Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La grammaire nationale selon Damourette et Pichon (1911-1939)

 | 
Valelia Muni Toke

Chapitre 1

Questions de méthode : la réflexion linguistique de Damourette et Pichon

Texte intégral

Une réflexion pluridisciplinaire

La linguistique face aux autres champs disciplinaires

1Damourette et Pichon utilisent le terme grammaire pour désigner leur ouvrage et le terme linguistique, notamment dans les articles qu’ils publient par ailleurs, pour désigner leur champ et leur méthode. Autrement dit, linguistique renvoie le plus souvent à leur domaine et à leur pratique scientifique, et grammaire à leur discours métalinguistique. Considérant de fait que l’Essai de grammaire de la langue française est explicitement pour eux une grammaire de linguistes, j’utilise linguistique et grammaire, dès lors qu’il sera question du travail de Damourette et Pichon, comme des quasi-synonymes.

  • 1 Il faut ici signaler deux articles, qui, à l’instar de ce chapitre liminaire, jouent le rôle de pré (...)

2Commencer par une lecture du chapitre liminaire de l’Essai de grammaire de la langue française est une entrée en matière assez commode, ce premier chapitre constituant à la fois une déclaration d’intention et un travail réflexif : je rejoins ici Lauwers (2004, p. 505), pour qui le chapitre qui ouvre l’Essai de grammaire de la langue française peut être considéré comme une véritable « préface », toutefois « presque devenue méconnaissable ». Dans ce chapitre, rédigé entre 1911 et 1927 et intitulé « Nature de la grammaire », Damourette et Pichon exposent en effet ce qu’est pour eux la linguistique1. Il faut cependant préciser que des discordances apparaîtront éventuellement par la suite, entre les déclarations d’intention et le contenu effectif de l’ouvrage. De plus, ce premier chapitre permet d’aborder d’emblée le problème ci-dessus annoncé de la pluridisciplinarité dans l’Essai de grammaire de la langue française. En effet, en délimitant leur champ disciplinaire, Damourette et Pichon construisent simultanément la méthode d’investigation de ce champ. Leur discipline est dès lors constituée par l’alliance d’un domaine et de la méthode qui lui est nécessairement associée. Le domaine est d’une part défini comme différent des domaines réputés connexes (point de vue extra-disciplinaire), d’autre part institué positivement (point de vue intra-disciplinaire). Le choix de la méthode procède de la construction de cet objet.

  • 2 On entend ici linguistique dans le sens spécifique que ce terme prend notamment avec l’apparition d (...)

3Damourette et Pichon définissent donc, dans un premier temps, la linguistique par la négative : dire ce que n’est pas la linguistique, c’est de fait assigner des frontières à cette discipline2. Elle se construit en effet sur une tradition philologique et scolaire et prolonge la nouveauté constituée par la grammaire comparée. Cependant, elle ne saurait se réduire à aucun de ces trois domaines : Damourette et Pichon montrent que l’objet de la philologie est trop restreint, que la grammaire comparée néglige la parole, et que la grammaire scolaire est normative. On verra plus loin que l’Essai de grammaire de la langue française se caractérise au contraire par un élargissement du champ d’étude, non restreint aux textes littéraires, une prise en compte constante des problèmes énonciatifs et un refus de la prescription en matière d’usage.

4Les auteurs de l’Essai reprochent tout d’abord à la philologie son « point de vue étroit de la critique des textes » (I, § 2, p. 10). La frontière entre linguistique et philologie est donc la première à être posée, sans doute en raison de la grande proximité des domaines. En effet, ainsi que le souligne Bergounioux, l’émergence de la discipline linguistique procède d’un mouvement de différenciation d’avec des « études qui [lui] ressemblent » :

À la différence d’autres sciences humaines (sociologie, épistémologie, anthropologie, psychanalyse…) qui font figure de découvertes et ne sont pas embarrassées de devanciers, la linguistique et l’histoire ont contre elles d’avoir été précédées par des études qui leur ressemblent. Ce destin jumeau pourrait expliquer la précocité de ces deux disciplines qui furent les premières, dans le champ des lettres, à revendiquer un statut scientifique sans qu’il soit plus facile de dire en quoi consiste la différence entre la grammaire, la philologie, voire la rhétorique, et ce qui a reçu sa consécration comme linguistique. (Bergounioux, 1994, p. 7-8)

5Si la linguistique comme la philologie s’intéressent aux langues, le point discriminant est constitué par le passage de l’écrit à l’oral :

En s’astreignant à l’étude des sons du langage, les linguistes se séparaient des philologues et de leur unique préoccupation : les textes. Ils abandonnaient la seule forme qui, vingt-cinq siècles durant, avait représenté la culture par excellence : l’écriture. (Ibid., p. 7)

  • 3 Swiggers (1992, p. 127) note que la démarche de Pichon est en fait « diamétralement opposée à celle (...)
  • 4 Voir Saussure (1972, p. 46-47).

6Damourette et Pichon ne s’inscrivent pas pour autant dans le mouvement des néo-grammairiens3 : ils ne réduisent pas leur étude aux « sons » et à leur évolution, mais ils dénoncent, comme Saussure4 avant eux, la suprématie usurpée de l’écriture. Dans la foulée, il refusent à la littérature le privilège exclusif de fournir les exemples grammaticaux. Ils donnent ainsi à l’oral une place déterminante (les exemples oraux sont pour eux des données linguistiques à part entière), et d’autre part soutiennent des projets de réforme de l’orthographe (celui de Léon Clédat dans la Revue française de philologie par exemple).

7Dès le premier chapitre de l’Essai de grammaire de la langue française, Damourette et Pichon notent également leur volonté de se démarquer de la grammaire scolaire :

La grammaire des pédagogues n’était pas une science, mais une sorte de discipline normative (l’expression est de Saussure) donnant des règles à observer. (I, § 2, p. 9‑10)

8Cependant, si ce rejet des grammaires normatives est souvent rappelé dans l’Essai de grammaire de la langue française, Damourette et Pichon affirment vouloir rédiger « un ouvrage qui ne fût pas strictement scolaire » (I, § 1, p. 9). Ils ne font donc pas une assimilation systématique de « scolaire » à « normatif » et ils laissent entrevoir la possibilité d’une synthèse entre grammaire scolaire et grammaire scientifique. Cela constitue sans doute un indice de leur position originale, hors de l’institution : Damourette et Pichon sont indépendants et ne sont tenus à aucune visée que la leur propre. Peu de grammaires scolaires sont donc citées dans l’Essai : parmi elles, on trouve la Nouvelle grammaire française de Chassang et la Grammaire française de Noël et Chapsal. Néanmoins, alors qu’ils s’en éloignent sur de nombreux plans, Damourette et Pichon restent dans un cadre défini par la tradition. Le découpage de l’œuvre en chapitres suit en effet la catégorisation classique en parties du discours (nom, verbe, mots-outils), même si ces dernières se cachent parfois derrière des néologismes (nom, verbe, strument).

  • 5 Voir Fournier (2005).

9La Grammaire generale et raisonnee de Port-Royal n’est quant à elle citée que dans cinq paragraphes de l’Essai de grammaire de la langue française, mais elle est évoquée dès le premier chapitre et constitue de ce fait une référence importante, dans la mesure où elle permet à Damourette et Pichon de se situer d’emblée, mutatis mutandis, à la suite de cette étude des rapports entre pensée, langage et logique que constitue la grammaire générale5. Damourette et Pichon voient dans la grammaire générale les prémices de leur propre travail, qui consiste à révéler, pour un idiome donné, « ce système d’idées directrices […] qui règle tout le fonctionnement de la partie dite logique de l’esprit. Mais, si toute la logique est dans la grammaire, toute la grammaire n’est pas dans la logique » (I, § 5, p. 11). Cette dernière affirmation, qui constitue une attaque contre le logicisme dont serait prisonnière la grammaire, sera souvent reprise par la suite. Pichon va plus loin :

En tant que la pensée ne se contente pas d’un enchaînement d’images mentales de sentiments et d’actes, chaque idiome, répétons-le, doit être considéré comme un système de pensée. Chaque idiome, disons-nous. Et voilà un point capital, un point qui nous montre combien étaient prématurées les tentatives de grammaire générale des grammairiens français du xviie et du xviiie siècle dont l’esprit montre souvent par ailleurs tant de pénétration, et combien aussi la grammaire comparée classique a travaillé sur la partie la moins aurifère de son domaine. (Pichon, 1937a, p. 36-37)

10La grammaire comparée justement, dans le premier chapitre de l’Essai de grammaire de la langue française, est dite « féconde comme moyen et non comme but ». Ainsi, sa méthodologie n’est pas décriée, mais elle est logiquement écartée puisqu’il s’agit pour les comparatistes de travailler sur des langues non parlées : en creux, se dessine le caractère essentiel du locuteur dans la théorie de Damourette et Pichon. De plus, Damourette et Pichon précisent plus loin que « le facteur temps [les] intéresse moins que les autres » (I, § 31, p. 43) : leur point de vue est synchronique et non historique. Par ailleurs, Damourette et Pichon disent de leur projet qu’il doit être « une bonne grammaire nationale, point de départ possible pour des grammaires comparées » (I, § 7, p. 12). Le pluriel de l’expression, « grammaires comparées », renvoie ici à la possible comparaison d’études synchroniques de langues différentes, non à la discipline des indo-européanistes. Accepter l’irréductible singularité de chaque langue, c’est donc pour Damourette et Pichon renoncer à deux types d’approches :

  1. La grammaire générale et sa croyance en une universalité de la logique ;

  2. La grammaire comparée et sa non-prise en compte du sujet pensant, qui produirait une phonétique historique désincarnée.

  • 6 Voir par exemple, dans un chapitre sur les nombrants (VI, § 2602, p. 555) : « C’est intentionnellem (...)
  • 7 De même qu’il n’y a pas de séparation nette dans leur théorie, leur pratique est perçue comme mixte (...)

11Damourette et Pichon opposent en outre la grammaire à la lexicographie6. Selon eux, le travail du grammairien consiste à retrouver les « idées directrices » d’une langue (taxiemes) et non à en étudier le matériel lexical (semiemes). Cette partition renvoie à l’idée répandue de la séparation du lexique et des structures grammaticales. Il n’y a pas cependant, chez Damourette et Pichon, de mur étanche entre les deux ensembles7. Au commencement sont les idées ; elles se différencient ensuite en devenant semiemes ou en accédant au statut de taxiemes :

[…] chaque langue, dans le perfectionnement de son mécanisme associatif, est amenée à dégager un certain nombre d’idées comme essentielles à la construction du discours, et comme ayant par là une valeur très générale et très différente de celle de toutes les autres idées. Ces idées, que nous appellerons taxièmes, paraîtront si essentielles à la langue considérée qu’elle en fera comme des repères par rapport auxquels le contenu du discours devra être exactement défini. […] On donnera le nom de sémièmes aux idées qui, dans une langue donnée, n’ont pas été choisies comme taxièmes. (I, § 59, p. 79)

12L’objet d’étude du grammairien est donc constitué par ces « idées directrices » de l’idiome qu’il observe. Dans ce cadre, le premier chapitre de l’Essai de grammaire de la langue française souligne l’importance des « matériaux », « faits concrets » et « exemples justificatifs ». En effet, la grammaire de Damourette et Pichon ne se veut pas une compilation des théories existantes mais une démarche résolument originale, fondée sur l’observation de données langagières diverses, représentatives de l’usage réel :

Il ne s’agit pas ici d’une synthèse hâtivement faite d’après les travaux d’autrui. Bien que nous n’ayons pas négligé de nous entourer, à l’occasion, des lumières des nombreux et savants linguistes qui ont étudié la langue française, nous pouvons néanmoins dire que ce n’est pas leurs travaux qui constituent le fond de notre ouvrage. (I, § 1, p. 9)

  • 8 Il faut comprendre : la grammaire en tant que discipline au début du xxe siècle. Cette citation ne (...)
  • 9 À tel point que, pour des raisons de lisibilité, on supprimera quasi systématiquement, dans les cit (...)
  • 10 Le nom du premier n’apparaît même pas en tant que source dans l’Essai de grammaire de la langue fra (...)

13Damourette et Pichon marquent par ailleurs leur recours à des sources théoriques diverses en citant systématiquement les auteurs qu’ils discutent, ce qui constitue une marque de scientificité : en effet, Lauwers (2004, p. 505) note que « [l]e statut ambigu de la grammaire8 dispense les auteurs de mentionner leurs sources dans le texte même, quel que soit le rôle que celles-ci ont pu jouer ». L’ambiguïté de statut dont il est ici question renvoie à l’hésitation, caractéristique des ouvrages écrits au sortir du xixe siècle, entre visée scolaire et visée scientifique. Damourette et Pichon se démarquent explicitement de la première et font preuve d’un souci réel de citer leurs sources9. Néanmoins, deux précisions sont à apporter ici. D’une part, les sources les plus influentes sur la théorie linguistique de Damourette et Pichon ne sont pas forcément les plus visibles : on pense notamment à Freud et à Maurras10. D’autre part, en ce qui concerne les ouvrages cités, la fréquence des citations n’est pas proportionnelle au degré d’adhésion de Damourette et Pichon aux méthodes et thèses défendues par les auteurs des ouvrages dont elles sont tirées.

14Il s’agit également pour Damourette et Pichon, dans ces lignes introductives, de se situer par rapport à celui qui déjà apparaît comme un théoricien d’importance pour la linguistique : Ferdinand de Saussure, premier linguiste cité par l’Essai de grammaire de la langue française. Alors que, pour Saussure, « la langue doit être envisagée objectivement comme un système de signes ayant et une valeur sociale et une fixité relative qui le rendent scientifiquement étudiable » (I, § 2, p. 10), pour Damourette et Pichon, ce qui « semble le plus important dans le problème linguistique, c’est qu’il n’y a pas une voie par laquelle on puisse pénétrer plus avant dans l’analyse de la pensée » (I, § 3, p. 10). Ainsi, le credo mentaliste de Damourette et Pichon se veut être une alternative à la sémiologie saussurienne : « [Le] véritable objet [de la linguistique] est de pénétrer […] dans la vie même de l’esprit humain » (I, § 2, p. 9). L’orientation choisie par Damourette et Pichon est donc d’emblée psychologisante, ce qui n’exclut pas le point de vue sociologique, mais semble le mettre au second plan. C’est à ces deux visions de la langue, sans doute moins antinomiques qu’il n’y paraît au premier abord, qu’il convient donc de s’attacher.

La langue, un objet social ?

  • 11 Il s’agit du seul texte saussurien auquel Damourette et Pichon ont eu accès.

15Si le nom de Saussure est attaché à l’idée que la langue est avant tout un objet social, il reste que le versant psychique n’est en fait pas négligé par le Cours de linguistique generale11, il est même explicitement articulé au caractère social de la langue. L’objet d’étude est social, l’étude est psychique :

L’étude du langage comporte donc deux parties : l’une, essentielle, a pour objet la langue, qui est sociale dans son essence et indépendante de l’individu ; cette étude est uniquement psychique ; l’autre, secondaire, a pour objet la partie individuelle du langage, c’est-à-dire la parole y compris la phonation : elle est psycho-physique. (Saussure, 1972, p. 37)

16Ainsi, social chez Saussure signifie collectif et s’oppose à individuel, quand psychique renvoie au caractère abstrait, comme le souligne l’opposition, dans le passage précédemment cité, avec psycho-physique :

La facilité avec laquelle, au deuxième tiers du xxe siècle, nous pouvons adopter des termes comme abstrait, abstraction est […] inconnue à la fin du siècle dernier, alors que, dans le sillage de Kant, cent ans de pensée philosophique avaient couvert ces deux termes de valeurs négatives, au point qu’abstrait et abstraction signifiaient unanimement « laissé de côté », ou indûment et faussement laissé de côté.
C’est pourquoi Saussure, saisissant pourtant et définissant parfaitement le caractère abstrait des entités linguistiques, est contraint d’éviter l’usage abstrait, exposé à des malentendus indésirables. Il finit ainsi par parler d’entités psychiques (terme qu’il distingue soigneusement de psychologique) ou bien à [sic] se tourner vers un autre couple scolastique : substance et forme. (Mauro, 1972, p. vii-viii)

17Chez Damourette et Pichon, psychique n’est pas un substitut pour abstrait mais bien plutôt un équivalent de mental. Pichon dénonce par ailleurs l’évocation chez Saussure de la localisation « dans le cerveau » des phénomènes langagiers, évocation qu’il conçoit sans doute comme une biologisation du psychique :

Pour [Saussure] en effet la langue a un caractère tout réceptif, tout passif : ce n’est que le système commun qu’ont reçu tous les locuteurs, et qu’ils portent tel quel en eux. C’est, comme il dit avec le vocabulaire hasardeusement anatomique de son temps : « une somme d’empreintes déposées dans chaque cerveau ». (Pichon, 1937a, p. 35)

18Mais quand Saussure, désireux de décrire un système abstrait, envisage directement le plan de la langue, en renvoyant la parole à son irréductible singularité, Pichon au contraire soutient que le « noyau psychique » (ibid., p. 36) de l’idiome, c’est-à-dire les structures psychologiques qui conditionnent tout locuteur, ne s’atteint que par la prise en compte des usages dans leur diversité. Ainsi, dit Pichon, l’erreur de Saussure est que, pour lui, « les aberrances que fournit à l’observateur la conversation courante n’ont […] aucune signification quant au système de la langue » (p. 35).

19C’est que Pichon et Saussure ne cherchent pas à décrire le même objet. Impossible pour Pichon de penser la langue hors du locuteur : ne pas partir du discours, de la parole n’aurait aucun sens dans le projet qui est le sien de décrire un esprit national particulier. Saussure en revanche est du côté d’une linguistique générale qui n’envisage que la description de l’invariant dans cette expression de la faculté de langage qu’est la langue. Ainsi, Saussure utilise la description d’une collectivité pensée comme l’addition de singularités identiques : 1 + 1 + 1 + 1 + 1 + 1 + 1, etc. alors que l’ensemble des prises de parole pourrait s’écrire 1 + 1’ + 1’’ + 1’’’, etc. (Saussure, 1972, p. 38). En apparence, il y a simplification, puisque Saussure modélise la communauté linguistique en lui donnant idéalement des unités semblables, quand l’observation du réel enseigne que les sujets parlants sont uniques. C’est bien cette vision idéalisée du collectif que Pichon reproche à Saussure ; la distinction langue-parole n’a plus d’intérêt pour Pichon dans la mesure où l’on accepte de penser l’idiome comme la somme des usages individuels. Ces derniers sont donc, en dernière analyse, la seule chose que le linguiste puisse étudier :

Comment un grand esprit comme Saussure ne l’a-t-il pas senti ? Pour deux raisons, me semble-t-il, qui toutes deux ressortissent à l’ambiance intellectuelle de son époque. La première, c’est l’étrange façon dont des gens comme un Durkheim avaient compliqué la question des rapports de l’individu et du collectif, en faisant du Collectif une manière d’entité en soi, indépendante des âmes qui la composaient : belle vision certes, mais qu’on n’est pas encore arrivé à faire passer du plan mythique sur le plan des faits observés. (Pichon, 1937a, p. 36)

20On voit les conséquences, sur le plan méthodologique, de ces propos : impossible pour Damourette et Pichon de travailler une langue conçue comme abstraite, d’emblée collective et partagée de façon égale. Au contraire, ils passent par le recueil patient de données variées, qui permet l’accès à la langue telle qu’elle est parlée. Pichon a cependant beau jeu de reprocher ici à Durkheim d’avoir « compliqué la question des rapports de l’individu et du collectif », puisqu’il paraît difficile d’affirmer que la notion d’inconscient national collectif, chère à Damourette et Pichon au point de constituer l’objet de leur recherche, simplifie le problème.

21Dans le compte rendu qu’il fait, pour Le Français moderne, d’un article de Niceforo intitulé « De l’individuel et du social dans le langage », paru dans la Revue de lInstitut de sociologie de Bruxelles, Pichon écrit :

On s’étonne par exemple un peu qu’il puisse discuter aussi longtemps pour établir si le langage est un fait social ou un fait individuel : il est social, bien sûr, puisque s’il n’y avait pas de société, il n’y aurait pas de langage ; il est individuel en ce que chacun de nous met sa marque propre sur son parler, et qu’il n’y a pas deux parlers individuels qui soient exactement identiques. (Pichon, 1935c, p. 369)

22Il semble ainsi régler son compte à l’une des dichotomies fondatrices du projet saussurien, et présenter comme évidente la synthèse entre les dimensions sociale et psychique du langage. Le fait que la langue soit un objet social est en effet loin d’échapper à Damourette et Pichon. D’une part, il faut noter leur intérêt pour la catégorisation des locuteurs selon leur métier ou leur origine géographique. D’autre part, leur réflexion vise la description de la langue nationale : l’idée d’une collectivité, d’une communauté linguistique – fût-elle de nature nationale, ce qui évidemment est à discuter – renvoie forcément à une approche sociologique. De nombreux passages de l’Essai témoignent d’ailleurs d’une attention constante portée à la place du langage dans les relations sociales, comme on le verra : la classification socioprofessionnelle des locuteurs en est un des indices.

23Sur la question des relations de la linguistique avec la sociologie, la seule référence à Saussure, si elle reste primordiale, ne suffit pas. Le nom d’Antoine Meillet est particulièrement intéressant dans la mesure où ce linguiste a contribué au dialogue entre linguistique, sociologie et psychologie : il est notamment président de la Société française de psychologie ; il est aussi un proche de Durkheim (dont Pichon, on l’a vu, critique le travail par ailleurs), et collabore régulièrement à LAnnee sociologique. Les contacts directs de Meillet avec le travail de Damourette et Pichon sont peu nombreux mais témoignent d’un soutien de sa part. Il est par exemple remercié en tête du tome II de l’Essai de grammaire de la langue française :

Nous tenons à adresser publiquement ici nos remerciements respectueux à M. Antoine Meillet, professeur au Collège de France, sur le rapport duquel la Caisse des Recherches Scientifiques nous a accordé un subside pour la publication du présent volume.

  • 12 Voir infra, Annexe B, le brouillon du compte rendu du tome III que Tesnière fait en 1935 : « Page 1 (...)

24En outre, il rédige un court texte, intitulé « Introduction sur la structure des langues modernes de l’Europe », qui fait office de préface à la conférence que Pichon donne en 1935, « Structure générale du français d’aujourd’hui » (Pichon, 1935-1936). Cependant Meillet n’est pas aussi enthousiaste que le suggère Tesnière12 vis-à-vis de la terminologie de l’Essai de grammaire de la langue française. Dans le premier compte rendu de l’Essai de grammaire de la langue française qu’il rédige pour le Bulletin de la Societe de linguistique de Paris, il écrit en effet, qualifiant de « fâcheuse maladie » (Meillet, 1931, p. 151) la réfection systématique de la terminologie grammaticale en usage :

[…] le pire, qui est d’ordinaire dans les travaux que font les amateurs, mais que MM. Damourette et Pichon ont porté à l’extrême, et jusqu’à se rendre malaisément lisibles, est l’emploi d’une terminologie, qui leur est entièrement propre, et dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est pas plaisante par elle-même. (p. 150)

25Il reste également très réservé quant au contenu de la grammaire :

Dégagée de la terminologie qui en rend l’accès difficile, la part de linguistique générale qui se trouve dans le livre n’est pas incorrecte en général ; elle n’est pas neuve non plus, et il y aurait avantage à la réduire. (Ibid.)

26Pichon cependant, fait, sur le ton de l’éloge, référence à Meillet dans le texte de synthèse qu’il rédige pour ses Titres et travaux linguistiques :

L’œuvre si riche et si variée d’Antoine Meillet (1866-1936) témoigne du souci qu’il avait, et que la souplesse de son intelligence pénétrante lui a fait de plus en plus avoir, de chercher à quelles conceptions répondaient tels ou tels faits linguistiques. C’est grâce à cette orientation de son esprit qu’il a pu esquisser à grands traits la structure et l’évolution respectives des langues grecque et latine, par exemple. (Pichon, 1937b, p. 6) Pichon est donc avant tout sensible à l’intérêt, selon lui croissant, de Meillet pour les « conceptions » – entendons : les éléments psychiques – qui sous-tendent les « faits linguistiques ».

27Le parallèle avec sa propre vision de la linguistique est évident, et c’est sur ces bases qu’il invite à une refondation de la grammaire comparée. Il s’agirait de revenir dans un premier temps à une étude de chaque idiome en particulier, afin d’être capable dans un second temps de dégager un nouveau matériau pour la comparaison, non plus les systèmes morpho- phonologiques mais les « systèmes idiomatiques de pensée », c’est-à-dire les structures psychiques propres à chaque idiome :

[…] la grammaire comparée reste basée sur la parenté matérielle des parlers ; elle n’est pas encore outillée pour comparer les systèmes idiomatiques de pensée, car l’étude monographique de ces systèmes n’est pas faite.
À l’heure qu’il est, continuer vraiment l’œuvre de Meillet et la tradition progressive de la science linguistique, ce n’est pas travailler, si méritoirement qu’on le fasse, dans la vieille voie où pourtant le hittite et le « tokharien » sont de nouvelles mines, c’est s’efforcer de déceler scientifiquement ces systèmes idiomatiques de pensée dont la confrontation constituera la grammaire comparée de demain. (Ibid.)

28Dès lors, il s’agit bien de dépasser l’approche sémiologique de Saussure :

La doctrine qui fait de la linguistique une province de la sémiologie n’a pas tardé, dans la pratique de l’interprétation des faits, à se trouver en réalité fort insuffisante. M. Meillet, bien qu’élève déférent de Saussure, a été amené, en portant son attention sur les problèmes psychologiques soulevés par le langage, à voir les relations du langage et de la pensée d’une façon à la fois plus souple et plus large. (Pichon, 1935a, p. 196)

29Pichon n’est pas le seul à décrire le travail de Meillet en des termes qui paraissent au premier abord rappeler l’objectif mentaliste de l’Essai de grammaire de la langue française. Mauss affirme, dans l’éloge qu’il rédige à la mort de Meillet :

  • 13 Cité par Mucchielli (1998, p. 376) et Chiss et Puech (1997, p. 112).

[…] ce linguiste, ce philologue, cet historien, apercevait derrière les mots et les formes des mots des idées, et derrière les idées, les forces. (Mauss, « In memoriam Antoine Meillet »)13

30Mais cette analyse est fort différente de celle que produit Pichon : selon Mauss, Meillet aurait finalement opéré, à partir de la linguistique, un dépassement de la psychologie (« derrière les mots […] des idées ») par la sociologie (« derrière les idées, les forces »). Ainsi, si Pichon semble accorder moins de prix à cette dernière dimension, c’est bien parce qu’il considère la langue comme un objet psychique plutôt que comme un objet social. Plus précisément, la dimension sociale envisagée par les auteurs de l’Essai de grammaire de la langue française semble essentiellement réductible à la notion de communauté, en tant qu’elle serait unifiée, ce qui reste une vision statique ; à l’inverse, le terme « forces » utilisé par Mauss renvoie à une vision dynamique des groupes.

31Entre linguistes et sociologues, il semble que ce soit la définition même du terme social et conséquemment de l’association socio-linguistique qui divise. Joseph dit ainsi de Durkheim:

  • 14 [...] en 1896 il fonde la revue LAnnee sociologique, dont le principal contributeur en linguistiqu (...)

[…] in 1896 he founded the periodical L’Année sociologique, whose principal linguistic contributor would be Saussures student and close associate Antoine Meillet (1866-1936). However, until the Cours, anything like a sociological formulation of linguistics would remain a vague desideratum. (Joseph, 2002, p. 51)14

  • 15 J’utilise ici volontairement un terme presque anachronique qui mériterait d’être discuté, notamment (...)

32Donner à la sociolinguistique15 une origine saussurienne, voilà qui paraît, à ceux qui pensent que la sociolinguistique naît de la rencontre de Durkheim et de Meillet, difficilement compréhensible :

Dans le passage de la recherche des lois internes d’une langue toujours conçue en fin de compte comme un organisme mû par ses déterminations internes, à celle d’une langue considérée comme un phénomène socioculturel dépendant en permanence des évolutions sociales qui affectent l’existence des êtres humains concrets qui parlent, nous observons une des plus nettes illustrations de la diffusion du paradigme du social. Cette évolution scientifique qui fut à l’époque fort importante est pourtant aujourd’hui bien oubliée. Il est vrai que, tandis que les linguistes vivent encore largement sur le mythe fondateur saussurien, les sociologues ne s’intéressent guère à la sociolinguistique. (Mucchielli, 1998, p. 381)

33Ce constat peu réjouissant sur l’état actuel des relations interdisciplinaires ne donne pas non plus à la période qui nous intéresse le statut d’âge d’or : au moment où Damourette et Pichon élaborent leur réflexion, l’opposition entre sociologie et psychologie reste floue dans la mesure où les sociologues eux-mêmes, à commencer par Durkheim, peuvent voir dans la sociologie une étude psychologique menée à l’échelle collective ; dès lors, la psychologie, entendue dans le sens restreint de la psychologie de l’individu, est présentée comme le but ultime de la description des phénomènes sociaux :

  • 16 La suite du texte précise la position du champ philosophique : « [La sociologie] est destinée, croy (...)

D’une manière générale, nous estimons que le sociologue ne s’est pas complètement acquitté de sa tâche tant qu’il n’est pas descendu dans le for intérieur des individus afin de rattacher les institutions dont il rend compte à leurs conditions psychologiques. À la vérité l’homme est, pour nous, moins un point de départ qu’un point d’arrivée. […] Bien loin donc que la sociologie, ainsi entendue, soit étrangère à la psychologie, elle aboutit elle-même à une psychologie, mais beaucoup plus concrète et complexe que celle que font les purs psychologues. (Durkheim, 1909, p. 755, cité par Muchielli, 1998, p. 175)16

  • 17 Voir Ohayon (2006, p. 20), à propos des années 1920 en France : « Quant à la psychologie sociale, c (...)

34Ainsi, des projets de psychologie sociale17 illustrent la tension permanente entre les pôles sociologique et psychologique. Dans cette configuration complexe, le projet de Damourette et Pichon trouve sa place du côté des approches psychologisantes, dans la mesure où cela correspond tant à leurs déclarations d’intention qu’au contenu effectif de leurs travaux. Cependant, on le conçoit, l’affrontement entre social et psychologique renvoie essentiellement à l’opposition entre collectif et individuel : c’est de ce point de vue qu’on doit préciser le statut de l’inconscient national collectif que Damourette et Pichon prétendent décrire : cette notion, dans sa désignation même, cristallise la tension entre social et psychique. On doit donc s’attacher à préciser la façon dont Damourette et Pichon conçoivent la collaboration, pour eux nécessaire, entre linguistes et psychologues : cette idée, récurrente, confirme que l’approche psychologisante domine leur travail. Ils ne peuvent en effet que récuser la position de Saussure :

C’est une opinion assez généralement admise qu’une langue reflète le caractère psychologique d’une nation : mais une objection très grave s’oppose à cette vue : un procédé linguistique n’est pas nécessairement déterminé par des causes psychiques. (Saussure, 1972, p. 310-311)

La langue, un objet psychique ?

  • 18 Sur cette notion, voir Bergounioux (2004).

35C’est par l’affirmation de l’existence de l’endophasie18 que Damourette et Pichon abordent les relations entre pensée et langage : cette faculté n’est pas tant envisagée du point de vue de ses fonctions communicationnelles, donc sociales, que de celui de ses fonctions psychiques. Parler, c’est d’abord formuler, en soi et pour soi, sa propre pensée :

Nous croyons même qu’il existe un très grand domaine de pensée qui serait impossible sans le langage. C’est qu’à côté du langage extérieur, il existe un langage intérieur, sur lequel, dans ces dernières années, les neurologistes ont beaucoup insisté, mais auquel on n’a peut-être pas suffisamment fait sa place dans les ouvrages proprement linguistiques. […] l’on peut dire avec Saussure que le vocable chien est un signe ; mais, outre que nous nous efforcerons de montrer plus loin (§ 74) que ce signe n’a rien d’arbitraire, nous devons insister sur le fait qu’il est signe, non seulement du sujet parlant à ceux qui l’écoutent, mais à l’intérieur même du sujet parlant, qui, sans ce signe, ne pourrait posséder l’idée correspondante. (I, § 3, p. 10-11)

36La prise de distance vis-à-vis de la vision linguistique saussurienne, en tant que celle-ci affirme le primat de la dimension sociale du langage, est donc posée : on bascule bien du social au psychique dans cette mise en avant de l’endophasie. On le verra cependant, il est un peu tôt pour lire, dans ces lignes somme toute elliptiques, une opposition entre collectif et individuel : le psychisme, dans la réflexion de Damourette et Pichon, n’est pas l’antithèse du social dans la mesure où il est le plus souvent envisagé comme une entité communautaire, à savoir l’inconscient national. La focalisation sur le « sujet parlant » dans ce passage n’exclut donc pas qu’on puisse considérer le discours intérieur autrement que comme pur solipsisme : il est également à étudier dans ses relations avec les discours des autres sujets de la communauté linguistique. De même, le renvoi aux neurologistes ne doit pas tromper : Pichon n’est pas, dans la majeure partie de ses écrits, un adepte de la biologisation des faits de pensée. Il rabroue ainsi Sengès, auteur d’un article intitulé « Le langage et l’organisation de la conscience infantile », paru dans LEvolution psychiatrique :

Il faudrait vraiment que l’on s’habituât à exprimer avec exactitude, et sans déformation initiale d’origine doctrinale, les données de fait que l’on recueille. On éviterait alors d’employer le mot conscience dans cinq ou six sens différents sans s’apercevoir de la confusion ; et l’on serait surtout préservé d’écrire, comme le fait M. Sengès : « L’apparition du langage… est le fait capital qui différencie le cerveau humain du cerveau des animaux supérieurs », phrase qui étonnerait bien des anatomistes, et qui deviendrait une vérite utile et féconde si seulement M. Sengès voulait la rendre adéquate aux faits observés en écrivant modestement psychisme au lieu de cerveau. (Pichon, 1936b, p. 519-520)

37On trouve un commentaire du même ordre dans le compte rendu, plutôt élogieux cette fois, que Pichon fait d’un ouvrage du psychologue Dwelshauvers :

L’auteur a même le courage d’ajouter, à la barbe des doctrinaires du scientisme officiel : « On ne connaît pas, aujourd’hui du moins, la corrélation exacte entre action nerveuse et processus mental. Nous ne nous représentons pas ce qui se passe dans le cerveau quand nous pensons. Nous ne saurions dire exactement si le corrélatif de la pensée consiste en transmissions ou bien en phénomènes chimiques intra-cellulaires. Les physiologistes sont encore dans l’ignorance à ce propos. Il n’est pas absurde de croire que cet état de choses s’améliorera, mais, comme méthode scientifique, il serait faux de vouloir expliquer ce qu’on connaît assez mal par ce que l’on ne connaît pas du tout. Cela suffit pour rendre sujette à caution toute explication de la vie mentale par le cerveau. » (Pichon, 1928c, p. 369)

38De même, dans « Sur la marche ascendante de la connaissance », Pichon défend l’idée d’un progrès scientifique qui serait détaché de la biologisation des problèmes psychiques :

[…] les plus exaspérés des anti-psychologistes s’en sont pris à la puissance cognitive elle-même, qu’ils ont essayé de réduire à une manière d’émanation illusoire résultant de la marche progressive de complications « biologiques ». Ils ne mettront jamais assez d’emphase dans la prononciation de ce dernier mot, qui à lui seul doit être, semblent-ils croire, une explication. (Pichon, 1936-1937, p. 285)

39Le langage humain est donc étudié comme un psychisme qui se passe de substrat biologique. Linguistes et psychologues sont donc censés s’entendre sur la nature de l’objet d’étude qu’ils partagent :

Je crois qu’il est maintenant indéniable pour les psychologues et les linguistes que le langage peut pratiquement être envisagé comme assurant deux fonctions, l’une communicative, par laquelle il sert à la transmission de la pensée entre les hommes, l’autre idéo-formative, en vertu de laquelle il constitue la forme par où la pensée acquiert le mode lingui-spéculatif. (Pichon, 1941, p. 31)

40Pichon précise ici la distinction langage interieur vs exterieur donnée dans l’Essai de grammaire de la langue française en opposant une fonction « communicative » à une fonction « idéo-formative ». La première renvoie clairement aux interactions, quand la seconde correspond à l’élaboration du discours intérieur, et plus précisément à l’articulation entre pensée et langage. De ce fait, elle est fondamentale et conditionne toute possibilité de communication :

En linguistique synchronique, cette fonction idéo-formative est à envisager la première. C’est grâce à elle que la pensée humaine, au lieu de rester réduite à l’usage des images sensu-actorielles, devient capable de généralisations qui, dans son impuissance à saisir en prise directe autre chose que ses propres affections, lui sont indispensables pour son travail de connaissance. Dans nos langues civilisées, telles qu’elles nous sont transmises par nos éducateurs, les mots véhiculent des idées dont le degré d’abstraction peut être déjà très haut ; et l’existence de pareils mots abstraits est pour l’enfant un acquêt précieux. (Ibid., p. 31-32)

  • 19 Voir Roudinesco (1994, p. 300) : par cette opposition entre lingui-spéculatif et sensu-actoriel, Pi (...)

