Version classiqueVersion mobile

Histoire des théories du temps dans les grammaires françaises

 | 
Jean-Marie Fournier

Chapitre 3

Transmission

Texte intégral

1Cette partie sera consacrée à la transmission, au XIXe siècle puis vers le temps présent, des modèles et des concepts élaborés au cours de la période précédente. La grammaire de l’Idéologie avec ses implications pédagogiques constitue le moment clé où se fait le passage du modèle beauzéen, transformé et adapté, vers les grammaires théoriques qui continuent à se réclamer du projet de la grammaire générale jusque vers les années 1860. Nous poursuivrons ensuite un peu au-delà, vers des textes dans lesquels nous montrerons que si l’on est désormais dans un cadre épistémologiquement très différent, certaines notions, certains acquis pourrait-on dire, dont l’origine est dans l’œuvre d’Arnauld et Lancelot, continuent de circuler. Le programme de la grammaire générale échoue manifestement sur un certain nombre de plans : sémiotique (Auroux 1979), syntaxe de la proposition et du verbe (Chevalier 2006, Raby 2000, Bouard 2008), problème de la diversité des langues et de leur comparaison (Auroux et al. 1982, 2008). Mais tous les chapitres ouverts en 1660 n’ont pas été fermés au même moment. Celui consacré à la théorie des temps est la source de problèmes et de concepts qui animent encore la réflexion sur la sémantique temporelle au XXe siècle.

1. La théorie du temps chez les idéologues

  • 1 Voir également le site de l’exposition virtuelle (direction Ilona Pabst) où sont présentés des résu (...)

2L’histoire de cet épisode de la réflexion grammaticale et de sa place dans la construction du projet révolutionnaire de la langue nationale, à travers notamment l’aventure pédagogique et institutionnelle de l’École normale de l’an III et des écoles centrales, est bien documentée (Schlieben-Lange 1996 notamment)1.

3Nous nous bornerons ici étroitement, comme nous l’avons fait jusqu’à présent, au contenu technique des chapitres consacrés au temps linguistique dans les textes de Cette époque. Nous distinguerons deux ensembles : les textes produits dans le cadre de l’édification du projet pédagogique lui-même (cahiers de notes des professeurs, manuels…) ; et les textes plus théoriques destinés à servir de source ou de modèle (Thurot, Destutt de Tracy).

1. 1 Harris et beauzée lus par tThurot (1796)

4La traduction de l’Hermès de James Harris que Ffrançois Thurot publie en 1796 comporte à la fin de chaque chapitre un ensemble de remarques qui ont parfois l’ampleur de véritables chapitres. C’est le cas du chapitre consacré au temps. Thurot se place, de son propre aveu, dans le prolongement (éventuellement critique) de Lancelot, Girard et Beauzée. Le système des temps élaboré par ce dernier lui fournit l’essentiel des références théoriques, explicitement ou de façon plus allusive, sur lesquelles s’appuient ces « remarques » qui exposent en fait une théorie du temps originale.

5C’est donc Beauzée qui est discuté, et non Harris, comme on pourrait s’y attendre. Les reproches que Thurot adresse à l’encyclopédiste portent essentiellement sur trois points :

1) La confusion et la complexité de son système :

Beauzée […] me paraît avoir beaucoup plus embrouillé qu’éclairci la matière, et je n’ai pu lire, sans une extrême fatigue, les 25 ou 30 pages in-4o, de l’Encyclopédie, où son système est développé. […] j’observe qu’en général il se livre à une métaphysique plus subtile qu’exacte et lumineuse, et que le goût des partitions symétriques et des subdivisions multipliées le rend quelquefois obscur et difus. (Harris traduit par Thurot 1796, p. 128)

2) Les formes qu’il fait entrer dans le système des temps ne relèveraient pas toutes de la morphologie du verbe. Thurot entend en effet limiter le nombre des catégories :

[…] je ne reconnaîtrai pour temps distincts que les formes matériellement et sensiblement différentes […]. (p. 129)

6Que faut-il entendre par « formes sensiblement différentes » ?Thurot vise ici les nombreuses périphrases données comme exemple par Harris et Beauzée, et tente de formuler un principe qui permette de fixer les limites du corpus des formes verbales. Mais il interprète mal la démarche de l’encyclopédiste, semblant ignorer que ses catégories ont une définition d’abord sémantique. Il ne voit pas que Beauzée ne part pas nécessairement des formes, mais que chez lui les données viennent valider a posteriori les catégories construites. On lit en effet un peu plus loin à propos de je dois faire, je vais faire et je viens de faire :

[…] je ne vois pas pourquoi on ne compteroit pas aussi ces autres phrases, je ferai à l’instant, bientôt, tout-à-l’heure, & c. (p. 132)

7Les exemples allégués sont de simples synonymes de je vais faire, et du point de vue de Beauzée, la critique est sans objet. Ce dernier distingue précisément les formules – les phrases dans le vocabulaire de Beauzée – par lesquelles telle langue peut pallier le manque de forme instituée, et ces formes elles-mêmes, qui peuvent être soit simples, soit résulter de la combinaison avec un auxiliaire. Si leur nombre s’est multiplié sous sa plume, Beauzée en propose néanmoins une définition précise : un verbe en emploi d’auxiliaire perd sa signification première pour ne plus marquer qu’une relation de l’événement à un repère sur la ligne du temps. Nous voyons donc resurgir ici un débat que nous avons déjà évoqué plus haut relativement à l’empiricité de la grammaire et à la constitution des faits. Au fond, Thurot ne comprend pas la position de Beauzée vis-à-vis de la généralité : pour qu’une catégorie figure dans la théorie générale, il faut et il suit qu’elle soit représentée dans au moins une langue. Un seul casattestede sa possibilité dans toutes. On se souvient aussi de la position de Regnier-Desmarais qui propose de ne faire figurer dans la description que « [les] forme [s] grammaticale [s] qui s’applique [nt] à un certain temps » (Regnier 1706, p. 362). L’académicien distingue ainsi les « temps en eux-mêmes » (p. 354) des effets de sens qui peuvent résulter de l’utilisation en discours d’une forme temporelle (voir supra p. 49 et suiv.). Mais il est vrai que Regnier compose un Traité de la grammaire française, non une grammaire générale.

8C’est précisément aussi sur ce point que se fonde Court de Gébelin pour attribuer des découvertes à Beauzée. Force est donc de constater l’absence d’une conception commune à l’ensemble des auteurs sur Cette question épistémologique fondamentale de l’identification des faits et des conditions dans lesquelles une règle, une catégorie, un fait peuvent (ou doivent) être conçus comme relevant du général.

9La solution esquissée par Thurot correspond à un simple scénario inductif. Le premier objet de la théorie grammaticale est en effet d’élaborer une « grammaire élémentaire » (p. 128). Ce n’est que dans un second temps qu’elle s’assigne celui d’une « grammaire transcendante » (ibid.).On part donc des formes, et, nécessairement, de la grammaire d’une langue particulière. Mais Thurot, sur le problème limité qui nous occupe, ne parvient pas mieux que Regnier à formuler un critère consistant pour légitimer la limitation du corpus aux formes simples et aux formes auxiliées en être et avoir. Comment en effet distinguer les « tems en eux-mêmes » des autres ?

103) Enfin, la critique porte sur le système de repérage beauzéen et la terminologie qui en découle, soit plus précisément le fonctionnement du critère Ti et l’ordre d’application des critères Ti et To.

11Thurot reconnaît bien, comme Beauzée le propose, un critère Ti dans la détermination de tous les temps verbaux. Mais il adopte la même position que Condillac : ce critère n’est pas discriminant. Le rapport de l’événement représenté Tx à Ti est toujours un rapport de simultanéité :

[…] les verbes, dans leurs différentes formes, expriment toujours la simultanéité avec un moment ou une époque présente, passée ou future, par rapport à l’acte de parole, et j’appelle en conséquence,
Passé, le moment ou l’époque, où l’on n’est plus ;
Présent, le moment ou l’époque où l’on est actuellement ;
Futur, le moment ou l’époque où l’on n’est pas encore. (p. 130)

12Comme chez Condillac, verbe et époque ne sont pas sur le même plan. Les époques sont des repères disposés dans le temps naturel ; les verbes qui leur sont toujours simultanés en donnent une représentation linguistique.

13La parenté avec l’analyse de Condillac ne s’arrête d’ailleurs pas là. On se souvient que la critique du système de repérage beauzéen amène le philosophe sensualiste à réinterpréter la plupart des catégories temporelles dans une perspective plus strictement chronologique que chez les auteurs de grammaires générales qui le précèdent. Thurot reprend Cette idée générale et sa mise en œuvre technique. C’est ce que nous allons voir en examinant la structure du système proposé dans son ensemble, puis deux problèmes plus limités : le contenu des notions d’époque et de moment dans ce système, puis la forme que prend la règle des vingt-quatre heures.

14Les trois relations fondamentales, antériorité, simultanéité et postériorité, qui définissent les temps fondamentaux admettent donc des degrés. Un événement peut être plus ou moins antérieur, ou plus ou moins postérieur à To. En droit, ces degrés sont en nombre infini, et la langue sans doute ne saurait les représenter tous :

Ces trois temps ou époques peuvent admettre divers degrés d’antériorité ou de postériorité relative, à l’infini ; mais il seroit impossible, ou du moins très-embarrassant, d’avoir des expressions fort multipliées de ces divers degrés […]. (p. 130)

15Ce principe est réalisé en français par la combinaison des auxiliaires dans les formes composées et surcomposées. Le système présente trois valeurs graduées des relations fondamentales :

1) les formes simples désignent les trois époques indéterminées, le passé, le présent, le futur, je fais ;

2) les formes composées expriment un premier degré d’antériorité, j’ai fait ;

3) les formes surcomposées expriment un degré d’antériorité plus marqué, j’ai eu fait.

16Le tableau complet présente donc trois divisions principales distribuées en outre dans quatre modes :affirmatif, complétif, de simultanéité, et un mode attributif dont la prise en considération n’est pas pertinente ici (p. 133).

17Tableau du mode affirmatif

Passé

Présent

Futur

Simples

je fis

je fait

je ferai

Composées

antérieur degré 1

antérieur degré 1

antérieur degré 1

j’eus fait

j’ai fait

j’aurai fait

antérieur degré 2

antérieur degré 2

antérieur degré 2

j’eus eu fait

j’ai eu fait

j’aurai eu fait

18Tableau du mode complétif

Passé

Présent et futur

Simples

que je fisse

que je fasse

Composées

1) que j’eusse fait

que j’aye fait

2) que j’eusse eu fait

que j’aie eu fait

19Tableau du mode desimultanéité

Passé

Présent et futur

Simples

je faisois

je ferois

Composées

1. j’avois fait

j’aurois fait

2. j’avois eu fait

j’aurois eu fait

  • 2 Notons que la prise en compte des formes surcomposées est un point commun entre Beauzée hurot. Ces (...)

20Thurot va plus loin que Condillac dans l’élaboration d’un système des temps fondés sur l’idée que les temps expriment des degrés du passé et du futur, suivant sur une interprétation métrique du modèle du repérage (dont le troisième critère est par ailleurs contesté). Condillac ne voyait la réalisation de ce principe que localement, dans des sortes de microsystèmes. Pour Thurot, il fonctionne de façon régulière pour toutes les formes verbales2.

21Un autre argument qui irait dans le sens de Cette interprétation de la théorie de Thurot est fourni par la détermination de l’instant Ti. Chez Beauzée, cet événement peut prendre deux formes, celle d’un « période » ou d’une « époque », c’est-à-dire d’un espace de temps dont on peut faire le tour ou d’un point d’arrêt dont on ne précise pas l’étendue éventuelle. C’est ce qui permet de rendre compte dans une certaine mesure, dans le système beauzéen, des valeurs aspectuelles respectives de l’imparfait (« présent antérieur simple ») et du passé simple (« présent antérieur périodique »).

22On a chez Thurot une sorte d’écho de Cette distinction à travers les notions d’époque et de moment qui fonctionnent également comme un couple oppositif. Les notions ne sont pas dans un rapport de correspondance terme à terme, mais un certain nombre de points communs apparaissent. Les époques sont des « parties de la durée auxquelles on a donné des noms, comme un jour, une semaine, un mois, & c. » (p. 130) et correspondent donc assez bien, par un curieux renversement, au « période » du système beauzéen. Les deux notions représentent une durée bornée. Mais les deux couples ont un rendement différent dans les deux systèmes. Les « moments » chez Thurot sont « des parties du jour, c’est-à-dire, de la plus petite époque qu’[il] considère » (ibid.). Les premiers permettent donc un repérage plus in, sur une échelle aux divisions plus précises, que les seconds. Cette distinction participe ainsi de la construction d’une théorie du temps comme système de valeurs « graduées ».

23Le découpage en modes est relativement surprenant et n’a pas d’équivalent dans les grammaires précédentes. Le mode de simultanéité n’est en effet évidemment pas sur le même plan que les deux autres. Il est curieusement fondé sur une relation qui dans le reste du système sert à délimiter des temps, tandis que les deux autres ont une définition soit proprement modale (mode affirmatif) soit syntaxique (mode complétif). Il comporte en outre, comme les autres, des divisions temporelles : passé d’un côté, présent et futur de l’autre. Il réunit Enfin les seules formes verbales dont l’analyse postule un double repérage. L’imparfait (ici passé simple du mode de simultanéité) est en effet défini à la fois par une relation de simultanéité – puisqu’il figure dans le mode du même nom –, et par une relation d’antériorité, puisque c’est un passé. Ces deux critères postulent donc bien deux repères du type To et Ti, alors que les formes des autres modes sont définies comme représentant les degrés d’une même relation d’antériorité.

24Enfin, notons que l’imparfait et les formes en – rais figurent dans la même catégorie. Thurot est l’un des premiers à établir un lien entre ces formes. Dans la plupart des théories antérieures, elles relèvent d’un mode spécifique, généralement défini comme un mode de l’énonciation : mode suppositif (Beauzée, Girard), ou mode conditionnel. Même lorsqu’elles sont rattachées à l’indicatif (Buier), elles restent définies par une modalité et non par une procédure de repérage temporel. L’innovation de Thurot consisterait donc à définir ces formes à partir de la combinaison de critères temporels comme des futurs dans le passé. Cette analyse sera reprise par Destutt de Tracy (1803). Nous y revenons un peu plus loin.

25Si nous considérons les faits dont Cette série de tableaux tente de rendre compte, comme nous l’avons fait pour Beauzée, nous voyons qu’au fond, Thurot ne fait pas ce qu’il dit. Les faits sélectionnés et mis en relation, formes simples, composées et surcomposées, ne peuvent pas être interprétés comme représentant des degrés du passé ou du futur. Autrement dit, tout se passe comme si, exactement comme chez Beauzée, on avait ici la mise en évidence du fait de la distinction entre accompli et inaccompli porté par la composition avec l’auxiliaire, et son expression métalinguistique et théorique dans des catégories inadéquates. La confusion entre aspect et temps est telle, dans ce texte, qu’il suit de considérer chaque fois que Thurot parle du temps, qu’il parle en fait de l’aspect (en l’occurrence de l’opposition accompli/inaccompli), pour apercevoir la cohérence de la présentation.

26On trouve Enfin dans ces remarques sur le texte de Harris, une sorte de résurgence du débat ancien et virtuellement clos depuis Girard et Beauzée à propos de la formulation la plus adéquate de la règle d’emploi du passé simple et du passé composé. La règle, chez Thurot, apparaît de la façon suivante :

  • 3 On remarquera que l’expression de la règle d’emploi du passé composé et du passé simple ne mérite p (...)

Cette distinction [celle des degrés dans le passé] n’est même pas purement systématique, comme on pourrait le croire : j’ai fait est si peu un passé que dans le cas où on l’emploie le plus volontiers, on ne peut jamais lui substituer je fis . Ainsi, dans le courant d’une journée, d’un mois, d’une année, etc. où l’on est encore, on dira très-bien j’ai fait ce mois-ci, Cette année, & c. et jamais je fis. J’ai fait est un véritable antérieur du présent. (p. 132, note 1)3

27Cet exemple confirme notre interprétation du tableau des temps du mode affirmatif. Les catégories « passé », « présent » et « futur » sont fondées sur un repérage à l’aide des relations d’antériorité, de simultanéité, et de postériorité, et sont, de ce fait, des catégories temporelles. En revanche, la catégorie de l’ » antérieur », premier et deuxième degré, n’est pas une catégorie temporelle. J’ai fait, antérieur premier degré du présent, n’est pas un passé.

28Considéré sous cet angle, le tableau de Thurot offre un état de la théorie voisin de celui que nous avons rencontré chez Court de Gébelin dans son commentaire de l’Hermès. Le point commun est Cette double catégorisation des formes, en passé, présent, futur d’une part, et de l’autre en « composé » ou « antérieur », chez Thurot, et « complétif » dans le tableau reproduit par Court de Gebelin. On se souvient en effet que les formes du moyen et du complétif s’opposent de la façon suivante :

Passé

Présent

Futur

Moyen

j’écrivais

j’écris

je serai écrivant

Complétif

j’avais écrit

j’ai écrit

j’aurai écrit

29L’analyse des formes composées dans leur relation avec la forme simple correspondante semble donc chez Thurotfigurer au nombre des acquis de la théorie harrissienne, bien que, comme nous venons de le voir, l’interprétation du fait implique des outils conceptuels entièrement différents.

30La théorie des temps chez Harris, et chez ses commentateurs français, représente un état de la réflexion qui accorde une place (ou au moins la prépare) à des notions aspectuelles grammaticalisées en français : les valeurs d’accompli et d’inaccompli. Le traitement de ce problème se présente sous une forme assez courante dans l’histoire des théories linguistiques. Les auteurs, mettant en œuvre des théories différentes, délimitent cependant une série de faits homogènes, ou identiques, en l’occurrence la relation entre formes simples et composées correspondantes. Ce n’est pas sacrifier à une conception finaliste de l’histoire que d’y voir l’émergence d’une conceptualisation de l’aspect. Ce que l’on peut constater empiriquement, comme chez Beauzée, c’est l’identification du fait de l’opposition aspectuelle, et sa représentation dans un système conceptuel inadéquat. Mais il est clair toutefois qu’un terme comme antérieur ne désigne plus, dans les textes que nous venons de lire, les mêmes relations que celles qu’il désigne, par exemple, chez les Messieurs de Port-Royal. Il n’a pas été pour autant redéfini. L’émergence d’un nouveau concept ne va pas d’emblée avec la création d’un nouveau terme. Le terme ancien est appliqué à des faits nouveaux, et le problème qui se pose à l’historien est alors de dire quel est le sens de ce terme dans cet emploi nouveau. Dans la mesure où nous nous sommes dotés d’une conception sémantique des connaissances, nous pouvons l’identifier au moins partiellement avec une valeur d’aspect.

1. 2 Destutt de Tracy (1803)

31La Grammaire de Destutt de Tracy constitue la seconde partie de ses Élémens d’idéologie, initialement conçus pour être l’ouvrage de référence du système scolaire projeté par les idéologues. On sait que l’ouvrage paraît alors que Bonaparte vient de condamner les écoles centrales et de mettre ainsi un terme à l’expérience. La grammaire générale qui figurait en bonne place dans le programme d’étude disparaît comme disparaissent les enseignements de l’histoire, de la morale et de la législation.

32Une des caractéristiques remarquable de ce texte tient notamment à l’introduction presque systématique d’une perspective génétique dans l’analyse. C’est par exemple le cas dans la théorie des parties du discours, avec la place centrale accordée à l’interjection que Destutt de Tracy définit comme la première des parties du discours, et dont procèdent toutes les autres. Le chapitre consacré au temps verbal présente également de nombreuses innovations, et il s’articule de façon assez surprenante à la tradition constituée par les textes antérieurs.

1. 2. 1 Nouveauté du système

33Les diverses variations formelles dont le verbe est susceptible sont, pour Destutt de Tracy, des déclinaisons, c’est-à-dire « des moyens de syntaxe, […] de coordination, comme celles des noms et des adjectifs » (1803, p. 188). Il n’y a pas lieu de leur donner un nom différent. La théorie du verbe poursuit ce parallèle avec la syntaxe et la morphologie nominale, et le tableau méthodique de tous les temps présente des divisions fondées sur une série de catégories morphosyntaxiques traditionnellement appliquées au nom. Il distingue ainsi les modes adjectif, substantif, et attributif. Les deux premiers regroupent respectivement les formes de participe et d’infinitif. Le dernier comporte l’ensemble des formes conjuguées et se divise en cas direct ou nominatif, qui réunit les temps de l’existence positive et ceux de l’existence éventuelle (soit les formes de l’indicatif et du conditionnel), et cas oblique ou subordonné, où se rangent les temps de l’existence subordonnée (soit les formes du subjonctif). Seul le tableau des formes du cas direct ou nominatif présente un intérêt direct pour la question de la représentation du temps.

34Il s’agit donc d’un tableau dichotomique à double entrée qui distingue verticalement deux critères : la représentation d’une existence positive vs éventuelle, et celle d’un temps absolu vs relatif.Les lignes du tableau distinguent à leur tour trois époques : un présent, et deux passés. Ainsi, dans la colonne A des temps absolus de l’existence positive, on a un présent je suis, un passé j’ai été(ou je fus), et un passé qui « marque une époque passée antérieure à une époque déjà passée » (Destutt de Tracy 1803, p. 219). Il n’y a qu’un présent, mais les deux autres formes correspondent à des sortes de degrés du passé.

Existence positive

Existence éventuelle

A. Temps absolus

B. Temps relatifs

C. Temps absolus

D. Temps relatifs

1) je suis

j’étais

je serai

je serais

2) j’ai été ; je fus

j’avais été

j’aurai été

j’aurais été

3) j’ai eu été ; j’eus été

j’avais eu été

j’aurai eu été

j’aurais eu été

35On ne peut qu’être frappé par l’air de famille qui se dégage globalement de ces classements et de ceux imaginés par le traducteur de Harris : on parvient en gros au système de Destutt de Tracy en redistribuant les séries du mode affirmatif et du mode de simultanéité de Thurot. On retrouve en effet ici la même disposition en série d’une forme simple et des formes composée et surcomposée correspondantes. C’est là une forme remarquable, à la fois matérielle et conceptuelle, sous laquelle se manifeste la continuité entre les théories au sein d’une même école.

36Le système présente par ailleurs d’autres traces manifestes de son ancrage dans la tradition comme la distinction temps absolus vs relatifs qui vient de Girard.

37Ces faits ne doivent pas masquer néanmoins ce que l’analyse de Destutt de Tracy a de neuf. C’est ce que nous allons voir en considérant successivement les deux critères principaux sur lesquels repose le classement : l’opposition empruntée à Girard, et celle introduite par l’idéologue dans les temps de l’indicatif entre existence positive et éventuelle.

