Version classiqueVersion mobile

La grammaire nationale selon Damourette et Pichon (1911-1939)

 | 
Valelia Muni Toke

Conclusion

Texte intégral

1L’Essai de grammaire de la langue française, et plus largement la réflexion linguistique de Damourette et Pichon, résistent à bien des égards à l’analyse, tant ils mettent en jeu des influences et des cadres théoriques différents, voire divergents. Les affrontements théoriques dont Damourette et Pichon font la synthèse, au prix parfois de la cohérence scientifique de leur travail, ne concernent pas seulement des champs disciplinaires ou des idées radicalement incompatibles : au-delà de l’improbable alliance entre psychanalyse et maurrassisme, il faut par exemple considérer l’extrême complexité des apports conjoints, mais parfois antagonistes, de la psychanalyse et de la psychologie. Pour l’épistémologie de la linguistique, l’intérêt du travail de Damourette et Pichon est donc qu’il se situe clairement dans « la querelle des sciences humaines qui n’a pas cessé pendant tout [le xxe] siècle : herméneutique contre positivisme, philosophie du sujet contre structuralisme, individualisme méthodologique contre holisme du mental » (Descombes, 1995, p. 11). La place institutionnelle, marginale, de Damourette et Pichon, joue alors de façon contrastée : si elle leur attire des critiques en linguistique, elle a de moindres conséquences dès lors qu’ils collaborent avec d’autres disciplines, en particulier précisément avec la psychanalyse, puisque Pichon en est un représentant officiel. Ainsi, c’est plus précisément en linguistique que, délégitimés par manque d’identité institutionnelle, Damourette et Pichon n’auront de cesse de légitimer leur discours sur le français par leur identité française : leur engagement maurrassien est donc plus qu’une simple lubie nationaliste, il est le cœur même de leur investigation grammaticale, et en constitue un choix aux conséquences épistémologiques profondes.

  • 1 C’est la réflexion sur l’ordre des mots qui conduit à ce tournant. Voir Delesalle (1980), article s (...)

2J’ai ici cherché à montrer que la figure du locuteur pouvait servir, dans cette perspective, de point d’appui à une analyse globale du travail de Damourette et Pichon. Cette mise au centre, dans leur grammaire, de la figure du locuteur, qui n’est finalement qu’un résultat du tournant pris par la linguistique avec la prise en compte du sujet parlant1, s’inscrit dans un cadre nationaliste : dès lors, c’est avant tout d’identité linguistique qu’il est question, et, sur le plan épistémologique, d’une légitimation du discours métalinguistique par l’identité nationale.

3L’épilinguistique, tel qu’il est conceptualisé par Culioli (1990, p. 41), renvoie à une « activité métalinguistique non-consciente » : le « sentiment linguistique » de Damourette et Pichon dépasse cette conceptualisation, neutre du point de vue descriptif puisqu’elle constate simplement la possibilité, pour tout locuteur, d’avoir une activité intérieure – non visible, et qu’on pourrait sans doute, si l’on souhaitait vraiment la raccrocher à une activité discursive, mettre du côté de l’endophasie. Ainsi, dans l’Essai de grammaire de la langue française, le locuteur est un grammairien-né : il est un locuteur natif, né dans une langue – un idiome national est sa langue maternelle. Et c’est ce déterminisme, social, biologique, psychique, qui construit son identité, laquelle est la garantie de sa compétence métalinguistique. Or, c’est précisément cette série d’assimilations que dénonce Culioli :

[…] il est assez difficile de lutter contre [le danger] de se croire linguiste parce qu’on est locuteur, d’où un recours mal réglé à l’intuition, qu’elle soit d’origine herméneutique ou phénoménologique […]. (Culioli, 1990, p. 45)

  • 2 La filiation avec grammaire générale reste une piste importante dans l’analyse de la grammaire de D (...)

4On rejoint donc les débats autour de l’expert qu’est le locuteur natif chomskyen, en tant que détenteur d’une compétence, laquelle conditionne une certaine performance : d’intuitions primaires (celles du locuteur natif) en intuitions secondaires (celles du grammairien), on assiste à l’émergence d’une grammaire, et le sentiment linguistique du sujet parlant reste au cœur du processus de son élaboration. Toute l’originalité de la grammaire de Damourette et Pichon tient à cette tentative d’articulation entre épilinguistique et métalinguistique : on comprend pourquoi la question herméneutique leur tient à cœur, et pourquoi également ils citent dès les pages liminaires de leur ouvrage la grammaire de Port-Royal2, mettant dès lors en avant la différence entre « science » (le métalinguistique) et « coustume » (l’épilinguistique en tant qu’il est inconscient) :

Si la parole est un des plus grands avantages de l’homme, ce ne doit pas être une chose méprisable de posséder cet avantage avec toute la perfection qui convient à l’homme ; qui est de n’en avoir pas seulement l’usage, mais d’en pénétrer aussi les raisons, et de faire par science, ce que les autres font seulement par coustume.

