Version classiqueVersion mobile

La grammaire nationale selon Damourette et Pichon (1911-1939)

 | 
Valelia Muni Toke

Préface

Michel Arrivé

Texte intégral

1Un couple vraiment pittoresque que celui du vieil oncle Jacques damourete et de son pétulant neveu, le jeune édouard Pichon ! le vieil oncle est borgne, tuberculeux et épileptique. Qualités peu propices à l’exercice de son métier d’architecte. Il l’a fort peu pratiqué et, de très longue date, s’est passionné pour la langue française, dans toutes ses manifestations, et sous tous ses aspects, jusqu’à l’orthographe – il rédigera avec albert dauzat un Projet de réforme orthographique – et à la ponctuation, à laquelle il consacrera son Traité moderne de ponctuation. Le neveu restera toujours pétulant par l’intellect. Pour le physique, il sera très tôt – dès 1916, il n’a que 25 ans – lourdement handicapé par le rhumatisme cardiaque évolutif, auquel il consacrera non seulement sa thèse de doctorat en médecine, mais encore de nombreux articles dans des périodiques professionnels. L’activité qu’il déploie pendant sa courte vie – il meurt de son rhumatisme cardiaque, en 1940, à 49 ans – est propre à déterminer un étonnement admiratif. Il suffira pour tomber dans cet inévitable étonnement de feuilleter la bibliographie de ses travaux telle qu’elle a été scrupuleusement établie par Valelia Muni Toke. Encore n’y a-t-elle pas recensé – cela n’entrait pas dans son projet – toutes les publications strictement médicales. Mais elle n’a pas dénombré moins de 109 items, dont un recueil de Contes couleur de moi, un ouvrage, en collaboration avec suzanne Borel-Maisonny, sur Le bégaiement et un véritable best-seller, Le développement psychique de l’enfant et de l’adolescent.

2Il conviendrait de ne pas séparer les deux parents, aux deux sens du terme, quand on parle de leur enfant commun, l’Essai de grammaire de la langue française. Il n’est d’ailleurs pas facile de repérer clairement la part qui revient à chacun d’eux dans ce grand œuvre. Grand œuvre, à tous les sens du mot, à commencer par le volume : je ne crois pas qu’aucune autre langue que le français ait jamais donné lieu à une grammaire pourvue de sept tomes in-quarto, de 34 000 exemples et d’un glossaire de la terminologie employée. On dit souvent que damourete s’occupait surtout des textes du passé, parfois très lointain : il cite fréquemment la Séquence de sainte Eulalie, du xe siècle, et les Serments de Strasbourg, qui, datés de 842, jouissent de la réputation d’être le plus ancien texte de la langue française. Pichon, toujours muni de son petit carnet, relevait, avec la plus grande minutie, les exemples qu’il découvrait dans ses innombrables lectures contemporaines, de Maurras à aragon, de L’Action rançaise à L’Humanité, du mode d’emploi d’un instrument ménager à telle « réclame » aperçue sur une aiche. Il notait aussi, non moins scrupuleusement, les propos qu’il entendait de la bouche de ses collègues de la société de linguistique ou de ses confrères de l’hôpital, de ses jeunes malades ou des « aides-soignantes » – comme on ne disait sans doute pas encore – de l’hôpital Bretonneau : le nombre des témoins oraux devint bientôt tel qu’il fallut, au moment de les recenser, les « immatriculer », à la manière de voitures. Mme « CJ, née vers 1810, Paris, haute noblesse, parlure bourgeoise », n’est pas une Clotilde de Just : elle est munie des initiales qui la font passer à la postérité dans le cadre d’une « nomenclature artificielle », où elle prend place entre M. « Ci, né en 1807, Poitiers, médecin, parlure bourgeoise » et M. « CK, né en 1865, domestique, parlure vulgaire ».

3Qu’en était-il au juste de la collaboration de l’oncle et du neveu dans l’élaboration du cadre théorique ? de la terminologie, apparemment si décourageante, en dépit de certaines excellentes trouvailles, par exemple le tiroir, pour désigner les traditionnels « temps » du verbe, ou la sexuisemblance qui indique d’emblée l’interprétation qui est donnée de la bonne vieille catégorie du genre grammatical ? Qu’en était-il de l’analyse de détail, toujours si riche ? on ne peut que se laisser aller à imaginer les longs dialogues de ces deux hommes malades, dans le jardin de leur agréable maison bourgeoise d’un paisible village déjà presque provincial : le sarcelles de l’entre-deux-guerres.

