Version classiqueVersion mobile

Pétrole de Pasolini. Le poème du retour

 | 
Valérie Nigdélian-Fabre

Annexe II. Transcription graphique de la construction de Pétrole

Texte intégral

1Première étape : le choix de sept graphèmes représentant les catégories les plus significatives. D’une trame romanesque dédoublée par la dissociation des personnages, nous retiendrons ainsi deux signes, dont la répartition nous permettra de repérer les balancements du texte de l’un (Carlo : A) à l’autre (Karl : B). Sont également distinguées les digressions dites « fictionnelles » (C), soit parallèles à la narration principale, et les digressions dites « personnelles » (D), soit les réflexions diverses (d’ordre politique, sociologique, historique ou personnel) dont Pasolini nourrit le texte – les notes de type proprement métalinguistique (E) en étant isolées. Les rêves et visions font l’objet d’une signalisation à part (F), ainsi que les notes de travail non numérotées (G).

2Je reprends la légende :

3– Trame romanesque : Carlo I

4B – Trame romanesque : Carlo II

5C – Digressions fictionnelles

6D – Digressions personnelles de l’auteur

7E – Notes métalinguistiques (présentation philologique du projet)

8F – Rêves, visions

9G – Notes de travail (fiches)

10Cela donne, pour la première partie (p. 19-174) :

11 ? AAAAECCAABGGEEBBCCBBBBBBBBBFBECGACCCCCCCCCCCCG ED ? CAGFFFFFFFFFFFFFEE

12Où l’on voit très bien l’ancrage indiscutable dans le cadre fictionnel, le basculement encore net entre Carlo et Karl, prétexte à la narration, ainsi que l’éclatement croissant du récit par le biais des digressions, la première série de C représentant la description de l’» empire des Troya », la seconde correspondant à la description poétique du voyage de Carlo en Orient, soit l’Argonautique de Pasolini. On constate que le texte se répartit en d’assez longues séries de notes – le rythme digressif et interruptif étant encore relativement paisible.

13Puis pour la deuxième partie du poème qui, en réalité, est la véritable première partie, comme l’écrit Pasolini (p. 175-485) :

14GCGCCGGGEE (A/B) BBBB (B/C) ?(B/C) AGBAAAAAADGAFFDA-DAAACCCAAAEAAFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFEGDBBDG ? A CCCCCCCCEGGGAG

15Ici, la représentation graphique manifeste clairement la dissolution de toute ligne directrice. Hormis le long épisode de la Vision du Merde (série des F) qui apparaît d’ailleurs comme le cœur de cette partie, la narration éclate littéralement et semble emprunter le schéma de l’errance et de l’incertitude, avec une accélération de l’entrecroisement des registres.

16Et enfin, pour le deuxième bloc politique (p. 489-569) :

17EGGAAGECCCGAFFFFFFFGFFFFFFAAAAACCCCGAAAEAAGG

18Là, on constate sans mal que la claudication précédente se résout en un resserrement vers la trame narrative originelle : les séries de notes « Les Godoari » et « La nouvelle banlieue » – post-bombe en gare de Turin je le rappelle – ramènent le texte vers Carlo, en préambule de l’illumination finale.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search