Version classiqueVersion mobile

La grammaire nationale selon Damourette et Pichon (1911-1939)

 | 
Valelia Muni Toke

Chapitre 2

Le locuteur : du sujet du roi au sujet de l’énonciation

Texte intégral

  • 1 Voir Pohl (1982-1983, p. 24) et Trésor de la langue française (1985), article « Locuteur ». Marouze (...)
  • 2 Voir Charaudeau et Maingueneau (2002), article « Locuteur ».

1Damourette et Pichon sont, vraisemblablement autour de 1911 si on part de la date de début de rédaction de l’Essai de grammaire de la langue française, les inventeurs du terme locuteur1. Deux versants sont à distinguer dans leur construction conceptuelle du locuteur : le premier est de nature psychosociale, le second renvoie à l’identité discursive2.

Le locuteur de l’idiome national

Un projet de « grammaire nationale »

  • 3 Voir le titre du paragraphe 7 donné par le sommaire, I, p. 12.

2Si Damourette et Pichon affirment vouloir rédiger une grammaire nationale3, ils ne sont pas les inventeurs de l’expression. Ils se distinguent en particulier de la Grammaire nationale publiée en 1834 par les Bescherelle et Litais de Gaux, et dont le titre complet est :

Grammaire nationale ou Grammaire de Voltaire, de Bossuet, de Fénelon, de J.-J. Rousseau, de Buffon, de Bernardin de Saint-Pierre, de Chateaubriand, de Casimir Delavigne, et tous les écrivains les plus distingués de la France ; renfermant plus de cent mille exemples qui servent à fonder les règles, et forment comme une espèce de panorama où se déroule notre langue telle que la Nation l’a faite, telle qu’elle doit la parler ; ouvrage éminemment classique, destiné à dévoiler le mécanisme et le génie de la langue française.

3Ce titre est construit de telle sorte que la coordination par « ou » fait de « nationale » l’équivalent de « Bossuet, de Fénelon ». En d’autres termes, certains écrivains, légitimes, constituent le patrimoine national (« nos grands écrivains ») par opposition au regrettable « esprit déréglé de quelques écrivains », qui constitue le contre-modèle. La nation est donc avant tout un patrimoine, littéraire en l’occurrence. Cette assimilation est sous-tendue par deux présupposés :

  1. Une nation est une langue. Cette première équivalence se prolonge métonymiquement : une nation apparaît, se matérialise dans le résultat des utilisations de cette langue. Cette vision est également celle de Damourette et Pichon.

  2. La langue est utilisée de façon optimale par les écrivains : la langue la plus « vraie » est celle des littérateurs. Le grammairien limite donc son champ d’étude à cette expression la plus pure de la langue nationale.

4C’est sur ce second point que Damourette et Pichon se distinguent : certes, ils hiérarchisent les usages qui sont faits de la langue française, mais ils utilisent pour cela des critères sociologiques sans rapport avec le genre textuel. La très grande variété de leurs exemples, on l’a vu, permet d’affirmer qu’il ne donnent pas à la littérature le statut de modèle. Leur conception de la pureté de la langue est autre : la bourgeoisie francienne, catégorie de référence, contiendrait les locuteurs dont le discours refléterait l’utilisation optimale des possibilités offertes par l’idiome français. Dès lors, on voit qu’on a finalement affaire à un simple glissement de la conception de la norme : non plus littéraire mais bourgeoise, elle reste déterminante dans l’évaluation de la grammaticalité des exemples. Pour autant, la réelle prise en compte de la variation par Damourette et Pichon leur conserve une place légitime au sein des grammaires descriptives et non prescriptives.

5La définition de l’identité nationale dans l’Essai de grammaire de la langue française est donc corrélée à la question de la langue :

Si la ressemblance formelle entre idiomes n’a pas autant de valeur qu’on le pensait autrefois, l’identité de langue a par contre une valeur psychologique et sociale sans pareille. En effet, si l’on adopte les vues que nous avons émises dans les §§ précédents, on devra penser que les hommes parlant la même langue au sens que nous accordons à ce mot sont sensiblement de même race ; ils ont les mêmes traditions, les mêmes conceptions sémantiques, la même littérature, la même science. C’est ce groupe, et ce groupe seul, qui mérite, par conséquent, le nom de nation et la nation ainsi définie représente bien l’unité d’où doit partir la classification la moins arbitraire du genre humain. L’importance extrême de la nationalité ainsi comprise, importance qui repose sur une foule de faits non point imaginaires et muables, mais réels et constants, en fait, dans les grands pays de l’Europe occidentale, le principal support de l’idée de patrie dans ce qu’elle peut avoir de plus noble et de plus solide. (I, § 14, p. 22)

6Le rappel discret du comparatisme comme méthode désormais passée est donc appuyé par la mention d’une approche qui se veut moderne : l’identité nationale linguistique est appréhendée comme objet psychique (« conceptions sémantiques ») et social (« traditions »). Ainsi, l’identité nationale serait fondée sur une « foule de faits non […] imaginaires et [im]muables » : le premier souci de Damourette et Pichon est donc de donner une assise solide à une notion pour le moins difficile à définir. Le caractère non imaginaire des faits relevés, à savoir les manifestations de la culture (« traditions », « littérature », « science »), est assez peu discutable ; en revanche, le critère d’immuabilité paraît tout à fait douteux. Il est néanmoins cohérent avec le reste de la réflexion de Damourette et Pichon : on retrouve ici l’idée de la stabilité du génie national, insensible au temps. La place de la « race » est quant à elle difficile à définir ; on ne sait s’il s’agit d’une information supplémentaire, qui commence la liste dressée à sa suite, ou au contraire d’une sorte d’hyperonyme : la race se définirait par les manifestations culturelles des groupes qui lui sont attachés. Le fait que le raisonnement aboutisse à l’idée que la nation est « la classification la moins arbitraire du genre humain » donne de toute façon à la race une position secondaire. C’est en effet la langue, et non une hérédité biologique, qui fédère la nation, puisqu’elle sous-tend la culture du groupe national.

7Ce texte présente donc deux points problématiques pour la définition de l’identité nationale linguistique : la nécessité de poser l’immuabilité des éléments identitaires du groupe national, et donc de penser les modalités de la transmission de l’identité nationale.

  • 4 Lauwers (2004, p. 592) relève que le « rapport avec l’idée humboldtienne de l’innere Sprachform est (...)

8La définition de la nation comme communauté linguistique par Damourette et Pichon repose sur l’idée humboldtienne4 de la constitution précoce d’un génie national et d’une stabilité de ce dernier. L’idée d’une structure taxiématique sous-jacente à l’idiome est en effet proche de ce que Humboldt désigne par l’expression Innere Sprachform. Cependant, poser que la nation équivaut à une communauté culturelle ne suffit pas : il est nécessaire de régler le problème de ses frontières, puisque communautés linguistique et géographique doivent coïncider. La langue reste ainsi pour Pichon l’élément identitaire par excellence, le terrain sur lequel emporter une bataille géographique hasardeuse. L’exemple de l’Alsace-Lorraine est de ce point de vue particulièrement représentatif :

Il importe que tous ceux en Alsace qui aiment la France luttent de toute leur âme pour la propagation de la langue nationale. (Pichon, 1945, p. 236)

9Ces lignes sont tirées d’un article écrit en 1938, « La question linguistique en Alsace-Lorraine », et qui constitue la seconde partie de « Langues de culture, dialectes et patois » (Pichon, 1941). Il n’est pas jugé publiable en période d’Occupation par la rédaction du Français moderne et ne paraît qu’en 1945. La tension qui caractérise les relations franco-allemandes est perceptible dans bien des écrits de nos auteurs. Par exemple, dans l’Essai de grammaire de la langue française, Damourette et Pichon affirment :

Ce qui transparaît à travers les vocables allemands [chenapan, loustic par exemple] empruntés par notre langue, ce dont l’image les imprègne constamment, ce sont les Allemands tels qu’ils sont apparus à notre peuple aux premières occasions qu’il a eues de les voir de près : ce sont ces soldats grossiers et pillards, cruels et brutaux, qui servaient au xvie siècle, comme mercenaires, dans toutes les armées ou bandes armées d’Europe. (I, § 121, p. 148)

10La supposée rudesse du peuple allemand est donc opposée à la délicatesse de l’esprit français, délicatesse dont on retrouverait évidemment la trace dans la langue. Mais les Italiens et les Espagnols font l’objet de remarques presque semblables : ce qui compte semble-t-il pour Damourette et Pichon, c’est finalement plus la défense de l’identité française que la critique systématique des autres nationalités.

11La langue allemande va cependant être présentée comme potentiellement dangereuse pour les mécanismes de transmission de la langue nationale. D’abord, les enfants français ne doivent pas être mis en contact avec les langues germaniques ; Pichon fustige ainsi le recours trop fréquent, pour l’éducation des enfants, aux services des « nurses » :

[des] « nurses » étrangères, dont la plupart sont issues d’une branche quelconque du tronc germanique, et qui sont presque toujours raidies dans la vanité (aux deux sens du terme) de leur prétendue compétence. Elles élèvent l’enfant dans le bilinguisme, […] l’empêchent de prendre contact avec les coutumes de sa nation, et surtout aucun médecin n’en peut rien faire, ni au point de vue de la médecine du corps ni à celui de la formation de l’esprit du bébé. Elles ne veulent en faire qu’à leur tête. Elles sont à proscrire absolument. (Pichon, 1936a, § 280, p. 276)

12Ensuite, il faut entendre l’indignation de Pichon lorsqu’il reproche à Lacan de « germaniser » :

Depuis longtemps, la langue française distingue entre la civilisation, fait collectif, et la culture, fait personnel. M. Lacan oublie cette distinction ; sans cesse, il dit culture pour civilisation, et cela nuit, en plusieurs passages, très nettement à la clarté du sens.
L’on pouvait espérer pourtant que les grosses blagues qu’on faisait en France pendant la Guerre de Quatre Ans sur la « coultour » auraient eu au moins pour résultat de faire pénétrer dans des milieux assez étendus la discrimination entre culture et civilisation. Ce n’est servir ni la véritable culture, ni la civilisation propre à notre peuple que d’en adultérer ainsi la conception.
De même, M. Lacan germanise dans l’emploi qu’il fait du mot dialectique. (Pichon, 1939o, p. 108)

13Lacan est donc accusé de compromettre la langue française dans ses usages philosophique et scientifique, au profit d’un incompréhensible recours à des termes « germanisants » dont le sens ne correspond pas à ce qu’il souhaite exprimer : Lacan aurait donc perdu ici son sentiment linguistique, ou du moins trahi celui du peuple français. Damourette quant à lui traite le problème de la perpétuation de l’idiome d’un point de vue un peu différent dans son article « L’acquisition de la langue nationale » :

La répartition faite par l’enfant entre ces différents modèles [de langue parlée] n’est généralement pas la même à l’égard de visiteurs qui peuvent jouir d’un certain prestige dans l’esprit de l’enfant, par exemple un confrère du père, ayant par ailleurs un certain talent et dont le parler trahit, pour un observateur averti, une origine plébéienne. C’est ici que les parents sont souvent obligés d’intervenir par une mise en garde, assez difficile d’ailleurs au point de vue éducatif, puisqu’il est malaisé de faire comprendre à un petit enfant que M. Un Tel, qui a divinement bien joué une sonate de Beethoven, ne parle pas mieux que le concierge. […] L’acquisition du langage pendant cette première période comporte certainement des éléments didactiques et dépasse largement le caractère d’une imitation instinctive. (Damourette, 1944, p. 12-13)

14Il précise dans ce cadre :

Les questions de terminologie sont très importantes, en ce sens que la netteté d’expression, parallèle à la netteté même des idées, en dépend. C’est pourquoi on s’est servi dans le présent article, non de l’usuel terme langue maternelle, mais du plus exact qualificatif langue nationale. (Ibid., p. 8)

15Ainsi, la langue maternelle est avant tout une langue nationale : derrière la transmission des parents à l’enfant, c’est l’esprit d’une nation, et sa hiérarchisation sociale, que l’on transmet. La préservation de la langue nationale est donc liée à une responsabilité, qu’on imagine évidemment incomber aux représentants de la « parlure bourgeoise » : le devoir des parents est d’indiquer à l’enfant, par des contraintes qui vont à l’encontre des processus imitatifs, la voie juste dans l’expression linguistique. Ce rejet du « plébéien » s’adjoint donc à celui de l’étranger, lequel est représenté de façon privilégiée par l’influence germanique, mais ne s’y limite pas : de façon générale, les « contaminations allogènes » (I, § 6, p. 15) sont la menace la plus sérieuse pour l’identité linguistique nationale.

16Cette image de la contamination, outre le fait qu’elle ressortit au vocabulaire médical utilisé par Pichon, est en lien direct avec le maurrassisme. Ainsi Bedouret (2005) signale chez Maurras une « répétition souvent ennuyeuse qui tourne à l’obsession » au sujet du danger qui serait constitué par les « contagions allemandes », lesquelles s’incarneraient dans la progression de l’individualisme :

L’individualisme religieux s’appelle la Réforme ou le libre examen ; l’individualisme politique s’appelle la Révolution ; l’individualisme dans l’art, c’est le Romantisme. Tout cela ne fait qu’un. (Maurras, La politique religieuse, cité par Bedouret, 2005, p. 189-190)

17L’individualisme, on le comprend, est un danger pour la cohésion nationale, puisqu’il désolidarise la communauté :

La nation passe avant tous les groupes de la nation. La défense du tout s’impose aux parties. (Maurras dans LAction française datée du 24 mars 1908, cité par Bedouret, 2005, p. 549)

18Ainsi, chez Pichon, la langue comme la nation doivent être unifiées ; plus précisément, c’est à l’unification de la langue qu’on doit veiller, puisqu’elle est le pivot de l’identité nationale. Cette idée ne saurait être plus clairement exprimée par Pichon que dans ces lignes :

C’est comme fédérateur de la vie nationale que l’État doit être intransigeant sur un point capital : la langue. C’est d’idiomes régionaux qu’on s’est servi, à l’étranger, pour dissoudre des États, en apparence solides et ressusciter des nationalités mortes. (Pichon, 1936a, § 278, p. 274)

19Tous les nationalismes ne sont donc pas bons : les revendications régionalistes, qui s’appuient sur des idiomes régionaux et non nationaux – la distinction se fondant ici sur la notion d’État – sont à rejeter. La France doit donc se montrer fidèle à une tradition d’État-nation et se distinguer en cela de ce qui se passe « à l’étranger » :

Au milieu de l’indéniable désarroi moral où se trouve plongée l’humanité depuis 1918, la France, malgré son état relatif de désorganisation, moindre d’ailleurs que celui de beaucoup d’autres nations, reste, pour la coordination des forces de civilisation humaine la nation directrice. Un nouveau moyen âge n’apparaîtrait comme possible que si les différents facteurs déchaînés par les conceptions des Wilson et des Lénine et par les appétits ethniques indisciplinés, venaient à triompher d’une France affaiblie par la dépopulation, seule maladie grave dont notre patrie soit en réalité atteinte. (I, § 44, p. 62)

20La part de fantasme n’est pas entièrement absente des lignes qui suivent, la France étant en effet présentée comme « quasi parfaite » du point de vue de l’homogénéité culturelle :

Nous avons en France le bonheur d’avoir acquis une unité culturelle quasi parfaite, du fait que le français est quasi partout le parler maternel des indigènes cultivés. Gardons- nous de perdre ce précieux avantage. Si tel ou tel dialecte régional peut être intéressant comme parler littéraire original, il faut en revanche, sous peine de risquer que l’unité de la nation se dissolve, qu’aucune autre langue que la langue nationale, la langue du roi, le français enfin, ne puisse devenir chez nous le véhicule de la culture scientifique et des activités didactiques ou critiques. (Pichon, 1936a, § 278, p. 274)

21Le monarchisme de Pichon ressurgit donc ici ; le roi est la figure d’un pouvoir central, garant d’une unité construite par et pour l’idiome national. Le locuteur est donc le dépositaire d’une langue qui n’est autre que celle du roi, et partant celle de ses sujets, dans un mouvement de construction collective d’une identité nationale dont la préservation est le devoir de tous. Le problème des patois se pose donc, et c’est bien entendu à l’Éducation nationale que revient la charge de le régler :

L’enseignement en France doit être varié dans le fond et dans la forme, mais il ne doit être donné qu’en français, sauf quelques exceptions d’extrême nécessité qui ne doivent jamais s’élever au-dessus du niveau primaire. (Ibid.)

22Sans surprise, Damourette et Pichon justifient donc implicitement leur projet apologétique par la situation de danger dans laquelle se trouverait la langue française. Ils dénoncent notamment l’affront fait à la fierté nationale, l’anglais ayant été adopté comme langue diplomatique :

Par un inexplicable oubli de notre dignité nationale, les négociateurs français du traité de Versailles nous ont, après notre victoire, laissé essuyer la plus douloureuse des défaites, en permettant qu’une autre langue fût admise elle aussi à faire foi dans les actes diplomatiques officiels. (I, § 44, p. 61)

23La langue française est dès lors présentée comme possiblement universelle en vertu du génie national qu’elle véhicule :

Que si l’on croit utile de doter l’humanité d’une langue auxiliaire que chacun apprenne, en plus de la sienne propre, pour entrer plus aisément en rapport avec les étrangers, c’est le français qui semble avoir le plus de droits à se voir attribuer ce rôle. (I, § 45, p. 63)

24L’idée d’une langue auxiliaire internationale est en effet d’actualité : dans le débat, Damourette et Pichon prennent donc assez confortablement position pour leur propre langue. Deux points sont mis en avant : d’une part, la langue auxiliaire universelle ne peut être une langue artificielle ; d’autre part, le français s’impose comme le meilleur choix.

25Les langues artificielles, déjà assimilées par Bréal – cité d’ailleurs par Damourette et Pichon – à des « camisoles de l’esprit », sont dénoncées avec virulence : il est intéressant de noter que l’argument principal est celui du rôle de l’inconscient dans l’évolution de la langue. En d’autres termes, Damourette et Pichon réintroduisent le sujet parlant, donc le locuteur, dans la problématique, ce qui ne semble aucunement, en l’occurrence, dénué de pertinence :

Parmi les rivales possibles de la langue française, il en est de sottes, et méprisables, ce sont, les langues artificielles. Le rôle que le génie accumulé d’une longue suite de générations humaines a eu, et inconsciemment et consciemment, dans la constitution des langues naturelles et la part que l’inconscient prend encore à l’élaboration de la forme linguistique de la pensée ont une importance trop capitale pour qu’il soit possible de fabriquer des outils linguistiques satisfaisants en s’en passant absolument, comme le font forcément les langues artificielles. (I, § 45, p. 62)

26De plus, il est important de noter qu’à la question de la langue artificielle Damourette et Pichon rattachent celle de l’influence étrangère, perçue cette fois comme un apport positif ; en fait, toute langue naturelle, même étrangère, vaut plus qu’une langue artificielle :

Une langue artificielle proposée au monde entier serait donc, comme nous l’avons dit au § 45, une entreprise à la fois vaine, parce qu’essayant de réduire des divergences irréductibles, et criminelle parce que s’efforçant de détruire une diversité de pensée qui constitue l’un des plus utiles ferments pour les progrès mentaux de l’humanité civilisée, par la moisson d’idées que peut faire germer dans une civilisation nationale l’effort d’interprétation d’une pensée étrangère qui, jamais absolument comprise, n’en sera pour cela qu’un plus utile excitant pour l’intelligence. (I, § 241, note 6, p. 283)

  • 5 Sur cette construction théorique, ses sources, et les interprétations divergentes auxquelles elle d (...)
  • 6 Voir Bréal (1982, p. 27) : « Toutes les fois que deux langues sont en présence, ou simplement deux (...)

27Certes, il est bien précisé que la communication réelle entre locuteurs de langues différentes est impossible : la langue étrangère n’est « jamais vraiment comprise », parce qu’elle véhicule une pensée inaccessible à celui qui ne l’a pas acquise en tant que membre de la communauté linguistique en question. On retrouve donc toujours l’idée, qui fait vraiment écho à ce qu’on désigne commodément par l’expression « hypothèse Sapir-Whorf »5, d’un conditionnement de la pensée par la langue maternelle. Les idiomes ne se valent pas : chez Damourette et Pichon, cela s’entend dans son sens pleinement axiologique. Il n’est pas seulement question pour eux de montrer l’impossibilité de faire se correspondre des systèmes de pensée, mais il s’agit bien aussi de les classer hiérarchiquement6.

28C’est ce qui leur permet de défendre la langue française comme langue supérieure. Elle partagerait en effet avec le grec ancien le privilège de la finesse :

[…] ce qui rendrait en effet plus particulièrement intéressante la comparaison entre ces deux langues […], c’est qu’ayant été parlées par les deux plus affinés des peuples historiquement connus, elles sont en possession des systèmes taxiématiques les plus riches et les plus fins. (I, § 7, p. 16)

29Cette affirmation posée dès le tome I se retrouve par la suite. Par exemple, au tome V, Pichon décrit les langues germaniques comme inférieures au français du point de vue expressif :

« He stated that erythroedema was a disease characterized by swollen bluish-red hands and feet and disordered digestion, followed by considerable muscular paresis. » (George Willcocks. Erythroedema or Pink disease, The Practitioner, Janvier 1932, p. 87)

« Il a établi que l’acrodynie infantile était une maladie caractérisée par des mains et des pieds enflés et livides et des troubles digestifs, suivis par une considérable parésie musculaire. »
On perçoit que le caractère de la maladie est quelque chose de permanent, qui dure encore à l’heure où M. Willcocks écrit. Ce qu’il y a de curieux dans ce fait linguistique anglais, c’est qu’il a pour siège un tiroir qui n’est pas proprement imparfait, mais qui est un prétérit à la manière germanique, assumant en gros d’une façon indistincte les emplois de notre saviez et ceux de notre sûtes. (V, § 1753, p. 252)

30En revanche, le grec ancien posséderait le matériau nécessaire pour exprimer les nuances permises par le français :

La comparaison avec le grec classique est particulièrement intéressante. Cette langue ne possède à vrai dire aucun taxième superposable, même approximativement, à notre taxième d’actualité toncale ; mais elle trouve néanmoins le moyen, grâce à un système taxiématique différent, d’exprimer la plupart des nuances sémantiques que le français rend par le toncal. (V, § 1754, p. 252)

31C’est l’occasion pour Damourette et Pichon de rappeler l’insuffisance de la logique traditionnelle pour la description du langage comme fait psychique, a fortiori des langues des peuples dits « cultivés » :

[…] Particulièrement intéressant à ce point de vue est le tiroir appelé optatif futur, qui, à ce que nous apprennent MM. Riemann et Goelzer, n’a d’emploi que concordantiel. […] En somme, on saisit ici sur le vif ce fait qu’une différence que la logique a priori n’aurait probablement pas pensé à prévoir a psychologiquement tant d’importance pour les esprits cultivés que les langues qui ont atteint le plus haut degré d’affinement, groupe de l’Europe occidentale d’une part, grec classique de l’autre, en viennent les unes et les autres à la marquer, quoique par des moyens différents. (V, § 1754, p. 253)

  • 7 On retrouve la même idée chez Léopold de Saussure : voir Joseph (1999).

32L’exemple du grec ancien prend alors une autre envergure : l’enjeu civilisationnel du changement linguistique est évoqué, par le biais d’une citation de Meillet. Mais, alors que ce dernier se contente de noter une difficulté d’usage manifeste pour les locuteurs étrangers, Damourette et Pichon y voient la preuve de l’inadéquation de la langue grecque à la rudesse des peuples « plus ou moins incultes »7 :

[…] Il a certainement fallu une intervention étrangère pour détruire un système aussi spécifiquement grec que celui de l’optatif de concordance : « Les étrangers qui parlaient la κοινή ont dû avoir grand peine à employer ces modes [le subjonctif et l’optatif] avec leur valeur exacte ». L’optatif de concordance marquait en effet une nuance trop délicate pour pouvoir être aisément et facilement assimilée par les peuples soit plus ou moins incultes, soit développés dans un sens différent des Grecs, qu’une hellénisation rapide et souvent superficielle a subjugués entre le ive siècle avant Jésus-Christ et le iid siècle après lui. (V, § 1754, p. 254)

  • 8 Damourette et Pichon, qui ont pourtant peu de sympathie pour Rousseau, se trouvent ici faire curieu (...)

33Dès lors, la leçon de l’histoire se trouve tirée8 ; plutôt que de subir le même sort que les Grecs, les Français doivent défendre leur langue contre la dégradation attachée à sa diffusion auprès de locuteurs qui ne sont pas capables d’en restituer et d’en assurer la finesse :

Ceci est de nature à nous faire craindre pour l’avenir de la nuance correspondante en français si notre langue venait à habiter la bouche d’un trop grand nombre d’allogènes. Aussi y a-t-il lieu de conseiller que les grammaires scolaires s’attachent à enseigner expressément ce précieux trait de la langue française. (Ibid.)

34Damourette et Pichon en arrivent donc logiquement à revendiquer le statut peu reluisant de « peuple le moins polyglotte du monde » :

Malgré tout, la langue française garde, au point de vue intellectuel, sa prépondérance universelle. En maints pays, elle gagne du terrain, témoin l’empressement que lui marque l’élite de l’Amérique latine. Et les Français, dont la langue est au programme de l’enseignement secondaire de presque toutes les nations, peuvent rester le peuple le moins polyglotte du monde ; et c’est heureux, car, comme l’a dit très justement Rémy de Gourmont : « Le peuple qui apprend les langues étrangères, les peuples étrangers n’apprennent plus sa langue. » (I, § 44, p. 61-62)

35De façon assez attendue, la classification de Schleicher, laquelle n’évite pas les appréciations axiologiques, est reprise et illustrée par l’exemple du chinois : Damourette et Pichon glosent un énoncé (sin hi thien) en montrant qu’il possède plusieurs paraphrases en français (« Il est saint d’aspirer au ciel, Saint celui qui aspire au ciel, Le Saint aspire au ciel, etc. », I, § 241, p. 280). Ils affirment :

Dans l’association représentative des trois idées, des Chinois, dont leur langue ne peut être qu’un reflet exact, ne ressent pas le besoin de distinguer les diverses suites logiques définies que nos habitudes supérieures d’abstraction et de précision nous forcent à concevoir et à expliciter. (Ibid.)

36L’idée de la décadence idiomatique est alors une nouvelle fois évoquée, comme dans le cas de la civilisation grecque :

Ainsi le chinois possédait autrefois un système flexionnel et l’a perdu. Nous verrons plusieurs fois, au cours du présent ouvrage, qu’une notion taxiématique peut continuer à vivre dans l’esprit sans être, en un cas particulier, indiquée par rien, à condition que, dans d’autres cas, elle ait encore son expression (cf. indicatif j’aime / subjonctif j’aime, au regard de nous aimons / nous aimions et de je peux / je puisse). Mais quand un répartitoire est arrivé à perdre toute expression soit phonétique, soit syntactique, il disparaît en quelques générations du sentiment linguistique ; et, si l’idiome en question se trouve parlé par un peuple dont la pensée puisse s’accommoder d’un pareil manque et dont le génie ne fasse aucun effort pour créer quelque répartitoire nouveau, susceptible de combler la lacune, il y a une perte sèche. Il faut donc considérer le langage comme un des miroirs les moins infidèles de cette succession de civilisations et de barbaries par où passent les peuples et les hommes qui les constituent. (I, § 241, p. 280-281)

  • 9 Voir Bergounioux (2000, p. 228) : « Mettre les races avant l’humanité est un paralogisme équivalant (...)

37La hiérarchisation des langues est donc superposable à une hiérarchie des civilisations : de la même manière que Pichon conçoit l’histoire des idées scientifiques comme une « marche ascendante de la connaissance », il conçoit l’exercice de la faculté de langage, sur le plan de la phylogenèse, comme un perfectionnement progressif : ainsi, des langues marqueraient, par leur apparente complexité (ici réduite à la flexion), un état de civilisation plus avancé que d’autres. Cette vision ethnocentrique, qui fait de certaines manifestations culturelles l’image fantasmatique d’un temps archaïque, c’est-à-dire pensé comme inférieur du point de vue de la civilisation, est celle qui parcourt l’Essai de la langue française. Par ailleurs, il est important de noter que si l’exemple du chinois revient souvent dans les écrits linguistiques – on le trouve notamment chez Bréal, cité par Damourette et Pichon –, il ne fait pas systématiquement l’objet d’un traitement identique à celui de nos auteurs9. De même, on trouve chez Bally une critique parfois très claire de l’ethnocentrisme en linguistique :

En fait, quand nous comparons deux langues, nous avons peine à nous dire simplement qu’elles présentent entre elles des différences et que ces différences reflètent des mentalités diverses. Là encore les notions de valeur interviennent. Pour la plupart des gens, les langues sont, a priori, supérieures les unes aux autres, sous le rapport de l’harmonie, de l’expression, de la clarté, de la logique, etc. Mais ces critères sont subjectifs ; c’est notre langue maternelle que nous prenons pour norme ; comment ne pas lui donner la préférence, au moins inconsciemment, puisqu’elle est un peu nous-mêmes et inséparable de notre vie ? […] Beaucoup de langues sauvages nous paraissent telles parce qu’elles sont parlées… par des sauvages ; et les sauvages nous paraissent tels, Montaigne l’a déjà dit, parce qu’ils ne portent pas de hauts-de-chausses. (Bally, 1965a, p. 35)

38Si Bally paraît plus lucide que Damourette et Pichon sur le point précis du rapport affectif du locuteur à sa langue maternelle, il reste que le postulat de sa réflexion est que langue et mentalité sont superposables, l’étude de la première révélant la nature de la seconde et réciproquement. Ailleurs, il formule différemment la nature de cette similarité :

Répétons-le : il est regrettable qu’on ne puisse étudier les langues des civilisés comme les langues incultes ; nos idées sur ces dernières changeraient beaucoup. D’ailleurs, de ce qu’une langue est le reflet d’une civilisation inférieure, il ne s’ensuit pas que cette langue soit elle-même primitive. (Ibid., p. 50)

39Ces lignes disjoignent langue et mentalité, ou plutôt imaginent une distorsion dans l’effet de miroir : finalement, Bally sauve la langue, objet d’étude toujours valable et susceptible d’être complexe là où l’attend le moins, mais se rend à l’idée d’une infériorité civilisationnelle qui caractériserait certains peuples.

« Franciser la conceptualité freudienne »10

  • 10 Roudinesco (1994, p. 300).

40Les idées nationalistes de Pichon s’expriment également dans son activité de psychanalyste : or, le problème principal concernant la terminologie freudienne et sa traduction, le statut de linguiste de Pichon lui permet de tenir une place de choix dans les débats, et conséquemment de faire entendre son obsession de la « francisation ».