1.2.2 La distinction temps absolus/temps relatifs

38Chez Girard, l’opposition correspond à la mise en œuvre ou non d’un repérage secondaire de l’événement. Mais si l’on observe de près le fonctionnement de ce critère, des disparités intéressantes apparaissent selon les catégories (voir supra p. 105). À l’exclusion du cas du présent relatif pour lequel Ti est simultané avec Tx mais antérieur à To, Tx dans les catégories imaginées par Girard est toujours antérieur à Ti, et c’est la position de ce dernier à l’égard de To qui distingue les catégories. Chez Destutt de Tracy en revanche, tous les temps relatifs se caractérisent par la simultanéité de Tx et Ti, comme, pourrait-on dire, chez Condillac et Thurot.

39Considérons en premier lieu les temps relatifs de l’existence positive soit j’étais et j’avais été :

a) la forme j’étais

40L’analyse proposée est celle de Port-Royal : l’imparfait marque « une existence passée au moment où l’on parle ; mais […] présente relativement à une autre époque que l’on fixe ou que l’on ne fixe pas » (Destutt de Tracy 1803, p. 221). D’où cette justification classique de la terminologie : l’imparfait renferme les idées contradictoires du présent et du passé. Destutt de Tracy fait aussi à cet endroit une remarque étrange : dans aucune langue, ce temps n’est composé. C’est qu’alors il contiendrait un participe passé, et représenterait un temps « trop passé ». En revanche, on peut y joindre le participe présent « sans contresens » (ibid.).

41Ce qui est très intéressant ici, c’est que l’observation est formulée comme une règle générale, conduisant à des prédictions sur les données empiriques. Elle correspond à l’énoncé d’une proposition universelle comme :

(1) L’imparfait est toujours de forme simple.

La postulation de l’universalité de la catégorie imparfait (ou de toute autre), n’est pas en soi une nouveauté. Nous avons vu plus haut que Beauzée a une conception de la généralité qui l’autorise à la déduire de l’unicité d’une occurrence. Mais il y a beaucoup plus ici que la postulation d’une catégorie générale. Il y a également l’affirmation de la généralité de la liaison d’un signifié et d’une forme : une forme composée ne peut convenir pour l’expression d’une catégorie comme l’imparfait, c’est-à-dire comportant une part de présent. Autrement dit, (1) est justifiée par une autre règle générale comme :

(2) Une forme composée ne signifie jamais le présent,

Ou (2) bis Une forme composée signifie toujours le passé.

42On peut se demander, avant d’aller plus loin, sur quoi se fonde la généralité d’une règle de ce type. La description est étayée par l’examen d’un petit groupe de langues : le français, l’italien, le latin, et l’anglais. La base empirique est donc un peu étroite pour autoriser la formulation de règles générales, surtout après les travaux comparatifs d’assez grande envergure de Court de Gébelin. Mais il ne faut pas oublier la dimension pédagogique du texte. Les langues utilisées dans l’exposé sont là davantage à titre d’illustration que pour parcourir l’inventaire des possibles. En revanche, sur un tout autre plan, le contenu de connaissance manifesté par (2) bis figure déjà chez Beauzée, qui remarque que l’auxiliation par être ou avoir est la forme sous laquelle se présente, dans toutes les langues examinées, la catégorie du prétérit (voir supra p. 128). Destutt rejete la théorie du présent de Beauzée, mais l’analyse des formes composées est manifestement reprise comme un acquis.

43Revenons à la question de l’imparfait. Sa définition n’est pas contradictoire avec (2) ou (2) bis puisqu’elle est de la forme :

(2) L’imparfait marque à la fois un temps présent et passé.

Pour justifier (1) Destutt de Tracy introduit donc un quantificateur supplémentaire dans (2) bis qui prend alors une forme comme :

(3) ter Une forme composée signifie toujours trop le passé.

44Le démontage de ce bricolage logique permet de mettre le doigt sur ce qui pêche dans Cette argumentation, en l’occurrence l’inadéquation de la notion de passé à laquelle Destutt demande des services qu’elle ne peut pas rendre. La notion de passé impliquée dans la définition de l’imparfait et celle impliquée dans l’opposition des formes mises en série dans les quatre paradigmes présentés par le tableau ne sont pas commensurables. C’est au fond ce que signifie littéralement cette qualité de « trop passée » que marque toute forme composée. Les valeurs du passé portées respectivement par une forme simple et par une forme composée ne sont pas seulement comparées et quantifiées comme elles le seraient par plus et moins.L’emploi de trop introduit de la distinctivité entre les valeurs représentées par ces deux types de forme. L’incommensurabilité qui perturbe la cohérence de l’argumentation est en effet celle du temps et de l’aspect.

45Le phénomène sur lequel nous voulons attirer ici l’attention est tout à fait remarquable sur le plan de l’histoire des sciences : un fait nouveau, appelons-le le fait aspectuel (en français), se trouve manifestement délimité, identifié par diverses stratégies dans les textes que nous considérons. Il n’a pas encore de place en tant que tel dans la théorie. C’est-à-dire que sa propriété fondamentale, à savoir l’incommensurabilité du temps et de l’aspect justement, n’est pas reconnue et thématisée. Mais les théories dont nous examinons la mise en texte présentent des indices de son identification, par exemple ici sous la forme de cette qualification à la fois comparative et distinctive par l’adverbe trop.L’indice relève moins de l’architecture conceptuelle développée par le grammairien (comme nous avons pu le dire à propos de la construction de la notion de présent chez Beauzée), que de la matérialité de son discours.

b) la forme j’avais été

46Elle est définie par Destutt de Tracy comme la représentation « [d’]une existence contemporaine d’une existence passée, une existence présente dans une période passés mais dans une période antérieure à une autre déjà passée » (1803, p. 221, nous soulignons). Ce qui correspond au schéma suivant :

47Le double repérage par rapport à un événement (Tvi), et par rapport à l’instant de la parole (To) correspond à la notion de temps relatif. Il faut bien voir comment, dans le détail, Cette analyse s’écarte des définitions formulées antérieurement dans le même modèle. Tx, Tvi, et To ont entre eux les mêmes relations respectivement que Tx, Ti, et To dans le cas où Tx représente un imparfait. Autrement dit, Destutt tente de faire une place, dans la définition, à la parenté morphologique de j’étais et j’avais été, en distinguant ce qui est commun aux deux formes (la combinaison d’une relation de simultanéité et d’une relation d’antériorité entre trois points), et ce qui les différencie : la partie de la définition développée après le « mais », soit l’antériorité de la période de référence au sein de laquelle se place l’événement par rapport à une autre période dans le passé. Notons que cette différence est ce qui distingue les deux époques passées du système des temps attributifs chez Destutt de Tracy.

48Les temps relatifs de l’existence éventuelle présentent des points communs morphologiques évidents avec ceux que nous venons de voir :

a) la forme je serais

49Elle exprime une « existence à venir, mais qui sera contemporaine d’une autre existence, tout comme le passé imparfait exprime une existence passée, qui a été contemporaine d’une autre » (p. 226).

50Ce qui correspond au schéma suivant :

51Comme nous l’avons observé plus haut, l’appartenance à la catégorie des temps relatifs est marquée par la relation de simultanéité de Tx et d’un événement de référence. Mais les deux points se trouvent ici à droite de To. Si l’on s’en tient là, le temps défini de Cette façon est celui dont les Messieurs de Port-Royal prévoyaient la possibilité, mais notaient l’absence en français et en latin (voir supra p. 38). Destutt de Tracy note en effet que les temps relatifs de Cette catégorie peuvent être considérés comme les imparfaits des temps à venir :« Il est donc naturel que je serais tienne des formes des tems futurs et des tems relatifs » (ibid.). Mais, outre la valeur en termes de repérage, ce temps se définit aussi en tant qu’il représente une existence éventuelle, soit ici une existence qui « ne doit avoir lieu que quand une condition se remplira » (p. 235). Nous reviendrons plus loin sur ce point.

a) la forme j’aurais été

52Son analyse n’est pas d’une clarté absolue. Elle manifeste la relation de simultanéité caractéristique des temps relatifs et exprime donc la même chose que la forme simple correspondante, mais en y ajoutant « une idée de passé » : elle marque « une existence qui n’est pas, qui en ce sens est future, et qui, si elle avait lieu, serait passée et contemporaine d’une autre » (p. 227).

53Nous pouvons donc dégager deux points.

54La notion de temps relatif coïncide avec l’expression d’un rapport de simultanéité de l’événement de référence Ti avec Tx. On a donc une sorte de restriction du contenu sémantique qui était celui de la catégorie chez Girard. Restriction encore plus nette si l’on considère l’exploitation de la combinatoire des opérations de repérage impliquant trois points que l’on a chez Beauzée. Mais Cette restriction était déjà celle qu’opérait Condillac. Chez ce dernier, toutefois, la relation de simultanéité a cessé d’être un critère opératoire pour la définition des temps. Ce n’est pas le cas ici : il existe bien une catégorie de temps relatifs qui comportent Cette relation, et une autre, les temps absolus, qui en sont dépourvus. Ainsi, si l’on considère l’histoire du débat relatif à l’usage de la relation de simultanéité de Tx et Ti sur l’ensemble de la période, les analyses de Destutt de Tracy se présentent comme un retour à Girard (pour la notion de temps relatif), et à la source de Cette problématique du double repérage apparue d’abord à propos de l’imparfait chez Maupas, et plus anciennement encore chez ce grammairien byzantin du XIIIe siècle, Maxime Planude, probablement inconnu des grammairiens de l’âge classique (Lallot 1985). Parallèlement, Cette restriction sémantique s’accompagne d’une extension formelle de la catégorie. Destutt de Tracy signale en effet l’analogie des formes dites de conditionnel et des formes d’imparfait. Tout se passe donc comme si le contenu sémantique de la catégorie (la simultanéité de Ti et Tx) était représenté par l’analogie morphologique des différents temps relatifs. Destutt n’est pas aussi explicite sur ce point que ne l’était Beauzée dans son analyse des analogies du verbe latin aboutissant au découpage des séquences en une série d’unités qui évoquaient assez bien des morphèmes, mais il partage l’idée que le contenu sémantique d’une catégorie est représenté par une unité formelle que l’on retrouve dans l’ensemble des paradigmes de Cette catégorie, en l’occurrence la séquence – ai .

55Si l’on considère maintenant, sur l’ensemble de la période, non seulement la question limitée du traitement de Ti, mais plus globalement la réduction du contenu sémantique des catégories verbo-temporelles à la combinatoire d’opérations de repérage entre trois points, il apparaît que ce programme initié par Port-Royal et aboutissant au système beauzéen ne semble plus vivant chez Destutt de Tracy. C’est ce qui ressort du rôle que joue le repérage par rapport à Ti, comme nous venons de le voir. C’est également le cas, si nous considérons les catégories qui mettent en œuvre la notion d’intervalle de référence.

  • 4 C’est, en soi, un point remarquable : une même catégorie peut être réalisée par deux formes distinc (...)

56Ainsi le passé absolu contient deux formes : le passé simple et le passé composé4.

57– j’ai été exprime une existence passée absolument, sans aucun rapport avec l’existence présente, et à laquelle elle est opposée, comme l’indique la morphologie :« [ce temps] est composé de l’indicatif présent, ou de l’existence actuelle et positive, transportée totalement dans le passé par l’adjonction du participe passé » (1803, p. 215). Destutt de Tracy nomme Cette forme, contre l’ancienne terminologie qui l’oppose au passé défini, passé parfait ou absolu, en l’opposant au présent ;

58– je fus, qui n’est donc qu’une variante du précédent, ne doit être employé que dans un cas particulier : lorsque l’existence a eu lieu « dans une période qui est finie au moment où l’on parle » (p. 216). L’analyse ne paraît pas différente de celles que nous avons rencontrées tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles. La distinction entre les deux formes repose sur la mise en œuvre d’un critère spécifique : la période de référence. Notons cependant qu’il n’intervient que dans la définition du passé simple, et que si l’on peut en reconstituer aisément le rôle pour le passé composé, Destutt de Tracy n’évoque pour ce temps que sa différence à l’égard du présent. L’importance qu’il faut accorder à ce critère se précise avec l’analyse des deux autres formes de passé de ce paradigme, j’ai eu été et j’eus été.

59J’ai eu été marque une époque passée par rapport à une époque déjà passée. C’est donc une sorte de double passé, comme on l’a dit jusqu’ici du plus-que parfait ou du passé antérieur.

60J’eus été occupe la même place en système et représente la même valeur de passé, mais ne peut s’appliquer qu’à une époque (ou une période) finie. On peut représenter ce critère par un intervalle de référence à gauche de To. Mais sa pertinence est finalement récusée par Destutt de Tracy :

  • 5 Voir l’analyse des temps comparatifs supra p. 137 et suiv.

J’eus été est en effet le même tems que j’ai eu été ; ç’en est une seconde forme. Il dérive de je fus, comme j’ai eu été dérive de j’ai été ; il est avec lui dans le même rapport. Il a donc la même valeur passée que j’ai eu été, en y ajoutant la petite circonstance de ne pouvoir s’appliquer qu’à une époque finie, circonstance toujours peu importante, et qui devient tout-à-fait illusoire quand il s’agit d’un passé antérieur à un autre passé : car, par cela même, la période dont il parle, est nécessairement finie. 5 (p. 220)

61Remarquons que Destutt de Tracy ne distingue plus, comme ont pu le faire Girard et surtout Beauzée, entre période et époque. Les deux termes sont utilisés dans la même phrase avec un sens manifestement équivalent. Le raisonnement de l’idéologue est le suivant. Si Tx est antérieur à Ti, lui-même antérieur à To, l’intervalle de référence qui comprend Tx ne peut être qu’antérieur à To. Ce qui revient encore à Affirmer que la configuration topologique suivante n’a pas de représentation linguistique :

62Et que l’on peut seulement avoir :

63Autrement dit, dans le cas des formes composées, l’événement de référence constitue nécessairement la borne la plus à droite de l’intervalle de référence. Les deux formes examinées codent donc la même configuration de repérage.

64Notons, toutefois, que le critère du (ou de la) période de référence n’a pas (plus ?) le même statut que chez Beauzée ou Girard. Chez ces derniers, il est une modalité de Ti, qui se réalise sous une forme ponctuelle (l’instant) ou sous celle d’un espace de temps impliquant une certaine durée (un période). Ici, en revanche, il s’agit d’un critère second par rapport à Ti, qui représente seulement une « petite circonstance […] toujours peu importante ».

65Quel est le sens de ce débat, si nous le replaçons dans la longue durée ? La question débattue est celle qui s’est cristallisée sous la forme de la règle des vingt-quatre heures et dont nous avons suivi plusieurs réécritures depuis le XVIe siècle. Le réaménagement technique de l’analyse des quatre formes que nous venons de voir revient donc à prendre position sur Cette question ancienne. Au regard des catégories construites par Destutt de Tracy, le problème traité par les différentes variétés de la règle des vingt-quatre heures n’a plus de pertinence et la concurrence entre les formes est un cas de synonymie qui n’intéresse pas la grammaire générale. La théorie n’identifie légitimement que deux catégories du passé absolu de l’existence positive (et non quatre). On voit ce qui sépare Destutt de Tracy, sur ce point, de Port-Royal ou de Beauzée qui, par des moyens différents, rendent compte de la concurrence entre je fus et j’ai étéau plan de la théorie générale. Ce n’est cependant pas fondamentalement le modèle de l’analyse qui a changé, mais le rapport aux données, et la possibilité, admise ou non, de la synonymie grammaticale.

66Pour conclure, nous avons constaté des transformations profondes du système du double repérage caractéristique des analyses de Port-Royal à Beauzée principalement à deux niveaux : la limitation de la relation de Tx à Ti aux seuls cas de simultanéité, et le quasi-rejet du critère de l’intervalle de référence. Mais, on peut aussi constater dans certains cas la subite prolifération de ce critère, pour l’analyse du plus-que-parfait par exemple. Il apparaît donc que ce système qui semble reprendre à son compte le matériel conceptuel élaboré par les grammaires générales dans le domaine de l’analyse du temps linguistique marque une rupture très nette par rapport à ce que nous avons appelé le programme de la grammaire générale dans ce domaine. On voit, à partir de Condillac, se développer une critique de la notion de présent proposée par Beauzée, reprise par Thurot, qui conduit à priver Ti de valeur discriminante à l’égard des événements représentés par les formes verbales. Ti n’est pas un bon critère parce qu’il est toujours possible de trouver un événement dans un rapport de simultanéité avec l’événement représenté. Menée dans ces termes, Cette discussion met en cause non seulement la possibilité de construire un système de repérage systématique à partir de deux repères (To et Ti), mais surtout la possibilité de découvrir dans la continuité du temps naturel des critères pertinents. Tout se passe au fond comme si la continuité des instants du monde physique ofrait une trop grande quantité de repères possibles. Cette objection est clairement formulée par Condillac :

Ainsi, parce que l’action du verbe ne peut pas ne pas être simultanée à une époque quelconque, Cette idée de simultanéité est une accessoire commun [à toutes les formes verbales]. (Condillac 1775, p. 169)

  • 6 Nous nous appuyons dans ce qui suit sur l’analyse de la conception de l’existence chez Destutt de T (...)

67La critique de la notion de présent telle qu’elle est introduite pour la première fois dans l’article « Tems » de l’Encyclopédie peut donc être interprétée comme une discussion des fondements philosophiques de la théorie beauzéenne, et de la réflexion grammaticale qui y aboutit 6. Le système de Beauzée représente la forme que peut prendre une théorie rationaliste du temps linguistique. Pour le cartésianisme, la réalité du monde, son objectivité ne sont pas en cause. Le rapport entre l’existence et sa représentation dans le discours est de simple correspondance. Chez Destutt de Tracy en revanche, l’existence et la sensation de l’existence (et partant sa représentation dans le discours qui exprime Cette sensation) sont deux choses distinctes :

Action voulue et sentie d’une part, et résistance de l’autre, voilà, j’ose n’en pas douter, le lien entre les êtres sentans et les êtres sentis : c’est là le point de contact qui assure très-certainement ceux-là de l’existence de ceux-ci, et je ne leur en vois pas d’autres qui soit possible. (Destutt de Tracy 1804, I, p. 143).

68Si Cette résistance garantit l’existence de l’objet senti, l’assurance doit en être renouvelée sans cesse. Fonder la certitude de l’existence du monde non pas sur l’existence de Dieu, qui comme un principe universel permet de régler une fois pour toute la question, mais sur l’assurance locale et provisoire fournie par les sensations, conduit au renouvellement nécessaire et indépassable de Cette expérience :

[…] l’existence réelle que nous accordons à tout ce que nous appelons des êtres, […] n’est que d’un ordre secondaire et subordonné à [l’existence de nos perceptions]. (Destutt de Tracy 1803, II, p. 196).

69L’existence de la sensation est donc le point de départ : l’existence représentée n’est qu’une modalité de la représentation de l’existence. Destutt déplace ainsi la problématique du repérage des temps et de leur définition. La relation de simultanéité qui est au cœur de toute représentation n’est pas celle de l’événement représenté avec un repère quelconque du temps naturel mais celle du temps de la représentation :

[…] le discours raconte des choses futures et des choses passées ; mais au fond, il est toujours présent, puisque toujours il exprime une impression actuelle. (Destutt de Tracy 1803, II, p. 211)

70Il est acquis depuis Condillac que la valeur de présent de l’événement représenté n’a pas de valeur explicative sur le plan théorique, en revanche la prise en compte de Cette nouvelle dimension de la temporalité dans le langage, à savoir le temps de la représentation en tant qu’il se distingue du temps représenté, conduit à un système temporel entièrement différent de celui de Beauzée, et des théories rationalistes. La conséquence de Cette conception de l’existence au plan de la théorie des temps est donc la suivante. Si l’existence représentée est une modalité de la représentation de l’existence, il s’ensuit que le temps représenté est une modalité du temps de la représentation. C’est ce que met en évidence la catégorisation des temps du mode attributif en existence positive et existence éventuelle que nous examinons au point suivant.

1.2.3 La distinction existence positive/existence éventuelle

71Il s’agit donc de la première des catégorisations qui organisent le système verbal, à laquelle s’articule, dans un second temps, la division produite par les critères temporels proprement dits que nous venons d’examiner. Elle conduit à réunir dans une même catégorie les futurs et les conditionnels, et à les distinguer de l’ensemble des formes rangées traditionnellement dans l’indicatif. Ce choix de classement a deux conséquences remarquables : le statut conféré au futur, et la place nouvelle prise par le conditionnel.

72Les formes de futur sont donc séparées des autres formes de l’indicatif, leur valeur temporelle apparaissant secondaire au regard de leur valeur modale. La linéarité mimétique du temps naturel qui ordonnait, de façon très constante à travers toute la tradition, dans une série homogène, le passé, le présent et le futur, constituant une sorte d’universel élémentaire reconnu par toutes les théories, est ici rompue ; et c’est l’existence même de catégories linguistiques qui mimeraient de façon transparente celles du temps physique qui se trouve contestée. Ou, pour le dire avec d’autres mots, c’est le projet d’une théorie réaliste du temps, telle que le développent les théories rationalistes, qui se trouve radicalement invalidé. Le présent n’est plus ici le lieu du passage du passé au futur, ou, à l’inverse, de la conversion du futur en passé, ou encore le point qui délimite ces deux espaces. Le présent est d’abord la position qu’occupe le sujet. L’instant de la parole n’est plus un événement du temps naturel, mais le moment depuis lequel le sujet (se) représente le temps naturel. C’est Cette nouvelle conception du sujet dans le temps qui, selon l’expression de Sylvain Auroux (Auroux 1991a) à qui nous empruntons également le schéma suivant, « casse » la linéarité du temps naturel. Au schéma de la succession des instants sur un axe temporel unique, on peut donc substituer un schéma à deux niveaux :

73Notons pour terminer sur ce point que Cette idée radicalement neuve appliquée au présent, neuve surtout dans ses effets et les changements qu’elle introduit dans les principes généraux de classement et d’analyse du temps, était, non pas en germe, mais simplement présente sous une forme un peu différente chez Beauzée dans la notion d’époque, notamment pour l’analyse de l’imparfait (voir supra p. 135).

74Quant au rapprochement des formes de conditionnel et de futur (ou, ce qui revient au même, la suppression du conditionnel comme mode, et l’intégration de ses formes dans l’indicatif), auquel Destutt de Tracy donne un nouveau relief, ce n’est pas non plus tout à fait une innovation de sa part. Plusieurs auteurs antérieurs se sont livrés à ce type de rapprochement sur des bases morphologiques. Nous avons vu quelques-unes des étapes de Cette petite histoire du conditionnel-temps au cours des chapitres précédents : Guy Miège et Abel Boyer en 1718 dans leur New Double Grammar French-English and English-French aperçoivent deux futurs en français correspondant aux formes parlerai et parlerais ; Buier (1709), puis Restaut (1730) classent les formes de conditionnel dans l’indicatif ;Enfin Sauvage de Villaire (1749) délimite une catégorie du futur contenant quatre temps (les deux futurs et les deux conditionnels de la terminologie habituelle). Il y a bien une hésitation depuis la fin du XVIIe siècle sur la nature modale et/ou temporelle des formes de conditionnel. Cependant, chez tous les auteurs que nous venons de citer, le rapprochement est, au mieux, fondé sur des critères morphologiques. On ne trouve pas d’exploration de la valeur de « futur dans le passé » des formes en – rais .

