestre 1983, non paginé.

Georges Bataille politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985. — L’indifférence des ruines. Variations sur l’écriture du Bleu du ciel, Marseille, Éditions Parenthèses (Chemin de ronde), 1985.

— « Écritures de la transgression. Transgression des formes depuis Ubu Roi (1896) », Lignes, n° 36, 1999, p. 6-37.

Maubon Catherine, Michel Leiris en marge de l’autobiographie, Paris, Librairie José Corti, 1994.

Mauss Marcel, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF (Quadrige), 2004, p. 145-284.

Mengaldo Pier Vincenzo, Poeti italiani del novecento, Milan, Mondadori (I Meridiani), 1978.

Milza Pierre et Berstein Serge, Le fascisme italien. 1919-1945, Paris, Éditions du Seuil (Points. Histoire), 1997.

Minière Claude, Traité du scandale, Pertuis, Rouge profond (Stanze), 2005.

Moles Abraham, Psychologie du kitsch. L’art du bonheur, Paris, Denoël/Gonthier (Médiations), 1971.

Morante Elsa, Petit manifeste des communistes (sans classe ni parti), traduit de l’italien par Martin Rueff, Paris, Éditions Payot & Rivages (Rivages poche. Petite bibliothèque), 2005.

Negri Toni, Italie rouge et noire. Journal. Février 1983-novembre 1983, traduit de l’italien par Yann Moulier, Paris, Hachette, 1985.

Exil, traduit de l’italien par François Rosso et Anne Querrien, postface de Giorgio Agamben, Paris, Mille et une nuits (Les petits libres), 1998.

Nietzsche Friedrich, Par-delà le bien et le mal. Prélude d’une philosophie de l’avenir, traduit de l’allemand par Henri Albert, Paris, Mercure de France, 1963.

Noguez Dominique, Le cinéma, autrement, Paris, UGE (10/18 – Esthétique), 1977.

Novalis, Le brouillon général, traduit de l’allemand et annoté par Olivier Schefer, précédé de Encyclopédie et combinatoire, Paris, Allia, 2000.

Olender Maurice, « Aspects de Baubô. Textes et contextes antiques », Revue de l’histoire des religions, vol. 202, n° 1, janvier-mars 1985, p. 3-55.

Papaioannou Kostas, Hegel, Paris, Presses pocket (Agora), 1987.

Pasi Carlo, La comunicazione crudele. Da Baudelaire a Beckett, Turin, Bollati Boringhieri (Saggi), 1998.

Persichetti Paolo et Scalzone Oreste, La révolution et l’État. Insurrections et “contre-insurrection” dans l’Italie de l’après-68 : la démocratie pénale, l’état d’urgence, traduit de l’italien par Françoise Liffran et al, Paris, Dagorno, 2000.

Pétrone, Satiricon, traduit du latin par Pierre Grimal, Paris, LGF (Livre de poche), 1960.

Picard Charles, « L’épisode de Baubô dans les mystères d’Éleusis », Revue de l’histoire des religions, vol. 95, 1927, p. 220-255.

Pirandello Luigi, Un, personne, cent mille [1926], traduit de l’italien par Louise Servicen, Paris, Gallimard (L’Imaginaire), 1982.

Porsia Enrico, « Italie : quand “la gauche” se fait hara-kiri, la droite musclée débarque », Amnistia. net, 18 avril 2000 [en ligne, URL : www.amnistia.net/news/articles/itaregio/itaregio.htm]. Consulté le 15 février 2011.

Pound Ezra, ABC de la lecture, traduit de l’américain par Denis Roche, Paris, Éditions de l’Herne, 1966.

Propp Vladimir, Morphologie du conte, suivi de Les transformations des contes merveilleux, et de Evguéni Mélétinski, L’étude structurale et typologique du conte, traduit du russe par Marguerite Derrida, Tzvetan Todorov et Claude Kahn, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2001.

Quignard Pascal, Le sexe et l’effroi, Paris, Gallimard, 1994.