41Pichon n’accepte pas le projet freudien, à savoir donner à la psychanalyse un statut supranational :

Enfin les sociétés psychanalytiques des divers pays ont coutume de s’affilier à une association internationale gravitant autour de Vienne et de Berlin ; et le sentiment d’exaltation que les vrais croyants tirent de leur qualité de psychanalystes est tel que M. Freud peut, en s’adressant à eux, écrire cette phrase énorme : « L’analyste ne devra pas vouloir être anglais, français, américain ou allemand avant d’être adepte de l’analyse, et il lui faudra placer les intérêts communs de celle-ci au-dessus des intérêts nationaux… » Et voilà. (Pichon, 1932d, p. 9-10)

42Dès lors, un des indices les plus évidents de la collusion paradoxale entre psychanalyse et maurrassisme chez Pichon est l’évocation conjointe de Freud et de Maurras :

L’idée d’une bonté naturelle originelle à laquelle il y aurait lieu de s’abandonner, idée fondamentale de Jean-Jacques Rousseau, est fausse et dangereuse ; elle a causé des ravages inouïs dans les organisations humaines ; et un des plus grands gré qu’il faille savoir au freudisme, c’est de l’avoir aussi violemment contredite sur le terrain de la psychologie des individus que M. Charles Maurras l’avait fait sur celui de l’expérience politique. (Pichon, 1936a, § 93, p. 109)

  • 11 Voir par exemple Pichon (1932a, p. 221-222). Il décrit ainsi l’attitude d’une de ses patientes, Nin (...)
  • 12 Voir Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 123).

43L’attaque contre le rousseauisme est évidemment d’autant plus intéressante qu’elle n’est pas unique dans l’œuvre de Pichon11 et qu’il existe alors à Genève un influent institut Jean-Jacques Rousseau, fondé par Boivet et Claparède12. Pichon se démarque donc d’une certaine psychologie pratique – celle des tests en milieu professionnel et scolaire, qui se fait l’instrument d’une politique hygiéniste. Mais le plus marquant est la mise en parallèle des œuvres respectives de Freud et de Maurras – les intéressés auraient sans doute été eux-mêmes surpris de se trouver ainsi rapprochés. Ils sont ainsi présentés comme les tenants d’un réalisme auquel Pichon recommande de se rendre : la naïveté d’un Rousseau ne peut guider l’élaboration des « organisations humaines ». La vision de Pichon dépasse donc largement le cadre de la psychologie des individus : on retrouve, comme dans la grammaire, son désir d’analyser avant tout des collectivités, de la communauté linguistique à la cité. Mais l’idée que se fait Pichon de la collectivité est spécifique : de même que dans sa réflexion linguistique, il insiste sur l’identité singulière de chacun des locuteurs qu’il étudie, il s’oppose à ce qu’il appelle le « collectivisme », qui correspond à une unification destructrice des singularités. À ce sujet justement, le nom de Maurras rencontre à nouveau la théorie psychanalytique dans le texte que Pichon publie en 1938 pour critiquer l’ouvrage de Laforgue, Relativité de la réalité :

[…] si M. Laforgue avait tenu compte du mouvement intellectuel d’aujourd’hui, il n’aurait pas ignoré la distinction capitale, que M. Charles Maurras a diffusée dans tous les milieux éclairés, entre les individus, qui se comptent, et dont le droit, fondement de la démocratie, est un droit univoque et interchangeable, et les personnes, qui ont la discrétude qualitative et qui seules peuvent construire et conserver une civilisation.
Cette simple discrimination lui aurait évité de se faire le prosélyte des collectivismes, et de l’effacement de l’« individu » (c’est son mot) devant la « Société », faite pour assurer à chaque homme sa sphère d’activité libre et tranquille […]. (Pichon, 1938i, p. 685)

44« Personne » contre « individu » : l’articulation de cette opposition à la « grammaire nationale » de Damourette et Pichon peut s’entendre. La nation serait ainsi le cadre dans lequel les locuteurs, tous différents en tant que personnes, situent leur discours ; l’identité nationale est donc un bien commun qui ne nie pas la singularité de chacun. D’ailleurs, la défense de la personne vaut aussi métonymiquement pour la nation, qui doit se singulariser par rapport aux autres nations. Denis (1997) donne ce texte de Pichon pour exemplaire d’une idéologie répandue parmi les premiers psychanalystes français :

Le texte d’Édouard Pichon sur la pensée de Laforgue, publié dans la revue en 1938 et que nous reproduisons aujourd’hui, est parfaitement illustratif de l’ambivalence de plusieurs des fondateurs de la Société de Paris et de l’état d’esprit qui régnait dans les réunions scientifiques de l’époque : soucis terminologiques et volonté très grande de développer une psychanalyse indépendante qui relève de la « personnalité » de la France telle que la voyait un Maurras : « devenue grande, c’est-à-dire devenue France, cette Gaule a pu exercer à son tour pendant des siècles la direction de la civilisation occidentale… » écrit Pichon. (Denis, 1997, p. 607)

45En tant que membre fondateur de la Société de psychanalyse de Paris, Pichon s’illustre en effet particulièrement dans les querelles terminologiques qui marquent l’introduction en France de la pensée freudienne par des traductions plus ou moins acceptables. Terminologie et francisation sur fond de rivalité franco-allemande : les préoccupations du linguiste maurrassien qu’est Pichon sont ici réunies. Si l’obsession de Pichon pour la francisation du lexique repose sur des considérations politiques indépendantes de la langue, elle ne l’empêche pas pour autant de faire des propositions de traduction solidement argumentées d’un point de vue linguistique. Le souci traductologique de Pichon est donc le signe de sa rigueur scientifique : si Pichon refuse d’assurer la transmission disciplinée de la parole du maître, il n’en est pas moins, dans ce cas précis de la traduction des termes cliniques, un des relais les plus efficaces.

  • 13 Elle travaille alors dans le service de consultation pédiatrique de Pichon à l’hôpital Bretonneau, (...)
  • 14 Les termes en question sont les suivants : la triade Pulsorium, Actorium, Suasorium pour Ca [sic], (...)

46Reste bien sûr que le goût de Pichon pour la création lexicale francisée n’est pas unanimement partagé : Françoise Marette13, future épouse Dolto, signale régulièrement dans sa thèse, les termes pour lesquels elle choisit la traduction française la plus courante, refusant explicitement les néologismes pichoniens14. Son argumentaire est le suivant :

[…] nous avons préféré employer ici les termes qu’à juste titre ou non on emploie le plus généralement dans les écrits français sur la question. Ceci pour deux raisons, la première est de faciliter la lecture ultérieure des ouvrages de psychanalyse à ceux qui s’y intéresseraient, la seconde, c’est que nous préférons, quant à nous, ne point prendre part à ces querelles sur les mots, non que nous nous en désintéresserions, mais parce que la décision de remplacer tel ou tel mot jusqu’à présent en usage ne peut se prendre que d’accord avec tous les psychanalystes de langue française. (Marette, 1940, p. 22)

47La préférence de Marette pour les termes en usage, si « vicieux » (ibid.) soient-ils, procède donc d’un souci de diffusion de ses écrits, lesquels sont pensés comme une voie d’accès à la psychanalyse en général. Il s’agit donc de ménager un lecteur qu’on suppose néophyte mais intéressé par cette « science nouvelle » (ibid.) qu’est la clinique psychanalytique. Dès lors, la terminologie n’est présentée que comme un accessoire, malheureusement indispensable mais finalement sans conséquence sur l’exposé :

C’est dire que, quelque reconnaissance que j’aie à Monsieur Pichon pour les matériaux de travail que m’a fournis son service, je n’ai pas voulu employer la nomenclature qu’il conseille. Je ne me range pas à son avis quand il entend extirper dès maintenant les termes vicieux qui encombrent les écrits psychanalytiques, qui font, selon lui, le plus grand tort à la diffusion des découvertes psychanalytiques. (Ibid.)

48Marette souhaite avant tout montrer que la psychanalyse « a beaucoup à dire », elle choisit donc de ne pas dire la psychanalyse différemment de l’usage d’une communauté déjà constituée, à savoir « les psychanalystes de langue française » (ibid.). La vision pichonienne est bien entendu aux antipodes : la terminologie ne saurait être décalée par rapport aux phénomènes qu’elle est censée dénoter ; il y a là une idéalisation de la nomenclature scientifique, un souci de justesse des dénominations qui se retrouve dans toute l’œuvre de Pichon, linguistique, psychanalytique et médicale. Cette justesse de la terminologie est pour Pichon la condition sine qua non de la diffusion sans malentendus de la psychanalyse en France. L’argument communicationnel avancé par Marette est donc sans portée : là où elle voit dans l’adoption du consensus, fût-il discutable, une possibilité de toucher un public plus large, Pichon ne voit qu’imprécision et brouillage supplémentaire et anticipe dès lors un rejet du public, qu’on aura trompé. Dans de nombreux écrits, il fustige donc les termes qui trahissent la pensée freudienne ou l’expérience clinique. Dans un article de 1923, il fait ainsi la liste, avec Laforgue, des « obstacles à la diffusion de la psychanalyse » :

Une […] erreur sur laquelle nous voulons attirer l’attention, a été de ne pas apporter assez de soin au choix des mots français par lesquels on a traduit les divers termes de la nomenclature psychanalytique allemande. La culture française comporte, dans l’ordre intellectuel, une précision qui va souvent jusqu’à la subtilité. Or, dans bien des cas, les psychanalystes suisses ou slaves qui ont transposé en langue française les écrits de l’école de Vienne et de celle de Zurich se sont contentés d’à-peu-près, ou bien ont brutalement introduit en français le terme employé en allemand, sans prendre garde que ce terme pouvait, dans notre langue, prêter à la critique, voire au ridicule. Par exemple, il est impossible à un Français de ne pas associer libido avec libidineux. Libido est, de ce fait même, un mot qui doit être banni de la nomenclature psychanalytique française, pour être remplacé par un vocable mieux approprié à rendre l’idée beaucoup plus générale que les freudistes veulent lui faire exprimer. (Pichon et Laforgue, 1923, p. 534)

49L’ennemi est donc identifié : il s’agit de « psychanalystes suisses ou slaves » (on pense à Raymond de Saussure et à Samuel Jankélévitch), peu soucieux de respecter, dans la culture française, et donc dans sa langue, « une précision qui va souvent jusqu’à la subtilité ». Pichon s’engage dès lors à franciser correctement ce que des étrangers ont mal traduit :

Cette adaptation de la nomenclature freudienne aux exigences françaises, nous croyons qu’il est encore temps de le faire, et nous nous y emploierons à l’occasion. (Ibid.)

  • 15 Voir par exemple Pichon (1927g).

50La promesse est tenue : membre actif de la Commission terminologique de la Société de psychanalyse de Paris, Pichon se bat pour imposer des traductions qui ne sont pas toujours validées par ses collègues15.

  • 16 Voir Ohayon (2006, p. 73). Ce groupe diffuse une revue du même nom, dirigée par Hesnard et Laforgue

51Au-delà des problèmes posés par la traduction, l’idée d’une francisation nécessaire des idées freudiennes est également diffusée par le groupe de l’Évolution psychiatrique16, auquel Pichon appartient. L’avant-propos du premier numéro de la revue qui porte le nom du groupe ne saurait être plus clair :

Rappelons ici que les traductions françaises de l’œuvre originale de Freud ont porté jusqu’ici, avant tout, sur les ouvrages de doctrine de l’éminent psychiatre [sic] viennois. De leur côté, les travaux des psychanalystes sont encore très mal connus – et probablement mal jugés – dans notre pays. Aussi nous attacherons-nous à traduire et à expliquer la Théorie et surtout les Techniques de la Psychanalyse en les adaptant autant que possible à l’esprit de notre race. (LÉvolution psychiatrique, 1925, Avant-propos, p. 8)

  • 17 Voir la préface de Grasset à l’ouvrage de Maurras, Dentelle du rempart : « En Maurras, tout est gra (...)

52Pichon fait partie du comité éditorial : on reconnaît dans ces lignes des idées qu’il exprime ailleurs et à plusieurs reprises ; force est de constater qu’elles sont donc partagées, ou du moins tolérées par l’ensemble de la rédaction. D’autres textes ont en effet une tonalité gênante ; Ohayon cite ainsi une lettre, datée du 23 janvier 1932, d’Angelo Hesnard à Bernard Grasset17 (l’éditeur, alors en situation conflictuelle avec son psychanalyste Laforgue) :

Après lui avoir enjoint de ne pas se laisser juger « au tribunal de la bigoterie psychanalytique », il écrit : « Vous, latin subtil et merveilleusement intuitif, ne vous laissez pas égarer plus avant par les spectres de l’engagement judéo-germanique », termes pour le moins surprenants […]. (Ohayon, 2006, p. 78)

  • 18 Voir Ohayon (2006, p. 229).
  • 19 Pour frappante qu’elle soit pour l’esprit, et pour commode qu’elle soit sur le plan descriptif, cet (...)

53Le climat idéologique qui entoure la naissance du mouvement psychanalytique français semble donc parfois bien trouble. Pour autant, la psychanalyse française n’est pas liée au monde politique : Pichon et Codet prennent très clairement position à droite mais la majorité des psychanalystes – au contraire de leurs collègues psychologues, engagés à gauche – ne prend pas parti18. Ne craignant pas de se « [créer] des inimitiés solides » (Leuba, 1948, p. 160), Pichon mène donc bataille sur le terrain glissant de l’identité nationale. Roudinesco décrit ainsi Pichon, qu’elle surnomme « Dr Jekyll et Mr Hyde »19 :

Il est hostile au judaïsme sans être un antisémite notoire. Il adhère à l’AF [Action française] alors même que cette ligue combat l’essence du freudisme, doctrine « juive » antichrétienne. Il est membre fondateur de la SPP [Société psychanalytique de Paris] qui défend une théorie que ses amis antisémites enverront au bûcher. (Roudinesco, 1994, p. 299)

54Une lettre de Loewenstein (un des premiers membres de la Société de psychanalyse de Paris) à Paul Denis, directeur de la Revue française de psychanalyse, datée du 16 mars 1973, évoque cependant sans ambiguïté l’antisémitisme de Pichon :

Il y a cependant une remarque que je souhaite faire à propos de quelque chose que je vous ai écrit dans ma dernière lettre. J’ai mentionné l’existence d’un certain antisémitisme parmi les premiers fondateurs de la Société psychanalytique de Paris et de l’Institut. Ce terme doit être nuancé. Il s’agissait d’un antisémitisme très discret, et, si j’ose dire, civilisé. Le seul parmi eux qui l’exprimait verbalement était l’enfant terrible [en français dans le texte] Pichon. Durant l’Occupation ils se comportèrent tous, pour autant que je le sache, avec une complète dignité de ce point de vue. (Lettre de Loewenstein à Paul Denis, datée du 16 mars 1973 : Denis, 1997, p. 617)

55Inutile donc de prétendre distinguer une hostilité au judaïsme de l’antisémitisme. En revanche, il est intéressant de noter que cette idéologie n’est pas transposée de façon brute dans les écrits de Pichon. Par exemple, il précise fermement et à plusieurs reprises que la psychanalyse ne saurait être incompatible avec quelque religion que ce soit :

La psychanalyse ne peut être considérée comme contradictoire avec aucune religion ni aucune morale. C’est là un point capital sur lequel il importe d’être très affirmatif, pour fermer la bouche à certains écrivains ou journalistes qui arguent de la religion catholique ou de la morale chrétienne pour jeter l’anathème sur les méthodes freudiennes. (Pichon, 1927a, p. 223)

  • 20 Ce qui constitue, ainsi que le souligne Arrivé (1994, p. 140), une longue cure pour l’époque.
  • 21 Voir Bourgeron (1997b, p. 694) : « Le 19 mai 1934, à l’âge de 50 ans, elle met fin à ses jours en o (...)
  • 22 Par ailleurs, Pichon meurt en 1940, au commencement d’une Occupation qu’il n’aura pas eu à traverse (...)

56Et puis, il n’est pas anodin de rappeler qu’Eugénie Sokolnicka était juive : cela ne semble en aucun cas avoir affecté Pichon, qui fait avec elle une analyse de trois ans20. Lorsqu’elle meurt, en 1934, et que la rédaction de la Revue française de psychanalyse demande à Pichon la rédaction d’une notice nécrologique, il déclare : « C’est avec piété que je m’acquitterai de cette tâche, car je ne suis pas homme à oublier ce que je lui dois » (Pichon, 1934d, p. 590)21. Il faut donc opérer un partage entre les déclarations d’intention de Pichon, ses engagements politiques, ses textes théoriques et ses actes concrets22.

La querelle avec Spitzer : nationalisme vs cosmopolitisme

  • 23 Sans compter que leur assimilation de la langue à la nation dérive directement des travaux des idéa (...)

57Pichon entame, avec Spitzer, une discussion plutôt âpre au sujet de la traduction des toponymes étrangers. Cet échange houleux avec Spitzer peut être décrit comme l’affrontement du nationalisme, évidemment incarné par Pichon, et du cosmopolitisme. Les relations franco-allemandes sont bien entendu un point essentiel – quoique indirectement évoqué – du débat : un maurrassien comme Pichon ne peut que défendre farouchement sa nation, ce qui pourrait également être un écho de l’envie qu’ont les linguistes français de se défaire de la primauté de la linguistique allemande. On pourrait d’ailleurs être tenté de réduire la lutte pichonienne contre le cosmopolitisme à une lutte contre le germanisme : ce serait sans doute inexact. En effet, le nationalisme de Damourette et Pichon ne les empêche pas de dialoguer activement avec des scientifiques allemands23. Ainsi, en 1928, Pichon traduit pour la Revue française de psychanalyse deux textes de Freud avec Heinrich Hoesli : « Le problème économique du masochisme » et « Sur les transformations des pulsions particulièrement dans l’érotisme anal » ; il publie avec lui, en 1930, dans la revue allemande Zeitschrift fur franzosische Sprache, un article intitulé « Über die Negation im Französischen ». Il écrit également, en collaboration avec Karl Koebe, en 1931, « Über den Gebrauch von soi im heutigen französisch », pour Die neueren Sprachen. Zeitschrift fur den neusprachlichen Unterricht. De son côté, Damourette publie en 1931 « Sur la négation en français » dans le Zeitschrift fur franzosische Sprache, pour soutenir l’article de Pichon et Hoesli face aux critiques de Kuttner.

  • 24 Voir Spitzer (1938, p. 219) qui évoque le début des années 1920 : « La guerre m’avait attiré vers d (...)
  • 25 Cette note se trouve dans le compte rendu qu’il fait de l’ouvrage de Migliorini, Appunti sulla ling (...)

58Spitzer est quant à lui un des collaborateurs réguliers du Français moderne. Il appartient au comité de patronage de la revue et Damourette au comité de rédaction : Damourette et Pichon connaissent donc bien son travail, qu’ils citent d’ailleurs à plusieurs reprises dans l’Essai de grammaire de la langue française. Il partage avec Pichon un intérêt certain pour les questions à la fois politiques et linguistiques24. Cela apparaît dans plusieurs de ses travaux parus dans Le Français moderne : il publie notamment une note lexicologique sur « nazi » dans le numéro de juin 1934 et une autre sur le couple « antisémitique » vs « antisémite » en juin 193525.

59Ce qu’on appelle « querelle » correspond à un ensemble de trois textes parus dans Le Français moderne en 1937 et 1938 : un article de Pichon sur la francisation, selon lui nécessaire, des noms de villes étrangères, qui paraît en janvier 1937, la critique de Spitzer en octobre de la même année, puis la riposte de Pichon en janvier 1938. Le Français moderne a déjà publié, en octobre 1935, une note de Christian Sénéchal : « Faut-il traduire les prénoms étrangers ? » Eugen Lerch soutient d’ailleurs ce dernier, en affirmant : « Nous autres Allemands, nous ne traduisons pas les prénoms étrangers » (Lerch, 1936, p. 95).

60Dans le numéro de janvier 1937 du Français moderne, Pichon dans un article intitulé « L’appellation française des lieux étrangers » commence par signaler sa ferme opposition à l’idée défendue par Sénéchal, à savoir qu’il est nécessaire de ne pas traduire les prénoms étrangers, sous peine de créer des confusions inutiles (Pichon, 1937f, p. 113). Pichon dénonce l’illusoire stabilité des noms de lieux, soumis aux aléas de la vie politique des pays concernés : ainsi, face à des changements imprévisibles et nombreux, la langue française doit opposer une dénomination qui lui est propre et qui ne varie pas au gré de la redistribution des frontières. Pichon défend donc la stabilité du mot français contre la mutabilité du mot étranger, pour des questions de communication d’une part – puisque cette dernière n’est assurée que dans la mesure où les vocables de la langue sont connus de tous – et d’identité nationale d’autre part. L’identité nationale en effet est à préserver avant tout : or, elle est liée à la langue. Les changements que la langue subit progressivement au cours de son histoire ne sont pas en cause, en revanche les changements lexicaux arbitraires que des peuples étrangers feraient subir, par le moyen indirect de leur volonté politique, sont ressentis comme des menaces. Maurras est cité à ce propos pour son utilisation de Cantorbery (vs Canterbury), ce qui correspond à la prononciation française (ibid., p. 120). Ainsi, la France ne saurait souffrir les versatilités des autres nations et se doit de protéger sa propre langue :

Si encore les changements de frontières politiques étaient la seule occasion dont on prît prétexte pour violenter la langue française ! Mais l’application du même système est encore plus écœurante, disons le mot, quand on se croit obligé d’asservir notre idiome à suivre les fantaisies des régimes intérieurs que peut se donner l’étranger […]. (Ibid., p. 114)

61Trois points sont alors avancés par Pichon pour aller contre la fausse simplicité qu’il y aurait à utiliser pour les villes « le nom que leurs habitants eux-mêmes leur donnent » (ibid., p. 115). Le premier est d’ordre linguistique et concerne l’incompatibilité des systèmes phonologiques :

1° Il n’y a en réalité qu’une illusion dans le maintien graphique d’un nom que le lecteur ne saura pas prononcer, et qui souvent, en connût-on la valeur phonétique, serait inassimilable à la phonologie française. (Ibid.)

  • 26 On emploie ici, pour des questions de commodité, la terminologie courante signifiant/signifie, bien (...)

62Pour Pichon, la traduction répond ainsi à l’impossibilité d’importer sans modification un signifiant26 non issu de l’idiome français. L’argument suivant est d’ordre sociologique :

2° Le nom officiel que porte une ville dans une langue nationale ne représente pas toujours le nom local, car rares sont en réalité les nations comme la France, où les classes tant soit peu instruites de tout le pays emploient usuellement à leur foyer la langue littéraire nationale. (Ibid.)

63Ce ne sont plus les modalités d’importation du signifiant qui sont discutées, mais la validité du signifiant lui-même : à quoi bon utiliser un nom qui ne correspond pas à l’usage réel, c’est-à-dire dialectal ? Pichon oppose ici l’unité nationale française, qui correspond à celle de sa langue, au morcellement politico-linguistique des autres nations ; dès lors, l’argument final est d’ordre culturel :

3° Les villes du centre et de l’est de l’Europe sont bien souvent peuplées chacune de communautés nationales diverses, dans la rivalité desquelles la langue de Rivarol n’a pas à compromettre son utile pérennité et son européenne sérénité. (Ibid.)

64Ainsi, l’universalité de la langue française est une particularité qui impose de traduire en français les noms de lieux non français. Les premiers responsables de la diffusion des noms de lieux étrangers non traduits en français sont les journalistes, « lesquels ne croient sans doute pas qu’il soit besoin d’aucune préparation pour faire un métier cependant le plus difficile du monde » (ibid.) :

[…] la mode, à notre époque de laisser-aller journalistique et de facilité débraillée, est au manque de respect vis-à-vis de notre langue et vis-à-vis des faits de civilisation tels que les a façonnés l’histoire : on adopte alors un lamentable babélisme […]. (Ibid., p. 113)

65On reconnaît la plume volontiers pamphlétaire de Pichon ; le thème bien connu de la décadence des contemporains est ici posé d’un point de vue nationaliste. Le « babélisme » menace l’intégrité de l’identité linguistique nationale : il est le vecteur des « contaminations allogènes » évoquées au paragraphe 6 de l’Essai de grammaire de la langue française.

  • 27 On traite ce point infra. Les textes qui constituent cet échange parallèle, toujours dans Le França (...)
  • 28 Voir Pichon (1937f, p. 115) : « […] prenons modèle sur notre éminent directeur, M. Dauzat, qui fait (...)

66C’est Spitzer qui déclenche l’affrontement en critiquant d’une part l’article de Pichon « L’appellation des noms de lieux étrangers » et d’autre part le travail de Damourette et Pichon sur les pronoms personnels27. Dans le numéro d’octobre 1937, par le biais d’un article ironiquement intitulé « Étais-je à Istanbul ou à Constantinople ? »28, Spitzer produit une analyse très juste des propos de Pichon :

M. Pichon semble revendiquer, pour la France, et pour la France seule, le droit de faire bon marché de l’histoire se faisant chez les autres peuples. Il semble minimiser les décisions des « régimes intérieurs » d’autres pays. C’est attribuer à la France une situation hors et au-dessus de l’histoire, qui n’est confirmée par aucune réalité. (Spitzer, 1937b, p. 325)

67Il choisit également avec soin ses exemples, donnant ainsi à son analyse linguistique la valeur de critique de politique internationale :

Je trouve très touchant l’usage, nullement ironique, dans les journaux anglo-américains, d’accoler au nom d’un personnage étranger le mot correspondant à Monsieur dans sa langue : Herr Hitler, Signor Mussolini. Évidemment, l’usage français de « monsieuriser » tous les étrangers correspond à une idée de civilisation française mondiale : MM. Hitler et Mussolini se meuvent, pour ainsi dire malgré eux, dans un salon français. (Ibid.)

68Pichon, dans « À propos de la personne grammaticale. Réponse à M. Spitzer », commence par exprimer sa reconnaissance pour l’intérêt que Spitzer a porté à l’Essai de grammaire de la langue française par le biais de comptes rendus élogieux (Spitzer, 1932 et 1933) :

M. Spitzer, linguiste justement renommé, a montré son esprit large et compréhensif en nous apportant il y a quelques années, à M. Damourette et à moi, le très précieux appui de son témoignage bienveillant pour le résultat de vingt-cinq ans de travail passionné : je lui en serai toujours infiniment reconnaissant.
C’est pourquoi je suis particulièrement navré du malentendu qui semble s’être produit entre lui et moi concernant mes vues sur la personne ténue et la personne étoffée. (Pichon, 1937h, p. 317)

69Mais la courtoisie n’exclut pas le piquant :

Je vais répondre à M. Spitzer sur quelques point de détail où le Français que je suis, plongé, par ma propre activité de locuteur et par l’observation d’autrui, dans l’usage continuel de mon idiome, en appelle de M. Spitzer déjà si bien documenté, à M. Spitzer mieux informé. (Ibid., p. 319)

70Il faut ici entendre le discours qui apparaît en creux : être « documenté » ne signifie pas « être en mesure d’interpréter les faits », autrement dit « informé ». Or, quel est le moyen d’accéder à cette information ? Être « Français », « locuteur » « plongé » dans un « usage continuel de l’idiome » depuis sa naissance. Ce statut garantit seul l’accès au fameux sentiment linguistique qui constitue le fondement de la méthode grammaticale de Damourette et Pichon. On voit donc qu’au détour d’un développement sur la personne grammaticale, le véritable objet du débat ressurgit : l’identité nationale, à laquelle Damourette et Pichon se raccrochent pour disqualifier nombre de linguistes quand ils sont en désaccord avec l’une ou l’autre de leurs interprétations.

71Ainsi, lorsqu’il répond directement à Spitzer par l’article « Il était bien à Constantinople », Pichon reste imperturbable et en profite pour glisser lui aussi une allusion peu déguisée au contexte international :

Quant à la position particulière de la France dans la civilisation humaine, et au rôle international passé et présent de la langue française, ce sont là des faits : que certaines gens dans le monde aillent souhaitant que le rayonnement universel de notre idiome périsse entièrement, c’est leur affaire ; mais M. Spitzer doit bien comprendre que les Français ne peuvent avoir sur ce point, s’ils sont patriotes, que des visées entièrement opposées. (Pichon, 1938m, p. 45)

72Il feint de s’étonner de l’hostilité de Spitzer à la francisation des noms de lieux étrangers, arguant de sa propre bonne volonté lorsqu’il a dû écrire pour des revues étrangères :

Je joue de malheur avec M. Spitzer. Le voilà qui m’accule aujourd’hui à me défendre âprement contre ses attaques, en m’accusant hardiment de discourtoisie à l’égard des étrangers. Or, la thèse que je défends – et qui n’est pas si « insoutenable », puisque M. Spitzer ne répond à aucun de mes arguments d’ordre linguistique, – n’a rien de discourtois, vu qu’elle m’a conduit déjà plusieurs fois à signer des articles en allemand avec le prénom germanisé d’Eduard, sans o ; je devais cet hommage à la langue allemande : du jour où je me permettais d’user de cet instrument qui ne m’appartient point, il était décent que je fisse tous mes efforts pour défigurer le moins possible l’unité idiomatique de cette langue à la carrière brillante. Est-ce de la malpolitesse ? (Pichon, 1938m, p. 44)

73Là encore, le discours en creux est le plus intéressant : ce que Pichon a fait pour l’allemand, Spitzer doit l’accepter pour le français. Chacun sa langue, chacun ses concessions. La position de Pichon est cependant contradictoire : bien qu’il s’en défende, et qu’il prétende donc souhaiter pour chaque nation le droit à traduire les noms étrangers à son idiome, Pichon laisse en fait penser, en affirmant que le français est possiblement une langue universelle, que la francisation constitue un processus à part. Il exhorte en fait les étrangers à renoncer à une domination linguistique à laquelle ils ne sauraient prétendre – au contraire, on l’a vu, de la France –, pour lui préférer une fierté à voir leur noms de villes traduits :

  • 29 La métaphore du viol de la langue par un nom étranger constitue la reprise de thèmes courants dans (...)

Les patriotismes locaux devraient avoir la coquetterie de faire ressortir que leur ville a l’honneur d’un nom particulier dans les divers idiomes, ce qui marque son importance et son ancienneté, plutôt que de vouloir asservir le monde à introduire barbarement partout un nom omnibus qui vienne violer des idiomes29 auquel il ne conviendra pas. (Pichon, 1937f, p. 116)

74Le signifié du nom propre est ici présenté comme universel, c’est-à-dire perçu par tous de la même manière, ce qui explique la possibilité d’une traduction qui ne soit pas une trahison :

Aussi bien le concept de Rome ou celui de Paris sont-ils assez universellement humains pour s’incorporer dans la vie linguistique de chaque peuple, en acceptant la même loi de diversité linguistique que celui de « cheval » ou celui de « bonté ». (Ibid.)