75Chez Destutt le problème est plus complexe. Il rapproche le conditionnel à la fois des formes de futur, dans la catégorie de l’existence éventuelle, et de la série des imparfaits, comme nous l’avons vu plus haut. Mais pour lui, la morphologie ne saurait être un argument suffisant en faveur de cette catégorisation :

[…] il ne faut s’arrêter ni au matériel des mots, ni aux classifications qu’on en a faites, ni à la forme de la locution, mais pénétrer jusqu’au fond de l’expression et à la nature de l’acte intellectuel qu’elle représente […]. (Destutt de Tracy 1803, p. 43)

76Ainsi, la forme simple je serais est définie par les trois critères déjà décrits :

1) elle exprime une existence à venir (Tx),

2) l’existence Tx est contemporaine d’une autre existence,

3) Tx n’aura lieu que sous une certaine condition.

77La relation avec les formes de futurs apparaît donc clairement : l’éventuel est une modalité du temps à venir. Celle avec l’imparfait apparaît dans le critère 2. Les formes de conditionnel ont en commun avec les imparfaits d’être des temps relatifs, exprimant un rapport de simultanéité avec un événement de référence.

78On peut donc se demander ce que signifie exactement le rapprochement des futurs et des conditionnels dans la même catégorie. Cela signifie-t-il que Destutt voit dans les conditionnels des futurs d’un certain type, qui combinent, en l’occurrence, une valeur de futur et une valeur d’imparfait ? Autrement dit, peut-on créditer l’idéologue de la découverte de la valeur de « futur vu du passé » que portent ces formes dans certains emplois. C’est l’interprétation proposée par Auroux (1986, 1991a). Elle se fonde essentiellement sur la symétrie avec la série des imparfaits, et leur définition en tant que « tems relatifs ou imparfaits des tems à venir » (1803, p. 227). Le problème revient au fond à interpréter dans le bon sens la combinaison de la relation de simultanéité et de postériorité qui les définit. Or, nous avons montré un peu plus haut que la définition d’une forme comme je serais est construite à partir de la transposition à droite de To du système de repérage paramétrique de l’imparfait. En ce sens, Destutt de Tracy analyse le conditionnel futur plutôt comme la forme de paulo-post futur prévue par les Messieurs de Port-Royal que comme un futur du passé. Le repérage par rapport à To est donc premier : il s’agit d’abord un futur.

79Les choses sont plus complexes pour la forme composée. On se souvient que j’aurais été exprime « une existence qui n’est pas, qui en ce sens est future, et qui, si elle avait lieu, serait passée et contemporaine d’une autre ». Nous retrouvons la relation de simultanéité caractéristique des temps relatifs. Mais la forme exprime aussi (voir supra) la même chose que la forme simple correspondante en y ajoutant une idée de passé :« j’aurais été est exactement la même chose que je serais, en y ajoutant une idée de passé » (1803, p. 227). Il devient difficile de situer Tx par rapport à To. La forme appartient pourtant à l’éventuel (elle marque une existence qui n’est pas), cette ligne du temps décrochée que nous avons figurée à droite de To dans la figure p. 197), puisque ce qui n’est pas est futur chez Destutt de Tracy. Cela suit à douter de ce que le contenu de connaissance décrit par Destutt soit celui de la valeur temps du conditionnel.

2. L’enseignement des écoles centrales

80Nous examinons dans cette partie les textes rédigés par des professeurs de grammaire générale qui ont enseigné dans les écoles centrales créées en l’an IV. Il s’agit de cahiers de cours, ou d’ouvrages que certains professeurs en ont tirés et qu’ils ont publiés, parfois plusieurs années après la suppression des écoles centrales en l’an X. Ce corpus offre ainsi une image de ce qu’a été, sur le plan conceptuel, l’enseignement de la grammaire générale et plus particulièrement ce qui nous intéresse ici : la théorie des temps. Il s’agit d’essayer de comprendre comment les notions dont nous avons suivi l’élaboration jusqu’ici s’articulent dans un ensemble désormais organisé par le projet de transmission de connaissances et de formation intellectuelle des élèves qui suivaient ces cours. Autrement dit, la question de la réception des modèles qui a orienté notre enquête au cours des chapitres précédents prend une dimension nouvelle. Les savoirs qui constituent la grammaire générale entrent, pour une brève période, dans un processus de scolarisation et de manuélisation dont nous allons examiner différents exemples. Par ce terme, nous entendons le processus discursif dans lequel s’opère une réélaboration, gouvernée par une visée pédagogique, des savoirs construits dans le monde savant (Collinot et Petiot 1998).

81La question de l’enseignement de la grammaire générale a fait l’objet de plusieurs études (Brunot 1913, Désirat et Hordé 1981, Désirat, Hordé et Auroux 1982, Schlieben-Lange 1996, Schwartz-Déchery 1981) qui se sont surtout efforcées de montrer quels étaient les enjeux de cet enseignement, comment le projet en a été conçu par les promoteurs de la loi du 3 brumaire an IV, comment il s’est monnayé aux prises avec le réel des élèves, compte tenu de leurs compétences, des attentes du corps social, et de ce qu’étaient la formation et les compétences des enseignants eux-mêmes. Ces études s’appuient notamment sur l’examen des documents rassemblés au cours d’une enquête conduite par le comité de l’instruction publique en l’an VII sur les conditions, les difficultés, les succès éventuellement de l’enseignement de la grammaire générale. Il s’agit de circulaires réglementaires émises par le ministère et de tout un ensemble de documents adressés par les professeurs à la demande de ce dernier, censés donner une image précise de ce qu’était leur enseignement :fiches dans lesquelles les professeurs se présentent, plans de cours, cahiers de cours, sujets d’examen, etc. Nous n’interviendrons pas dans le débat relatif à ce qu’a été effectivement l’enseignement de la grammaire générale dans les écoles centrales. S’est-il mué, par la force des choses (du fait de la pression des familles et des attentes des élèves…), en un enseignement de la grammaire française, comme s’efforce de le montrer Ferdinand Brunot dans le chapitre qu’il consacre à cette question dans son Histoire de la langue française ? L’interprétation des mêmes documents par Tristan Hordé et Claude Désirat, ou par Brigite Schlieben-Lange est plus nuancée.

82Nous nous limiterons ici à l’aspect épistémologique de la question, en examinant la théorie des temps exposée dans trois types de documents : le cours dont Sicard est chargé dès 1794 lors des séances de l’École normale de Paris qui devaient préparer les enseignants des écoles centrales nouvellement créées à la tâche qui les attendait, les cahiers de cours que certains des professeurs ont adressés en réponse à l’enquête (ceux du moins qui présentent un chapitre consacré à la théorie de temps), Enfin les ouvrages, à proprement parler, publiés un peu plus tard par certains de ces professeurs.

2.1 Les séances de l’École normale

83L’abbé Roch-Ambroise Cucurron Sicard est une des figures importantes de la réflexion sur le langage et sur l’enseignement à la fin du siècle. Après un temps à l’institut des Sourds-Muets de Bordeaux, il prend la succession de l’abbé de l’Épée à Paris. Cette expérience pédagogique lui confère une autorité particulière sur le plan des théories du langage. Elle fonctionne en effet comme la source d’une validation empirique globale des théories qu’il développe ou qu’il expose. Il est l’une des figures du groupe des idéologues et participe activement aux projets pédagogiques du gouvernement révolutionnaire. C’est Cette autorité qui explique que l’on se soit adressé à lui pour assurer les conférences de grammaire proprement dite de l’École normale, tandis que Garat assure les conférences consacrées à « l’analyse de l’esprit humain ».

84Ses cours devaient contribuer à former les maîtres eux-mêmes, fournir la matière de leur l’enseignement, l’unifier le cas échéant, et constituer par là la première pièce du processus de disciplinarisation auquel est alors soumise la grammaire générale à la faveur de son enseignement dans les écoles centrales. Mais le problème qui se pose dans le tout petit secteur de la discipline qui nous intéresse est que les décennies précédentes ont vu naître un débat que nous avons retracé plus haut, où s’opposent les positions de Beauzée et celles de Condillac. Tout se passe au fond comme si les maîtres avaient à leur disposition deux théories de référence, celle de Beauzée qui accorde un statut inédit à la relation de simultanéité, généralisant et systématisant l’analyse par double repérage issue de Port-Royal, et celle de Condillac, construite à partir d’une critique de cette généralisation.

85Sur la question du temps, deux passages de la transcription des séances des écoles normales intéressent directement notre propos. Le premier correspond à la 29e séance (tome II de l’édition des Séances des écoles normales), au cours de laquelle Sicard répond à une objection du citoyen Clauzolles ; le second figure dans la 49e séance au tome V. Le problème soumis à Sicard au cours de la 29e séance est précisément celui sur lequel Condillac et Beauzée s’opposent :

Suivant vous, la simultanéité de l’existence établit le présent. D’après ce principe, il n’y aura plus que des présents. Car tout ce qui est arrivé, ou ce qui arrivera, est simultané à l’instant où cela a été fait, ou à celui auquel ce sera fait. Dès lors il n’y aura plus ni passé, ni futur, ce qui est absurde. (Séances des écoles normales, t. II, p. 55)

86La réponse de Sicard est un peu embrouillée. Mais il en ressort une défense de Beauzée dans laquelle les divisions catégorielles de l’encyclopédiste sont reversées sur la distinction des temps absolus et des temps relatifs. C’est la grande idée, en quelque sorte pédagogique, de Sicard qui réussit le tour de force de conserver la terminologie de Beauzée, d’y mêler la division de Girard, et d’affirmer dans le même temps, en réponse à une nouvelle question (inquiète ou sarcastique ?) sur le nombre des présents « qu’à proprement parler, il n’y a, il ne peut y avoir, qu’un seul présent ; c’est le temps de l’existence, simultané avec une époque quelconque » (p. 56). Mais Clauzolles est un adversaire redoutable qui connaît bien la littérature grammaticale contemporaine et l’argumentation de Beauzée lui-même, et il soumet l’argument suivant à Sicard : si le critère de l’emploi d’une forme pour une autre dans un même contexte est un argument en faveur de leur appartenance à la même catégorie, comme l’écrit en effet Beauzée (voir supra p. 130), comment se fait-il que l’on puisse indifféremment dire :

César a été un grand homme,
César était un grand homme,
César fut un grand homme ?

87Ce qui met sur le même plan un prétérit, et deux présents au sens de Beauzée.

88L’embarras de Sicard est manifeste et il s’en tire par une pirouete qui le contraindra de revenir sur cette question plus tard, au cours de la 49e séance, comme nous allons le voir. Il concède en effet que « de leur nature ce sont des temps passés, et qu’ils ne sont présents que par accident » (p. 61).

89La précision du questionnement de son interlocuteur le conduit également à un aménagement intéressant de sa terminologie : il accepte en effet d’identifier les temps absolus et les temps indéfinis. Aménagement assez étonnant, puisque dans les deux cas, du moins chez les inventeurs de ces catégories, le repère en cause est sans doute unique, mais il s’agit de To dans le cas des temps absolus et de Ti dans celui des temps indéfinis (voir supra p. 105). Sicard reprendra cette idée cinq ans plus tard dans sa grammaire.

90Lorsque Sicard revient donc une nouvelle fois quelques semaines plus tard sur la question des temps, cette fois Beauzée est donné sans restriction comme modèle. L’encyclopédiste est salué comme l’introducteur d’innovations décisives qui font que sur ce point, c’est bien lui l’auteur de référence, et non Condillac, dont les objections trahissent seulement qu’il n’a pas compris toute la portée de la réflexion de Beauzée :

Plusieurs (bons esprits) trop timides sans doute, n’avaient pas osé faire la réforme en entier, quand l’un d’eux armé d’un grand courage ne craignit pas de tout examiner, de tout sonder, et de renverser l’échafaudage de la conjugaison soi-disant française qui n’avait été jusque-là que la conjugaison latine. Il osa d’une main hardie, refaire à neuf cet édifice, sans respect pour l’ancien, dont il ne crut devoir conserver que quelques dénominations. Des hommes non moins célèbres ont osé l’attaquer, le contredire, opposer leur système au sien, après avoir rendu à celui-ci le juste tribut d’éloges qu’il méritait. Ce novateur si extraordinaire, citoyen, c’est Beauzée. (Séances des écoles normales, t. V, p. 15)

  • 7 J. B. Lemercier, instituteur, maître de pension, tenant la pension Calypso, no 62, rue et barrière (...)

91Le professeur de grammaire générale de l’école centrale du Finistère, Ollitrault, reprendra idéalement la formule dans le cours qu’il adressera au ministère, et on la retrouve également dans le chapitre « temps » de la grammaire que Sicard publie en 1799. L’héroïsation de la figure de Beauzée comme inventeur voire comme refondateur de la grammaire est un motif qui circule dans de nombreux textes de cette époque, dès lors que le regard rétrospectif sur le passé de la discipline s’articule avec des considérations d’ordre épistémologique sur ses contours et ses enjeux. Ainsi, pour l’obscur auteur7 d’une Lettre sur la possibilité de faire de la grammaire un art-science, aussi certain dans ses principes et aussi rigoureux dans ses démonstrations que les arts-sciences physico-mathématiques, il est « à l’art-science grammatical, ce qu’est Hyparque à l’astronomie ancienne, et Ticho-Brahé à l’astronomie moderne » (Lemercier 1806, p. 117), et encore « le plus grand de tous les grammairiens » (p. 316). C’est surtout à sa théorie des temps que Beauzée doit ces lauriers, en toute connaissance des objections formulées par Condillac, raillé par le même auteur avec une véhémence qui laisse soupçonner l’intérêt que ces débats, dans leur technicité même, ont soulevé dans un public assez large, dépassant le cercle des savants.

92Qu’est-ce qui motive cet éloge ? Nous avons montré ailleurs comment Court de Gébelin donne les repères qui organisent l’horizon de rétrospection de la discipline qui, pour quelques années, devient discipline d’enseignement, avec son personnel et ses programmes (Fournier 2009, Fournier et Raby 2006). Mais le système beauzéen a manifestement une vertu supplémentaire aux yeux de quelqu’un comme Sicard. Ce n’est paradoxalement pas la généralité de l’analyse, que Court de Gébelin mesure dans sa capacité à subsumer les apports antérieurs et à les dépasser, ce n’est pas seulement qu’il est « le plus raisonnable » (Séances des écoles normales, t. V, p. 16), c’est surtout qu’il a « renversé » l’édifice de la conjugaison latine, et « soi-disant française » (ibid.).Le mérite proprement scientifique de l’encyclopédiste s’efface derrière ce que ces acteurs du grand projet pédagogique de la Convention voient comme une célébration de l’idiome national.

93Sicard se sert une nouvelle fois de la distinction entre temps absolus et temps relatifs (nous reviendrons sur ce point à l’occasion de l’étude de sa grammaire), mais il minimise l’originalité de cette« lecture » de Beauzée, en soulignant au contraire sa fidélité, et le caractère purement pédagogique, au fond, de ses aménagements de la théorie beauzéenne :

J’ai […] approfondi le séduisant système de Beauzée, et le trouvant parfaitement conforme au génie des langues en général, j’ai travaillé à l’exposer de la manière la plus claire, en l’appuyant de toute la force de la logique ; et je crois y avoir répandu une assez vive lumière, et l’avoir réduit à une assez grande simplicité. (Séances des écoles normales, t. V, p. 15)

94Et lorsqu’il revient sur le débat Condillac/Beauzée tel qu’il avait été évoqué lors de la 29e séance, c’est pour réaffirmer la position de Beauzée dans toute sa rigueur :

Les temps relatifs ne sont-ils relatifs qu’accidentellement comme on me l’a demandé à l’une de mes conférences ? Et alors pourquoi classer dans la série des présents ceux qui comme je portais et je portai expriment un passé quand ils ne sont déterminés par aucune autre époque que par celle qui est commune à tous, qui est l’instant de la parole ?
[…]
Non sans doute, ces temps je portais, je portai, je porterai ne sont pas seulement des présents accidentellement ; ils le sont essentiellement, et de leur nature : ils sont destinés à exprimer la simultanéité de l’existence, l’un avec une époque antérieure mais vague et indéterminée, l’autre avec une époque antérieure aussi mais déterminée par un période dont la fin et le commencement sont connus ; la troisième avec une époque postérieure : chacun d’eux est le présent devenu relatif, qui a pris une forme particulière destinée à l’expression de cette relation. (p. 21)

95Nous retrouverons les grandes lignes de cet exposé dans la grammaire publiée en 1799. Sicard y approfondit son interprétation du système beauzéen. Dans le texte que nous venons de lire, l’objectif n’est pas d’entrer dans des détails trop minutieux, mais de préciser à la faveur éventuellement des questions de l’assistance, de rendre clair, de prendre position aussi sur la question du présent et la controverse Condillac/Beauzée. Il semble n’être que partiellement suivi par les professeurs, si l’on en croit le témoignage des quatre cahiers dont nous disposons et que nous examinerons plus loin.

2.2 La grammaire de l’abbé Sicard (1799)

96L’ouvrage est publié cinq ans plus tard et présente une étude plus approfondie et plus complète de la théorie beauzéenne du temps. Si le discours préfaciel délimite les contours d’une école (Puech 2006) où figurent les grands contributeurs à la réflexion sur le langage depuis le milieu du siècle (« Dumarsais, Girard, Beauzée, Court de Gébelin, Condillac, Harris, et l’Encyclopédie méthodique »), c’est le système beauzéen qui est au centre de l’exposé sur le temps. Le tableau des temps qui figure à la page 242 est le même que celui que donne l’encyclopédiste dans l’article « Tems » et dans la Grammaire générale de 1767. Et Sicard rapporte à son sujet ce jugement de Court de Gébelin, sur l’autorité duquel il s’appuyait déjà dans son cours :« [il] réunit les avantages de la simplicité avec la plus vaste étendue. L’on peut par ce moyen classer tous les temps, sans en multiplier les dénominations et en les ramenant tous à une mesure commune. Trois mots en font tout le mystère : passé, présent, futur » (Sicard 1808, t. I, p. 225-226). La théorie beauzéenne possède donc deux atouts décisifs : la simplicité (ce qui aux yeux d’un pédagogue n’est pas un mince avantage) et l’économie puisqu’elle peut rendre compte de tous les temps. Elle est un point de départ que l’enseignement des sourds-muets permet de développer et d’expliciter. Le plus remarquable toutefois pour notre propos est dans l’alchimie particulière à laquelle le modèle déclaré est soumis. Le système beauzéen entre en quelque sorte en collision avec son histoire récente. Un certain nombre des catégories construites par l’encyclopédiste sont en effet réinterprétées à la lumière de celles de ses prédécesseurs immédiats, Girard, ou même Port-Royal. Le système beauzéen fonctionne alors, chez ce pédagogue, comme la forme sous laquelle se cristallise le paradigme des théories du temps de la grammaire philosophique. Nous essayons dans ce qui suit d’en démêler l’écheveau.

2.2.1 La question du progrès et des différences entre les langues

97Au modèle beauzéen, qui fournit le cadre général, viennent donc s’ajouter des éléments plus ou moins hétérogènes comme l’esquissait le cours de 1794. Sicard reprend à son compte l’opposition entre temps absolus et relatifs introduite par Girard. Les premiers sont aux fondements du système des temps. Les seconds correspondent aux temps doublement repérés.

98Mais la catégorie des temps absolus est partiellement réorientée suivant une conception génétique de la constitution des catégories de langue, dont le modèle est chez Condillac, Court de Gébelin et Destutt de Tracy. Les temps absolus sont les premiers suivant l’ordre naturel, les premiers que l’homme a pu connaître avant sa civilisation. Les preuves de cette analyse sont fournies par l’examen des langues plus primitives que les langues de l’Europe, comme le chinois et l’hébreu :

Pourquoi […] la Langue des chinois a-t-elle une conjugaison si pauvre ? Pourquoi n’a-t-elle que les trois temps de celle de la nature ? C’est que ce peuple, auquel certains Ecrivains se sont appliqués à donner une antiquité qui surpasse celle de tous les autres, n’a fait encore aucun pas dans les Sciences ; qu’il a généralement des vues étroites ; qu’il combine fort peu ; qu’il ne voit les objets et leur rapport que d’une manière lente et successive ; qu’il groupe fort peu ses idées. Ainsi qu’on le remarque bien, point de conjonctions dans cette Langue […] Et la raison du manque de conjonction dans cette Langue est la même que celle qui réduit sa conjugaison aux trois temps absolus. (Sicard 1808, t. I, p. XIV-XV)

99L’hébreu, langue réputée plus ancienne encore que le chinois, n’aurait pas même les trois temps fondamentaux, et n’exprimerait le temps que par la position de la racine verbale dans la chaîne parlée.

100Ces deux langues, dont l’antiquité est bien établie, offrent un aperçu de la façon dont les langues devaient se présenter à une époque reculée. Elles permettent d’apercevoir les premiers besoins. L’argumentation sur ce point est surtout développée à propos du chinois :

Quel besoin en effet aurait de conjonctions un peuple qui compare lentement les idées, et toujours une à une, qui juge plus lentement encore qu’il ne compare ; qui ne voit guère, à la fois, plus qu’un rapport, et à qui l’une des trois grandes époques de la durée suit toujours au besoin d’énoncer un événement, qui relativement à l’époque de son existence, n’a aucun rapport, avec tout autre événement ? Et si tout ce qu’un Chinois a à dire n’a de point comparatif, dans la durée, qu’avec l’instant de l’énonciation ; si jamais une pensée ne vient couper une proposition pour en déterminer un élément ; s’il n’y a ni simultanéité d’actions, ni antériorité, ni postériorité de l’une à l’égard de l’autre à faire connaître parce qu’un Chinois n’embrasse pas des rapports qui ne se présentent jamais à la fois à son esprit, il ne peut avoir besoin d’aucune autre liaison que de celle qui forme la proposition. (t. I, p. XV-XVI)

101Ces deux exemples sont ceux que les auteurs commentent depuis le milieu du siècle. Le cas de l’hébreu est présenté dans les mêmes termes par Court de Gébelin, et le problème de l’absence de verbe et/ou de marquage temporel en chinois est déjà décrit par Beauzée. Il convient toutefois de marquer nettement ce qui distingue ici les commentaires de Sicard de ceux de ses prédécesseurs. L’idée que les différences formelles observées entre les langues correspondent à des pensées, ou des modes de pensée, différents selon les peuples est semble-t-il étrangère à Beauzée. Pour ce dernier, les différences entre les langues marquent seulement qu’elles ne disposent pas toutes du même matériel pour signifier les catégories. L’absence de forme dans une langue, correspondant à telle ou telle catégorie prévue par le système, ne signifie pas pour autant « qu’elle soit privée de tous les moyens d’exprimer ces différents points de vûe ; il ne lui faut qu’un adverbe, un tour de phrase, pour subvenir à tout » (Beauzée 1767, t. I, p. 479) et quelques pages plus haut :« la réalité [des] temps dans une langue en prouve la possibilité dans toutes » (p. 475).