41Ces deux dernières citations font donc intervenir une autre dichotomie pichonienne, à savoir le lingui-speculatif vs le sensu-actoriel19. Le lingui-speculatif est défini, comme la composition du terme l’indique, par l’association entre pensée et langage, et le sensu-actoriel correspond à un mode de pensée non intellectualisé par des moyens langagiers, et qui ne relève dès lors que du domaine de la sensation. Cette distinction est posée, sans cet appareil terminologique, dès les premiers paragraphes de l’Essai de la langue française, puisque le discours intérieur, proprement humain en tant qu’il relève du langagier, est décrit par contraste avec la pensée animale :

Un chat pourra penser à tel chien donné qu’il connaît soit au moyen du souvenir visuel que lui a laissé ce chien, soit au moyen du souvenir auditif de son aboiement, soit au moyen du souvenir olfactif de son odeur, soit même au moyen d’une idée formée par l’association de ces différentes images sensorielles. Cette idée purement sensible d’un chien donné pourra même, à l’occasion, lui tenir lieu, dans une suite de pensée, de représentation d’un chien quelconque : venant à craindre qu’un chien ne vienne lui dérober sa viande, il se le figure tout naturellement avec les caractères sensibles du chien qui lui est le plus familier. Mais ce chat n’aura en aucune façon l’idée générale de chien. (I, § 3, p. 10)

42La pensée animale semble limitée par son incapacité à accéder à la généralisation : enfermé dans son expérience singulière, l’animal pourrait à la limite construire des représentations d’ordre prototypique (« il se le figure tout naturellement avec les caractères sensibles du chien qui lui est le plus familier »), mais jamais des abstractions pures. En effet, c’est la langue qui reste l’unique support de ces dernières :

Ce que nous avons dit d’une idée encore aussi encombrée d’éléments sensibles que celle de chien est vrai a fortiori d’une idée aussi purement spirituelle que celle de désintéressement. L’on n’imagine pas de quelle façon pourrait être pensée, dans ses exactes limites, l’idée qu’exprime ce vocable autrement que par ce vocable lui-même. (I, § 3, p. 11)

43La pensée humaine se caractérise donc à l’inverse par l’alliance qu’elle construit entre la sensation, l’idée, le mot, et l’action :

Outre ce mode de pensée animale, l’homme possède une pensée strictement humaine, et ceci précisément grâce au langage. L’idée que constitue l’association des images auditive, motrice, et secondairement visuelle et graphique du mot chien est la véritable idée générale de chien. On voit que, dans ce second mode de pensée, les différentes images ne valent plus par leur représentation directe, mais par les associations soit déjà effectuées soit possibles, dont ces images sont susceptibles. (I, § 3, p. 10)

44Les images motrices et auditives dont il est question ici sont inféodées au langage dont la mention précède : il faut donc y voir une référence à l’acte de profération (articulation et phonation). De même, les images secondaires, visuelles et graphiques, correspondent à l’acte d’écriture. La pensée humaine, qui s’associe à la faculté de langage, serait ainsi différente de la pensée animale, uniquement tournée vers la sensation qui guide l’action, en ce qu’elle est une articulation du spéculatif et du langagier : elle seule permet d’accéder à la « véritable idée générale ». En s’appuyant sur deux textes de Pichon (1938i et 1936b), on peut construire la figure suivante :

Pensée lingui-spéculative vs sensu-actorielle

  • 20 Voir Arrivé (2003, p. 10-11) : « Freud, en lettré exclusif, ne semble guère se poser la question du (...)
  • 21 Dans l’Essai de grammaire de la langue française, Condillac n’est cité à titre théorique que pour s (...)
  • 22 Voir en particulier le chapitre iv.

45Pichon justifie son partage entre lingui-spéculatif et sensu-actoriel par l’impossibilité de refuser aux animaux comme aux bébés une activité intellectuelle : la pensée ne procède pas seulement par représentation verbale. Elle ne s’incarne pas uniquement dans les signes linguistiques mais s’exerce également sur un mode sensoriel, non verbalisé, dans lequel des images mentales tiennent lieu de représentations. Les représentations dont parle Pichon sont, on l’a vu, de plusieurs ordres : la pensée lingui-spéculative met en jeu des représentations sonores et visuelles, qui correspondent aux dimensions phonologique et graphémique de la langue, quand la pensée sensu-actorielle ne manipule que des images mentales qui relèvent de la sensation et de l’action ; ces dernières sont donc étroitement liées à l’organique, en tant qu’elles relèvent de percepts physiques. Néanmoins, Pichon envisage également la possibilité de représentations mentales détachées des percepts, qui fonctionneraient comme des souvenirs de percepts précédents, sans pour autant suffire à construire des catégories générales. Il serait intéressant de voir dans ce partage entre images mentales verbales et non verbales un écho fait à la théorie freudienne des représentations de mots20 et des représentations de choses : cependant, le lien étroit qui unit l’image mentale non verbale à la représentation place la théorie pichonienne dans une lignée plus condillacienne que freudienne. C’est en effet chez Condillac21 qu’on trouve les sources les plus vraisemblables de la représentation – tant de l’action que de l’objet – comme procédant de modalités sensorielles. L’idée d’un langage daction, qui est présenté dans le Traite des animaux22 comme partagé par les humains et les animaux, trouve en effet un écho certain dans les typomes, ces images sensorielles et motrices qui construisent la pensée sensu-actorielle.

46Ainsi, l’activité du sujet humain pensant, si elle se caractérise par la possible utilisation du langage, n’ignore pas le mode non verbal, lequel pourrait être considéré comme plus archaïque au regard de sa présence exclusive, au niveau ontogénique, dans les premiers stades de l’existence. Les liens entre l’animal et l’enfant sont d’ailleurs ambigus dans le travail de Pichon. Il est assez clair sur le fait que la pensée sensu-actorielle, seule mise en œuvre par l’infans et l’animal, reste partagée par l’homme adulte qui a acquis le langage. Dans son manuel sur Le developpement psychique de lenfant et de ladolescent cependant, Pichon fait du langage une étape déterminante, et semble sous-entendre qu’après son acquisition l’exercice de la pensée sensu-actorielle par l’humain se différencie de celle de l’animal :

L’enfant, en acquérant le langage, saute le pas décisif : il se comporte pour la première fois comme un être humain.
Et son changement de mentalité se répercute dans toutes les provinces de son activité mentale. C’est ainsi que M. Boutan, en 1914, a écrit qu’au-dessous de l’âge du langage, l’enfant, pour la solution de problèmes pratiques portant par exemple sur des boîtes et des bâtons, opérait comme un singe. Au contraire, dès le langage apparu, les procédés changent, même pour ces problèmes ne touchant en apparence que l’intelligence psycho-motrice. (Pichon, 1936a, § 65, p. 79)

47Une différence fondamentale s’établit néanmoins entre lingui-spéculatif et sensu-actoriel dans la mesure où le premier de ces modes de pensée permet l’accès à la généralisation quand le second ne fonctionne que par transduction :

Quant aux raisonnements que construit l’enfant au stade puéril, ils sont viciés par la même cause générale qui domine psychologiquement tout ce stade : savoir l’insuffisance introspective. De ce fait, ils comportent une analyse incomplète et un appareil critique dépourvu de rigueur ; dès lors, ils ne sont ni de la déduction, passage du général au particulier, ni de l’induction, passage du particulier au général, mais, selon l’expression heureuse et maintenant classique de Stern, de la transduction, c’està- dire une sorte de glissement du particulier au particulier. (Ibid., § 128, p. 144-145)

48Il est évidemment notable que l’absence de lingui-spéculatif soit liée à l’absence d’introspection. L’enfermement dans le sensu-actoriel ne donne donc pas accès à la catégorisation, à la généralisation. Les idées abstraites qui sous-tendent le lingui-spéculatif ne sont acquises que par et avec le langage. Dès lors, la question du référent se pose ; Pichon soutient l’idée que ces idées abstraites peuvent se passer de support et n’être acquises que pour elles-mêmes, sans référer à un objet connu :

Jean-Jacques Rousseau commet, à mon avis, une très grande faute quand il recommande (Emile, livre I, p. 425) de ne parler à l’enfant que d’objets sensibles qu’on puisse lui montrer. Nous ne reviendrions pas sur cette opinion du génial fou de Genève si elle ne survivait point, comme elle le fait, dans l’esprit de certains éducateurs. « Resserrez » dit-il, le vocabulaire de l’enfant. C’est un très grand inconvénient qu’il ait plus de mots que d’idées » (Emile, livre I  ; p. 427). Cette prescription est du tout à rejeter ; elle repose, en effet, sur une idée spécieuse, mais fausse. Chez l’homme civilisé, dont l’intelligence est en grande partie lingui-spéculative, beaucoup de choses sont connues par le langage avant de l’être directement ; la connaissance de nouveaux vocables stimule chez l’enfant le désir de savoir ce qu’ils signifient. (Ibid., § 287, p. 280)

49La particularité du langage humain, par rapport à la pensée animale, est donc qu’il offre la possibilité d’une spéculation détachée du sensible sans pour autant être vide de sens :

Une des fautes les plus graves dans lesquelles on puisse tomber serait de croire que tout développement de l’intelligence lingui-spéculative menât au « langage inconsistant », comme dit M. Pierre Janet, et au verbalisme des rhéteurs. Ce manque d’adhérence des inférences intellectuelles aux faits dont elles devraient procéder a de toutes autres causes. Si, sous prétexte de l’éviter, on arrêtait l’essor de l’intelligence lingui-spéculative, on ferait faire à l’enfant victime de cette manœuvre un grave pas régressif vers l’intelligence animale. (Ibid.)

50Pichon crée dès lors une équivoque quant au statut du mot ; alors que les images sonores et visuelles qui le constituent sont ailleurs rattachées à la pensée lingui-spéculative, Pichon semble faire de la matérialité du signifiant une caractéristique qui le placerait finalement du côté du mode sensu-actoriel, ce qui ne laisserait au mode lingui-spéculatif que les idées, autrement dit les signifiés :

Les représentations abstraites ou idées sont inséparables du langage. La perception de la suite phonétique [floe : r] ou de la suite de lettres fleur crée une représentation mentale qui, sans ce support, ne saurait exister. Le corps mémoriel, voire sensu-actoriel, du mot n’est que le symbole de l’idée, mais il en est le symbole nécessaire et générateur. (Ibid., § 65, p. 79)

51La métaphore du « corps mémoriel » est donc le pivot de cette ambiguïté. Néanmoins, lorsqu’il aborde la question du signe dans le Cours de linguistique generale, Pichon préserve le caractère immatériel du signifiant saussurien en tant qu’il est décrit comme la version « endopsychique » du mot :

Le signe linguistique, tel que le conçoit Saussure (v. CLG, p. 100), est une entité purement psychique, à double face, unissant un signifié (qui est l’idée) avec un signifiant (qui est l’« image acoustique », ou auditivo-visuelle, endopsychique du mot). (Pichon, 1937a, p. 26)

52Mais on voit que le mentalisme de Pichon s’appuie sur une vision complexe du caractère psychique du langage, puisque la reformulation de l’expression « image acoustique » en « auditivo-visuelle » pose la question du statut du terme « image », qui peut être entendu à la fois comme métaphorique ou comme renvoyant à du visuel, c’est-à-dire à du graphique.

53Ainsi, le cadre théorique de Damourette et Pichon est plus clairement psychologisant que sociologisant, mais il est surtout construit dans le rejet des approches biologiques. C’est ce qu’il faut garder à l’esprit dès lors que Pichon emploie le terme psychologie :

  • 23 Voir Nicolas, Marchal et Isel (2000, p. 88) : « Pour les positivistes, et conformément aux doctrine (...)

[…] il importe de proclamer que la psycho-physiologie23, qui s’est crue un moment la psychologie, n’est en réalité pas de la psychologie. (Pichon, 1936-1937, p. 288)

  • 24 Cet article convoque la physique einsteinienne aux côtés de la philosophie, de la psychologie et de (...)

54De ce point de vue, un article de Pichon paru en 1935, intitulé « Temps et idiome. La voie linguistique d’exploration du système psychologique du temps »24, s’ouvre ainsi :

Peut-on vraiment demander à l’étude du langage une contribution à une question de psychologie profonde intéressant la structure même de la pensée humaine ?
Je crois très fermement pour ma part que oui. Mais cette attitude n’est ni celle de tous les linguistes, ni non plus celle de tous les psychologues. (Pichon, 1935a, p. 196).

55L’objet d’étude commun aux linguistes et aux psychologues est donc, en dernière analyse, la pensée. L’étude du langage apparaît dès lors instrumentalisée au profit d’une construction théorique plus vaste, à savoir la description des mécanismes de la pensée humaine. Ce point de vue est assumé par Damourette et Pichon dès les premières lignes de l’Essai de grammaire de la langue française : « Le langage, s’il n’est pas toute la pensée, est du moins de la pensée, et c’est comme tel que nous l’étudions » (I, § 3, p. 11).

  • 25 Non sans humour, Damourette et Pichon proposent, dans le chapitre sur chacun, l’exemple forgé suiva (...)

56Pichon n’a en effet de cesse d’en appeler à une collaboration scientifique entre psychologues et linguistes25 :

La linguistique n’est pas une science très vieille. Elle a pourtant déjà couvert plusieurs étapes différemment orientées. Or, à l’heure où j’écris ces lignes, le méthodologiste peut s’apercevoir qu’un nouveau tournant se dessine nettement dans le cheminement de cette discipline : c’est sur ce tournant, au dessin duquel l’école linguistique française a eu et a encore une grande part, que j’aimerais attirer l’attention des psychologues. Ils ne se repentiront pas de me suivre, car c’est précisément par ses connexions avec la psychologie que la linguistique d’aujourd’hui se différencie et s’affirme. (Pichon, 1937a, p. 25)

57Il ne confond pas pour autant les objets d’étude et les méthodes ; c’est la contiguïté des domaines qui permet la collaboration, mais chacune des approches garde sa spécificité :

Les psychologues ont particulièrement le droit de revendiquer, vu l’objet de leur discipline, un mode propre d’investigation. L’objet de leur étude, en effet, en matière de connaissance, ce n’est pas le contenu de la connaissance, c’est la puissance cognitive elle-même ; c’est en tant que proprement psychique que le fait psychique les intéresse. (Pichon, 1936-1937, p. 288)

Le onzième congrès international de psychologie, juillet 1937

  • 26 Pichon a une sympathie particulière pour Lévy-Bruhl, qui, pense-t-il, appuie sa vision antilogicist (...)
  • 27 Voir infra, Annexe B, les textes A et B et la correspondance Tesnière-Pichon.

58Le onzième congrès international de psychologie, qui se tient à Paris, du 25 au 31 juillet 1937, est pour la communauté des linguistes, sous l’impulsion de Pichon en particulier, l’occasion de montrer aux psychologues l’intérêt d’une collaboration interdisciplinaire. Parmi les membres actifs du congrès, on compte notamment, outre Damourette et Pichon, Gustave Guillaume, Georges Gougenheim, Daniel Lagache, Lucien Lévy-Bruhl26, André Martinet, Jean Piaget et Henri Wallon. Pierre Janet est le président d’honneur, le comité de patronage étant constitué du président Albert Lebrun, du vice-président Léon Blum, de Paul Valéry (en tant qu’académicien) et de Joseph Vendryes (alors professeur à la Sorbonne). L’événement est donc prestigieux. Pichon prie Tesnière de participer à cette entreprise et lui écrit le 29 avril 193727 :

M. Damourette, M. Sauvageot et moi-même avons le ferme projet de présenter au Congrès de psychologie, lequel doit se tenir à Paris en juillet prochain, une communication collective sur la Méthode en linguistique. Nous avons pensé que cette manifestation scientifique aurait d’autant plus de relief que plus de confrères, partageant nos conceptions méthodologiques générales, voudraient bien y participer.
[…] Il nous a semblé, mon cher confrère, que par bien des points vos travaux participaient du mouvement méthodologique que nous définissons. C’est pourquoi nous vous demandons votre adhésion de principe à la communication collective dont nous vous avons parlé.

59Deux textes sont rédigés dans ce projet : le premier, très court, appelé « Texte A  », est destiné à être publié dans les actes du colloque, ainsi que Pichon l’explique dans sa lettre à Tesnière du 14 mai 1937 ; le second, le « Texte B », doit être lu en séance. Le fonds Tesnière comprend une copie de cette communication orale, à laquelle Pichon prête sa voix. La liste des signataires présentée par Pichon à Tesnière dans la phase d’élaboration du texte est la suivante : « J. Damourette, G. Esnault, A. Mirambel, E. Pichon, J. Przyluski, A. Sauvageot ». Dans les actes du colloque, s’adjoignent les noms de Tesnière, qui a accepté de cosigner, Destaing, Yvon, Fouché, Gougenheim, Martinet, Wagner. Pichon lit ce texte dans le cadre de la troisième commission du congrès, intitulée « Psychologie et linguistique » et présidée par Viggo Brøndal. Étonnamment, cette commission ne comprend que des linguistes : les psychologues sont vraisemblablement dans l’assistance, mais on voit que la pluridisciplinarité annoncée reste à sens unique. Les interventions sont dans l’air du temps : la notion d’opposition, directement héritée de la notion saussurienne de valeur, et en particulier son application à la phonologie, occupe la majorité des communications présentées :

Viggo Brøndal, « Les oppositions linguistiques »
Louis Hjelmslev, « La structure des oppositions dans la langue »
Josef Miloslav Korinek, « Zur lautlichen Struktur des interjektionalen Sprachgebilde »
Jerzy Kurilowicz, « Lois générales du changement linguistique »
André Martinet, « Remarques sur la notion d’opposition comme base de la distinction phonologique »
Hendrik J. Pos, « La notion d’opposition en linguistique »
Édouard Pichon et al., « La méthode en linguistique »

60Détachée de la phonologie et de ses oppositions distinctives, la communication de Pichon semble être la seule à proposer une véritable collaboration méthodologique entre linguistes et psychologues. On reproduit ici le texte qui figure dans les actes du congrès :

« La méthode en linguistique »
À la suite d’aperçus divers contenus çà et là dans les œuvres de Victor Henry, de Bréal, de Gilliéron, de Saussure, de Meillet, il s’est constitué de nos jours en France, dans le champ linguistique, un mouvement méthodologique assez homogène et de beaucoup d’intérêt.
Les linguistes soussignés voudraient, en tant que représentant ce mouvement, attirer l’attention des psychologues sur les enseignements que la linguistique est capable de fournir à condition d’une part, que l’on ne s’acharne pas à retrouver dans le langage la représentation d’une logique a priori, mais que de l’autre on ne doute pas que tout fait de langage n’ait une signification psychique. Examinant alors les faits linguistiques eux-mêmes, et sans cadre logique préconçu, on arrive à saisir, dans la structure et l’évolution des parlers, la façon dont les pensées idiomatiques, au fur et à mesure de leur cheminement subconscient, constituent et modifient leurs systèmes respectifs de références mentales et d’organisation cogitative.
La linguistique acquiert ainsi sa méthode propre forgée par elle et pour elle-même en raison de ses besoins, et par là-même elle s’intègre plus étroitement qu’elle ne l’a fait jusqu’ici aux disciplines de la connaissance de l’Homme. (Pichon et al., dans Piéron et Meyerson éd., 1938, p. 247)

  • 28 Voir par exemple I, § 71, p. 92 : « […] toute logique non rigoureusement moulée sur la grammaire es (...)

61On retrouve ce que défendent ardemment Damourette et Pichon dans leurs écrits : du point de vue de la méthode, il s’agit de rejeter la « logique a priori »28 ; le postulat qui justifie l’investigation tient quant à lui à la nature psychique des faits langagiers. La mention « systèmes respectifs de références mentales et d’organisation cogitative » est suffisamment vague pour permettre de renvoyer autant à une version faible du relativisme, à savoir un constat des différences qui ne s’accompagnerait pas de leur hiérarchisation, qu’à l’idée défendue par Damourette et Pichon : les idiomes ne se valent pas, en tant qu’ils sont le reflet des mentalités des communautés linguistiques qui les parlent ; or, ces communautés sont d’inégale valeur culturelle. Cette conception n’est pas valable pour tous les signataires du texte, et pour Tesnière en particulier : Arrivé (1995, p. 55) rappelle ainsi que « la réflexion de [Tesnière] s’appuie constamment sur des comparaisons entre langues différentes, et ne comporte pas d’appréciations axiologiques sur leurs mérites ». Le texte de la communication lue par Pichon est tout à fait explicite quant à cette question du genie propre aux idiomes :

Saussure avait énoncé qu’un idiome est un système synchroniquement cohérent. Les phonologistes de l’école de Prague ont tiré parti de cette vue. Nous le reprenons, nous, du point de vue surtout psychologique : un idiome est un système de pensée : on n’est jamais en droit de supposer à l’avance qu’aucune des directives subconscientes qui président à l’organisation d’un idiome soit identique à celles d’un autre idiome. […] La grammaire, quand elle est étudiée de cette façon, devient la légitime expression du génie d’un idiome. (Texte B, feuillet 6)

62Ces formulations font écho à l’Essai de grammaire de la langue française : « Un idiome peut donc se définir : un mode de pensée spécifique » (I, § 6, p. 15). Ainsi, la singularité des langues n’est à aucun moment oubliée par Pichon dans son étude du langage : la variabilité des systèmes psychiques qui sous-tendent les idiomes explique, on l’a vu, le rejet des cadres tracés par la logique traditionnelle. Pichon le rappelle ici :

Le mouvement de réaction contre cet apriorisme stérile est commencé depuis longtemps en France. Victor Henry remarquait déjà que l’élaboration des phrases était en grande partie inconsciente ; Bréal dans son « Essai de sémantique » rattachait à l’évolution du langage la genèse de maintes fonctions mentales, notamment de ce qu’il appelait la puissance transitive. Gilliéron s’insurgeait contre l’omission des facteurs proprement humains dans l’évolution phonétique des mots. Saussure, dans son Cours de Linguistique générale, énonçait que chaque idiome est un système cohérent, à étudier synchroniquement ; Meillet, enfin, enseignait aux linguistes à se soucier de plus en plus de la signification des catégories grammaticales des diverses langues.
Mais c’est de nos jours, et en France, que la méthode ascendante a trouvé ses théoriciens et que les linguistes ont revendiqué le titre de généticiens de la logique. (Texte B, feuillet 2)

63La « méthode ascendante », défendue par Damourette et Pichon, est donc présentée comme la plus apte à prendre en charge la collaboration entre linguistes et psychologues. Elle consiste à remonter de la forme au fait psychique, et présuppose donc la liaison de ces deux éléments. De même, la notion de logique genetique, qui s’oppose à la logique traditionnelle en ce qu’elle est une reconstruction à partir des faits langagiers eux-mêmes, est une idée de Pichon, qu’il appelle parfois plus explicitement « génétique linguistique de la logique » (Pichon, 1938d, p. 47) et qu’on retrouve par exemple dans les lignes suivantes :

[…] penser comme moi, ce n’est pas accepter pour vraie l’idée de ce bloc raison raisonnante aristotéliciennement armée que M. Dalbiez insère a priori dans la puissance cognitive transcendante ; c’est croire au contraire à une ascension anagogique de cette puissance, laquelle, à celle [sic] fin d’une connaissance de plus en plus adéquate au réel, se construit ses outils et ses méthodes : conception génétique de la logique à quoi mes études linguistiques m’ont irrésistiblement amené. (Pichon, 1936d, p. 563)

64Cet extrait, tiré du compte rendu que Pichon fait de l’ouvrage de Dalbiez, Methode psychanalytique et doctrine freudienne, est un plaidoyer pour un empirisme dans lequel on voit que la linguistique s’illustre particulièrement : c’est dans la pratique de cette discipline que Pichon trouve l’idée d’une « conception génétique de la logique », laquelle s’oppose donc à la logique a priori. Le rejet du rationalisme triomphant permet à Pichon de poser un cadre théorique dans lequel la psychanalyse et sa dimension introspective gardent une place de choix. Justement, les comptes rendus du congrès mentionnent un échange entre Brøndal et Pichon dans lequel le second rappelle sa conception de l’empirisme :

V. Brøndal estime que la nouvelle linguistique ne saurait se cantonner dans un empirisme pur. E. Pichon précise qu’il s’agit, non d’un empirisme passif, mais d’un empirisme organisateur. (Piéron et Meyerson éd., 1938, p. 247)

65Ces remarques elliptiques rendent sans doute assez peu justice au débat qui a eu lieu au congrès. La déclaration de Brøndal affirme la nécessité d’adjoindre à la méthode empirique d’autres approches : la précision apportée par Pichon est à entendre en ce sens. C’est ce qu’on retrouve par exemple dans le passage suivant, tiré du Developpement psychique de lenfant et de ladolescent, dans lequel Pichon propose une méthode thérapeutique d’aide au refoulement, qui paraît contradictoire avec les principes psychanalytiques qu’il vient d’exposer :

Aucun médecin digne de ce nom n’en sera étonné, car l’art clinique, cet empirisme organisateur, nous a appris que les circonstances pouvaient inspirer les conduites les plus opposées. (Pichon, 1936a, § 379, p. 354)

  • 29 Voir Maurras (1937, p. 108-109) : « Si l’on veut, j’eus des “théories”, et si l’on veut, j’en ai en (...)

66Cependant, Pichon, avec l’expression « empirisme organisateur », cite textuellement Maurras29 : on voit que nul contexte ne l’arrache à son cadre de pensée favori.

  • 30 Le texte de la communication établit une hiérarchie qui justifie cette coordination : « Pichon est (...)

67Le renouvellement méthodologique auquel appellent Pichon et ses collègues30 consiste donc essentiellement en une approche empirique ; la théorie est ramenée à son sens premier d’observation des faits, sans toutefois être exempte de tout a priori, puisque, on l’a vu, le postulat à accepter est la nature psychique de tout fait langagier :

Pour passer de l’ancienne conception des rapports psycho-linguistiques à la nouvelle, il y a deux pas à franchir.
Le premier, le plus important à vrai dire en ce qui concerne la valeur scientifique des faits mêmes que l’on observe, consiste à renoncer en toute honnêteté à vouloir retrouver dans le langage des notions dites logiques que l’on ait reçues a priori d’une discipline indépendante de la linguistique. Nous connaissons tels de nos confrères qui ont franchi ce premier pas, mais se refusent au second.
Ce second pas, qui seul permet d’essayer une interprétation des faits recueillis, consiste à inférer des faits mêmes du langage les ordinations psychologiques dont ils sont l’immédiate expression. La linguistique devient ainsi une précieuse source d’information pour la psychologie. (Texte B, feuillets 2 et 3)

68Il est intéressant de noter que la philologie est ici convoquée comme exemple d’un renouvellement possible des études linguistiques :

L’une des grandes tâches de Roques, dans ses éditions de textes, a été de nous redonner un matériel sincère, exempt du tripatouillage que trop d’éditeurs lui avaient fait subir pour rendre les textes conformes à l’idée qu’ils s’en faisaient d’avance. (Feuillet 3)

69Le texte est donc résolument ouvert à une conception large des sciences linguistiques : au rebours du chapitre liminaire de l’Essai de grammaire de la langue française, qui vise à définir précisément le champ de l’investigation grammaticale, il s’agit ici de proposer un lien entre toutes les disciplines qui ont le langage et ses manifestations pour objet.

70Le texte B, dont on a reproduit plus haut quelques extraits, justifie au mieux la liste des cosignataires : sont notamment cité les travaux de Sauvageot, Mirambel et Przyluski. La place de Tesnière dans ce groupe semble plus particulièrement intéressante à étudier dans la mesure où l’on dispose de documents qui témoignent des débats qu’il entretient avec Pichon sur la nature psychique du langage, notamment au moment de l’élaboration des textes A et B.

  • 31 Il est intéressant de noter que Tesnière remercie Pichon de prendre la parole devant ceux qu’il app (...)

71Dans sa correspondance avec Pichon, Tesnière marque en effet sa différence31 en laissant à Pichon le domaine psychologique des « catégories », quand luimême se réclame plus volontiers d’une approche syntaxique (les « fonctions »). Le « plan morphologique » joue le rôle d’entre-deux dans ce trajet qui va de la pensée à la parole et vice-versa :

Vous prêtez, je crois, une très grande attention aux catégories que je suis loin de négliger, mais auxquelles je préfère par goût l’étude des fonctions et du mécanisme.
J’en suis à me demander s’il y a bien une syntaxe, j’entends s’il n’y en a pas plusieurs, et dans la même langue. Je veux dire par là entre le plan morphologique d’une part et le plan de la pensée d’autre part, soit un plan unique. Il me semble en desservir au moins deux, celui des fonctions plus près de la morphologie et celui des catégories plus près de la psychologie. Il me semble qu’on peut suivre là tout le processus de transformation que la pensée suit pour devenir parole et inversement. Dans cet ensemble je pense que vous serez d’accord avec moi pour constater que votre goût vous porte à être plus près de ce qui est psychologique, tandis que le mien se centre sur la structure fonctionnelle. (Double de la lettre de Tesnière à Pichon datée du 4 novembre 1936)

72Dès lors, lorsque Pichon lui demande sa contribution pour le congrès de psychologie, Tesnière répond :

La formule suivante résume assez exactement mon point de vue en ce qui concerne la syntaxe, qui est, comme vous le savez, au centre même de mes intérêts linguistiques :
« Une syntaxe scientifique ne saurait être fondée à [sic] priori sur des principes empruntés à la logique, mais seulement à postériori [sic] sur des faits de syntaxe réellement et exactement observés dans les langues où ils se rencontrent. » (Double de la lettre de Tesnière à Pichon datée du 16 mai 1937)

73Mais le texte que reçoit Tesnière contient une version tronquée de cette proposition : « faits de syntaxe » devient simplement « faits ». Il proteste donc contre cet affaiblissement de la portée de sa réflexion, et rappelle la confusion entre morphologie et syntaxe, à laquelle il s’oppose :

C’est ainsi que l’accord de tous avec ma déclaration, accord peut-être superflu, n’a pu évidemment être réalisé qu’à condition de supprimer dans mon texte les « faits de syntaxe » par des « faits » tout simplement. C’est toujours vrai, et j’y souscris toujours. Mais cela devient, pour nous, un peu vérité de la Palisse. Ce que l’idée gagne en acquiescement, elle le perd en précision. Car il y a précisément pas mal de linguistes aujourd’hui qui continuent à bâtir la syntaxe sur des faits morphologiques. (Double de la lettre de Tesnière à Pichon datée du 8 juin 1937, feuillet 1)

74Tesnière apparaît à ce moment seul concerné par un débat qui laisse finalement Pichon plutôt indifférent :

Les mots « de syntaxe » qui étaient tombés à la préparation de la rédaction et non pas sur opposition d’aucun des signataires, seront rétablis (Lettre de Pichon à Tesnière datée du 11 juin 1937, feuillet 1, recto)

75C’est que la confusion qu’il cherche à combattre est en fait revendiquée par Damourette et Pichon :

Le langage est, avant tout, chose psychique ; tous ses phénomènes sont dominés par des raisons sémantiques, si bien qu’en dernière analyse aucune partie de la grammaire ne peut être examinée avec fruit que du point de vue du problème mental qu’elle pose. Ce serait donc de notre part une faute de méthode que de vouloir envisager séparément la morphologie et la syntaxe, celle-ci étant la raison d’être même de celle-là.
Pour nous, qui cherchons dans l’étude de la langue le secret de sa logique vivante, tout l’effort de la grammaire aboutit à dégager et à définir les idées taxiématiques sur lesquelles sont établis les répartitoires qui règlent le fonctionnement de la pensée. Peu importe que ces idées soient exprimées par des taxiomes synclitiques, des taxiomes libres ou encore par le simple agencement des termes, puisque ces procédés divers concourent au même résultat. La morphologie et la syntaxe ont donc à nos yeux des rapports si étroits que nous ne saurions les séparer l’une de l’autre, et que nous en poursuivons l’étude conjointe dans toute la suite de cet ouvrage. (I, § 98, p. 111)

  • 32 Sur ce point, voir infra, Annexe B, le tableau fait par Tesnière dans le brouillon du compte rendu (...)

76Il semble donc qu’il y ait sur ce point une incompatibilité profonde entre le travail de Tesnière et celui de Damourette et Pichon. Des désaccords se font donc jour, mais ils n’empêchent pas le dialogue de se tenir. De même que Damourette plaide en faveur d’une assimilation du « nœud verbal »32 de la théorie de Tesnière à celui que décrit l’Essai de grammaire de la langue française, Pichon voit dans les « phrasillons » de Tesnière les frères jumeaux des « factifs » qu’il invente avec Damourette :

Quant à cette notion de phrasillons, elle recouvre exactement nos « factifs strumentaux » (oui, non, si, voici, voilà) et nos factifs nominaux (interjections). Dès lors, je me demande si vous n’auriez pas pu introduire dans vos systèmes notre notion générale de factif, qui me paraîtrait compléter votre pensée sans la réformer. (Lettre de Pichon à Tesnière datée du 23 octobre 1936)

77Ce point fera l’objet d’une réponse de Tesnière dans laquelle il souligne, en structuraliste convaincu, qu’un terme n’a de sens que relativement au système auquel il appartient ; dès lors, le transfert de termes d’une réflexion linguistique à l’autre est compromis :

Je n’ignore pas votre très beau travail qui allie à une conception très nouvelle de la grammaire directe une documentation formidable. Mais, dans la mesure où mon plan d’ensemble est différent du vôtre, je ne puis adopter sans vous trahir et me trahir des termes qui ont chez vous une autre portée. (Lettre de Tesnière à Pichon datée du 27 octobre 1936)

78Pichon réplique dès le 29 octobre : « Nos points de vue ne me paraissent pas s’exclure l’un l’autre. » Jugeant sans doute la conciliation entendue, malgré la lettre du 4 novembre citée précédemment, il rédige pour Le Français moderne un compte rendu élogieux du texte de Tesnière « Sur la classification des interjections », dans lequel il précise :

En réalité, toute phrase ou tout mot isolé est l’expression d’un « procès intérieur au sujet parlant » : on reconnaît là l’emouvement, tel que M. Damourette et moi l’avons défini. […] Dans ces phrasillons, on reconnaît les factifs strumentaux (oui, non, si, voici, voilà) et les factifs nominaux (interjections) de notre grammaire française. (Pichon, 1937e, p. 85)

79Pichon réutilise par ailleurs l’expression « procès intérieur au sujet parlant » dans son article de 1937 « La linguistique en France », en signalant qu’elle est de Tesnière (Pichon, 1937a, p. 43, note 1). En revanche, on ne trouve pas trace de cet échange dans les Éléments de syntaxe structurale, où Tesnière se tient à l’appellation « phrasillons » sans évoquer les « factifs » de Damourette et Pichon (voir Tesnière, 1959, p. 94-99). Néanmoins, dans une lettre qu’il adresse à Mossé en février 1932, Tesnière souligne la proximité de ses idées avec celles de D amourette et Pichon :

Ce qui me plaît, c’est que, sous des noms différents, nous avons parfois identifié des idées analogues. […] Leur taxiématique n’est autre que ma noétique, et leurs struments sont mes translatifs. (Cité par Huot, 1996, p. 361)

80Malheureusement, on ne trouve nulle trace, dans la correspondance Tesnière- Pichon à laquelle j’ai eu accès, d’une discussion sur les ressemblances entre taxiemes et noemes : ces deux notions sont cependant à reconnaître comme l’expression des idées grammaticales qui sous-tendent la langue ; elles impliquent donc finalement une vision de la langue comme objet psychique.