75Pichon semble détourner ainsi le problème – qu’il pose, avec Damourette, dès les premières pages de l’Essai de grammaire de la langue française –, de la nature du signe linguistique. Si, pour Damourette et Pichon, le raisonnement saussurien sur l’arbitraire pèche par l’assimilation forcée des signifiés d’Ochs et de bœuf, les « conclusions normatives » (ibid., p. 120) de Pichon sur la traduction semblent pourtant recourir au même artifice ; en attribuant à Rome et à Paris des signifiés (« concepts ») stables, et par là même universels, Pichon semble contredire ses thèses habituelles, à savoir que les idiomes envisagent de façon radicalement différente les objets du monde :

La faute que nous paraît contenir ce raisonnement de Saussure est de croire à l’équipollence absolue de deux vocables appartenant à des langues différentes, comme Ochs et bœuf. Jamais l’extension de deux sémièmes dans deux idiomes différents n’est exactement la même ; jamais deux vocables ne se recouvrent absolument quant à leur domaine sémantique. Les idées auxquelles ils correspondent sont donc différentes, et l’on peut dire en toute certitude que jamais à une idée claire, distincte et identique à elle-même n’ont correspondu deux signes linguistiques. (I, § 74, p. 96)

76La distinction entre noms propres et noms communs explique-t-elle ce changement de position ? Pichon reste peu précis à cet égard, mais tout donne à penser que les noms essentiellement uniques, les noms propres dans le métalangage de Damourette et Pichon, jouissent d’un statut particulier face à la traduction. Ainsi, l’unicité référentielle du nom propre conditionne la construction d’un signifié stabilisé ; il suppose implicitement la possibilité d’une perception unique, universelle, un consensus perceptif qui aboutit à l’élaboration d’une idée partageable entre locuteurs d’idiomes différents.

77Deux ans après cet échange, en 1939, Spitzer publie, dans le Bulletin de la Société de linguistique de Paris, une « Note sur la prononciation des noms propres » : il la dédie à la mémoire d’Antoine Meillet et à aucun moment il n’y mentionne le nom de Pichon, ce qui apparaît comme un ultime coup dans la bataille. Il évoque pourtant, sur le ton permanent du témoignage personnel, les « idéologies nationales » (Spitzer, 1939, p. 42), le « sentiment protectionniste au sujet d’un nom propre » (p. 35), ou encore la « résistance contre la nationalisation du nom propre » (p. 37). Dans cet examen des arguments en jeu, à travers l’analyse de cas concrets et vécus (rencontres avec des collègues étrangers, conférences internationales notamment), il signale : « Il y a une morale du parler – qui est celle de la solidarité humaine, prébabélique » (p. 41, note 1). Mettant ainsi définitivement fin à la polémique qui aura agité les pages du Français moderne, et ignorant son adversaire, il plaide pour une position à la fois pragmatique et éthique.

  • 30 Voir Dauzat (1943, p. 161) : « […] on a cherché à s’associer dans une même revue de travaux destiné (...)

78La querelle qui oppose Spitzer à Pichon ne sera pas non plus évoquée par le texte qu’Albert Dauzat, directeur scientifique du Français moderne30, publie en 1939 sous le titre « La francisation des noms de famille étrangers ». Il y signale simplement la complexité d’un débat où certaines positions donnent lieu à des interprétations parfois contradictoires :

Certains, qui veulent conserver la pureté de la race ( ?) française en l’anémiant, se refusaient à assimiler les « métèques » ou, en revanche, taxaient de nationalisme la francisation des noms. Il suffit d’opposer ces critiques l’une à l’autre pour mieux les annihiler. (Dauzat, 1939, p. 224)

79On notera le point d’interrogation que Dauzat prend la peine de noter à la suite du terme « race ». Ainsi, il défend lui aussi une francisation systématique, et n’exclut pas de son argumentation la question de l’unité nationale :

Depuis une vingtaine d’années, le nombre des naturalisations s’est accru en France et il s’accroîtra encore. Notre situation démographique rend nécessaire l’immigration, qu’il importe de filtrer et de sélectionner. À un autre point de vue, il faut éviter que les étrangers fixés à demeure sur notre sol ne forment des minorités ethniques : tout ce qui concourt à leur assimilation doit être favorisé. L’assimilation du nom est un des aspects du problème : par la francisation de son patronyme, le naturalisé et ses enfants plus encore se sentiront mieux à l’aise dans leur nouvelle patrie. (Ibid., p. 219)

  • 31 La position de LAction française à ce sujet est claire : « C’est ainsi que notre pays compte plus (...)
  • 32 Saussure (1972, p. 237). Voir Leroy (2004, p. 19).

80Les arguments diffèrent toutefois de ceux de Pichon, puisque l’objet de la francisation a changé : il s’agit pour Dauzat d’intégrer, dans la société française elle-même, des familles qu’il voit comme stigmatisées par des patronymes étrangers31. Dès lors, en ramenant les noms de famille au système de la langue, il semble s’éloigner de la position saussurienne32 :

Si on n’y avait mis bon ordre, notre onomastique prenait un aspect de plus en plus hétéroclite, qui en déparait l’harmonie et l’unité : car les noms de famille font partie de la langue. (Ibid., p. 220)

81Entre défense de l’harmonie de la langue et idéal d’une certaine paix sociale, Dauzat se pose donc en médiateur implicite d’un débat entre nationalisme et cosmopolitisme, au sein duquel la langue est instrumentalisée en tant qu’elle véhicule des représentations identitaires toujours susceptibles de créer un terrain polémique.

Le locuteur de l’idiome national, un locuteur natif ?

82Pichon défend donc âprement l’idée que, pour un locuteur, le contact des langues, en tant qu’il signifie un contact entre deux systèmes de pensée essentiellement différents et incompatibles, est problématique :

Jamais les bilingues, à moins d’un versement résolu et relativement précoce dans une des langues à eux offertes, n’ont un sentiment parfait d’aucune des deux langues qu’ils croient posséder. Ce sont, comme dit Meillet, dont un témoignage en linguistique a du poids, des « gens qui, ayant parlé dès l’enfance plusieurs langues, n’ont profondément le sens d’aucune ». (Pichon, 1931, p. 101)

83La formulation suivante est plus radicale : « Le bilinguisme est une infériorité psychologique » (Pichon, 1936a, § 86, p. 102).

84Ainsi, le bilinguisme de l’enfant est présenté comme à l’origine de pathologies du langage, et plus spécifiquement du bégaiement. Les locuteurs suspectés d’être sous l’influence de langues étrangères sont de même régulièrement disqualifiés dans l’Essai de grammaire de la langue française. Enfin, le bilinguisme du grammairien y est présenté comme une entrave au juste exercice du sentiment linguistique, dont on se souvient qu’il est au cœur du dispositif d’investigation grammaticale de Damourette et Pichon.

  • 33 Elle sera élue à la Société de linguistique de Paris en 1939, parrainée par Damourette et Pierre Fo (...)

85Pichon s’est beaucoup penché, en tant que médecin, sur le problème du bégaiement. Il a en particulier co-écrit un livre sur le sujet, avec Suzanne Borel- Maisonny33 : l’ouvrage a connu trois rééditions, la dernière datant de 1976. Le bégaiement y est présenté comme un trouble de l’intelligence lingui-spéculative ; en cela, il diffère du bégayage, simple trouble mécanique associé :

Être bègue, cela se réalise par un vice d’élocution, simple symptôme auquel on peut réserver le nom de begayage. […] Quant au noyau essentiel de cette maladie, il ne siège pas dans la fonction de réalisation linguistique, mais dans la fonction ordonnatrice de l’idiome. Les bègues sont essentiellement atteints d’insuffisance lingui-speculative, c’est-à-dire que, quelle que soit par ailleurs la qualité de leur intelligence, ils ont de la peine à se formuler eux-mêmes leur pensée dans le moule du langage. Ce qui, selon nous, constitue vraiment le begaiement, c’est la coalescence dyspragique entre l’insuffisance lingui-speculative et le begayage. (Pichon et Borel- Maisonny, 1937, p. 4)

86Pichon et Borel-Maisonny distinguent donc clairement la localisation du trouble et son symptôme ; si ce dernier ne concerne que la sphère articulatoire, c’est bien en une atteinte des mécanismes mentaux que consiste le bégaiement :

87Mais, dans cette coalescence, les deux éléments ne sont pas sur le même pied ; l’un est causal par rapport à l’autre : le bégayage procède de l’insuffisance lingui-spéculative. […] la vraie curation du bégaiement s’obtient en réduisant l’insuffisance lingui-spéculative par la rééducation de la pensée linguistique. (Ibid.)

88L’étiologie du trouble est alors décrite ; elle est complexe, mais le bilinguisme y tient une place de choix, en tant qu’il concerne directement le domaine lingui-spéculatif :

Quant à l’étiologie du bégaiement, ce ne sera dès lors pas celle du bégayage, mais celle de l’insuffisance lingui-spéculative d’où procède ce bégayage. […] Nous sommes ramenés ainsi aux causes de l’insuffisance lingui-spéculative. Celles-ci sont multiples, et leur convergence fréquente.
Outre l’insuffisance mentale globale dont nous venons de parler, il y a lieu d’indiquer la prédisposition familiale héréditaire, le bilinguisme, qui compromet gravement la fonction ordonnatrice du langage, et enfin les troubles de la fonction appétitive, représentés soit par l’action étiologique directe des perturbations affectives dorigine familiale, soit, beaucoup plus fréquemment, par la médiation du retard simple de lélocution. (Ibid.)

89Ce type d’analyse permet à Pichon de prescrire, dans son manuel sur Le développement psychique de lenfant et de ladolescent, un unilinguisme sans faille dans l’éducation des enfants :

  • 34 Voir supra : les nurses « germaniques » sont particulièrement visées.

L’enfant devant être maintenu jusqu’à neuf ans dans un unilinguisme rigoureux, on ne devra pas le mettre aux mains d’une gouvernante étrangère. (Pichon, 1936a, § 285, p. 279)34

90La mention de l’âge, neuf ans, indique que Pichon s’appuie sur un découpage des stades acquisitionnels pour isoler une période de fragilité ; une fois ce moment passé, l’enfant maîtrise suffisamment sa langue maternelle pour se trouver sans danger en situation de diglottisme :

La question du bilinguisme se rattache étroitement à la nature idiomatique de la pensée. Le bilinguisme est l’état d’un enfant qui, à l’âge de la constitution progressive du langage, a appris deux idiomes à la fois. Il faut distinguer soigneusement le bilinguisme du diglottisme, qui sera l’acquisition d’une seconde langue quand la première est constituée depuis beau temps et devenue maîtresse de la pensée. (Ibid., § 86, p. 102)

91On retrouve dans l’Essai de grammaire de la langue française l’idée que les premiers temps de l’acquisition du langage par l’enfant sont placés sous le signe de la vulnérabilité. Cette idée est directement associée à la définition de ce que la linguistique contemporaine appellerait un locuteur natif :

Il faut donc, pour qu’un esprit saisisse réellement tout le contenu sémantique d’un discours, qu’il ait, dès l’infantile époque de sa formation, été modelé selon le système taxiématique de l’idiome dans lequel la pensée de son interlocuteur s’exprime. […] Tel est […] le secret de la valeur éducative des langues étrangères à condition qu’elles ne soient enseignées qu’à un âge où l’esprit de l’enfant, déjà solidement constitué dans les formes intellectuelles de son idiome maternel, ne se laissera pas adultérer par des contaminations allogènes. (I, § 6, p. 15)

  • 35 CPH, Critical Period Hypothesis.
  • 36 Les facteurs liés à l’âge ne suffisent pourtant aucunement à expliquer la variation individuelle da (...)

92Pour Pichon, il existerait donc un stade acquisitionnel au cours duquel la constitution de l’identité linguistique de l’enfant serait particulièrement instable. En d’autres termes, l’apport d’un matériau linguistique étranger jouerait un rôle perturbateur. Une telle idée est à rapprocher de l’hypothèse contemporaine de la « période critique »35 : passé un certain âge, un enfant ne pourrait plus acquérir une autre langue que sa langue première avec la possibilité d’en devenir locuteur natif. On retrouve, à l’envers, les propos de Pichon : les « contraintes liées à la maturation »36 sont souvent présentées comme un obstacle à l’acquisition par excellence, celle qui mène à la compétence du locuteur natif ; la perspective pichonienne est la préservation de la langue première, mais se pose en fait la même question : quelles conditions réunir pour que l’enfant maîtrise, comme un natif, une langue ?

93De ce point de vue, le bilinguisme est-il pathogène ? La littérature actuelle ne prend pas toujours clairement parti. Un article de Van Borsel, paru en 2002 dans la revue Rééducation orthophonique, fondée justement par Borel-Maisonny en 1962, fait un état des lieux qui rend compte des contradictions et incertitudes des spécialistes de la question :

  • 37 Voir les références de ces articles et de celui de Travis et al. (1937) infra, Références complémen (...)

La croyance que le bégaiement est plus fréquent chez les bilingues est largement répandue (voir par exemple Karniol, 1992 ; Eisenson, 1984 ; Mattes et Omark, 1991 ; Shames, 1989)37.
Cependant peu d’études ont en fait calculé la prévalence du bégaiement chez les bilingues. (Van Borsel, 2002, p. 105)

94Dans un premier temps donc, le lien causal entre bilinguisme et bégaiement relèverait de la « croyance », non du fait scientifiquement établi. Une précision s’avère d’ailleurs d’importance :

Travis et coll. (1937) ont souligné que […] le fait que 97,20 % des bilingues ne bégayaient pas ne pouvait être négligé. (Ibid., p. 106)

95Ce chiffre impressionnant ne suffit pas, il est vrai, à invalider l’hypothèse en question. Pourtant, le compte rendu des protocoles expérimentaux menés jusqu’ici ne permet pas de donner une « réponse claire » :

Les conclusions essentielles de cette revue de la littérature peuvent être résumées ainsi :
On a quelques raisons de penser que le bégaiement est plus fréquent chez les bilingues que chez les monolingues, mais des études récentes qui le confirmeraient manquent. Il est vraisemblable que le bilinguisme est un facteur qui contribue au développement du bégaiement, au moins dans certains cas, mais d’autres facteurs, comme être exposé à une pratique ou une situation où les langues sont mélangées, peut aussi bien jouer un rôle. Pour quelle raison les enfants bilingues précocement sont-ils plus enclins à développer un bégaiement et jusqu’à quel point la proximité des langues parlées joue-t-elle un rôle, sont des questions qui n’ont pas actuellement des réponses claires. (Ibid., p. 111)

96On est frappé, à la lecture de cette synthèse, par la prévalence des modalisateurs (« on a quelques raisons », « il est vraisemblable ») qui mettent à distance un propos auquel on a bien du mal à donner une tournure lisible. La remarque finale laisse de ce point de vue tout à fait rêveur :

Pour des enfants bilingues qui développent un bégaiement, supprimer une langue temporairement peut être une approche thérapeutique indirecte, ou si ce n’est pas possible appliquer le principe « une personne - une langue ».
Différer le bilinguisme pour prévenir le bégaiement est une option incertaine. De façon assez étonnante, il semblerait aussi qu’exposer un enfant à une seconde langue puisse réduire le bégaiement. (Ibid.)

  • 38 La presse a largement relayé les débats soulevés par cette assimilation : voir par exemple Coignard (...)

97Finalement, tout et son contraire paraissent pouvoir tenir lieu de discours sur les liens entre bégaiement et bilinguisme. Pourquoi, dès lors, la question se pose-t-elle toujours ? L’étrangeté du bilinguisme inquiète. Être double, à l’identité insaisissable ou indéfinissable, par opposition à la figure rassurante de l’unilingue, le bilingue renvoie ainsi aux peurs attachées à la problématique identitaire, et pose la question de la cohésion et de l’homogénéité de la communauté linguistique, caractéristiques attachées, par Pichon en particulier, à la sécurité de la nation. C’est qu’avec les plurilingues, les fantômes du franglais (Étiemble) ou du frallemand (Herder traduit par Faye), c’est-à-dire de la perte de l’identité linguistique collective par le métissage, ne sont pas loin (voir Cabanel, 1997, p. 28). Il n’est donc pas anodin que, dans un pré-rapport parlementaire récent, la question du bilinguisme, associée à celle de la « mauvaise » maîtrise de la langue française, se trouve explicitement liée, par une causalité directe, à celle de la délinquance38 : l’unification linguistique serait ainsi garante de la sécurité intérieure. Ainsi, pour la tranche d’âge 1-3 ans :

Seuls les parents, et en particulier la mère, ont un contact avec leurs enfants. Si ces derniers [sic] sont d’origine étrangère elles [sic] devront s’obliger à parler le Français [sic] dans leur foyer pour habituer les enfants à n’avoir que cette langue pour s’exprimer. Les réunions organisées par les associations de mères de familles étrangères […] peuvent inciter ces dernières dans cette direction. Si c’est dans l’intérêt de l’enfant, les mères joueront le jeu et s’y engageront. Mais si elles sentent dans certains cas des réticences de la part des pères, qui exigent souvent le parler patois du pays à la maison, elles seront dissuadées de le faire. (Benisti et al., 2004, p. 9)

98La raison principale de ces recommandations, assorties de mesures coercitives à appliquer en cas de résistance des parents concernés, est en effet que « [l]e bilinguisme est un avantage pour un enfant sauf lorsqu’il a des difficultés car alors ça devient une complication supplémentaire » (ibid., 2004, p. 17). Par « complication supplémentaire », il faut entendre « délinquance », ainsi que l’indique dans ce rapport un graphique à la scientificité douteuse, intitulé « Courbe évolutive d’un jeune qui au fur et à mesure des années s’écarte du “droit chemin” pour s’enfoncer dans la délinquance ». On voit que sur ce dernier point, le rapport parlementaire rend compte de l’absence totale de résultats scientifiques validés et utilisables. Le bilinguisme n’est pas un handicap, mais il reste visiblement, dans des représentations malheureusement répandues et séduisantes, associé de plus ou moins près à cette idée.

99Les propos de Pichon, on le voit, sont derrière leurs formulations parfois surannées toujours d’actualité. Ils sont légitimés par une longue liste de noms :

Cette conclusion pessimiste [le fait que le bilinguisme soit une « infériorité psychologique »] est celle de tous les auteurs qui ont, sur du matériel concret, étudié réellement la question : M. Epstein en France, M. Braunshausen et M. Decroly en Belgique, M. Wagener et M. Ries en Luxembourg, M. Meyhoffer et M. Möckli en Suisse, M. Jespersen en Angleterre et en Scandinavie, Mlle Saës au pays de Galles, M. Smith aux États-Unis, M. Gali en Catalogne, M. Couka en Tchécoslovaquie, M. Henns et M. Yoshioka par la comparaison respective des Allemands et des Japonais vivant dans leur pays et de ceux résidant à l’étranger. (Pichon, 1936a, § 86, p. 102)

100L’état actuel des recherches semble montrer que les études sur lesquelles s’appuie Pichon n’ont pas fait date.

101Ainsi, pour Damourette et Pichon, un bilingue est un locuteur déficient, exposé au risque d’une confusion mentale. Mais « bilingue » n’est pas à entendre dans un sens restreint : plus largement, les origines familiales, en dehors de toute pratique linguistique spécifique, peuvent entrer en ligne de compte. On aborde alors le domaine obscur de l’intrusion du biologique dans la compétence linguistique.

102Milner (1995) souligne la nécessité de distinguer entre une faculté universelle, le langage, et l’irréductible variété des langues : dès lors, seul le langage se transmet par ce qui pourrait s’appeler le biologique ; la langue elle-même n’est qu’un produit culturel, et en tant que tel ne peut être comme mystérieusement transmise par la génétique :

  • 39 C’est exactement ce que Damourette et Pichon supposent. Voir I, § 69, p. 17.

En tant qu’elle se distingue du langage, une langue particulière est donc un caractère intégralement acquis par l’individu au cours de son existence d’individu. Il est au reste remarquable que ceux qui ont soutenu l’hérédité des caractères acquis ne se soient pas intéressés davantage aux conséquences éventuelles de leur position touchant la question linguistique : ils auraient dû supposer que, par exemple, un enfant né de parents slaves devait manifester dans son usage de l’allemand des traces phonologiques ou syntaxiques ou sémantiques du polonais ou du tchèque, et cela même si, comme cela a pu effectivement se produire dans les années quarante (qu’on songe au Lebensborn), il avait été séparé de ses parents à sa naissance, avait été élevé en milieu strictement germanophone et n’avait jamais été en contact suivi avec les langues slaves. [Appel note 41] Selon la même logique, ils auraient dû supposer que jamais un enfant né de parents non français et adopté à sa naissance par des Français « de souche » ne parlera le français sans manifester en quelque point de structure des traits venus d’une autre langue39.
[Note 41] Évidemment, il ne s’agit pas de ce qui se passe pour les sujets qui demeurent en contact dans leur entourage immédiat avec une langue différente de celle de la population majoritaire. Il arrive que, dans ce cas, des interférences se produisent. Mais pas nécessairement, loin de là. Damourette et Pichon croyaient fermement qu’ils étaient en droit de retrouver dans le style d’André Maurois des influences germaniques, dues selon eux aux origines juives de l’écrivain (Des mots a la pensée, V, § 1721, p. 194-195). Ce sont là des fantasmes. (Milner, 1995, p. 254-255)

103Le fait que Milner cite justement Damourette et Pichon dans ce raisonnement signale la particularité de leur discours : ils se penchent très sérieusement sur la question de l’identité linguistique, et les relations qu’elle entretient avec l’hérédité et la culture restent très floues. Le passage de l’Essai de grammaire de la langue française incriminé par Milner est le suivant :

  • 40 Voir V, 1718, p. 190 : « “Chez nous, il était admis que tous les sentiments conventionnels sont vra (...)
  • 41 Voir V, § 1709, p. 176 : « “Je ne sais pas si je t’ai jamais dit que Jeanne venait déjeuner mardi.” (...)

Nous avons déjà cité § 1718 une phrase de M. Maurois qui s’expliquait mal par les normes françaises ordinaires40. […] force est de penser que c’est son propre parler, et non celui qui conviendrait à son personnage, que M. Maurois reproduit quand il met dans la bouche de Mme Guérin, née Germaine d’Hocquinville, la phrase que voici :
Je t’ai dit que Jacques et Lolotte viennent dîner ? (A. Maurois. Le cercle de famille, XVIII, p. 329)
Comparez avec la phrase orale authentique de Mme EJ citée § 170941. Nous soupçonnons que M. Maurois reproduit son propre parler, car les Israélites forment un milieu relativement fermé qui conserve longtemps des habitudes allogènes ; et précisément en ce qui concerne la question qui nous occupe, il nous a été donné souvent de remarquer que les Juifs faisaient moins volontiers la concordance que le gros des Francimands. (V, § 1721, p. 194-195)

  • 42 On pourrait finalement citer ici les « quatre états confédérés » honnis par Maurras : juifs, protes (...)
  • 43 Par exemple, « M. AS. – Vers 1850, Alsace, médecin, israélite, B. » ou bien « Mme AV. – Vers 1887, (...)

104Maurois est donc avant tout accusé de manquer un effet de réel : alors que son personnage est issu de l’aristocratie française, il le fait parler comme un « Israélite ». Ce commentaire stylistique ne manque pas de piquant : l’antisémitisme de Pichon ressort pleinement dans ce passage, même s’il est nuancé par quelques précautions vagues : « moins volontiers », « le gros des Francimands » sont autant d’expressions qui montrent tout de même la difficulté qu’ont Damourette et Pichon à affirmer pleinement, au beau milieu d’un raisonnement scientifique, des idées qui relèvent de l’indémontrable. S’il est possible de classer ces réflexions de Damourette et Pichon du côté des preuves de leur antisémitisme, c’est également parce que leur traitement des exemples est tout à fait inégal : l’identité du locuteur est prise en compte dans l’interprétation des énoncés, les non-Français étant discrédités par avance. Cette catégorie de locuteurs est plus simple à définir par la négative : toutefois, on peut dire qu’elle englobe non seulement les francophones dont le français n’est pas la langue maternelle, mais également et surtout les non-catholiques, à savoir les protestants et les « Israélites »42. La liste des témoins oraux de l’Essai de grammaire de la langue française précise d’ailleurs pour certains « protestant » ou « Israélite »43 : c’est dire l’importance linguistique que Damourette et Pichon accordent à ces éléments. L’exemple suivant illustre la méfiance envers le protestantisme en tant qu’il n’appartiendrait pas de droit à la culture française :

« Parfois quelque excellent article de revue nous fait douter dans quels parages ne poussera-t-il point sa pensée. » (A. Gide. Prétextes. Quelques livres, p. 197.)
Nous démêlons mal sous quelle influence M. Gide a pu être amené à écrire cette phrase. Vulgarisme ? c’est peu vraisemblable. Alors, helvétisme, comme il semble qu’on en rencontre souvent dans la société protestante ? prétentionnisme ? Adhuc sub judice lis est. (IV, § 1428, p. 366)

  • 44 Voir I, § 42, p. 57 : Le prétentionniste est celui qui, plutôt que de dire la bonne tournure frança (...)

105L’interprétation de l’origine du tour part donc de trois hypothèses différentes : le vulgarisme serait un effet de style, un mimétisme volontaire. Le pretentionnisme consisterait en une complication ridicule, une sorte d’hypercorrection, dont le résultat est fautif à défaut d’être simple44. L’hypothèse centrale est donc que le « milieu protestant » auquel appartiendrait Gide lui aurait transmis un tour non pas « français » mais « helvétique ». C’est ici que se pose la question de la modalité des transmissions : « l’helvétisme » de Gide est-il le résultat d’un enseignement ou bien procède-t-il d’une hérédité biologique ?

106La part de naturalisme que Damourette et Pichon intègrent à leur réflexion sur ces processus de transmission reste difficile à évaluer ; on en trouve des traces dans l’Essai de grammaire de la langue française :

L’homme étant essentiellement l’animal qui parle, il est naturel de prendre la langue comme critère de classification, zoologique pourrait-on dire, des différentes variétés du genre humain. Mais il nous faut analyser de près maintenant à quoi correspond au point de vue des groupements collectifs la notion de langue. (I, § 9, p. 17)

  • 45 Au même moment, le Danois Jespersen réfléchit lui aussi sur les mécanismes héréditaires associés au (...)

107Ils posent alors explicitement la question de savoir s’il existe « un rapport entre le parler d’un groupement humain et sa race, c’est-à-dire l’ensemble des caractères qu’il possède en commun et par hérédité » (ibid.). Le somatique et le psychique sont placés sur le même plan, puisqu’ils sont susceptibles de se transmettre de la même manière45 :

Ce qu’il importe de noter, c’est qu’un homme, de même qu’il hérite des particularités somatiques de ses ancêtres, hérite, suivant les mêmes lois, de leurs particularités mentales. Les intéressants travaux qu’ont poursuivis de nos jours les charactérologistes ont mis objectivement en évidence que les facteurs héréditaires jouaient, à coup sûr, un certain rôle dans la formation des divers esprits humains. Ces savants n’avaient en général en vue que l’hérédité familiale, mais l’hérédité mentale une fois admise comme une réalité scientifique, il est légitime de l’étendre à des collectivités plus nombreuses, au moins en ce qui concerne des traits qui, comme leur idiome, caractérisent ces collectivités dans leur entier. (I, § 10, p. 17)

108La question de l’atavisme est dès lors réglée, ce qui permet de construire dans sa complexité l’identité du locuteur national ; elle est déterminée tant par des facteurs sociaux, culturels, que par des facteurs biologiques :

Nous ne sommes donc pas portés à admettre que le rôle de l’hérédité soit strictement nul en ce qui concerne la formation du parler de l’individu. (Ibid.)

109On voit donc que, contrairement à ce qui est affirmé à maintes reprises par Pichon en d’autres endroits, les considérations naturalistes et biologisantes ne sont pas absentes de l’Essai de grammaire de la langue française. Néanmoins, Damourette et Pichon ne peuvent que se rendre à l’évidence :

Pourtant, un enfant, séparé des siens dès le berceau et transplanté en terre étrangère avant d’avoir pu recevoir aucune empreinte linguistique, parlera la langue du pays où il sera élevé. (Ibid.)

  • 46 Cette entorse à la scientificité du propos fait partie des compromissions nécessaires de tout proje (...)

110C’est ici que leur mauvaise foi46 apparaît pleinement ; s’incarnant dans le verbe « nous croyons », elle place définitivement le parti pris idéologique au-dessus du raisonnement scientifique, et laisse à « hérédité » un sens peu clair :

Mais nous croyons qu’il ne la parlera pas sans lui faire subir d’imperceptibles déformations causées par son hérédité allogène. Cet individu isolé ne pourra, certes, avoir de parler que s’écartant très peu du type commun du pays, car il ne trouvera nulle part hors de lui-même d’appui à ses innovations. (Ibid.)

111Damourette et Pichon n’ont donc de cesse de vouloir illustrer cette croyance : ils dénoncent l’helvétisme de l’un, le judaïsme de l’autre, en proposant manifestement des analyses orientées, peu équitables dès lors que les mêmes formes se retrouvent chez des locuteurs prétendument français, c’est-à-dire non atteints par des « contaminations allogènes » dont la nature reste par ailleurs floue. Si, on l’a vu, l’Essai de grammaire de la langue française laisse planer le doute quant à une possible hérédité biologique des faits de langue, ce qui constitue une contradiction manifeste avec les attaques de Pichon contre la biologisation abusive des phénomènes psychiques, il reste que cette idée ne se trouve pas ailleurs dans la production de Damourette et Pichon. En 1938 par exemple, Pichon fait la mise au point suivante :

La question des prédispositions qu’apporte ou non chaque être humain, à sa naissance, à parler tel ou tel idiome est une des plus ardues de la linguistique. L’hypothèse qu’il y ait une « mnémonique héréditaire » des articulations et des vocables n’est jamais arrivée à s’asseoir sur aucun fait linguistique positif. Dans le dernier tiers de siècle, les linguistes ont certes eu l’attention particulièrement attirée vers la question des substrats, c’est-à-dire des traces laissées dans la phonétique, la grammaire et le vocabulaire des langues par les idiomes que parlaient antérieurement les populations ayant adopté historiquement ces langues : « égéen », en grec, gaulois en français etc. Mais la plupart du temps, il s’agit d’infiltrations et de modifications qu’a subies la langue dominante à l’époque où elle vivait en symbiose de bilinguisme avec l’idiome dominé qu’elle n’avait pas encore tué. Des faits d’interprétations plus difficiles sont ceux où l’action d’un même substrat ne se révèle que bien après la disparition de l’idiome supplanté. Doit-on supposer une hérédité vraie de certaines habitudes de pensée ? La plupart des linguistes pensent plutôt que les altérations qui ne se révèlent, dans les langues conquérantes, qu’après la mort de l’idiome conquis remontent néanmoins, dans leur principe, à la période de bilinguisme : les générations ne seraient donc influencées, là encore, que par la voie de l’imitation linguistique et non par celle d’une problématique hérédité fonctionnelle. (Pichon, 1938e, p. 74)

112Pourtant, il reste que la disqualification de locuteurs « non natifs », pour utiliser une expression postérieure à Damourette et Pichon, ne joue pas seulement sur leur discours au sens le plus large du terme : elle est encore plus virulente dès lors qu’il est question de discours métalinguistique. Comme le rappelle Pichon (1937a, p. 34), pour être apte à comprendre la « signification psychologique » des « phénomènes linguistiques », il faut être locuteur de l’idiome considéré. À la figure du locuteur unilingue, il faut donc ajouter celle du locuteur-grammairien, unilingue par nécessité, puisque l’usage de son sentiment linguistique n’est possible que sur son propre idiome : « Seuls, les nationaux peuvent faire une bonne grammaire nationale » (I, § 7, p. 15).