102Chez Court de Gébelin, à qui Sicard reprend l’exemple de l’hébreu, le problème, comme nous l’avons vu plus haut, n’est pas non plus posé dans les mêmes termes. Les langues sont soumises à l’histoire, comme les peuples, et l’homme en général. On sait que l’historicité de la langue, mais aussi de la science grammaticale, est une des préoccupations des idéologues (Désirat, Hordé et Auroux 1982). Mais pour l’auteur du Monde primitif, il s’agit seulement de confirmer empiriquement une hypothèse sur l’origine du langage, et de reconstruire quels ont pu être les premiers mots dans un schéma d’apparition du langage inspiré de Condillac.

103Sicard modifie profondément l’orientation argumentative du matériel conceptuel emprunté à Beauzée et à Court de Gébelin : les langues qu’il compare sont contemporaines. Les différences constatées sont parfois interprétées comme sources d’une inégalité actuelle, tandis qu’elles se conçoivent seulement selon la diachronie chez Court de Gébelin, Thurot ou Thiébault lorsqu’ils écrivent le scénario des progrès de l’esprit humain. Quant à l’usage du thème de la simplicité et de la complexité des opérations de repérage développé à partir du système de Beauzée, il est tout à fait étranger à l’encyclopédiste. D’abord, comme nous l’avons montré plus haut, parce que tous les temps chez Beauzée sont repérés par rapport au critère Ti. La distinction entre la simplicité supposée d’un repérage primaire et fondamen-tal d’abord par rapport à To, puis un autre, dont la complexité ne tient qu’à l’introduction de Ti, n’est possible que parce que les catégories beauzéennes sont ressaisies à travers celles de Girard. Il faut Enfin souligner que la temporalité impliquée par le système de Beauzée n’est pas celle de la diachronie, mais celle des opérations de l’esprit, d’un point de vue en quelque sorte cognitif. Une des caractéristiques de la lecture et de l’usage des théories beauzéennes que l’on retrouve dans d’autres secteurs de la théorie grammaticale (la théorie des parties du discours par exemple) pendant cette période tient à cette projection du système dans la temporalité mythique de la genèse des catégories (Fournier et Raby 2003).

2.2.2 Relecture du modèle beauzéen

104Le détail de l’analyse technique des opérations de repérage présente des phénomènes analogues de combinaison de concepts issus d’origines différentes. Nous en aborderons quelques exemples.

105La conception du temps fondée sur les opérations de mesure est empruntée à Beauzée, comme la détermination, sous la forme d’un période ou d’une époque, de l’instant de comparaison auquel un temps « relatif » est référé :

[…] cet instant donné comme terme de comparaison, comment le déterminer parmi tous ceux de son espèce ? Fixé par un événement quelconque, dans la course rapide des instants fugitifs qui composent l’étendue infinie de la durée, il était naturel de donner à celui-ci le nom d’époque qui en grec signifie arrêter ; et parce que la portion de temps placée entre deux époques, comme une distance quelconque circonscrite entre deux bornes, est une mesure de temps autour de laquelle on tourne, comme autour d’un espace, on a donné le nom de Période à cette portion de temps. (Sicard 1808, t. I, p. 222)

106Mais le système dans son ensemble repose, comme nous l’avons déjà noté plus haut, sur une sorte de réorganisation du système beauzéen à partir des temps absolus et relatifs de Girard.

107Ainsi les temps absolus sont ceux que l’on considère « sans référence à une époque précise ou à une action » (p. 227). C’est le cas de certains usages du présent je chante, du futur je dois chanter, ou du passé j’ai chanté. On voit mal ce que peut signifier ici, sans autre explicitation, cette absence de repérage. Il faut comprendre alors que ces temps absolus correspondent aux temps indéfinis de Beauzée (voir supra p. 130), soit des temps repérés par rapport à un événement de référence (Ti), mais pas par rapport à To. Mais ils comportent aussi les temps référés à la seule mesure commune de l’instant de la parole (To) : le présent, qui marque la simultanéité d’existence avec l’instant de la parole ; le passé et le futur qui marquent respectivement un rapport d’antériorité ou de postériorité à l’égard de ce repère. La catégorie correspond mieux alors à la définition qu’en donne Girard, quoiqu’il ne soit pas question ici de la distinction proposée par l’abbé entre aoriste et prétérit. C’est donc plutôt, au fond, de la notion de temps simple telle qu’elle est définie dans la Grammaire générale et raisonnée qu’on peut la rapprocher.

108La notion de temps relatifs implique logiquement un repérage supplémentaire par rapport à une époque de comparaison (le terme vient de Beauzée). Et comme chez Beauzée, la terminologie n’est pas motivée par le rapport à l’instant de la parole, mais par la relation à cette époque de comparaison. Ainsi, à chaque temps absolu, correspondent des temps relatifs. Au présent absolu je chante, correspond une série de présents relatifs pour lesquels l’événement est simultané à Ti : un présent actuel, si Ti est simultané à To ; un présent antérieur, si Ti est antérieur à To ; et un présent postérieur, si Ti est postérieur à To.

109Notons toutefois que la terminologie fonctionne de façon moins rigoureuse chez Sicard que chez son modèle. C’est le prix de la part faite à l’intuition qui motive manifestement cette conversion des temps indéfinisbeauzéens en temps absolus. Le présent correspond toujours chez Beauzée à un rapport de simultanéité avec l’époque de comparaison. Ici, selon que l’on a affaire à des temps absolus ou à des temps relatifs, la notion implique un rapport à To ou à Ti.

110Le schéma dans son ensemble se présente donc de la façon suivante si l’on tient compte de ces quelques transformations terminologiques :

Présent

Prétérit

Futur

Temps absolus

je loue

j’ailoué

je dois louer

Temps relatifs

actuel

je loue

j’ailoué

je dois louer

antérieur

simple

je louais

j’avaisloué

je devais louer

périodique

je louai

j’eusloué

Je dus louer

postérieur

je louerai

j’aurai loué

je devrai louer

  • 8 Nous avons vu plus haut que ce dispositif à neuf temps correspond à une réorientation profonde et à (...)

111Mais Sicard reproduit également littéralement (sans aménagement terminologique) le tableau des temps tel qu’il figure chez Beauzée. Et le chapitre est introduit par une longue citation de Court de Gébelin qui ramène la prétendue complexité du système beauzéen, à la « simple » combinatoire de neuf temps8 :

Trois mots [il s’agit du système des temps de Beauzée] en font tout le mystère :passé, présent, futur.Ces trois divisions, étant également appliquées ensuite à chacune de ces époques qui ont nécessairement un temps avant, et un temps après, elles donnent les neuf temps qui sont dans toutes les langues, et à chacun desquels on imposoit des noms plus difficiles à concevoir que la chose même. (Court de Gébelin cité par Sicard 1808, t. I, p. 226) Sicard se borne donc à une présentation pédagogique, creusant en pédagogue les définitions, et s’abstenant de soulever les débats dont elles sont l’objet.

112L’analyse de l’imparfait et du passé simple présente une autre forme de cette sorte de bricolage auquel est soumise la théorie beauzéenne. Sicard note en premier lieu que « [c] e temps autrefois appelé imparfait, est celui par lequel on raconte un événement, comme présent, dans une époque passée. » (Sicard 1808, t. I, p. 222 p. 232). Mais il possède cette propriété en commun avec toute la série des présents relatifs. Or celle-ci est conçue comme une opération du sujet de l’énonciation qui compare des idées et construit dans le discours un rapport complexe entre les événements. Ce rapport n’est pas dans les choses, mais dans le tableau de la pensée. Le dispositif des opérations de repérage décrit, comme chez Beauzée, l’activité mentale des locuteurs, mais ces opérations ne sont plus attachées à une opération ou à une série d’opérations dont elles codent le signifié sous forme procédurale. Une forme donnée peut correspondre à plusieurs scénarios procéduraux entre lesquels le locuteur choisit. Ainsi, une même forme d’imparfait peut être conçue comme un présent ou non, selon que le locuteur conçoit ou non à son endroit un rapport de simultanéité :

Mais si ces temps […] ne sont présents que quand ils sont comparés à une époque déterminée et simultanée, ils ne sont donc plus présens, quand ils ne sont plus comparés à cette époque. Et alors quel autre point de comparaison leur reste-t-il ? Aucun autre que la comparaison générale, l’instant de la parole. Or que sont ces temps je chantois, et je chantai, par rapport à l’instant de la parole ? Ils sont antérieurs. Qu’est-ce qu’une époque antérieure ? C’est une époque passée. Ces deux temps qui ne sont plus présens et qui sont toujours antérieurs, sont donc passés et ne sont plus présens. (Ibid.)

113Néanmoins, l’argumentation n’est pas exclusivement spéculative et mentaliste. Sicard étaye ce raisonnement par un argument distributionnel. L’imparfait commute dans certains de ses emplois avec des formes incontestables de passé.

114On peut avoir indistinctement :

a. Cicéron était un grand orateur ;

b. Cicéron a été un grand orateur ;

c. Cicéron fut un grand orateur.

  • 9 On retrouve ici l’écho de la discussion menée lors des séances des écoles normales (voir supra p. 2 (...)

115Or (2) est indiscutablement un passé. Il faut donc admettre que, dans cet usage, (1) et (2) sont également des passés, et que par conséquent le passé simple et l’imparfait ne sont pas toujours des présents9.

116Ici Sicard s’éloigne de son modèle sur un point décisif. Certaines formes peuvent en effet recevoir plusieurs interprétations concurrentes chez Beauzée. Mais leur nombre est limité et le cas est bien identifié : il s’agit des formes d’actuel et des formes d’indéfinis, homonymes dans toutes les langues pour une raison de fond que Beauzée développe à propos du présent indéfini (voir supra p. 130-131). Si la valeur de ce dernier n’est pas déterminée par le contexte à signifier une époque particulière, il reçoit par défaut le valeur de présent actuel puisque « le présent indéfini ne peut plus se rapporter alors qu’à l’instant qui sert essenciellement de dernier terme de comparaison à tous les rapports d’existence, c’est-à-dire, à l’instant de la parole » (Beauzée 1767, t. I, p. 439). Le passage de Sicard que nous avons cité un peu plus haut reproduit un mécanisme comparable : le repérage par rapport à To se fait par défaut, quand le contexte ne fournit pas la possibilité de construire une relation de simultanéité avec un repère Ti. Mais cette analogie ne doit pas masquer ce qui distingue profondément les deux analyses. Chez Beauzée, le repérage par défaut du présent indéfini par rapport à To est justifié par le caractère précisément indéfini de la forme. C’est-à-dire par le fait que dans ce cas, les opérations de repérage sont en quelque sorte suspendues, et que la référence de telles formes est précisément a priori non saturée. Il en va tout autrement de l’imparfait et du passé simple. On se souvient d’ailleurs que Beauzée discute pour le premier la possibilité de l’interpréter comme un présent à partir d’une citation de Port-Royal, et exclut précisément le point de vue des Messieurs (voir supra p. 122).

117Nous avons donc de bonnes raisons de penser que cette interprétation de Beauzée repose sur un contresens. Mais ce constat n’épuise pas la question et le problème posé par les interprétations déviantes, quelles qu’elles soient, dont Beauzée a été l’objet de la part même des auteurs qui le revendiquent pour modèle est un problème d’un grand intérêt historique. Il importe alors tout autant d’identifier ce qui fait l’objet d’une interprétation erronée, que les effets produits par ces gauchissements auxquels le modèle est soumis.

118Ainsi les modifications terminologiques résultant du réemploi des termes proposés un peu plus tôt par Girard contribuent à atténuer le bouleversement terminologique (et épistémologique) introduit par l’encyclopédiste. C’est pourtant un des mérites que lui reconnaît Sicard. Beauzée aurait permis de sortir du cadre imposé par l’antique nomenclature des temps du passé (perfectum, imperfectum, plus quam perfectum) et de renverser, suivant sa formule, l’édifice de la conjugaison « latin en français ». Mais, plus fondamentalement, c’est l’analyse de la valeur de présent des présents antérieurs beauzéens comme un simple effet de sens, qui atténue l’étrangeté du système de l’encyclopédiste et résorbe la rupture qu’il paraissait marquer avec la tradition. Beauzée produirait donc moins un renversement de l’édifice qu’il ne permettrait un approfondissement de certaines valeurs temporelles.

119Sicard s’écarte également de son modèle à propos des temps surcomposés. Il observe en premier lieu que ces temps n’apparaissent jamais dans les phrases simples, mais toujours dans des énoncés qui comportent d’autres temps, généralement des temps du passé. C’est donc en relation avec ceux-là que leur valeur doit être définie. C’est cette relation qui justifie leur nature de temps « comparatifs » :

Leur emploi est de servir uniquement de point comparatif aux passés, pour déterminer, avec la plus rigoureuse précision, l’existence d’une action qui a succédé à une autre action, dont le temps de l’existence est connu […]. Quand j’ai eu fait la leçon publique, les Sourds-Muets ont dîné. Le temps comparatif est donc une sorte de mesure, de style, qui, sur le cadran des actions, marque l’instant de l’existence de l’action, dont le temps est inconnu. (Sicard 1808, t. I, p. 239)

  • 10 Voir p. 137 et suiv. ; nous montrons en particulier que cette analyse ne nous paraît pas parvenir à (...)

120La définition ne fonctionne donc pas du tout de la même manière que chez Beauzée. Chez ce dernier, le caractère comparatif des temps surcomposés est lié à la mise en œuvre d’un nouveau critère dans le système de repérage (Tii), mais ce dernier, pas plus que Ti d’ailleurs, n’est nécessairement manifesté dans le discours. En outre, la « comparaison » qui caractérise ces temps est établie entre Ti et Tii10. Pour Sicard, la propriété caractéristique des temps comparatifs est de constituer, dans les énoncés où ils apparaissent, un repère pour les autres formes, soit « l’époque de comparaison », impliquée dans la valeur de tous les temps relatifs . L’interprétation revient donc à motiver la terminologie proposée par Beauzée en fonction d’autres catégories beauzéennes, suivant une démarche analogue à celle que nous avons rencontrée chez Court de Gébelin. Le travail auquel est soumis le modèle consiste ici à manifester des cohérences qui n’étaient pas dans l’original.

121Enfin, un autre effet de lecture de l’œuvre beauzéenne est particulièrement sensible dans l’analyse du système formé par l’imparfait, le passé simple et leurs composés respectifs. Ces quatre temps, comme chez l’encyclopédiste, entrent dans un schéma d’opposition deux à deux, et le critère qui permet de les distinguer relève de la détermination de l’instant de comparaison Ti :

Je rappai [est] déterminé par une époque qui tourne, en quelque sorte, autour d’une période dont la fin et le commencement sont connus, […] dont il ne reste plus rien, [et il] ne peut être employé que pour énoncer une existence qui a eu lieu dans un temps entièrement écoulé. (1808, t. I, p. 234)

122Le critère périodique apparaît également dans la définition du passé antérieur. Ce temps « est de l’espèce [du plus-que-parfait], comme je dînai est de l’espèce de je dînais . Mais il a en plus un caractère qui le rend périodique » (1808, t. I., p. 234) On voit que Cette analyse, bien qu’inspirée pour l’essentiel de l’analyse correspondante chez Beauzée, comme en témoigne la mise en œuvre de la notion de période, reprend également des formules qui sont en circulation dans les grammaires depuis au moins le début du XVIIe siècle dans les différentes versions de la règle des vingt-quatre heures, notamment chez Buier et Restaut. Or, il est clair que ces remarques ne sont pas ici directement utiles pour définir la valeur du passé simple par rapport à l’imparfait, et que le problème posé n’est pas non plus celui de la concurrence des emplois du passé simple et du passé composé.

2.3 Les cahiers de professeurs

  • 11 Archives nationales, carton no F17 13442.
  • 12 Archives nationales, carton no F17 13443.

123Les Archives nationales conservent un petit nombre des cahiers de cours adressés par les professeurs des écoles centrales. Précieux documents manuscrits, d’ampleur quelquefois assez considérable, qui témoignent de façon parfois émouvante de l’aventure intellectuelle et institutionnelle qu’ont représentée la mise en place de ces écoles d’un nouveau genre et l’enseignement de la grammaire générale. Davantage que les ouvrages publiés par certains un peu plus tard, ces textes permettent de se faire une idée du travail de réaménagement, de réélaboration, auquel sont soumis les concepts mis en circulation pendant Cette période dans le domaine de l’analyse du temps. Les cahiers qui présentent un chapitre consacré au temps sont ceux d’Ollitrault (école centrale du Finistère à Quimper), de Jean Gaspard Julien Godailh (école centrale du Lot-et-Garonne) 11, de Joseph Ricque (école centrale de la Vienne), et de L. Fontaine (école centrale de l’Yonne)12.

124Dans l’ensemble, ceux qui offrent un cours complet en bonne et due forme présentent la marque de l’influence de Condillac comme le souligne, en s’en félicitant, Destutt de Tracy dans les rapports qu’il rédige en conclusion de l’enquête diligentée par le ministère (Désirat et Hordé 1981). Sur la question du temps néanmoins, les quatre cahiers qui comportent un chapitre développé sur ce point suivent moins fidèlement le philosophe. On constate alors que le processus de construction d’une doctrine stabilisée sur Cette matière difficile fait entrer en jeu des sources et des influences plus nombreuses et plus complexes, au rang desquelles figurent sans doute l’auteur du Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme, mais aussi Beauzée, et bien entendu Sicard.

125Un certain nombre d’indices montrent que les maîtres n’ont pas nécessairement lu les textes originaux, mais qu’ils ont pu s’informer par exemple du contenu de la doctrine de Beauzée à partir des lectures qu’en proposent Court de Gébelin et Sicard lui-même. Ces cours présentent un assemblage de discours empruntés à des sources diverses où l’on peut souvent identifier des passages directement inspirés par l’auteur du Monde primitif, comme dans cet extrait où l’on reconnaît sa thèse sur la genèse du système des formes temporelles :

Il n’y a que trois temps dans la nature, or la nature doit être notre guide dans l’étude de toutes les sciences. Une action est faite, ou se fait, ou se fera : il est impossible d’imaginer une quatrième époque. Toutes les langues à leur origine n’avaient pas, et les langues pauvres des sauvages n’ont pas encore d’autres temps ; mais les peuples en se civilisant ont perfectionné leur langage : ils ont remarqué qu’il y avait différentes époques dans le passé et dans l’avenir […]. (Fontaine, an IV, p. 118)

126Mais d’autres fois, c’est bien le texte de Beauzée qui est étroitement paraphrasé, comme dans le cahier d’Ollitrault qui reprend la définition du temps comme « existence successive des êtres », et l’idée que la conscience du temps se construit dans l’expérience de la mesure et de la comparaison à laquelle le sujet se livre lorsqu’il fixe des époques, ces « instants dont on arrête en quelque sorte la rapidité pour en faire des lieux de repos d’où l’on observe ce qui coexiste, ce qui précède et ce qui suit » (Ollitrault, an IV, p. 33).

127La doctrine des auteurs des cahiers adressés au ministère lors de l’enquête de l’an IV laisse également paraître des disparités qui sont en quelque sorte le miroir de la discussion qui s’est élevée entre Sicard et le citoyen Clauzolles lors des conférences de 1794. En dépit des précisions que Sicard apporte lors de sa conférence de la 49e séance, l’influence de Condillac, comme dans les autres chapitres de ces documents, est parfois très nette. C’est notamment le cas dans les cahiers de Godailh et de Ricque qui exposent le système condillacien des degrés dans le passé et le futur, et dans celui de Fontaine qui combine l’idée que le passé peut présenter des « nuances » à la théorie beauzéenne du double repérage en distinguant, comme Sicard le fait, temps relatifs et temps absolus. Ollitrault est celui des quatre qui reprend le plus fidèlement l’exposé beauzéen. Il semble en avoir une connaissance directe, même si son texte comporte aussi des passages empruntés au cours de Sicard.

128L’impression qui domine à la lecture de ces documents, plus encore que dans le cours de Sicard, ou chez les professeurs qui publieront plus tard des manuels, c’est l’éclectisme de ces textes. À la trame générale, telle que nous venons de la dessiner sommairement, s’ajoutent différents noyaux théoriques prélevés à des sources diverses, pas toujours bien intégrés à l’ensemble. Ainsi les termes de période et époque empruntés à Beauzée sont sous la plume de Ricque des « mots essentiels à retenir et qui deviendront le fondement de la théorie des temps » (Ricque, an IV, p. 10). Mais c’est le système de Condillac qu’il expose, et non celui dans lequel ces notions ont une valeur véritablement opératoire. C’est également le cas des temps indéfinis et définis que l’on trouve chez le beauzéen Ollitrault, mais aussi de façon plus surprenante dans le texte de Godailh, chez qui ils se greffent à un exposé d’inspiration globalement condillacienne.

129Peu de points communs donc. Si ce n’est l’idée ancienne, tout à fait étrangère à Beauzée et qui court dans toute la tradition, selon laquelle il y a trois temps principaux. Mais l’idée que ces temps sont ceux de la nature et qu’ils précèdent la « civilisation » indique que c’est moins comme un retour à Port-Royal (Schwartz 1981) ou à la doxa la moins marquée théoriquement et la plus ancienne qu’il faut interpréter la présence de ce motif, que comme la trace de l’influence de l’auteur du Monde primitif dans la constitution de ce discours grammatical en cours de disciplinarisation.

130On voit par là quelle difficulté affrontent les auteurs et qui rendait nécessaires les tentatives d’unification de la doctrine, de contrôle et d’évaluation auxquelles s’est livré le ministère. Constituer une discipline d’enseignement à partir d’un ensemble de textes relativement récents, des productions d’une école somme toute assez jeune encore, constituait une sorte de gageure.

2.4 Les auteurs de manuels

131L’un des problèmes qu’ont dû résoudre les enseignants de Cette discipline neuve qu’était alors la grammaire philosophique était l’absence de manuel. L’enquête du ministère et la collecte des cahiers avaient pour but, outre le contrôle de ce qui s’enseignait, de préparer l’élaboration d’une synthèse qui pût combler ce manque. La suppression des Écoles ne permit pas de conduire ce projet à son terme. Mais certains professeurs (Boinvilliers, Debrun, Loneux, Mongin, Thiébault) ont publié leur cours, donnant ainsi une forme au manuel tel qu’ils le concevaient. Ces ouvrages sont parus parfois après le décret de l’an X qui instituait les lycées impériaux en remplacement des écoles centrales. Ils n’ont donc pas eu le destin éditorial et fonctionnel de véritables manuels. Il n’en demeure pas moins qu’ils sont manifestement orientés dans leur principe par un souci de transmission. Désormais la matière exposée est élaborée à partir du matériel conceptuel emprunté à Girard, Beauzée, et Condillac. Seul l’ouvrage d’Estarac, qui enseigna la grammaire générale à l’école centrale des Hautes et Basses Pyrénées s’écarte de ces modèles. Il emprunte bien quelques formules tirées du cours de Sicard, mais son exposé sur les temps, limité à quelques remarques sans originalité, tourne manifestement le dos aux débats de l’époque. Nous ne l’avons donc pas retenu. Nous allons voir que l’analyse du temps verbal chez ces auteurs présente des points communs avec les cahiers rédigés par leurs collègues. Les ouvrages sont de plus grande ampleur, le propos est moins assujetti aux consignes et aux orientations données par Sicard, mais on y retrouve l’effet de montage de concepts puisés à des sources diverses, la place généralement centrale de la théorie beauzéenne, et Cette posture critique et syncrétique à la fois qui autorise la lecture de Beauzée à travers la classification des temps imaginée par Girard, dans un effort pour rendre clair, concilier les différentes contributions des grands théoriciens de l’époque, et rapprocher de l’intuition les catégories d’un système dont l’abstraction rebute.