5La suite du raisonnement, on l’a vu, martèle l’idée que l’identité du grammairien est primordiale dans ce processus d’élaboration métalinguistique :

Dès lors, il nous semble à peu près indispensable que le grammairien possède en lui-même les éléments inconscients sur lesquels il va projeter la lumière. Il va sans dire qu’il devra demander aux paroles de ses compatriotes et aux textes de la littérature nationale le matériel objectif sur lequel il travaillera. Mais ces locuteurs, ces écrivains auront précisément pensé dans son idiome même, et c’est dans les ressources intuitives de sa connaissance naturelle de cet idiome que son intelligence trouvera, au moins en grande partie, les éléments de la construction synthétique consciente à laquelle il devra aboutir. (I, § 5, p. 13)

6Opposé ici à « écrivain », « locuteur » semble fonctionner à la fois comme l’équivalent de « témoin oral » et de « sujet parlant ordinaire » : le grammairien en tout cas est lui-même un de ces locuteurs, un de ces « compatriotes » producteurs de discours, et il construira le sien propre dans un savant mélange d’« intelligence » (la part consciente de l’élaboration métalinguistique) et de « ressources intuitives » permises par la « connaissance naturelle » qu’il a de la langue qu’il étudie, à savoir sa langue maternelle. C’est, comme on a essayé de le montrer, dans ce naturalisme explicite que réside un des problèmes idéologiques et épistémologiques de l’Essai de grammaire de la langue française : oscillant perpétuellement entre étiologie biologique et sociologique (au sens de culturellement construite), Damourette et Pichon versent parfois dans le fantasme (une ascendance protestante teinte le discours d’« helvétismes ») et restent pourtant lucides quant à la réalité de l’acquisition et de la transmission du langage (la « mnémonique héréditaire » n’est pas un fait scientifique). Partant, les catégoriser comme « conservateurs », voire comme « fous du langage », reste un étiquetage provisoire et jamais satisfaisant : leur pensée, pour être unifiée par leur obsession de la défense de l’identité nationale, reste complexe et possède même parfois une valeur scientifique qui mérite reconnaissance.

7C’est la raison pour laquelle j’ai suggéré ici que leur théorie de l’énonciation, particulièrement travaillée dans leur grammaire, est sans doute injustement mise au ban des manuels d’initiation à la linguistique : si Benveniste reste bien la figure la plus marquante, notamment parce qu’il a publié des articles de synthèse qui ont permis une diffusion efficace du paradigme énonciatif, il n’est pas le seul, loin de là, à proposer une réflexion stimulante sur l’énonciation, laquelle est distribuée, dès le début du xxe siècle, dans des travaux divers dont la complexité ne peut être réduite (Valette, 2006). L’intérêt de la théorie de l’énonciation de Damourette et Pichon est qu’elle s’articule directement à une perspective sociolinguistique ; les locuteurs sont savamment classifiés, leurs usages divers répertoriés et analysés.

8Certes, si la théorie énonciative de Damourette et Pichon convainc sans détours, cette classification sociolinguistique en revanche est à dénoncer, tant pour la faiblesse de sa scientificité que pour les préjugés discriminatoires dont elle se fait consciemment l’écho – que l’on pense par exemple à la place faite à l’identité religieuse des locuteurs. À mon sens, ceci constitue justement une excellente raison de l’inclure elle aussi dans l’enseignement de l’histoire de la discipline, aux côtés de Benveniste : la linguistique actuelle doit connaître cet héritage et disposer des moyens de le critiquer. L’oublier au motif que Damourette et Pichon n’auraient fait que reproduire un « nationalisme d’époque » n’est pas une position qui me semble défendable. De même que tous les linguistes n’étaient pas du bord politique de Damourette et Pichon dans l’entre-deux guerres (j’ai cité ici le cas de Leo Spitzer par exemple), la linguistique actuelle elle-même n’est pas forcément exempte d’influences politiques et idéologiques diverses. Il serait bien déraisonnable de se situer dans une perspective historique de progrès permanent, qui verrait dans les œuvres du passé des textes préscientifiques que la science actuelle aurait déjà effacés.

9Le point de vue politique de Damourette et Pichon, je l’ai dit, n’est pas un simple détail biographique : il est pleinement théorique, puisqu’il fonde en particulier l’ensemble de leur conceptualisation du locuteur. Ces auteurs doivent donc à mon sens être lus dans toute leur complexité - à la fois comme des grammairiens ayant à la fois produit un travail de description linguistique remarquable pour le degré de détail de ses analyses, et comme des militants politiques qui ont avant tout visé à la défense d’une identité nationale qu’ils pensaient entièrement construite par la langue. Ainsi, l’Essai de grammaire de la langue française est sans doute la première grammaire du français à avoir pleinement intégré dans sa réflexion les exemples oraux et à avoir soutenu que la description linguistique devrait pouvoir rendre compte de tous les énoncés attestés sans écarter les scories du discours. Paradoxalement, ce même Essai promeut une vision essentialiste et naturalisée de l’identité linguistique du locuteur : cette conceptualisation est de ce fait un échec scientifique. Elle décrit de façon fixiste et déterministe la socialisation des locuteurs, lesquels sont finalement réduits à leur lieu et milieu de naissance ; puis, prise dans l’illusion que le monolinguisme serait et devrait être la norme, elle ignore également qu’identité nationale et identité linguistique ne sont pas superposables. Pourtant, j’y insiste, il serait trop simple de la balayer d’un revers de la main au motif que la science actuelle l’aurait mise en échec : l’histoire de la discipline linguistique permet de nourrir et d’informer la critique réflexive des conceptualisations actuelles des locuteurs et des communautés linguistiques, pour l’ensemble des sciences humaines et sociales.

Notes

1 C’est la réflexion sur l’ordre des mots qui conduit à ce tournant. Voir Delesalle (1980), article signalé notamment par Chiss et Puech (1997).

2 La filiation avec grammaire générale reste une piste importante dans l’analyse de la grammaire de Damourette et Pichon. C’est plus particulièrement à propos des temps verbaux qu’elle a été envisagée jusqu’à présent : voir par exemple Portine (1996), qui montre comment Damourette et Pichon se saisissent de la description beauzéenne du futur antérieur, description exceptionnellement fine (qui dénie au futur antérieur la valeur de futur antérieur à un événement futur), mais qui reste peu reprise par les grammaires contemporaines ; voir également Fournier (2005).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search