113On peut signaler de ce point de vue la critique, constante dans l’Essai de grammaire de la langue française, des positions de Meyer-Lübke, dont Damourette et Pichon ne manquant jamais de rappeler qu’il n’est pas français. Par exemple, partant du constat que « [l]es magnifiques places de la Concorde et de l’Étoile, sont de grandes places, ce ne sont pas des grands places » (I, § 251, p. 293), Damourette et Pichon produisent une note dans laquelle ils traitent l’exemple du nom propre Catherine le Grand. Cette forme, qui se distingue par l’absence d’accord entre l’adjectif et le nom qualifié, est attestée. Elle est intéressante dans la mesure où elle engage soit à donner au nom propre un statut particulier, qui le sortirait du système de la flexion nominale, soit à donner à grand une valeur sémantique qui pourrait rappeler celle qu’il a dans grands places (auquel cas le fait qu’il qualifie ici un nom propre est sans incidence). Damourette et Pichon semblent plutôt pencher pour une troisième solution : il s’agirait d’un emploi stylistique, conditionné par le référent lui-même, Catherine II étant trop peu féminine, ou trop masculine, pour que l’adjectif soit féminin. Il s’agirait finalement d’une sorte d’accord sylleptique. Cette analyse est l’occasion d’une magistrale démonstration du parti pris maurrassien de l’Essai de grammaire de langue française ; Meyer-Lübke, en tant que germanophone, est en effet pris pour cible :

M. Meyer-Lübke (Grammaire des Langues romanes, t. III), fait à propos de grand une remarque qui montre combien il est imprudent de vouloir tirer de son propre crû des explications sur des finesses d’une langue autre que sa langue maternelle. Cet auteur écrit en effet : « Si le français moderne, dit Catherine le Grand, c’est purement et simplement parce que le Grand est une formule qui est ajoutée au nom des princes remarquables sans que celui qui parle se représente avec précision le sens originaire et le rapport grammatical de cette formule avec le nom propre. » Cette affirmation dogmatique est stupéfiante : jamais on ne s’exprime ainsi en français actuel. M. Meyer- Lübke a sans doute trouvé cette expression exceptionnelle chez le prince de Ligne, d’ailleurs né à Bruxelles. M. Abel Bonnard écrit en effet : « Charles de Ligne vécut aussi à la cour de l’Impératrice de Russie, de celle qu’il a appelée Catherine le Grand. » (Abel Bonnard. Le Prince de Ligne. Revue des Deux Mondes, 1er août 1926, p. 669.) Cela n’est en tout cas, qu’un artifice de style pour dire que la femme considérée a des qualités masculines, mais manque des charmes, tant physiques que moraux, que devrait comporter son sexe. L’auteur de la Grammaire des Langues romanes, qui montre une constante préoccupation de distinguer les phénomènes de syntaxe de ceux de stylistique a perdu une bonne occasion de le faire. (I, § 251, p. 293-294, note 2)

114On constate donc que les locuteurs, ici Meyer-Lübke et le prince de Ligne, sont inégalement jugés, puisque leur identité linguistique les hiérarchise a priori. Ainsi, le germanophone produit forcément des analyses erronées ; le francophone (bruxellois tout de même), alors qu’il emploie exactement la même forme, est lui crédité d’une intention stylistique qui l’exempte de tout reproche. De même, Bally se trouve attaqué :

[…] nous craignons [que] le savant linguiste genevois […] ne se laisse abuser par le bilinguisme si fréquent dans son pays. (VI, § 2372, p. 325)

  • 47 Le point précis sur lequel Damourette et Pichon attaquent Saussure est bien l’arbitraire du signe. (...)

115La conséquence de cette position est donc la disqualification du discours saussurien sur l’arbitraire du signe47. En tant que Suisse, donc au contact de plusieurs langues, Saussure n’est pas, selon Damourette et Pichon, apte à produire un discours métalinguistique toujours fiable sur le français ; aussi la notion de natif, même si l’adjectif n’apparaît pas dans l’Essai de grammaire de la langue française, est-elle définie en creux :

Ne faut-il pas craindre que Saussure, malgré sa qualité de Romand et la clarté pénétrante, indéniablement toute française, de son esprit, n’ait jusqu’à un certain point subi les inconvénients du bilinguisme : porter en soi une sorte de système de pensée en cote mal taillée, intermédiaire entre ceux des deux idiomes que l’on parle usuellement, et forcer ces deux idiomes à entrer bon gré mal gré dans ce même système, de sorte qu’on leur prête forme à forme et signe à signe une identité sémantique qu’ils n’ont en réalité pas chez la masse des indigènes unilingues qui parlent chacun d’eux ? (I, § 74, p. 96)

116Les qualités prêtées à Saussure ressortissent à la part « française » de son identité ; en revanche, ce qui se trouve critiqué, c’est son prétendu bilinguisme : l’image de la « cote mal taillée » illustre bien l’inadéquation de la pensée à la langue. Si Saussure peut poser une relation d’équivalence entre Ochs et bœuf, c’est donc avant tout parce qu’il ne peut avoir accès à la finesse suffisante du sentiment linguistique propre aux unilingues.

  • 48 Bally (1965a, p. 58-59), dans une perspective de linguistique générale qui diffère de la visée idio (...)

117En d’autres termes, Damourette et Pichon affirment qu’on ne peut décrire les mécanismes de pensée qui sous-tendent un idiome que si l’on pense soi-même avec ces mécanismes : la possibilité d’introspection, de juste exercice du sentiment linguistique, est entièrement conditionnée par ce rapport identitaire à la langue. Le grammairien ne peut donc étudier que sa langue maternelle. On pourrait justement objecter qu’une implication aussi intime dans l’objet d’étude altère l’observation scientifique et son idéal de neutralité48 : on retrouve ici l’affrontement entre introspection et objectivisme. La place primordiale donnée par Damourette et Pichon, dans le cadre de leur méthode ascendante, au sentiment linguistique, repose sur l’idée que le locuteur de l’idiome national est, du fait même de son identité – construite sociologiquement, psychiquement, voire biologiquement, par son appartenance à la communauté linguistique nationale –, détenteur d’un savoir particulier, lequel garantit la justesse de son sentiment linguistique. Ce savoir est complexe : il concerne à la fois la production du discours en général, ce qui renvoie finalement à une certaine conception de la norme linguistique, et la production du discours métalinguistique en particulier.

118Ce locuteur, expert-grammairien potentiel, évoque immanquablement le locuteur-auditeur idéal chomskyen. Ce dernier est pour le linguiste à la fois outil, puisqu’il produit les jugements d’acceptabilité et donc évalue les grammaires, et objet, puisqu’il produit les énoncés observés. Le locuteur-auditeur idéal, défini par Chomsky (1965) dans Aspects of the Theory of Syntax, est en effet un modèle de compétence censé guider le linguiste dans son évaluation d’une grammaire donnée :

L’objet premier de la linguistique est un locuteur-auditeur idéal, appartenant à une communauté linguistique complètement homogène, qui connaît parfaitement sa langue […]. Le problème pour le linguiste […] consiste en ceci : déterminer, à partir des données de la performance, le système sous-jacent de règles qui a été maîtrisé par le locuteur-auditeur et qu’il met en usage dans sa performance effective. (Chomsky, 1971, p. 12-13 ; traduction Milner)

119Certes, Chomsky utilise le locuteur natif comme expert, mais ne lui laisse pas la position du grammairien : au grammairien ensuite d’interpréter les jugements d’acceptabilité fournis par le locuteur-auditeur idéal. Pour Damourette et Pichon, le grammairien, puisqu’il est locuteur natif lui-même, possède in fine l’expertise, tout autant que les locuteurs qu’il observe, à laquelle s’ajoute la compétence scientifique. Il est donc un locuteur-grammairien. Une autre différence apparaît avec le caractère idéal du locuteur-auditeur chomskyen. Cet adjectif renvoie en fait à l’idée d’une norme linguistique préconçue ; il faudrait observer des locuteurs dont le discours est représentatif de ce qu’est vraiment la langue étudiée. Les problèmes concrets associés au recueil des données se posent ici : quel locuteur remplira cette fonction ? C’est la question posée par les détracteurs du native speaker chomskyen, auquel est reproché précisément son caractère platonicien :

« The alleged ability of speakers of a language to distinguish between grammatical and ungrammatical strings of words is about as rare and perverse as the ability to construct puns Anyone who has taught an introductory syntax course has had the experience of presenting an ungrammatical example only to be told by some smart-aleck about an unsuspected interpretation on which the sentence is quite normal the strings of words on which grammaticality judgemens are allegedly made exist only as typographical or acoustic objects, not as perceptual or cognitive objects, just as the Necker cube exists only as a graphic object as contrasted with its two interpretations, which do exist as perceptual objects. » (Mc Cawley, 1982)
If Mc Cawley is right, and I believe he is, Chomsky
‘s conception of « native speakers » is one more manifestation of his rationalism which has its roots in Platonic idealism. As long as a person can believe in Plato’s « idea », then that person can believe in the Chomskyan concept of a native speaker. But if belief is to be supported by evidence, then there can be no belief in Chomsky’s concept of « native speaker » since 25 years of transformational linguistics has proved the veracity of Mc Cawleys statement. (James W. Ney, dans Paikeday, 1985, p. 89-90)

120Le native speaker chomskyen est donc avant tout un modèle : il n’aurait pas fait la preuve de sa réalité. Chez Damourette et Pichon, le locuteur est rapidement envisagé comme modèle abstrait comme le montrent les lignes suivantes :

La langue française […] a une unité réelle, en ce que les divers éléments qui la composent sont à chaque moment à la disposition d’un Français quelconque idéalement conçu comme ayant la connaissance parfaite des ressources de sa langue et désirant les mettre en œuvre toutes. Mais ce Français est une identité imaginaire. (I, § 30, p. 42)

  • 49 Quoique la définition même de cette communauté soit problématique, puisqu’elle ne saurait être homo (...)
  • 50 Ainsi, la hiérarchisation des usages ne remet pas en question l’unité linguistique nationale. Voir (...)

121Mais le caractère idéal de cette figure, soigneusement souligné, apparaît comme une limite dont le grammairien doit rester conscient. Il s’agit pour eux d’étudier, dans une perspective sociolinguistique, les locuteurs du français ; à travers cette pluralité, c’est une ouverture sur la variation qui est donc rendue possible. L’importance de l’observation des locuteurs en tant qu’êtres singuliers dans l’Essai de grammaire de la langue française place donc Damourette et Pichon hors de portée, dans un premier temps, d’une accusation d’idéalisme. Par exemple, ils considèrent comme des données langagières à part entière ce qui est traditionnellement assimilé à un rebut inutilisable par le grammairien : les lapsus et autres ratés du discours. Dès lors, le locuteur n’est pas une entité figée dont on attend l’expression d’une norme. Il est a priori cependant un expert de son propre idiome, c’est son identité nationale qui le garantit. La part d’irrationnel dans cette conception n’est pas négligeable : on voit en effet qu’on passe d’une identité assez objectivement qualifiable, l’appartenance depuis l’enfance à une communauté linguistique donnée49, à une compétence censée découler naturellement de cette situation construite. C’est dans ce cadre que la reconnaissance de la variation est problématique. En effet, pour Damourette et Pichon, la bourgeoisie d’Île-de-France est la catégorie qui possède la « parlure optimale » : n’est-ce pas lui confier finalement le rôle de locuteur prototypique, de locuteur idéal ? Cependant, au regard de leur réflexion sur les « contaminations allogènes », il semble que, pour eux, ce qui relève pleinement du français est évidemment plus large : ainsi, même « vulgaire », la « parlure » de tout locuteur entrant dans les critères identitaires définis par Damourette et Pichon reste valide pour leur analyse. Ce qui est absolument rejeté, c’est ce qui ne relève pas de la production linguistique nationale50.

122Que l’on pense un locuteur idéal, tel que le native speaker chomskyen, ou un locuteur de lidiome national, on présuppose une compétence irrémédiablement attachée à une identité linguistique ; or, c’est bien la nature de cette identité linguistique qui pose problème :

  • 51 « [...] une langue est un système L-s, c’est-à-dire l’état fonctionnel atteint par l’organe du lang (...)

[] a language is a system Ls, it is the steady state attained by the language organ. And everyone is a native speaker of the particular Ls that that person has « grown » in his/her mind/brain. (Chomsky, dans Paikeday, 1985, p. 58)51

  • 52 Sur la question de la localisation des processus mentaux, voir Descombes (1995).

123L’hésitation marquée par Chomsky entre mind et brain est symptomatique52 : le choix de la localisation cérébrale du langage amène à une naturalisation des processus langagiers, et partant de la notion de native speaker, ce que le choix de l’adjectif native rappelle par ailleurs. On en revient au problème posé précédemment : quelles parts respectives faire au sociologique, au psychique et au biologique dans le processus de construction identitaire dont le locuteur serait le résultat ? Si la figure du natif est de ce point de vue difficile à cerner, celle du non-natif ne l’est pas moins. On a vu la façon dont Damourette et Pichon traitent le problème : ils posent a priori la défaillance de l’identité nationale (pour un locuteur protestant par exemple) et pensent en relever les preuves concrètes dans le discours. Cette façon de procéder est évidemment sans intérêt : outre qu’elle contredit la démarche scientifique revendiquée par nos auteurs, elle ne fait que confirmer leur difficulté à établir une définition positive du locuteur national.

124Le problème est toujours d’actualité : le natif est défini par la négative, le nonnatif étant utilisé comme locuteur témoin. Par exemple, on peut accorder au nonnatif la possibilité d’accéder à une compétence comparable à celle du natif ; cette dernière apparaît en creux dans l’énumération des tâches langagières que le nonnatif réalise moins bien d’emblée :

  • 53 « Certaines capacités semblent particulièrement difficiles à acquérir dans une langue seconde. Parm (...)

Certain kinds of ability seem to be particularly difficult to acquire in a second language.
Among these, the following are perhaps most important in an educational context:
saying the same thing in different ways
hesitating, and saying nothing very much
predicting what the other person is going to say
adding new verbal skills (learning new words and new meanings) when talking and listening
It is not being suggested that we can never learn to do these things in a second language

Nevertheless, there are vast number of children being educated through the medium of a
second language, and of teachers trying to teach them, who have not mastered these essential abilities. (Halliday, 1978, p. 199-200, cité par Davies, 2003, p. 3-4)53

  • 54 « Identity theory » (Davies, 2003, p. 182). Dans cette conception, la notion d’identité renvoie à u (...)

125Dès lors, un second point de vue se fait jour, qui établit une distance infranchissable entre natif et non-natif. Davies (2003) cite à ce sujet Coppieters (1987). Dans un premier temps, la compétence est définie d’un point de vue sociolinguistique : l’identité du locuteur est définie par le consensus de la communauté ; elle est donc sociale et non biologique. Il s’agit d’une reconnaissance implicite par les pairs, et donc d’un argument en faveur de ce que Davies appelle la « théorie de l’identité »54 :

  • 55 « Un locuteur du français est quelqu’un qui est accepté en tant que tel par la communauté à laquell (...)

A speaker of French is someone who is accepted as such by the community referred to as that of French speakers, not someone who is endowed with a specific formal underlying linguistic system. (Coppieters, cité par Davies, 2003, p. 182)55

126Mais l’idée chomskyenne de compétence, sur laquelle repose la notion de locuteur natif, ne saurait se passer de l’idée d’un substrat psychologique, comme on l’a vu précédemment avec l’hésitation entre mind et brain :

  • 56 « Mais pour Coppieters un tel argument est trop fortement sociologique, et de son point de vue la c (...)

But for Coppieters such an argument is to strongly sociological and in her [sic] view competence must include a psychological dimension. [] « However, it is also clear that the variation between native speakers and non-native speakers cannot simply be subsumed as a special case of the variation among native speakers: that is, non-native speakers have been found to lie outside the boundaries of native speakers variation. » (Ibid.)56

127Coppieters débusque donc le non-natif grâce au critère de variation : les locuteurs natifs d’une langue produiraient des énoncés dont la variation aurait une certaine amplitude ; « hors de ces limites », se trouveraient les énoncés, déviants par rapport à une norme statistiquement construite, des non-natifs.

128Finalement, la valeur heuristique de la figure du native speaker est à rediscuter ; en particulier, la place de l’usage de ce modèle en linguistique est, pour certains linguistes, amenée à changer, de même que le concept d’espèce a finalement, en biologie, évolué d’un critère statique de classification vers un modèle dynamique de prototypie :

  • 57 « En biologie, le concept d’“espèces” a été développé bien avant que la compréhension moderne de la (...)

In biology, the « species » concept had been developed long before the modern understanding of genetics had developed. Species were thought to be static entities, definable by a single « type »specimen. This concept changed with the realization that speciation was a dynamic, ongoing process.
I suspect that « native speaker » will change for the linguist just as « type specimen » changed for the biologist. Type specimens are still valuable for reference, but they no longer provide the static definition of a species. The type specimen has changed from being the point in ndimensional character space that defines the species, to being one point in a (more or less tight) cluster of points that identifies the region identifying a particular species. As we learn more about how language is acquired, I suspect we will change the way we think of native speakers not as the defining point in some ndimensional linguistic space, but as any of many points in a cluster in the part of linguistic space that is correlated with a particular language. (Christopher H. Stinson, dans Paikeday, 1985, p. 90)57

129Il n’est pas certain que, plus de vingt ans après cette prédiction, la situation ait réellement évolué. Dans le modèle chomskyen comme chez Damourette et Pichon, le point le plus problématique est donc que se trouve rattachée à l’identité linguistique respectivement native et nationale une certaine capacité introspective. Quelle valeur accorder à un instrument scientifique aussi peu définissable que les intuitions ? Arnold et Wasow (2005) discutent notamment ce point, et classent les intuitions sur lesquelles s’appuie la linguistique générative en deux groupes : les intuitions primaires relèvent du jugement de grammaticalité ; les intuitions secondaires sont celles par lesquelles on élabore des hypothèses sur les contraintes linguistiques qui commandent la structure grammaticale. On rejoint là pleinement la distinction entre épilinguistique et métalinguistique, et partant le sentiment linguistique décrit par Damourette et Pichon, dans la mesure où les intuitions secondaires renvoient précisément à l’élaboration du discours métalinguistique. Il semble donc que le locuteur de Damourette et Pichon soit dans une certaine mesure comparable au locuteur natif dont la linguistique contemporaine recherche toujours l’expertise : le locuteur de l’idiome national de Damourette et Pichon constituerait une version nationaliste du locuteur natif. L’« idée d’un conditionnement du psychisme du sujet parlant par la structure grammaticale propre à sa langue » constitue pour Fuchs (1982-1983, p. 53) une sorte de « degré zéro de l’énonciation » : cette première définition du locuteur (un sujet parlant conditionné par son identité nationale) est en effet un arrière-plan toujours présent dans les analyses de l’Essai de grammaire de la langue française.

Une théorie de l’énonciation

  • 58 Sur l’utilisation de ce terme problématique en histoire des théories, voir Auroux (2006).
  • 59 Nerlich (1986, p. 235) accorde à Benveniste le « début officiel de la théorie de l’énonciation ».
  • 60 Voir Pichon (1942, p. 8) par exemple.

130Le titre de l’article de Fuchs (1982-1983), « Damourette et Pichon précurseurs58 de l’énonciation », rend en fait assez peu justice au travail d’élaboration de ces deux auteurs puisqu’il leur donne une place à part, novatrice mais finalement quelque peu délégitimée : ils auraient commencé un travail que d’autres auraient réellement mené. Certes, on peut supposer, avec Mathieu Valette, que « [j]usqu’à ce que Benveniste investisse la problématique, Bally était vraisemblablement le seul francophone à pratiquer nommément une “théorie de l’énonciation” » (Valette, 2003, p. 7)59. L’emploi de l’adverbe « nommément » est ici d’importance : lorsque le terme énonciation apparaît dans l’Essai de grammaire de la langue française, il renvoie en effet à l’acte de parole de façon neutre, sans connotation théorique particulière60. Mais il paraît indéniable que, mettant au centre de leur réflexion sur le sujet parlant un terme autre que énonciation, à savoir locuteur, Damourette et Pichon construisent une théorie de l’énonciation à part entière.

131La critique de Bally par Damourette et Pichon signale une approche différente des problématiques énonciatives, dans la mesure où l’inscription de la subjectivité dans le discours est traitée par Damourette et Pichon comme un fait psychique et secondairement stylistique. Dans le cas du discours indirect par exemple, l’apparition du modus n’est pas perçue comme sans conséquence du point de vue informationnel puisque sur le plan syntaxique le dictum se trouve en position subordonnée. Ainsi, le contenu propositionnel de cette dernière ne serait pas saisi comme celui de la principale censée la précéder dans la suite des transformations opérées :

Comparons les deux phrases : Louis apportera des pommes. Je dis que Louis apportera des pommes. M. Bally semble admettre qu’elles sont équivalentes l’une à l’autre, la première comportant simplement l’ellipse du « modus » et l’énoncé isolé du « dictum ». Or, selon nous, en partant des faits, on doit au contraire marquer entre ces deux phrases une grande différence. […] Si […] une subordonnée est ce que la logique classique appelle une « proposition » […] elle n’est pas une phrase, et c’est là un fait psychique dont il ne faut pas escamoter la valeur. (VI, § 2118, p. 23)

132Au vrai, la critique de Bally est un peu sévère. Il est notamment étrange que Damourette et Pichon ne relèvent pas, dans ces pages de Linguistique générale et linguistique française, ce que Bally dit du dédoublement énonciatif, patent par exemple dans les énoncés ironiques. Ils ignorent ainsi délibérément la distinction, pourtant extrêmement intéressante pour une analyse psychologisante, entre pensée personnelle et pensée communiquée (Bally, 1965b, p. 37). Pour autant, il est certain que la conception que Bally expose des discours rapportés tend à les assimiler à des paraphrases, des reformulations équivalentes d’un dictum premier et finalement stable : seul le modus relèverait des variations énonciatives et en porterait les marques. Le passage suivant, qui ouvre le chapitre liminaire de la section appelée « Théorie générale de l’énonciation », est de ce point de vue ambigu :

Toute énonciation de la pensée par la langue est conditionnée logiquement, psychologiquement, et linguistiquement. Ces trois aspects ne se recouvrent qu’en partie ; leur rôle respectif est très variable et très diversement conscient dans les réalisations de la parole. L’analyse permet cependant de les retrouver par un jeu d’associations spontanées, soit discursives, soit mémorielles, mais toujours synchroniques, propres à un même état de langue ; ces associations permettent de découvrir les équivalences fonctionnelles qui sont à la base de tout système linguistique. (Bally, 1965b, p. 35)

  • 61 Voir Authier-Revuz (1992, p. 38) : « – le DD n’est ni “objectif ”, ni “fidèle” ; […] même lorsqu’il (...)
  • 62 Ce que Bally propose au sujet des équivalences fonctionnelles, conception qui permet finalement une (...)

133Cette idée d’équivalence fonctionnelle semble renvoyer à la possibilité d’un contenu informationnel stable dont les reformulations varieraient au gré de l’intention de communiquer du locuteur. De ce point de vue, on sait que les analyses énonciatives récentes montrent au contraire qu’il existe des différences de nature importantes entre les types de discours rapportés, et que les liens qu’ils entretiennent entre eux ne sont pas réductibles à une « dérivabilité d’ordre morpho-syntaxique »61. Sans théoriser précisément ce problème – les discours rapportés, qui constituent un point important de la linguistique énonciative actuelle, ne sont pas traités pour eux-mêmes par Damourette et Pichon, et ne font l’objet que de remarques isolées, comme celle qui a été donnée plus haut –, l’Essai de grammaire de la langue française pose donc, à partir de l’observation du niveau syntaxique, que la subordination est une hiérarchie du contenu informationnel. Ainsi, de même que la synonymie est discutable au niveau lexical, toute forme a un sens au niveau énonciatif. La singularité du sens attaché à chaque forme constitue précisément ce à quoi le grammairien s’intéresse62.

134Ainsi, toujours centrée sur le locuteur, l’analyse des exemples relève parfois de l’interprétation psychologique la plus simple :

« Ne t’étonne pas de ce que je vais te dire… Je reste chez moi. Tu vas redescendre ; comprends bien : tu diras à Chiquette que tu ne m’as pas vu, et qu’on t’a dit que j’étais parti ce matin pour mon pays. » (Louis Codet. La petite Chiquette, XX, p. 243)
[…] Dans l’exemple de Louis Codet, les propos du locuteur et la redescente de l’allocutaire sont le déroulement naturel du présent, mais il faudra à l’allocutaire un effort pour faire à Chiquette le mensonge qui lui est commandé ; tel est du moins le sentiment du locuteur pour qui ce mensonge créera et consommera sa rupture avec sa maîtresse. (V, § 1768, p. 281-282)

135Mais il arrive que Pichon apporte des précisions en lien direct avec son travail de psychanalyste :

« Je sens que je vais crier sur le professeur. » (M. GG, le 28 novembre 1930) M. GG est un obsédé qui craint de ne pas pouvoir s’empêcher de crier des paroles désobligeantes au professeur. Il est vrai qu’en réalité il ne les prononce jamais, mais, au moment où il a son angoisse obsédante, il lui semble que ces cris sont imminents, qu’ils seront le développement naturel et nécessaire de son présent. (V, § 1768, p. 280)

136Il convient donc d’examiner comment ce type d’analyse est mis en jeu à propos de ce qui construit finalement un appareil formel de l’énonciation : les pronoms personnels, les temps verbaux, et les déictiques spatio-temporels notamment.

Le terme locuteur et ses dérivés

137Il s’agit avant tout de dresser une liste des termes dérivés de locuteur. Le sens pris par chacun d’eux dans la théorie de Damourette et Pichon, et leurs éventuels rapports avec les termes issus d’autres approches théoriques contemporaines de l’Essai de grammaire de la langue française – celles de Benveniste et Bally notamment – sont abordés mais pourront faire l’objet d’un traitement plus approfondi par la suite.

  • 63 Voir IV, § 1186, p. 25 par exemple.
  • 64 Voir par exemple VI, § 2308, p. 250.

138Précisons d’abord que le terme locuteur existe au féminin dans l’Essai de grammaire de la langue française : locutrice apparaît à plusieurs reprises63. De plus, locuteur est la plupart du temps employé dans son sens générique – c’est-à-dire celui qui produit l’énoncé, oral ou écrit – mais quelques occurrences l’opposent à scripteur64.

139On reprend ici les définitions qui apparaissent dans le Glossaire rédigé par Yvon :

Locuteur : personne qui parle
Allocutaire : seconde personne du singulier
Locutif : première personne grammaticale
Allocutif : seconde personne du verbe

140Le Glossaire ne fait que peu clairement la différence entre allocutaire et allocutif : par « seconde personne du verbe », il faut entendre le clitique sujet et la marque flexionnelle verbale qui lui est associée. De même, la mention « singulier » est discutable ; l’allocutaire peut être une entité plurielle. Le singulier « le locuteur », « l’allocutaire » n’est qu’une commodité d’exposition du modèle général de l’intersubjectivité. En outre, le Glossaire ne mentionne pas le délocuté et le délocutif. Damourette et Pichon définissent ainsi ces deux termes :

Voilà donc les faits extérieurs entrés dans le langage aux côtés du locuteur et de l’allocutaire. Il n’y a plus seulement dans le monde, celui qui parle et ce à quoi il parle ; il y a aussi ce dont il parle, le délocuté (troisième personne des grammairiens classiques). (I, § 54, p. 74)
Mais, dans le cas général, on parle de substances extérieures, siège d’un drame auquel le narrateur, sans se mettre en scène, assiste en simple spectateur : ces substances s’expriment par les formes de la troisième personne, ou délocutif. (I, § 54, p. 75)

  • 65 Voir par exemple Benveniste (1974), sur les pronoms personnels.
  • 66 Voir Bonhomme (1989) pour un état des lieux.
  • 67 De salus ! qui se combine à la base verbale et donne salutem dare (sauver et saluer) / salutare.

141Le terme délocutif est repris, avec un sens différent et sans mention de son utilisation dans l’Essai de grammaire de la langue française, par Benveniste, dans son article « Les verbes délocutifs ». Il apparaît d’assez mauvaise foi lorsqu’il ouvre son texte ainsi : « Le terme donné comme titre à cet article n’a pas encore cours en linguistique » (Benveniste, 1966d, p. 278). En 1958, l’ensemble de l’Essai de grammaire de la langue française a paru, et on sait par d’autres articles65 que Benveniste en a lu les passages qui concernent directement le délocutif. Le phénomène de délocutivite devient un « sujet très à la mode » (Bonhomme, 1989, p. 7) à la suite de cet article66. Benveniste le circonscrit ainsi : « Nous appellerons délocutifs des verbes dont nous nous proposons d’établir qu’ils sont dérivés de locutions » (Benveniste, 1966d, p. 278). L’exemple type est constitué par le verbe saluer67 ; en d’autres termes, la délocutivité rejoint la performativité :

[…] la délocutivité lexicale reposera sur des énoncés non seulement discursifs, mais en plus locutoires, avec une orientation locutive allocutive et une force illocutionnaire manifestes. Suite à cette redéfinition de la délocutivité par rapport au circuit de la communication, un délocutif sera un ex-locutif ou un ex-allocutif, ce qui n’est après tout qu’un retour à l’étymologie de ces termes. (Bonhomme, 1989, p. 11)

142Cette précision de Bonhomme (1989) s’accompagne d’une note dans laquelle, une fois n’est pas coutume, sont mentionnés Damourette et Pichon comme inventeurs des termes utilisés. Le « cadre communicatif » (ibid.) est donc celui dans lequel peut s’interpréter la polysémie du terme délocutif. Loin de proposer un homonyme du terme apparu dans l’Essai de grammaire de la langue française, Benveniste engage donc en fait une réflexion qui en prolonge l’élaboration théorique.