2.4.1 Loneux (1799)

132Eugène Loneux exerça les fonctions de professeur de grammaire générale à l’école centrale du département de l’Ourthe. Il publie en 1799 une Grammaire générale, appliquée à la langue françoise. Cetteapplication à une langue particulière annoncée dans le titre n’est probablement pas sans rapport avec l’orientation pédagogique du livre, et avec les nécessités de l’heure. Le chapitre consacré au temps comporte en premier lieu un certain nombre de réflexions critiques sur les acquis de la tradition dans ce domaine, et sur les problèmes soulevés par les systèmes proposés par les grammairiens.

133Le premier de ces problèmes est celui de la nomenclature, qui trahit l’impuissance des grammairiens à nommer les temps de façon sûre et univoque. Comme l’écrit Condillac que Loneux cite :« plus [les grammairiens] ont fait d’efforts moins ils ont réussi, et nous ne savons plus comment nommer les temps » (Loneux 1799, p. 87). L’auteur de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines adressait ce reproche essentiellement à Beauzée à cause de la nouveauté de sa terminologie et de son usage du terme « présent ». Mais chez Loneux, ce reproche sonne comme le bilan dressé, en Cette fin du siècle, de cent cinquante ans de réflexion grammaticale. C’est Girard dont le système est « le plus simple, le plus net, et le plus commode dans la pratique » (Loneux 1799, p. 87), et dont il va suivre les idées, non sans y apporter quelques modifications décisives.

134Dans un premier temps, Loneux fait siennes les définitions de l’abbé :

Girard divise tous les temps en absolus et relatifs ; il appelle absolus les temps du verbe qui expriment le temps où se fait l’action avec rapport au seul moment de la parole ; il appelle relatifs ceux qui représentent le temps où se fait l’action avec rapport non seulement au moment de la parole mais encore à quelque événement ou circonstance. (p. 87)

135Mais le tableau qui résulte de leur mise en œuvre présente des insuffisances et des incohérences que Loneux va s’efforcer de corriger, sans abandonner les principes initiaux qui organisent le classement des temps chez son modèle :

Cette nomenclature des temps n’est ni parfaite ni complète, puisque le temps j’ai eu écritqui existe réellement dans la langue françoise ne s’y trouve pas : elle n’est même pas parfaite, car, à la rigueur, l’aoriste j’écrivis n’est pas un temps absolu, c’est-à-dire un temps qui n’a rapport qu’au seul moment de la parole, puisqu’en outre, il a rapport à un période passé. (p. 89)

136Loneux présente donc un système fondé sur les catégories imaginées par l’auteur des Vrais principes, utilisant aussi sa terminologie, mais dont il modifie souvent le contenu à la faveur d’emprunts à d’autres grammairiens. La première division des temps oppose les temps absolus (ou simples) et les temps relatifs (que Loneux appelle également mixtes). Elle repose, comme chez Girard, sur un repérage à deux ou trois critères, respectivement. Les temps simples (ou absolus) comprennent trois temps : le présent (j’écris), le passé (j’ai écrit), et le futur (j’écrirai). Le mécanisme du repérage temporel met en jeu d’une part la position de l’événement représenté à l’égard du repère (To pour les temps absolus), et d’autre part la nature de ce repère lui-même, qui peut être, comme chez Beauzée, un point ou un intervalle de temps, un période. C’est là un premier aménagement de la version originale du système, obtenu par l’importation d’une distinction que Loneux a trouvée chez Beauzée. La notion de période permettait chez Girard, nous le rappelons ici, de distinguer deux sortes de passés : le prétérit qui fait « répondre l’événement au temps où sa production est finie ; ce qui a pû arriver dans le période actuellement présent » (Girard 1747, t. II, p. 21), et l’aoriste qui fait répondre l’événement « à un temps où non seulement sa production est finie mais où est encore passé le période dans lequel Cette production est arrivée ; de façon que le temps présent où l’on parle appartienne à un autre période » (ibid.). Loneux récuse Cette distinction, et conteste l’analyse de l’aoriste. La mise en évidence d’un critère supplémentaire constitué par le période de référence fait ipso facto de ce temps un temps relatif :

L’aoriste j’écrivisn’est pas un temps absolu, c’est-à-dire un temps qui n’a rapport qu’au seul moment de la parole, puisqu’en outre, il a rapport à un période passé. (Loneux 1799, p. 89)

137Le tableau des temps simples ou absolus, ne comporte donc que trois temps, comme chez Sicard :

Temps absolus

présent

coïncidant avec le moment présent

j’écris

passé

antérieur au moment présent

j’ai écrit

futur

postérieur au moment présent

j’écrirai

138Il s’agit des temps qui figurent chez d’autres auteurs dans la rubrique des temps simples (Rort-Royal), principaux (Buier), ou naturels (Restaut).

139Les temps relatifs se répartissent selon le tableau suivant :

Temps relatifs ou mixtes

passé

coïncidant

événement passé

j’écrivois

période passé

j’écrivis

événement passé

j’avois écrit lorsqu’il est entré

antérieur

événement passé dans une période passée

hier je partis dès que j’eus écrit ma lettre

futur

événement passé sans détermination de période passée ou non

je suis sorti dès que j’ai eu écrit ma lettre

postérieur

à un événement futur

quand j’aurai écrit ma lettre vous entrerez

140La répartition des temps en elle-même indique que leur caractère relatif est lié à la procédure de repérage impliquant l’instant de la parole et un événement de référence.

141La notion de période s’oppose ici à celle d’événement (et non à celle d’époque), mais Cette opposition joue le même rôle, permettant de distinguer j’écrivis et j’écrivais, et leurs composés. Mais Beauzée n’est pas cité. Son nom figure seulement dans la citation de Condillac que nous avons rapportée plus haut sur la difficulté de nommer les temps.

142Les notions ne sont pas non plus définies. Tout se passe comme si, un demi-siècle après sa création, la notion de période se trouvait pleinement intégrée dans la connaissance commune. Le terme est en circulation dans le discours des grammairiens aussitôt après sa création par Girard : chez Beauzée bien sûr, mais aussi chez Court de Gébelin (1774), puis Condillac (1775), dans des sens et des contextes partiellement différents. Le terme d’époque, en revanche, n’a pas connu le même succès. C’est une création de Beauzée, ou du moins, ce dernier en propose un emploi technique, distinct de l’emploi ordinaire, couplé à celui de période. Pour Loneux, visiblement, événement suit. On voit tout de suite les limites de ce choix. Le terme est à la fois plus général, désignant l’ensemble des repères temporels servant à définir les temps, et une certaine catégorie d’entre eux, pourvus de caractéristiques précises. Au surplus, Loneux distingue le cas où l’événement est déterminé, et celui où il est envisagé « sans détermination de période passé ou non » comme il apparaît dans le tableau pour la forme j’ai eu écrit.

143Par ailleurs, les définitions qui accompagnent le tableau mettent en jeu d’autres principes encore. Ainsi la série des temps simples constitue celle des « parties primitives » à partir desquelles les autres temps sont construits par « combinaison » (Loneux 1799, p. 83), un peu comme dans la définition ancienne de l’imparfait reprise ici, d’un temps « qui tient du présent et du passé, puisque l’action […] était présente lors d’un certain événement qui est passé » (ibid.).

144Chaque temps relève donc de deux des trois catégories fondamentales décrites plus haut, d’où leur caractère mixte. Il est clair toutefois que cette combinaison des catégories, sémantiquement, n’est pas autre chose que le double repérage d’un procès. La mise en discours de la théorie temporelle tend ici à faire l’économie de l’exposé technique des opérations de repérage telles qu’elles sont décrites par Girard, Beauzée, et plus tôt par les auteurs de Port-Royal, et à en offrir une sorte d’équivalent formulé dans une terminologie ordinaire, obtenu par le jeu de notions plus intuitives.

145La série des temps relevant d’une combinaison du passé avec lui-même fonctionne de façon plus complexe. On y retrouve le passé simple, dont la double référence au passé ne se laisse pas décrire comme celle par exemple du plus-que-parfait :

J’écrivis et j’avais écrits ont tous deux des passés doubles mais ils diffèrent en ce que j’avais écrit exprime outre le passé simple, un passé antérieur à un événement déjà passé lui-même : au lieu que j’écrivis exprime outre le passé simple un passé arrivé dans un période de temps déjà écoulé. (p. 84)

146Enfin le passé antérieur comporte une combinaison plus complexe encore entre trois passés.

147Dans l’énoncé hier dès que j’eus écrit ma lettre, je sortis, la forme j’eus écrit contient :

1) un passé simple ou absolu ;

2) un passé relatif à un période passé ;

3) un passé relatif à l’action de sortir que je fis après que j’eus écrit ma lettre.

148L’affirmation de a et b se déduit des analyses précédentes. On notera seulement que les notions (passé simple ou absolu ; passé relatif) renvoient ici à des éléments du contenu sémantique de la forme passé antérieur, et non à des formes verbales dont elles seraient le nom. On peut essayer de représenter ces trois composantes sur un schéma :

149c est représenté par la relation de Tx à Tiii, repère supplémentaire correspondant à l’événement je sortis ;b est représenté par la relation de [Ti, Tii] par rapport à To.

150Il est difficile de proposer une représentation de a dans le schéma. On pourrait considérer, par exemple, que Tiii est un passé absolu par rapport à To. Cependant, nous savons qu’une forme comme je sortis est analysée par Loneux comme un passé relatif, précisément à cause de l’intervalle de référence [Ti, Tii]. On peut penser que la notion vaut pour la relation de Tx directement à To. L’analyse revient donc à considérer un ensemble de relations entre l’événement et une série de repères. Le caractère combiné de ces relations appelle donc une analyse qui les distingue. Ce qui sépare le plus profondément Loneux et son modèle beauzéen est le dynamisme cognitif de la combinaison des relations. Chez Loneux, elles constituent les parties d’une sorte de tableau (statique) de la pensée que la théorie tente de restituer.

151Enfin, si Loneux n’intervient pas dans la question controversée des temps surcomposés, il retient tout de même la forme j’ai eu écrit, qu’il oppose au passé antérieur :

[…] j’eus écrit exprime que l’action d’écrire est antérieure à un événement arrivé dans un période de temps écoulé ; au lieu que j’ai eu écrit exprime simplement que l’action d’écrire est antérieure à un événement passé ; mais sans déterminer si cet événement a eu lieu dans un période écoulé ou non écoulé ; pouvant cependant recevoir Cette détermination, car on peut dire :Ce matin je suis sorti dès que j’ai eu écrit ma lettre ou hier je suis sorti dès que j’ai eu écrit ma lettre . (p. 85)

152On obtiendrait donc la valeur de j’ai eu écrit en supprimant l’intervalle de référence dans la définition de j’eus écrit. Mais on obtiendrait alors une combinaison de relations d’antériorité exactement identique à celle que représente le plus-que-parfait :

153Le passé surcomposé n’est pourtant pas un équivalent du plus-que-parfait, car s’il ne code pas la position de l’intervalle de référence, celui-ci peut toujours être restitué. Cette position dépend du contexte, comme le montrent les deux exemples proposés. Dans le premier, le circonstant ce matin désigne un intervalle qui comprend l’instant de la parole, dans le second, hier marque un intervalle qui se place entièrement à gauche de To. Soit en schéma :

154L’analyse délimite un microsystème de quatre temps entre lesquels existe une sorte de relation de proportionnalité : le passé simple est au passé antérieur ce que le passé composé est au passé surcomposé, comme il apparaît dans la série suivante :

155Hier je partis (a) dès que j’eus écrit (b) ma lettre.

156Je suis sorti (c) dès que j’ai eu écrit (d) ma lettre.

157Mais il apparaît également que (a) et (c) sont dans la même relation que (b) et (d) :« J’eus écrit est à j’ai eu écrit comme j’écrivis est à j’ai écrit » (p. 85).

  • 13 Nous avons déjà rencontré une analyse comparable chez Restaut chez qui elle correspond à une transp (...)

158C’est, au bout du compte ce système de relations qui, rendant solidaires ces quatre formes, justifie la présence dans le système d’un passé surcomposé à l’exclusion des autres13.

159À l’occasion de cette analyse, Loneux revient également sur l’ancienne problématique de la règle des vingt-quatre heures, et en retrouve une formulation, fondée non plus sur une quantification plus ou moins grande de la distance des événements, mais sous la forme plus aboutie qu’en a proposée Girard (voir supra) :

Quand on veut exprimer un passé dans un période de temps qui dure encore, on se sert du passé simple j’ai écrit ce matin, j’ai écrit Cette décade. (p. 84)

160En revanche, j’écrivis » exprime un passé dans un période de temps déjà passé lui-même ».

161Creusons le point. Les symétries identifiées par notre auteur ne sont pas aussi nettes qu’il l’affirme : le période de référence n’est pas déterminé par les mêmes critères selon qu’il s’agit d’une forme composée (c), ou de la forme surcomposée (d). L’absence de détermination caractérise Cette dernière. Et la définition du passé composé (passé simple ou absolu dans la terminologie de Loneux), dans la mesure justement où il s’agit d’un temps absolu, ne fait apparaître qu’une référence à To. La relation à un période de référence n’apparaît qu’à la faveur de la distinction introduite par la règle des vingt-quatre heures.

162La détermination qui pèse sur le période de référence constitue donc un élément discriminant qui permet de distinguer les quatre temps analysés. Dans le cas de (a) et (b), le période est clairement posé, et déterminé par une relation à l’égard de To. Dans le cas des deux autres formes, les choses sont moins nettes. Le période est soit non déterminé à droite (d), soit posé de façon ambiguë dans le texte des définitions même, puisque la règle des vingt-quatre heures le pose, mais pas la définition du passé composé dans le tableau des temps.

163On se souvient que chez Beauzée la caractéristique des temps indéfinis est précisément l’absence de détermination de l’événement de référence (Ti, qui peut prendre également la forme d’un intervalle). Il n’est pas impossible que l’on ait dans ce statut ambigu de la détermination des repères temporels un écho de la théorie beauzéenne. L’ambiguïté que l’on constate dans la délimitation de plusieurs catégories temporelles résulterait du conflit épistémologique provoqué par la rencontre de notions qui relèvent de points de vue théoriques différents.

164Sur le plan de la discussion des théories précédentes, Loneux se situe donc dans le prolongement de Girard dont il reprend explicitement les deux catégories les plus générales, savoir les notions de temps absolu ou relatif, et la notion de période. Cette lecture de Girard s’opère cependant au prix d’une réorientation de ses innovations les plus remarquables selon ce que l’on pourrait appeler la pente la plus forte de la tradition la mieux établie. D’où des interférences entre les catégories mises en jeu, ou des ambiguïtés qui se manifestent sous la forme de conlits épistémologiques entre des notions ou des positions théoriques pas toujours entièrement compatibles. C’est le cas, par exemple, entre la notion de temps absolu et celle de temps naturel, ou entre les différents modes de détermination des repères temporels.

2.4.2 Serreau (1799)

165On sait peu de choses sur ce grammairien qui fut aussi avocat et journaliste. L’exemplaire de sa grammaire que l’on peut consulter à la Bibliothèque nationale de France porte un avis de l’auteur indiquant qu’il « donne en ville, des leçons de grammaire et d’écriture […] en sa demeure, rue des Billettes, cul de sac Croix Bretonnerie, no 13 ». Il a également publié une grammaire en collaboration avec françois-Narcisse Boussi en 1824. Cette dernière, comme sa Grammaire raisonnée, ou principes de la langue française publiée en 1799, comptent parmi les derniers ouvrages importants de la tradition des grammaires philosophiques qui tentent de concilier l’orientation théorique de ce paradigme et l’exigence de description empirique qui caractérise la grammaire scolaire en cours de constitution. Ainsi son ouvrage de 1799 se veut, selon une formule convenue en Cette fin du siècle, débarrassé de l’influence des grammaires latines. Et dans le domaine de la théorie du verbe, Serreau se présente comme un continuateur et un vulgarisateur de Beauzée. Les deux choses sont d’ailleurs peut-être liées. L’abbé Sicard reconnaissait à Beauzée le mérite d’avoir renversé l’édifice de la conjugaison « latine en français ». Aux yeux de l’instituteur des sourds et muets, le caractère novateur du système des temps proposé par Beauzée se situe visiblement d’abord sur ce plan. Chez Serreau, toutefois, en dépit de Cette référence explicite à l’encyclopédiste, la filiation théorique avec Beauzée est loin d’être évidente, et les marques de sa fidélité sont plus complexes et plus mêlées qu’il ne le déclare. L’analyse emprunte à des sources diverses, et introduit aussi quelques innovations remarquables.

2.4.2.1 Le système de repérage

166La délimitation des catégories repose en effet sur un système pré-beauzéen comportant, à un premier niveau, trois temps principaux : le présent, qui rapporte « l’action à une époque absolument présente » (Serreau 1799, p. 79), le passé « à une époque antérieure au moment présent », et le futur « à une époque postérieure » (ibid.).L’instant de référence coïncide avec l’instant de la parole. Ce premier découpage de la durée en l’évidence de trois temps fondamentaux traverse l’ensemble de la tradition, mais c’est précisément l’évidence de Cette intuition que la théorie beauzéenne abandonne.

167Serreau définit les temps identifiés par ce premier niveau de catégorisation, en reprenant un terme introduit par Girard comme des temps « absolus », sans préciser toutefois davantage le sens qu’il donne à ce terme.

168Les autres temps sont ensuite considérés comme des divisions particulières de ceux-là et introduisent des spécifications ou des degrés. Les temps principaux, ou absolus, contiennent tous les autres.

On peut envisager dans la durée, trois espèces générales de temps qu’on définit par ces trois rapports généraux : passé, présent, futur. (p. 80, nous soulignons)

169Ce rapport d’inclusion vaut aussi au plan du référent et détermine un double repérage :

Chacun de ces temps comprend en soi différentes époques qui doivent servir à déterminer la simultanéité, l’antériorité ou la postériorité d’existence d’une chose à l’égard d’une époque de comparaison quelconque. (Ibid., nous soulignons)

170Les temps de ce second niveau sont ainsi définis par rapport à un deuxième critère, une époque de comparaison quelconque. C’est donc du système de Girard, à l’instar de Sicard et Loneux, que Serreau semble s’être inspiré le plus directement comme le marque l’emprunt de la terminologie et la symétrie de l’ensemble. Il ne reprend toutefois pas à son compte la distinction entre prétérit et aoriste. Et le système se présente donc plutôt sous la forme qu’il revêt déjà dans la Grammaire de Port-Royal, où l’on trouve des temps fondamentaux fondés sur l’évidence de la représentation d’une division naturelle de la durée en présent, passé, et futur ; et des temps composés dans le sens fondés sur une procédure de double repérage. On ne retrouve Beauzée que dans le détail de certaines formulations. Dans la citation que nous avons faite plus haut, des expressions comme « la simultanéité […] d’existence » d’une chose à l’égard d’une autre, ou la notion « d’époque de comparaison », sont directement empruntées à l’encyclopédiste. Ce dernier est d’ailleurs cité explicitement un peu plus loin pour une définition très générale de la notion de temps verbal, qui n’oriente toutefois pas notablement l’analyse dans une direction précise :

Les temps sont des formes qui ajoutent à l’idée fondamentale de la signification du verbe, l’idée accessoire d’un rapport d’existence à une époque déterminée. (Ibid.)

171Le cas de Serreau, en tant que disciple de Beauzée, se présente donc d’une façon tout à fait étrange. Incontestablement, il a lu son modèle. Il le cite et reprend une part de son vocabulaire théorique. Mais son analyse ne doit manifestement pas grand-chose à l’auteur de l’article « Tems ». Le système proposé, au niveau des catégories les plus générales qui ordonnent les formes temporelles, est celui qu’on peut déjà lire dans la Grammaire de Port-Royal. Ce qui fait sens ici, dans la mention du nom de Beauzée, c’est donc moins l’indication de l’origine des notions mises en œuvre qu’un effet de discours. L’horizon de rétrospection explicite du grammairien ne coïncide pas avec ce que révèle l’étude historique des notions et du système. Ce n’est pas non plus tout à fait de l’usage du nom comme de celui d’une autorité qu’il s’agit. Mais plutôt d’un fait de discours que l’on peut rapprocher de la délimitation, dans le discours préfaciel, d’une école par la mention d’une série de noms choisis, qui se détachent sur l’arrière-plan du long terme de la tradition (Fournier et Raby 2006).

2.4.2.2 La notion d’accompli

172On peut attribuer à Serreau, semble-t-il, un apport très significatif dans le domaine de l’analyse sémantique des temps simples et composés. Il note que la forme simple et la forme composée correspondante indiquent le même rapport de temps. Dans le contexte où Cette observation est faite, cela signifie que ces formes verbales représentent des événements occupant une position identique à l’égard des mêmes repères. Leur différence est donc d’une nature autre et ne relève pas du temps au sens où la tradition a construit Cette notion jusque-là.

J’ai toujours été surpris qu’on ait séparé le temps indiqué par ces formes :j’avais fait de celui indiqué par :je faisais . En effet, ces formes je faisais et j’avais fait n’ont pas entre elles de rapports différents que les formes je fis et j’eus fait, je ferai et j’aurai fait ; et chacune de ces formes simples me paraît également différer de la forme composée qui la suit seulement en ce qu’une chose se faisait, et l’autre que Cette chose était faite . Mais les deux formes expriment même rapport de temps. (Serreau 1799, p. 81)

173La mise en relation systématique des formes simples et des formes composées n’est pas nouvelle. Elle apparaît déjà chez Veiras d’Allais, Regnier-Desmarais, et Buier. Mais Cette présentation des formes verbales du français ne s’est le plus souvent fondée jusque-là que sur un critère morphologique. Serreau propose une interprétation sémantique du système de la composition verbale en français.

174Ce n’est pas, toutefois, la première interprétation de ce type. Nous avons rencontré chez Beauzée une mise en correspondance régulière des catégories sémantiques avec les formes simples, composées ou surcomposées, qui aboutit au fond à une description de certains phénomènes aspectuels, quoique menée avec des outils inadéquats (voir supra p. 133). Le tableau des formes chez Destutt de Tracy fait également apparaître certaines propriétés sémantiques respectivement des formes simples, composées et surcomposées (voir supra p. 188). On peut Enfin trouver la trace d’une réflexion de ce type chez Veiras d’Allais qui interprète les formes composées comme des passés (voir supra p. 47).