L’approche psychologisante de Damourette et Pichon

81On peut donc, avec Lauwers (2004, p. 506), classer l’Essai de grammaire de la langue française parmi les grammaires dites psychologisantes. Cette appellation recouvre cependant des approches différentes, et le psychologisme de Damourette et Pichon se distingue clairement de deux approches qui lui sont contemporaines : la psycholinguistique de Galichet et la psychomécanique guillaumienne.

82Galichet publie en 1947 un Essai de grammaire psychologique – dont le titre n’est pas sans faire écho à celui de la grammaire de Damourette et Pichon – dans lequel il se présente comme le premier linguiste à tenter réellement une description psychologique de la langue. Il s’insurge en particulier contre le morphologisme, c’est-à-dire l’étude exclusive de la forme, et le logicisme, c’est-à-dire l’inféodation de la description grammaticale aux catégories a priori de la logique traditionnelle : ces deux erreurs lui semblent caractéristiques de l’antipsychologisme des grammaires qui le précèdent. L’approche psychologisante lui semble donc relever de sa seule entreprise, ou presque :

De rares auteurs, comme M. Guillaume, s’y sont parfois essayés, sans pousser toutefois jusqu’à une étude d’ensemble de notre langue. Seuls en France, à notre connaissance, Damourette et Pichon, dans leur monumental Essai de grammaire française [sic], ont tenté cette délicate entreprise. (Galichet, 1947, Préface, p. x)

83La vision de l’Essai de grammaire de la langue française qu’a Galichet est contrastée. Il reconnaît, comme d’autres avant lui, l’extraordinaire travail de documentation qui le sous-tend, sans pour autant être convaincu par les analyses qui l’accompagnent :

On ne peut dire, cependant, malgré les vues de détail ingénieuses et suggestives dont cet ouvrage fourmille, que les auteurs – qui d’ailleurs s’en tiennent à un étiquetage plutôt qu’à une étude structurale, et ne savent pas toujours s’affranchir de la tyrannie du mot – aient vraiment réussi dans leur tentative. Le découpage souvent artificiel, compliqué, arbitraire même, auquel ils se livrent, ne peut donner une vue véritablement organique de la langue. Ce n’est pas la division de leur grammaire en trois parties : le nom, le verbe, le strument (càd toutes les autres parties du discours) qui peut y prétendre. Et nous ne dirons rien de leur terminologie compliquée et barbare qui rend cet ouvrage presque illisible pour le profane. Ce travail constitue une mine extrêmement riche de matériaux tout prêts à être utilisés, mais la synthèse reste à faire. (Ibid.)

84Le dépassement de ce travail doit se faire en deux temps, d’abord, par une démarche ascendante, dont on verra qu’elle caractérise la méthode appliquée par Damourette et Pichon, puis par une démarche inverse, qui opère précisément la synthèse revendiquée par Galichet :

Il nous faut nous appuyer sur l’observation des faits de langue, remonter au-delà des signes […]. Puis, redescendant sur le plan des signes, nous montrerons comment les valeurs de langue s’expriment. (Galichet, 1947, p. 15, cité par Lauwers, 2004, p. 598).

85Dès lors :

La Linguistique historique et generale de Meillet ne peut, évidemment, être considérée comme un ouvrage de synthèse, pas plus que l’Essai de grammaire de DP. (Galichet, 1953, p. 3)

86Le psychologisme de Galichet rejoint cependant celui de Damourette et Pichon dans la mesure où il postule une « unité », en langue, des faits de discours observés :

[…] est-il méthode plus réaliste que celle qui consiste à partir de l’observation des faits les plus extérieurs pour remonter jusqu’au point où tout s’ordonne en une unité profonde dont le sujet parlant prend plus ou moins conscience lorsqu’il s’exprime, mais dont il épouse indubitablement la réalité ? (Ibid., p. 16)

  • 33 Voir notamment Pichon (1937a, p. 35-36).

87Si Damourette et Pichon abolissent la dichotomie langue-discours33, ils donnent néanmoins de leur visée une description similaire :

Pour retrouver l’unité profonde et la signification psychologique de chaque entité grammaticale, le linguiste devra la remembrer au moyen des phrases les plus diverses où elle figurera. (Pichon, 1937a, p. 35)

88Ces approches reposent donc sur le postulat que tout fait linguistique a une signification psychologique ; comme Pichon, Galichet fustige un matérialisme ignorant de la réalité complexe du langage :

[…] pour M. Cohen et quelques autres, la langue est essentiellement un système de formes : un substrat psychologique n’intéresse pas le linguiste ; autrement dit, l’esprit de la langue ne fait pas partie de la langue ! [Appel note 2]
Pour certains linguistes de cette famille, c’est tomber dans l’idéalisme que de pousser l’analyse des mécanismes de la langue jusqu’aux structures psychologiques qui lui donnent une cohésion profonde et toute sa personnalité. […]
[Note 2] : Il est visible que la philosophie marxiste n’est pas étrangère à la conception linguistique de M. Cohen. Comme quoi le matérialisme dit « scientifique », en niant la réalité spécifique et dominatrice de l’esprit, peut conduire à une attitude véritablement anti-scientifique puisqu’elle aboutit ici à rejeter un élément pourtant bien réel de la langue. (Galichet, 1953, p. 16)

89L’image de la « personnalité » de la langue ne renvoie pas ici à une conception idiomatique comme chez Damourette et Pichon. La perspective de Galichet est en effet universalisante, ce qui constitue le point de divergence le plus sûr entre ces auteurs :

Le système des valeurs premières ne se veut pas immanent au français, comme c’est le cas du système taxiématique chez D. et P. Il s’agit de catégories psychiques universelles enracinées dans la métaphysique. […] Dans cette optique, les langues ne sont que le reflet de la structuration cognitive universelle. (Lauwers, 2004, p. 599)

90On comprend donc que Galichet donne finalement, dans le paysage psycholinguistique, la place la plus importante à Guillaume :

Nos deux précédents ouvrages avaient pour but de dégager une vue d’ensemble de l’économie de la langue française moderne pour une méthode que les linguistes n’ont guère utilisée jusqu’à présent [Appel note 2]
[Note 2] : En France, M. Guillaume est à peu près le seul à l’avoir soutenu. Encore ne l’a-t‑il fait que d’une façon fragmentaire, et en psychologue plutôt qu’en grammairien, c’est-à-dire en ne tenant pas suffisamment compte des structures de la langue. La méthode que nous préconisons ne tombe pas dans cet excès et cherche à saisir le fait linguistique dans sa totalité. (Galichet, 1953, Préface, p. ix)

  • 34 Il rejoint cependant Guillaume sur l’idée que la visée, comme le moyen, de l’étude linguistique est (...)

91La saisie du fait linguistique selon Galichet repose donc sur un savant équilibre : reprochant là l’antipsychologisme, il se démarque ici de Guillaume pour son prétendu manque d’attention aux « structures de la langue », par une sorte d’excès de psychologisme34.

  • 35 Ce numéro de 1933 affiche un sommaire exceptionnel : y figurent notamment les noms de Sapir, Bally, (...)
  • 36 Puech et Savatovsky (1997, p. 185) signalent cependant que pour le numéro spécial de 1950, Linguist (...)

92Quant à la parenté entre le travail de Guillaume et celui de Damourette et Pichon, elle est notée, non sans nuances, par leurs contemporains. On peut citer par exemple Dauzat (1943, p. 162) : « G. Guillaume, qui envisage comme Pichon, mais avec une originalité différente, les problèmes grammaticaux du point de vue psychologique ». Le point commun serait donc celui du « point de vue psychologique ». Damourette et Pichon comme Guillaume publient en effet dans le Journal de psychologie normale et psychologique. Guillaume y fait paraître trois articles : « Immanence et transcendance dans la catégorie du verbe. Esquisse d’une théorie psychologique de l’aspect » en 193335, « Thèmes de présent et système des temps français. Genèse corrélative du présent et des temps » en 1937 et « Discernement et entendement dans les langues. Mot et parties du discours » en 193936. Il y expose les principes d’une psychomecanique appliquée au problème des temps verbaux. Une telle approche suffit-elle à faire de lui un psycholinguiste ? Il s’agirait là, pour Puech et Savatovsky, d’une « qualification abusive » :

[…] l’entreprise guillaumienne ne s’appuie sur aucune méthode introspective et même si le vocabulaire est volontiers psychologisant (psychomécanique, psychosystématique, psychosémiologie), si le recours à l’adjectif psychologique est fréquent (cf. Esquisse dune théorie psychologique de laspect ; Esquisse dune théorie psychologique de la déclinaison) il ne s’agit nullement de mettre en évidence des structures psychologiques ou subconscientes conditionnant les faits de langage. (Puech et Savatovsky, 1997, p. 188)

  • 37 Parmi ces termes, on peut noter plus particulièrement subconscient. L’emploi de psychique n’est de (...)

93Si la linguistique guillaumienne ne répond donc à aucun des critères qui permettraient de la classer du côté de la psycholinguistique, on reconnaît en revanche ici certaines des caractéristiques du travail de Damourette et Pichon : la « méthode introspective » est sans aucun doute mise en œuvre dans l’élaboration de leur grammaire, et la volonté de « mettre en évidence des structures psychologiques ou subconscientes conditionnant les faits de langage » est explicitement énoncée dès les premières lignes de l’Essai de grammaire de la langue française. Sans doute le « vocabulaire volontiers psychologisant » est-il moins aisément repérable chez Damourette et Pichon : Damourette et Pichon n’ont pas recours par exemple, contrairement à Guillaume, à la préfixation en psy- dans leur terminologie. Mis à part peut-être l’emploi régulier de l’adjectif psychique pour qualifier les phénomènes linguistiques, on ne trouve chez eux que peu de termes techniques faisant une allusion transparente au champ de la psychologie37.

  • 38 Joly (1982-1983, p. 36) signale à raison que Damourette et Pichon s’obstinent à appeler cet ouvrage (...)

94Dans l’Essai de grammaire de la langue française, Guillaume est cité cinq fois pour Temps et verbe38, ouvrage dont Pichon fait le compte rendu dans le Journal de psychologie normale et psychologique (1932b), et une fois pour la « Théorie des auxiliaires et examen de faits connexes », un article paru dans le Bulletin de la Societe de linguistique de Paris et dont Pichon fait, dans Le Français moderne d’octobre 1938, le compte rendu ; ce dernier s’ouvre sur la remarque suivante :

On sait que M. Gustave Guillaume est un des linguistes les plus originaux de ce temps. Même si l’on ne se range pas à toutes les opinions qui composent son corps de doctrine, on a toujours avantage à faire honnêtement l’effort de le lire attentivement et de le comprendre. On en sort toujours enrichi. (Pichon, 1938r, p. 378)

  • 39 Voir Essai de grammaire de la langue française (V, § 1603-C, p. 12) : « On peut se demander si ce n (...)

95Dans ce même compte rendu, Pichon établit un parallèle entre la notion de « sublimation sémantique » telle qu’elle est exposée dans l’Essai de grammaire de la langue française39 et « la province de pensée que M. Gustave Guillaume appelle la subduction ésotérique immanente » (p. 379). On peut en outre dire de Guillaume qu’il tient une place à part dans l’Essai de grammaire de la langue française puisque Damourette et Pichon lui empruntent, fait dont ils soulignent eux-mêmes la rareté, un terme :

Ainsi que nous l’avons déjà indiqué aux §§ 60, 62 et 76, les struments sont des mots exprimant essentiellement des notions taxiématiques : taxiomes libres, disions-nous au § 62, taxiomes stématiques, pourrait-on dire en empruntant un néologisme à M. Gustave Guillaume, ne fût-ce que pour montrer que nous ne répugnons pas à assimiler les créatures linguistiques des autres Français. Taxiomes stématiques, certes, mais permanents. (VI, § 2092, p. 7)

  • 40 Stematique renvoie aux éléments libres, astématique aux éléments liés. Boone et Joly (1996, p. 385) (...)
  • 41 Le terme locuteur est évidemment un contre-exemple. On peut aussi signaler l’emploi, par Le Goffic (...)

96Le terme stematique40 est donc un gage de bonne foi : Damourette et Pichon prétendent ainsi montrer qu’ils ne sont pas enfermés dans un système terminologique autarcique. Cette exception, qui consiste donc à aller chercher chez un autre linguiste un néologisme, est cependant conditionnée par un fait : Guillaume est un « Français », sa « créature linguistique » est donc viable. Cet emprunt de Damourette et Pichon à Guillaume, outre ce qu’il révèle d’un possible rapprochement entre leurs réflexions linguistiques, rappelle que Damourette et Pichon comme Guillaume se signalent par leur travail novateur dans le domaine terminologique ; cependant, l’appareil conceptuel et terminologique attaché à la psychomécanique est aujourd’hui assez répandu quand la terminologie de Damourette et Pichon reste très largement inutilisée41.

97De la même manière, Damourette et Pichon occupent une place à part dans l’œuvre de Guillaume, au sens où ils incarnent les rares « figures marquantes » avec lesquelles Guillaume débat ouvertement :

La référence à Saussure [chez Guillaume] vise finalement au dépassement plus qu’à l’établissement d’une filiation stricte ; elle concerne le futur plus que le passé. De ce point de vue, l’isolement souvent remarqué de la linguistique guillaumienne, la rareté de la polémique avec la science de son temps et ses figures marquantes (à l’exception peut-être de Damourette et Pichon discutés à propos de l’article) tiennent bien à une caractéristique de fond de l’entreprise. (Puech et Savatovsky, 1997, p. 190)

98Ce dialogue entre Guillaume et Damourette et Pichon se tient également en face à face, puisqu’ils font tous trois partie de la Société de linguistique de Paris. Joly (1982-1983, p. 36) indique par exemple que lors de la séance du 3 février 1934, présidée par Guillaume, « Pichon fait un exposé dans lequel il renvoie à la théorie guillaumienne de l’auxiliarité ». Il signale également que Guillaume cite l’Essai de grammaire de la langue française à cinq reprises dans ses Lecons sur le langage, entre 1944 et 1958. Bien que parfois élogieux – il qualifie notamment l’Essai de grammaire de la langue française de « vaste trésor d’exemples et d’observations délicates » (Guillaume, 1944, p. 102) –, Guillaume « ne manque jamais de souligner les limites théoriques de l’Essai de grammaire de la langue française » (Joly, 1982-1983, p. 37). Et ces limites sont celles qui séparent la langue du discours :

[…] les auteurs de l’Essai de grammaire de la langue française […] ont donné leur attention entière aux faits de pensée qui ont lieu sur le plan de l’effet, où se développe le discours, tandis que la nôtre, dans la vue d’embrasser l’entier du phénomène linguistique, s’est étendue au plan de la puissance, lieu des constructions de la langue, laquelle n’est pas autre chose que la collection des moyens permanents et systématisés que la pensée humaine a réussi à inscrire en elle-même sous des formes qui lui permettent d’en tirer dans l’immédiat sa propre expression. (Guillaume, 1944, p. 102)

99Guillaume reproche donc à Damourette et Pichon de manquer l’essentiel, à savoir le « plan de la puissance ». Il conteste leur méthode elle-même :

On ne découvrira jamais – c’est une impossibilité – la langue en réduisant N actes d’expression à l’un d’entre eux, posé originel ou dominant. (Lettre inédite de Guillaume à Moignet, citée par Joly, 1982-1983, p. 52, note 6)

100Guillaume discute ici la valeur prototypique de l’exemple dans l’accumulation des faits de discours : on interprète un groupe de données en fonction de celles qui paraissent être représentatives d’une tendance dominante. Ce reproche est extrêmement important puisqu’il est une remise en question de l’ensemble de la démarche scientifique de l’Essai de grammaire de la langue française, que Bloch décrit ainsi :

[…] les auteurs, comme ils le répètent souvent, ont voulu éviter tout dogmatisme ; ce qu’ils veulent, c’est extraire de la réalité linguistique le sens même de cette réalité. De là une masse d’exemples dont les uns sont pris à la littérature depuis les origines et les autres ont été recueillis par les auteurs eux-mêmes ; et cet ensemble constitue une des parties les plus intéressantes de l’ouvrage. (Bloch, 1933, p. 82)

101Selon Guillaume, Damourette et Pichon seraient donc finalement rattrapés par la distinction langue vs discours qu’ils prétendent abolir. En accumulant les données, ils restent sur le « plan de l’effet » et n’atteignent pas celui de « la puissance ». Guillaume réaffirme ailleurs, sans citer Damourette et Pichon qui comptent sans doute au nombre des linguistes qu’il vise :

Toutes [les théories jusqu’ici défendues] font ressortir et c’est la vue des doctrines à mettre en lumière – l’impossibilité de construire une théorie du langage à partir de la seule observation des faits de discours. C’est pour n’avoir eu que cet unique départ que toutes les théories avancées pour l’explication de ce qu’est le subjonctif ont été un échec – non dissimulable. Il éclate. (Notes de Guillaume Moignet [date probable : 1950], Malengreau, 1995, p. 25-26)

102Un cas intéressant de confrontation entre la psychomécanique et le travail de Damourette et Pichon est fourni par l’article que Guillaume publie en 1944 dans Le Français moderne, « Particularisation et généralisation dans le système des articles français » ; il y discute, comme dans un autre texte de 1958 (Guillaume, 1964), les exemples donnés par Damourette et Pichon au paragraphe 379 de l’Essai de grammaire de la langue française :

Un soldat français sait résister à la fatigue.
Le soldat français sait résister à la fatigue.

103Il est assez amusant que l’exemple, au sujet duquel Damourette et Pichon d’une part, Guillaume d’autre part, donnent des interprétations divergentes, soit un énoncé qui inclut l’adjectif « français ». L’interprétation de l’article dans ce cas passe en effet par celle de la qualification du nom. L’emploi de l’adverbe « fièrement », dans l’analyse que Damourette et Pichon proposent de l’énoncé, ne dit pas autre chose :

L’Académie espagnole dit […] que, dans une phrase comme la suivante, on peut employer indifféremment un ou el :
Un soldado español no se rinde facilmente à la fatiga.
El
Pour nous, les deux phrases correspondantes du français ont pourtant une différence sensible : la première, application particulière, est celle que tel soldat, qu’on plaindra, répondra fièrement à celui qui le plaint : « Un soldat français sait résister à la fatigue. » La seconde, vérité générale, est celle que tel interlocuteur posera en aphorisme dans une discussion sur ce sujet : « Le soldat français sait résister à la fatigue. » (I, § 379, p. 494)

104Ils supposent donc que, si l’on emploie le un dans ce contexte, l’on se désigne soi-même : c’est un Français qui s’auto-objective par l’emploi de l’indéfini. La généralisation opérée par le un reste donc particularisante dans la mesure où elle est la marque de l’appartenance à un groupe d’individus supposés identiques au locuteur. De l’autre côté, la portée généralisante du défini marque le passage à l’aphorisme : dans ce cas, l’affectivité du locuteur s’efface devant la vérité générale. L’indéfini fonctionne à l’inverse comme un modalisateur : il s’agit bien d’une interprétation de nature énonciative. Or, c’est précisément de ce point de vue que Guillaume critique Damourette et Pichon ; il condamne la méthode et partant l’interprétation mises en œuvre par les auteurs de l’Essai de la grammaire française :

  • 42 C’est-à-dire du discours. Guillaume distingue la causation obverse, le causé construit, et la causa (...)

L’explication apportée par ces grammairiens concernant la nuance qui sépare l’article un et l’article le dans des emplois où, par similitude de l’extensité discursive, ils sont tous deux généralisants est vraisemblablement la meilleure qu’on puisse tirer de l’observation des faits linguistiques confinée, comme celle de ces auteurs, dans le champ de la causation déverse42. Elle vaut par l’exactitude des effets de sens constatés ; mais, si fine, si réussie, soit-elle sous ce rapport, elle ne procure aucune vue de ce qu’est, de ce que peut être en sa mécanique totalité, le système de l’article, là où la construction en est dans la langue entreprise. On reste à cet égard dans la nuit. Le mérite de notre observation […] c’est, dissipant cette nuit qui est celle de faits embrouillés (non ordonnés) dans le réel et que seul peut débrouiller (ordonner) leur transport dans le virtuel, d’apporter une vue claire et complète, représentable par mouvement et figure de mouvement, de ce mécanisme – qu’il a fallu, pour le voir ainsi, comprendre. Le voir acquis est un haut voir de compréhension […] Et tout autre chose qu’un voir, si fin soit-il (tel le voir des regrettés Damourette et Pichon), de constatation. On ne voit bien […] que ce que l’on a compris. La faute perpétrée par la linguistique traditionnelle est de s’être trop attachée au voir de constatation, pas assez au voir de compréhension, et d’avoir par là refusé les clartés d’ordre éminent qui seules lui permettront, lorsqu’elle aura pris le parti de les accueillir, de bien poser ses problèmes avant d’engager la résolution. (Guillaume, 1958, p. 42, cité par Joly, 1982-1983, p. 39)

105Ainsi, renvoyés du côté de la linguistique traditionnelle, Damourette et Pichon sont reconnus pour la finesse de leur observation (le voir de constatation) mais restent selon Guillaume à un niveau superficiel qui ne rend pas compte du « mécanisme » réellement mis en œuvre dans la structure ; autrement dit, ils n’accèdent pas au voir de compréhension. On voit que le reproche est analogue à celui de Galichet : la somme impressionnante des données accumulées dans l’Essai de grammaire de la langue française, à savoir des faits de discours, ne serait pas traitée de façon à décrire correctement les mécanismes qui sous-tendent la langue. La question se pose donc des postulats méthodologiques : c’est la valeur heuristique du fait particulier – puisque le discours se caractérise par sa singularité – qui est ici à discuter. Or, cet aspect du travail de Damourette et Pichon est à rapprocher du statut de médecin de ce dernier.

Médecine, psychanalyse, linguistique : valeur heuristique du fait singulier

  • 43 Maurras (1933, p. 16) : « On peut dire à la gloire du corps médical français que c’est de lui que s (...)

106L’activité médicale de Pichon est liée, comme son travail de psychanalyste, comme son travail de grammairien, à ses choix politiques. Il participe en effet régulièrement aux « banquets médicaux d’Action française », dans lesquels Maurras donne des conférences. Pichon fait ainsi partie des médecins dont le nom est cité, à la page des remerciements, par Maurras (1933)43.

107La position de Pichon vis-à-vis de sa formation de médecin est évoquée avec clarté et véhémence dans la correspondance qu’il entretient avec Tesnière. Cet échange épistolaire débute en 1935 avec la rédaction par Tesnière du compte rendu du tome III de l’Essai de grammaire de la langue française, pour la faculté des lettres de Strasbourg. Il fait parvenir ce court texte à Pichon, qui lui répond. Dans son compte rendu, Tesnière reconnaît avant tout le caractère novateur d’un ouvrage aux propositions duquel, par ailleurs, il ne souscrit pas de façon systématique ; il s’engage néanmoins à en promouvoir les idées qui lui semblent les plus utiles. Le point le plus intéressant est pour lui constitué par l’invitation de Pichon à renouveler la méthode d’investigation grammaticale :

  • 44 Voir infra, Annexe B, la version tapuscrite du compte rendu de 1935 pour la faculté des lettres de (...)

Ce renouvellement n’est naturellement pas l’œuvre d’un linguiste, mais d’un médecin. Peut-être n’est-ce pas là un simple hasard. Car au fond un médecin est mieux qualifié qu’un historien pour étudier l’anatomie et la physiologie de l’organisme vivant qu’est une langue. […] M. Tesnière termine en tirant du livre de MM. Damourette et Pichon une grande leçon de modestie : il y aurait lieu de soumettre à une sérieuse révision nos méthodes, que nous mettons peut-être trop de complaisance à considérer comme définitive [sic] et infaillible [sic].44

  • 45 Le brouillon de Tesnière semble montrer la relative incertitude de ce dernier quant au statut de Da (...)

108Il est intéressant de noter ici l’emploi de la métaphore organiciste qui permet à Tesnière d’assimiler le grammairien à un médecin. Pichon, dont on connaît l’intérêt pour les questions de méthode, ne peut qu’être sensible aux compliments qui font de l’Essai de grammaire de la langue française un modèle pour repenser la grammaire. Il proteste cependant vigoureusement sur un point, la réduction de son identité au statut de médecin, et par là même la négation de son identité de linguiste45 :

Vous dites : « ce renouvellement n’est pas l’œuvre d’un linguiste, mais d’un médecin. » Certes, je suis médecin, et médecin médecinant ; et je ne renie pas mon métier. Je ne nie pas non plus que ce contact tout spécial avec la réalité que nous appelons la clinique n’ait grandement contribué à la formation de mon esprit. Mais je ne supporte point sans quelque peine d’être exclu du paradis terrestre des linguistes. Depuis l’âge de onze ans, où j’ai eu pour professeur de cinquième Jean Mongin collaborateur de Gilliéron, je me suis intéressé à la linguistique ; je n’ai pas négligé, depuis, de me faire une culture linguistique générale. Je demande donc à ce qu’on ne dise pas que je ne suis pas un linguiste. (Lettre de Pichon à Tesnière datée du 3 janvier 1936)

109Cette mise au point de Pichon est un témoignage précieux de ses positions méthodologiques : on y retrouve en particulier l’idée que l’expérience clinique est vraisemblablement déterminante dans la « formation de [l’]esprit » scientifique. Pichon semble néanmoins atteint au point de faire remonter son intérêt pour la linguistique à la classe de cinquième : antérieure au choix de la profession médicale, sa vocation de grammairien se trouve ainsi légitimée. La vive réaction de Pichon amène Tesnière à s’excuser du malentendu provoqué et à préciser qu’il est « loin de considérer que les linguistes détiennent la vérité en matière de langues » ; ils ont beaucoup à apprendre des méthodes du médecin :

Loin de vous accuser de ne pas avoir notre formation de linguiste, je voulais vous féliciter de ne pas en avoir la déformation professionnelle.
Pour tout dire, ce que j’admire en vous c’est la faculté d’observer les faits tels qu’ils sont et sans idée préconçue. J’y vois un grand enrichissement de nos connaissances et je persiste à croire que votre formation de médecin y est pour quelque chose. La réalité est souvent tragique pour vous c’est vous donner de rudes leçons qu’en [sic] par hasard vous vous trompez. C’est une école sévère mais une formation excellente. Elle vous apprend à ne pas prendre des vessies pour des lanternes. (Double de la lettre de Tesnière à Pichon datée du 8 janvier 1936, feuillet 1)

110Ainsi, Tesnière admire une rigueur médicale exigée par l’enjeu de la profession, la sauvegarde de la vie humaine ; les linguistes devraient sans doute considérer leur tâche avec le même sérieux :

Le jour où une erreur linguistique serait mortelle non seulement notre situation de professeur de linguistique serait matériellement très améliorée, mais notre science même serait révolutionnée et connaîtrait une Umwertung der Werte que Nietzsche lui-même ne renierait pas. (Ibid.)

111Néanmoins, la notice nécrologique que Brøndal rédige pour Acta linguistica, évoquant le « regretté psychologue », est révélatrice d’un malentendu qui aura subsisté malgré les protestations de Pichon :

À la Société de Linguistique les deux non-linguistes formaient un groupe que l’on écoutait avec attention. (Brøndal, 1940-1941, p. 52)

112La cruauté de la négation « non-linguistes » est compensée par la reconnaissance de l’originalité de leur approche. Un fil directeur relie en effet les différents écrits de Pichon : un cadre épistémologique spécifique, qui vaut tant pour la linguistique que pour la médecine et la psychanalyse.

113Les écrits de médecine de Pichon sont donc instructifs quant à ses choix méthodologiques, lesquels se retrouvent dans la grammaire qu’il écrit avec Damourette. Dans un article intitulé « Interprétation médicale des résultats de l’examen radiologique du cœur », on trouve les réflexions suivantes :

En somme, les mesures cardiaques radiologiques ont de l’intérêt, mais elles sont loin de concentrer en elles seules tout l’intérêt de l’examen radiologique du cœur, comme on l’a trop cru. Le temps où la médecine sera tout nombres est encore loin, s’il doit arriver jamais. L’important, pour un bon médecin, est d’avoir dans l’œil l’image cardiaque normale, et de savoir en interpréter les déformations, en harmonie avec les résultats des autres examens cliniques. Un cardiologiste exercé tirera certainement plus d’un orthodiagramme sans mensurations, considéré avec soin, qu’un médecin peu expert en son art d’un orthodiagramme chargé de mesures-standards interprétées livresquement sans avoir égard à la singularité concrète du cas envisagé. (Pichon, 1932e, p. 6)

114La conception pichonienne de la médecine, herméneutique et non positiviste, est ici affirmée : l’idée d’une adaptation nécessaire de la doctrine générale à la « singularité concrète du cas envisagé » est un point commun avec la cure psychanalytique : ce qui caractérise cette dernière, c’est qu’elle met en jeu deux individus, deux singularités irréductibles, dont l’interaction n’est pas déterminée au départ. Dans la première partie de l’article qu’il rédige pour lEncyclopédie française, « La méthode psychanalytique », Pichon décrit brièvement la « règle de non-omission » que doit respecter le discours de l’analysant (Pichon, 1938j, p. 8.10-1). Paradoxale, cette règle fait de l’amethodisme le point central de la méthode introspective qui fonde la cure. Pichon reprend ici l’idée que l’« abandon vrai » du patient, c’est-à-dire l’absence de contrôle et donc de censure sur ses propres dires, ne s’obtient que progressivement : les paliers de cette progression sont détaillés dans les mêmes termes dans « Rêve d’une femme frigide » (Pichon, 1932a, p. 222). Il signale ensuite l’intérêt de l’onirocritique freudienne pour « la thérapeutique » et le « double rôle du psychanalyste », à savoir « interpréter le matériel psychique obtenu » et « assumer le transfert ». Ainsi, la règle de la libre association, c’est-à-dire l’améthodisme qui caractérise le discours de l’analysant, interdit que soit fixé un but standard au processus analytique :

Notre métier n’est pas de modeler de parfaits citoyens pour un conformisme politique et social, mais bien de libérer des hommes de façon qu’ils soient en état, tout en sachant se tenir dans les limites du non-pathologique, de développer leur nature propre. (Pichon, 1932d, p. 26)

  • 46 Ce principe est valable pour l’éducateur. Dans son manuel sur Le developpement psychique de lenfan (...)

115Ni le discours du psychanalyste ni celui du grammairien ne disent donc la norme46. Le but de l’un comme de l’autre est de révéler des possibilités propres :

116à l’individu pour l’analyste, à la langue pour le linguiste. On comprend dès lors la prise en compte, dans l’Essai de grammaire de la langue française, de faits habituellement considérés comme inintéressants parce que déviants par rapport à une norme établie. Ainsi que le signale Joseph:

  • 47 En médecine et en psychiatrie, on écrit les cas singuliers, et les conclusions sont déduites de l’i (...)

In medicine and psychiatry, singular cases get written up, and conclusions are deduced from an interpretation of the singularity. One wants to know about the persons history, environment and habits as well as any relevant genetic information. The conclusions might not have direct relevance to any other individual, yet are enlightening for the physician and psychiatrist whose work is after all largely an interpretative one.47 (Joseph, 2004, p. 89)

117Ce texte, qui ne concerne aucunement Pichon par ailleurs, est intéressant à double titre : il permet de supposer que la formation médicale de Pichon le conduit à traiter les cas singuliers autrement que ses collègues grammairiens, et surtout il affirme que le type de mécanisme explicatif dont relève la médecine n’est pas exclusivement positiviste mais s’appuie également sur une herméneutique, ce qui renvoie aux réflexions de Pichon sur l’interprétation des données chiffrées en médecine. La complémentarité de ces deux approches se comprend dans le cadre de la reconnaissance de la valeur heuristique du fait singulier.

  • 48 Au sens que donne Bourdieu à cette classification. Voir par exemple Bourdieu (1992, p. 367).
  • 49 C’est le point de vue de Druon (1998, p. 25), qui refuse aux femmes ministres le droit d’élaborer e (...)
  • 50 Voir le récent article de Plénat et al., qui défend la plausibilité de la « conjecture de Pichon »  (...)

118La singularité du fait linguistique renvoie d’abord, sur le plan strictement lexical, aux hapax. Selon le point de vue auquel on se place, un même mot pourra alors être qualifié de barbarisme (par exemple dans une copie d’élève) ou de néologisme (par exemple dans le commentaire stylistique d’un auteur considéré comme légitime48) : le droit à la créativité lexicale est inégalement jugé, selon qu’on prête au locuteur une intention poétique, scientifique, ou bien qu’on considère que sa performance révèle une ignorance du vocabulaire mis à sa disposition par la langue49. Pichon traite les hapax avec beaucoup d’intérêt : il tire par exemple du dérivé silvio-pelliqueste < Silvio Pellico, trouvé chez Verlaine, une hypothèse générale sur la dérivation en esque. La validité de cette assomption a récemment été vérifiée50. Pichon déclare d’ailleurs :

[…] les tours singuliers, les phrases négligées, les lapsus seront appelés à concourir, à côté des emplois littéraires. En effet, c’est dans ces aberrances que se révèleront, sans freins rationnels ni normatifs, les tendances profondes du sentiment linguistique. Je n’ai pas attendu d’être initié à la psychanalyse, dans laquelle on sait la signification attribuée si justement aux lapsus par M. Freud, pour sentir, en grammaire, la valeur précieuse du moindre fait, fût-il méprisé et anathématisé par les législateurs de la langue « correcte ». (Pichon, 1937a, p. 35)

  • 51 Notamment à cause de la linéarité temporelle qui s’y attache.
  • 52 Voir Arrivé, Gadet, Galmiche (1986, p. 296).