  • 68 Damourette et Pichon signalent ainsi l’absence de parallélisme entre les deux groupes. Voir par exe (...)

143Ainsi, la première triade – locuteur, allocutaire, délocuté – concerne les instances énonciatives en jeu, tandis que la seconde – locutif, allocutif, délocutif – renvoie aux moyens d’expression qui y sont associés, à savoir les pronoms personnels et la flexion verbale. On voit que cette distinction rejoint celle établie entre taxièmes et sémièmes d’une part (les idées grammaticales et lexicales) et taxiomes et sémiomes d’autre part (les moyens d’expression de ces idées)68. Enfin, les trois plans énonciatifs – locutoire, allocutoire, délocutoire – font le lien entre instance énonciative et ancrage référentiel :

Locutoire (plan) : état du langage quand l’attention y est centrée autour de l’état d’âme de la personne qui parle
Allocutoire (plan) : état du dialogue quand le sujet parlant, après avoir évoqué un fait, laisse à son interlocuteur la faculté d’en compléter ou d’en modifier la description. C’est, par exemple, la relation entre interrogations et réponses
Délocutoire (plan) : état du langage quand l’expression est centrée autour de la chose dont on parle

144On verra qu’il est faux d’associer locuteur, locutif et locutoire : les plans énonciatifs ne sont pas directement superposables aux entités dont les désignations sont construites sur le même modèle terminologique. On pourrait dans un premier temps rapprocher ces trois plans des fonctions du langage décrites par Jakobson : le plan locutoire renverrait à la fonction expressive, le plan allocutoire à la fonction conative, et le plan délocutoire à la fonction référentielle. Ce rapprochement, insatisfaisant comme on le verra par la suite, a été fait implicitement, à ceci près que s’est perdue la distinction opérée par la suffixation en if vs la suffixation en oire : visée du discours et moyens mis en œuvre ne sont plus distingués par les emplois contemporains des dérivés du terme locuteur.

  • 69 Cette démarche rejoint en fait la critique de Tesnière qu’on expose infra p. 170.

145Charaudeau et Maingueneau (2002, p. 354) rédigent un article ayant pour entrée « Acte locutif », article qui signale d’une part les noms de Damourette et Pichon, d’autre part le devenir des termes qu’ils ont posés. Ainsi, Pottier (1974, p. 192) redéfinit le locutif comme la « manifestation de la relation interpersonnelle » : il efface donc l’association de ce terme à la première personne pour lui donner une portée générique69. Dès lors, il crée le terme élocutif pour l’orientation vers le je. La reprise de ce terme par Charaudeau (1992, p. 574-575) s’accompagne d’une redéfinition des instances en jeu, l’élocutif marquant le fait que « le locuteur situe son propos par rapport à lui-même » – ce qui renvoie donc avant tout aux manifestations de la modalisation ; l’allocutif se caractérise par une implication de l’allocutaire dans le discours du locuteur, discours qui lui est imposé – on est ici dans une perspective illocutoire voire perlocutoire, notions qui apparaissent finalement contenues dans la définition plutôt vaste donnée par Damourette et Pichon du plan allocutoire ; enfin, le délocutif correspond, à l’inverse, au fait que « le locuteur laisse s’imposer le propos en tant que tel, comme s’il n’en était nullement responsable » – cet effacement du locuteur fait évidemment penser à la description de l’énonciation historique par Benveniste (1966e, p. 241) : « Personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter d’eux-mêmes. » Dès lors, pour Maingueneau, dans le cadre de la linguistique textuelle appliquée à la littérature :

Plutôt que de tracer l’impossible frontière entre ce qui serait proprement littéraire et ce qui serait hors de la littérature, il est plus réaliste d’admettre que la littérature entremêle deux régimes : un régime qu’on pourrait dire délocutif, dans lequel l’auteur s’efface devant les mondes qu’il instaure, et un régime élocutif, dans lequel « l’inscripteur », « l’écrivain » et la « personne », conjointement mobilisés, glissent l’un sur l’autre. Loin d’être indépendants, ces deux régimes, délocutif et locutif, se nourrissent l’un de l’autre, suivant des modalités qui varient selon les conjonctures historiques et les positionnements des différents auteurs. (Maingueneau, 2004, p. 110)

146On le voit, le terme locuteur est le point de départ d’un appareil terminologique complexe dont l’élaboration est toujours en cours. La place première de ce locuteur, et donc du je, ne doit pourtant pas faire oublier que, pour Damourette et Pichon, l’intersubjectivité est constitutive de ce mécanisme mental qu’est la parole :

Dans tout fait de langage, il y a un sujet parlant, ou écrivant : le locuteur, et un destinataire de la parole, l’allocutaire. Si le locuteur ne concevait pas d’allocutaire, il n’y aurait pas de langage. Et le caractère essentiel que le locuteur prête à l’allocutaire, c’est d’avoir un psychisme analogue au sien, et de pouvoir devenir à l’occasion lui-même locuteur. Le locuteur et l’allocutaire forment donc une sorte d’organisme bipolaire essentiel au langage, et méritent, dans son plein sens, le nom de personnes. (Pichon, 1937a, p. 17)

  • 70 À ceci près qu’à ce schéma général s’ajoutent les conventions sociales. Sur l’usage du tutoiement e (...)

147Est définie ici, en toutes lettres, une théorie de lesprit, au sens où l’entend la pragmatique actuelle : « […] a fait l’hypothèse d’une capacité innée chez l’être humain […], capacité que l’on appelle la theorie de lesprit et qui correspond […] au fait d’attribuer des états mentaux et de la rationalité à autrui » (Reboul et Moeschler, 1998, p. 153). La théorie énonciative de Damourette et Pichon repose donc sur une certaine vision du sujet parlant : rationnel et social, il s’éprouve à la fois comme être singulier et comme être semblable à son allocutaire, lequel peut donc prendre son rôle de locuteur si l’échange le demande70. Aussi, à l’opposé du « couple locuteur-allocutaire [qui] existe toujours et dans tout langage » (I, § 50, p. 70), le délocute est-il assimilable à la non-personne de Benveniste. Le langage n’est donc pas vu comme une fonction désincarnée ; il est toujours étudié, dans l’Essai de grammaire de la langue française, à travers les instances qui en font usage : les interlocuteurs. Il a pourtant été reproché à Damourette et Pichon de ne pas traduire cette dimension intersubjective dans leur appareil terminologique.

  • 71 Voir Galichet (1947, p. 101) : « Vu par chacun d’entre nous, le Monde se partage en deux zones, d’a (...)

148En effet, Tesnière, dans le chapitre 53 de sa Syntaxe structurale, intitulé « Les substantifs personnels », commence par citer l’Essai de grammaire psychologique de Galichet. Ce dernier ne propose pas de description nouvelle du système des pronoms personnels : en partant de l’opposition moi / non-moi71, il cherche surtout à justifier les appellations « première » et « deuxième » personne, en insistant donc sur la hiérarchisation des autres par le moi. Ainsi, « la 3e personne est celle qui [l]’intéresse le moins directement » (Galichet, 1947, p. 102, cité par Tesnière, 1959, p. 115). Tesnière signale ensuite le travail de Damourette et Pichon :

[Ils ont] songé à inaugurer, en distinguant le locutif (1re personne), l’allocutif (2e personne) et le délocutif (3e personne), une terminologie qui présente l’avantage, tout en évitant un numérotage arbitraire, d’opérer avec des termes qui indiquent la caractéristique des notions désignées. (Tesnière, 1959, p. 116)

149Pour intéressante que serait cette classification, elle resterait psychologique quand la structuration du système de la personne appellerait une analyse syntaxique :

Cette structure syntaxique a été magistralement mise en évidence par E. Benveniste dans l’étude qu’il a consacrée à la « Structure des relations de personne dans le verbe » […]. (Ibid., p. 117)

  • 72 Benveniste (1966b, p. 235-236).

150La supériorité de l’analyse de Benveniste résiderait dans la prise en compte de deux « corrélations binaires » (ibid.) : la personne (je et tu) s’oppose à la non-personne (corrélation de personnalité), et le moi s’oppose au non-moi (corrélation de subjectivité)72. Dès lors, reprend Tesnière :

151On voit immédiatement de ce point de vue le côté faible de la terminologie de Damourette et Pichon, qui ne reconnaît à aucun degré cette double corrélation et dans laquelle c’est au contraire le locutif (1re personne, sans préverbe), qui fait cavalier seul en face de l’allocutif (2e personne) et du délocutif (3e personne, tous deux avec préverbes). (Ibid.)

  • 73 Il propose les termes anontif vs ontif (opposition de la troisième aux première et deuxième personn (...)

152Ainsi, la construction des termes de Damourette et Pichon pose le locutif au centre du système : en effet, l’opposition moi vs non-moi est celle qui est retenue comme structurante par l’Essai de grammaire de la langue française. Elle est à mettre évidemment en relation directe avec la problématique du nynégocentrisme : dans tout discours, le centre du cadre référentiel est le moi. De ce point de vue, la critique de Tesnière73 est à la fois justifiée et oublieuse des nuances que Damourette et Pichon prennent le soin d’apporter : la présence nécessaire de l’allocutaire dans tout discours, et le caractère réversible des entités locuteur vs allocutaire, constituent une précision qui va exactement dans le sens des corrélations benvenistiennes. Il est dès lors frappant de constater, à la lecture du célèbre article de Benveniste, « L’appareil formel de l’énonciation », article qui est immanquablement convoqué dans toute introduction à la problématique énonciative, que les noms de Damourette et Pichon ne sont pas cités, alors même qu’ils sont sans ambiguïté paraphrasés : « Toute énonciation est, implicite ou explicite, une allocution, elle postule un allocutaire. » Ce passage est une reprise quasi-textuelle de l’Essai de grammaire de la langue française :

[…] le langage suppose toujours deux termes psychiques, indispensables à sa production et inséparables l’un de l’autre ; d’une part l’individu qui parle, le locuteur ; d’autre part, celui auquel il s’adresse, l’allocutaire. […] Le couple locuteur-allocutaire existe toujours et dans tout langage. (I, § 50, p. 70)

153La prise en compte de l’intersubjectivité et l’analyse psychique que Damourette et Pichon en proposent ne permettent pas de placer leur réflexion, sur ce point précis, à un degré d’élaboration moindre que celui des théories benvenistiennes.

Le nynégocentrisme ou le moi-ici-maintenant

154Si la notion communicationnelle d’intersubjectivité n’est donc pas négligée, la place première du moi est, il est vrai, sans cesse réaffirmée chez Damourette et Pichon. La notion de nynégocentrisme apparaît assez tardivement dans l’Essai de grammaire de la langue française. Le terme est une transposition, à partir des mots grecs et latins nun et ego, de la notion de moi-ici-maintenant. Damourette et Pichon signalent par une simple note, sans référence à un ouvrage précis, qu’ils empruntent l’expression à Minkowski :

  • 74 Ici figure la note : « Nous empruntons l’expression à M. Minkowski. »
  • 75 Le Glossaire donne la définition suivante : « Toncâl : groupe de formes verbales comprenant les “im (...)

À l’actualité présente, celle du moi-ici-maintenant74, celle qui est en train de se vivre, s’opposent ainsi toutes les actualités, les unes centrées sur un autre être, les autres éventuellement à venir, les autres passées, qui ne sont pas celles de moi-maintenant, et dont le caractère de durée n’est qu’évoqué ; les phénomènes non présentifiés, mais actualisés, ressortissent tous à l’expression par le toncal (V, § 1763, p. 168).75

155Il est intéressant de noter que Minkowski lui-même cite le travail de Damourette et Pichon, dans un article intitulé « La notion du temps en psychopathologie » et paru en 1929 :

  • 76 Portine (1992, p. 313) signale quant à lui la note de Minkowski (1932-1933, p. 234).

D’après les conceptions courantes, on ramène volontiers la notion du temps à un maintenant très petit, fuyant et insaisissable, devant revendiquer pourtant à lui seul, d’une façon exclusive, l’attribut de réalité, et on rattache ensuite à ce maintenant, en faisant appel à la mémoire, tout ce qui a l’air, tant soit peu, de le dépasser. Mais si nous nous adressons aux données immédiates de la conscience, nous voyons qu’il n’en est rien, car le maintenant n’intervient, en réalité, que pour peu de choses dans notre vie ; tout au plus nous sert-il à marquer le commencement ou la fin d’une action (maintenant je viens de faire ; maintenant je vais faire) [Appel note 1]
[Note 1] : Ces considérations s’inspirent, en partie, des études de MM. Damourette et Pichon sur les sources inconscientes du langage. (Minkowski, 1929, p. 80)76

156Il y a donc eu échange, sur la question de la perception du temps, entre Minkowski et Damourette et Pichon. Pour Portine (1992, p. 316), « la communauté de pensée se situe […] dans l’approche psychophénoménologique ». De ce point de vue, Minkowski comme Damourette et Pichon citent régulièrement Bergson :

Les références à Bergson permettent de refuser l’amalgame du temps à la chronologie et donc de réfuter une conception liant étroitement temps et espace (d’où aussi le refus d’une géométrisation du temps). (Portine, 1992, p. 313)

157En effet, on remarquera que, dans l’élaboration du terme nynégocentrisme, ne sont prises en compte que deux des trois dimensions de la situation d’énonciation, à savoir nunc et ego. Le hic n’apparaît pas ; c’est un article de Pichon, « Temps et idiome », qui justifie ce choix :

[…] l’observation psychologique la plus élémentaire, la plus rudimentaire nous montre que le temps et l’espace ne nous apparaissent pas du tout sur le même plan. Le temps est au plus intime de notre existence ; permanence je, variance temps, c’est la dyade essentielle qui définit notre continuité existentielle. L’espace au contraire apparaît comme une construction empirique de notre esprit ; au demeurant, il ne se montre, psychogénétiquement, qu’en fonction du temps : une ligne ne se conçoit que comme pouvant être parcourue (des pieds, des doigts ou du regard) en des instants successifs. Et ce n’est, me semble-t-il, que secondairement, par un processus d’objectivation, que la ligne prend un caractère purement spatial, indépendant du parcoureur. (Pichon, 1935a, p. 199-200)

158La perception du temps est donc première – elle est liée à la conscience du moi, qui s’éprouve avant tout comme permanence je. L’espace, et avec lui la géométrisation, n’est que le résultat secondaire d’une application de la perception temporelle aux objets. En tant que tel, il n’est qu’une construction empirique de l’esprit, non une faculté originelle, un mode de perception inhérent au moi.

159Le fondement de la théorie énonciative de Damourette et Pichon est donc que « [l]a position naturelle et fondamentale de l’esprit, c’est de centrer le monde des phénomènes sur le locuteur se concevant lui-même dans l’instant présent : le “moi-ici-maintenant” » (V, § 1709, p. 177). Ils le justifient notamment par une étude de l’acquisition du langage par l’enfant, en commençant toutefois par les précautions d’usage dès lors qu’il est question de parallélisme entre ontogenèse et phylogenèse :

On ne doit, à vrai dire, user qu’avec de grandes précautions des éléments fournis par le langage des enfants pour la construction d’hypothèses touchant l’origine du langage. Et les conclusions qu’on en pourrait tirer ont même été entièrement récusées. Tous les siècles de langage que l’enfant a derrière lui sont, dit-on, ineffaçables : on ne peut nier cette considérable hérédité ; mais il paraîtra que la considération même des lois de l’hérédité conduirait à penser que le langage de l’enfance et celui de l’humanité primitive doivent avoir de grandes analogies : et ceci en vertu de la loi de patrogonie. Il est vraisemblable que le langage, qui, au degré où il mérite vraiment ce nom, est la propriété exclusive du genre humain, n’est apparu phylogénétiquement qu’après l’individualisation de ce genre : ce qui s’accorde avec son apparition ontogénétique relativement tardive dans le courant de la seconde année de la vie extra-utérine. (I, § 53, p. 73)

  • 77 Voir la définition du Glossaire : « Factif : terme marquant l’expression d’un fait tel que l’est un (...)

160Leur raisonnement part donc de la question même de l’origine du langage, question dont la réponse est prudemment éludée, même si est retenue comme valable l’idée d’une constitution tardive du langage propre à l’espèce, sur le modèle de l’acquisition tardive du langage par l’enfant. La suite pose la prééminence du locutoire, à travers notamment l’emploi des factifs77 :

Naturellement, l’enfant reçoit du dehors un langage tout fait, et les différents stades de pensée sont pour lui des stades d’assimilation du langage de son entourage. C’est en cela que l’enfant diffère de l’espèce, pour qui ces stades de pensée ont été des stades d’élaboration véritables, et combien plus lents ! Sous cette réserve évidente, et riche de conséquences, la comparaison entre le langage de l’enfant et le langage primitif paraît légitime. Or, l’enfant qui commence à parler ne parle que par factifs. Sous l’influence du milieu qui l’entoure, il arrive rapidement à désigner des objets du monde extérieur.
On l’entend appeler Maman, Papa, mais il n’emploie ces mots que factivement, non pour désigner une espèce substantielle, mais pour faire naître un phénomène, celui de l’apparition de la personne appelée. Cet emploi factif se retrouve encore dans les expressions vocatives de nos langues, pour lesquelles les langues anciennes présentaient les formes les plus simples de la déclinaison. Nous entendons encore l’enfant dire : dodo, lolo, selon qu’il désire dormir ou boire. (Ibid.)

  • 78 Voir Fournier (2005, p. 66-67) : « Le cri interjectif est-il l’équivalent d’une proposition, autrem (...)
  • 79 On sort ainsi du problème épineux de la liste des déictiques : restreinte au départ par Benveniste (...)

161Ainsi, les stades du développement du langage chez l’enfant ne correspondent pas à des élaborations « véritables » mais consistent en une réception de mécanismes langagiers transmis par les adultes. Le factif correspond à la manifestation primordiale du langage : « […] le cri est devenu langage quand il a pris une valeur factive » (I, § 49, p. 70)78, c’est-à-dire quand il a permis la « représentation d’un fait nouveau survenu dans l’esprit du locuteur » (ibid.). Ce surgissement de la représentation psychique traduite en langage correspond à ce que Damourette et Pichon appellent l’émouvement. C’est donc bien l’état du sujet parlant, qu’il soit ou non modifié par le monde extérieur, qui justifie l’expression factive. Le fait que les premières manifestations linguistiques de l’enfant relèvent ici du factif – non du locutif n’est donc pas contradictoire avec le nynégocentrisme : il est implicite, dans la mesure où tout ce qui est nommé est ce qui est perçu par le sujet au moment où il parle. En d’autres termes, l’emploi factiveux des mots papa et maman que décrit Pichon est l’équivalent d’un emploi déictique79, c’est-à-dire monstratif. Le fait que l’enfant n’ait pas accès à l’évocation de « l’espèce substantielle » dénotée par ces mots rappelle l’élaboration progressive de la pensée lingui-spéculative. Or, si on se souvient de la distinction locutoire/délocutoire, on pense au premier abord rencontrer ici une contradiction ; la dénomination des objets extérieurs appartiendrait au délocutoire, non au locutoire, terme qu’on retrouve pourtant sous la plume de Pichon pour décrire les premiers stades acquisitionnels :

Au cours du développement psychique de l’enfant, dans une première période tout le circonstancement phrastique se groupe autour de l’émouvement du sujet parlant, mais sans que ce sujet parlant figure lui-même dans le langage à titre de représentation : c’est ce que j’appelle la période locutoire du langage. (Pichon, 1938g, p. 451)

162Ainsi, le fait que la première personne ne soit pas linguistiquement marquée dans le discours de l’enfant ne signifie pas pour autant qu’il ne le centre pas sur lui-même. L’enfant commence par « décrire les objets du monde extérieur », cet acte de nomination étant entendu in praesentia. Dès lors, Pichon utilise le terme locutoire pour qualifier non seulement un plan d’énonciation mais la première étape du langage enfantin : la période locutoire se caractérise par un centrage du contenu des énoncés sur le sujet parlant, sans que des marques formelles de subjectivité soient utilisées. En d’autres termes, il s’agit bien là d’une transposition, sur le plan ontogénétique, de la distinction des plans énonciatifs : d’ailleurs le paragraphe 53 de l’Essai de grammaire de la langue française est intitulé « Le langage de l’enfant en tant qu’il permet de saisir l’issue du langage hors du plan locutoire ». L’étude de l’acquisition éclaire donc l’étude de l’énonciation. La période locutoire se caractérise par une mise en œuvre du seul plan locutoire, à savoir l’« état du langage quand l’attention y est centrée autour de l’état d’âme de la personne qui parle ».

  • 80 Sur la difficulté posées par le vocatif, voir Détrie (2006, p. 20). Elle signale que Damourette et (...)
  • 81 Au plan allocutoire revient donc essentiellement la structure question-réponse, dans la mesure où l (...)

163Néanmoins, la distinction des plans énonciatifs reste extrêmement délicate à décrire. Ainsi, « les interjections, les vocatifs, les impératifs » (I, § 52, p. 70) seraient les moyens expressifs caractéristiques du locutoire : l’exemple des termes d’adresse papa, maman est bien un vocatif80. Pourquoi n’est-il donc pas classé dans le plan allocutoire, dans la mesure où le discours est centré – dans une perspective perlocutoire : faire se tourner vers soi les personnes appelées – sur l’allocutaire ? Il faut comprendre que le fait que la visée soit ultimement le moi – en tant qu’il attend quelque chose pour lui-même – permet de ranger ces faits de langage du côté du locutoire81 :

Quand le locuteur, placé sur le plan locutoire, dit : « Viens » ou « Ouf », il n’accorde à l’allocutaire de réalité qu’en tant que celui-ci est susceptible d’être intéressé à un phénomène dont lui locuteur est le centre. L’allocutaire va avoir une réaction sympathique (positive ou négative) au soulagement exprimé par ouf, ou bien il va, par sa venue, concourir d’une manière en quelque sorte passive à la réalisation du phénomène que le locuteur a conçu. (IV, § 1383, p. 308)

164Dès lors, l’apparition du locutif procède en fait d’un passage au délocutoire, dans la mesure où il suppose une capacité d’auto-objectivation :

Plus tard, le langage devient essentiellement récit et jugement. L’essentiel est alors ce dont on parle, c’est-à-dire la troisième personne. Allant d’abord à l’extrême de cette attitude qu’il vient de découvrir, l’enfant parle de lui comme des autres : il se désigne alors par son nom propre : c’est ce que j’appelle la période délocutive. Si le langage en restait là, ce serait la confirmation de la prétendue loi de Baldwin […] selon laquelle on ne se conduirait jamais vis-à-vis de soi que suivant le modèle que l’on a vis-à-vis d’autrui. (Pichon, 1938g, p. 451)

165On peut remarquer le balancement dans l’utilisation des préfixes : la période délocutive succède au plan locutoire. Il n’y a rien d’illogique dans cette absence de parallélisme, dans la mesure où le plan locutoire est précisément caractérisé par l’absence de locutif – lequel n’est autre que le « représentant délocutoire du locuteur » (I, § 308, p. 367) –, alors que la période délocutive renvoie ici à l’usage d’un moyen linguistique dénotant clairement le locuteur, à savoir le nom propre. On voit également dans ce passage qu’est discrètement mise en place la particularité de l’introspection : le regard que l’on porte sur soi relève d’un mécanisme autre que celui par lequel on regarde l’autre. Cette différence de nature se retrouverait donc dans le langage. Or, le corollaire de cette affirmation – le je ne se regarde pas comme il regarde autrui – est qu’autrui ne regarde pas le je comme celui-ci se regarde ; c’est sur le travail de Piaget que Pichon s’appuie pour développer ce point :

[…] Avant l’apparition de je, dit très justement M. Piaget, « l’enfant… n’a pas compris que la représentation qu’il a de lui-même est autre que celle que peut en avoir autrui ». Cette apparition, précise M. Löbisch, correspond au sentiment, inconscient, mais profond que le moi n’est pas une chose comme les autres, qu’il ne peut pas ne pas avoir, dans la pensée du sujet, une position spéciale.
Certes, il serait exagéré de dire que c’est seulement quand il se met à employer je, me, moi que l’enfant acquiert le sentiment du « moi » : ce sentiment il l’avait déjà. Mais en donnant à ce moi un mode spécial de dénomination, il le reconnaît introspectivement ; et, puisqu’il y emploie un organe grammatical spécial au lieu d’un simple nom propre, c’est qu’il en a reconnu implicitement la nature psychologique spéciale : l’apparition de je, me, moi est donc un fait de conscience introspective engendré par une apercevance de conscience différentielle. (Pichon, 1936a, § 79, p. 95)

  • 82 C’est-à-dire dans sa singularité, puisque Pichon concède l’existence première d’un « sentiment du m (...)

166L’usage du locutif est donc le résultat de l’enchaînement de deux faits psychiques : l’« apercevance de conscience différentielle » – ce qui renvoie dans un premier temps au stade locutoire, dans la mesure où c’est bien le monde extérieur qui déclenche et motive le discours – et la « conscience introspective ». La reconnaissance du moi par lui-même82, et conséquemment la possibilité de se nommer soi-même, est donc construite par un détour nécessaire et primordial par la prise de conscience de l’existence d’autrui.

Au bout de quelques semaines, l’enfant normal sent combien est inadéquat au réel un système dans lequel il ne lui est pas accordé de position spéciale vis-à-vis de lui-même ; l’apparition des pronoms de la première personne (en français moi, je, me) est le correctif indispensable de ce système. Elle est en contradiction directe avec le postulat baldwinien auquel M. Janet attache tant de prix. (Pichon, 1938g, p. 451-452)

  • 83 On retrouve la même formulation dans Pichon (1936a, § 79, p. 94) : « […] quand, enfin, l’enfant a s (...)
  • 84 On trouve l’idée d’une formation des expressions linguistiques du moi antérieure au substantif chez (...)

167Les marques de la subjectivité, c’est-à-dire le locutif, sont donc un « correctif » qui vient contrebalancer l’objectivation du moi rendue possible par l’usage du nom propre pour se désigner soi-même83. Les pronoms de la première personne permettent donc l’articulation du locutoire et du délocutoire, en ancrant le discours dans un système référentiel dont je est le centre. L’importance du moi sur le plan psychique est donc clairement liée à l’organisation linguistique : la prise de conscience de soi par soi s’élabore en même temps que sur le plan langagier s’acquiert l’usage de la première personne. Le fait que Pichon fasse de l’acquisition des déictiques personnels – et non de la conscience de soi – une étape secondaire84 le place hors de portée de la critique que Jakobson fait de la tradition humboldtienne :

  • 85 La suite du raisonnement de Jakobson nous semble quelque peu fallacieuse, dans la mesure où la comp (...)

Les symboles-index, et en particulier les pronoms personnels, que la tradition de Humboldt concevait comme appartenant au stratum le plus élémentaire et le plus primitif du langage, sont au contraire une catégorie complexe où code et message se chevauchent. C’est pourquoi les pronoms comptent parmi les acquisitions les plus tardives du langage enfantin et parmi les premières pertes de l’aphasie. (Jakobson, 1963, p. 180)85

  • 86 La relation à la mère est pensée comme originellement fusionnelle.

168La primauté de la conscience de soi sur la possibilité de l’exprimer linguistiquement rejoint ce que Freud décrit du premier rapport au monde éprouvé par l’enfant : « L’objet coïncide avec l’étranger et le haï » (Jalley, 1989, p. 185). La première relation du sujet au monde86 est de l’ordre du rejet, de la négation. Cette dernière est donc constitutive de tout rapport à l’autre, puisque tout autre menace l’intégrité du moi en quête de toute-puissance. Le nynégocentrisme peut donc être mis en lien avec cette opposition originelle du moi au non-moi : l’emploi du locutif permet une expression positive de ce qui resterait sinon de l’ordre de la conscience différentielle. Les déictiques personnels ne constituent pas l’unique catégorie linguistique en lien avec la prééminence du moi dans l’ordre du discours :

La constitution du langage se complète par le perfectionnement de la notion substantive. […] ce perfectionnement est connexe, dans une certaine mesure, de la notion de moi. (Pichon, 1936a, § 80, p. 96)

  • 87 Cette précision nous permet de signaler que le nynégocentrisme concerne le je plutôt que le moi, da (...)

169Dès lors, c’est sur le modèle de la conscience du moi, conscience qui ne se limite pas au temps présent87, que se forge l’idée de substance, en tant qu’elle renvoie à celle de permanence :

Cette tendance de l’esprit à concevoir à chaque phénomène un siège doué d’une certaine permanence lui vient probablement du sentiment d’une continuité de personnalité à travers tous les états d’âme qu’il traverse. Moi, et l’écoulement du temps, c’est-à-dire le changement de mes états d’âme et le souvenir que je garde des anciens, sommes les deux termes ultimes que l’analyse psychologique ne peut pas réduire : ces deux termes sont les composants du fondamental je pense auquel Descartes a génialement ajouté, pour en faire comprendre la valeur primordiale, un je suis qui n’est pourtant qu’une tautologie. C’est dans le terme moi, qu’est sans doute puisée l’analogie sur laquelle s’est fondée l’idée, depuis devenue si générale, de substance. (I, § 294, note 2, p. 346)

170Dès lors, le logicisme kantien, qui inverse ce processus analogique, est critiqué :

Quand Kant, du caractère de nécessité de l’idée de substance pour son esprit d’homme cultivé, conclut au caractère a priori de cette notion, il fait cette faute si fréquente chez les théoriciens de la logique, et contre laquelle l’étude de la grammaire, logique vivante, met en garde : il conclut de la généralité, de la simplicité, de la nécessité actuelle d’une notion pour notre esprit, au caractère primordial de cette notion.
Nous disions à l’instant que la permanence moi qui, à travers le temps, est primordialement conçue, était la première et la plus essentielle des substances. Cela n’implique nullement que l’idée générale de substance ait préexisté au sentiment du moi. La permanence moi n’existe, à l’état primordial, que comme concevant et non pas comme se concevant en tant qu’objet, que substance. Voilà pourquoi l’existence primordiale de cette substance dans l’esprit humain, quoiqu’étant probablement le premier jalon analogique vers la construction plus ou moins consciente du concept de substance, n’est pourtant nullement contradictoire avec le caractère tardif, démontré par la grammaire, de l’époque de complet dégagement de ce concept. (Ibid.)

