Version classiqueVersion mobile

Pétrole de Pasolini. Le poème du retour

 | 
Valérie Nigdélian-Fabre

Deuxième partie. Figurer, défigurer. L'écriture, le monde

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 . P. P. Pasolini, Pétrole, p. 82.
  • 2 . Que Pasolini rencontra à Budapest en janvier 1965 lors de la présentation de L’Évangile selon sai (...)
  • 3 . M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, p. 19.

1Après que Karl eut accompli jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à l’inceste avec la mère, son voyage de retour, mais avant qu’il ne réitère sa geste blasphématoire à l’encontre de sa grand-mère, il observe, tapi dans l’ombre, ses trois sœurs, sa grand-mère et Viola, la fille de la bonne, qui, « avec des voix mystérieuses |indéchiffrables| »1, ont entre elles « des paroles banales et incompréhensibles » (p. 83). Ces femmes, pourtant figures familières, sont ainsi érigées en vestales d’un monde absolument étranger, aux règles illisibles. La perception de Karl en est troublée, ses repères totalement brouillés : seule la réalisation très codifiée, quasi rituelle, de ses fantasmes, permettra d’apposer son empreinte sur le monde, de lui imposer une certaine lisibilité. C’est à l’inverse du choix de l’écrivain : face à un environnement disloqué par les bouleversements sociaux, économiques, anthropologiques, face à la laideur inéluctablement promise, pas de refuge, pas de littérature réconfort. Au contraire, le choix radical de s’enfoncer toujours plus profond dans le miroir ; le choix du réalisme, mais non plus de la cohérence, de l’unité, de l’harmonie : l’inachèvement, la fragmentation, la déchirure – le choix de l’authenticité. Mettant au cœur de son œuvre un homme et un monde proprement problématiques, pour reprendre l’expression de Georg Lukács2, Pasolini s’affronte à la dislocation de la forme. Dans la lignée de la critique marxiste du champ culturel, Pasolini développe en effet dans le projet Pétrole le modèle bakhtinien du roman, soit justement « un anti-genre, toujours inachevé, qui se développe sur les ruines des genres clos, “monologiques”, dogmatiques, officiels, et se nourrit de leur substance »3. Mais plus encore qu’à la crise du roman, c’est à celle de la représentation que Pétrole fait face. Avec la fin de la vulgate qui établissait une équivalence entre le réel et le cohérent, le procès représentatif sort du domaine de l’endoxal et du consensuel : la mimésis traditionnelle devient impossible. Le nouveau modèle ? Le paradoxal, soit le réel dans son inachèvement fondamental, le réel comme structure dionysiaque – éparpillée, violente, féconde.

2En d’autres temps déjà, temps tragiques, temps déchirés, Adorno écrivait que seul un art déchiré était possible. C’est tout le paradoxe de Pétrole de s’inscrire dans cette critique de la création comme forme close et parfaite, tout en tendant avec rage et désespoir à l’élaboration à la fois patiente, maniaque et panique d’une totalité

Notes

1 . P. P. Pasolini, Pétrole, p. 82.

2 . Que Pasolini rencontra à Budapest en janvier 1965 lors de la présentation de L’Évangile selon saint Matthieu. C’est à lui que j’emprunte cette distinction fondamentale entre réalisme (conventionnel) et authenticité. Voir G. Lukács, La théorie du roman.

3 . M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, p. 19.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search