Version classiqueVersion mobile

Pétrole de Pasolini. Le poème du retour

 | 
Valérie Nigdélian-Fabre

Troisième partie. Un objet-limite

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Voir P. P. Pasolini, « Leonardo Sciascia, Todo modo », Descriptions de descriptions, p. 264.
  • 2 Voir à ce sujet l’article fondamental de M. Galletti, « Le monstre souterrain. Georges Bataille dan (...)
  • 3 Bataille y collabora de 1950 à 1958.

1Sans surprise, ces pages ultimes seront placées sous le double signe de Maurice Blanchot et de Georges Bataille, tous deux penseurs de la limite, à la fois dépassement et origine de l’écriture, dans l’ascèse philosophique ou l’excès de la chair destiné à élargir, jusqu’à son point de consumation, la conscience humaine. Pasolini les évoque peu dans ses écrits – sinon le « très beau Lautréamont et Sade »1. De la lecture de Bataille, aucune trace explicite, on le disait, dans les nombreux textes critiques de Pasolini. On peut néanmoins affirmer que l’intellectuel italien ne put échapper à la large réflexion que l’œuvre de Bataille suscita en Italie dès les années 19502 grâce à Giorgio Bassani, qui ouvrit la revue Botteghe oscure à l’auteur de L’Érotisme3, ainsi qu’aux analyses de Carlo Bo qui, dès 1946 dans Il Politecnico, attira l’attention sur l’importance du renouvellement produit dans la littérature française par l’expérience radicale de la pensée de Bataille. Dès la fin des années 1960, Bataille irradie le champ littéraire, philosophique et politique italien, par les commentaires qu’il génère dans ces espaces de réflexion centraux qu’étaient les revues Paragone de Roberto Longhi, Raggionamenti de Franco Fortini ou Nuovi Argomenti d’Alberto Moravia et Alberto Carocci, auxquelles participa également Pasolini. On sait par ailleurs, par le témoignage d’Attilio Bertolucci, que la lecture de Ma mère notamment eut un impact profond et violent sur Pasolini. Et il est indéniable qu’une parenté, peut-être même une fraternité, lie ces deux penseurs de l’érotisme et du sacré, dans une commune fascination pour l’impossible continuité.

  • 4 Le fascinus latin, c’est le phallos grec que les fresques de la chambre des mystères de Bacchus (Po (...)

2Parce qu’il tente avec Pétrole d’approcher cet impossible, Pasolini produit une forme saisie et saisissante, fascinée et fascinante, qui provoque chez le lecteur un mouvement contradictoire d’attraction et de répulsion et qui oblige l’auteur à un déport : toute représentation directe est en effet interdite à ce qui se présente toujours voilé, à ce que le regard ne peut appréhender que latéralement4. C’est ainsi que par cet objet étrange, auteur et lecteur pourront faire l’expérience de ce qui ne cesse de s’arracher à la nuit, pris dans le triple mouvement opéré par le texte : abaissement et écart, voilement et dévoilement, plongée médusée et médusante dans le sans nom. Et cela passe d’abord par l’exploration de territoires traditionnellement interdits à l’écriture (romanesque). On évoquait plus haut l’hétérogénéité de l’écriture pasolinienne, convoquant différents genres, différentes disciplines : ici, on quittera la sphère esthétique – on passera sur l’autre rive pour atteindre l’autre de la fiction, soit le document. Le caractère journalistique de l’écriture, la recherche d’une efficacité et d’une prise sur son temps, voilà ce par quoi Pasolini transgresse les frontières esthétiques, en quête d’ailleurs, d’« infra », d’impossible. Cet impossible bataillien constituant évidemment l’un des emblèmes potentiels du texte, l’inscrivant dans une quête fascinée pour le rétablissement, même temporaire, d’une continuité, c’est ensuite par la lacération de soi (corps propre et écriture), par la soumission au principe de dépense, que la rencontre avec l’Autre pourra être jouée. Jouée, c’est-à-dire représentée – c’est-à-dire barrée, rendue inaccessible par sa traduction dans le langage.

Notes

1 Voir P. P. Pasolini, « Leonardo Sciascia, Todo modo », Descriptions de descriptions, p. 264.

2 Voir à ce sujet l’article fondamental de M. Galletti, « Le monstre souterrain. Georges Bataille dans la culture italienne ».

3 Bataille y collabora de 1950 à 1958.

4 Le fascinus latin, c’est le phallos grec que les fresques de la chambre des mystères de Bacchus (Pompéi, Villa des vignerons) présentifient voilé, objet de regards toujours obliques. Voir P. Quignard, Le sexe et l’effroi, p. 284-304.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search