171On en revient au stade locutoire : fondé sur l’expression factive et non encore locutive, il met en jeu une expression de la substance qui se construit sur un sentiment du moi qui préexiste à la possibilité pour le moi de parler de lui-même. Ce passage de l’Essai de grammaire de la langue française pose donc clairement la prééminence du moi, non comme expression linguistique, mais comme conscience primordiale qui conditionne la forme même de l’expression linguistique. Ainsi, la catégorie substantif, émanation de l’idée de substance, ne peut avoir que le moi pour modèle premier :

Quant à l’origine psychologique de la notion de substance, elle est à chercher, selon moi, dans la notion de moi, car moi suis la substance initialement connue comme telle, ainsi que l’a lumineusement et définitivement indiqué Descartes, et c’est au fond sur le modèle anthropomorphique du moi que toutes les substances sont construites, y compris le a et le b de a = b. Dans le développement psychique de l’enfant, on peut considérer assez légitimement, au moins pour les communautés linguistiques indoeuropéennes de l’ouest de l’Europe, l’épanouissement de la notion de substance comme une conséquence de l’acquisition de je, me, moi : c’est quelques semaines après cette acquisition qu’apparaissent les premiers substantifs exprimant des sentiments ou des faits, alors que jusque-là l’expression de cet ordre de choses s’était faite uniquement par des verbes. (Pichon, 1936a, § 80, p. 97)

172Le locutif succède donc au factif : c’est la conscience première du moi qui permet, par analogie, l’élaboration de l’idée de substance. On comprend donc que sur le plan grammatical le tour le moi constitue une nominalisation et non une substantivisation :

Le mot moi est toujours substantif ; il est le modèle des substances ; il n’est adjectivisable qu’ex casu. Je, me ne le sont pas du tout. (Pichon, 1937h, p. 323, note 2)

173Étendu dans le temps, somme des diverses postures prises par le je, le moi apparaît donc tout de même, par ce rapprochement avec la substance, comme un tout relativement unifié. En cela, les positions grammaticales de Pichon sont plus nuancées, ou plus détaillées, puisqu’elles distinguent le je et le moi, que les propos de Janet sur la personnalité :

[…] la psychologie est obligée de constater que l’unité de la personnalité est un idéal. […] Notre unité, quand elle existe, est le résultat d’un travail de synthèse toujours incomplet et facilement exposé aux erreurs. (Janet, 1936, p. 61)

Temps verbaux et ancrage référentiel : l’exemple du priscal

  • 88 C’est-à-dire la détermination d’un substantif par un démonstratif. Voir I, § 364, p. 468 et suivant (...)
  • 89 Voir VII, § 2961, p. 175 par exemple. Kerbrat-Orecchioni (1999, p. 45) qualifie d’« expressions heu (...)

174Il n’est pas anodin que la notion de nynégocentrisme apparaisse précisément dans le tome V, consacré au verbe : on a bien affaire à une théorie énonciative dans la mesure où les temps verbaux sont avant tout analysés du point de vue de leur ancrage référentiel. Ainsi, les tiroirs verbaux (en tant qu’ils permettent ou non l’expression de la subjectivité du locuteur) sont, à l’instar de la présentatoriété88, pour partie liés au nynégocentrisme : sont alors définis en miroir des pôles allocentriques89, cadres énonciatifs dans lesquels les repérages diffèrent du « moi-ici-maintenant ». La notion de locuteur posée dans le tome I était avant tout traitée du point de vue de l’intersubjectivité, c’est-à-dire dans une problématique communicationnelle. Avec la question de la valeur des temps verbaux, Damourette et Pichon abordent donc le problème plus spécifiquement énonciatif de l’ancrage référentiel.

175Par exemple, là où le toncal (l’imparfait) actualise sans pour autant présentifier, où l’antérieur (le passé composé) renvoie à un fait toujours en lien avec le présent de l’énonciation, le priscal (le passé simple) marque lui une rupture radicale avec la situation d’énonciation :

« En deux dépêches au cardinal Doria, Consalvi a dépeint ses anxiétés. Rentré à l’hôtel de Rome, il lut, à tête reposée, la nouvelle rédaction qu’il n’avait fait que parcourir dans l’après-midi. » (Pierre de la Gorce. Le Concordat de 1801, dans la Revue des Deux Mondes du 1er novembre 1923, p. 605)
Dans cet exemple, on aperçoit très nettement que l’antérieur a dépeint désigne un fait encore susceptible de conséquences, puisque la dépêche où Consalvi a fait cette peinture nous reste, tandis que le priscal lut désigne un fait à jamais noyé dans le passé. Voilà le motif réel pour lequel M. de la Gorce a pu très élégamment, dans la suite d’un même récit, passer d’un tiroir à l’autre. (V, § 1704, p. 169)

  • 90 Voir Benveniste (1966e, p. 242) : « L’énonciation historique est aujourd’hui réservée à la langue é (...)
  • 91 Pour une analyse contemporaine de la distinction oral/écrit, voir Koch et Oesterreicher (2001).

176On est donc face à une classification qui rejoint la distinction faite par Benveniste (1966e, p. 242) entre énonciation historique et discours. Il me semble cependant que Benveniste produit une analyse partielle de la première, associée au passé simple, en la cantonnant définitivement à l’écrit90. Cette précision contraste avec l’élaboration théorique qui précède, dans la mesure où il s’agit précisément de donner à l’énonciation historique une caractérisation qui lui soit propre, et qui justifie donc son emploi. L’invocation du critère écrit, s’il renvoie évidemment à la distance instaurée de fait entre le scripteur et le lecteur, donc à l’éloignement d’avec la situation d’énonciation, semble peu apte à éclairer en quoi que ce soit l’usage du passé simple. Il apporte en outre une confusion entre écrit et récit, ce qui n’est évidemment pas recevable91. Damourette et Pichon en revanche soulignent la possibilité de l’emploi du passé simple à l’oral, et montrent qu’il ne s’agit nullement d’un archaïsme appelé à disparaître ou d’une coquetterie quelconque, mais bien d’un usage qui se justifie par le sémantisme même de ce temps verbal du point de vue énonciatif. Ils donnent six exemples d’emploi oral du priscal : je les commente ci-dessous, en reproduisant notamment la description du profil des locuteurs. On remarquera que, pour justifier leur propos, Damourette et Pichon en appellent à la légitimité des locuteurs observés, légitimité qui repose tout entière sur une certaine conception de la norme linguistique :

Le premier de ces exemples émane d’un jeune homme d’excellente bourgeoisie élevé à Paris, mais appartenant à un milieu protestant dont le parler n’est pas entièrement dépourvu d’helvétismes. Quoiqu’en l’espèce l’helvétisme ne nous paraisse pas jouer de rôle, nous ne nous croyons pas en droit d’omettre cette précision. Voici l’exemple : « Je voulais venir à sa défense, mais on ne l’attaquait pas, et jabandonnai le sujet. » (M. RY, le 12 juin 1933)
Cette phrase a été prononcée au cours d’une conversation très abandonnée ; quoique le sujet emploie rarement le priscal, il est venu là d’une façon très naturelle pour exprimer un détail d’un récit déjà annoncé en gros. Il nous semble que le priscal y est très à sa place, parce que les faits qu’exprime ce récit ont, dans l’ensemble, un caractère périmé, et qu’en particulier, le fait jabandonnai exprime un désintérêt de la part du locuteur. (V, § 1809, p. 349-350)

177L’insistance sur le caractère « naturel » de la conversation a évidemment pour but de montrer la possibilité d’un emploi spontané, en situation de communication orale, du passé simple. On notera l’éternel retour des récriminations contre l’helvétisme, dont il est en outre précisé qu’il ne joue ici aucun rôle : le caractère obsessionnel de l’antiprotestantisme de nos auteurs apparaît encore une fois.

Le second exemple émane d’un jeune homme né et élevé à Paris, issu de parents parisiens. Il est vrai qu’il est d’un milieu quelque peu vulgaire, mais il ne semble pas qu’en l’espèce cela soit pour ôter de la valeur à l’exemple. Voici la phrase prononcée elle aussi dans une conversation abandonnée du même genre que la précédente : « Je me souviens qu’un jour Maman poussa brusquement un cri. » (M. MD, le 5 novembre 1930)
On voit qu’encore ici il s’agit du récit de faits anciens qu’on ne se serait pas attendu à avoir à exhumer. (V, § 1809, p. 350)

178Ce second exemple a donc pour fonction de montrer l’ampleur de l’usage du priscal, puisqu’il concerne les milieux populaires et non seulement la bonne bourgeoisie francienne.

Le troisième exemple émane d’une petite fille de bonne bourgeoisie parisienne, mais âgée seulement de six ans : « Alors, elle alla dans le bureau de son père, et lui disa… » (Mlle AU, le 9 juin 1923).
La forme anormale disa indique que cette enfant n’avait pas encore pleinement assimilé la morphologie normale du français, mais confirme qu’elle avait déjà le taxième du priscal, fait montré par alla. Elle savait que c’était au priscal qu’on recourait quand on avait quelque chose à conter. Aussi est-ce lui que sous les formes alla et disa, elle a employé pour raconter une histoire à sa petite sœur. (Ibid.)

179Le fait que les enfants eux-mêmes utilisent le priscal est évidemment un argument de poids dès lors qu’il s’agit d’en prouver la vigueur : associé au conte, le priscal apparaît comme un usage particulier, qui ne peut être concurrencé par aucun autre dans ce cas. Le mécanisme analogique qui fait produire la forme disa pour dit serait alors une preuve de l’acquisition précoce du taxième, c’est-à-dire de l’idée grammaticale elle-même, du priscal. La volonté de la petite fille était donc bien de marquer la spécificité de son type de discours, à savoir la narration.

Le quatrième exemple est de beaucoup de valeur, car il émane d’un jeune homme né à Paris de parents parisiens, et il a été prononcé dans une conversation sans solennité ; néanmoins, le jeune homme en question est un hésitant, un scrupuleux, qui n’arrive jamais à une parfaite spontanéité : « J’ai fait ma classe de première, j’étais très mauvais élève en français, et pendant les vacances qui suivirent, j’ai commencé à m’intéresser à mes auteurs. » (M. SU, le 16 février 1934) (Ibid.)

180Le caractère normatif de cette série d’exemples apparaît clairement dans la supériorité accordée à ce locuteur, Parisien de souche. La mention paradoxale de son manque de spontanéité est difficile à interpréter. Si on prend au premier degré l’insistance de Damourette et Pichon sur le milieu social de ce locuteur, cet exemple jouerait plutôt comme un contre-exemple, dans la mesure où le surgissement du passé simple dans la série de passés composés pourrait être interprété comme un retour à une norme intériorisée, le passé simple renvoyant à la solennité du récit – d’autant plus qu’il est question du mea culpa d’un étudiant peu sérieux en littérature. De ce point de vue, on pourrait dire que l’utilisation du passé simple symbolise la rupture entre un avant et un après : à l’échec de la classe de première succède un regain d’intérêt pour le français, ce changement de cap étant linguistiquement marqué par l’utilisation du temps propre au récit littéraire, temps qui se trouve également être celui qui est coupé de la situation d’énonciation. Celle-ci se trouve en quelque sorte dédoublée : les premiers passés composés se rattachent à une première actualisation, et le dernier passé composé (« j’ai commencé à m’intéresser ») renvoie lui directement au présent de l’énonciation. Il y aurait donc dans cet exemple une mise en abyme, une imbrication des valeurs sociale – le passé simple associé au prestige de l’écriture – et proprement linguistique – le passé simple comme temps coupé de l’énonciation.

Quant au cinquième et au sixième exemples, ils nous paraissent irréprochables pour montrer que, même dans le français le plus normal, le priscal, si rare qu’il soit, est encore vivant. Le locuteur est un médecin distingué, issu d’une très ancienne famille de médecins parisiens, ayant un parler très normal, sans trace de vulgarité, et sans affectation pédante ; et c’est au cours de son enseignement clinique familier, au lit d’un malade, que nous l’avons entendu dire à ses élèves, en parlant des lésions qu’un vieux monsieur avait sur la peau : « Ce vieil érudit voulait absolument savoir pourquoi il avait ça. Il me fit venir. Eh bien, il prenait de l’iode ! » (M. IG, le 26 octobre 1933) Il s’agit du récit de faits anciens, et le fait qu’on ait alors mandé M. IC est une circonstance accessoire périmée. Le point pour lequel l’histoire est racontée, c’est le diagnostic d’iodides exprimé par la phrase : « Il prenait de l’iode ».
Dans un autre exemple du même locuteur, on voit le priscal s’opposer à l’antérieur : « La dernière fois qu’il est venu à Paris, il me prit et m’emmena à Necker. » (M. IG, le 21 octobre 1930) (Ibid.)

181L’intérêt de ces deux derniers exemples est de montrer la possibilité d’opposer le passé simple à l’imparfait d’une part, au passé composé d’autre part. C’est ce deuxième cas qui se révèle le plus intéressant, dans la mesure où il implique la rencontre de deux ancrages référentiels différents, l’imparfait pouvant quant à lui indifféremment ressortir à l’énonciation historique ou au discours. Par ailleurs l’idée de la « circonstance accessoire périmée » constitue une remarque intéressante dans la mesure où une partie du contenu informationnel se trouve d’emblée reléguée au second plan par l’emploi du passé simple, lequel sert donc bien de marqueur d’« éloignement » par rapport à la situation d’énonciation ; l’imparfait en revanche porte dans cet exemple le fait saillant. Damourette et Pichon concluent donc leur série d’exemples par la synthèse suivante :

Ces exemples, si clairsemés qu’ils soient, nous paraissent devoir faire rejeter l’opinion suivant laquelle le priscal serait chose morte. Ce tiroir, en effet, semble capable de venir naturellement aux lèvres des Franciens ayant quelque culture, plus facilement encore à celles de certains provinciaux cultivés, pour exprimer avec naturel la nuance de passé pur, périmé et noyé, qui est propre aux sûtes dans le français littéraire. Nouvelle confirmation que tout ce qui s’écrit peut se dire. (Ibid.)

182On retrouve donc l’idée, déjà affirmée avec force au tome I, que l’oral englobe l’écrit. La redondance constituée par l’association de « naturellement » et de « naturel » va dans ce sens : la spontanéité de l’oral révèle la constitution réelle de la structure taxiématique, laquelle ne peut être appréhendée par la seule étude de l’écrit, normé selon des critères dans lesquels la part de l’arbitraire est difficile à évaluer. De ce point de vue, la position de Bally paraît critiquable, puisqu’il associe, comme Benveniste à sa suite, le passé simple à un usage strictement littéraire. Ce temps deviendrait alors de plus en plus étranger aux locuteurs du français :

M. Bally a raison de dire que « la langue littéraire continue à l’imposer [le priscal] ». Il ajoute : « Cette acquisition se fait par la lecture et l’écriture, c’est-à-dire en gros d’adultes à adultes. »
Cette dernière formule contient beaucoup de vérité, mais sous une forme trop absolue, car, d’une part, la chanson et le conte oral contribuent avec la lecture à faire acquérir le sens du priscal aux Français, et, d’autre part, cette acquisition culturelle commence très tôt dans l’enfance, comme en témoigne l’exemple de Mlle AU.
Le taxième de priscal […] vient s’insérer très naturellement dans le système linguistique du français, dont il est une pièce indigène. Aussi est-il franchement inexact de dire avec M. Bally, dans la même page, que « depuis deux siècles environ, les Français doivent apprendre, comme s’il s’agissait d’un fait de grammaire allemande ou anglaise, l’existence du passé défini et les conditions délicates de son emploi ». (Ibid.)

183Le critère de spontanéité ne serait pas intéressant sans son corollaire : si l’usage du passé simple est naturel à l’oral – toutes proportions gardées, puisque Damourette et Pichon concèdent qu’il se rencontre essentiellement dans certains milieux, qui ont pour caractéristique d’entretenir un rapport quotidien à l’écrit et à la culture littéraire qui s’y attache –, c’est bien parce que ce temps a une valeur énonciative particulière, un sémantisme qui lui est propre. En l’employant, le locuteur signifie quelque chose de son positionnement par rapport à ce qu’il énonce : faits révolus ou dont il souhaite se détacher, récits sur le modèle du conte sont autant d’exemples de ce que le passé simple lui permet d’exprimer.

Les « struments personnels » : valeur et emplois

  • 92 Voire les verbes eux-mêmes, dans la mesure où les emplois auxiliaires auraient une « acception égoc (...)

184Les moyens d’expression linguistique – ou les marques formelles, pour reprendre les termes de Benveniste – de la situation d’énonciation sont donc contenus dans les pronoms personnels et la flexion verbale92. L’articulation des plans locutoire et délocutoire au moyen du locutif et de l’allocutif correspond donc d’une part « au réglage des opérations énonciatives » et d’autre part à « l’usage référentiel des pronoms » (Morel, 1998, p. 170). Ainsi, les « vraies personnes » que sont le locutif et l’allocutif peuvent donner lieu à deux types d’analyse :

  • en termes psychologiques, on peut faire des « vraies personnes » des entités transcendantes au discours, dont les « images » sont la trace dans les énoncés ;

  • en termes linguistiques, on peut faire des « vraies personnes » des valeurs de la co-énonciation tout aussi immanentes aux énoncés que leurs « images », qui, elles, sont la trace d’un autre type de marquage, à savoir le marquage de la valeur référentielle des arguments associés au verbe. (Ibid.)

185L’analyse du système des pronoms personnels de Damourette et Pichon conduit en effet à lier la valeur psychologique des instances à leur réalisation linguistique via en particulier le marquage flexionnel.

  • 93 Voir la distinction faite par Culioli (1990) : « mécanique interlocutoire » vs « champ intersujets  (...)

186L’intersubjectivité des locuteurs décrite dans l’Essai de grammaire de la langue française à travers l’opposition entre locuteur et allocutaire correspond à un niveau interlocutif qui se double d’une distinction d’ordre sémantico-syntaxique entre locuteur et protagoniste93. Dans le cas des énoncés à la première personne, ces deux instances se confondent. La notion de protagoniste permet donc d’affiner la description de l’activité langagière du locuteur : « […] le locuteur est le moi-ici-maintenant, tandis que le protagoniste est la même substance moi, mais dans une autre actualité » (V, § 1709, p. 177). Le locuteur est donc toujours lié au nynégocentrisme, quand le protagoniste s’en détache. Damourette et Pichon envisagent donc la possibilité d’un dédoublement énonciatif ; même si le moyen d’expression grammaticale, je, dans sa stabilité, cache le protagoniste sous le locuteur, le moi, complexe, et dont on sait qui englobe le je, existe simultanément dans plusieurs actualités, c’est-à-dire dans des cadres énonciatifs différents :

Il y a lieu de remarquer que lorsque le verbe principal a un soubassement locutif, le locuteur et le protagoniste se confondent. Mais, en réalité, dans la question qui nous intéresse ici, ils ne se confondent qu’en apparence, car le locuteur est le moi-ici-maintenant, tandis que le protagoniste est la même substance moi, mais dans une autre actualité. (V, § 1709, p. 177)

187À partir de l’exemple suivant, « Et j’ai cru que le souffle abandonnait mon vieux corps […] » (Jacques Bainville, Jaco et Lori, I, p. 24) (ibid.), ils produisent une analyse qui pose clairement la distinction entre le sujet de l’énonciation et le sujet de l’énoncé :

Que le souffle abandonnât son corps a été à l’époque dont il s’agit un fait cru présent par Jaco. Le locuteur, c’est Jaco au moment où il fait le récit ; le protagoniste, c’est Jaco au moment où il croyait que le souffle l’abandonnait. (V, § 1709, p. 178)

188On est donc proche de ce que Ducrot (1984, p. 199) distingue par les termes enonciateur et locuteur : locuteur renvoie à l’« être de discours », susceptible de donner la parole à plusieurs énonciateurs, et se distingue du « sujet parlant (être empirique) », à ceci près que sujet parlant et locuteur sont chez Damourette et Pichon confondus dans la substance moi qui s’exprime dans le je du protagoniste.

189Au-delà de la question du moi, notion dont on a montré précédemment que Damourette et Pichon la plaçaient à l’origine de tout discours, se pose celle de la spécificité du je. Dès lors, on n’est plus seulement dans le domaine philosophique de l’ego mais également dans celui, proprement linguistique, des pronoms personnels. Pichon définit le moi comme une instance complexe, liée notamment à la temporalité et donc au souvenir. À l’inverse, le je paraît attaché au présent de la situation d’énonciation : il est la plus simple expression linguistique du nynégocentrisme. Dans son article « La personne et la personnalité à la lumière de la pensée idiomatique française », Pichon commence par faire un état des lieux de la question du moi, en convoquant notamment les sens pris par ce terme en philosophie et en psychanalyse :

Dans la disance philosophique commune, le moi s’oppose au non-moi ; c’est-à-dire qu’il englobe tout le psychisme du sujet, ce qui est loin d’être en accord avec le sens spécial donné au même terme dans les écrits psychanalytiques. M. Léon Daudet, parti de ce sens philosophique général, connu de tous les gens cultivés, oppose le moi, réservoir de tous les hérédismes, au soi, élément directeur personnel inné, propre à les dompter, à les discipliner, à les diriger : le moi ainsi conçu est presque l’opposé du moi tel que l’entendent les psychanalystes. (Pichon, 1938g, p. 448-449)

190En effet, la psychanalyse freudienne n’oppose pas un moi d’emblée puissant à un soi qu’il faudrait dompter mais au contraire articule, dans sa seconde topique, le moi à une dimension inconsciente :

Le moi, et c’est là le point sur lequel Freud insiste surtout, est pour une grande part inconscient. Ceci est attesté par la clinique et particulièrement par les résistances inconscientes dans la cure. […] le moi apparaît comme le produit d’une différenciation progressive du ça résultant de l’influence de la réalité extérieure […]. « Prenant son point de départ dans la perception consciente, le moi soumet à son influence des domaines toujours plus vastes, des couches toujours plus profondes du ça. » [Voir Freud, 1950b, p. 129] (Laplanche et Pontalis, 2002, p. 250)

191Pichon discute alors de la traduction du concept das Ich, et oppose le je au moi :

Dès 1926 (Revue française de psychanalyse, I, 1 ; p. 203) j’avais protesté contre la traduction de das Ich par le moi : « L’entité centrale du royaume intérieur », disais-je, « doit être appelée non le moi mais le je. » C’était être en accord avec tous les philosophes, par exemple M. Dorolle, qui, dans Liberté et Pensée, écrivait en 1919 : « le moi contre lequel je lutte, ou que je me félicite de sentir assoupli et dirigé par le je, c’est la masse des faits irrationnels. » (Pichon, 1938g, p. 449)

  • 94 Voir Spitzer (1937a, p. 208) : « […] est-ce que le terme “personne ténue” n’affaiblit pas ce qu’il (...)

192Le moi est donc bien une instance complexe, quand le sujet s’incarne avant tout, comme existence, dans le je : c’est le je qui correspond à la pleine conscience, quand le moi, épaissi comme on l’a dit par son histoire, c’est-à-dire par la sédimentation progressive du souvenir des expériences qui se déroulent dans le temps, englobe bien des « faits irrationnels ». Ce passage éclaire donc la distinction entre personne tenue et personne étoffée, l’adjectif tenu ne renvoyant nullement à l’idée de faiblesse94, mais au dépouillement, plutôt positif au demeurant puisque associé à la pleine possession de ses moyens rationnels, qui caractérise le je : à chaque fois actualisé par l’énonciation, il ne convoque que ce qui correspond au présent. Cette primauté inattendue du je sur le moi – primauté non rendue par la terminologie – est ainsi évoquée par Pichon :

[…] loin que le je soit le fruit de l’élan spontané primitif, dans lequel la personne pensante et agissante ne se connaît point pour telle, il n’en est que l’expression génétiquement très tardive ; il marque un retour de l’esprit, mais sans que soit perdu ce que l’envisagement délocutif pur [l’autodésignation par le nom propre] a fait acquérir en cours de route ; il réalise l’adéquation jusqu’à présent la plus complète possible au réel. (Pichon, 1937h, p. 319)

193Si l’idée générale de moi est à la fois première dans la conscience et secondaire au plan linguistique, il reste que le pronom moi englobe le je :

Moi, c’est la première personne considérée dans son étoffement total ; ex. : « Je ne suis pas les autres ; je suis moi » (M. CS, le 20 octobre 1920)
c’est-à-dire que tout un ensemble de caractères sont en ce bas monde inséparables de mon existence personnelle. *Je me suis serait une tautologie sans portée. […] La personne étoffée moi est donc susceptible, – point capital pour nous –, d’apparaître comme une constellation complexe d’où je soit extrayable, ex. : « Je regardais donc mon pays, dans moi, et c’était de la douleur. » (Giono, Un de Baumugnes, I, p. 16) (Pichon, 1938g, p. 456)

194L’opposition entre personne ténue et personne étoffée tient donc à un problème d’ordre sémantique, étroitement lié à un problème psychique, dans la mesure où c’est la perception de soi par soi qui est en jeu : utiliser le moi, c’est faire référence à l’ensemble de sa personne, « en tant que meuble du monde » (ibid.), tandis que l’utilisation du je et du me réfère au « rôle strict de personne grammaticale » (ibid., p. 453). L’utilisation conjointe du je et du me constitue donc, plutôt qu’une redondance, l’expression, par la réflexivité, d’une absence de dédoublement de l’instance psychique du locuteur :

« Je m’aime mieux que les autres. »
[…] il n’y a pas de dédoublement mental de la personne : la consubstantialité est absolue. Me a un caractère tout aussi dépouillé, tout aussi purement personnel que je : il n’est que le reflet de l’instance psychique centrale. Le verbe est à la voix réflexive, car à l’antérieur on aurait : « Je me suis mieux aimé que les autres ».
Au contraire, dans « J’aime mieux moi que les autres », la personne se dédouble. Devant l’instance psychique centrale je, le moi global apparaît avec tous ses caractères concrets : il n’y a pas entre eux de consubstantialité absolue ; le verbe n’est pas à la voix réfléchie. À l’antérieur, on aurait « J’ai mieux aimé moi que les autres ». (VI, § 2314, p. 256)

195Le test du passage à l’antérieur est probant : l’usage d’auxiliaires différents atteste d’une part le caractère réfléchi de la relation je/me, d’autre part l’absence de réflexivité dans la relation je/moi. Pourtant, selon Leeman :

[…] on ne peut admettre la « consubstantialité absolue » entre je et me, dans la mesure où […] même dans le cas des constructions réflexives où je a un rôle agentif et où me est analysé comme co-référent du sujet je, me n’a en fait pas sémantiquement le statut d’agent qu’a je […]. (Leeman, 2002a, p. 356, note 10)

196Le dédoublement posé par Damourette et Pichon du côté du moi serait donc en fait également à l’oeuvre dans la complémentarité des formes je et me :

Il apparaît d’une manière générale que la coréférence du sujet et du complément est un facteur de brouillage des rôles actanciels […] mais que ce brouillage est une source importante d’effets sémantiques (se tromper, se réveiller : autant d’interactions subtiles entre le côté agissant et le côté subissant du même être […]. (Le Goffic, 1993, p. 177, cité par Leeman, 2002a, p. 356)

  • 95 Le système descriptif de Damourette et Pichon est alourdi par la pléthore de dimensions qu’il met e (...)

197En effet, la classification en personne tenue (je, me) vs étoffée (moi) pose dès le départ une identité de nature entre les deux membres du premier couple. On retrouve finalement un reproche qui ressemble à celui de Tesnière : de même que la réversibilité des instances locuteur et allocutaire serait comme gommée par la construction terminologique, la non-consubstantialité de je et me serait cachée par l’étiquette unique « personne ténue ». Damourette et Pichon complètent cette répartition sémantique par un classement syntaxique : les formes ténues sont associées aux agglutinatifs, les formes étoffées aux indépendants (VI, § 2312, p. 254). C’est précisément sur ce dernier point – qui correspond à ce qu’ils appellent l’empersonnement, c’est-à-dire au choix final du moyen d’expression – que Damourette et Pichon se heurtent à la critique de Benveniste. En effet, ils avancent la possibilité d’un moi qui assume seul, sans redoublement par le je, la fonction de sujet. La question de savoir si les exemples qu’ils avancent pour étayer ce point sont valables est peut-être secondaire ; ce qui serait intéressant à relever serait finalement, encore une fois, la souplesse descriptive permise par la multiplication de catégories et répartitoires disjoints mais combinables : la forme moi est indépendante mais peut assumer la fonction d’un agglutinatif, puisque c’est dans ce cas le répartitoire de personne, lié à la visée expressive, qui prime sur l’empersonnement95.

198La question des struments personnels rejoint bien entendu celle du calcul de la référence. Damourette et Pichon opposent à ce sujet, dans le répartitoire dit de proprésence, le strument autarcique (c’est-à-dire déictique) au strument évocateur (c’est-à-dire anaphorique) :

  • 96 Cette précision permet une description des échanges qui ne se limitent pas au dialogue le plus simp (...)

Les substantifs strumentaux locutifs et allocutifs ne méritent à vrai dire pas le nom de pronoms. Ils n’évoquent rien, en effet les struments je, me, moi expriment la personne du locuteur sans se référer à rien de ce qui a été dit antérieurement. […]
Quant à tu, te, toi, ils n’ont pas le même caractère absolu, puisque, pour un même locuteur, l’allocutaire peut changer96 ; mais, dans chaque circonstance, l’allocutaire est déterminé sans qu’il y ait besoin de se référer à un contexte antérieur.
Les struments personnels locutifs et allocutifs sont donc autarciques. Au contraire, les substantifs personnels délocutifs sont évocateurs. (VI, § 2304, p. 244)

199Le caractère déictique des locutifs et allocutifs est défini par le fait que ces marques linguistiques ne sont pas des représentants : rien dans le contexte ne permet de les interpréter. C’est en revanche la situation d’énonciation qui leur donne un sens : ils n’ont pour fonction que de désigner celui qui parle et celui à qui l’on parle. Le refus de l’appellation pronoms, au profit de struments, terme qui rend pleinement la fonction d’outil des déictiques personnels, devient intéressante au regard de la formulation radicale « ils n’évoquent rien ». Si cette précision renvoie avant tout à l’absence de lien anaphorique avec un élément du cotexte, elle pose en même temps l’absence de référent stable. Faut-il entendre que les struments personnels n’ont pas non plus de signifié ? C’est en tout cas ce que reproche Kerbrat- Orecchioni (1999, p. 49) à Benveniste. Elle affirme, au sujet de l’expression « formes vides » qu’il emploie, qu’elles sont sans doutes vides « référentiellement mais sûrement pas sémantiquement ». Chez Damourette et Pichon, l’insistance sur la valeur psychologique des struments personnels, en tant qu’ils sont les images des personnes, semble doter au contraire les déictiques personnels d’un signifié.

