Version classiqueVersion mobile

Histoire des théories du temps dans les grammaires françaises

 | 
Jean-Marie Fournier

Conclusion générale

Texte intégral

1La continuité de la réflexion théorique sur le temps dans les grammaires de langue française sur le long terme nous paraît, comme nous l’avons noté en introduction, une des caractéristiques de ce champ de problèmes. Elle n’est pas contradictoire avec un certain foisonnement des solutions, de brusques emballements (au XIXe siècle par exemple), ou au contraire des moments de stabilisation relative suscitée par la construction des savoirs scolaires. La compacité des données y est sans doute pour beaucoup. Il ne s’agit au fond que d’imaginer un système où ranger huit ou dix formes (sept ou neuf pour certains auteurs) ; et les arrangements possibles ne sont pas en nombre infini. Mais surtout, la sémantique des temps verbaux que les grammairiens se sont efforcés de développer depuis le milieu du XVIIe jusque très avant dans le XIXe siècle correspond à un modèle remarquablement homogène, impliquant la combinatoire des repérages possibles à partir d’abord de trois critères, complétée ensuite progressivement dans certains cas par une topologie élémentaire mettant en jeu des intervalles repères. On peut appeler formalisation cette caractéristique des théories qui consiste à explorer les possibilités de représentation du sens au moyen d’un petit nombre de concepts dont la définition est très tôt fermement contrôlée, de leur combinatoire, et des différentes schématisations qui en découlent. Ce souci formel est un des aspects remarquables de l’aventure intellectuelle qu’a représentée la réflexion sur le temps linguistique à partir de Port-Royal, il est aussi sans doute un de ses acquis : nous espérons avoir donné des raisons de penser que la transmission de ce modèle s’est faite sans rupture jusqu’au XXe siècle.

2L’introduction puis l’exploration de ce modèle débouche également sur le questionnement de deux types de problèmes :

  • l’aspectualité au premier chef. Il y a une tradition française, issue de la grammaire générale, qui permet la saisie de certains phénomènes aspectuels dans le verbe français et qui ne doit rien à la slavistique ;
  • mais il est remarquable également de noter que, assez naturellement, la généralisation d’un repère secondaire par Beauzée débouche sur un questionnement relativement à son statut, sa nature, et par conséquent suscite l’apparition d’une réflexion sur l’énonciation. Les problèmes posés par l’analyse du temps verbal ont joué un rôle important dans l’émergence de la question du sujet dans la langue.

3L’exploration de ces domaines ne débouche pas dans tous les cas sur des concepts stabilisés. Dans bien des cas, les notions, les bricolages théoriques plus ou moins volatiles qu’elle suscite sont tombés dans l’oubli. Une bonne part du travail de l’historien consiste d’ailleurs à exhumer ces bricolages par lesquels les auteurs d’un texte ancien rendent compte d’un phénomène ou d’une série de phénomènes avant que ne soit construit et stabilisé un concept adéquat. Mais la finalité de son travail ne consiste pas à révéler des précurseurs (de l’aspect, de l’énonciation, du repérage à trois points, de l’avancée du point R…) mais à montrer ce qui se passe avant l’apparition du concept. Il faut se défaire de l’idée naïve selon laquelle l’histoire des théories linguistiques serait rythmée par l’émergence, plus ou moins ex nihilo et plus ou moins héroïque, de concepts dus à quelque inventeur génial, et qui marquent autant de ruptures. Il y a des découvertes sans doute, et de la créativité théorique chez les grammairiens. Certains phénomènes que nous avons décrits peuvent être qualifiés de cette façon. Mais il faut aussi restituer leur dignité aux bricolages des descripteurs attentifs aux données. Les données sont ce qu’elles sont, elles résistent d’une certaine façon, et il y a souvent un reste, un surplus (ou un manque, comme on voudra) auxquels les grammairiens sont rarement insensibles (voir les doutes formulés par Henri Estienne à propos de la règle des vingt-quatre heures qu’il hasarde dans la même page). Il y a par exemple dans les emplois de l’imparfait et du passé simple en contexte narratif quelque chose qui résiste à une description en termes de simple repérage et dont il faut bien rendre compte ; en termes de durée et de lux de temps suspendu ou non (Maupas), de présents antérieurs simple ou périodique (Beauzée), de durée situative ou transitive (Michel), de répartitoire d’actualité (Damourete et Pichon)… Identifier les faits saisis par ces bribes de théories au problème de l’aspectualité est au fond une simple commodité d’historien pour nommer le champ de problèmes en question. Il ne s’agit en aucune façon d’affirmer que la in de l’histoire est précisément l’apparition de la notion d’aspect en tant que telle. Il se trouve seulement que cette notion est celle qui s’est imposée, et a été sanctionnée positivement par la communauté. On aura compris cependant que nous ne sommes pas entièrement relativiste. La transformation des inventions en innovations intégrées à la connaissance commune est certes un processus essentiellement social qui dépend surtout des modes de circulation du savoir et de sa transmission à une époque donnée. Mais il y a des inventions, en abondance et continûment. Et tous les bricolages ne se valent pas. Le gain d’une solution descriptive à l’autre n’est pas toujours assuré, le jeu peut être à somme nulle, mais les théories peuvent être évaluées du point de vue de leur cohérence interne, de l’étendue du champ de problèmes qu’elles permettent de traiter, c’est-à-dire du degré de généralisation qu’elles rendent possible et de leur adéquation aux phénomènes.

4La continuité de la transmission des noyaux de connaissance joue également dans un autre sens. Elle s’exerce aussi comme une contrainte dans le contexte d’une tradition grammaticale comme celle des grammaires françaises de l’âge classique (et au-delà). L’héritage ne se transmet pas à l’identique d’un auteur à l’autre, mais comme un ensemble de notions en constante re-définition. La paraphrase est aussi creusement, exploration du même, re-disposition, ré-arrangement… Il est rare alors que surgisse du radicalement neuf, de vrais bouleversements, des ruptures. La forme la plus ordinaire du changement, de l’invention, est modeste et locale, ingénieusement préoccupée d’un détail.

5Mais il y a aussi de l’oubli, des trous dans la mémoire de la discipline, qui conduisent à des re-découvertes, des ré-inventions, introduisent de la circularité. Il n’est pas certain que Maupas ou les Messieurs de Port-Royal aient en mémoire la définition de l’imparfait comme présent du passé inventée par Maxime Planude, et tout laisse supposer que la mémoire de Reichenbach ne remonte pas au-delà de Jespersen. L’historien toutefois ne refait pas l’histoire. Et s’il lui arrive de restaurer la mémoire de la discipline, de sorte que ses contemporains en recouvrent la part oubliée et en fassent leur proit, il donne le plus souvent seulement l’occasion d’une réflexion sur le mécanisme de production des connaissances dans les sciences du langage, et sur l’historicité des problèmes et des concepts.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search