4Il reste cependant que dans le couple pourtant inséparable des deux collaborateurs, édouard Pichon est le plus spectaculaire et, sans doute, le plus actif. C’est un véritable nœud de contradictions que ce personnage. Il est antisémite, d’un antisémitisme qui ne se manifeste guère, sauf erreur, que dans l’Essai. On le repère à d’étonnants commentaires linguistiques : certaines spéciicités du parler de Maurois ou de Proust s’expliqueraient par leur origine « israélite ». Je remarque avec amusement que l’une de ces particularités est le « prétentionnisme ». Pichon s’avise aussitôt – car il est toujours d’une grande lucidité – qu’il risque bien, notamment dans ses travaux personnels, d’en être lui-même afecté, ou à tout le moins taxé. Il s’empresse donc d’opposer au « prétentionnisme », « blâmable », la « préciosité, procédé litéraire tout à fait légitime ». Il est nettement antiféministe, d’un antiféminisme souvent ludique, certes, mais néanmoins énergique. Il n’aime pas la culture germanique, ni la langue allemande : il n’a que mépris pour certains aspects du « haut-allemand », par exemple sa « négation si brutale », comme il dira dans son bel article « Mort, angoisse, négation », auquel il mettra la dernière main quelques mois avant de mourir. Et voilà que cet antisémite se prend de passion, oui, je n’exagère pas, pour l’œuvre d’un Juif germanophone, Sigmund Freud. Il le traduit avec lucidité et talent : c’est lui qui init, à force d’obstination, à imposer « le ça » pour traduire das Es, jusqu’alors rendu, très maladroitement et très inexactement, par « le soi ». Voilà aussi que cet antiféministe entreprend une analyse avec une femme, juive de surcroît, Eugénie Sokolnicka. Il prendra soin de sa survie, l’analyse terminée, en laissant à sa disposition un petit appartement où elle inira ses jours en se suicidant. Sur un tout autre plan, damourete et Pichon, ici de nouveau inséparables, sont partisans de la féminisation des noms de métiers et de fonctions. Ils soulèveraient aujourd’hui la véhémente indignation des disciples de feu Maurice druon.

5En 1927, Pichon, sa propre analyse terminée, devient analyste. Il participe à la fondation de la société de psychanalyse de Paris, dont il deviendra président, et où il accueillera, en 1938, un « jeune et brillant psychiatre », Jacques Lacan. C’est aussi en 1927 que Pichon écrit à Charles Maurras une letre à la fois étonnante et émouvante. Tout en se plaignant que « le Pape soit en train de se faire protestant », il marque sa conviction de l’eicacité de « la méthode freudienne ». Mais il craint que son statut d’analyste ne soit « une entrave à [s] on admission dans la ligue d’action française ». Et il conclut : « Je suis tel, m’acceptez-vous comme tel ? si oui, j’adhère demain à l’action française. »

6On peut prendre à la légère ces positions de Pichon. Je l’avoue : j’ai peut-être eu tendance à le faire dans ce que j’ai pu écrire sur l’Essai. Trop rapidement sans doute, j’atribuais ces idées au « climat » de l’époque et à la situation sociale du personnage, issu d’une riche bourgeoisie à peine déclassée, et quelque peu renlouée par le mariage et la réussite professionnelle de son descendant. Lacan n’est pas tombé dans cette légèreté. Il manifeste, à tout moment, une grande admiration et un profond respect pour ce « grammairien sensationnel ». Sauf sur un point : « […] le grammairien Pichon – dieu sait que j’en reconnais le mérite dans la grammaire – dont on ne saurait que trop regreter qu’une analyse, si l’on peut dire absente, l’ait entièrement livré dans l’exposé de la théorie psychanalytique, l’ait entièrement laissé capturé dans les idées qu’il avait préalablement, qui n’étaient autres que les idées maurassiennes » (Le séminaire X, L’angoisse, p. 209).

7En ce point Valelia Muni toke suit la voie de Lacan. Elle prend au sérieux, comme il faut faire, l’engagement politique et idéologique de Pichon (ici idèlement accompagné par damourete). La visée de son beau livre est de repérer la façon dont se construit – entre freud et Maurras – la notion d’inconscient collectif national, dans lequel baigne, pour chaque locuteur, le « système taxiématique » de sa langue.

8On suit avec le plus grand intérêt cet itinéraire théorique quelque peu tourmenté. L’autrice – damourete et Pichon emploient ce terme, en concurrence avec autoresse, comme féminin d’auteur – fait alterner agréablement les considérations théoriques générales et les analyses de détail. À cet égard, elle prend spécialement en compte deux notions entre toutes intéressantes : la sysémie homophonique – qui est sans doute l’un des étymons épistémologiques de la diférentielle signiiante de Julia Kristeva – et la sexuisemblance. C’est paradoxalement en ce point que l’on peut voir émerger avec une neteté particulière ce qu’on peut légitiment appeler une théorie de l’énonciation.

9Valelia Muni toke possède à la fois l’érudition et le talent d’écriture nécessaires pour évoquer avec toute la force et la précision qui s’imposent le climat de ces débats passionnés de l’entre-deux-guerres, aux conins de la politique, de la linguistique et de la psychanalyse.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search