175Cependant, chez chacun des auteurs que nous venons de citer, il est clair que le rapport entre formes simples d’un côté et formes composées de l’autre est toujours décrit comme un rapport temporel, et plus précisément un rapport d’antériorité, qui peut toujours être représenté, par exemple, dans le système de repérage systématisé par Beauzée. L’apport de Serreau est de noter que Cette caractéristique fondamentale du système des temps du français ne doit pas être pensée en termes temporels.

176De quelle nature est donc le rapport entre les temps simples et les temps composés, s’il ne s’agit pas d’un rapport temporel ? Serreau propose d’en rendre compte à l’aide des notions d’imparfait, et de parfait. La terminologie est un indice intéressant de l’origine de ces notions. Il semble en effet que le point de départ de cette réflexion est dans le rapport de l’imparfait et du plus-que-parfait. L’imparfait fournit également les gloses métalinguistiques qui permettent d’expliciter la valeur des autres temps. C’est ce que nous voyons dans la citation que nous avons faite un peu plus haut. Toute forme simple représente une action qui se faisait, toute forme composée une action qui était faite . Le caractère circulaire de cette définition est intéressant. Il trahit d’une part l’absence de métalangage approprié pour désigner de façon univoque le rapport de sens dont il est question et d’autre part l’absence même d’outil pour penser ce rapport.

177La notion d’imparfait apparaît alors en quelque sorte comme le laboratoire où s’élabore l’analyse produite par Serreau. Nous avons vu, chez des auteurs antérieurs, que la réflexion sur l’imparfait débouchait sur l’élaboration des notions aspectuelles d’accompli et d’inaccompli. C’est le cas en particulier chez Veiras d’Allais, Vallange et Sauvage de Villaire. Serreau est donc le premier à proposer une analyse du rapport entre les formes simples et les formes composées de la conjugaison applicable à toutes les formes, conçue en termes d’achèvement ou d’inachèvement de l’action représentée, clairement distinguée des problèmes du repérage temporel.

178Il convient cependant d’essayer de cerner au plus près les concepts mis en œuvre dans Cette analyse. Le passage de la Grammaire raisonnée qui en contient l’exposé est le suivant :

J’ai donc évidemment simplifié la marche des temps, puisque j’ai, pour ainsi dire, assujetti au même joug les formes je faisais et j’avais fait, j’ai fait et j’ai eu fait, je fis et j’eus fait, je ferai et j’aurai fait, je ferais et j’aurais fait, j’aurais fait et j’aurais eu fait ; et que je ne les ai distinguées l’une de l’autre que par ces mots imparfait et parfait, qui m’ont paru rendre avec le plus de précision l’idée que j’attache à ces formes c’est-à-dire l’idée d’une action imparfaite à une époque indéterminée dans un temps passé, ou l’idée d’une action absolument terminée à une époque marquée dans un temps passé. En effet, quelle différence y a-t-il, eu égard aux rapports de temps, entre :je soupais hier à huit heures , et j’avais soupé hier à huit heures ? Ces formes diffèrent seulement en ce qu’elles expriment que mon souper se faisait à Cette heure-là, ou qu’il était fait à Cette heure-là. Mais puisque Cette forme j’avais soupé n’indique que le terme de l’action, il est évident qu’il y a le même rapport de temps entre le terme de mon souper, et l’action de mon souper, puisque tous deux se rapportent à la même époque. Cette forme j’avais soupé indique bien antériorité pour l’action de souper. Mais Cette antériorité n’est pas relative au terme de l’action. Donc, ces deux formes expriment mêmes rapports de temps :je soupais, j’avais soupé à huit heures. (Serreau 1799, p. 81)

179La définition des deux notions qui nous intéressent est donc fondée sur trois critères différents. En premier lieu, les formes sont repérées sur le plan temporel. Les exemples sur lesquels raisonne Serreau mettent tous en jeu le même rapport de temps, « tous deux appartiennent à la même époque ». Le deuxième critère est également un critère temporel. Il s’agit de l’époque de comparaison (Ti), issue de l’analyse beauzéenne. L’imparfait représente en effet« une action imparfaite à une époque indéterminée dans un temps passé ». Ce critère Ti peut donc être, comme chez Beauzée, soit déterminé, « marqué » dans la terminologie de Serreau, soit non marqué, indéterminé. Le caractère déterminé (ou non) de Ti chez Beauzée est lié à son repérage par rapport à To (voir supra p. 117 et suiv.). Il n’a donc pas le même sens ici.

180Le troisième critère met en jeu la durée du procès. Plus exactement, Serreau propose de considérer qu’il est possible de repérer l’événement représenté par une forme verbale, soit relativement au terme de l’action, soit relativement à l’action elle-même :« il est évident qu’il y a le même rapport de temps entre le terme de mon souper et l’action de mon souper, puisque tous deux se rapportent à la même époque » (nous soulignons). Serreau n’abandonne donc pas le cadre fixé par les procédures de repérage. Ce qui est modifié ici, c’est seulement la notion d’événement temporel. Chez Beauzée, les événements temporels sont toujours représentés par des points. Chez Serreau, comme chez Veiras d’Allais ou chez Harris, l’événement représenté a une étendue. Une forme verbale représente non seulement la position de cet événement à l’égard de repères extérieurs à sa durée propre (Ti ou To) mais correspond également à des choix de représentation de parties différentes de l’événement. Cette analyse peut être rapprochée de celle introduite par Harris, bien connu des idéologues par la traduction de Thurot, et qui distingue, rappelons-le, dans tout événement trois moments : le début, le milieu et la in. Les différents temps du système harrissien représentent chacun de ces moments.

181Chez Serreau donc, l’imparfait représente le milieu de l’action, c’est-à-dire non pas un point géométrique au centre de l’action, mais l’action en tant qu’elle se déroule. Le parfait représente en revanche la fin de l’action non pas en tant qu’elle s’achève, mais le point d’où on peut la considérer comme achevée, ou comme un résultat. Le statut ponctuel ou non ponctuel des moments de l’action dans l’analyse harrissienne fait problème, comme nous l’avons vu dans la section 1 du deuxième chapitre. Chez Serreau, si le parallèle avec l’Hermès est possible, il est clair cependant que cette ambiguïté est levée. Le terme de l’action est ponctuel. Mais l’action en tant qu’elle se déroule n’est pas représentable par un point.

182Enfin, il est intéressant de remarquer que l’analyse de Serreau dans sa nouveauté même ne se donne pourtant pas comme une rupture à l’égard des analyses précédentes, mais plutôt comme un approfondissement. La notion d’antériorité et de repérage en termes d’antériorité relative ne disparaît pas de la définition du plus-que-parfait :« Cette forme j’avais soupéindique bien antériorité pour l’action de souper. Mais Cette antériorité n’est pas relative au terme de l’action ». La représentation en schéma du plus-que-parfait (autrement dit un parfait selon la terminologie de Serreau) est donc la suivante :

Le plus-que-parfait

Le plus-que-parfait

183On peut la comparer au schéma qui rendrait compte de l’imparfait :

184Les deux événements représentés par Tx sont bien dans le même rapport temporel à l’égard des repères Ti et To. Mais dans les deux cas, cet événement ne représente pas la même chose. Dans le premier schéma, il correspond au terme de l’action, c’est-à-dire à la borne droite de l’intervalle. Dans le second schéma, il représente ce que Serreau appelle l’action, et que nous devons entendre comme l’action dans son déroulement.

185Si l’on examine le premier de ces deux schémas, il apparaît que cette analyse du plus-que-parfait ne contredit pas celle qui repose, depuis Port-Royal, sur la notion d’antériorité relative, mais au contraire l’intègre et la dépasse. Serreau fait remarquer que dans j’avais soupé, il y a bien antériorité de l’action du souper par rapport à un repère Ti. Mais le terme de l’action lui-même est dans la même relation à l’égard de Ti que la forme d’imparfait correspondante, savoir une relation de simultanéité.

186La question de la transmission se pose chez Serreau sous une forme dont nous trouverons d’autres exemples. L’héritage beauzéen paraît limité à peu de choses, en dépit des déclarations liminaires ; le détail de quelques formulations, plutôt que des catégories ou même des problématiques communes. Mais l’on peut aussi attacher au nom de Serreau une avancée remarquable. Elle s’appuie sans doute sur la généralisation de notions que nous avons déjà rencontrées chez Veiras d’Allais, et Sauvage de Villaire. Mais ici, pour la première fois, la différence entre formes simples et formes composées reçoit une interprétation sémantique régulière dans un cadre qui n’est plus exactement celui du repérage temporel qui a prévalu jusque-là. Tout se passe comme si la théorie du temps qui s’est développée depuis Port-Royal permetait de délimiter, en négatif, un espace conceptuel qui, précisément, n’est pas le temps

2.4.3 Debrun (1801)

  • 14 Cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition en 2003 par les soins de Serge Nicolas aux éditions L’Ha (...)

187Benoni Debrun a exercé les fonctions de professeur de grammaire générale à l’école centrale de l’Aisne à Soisson, puis à celle de Niort. L’ouvrage qu’il publie en 1801 s’intitule Cours de psycologie, traité de psycographie mais contient également un traité de grammaire14. Son système des temps est étroitement lié à celui de Beauzée, dont il donne une interprétation en quelque sorte plus psychologique et modifiée par l’introduction de quelques innovations terminologiques.

188Les trois critères beauzéens que sont l’existence, l’époque de comparaison et le moment de la parole, sont bien au centre du dispositif d’analyse, mais ils ne sont plus donnés comme trois catégories nécessaires, impliquées dans la construction de la temporalité dans l’esprit du locuteur, mais comme trois repères que toute phrase, ou toute proposition, présente nécessairement. Le choix de ce point de départ confère donc à la théorie exposée un style plus empirique, et une orientation en quelque sorte plus linguistique. Pas d’hypothèse ici sur l’activité de l’esprit, mais l’exposé d’un modèle, dont la valeur herméneutique permet d’élucider le fonctionnement de la représentation du temps dans les productions langagières.

Il y a toujours trois choses à considérer dans une proposition : le fait exprimé par le verbe, l’époque assignée dans la phrase, et le moment où l’on parle. Dans celle-ci par exemple demain j’irai vous voir ; aller vous voir est le fait, demain l’époque ; et le moment actuel n’est qu’une circonstance de la phrase sans en faire partie. Le fait peut être antérieur, simultané, ou postérieur à l’égard de l’époque ; et celle-ci est présente, passée ou future à l’égard du moment où l’on parle. (Debrun 1801, p. 270)

189Le fait d’assigner à la notion d’époque, qui correspond dans le modèle beauzéen d’origine à l’événement de comparaison, une marque linguistique précise lui ôte le caractère abstrait et purement théorique qui rend possible la critique qu’en fait Condillac (voir p. 172 et suiv.).

190Peu d’innovations terminologiques par ailleurs dans l’exposé sur les temps, sauf pour la notion de temps verbal elle-même :« Le temporateur est une forme que prend le verbe, pour indiquer que le fait exprimé est antérieur, simultané ou postérieur, par rapport à l’époque assignée dans la phrase, ou que Cette époque est elle-même passée, présente ou future à l’égard du moment où l’on parle » (p. 271). On voit dans ce dernier passage que le système déploie les mêmes divisions et subdivisions que son modèle. On a donc au total neuf espèces « auxquelles peuvent se réduire tous [les genres de temps] que nous offrent [sic] les diverses langues » (p. 271). Appliqué au français, cela donne le tableau que nous reproduisons ci-après. On notera que Debrun ne reprend pas la terminologie beauzéenne. Ainsi les temps sont « sous le premier rapport », c’est-à-dire à l’égard de l’époque, antérieur, simultané ou postérieur ; et ils sont « sous le second rapport », c’est-à-dire à l’égard de l’instant de la parole, passé, présent ou futur. Debrun conserve donc l’ordre des opérations de repérage qui fait toute l’originalité de la théorie beauzéenne, mais pas sa terminologie. Il évite de cette façon ce que pouvait avoir de surprenant et de contre-intuitif le fait d’appeler présent, au rebours de l’usage de la tradition, toutes les formes simples. Tout se passe comme si Debrun avait prudemment inversé la répartition des termes adoptée par l’encyclopédiste :

Par rapport à l’époque (Ti)

Par rapport à l’instant de la parole (To)

passé

j’eus écrit

antérieur

présent

actuellement j’ai écrit

futur

demain j’aurai écrit

passé

hier j’écrivis

simultané

présent

actuellement j’écris

futur

demain j’écrirai

passé

hier je dus écrire

postérieur

présent

actuellement je dois écrire

futur

demain je devrai écrire

191L’exploration des différentes langues à laquelle se livre Beauzée, la longue discussion des positions adoptées par Port-Royal, ou le commentaire des intuitions de Varron, n’ont évidemment pas leur place dans un ouvrage dont l’orientation est nettement scolaire. Debrun en donne néanmoins une version abrégée et réduite à l’essentiel. Il note ainsi, à l’endroit de la différence des langues entre elles, qu’en français les simultanés sont simples, les antérieurs composés du verbe avoir, et les postérieurs du verbe devoir. Tandis qu’en latin les antérieurs et les simultanés sont également simples, les postérieurs étant seuls composés. La complexité du système beauzéen, qui comprend également des temps prochains et des temps comparatifs (voir supra), est ramenée à la combinatoire de neuf catégories, mais Debrun note aussi l’existence « d’autres variétés », qu’il signale sans en donner de description systématique : les indéfinis, les temps prochains (je vais écrire, je viens d’écrire…).

192Enfin, la description intègre un noyau de connaissance dont nous suivons depuis Maupas le cheminement dans les grammaires françaises : les temps relatifs, auxquels l’auteur consacre un développement à part. On peut s’en étonner puisque la définition des temps par double repérage inclut déjà Cette notion. Pourtant ce n’est pas exactement ce contenu strictement géométrique qui retient ici l’attention de Debrun. La distinction des trois repères que sont l’époque, le fait représenté par le verbe et le moment de la parole permet de rendre compte de la combinatoire des valeurs sémantiques du verbe, et des autres marqueurs temporels mobilisés dans un énoncé. Ici ce qui intéresse l’auteur est une dimension plus psychologique de la sémantique temporelle :

[les temps relatifs] portent l’esprit de l’auditeur à une époque passée ou supposée, pour lui faire connaître si le fait est antérieur, simultané, ou postérieur à Cette époque. Quand vous êtes arrivés, j’avais écrit, j’écrivais, je devais écrire […]. (p. 273)

193On peut ainsi avoir un présent relatif à une époque conditionnelle (si vous vouliez…), un futur relatif à une époque passée (je vous assurai que je viendrais ), un futur relatif à une époque conditionnelle (si vous vouliez j’écrirais…).

194Autrement dit, la notion d’instant repère (d’époque) prend un caractère nouveau dans ce passage. Elle ne correspond pas seulement à un élément contextuel (circonstants, adverbes…) par rapport auquel se construit la référence temporelle. Elle s’interprète clairement comme un point de vue sur le procès représenté par le verbe.

  • 15 « depuis lequel un événement à un certain point dans un discours est vu ».
  • 16 Voir également sur ce point Kamp et Reyle (1993, p. 594-595), Vogeleer (1994), Vogeleer et De Mulde (...)

195On peut donc souligner deux choses au plan historique. Cette interprétation du « point de référence » est ancienne. Nous l’avons trouvée une première fois chez Maupas, lorsque celui-ci décrit la valeur de présent du passé de l’imparfait qui « ramene & remet l’entendement de l’auditeur à l’instant courant, lors que la chose se faisoit, & n’avoit encor atteint la fin & perfection » (Maupas 1618, f. 136 r °). Elle est également proposée par Beauzée dans sa définition du moment de comparaison comme époque (voir supra p. 114). En revanche, Cette question n’est pas posée par les auteurs de la GGR.Mais il est également remarquable que ce problème puisse être rapproché du débat sur la nature réaliste ou énonciative, logico-sémantique ou cognitivo-discursive, du point de référence R (reference point ) qui oppose certains commentateurs de Reichenbach. Ainsi dans une phrase comme quand Michel entra, Jean regardait la télé, certains considèrent que le point de référence est simplement introduit par la subordonnée en quand (Kamp et Rohrer 1983, Partee 1984), tandis que pour d’autres comme Erhard Hinrichs il correspond à un point de perspective « from which an event at a given point fin a discourse is viewed »15 (Hinrichs 1986, p. 73). La même position est adoptée par Carl Veters (1992, p. 240) qui voit dans le point de perspective un point de la ligne du temps où « le narrateur se place en imagination pour considérer l’état de choses en question »16.

2.4.4 Boinvilliers (1802)

196Jean-Étienne Boinvilliers apparaît dans les dossiers adressés au ministère dans le cadre de l’enquête de l’an VII, comme professeur de belles-lettres, et non de grammaire générale, à l’école centrale de Beauvais. Mais ces mêmes dossiers ne présentent pas d’enseignant de grammaire générale pour Cette école centrale. On peut donc faire l’hypothèse que le même enseignant était chargé des deux matières, ce qui expliquerait qu’il ait publié une Grammaire raisonnée ou cours théorique et pratique de la langue française l’année même de la suppression des écoles centrales.

197Le court chapitre « Temps » de l’ouvrage présente une nouvelle forme de synthèse des théories du repérage temporel. Le point de départ est sans doute encore Girard et la distinction entre temps absolus et relatifs, mais sous une terminologie différente : les temps sont primitifs ou dérivés, marquant des « nuances » des premiers plus ou moins nombreuses selon les langues (Boinvilliers 1802, p. 59). Le terme de temps relatif n’apparaît pas explicitement, mais l’adjectif, l’adverbe, ou le nom (relation) se retrouvent fréquemment dans les définitions et l’analyse des valeurs, généralement pour indiquer, comme nous allons voir, une relation avec un repère secondaire.

198Comme chez Sicard, Loneux et Serreau, il n’y a que trois temps primitifs : le présent, qui représente « l’existence actuèle, sans relation nécessaire comme Erhard Hinrichs à un autre temps » (p. 60) ; le futur, qui représente « l’existence à venir, sans relation nécessaire avec un autre temps » (p. 62) ; et le passé indéfini, qui marque « l’existence passée, absolue, sans relation nécessaire avec une époque déterminée » (p. 61).

199Les temps dérivés sont plus nombreux. On compte un présent conditionnel, un présent antérieur, et une série de passés :défini, antérieur, antérieur défini, antérieur indéfini, et conditionnel. Ces formes correspondent, comme chez Loneux, à des relations de plusieurs types :

1) une relation avec un repère de nature ponctuelle (Ti). C’est le cas pour le présent antérieur, qui représente « l’existence présente relativement à une époque antérieure au moment où l’on parle, je travaillais » (p. 60), ou pour le passé antérieur indéfini qui marque « une existence passée antérieurement à une époque non déterminée » (p. 61). Dans la plupart des cas, il s’agit d’une relation d’antériorité, comme pour le passé antérieur (« une existence passée relativement à une époque antérieure au moment où l’on parle »), et pour le passé postérieur (antériorité de Tx à l’égard de Ti et postériorité de Ti à l’égard de To ;

2) pour les passés définis et le passé indéfini, les choses sont différentes. Boinvilliers reprend les formules en dépôt dans la tradition depuis longtemps : le premier représente « l’existence passée relativement à une période dont il ne reste plus rien, je travaillai hier jusqu’à onze heures du soir » (p. 61). Il est donc marqué par une relation d’inclusion dans un intervalle de référence, ici une « période dont il ne reste plus rien » (au moment où l’on parle).

Le passé indéfini peut avoir deux valeurs, et représenter soit « une existence passée, absolue, sans relation nécessaire avec une époque déterminée », c’est sa valeur de temps primitif, soit une valeur par laquelle il s’oppose au passé défini.

Il représente alors une existence « relative à une période non achevée, […] j’ai travaillé cète année avec courage » (ibid.). Le caractère relatif du passé indéfini correspond à une relation d’inclusion dans un intervalle de référence (une période non achevée ici), conçue de façon analogue à celle qui caractérise le passé défini.

3) Enfin, le caractère relatif des temps conditionnels offre également des particularités. Le présent conditionnel, par exemple, est défini comme représentant « l’existence actuèle nécessairement relative à une chose, qui n’est pas, je travaillerais si j’étais plus tranquile » (p. 60). La relation qui le caractérise ne désigne pas, à l’évidence, un rapport temporel, mais, comme pour les passés défini et indéfini, la simple existence d’un rapport, dans un sens encore plus large et sans déterminations précises.

  • 17 Ce classement est aussi le même que celui adopté par E. Polonceau, auteur d’une Grammaire française(...)

200Nous avons montré plus haut que la délimitation de la catégorie du présent était un des enjeux soulevés par la théorie beauzéenne du temps, et que c’est dans la discussion de Cette innovation que se négocie son héritage. Chez Boinvilliers, la catégorie des présents contient trois temps : le présent absolu, je travaille, le présent conditionnel, je travaillerais, et le présent antérieur, je travaillais17. Seule la définition du dernier pourrait être rapprochée de l’analyse qu’en donne Beauzée. On note particulièrement le terme de présent antérieur, qui marque, comme chez l’encyclopédiste, la primauté du repérage par rapport à Ti. C’est le seul point commun avec la théorie beauzéenne des présents. L’identification de toutes les formes simples à des présents, notamment, n’est pas reprise ici.

  • 18 On la trouve également chez Demandre (Dictionnaire de l’élocution Françoise, 1769).

201Enfin, notons que Boinvilliers range ici le présent conditionnel dans le mode affirmatif, et non dans un mode distinct. Il adopte par là une position qui est également celle de Restaut, Buier, et Destutt de Tracy18. Au cours de la période, nous avons rencontré deux tendances majeures à propos du conditionnel. Celle qui consiste à en faire un mode à part, qu’illustre par exemple Beauzée, ou celle qui range ces formes dans l’indicatif. Une des questions sous-jacentes est celle de la prise en compte de leur valeur temporelle. Nous l’avons vu un peu plus haut en particulier chez Destutt de Tracy. La position de Boinvilliers sur ce point est assez originale. Elle consiste à intégrer la modalité dans le dispositif de repérage. La particularité de Ti est alors simplement de représenter un événement virtuel, « qui n’est pas » selon les termes de Boinvilliers reprenant une formule qui figurait chez Destut.

202Il n’est pas dans notre propos d’indiquer si Cette représentation est suffisante, ou juste. Ce qui fait sens, au plan de l’histoire, c’est que Cette analyse revient à généraliser le modèle mobilisé systématiquement par Beauzée, en l’étendant même à des formes que l’encyclopédiste traitait autrement. Alors que ce dernier définit le suppositif par la mise en œuvre d’une idée accessoire, une supposition préalable, Boinvilliers traite ces formes dans le modèle général du double repérage.

2.4.5 Thiébault (1802)

203Dieudonné Thiébault est sans doute un des auteurs de grammaire le plus explicitement et le plus réellement idèle à la théorie des temps de Beauzée, celui peut-être qui l’a le mieux comprise. Il enseigne la grammaire générale à l’école centrale de la rue Saint-Antoine, et son ouvrage constitue une des sommes grammaticales les plus remarquables dont la période voit la publication.