200Cette idée se trouve du reste illustrée par le relevé de tours problématiques, notamment avec l’entité locutive plurielle nous, parfois éludée au profit d’un je comme dans « j’avons » :

Il est constant que nous a été supplanté par je dans beaucoup de patois […]. Ce tour n’est pas absolument identique à ceux des langues dans lesquelles « nous » s’exprime par le pluriel de « je », car, dans le tour français, le je n’est pas mis au pluriel. (VI, § 2331, p. 273)

201Ainsi, le marquage flexionnel du verbe, ordinairement caractéristique de l’accord avec un nous sujet, est ici inattendu : Damourette et Pichon traitent cette absence de covariation régulière entre la forme verbale et celle de son argument syntaxique avec originalité, en gardant à je une valeur sémantique propre, non réductible à une version singulière de nous. Puisque nous n’est pas le pluriel de je en français, alors je devrait ici « être mis au pluriel » pour s’accorder avec le verbe. On voit donc que l’analyse de cet exemple est l’occasion de réaffirmer la complexité de la notion de première personne, ou plus précisément de locutif :

En réalité, nous ne possédons actuellement aucun texte ni aucun renseignement dialectologique précis qui nous permette d’affirmer que je faisions ait quelque part en France le sens d’un singulier. (VI, § 2331, p. 273)

202Le sens et la forme sont donc disjoints, puisqu’une forme singulière aurait, ainsi que l’attesterait la désinence verbale, un sens pluriel : Damourette et Pichon ne vont pas jusqu’à proposer l’existence d’un morphème zéro pour ce je pluriel, mais ils pointent le sémantisme complexe de je et l’absence de symétrie entre les locutifs de forme plurielle et ceux de forme singulière.

203Une difficulté similaire se pose avec la forme épicène on. Certes « [l]e contexte » peut en « limiter l’indétermination » (VI, § 2342, p. 289), et lui assigner un référent identifiable ; mais les marques flexionnelles jouent aussi un rôle :

La limitation peut s’obtenir aussi sans relation avec un contexte, par l’imposition de la sexuisemblance féminine ou de la quantitude plurielle aux adjectifs épinglés à on, au lieu du masculin singulier indifférencié. Ex. : « On peut être jolie et être née aux Batignolles sans avoir pour cela les instincts d’une Putiphar. » (G. Droz, Une femme gênante, I, p. 4) (VI, § 2343, p. 289)

204Damourette et Pichon constatent ici un changement dans le sémantisme indéterminé de on, changement de signifié conditionné par l’attribution d’un référent féminin et repérable aux marques flexionnelles qui lui sont associées. En revanche, ils ne se demandent pas ce qu’il en serait à l’oral : l’absence de marque phonique laisserait-elle à on son signifié premier, masculin singulier ?

  • 97 À ce classement, Damourette et Pichon superposent une répartition en emplois syntaxiques : ils font (...)

205La question de la sexuiférence, c’est-à-dire du genre du référent visé, se pose en effet pour les struments personnels, que Damourette et Pichon classent de ce point de vue en cinq catégories97 :

  1. épicènes : je, me, moi, nous ; tu, te, toi, vous ; les, lui, leur ; on

  2. agynes : il, le

  3. omnigénériques : en, y, se

  4. virisemblants : il

  5. féminins : elle, elles ; la (VI, § 2380, p. 331)

206Les épicènes sont dits androïdiques ou féminins selon qu’ils ont des référents masculins ou féminins. Le premier cas se rencontre dans cette phrase :

« Toi seul tu trahis, désertant l’avant-garde des hommes libres. » (A. Gide, Pages de journal, dans la Nouvelle Revue française du 1er mars 1936, p. 337) (VI, § 2382, p. 333)

207Et le second dans l’énoncé :

« Je t’ai, sans le vouloir, blessée. » (V. Hugo, Le roi samuse, III, 2) (Ibid.)

208Ces exemples révèlent la sexuiférence des struments par un marquage flexionnel particulier ; cependant, Damourette et Pichon donnent aussi de nombreux exemples dans lesquels aucun marquage flexionnel n’apparaît. Dans l’exemple qui suit, c’est l’étude du cotexte pour le lecteur, du contexte pour l’allocutaire, qui renseigne ; ainsi, moi est un épicène féminin dans cette réplique :

« — Ah ! dit Anne-Marie, laissez-moi. » (Guillaume Gaulène. LErrant, dans les Œuvres libres, no 118, p. 248) (VI, § 2381, p. 332)

209Un exemple intéressant est fourni par l’emploi de il comme coréférent de fille ; Damourette et Pichon expliquent alors que l’andrique est « toujours capable de jouer le rôle de masculin indifférencié » :

« … lui fera voir [à l’enfant] quand il est garçon… ou bien quand il est fille, en l’homme un personnage grossier. » (M. EA, dans une conférence libre à la Sorbonne, le 26 mars 1927) (VI, § 2384, p. 337)

  • 98 Dans son article de 1934 « La polarisation masculin-féminin », Pichon affirme, en contradiction ave (...)

210L’intérêt de cette classification sexuiférentielle des struments personnels tient sans doute à la distinction entre l’agyne il et le virisemblant ils98. Le premier peut en fait se dédoubler en un virisemblant, adminicle plein, et un insexuise, adminicle vide qui correspond aux emplois dits « unipersonnels ». Damourette et Pichon se demandent s’il ne faut pas considérer qu’il existe en français deux il homonymes, plutôt qu’un il polysémique. Un des arguments en faveur de l’homonymie tient à la stabilité du type de référent de ils, alors que les emplois de il sont hétérogènes de ce point de vue. Le cas de l’unipersonnel donne lieu à l’analyse suivante :

« — Qu’arrivera-t-il de tout ceci ? dit le bonhomme épouvanté. — Il vous arrivera mademoiselle Flore Brazier dans quatre heures d’ici, douce comme un peau de pêche », répondit monsieur Hochon (H. de Balzac. Un ménage de garçon. OEuvres, t. VI, p. 277.) Dans ce type d’exemple, le verbe employé unipersonnellement est un verbe qui par ailleurs s’emploie au tripersonnel. La phrase peut être facilement transposée au tripersonnel unitif : « Mademoiselle Flore Brazier vous arrivera ». Ce groupe de faits répond absolument à ce que nous avons défini […] sous le nom d’ostension dispersonnelle. […] le rôle de soutien est dévolu dans ce type de phrases au substantif strumental il, tandis que le rôle de repère appartient au complément placé après le verbe. Dans la phrase prise comme exemple de démonstration, le soutien est il, le repère mademoiselle Flore Brazier. (IV, § 1488, p. 465)

211Le tripersonnel (la troisième personne) correspond donc au virisemblant, adminicle plein ; la mention « unitif » renvoie au fait que le repère et le soutien sont exprimés dans ce cas par un seul terme. La notion d’ostension, directement liée, on le voit, à la question des struments personnels, correspond donc à une structuration de l’information – on pourrait utiliser ici la terminologie thème vs rhème – et met donc en jeu, au-delà des struments, les instances énonciatives elles-mêmes, dans la mesure où le choix d’une ostension particulière révèle l’intention communicationnelle du locuteur :

212Entre le tour tripersonnel unitif et le tour dispersonnel, la nuance sémantique est nette. Dans le tour tripersonnel unitif, qui est en français la démarche naturelle de la pensée, on présente d’abord le soubassement qui soutient le phénomène verbal, en même temps qu’il est le repère auquel viennent se lier les autres substances de la phrase ; puis on marque la nature du phénomène verbal lui-même et l’on termine par toutes les autres indications. On dit ainsi : « Mademoiselle Flore Brazier — arrivera — chez vous ». Dans le tour dispersonnel, au contraire, on s’occupe d’abord de la nature du phénomène verbal, le « sujet logique » (ou « sujet vrai » des anciens grammairiens) de ce phénomène n’étant allégué que comme une circonstance seconde : « Il arrivera — mademoiselle Flore Brazier ». La chose essentielle, c’est qu’il va y avoir une arrivée. Ce fait une fois marqué, on dévoile que le personnage arrivant sera mademoiselle Flore Brazier. La nuance ne réside pas dans une plus ou moins grande importance respective attachée au phénomène verbal et au repère du nœud verbal, mais à une manière de révéler à l’allocutaire le contenu dudit nœud verbal : c’est ce que nous avons appelé une ostension. (IV, § 1488, p. 465)

213Dès lors, on comprend que le il unipersonnel puisse ici être considéré comme autarcique : il est compris « sans qu’on ait besoin d’aucun contexte explicatif qui ait préalablement indiqué à l’allocutaire dans quel cercle mouvoir sa pensée » (VI, § 2094, p. 9). Un autre délocutif peut accéder au régime autarcique : il s’agit du en, lorsqu’il renvoie à une locution connue de tous, mais trop peu convenable pour être exprimée. Ce tour euphémisant construit donc une sorte d’anaphore in absentia. Ainsi, le strument délocutif « n’accèd[e] à l’emploi autarcique que par glissement à partir de l’évocateur » (VI, § 2379, p. 330) :

« Mais ce qu’on nous reproche c’est de crier Tue ! et de nous les rouler. » (L. Aragon, Traite du style, p. 222)
Sc. « de nous rouler les couilles [dans de la farine] » (VI, § 2379, p. 331)

214Les modalités du calcul de la référence par l’allocutaire sont particulières : comme dans le cas de l’interprétation des déictiques, il doit partager un certain savoir avec le locuteur. Dans ce cas précis, ce savoir ne concerne pas l’ancrage spatio-temporel de l’énonciation, mais une mémoire discursive collective : il s’agit en effet d’une exophore mémorielle.

Entre théorie de l’énonciation et psychanalyse : le discordantiel

215Swiggers (1992, p. 126, note 10) suit « en partie » Meillet en affirmant que le traitement de la négation dans le tome I de l’Essai de grammaire de la langue française, entre « un chapitre sur les compléments » et « un chapitre sur l’enrichissement du vocabulaire », fait « un peu fausse note ». Pour Damourette et Pichon cependant, la négation a légitimement sa place à cet endroit, dans la mesure où elle est exemplaire ; Damourette et Pichon ont là l’occasion d’illustrer une thèse centrale, à savoir la séparation radicale à opérer entre la logique et la pensée-langage :

Il nous semble intéressant de parler dès maintenant d’une notion qui joue un rôle capital dans la logique commune, la négation. […] La notion même de négation, qui semble être à la base de toutes les logiques, et qui a servi depuis l’antiquité à classer les propositions et à fixer les règles de leur enseignement déductif, n’est pourtant pas, au moins sous la forme simpliste où on le conçoît consciemment d’ordinaire, un facteur réel de la pensée. (I, § 114, p. 129)

216En effet, là où la logique ne reconnaît qu’une « forme simpliste » de négation, la langue française, selon Damourette et Pichon, possède deux nuances, le discordantiel, ne, et le forclusif, pas, point, etc. :

[…] la notion robuste, mais peu souple, de négation, telle que nous la montre la logique formelle, est en réalité étrangère à la langue française. Plus retors, nous ne pouvons réaliser la négation pleine que par le concours de deux notions plus fines, que marquent les deux morceaux de notre ne pas. (Damourette et Pichon, 1925, p. 256)

217Dès lors, ce chapitre sur la négation « sert à démontrer un fait crucial pour l’analyse du sentiment linguistique français » (Swiggers, 1992, p. 126, note 10), d’où sa place dans le premier tome. Comme le souligne Meillet, tant que le débat reste sur le terrain du sentiment linguistique, l’argumentation reste limitée :

Ils soutiennent que ne garde une valeur négative. Ils s’appuient, pour cela, sur leur sentiment linguistique. Le mien ne concorde pas avec le leur. Pour moi, ne n’est qu’une survivance, que je garde plus ou moins suivant les circonstances, et les négations sont pas, rien, personne, etc. Il serait vain d’opposer un sentiment à un autre. (Meillet, 1931, p. 152)

218Les notions de forclusion et de discordance sont en revanche reprises par Tesnière dans les Elements de syntaxe structurale : Arrivé (1995, p. 57) signale sur ce point que « Damourette et Pichon ne voient dans la discordance et la forclusion rien d’autre que des taxièmes, c’est-à-dire des contenus grammaticaux », alors que Tesnière « semble plus près [d’une] conception énonciative », puisqu’il soulève – sans toutefois l’approfondir – le problème de l’ordre des éléments de la négation, que Damourette et Pichon n’évoquent pas.

  • 99 Ce qui explique que leur élaboration théorique soit toujours utilisée. Voir par exemple Fournier (2 (...)
  • 100 Voir par exemple l’affirmation suivante : « La richesse d’une langue en formes grammaticales est to (...)
  • 101 Ils éliminent en effet rapidement les tours où l’indicatif est employé : « […] l’indicatif y est lo (...)

219L’intérêt de l’approche de Damourette et Pichon est qu’elle donne au ne dit expletif le sémantisme que lui refuse la grammaire traditionnelle99. Comme le montre l’exemple donné précédemment à propos de la distinction modus/dictum chez Bally (la suppression de « je dis que »), Damourette et Pichon voient dans tout emploi d’une forme la construction d’un sens. Pas de forme vide, « explétive », susceptible d’être supprimée librement100 : « […] tout élément matériel de la langue comporte nécessairement une contrepartie sémantique » (Arrivé, 1994, p. 150). Ainsi, le discordantiel a dans l’exemple suivant une fonction que Damourette et Pichon s’attachent à décrire : « Mais je ne puis nier que je ne me sente un peu négligée » (V, § 1882, p. 504). Ils analysent l’ensemble des moyens linguistiques qui traduisent l’énonciation dans ce « tour protagonistique » : sémantisme et syntaxe du verbe nier, pronom personnel je, modes verbaux – en particulier le subjonctif dans la subordonnée101 – et bien sûr présence du ne. Le premier est sans conteste négatif ; au sujet du second, ils écrivent :

[…] le discordantiel marque ici la discordance constituée par le regret intime que l’on a de devoir reconnaître un fait qu’on aurait désiré ne pas exister. Mais, d’autre part, au point de vue pratique, le discordantiel a le grand avantage de distinguer les cas où le fait nié est certain, du cas où le fait non nié reste douteux, de sorte que ce ne arrive indirectement à avoir une valeur affirmative. (Ibid.)

  • 102 Voir aussi VI, § 2214, p. 147.

220Damourette et Pichon ne se contentent pas d’une interprétation psychologisante : dans cet exemple, le point important reste que la présence (ou l’absence) du discordantiel interfère avec le sémantisme négatif du verbe nier102. Peuvent ainsi être distingués du précédent les exemples suivants :

Le protagoniste considère comme restant incertain le fait non nié par lui. Dans ces conditions, le subjonctif s’impose ; le discordantiel, au contraire, n’a aucune raison d’apparaître. Ex. : « Nous ne nions pas que la maladie soit infectieuse, mais nous en doutons. » (M. LM, le 18 janvier 1935) (V, § 1882, p. 504)

  • 103 Pour un exemple commenté de polyphonie chez Damourette et Pichon : Arrivé (1994, p. 152).
  • 104 Voir notamment Lagache (1938). Il est cité par Canguilhem (2003, p. 75) : « Contrairement à Ribot, (...)
  • 105 La forclusion de Lacan est d’ailleurs directement héritée du forclusif de Damourette et Pichon, c’e (...)

221L’activité du locuteur, telle qu’elle est décrite par Damourette et Pichon, peut donc être qualifiée de polyphonique103, au sens de Ducrot (1984). Les phénomènes de dédoublement énonciatif présentés dans l’Essai de grammaire de la langue française sont de plusieurs types : d’abord, la substance moi peut exister dans plusieurs actualités : il s’agit d’une superposition d’ancrages référentiels différents (deux cadres spatio-temporels, deux états différents du sujet) ; dans l’étude de la négation, il s’agit d’un dédoublement qui repose sur une vision psychanalytique du sujet, dans la mesure où la discordance est une notion psychopathologique104 : il y a discordance entre le désir du sujet et la réalité qu’il perçoit (I, § 115, p. 131). L’Essai de grammaire de la langue française s’inscrit ici implicitement dans le cadre de la Verneinung freudienne, qui pose que la négation peut être entendue comme une assertion masquée105.

  • 106 L’expression, qui désigne une traduction de l’essai dans Le Coq Heron, no 52, 1975, souligne à la f (...)
  • 107 Lacan (1999, p. 367-397). Pour un exposé détaillé de l’héritage pichonien dans l’œuvre de Lacan : A (...)

222Ce qui signale la complexité de la notion freudienne de Verneinung est d’abord un problème de traduction : l’essai Die Verneinung a d’ores et déjà connu une bonne dizaine de re-traductions françaises, parues pour la plupart dans des revues, comme « document de travail »106. La théorie de la négation chez Freud s’appuie sur une approche essentiellement clinique : il observe en particulier le phénomène de la dénégation lors de la séance analytique. Il s’agit donc avant tout de résistance. Lacan107, dans l’introduction qu’il fait au commentaire de Jean Hyppolite sur la Verneinung, pose explicitement le problème dans le cadre de la réflexion sur la nature du moi, donc du sujet, et en l’occurrence du sujet parlant de la cure. L’intérêt linguistique de cette analyse des mécanismes de résistance apparaît dans la spécificité de la situation d’interlocution décrite, qui n’est autre que celle qui caractérise le transfert :

Le phénomène ici en question [la résistance] montre une des formes les plus pures où le moi puisse manifester sa fonction dans la dynamique de l’analyse. C’est en quoi il fait bien saisir que le moi tel qu’il opère dans la résistance analytique, n’a rien à faire avec l’unité supposée de la réalité du sujet que la psychologie dite générale abstrait comme instituée dans ses fonctions « synthétiques ». Le moi dont nous parlons est absolument impossible à distinguer des captations imaginaires qui le constituent de pied en cap, dans sa genèse comme dans son statut, dans sa fonction comme dans son actualité, par un autre et pour un autre. […] Ce qui veut dire que si vous avez affaire, dans le moment que nous étudions, à l’ego du sujet, c’est que vous êtes à ce moment le support de son alter ego. (Lacan, 1999, p. 372)

  • 108 Freud (1968, p. 80) : « Si l’on communique à un patient une représentation qu’il a, à un moment don (...)

223Du point de vue freudien en effet, la dénégation de l’analysant, en réponse au discours de l’analyste, consiste en un mouvement de refus de la représentation inconsciente, ce qui n’exclut pas que le discours de l’analyste subsiste comme « trace acoustique », consciente. Ce qui est nié est la trace mnésique, inconsciente, qui correspond à ce qui a été vécu puis refoulé108. Ainsi, « le refoulement trouve son expression dans l’opposition (Gegensatzlichkeit) » (Freud, cité par Jalley, 1989, p. 182).

224La notion de couples d’opposés est donc centrale dans la théorie freudienne. Tout se passe comme si la « tâche du traducteur » qu’est le psychanalyste était réductible à la recherche d’un contenu refoulé dont la verbalisation serait placée sous le signe de la négation, négation en discours dont la valeur psychique serait celle du déni. Ce mouvement de refus conscient s’appuie sur des moyens linguistiques qui permettent une catégorisation logique : négation, et plus largement modalisation. Ces catégories sont typiques de ce que Freud nomme « processus secondaires » : ils appartiennent au préconscient (Pcs) et au conscient (Cs). L’inconscient est lui régi par les « processus primaires », à savoir la concaténation des « représentations de choses » (Sachvorstellungen), au moyen principalement des liens de contiguïté et de similitude. Le préconscient est donc le lieu de « l’annexion-traduction des représentations de choses par des représentations de mots […]. Cela s’appelle la symbolisation » (Dupeu, 1994, p. 233). À l’inverse :

Il n’y a dans ce système [Ics] ni négation, ni doute, ni degré dans la certitude. Tout cela n’est introduit que par le travail de la censure entre Ics et Pcs. La négation est un substitut du refoulement à un niveau supérieur. (Freud, 1968, p. 96)

  • 109 On comprend ici la suite donnée à ces réflexions par Damourette et Pichon : leur concept de forclus (...)

225La négation est donc, sur le plan conscient, le « substitut du refoulement ». L’inconscient se signale par une verbalisation qui le dessine en creux : pour Freud, la négation présuppose donc l’existence d’un contenu positif, dont la valeur est invalidée linguistiquement, autant dire symboliquement, tandis que subsiste inconsciemment la trace pleine de ce qui prétendument n’existe pas109. L’idée que toute négation est réductible à une affirmation implicite semble pourtant discutable :

Une marque négative, dans une langue donnée, ne doit pas être considérée comme quelque chose qui s’ajoute, tout bonnement, à un énoncé positif déjà constitué. (Forest, 1993, p. 7)

226Ce type d’objection se vérifie par exemple avec la dérivation adjectivale : impotent ne peut être interprété en synchronie comme le résultat de l’adjonction d’un préfixe privatif à une base identifiable comme contenu sémantique positif (voir Anscombre, 1994). La théorie freudienne de la dénégation reste pourtant pertinente dans la mesure où on l’articule avec une théorie de l’énonciation. C’est ce que tente Danon-Boileau, pour qui la négation n’est pas tant l’affirmation implicite d’un contenu positif qu’une « anticipation ». La négation serait alors l’expression d’une réalité encore virtuelle mais déjà présente dans le désir :

Pour Freud, la négation est l’expression d’un écart entre ce que l’on anticipait (ce à quoi l’on s’attendait, ce que l’on souhaitait, ce que l’on désirait) et ce que l’on constate : « Ce dont je croyais qu’il était là parce que je le désire n’est pas là à l’instant présent. » Dans cette interprétation, la négation se fonde sur une positivité préalable, mais cette positivité n’est pas un jugement de réalité, elle est une anticipation sur l’état de la situation d’énonciation. (Danon-Boileau, 1994, p. 178)

227On pourrait superposer l’idée d’une « positivité qui n’est pas un jugement de réalité » à la distinction établie par Freud entre réalité et réalité psychique :

[…] absence de contradiction, processus primaire (mobilité des investissements), intemporalité et substitution a la réalité extérieure de la réalité psychique, tels sont les caractères que nous devons nous attendre à trouver aux processus appartenant au système Ics. (Freud, 1968, p. 97)

228La négation envisagée comme Verneinung peut donc effectivement s’exercer de façon partielle et dissymétrique : ce sur quoi elle prend appui est la subjectivité de la réalité psychique. En cela, la négation est bien modalisation d’un discours et non pas un jugement forcément cohérent avec la réalité extérieure. La négation n’appartient pas à l’inconscient mais en constitue la traduction consciente : en tant que telle, elle signale la survivance d’une réalité psychique en butte à la réalité extérieure.

229C’est dans cet espace entre désir et langue que vient se poser la possibilité d’une discordance. On peut être prudent comme Élisabeth Roudinesco (1994, p. 316), et ne pas chercher à savoir si Damourette et Pichon ont lu, pour élaborer leur travail grammatical sur la négation, l’article de Freud ici discuté. Cette hypothèse est de toute façon très plausible. D’abord, Freud a, bien avant 1925, travaillé sur la négation et ses rapports avec le refoulé, en particulier dans Die Traumdeutung (1900), et dans l’article de 1915 « Das Unbewusste ». On sait que Pichon a au moins lu le premier de ces titres (Pichon, 1938j). Ensuite, Hoesli traduit Die Verneinung pour la Revue française de psychanalyse en 1934. Étant donné l’implication de Pichon dans cette revue et sa collaboration scientifique avec Hoesli, il paraît difficile d’imaginer qu’il n’a pas eu accès au texte.

Notes

1 Voir Pohl (1982-1983, p. 24) et Trésor de la langue française (1985), article « Locuteur ». Marouzeau (1923) utilise « interlocuteur ».

2 Voir Charaudeau et Maingueneau (2002), article « Locuteur ».

3 Voir le titre du paragraphe 7 donné par le sommaire, I, p. 12.

4 Lauwers (2004, p. 592) relève que le « rapport avec l’idée humboldtienne de l’innere Sprachform est explicité par un renvoi à Lorigine degli Indo-Europei d’E. de Michelis (1903) qui parle de “forme intérieure” ». Damourette et Pichon se situent, dans la reprise de cette idée, dans la continuité de Bréal par exemple. Voir Nerlich (1986, p. 27) : « L’intérêt pour la forme interieure du langage marque la distance avec les néo-grammairiens, qui étudient la forme exterieure (ausere Sprachform). »

5 Sur cette construction théorique, ses sources, et les interprétations divergentes auxquelles elle donne lieu, voir Joseph (2002, p. 71-106 et 181-196).

6 Voir Bréal (1982, p. 27) : « Toutes les fois que deux langues sont en présence, ou simplement deux dialectes, il se fait un travail de classement, qui consiste à attribuer des rangs aux expressions synonymes. Selon qu’un idiome est considéré comme supérieur ou inférieur, on voit ses termes monter ou descendre en dignité. La question du linguistique est au fond une question sociale ou nationale. »

7 On retrouve la même idée chez Léopold de Saussure : voir Joseph (1999).

8 Damourette et Pichon, qui ont pourtant peu de sympathie pour Rousseau, se trouvent ici faire curieusement écho à l’une de ses diatribes conservatrices : dans son Discours sur les sciences et les arts (1750, p. 25-28), par la « prosopopée de Fabricius », il dénonce l’inconséquence des Romains, qui, au contact de la civilisation grecque et de son goût pour la dialectique, ont perdu leur identité culturelle et ont fini par connaître la chute de leur empire. Cet exemple historique a pour fonction de détourner le peuple du danger constitué par la nouveauté des Lumières.

9 Voir Bergounioux (2000, p. 228) : « Mettre les races avant l’humanité est un paralogisme équivalant, selon Bréal, à une priorité donnée à la “forme” sur “le fond”, à “l’enveloppe” sur “le contenu”, aux “mots” sur “la pensée”. Les langues sont vouées à être vernaculaires, associées à des groupes sociaux particuliers, alors que la pensée réunit en une seule famille le genre humain. »

10 Roudinesco (1994, p. 300).

11 Voir par exemple Pichon (1932a, p. 221-222). Il décrit ainsi l’attitude d’une de ses patientes, Nina : « […] il n’est pas une seule des manifestations de l’humanitarisme doctrinaire dans quoi elle ne donne : elle suit les cours de l’École Sociale, elle est féministe, pacifiste, internationaliste, elle fréquente le cercle “La Russie neuve” ; elle est végétarienne, naturiste, et serait sans doute nudiste sans l’extrême frilosité qu’entraîne son état endocrinien ; elle s’intéresse aussi, quoique moins étroitement, à la théosophie et au mazdanéisme. Peut-être cet état d’esprit […] a-t-il eu au moins l’effet salutaire de l’amener à la psychanalyse, qu’elle a confondue à tort dans le bloc des idées démagogico-rousseauistes à quoi elle était attachée. »

12 Voir Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 123).

13 Elle travaille alors dans le service de consultation pédiatrique de Pichon à l’hôpital Bretonneau, dans le cadre de la préparation de sa thèse.

14 Les termes en question sont les suivants : la triade Pulsorium, Actorium, Suasorium pour Ca [sic], Moi, Sur-Moi (Marette, 1940, p. 23, note 1) ; lagnique pour « le terme sexuel au sens freudien, quand il ne signifie pas génital » (p. 35) ; décharnalisation pour latence (p. 56, note 1, et p. 165).

15 Voir par exemple Pichon (1927g).

16 Voir Ohayon (2006, p. 73). Ce groupe diffuse une revue du même nom, dirigée par Hesnard et Laforgue.

17 Voir la préface de Grasset à l’ouvrage de Maurras, Dentelle du rempart : « En Maurras, tout est gravité, tout est danse. Sa conception même de l’ordre politique n’échappe pas à la beauté » (Maurras, 1937, p. 10).

18 Voir Ohayon (2006, p. 229).

19 Pour frappante qu’elle soit pour l’esprit, et pour commode qu’elle soit sur le plan descriptif, cette formule nous semble toutefois à préciser. Il n’y a en effet pas un « bon » et un « mauvais » Pichon : l’ensemble de ses écrits est extrêmement cohérent, en tant qu’il renvoie toujours à la défense de la nation française. On n’observe donc pas de rupture dans son discours, ainsi que pourrait le faire penser l’opposition entre Hyde et Jekyll. En revanche, la formule vaut certainement pour le décalage entre ce discours et les actes réellement accomplis. Le personnage de Pichon est de toute façon perçu comme extravagant par ses contemporains. Voir par exemple Bourgeron (1997a, p. 691) : « Le 23 août 1954, Laforgue écrit dans son Journal : “Mon ami Pichon a été le seul à m’encourager vraiment aux heures difficiles, et j’hésitais parfois à accepter l’aide qu’il m’apportait, car elle m’était offerte par un schizophrène. Pichon en effet était schizophrène comme sa mère, comme son oncle, et je le savais. Cela explique pourquoi j’ai toujours essayé de monter une garde vigilante à la ligne de démarcation entre la réalité et la folie. Mais enfin c’était à Pichon seul que je pouvais apporter les rêves de mes malades que je ne comprenais pas et dont le monde lui semblait familier. Et pour cause…” »

20 Ce qui constitue, ainsi que le souligne Arrivé (1994, p. 140), une longue cure pour l’époque.

21 Voir Bourgeron (1997b, p. 694) : « Le 19 mai 1934, à l’âge de 50 ans, elle met fin à ses jours en ouvrant le gaz dans l’appartement parisien qu’elle habite et qui appartient à Édouard Pichon. »

22 Par ailleurs, Pichon meurt en 1940, au commencement d’une Occupation qu’il n’aura pas eu à traverser : il n’assiste pas au pilonnage des œuvres de Freud par exemple (Ohayon, 2006, p. 232-233).

23 Sans compter que leur assimilation de la langue à la nation dérive directement des travaux des idéalistes allemands.

24 Voir Spitzer (1938, p. 219) qui évoque le début des années 1920 : « La guerre m’avait attiré vers des problèmes d’ordre plus général, sur les rapports de la nation avec la langue, sur l’influence de la langue sur la pensée – sujets philosophiques, qui non seulement n’intéressaient pas, mais lassaient M.-L. [Meyer-Lübke]. »

25 Cette note se trouve dans le compte rendu qu’il fait de l’ouvrage de Migliorini, Appunti sulla lingua contemporanea : il suffisso istico.

26 On emploie ici, pour des questions de commodité, la terminologie courante signifiant/signifie, bien qu’elle soit utilisée de façon irrégulière par Damourette et Pichon, fait qui s’explique avant tout par leur souci de se démarquer de la linguistique saussurienne. Dans leur métalangage, sémiome et taxiome sont les moyens d’expression des idées lexicales (sémièmes) ou grammaticales (taxièmes).

27 On traite ce point infra. Les textes qui constituent cet échange parallèle, toujours dans Le Français moderne, sont l’article de Spitzer de juin 1937, « Personne étoffée et personne extériorisée » (Spitzer, 1937a), et celui de Pichon paru en octobre 1937, « À propos de la personne grammaticale. Réponse à M. Spitzer » (Pichon, 1937h).