119Il faut donc retenir de la déclaration de Pichon que le fait qui se signale par sa rareté n’est pas seulement digne d’intérêt, il est même d’une valeur heuristique supérieure dans la mesure où il signalerait une utilisation plus spontanée, plus libre de la langue, laquelle apparaîtrait donc de façon plus vraie dans ces tours. Le type de phénomènes auxquels l’expression « tours singuliers » peut renvoyer est en fait autrement plus difficile à décrire que les hapax, dans la mesure où, en vertu de l’unicité de tout acte de profération51, on peut considérer que tout énoncé est unique. En ce qui concerne les énoncés, le plus pertinent est sans doute de parler de singularité si on ne reconnaît pas dans cet énoncé quelque chose qui relève de l’usage, à supposer que ce dernier fasse consensus : il peut en effet correspondre à l’utilisation la plus commune de la langue ou bien à une utilisation de langue correcte au regard d’une norme. Ainsi, il peut s’agir d’un énoncé que l’approche dite traditionnelle, c’est-à-dire à visée normative, qualifie de « déviant » : l’énoncé est conséquemment rejeté comme matériau non pertinent pour l’étude, comme « faute ». On présuppose ici un bon usage qui se trouve bafoué. À l’inverse, la singularité peut être vue dans un tour que la norme considère comme seul admissible, mais qui a en fait perdu – ou n’a jamais eu – la prédominance dans l’usage : en français, on peut penser par exemple à une pamplemousse (genre attribué par le Dictionnaire de lAcademie52) ou à l’emploi du mode indicatif avec apres que. Nombre d’énoncés oraux recueillis par Damourette et Pichon apparaissent ainsi singuliers : on peut se référer ici à l’exemple de tours étudiés dans l’Essai de grammaire de la langue française pour ce qu’ils révèlent de l’emploi des pronoms personnels en français ; Benveniste critique sévèrement l’utilisation par Damourette et Pichon d’un énoncé qui, selon lui, relève purement et simplement de la faute :

Nous contredisons expressément Pichon et Damourette […] qui estiment que « dans beaucoup de domaines, il y a concurrence possible d’expression entre l’un et l’autre ordre de pronoms personnels ». Quelles preuves donnent-ils de cette affirmation surprenante ? […] « Valentin nous avait invités à dîner, et moi emmenais, naturellement, Pollet et sa femme. » […] [Cet] exemple, oral, émane d’une personne dont ni l’origine (provinciale ?) ni le degré de culture ne sont indiqués : on peut affirmer que « moi emmenais » ne s’entend jamais ; c’est ou une bévue sans portée ou une déviation individuelle. (Benveniste, 1974, p. 198, note 1)

  • 53 Ce qui constitue une critique somme toute différente de celle produite par Guillaume : ce dernier r (...)
  • 54 Attaqué par Spitzer sur ces fameux exemples de moi sujet sans je, Pichon (1937h, p. 320) tient ferm (...)

120On notera la distance affichée par Benveniste : une méthode d’observation de la parole, qui tiendrait les tours singuliers du discours pour des faits de langue, ne peut être acceptée53. Au passage, Benveniste souligne assez explicitement le peu de valeur à accorder au discours d’un locuteur provincial, et adopte ici un point de vue plutôt normatif. Le conflit est donc avant tout d’ordre épistémologique. Pichon pourtant ne se limite pas, pour étayer ses affirmations, à quelques exemples peut-être discutables54. Il justifie l’équivalence de moi et je dans certains contextes par une réflexion acquisitionniste ; c’est en chef de consultation pédiatrique qu’il s’exprime alors :

Ma collaboratrice des Enfants-Assistés et de l’hôpital Hérold, Mme Borel-Maisonny me dit avoir souvent observé qu’entre la période du nom propre et l’établissement définitif du je et du me, il fallait intercaler l’apparition de moi. Ce qui donne des phrases du genre de la suivante, saisie par moi-même […] : « Moi a pas mal du tout ». (Pichon, 1937d, p. 31)

121Cette idée est reprise dans l’Essai de grammaire de la langue française :

Quant au tour « moi va », il existe indéniablement dans le développement psychique de l’enfant entre la période où l’enfançon parle de lui-même au moyen de son nom propre et celui où il dit je vais. (VI, § 2322, p. 264).

122La singularité renvoie donc finalement à une régularité d’un type particulier : à côté de l’usage tel qu’on l’entend habituellement, le langage enfantin apparaît dans toute sa différence, en même temps qu’on lui prête la capacité d’éclairer les rouages du langage adulte. Dans le même ordre d’idées, Damourette et Pichon relèvent des termes qui ont la particularité à la fois de fonctionner comme des noms propres (« noms essentiellement uniques ») et de désigner des instances énonciatives :

Des termes d’argot comme mézigue, tézigue désignant respectivement le locuteur et l’allocutaire et le terme vulgaire ou familier Bibi désignant le locuteur se construisent comme des noms essentiellement uniques. (IV, § 1451, p. 399)

123Il va sans dire que l’argot ne fait habituellement pas partie des types de discours pris en compte par les grammairiens, précisément parce qu’il constitue une utilisation singulière de la langue. L’énoncé ou le mot singuliers ne sont donc pas forcément des exemplaires uniques : ils peuvent être couramment employés, mais par une fraction seulement de la communauté linguistique. C’est cette répartition inégale de leurs emplois qui constitue leur singularité.

124La question de la singularité doit être étendue à tous les exemples utilisés dans la grammaire, dans la mesure où le projet de Damourette et Pichon se différencie précisément par la place qu’il accorde à l’exemple, lequel n’est pas tant conçu comme un modèle que comme un possible de langue dès lors qu’il apparaît en discours. Cela renvoie à la distinction entre grammaire dite traditionnelle et linguistique, ainsi que le rappelle Milner :

Dans la tradition grammaticale, l’exemple est destiné à illustrer une règle. C’est au point que, dans certaines traditions grammaticales (et notamment dans les grammaires à visée scolaire), les règles n’avaient pas d’autre désignation que l’exemple typique qui les illustre. […] La manière dont la règle elle-même est définie ne fait alors l’objet d’aucune réflexion particulière : elle est enregistrée simplement, sur la base d’une distinction entre correct et incorrect dont la légitimité relève le plus souvent d’un pur et simple constat.
La linguistique quant à elle ne peut sérieusement revendiquer un statut scientifique que si elle modifie profondément ce mode de référence à l’exemple. Il ne saurait s’agir pour elle d’illustrer une règle, il s’agit bien plutôt d’user de l’exemple comme d’une configuration de données propre à tester une proposition de la théorie. Autrement dit, l’usage de l’exemple en linguistique est strictement corrélé à son caractère de science empirique. (Milner, 1995, p. 124)

125Ainsi, l’Essai de grammaire de la langue française se signale par un empirisme tel que l’exemple n’a pas à être répétable – il peut être radicalement singulier –, il lui suffit d’être attesté. L’abolition des limites entre discours et langue, on le voit, est indispensable à l’élaboration de ce mode d’investigation grammaticale. La question du recueil des données est de ce point de vue fondamentale, et Damourette et Pichon procèdent de deux façons : la littérature leur fournit les exemples en ancien français, pour lesquels il n’existe évidemment plus de locuteurs disponibles, tandis qu’une attention constante à leur environnement les conduit à relever un matériau riche qu’ils commentent au fur et à mesure dans leur Essai. Il est intéressant cependant de signaler que cet empirisme n’est pas toujours de mise :

[…] lorsque Pichon et moi rédigions notre Essai de grammaire de la langue française, il nous est assez souvent arrivé, quand l’ordre de nos travaux appelait une question, de nous trouver en présence d’une indigence de matériel qui pouvait aller jusqu’à la nullité. Pour ne pas perdre un temps que nous pouvions mieux utiliser entre nous qu’à rechercher des exemples authentiques, aussi faciles à trouver par des recherches individuelles ultérieures, nous raisonnions sur une phrase-type que notre sentiment linguistique français nous disait exister. Nous n’aimions pas cela, car on n’est jamais sûr de ne pas trop schématiser. Cette phrase, destinée à être remplacée dans la rédaction définitive et que, d’ailleurs, nous n’utilisions qu’avec précaution, avait reçu entre nous la désignation de monstre. C’était l’extension d’une métaphore employée dans la disance des compositeurs de musique. (Damourette, 1944, p. 19)

126L’exemple forgé, s’il est appelé à être remplacé par un exemple attesté, n’en reste pas moins un recours qui prouve la part non nulle de l’a priori dans l’investigation grammaticale de Damourette et Pichon. Cette entorse aux principes empiriques est justifiée par la valeur de l’introspection, du sentiment linguistique : le « locuteur de l’idiome national » a la capacité de forger des exemples. Le linguiste devient dès lors son propre objet ; sa production langagière vaut autant que celle qu’il recueille auprès des « locuteurs de l’idiome national » qu’il observe. Ainsi, la dimension répétable de l’exemple, son caractère représentatif, son statut de « phrase-type » tiennent une part importante dans l’investigation grammaticale et font pièce à un travail exclusivement fondé sur l’analyse de la singularité. Ce balancement entre la recherche de lois générales et la description du particulier constitue un point central dans la réflexion de Damourette et Pichon.

127Une des cibles favorites de Pichon est dès lors ce qu’il appelle ironiquement le « style 1880 » (Pichon, 1936-1937, p. 287) :

  • 55 Voir par exemple (Halévy, 2001, p. 109) : « 1815 ramena la paix, et la société européenne vit venir (...)

Je pourrais, avec mon ami Eugène Minkowski, protester contre la restriction du terme de « science » ; mais cette restriction marque une étape de l’histoire, l’étape 1880, celle que M. Daniel Halévy appelle si finement les Temps Obscurs55. Mieux vaut donc éviter la confusion en employant d’autres mots : la nouvelle fortune du vieux mot discipline, pris dans le sens de « branche des connaissances humaines ayant son objet et ses méthodes propres » est le témoin du besoin qu’on avait de nouveau d’un terme général après la restriction du mot « science » ; pour « scientifique », au sens restreint, je propose ici nomomathique, qui me paraît clair, car il s’entend : « qui a trait à la connaissance des lois ». (Pichon, 1936d, p. 568)

  • 56 Voir aussi Pichon (1936d, p. 569-570).

128Le combat terminologique de Pichon est donc une prise de position épistémologique : opposé tant au matérialisme qu’au positivisme56, il dénonce ainsi la restriction du terme « scientifique » à ce qu’il appelle « nomomathique », terme forgé pour l’occasion et qui renvoie à la recherche de lois générales ; il est donc caractéristique des sciences de la nature, lesquelles sont dénoncées pour l’hégémonie qu’elles constituent en termes de modèle épistémologique :

[…] restreindre l’emploi de science et de scientifique aux disciplines nomomathiques offre bien des dangers. Il est vrai que, couramment, on réserve maintenant le terme de science à la conception scientiste du savoir, c’est-à-dire à celle où seul apparaît le point de vue nomomathique ; le danger est que le prestige du mot science est tel chez les demi-cultivés qu’à se voir exclues de la « science » les disciplines historiques apparaîtront, pour eux, méprisables, et qu’ils voudront les dénaturer pour en faire de la « science ». (Ibid.)

129L’emploi du futur signale ici que les choix de Pichon s’inscrivent explicitement dans un cadre historique : il envisage une « marche ascendante » vers un modèle idéal d’intégration des différentes approches disciplinaires. Pichon a donc foi en un progrès scientifique qui s’appuierait sur une amélioration progressive des capacités humaines :

[…] on entrevoit déjà nettement, en notre xxe siècle européen, une époque où, dans notre groupe civilisationnel, l’adulte vraiment cultivé, éclairé par les grands esprits du siècle, va atteindre un stade philosophique supérieur au stade rationnel ; c’est que les problèmes de l’ordre personnel sont en train de reprendre toute leur ampleur devant la conscience des chercheurs, ainsi que l’aperçoit très bien M. Pierre Janet. (Pichon, 1938i, p. 683)

  • 57 Il utilise également ce terme pour qualifier l’évolution du langage de l’enfant : « D’un intellect (...)

130La remise en cause de la « nomomathique » passe donc par une prise en compte de l’ordre personnel, autrement dit de la singularité humaine. Le dépassement du rationalisme dans les sciences est dès lors à accomplir par l’exercice d’une pensée que Pichon appelle « eunoïaque »57 :

Quant à scientifique, s’il a le sens de nomomathique dans « explication scientifique », il exprime dans « esprit scientifique » une qualité eunoïaque de pensée avec quoi l’attitude purement nomomathique est, à notre époque, incompatible. (Pichon, 1936d, p. 568)
Peut-être sommes-nous, dans l’orbe de notre civilisation occidentale, à l’orée des temps où c’est toute la cohorte des esprits cultivés qui sera en état d’atteindre au stade philosophique de la pensée. Tout en restant strictement eunoiaque, c’est-à-dire sévère dans sa critique d’elle-même, la pensée peut, en effet, fort bien aller dans des voies qui nous sont aujourd’hui inconnues : la logique et la méthodologie ne sont que des codifications a posteriori, qui étudient le cheminement de la pensée une fois qu’il a eu lieu : il convient de ne pas les prendre pour des disciplines impératives. (Pichon, 1938i, p. 683)

131On voit le souci constant de Pichon, dès lors qu’il est question de méthode scientifique, de garder une distance prudente avec des affirmations insuffisamment étayées : il semble vouloir préserver une ouverture sur l’inconnu, qu’il soit relatif à l’objet étudié ou au type d’investigation à mettre en œuvre. Il s’engage dans un rejet du positivisme qui s’exerce logiquement dans un mouvement de défense de l’herméneutique ; cette idée est particulièrement saillante dans l’extrait suivant. Pichon discute, en tant que médecin, des difficultés posées par les tests psychologiques faits pour évaluer le degré de développement des enfants :

Chaque examen demande donc à être interprété pour son compte. Néanmoins, la donnée numérique (tant d’années et de mois de retard) que fournissent les expérimentateurs orthodoxes qui appliquent la méthode dans sa brutalité omnibus n’est pas dépourvue d’intérêt, à titre d’approximation grossière. (Pichon, 1932c, p. 44)

132Si la complémentarité des approches est préservée dans la concession que fait ici Pichon aux « expérimentateurs orthodoxes », il reste que la médecine fournit à Pichon un très bon exemple de domaine dans lequel la singularité du cas prime sur l’application d’une loi générale. C’est encore la psychologie des enfants qui amène à la réflexion suivante :

[…] M. Piaget a minutieusement étudié les propos de deux enfants de six ans. D’après ces propos, et à cette occasion, il a développé d’intéressantes vues sur la mentalité des enfants de cet âge. (Pichon, 1936a, § 120, p. 137)

  • 58 Voir Pichon (1938s, p. 78) : « Il semble […] que, dans les limites du normal, la rapidité du dévelo (...)

133La présentation des résultats de Piaget montre l’extrême importance que Pichon accorde aux conditions de l’expérience : « d’après ces propos », « à cette occasion » semblent limiter la portée des conclusions auxquelles Piaget aboutit, quand la généralisation « la mentalité des enfants de cet âge » confirme que l’étude des cas singuliers permet d’établir des analyses valables pour un ensemble. Cet ensemble est constitué par les cas dont on peut légitimement penser qu’ils sont identiques aux cas particuliers qui ont été étudiés : ici, l’âge est pris comme critère58.

La place de la psychanalyse dans la « convergence des méthodes »

  • 59 Voir par exemple la polémique déclenchée par Janet (2004).

134La réflexion épistémologique de Pichon inclut donc des domaines connexes, comme la psychologie et la linguistique, en essayant de souligner les points communs entre les méthodes qui y ont cours. Cet effort de synthèse porte le nom de méthode convergente ou convergence des méthodes. Or, la psychanalyse pose de ce point de vue bien des problèmes : la réception des travaux de Freud précipite médecins et psychologues dans une nouvelle configuration, où les objets d’étude que sont les pathologies psychiques sont à la fois redistribués et envisagés sous plusieurs angles59. Dans ces débats, la figure de Pichon est intéressante dans la mesure où il se trouve, notamment pour des raisons personnelles, dans une position assez inconfortable, entre Janet, le psychologue de la conscience, et Freud, le neurologue-psychanalyste.

  • 60 Voir VI, § 2564, p. 523 ; VI, § 2585, p. 541 ; et VI, § 2675, p. 648. Les deux ouvrages dont il est (...)
  • 61 Par exemple, ni Wundt ni Le Bon, dont les écrits sont alors influents dans le domaine de la psychol (...)

135Il paraît en effet raisonnable de compter Sigmund Freud au nombre des sources théoriques marquantes dans la réflexion linguistique de Damourette et Pichon. Pourtant, dans l’Essai de grammaire de la langue française, le nom de Freud n’apparaît pas, sauf erreur, en tant que référence théorique, mais seulement dans les références de quatre exemples tirés de deux ouvrages français le concernant60. Ces exemples ne donnent par ailleurs lieu à aucun développement sur la doctrine psychanalytique : ils apparaissent dans des paragraphes traitant de l’expression du nombre et de la quantité et sont à ce titre cités pour les occurrences de « une fois », « second » et « diverses » qu’ils présentent. Ils sont de plus tirés du tome VI de l’Essai de grammaire de la langue française : l’apparition du nom de Freud est donc non seulement extrêmement discrète mais encore fort tardive. On peut sourire de ce non-dit : le nom de Freud, père de la psychanalyse, serait-il forclos ? Il faut donc chercher à expliquer l’absence d’une référence attendue et vraisemblablement influente même si elle n’est pas nommément alléguée. Premier point, sans doute le plus important : la question du genre textuel. La pluridisciplinarité de Pichon, difficilement réfutable, se manifeste différemment selon le genre du texte qu’il rédige : ainsi les références ne seront-elles pas les mêmes dans la grammaire scientifique qu’est l’Essai de grammaire de la langue française et dans un article de vulgarisation ou dans un article de linguistique destiné à un public de psychologues. Dans cette perspective, il n’est pas étonnant que de grands noms de la psychologie et de la psychanalyse manquent à l’appel61 dans l’Essai de grammaire de la langue française : Pichon, ici collaborateur du linguiste Damourette, privilégie les références aux grammaires et méthodes de langue utilisées. Deuxième point : il se trouve que Pichon est le gendre du psychologue Pierre Janet ; or, Freud nourrit pour ce dernier le plus grand mépris. La place de Pichon dans cet affrontement est ambiguë.

136Ainsi, on constate le rejet partiel, par Pichon, de l’appareil théorique freudien, au profit d’une acceptation sans réserve de l’apport clinique de la psychanalyse. Roudinesco (1994, p. 299) dit même de Pichon que « Freud le considère comme l’homme à abattre mais ne l’attaque jamais directement ». Les divergences doctrinales entre Pichon et Freud sont en effet nombreuses. La combinaison de ces deux facteurs semble permettre d’avancer une réponse à la question posée. L’absence de sources précises permettrait de construire pour la grammaire un cadre psychologisant qui ne soit ni l’orthodoxie freudienne ni la transposition de la psychologie de Janet. Pichon utilise donc ses connaissances cliniques et théoriques en psychanalyse et psychologie mais ne leur donne pas, dans l’Essai de grammaire de la langue française, l’ascendant sur son projet linguistique.

  • 62 Pour une présentation synthétique de ce projet encyclopédique : Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 16 (...)

137Pichon est un lecteur attentif et critique de Freud : il contribue très activement à la diffusion de ses idées en France, en même temps qu’il ne manque jamais de signaler ce qui lui semble inacceptable d’un point de vue théorique. Le texte qu’il rédige pour l’Encyclopédie française62 comporte une courte notice biographique de Freud, dans laquelle il est notamment fait mention de ses séjours auprès de médecins français (Charcot à la Salpêtrière, Liébault et Bernheim à Nancy). Le livre de 1900, Die Traumdeutung, est qualifié de « livre magistral » (Pichon, 1938j, p. 8.08-16), ce qui marque assez la déférence dont Pichon peut faire preuve à l’égard du neurologue viennois. Dans la seconde partie, « Les acquisitions de la psychanalyse », Pichon choisit, parmi les enseignements freudiens, ce qui constitue à ses yeux des « données indéniables » et partant une « source de connaissances pour le psychologue » : « la notion de refoulement », « l’origine sexuelle des névroses », « l’évolution des instincts », « la métapsychologie » et les possibilités d’« applications à la vie psychique normale » (ibid.). Chacun de ces points donne lieu à un court développement ; Pichon, tout en laissant à Freud une place prépondérante, n’hésite pas à y signaler son propre appareil conceptuel : il y est donc par exemple question, à côté du « soi » de Léon Daudet, de « pulsorium », « actorium » et « coactorium ». De même, il consacre quelques lignes aux « apports de l’école française », citant pour l’occasion les noms de René Laforgue, M. et Mme Codet et Pierre Janet. Il réaffirme alors son désir de conciliation entre les travaux de ce dernier et ceux de Freud :

[…] on en a perçu les grandes similitudes et l’on a vu que, dans les descriptions cliniques du psychologue français, dans ses interprétations si justes des faits morbides par la chute de la tension psychologique, les données psychanalytiques venaient s’insérer pour permettre une explication plus complète. (p. 8.10-2)

  • 63 Voir Jones (1975, p. 244). Néanmoins, Pichon (1938g, p. 449) classe Janet parmi les « auteurs étran (...)

138Ignorant donc l’hostilité dont Freud fait ouvertement preuve à l’égard de Janet63, Pichon maintient « la balance égale entre Janet et Freud » (Carroy, Ohayon et Plas, 2006, p. 172), une « position diplomatique » (ibid., p. 170) dont il fait déjà preuve dans un article de 1929, « A perçu historique du mouvement psychanalytique français », qu’il rédige avec Hesnard :

Les conclusions de ce dernier rapport [celui de Janet au congrès international de médecine de Londres en 1913] méritent d’être rapportées ici, tant à cause de la personnalité de l’auteur qu’à cause de la manière réservée dont celui-ci traduisait son opinion personnelle sur une méthode psychologique [la psychanalyse] qu’il ne connaissait encore qu’imparfaitement, et dans laquelle il ne pouvait voir à cette époque qu’une simple application de sa méthode personnelle et classique de l’analyse psychologique […]. (Hesnard et Pichon, 1929, p. 107-108)

  • 64 Ce texte de Janet est clairement hostile à Freud : « […] cet auteur a essayé de transformer d’une m (...)

139Janet conclut en effet que, si l’on veut bien faire exception des « exagérations et illusions qui déparent la psycho-analyse », on doit avouer que « la psycho-analyse a rendu de grands services à l’analyse psychologique » (p. 108)64. La psychanalyse est donc dans ce texte renvoyée à un statut ancillaire : Hesnard et Pichon mettent ces propos sur le compte d’un manque de recul. Leur article paraît dans la Revue de psychologie concrète de Politzer. Ce dernier fustige le souci qu’ont eu les auteurs de ménager les susceptibilités des uns et des autres, au détriment du débat scientifique. En effet, il précise dans une « Note préliminaire » :

[…] la collaboration que la Société Française de Psychanalyse a bien voulu nous accorder n’implique de sa part en aucune manière l’acceptation préalable des positions qui nous sont propres, ni de notre part une renonciation aux critiques assez graves que nous avons à formuler sur le mouvement psychanalytique français. (Politzer, 1929, p. 103)

  • 65 C’est notamment l’influence de la pensée bergsonienne, dont Pichon se réclame, avec les psychanalys (...)

140Les deux auteurs, chargés de présenter la psychanalyse à un public sceptique65, ont donc, selon Politzer, manqué leur chance de convaincre :

Les auteurs n’ont donné de la résistance à la psychanalyse qu’une description extérieure. Ils n’ont pas profité de l’occasion qui leur était offerte pour faire l’analyse d’un mouvement particulièrement caractéristique et révélateur de mouvement scientifique français. Ils n’ont pas approfondi non plus le cas Freud-Janet dont l’examen aurait pu révéler les détails intimes de l’organisation intérieure de la psychologie et de la psychiatrie françaises, la manière dont les éléments purement personnels pèsent sur l’activité proprement scientifique, en même temps que les prétentions monarchiques de Pierre Janet, ratifiées par tout un système de consentements, d’accords tacites, etc. Et ainsi de suite, jusqu’au cas de Mme Sokolnicka, qui, indépendamment du fait qu’elle a failli discréditer la psychanalyse en France à tout jamais, est aujourd’hui un fardeau plutôt qu’autre chose pour le mouvement psychanalytique français. La fin de l’article confirme ensuite ce que nous avons dit : les psychanalystes français sont plus préoccupés de trouver, coûte que coûte, des adeptes de la psychanalyse plutôt que de la faire progresser. (Ibid., p. 104)

  • 66 Gide s’inspire de Sokolnicka pour son personnage de Mme Sophronicka dans Les Faux Monnayeurs : elle (...)

141Deux des personnalités ici mises en cause sont des proches de Pichon : Janet, rappelons-le, est son beau-père, Sokolnicka66 est son analyste et habite un appartement qui lui appartient ; toujours respectueux à l’égard de cette dernière, Pichon ne l’exempte cependant pas de tout reproche :

Elle crut bien faire en utilisant ses relations personnelles dans le monde littéraire parisien pour répandre les idées psychanalytiques. (Hesnard et Pichon, 1929, p. 110)

  • 67 Les comptes rendus que Piéron fait par la suite des articles de Pichon font montre d’une réelle adm (...)

142Piéron67, dans le compte rendu qu’il fait de l’article pour sa revue LAnnee psychologique, traduit ainsi ce passage :

Les auteurs distinguent une période d’invasion et de résistance entre 1913 et 1920, une période de diffusion littéraire et mondaine (1921-1923) commençant avec l’arrivée à Paris d’une psychanalyste propagandiste, disciple directe de Freud, Mme Sokolnicka […]. (Piéron, 1929, p. 235)

143En effet, lorsque Hesnard et Pichon (1929, p. 110) affirment que Sokolnicka arrive à Paris avec « la recommandation de Freud lui-même », ils donnent une version simplifiée de l’histoire. Quand Ferenczi demande à Freud de recommander Sokolnicka auprès de son traducteur à Paris, Samuel Jankélévitch, celui-ci répond :

Entre parenthèses, lui [Otto Rank] comme moi ne l’aimons pas, alors que vous avez certainement « un faible » [en français dans le texte] pour cette horrible personne. (Lettre de Freud à Ferenczi du 16 janvier 1921, citée par Ohayon, 2006, p. 64-65)

144Pour autant, Freud soutiendra Sokolnicka « lorsqu’elle sera en difficulté auprès du corps médical français » (ibid., p. 65). Pichon et Hesnard pensent sans doute tirer leur épingle du jeu en évitant la description de jeux d’alliance et de positions officielles qui sont, ce qui n’a rien d’étonnant, complexes et à géométrie variable. L’article de 1929 est, donc, il est vrai, consensuel. En d’autres occasions, Pichon se révèle cependant plus tranchant :

En 1894, tandis que M. Janet se servait de l’hypnose seulement comme moyen de trouver l’idée fixe subconsciente, mais avait ensuite une attitude thérapeutique active, M. Freud n’employait que la méthode cathartique : l’hypnotisme lui servait donc et pour le diagnostic et pour la thérapeutique. Bientôt, il abandonna tout à fait l’hypnose, et ne se servit plus que de la suggestion à l’état de veille. Il découvrit alors le refoulement. M. Pierre Janet était, sur ce terrain, définitivement dépassé. (Pichon, 1936, p. 570)

  • 68 Le jeune psychiatre Lacan doit également assigner des places à ces deux pôles. Voir Carroy, Ohayon (...)

145Le débat Freud-Janet renvoie donc plus largement à « l’impossible rencontre » (Ohayon, 2006) de deux disciplines, la psychanalyse et la psychologie68. Ainsi, l’article que Pichon écrit pour le tome VIII de l’Encyclopédie française signale d’emblée la distinction à faire entre « méthode » et « doctrine » psychanalytiques :

On donne le nom de psychanalyse d’une part à une méthode thérapeutique contre les maladies mentales, les névroses surtout, d’autre part à une doctrine psychologique dont l’exercice de cette méthode a, par les enseignements qu’il apportait, suscité la construction progressive. La méthode dans toute sa perfection, la doctrine pour sa plus grande partie sont l’œuvre d’un seul homme : Sigismond Freud. (Pichon, 1938j, p. 8.08-16)

  • 69 Cette distinction doctrine vs méthode ne vaut pas que pour Freud. Voir par exemple Pichon (1938i, p (...)

146Puisque la clinique prévaut, Pichon ne voit pas d’incohérence à mêler des méthodes aux fondements théoriques divergents. D’ailleurs, il reprend souvent l’idée que la « doctrine » freudienne est sur certains points contradictoire, excessive, et constitue l’objet de critiques légitimes69. Par exemple, dans « Sur la marche ascendante de la connaissance » :

Présentement, la méthode psychologique qui certainement va le plus loin, c’est la psychanalyse. En dépit du scientisme théorique et démodé qu’il affiche dans ses considérations générales, M. Freud, emporté par son génie, a doué la psychologie d’une méthode aussi originale qu’admirable, qu’il s’est forgée au fur et à mesure de ses besoins et qu’à notre tour nous adaptons aux nôtres. Dans un livre récent, M. Dalbiez a lumineusement montré que, de quelque point de l’horizon philosophique que l’on vînt, l’on était bien obligé, dès que l’on avait consciencieusement étudié la question, de reconnaître la valeur des méthodes psychanalytiques, onirocritique comprise, sans d’ailleurs que cela impliquât l’adhésion complète à tous les articles de la doctrine du freudisme. (Pichon, 1936-1937, p. 289)

  • 70 Voir Pichon (1936d, p. 559) : « Cette réussite brillante, dont tous ceux qui s’intéressent à la psy (...)

147Faut-il, à l’instar de Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 172), attribuer au seul Dalbiez, auteur de La methode psychanalytique et la doctrine freudienne en 1936, la paternité de cette distinction ? Ce serait en effet « à tort » (ibid.) que Pichon, dans le compte rendu qu’il fait de l’ouvrage, se poserait en pionnier dans ce domaine70. Dalbiez lui-même se réfère pourtant à Pichon, citant un texte paru dans la Revue française de psychanalyse (Pichon, 1929c) :

Le mot de psychanalyse est malheureusement pris en un double sens, on l’emploie aussi bien pour la méthode que pour la doctrine. Il conviendrait comme l’a proposé Pichon, de réserver le terme de psychanalyse à la méthode et d’appeler freudisme le corps de doctrine. (Dalbiez, 1936, p. 68)

148S’il défend donc la méthode freudienne, Pichon ne se prive pas de bon nombre de reproches sévères quant aux implications philosophiques des choix théoriques du neurologue viennois. Un bon exemple de ces critiques est fourni par la lecture que Pichon fait de Totem et tabou :

Sur le terrain sociologique, les psychanalystes paraissent s’être embarqués, assez imprudemment aussi, derrière une école de sociologues qui voulaient qu’aucune civilisation humaine n’eût pu se constituer sans avoir passé à un moment par le système du totem et du tabou. Douter de ce dogme sociologique ne conduit nullement à rejeter les données cliniquement utiles du freudisme. (Pichon, 1932d, p. 11)

  • 71 Le texte de Freud Das Unbehagen in der Kultur (1930) est traduit par Charles Odier et son épouse et (...)
  • 72 Voir notamment Freud (1995).

149De la même manière, il récuse le Freud du Malaise dans la civilisation71, et les trois conférences de 1938, regroupées sous le titre A laise dans la civilisation, sont une riposte explicite. Le problème de la religion et de la morale est en effet une des pierres d’achoppement dans la relation entre Freud et Pichon. Là où Freud, marqué par un souci d’objectivation totale, voit dans le fait religieux une manifestation névrotique72, Pichon voit un problème philosophique sur lequel la clinique psychanalytique n’a rien à dire ou presque :

Pour ce qui est des origines psychologiques de la religion, vues dans le déterminisme scientifique, ce qu’en dit M. Freud est parfaitement vraisemblable. Mais l’aspect proprement philosophique du problème, il le néglige absolument, et le tient même pour puéril. Libre à lui. Il reste que pour nous, médecins, le fond de la question religieuse est pratiquement indépendant des notions psychanalytiques. Ce qui d’ailleurs ne veut pas dire que, dans les cas concrets, nous ne devions pas fouiller le domaine religieux comme tout autre domaine psychique de chacun de nos malades, pour en tirer tous éclaircissements nécessaires à la guérison. (Ibid., p. 10)

150Pichon ne remet donc pas en question l’efficacité de la psychanalyse en tant que technique thérapeutique, mais reproche à la théorie psychanalytique de conduire finalement à l’« effondrement » de « toute idée métaphysique » :

La religion n’échappe pas, pour les psychanalystes orthodoxes, à la primauté de la psychanalyse. Dieu est la plus haute figuration du père introjecté. Ceci su, il ne lui reste plus la moindre consistance réelle ; toute idée métaphysique s’effondre ; le freudisme orthodoxe est un matérialiste athée. (Ibid., p. 9)

151Or, ce matérialisme athée constitue une option épistémologique à laquelle Pichon refuse de se rendre. Il est au contraire attiré par le travail des catholiques néo-thomistes, ainsi que le montrent les deux extraits suivants, qui concernent respectivement Dwelshauvers et Dalbiez :

M. Dwelshauvers est un penseur catholique, et cette disposition d’esprit imprègne tout son ouvrage, qui a de ce fait l’avantage de nous montrer de quelle force de vie est plein ce mouvement néo-thomiste qui anime aujourd’hui certain milieu de jeunes catholiques français, et auquel M. Dwelshauvers semble adhérer. (Pichon, 1928c, p. 368)
[…] un représentant qualifié du mouvement néo-thomiste applique dans leur rigueur, mais avec beaucoup d’originalité personnelle, les conceptions doctrinales de cette école à l’étude de la psychanalyse et du freudisme. Il nous apprend ainsi à mieux connaître un des visages philosophiques du catholicisme d’aujourd’hui. (Pichon, 1936d, p. 588)

152En outre, Freud semble défendre une dimension universelle pour la psychanalyse, ce qui irrite particulièrement Pichon dès lors que la religion est en jeu :

Quant à la prétention qu’on puisse mettre une doctrine, si partisan qu’on en soit, au-dessus des intérêts du mode propre de civilisation auquel on appartient, elle fait sourire. Sous la plume de M. Freud, qui nous a montré l’importance légitime des facteurs affectifs dans la vie humaine, elle étonnerait, si l’on ne supposait pas que pour lui-même des facteurs personnels ont rendu négligeable un élément qui chez la plupart des hommes a une valeur si profondément nourricière. (Pichon, 1932d, p. 12)

153Pichon juge donc la position de Freud contradictoire : on ne peut montrer l’importance de certains « facteurs » sur le sujet pour en nier ensuite les effets. Ainsi, puisque le plus grand nombre est sensible à l’importance du religieux, Freud a tort de négliger ce fait et va à l’encontre de ses propres principes : il ne peut être qu’abusé par son athéisme personnel. On voit le renversement : Freud croit généraliser quand il ramène tout à son cas singulier, mais Pichon lui-même passe de la défense d’une civilisation singulière à l’universalisation de la religiosité.

  • 73 La prise de position de Pichon en faveur d’une clinique non exclusivement psychanalytique apparaît (...)