204L’exposé de sa théorie des temps dans sa Grammaire philosophique, ou la métaphysique, la logique et la grammaire réunies en un seul corps de doctrine et les réponses qu’il fournit à l’enquête de l’an VII, montrent que son enseignement était largement fondé sur les théories beauzéennes. Il résume efficacement la théorie de l’encyclopédiste.

205Point de départ, la définition métaphysique du temps empruntée à Gamaches par laquelle s’ouvre le chapitre « Tems » chez Beauzée :« le temps est la succession attachée à l’existence des êtres : au moins est-il vrai que Cette succession est la seule mesure du temps qui soit à notre portée » (p. 285). Ainsi, comme nous l’avons montrée plus haut, se trouve fondée en raison la procédure de repérage comme mesure du temps, c’est-à-dire non comme simple procédure herméneutique imaginée par le grammairien, mais bien comme source de l’élaboration psychologique de l’image-temps. La mesure du temps elle-même est réalisée à l’aide de points de repères (ou d’observation) qui peuvent être de deux types, des époques, de nature ponctuelle, qui sont des points d’arrêts dans la durée, et des périodes, qui sont des portions étendues de la durée, toujours déterminées par une époque qui en est le terme ou le commencement. Thiébault reprend la distinction entre deux repères impliqués dans le repérage des événements : l’instant de la parole, référence commune à tous les événements temporels ; et un événement qui marque une circonstance supplémentaire, et peut prendre la forme d’une époque ou d’une période. Les événements peuvent être passés, présents ou futurs à l’égard de l’un ou l’autre de ces repères.

206On retrouve là, en peu de mots, l’essentiel du système de repérage à trois critères qui s’est mis en place progressivement depuis Port-Royal. Le système est étroitement idèle à Beauzée, dont la rigueur formelle est soulignée par Thiébault. Le double repérage est bien généralisé à tous les temps (et non pas limité aux temps relatifs – comme chez Girard, et comme chez les auteurs que nous venons de voir). Les temps se répartissent par ailleurs en deux catégories, selon que l’événément secondaire est déterminé ou non. S’il est déterminé, il prend la forme d’une période ou d’une époque ; les temps sont alors définis. Si ce n’est pas le cas, chaque époque ou période de comparaison est alors « prise en général », et les temps sont indéfinis.

207Thiébault se fait également l’écho du débat que nous avons retracé sur l’ordre d’application des critères. Mais il en étend la portée et en précise les enjeux historiques et épistémologiques. Le modèle du double repérage des événements permet deux choix terminologiques et théoriques différents selon que l’on met au premier plan la relation de l’événement représenté à α (To) ou β (Ti). Ce choix peut être considéré comme simplement arbitraire. Mais on peut le justifier en identifiant les problèmes qu’il permet de résoudre. Les développements de Beauzée sur ce point sont assez discrets. Il établit d’abord la primauté de Ti (l’événement de comparaison que Thiébault note β) comme une conséquence de la définition de la conscience du temps. Il s’oppose ensuite aux Messieurs de Port-Royal sur l’interprétation de l’imparfait et du futur antérieur en affirmant dans les deux cas le caractère second du repérage par rapport à l’instant de la parole (voir supra p. 122). L’enjeu du débat est sémantique et cognitif : en analysant l’imparfait comme présent antérieur, c’est-à-dire comme « présent avec rapport au passé », on suit simplement « l’ordre des idées ». Thiébault explicite ce point, en reprenant un argument sémantique que Beauzée ne développe qu’à propos des régularités analogiques dans les langues. L’époque représentée par β, quel que soit Tx, est « plus rapprochée de la chose qu’on exprime, et par conséquent comme première dans l’ordre de la pensée » (Thiébault 1802, p. 289, nous soulignons). Il ne s’agit pas d’un nouvel argument, mais d’un développement qui renforce notre interprétation de la catégorisation des temps simples en présents et des temps composés en prétérits chez Beauzée (voir supra p. 133). La formule de Thiébault tend à confirmer que l’époque de comparaison est bien une position dans la ligne du temps depuis laquelle le sujet est dans un rapport d’immédiateté avec l’événement, produisant une idée première. Or, l’idée première commune à l’ensemble des formes composées est renfermée dans la notion de prétérit ; et l’idée première commune à l’ensemble des formes simples, dans celle de présent. On se souvient qu’un auteur comme Destutt de Tracy, contemporain de Thiébault, utilise les notions de présent et de passé pour désigner des valeurs relevant aussi bien du repérage chronologique que de l’aspectualité. Tout se passe donc comme si la combinatoire des opérations de repérage n’épuisait pas leur sens. C’est déjà le cas chez Beauzée comme nous avons tenté de le montrer, dans la mesure au moins où l’époque est définie comme un point de la durée qu’occupe imaginairement le sujet.

208La position de Thiébault n’a pas la netteté de celle de Serreau en faveur d’une valeur qui n’est pas le temps, mais elle revient bien à marquer, dans la théorie beauzéenne, les contours d’une notion nouvelle.

209Deux points méritent d’être soulignés au terme de Cette rapide étude : la fidélité à Beauzée d’abord, et ses modalités. Nous n’avons pas affaire ici, comme nous l’avons vu plusieurs fois, à un cas de réception problématique, mais plutôt à une sorte de resserrement et de creusement des notions. Par ailleurs, on voit bien aussi comment, suivant des procédures parfois différentes selon les auteurs, un noyau de connaissance cohérent sémantiquement, relativement stable, que nous pouvons identifier avec l’aspect accompli (vs inaccompli) des formes verbales, est en quelque sorte délimité, avec plus ou moins de succès. On peut appeler émergence d’une notion, ou découverte d’un phénomène sémantique inaperçu, ces tentatives. Ce qui paraît remarquable dans ce cas, c’est que la découverte ne doit pas grand-chose à l’intuition, mais qu’elle est au contraire pourrions-nous dire, un des produits de la mise en place d’un certain appareil théorique.2. 4. 6 Collin (d’Ambly) (1807)

210Nous complétons ce parcours d’un corpus d’auteurs de manuels par celui de Pierre-Nicolas Collin (d’Ambly), de peu postérieur à ceux que nous venons d’examiner (1807). Les informations biographiques disponibles sur le compte de cet auteur sont très limitées. Il se présente dans la Grammaire françoise, analytique et littéraire qu’il publie en 1807 comme un instituteur à Picpus. Il s’agit donc d’un de ces ouvrages de professeurs, dans lesquels l’élaboration théorique est articulée à une orientation didactique, et dans lequel nous verrons quelle est la force de l’influence des modèles de la grammaire des idéologues au-delà du cadre des écoles centrales.

211On retrouve l’innovation beauzéenne qui consiste à fonder les catégories temporelles non sur la position des événements temporels en relation avec l’instant de la parole (To) mais en relation avec le critère secondaire (Ti).

212Ainsi, la notion de présent, centrale chez Beauzée, est-elle définie par Collin d’Ambly selon trois points de vue différents (Collin d’Ambly 1807, p. 105). Le présent peut être considéré 1) par rapport au moment où l’on parle, 2) par rapport à un moment antérieur à l’acte de parole, 3) par rapport à un moment postérieur à l’acte de parole. On a donc trois présents que l’on peut appeler comme Beauzée, respectivement, présent actuel, antérieur et postérieur. Chacun d’eux, à son tour, constitue un repère à l’égard duquel il est possible de construire trois passés. Le système des temps se présente donc sous la forme des trois paradigmes qui suivent :

1) le présent est établi par rapport au moment où l’on parle. La forme qui correspond à ce temps est le présent actuel, je lis, nous lisons. À Cette forme correspond un passé, que Collin d’Ambly appelle (ou considère comme) le passé de ce temps : j’ai lu, nous avons lu.

On a donc, dans ce paradigme, un présent actuel et un passé (le parfait, ou prétérit indéfini des grammairiens) que Collin d’Ambly propose d’appeler, en accord avec la valeur qu’il vient de mettre en évidence, un passé actuel (ibid.).

2) le présent est établi par rapport à un moment antérieur à l’acte de parole. Ce présent correspond à l’imparfait du français :je lisais, nous lisions quand vous êtes entrés . L’événement de référence Ti par rapport auquel est établie la relation de simultanéité fondatrice de la catégorie est ici représenté dans la proposition subordonnée par l’entrée de l’interlocuteur.

Le passé correspondant à l’imparfait est évidemment le plus-que-parfait.

On trouve également dans Cette rubrique, l’autre présent antérieur décrit par Beauzée, à savoir notre passé simple, auquel correspond, dans le même rapport que le plus-que-parfait vis-à-vis de l’imparfait, le passé antérieur (p. 106).

Le problème de la différence entre ces deux séries, définies par les mêmes opérations de repérage, n’est pas posé de façon explicite. Collin d’Ambly note toutefois que l’imparfait représente « un présent dans un temps passé, mais dont l’époque n’est pas fixe ni déterminée » (ibid.).Le parfait (ou prétérit défini, notre passé simple) en revanche, représente « un présent dans un temps fixe et déterminé » (ibid.).Le critère périodique élaboré par Beauzée a donc disparu. Il est remplacé par la notion de repère déterminé ou non déterminé.

Rappelons que chez Beauzée la détermination de l’époque de comparaison intervient après la première division dans les temps. Elle permet de distinguer les temps définis (Ti est déterminé), ou indéfinis (Ti est non déterminé). Tandis que la différence entre l’imparfait et le passé simple ressortit au mode de détermination de l’instant de référence, qui peut prendre la forme d’un intervalle de temps ou d’un point de la durée.

On observe donc un glissement des critères de différenciation. Le critère général de la détermination de Ti a chez Collin d’Ambly la fonction plus particulière et plus limitée de permettre de distinguer l’imparfait et le passé simple. Il est clair également que ce glissement s’accompagne d’une perte de précision.

3) Le présent est établi par rapport à un moment postérieur à l’acte de parole. La forme correspondante est la forme désignée ordinairement comme un futur, je lirai, nous lirons (p. 106).

Le passé de cette forme est donc j’aurai lu, nous aurons lu.

À ces trois séries s’ajoute celle des temps « plus que passés » (les temps surcomposés) que l’on obtient quand on compare le passé à lui-même. On retrouve là un écho des temps « comparatifs »beauzéens. Chacune des formes de passé qui apparaît dans les trois séries possède en quelque sorte à son tour un passé : le passé de j’ai luest j’ai eu lu ; celui de j’avais lu, j’avais eu lu, etc.

213On peut donc reconstituer un tableau général des temps qui se présenterait de la façon suivante :

Époque antérieure

Époque actuelle

Époque postérieure

Présent

je lisais

je lus

je lis

je lirai

Passé

j’avais lu

j’eus lu

j’ai lu

j’aurai lu

Passé antérieur

j’avais eu lu

j’eus eu lu

j’ai eu lu

j’aurai eu lu

214Chaque époque est définie par rapport à l’instant de la parole To. Et dans chaque colonne, on a selon les relations qui viennent d’être décrites, un présent, un premier passé et un second passé, antérieur au précédent. Le tableau obtenu est bien le même que celui proposé par Beauzée, si l’on tient compte de la catégorie des présents, des prétérits et des temps comparatifs. La disposition proposée par Collin d’Ambly rend seulement plus apparent le rapport morphologique et sémantique des formes simples et des formes (sur-) composées.

215Ce classement des temps du français est également très proche de ceux de Destutt de Tracy et de Thurot. Les catégories générales fondées sur le caractère positif ou éventuel de l’existence représentée n’apparaissent pas ici. Mais on a bien les mêmes paradigmes qui déclinent dans une catégorie donnée (présent, passé ou futur) la forme simple, la forme composée correspondante, et la forme surcomposée.

216Collin d’Ambly propose également un deuxième tableau, plus proche de celui de Beauzée dont il représente une sorte de version simplifiée débarrassée notamment de sa terminologie, dans lequel les relations à l’égard de To et Ti délimitent les entrées horizontalement et verticalement.

Époque antérieure

Époque actuelle

Époque postérieure

Présent

je lisais

je lis

je lirai

Passé

j’avais lu

j’ai lu

j’aurai lu

Futur

je devais lire

je dois lire

je devrai lire

217L’ensemble du système proposé repose exclusivement sur des procédures de repérage à l’aide du modèle à trois critères. Tout critère supplémentaire qui ferait référence à la durée des événements a disparu.

218Le texte de Collin d’Ambly présente donc une autre variante du traitement auquel la théorie beauzéenne est soumise dans ces grammaires de professeurs. Il tente de concilier en quelque sorte non Beauzée et Girard Cette fois, mais Beauzée et Destutt de Tracy. On peut penser également que proposer deux tableaux avec des formes différentes revient à présenter des faits ou des problèmes distincts. Rien n’indique explicitement dans l’exposé, encore une fois, que la réflexion s’engage vers une exploration de ce que nous appellerions aujourd’hui l’aspectualité. Mais on peut reconnaître dans les données proposées que le premier classement manifeste des relations entre les formes d’une nature différente de celles qui organisent explicitement le second. On a donc encore un exemple de la délimitation en creux d’un domaine sémantique qui ne se résout pas dans la seule temporalité.

3. La théorie du temps dans la grammaire générale tardive

219À partir du début du XIXe siècle, la grammaire générale cesse d’être le paradigme dominant. À cela deux raisons : le développement de la grammaire scolaire, qui en vient progressivement à constituer une discipline distincte et à susciter une activité éditoriale autonome (Chervel 1977, 2006) ; et le développement de la grammaire historique et comparée (Auroux 1987, 2000). Mais ni l’une ni l’autre ne provoque sa disparition ou sa péremption. Sans doute, la production grammaticale nationale est-elle désormais marquée par le développement de la grammaire scolaire, et l’élaboration théorique, surtout dans le domaine syntaxique, sera constamment articulée avec cet autre paradigme éditorial désormais bien identifié et possédant sa dynamique propre. Mais à côté du développement de Cette production, de ce marché pourrait-on dire, on voit paraître, tout au long du siècle, un assez grand nombre d’ouvrages de grandes dimensions, qui continuent d’explorer quelques-unes des problématiques de la grammaire générale, intégrant parfois des éléments de comparaison entre les langues. Rien de très étonnant à cela toutefois : la grammaire générale se veut comparative depuis Court de Gébelin, et certains auteurs se réclament encore de ce courant même s’ils font aussi référence à Bopp. L’ouvrage publié par Frédéric Gustave Eichhof (1867) intitulé Grammaire générale indo-européenne, ou comparaison des langues grecque, latine, française, gothique, allemande, anglaise et russe entre elles et avec le sanscrit qui évoque les noms de Silvestre de Sacy, Anquetil (du Perron), Champollion, Rémusat, Eugène Burnouf, avant ceux de Jones, Grimm, Bopp ou Max Muller est à cet égard exemplaire. L’auteur y revendique les sources françaises de la réflexion sur le langage :

la linguistique aussi est née dans ce pays, auquel on veut à tord en refuser l’honneur. On a dit, dans une publication récente, que l’incohérence des efforts tentés jusqu’ici en France pour Cette étude pouvait faire supposer aux lecteurs qu’elle y était encore dans son enfance. (p. viii)

220Pour ce parcours d’un corpus considérable, nous nous limiterons ici à quelques jalons que nous avons voulu exemplaires des divers aspects de la réflexion sur le temps chez ces grammairiens. Il s’agit d’un domaine qui, à la différence de ce qui se passe en syntaxe pour la théorie des compléments et de la transitivité (Chervel 1977, Bouard 2008), est peu dépendant des inflexions introduites par l’école.

3.1 Michel (dit Michel de Neuville, ou le Neuvillois) (1826)

  • 19 Sur la construction de la notion d’aspect dans les grammaires russes, voir le livre de S. Archaimba (...)

221La raison qui nous a conduit à retenir ce grammairien peu connu, dont le nom même est incertain, tient d’abord à la place qu’il occupe dans l’historiographie de la notion d’aspect. Il n’est pas inutile de rappeler que, jusqu’à une date récente, l’apparition du terme (et de la notion) dans le domaine français était attribuée à Reiff dans sa traduction de la Grammaire raisonnée de la langue russe de Gretch (1828-1829), concept qui s’imposait pour l’étude du verbe russe comme de toute langue slave19. Il est traduit ensuite par Zeitart, et Georg Curtius l’applique à l’étude du verbe grec, puis à l’opposition infectum/perfectum du verbe latin (1846). L’aspectualité est alors manifestement considérée par les contemporains comme une spécificité du verbe slave, et elle leur semble jouer un rôle marginal en français. C’est ce qu’écrit par exemple Joseph Vendryès (Le langage, introduction linguistique à lhistoire,1921) :« le français n’est […] pas inapte à l’expression de l’aspect, puisqu’il trouve le moyen de le faire dès qu’il en ressent le besoin. Seulement l’aspect n’est pas en français une catégorie grammaticale régulière » et plus loin « s’il y a des langues, comme le russe, où la notion d’aspect est prépondérante au point de devenir le principe du système verbal, en français comme en latin elle n’est qu’une survivance isolée ou ne répond qu’à un besoin accidentel » (Vendryes 1968, p. 130) ; et Ferdinand Brunot en 1922 dans La pensée et la langue va au fond dans le même sens :« sans avoir l’importance qu’elle a dans d’autres langues [nous soulignons], l’indication de l’aspect contribue en français à l’indication de la date, à l’expression du temps » (Brunot 1922, p. 440). Voilà, dans ces grandes lignes, l’histoire telle qu’elle est racontée par Henri Bonnard dans l’article « Aspect » du Grand Larousse de la langue française (1978), et qui représente assez bien alors les idées sur Cette question partagées par la communauté des linguistes de langue française.

222Nous devons à Sylvain Auroux (1986) l’identification d’un emploi plus ancien (1818) chez Michel de Neuville, grammairien qui n’avait fait jusque-là l’objet d’aucune étude, auteur cependant de onze articles publiés dans les Annales de grammaire à partir de 1818, et surtout d’une Grammaire transcendante, ou du verbe sous le rapport de la diction. Précédé d’une lettre à l’Académie sur les propriétés de cet élément capital du discours publiée en 1826. L’intérêt de Cette découverte n’est pas seulement qu’elle permet d’affiner ponctuellement la connaissance de l’histoire d’un concept en faisant reculer de quelques années la date de son apparition. Elle modifie profondément le scénario de son élaboration et permet d’établir que l’apparition de Cette notion n’est pas seulement liée, comme on le croyait, à l’importation d’un concept issu de l’étude des langues slaves, mais qu’il y a eu une genèse française du concept, du moins dans sa mise en œuvre pour l’analyse du verbe français. Dès lors un problème historique et épistémologique se pose dont les différentes facettes nous paraissent être les suivantes :

1) il est manifeste que Cette invention de la notion par un grammairien français a été oubliée, ou occultée, et que la représentation que les linguistes se sont donnée (à partir de quand, à la faveur de quel mécanisme ?) de l’origine de la notion d’aspect, et de sa construction elle-même, est celle d’un emprunt à la slavistique ;

2) il est manifeste également que l’invention de la notion par Michel n’est pas un trait de génie isolé, l’intuition sans lendemain d’un précurseur inspiré. Les théories de Michel sont articulées de façon précise avec celles dont nous avons suivi le développement depuis le milieu du XVIIIe siècle, et le recours à la notion de précurseur revient à s’interdire de trouver une explication à la succession des faits ;

3) or sur le plan des faits eux-mêmes, il faut également prendre en compte :

– l’identité des termes utilisés par Reiff et Michel, et le fait qu’ils renvoient à des faits linguistiques du du mot russe vid de même sens,

– la proximité des dates, 1818 et 1829, qui fait douter même genre. Néanmoins, on pourrait se borner à considérer que Reiff ne fait que trouver un équivalent français que le hasard seul explique le choix du même terme par deux auteurs différents.

223Ce dernier point soulève une question classique en histoire des sciences. L’invention, la découverte sont des processus. Dès qu’on les contextualise, ils tendent à se diluer dans une chaîne de causes et d’influences, d’étapes préliminaires, de telle sorte qu’un concept comme celui d’aspect peut paraître en circulation sous des modalités diverses avant d’être identifié et délimité comme tel, à partir notamment d’une étiquette terminologique précise. Si l’identification du seuil à partir duquel le concept prend une forme stabilisée est une des tâches de l’historien, il n’est pas moins intéressant de comprendre ce qui rend possible, dans la période précédente, dans les travaux antérieurs, l’accès à ce seuil.

  • 20 C. -P. -D. Michel, Lettre à l’Académie, ou le précis de la vie d’un citoyen, 2e édition corrigée, P (...)

224Nous allons nous efforcer dans ce qui suit de montrer d’une part que le contenu de la notion d’aspect chez Michel de Neuville concerne bien en effet le concept moderne, et d’autre part que la théorisation qu’il développe, pour originale qu’elle soit, est également solidement ancrée dans le contexte des théories du temps de la grammaire générale. À cet égard, sa personnalité et sa formation telles qu’il les décrit lui-même dans une note biographique adressée à l’Académie en 184120 présentent un certain nombre de faits utiles à notre propos.

3.1.1 Quelques repères biographiques

225Michel est né le 23 mai 1780, à Neuville-sur-Seine dans le département de la Côted’Or. Issu d’un milieu modeste, son père est probablement l’instituteur de son village (Arrivé 2005). Il fait des études à l’école centrale de son département, où il obtient le 18 fructidor de l’an VII, le premier prix de Grammaire générale, et « dès lors [ses] idées prirent une direction que les circonstances les plus graves n’ont pu changer ». Il voyage en Italie au sortir de l’École, puis s’engage dans les armées en 1800. Il sert quinze ans, participe à douze campagnes (« d’Austerlitz à Waterloo »), jusqu’au licenciement général de 1818. Il termine alors une carrière militaire assez chaotique (il renonce à ses grades pour se consacrer plus librement à la réflexion grammaticale, puis les reconquiert) comme secrétaire archiviste de la place de Lille. La date et le lieu de sa mort sont inconnus.

  • 21 Cote Bibliothèque nationale de France : X-34606.

226Sa production grammaticale commence dès les premières années de sa carrière militaire : il adresse entre 1804 et 1815 divers articles et lettres à l’Académie : souvent redondants, parfois de simples ébauches d’ouvrages annoncés ; en 1804 il rédige un Traité de l’orthographe, publié une première fois en 1806 à Varsovie, puis à nouveau en 1808 à Breslau ; il publie ensuite onze articles dans les Annales de grammaire à partir de 1818, et surtout en 1826, une volumineuse Grammaire transcendante, qui comporte en fait deux parties toutes deux centrées sur le verbe et réunit des textes déjà publiés sous la forme d’articles ;Enfin il rédige son Précis de la vie d’un citoyen en 1841 dans le but d’obtenir des subsides de l’Académie. Ce texte permet d’éclaircir au moins un des mystères qui entourent le personnage. Sa signature prend en effet plusieurs formes. Le plus souvent c’est « Michel ». C’est le cas de la majorité des articles publiés dans les Annales de grammaire, et des nombreuses lettres ouvertes qu’il fait imprimer (adressées aux académiciens, à Serreau, à M. Cousin, au rédacteur du journal Le Siècle …). Parfois on trouve « MICHEL de Neuville », dans les Annales encore, ou encore cette forme énigmatique « C. – P. – D. Michel » en signature d’un document publié à Troyes en 1818 et intitulé Lettres à l’Académie française, sur la partie la plus importante de la métaphysique du langage, ou du verbe21.