Reich Wilhelm, Le meurtre du Christ. La peste émotionnelle chez l’homme, traduit de l’américain par Pierre Kamnitzer, Paris, Éditions Champ libre, 1971.

La psychologie de masse du fascisme, traduit de l’américain par Pierre Kamnitzer, Paris, Payot (Petite bibliothèque Payot), 2001.

La resistibile ascesa della P2. Poteri occulti e stato democratico, Bari, De Donato Edizioni (Dissensi), 1983.

Ripert Émile, Le Félibrige, 3e édition revue et augmentée, Paris, Armand Colin, 1948.

Risset Jacqueline, Dante écrivain ou l’intelletto d’amore, Paris, Éditions du Seuil (Fiction et Cie), 1982.

Rosset Clément, Le réel et son double. Essai sur l’illusion, Paris, Gallimard (Folio Essais), 1997.

Sade Donatien Alphonse François de, Les 120 journées de Sodome ou l’école du libertinage, Paris, UGE (10/18 – Domaine français), 1993.

La philosophie dans le boudoir ou les instituteurs immoraux, Paris, UGE (10/18 – Domaine français), 1999.

Sarraute Nathalie, L’ère du soupçon. Essais sur le roman, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1987.

Sartre Jean-Paul, « Plaidoyer pour les intellectuels », Situations VIII, Paris, Gallimard, 1972, p. 375-455.

Sofri Adriano dir., Il malore attivo dell’anarchico Pinelli. La sentenza del 1975 che chiuse l’istruttoria sulla morte del ferroviere Pino Pinelli, che entrò innocente in un ufficio al quarto piano della Questura di Milano, e ne uscì dalla finestra, il 15 dicembre 1969, Palerme, Sellerio Editore (Fine Secolo), 1996 (accompagné d’une cassette vidéo).

Sollers Philippe, Improvisations, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1991.

Théorie des exceptions, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1993.

La Divine Comédie. Entretiens avec Benoît Chantre, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.

L’écriture ou l’expérience des limites, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2001.

Steiner George, Dans le château de Barbe-Bleue. Notes pour une redéfinition de la culture, Paris, Gallimard (Folio. Essais), 1986.

Sterne Laurence, La Vie et les Opinions de Tristram Shandy, traduit de l’anglais par Guy Jouvet, Auch, Éditions Tristram, 1998.

Surya Michel, De la domination. Le capital, la transparence et les affaires, Tours, Farrago, 1999.

Susini-Anastopoulos Françoise, L’écriture fragmentaire. Définition et enjeux, Paris, PUF (Écriture), 1997.

Tabucchi Antonio, La gastrite de Platon, traduit de l’italien par Bernard Comment, Paris, Mille et une nuits, 1997.

Tel Quel, Théorie d’ensemble. Choix, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1980.

Todorov Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Éditions du Seuil (Poétique), 1970.

Poétique de la prose (choix), suivi de Nouvelles recherches sur le récit, Paris, Éditions du Seuil (Points), 1980.

Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine, traduit du russe par George Philippenko avec la collaboration de Monique Canto, Paris, Éditions du Seuil (Poétique), 1981.

Théories du symbole, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 1985.

Todorov Tzvetan éd., Théorie de la littérature. Textes des formalistes russes, traduit du russe par Tzvetan Todorov, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2001.

Tronti Mario, La politica al tramonto, Turin, Einaudi, 1998.

Vattimo Gianni, La fin de la modernité. Nihilisme et herméneutique dans la culture post-moderne, traduit de l’italien par Charles Alunni, Paris, Éditions du Seuil (L’ordre philosophique), 1987.

Vittorini Elio, L’œillet rouge, traduit de l’italien par Michel Arnaud, Paris, Gallimard (Du monde entier), 1950.

Zima Pierre V., L’ambivalence romanesque. Proust, Kafka, Musil, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales), 2002.

Zumthor Paul, Essai de poétique médiévale, Paris, Éditions du Seuil (Points. Essais), 2000.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search