154Pichon défend une clinique d’inspiration psychanalytique certes, mais ouverte à d’autres pratiques psychothérapiques73, comme celle de Janet précisément :

[…] le médecin compétent qui dispose de l’outil psychanalytique peut très bien en graduer l’usage selon les nécessités cliniques.
Il peut par exemple être amené à instituer un traitement du type psychothérapique, plus ou moins à la Janet, en s’inspirant des connaissances que ses études freudiennes lui ont fait acquérir. […] M. Codet a rapporté les bons résultats qu’il avait obtenus chez les adultes par des traitements plus ou moins longs de « psychothérapie assise » [Appel note 2] qu’il avait menés à la lumière des notions freudiennes.
[Note 2] Par opposition au divan de la psychanalyse pure. (Ibid., p. 15)

155Pichon prend grand soin de ne pas se définir comme un freudien orthodoxe ; il plaide en faveur d’échanges théoriques et pratiques entre les différentes approches cliniques. En effet, ce qui rattache Pichon à la psychanalyse, c’est l’efficacité thérapeutique de la pratique :

[…] j’avoue ici qu’encore en 1921, j’avais vis-à-vis de la psychanalyse une attitude de défiance et d’ironie. […] On m’aurait alors bien étonné si l’on m’avait dit qu’en 1926 je figurerais dans la phalange des défenseurs et panégyristes de la psychanalyse. Or, comment cette évolution s’est-elle fait dans mon esprit ? Par la clinique […]. (Pichon, 1927a, p. 217-218)

156Dans le compte rendu qu’il rédige de l’ouvrage de Dalbiez (« notre philosophe de Rennes » dans l’extrait ci-dessous), il pose une distinction théorique d’importance entre Janet et Freud :

Sur le terrain de la psychogenèse des névroses, les doctrines de Freud vont évidemment se confronter avec la doctrine janétienne de la psychasthénie. M. Dalbiez en souligne nettement le contraste. « Les explications de Janet », nous dit-il (p. 304), « sont centrées sur l’idée purement négative de déficience, celle de Freud sur l’idée positive de conflit » (p. 304). Or, notre philosophe de Rennes craint que le point de vue janétien du déficit ne nous ramène finalement à l’idée d’une cause organique nécessaire, c’est-à-dire au matérialisme mécanistique, tandis que le point de vue freudien, si original, de conflit et de refoulement n’implique en lui-même d’autre étiologie que psychogène. Ce qui, ajouté-je, pourrait bien être vrai, mais serait piquant, puisque c’est M. Freud qui reste obstinément rivé au matérialisme mécanistique style 1880, bien que ses géniales découvertes donnent essor à bien d’autres spéculations, tandis que c’est M. Pierre Janet, infiniment plus philosophe, et d’esprit toujours étonnamment vert, qui, en maints endroits, a prédit dans ces dernières années que ce scientisme était à bout de course, et que d’autres modes de pensée auraient leur tour : ils l’ont déjà. (Pichon, 1936d, p. 569-570)

  • 74 Voir Canguilhem (2003, p. 18-31).
  • 75 Pichon (1932d, p. 19) signale notamment que le rêve n’est pas l’expression d’un désir mais d’un con (...)
  • 76 Il faut ici noter que Pichon analyse, sans pour autant s’y joindre, la dissidence jungienne comme u (...)

157Ainsi, quand Janet analyse toute pathologie en termes de déficit, se rattachant par là aux modèles médicaux élaborés par Broussais par exemple74, Freud conçoit la genèse de la névrose comme un conflit : on le voit, le problème d’une normalité éventuelle se pose fort différemment dans les deux cas. Le point commun réside dans une vision économique des processus psychiques, mais le déficit janétien, explicité par le terme psychasthenie, ne rend pas compte de l’existence possible de forces psychiques contraires75. C’est que Janet est avant tout un psychologue de la conscience : il n’utilise d’ailleurs que le terme de subconscient. On perçoit nettement la différence avec le postulat freudien de l’inconscient, qui donne à ce dernier une existence propre, non le statut de conscience défaillante. Le point le plus intéressant de la discussion de Pichon reste la complexité de son point de vue propre : réticent à céder à la psychasthenie la place de la théorie la plus valable, il n’en dénonce pas moins le « matérialisme mécanistique » auquel aboutirait paradoxalement l’étiologie purement psychique posée par Freud76. L’articulation entre « psychogène » et « organique » est donc au cœur du problème. Or, ce point constitue précisément la difficulté pour Pichon, dans la mesure où, en tant que médecin, il a une vision de l’organique autre que le psychologue. Dès lors, c’est la question de la clinique psychanalytique qui se pose : un non-médecin est-il à même de traiter une pathologie dont il ne sait pas si elle est de nature psychique ou organique ?

158Un des points de désaccord majeurs entre Pichon et Freud est dès lors constitué par la question de l’analyse profane. Freud prend avec véhémence parti pour cette pratique, mais Pichon s’insurge contre une telle idée, outré de voir le savoir médical assimilé à une tare :

Les psychanalystes vraiment soucieux d’orthodoxie freudienne […] tiennent que pour être psychanalyste, il est inutile d’être médecin. La psychanalyse à leurs yeux se suffit à elle-même ; pour un peu, on irait même jusqu’à dire que les connaissances médicales et le sot orgueil professionnel qu’engendre la possession du diplôme de médecin sont plutôt un obstacle pour la formation d’un bon psychanalyste. (Pichon, 1932d, p. 9)

159Il met ainsi en garde, rappelant l’importance de l’organique dans les pathologies rencontrées par le psychanalyste :

L’exercice de la psychanalyse par les non-médecins offre évidemment les plus grands dangers. C’est notre art médical qui nous a habitués à savoir nous adapter sans rigidité à des circonstances concrètes, à savoir employer simultanément et convergemment des méthodes thérapeutiques diverses ; c’est lui aussi qui peut nous garder de nous acharner à soigner psychanalytiquement les symptômes d’une affection somatique irréductible par une pareille voie. (Ibid., p. 12)

160Ici, comme souvent chez Pichon, est martelé l’intérêt de la méthode convergente, à savoir la nécessaire complémentarité de disciplines ayant le même objet : en l’occurrence, cure psychanalytique, psychothérapie et médecine sont appelées à être mises en œuvre « simultanément et convergemment » pour traiter le cas proposé. Ainsi, on l’a dit, Pichon, dans la brochure bibliographique qu’il publie en 1933, classe ses articles psychanalytiques dans ses travaux médicaux, ce qui constitue un indice clair de l’assimilation de sa clinique psychanalytique, et partant de ses réflexions théoriques à ce sujet, à son statut de médecin. Cette prise de position contre l’exercice de la psychanalyse par les non-médecins est un prolongement de l’idée que se fait Pichon de l’impossibilité d’une distinction entre « organique » et « psychogène ». Les liens qui unissent l’un à l’autre ne pouvant être appréhendés – « Connaître quels rapports existent entre le psychique et l’organique, ce serait avoir résolu le problème métaphysique », signale Pichon (1927b, p. 20) –, « [l’] investigation somatique et l’investigation psychologique doivent […] être considérées comme parallèles » (ibid.). L’hostilité de Pichon à la psychanalyse profane part donc d’une hypothèse forte : l’indétermination attachée à la distinction entre organique et psychogène exigerait du psychanalyste qu’il connaisse suffisamment ces deux domaines pour ne rien manquer de leurs influences respectives. Il est possible de pousser plus loin cette logique :

Rien ne nous empêcherait de concevoir le psychisme (y compris le conscient et tous les éléments de l’inconscient) comme le grand régulateur, voire l’agent véritable de notre vie cellulaire, et de présenter par conséquent la lésion comme trace matérielle d’un trouble psychique véritablement causal ; mais ce serait là une pure hypothèse substituée à celle sur laquelle nous avons l’habitude de vivre. (Ibid., p. 21)

  • 77 Cet affrontement reste évidemment d’actualité : on a vu récemment des associations de parents d’enf (...)

161Pichon remet ainsi en question les évidences méthodologiques qui sont celles de ses contemporains ; la solution traditionnellement adoptée relève de la simple habitude : « Classiquement, on donne toujours le pas à la lésion, mais cette manière de voir est une habitude, et rien d’autre » (ibid., p. 20). Toujours prompt à dénoncer les dangers d’une approche biologisante qui néglige le psychisme, Pichon se plaît ici à donner, ne serait-ce que de façon hypothétique, une place première au psychisme dans l’étiologie des troubles somatiques. On pouvait attendre de Pichon qu’il soit, en tant que médecin, un défenseur de la biologisation des processus de pensée et de langage : il n’en est rien, puisqu’il fustige à plusieurs reprises l’illusion scientiste d’une localisation du centre du langage et le refus de l’introspection comme méthode scientifique. Pour Pichon donc, l’état des connaissances est tel que l’observateur ne peut raisonnablement trancher en faveur d’un point de vue plutôt que d’un autre77. La nécessité d’une multiplicité des points de vue est dès lors une évidence :

Les spécialistes de telle ou telle discipline ont trop souvent tendance à croire que la face par laquelle un problème apparaît à leur mode particulier d’investigation est la seule face dudit problème. Or, les grandes questions intéressant l’homme peuvent toujours être abordées par maints côtés ; et ce n’est, me semble-t-il, qu’au prix de la convergence de toutes les méthodes possibles et imaginables que nous pouvons espérer arriver à recréer en nous, par une synthèse intuitive à laquelle les éléments rationnels divers prêteront des matériaux indispensables, une figure point trop caricaturale de la vérité. (Pichon, 1928a, p. 136)

162Le lieu de l’élaboration de la théorie est ici déterminé par Pichon dans un cadre qu’on reconnaît comme introspectif : c’est « en nous » que se construit « une figure point trop caricaturale de la vérité ». Cette intériorité des processus intellectuels lie irrémédiablement un individu à une théorie, c’est-à-dire à une somme de points de vue. La formule « synthèse intuitive » renvoie en effet à l’introspection comme pilier de la démarche scientifique. La figure du chercheur est donc au centre du processus puisque c’est en dernière analyse sur lui que repose tout entière la réussite de l’investigation.

163La méthode convergente suppose ainsi la définition a priori d’un objet d’étude commun aux méthodes mises en jeu. Dès lors, on doit se demander s’il s’agit bien d’un objet unique, qui serait envisagé sous différentes facettes. Le problème majeur posé par cette idée de convergence des méthodes est donc celui de la constitution de l’objet théorique ; la position de Pichon ne se comprend que dans un cadre où la seule relativité reconnue est celle du point de vue et non de l’objet en soi :

La réalité, c’est qu’il existe deux méthodes scientifiques très légitimement employables, l’anatomo-physio-clinique d’une part, la psycho-clinique de l’autre, et que nous n’avons pas le droit d’exclure l’une ou l’autre d’entre elles de l’étude d’une maladie quelconque, quelque caractère que nous soyons a priori tentés d’attribuer à cette maladie. C’est en ce sens qu’il faut proclamer que, pour un chercheur qui veut s’en tenir à la véritable probité scientifique, il n’y a pas de distinction possible des maladies ni des syndromes en organiques et psychogènes. (Pichon, 1927b, p. 20-21)

164C’est bien l’indécidabilité de la nature de l’objet en tant qu’il est étudié qui commande la diversité des méthodes. Pichon est très clair sur ce point ; il critique durement Laforgue, auquel il reproche précisément d’avoir confondu relativité du réel et relativité du point de vue sur le réel :

Relativité de la réalité : dès le titre de l’ouvrage, nous trouvons l’équivoque installée. Admettre que la réalité, en tant que telle, n’a pas d’existence absolue, cela ne peut conduire qu’au solipsisme : moi seul existe ; le monde extérieur, y compris vous-mêmes, êtes les enfants de mon illusion. Or, ce n’est pas là du tout la position de M. Laforgue : force alors lui est bien d’admettre que l’objet de la connaissance existe réellement, indépendamment du sujet connaissant ; dès lors, quand il dit « relativité de la réalité », il faut entendre : relativité des conceptions que le sujet se fait de la réalité [Appel note 2] : c’est tout différent, et certes il aurait beaucoup mieux valu intituler le livre : « Relativité de nos conceptions du monde », ou « Relativité de la connaissance ».
[Note 2] C’est ce qui ressort bien du passage : « Les schizophrènes conçoivent le monde autrement que nous : notre réalité n’est pas la leur » (RR, pp. 46). Le dernier membre de cette phrase ne fait qu’énoncer d’une façon inexacte, et périlleuse pour l’esprit, ce que le premier disait très clairement. (Pichon, 1938i, p. 670)

165On voit donc que la convergence des méthodes, dans la stabilité en soi de l’objet qu’elle suppose, constitue la synthèse de points de vue multiples ; la reconstitution partielle de l’objet à laquelle elle atteint n’est aucunement une remise en cause de la totalité, sans doute indescriptible, de celui-ci :

D’abord, il est absurde de dire qu’il y ait plusieurs réalités. Il y a seulement, comme je l’ai expliqué au début du présent travail, des conceptions différentes de la réalité par divers esprits et c’est à ces conceptions que la notion de relativité peut s’appliquer. Il y a même, et c’est ce que M. Laforgue ne paraît pas voir nettement, plusieurs envisagements possibles de la réalité par un même esprit lucide et mobile. (Ibid., p. 684)

166Tels sont les principes que Pichon applique à la grammaire, en faisant, au sein de la nécessaire convergence des méthodes, une place de choix à la methode ascendante en linguistique. L’objet d’étude défini en ce cas est un état de langue en synchronie, abordé d’un point de vue empirique.

Une approche sémasiologique : la « méthode ascendante »

Synchronie, diachronie et prise en compte de la variation

  • 78 « Force nous est de penser par conséquent, à moins d’admettre une intervention surnaturelle, que le (...)

167Soutet (1982-1983) voit dans l’Essai de grammaire de la langue française la mise en œuvre d’une « triple diachronie » (p. 94 et suivantes) : le « temps des genèses », qui renvoie à l’origine du langage d’une part, et à la « fixation de la personne » sur le plan ontogénique d’autre part ; le « temps des structurations », qui correspond à la formation des catégories dans la langue ; et le temps de « l’évolution propre de chaque langue ». Les deux derniers points de cette analyse se confondent plus ou moins : les « structurations » restent contemporaines de « l’évolution propre de chaque langue » dans la mesure où il s’agit du mécanisme de différenciation des idées en taxièmes et sémièmes : si la première catégorie, qui correspond aux idées grammaticales, reste, pour Damourette et Pichon, relativement stable, la seconde, comme le prouve la possibilité permanente de création lexicale, est un mouvement perpétuel. Quant au « temps des genèses », il paraît effectivement intéressant à relever, dans la mesure où Damourette et Pichon mettent en parallèle ontogenèse et phylogenèse : ainsi, leur reprise de la thèse du cri comme origine du langage est parallèle au tableau qu’ils dressent de l’acquisition du langage par l’enfant. En effet, la naissance du langage serait motivée, sur le plan phylogénique, par la nécessité de l’expression de l’émotivité78, quand la « fonction appétitive du langage », c’est-à-dire le désir de parler, serait la condition sine qua non de l’acquisition du langage.

168Ces trois aspects de la diachronie relevés par Soutet renverraient à deux aspects méthodologiques : « l’histoire comme témoignage (fonction exemplifiante) » et « l’histoire et le principe de rationalité (fonction heuristique) ». Il est dans ce cadre nécessaire de décrire l’utilisation faite par Damourette et Pichon des données historiques.

169Selon le compte rendu que Wagner fait de la Syntaxe des Le Bidois en 1939, le recours à des exemples tirés de sources littéraires non limitées aux auteurs classiques est un trait caractéristique de la grammaire de Damourette et Pichon :

Le but que se sont proposés MM. G. et R. Le Bidois est clairement défini par leur titre. Ils s’occupent de la langue moderne et leur choix d’exemples qui va de M. L. F. Céline au plus classique de nos académiciens prouve assez que nul préjugé ne limite l’enquête qu’ils ont conduite. Cependant, toutes les fois que la chose est possible, ils aiment à justifier les tours et les constructions du français contemporain par un recours au français de Boileau, de Racine et de Bossuet et montrent ainsi leur continuité. Cette façon de faire est légitime et commode ; on se souvient que MM. Damourette et Pichon la pratiquent constamment et nous ne serions pas étonné que leur méthode ait ici servi de modèle à nos auteurs. (Wagner, 1939, p. 176)

170La méthode qu’il décrit consiste donc en deux étapes : d’abord un recueil de données contemporaines variées, puis un rapprochement avec des données plus anciennes, donc tirées principalement de textes littéraires, qui permet de montrer la continuité des tours dans le temps. Damourette soutient en effet l’idée – qu’il développe en particulier dans son article « Unité historique de la langue française » (1939j) – d’une permanence d’un certain nombre de structures, en quantité suffisante et de nature telle qu’elles assurent l’identité de la langue française. L’ensemble du projet de l’Essai de grammaire de la langue française requiert une telle vision de la langue. Les données diachroniques n’ont de pertinence que dans la mesure où on suppose une permanence d’une sorte d’inconscient linguistique national, commun à tous les Français, et que le grammairien révèle :

[…] le principal travail du grammairien est d’amener à la conscience les notions directrices d’après lesquelles une nation ordonne et règle inconsciemment sa pensée. (I, § 5, p. 11)

  • 79 On peut rapprocher cette idée de la définition de la nation par Maurras : « [La France] n’est certa (...)

171Cet inconscient linguistique, est la partie taxiématique du français qui, selon Damourette existe depuis longtemps : or, c’est précisément cette constitution précoce de l’essentiel du genie de la langue, de ce qui la définit en propre, qui permet une quelconque comparaison entre des états de langue éloignés dans le temps79. Damourette et Pichon précisent pourtant à plusieurs reprises que leur travail ne porte que sur des données qui leur sont contemporaines :

Le facteur temps nous intéresse moins directement que les autres. […] Aussi avons-nous décidé de prendre pour sujet de notre Essai la tranche temporelle de la langue française qui s’étend de 1911 jusqu’aujourd’hui. (I, § 31, p. 43)

  • 80 Les positions de ces deux auteurs ne sont pas évoquées sans critique : Meyer-Lübke est en particuli (...)
  • 81 Par ailleurs, on verra que l’ouvrage La pensée et la langue fait l’objet d’une utilisation tout à f (...)

172Néanmoins, il est à noter que les deux ouvrages les plus cités dans l’Essai de grammaire de la langue française sont la Grammaire historique de la langue française de Nyrop, qui est citée dans 73 des 3 164 paragraphes que compte l’Essai de grammaire de la langue française, et la Grammaire des langues romanes de Meyer-Lübke (54 paragraphes)80. On peut également signaler les nombreux renvois aux travaux de Ferdinand Brunot81 : l’Histoire de la langue française, qui constitue un fragment de l’Histoire de la littérature française de Petit de Julleville (21 paragraphes), et le Précis de grammaire historique de la langue française écrit avec Charles Bruneau (20 paragraphes). On peut également mentionner la Petite syntaxe de lancien Français de Lucien Foulet (17 paragraphes), les Éléments de linguistique romane de Bourciez (16 paragraphes), le Traite de formation de la langue française (9 paragraphes) et le Cours de grammaire historique de la langue française (7 paragraphes) de Darmesteter. Dès lors, la présence non négligeable d’exemples anciens dans l’Essai de grammaire de la langue française amène à s’interroger sur la nature synchronique de cette grammaire.

173Soutet montre, avec l’exemple du traitement de si, comment les données historiques passent du statut d’exemple au statut d’explication :

  • 82 Voir VI, § 2160, p. 72.

Après avoir souligné sa polysémie et sa polyfonctionnalité, [Damourette et Pichon] posent le problème de l’éventuelle unité de si. Mais, plutôt que d’essayer de déduire d’une des valeurs de si les autres, ils tirent parti
– de l’étymologie latine, qui permet de reconnaître qu’« [e]n réalité si et sic sont toujours restés très proches l’un de l’autre et [qu’]il était naturel qu’ils confluassent dès qu’en roman ils devenaient tous deux si par chute du c final de sic »82
– et surtout de la concurrence d’époque médiévale entre se et si, qui se solde par l’élimination de se sauf sous la forme élidée s au bénéfice de si, la victoire d’un signe unique étant diachroniquement le signe d’une « signification » souterraine commune, en termes guillaumiens d’un signifié de langue unique. (Soutet, 1982- 1983, p. 100-101)

174La recherche de l’unité sémantique de si est cohérente avec l’approche séma-siologique de Damourette et Pichon : or, c’est bien ici le recours à la diachronie, et non l’analyse d’exemples contemporains des grammairiens, qui fonctionne comme une explication. On voit donc que la perspective synchronique de l’Essai de grammaire de la langue française souffre quelques exceptions. Ainsi, la méthode historique est diversement évaluée par Damourette et Pichon ; elle n’est que « d’un faible secours » pour la recherche de l’origine du langage :

[…] aussi loin que nous plongions dans le passé, nous trouvons du langage et toujours du langage. La grammaire comparée elle-même n’a pu dégager que quelques grandes notions, mais vagues et indécises. De sorte que ces disciplines n’ont guère eu pour résultat utile que de nous faire apercevoir l’extraordinaire antiquité du matériel linguistique que nous employons. (I, § 46, p. 67)

175Elle présente cependant l’intérêt d’« entrer dans le détail des faits » (I, § 306, p. 361) : le détail est ici celui des variations diachroniques ; la méthode historique restitue donc les faits, c’est-à-dire la constitution de l’état de langue en synchronie. Elle est opposée par Damourette et Pichon à la méthode analytique. C’est la notion de genre grammatical sexuisemblance dans la terminologie de l’Essai de grammaire de la langue française – qui donne à Damourette et Pichon l’occasion de préciser cette opposition :

Certes, il est tout à fait légitime pour un historien de la langue française de tâcher d’exposer tous les faits d’un point de vue historique. Les romanistes comme M. Nyrop prennent pour point de départ fixe le latin. Mais partir du latin est, en l’espèce, se placer à une époque bien commode pour donner de la sexuisemblance française une explication historique sans pourtant résoudre ni même aborder le véritable problème psychologique que pose le « genre » tant en latin qu’en français.
Nous saisissons ici la première occasion que nous avons de montrer l’insuffisance de la méthode historique. Précieuse dans bien des cas, elle est pourtant impuissante à tout expliquer, et n’est pas fondée à prétendre absorber toute la linguistique. En effet, choisir une époque donnée comme origine des temps est toujours chose arbitraire. Et si les faits de cette époque, au-delà de laquelle les documents historiques ne permettent souvent pas de remonter, ne nous donnent pas 1a solution d’un problème, ce n’est pas ailleurs que dans le langage vivant de maintenant, au milieu du psychisme duquel nous nous mouvons, qu’il faut rechercher, par une méthode analytique, des éclaircissements complémentaires. Rappelons-nous d’ailleurs, qu’il n’a pas suffi au français d’avoir reçu du latin le genre, mais qu’il lui a fallu de plus, et cela exige un bien plus grand effort, le conserver et le transformer pour en faire, par l’élimination du neutre, le répartitoire actuel de sexuisemblance. (I, § 305, p. 360)

176On voit que cet exemple est à placer sur un plan différent de celui de si ; Damourette et Pichon renvoient ici l’approche historique au caractère arbitraire de son terminus a quo, et, partant délibérément du postulat que le genre grammatical en français contemporain ne recoupe aucunement les trois valeurs latines de cette dimension (masculin, féminin, neutre), ils donnent toute valeur heuristique aux données contemporaines, ou tout du moins françaises, ainsi que le montre l’exemple suivant :

Mais il nous apparaît dès l’abord sous la forme de la loi grammaticale bien connue : le masculin l’emporte sur le féminin […]. Il est aisé d’apporter de nombreux exemples de cette règle : pour les bonnes sentences, propos et dilz naturelz et moraulx qui dedans sont mis et insérez (Clément Marot. Préface du Roman de la Rose, édition de 1527. apud l’édition Méon, t. I, p. 40). (I, § 309, p. 368)

177À la suite de Marot, vient un exemple de Diderot ; on le voit, la tension entre synchronie et diachronie qui se joue dans l’Essai de grammaire de la langue française est complexe à décrire dans la mesure où ce qu’on a appelé jusqu’à présent données historiques correspond, selon les contextes :

  • à des données de nature étymologique (latin, germanique, etc.). En ce sens, il s’agit de la préhistoire de la langue : le détail de ses sources peut ainsi documenter l’analyse synchronique (comme dans le cas de si vu précédemment).

  • à des données antérieures à l’état de langue contemporain de Damourette et Pichon. En ce cas, ce qui prévaut n’est non pas le caractère ancien de ces données, mais au contraire leur identité française. Elles appartiennent à un état de langue plus ancien, mais cet état de langue est un état de la langue française déjà pleinement constituée, du moins pour l’essentiel.

178On retrouve ces deux aspects dans la précision que Damourette et Pichon apportent au sujet des termes francigene et latinigene :

Nous plaçant exclusivement au point de vue de la grammaire française, nous appelons francigènes les formations étrangères au latin et se montrant dans la langue française, sans nous astreindre toujours (ce qui serait de la grammaire comparée) à examiner si on en trouve d’analogues dans les langues voisines plus ou moins apparentées à la nôtre. Francigène s’oppose simplement à latinigène, terme qui s’applique à ce que le français a hérité du latin. (I, § 95, p. 109, note 2)

179La distinction opérée ici recoupe le partage ci-dessus détaillé entre données étymologiques et données pour ainsi dire françaises : Damourette et Pichon regroupent sous la même étiquette, francigene, les influences qui ne sont pas latines, et qui signalent déjà la constitution, en propre, de l’idiome français. Dès lors, force est de constater que Damourette et Pichon raisonnent comme si la langue française, déjà constituée et indépendante de la latine, était descriptible pour elle-même et par elle-même. Le mouvement de différenciation avec le latin est donc l’acte fondateur du français. Partant de ce principe, toute donnée appartenant à un état même très ancien du français est avant tout considérée pour son caractère français et non latin : c’est en ce sens que Damourette et Pichon peuvent assurer ne pas avoir recours à la méthode historique tout en examinant des données qui relèvent de la diachronie. Cette position complexe est suggérée par le passage suivant :

Nous nous plaçons essentiellement au point de vue de la linguistique synchronique. C’est dire que nous allons, d’abord et surtout, faire l’inventaire des tours que possède en effet la langue française d’aujourd’hui. Certes, dans les laisses d’exemples qui nous serviront de témoins pour chacun de ces tours, nous ferons figurer des exemples anciens, mais nous ne les y alléguerons qu’en tant que représentants formels d’un tour continuement représenté depuis leur époque jusqu’à la nôtre comprise.
C’est seulement après avoir terminé cet inventaire et interprété ces résultats dans le sentiment linguistique de la langue française d’aujourd’hui que nous jetterons un rapide coup d’œil sur l’évolution historique, tant spontanée que culturelle, qui a abouti à l’acquisition de ces richesses. (I, § 1061, p. 516)

180Ainsi, les données historiques sont en fait des tours que Damourette et Pichon considèrent comme inchangés dans l’usage qui leur est contemporain : on retrouve bien cette idée de données françaises avant tout. Cette affirmation pose évidemment des difficultés, dans la mesure où elle postule une certaine stabilité de la langue malgré son évolution. Yvon résume ainsi, dans son compte rendu du 1950 :

De ses lectures J. Damourette avait tiré la conviction que dans ses grandes lignes la syntaxe française a subi peu de changement depuis les premiers textes. Sortie de deux périodes de bilinguisme dont la première a été de beaucoup la plus importante elle a pris une forme à laquelle l’action d’une trentaine de générations n’a pas apporté de modifications essentielles. C’est pour illustrer cette conviction qu’il a publié dans le Français moderne une analyse linguistique détaillée d’un texte de P. Claudel [Damourette, 1942] ; il y a montré que tous les moyens d’expression employés dans ce texte existaient déjà dans les textes les plus anciens. Il est possible que des lecteurs non prévenus n’aient pas aperçu l’intérêt de cette analyse. (Yvon, 1950, p. 303-304)

181La méthode historique n’est donc pas, ainsi que l’affirment Damourette et Pichon, au cœur de leur démarche. Le rôle des « exemples anciens » tirés des grammaires historiques paraît donc être de conforter l’idée d’une permanence à travers les âges, et donc d’une cohérence innée, de la langue française. L’esprit Français, le génie national est de ce point de vue l’élément atemporel qui assure la pérennité des structures linguistiques, ce qui par ailleurs correspond exactement à la signification étymologique du terme génie (Joseph, 2004, p. 45). On se trouve donc face à l’utilisation de l’idée humboldtienne d’une identité linguistique constituée dès l’origine. De ce point de vue essentialiste, la langue est une, ce qui annule finalement la temporalité : l’évolution de la langue, si elle est reconnue, reste sans influence sur ce génie fantasmé qui constituerait le cœur même de l’identité linguistique des locuteurs.

182De ce point de vue, les années 1920-1930, qui voient l’essentiel de la rédaction de l’Essai de grammaire de la langue française, marquent une étape importante dans la construction des liens étroits entre langue française et identité nationale. Le Français national comme élément fédérateur au sortir de la Révolution française apparaissait principalement comme la négation des langues régionales (vues comme des « patois »), comme en témoigne le célèbre Rapport sur la nécessite et les moyens danéantir les patois et duniversaliser lusage de la langue française de l’abbé Grégoire. En revanche, si l’on comprend bien Damourette et Pichon, il ne s’agit plus vraiment pour eux de mettre en avant l’homogénéisation de l’identité nationale, mais plutôt de défendre la langue française et la nation qu’elle représente contre des ennemis extérieurs, étrangers – ceux-là mêmes que Maurras identifie et entend combattre. Dès lors, la complexité extrême de la conceptualisation de l’identité linguistique nationale française, sur cette courte période de l’histoire qui va de la Révolution à l’entre-deux-guerres, apparaît pleinement. La discipline linguistique, dans ses manifestations multiples et finalement relativement indépendantes les unes des autres (grammaire scolaire, grammaire comparée, dialectologie par exemple), rend en fait compte de cette histoire étroitement dépendante du contexte sociopolitique. C’est ainsi que l’usage du terme national dans le syntagme grammaire nationale chez les Bescherelle en 1834 n’est pas superposable à celui qu’en font Damourette et Pichon : entre ces deux moments de l’histoire de la grammaire française, s’est notamment fait jour un premier conflit mondial, et l’entreprise d’éradication des patois par l’école publique a déjà prouvé son efficacité. L’identité linguistique nationale ne peut donc se penser dans des conditions strictement identiques – même si l’on voit bien qu’il n’y a pas de solution de continuité dans ce processus (la persistance du terme national n’étant pas entièrement trompeuse), et qu’il y a donc bien à proprement parler une tradition française dans cette assimilation de la langue à la nation. Pour esquisser à grands traits une image de ce tournant des années 1920-1930, sans doute pourrait- on dire que, quand la grammaire scolaire du xixe siècle envisage le Français national de l’intérieur, en le promouvant comme facteur d’unité sociale, l’Essai de grammaire de la langue française l’envisage comme un tout hétérogène d’emblée, dont il s’agit de faire valoir la richesse et la spécificité pour le défendre de tout élément étranger. C’est ainsi que l’on trouvera facilement chez Pichon des mises en garde contre les « helvétismes » et autres influences non souhaitables selon lui, mais de la même manière une attention toute particulière portée à la diversité des usages réels de la langue – alors que la grammaire scolaire comme celle des Bescherelle en reste à l’idéalisation d’un français littéraire dans lequel aucune réflexion sociolinguistique n’a de place.

183En effet, une fois la difficulté de la fonction et de la nature des données historiques mise à part, la lecture de l’Essai de grammaire de la langue française frappe par l’extrême diversité des exemples analysés : on trouve aussi bien le prospectus d’une voyante (IV, § 1435, p. 378) qu’une phrase « échappée à un professeur de clinique dans un exposé oral impromptu » (IV, § 1505, p. 489). La prise en compte de l’oral se veut une riposte au « travail stérilisant des pédants ayant réussi à séparer pendant trop longtemps la langue écrite de la langue parlée » (I, § 275, p. 317). L’image de la stérilité est intéressante dans la mesure où elle renvoie clairement, par contraste, à la métaphore de la « vitalité de l’idiome », que Damourette et Pichon, sans être pour autant organicistes, utilisent souvent. La créativité linguistique reste chez eux constamment valorisée, quand les efforts normatifs de figement sont fustigés.

184Une relation de continuité est donc posée : de même que Damourette et Pichon refusent de séparer faits de langue et faits de discours, l’oral comme l’écrit seront considérés comme constitutifs de l’idiome, le second n’ayant pas la préséance sur le premier ; c’est même, comme le souligne Bloch, la position inverse que Damourette et Pichon défendent :

[…] les auteurs font souvent remarquer la supériorité de la langue parlée sur la langue écrite […]. (Bloch, 1933, p. 83)

185Bloch s’interroge cependant :

N’y a-t-il pas toutefois quelque excès dans l’affirmation de la page 51 du tome I : « Tout ce qui s’écrit se parle » ? (Ibid.)

186Cet axiome de Damourette et Pichon, pour excessif qu’il paraisse à Bloch, mérite attention. Est-il renversable ? Est-ce que tout ce qui se parle s’écrit ? En effet, c’est bien l’oral qui est englobant, quand l’écrit est limité dans ses moyens et ses manifestations. Il ne s’agit pas là d’une pétition de principe mais d’un fait que Damourette et Pichon s’attachent à prouver :

La langue parlée peut toujours, par une pausette intentionnelle mise au bon endroit, indiquer la limite de la sous-phrase infinitivale. Faute d’avoir aucun signe graphique pour représenter la pausette, la langue écrite se trouve ici en état d’infériorité. Ex. : « Suivant qu’ils comprennent la formule il faut bien vivre, une de celles qu’on accepte avec le moins d’examen, il faut bien-vivre ou il faut-bien vivre, nos gaillards se rangent dans la catégorie des fainéants ou dans celle des ambitieux » (Aragon. Traité du style, p. 28). (III, § 1045, p. 483)

187L’Essai de grammaire de la langue française témoigne donc logiquement de ce que Philippe (2002, p. 92) a appelé une « indifférence à la littérature ». En effet, une fois posée la primauté de l’oral, le prestige habituel de la littérature comme forme la plus aboutie de l’écrit disparaît. Dès lors, c’est bien d’un refus du normatif, de la prescription du bon usage que relève l’Essai de grammaire de la langue française. Damourette et Pichon n’hésitent ainsi pas à relever des faits pour lesquels ils n’ont pas d’analyse à proposer : « Pour le moment nous ne pouvons que constater l’usage sans l’expliquer » (I, § 284, p. 329).

  • 83 Voir Pichon (1934c, p. 74, note 16) : « Dans nos travaux linguistiques, les gens dans la bouche des (...)
  • 84 Voir notamment Pichon (1938a) pour le rôle de la femme et celui de la coquette.
  • 85 Il s’agit d’un terme utilisé par Piaget pour décrire les cas où « chaque enfant fait son petit expo (...)

188Dans ce contexte, l’approche de Damourette et Pichon peut être qualifiée de sociolinguistique. Le souci qu’ils ont d’immatriculer leurs témoins oraux83, la prise en compte de critères tels que le milieu professionnel ou l’origine géographique renvoient bien à une vision de la langue comme objet social. Cependant, la stratification sur laquelle reposent l’immatriculation des témoins et la classification des données n’est pas justifiée : elle est arbitraire et posée d’emblée comme valable. On ne trouve nulle part trace de la constitution des catégories sociales utilisées dans la description ; l’empirisme de Damourette et Pichon n’est pas exempt d’une bonne part d’a priori. Les rôles des individus (la place de la femme est au foyer), des types (la coquette par exemple)84, des catégories (la « plèbe de Paris », I, § 261, p. 303) sont ainsi fixés et utilisés comme des éléments stables, non remis en question, grâce auxquels on pourrait fournir une interprétation. Par exemple, Pichon dit du « monologue collectif »85 :

C’est un type de conversation qu’on rencontre souvent chez les adultes, surtout peu cultivés, et dont les vaudevillistes se sont souvent moqué. (Pichon, 1936a, § 120, p. 138)

  • 86 Bourdieu et Passeron (1970, p. 10 et 23). La difficulté est d’user d’une « langue artificielle », c (...)