28 Voir Pichon (1937f, p. 115) : « […] prenons modèle sur notre éminent directeur, M. Dauzat, qui fait imprimer sur la couverture de notre Revue, que M. Spitzer est professeur à Constantinople : à la bonne heure ! »

29 La métaphore du viol de la langue par un nom étranger constitue la reprise de thèmes courants dans les débats autour de la traduction. Voir Pannwitz : « L’erreur fondamentale du traducteur est de conserver l’état contingent de sa propre langue au lieu de la soumettre à motion violente de la langue étrangère » (Berman, 1984, p. 6) et Herder : « Une langue, avant la traduction, est semblable à une jeune vierge qui n’aurait pas encore eu de commerce avec un homme, et n’aurait point encore conçu le fruit du mélange des sangs ; elle est encore pure et en état d’innocence, image fidèle du caractère de son peuple » (ibid., p. 67).

30 Voir Dauzat (1943, p. 161) : « […] on a cherché à s’associer dans une même revue de travaux destinés aux spécialistes et des articles de vulgarisation, de mise au point, pour les membres de l’enseignement et pour le grand public. »

31 La position de LAction française à ce sujet est claire : « C’est ainsi que notre pays compte plus de trois millions d’étrangers. Toute la question est de savoir dans quelle mesure ils se fondront au milieu des autochtones, et aussi jusqu’à quel point l’élément endogène national n’en sera pas altéré gravement » (Daudet, 1927, p. 1).

32 Saussure (1972, p. 237). Voir Leroy (2004, p. 19).

33 Elle sera élue à la Société de linguistique de Paris en 1939, parrainée par Damourette et Pierre Fouché.

34 Voir supra : les nurses « germaniques » sont particulièrement visées.

35 CPH, Critical Period Hypothesis.

36 Les facteurs liés à l’âge ne suffisent pourtant aucunement à expliquer la variation individuelle dans l’acquisition. Voir Hyltenstam et Abrahamsson (2000, p. 163): « In broad outline, maturational constraints would play a definite role during childhood […] Later on, in particular after the adolescent years, socio-psychological factors would take over. » (De façon schématique, les contraintes liées à l’âge joueraient un rôle spécifique durant l’enfance […] Plus tard, en particulier après l’adolescence, les facteurs socio-psychologiques prendraient le dessus [nous traduisons]).

37 Voir les références de ces articles et de celui de Travis et al. (1937) infra, Références complémentaires.

38 La presse a largement relayé les débats soulevés par cette assimilation : voir par exemple Coignard (2005).

39 C’est exactement ce que Damourette et Pichon supposent. Voir I, § 69, p. 17.

40 Voir V, 1718, p. 190 : « “Chez nous, il était admis que tous les sentiments conventionnels sont vrais.” (A. Maurois. Climats, I, 1, p. 16) Était admis est ici un tour passif ; il équivaut à on admettait ; l’explication de la non-concordance dans cette phrase est assez délicate. D’une part, on peut penser qu’il y a là une ironie du genre de celle qui était évidente dans la phrase de Ch. L. Philippe. Par l’emploi de tiroir-canon sont, l’auteur donne plus de solennité à un principe auquel il a renoncé et qu’il bafoue. Mais, d’autre part, il y a lieu de remarquer que l’auteur est israélite. »

41 Voir V, § 1709, p. 176 : « “Je ne sais pas si je t’ai jamais dit que Jeanne venait déjeuner mardi.” (Mme EJ, le 7 décembre 1929.) Au moment où Mme EJ parle, la venue de Jeanne est encore dans l’avenir. »

42 On pourrait finalement citer ici les « quatre états confédérés » honnis par Maurras : juifs, protestants, francs-maçons, « métèques ».

43 Par exemple, « M. AS. – Vers 1850, Alsace, médecin, israélite, B. » ou bien « Mme AV. – Vers 1887, Paris, protestante, B. », la date étant celle de la naissance, et B. signifiant « parlure bourgeoise ». Être catholique, pour les maurrassiens, constitue une condition nécessaire mais non suffisante pour être digne de confiance. Voir cette question, posée par LAction française agricole datée du dimanche 27 février 1927, p. 3 : « Peut-on se fier aux Boches catholiques ? » La réponse donnée est négative.

44 Voir I, § 42, p. 57 : Le prétentionniste est celui qui, plutôt que de dire la bonne tournure française qui lui vient naturellement à la bouche, veut, pour faire le bon compagnon, employer une tournure qu’il ne possède ni par finesse instinctive, ni par subtilité scientifique. Il importe de noter que, dans ce paragraphe 42 de l’Essai de grammaire de la langue française, consacré spécifiquement au problème du prétentionnisme, Damourette et Pichon signalent que Gide relève, comme eux, des fautes dans l’emploi des « imparfaits du subjonctif » confondus avec des « passés définis ». C’est Proust qui se trouve cette fois dans la position du « prétentionniste ». L’ouvrage de Gide, Prétextes, ici incriminé pour protestantisme, est précisément celui sur lequel Damourette et Pichon s’appuient au paragraphe 42. Ainsi, pour équitable qu’elle soit puisqu’elle n’ignore pas la diversité des propos de Gide, leur critique apparaît tout de même, en dernière analyse, orientée par leur obsession de l’identité du locuteur.

45 Au même moment, le Danois Jespersen réfléchit lui aussi sur les mécanismes héréditaires associés au langage. On trouve notamment, dans un numéro de LAnnée psychologique paru en 1927, un compte rendu de son texte « L’individu et la communauté linguistique » : « Examen de diverses questions relatives au rôle de la psychologie et de la sociologie, de l’individu et de la collectivité en linguistique. Si l’hérédité générale compte pour beaucoup dans l’acquisition du langage, l’hérédité spéciale, c’est-à-dire la langue des parents, est presque négligeable, et l’imitation des parlers entendus dans l’âge enfantin compte pour plus de 95 % (exemples des Juifs, des nègres des États-Unis, des enfants de mariages inter-scandinaves). L’histoire linguistique de chaque individu est l’histoire de sa socialisation linguistique ; c’est une imitation des autres individus, et l’imitation linguistique est beaucoup plus liée à la vie intérieure de l’homme que toutes les autres imitations » (Luquet, 1927, p. 506). Les analyses de Jespersen vont donc plutôt dans le sens d’une vision non naturaliste des mécanismes de l’acquisition, réduite à sa dimension socioculturelle. Voir Jespersen (1927, p. 579) : « Il y a une autre race encore plus distincte [que les Juifs] de la race européenne ou nordique, à savoir les nègres, mais je ne crois pas être dans l’erreur quand je maintiens qu’il y a aux États-Unis pas mal de nègres qui parlent l’anglais (ou disons plutôt l’américain) d’une manière qui ne trahit nullement leur race. »

46 Cette entorse à la scientificité du propos fait partie des compromissions nécessaires de tout projet apologétique. Voir von Busekist (2006, p. 251) : « […] le discours instrumental du nationaliste se joue du discours scientifique ou plutôt n’en conserve que ce qui peut le servir, de même que le discours scientifique, philologique ou philosophique, se rend coupable de confondre objet de la science, enjeu de gloire ou de survie personnelle et combat national. »

47 Le point précis sur lequel Damourette et Pichon attaquent Saussure est bien l’arbitraire du signe. Par ailleurs, ils reconnaissent à Saussure une notoriété scientifique méritée. Voir par exemple Pichon (1937a, p. 25) : « Ferdinand de Saussure, le solide et brillant maître genevois qui a marqué d’une si forte empreinte la science linguistique ».

48 Bally (1965a, p. 58-59), dans une perspective de linguistique générale qui diffère de la visée idiomatique de nos auteurs, donne à l’étude de la langue maternelle une fonction de vérification, de validation du discours métalinguistique produit sur les langues étrangères : « […] les recherches sont toutes différentes selon qu’elles portent sur la langue maternelle ou sur une langue étrangère. Dans le premier cas, la parole apparaît – du point de vue du sujet parlant – comme un moyen d’action et d’expression, et – du point de vue du sujet entendant – comme une source d’impressions et de réactions. Tout autres sont les résultats d’une étude qui a pour objet un idiome étranger. Outre que la comparaison de deux langues est toujours plus artificielle, les jugements qu’elle suggère ont une forme générale et abstraite. Les caractères qu’elle fait apparaître peuvent être exacts : ils sont vus en étendue plus qu’en profondeur. Ainsi ces découvertes faites chez autrui, toutes précieuses qu’elles sont, demandent à être complétées par l’observation subjective. »

49 Quoique la définition même de cette communauté soit problématique, puisqu’elle ne saurait être homogène, pour des raisons sociologiques, géographiques, et individuelles. Les expressions du type « cela se dit » (ou pas : voir Milner, 1995), « ça n’est pas du français », voire « francophonie », témoignent de la difficulté à définir l’identité de la langue elle-même, et par conséquent celle de la communauté linguistique. La question de l’homogénéité de la communauté linguistique est en tout cas résolue par Damourette et Pichon par la notion d’identité nationale, qui subsume l’ensemble des locuteurs de l’idiome.

50 Ainsi, la hiérarchisation des usages ne remet pas en question l’unité linguistique nationale. Voir von Busekist (2006, p. 232) : « Si l’on admet […] que la capacité cognitive ne dépend nullement de la maîtrise du code socialement admis, il importe alors de ne pas confondre la signification sociologique et la signification linguistique d’un énoncé : deux interlocuteurs aux niveaux de langue très différents se comprendront mutuellement comme faisant partie du même espace linguistique. »

51 « [...] une langue est un système L-s, c’est-à-dire l’état fonctionnel atteint par l’organe du langage. Et toute personne ayant “développé” ce L-s particulier dans son cerveau/esprit est un locuteur natif de cette langue. » (Nous traduisons)

52 Sur la question de la localisation des processus mentaux, voir Descombes (1995).

53 « Certaines capacités semblent particulièrement difficiles à acquérir dans une langue seconde. Parmi celles-ci, les suivantes sont sans doute d’une grande importance en contexte éducatif : dire la même chose de différentes manières / hésiter, et ne pas dire grand chose / prédire ce que l’autre personne va dire / accumuler de nouvelles compétences verbales (apprendre de nouveaux mots et de nouvelles significations) en parlant et en écoutant / Il ne s’agit pas de dire ici que nous ne pouvons jamais apprendre à faire ces choses dans une langue seconde. Néanmoins, un grand nombre d’enfants éduqués au moyen d’une langue seconde, et par des enseignants qui tentent de la leur enseigner, n’ont pas acquis la maîtrise de ces compétences essentielles. » (Nous traduisons) Voir les références de Halliday et de Coppieters, infra, Références complémentaires.

54 « Identity theory » (Davies, 2003, p. 182). Dans cette conception, la notion d’identité renvoie à une similarité socialement construite, interactive, et non à un contenu stable hérité passivement.

55 « Un locuteur du français est quelqu’un qui est accepté en tant que tel par la communauté à laquelle on fait référence comme celle des locuteurs du français, et non pas quelqu’un qui est équipé de façon sous-jacente d’un système linguistique formel spécifique. » (Nous traduisons)

56 « Mais pour Coppieters un tel argument est trop fortement sociologique, et de son point de vue la compétence doit inclure une dimension psychologique. […] “Cependant, il est également clair que la variation entre locuteurs natifs et locuteurs non-natifs ne peut simplement être réduite à un simple cas de variation entre locuteurs natifs ; c’est-à-dire que les locuteurs non-natifs se trouvent hors des frontières de la variation des locuteurs natifs”. » (Nous traduisons)

57 « En biologie, le concept d’“espèces” a été développé bien avant que la compréhension moderne de la génétique ne se soit elle-même développée. Les espèces étaient pensées comme des entités statiques, définies par un seul spécimen “type”. Ce concept a changé avec la compréhension du fait que la spéciation était un processus dynamique et en cours. Je pense que “locuteur natif ” changera pour le linguiste exactement de la même manière que “spécimen type” a changé pour le biologiste. Il peut rester intéressant de faire référence à des spécimens type, mais ils ne fournissent plus une définition statique de l’espèce. Le spécimen type est passé du statut de point dans un espace de caractères à n dimensions qui définissait l’espèce à celui de point dans un cluster (plus ou moins serré) de points qui identifie la région identifiant une espèce particulière. Plus nous en apprenons sur la façon dont le langage est acquis, plus je pense nous en viendrons à changer la façon dont nous envisageons les locuteurs natifs – qui ne seront plus le point définiteur dans un espace linguistique à n dimensions, mais un des nombreux points dans un cluster dans une partie de l’espace linguistique corrélé à une langue particulière. » (Nous traduisons)

58 Sur l’utilisation de ce terme problématique en histoire des théories, voir Auroux (2006).

59 Nerlich (1986, p. 235) accorde à Benveniste le « début officiel de la théorie de l’énonciation ».

60 Voir Pichon (1942, p. 8) par exemple.

61 Voir Authier-Revuz (1992, p. 38) : « – le DD n’est ni “objectif ”, ni “fidèle” ; […] même lorsqu’il cite textuellement – ce qui n’est pas nécessairement le cas, car sa propriété caractéristique est l’autonymie, non la textualité –, il ne peut pas pour autant être considéré comme “objectif” dans la mesure où reproduire la matérialité exacte d’un énoncé, n’est pas restituer l’acte d’énonciation – dont l’énoncé est (n’est que) le “noyau” – dans son intégralité ; – le DI n’est pas un DD subordonné ; aucune dérivabilité d’ordre morpho-syntaxique, c’est-à-dire relevant de règles de grammaire, ne les relie ; ils relèvent de deux opérations radicalement distinctes portant sur le discours autre rapporté : la citation-monstration (DD) et la reformulation-traduction (DI). »

62 Ce que Bally propose au sujet des équivalences fonctionnelles, conception qui permet finalement une analyse de type distributionnel, trouve cependant un écho chez Damourette et Pichon : ce qu’ils disent de la covalence (« caractère d’un groupe de mots prenant par leur association telle ou telle valeur grammaticale » d’après le Glossaire), par exemple, va dans ce sens. Mais l’équivalence est vue comme syntaxique, et non comme sémantique. Ce qu’ils reprochent à Bally, c’est bien de laisser penser que, dans les mécanismes de reformulation, la variation sémantique – autant dire psychologique – ne touche que le modus. Cette critique est parfaitement cohérente avec ce qu’ils disent de l’impossibilité de la traduction (I, § 6, p. 14) et du lien nécessaire qui unit les deux faces du signe (I, § 74, p. 95-97).

63 Voir IV, § 1186, p. 25 par exemple.

64 Voir par exemple VI, § 2308, p. 250.

65 Voir par exemple Benveniste (1974), sur les pronoms personnels.

66 Voir Bonhomme (1989) pour un état des lieux.

67 De salus ! qui se combine à la base verbale et donne salutem dare (sauver et saluer) / salutare.

68 Damourette et Pichon signalent ainsi l’absence de parallélisme entre les deux groupes. Voir par exemple II, § 615, p. 239 : « Le français ne possède qu’un petit nombre d’affonctifs nominaux sans le taxiome ‑ment ; tels sont : Ailleurs (lat. aliorsum) ; Bien (lat. bene) ; Certes (lat. certe et lat. pop. *certas) ; La (lat. illac) ; Loin (lat. longe) ; Mal (lat. male) ; Ca (1) (lat. ecce hac) ; Ci, ici (lat. ecce hic), etc. »

69 Cette démarche rejoint en fait la critique de Tesnière qu’on expose infra p. 170.

70 À ceci près qu’à ce schéma général s’ajoutent les conventions sociales. Sur l’usage du tutoiement et du vouvoiement, voir IV, § 1453-1463, p. 402-423.

71 Voir Galichet (1947, p. 101) : « Vu par chacun d’entre nous, le Monde se partage en deux zones, d’ailleurs mouvantes, et qui interfèrent constamment : celle du “moi” et du “non-moi”. »

72 Benveniste (1966b, p. 235-236).

73 Il propose les termes anontif vs ontif (opposition de la troisième aux première et deuxième personnes) et autoontif vs antiontif (opposition de la première à la deuxième personne). On a donc ontif (anto- et antiontif) vs anontif. Tous les termes sont donc munis d’un préfixe permettant de les situer les uns par rapport aux autres. Voir Tesnière (1959, p. 117).

74 Ici figure la note : « Nous empruntons l’expression à M. Minkowski. »

75 Le Glossaire donne la définition suivante : « Toncâl : groupe de formes verbales comprenant les “imparfaits” simples et composés (indicatif et subjonctif) et les conditionnels je faisais, javais fait, je fisse, jeusse fait, je ferais, jaurais fait. »

76 Portine (1992, p. 313) signale quant à lui la note de Minkowski (1932-1933, p. 234).

77 Voir la définition du Glossaire : « Factif : terme marquant l’expression d’un fait tel que l’est un verbe à un mode personnel ou – verbal ; – nominal : l’interjection ; – strumental : oui, si, non, nenni, certes, da. »

78 Voir Fournier (2005, p. 66-67) : « Le cri interjectif est-il l’équivalent d’une proposition, autrement dit : marque-t-il de façon synthétique un jugement formé par le locuteur ? C’est une idée à laquelle Beauzée, avant DP, s’oppose, distinguant la signification affective portée par l’interjection, qui communique la représentation d’une émotion, d’une douleur par exemple, en tant qu’elle en est un signe naturel, et le jugement articulé dans une proposition […]. En revanche, l’idée de l’interjection comme équivalent de la proposition est défendue par Destutt de Tracy, précisément parce qu’elle est pour lui à l’origine du langage, et qu’elle en réalise les fonctions fondamentales, notamment la prédication […]. Le texte de DP est animé par la mémoire de ce débat. L’insistance sur le caractère affectif de l’échange linguistique caractéristique du plan locutoire est l’écho manifeste de la sympathie suscitée par ce cri de l’ami souffrant chez Beauzée, et par ce “langage du cœur [qui] se fait principalement entendre au cœur”. Les mots mêmes des auteurs de grammaires générales viennent en quelque sorte naturellement sous la plume des auteurs de l’Essai : nous avons vu plus haut que le plan locutoire correspond à ce moment dans lequel “rien n’est proprement jugé ni conçu” à l’endroit du monde. Ce sont là les termes propres qui désignent dans la Grammaire générale et raisonnée les deux premières opérations de l’esprit, concevoir et juger, qu’il faut regarder comme les fondements de l’art de parler (Arnauld et Lancelot [1660] 1768 : 65). »

79 On sort ainsi du problème épineux de la liste des déictiques : restreinte au départ par Benveniste aux marques personnelles et spatio-temporelles, elle se trouve ensuite élargie aux modalités telles que l’interrogation (voir Kerbrat-Orecchioni, 1999, p. 77, et, sur le problème des termes de parenté comme papa, maman, p. 61-62). La possibilité de disjoindre plans énonciatifs et formes linguistiques n’oblige pas à limiter – ou à étendre considérablement – le nombre des éléments susceptibles de référer à l’acte énonciatif.

80 Sur la difficulté posées par le vocatif, voir Détrie (2006, p. 20). Elle signale que Damourette et Pichon ont finement décrit le problème, en distinguant notamment le complément ambiant locutoire allocutif, ou vocatif (« A dieu, Madame », I, § 438, p. 592), qui correspond au cas où « le factif nominal est adressé par le locuteur à l’être représenté par le substantif nominal complément » (p. 591), du complément ambiant délocutif, ou exclamatif (« Ah ! un Anglais ! », I, § 439, p. 592), qui correspond au cas où « le factif nominal est adressé par le locuteur […] à un allocutaire autre que lui ». Notons que sur le plan terminologique, des difficultés apparaissent. La désignation du premier cas pose l’existence d’un « comportement allocutif » (Détrie, ibid.). Or, les vocatifs, même s’ils sont orientés vers un allocutaire, relèvent du bien du locutoire. Le terme allocutif signalerait donc la présence, dans l’énoncé, d’une désignation ayant pour référent l’allocutaire. De ce point de vue, la désignation complément délocutif, qui renvoie à une adresse non à l’objet mais à l’allocutaire, n’est pas construite de façon symétrique. Elle relèverait du locutoire délocutif, puisque, bien qu’orientée vers l’allocutaire, elle met en jeu des désignations d’objet, donc de la troisième personne.

81 Au plan allocutoire revient donc essentiellement la structure question-réponse, dans la mesure où le locuteur invite l’allocutaire à participer au discours : il se place donc en position secondaire, ce qui n’est pas le cas avec les interjections, les vocatifs et les impératifs, lesquels, même s’ils sont bien destinés à l’allocutaire, demandent avant tout la prise en compte de l’état d’esprit du locuteur et non une participation verbale de l’allocutaire. C’est donc la construction de l’échange impliquée par la question qui définit l’allocutoire. Voir IV, § 1383, p. 307 : « Dans le plan allocutoire, si l’on donne ce nom à l’interrogation, le locuteur évoque bien un phénomène, mais il laisse à l’allocutaire la faculté d’en compléter délocutoirement la description, ou de le modifier par une intervention locutoire active » ; et IV, § 1382, p. 305 : « L’interrogation, tant phoniquement que sémantiquement, apparaît comme quelque chose de non résolu, dont la réponse constitue la solution tant logique que mélodique. »

82 C’est-à-dire dans sa singularité, puisque Pichon concède l’existence première d’un « sentiment du moi », lequel reste il est vrai assez peu décrit. Cependant le fait de poser cette conscience première, même encore au stade d’ébauche, permet à Pichon de rester dans un cadre qui fait de la possibilité de l’introspection de la tradition cartésienne son postulat. Le rôle d’autrui serait donc finalement de permettre la maturation de ce noyau originel qu’est la conscience de soi.

83 On retrouve la même formulation dans Pichon (1936a, § 79, p. 94) : « […] quand, enfin, l’enfant a saisi le sens du pronom de la première personne (je, me, moi), il se trouve, en fait, avoir apporté au caractère délocutoire du langage la correction indispensable : il est psychologiquement absurde de s’assimiler, dans sa propre pensée, au reste du monde, car, en fait, les rapports que l’on a avec soi et ceux que l’on a avec le monde extérieur sont d’une nature toute différente ; l’existence de la première personne est donc bien le correctif indispensable au caractère délocutoire du langage. »

84 On trouve l’idée d’une formation des expressions linguistiques du moi antérieure au substantif chez Bréal par exemple (1982, p. 192) : « L’espèce de mot qui a dû se distinguer d’abord de toutes les autres, c’est, selon nous, le pronom. Je crois cette catégorie plus primitive que celle du substantif, parce qu’elle demande moins d’invention, parce qu’elle est plus instinctive, plus facilement commentée par le geste. On ne doit donc pas se laisser induire en erreur par cette dénomination de “pronom” (pro nomine), qui nous vient des Latins, lesquels ont traduit eux-mêmes le grec αντωνυμία. L’erreur a duré jusqu’à nos jours. Les pronoms sont, au contraire, à ce que je crois, la partie la plus antique du langage. Comment le moi, qui tient tant de place chez la plupart des hommes, aurait-il jamais manqué d’une expression pour se désigner ? »

85 La suite du raisonnement de Jakobson nous semble quelque peu fallacieuse, dans la mesure où la compréhension scientifique du système des déictiques n’est pas vraiment comparable avec l’acquisition de ce système par l’enfant : « Si nous observons que même les linguistes ont eu des difficultés à définir la signification générale du terme “je” (“tu”), qui signifie la même fonction intermittente de différents sujets, il est tout à fait compréhensible qu’un enfant qui a appris à identifier son nom propre ne s’habitue pas aisément à des termes aussi aliénables que les pronoms personnels : il peut hésiter à parler de lui-même à la première personne alors que ses interlocuteurs l’appellent “tu”. »

86 La relation à la mère est pensée comme originellement fusionnelle.

87 Cette précision nous permet de signaler que le nynégocentrisme concerne le je plutôt que le moi, dans la mesure où cette instance, complexe, se déploie notamment dans le temps. Voir Bialek (1985, p. 32-33) : « Faisant suite à Maine de Biran, de nombreux auteurs vont contribuer à la popularisation des thèses spiritualistes dans la première moitié du xixe siècle, notamment Royer-Collard, qui renforce le courant dans le sens de l’intuitionnisme : le moi lui apparaît comme une donnée immédiate de la conscience, qui se connaît intuitivement comme cause, comme substance pensante et comme unité durable : nous en trouverons une définition identique chez Pichon. »

88 C’est-à-dire la détermination d’un substantif par un démonstratif. Voir I, § 364, p. 468 et suivantes.

89 Voir VII, § 2961, p. 175 par exemple. Kerbrat-Orecchioni (1999, p. 45) qualifie d’« expressions heureuses » le couple formé par « nynégocentrique » (déictique) et « allocentrique » (contextuel), mais signale, à juste titre, qu’elles n’ont « guère fait fortune ». Elles ont en effet le mérite de poser clairement la question du cadre énonciatif, lequel disparaît dans le terme contextuel. Cet adjectif signale la nécessité d’une interprétation anaphorique et non déictique des éléments linguistiques considérés, mais reste polysémique dans la mesure où, dans un sens plus lâche, il peut ne renvoyer qu’à l’appartenance commune de deux éléments à un même texte, sans que l’un soit le représentant de l’autre.

90 Voir Benveniste (1966e, p. 242) : « L’énonciation historique est aujourd’hui réservée à la langue écrite. Mais le discours est autant écrit que parlé. »

91 Pour une analyse contemporaine de la distinction oral/écrit, voir Koch et Oesterreicher (2001).

92 Voire les verbes eux-mêmes, dans la mesure où les emplois auxiliaires auraient une « acception égocentrique » (V, § 1604, p. 13). Pour une analyse critique de cette position, voir Fuchs (1989) et Rohrbach (1992).

93 Voir la distinction faite par Culioli (1990) : « mécanique interlocutoire » vs « champ intersujets ».

94 Voir Spitzer (1937a, p. 208) : « […] est-ce que le terme “personne ténue” n’affaiblit pas ce qu’il y a de naturellement fort dans notre personnalité, d’instinctif et d’imprescriptible ? »

95 Le système descriptif de Damourette et Pichon est alourdi par la pléthore de dimensions qu’il met en jeu, mais, ainsi qu’on le signalait pour les déictiques, il est paradoxalement très ouvert et apte à décrire le cas singulier, en apparence éloigné de l’usage.

96 Cette précision permet une description des échanges qui ne se limitent pas au dialogue le plus simple. Est ainsi prise en compte, pour une même situation de communication, la possibilité d’adresses toujours formulées sur le même mode (tu, te, toi), mais dont les référents changent. Cela constitue un argument supplémentaire en faveur de la place privilégiée accordée au locuteur.

97 À ce classement, Damourette et Pichon superposent une répartition en emplois syntaxiques : ils font ainsi la différence entre « laissez-moi » et « donne-moi », le premier moi étant rectisomptif et le second assomptif, c’est-à-dire qu’il est l’équivalent d’une complémentation en a.

98 Dans son article de 1934 « La polarisation masculin-féminin », Pichon affirme, en contradiction avec ce qu’il élabore dans l’Essai de grammaire de la langue française, que le il de il pleut est masculin, ce qui serait un argument en faveur de l’idée que le masculin est le genre indifférencié en français. Plus traditionnelle, cette approche est moins originale que l’hypothèse des homonymes ici présentée. Voir Pichon (1934c, p. 71).

99 Ce qui explique que leur élaboration théorique soit toujours utilisée. Voir par exemple Fournier (2004), qui signale notamment que les guillaumiens se distinguent par l’emploi du terme discordanciel.

100 Voir par exemple l’affirmation suivante : « La richesse d’une langue en formes grammaticales est toujours l’image de sa richesse de pensée. Tous les cas historiques où l’on connaît deux formes montrent, pour ces deux formes, deux nuances de sens » (I, § 6, p. 13).

101 Ils éliminent en effet rapidement les tours où l’indicatif est employé : « […] l’indicatif y est locutoral ; il indique que le locuteur affirme pour son compte le fait qui n’a pas été nié par le protagoniste ; ex. : “[…] Peigné […] n’A pas pu nier qu’il connaissait Darius.” (Pierre Tue, La Revue de la Presse, dans lAction française du 3 juin 1934, p. 5, col. 3) M. Pierre Tue, dans cette phrase, affirme pour son propre compte que Peigné connaissait Darius » (V, § 1882, p. 503).

102 Voir aussi VI, § 2214, p. 147.

103 Pour un exemple commenté de polyphonie chez Damourette et Pichon : Arrivé (1994, p. 152).

104 Voir notamment Lagache (1938). Il est cité par Canguilhem (2003, p. 75) : « Contrairement à Ribot, Lagache pense que la désorganisation morbide n’est pas le symétrique inverse de l’organisation normale […] : “Même les structures les plus hétérogènes, outre l’intérêt intrinsèque de leur étude, sont capables de fournir des données pour les problèmes posés par la psychologie générale ; elles lui posent même des problèmes nouveaux, et une particularité curieuse du vocabulaire psychopathologique est de comporter des expressions négatives sans équivalent dans la psychologie normale : comment ne pas reconnaître le jour nouveau que des notions comme celle de discordance jettent sur notre connaissance de l’être humain ?” »

105 La forclusion de Lacan est d’ailleurs directement héritée du forclusif de Damourette et Pichon, c’est-à-dire du second élément de la négation (pas, point, jamais), qui marque le rejet hors de la réalité du sujet ou scotomisation (I, § 116, p. 138).

106 L’expression, qui désigne une traduction de l’essai dans Le Coq Heron, no 52, 1975, souligne à la fois la conscience de l’inachèvement qui caractérise sans doute inévitablement toute traduction, perpétuel work in progress selon la formule de Joyce, et l’aide que représente la traduction dans l’interprétation de l’original.

107 Lacan (1999, p. 367-397). Pour un exposé détaillé de l’héritage pichonien dans l’œuvre de Lacan : Arrivé (1989 et 1994). En particulier, se pose avec la discordance le problème du lien entre « désir du sujet » et « sujet du désir » (Arrivé, 1994, p. 152).

108 Freud (1968, p. 80) : « Si l’on communique à un patient une représentation qu’il a, à un moment donné, refoulée, et que l’on a devinée, cela ne change d’abord rien à son état psychique. Et notamment ce n’est pas parce que la représentation précédemment inconsciente est maintenant devenue consciente que le refoulement est levé et ses effets supprimés, comme on pouvait peut-être s’y attendre. Au contraire, on n’obtiendra tout d’abord qu’un refus renouvelé de la représentation refoulée. Mais maintenant le patient a effectivement la même représentation sous une double forme et en des endroits différents de son appareil psychique ; premièrement il dispose du souvenir conscient de la trace acoustique de la représentation qui lui a été communiquée et, deuxièmement, comme nous le savons avec certitude, il porte en lui, à côté de ce souvenir mais sous l’ancienne forme, le souvenir inconscient de ce qui a été vécu. »

109 On comprend ici la suite donnée à ces réflexions par Damourette et Pichon : leur concept de forclusion laisse entendre que quelque chose reste inclus qui pourtant est exclu.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search