189Ainsi, bien que Damourette et Pichon se défendent d’être des grammairiens normateurs, l’aspect sociolinguistique de leur réflexion pose de ce point de vue bien des problèmes. Pichon (1933b, p. 74) parle par exemple du « français normal, tel qu’il est parlé naturellement par la bonne bourgeoisie francienne ». L’adjectif « normal » fait de la « bonne bourgeoisie » la catégorie sociale de référence : il donne littéralement la norme linguistique. Quant à l’adverbe « naturellement », il paraît quasi contradictoire avec l’idée générale de l’énoncé dans la mesure où il s’agit bien d’une compétence sociolinguistique, c’est-à-dire construite par le milieu social. Il pourrait être entendu en termes de « reproduction » bourdieu-sienne : un mécanisme culturel devient métaphoriquement descriptible en termes naturalistes dans la mesure où sa récurrence lui donne les apparences de l’inévitable86. Pichon ne cherche nullement à expliciter la façon dont il conçoit la transmission de la norme linguistique au sein de la catégorie sociale qu’il décrit ici : il est difficile de savoir quelle part il donne à la culture dans ces mécanismes, et dans quelle mesure il peut sous-entendre un déterminisme dont le substrat pourrait bien être, après tout, biologique.

  • 87 La variation intra-individuelle et son influence sur l’idiome sont également envisagées. Voir par e (...)

190Damourette et Pichon font ainsi régulièrement référence à la « parlure plébéienne » (par exemple, III, § 1031, p. 465, note 2), ou encore affirment que telle « structure psychologique de la phrase » est « propre à la parlure vulgaire » (IV, § 1241, p. 112, note 1). Leur sociolinguistique se double donc d’une dimension psychologique : les bourgeois parisiens et les « paysans de Sarcelles » (I, § 261, p. 303) n’ont pas le même parler parce qu’ils n’ont pas la même psychologie. Comme pour la citation commentée ci-dessus, la question se pose de savoir quelles conséquences Pichon tire de la différence qu’il décrit ici ; on voit que l’articulation entre le psychique et le social rencontre celle du culturel et du naturel. Pour autant, la prise en compte systématique de la variation dans l’Essai de grammaire de la langue française place toutes ces catégories sociales hâtivement bâties dans le grand ensemble des « locuteurs français ». Dès lors, il ne semble pas y avoir de contradiction réelle entre l’idée de psychologies dépendantes du milieu social et l’idée d’un inconscient linguistique national qui serait commun à tous les Français : des nuances existent, et elles sont sociologiquement conditionnées, mais il s’agit pour Damourette et Pichon de décrire l’usage réel, et de la variété de ce dernier d’extraire un invariant commun à tous les locuteurs de l’idiome87. Cette description ne peut se faire sans outils : si les catégories sociologiques précédemment détaillées constituent des éléments susceptibles de construire l’analyse, la terminologie grammaticale est en dernier ressort ce qui permet de nommer les résultats obtenus.

Désigner les phénomènes : le problème de la métalangue

191Le métalangage de Damourette et Pichon constitue évidemment le problème majeur lors de la lecture de l’Essai de la langue française. On trouve une revue détaillée de l’exaspération de ses commentateurs dans Rohrbach (1990a, p. 31 et suivantes). La critique est donc unanime, mais elle se double assez souvent d’une reconnaissance de la nécessité de la refonte d’une nomenclature tout entière héritée de la latine, et sans doute peu adaptée à la description de la langue française ; on peut donner l’exemple d’un compte rendu de Tesnière dans les Annales sociologiques, reproduit ici intégralement :

Trop longtemps les grammairiens n’ont envisagé le français que sous l’angle latin. MM. Damourette et Pichon le considèrent en lui-même et dans son fonctionnement. L’image du français réel, qui apparaît ainsi pour la première fois, surprendra bien des gens, qui parlent français comme M. Jourdain faisait de la prose. Maint lecteur sera également rebuté par une terminologie qui ne craint pas les innovations. Cela n’empêche pas ce livre d’être une des analyses les plus pénétrantes et les plus poussées qui ait jamais été faite de notre langue, et l’un des ouvrages fondamentaux sur lesquels s’appuieront, il faut l’espérer, les grammaires françaises de demain. (Tesnière, 1937, p. 136)

  • 88 Pour la critique par Tesnière des termes locutif, allocutif, delocutif, voir infra, p. 170.

192Le vœu de Tesnière88 n’a pas été clairement exaucé. Ainsi, l’échec des deux refontes terminologiques les plus marquantes de la linguistique du xxe siècle, à savoir celles de Guillaume et de Damourette et Pichon, fait l’objet d’un commentaire contrasté d’Ibrahim :

Sans justifier l’inflation terminologique qui a été et continuera à faire écran à la diffusion de ces œuvres [celles de Guillaume et Damourette et Pichon], on peut dire que la métalangue y répond, dans une certaine conception de la langue, à une nécessité interne de refondation globale qui rappelle la démarche de Lavoisier en chimie : renommer tout d’un même mouvement et selon les mêmes principes pour introduire une cohérence dans ce qui existe et avec ce qu’on est susceptible de découvrir.
Reste à savoir pourquoi ce qui a bien fonctionné en chimie (où par ailleurs les éléments de la langue font preuve d’une régularité et d’une monosémie qu’ils n’ont pas dans la langue ordinaire) et fonctionne avec un bonheur inégal, mais sans catastrophes majeures en mathématiques, a toujours si mal fonctionné en langue et pourquoi il y a, de manière récurrente, à propos des langues, des dérives dans l’usage de la terminologie linguistique qui vont jusqu’à la désintégration pure et simple de la discipline linguistique. (Ibrahim, 2001, p. 211)

193L’accès à la monosémie pour les termes métalinguistiques semble donc un idéal inaccessible : il y a dans ce domaine, comme dans celui de la méthodologie qui l’englobe finalement, une différence marquée avec les sciences de la nature. Paradoxalement, le souci de précision dans la visée descriptive, qui sous-tend la création terminologique, conduirait non à un renforcement mais à une « désintégration pure et simple de la discipline linguistique ». De Boer va dans ce sens :

Qu’un linguiste invente des termes nouveaux, c’est quelquefois nécessaire. Mais on a ici démesurément exagéré ; on est presque surpris de constater de temps en temps qu’un terme usuel a été considéré comme acceptable. Ceux qui ne connaissent pas l’ouvrage ne sauraient se figurer à quel point on a exagéré ici. Même si l’ouvrage contenait beaucoup plus de bonnes choses qu’il n’en contient en réalité, on ne pourrait pas en profiter. Si tous les linguistes procédaient ainsi, la linguistique serait bientôt inétudiable ! (De Boer, 1935, p. 5, cité par Rohrbach, 1990a, p. 32)

194La « désintégration », si elle survient, jouerait donc à plusieurs niveaux : la communauté scientifique se désintègre si elle perd ses outils de communication ; la discipline perd son sens si les termes créés perdent tout lien avec les objets décrits, ou bien ne sont que pure redondance (Ibrahim, 2001). Pichon, s’il n’échappe pas tout à fait à cette critique, note le même problème :

Les savants […] n’ont pas toujours eu la main heureuse, car, s’il était légitime de fabriquer des néologismes pour les idées nouvelles, il ne l’était pas d’en créer pour doubler sémantiquement des vocables déjà existants : pneumoconiose ne dit rien de plus que cailloule, qui est le nom de la même maladie chez les piqueurs de mules de la Touraine et de l’Anjou. (I, § 35, p. 49)

195La création terminologique doit donc répondre à un besoin spécifique ; elle a des vertus qui lui sont propres, et se distingue définitivement d’une langue courante inadaptée à la visée descriptive des disances, c’est-à-dire les jargons professionnels, au nombre desquels on doit évidemment compter celui des linguistes :

Les fautes isolées qui ont pu être commises dans l’établissement arbitraire de telle ou telle terminologie technique ne justifient d’ailleurs en rien la déraisonnable aversion que certaines gens affichent à l’égard des disances. Formées par des générations successives de gens compétents, elles ont acquis une précision à laquelle le français commun, s’il prétendait se substituer à elles, n’atteindrait pas, même au prix de longues périphrases.
Aussi est-il à espérer que longtemps encore les tribunaux, résistant aux suggestions de journalistes trop peu instruits, rendront leurs décisions dans la disance juridique convenable. À vouloir pousser à l’extrême les principes suivant lesquels les jugements devraient être rédigés dans le parler des salons et des rues, on en arriverait à demander que les mathématiciens renonçassent à s’exprimer en algèbre. (I, § 35, p. 49-50)

196Ainsi, la question qui doit sous-tendre l’observation de la terminologie de Damourette et Pichon peut être formulée ainsi : pour chacun des termes néologiques de l’Essai de grammaire de la langue française, a-t-on affaire à la description nouvelle d’un phénomène déjà connu ou à la description, possiblement traditionnelle, d’un phénomène nouveau ? En d’autres termes, le détail extrême dans lequel entrent Damourette et Pichon permet-il de mettre en évidence des phénomènes non notés jusqu’à présent, ou bien d’apporter simplement plus de détails, ce qui ne changerait pas fondamentalement la nature de la description grammaticale ? Pour Yvon :

À chacun des faits de forme ou de syntaxe étudiés, si menu soit-il, a été attribué un terme spécial ; même pour la phonétique, dont le vocabulaire spécial semble assez riche, ont été inventés des mots nouveaux. (Yvon, 1931, p. 61)

  • 89 On trouve une remarque similaire dans un autre texte d’Yvon (1950, p. 306, cité par Rohrbach, 1990a (...)

197Yvon semble attribuer ce souci à la formation médicale de Pichon : ces termes « réalisent, dans la pensée des auteurs, une anatomie détaillée de la langue » (ibid.)89 La nomenclature qui se trouve ainsi construite chez Damourette et Pichon serait remarquable par son caractère systématique :

Ces mots sont formés de façon ingénieuse, avec beaucoup de logique, au moyen d’un jeu bien choisi de radicaux, préfixes et suffixes en général empruntés au grec. (Ibid.)

198Damourette et Pichon soulignent eux-mêmes la cohérence de ce qu’on serait dès lors fondé à considérer comme un véritable système :

Nous avons, pour dénommer les emplois grammaticaux, constitué une nomenclature néologique à base grecque très cohérente et dans laquelle l’emploi méthodique des préfixes nous paraît apporter beaucoup de précision et de commodité. (I, § 468, p. 644, note 1)

  • 90 Les mots construits sont « les mots pour lesquels un affixe et une base sont clairement identifiabl (...)
  • 91 Cette catégorie est complexe. La définition de l’affonctif par « ça se passe à l’affonctive » (I, § (...)
  • 92 Il s’agit précisément d’un cas d’ajectivation ex casu, c’est-à-dire hérité du génitif latin : « un (...)
  • 93 On n’a ici affaire qu’à des affonctifs nominaux, et non verbaux ou strumentaux.

199Pour vérifier cette hypothèse, prenons un exemple de série de termes construits90 : ceux qui commencent par epicata-. Dans la terminologie de Damourette et Pichon, le premier élément du terme tripartite construit renvoie au type de relation de l’élément considéré avec les autres mots de la phrase : epi- renvoie à l’idée que la relation ne transite pas par le verbe (Morel, 2004-2005, p. 18). Le deuxième élément renvoie à l’adjacence, c’est-à-dire à la nature du lien avec les autres mots de la phrase : ‑cata désigne ainsi un lien très étroit (ibid.). Le troisième élément renvoie à la classe d’équivalence du constituant : schete pour le substantif, thete pour l’adjectif, rrheme pour l’affonctif91. On voit la part de l’influence des désignations dites traditionnelles dans le choix des affixes. Ainsi, l’epicatathete désigne un adjectif en position non attributive, étroitement lié à ce qu’il qualifie : Damourette et Pichon donnent pour exemples les adjectifs antéposés comme « le bon pain » ou les tours du type « hachés menu ». Le suffixe thete renvoyant au rôle adjectival, des noms ayant cette position peuvent être considérés comme des épicatathètes : « un intérieur province » par exemple92. De même, l’epicatarrheme désigne un élément en position affonctive, c’est‑a-dire ici en position adverbiale93 : « cousu main ». Sur ce dernier exemple, Damourette et Pichon, utilisant concurremment le terme simplifié epirrheme, donnent les explications suivantes :

  • 94 C’est-à-dire sans assiette, sans détermination.
  • 95 Voir I, § 106, p. 120 : « [Dans le mode de complémentation appelé] épiplérose, il y a un supportrég (...)
  • 96 Il s’agit d’un type de complémentation caractérisée par la coalescence, c’est-à-dire l’« union inti (...)

L’épirrhème constitué par un substantif nominal seul sans aucune espèce d’article n’est affonctiveux que parce que le substantif non assis94 est en quelque sorte absorbé par son adjectif épidecte95 dont il peut être considéré comme catadmète96 : […] « Linge entièrement cousu main. » (I, § 480, p. 668)

  • 97 Il est à signaler que ces développements, ici reproduits de façon partielle, mentionnent l’existenc (...)

200Dans ce dernier cas, l’élément décrit comme epicatarrheme ou plus simplement epirrheme est également catadmete. On est donc face à deux types de descriptions ; l’une, qui utilise le terme epirrheme, renvoie à la valeur distributionnelle du constituant main : il se comporte comme un affonctif puisqu’il peut se gloser par « à la main ». L’autre description, qui utilise le terme catadmete, renvoie à la lexicalisation de cousu main, autrement dit à l’« absorption » du nom par l’adjectif ; on ne considère plus main pour la fonction syntaxique qu’il a par rapport à cousu mais pour la nature du lien qu’il entretient avec lui, en l’occurrence un lien d’inféodation. On a donc changé de niveau d’analyse, sans pour autant contredire le premier. Cependant, si la valeur affonctive de main apparaît clairement dans ce cas, elle est moins claire pour myrte, qui apparaît dans un exemple donné au même paragraphe97 :

« Les couleurs préférées sont blanc, vert myrte, violet, écru. » (Le Magasin des Demoiselles. 1845. I, p. 223) (I, § 480, p. 668)

  • 98 L’existence de bleu céleste tend à accréditer cette solution. Néanmoins, ce passage par la dérivati (...)
  • 99 Noailly note, de façon convaincante, que l’analyse de Damourette et Pichon sur ce point est discuta (...)

201N’est-on pas ici en face d’un cas d’epicatathete semblable à « un intérieur province » ? Damourette et Pichon ne glosent pas l’expression vert myrte, pourtant ambiguë du point de vue de la construction dans la mesure où elle peut être analysée aussi bien en vert de la myrte, sur le modèle de bleu ciel < bleu du ciel – auquel cas il s’agit bien d’une adjectivation ex casu98 – qu’en vert comme de la myrte, ce qui doit être l’interprétation retenue pour accepter la désignation epicatarrheme. De même, l’exemple « hachés menu », relevé précédemment comme epicatathete, pourrait être considéré comme un epicatarrheme (hachés de facon menue). Noailly (1990), dans son analyse du substantif épithète dans les constructions N1N2, cite Damourette et Pichon au sujet de la distinction entre epanathete et epicatathete99, mais ne traite pas les constructions du type vert myrte :

[…] nous n’avons pas accordé d’importance à certaines curiosités, comme ces groupes nominaux où tout est à l’envers, où le terme recteur est un adjectif pris subtantivement… et l’épithète un substantif. (Noailly, 1990, p. 29)

202Ce type de construction est donc problématique : un vert sapin renvoie-t-il à « un vert comme celui des sapins » ou à « un sapin vert » (ibid., p. 28) ? De même que Noailly glose vert sapin par vert comme celui des sapins, Damourette et Pichon semblent supposer une glose adverbiale dans le cas de vert myrte, sans expliquer pourquoi cette possibilité n’est pas retenue dans le cas de haches menu, qui pourtant entre assez facilement dans la catégorie des emplois adverbiaux de l’adjectif.

203Ces exemples donnés, reste à noter que les possibilités ouvertes par le système néologique de Damourette et Pichon conduisent en fait à une surgénération de termes, et conséquemment à des cases vides. Morel (2004-2005, p. 21) signale par exemple l’absence apparente du terme epicataschete. Effectivement, il n’est pas, sauf erreur de notre part, employé dans l’Essai de grammaire de la langue française. On trouve en revanche epamphischete et epanaschete (contraction de epiana- schete). C’est donc le mode d’attache qui change : lâche dans le cas de l’epamphischete, il correspond par exemple à l’apposition nominale « Palas, la déesse de Sapience » (I, § 475, p. 662) ; normal dans le cas de l’epanaschete, il correspond par exemple à l’apposition sans virgule « mon oncle Jean d’Autriche » (I, § 478, p. 665). L’attache étroite décrite par l’infixe cata- ne paraît donc pas être possible dans ce cas, à moins que ce ne soit cette notion d’attache étroite qui pose problème. On remarque que, pour être sans référent, le terme epicataschete n’est pourtant pas sans signifié : on peut le définir facilement, au regard des règles d’interprétation utilisées pour les autres termes, comme un constituant équivalant à un syntagme nominal, lié de façon étroite à un autre constituant sans que cette relation transite par le verbe. Dès lors, deux attitudes sont possibles. La première consiste à penser que le système a une logique propre, suffisamment étayée au départ pour qu’elle ait valeur heuristique ; ainsi, la spéculation métalinguistique pourrait pointer des phénomènes nouveaux : l’epicataschete existe, il faut la trouver. À l’inverse, on peut constater l’impossibilité, en langue, de rencontrer des phénomènes correspondant aux termes sans référents produits par le système lui-même. La valeur heuristique de l’appareil métalinguistique est donc nulle en ce cas : l’epicataschete est un pur artefact du système. Finalement, c’est peut-être la conception de la terminologie de Damourette et Pichon comme système qu’il faut remettre en question.

204En effet, beaucoup d’autres termes, non construits, semblent ne pas être sur le même plan : le système, s’il existe, est très hétérogène. Le métalangage n’est pas uniquement fait de néologismes construits selon un modèle défini au départ :

La question du type de métalangage à choisir et de son degré d’abstraction devrait également être considérée : faut-il privilégier, à la suite de Hjelmslev et de Damourette et Pichon, une terminologie de nature savante et abstraite ou favoriser une approche plus métaphorique permettant de concrétiser les structures et les contenus ? Ou encore, rester plus près des structures de surface comme le font Damourette et Pichon, qui dans le domaine de la morphologie verbale proposent les tiroirs « sachiez » ou « savez » ? (Willems, 2001, p. 47)

205Willems distingue ici trois types de métalangage ; il apparaît que, bien que cité deux fois dans cet article, Damourette et Pichon ont en fait recours aux trois procédés d’élaboration terminologique décrits :

  1. Métalangage abstrait : à ce type correspondent toutes les créations du type catadmete, c’est-à-dire les termes construits selon des règles d’affixation précises, dans lesquelles la sémantique des affixes comme des bases est stable. Ces termes entrent dans le cadre idéal de la monosémie du vocabulaire scientifique.

  2. Métalangage métaphorique : on peut donner l’exemple de regent, qui renvoie de façon transparente à l’élément qui régit les autres constituants phrastiques.

    • 100 Voir III, § 807, p. 12 : « Comme nous n’étudions dans ce chapitre-ci les tiroirs simples qu’en tant (...)

    Métalangage non distancié : ce cas très particulier est une des créations (ou non-créations pour être plus précis) de l’Essai de grammaire de la langue française. Le recours, présenté comme provisoire il est vrai100, aux formes fléchies de la deuxième personne du pluriel du verbe savoir pour décrire le paradigme des verbes français est en fait une utilisation autonymique de la langue, qui devient dès lors métalangue : le savez, le sutes renvoient respectivement au présent et au passé simple de l’indicatif.

206On peut comparer le classement de Willems à celui proposé par Savelli (2001, p. 149-152) :

  • Terme savant, technique, spécialisé. La terminologie de Damourette-Pichon (1911-1940) est une incontestable illustration. […]

  • Terme courant. Dans ce cas, il a l’avantage d’être plus facilement « lisible » en contexte : élément, clignotant, clause, complement zero

  • Terme traditionnel : rection, adverbe, période, conjonction

  • Terme pris dans une acception autre ou plus « moderniste » : operateur, modifieur, marqueur, particule

  • Terme explicité ou siglé. […] [Terme neuf, nouvelle unité terminologique : la dérivation, la composition]

  • L’emprunt. Il est assez porteur et on en trouve un grand nombre dans la terminologie grammaticale. Les sources de ces emprunts varient :

  1. Emprunt à d’autres secteurs (chimie, botanique, droit, mathématiques, psychanalyse…) : valence, clause, forclusion [Appel note 7], actant, stemma, arbre, greffon… [Note 7] : Ce terme est utilisé par Damourette-Pichon. Forclore, c’est, dans le jargon psychanalytique, rejeter des représentations insupportables avant même qu’elles ne soient intégrées à l’inconscient du sujet. Au chapitre des forclusifs, les auteurs intègrent, notamment, des mots tels que rien, personne, jamais, aucun, etc. Ces derniers se rapportent à des faits ou à des idées que « le locuteur n’envisage pas comme faisant partie de la réalité ».

  2. [Emprunt à une autre langue et métaphore].

207Cette classification, riche, invite à la discussion à plusieurs titres. D’abord, les termes savants, qui sont ceux que Damourette et Pichon construisent, se distinguent sans doute mal de certains termes « explicités ou siglés » : l’explicitation est bien présente dans l’utilisation réglée d’éléments dérivationnels, dont l’assemblage produit des termes à la sémantique certes difficile, mais somme toute transparente puisqu’elle s’obtient par l’articulation de la sémantique des morphèmes concaténés. Pichon déclare ainsi :

La définition qu’implique la dérivation fabricative dispense le créateur du vocable de recourir à des éléments formateurs de vitalité aussi grande que dans la dérivation spontanée. La netteté même du sens de ces éléments peut être définie volontairement au moment où s’institue la dérivation fabricative. C’est ainsi que les chimistes ont un jour attribué au suffixe ‑eux un sens exprimant moindre oxygénation que le suffixe ‑ique, et une correspondance régulière avec le suffixe masculin ‑ite : ils disent donc que les acides chloreux, sulfureux, arsénieux, moins oxygénés que les acides chlorique, sulfurique, arsénique, forment respectivement des chlorites, des sulfites, des arsénites. Mais c’est ainsi que d’autre part M. Damourette et moi avons adopté ce suffixe ‑eux pour exprimer la valeur fonctionnelle d’un mot : adjectiveux signifie donc « qui fait fonction d’adjectif », substantiveux « qui fait fonction de substantif », etc. La valeur courante du suffixe ‑eux dans le sentiment linguistique n’imposait ni ce sens chimique, ni ce sens grammatical ; mais peu importait, puisque chimistes et grammairiens accompagnaient les uns et les autres leurs néologismes d’une définition congénitale. (Pichon, 1942, p. 7)

208C’est bien ce qu’on a vu précédemment avec les termes en epicata- : une fois posée la sémantique des affixes, la sémantique des termes construits apparaît par l’exercice d’une combinatoire assez simple, qui associe les significations des éléments en jeu. Pichon convoque ici la métaphore de la « vie des mots » qui lui permet de distinguer une derivation vivante vs une derivation fabricative, des vocables natifs vs des vocables congénitalement adultes. La création néologique concerne, on l’a compris, chacun des deuxièmes termes dans ces couples : fabriqués de toutes pièces et non façonnés par l’usage, les néologismes sont mis en circulation sous une forme déjà aboutie et qui n’est plus susceptible de varier. Le produit de la « dérivation fabricative » est en effet le produit d’une action consciente et non le résultat d’une évolution progressive et inconsciente :

[…] un technicien donne, par la pleine activité de sa volonté réfléchie, un nom à une notion scientifiquement individualisée. (III, § 807, p. 12)

209Attaché dès sa création à une fonction précise – la dénotation d’un référent envisagé d’un certain point de vue théorique –, il ne peut donc varier que si la théorie varie : Pichon souligne donc que les changements sémantiques des termes scientifiques relèvent d’un changement de la science elle-même et non de la langue.

Les termes techniques qui désignent les actes, les outils, les produits d’un mode de l’activité humaine sont assez souvent ignorés du gros de la nation et ainsi se caractérise la disance, qui est la langue considérée telle qu’elle est parlée par les gens d’un métier donné. (I, § 33, p. 45)

  • 101 Dans le domaine du lexique, Damourette et Pichon prennent en effet soin de distinguer entre ce qui (...)

210Dès lors, les termes techniques qui appartiennent à une disance ont la particularité d’échapper au sentiment linguistique ; artificiels, ils ne sont pas reconnus naturellement par le locuteur de l’idiome101 :

En résumé, la dérivation fabricative n’est vivante qu’au minimum, dans l’instant même de la création du nouveau terme. Elle ne se sustente pas par les vertus d’une source linguistique continue ; elle n’emprunte pas directement sa force au sentiment linguistique collectif ; elle crée des vocables congénitalement adultes qui pourraient théoriquement n’avoir aucune expressivité propre, puisqu’on les définit pour leur donner du sens. (Pichon, 1942, p. 8)

211Ainsi, « le préjugé antinéologique mutile la langue » (ibid., p. 12) : la création terminologique, même « vivante au minimum », reste l’expression de la « vitalité de l’idiome ». À l’extrême limite, postule Pichon, on peut imaginer une terminologie créée ex nihilo, à partir d’éléments « sans expressivité propre ». La création néologique consisterait à insuffler du sens dans ces coquilles vides : on en revient bien à l’idée que la terminologie est explicite, transparente, dès lors que les éléments qui construisent ses termes sont au départ associés à une signification stable. Le cas extrême envisagé par Pichon renvoie finalement au fonctionnement du langage mathématique lui-même ; une fois posé que x est une variable, peu importe que ce x n’ait en lui-même « aucune expressivité propre » : on lui assigne arbitrairement un pouvoir de désignation.

212On voit donc que, pour reprendre les catégories proposées par Savelli (2001), les termes dits « savants », dont la terminologie construite de Damourette et Pichon serait l’exemple parfait, peuvent à certains égards être crédités de la lisibilité propre aux termes « explicités ou siglés » dans la mesure où les règles de leur fabrication sont explicites. Un autre problème apparaît avec les catégories « termes traditionnels », « termes courants » et « termes pris dans un sens autre ». La différence entre « terme traditionnel » et « terme courant » est parfois floue : ainsi, dans complement zero, c’est vraisemblablement zero qui constitue l’élément dit courant quand complement ressortit à la tradition grammaticale : néanmoins, il semble que la notion de tradition n’a ici qu’une valeur faiblement descriptive, et non explicative. Ainsi, la différence entre les « termes traditionnels » et « termes courants » semble tenir à la seule existence d’un usage consensuellement établi : certes, période est un terme traditionnel en stylistique par exemple, mais il s’agit bien d’un terme par ailleurs courant. De même, l’histoire du terme particule oblige à considérer un vraisemblable passage du registre courant à la grammaire puis à la physique : ces significations acquises en diachronie restent concurrentes en synchronie ; la précision « sens autre » est dès lors peu claire. De ce point de vue, le terme periode, qui appartient à la catégorie « termes traditionnels », n’est-il pas en dernière analyse un « terme courant » pris « dans un sens autre » ? Le terme langue, par exemple, pose des difficultés particulières à ce titre : assurément « courant », il est également tout à fait « traditionnel » en linguistique, mais se trouve forcément investi par les linguistes qui lui donnent, selon leur cadre théorique, un « sens autre ». Damourette et Pichon signalent par exemple, au sujet de la langue homérique, qu’elle ne possède pas de verbe correspondant à la définition qu’ils donnent précisément à ce terme. En effet, cet état de la langue grecque ne semble pas organiser en système ses formes verbales ; il met en œuvre une différenciation certes morphologique mais purement lexicale et non encore grammaticale :

[…] mis à part leur groupement en tiroirs présentant des formes qui diffèrent uniquement par ces dits caractères de personne et de nombre, les diverses formes verbales appelées par exemple présent, aoriste, parfait, optatif présent, subjonctif présent, etc. n’ont entre elles aucune liaison nécessaire. Chacune d’elles a son sémième propre ; et, s’il est exact que les sémièmes des tiroirs qui seront ultérieurement considérés comme d’un même verbe sont parents entre eux, du moins n’ont-ils pas de connexion nécessaire. Un aoriste n’implique pas nécessairement qu’il y ait un présent ou un parfait correspondants ; et réciproquement à un parfait unique peuvent répondre deux ou trois présents différents, pourvus d’infixés ou d’interfixes qui les nuancent et les différencient. L’union entre les tiroirs est donc sémiématique et non taxiématique. Il n’y a pas encore de conjugaison, donc pas encore de verbe au sens où nous l’entendons. (I, § 241, p. 282)

213La catégorie « emprunts » désigne quant à elle les termes déjà en usage dans d’autres domaines d’activités, dont on suppose qu’ils sont spécialisés, par opposition donc à l’usage courant. Le terme forclusion cité par Savelli (2001) frappe en effet par la succession des emprunts dont il fait l’objet. Il est importé par Damourette et Pichon du domaine juridique vers la linguistique : leur approche psychologisante lui donne une signification telle que Lacan reprend le terme pour lui donner le statut actuel de concept psychanalytique.

214La description de l’appareil terminologique de Damourette et Pichon doit donc prendre en compte aussi bien leurs néologismes construits que leurs néologismes en apparence plus isolés parce qu’ils ne se déduisent pas morphologiquement les uns des autres, comme about, regent, blocalite, congruence. Souvent interprétables en termes métaphoriques, ces néologismes sont dès lors plus facilement compréhensibles pour le lecteur. Par exemple, le terme apport paraît transparent : selon le Glossaire, il désigne en effet un « terme joint à d’autres pour marquer les rapports de substances entre elles ». Les exemples qui illustrent cette définition laissent en revanche perplexe : sont placés sur le même niveau « un ruban jaune ; la chose est claire ; l’enfant a traversé la rue ». Ce n’est plus le terme qui pose des difficultés de lecture, mais bien la catégorisation opérée par la description grammaticale. De même, la pluridisciplinarité de Pichon crée parfois des ambiguïtés dans ses écrits : ainsi le terme appetition correspond dans l’Essai de grammaire de la langue française à la « manière dont le fait subordonné est appréhendé par l’esprit du locuteur pour être introduit dans l’ensemble phrastique » (IV, § 1247, p. 116). Mais, dans les écrits de Pichon sur l’acquisition du langage, il prend le sens plus courant d’appetence, terme avec lequel il est d’ailleurs en concurrence, pour désigner le désir de parler :

Tout le développement intellectuel apparaît à ressources d’intelligence égale, réglé dans sa vitesse et diversifié dans sa forme par l’appétition. Pour l’acquisition du langage, ce rôle est tel que j’ai pu parler d’une fonction linguistique appétitive, première motrice indispensable. Non seulement dans son vocabulaire, mais encore dans sa forme syntactique, et même – ce qui semble au premier abord plus étonnant – dans son exactitude phonologique, le parler des enfants dépend étroitement de leur appétence ou de leur inappétence au langage. (Pichon, 1936-1937, p. 291)

215Ainsi, réduire les difficultés de lecture de l’Essai de grammaire de la langue française à l’aspect rebutant de sa terminologie cache en fait une complexité bien plus réelle, celle des constructions théoriques de Damourette et Pichon. Ce n’est pas le terme epanathete qui est difficile à comprendre, c’est la possibilité pour ce terme d’être employé pour décrire un phénomène par ailleurs nommé différemment, parce que d’un autre point de vue (il pourra ainsi être vu comme apport, comme signalé précédemment). Il semble donc que la création terminologique suive un trajet exactement contraire à celui de la méthode grammaticale : là où l’analyse va des mots à la pensée, le néologisme est le résultat d’un mouvement de la pensée aux mots. Les deux processus se succèdent donc : la nécessité d’une nomenclature intervient bien a posteriori.

Contre Brunot (1922) : la méthode ascendante

  • 102 Damourette et Pichon eux-mêmes, dans leurs publications parallèles, utilisent l’abréviation EGLF.

216Des mots a la pensée : le titre principal de l’ouvrage de Damourette et Pichon est dans l’usage102 oublié au profit du sous-titre Essai de grammaire de la langue française. Il a pourtant pour avantage d’exposer explicitement le programme sémasiologique de Damourette et Pichon, ouvertement opposés à Ferdinand Brunot qui, dans La pensee et la langue, adopte une démarche inverse. Pichon déclare :

  • 103 Bréal (1982, p. 224-225) défend, comme Damourette et Pichon après lui, l’antilogicisme de la recher (...)

[…] en tant que méthode d’investigation scientifique, la méthode descendante ne me paraît pas pouvoir se défendre. Elle escamote en effet l’objet propre de la linguistique synchronique. […] peu importe au linguiste de retrouver les membra disjecta de l’imparfait sous […] différentes rubriques ; ce qui est pour lui un objet de science linguistique, c’est précisément l’« imparfait » lui-même ; il a à retrouver le signifié de ce signifiant, ce qu’il ne peut faire qu’en confrontant tous les emplois de l’« imparfait » et non pas en les répartissant dans des cadres rationnels tracés a priori.103
C’est donc à la méthode ascendante que M. Damourette et moi avons eu recours dans nos travaux ; ces travaux mêmes, en nous la faisant exercer, nous ont amenés à la mettre au point et à la définir.
Elle postule essentiellement que tous les phénomènes linguistiques ont une signification psychologique. Mais j’avoue ouvertement que ce postulat est pour moi une évidence : je ne comprendrais pas […] qu’il vînt jamais à l’esprit d’un Français d’employer l’imparfait si ce « temps » n’était pas le signifiant d’un signifié de la vie psychique. (Pichon, 1937a, p. 33-34).

217Ainsi, la « méthode ascendante » est explicitement présentée comme le gage de la scientificité de la réflexion linguistique. Elle repose sur le postulat que tout fait langagier a une signification psychique : de ce point de vue, on peut dire que la synonymie n’existe pas chez Damourette et Pichon, toute variation de forme étant corrélée à une variation de signification. La question du psychisme, on l’a vu, est étroitement liée à la formation de Pichon ; psychanalyste, il a autorité pour introduire une dimension psychologisante dans laquelle Brunot ne se reconnaît pas :

Ce livre n’est pas une « Psychologie ». J’ai même évité avec soin de consulter les psychologues et leurs œuvres, ne voulant point me laisser entraîner à des analyses dont la finesse et la complexité eussent dépassé de beaucoup les analyses sommaires et superficielles auxquelles je suis obligé, moi, de me borner, pour ne pas excéder ma matière, et suivre fidèlement le travail des foules dont le parler commun est le résultat. (Brunot, 1965, Introduction, p. vii)

218Brunot se détache donc de la psychologie quand Damourette et Pichon lui accordent une place centrale : paradoxalement, il parle de « faits de pensée » (ibid.), qu’il voit donc comme déjà constitués, quand Damourette et Pichon parlent, dès le titre de leur ouvrage, de « mots ». La différence s’établit donc sur le plan épistémologique : c’est la question de la constitution du fait qui se trouve posée. Chez Damourette et Pichon, le fait linguistique se confond finalement avec le fait langagier : toute production langagière observable est susceptible d’être étudiée par le linguiste. Ainsi, les lapsus et autres ratés de la communication entrent de plein droit dans la catégorie des faits linguistiques. On en revient donc à la définition de l’objet d’étude ; pour Damourette et Pichon, la linguistique synchronique étudie un état de la langue dont les observables sont des formes, elle se fonde donc sur une approche sémasiologique : l’étude des idées avant la forme est renvoyée du côté de la stylistique. Brunot fait quant à lui peu de mystère de ses intentions ; il veut en effet écrire un manuel d’expression :

Ce n’est pas non plus une « Grammaire ». Sans doute on y retrouvera les mots d’adjectifs, de verbes, d’adverbes, ainsi de suite. On y retrouvera aussi les règles qui régissent les variations des mots et leur agencement. J’ai fait la critique de plusieurs de ces règles, je n’en ai écarté aucune, me bornant à mettre mon lecteur à même de distinguer celles qui ont une autorité véritable. Mais mon but n’a pas été de donner une grammaire revue et corrigée.
Ce que j’ai voulu, c’est présenter un exposé méthodique des faits de pensée, considérés et classés par rapport au langage, et des moyens d’expression qui leur correspondent. (Ibid.)

219Il justifie son approche par une visée avant tout pédagogique, dressant un constat sévère de l’image de la grammaire dans l’enseignement : « aujourd’hui, dans nos classes, un enseignement de rebut, une école d’ennui, effroi des élèves et des maîtres » (ibid.). S’il élabore une critique aussi sévère de l’institution, c’est parce qu’il en est un membre influent, et que de sa position il lui est possible d’une part d’en observer le fonctionnement, d’autre part de proposer des réformes : il est doyen de la faculté des lettres de l’université de Paris au moment où paraît La pensee et la langue. A contrario, la position de Damourette et Pichon, hors de l’institution, les laisse sans responsabilité particulière vis-à-vis de celle-ci. Il est donc difficile de trouver chez eux un équivalent aux réflexions de Brunot, mis à part sans doute quelques passages sur l’orthographe :

La graphie de la langue française n’est pas officiellement libre. Il est généralement admis que la graphie adoptée par l’Académie française est de meilleur aloi que les autres graphies possibles. Aussi porte-t-elle le nom d’orthographe et l’enseigne-t-on tant aux enfants qu’aux étrangers. Il y aurait lieu de discuter si un pareil dogmatisme est utile ; mais ce qu’il y a à coup sûr de profondément ridicule, c’est de porter de pareilles questions sur le terrain administratif. Pourtant un ministre n’a pas craint de prendre le 26 février 1901 un arrêté sur l’orthographe.
L’importance sociale qu’a prise l’orthographe oblige le grammairien à s’occuper d’elle. Ce qui lui impose plus fortement encore ce devoir, c’est le péril orthographiste […] contre lequel tous les amis de la langue française doivent se liguer pour lutter. (I, § 205, p. 219)

Brunot tient en effet sur le sujet des propos similaires :

[…] la carence des pouvoirs à qui a été remis le soin de régler périodiquement l’orthographe crée une situation sans issue. C’est le péché originel. Tant qu’on n’aura pas abjuré, tant que l’orthographe restera ce qu’elle est, aussi longtemps que le préjugé public attribuera une valeur de premier ordre à la connaissance de pures conventions d’écriture, l’enseignement véritable de la langue en souffrira ; il restera gêné, étouffé, faussé, au moins dans les classes élémentaires. (Brunot, 1965, Introduction, p. viii) Brunot met alors en place une distinction d’importance ; il sépare la doctrine de la pedagogie, c’est-à-dire la théorie et sa mise en œuvre : On s’est ingénié à trouver des simplifications, à renouveler les exercices, à réduire tout ce qui use sans profit l’attention et l’effort. C’était améliorer la pédagogie. La doctrine restait intacte. (Ibid.)

220Il cherche donc à modifier les deux pôles simultanément : en modifiant le mode de présentation de la grammaire, il entend renouveler la façon de la voir, donc la théorie, la doctrine, et ce renouvellement doit engager à de nouvelles pratiques, c’est-à-dire une nouvelle pédagogie. Il est intéressant de noter que, chez Pichon, on trouve une autre dichotomie, dont un des termes pourtant est commun à celle de Brunot : il s’agit de l’opposition entre doctrine et méthode. Cette idée, on l’a vu à propos de son compte rendu d’un ouvrage de Dalbiez (1936), est particulièrement présente dans l’exposé qu’il fait, à plusieurs reprises, de la psychanalyse. Finalement, la différence entre Pichon et Brunot apparaît dans le choix d’un pôle opposé à la doctrine : Brunot choisit la pédagogie quand Pichon entend proposer une méthode d’investigation scientifique. Cette dernière est ascendante, autrement dit inductive, et Brunot lui oppose les arguments exactement contraires à ceux de Pichon :

[…] je crois devoir ajouter que la méthode inductive n’est pas la meilleure, si elle doit conduire à des classifications comme but dernier. Non seulement cet étiquetage détourne de l’objet véritable, qui est de reconnaître et de comprendre les idées sous les signes, mais pareil désir d’ordre apparent mène doucement et inévitablement à l’erreur. (Ibid., p. xii)

221À première vue, ces lignes paraissent rapprocher Brunot et Damourette et Pichon : tous trois assignent en effet à la grammaire pour « objectif véritable » de « reconnaître et de comprendre les idées sous les signes ». Mais Damourette et Pichon restent à la recherche d’idées quand Brunot les déclare connues ; il souhaite les faire reconnaître à l’élève, non les questionner en tant que chercheur. C’est la raison pour laquelle il n’est pas plus ouvert à la méthode déductive, qui, sur le plan pédagogique précisément, ne requiert de l’élève que la soumission à un dogme qui reste sans explication :

  • 104 On notera que Brunot, comme Pichon, et comme une bonne partie de ses contemporains, juge son travai (...)

Je ne recommanderai plus, comme je l’ai fait ailleurs, de renoncer à la méthode déductive. Je crois que le sacrifice en est fait, et que bientôt, sauf quelques attardés, personne ne s’entêtera plus à définir un verbe ou même un adverbe, comme on définit une abstraction, telle qu’un triangle. En effet, une fois un radical bien défini, celui de prendre ou de mourir devenait si difficile à saisir qu’il en était introuvable ; on s’en est aperçu ; il a bien fallu se rendre compte aussi que pratiquement on n’éclairait pas beaucoup les sens de même, en déclarant qu’« un adjectif déterminatif est celui qui indique la manière d’être particulière sous laquelle on envisage le nom. »
Ces aberrations ne se soutiennent plus ; cela est heureux pour l’enseignement grammatical, et j’ajouterai pour l’éducation tout entière, car cette dogmatique, placée à la base des études, tendait à fausser l’esprit de la race, déjà trop porté à la logique abstraite et intempérante. Elle abolissait, au profit d’un dogme présenté comme absolu et souverain jusque dans ses caprices, le sens de la vie, tel qu’il se reflète dans le langage. (Ibid., p. xi-xii)104

222Ainsi, reconnaître les idées sous les signes peut être entendu dans les deux sens. Pour Brunot, il s’agit que l’élève sache seul, après apprentissage, reconnaître les idées associées aux formes linguistiques qu’on lui aura présentées. Pour Damourette et Pichon, il s’agit avant tout d’un programme de recherche ouvert : les idées restent à atteindre par l’étude patiente de la forme, et en tant que telles ne sont pas forcément présentées comme des savoirs stabilisés, susceptibles d’être enseignés ; on trouve par exemple des remarques comme : « En l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons fournir aucune explication de cette phrase » (IV, § 1183, p. 22). L’Essai de grammaire de la langue française est ainsi, comme le signalent Damourette et Pichon dès les premières lignes, une grammaire « pas strictement scolaire ». Cette formulation nuancée explique aussi que leurs contemporains les comptent au nombre des linguistes susceptibles de renouveler l’enseignement de la grammaire :

Il semble que les préoccupations des rédacteurs de nos revues pédagogiques ne soient pas volontiers tournés vers le français moderne. […] Or, il paraît chaque année des études, des ouvrages, des thèses étayées sur une documentation abondante et variée : que l’on songe à l’exposé de M. Sandfeld sur les pronoms dans le français contemporain, au livre pénétrant de M. Guillaume sur l’article, à la nouvelle grammaire de MM. Damourette et Pichon […]. (Wagner, 1933, p. 181)

223On voit donc que le mouvement descendant se fonde a priori tandis que le mouvement ascendant est empirique et suppose la construction via l’observation d’un objet théorique. Ainsi, la méthode de Damourette et Pichon construit en amont l’unité des formes de la langue par le simple biais de la nature langagière du fait. Les deux schémas suivants représentent les méthodes descendante et ascendante et leurs étapes respectives. Ils sont composés comme suit :

  • les cadres à fond gris correspondent aux points de départ et d’arrivée, à savoir les mots et la pensée dans le cas de Damourette et Pichon, la pensée et la langue dans le cas de Brunot.

  • les cadres à fond rayé donnent les éléments composant respectivement les mots / la langue et la pensée : les cadres notionnels de Brunot sont la pensée et les moyens d’expression qu’il leur fait correspondre sont la langue. Pour Damourette et Pichon sémiomes, taxiomes et pexiomes sont les moyens d’expression concrets correspondant aux idées que sont les sémièmes et les taxièmes. Une flèche à double sens lie d’ailleurs ces deux derniers types d’éléments linguistiques, dans la mesure où sémièmes et taxièmes sont au départ indifférenciés : une idée peut ainsi devenir sémième, c’est-à-dire élément lexical, ou bien taxième, c’est- à-dire idée grammaticale (mot-outil, affixe flexionnel, affixe dérivationnel). De plus, les sémièmes peuvent devenir taxièmes (ce qui correspond au mouvement de grammaticalisation).

  • les flèches centrales indiquent le mouvement ascendant ou descendant de la méthode. Dans le cas de la méthode ascendante, il indique également ses deux aboutissements possibles : la grammaire, qui traite des idées grammaticales ou taxiemes, et la lexicographie, qui traite des idées lexicales ou semiemes.

  • les cadres à fond blanc, à gauche, indiquent les étapes et la progression du mouvement descendant ou ascendant.

La méthode descendante, méthode « essentiellement didactique »

La méthode ascendante, « méthode d’investigation scientifique »

224La dénomination méthode ascendante est une métaphore qui doit être explicitée : pourquoi remonterait-on du fait au sens ? De plus, les conditions de réalisation de la méthode ascendante sont problématiques : elle met en œuvre le sentiment linguistique du grammairien.

La « méthode ascendante » et la métaphore archéologique freudienne

225Lorsqu’ils décrivent la méthode ascendante, Damourette et Pichon placent, à la manière de Saussure dans le schéma qu’il propose du signe linguistique, le signifié en haut : il y aurait là une concession implicite à la linguistique saussurienne. On remonte donc du signifiant au signifié : le caractère nécessaire et l’insécabilité du lien qui unit les deux faces du signe pour Damourette et Pichon apparaissent pleinement dans cette présupposition que l’étude d’une des faces renseigne forcément sur l’autre. Néanmoins, la métaphore de l’ascendance semble problématique précisément dans la mesure où elle place le signifié en haut ; il y a contradiction avec la métaphore archéologique freudienne, que Damourette et Pichon reprennent assez explicitement à leur compte en se proposant d’amener à la surface, à la conscience, les structures latentes de la langue :

[…] la tâche du grammairien [est] d’amener en entier dans le champ de la conscience le système taxiématique qui baigne en grande partie dans l’inconscient. (I, § 7, p. 15)

226L’imagerie associée à cette construction théorique renvoie donc à l’idée d’une émergence, d’un dévoilement ; il s’agit de sortir les éléments cachés des profondeurs où ils sont enfouis :

L’essentiel du travail d’une psychanalyse étant de ramener à la conscience des éléments psychologiques qui avaient été refoulés dans l’inconscient […] le psychanalyste ne sert presque que d’occasion à ce débondement de l’inconscient. Sa part se borne à interpréter, dans la mesure où il faut accoucher le patient de ses propres éléments psychologiques. La connaissance que le psychanalyste a du langage symbolique des rêveries, des rêves, et même de celui des actes manqués, des symptômes hystériques ou des compulsions obsessionnelles, l’aide à établir ces interprétations. (Pichon, 1932d, p. 4)

227Si le grammairien recherche quelque chose qui le concerne directement, sur lequel il va pouvoir faire jouer son sentiment linguistique, le psychanalyste ne fait qu’accompagner le processus de résurgence des éléments inconscients. Ces éléments n’ont par ailleurs de sens que pour l’analysant ; en revanche, les éléments de l’inconscient national collectif concernent tout locuteur – et donc le grammairien qui travaille sur son idiome maternel – de la langue concernée. La personnalité du psychanalyste n’est cependant pas sans importance :

[…] je me sépare hautement de certains psychanalystes étrangers qui vont espérant que la technique de la méthode freudienne et la science même des symboles se développeront un jour assez pour que la personnalité du psychanalyste n’ait plus d’influence sur l’esprit du traitement. Je crois qu’un pareil état de choses est aussi impossible qu’il serait funeste. L’esprit de finesse du médecin importe extrêmement dans l’établissement des interprétations.
Il n’y aurait pas, je l’affirme, de plus mauvaise besogne que celle faite par un médecin qui appliquerait sans discernement à tout le matériel psychologique qu’il aurait recueilli un système rigide d’interprétations procédant d’un lexique de symboles appris par cœur, où figureraient des équivalences comme œuf = testicule, maison = femme, etc. De pareilles équivalences dogmatiques, venues aux oreilles du public, ont jeté le ridicule sur le freudisme, et il faut avouer qu’il y avait de quoi ! (Ibid., p. 18)

228L’opposition à l’approche jungienne est donc ferme. Le recours signalé comme nécessaire à l’esprit de finesse rappelle la dimension herméneutique dans laquelle doit se situer la véritable recherche psychanalytique : elle nécessite une reconstruction à partir du singulier, non une réduction à un dogmatisme généralisant. De ce point de vue, Pichon rend justice à Freud :

C’est bien ainsi que Freud lui-même a conçu ses essais ; ils ressemblent à quelque reconstitution archéologique, esquissant le monument entier à la manière d’un contexte probable à partir d’un détail architectural. (Ricœur, 1965, p. 166)

  • 105 Voir Freud (1986).

229Le « monument » dont parle Ricœur est à tout le moins l’inconscient, sinon l’appareil psychique (Seelenapparat) tout entier. Dans son essai sur Gradiva, un récit de l’écrivain allemand Wilhelm Jensen, Freud file en effet la métaphore de l’archéologie de l’inconscient : l’analyse du déni de réalité et du refoulement chez le jeune archéologue Norbert Hanold fournit l’occasion de présenter la psychanalyse comme une fouille des strates enfouies du psychisme humain105. Or, on l’a vu, le grammairien comme le psychanalyste ont pour objet l’inconscient ; c’est ce que rappelle l’article de 1925, « La Grammaire en tant que mode d’exploration de l’inconscient » :

[…] si par d’autres méthodes on peut espérer connaître ce qu’il y a d’individuel dans l’inconscient, la grammaire, seule, paraît pouvoir nous éclairer sur cet inconscient national collectif qui s’appelle le génie d’un peuple. (Damourette et Pichon, 1925, p. 25).

230Ainsi, grammaire et psychanalyse se distinguent soit par la nature de leur objet (inconscient individuel vs inconscient collectif), soit par la part qu’elles prennent à l’investigation d’un objet unique (l’inconscient). Le texte de Damourette et Pichon reste assez flou à ce sujet : « ce qu’il y a d’individuel dans l’inconscient » paraît impliquer que la deuxième interprétation est la plus juste, quand la tournure « cet inconscient […] qui s’appelle […] » paraît au contraire pointer une distinction de nature entre deux types d’objets qui ne constitueraient pas les parties complémentaires d’un tout. On peut supposer que les « autres méthodes » dont il est question englobent le divan de la cure psychanalytique et le transfert auquel il donne lieu. Dès lors, Pichon psychanalyste et Pichon grammairien ne sauraient se confondre. Le second emprunte au premier sa méthode de recherche, mais ne vise en aucun cas le même objet ; l’individu est au psychanalyste ce que la communauté linguistique est au grammairien. Cette tension, très forte, entre individualité et collectivité est une problématique linguistique de premier plan, que Damourette et Pichon, lecteurs de Saussure, n’ignorent pas. Que la langue, objet social, soit susceptible de faire l’objet d’une investigation semblable à celle que mène l’analysant sur lui-même, suppose au moins une chose : l’existence d’un inconscient national collectif. La méthode ascendante joue donc à plusieurs niveaux : le grammairien observe les formes linguistiques, et en dévoile les signifiés ; la répétition de cette tâche construit une description globale de la langue : les signifiés précédemment dévoilés correspondent au système taxiématique de la langue, c’est-à-dire l’organisation de ses idées grammaticales. Un tel fonctionnement, on le voit, suppose que la distinction entre grammaire et lexicographie ait été posée clairement au départ : les signifiés qui sont recherchés sont en ce sens exclusivement grammaticaux. En outre, la prise en compte du contexte d’énonciation et des motivations psychologiques des locuteurs les replace dans une visée pragmatique. La nature même des objets qui sont mis au jour par l’investigation grammaticale est donc problématique : que sont les « signifié[s] de la vie psychique » que Damourette et Pichon entendent révéler ? La notion de signifie de la vie psychique peut-elle être posée comme équivalant celle de sens linguistique ? En effet, l’affirmation « tous les phénomènes linguistiques ont une signification psychologique » ne sous-entend pas que la signification psychologique épuise le sens linguistique : c’est ici que la nécessité de la prise en compte du contexte d’énonciation s’explique.

231L’apport freudien dans cette construction de l’ascendance devient difficile à caractériser si l’on prend en compte l’article de 1937, « La linguistique en France. Problèmes et méthodes », dans lequel Pichon fait de Janet la figure tutélaire de la notion d’inconscient qu’il développe, avec Damourette, dans l’Essai de grammaire de la langue française :

Il fallait que M. Damourette et moi-même eussions, au pays de Pierre Janet, nettement la notion d’une couche subconsciente capable de régler bon nombre de réalisations actuelles pour que nous en arrivions à situer dans cette couche l’essentiel du système d’un idiome […]. (Pichon, 1937a, p. 36)

232Ce terme, subconscient, est la marque de fabrique de Janet qui se démarque ainsi de Freud. Psychologue et non psychanalyste, Janet travaille en définitive sur la conscience : le terme subconscient renvoie à cette primauté du conscient, et n’oblige pas à considérer une entité psychique indépendante, l’autre scène de l’inconscient. Dès lors, la métaphore des structures enfouies dans l’inconscient, telle qu’elle apparaît dans l’Essai, devient ambiguë. Ces difficultés sont relevées par Roudinesco :

La position de grammairien de Pichon est en contradiction radicale avec celle qu’il adopte pour la psychanalyse. L’idée du primat de la langue sur la pensée le conduit à soutenir, dans la grammaire, le principe d’un primat de l’inconscient sur la conscience, là où, dans sa lecture des textes freudiens, il a toujours prétendu ignorer le sens d’un « inconscient psychologique ». On peut faire l’hypothèse que c’est à travers la grammaire que Pichon accède à la nature de l’inconscient freudien. Il reste psychologue et médecin quand il cherche à comprendre la théorie freudienne et il abandonne ce point de vue dès le moment où il pense l’inconscient sous les catégories de sa grammaire. Ce renversement est commandé par le fait qu’il soutient que le langage est l’une des conditions d’accès à l’inconscient. Pichon est le premier dans l’histoire du mouvement psychanalytique à opérer à partir de la langue une jonction qui sera reprise par Lacan dans sa lecture des textes freudiens. D’où cette contradiction pichonienne majeure : il ne reverse pas dans la psychanalyse ce quil a mis en évidence par la grammaire, comme si son projet maurrassien ou néo-cartésien l’empêchait de faire une découverte dont il a anticipé la venue. (Roudinesco, 1994, p. 311)

  • 106 On rappelle ce passage de l’Essai : « […] nous avons marqué que la tâche du grammairien était d’ame (...)

233Ces affirmations appellent plusieurs commentaires. D’une part, il semble en effet légitime de créditer Pichon de la première tentative d’articulation de la structure linguistique et de l’inconscient106. D’autre part, il paraît également difficile de nier les contradictions qui parcourent les textes de Pichon ; cependant, le jugement qui précède paraît radical au regard de la position, maintes fois affirmée, de Pichon en faveur de la doctrine freudienne. La non-reconnaissance d’un inconscient psychologique par Pichon n’est pas patente, il est vrai en revanche que son recours régulier à la notion de subconscient, ainsi qu’on l’a mentionné plus haut, signale son inconfort théorique dès lors qu’il s’agit de choisir entre Janet et Freud :

[…] Pichon respecte et admire l’œuvre de son beau-père et éprouve vis-à-vis de Freud une passion amoureuse ambivalente. Quoi qu’il en dise lui-même, il n’est pas janétien : il ignore les conduites et adopte toujours les structures, il a le culte des grands hommes, et, rompu à la politique, il sait faire la différence entre un maître à penser et un petit chef de file. Mais l’Europe centrale l’encombre, le judaïsme lui est insupportable et la « pensée allemande » lui semble dangereuse. La véritable trajectoire de Pichon, celle où il se tient au plus près de la chose inconsciente, c’est l’épopée de la grammaire. (Ibid.)

234Ainsi – et c’est l’hypothèse que je cherche ici à vérifier –, ce serait la nature idéologique du projet de Pichon qui expliquerait les contradictions opérées par ses choix théoriques : le soutien partiel, mais réel, à Freud, serait en partie motivé scientifiquement (ce qui s’illustre dans la distinction doctrine vs méthode) et en partie motivé politiquement (le soutien à un Juif allemand n’est pas toujours compatible avec le maurrassisme). Pour autant, « la chose inconsciente » dont il parle dans sa grammaire ne semble pas si facilement rattachable à l’inconscient freudien. Ce qui distingue essentiellement le psychanalyste du grammairien tient à l’utilisation du sentiment linguistique par ce dernier ; si l’analyste peut être renvoyé à lui-même dans l’interprétation qu’il donne du discours de l’analysant, il reste que c’est l’analysant lui-même qui construit, par la libre association, la majeure partie du travail herméneutique. En revanche, pour Damourette et Pichon, le grammairien ne travaille que sur sa propre langue : il est donc tout à la fois objet et sujet de son étude, et l’utilisation qu’il fait de son sentiment linguistique est l’instrument indispensable de son investigation.

La place du « sentiment linguistique » : du locuteur au locuteur-grammairien

235Saussure et Pichon ont de la langue et du grammairien qui l’étudie des visions qui semblent antinomiques. En effet, l’extrait suivant du Cours de linguistique générale : « Le linguiste est obligé d’en [les langues] connaître le plus grand nombre possible, pour tirer de leur observation et de leur comparaison ce qu’il y a d’universel en elles » (Saussure, 1972, p. 44) pourrait être ainsi paraphrasé, pour donner les positions pichoniennes : « Le linguiste est obligé de connaître la langue qu’il étudie depuis l’enfance, d’avoir cette langue pour langue maternelle, pour tirer de son observation ce qu’il y a de singulier en elle. » Néanmoins, Reichler- Béguelin signale, chez Saussure, l’idée d’une dimension réflexive dans l’observation linguistique :

  • 107 Voir Engler (1968, p. 428-429 [2823]). Ces références sont données par Reichler-Béguelin (1990).

236Dans le Cours de linguistique générale de F. de Saussure, l’élaboration du concept de langue comme système idiosynchronique est directement tributaire du recours à la notion de conscience des locuteurs, au sentiment linguistique de ceux qui pratiquent leur langue naïvement, et, en particulier, dans l’ignorance des données historiques. C’est cette perspective de l’usager qui, pour Saussure, fonde l’objet de la linguistique statique. Le devoir assigné par priorité au linguiste consiste dès lors à « entrer dans la conscience des sujets parlants » (Engler 1968 : 182 [1351]), à adopter, sur les faits de langage, leur point de vue et leur mode d’analyse : « nous devons nous attacher à une analyse psychologique plutôt que logique <et ne pas faire> une analyse qui suppose la réflexion ».107 (Reichler-Béguelin, 1990, p. 210)

237Ainsi, la différence essentielle entre Saussure et Damourette et Pichon tient au fait que la perspective saussurienne reste générale, quand celle de nos deux auteurs est avant tout idiomatique : leur projet d’investigation est limité au français, et cette limitation tient à leur propre identité de Français. En effet, certaines affirmations de Saussure font écho à ce que Damourette et Pichon disent de leur propre méthode :

  • 108 Voir Engler (1968, p. 310 [2173]).

On peut dire que la somme des classements conscients et méthodiques faits par le grammairien qui étudie un état de langue sans faire intervenir l’histoire doit coïncider avec la somme des associations, conscientes ou non, mises en jeu dans la parole.108 (Ibid.)

238Linguiste et locuteur observé sont donc liés par leur identité de sujet parlant :

  • 109 Voir Engler (1968, p. 182 [1354-1355]).

Chez Saussure également, linguiste et sujet parlant semblent tout naturellement permutables dès qu’est adoptée la perspective statique : « L’observateur placé en un point fixe, déterminé, c’est le sujet parlant ou le linguiste qui se met à sa place. »109 (Ibid., p. 213)

239Cependant, le discours du linguiste est limité par celui du locuteur observé :

  • 110 Voir Engler 1968, p. 315 [2195]).
  • 111 Voir Engler (1968, p. 415-416 [2760]).

[…] grâce au concept de langue, le savoir du locuteur reçoit une légitimation décisive face au savoir du savant, qui lui devient ainsi de quelque manière subordonné. De ce renversement hiérarchique, il s’ensuit que les objets réels, concrets construits par la science ne peuvent plus être ceux qui sont également d’une façon ou d’une autre présents à la conscience du locuteur, par opposition à telle distinction « abstraite » au sens négatif du terme, c’est-à-dire « n’appartenant qu’aux grammairiens mais non ratifiée par la conscience des sujets parlants »110. C’est un garde-fou qui est ainsi mis à l’activité « objective »111 du linguiste, mais aussi, en dépit de l’apparente simplicité du critère revendiqué, une ascèse qui est imposée à sa méthode : l’intuition du sujet parlant n’est-elle pas, par essence, un objet mobile, difficile à capter, qui se dérobe sans cesse ? (p. 210-211)

240On retrouve cette idée chez Damourette et Pichon dans ce qu’ils disent de leur utilisation prudente des exemples forgés : en dernière analyse, c’est bien le discours des autres locuteurs qui est leur véritable objet d’étude. La part réflexive de l’activité du linguiste est néanmoins souvent rappelée par Damourette et Pichon. La pensée-langage, ainsi qu’on l’a vu avec l’évocation de l’endophasie dans les premières pages de l’Essai de grammaire de la langue française, a en effet une existence attestée par la conscience du sujet lui-même. Dès lors, une dimension réflexive apparaît : la pensée n’est atteinte que par l’exercice d’elle-même. Pichon insiste souvent sur cette idée, qu’il situe dans la droite ligne de la philosophie cartésienne :

Les problèmes de la connaissance n’ont évidemment de sens que si l’on ne se confine pas dans un solipsisme par quoi l’on prétende n’accorder d’existence à rien en dehors de soi, sujet pensant, et ne considérer le flux mutatif de la pensée que comme une variation absolue et inconditionnée de soi.
Telle n’est pas mon attitude. Il me semble beaucoup plus intéressant de postuler qu’il existe effectivement du connaissable, origine des mutations du fluent. Mais en face de ce connaissable, il me faut alors poser une puissance cognitive : et celle-là, pas moyen de la nier puisqu’elle est moi-même, tel que le définit ce cogito ergo sum cartésien qui, quoi que l’on puisse penser du reste du système de Descartes, est la définitive mise en évidence d’une vérité philosophique. (Pichon, 1936-1937, p. 285)

241La méthode introspective est directement rattachée par Pichon à sa connaissance du champ psychologique, et elle est une composante légitime de la convergence des méthodes, comme le montre cet extrait du compte rendu de Dwelshauvers :

M. Dwelshauvers est un apôtre de ce salutaire principe de toutes les disciplines cliniques : la convergence des méthodes. Aussi croit-il que la psychologie ne peut, pour se constituer solidement, se passer d’aucune des quatre voies d’accès possibles vers son objet : introspection, extrospection, expérimentation provocatrice d’occasions d’introspection, expérimentation provocatrice de réactions comportementales. […] Contre l’introspection, M. Dwelshauvers nous montre quelles critiques ont été élevées au xixe siècle, surtout par l’école de Stuart Mill et par celle d’Auguste Comte. Mais enfin il est des données qu’indéniablement « seule elle [l’introspection] est capable de fournir » (Pichon, 1928c, p. 368-369)

242La nécessaire distance à entretenir avec les discours positivistes et matérialistes est donc justifiée par l’idée que la connaissance scientifique doit composer avec les données introspectives, lesquelles ne sont pas forcément verbalisables, et restent dans le sensu-actoriel :

De la couleur rouge en tant que qualité directement donnée à notre conscience, nous avons bel et bien une connaissance ; et ce n’est pas du tout une connaissance scientifique, puisque tout ce que la physique a pu construire pour expliquer le rouge reste transcendantalement incommensurable avec ce qu’est, pour nous, qualitativement, la couleur rouge. Il est donc certain que la connaissance scientifique nest pas toute la connaissance. Il y a un mode de connaissance autre que la connaissance scientifique. (Pichon, 1928a, p. 141)

243Ce problème de perception de la couleur fonctionne comme le parangon, pour les uns de l’objet de la méthode introspective, pour les autres des preuves que l’objectivisme est la seule voie d’accès à la connaissance. Le psychologue Paul Guillaume, dont Janet (1936) dit admirer le travail, propose une voie moyenne entre introspection et behaviorisme :

[…] on oublie que le comportement comprend une immense variété de réponses différenciées, notamment à des situations sociales complexes […]. L’introspection […] [s]ous peine de rester une contemplation stérile, […] doit aboutir à une description intelligible pour autrui. Si le sujet, chez qui j’étudie la perception des couleurs, veut me décrire ses sensations, les mots qu’il emploiera ne peuvent transporter de sa conscience dans la mienne les qualités propres de ces sensations […]. La science ne peut faire état de la qualité même des impressions ; elle est en présence d’un comportement verbal qu’elle peut rattacher, au même titre que les autres formes de comportement, dont il est un substitut, à ses conditions objectives. L’introspection ainsi comprise peut apporter à la psychologie du comportement un élément d’information précieux. (Guillaume, 1938, p. 8.08-10)

244Pour Pichon cependant, les vertus propres à l’introspection doivent donc être mises au profit de l’investigation grammaticale. Il ne s’agit pas de produire soi-même un discours que l’on analyserait, mais bien d’exercer son sentiment linguistique sur le discours des autres locuteurs, auxquels on se trouve lié par l’appartenance à une communauté linguistique. On comprend alors l’affirmation de Damourette et Pichon : « Pour faire la grammaire française que nous concevons, il fallait être Français. Nous le sommes » (I, § 7, p. 15).

245Si on reprend la schématisation de l’ascendance proposée plus haut, on remarque que l’étape finale de l’investigation grammaticale, celle qui marque l’aboutissement du processus herméneutique, est constituée par le surgissement du sens pour le locuteur-grammairien. Ces étapes sont clairement données par Damourette et Pichon eux-mêmes ; on notera le mystère qui entoure la soudaine révélation du sens au grammairien, la notion de sentiment linguistique restant marquée par ce qui ressemble à de la pensée magique :

Les idées au sens le plus large de ce mot, forment en quelque sorte le matériel dont le langage est constitué ; mais dans la masse des notions possibles, chaque idiome en possède un certain nombre qui fonctionnent comme des repères, comme des occasions de classement. Quand un Français, par exemple, emploie un subjonctif ou un indicatif, c’est qu’a fonctionné en lui un mécanisme général de répartition des faits verbaux en faits exprimables par le subjonctif et faits exprimables par l’indicatif. Recueillir avec soin un grand nombre de phrases tant orales qu’écrites où figureront d’une part des indicatifs, d’autre part des subjonctifs et les comparer soigneusement entre elles jusqu’à ce qu’en jaillisse l’aperception de l’unité de l’indicatif et de l’unité corrélative du subjonctif, c’est acquérir une donnée scientifiquement valable sur la psychologie collective des sujets ayant pour langue maternelle le français. (Damourette et Pichon, 1928, p. 228-229)

  • 112 Voir Auroux (1989, p. 18) : « Le savoir linguistique est multiple et il débute naturellement dans l (...)

246Damourette et Pichon radicalisent donc l’idée que le discours grammatical peut être compris comme un passage de l’épilinguistique au métalinguistique112 : l’épilinguistique est marqué par l’identité nationale et correspond à l’exercice du sentiment linguistique ; il est la condition nécessaire, et l’instrument principal, de l’élaboration du métalinguistique.

247Pour liée qu’elle soit au maurrassisme de Pichon, cette assimilation du grammairien à un locuteur natif ne peut rester sans intérêt pour la linguistique contemporaine, dans la mesure où elle évoque la notion chomskyenne de compétence. Elle pose de façon complexe la relation entre sujet parlant, grammairien et communauté linguistique.

Notes

1 Il faut ici signaler deux articles, qui, à l’instar de ce chapitre liminaire, jouent le rôle de présentation du projet linguistique de Damourette et Pichon : Damourette et Pichon (1925), « La grammaire en tant que mode d’exploration de l’inconscient », et Pichon (1937a), « La linguistique en France. Problèmes et méthodes ».

2 On entend ici linguistique dans le sens spécifique que ce terme prend notamment avec l’apparition du mot Linguistik à la fin du xviiie siècle en Europe. La pratique linguistique n’est bien entendu limitée ni à cette période ni à cet espace.

3 Swiggers (1992, p. 127) note que la démarche de Pichon est en fait « diamétralement opposée à celle d’une linguistique de type néo-grammairien, qui recherchait les processus naturels de l’évolution linguistique dans les dialectes, variétés peu entamées par l’action standardisante et homogénéisante d’une langue “cultivée” ou “littéraire” ».

4 Voir Saussure (1972, p. 46-47).

5 Voir Fournier (2005).

6 Voir par exemple, dans un chapitre sur les nombrants (VI, § 2602, p. 555) : « C’est intentionnellement que nous avons négligé l’étude de 1. as, 2. couple (fém.) ; paire ; couple (masc.). Ce sont là, en effet, des questions plus lexicographiques que grammaticales. » Néanmoins, il est difficile de ne pas voir le caractère lexicographique de certaines études de listes dans l’Essai de grammaire de la langue française : voir par exemple, dans un chapitre sur la quantité (VI, § 2770, p. 734 et suivantes), l’étude des « Substituts de un peu ».

7 De même qu’il n’y a pas de séparation nette dans leur théorie, leur pratique est perçue comme mixte. Dans la notice nécrologique qu’il rédige à la mort de Damourette, Dauzat décrit ce dernier comme « lexicologue et grammairien » (Dauzat, 1944, p. 5).

8 Il faut comprendre : la grammaire en tant que discipline au début du xxe siècle. Cette citation ne concerne pas seulement l’Essai de grammaire de la langue française.

9 À tel point que, pour des raisons de lisibilité, on supprimera quasi systématiquement, dans les citations de l’Essai de grammaire de la langue française, les renvois aux références que Damourette et Pichon opèrent par le biais d’appels de note. Le même souci vaut pour les exemples. Pichon (1937h, p. 318) s’indigne ainsi d’un « exemple cité (sans nom d’auteur !) » trouvé dans un article de Spitzer.

10 Le nom du premier n’apparaît même pas en tant que source dans l’Essai de grammaire de la langue française, le nom du second est très présent, mais pas en tant que source théorique.

11 Il s’agit du seul texte saussurien auquel Damourette et Pichon ont eu accès.

12 Voir infra, Annexe B, le brouillon du compte rendu du tome III que Tesnière fait en 1935 : « Page 12 les sûtes, les sachez et les sussiez. Terminologie impossible. Meillet s’en extasie. C’est qu’il a travaillé toute sa vie à confondre le morphologique et le syntaxique » (feuillet 2).

13 Cité par Mucchielli (1998, p. 376) et Chiss et Puech (1997, p. 112).

14 [...] en 1896 il fonde la revue LAnnee sociologique, dont le principal contributeur en linguistique sera Antoine Meillet (1866-1936), qui fut l’étudiant de Saussure et son proche collaborateur. Néanmoins, avant le Cours, ce qui pourrait s’approcher d’une formulation sociologique de la linguistique reste à l’état de vague desideratum. (Nous traduisons)

15 J’utilise ici volontairement un terme presque anachronique qui mériterait d’être discuté, notamment par rapport à l’expression « linguistique sociologique ». Je renvoie par exemple sur ce point à Forel (2008, p. 26), qui ne voit pas chez Bally de « projet sociolinguistique » mais plutôt une « linguistique sociologique », ce qui s’inscrit plutôt du côté du travail de Meillet précisément (voir le numéro thématique de la revue Histoire, épistémologie, langage, 1988).

16 La suite du texte précise la position du champ philosophique : « [La sociologie] est destinée, croyons-nous, à fournir à la philosophie les bases qui lui manquent présentement. On peut même dire que la réflexion sociologique est appelée à se prolonger d’elle-même et par son progrès naturel sous la forme de la réflexion philosophique » (Durkheim, 1909, p. 758).

17 Voir Ohayon (2006, p. 20), à propos des années 1920 en France : « Quant à la psychologie sociale, c’est un domaine particulièrement éclaté. En témoignent ses multiples dénominations : interpsychologie, psychologie sociale, collective, des foules, des sectes, socio-psychologie. On peut y repérer deux directions principales : l’étude des courants sociaux et des comportements collectifs qui s’inspire des travaux de Gustave Le Bon et de sa Psychologie des foules, et celle du lien social et de sa nature qui s’apparente à l’inter-psychologie de Gabriel Tarde […]. » Sur ce dernier auteur, qui intéresse plus particulièrement les linguistes puisqu’il propose une analyse conversationnelle, voir Chiss et Puech (1997, p. 119-128) et Nerlich (1986, p. 64-71). La linguistique est vue, par Tarde et par Mauss, comme susceptible d’être le lien le plus sûr entre sociologie et psychologie, en d’autres termes de permettre la synthèse entre étude du collectif et étude de l’individuel. Voir Blondel (1927) pour une étude comparée des positions de Comte, Durkheim et Tarde.

18 Sur cette notion, voir Bergounioux (2004).

19 Voir Roudinesco (1994, p. 300) : par cette opposition entre lingui-spéculatif et sensu-actoriel, Pichon « distingue deux “types mentaux” empruntés à Binet, mais dont la dénomination est de son cru ».

20 Voir Arrivé (2003, p. 10-11) : « Freud, en lettré exclusif, ne semble guère se poser la question du statut de la “représentation de mot” pour les sujets pratiquant exclusivement une langue non écrite. C’est tout juste s’il effleure très rapidement le problème de la langue orale, en évoquant le cas des dialectophones. Mais les sujets auxquels il pense disposent de l’écriture pour la langue littéraire voisine du dialecte qu’ils pratiquent par ailleurs. En sorte que finalement la possibilité même d’un mot dépourvu d’image visuelle semble lui être totalement étrangère. » Pichon échappe à ce reproche dans la mesure où il pose clairement la représentation visuelle comme possible mais non obligatoire.

21 Dans l’Essai de grammaire de la langue française, Condillac n’est cité à titre théorique que pour ses Principes de la grammaire française, notamment pour sa définition de la substance (I, § 68, p. 89). Cependant, le Traite des sensations, le Traite des systemes, l’Essai sur lorigine des connaissances humaines, le Traite des animaux fournissent de nombreux exemples à la grammaire de Damourette et Pichon, et attestent leur lecture de l’œuvre condillacienne.

22 Voir en particulier le chapitre iv.

23 Voir Nicolas, Marchal et Isel (2000, p. 88) : « Pour les positivistes, et conformément aux doctrines d’Auguste Comte, il n’était pas question d’attribuer à la psychologie le titre de science puisque la psychologie n’est qu’une branche particulière de la physiologie cérébrale appelée par Littré la psychophysiologie ou physiologie psychique. »

24 Cet article convoque la physique einsteinienne aux côtés de la philosophie, de la psychologie et de la linguistique.

25 Non sans humour, Damourette et Pichon proposent, dans le chapitre sur chacun, l’exemple forgé suivant : « Les psychologues et les linguistes ont employé chacuns leur méthode » (VII, § 2871, p. 93).

26 Pichon a une sympathie particulière pour Lévy-Bruhl, qui, pense-t-il, appuie sa vision antilogiciste. Voir Pichon (1937a, p. 37) : « Aussi le vieil axiome de l’unité de la logique humaine, en tous temps et en tous lieux, auquel des études comme celle de M. Lucien Lévy-Bruhl avaient déjà porté de sérieux coups, ne mérite-t-il plus du tout d’être considéré comme valable. »

27 Voir infra, Annexe B, les textes A et B et la correspondance Tesnière-Pichon.

28 Voir par exemple I, § 71, p. 92 : « […] toute logique non rigoureusement moulée sur la grammaire est une logique fausse, artificielle autant que stérile. »

29 Voir Maurras (1937, p. 108-109) : « Si l’on veut, j’eus des “théories”, et si l’on veut, j’en ai encore : mais, de tout temps, ces théories ont mérité leur nom, qui en montre la prudence et l’humilité, elles s’appellent lEmpirisme organisateur, c’est-à-dire la mise à profit des bonheurs du passé en vue de l’avenir que tout esprit bien né souhaite à son pays. » Dans le cadre maurrassien, l’empirisme organisateur est une émanation des principes de Comte, qui sert de caution scientifique à l’ensemble du projet politique (Bedouret, 2005, p. 533). Les psychologues ne sont pas sourds aux propositions maurrassiennes ; voir par exemple Arbousse-Bastide (1931, p. 270) : « Maurras se réclame volontiers d’un empirisme organisateur. Que nous apprend l’expérience pour l’organisation de la cité ? C’est qu’au point de vue de l’intérêt national, le système du pouvoir électif n’a pas réussi. » Dans ce numéro de La Psychologie et la vie, revue vulgarisatrice de psychologie appliquée, Maurras est présenté comme un « doctrinaire de l’autorité » qui doit compter au nombre des « maîtres de la pensée » en psychologie. Sur les problèmes de crédibilité scientifique posés par cette entreprise de vulgarisation, et les relations entretenues notamment par Janet avec le comité de rédaction, voir Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 183-185). Il est à noter que Van Gennep et Dwelshauvers sont des collaborateurs réguliers de La Psychologie et la vie. Si Carroy, Ohayon et Plas (p. 185) signalent que Pichon intervient ponctuellement dans cette revue, il ne nous a pas été possible, après dépouillement de l’ensemble des numéros disponibles à la Bibliothèque nationale, de trouver une de ses contributions. Je remercie Annick Ohayon de m’avoir indiqué l’existence d’une communication de Pichon et Laforgue, dans La Psychologie et la vie, no 5-6, mai-juin 1929, sur « les réactions sociales para névrotiques ».

30 Le texte de la communication établit une hiérarchie qui justifie cette coordination : « Pichon est celui d’entre nous qui jusqu’à présent a le plus insisté sur cette conception générale de la méthode ; mais tous nous avons contribué par nos travaux à l’établir et à en montrer la fécondité » (texte B, feuillet 3).

31 Il est intéressant de noter que Tesnière remercie Pichon de prendre la parole devant ceux qu’il appelle « les philosophes », et non les « psychologues » : plus qu’une confusion, il y a là un signe de ce que sont alors les partages disciplinaires. Voir le double de la lettre de Tesnière à Pichon datée du 8 juin 1937, feuillet 2.

32 Sur ce point, voir infra, Annexe B, le tableau fait par Tesnière dans le brouillon du compte rendu pour la faculté des lettres de Strasbourg, feuillet 3. Il y met en parallèle, se plaçant lui-même du côté de la distinction des plans syntaxique et morphologique par l’opposition nœud verbal / complexe verbal, les conceptions du noeud verbal chez Jespersen (plan syntaxique) et Damourette et Pichon (plan morphologique).

33 Voir notamment Pichon (1937a, p. 35-36).

34 Il rejoint cependant Guillaume sur l’idée que la visée, comme le moyen, de l’étude linguistique est la langue et non le discours. Il cite ainsi Temps et verbe, p. 122 : « […] le schème sublinguistique (entendons : le plan des mécanismes psycholinguistiques) est le seul lien de la langue où une forme puisse être perçue et définie dans sa compréhension intégrale : c’est là seulement qu’elle peut être saisie avant d’avoir été l’objet d’aucune application et, conséquemment, en puissance de toutes les applications qu’on en peut requérir » (Galichet, 1953, p. 18).

35 Ce numéro de 1933 affiche un sommaire exceptionnel : y figurent notamment les noms de Sapir, Bally, Cassirer, Sechehaye, Meillet, Vendryes, Troubetzkoy, Brøndal, Jespersen.

36 Puech et Savatovsky (1997, p. 185) signalent cependant que pour le numéro spécial de 1950, Linguistique et psychologie, Guillaume n’est pas invité à participer.

37 Parmi ces termes, on peut noter plus particulièrement subconscient. L’emploi de psychique n’est de plus pas systématiquement lié à la psychologie en tant que discipline.

38 Joly (1982-1983, p. 36) signale à raison que Damourette et Pichon s’obstinent à appeler cet ouvrage Verbe et temps.

39 Voir Essai de grammaire de la langue française (V, § 1603-C, p. 12) : « On peut se demander si ce n’est pas par une sorte de transformation, d’amenuisement, de sublimation de leur sens que certains verbes peuvent accéder à l’auxiliarité. Tel verbe qui exprime normalement quelque action matérielle et particulière verra son sens se distiller, se dépouiller, se spiritualiser et acquérir ainsi assez de généralité pour convenir à l’expression de modalités pouvant toucher tous les phénomènes. »

40 Stematique renvoie aux éléments libres, astématique aux éléments liés. Boone et Joly (1996, p. 385) donnent, citant Guillaume (Langage et science du langage, 1964, p. 75), la définition suivante : « Se dit de tout élément du langage capable “de se porter, de se soutenir dans la langue en mot distinct”, par opposition aux éléments astématiques, comme les suffixes et les flexions, “incapables d’y avoir existence de mot”. »

41 Le terme locuteur est évidemment un contre-exemple. On peut aussi signaler l’emploi, par Le Goffic (1993) notamment, du terme percontatives pour désigner les subordonnées interrogatives indirectes. Sur l’utilisation de la terminologie de Damourette et Pichon par la linguistique contemporaine, un article qui demanderait sans doute une mise à jour, mais qui reste le seul à mener explicitement l’enquête : Pohl (1982-1983).

42 C’est-à-dire du discours. Guillaume distingue la causation obverse, le causé construit, et la causation déverse. Selon Boone et Joly (1996, p. 87) : « […] “causation” désigne l’opération même de la cause, l’effectivité de la production de l’effet [citation de l’Encyclopedie philosophique universelle]. […] si le causé construit est assimilable à la langue non encore employée, et la causation déverse assimilable au discours (au sens dire + dit discours), aucun équivalent n’a été attribué à la cause obverse. »

43 Maurras (1933, p. 16) : « On peut dire à la gloire du corps médical français que c’est de lui que sont sorties les premières réactions contre le joug de l’hypothèse matérialiste transformée en orthodoxie dogmatique, les premières révoltes de l’indépendance et de la conscience contre la tyrannie des partis, enfin les premières, et les plus éloquentes, et les plus nobles protestations contre les lois d’un Étatisme insensé. »

44 Voir infra, Annexe B, la version tapuscrite du compte rendu de 1935 pour la faculté des lettres de Strasbourg.

45 Le brouillon de Tesnière semble montrer la relative incertitude de ce dernier quant au statut de Damourette et Pichon, puisqu’il écrit : « Certes, il est plutôt vexant pour des linguistes […] de devoir constater qu’ils sont en somme incapables de remplir leur tâche, et qu’il a fallu que ce soit 2 médecins qui leurs [sic] apprennent l’A.B.C. de leur métier » (Tesnière, 1935, ms, feuillet 9).

46 Ce principe est valable pour l’éducateur. Dans son manuel sur Le developpement psychique de lenfant et de ladolescent, Pichon affirme : « […] un des principes de l’éducation est de s’approprier à chacun. […] l’on ne doit pas forcer tous les enfants à rentrer dans le même moule. […] on leur donnera l’habitude de s’intéresser à tout, de savoir tirer profit de la fréquentation des gens les plus ordinaires et traire le suc des sujets de conversation en apparence les plus insignifiants » (Pichon, 1936a, § 266, p. 266-267). Sur le plan politique, il s’agit pour la France de préserver sa singularité contre une norme internationale, qui n’est autre que le « péril unificateur » de la « standardisation à l’américaine » (§ 268, p. 268).

47 En médecine et en psychiatrie, on écrit les cas singuliers, et les conclusions sont déduites de l’interprétation de la singularité. On cherche à connaître l’histoire de l’individu, son environnement, ses habitudes aussi bien que toute information génétique pertinente. Les conclusions peuvent ne pas être directement pertinentes pour un autre individu, et néanmoins éclairantes pour le médecin et le psychiatre dont le travail est après tout, pour une large part, interprétatif (nous traduisons).

48 Au sens que donne Bourdieu à cette classification. Voir par exemple Bourdieu (1992, p. 367).

49 C’est le point de vue de Druon (1998, p. 25), qui refuse aux femmes ministres le droit d’élaborer elles-mêmes le titre qui les désigne : « Il n’apparaît pas que leurs décrets d’attribution confèrent aux ministres la capacité de modifier de leur propre chef la grammaire française et les usages de la langue. »

50 Voir le récent article de Plénat et al., qui défend la plausibilité de la « conjecture de Pichon » : comme ce dernier le suppose à partir de l’exemple, trouvé chez Verlaine, de Silvio Pellico – silviopelliqueste (Pichon, 1942, p. 65), il apparaît que « la substitution de este à esque fait partie des moyens utilisés par le français pour éviter la consécution de deux vélaires » (Plénat et al., 2002, p. 124).

51 Notamment à cause de la linéarité temporelle qui s’y attache.

52 Voir Arrivé, Gadet, Galmiche (1986, p. 296).

53 Ce qui constitue une critique somme toute différente de celle produite par Guillaume : ce dernier remet surtout en question la réduction des faits de discours à un prototype choisi en fonction de sa récurrence.

54 Attaqué par Spitzer sur ces fameux exemples de moi sujet sans je, Pichon (1937h, p. 320) tient fermement sa position, en ajoutant deux nouveaux témoins oraux : « “Elle trouve que Fanny et moi sommes petites” (Mme EJ, le 18 septembre 1928 ; exemple déjà cité dans EGLF, § 1001). Plus deux exemples inédits que voici : “À ce moment là, moi et ceux qui sont devenus mes gendres reprendront cette affaire.” (M. VZ, le 21 septembre 1934) “… le plaisir qu’Aubin, qui est très bon tireur, ou moi éprouvons à tirer un perdreau dans des conditions difficiles.” (M. VM, le 19 décembre 1934). »

55 Voir par exemple (Halévy, 2001, p. 109) : « 1815 ramena la paix, et la société européenne vit venir ses derniers beaux jours […]. Ensuite, la lumière change : Bismarck, Schopenhauer, Wagner et Marx domineront une Europe assombrie, où Henri Heine et Offenbach porteront un éclat étrange. »

56 Voir aussi Pichon (1936d, p. 569-570).

57 Il utilise également ce terme pour qualifier l’évolution du langage de l’enfant : « D’un intellect devenu à la fois plus rigoureux et plus souple, je dis qu’il est devenu plus eunoiaque. Ainsi, en passant (vers 7 ans) du stade puéril au stade réfléchi, l’enfant fait un progrès en rigueur » (Pichon, 1938s, p. 85).

58 Voir Pichon (1938s, p. 78) : « Il semble […] que, dans les limites du normal, la rapidité du développement linguistique et même ses modalités soient très variables suivant les enfants, malgré la constance de certaines lois générales. »

59 Voir par exemple la polémique déclenchée par Janet (2004).

60 Voir VI, § 2564, p. 523 ; VI, § 2585, p. 541 ; et VI, § 2675, p. 648. Les deux ouvrages dont il est question sont celui de L. Berge, Sur Sigmund Freud, et celui de R. Dalbiez, La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne.

61 Par exemple, ni Wundt ni Le Bon, dont les écrits sont alors influents dans le domaine de la psychologie sociale, ne sont cités par Damourette et Pichon. Leur travail aurait notamment pu être convoqué lors de l’exposé de la notion d’inconscient national collectif.

62 Pour une présentation synthétique de ce projet encyclopédique : Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 160-164). L’article de Pichon, intitulé « La psychanalyse », est situé dans l’introduction générale de l’ouvrage, dans la section « Méthodes », à la suite de « La psychologie de la conduite », article de Janet.

63 Voir Jones (1975, p. 244). Néanmoins, Pichon (1938g, p. 449) classe Janet parmi les « auteurs étrangers au freudisme », ce qui montre assez clairement qu’il prend en compte leurs différends théoriques.

64 Ce texte de Janet est clairement hostile à Freud : « […] cet auteur a essayé de transformer d’une manière originale les conceptions de l’analyse psychologique sur les souvenirs traumatiques et sur la subconscience en les généralisant démesurément » (Janet, 2004, p. 103). Est également ouvertement exposé le désir qu’a Janet, alors puissant d’un point de vue institutionnel, de réadapter les travaux freudiens aux cadres théoriques « français » : « Il semble que la France soit mieux préparée à comprendre la psychanalyse, vu qu’elle est la terre classique du point de vue de la psychologie en médecine. Rappelons les travaux sur l’hypnotisme et la suggestion, les automatismes subconscients, la dissociation de la personnalité, les névroses traumatiques etc. » (ibid., p. 15). Ce texte est dès lors jugé sévèrement par le biographe de Freud, Ernest Jones : « Il est malheureux que le professeur Janet n’ait pas réussi à présenter un compte rendu plus objectif et plus précis de la psycho-analyse. Dans la mesure où celui-ci contient une longue liste d’idées fausses, de distorsions, et d’affirmations erronées, la validité de ses conclusions en pâtit. L’orateur a cité un certain nombre d’exemples pour fonder sa critique. Mais pour être en mesure de critiquer une nouvelle théorie, encore faut-il la comprendre » (ibid., p. 114).

65 C’est notamment l’influence de la pensée bergsonienne, dont Pichon se réclame, avec les psychanalystes et autres opposants au behaviorisme, qui pose problème. En tant qu’elle relève d’une défense de l’intuition, elle ne peut que provoquer l’agacement des objectivistes de la Revue de psychologie concrete : « […] les “psychologues de fauteuil” ne sont pas encore revenus de l’éblouissement qu’a provoqué en eux la mielleuse prestidigitation du dynamisme bergsonien, et leur opposition même à Bergson est tout à fait molle, car en réalité ils sont persuadés que la mythologie de la qualité, de la durée, de l’intuition, etc. constitue le dernier mot de la psychologie » (Politzer, 1929, p. 102).

66 Gide s’inspire de Sokolnicka pour son personnage de Mme Sophronicka dans Les Faux Monnayeurs : elle échoue à guérir son petit patient, Boris.

67 Les comptes rendus que Piéron fait par la suite des articles de Pichon font montre d’une réelle admiration pour le linguiste-psychanalyste : « médecin des hôpitaux, d’une grande culture, linguiste distingué, et psychanalyste ayant passé par l’initiation orthodoxe » (Piéron, 1932, p. 455). Voir aussi son éloge funèbre : Piéron (1942, p. 848).

68 Le jeune psychiatre Lacan doit également assigner des places à ces deux pôles. Voir Carroy, Ohayon et Plas (2006, p. 164) : « À cette période de sa vie, où sa pensée commence à s’affirmer, Lacan situe toujours les découvertes freudiennes au sein de l’édifice de la psychologie, reconnaissant même, sur certains points, la priorité des découvertes de Janet sur celles de Freud. »

69 Cette distinction doctrine vs méthode ne vaut pas que pour Freud. Voir par exemple Pichon (1938i, p. 670) : « Mon ami Laforgue […] est un étrange esprit : excellent clinicien, thérapeute parfois étonnant, il est décevant comme doctrinaire. »

70 Voir Pichon (1936d, p. 559) : « Cette réussite brillante, dont tous ceux qui s’intéressent à la psychanalyse doivent être reconnaissants à M. Dalbiez, comment l’a-t‑il méritée, et parce que méritée obtenue ? C’est en exposant impartialement, en toute liberté d’esprit, le résultat des travaux de M. Freud et de ses disciples les psychanalystes ; c’est surtout en distinguant soigneusement, ainsi que je l’avais demandé depuis longtemps, entre la psychanalyse, qui est une méthode, et une méthode admirable que tous ceux qui l’ont pratiquée ou vu pratiquer de près sont forcés de reconnaître comme un génial enrichissement de la pratique psychologique, et le freudisme, qui est une doctrine, dont on reste libre de n’accepter que ce que l’on veut. » Voir aussi Piéron (1932, p. 456) : « […] en rappelant que la méthode n’est pas aussi intimement liée que le croient bien des Freudiens à la doctrine, [Pichon] montre comment il entend, en pratique médicale, l’exercice de la psychanalyse […]. »

71 Le texte de Freud Das Unbehagen in der Kultur (1930) est traduit par Charles Odier et son épouse et paraît en 1934 dans la Revue française de psychanalyse, no 4, p. 692-769. Le titre A laise dans la civilisation n’est pas qu’un jeu de mots sur la traduction française, en tant qu’il signale implicitement le rejet par Pichon du terme, selon lui germanisant, de culture.

72 Voir notamment Freud (1995).

73 La prise de position de Pichon en faveur d’une clinique non exclusivement psychanalytique apparaît très tôt dans ses textes. Voir par exemple Pichon et Parcheminey (1928).

74 Voir Canguilhem (2003, p. 18-31).

75 Pichon (1932d, p. 19) signale notamment que le rêve n’est pas l’expression d’un désir mais d’un conflit. On verra également que, pour construire leur théorie de la négation, Damourette et Pichon utilisent cette notion de conflit ; par l’emploi du discordantiel, le sujet exprime dans son discours deux points de vue différents : son désir d’une part, sa perception de la réalité d’autre part.

76 Il faut ici noter que Pichon analyse, sans pour autant s’y joindre, la dissidence jungienne comme une résistance au « matérialisme mécanistique freudien » : « La “psychologie analytique” de Jung, Germain authentique et fils de pasteur, réagit contre le caractère matérialiste – dans le style du xixe siècle – des conceptions proprement freudiennes. Selon cette école, l’âme est une réalité immédiate ; le subjectif a des droits égaux à l’objectif ; et, de plus, l’inconscient comprend, outre l’oublié et le refoulé, une large part d’inconscient collectif dont le contenu ne dérive pas de l’expérience personnelle de l’individu » (Pichon, 1938j, p. 8.10-2).

77 Cet affrontement reste évidemment d’actualité : on a vu récemment des associations de parents d’enfants autistes demander la condamnation des psychanalystes qui ne reconnaissaient pas l’étiologie, selon eux exclusivement organique, de la maladie. On retrouve le même type de débats autour de la dyslexie.

78 « Force nous est de penser par conséquent, à moins d’admettre une intervention surnaturelle, que le langage procède du cri. Et pourtant, entre le cri et le langage, il y a un abîme apparent. L’émission de sons ne suffît pas à constituer la parole ; le langage est avant tout quelque chose de psychique. Le cri n’est que le produit de la réaction vocale de l’animal à une impression. Envisagé du point de vue de la finalité, tout cri a pourtant déjà deux valeurs : la première purement subjective, en ce qu’il complète, en l’activant, la passion ressentie par l’animal ; l’autre au contraire objective en ce qu’il aide, en impressionnant les autres vivants, l’action du crieur sur eux » (I, § 47, p. 68).

79 On peut rapprocher cette idée de la définition de la nation par Maurras : « [La France] n’est certainement pas le simple total des Français vivants. Elle existait quand ils n’existaient pas, il y a cent cinquante ans ; ils seront tous morts avant cent cinquante autres années ; et la France doit leur survivre. Une nation est autre chose que les hommes qui la composent à n’importe quel moment de sa vie » (Maurras, 1937, p. 33).

80 Les positions de ces deux auteurs ne sont pas évoquées sans critique : Meyer-Lübke est en particulier à compter au nombre des auteurs attaqués parce qu’ils ne sont pas francophones natifs.

81 Par ailleurs, on verra que l’ouvrage La pensée et la langue fait l’objet d’une utilisation tout à fait différente : il n’est plus cité à titre documentaire mais pour les critiques virulentes qu’il suscite.

82 Voir VI, § 2160, p. 72.

83 Voir Pichon (1934c, p. 74, note 16) : « Dans nos travaux linguistiques, les gens dans la bouche desquels nous avons saisi des exemples oraux sont désignés par des signes conventionnels, correspondant à un répertoire secret où est inscrit leur véritable nom. » La liste des témoins, qui figure dans le volume des Compléments, s’ouvre ainsi : « On a fait figurer sur cette liste, dans la mesure où il a été possible de se procurer ces renseignements, la date de naissance des locuteurs (exacte ou approximative), le lieu dont ils sont originaires, leur situation sociale, et, dans certains cas, la qualité de leur parlure d’après la définition donnée au § 36 de l’ouvrage : B. signifiant parlure bourgeoise ; V., parlure vulgaire. Les lettres qui désignent les témoins ne sont pas des initiales, mais constituent une nomenclature artificielle. »

84 Voir notamment Pichon (1938a) pour le rôle de la femme et celui de la coquette.

85 Il s’agit d’un terme utilisé par Piaget pour décrire les cas où « chaque enfant fait son petit exposé, mais avec tant d’ellipses et d’obscurités […] que bien souvent le locuteur n’est pas compris du camarade auquel il semble parler » (Pichon, 1936a, § 120, p. 138).

86 Bourdieu et Passeron (1970, p. 10 et 23). La difficulté est d’user d’une « langue artificielle », commodément métaphorique, sur laquelle s’appuie la dénonciation de la naturalisation des produits de l’histoire.

87 La variation intra-individuelle et son influence sur l’idiome sont également envisagées. Voir par exemple VI, § 2349, p. 405-406 : « Comme on le voit, la tendance à étendre indéfiniment l’emploi de soi dans le domaine de l’indéterminé et la tendance à recourir à vous pour l’expression de l’indéterminé non réfléchi sont concurrentes et antagonistes. Et pourtant, elles existent toutes deux dans le français d’aujourd’hui. Nous ne nous en étonnerons pas : dans une nation aussi nombreuse que la française et aussi diversifiée dans ses individus, il arrive souvent que l’on voie en lutte pendant plusieurs siècles, des tendances concurrentes, auxquelles voire le même locuteur peut éventuellement obéir alternativement. La langue cultivée finit en général par tirer de cette lutte un nouvel et plus fin équilibre, où elle tire parti de ces deux genres de ressources offertes ; mais jamais les traces d’un usage qui a une fois existé en français ne disparaissent complètement. »

88 Pour la critique par Tesnière des termes locutif, allocutif, delocutif, voir infra, p. 170.

89 On trouve une remarque similaire dans un autre texte d’Yvon (1950, p. 306, cité par Rohrbach, 1990a, p. 38) : « La nomenclature de l’Essai de grammaire est un véritable manuel d’anatomie de la langue française. »

90 Les mots construits sont « les mots pour lesquels un affixe et une base sont clairement identifiables, autant sur les plans morphophonologiques que sémantiques […]. Les mots complexes non construits sont ceux pour lesquels un seul composant est identifiable, soit la base, soit l’affixe. […] Enfin, les mots non construits correspondent à l’ensemble des mots considérés comme non affixés, c’est-à-dire les mots dont la structure se réduit à un seul élément » (Jalenques, 2002, p. 76). Voir également Temple (1996).

91 Cette catégorie est complexe. La définition de l’affonctif par « ça se passe à l’affonctive » (I, § 71, p. 92) laisse une assez grande latitude d’interprétation. Les différents types d’affonctifs ont en commun de permettre « l’agencement des termes linguistiques entre eux » : les affonctifs nominaux correspondent aux adverbes (I, § 86, p. 105 : « On appelle affonctif nominal un terme représentant une modalité sémiématique pure s’appliquant à l’agencement des termes linguistiques entre eux ») ; les affonctifs verbaux correspondent aux gérondifs (I, § 90, p. 106 : « On appelle affonctif verbal un terme faisant partie d’un vocable syncatégorique, pourvu de puissance nodale, et représentant une modalité sémiématique s’appliquant à l’agencement des termes linguistiques entre eux ») ; les affonctifs strumentaux correspondent aux mots-outils (VI, § 94, p. 107 : « On appelle affonctif strumental un terme représentant une modalité taxiématique s’appliquant à l’agencement des termes linguistiques entre eux »).

92 Il s’agit précisément d’un cas d’ajectivation ex casu, c’est-à-dire hérité du génitif latin : « un intérieur de province ». Voir II, § 583, p. 200 : « Dans l’adjectivation ex casu, le substantif nominal est adjectivé sans qu’en réalité sa substance le soit. […] Le substantif adjectivé ex casu ne s’accorde bien entendu pas, morphologiquement, avec le support, auquel il n’est pas consubstantiel. L’adjectivation ex casu paraît d’ailleurs bien avoir pour origine le répartitoire latin de cas. »

93 On n’a ici affaire qu’à des affonctifs nominaux, et non verbaux ou strumentaux.

94 C’est-à-dire sans assiette, sans détermination.

95 Voir I, § 106, p. 120 : « [Dans le mode de complémentation appelé] épiplérose, il y a un supportrégent ou épidecte et un apport-régime ou épiplérome, exemple : “Le fils du roi vint à passer.” (Nous étions dix filles a marier, chanson populaire). Roi est l’épiplérome de fils, épidecte. »

96 Il s’agit d’un type de complémentation caractérisée par la coalescence, c’est-à-dire l’« union intime entre le régime et son régent » (I, § 109, p. 122). Par exemple, le substantif nominal est catadmète du verbe dans les locutions du type avoir faim, rendre grâce, rendre gorge, faire attention (ibid.) ; l’adverbe, quand il se trouve dans les formes composées du verbe entre l’auxiliaire et l’auxilié, est catadmète de ce verbe : Il a été rudement saigne (Mme de Sévigné, Lettre du 10 février 1672) (I, § 109, p. 123).

97 Il est à signaler que ces développements, ici reproduits de façon partielle, mentionnent l’existence d’un accent sur le nom dans le groupe vert myrte : les remarques d’ordre prosodique sont donc intégrées à l’analyse syntaxique, ce qui est un indice de l’attention portée par Damourette et Pichon à l’oral.

98 L’existence de bleu céleste tend à accréditer cette solution. Néanmoins, ce passage par la dérivation adjectivale ne fonctionne pas pour myrte.

99 Noailly note, de façon convaincante, que l’analyse de Damourette et Pichon sur ce point est discutable. Ils réservent en effet au substantif l’épanathèse, et lui interdisent l’épicatathèse. Si le substantif est parfois épithète et antéposé, disent-ils, c’est par le biais du strument de conversion de (II, § 588, p. 207). Mais l’adjectif a lui aussi accès à la tournure en de : « votre pieuse mère / votre pieuse de mère » (Noailly, 1990, p. 25-26). La distinction epanathese/epicatathese ne constitue donc pas le point discriminant entre les deux essences logiques que sont le substantif nominal et l’adjectif nominal, contrairement à ce qu’affirment Damourette et Pichon (II, § 588, p. 211).

100 Voir III, § 807, p. 12 : « Comme nous n’étudions dans ce chapitre-ci les tiroirs simples qu’en tant que matériel morphologique, nous tenons à ne les désigner jusqu’à plus ample informé que sous des noms qui ne préjugent en rien de leur valeur sémantique. Le verbe savoir ayant la bonne fortune d’avoir des tiroirs dont chacun se distingue morphologiquement de tous les autres, nous l’avons choisi pour la dénomination conventionnelle des tiroirs. »

101 Dans le domaine du lexique, Damourette et Pichon prennent en effet soin de distinguer entre ce qui relève du sentiment linguistique spontané et ce qui relève du travail terminologique : ainsi, le mot migraine exprime « dans le sentiment linguistique […] un symptôme plutôt que la maladie que les médecins appellent migraine » (I, § 368, p. 474, note 2).

102 Damourette et Pichon eux-mêmes, dans leurs publications parallèles, utilisent l’abréviation EGLF.

103 Bréal (1982, p. 224-225) défend, comme Damourette et Pichon après lui, l’antilogicisme de la recherche linguistique, mais réfute l’existence d’un sens fondamental des formes grammaticales, sens fondamental qu’on pourrait retrouver par une étude de la diversité des emplois d’un même type de formes : « On a souvent essayé de trouver sous les règles de la grammaire une sorte d’armature logique ; mais le langage est à la fois trop riche et pas assez rectiligne pour se prêter à cette démonstration. Il déborde la logique de tous les côtés. En outre, ses catégories ne coïncident pas avec celles du raisonnement : ayant une façon de procéder qui lui est propre, il arrive à constituer des groupes grammaticaux qui ne se rapportent point à une conception abstraite. Ceux qui cherchent la notion fondamentale exprimée par le subjonctif et qui croient trouver cette notion fondamentale en rapprochant tous les emplois du subjonctif pour en dégager l’élément commun, je ne crains pas de dire que ceux-là font fausse route. Ils ne peuvent arriver qu’à une idée extrêmement générale comme le peuple aurait peine à en concevoir, et comme nous n’avons aucun motif d’en attribuer aux premiers âges. C’est pourtant la méthode habituellement suivie par ceux qui se proposent de nous expliquer l’idée essentielle, l’idée fondamentale d’un mode, d’un cas, d’une conjonction, d’une préposition… »

104 On notera que Brunot, comme Pichon, et comme une bonne partie de ses contemporains, juge son travail à l’aune d’un « esprit de la race » auquel il faudrait s’adapter. Voir par exemple l’Avant-propos du premier numéro de LÉvolution psychiatrique, 1925, p. 8.

105 Voir Freud (1986).

106 On rappelle ce passage de l’Essai : « […] nous avons marqué que la tâche du grammairien était d’amener en entier dans le champ de la conscience le système taxiématique qui baigne en grande partie dans l’inconscient » (I, § 7, p. 15). La « métaphore du bain » est intéressante dans la mesure où, comme le remarque Arrivé (1994, p. 143-144), elle donne une image d’un lien entre inconscient et langage : « […] l’inconscient est donné par les auteurs comme substance liquide, qui “baigne” des objets qui lui sont apparemment étrangers : les systèmes taxiématiques. Mais la métaphore du bain laisse en même temps entendre que l’inconscient est formé par ces objets qu’il reçoit en son sein : il est marqué, en creux, par leur empreinte. On voit qu’on n’est pas très loin, dès l’énonciation de ces généralités, de l’hypothèse lacanienne de l’inconscient non plus réceptacle des systèmes linguistiques, mais structuré sur leur modèle. »

107 Voir Engler (1968, p. 428-429 [2823]). Ces références sont données par Reichler-Béguelin (1990).

108 Voir Engler (1968, p. 310 [2173]).

109 Voir Engler (1968, p. 182 [1354-1355]).

110 Voir Engler 1968, p. 315 [2195]).

111 Voir Engler (1968, p. 415-416 [2760]).

112 Voir Auroux (1989, p. 18) : « Le savoir linguistique est multiple et il débute naturellement dans la conscience de l’homme parlant. Il est épilinguistique, non posé pour soi dans la représentation, avant d’être métalinguistique, c’est-à-dire représenté, construit et manipulé en tant que tel à l’aide d’un métalangage […]. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende La méthode descendante, méthode « essentiellement didactique »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende La méthode ascendante, « méthode d’investigation scientifique »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540