227Le Précis de la vie d’un citoyen permet de dissiper quelques-unes de ces obscurités. L’auteur y raconte en effet que le surnom de « le Neuvillois » ou « de Neuville » lui a été donné à l’armée, du fait de son origine. Il rapporte également une anecdote durant l’occupation de l’Espagne à laquelle il participe, selon laquelle les autochtones l’appellent don Pedro. On peut donc raisonnablement penser que son prénom usuel est Pierre. Mais les deux autres initiales C et D restent énigmatiques. Ces quelques informations suffisent à camper un personnage assez étonnant de grammairien-soldat (de « philosophe-soldat » comme il se décrit lui-même), comme seule l’époque pouvait en produire. En dépit de sa participation aux Annales de grammaire, et aux débats de la Société grammaticale, il restera toute sa vie une sorte de franc-tireur, d’amateur, cultivant une passion exclusive et un peu obsessionnelle pour l’analyse du verbe, dont le point de départ semble avoir été l’enseignement reçu à l’école centrale de son département. On aurait aimé pouvoir lire le cours qu’il y a suivi. Mais le professeur de grammaire générale de l’école centrale de la Côte-d’Or fait partie de ceux qui ont adressé les documents les plus minces en réponse à l’enquête du ministère. Il s’agit d’Antoine Chamberland, 60 ans, auparavant pendant quatorze ans professeur de langue française à l’université d’Oxford, qui déclare suivre pour son cours un abrégé de sa composition, lequel ne figure pas dans les archives. Son cours connaît une grande affluence, ce que l’on peut prendre pour un indice de sa qualité et de l’intérêt qu’il suscite : soixante-quinze élèves en l’an V ; quatre-vingt-seize en l’an VI ; cent trente-trois en l’an VII.

3.1.2 La théorie du temps et de l’aspect de Michel

228Le Traité de l’orthographe du verbe, publié en 1806 à Varsovie, présente un premier état de la théorisation qui correspond, à quelques variantes et innovations près, à ce que l’on peut lire dans les grammaires générales de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. C’est le cas notamment de la description des passés définis et indéfinis :

On a […] distingué plusieurs passés. Lorsqu’on a voulu rappeler un temps circonscrit, ou, ce qui est la même chose, une période où l’on était encore, on s’est servi d’une forme différente de celle qui devait rappeler une période où l’on n’était plus : on a dit dans le premier cas, j’ai fait aujourd’hui, Cette semaine, etc. et dans le second, je fis hier, la semaine dernière, l’année dernière […]. (Michel 1806, p. 7)

229C’est là l’état de la théorie que l’on peut lire chez des grammairiens comme Buier ou Girard. L’accent est mis, comme chez ce dernier, sur l’activité du sujet à l’origine des représentations du temps (lorsqu’on a voulu), et comme chez Girard également, sur l’idée que le critère du période de référence permet de distinguer deux types de passés, caractérisés par des valeurs aspecto-énonciatives différentes.

  • 22 Chez Beauzée à partir des catégories du présent et du prétérit, ou chez un auteur comme Serreau che (...)

230Michel décrit un peu plus loin l’opposition entre accompli et inaccompli, dont nous avons rencontré depuis le milieu du XVIIIe siècle plusieurs représentations22 :

On a même distingué le temps où la chose s’était faite de celui où elle avait été achevée. Pour marquer le temps où elle s’était faite dans une période où l’on était encore, on s’est servi de la forme j’ai fait, j’ai fait ce matin ma correspondance, et pour marquer, dans la même période, le temps où elle avait été faite, on s’est servi de la forme j’ai eu fait, j’ai eu fait ce matin ma correspondance à 7 heures. (p. 8)

231Enfin, on lit au début du chapitre consacré à la conjugaison, une remarque très originale, et dont nous n’avons pas trouvé l’équivalent dans les grammaires contemporaines ou chez ses prédécesseurs : le verbe peut être considéré selon trois points de vue différents, marqués par trois formes différentes :

– la forme primitive, qui ne rappelle que l’idée principale du verbe : être, faire, écrire ;

– la forme effectuative, qui « réveille » outre l’idée principale, celle de la chose s’effectuant : étant, faisant, écrivant ;

– la forme résultative, qui « réveille » l’idée de la chose effectuée, c’est-à-dire du résultat de l’effectuation : été, fait, écrit.

232Parmi les textes dont la publication commence une dizaine d’années plus tard, deux articles publiés dans les Annales de grammaire – « De la nature des temps du verbe », « Système des formes du verbe français » (1818) –, et la première partie de la Grammaire transcendante, intitulée « Lettre à l’Académie française contenant une description des propriétés du verbe ou la névrologie de la langue » (1826), présentent une doctrine du temps verbal entièrement neuve et originale. Michel y découpe la sémantique des temps verbaux en une série de sous-domaines, où le temps à proprement parler figure au sein d’un ensemble d’autres catégories qu’il s’emploie à identifier.

233Une bonne part de l’exposé est une critique des définitions produites par les grammairiens antérieurs et découle de ce jugement programmatique. Ceux-ci confondent « ce qui est relatif au temps avec ce qui a un objet tout à fait étranger, ils comptent sur leurs doigts par le nombre des formes ou locutions diverses des verbes, les temps ou points de la durée, que l’esprit seul devrait distinguer » (Michel 1826, p. 19). La formule livre une définition : les temps sont des points de la durée. Elle aiche également un des principes théoriques et méthodologiques caractéristiques de la grammaire générale du XVIIIe siècle : les catégories ne sont pas délimitées par les formes des langues, mais relèvent d’une l’analyse rationnelle a priori.

  • 23 Le texte de 1826 développe en outre une critique serrée de plusieurs auteurs du corpus des grammair (...)

2341) Le temps en tant que tel est Cette dimension du sémantisme verbal qui n’engage que la position relative des événements sur la droite ordonnée des instants et dans laquelle Michel délimite sept catégories produites soit par un seul critère (l’instant de la parole « où l’esprit est établi » [p. 19]), soit par l’ajout d’un second « c’est-à-dire l’époque passée et l’époque future où l’esprit peut se porter et s’établir et […] de là jeter ses regards » (ibid.). Nous reconnaissons la forme sous laquelle le schéma beauzéen a circulé au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle23.

235Deux temps verbaux postulent toutefois un critère différent : on peut se donner le passé comme un temps antérieur « que l’esprit oppose au temps où l’on est, je fis », ou bien comme un temps « que [l’esprit] n’y oppose pas j’ai fait » (p. 20). Si l’on rapporte Cette remarque à l’état précédent de la définition des deux prétérits du français qu’on peut lire dans le texte de 1806, on voit bien ce qui a changé : le critère distinctif des deux prétérits n’est plus représenté en termes topologiques, mais en termes psychologiques, ou énonciatifs, et relève de la posture adoptée par le sujet au moment de l’énonciation, relativement aux événements représentés.

2362) Michel identifie trois autres domaines dans la sémantique verbale : celui des aspects, celui des degrés, et celui des acceptions.

237a) Les aspects

238Voici donc l’apparition du terme que nous évoquions plus haut. Est-il attaché au(x) même(s) concept(s) qui circule(nt) sous cette dénomination chez les linguistes contemporains ? Moyennant le fait que précisément le terme est connecté à un ensemble de concepts dont la délimitation varie selon les modèles et les auteurs, il semble bien que oui. Plus exactement, si nous adoptons une définition purement négative de l’aspect en désignant par ce terme tout ce qui n’est ni temporel ni énonciatif, alors on peut dire que l’aspect de Pierre Michel correspond au moins à une partie de ce que les linguistes désignent ordinairement par ce terme.

239Pour Michel, le procès peut être représenté comme une transition, ou comme une situation. Cettedifférence est attachée à la valeur des temps, et non au sens lexical des verbes. Voici comment il commente, dans un exemple, l’emploi du passé simple et de l’imparfait à l’aide de ces notions :

  • 24 C’est-à-dire du procès dans le métalangage de Michel.

« La vérité est pourtant que tandis qu’il fut coadjuteur, c’est-à-dire dans le temps qu’il était à la tête de la fronde, MM de Port-Royal eurent très peu de commerce avec lui, et qu’ils ne s’amusaient guère alors à leur communiquer ni les secrets de sa conscience ni les ressorts de sa politique ».
Qu’il y ait coïncidence d’événements ou non, les autres formes rappellent simplement ces événements, ou le passage du sujet d’un état à un autre, une transition ; tandis que je faisais présente le sujet dans telle situation. On pourrait donc appeler situative cette dernière locution et transitive celles qui y sont opposées. Celles-ci peignent la durée de la modification24 comme rassemblée ; la situative semble la peindre au contraire, comme développée dans son étendue ; dans un cas on voit l’événement de profil, et de l’autre de face, si je puis m’exprimer ainsi. (p. 24)
Il est clair que ce dont parle ici Michel ne semble pas différent de ce que Gustave Guillaume par exemple appelle aspect sécant vs non sécant, ou d’autres perfectif vs imperfectif, ou sécant vs global. Michel est-il le premier à décrire ce fait de langue et à en offrir une représentation théorique ? Nous avons vu plus haut que ce n’est pas le cas. On trouve dans les grammaires françaises, par exemple dès la Grammaire et syntaxe française de Maupas (1607) une analyse très fine de la différence aspectuelle qui oppose l’imparfait et le passé simple. Beauzée, à la suite de Girard, en introduisant la notion d’intervalle de référence (de période) contribue à la formalisation de cette analyse. Un noyau de théorisation relatif à l’un des problèmes aspectuels que pose le verbe en français circule dans les grammaires du corpus depuis au moins le XVIIIe siècle. Mais ici le fait nouveau est l’introduction du terme que la tradition moderne a retenu, et l’apparition d’une analyse théorique qui identifie le fait de langue dans sa généralité (non comme une particularité de l’imparfait et du passé simple), et le distingue du temps en tant que tel.

240b) Les degrés

241L’expression de la durée peut se faire selon trois degrés :

– l’initialitif, qui marque le commencement de la durée ;

– l’intégralitif, qui marque la totalité de la durée ;

– le finitif, qui marque la fin de la durée. Les formes composées comme il avait dîné, il a dîné, il aura dîné, peuvent marquer le finitif.

242c) Les acceptions

243Les formes composées peuvent être interprétées de deux façons :

– selon l’acception effectuative ou verbale : le participe dîné« est l’expression de l’effectuation, et la forme du verbe avoir un pur auxiliaire dépouillé de sa propriété primitive ; ces deux mots se fondent ensemble et changent de nature pour ne former qu’un sens et fixer l’esprit sur le temps où la chose a eu lieu ;j’ai dîné est alors synonyme de je dînai » (p. 26) ;

  • 25 L’origine de ces rélexions se trouve dans la discussion de la règle d’accord du participe passé et (...)

– selon l’acception effectuitive, ou d’état au contraire, « le verbe avoir est pris dans un sens figuré analogue à son sens propre, dîné fait simplement considérer la chose comme consommée, est le nom d’une substance métaphysique que l’on est sensé posséder, il a dîné signifie il possède dîné »25 (p. 27).

244On peut assez aisément rapprocher ces analyses de la description des valeurs du passé composé comme aoriste de discours et présent accompli.

3.1.3 Les inventions de Pierre Michel

245On rencontre donc, dans cette œuvre un peu atypique, l’expression de contenus de connaissance que l’on peut identifier à ce que plusieurs linguistes du XXe siècle rangent sous la catégorie de l’aspect. Mais ces noyaux de théorisation sont dispersés chez lui dans plusieurs rubriques différentes, en l’occurrence au moins deux :

– l’opposition sécant/non sécant (alias situatif/transitif) dans la catégorie de l’aspect ;

– l’opposition inchoatif/terminatif (alias initialitif/initif) dans la catégorie des degrés.

246D’autres valeurs sémantiques, comme nous l’avons vu, sont identifiées dans le champ de l’énonciation.

247Dans le cas des valeurs d’aspect, nous n’identifions pas d’invention à proprement parler sur le plan conceptuel, mais on note l’introduction du terme aspect que la linguistique des XIXe et XXe siècles appliquera aux mêmes phénomènes, ou à des phénomènes apparentés. Dans le domaine de l’énonciation en revanche, nous rencontrons notamment des analyses de la valeur du passé simple et du passé composé, et des différentes valeurs du passé composé, qui, quoique en relation avec le corps de définitions et d’analyses de la grammaire générale du XVIIIe siècle, sont véritablement innovantes. La question des inventions imputables à Michel se situe donc sur deux plans différents et non sur le seul plan de la préhistoire de l’aspect verbal :

– à propos de l’aspect verbal, l’introduction du terme est susceptible de stabiliser une nébuleuse de concepts et d’analyses qui circulent dans les grammaires françaises, sous des formes et selon des degrés de formalisation très divers, depuis au moins le début du XVIIe siècle. Il resterait alors à démontrer que c’est Cette introduction du terme et non celle de Reiff qui opère Cette stabilisation. Le problème de la réception des grammaires générales les plus tardives, et de l’influence qu’elles ont pu exercer par exemple sur l’œuvre d’auteurs comme Ferdinand Brunot et Gustave Guillaume est encore à éclaircir. Si l’hypothèse d’une transmission du concept d’aspect de la grammaire générale à la linguistique du XXe siècle, et donc de l’origine chez Michel de Cette innovation est juste, il faudrait alors s’interroger sur les causes de l’oubli dans lequel il a été tenu ;

  • 26 Voir par exemple son Histoire de la langue française.

– à propos des concepts énonciatifs, le problème est très semblable. La proximité avec un certain nombre d’analyses récentes ou contemporaines est assez troublante et incite à penser que la réception des derniers travaux de grammaire générale chez les grammairiens et les linguistes du début du XXe siècle n’a pas été celle dont témoignent les condamnations répétées pour logicisme ou obscurité que l’on peut lire par exemple chez Ferdinand Brunot26, dont une partie de l’œuvre fait effort pour signifier une rupture avec la grammaire générale.

3.2 Montémont (1845)

248Publier en 1845, un ouvrage intitulé Grammaire générale, ou philosophie des langues soulève des problèmes qui ne se posaient pas un demi-siècle plus tôt. Le titre entièrement développé comporte d’autres allusions directes au discours des grammairiens du siècle précédent. Il indique notamment que l’ouvrage présente « l’analyse de l’art de parler, considéré dans l’esprit et dans le discours » (nous soulignons), quasi-citation d’une partie du titre de la grammaire de Port-Royal ; mais la suite indique une orientation de l’ensemble du propos qui renvoie plus directement aux travaux comparatifs conduits (en France) depuis au moins Court de Gébelin : l’analyse des principes généraux est faite « au moyen des usages comparés des langues hébraïque, grecque, latine, allemande, anglaise, italienne, espagnole, française, et autres ».

249L’avant-propos s’efforce de justifier ce projet, tenant pour acquise la satiété du public (« Encore une grammaire générale ! » (Montémont 1845, p. ii), et prenant acte de la doxa qui réduirait la grammaire générale à une « idée arriérée » (ibid.).Mais l’auteur persiste et signe :« le besoin de notre siècle est plus réel, plus vif, plus pressant qu’on ne pense » (ibid.),et renvoie classiquement aux maîtres du genre « les Condillac, les Harris, les Beauzée, les Destutt de Tracy… » ;mais il souligne néanmoins avec force ce que la méthode comparative peut apporter de surcroît de légitimité à Cette investigation des lois de la pensée et du langage. La comparaison des huit langues modernes de l’Europe sur laquelle s’appuie l’ouvrage n’a rien d’anecdotique, mais permet à travers le type qu’elles représentent, de rapprocher les « familles ou rameaux linguistiques » (ibid.)les plus importants. Et si la comparaison ne s’étend pas jusqu’à l’arabe, le russe et le sanscrit, « langue admirable […] par son accord parfait avec nos idiomes européens », du moins l’auteur s’en excuse et le regrette, estimant toutefois que ces matières sont suffisamment traitées dans les travaux de comparatistes comme Eichhof (1867). Les développements du comparatisme pèsent de façon manifeste sur le rapport aux données de la grammaire générale du XIXe siècle.

250La théorie du temps est présentée dans une série de chapitres qui abordent la question d’abord d’un point de vue abstrait et général, puis proposent l’application du modèle élaboré à différents types de données. Beauzée est longuement cité, généralement explicitement, et l’on reconnaît également l’influence de l’encyclopédiste sur l’organisation de l’ensemble du propos. Les définitions préliminaires du temps sont essentiellement empruntées au texte de l’article « Tems » de l’Encyclopédie (« l’existence successive des êtres est la seule mesure du tems qui soit à notre portée » [Montémont 1845, t. II, p. 1]), voire à l’article de métaphysique dû à Forney qui précède immédiatement l’article de grammaire (« Le tems, considéré d’une manière abstraite et générale, est un être métaphysique, lequel n’a de réalité que dans l’imagination ; la notion que Cette faculté intellectuelle s’en forme, naît de la succession continue de ses idées qui lui représentent les êtres comme successifs dans l’ordre des rapports qui constituent leur existence. » [Ibid.]).

251Montémont distingue successivement trois divisions générales des temps et une division secondaire, mais comme plusieurs auteurs de la seconde moitié du XVIIIe siècle, il ne conserve véritablement du modèle original que le principe du double repérage et une partie de la terminologie, complétée ou mêlée des apports de Girard, qui pourtant n’apparaît pas comme référence explicite. Si la première division générale des temps est produite par le rapport de l’événement avec une époque de comparaison, il paraît plus naturel de désigner les catégories obtenues par les termes simultané, antérieur, postérieur, « parce qu’elles paraissent plus conformes au caractère des idées qu’elles expriment » (t. II, p. 2), que par ceux de présent, prétérit et futur dont se sert Beauzée. Mais le problème n’est pas seulement celui de l’adéquation des termes. C’est en réalité le principe de l’ordre des opérations de repérage qui est en discussion.

252La seconde division générale des temps « doit se prendre dans la manière d’envisager l’époque de comparaison » (ibid.).Mais cette fidélité quasi littérale au texte de Beauzée masque une transformation profonde du contenu. Chez ce dernier Cette« manière » d’envisager l’époque de comparaison est définie, ce qui implique son repérage par rapport à l’instant de la parole, ou indéfinie, si elle n’est pas repérée. C’est tout autre chose qui est en jeu ici. Il faut citer le passage complet :

Or le tems, comme nous l’avons dit, est un point de vue, un lieu fictif, où l’esprit place, pour les observer, les instans divers qui se succèdent rapidement dans l’existence des êtres. Pour fixer la position de ces instans qui lui échappent sans cesse, il considère le tems comme partagé en trois périodes déterminées : la période actuelle, qui coïncide avec l’acte de la parole, une période antérieure, qui précède l’acte de la parole, et une période postérieure, qui suit l’acte de la parole. (t. II, p. 4)

253On note tout d’abord la réutilisation, également quasi littérale, de la notion de période telle qu’elle est introduite par Girard (voir supra p. 106), et la distinction qui en résulte entre époque et période. Mais alors que celle-ci permet à Beauzée de distinguer les valeurs de l’imparfait et du passé simple (présent antérieur simple et présent antérieur périodique, voir supra p. 135), elle permet ici d’organiser un schéma général des temps que l’on pourrait rapprocher de celui de Harris d’abord, ou de Court de Gébelin, commentateur de Harris et de Beauzée. On a en effet quelque chose comme :

254Ces périodes sont composées d’une suite d’instants, eux-mêmes en relation avec une époque, un repère que l’on peut se donner dans l’intervalle qu’ils délimitent :

La période présente comprend la série des instans qui fixent l’existence actuelle ou comme simultanée à l’acte de la parole, ou comme antérieure à l’acte de la parole, ou comme postérieure à l’acte de la parole.
La période passée comprend la suite des instans qui ont coïncidé avec ou précédé ou suivi une époque passée antérieure à l’acte de la parole.
La période future comprend la suite des instans qui coïncideront avec, ou précèderont ou suivront une époque future postérieure à l’acte de la parole.
On peut donc dire qu’il y a dans chaque période une époque de comparaison autour de laquelle se groupent les instants divers de l’existence et qui est le centre où se rapportent toutes les relations possibles des époques de la durée. (t. II, p. 4)

255Sur Cette division des temps se greffe la distinction que Montémont emprunte à Girard des temps absolus et relatifs. Les seconds marquent une relation à une époque, prise dans une période antérieure ou postérieure.

256Le tableau d’ensemble se présente donc sous la forme suivante :

Période antérieure

Période actuelle

Période postérieure

j’avais imité

j’imitais

je devais imiter

j’ai imité

j’imite

je dois imiter

j’aurai imité

j’imiterai

je devrai imiter

j’eus imité

j’imitai

je dus imiter

257L’allure générale du schéma peut être rapprochée de celle du tableau de Harris, mais ici chaque période de la durée comprend en effet trois temps qui ne sont pas obtenus par division de l’intervalle en son commencement, son milieu et sa in, mais par la relation de simultanéité, d’antériorité, ou de postériorité de l’événement à l’égard d’une époque. Ainsi j’imitais représente une relation de simultanéité à l’égard d’une époque prise dans la période antérieure à l’acte de la parole.

258C’est manifestement Court de Gébelin qui sert de modèle ici. Le double repérage ne donne plus lieu à un tableau des temps mais à un schéma arborescent dont les nœuds correspondent à des étapes de la procédure de repérage. Dans la Grammaire de Port-Royal, chez Girard et chez Beauzée, le jeux des critères aboutit à un classement des formes. La forme du classement a pu changer : chez les Messieurs et chez Girard, il repose sur la distinction de deux catégories selon que les temps sont définis par une seule opération de repérage (les temps simples chez les Messieurs, absolus chez Girard) ou par deux (les temps composés dans le sens des premiers, relatifs du second) ; tandis que chez l’encyclopédiste la distribution des formes selon le jeu de critères hiérarchisés aboutit à un tableau à double entrée. Mais ces classements ont en commun de présenter les temps en tant qu’ils forment un système.

  • 27 Montémont discute directement les choix terminologiques et théoriques de Beauzée dans un court chap (...)

259Chez les successeurs dont nous observons la production maintenant, la théorie beauzéenne est soumise à une sorte de réorganisation27. Tout se passe dans la continuité, la référence généralement explicite aux principes d’analyse et aux concepts proposés par l’encyclopédiste. Pourtant la présentation adoptée, le type de schématisation choisi, modifie profondément le contenue de la théorie. La schématisation arborescente introduit une dimension iconique dans la classification dont la source est manifestement la lecture qu’en a donné Court de Gébelin au siècle précédent. Elle est liée à la sorte de compromis que tente l’auteur du Monde primitif entre la théorie par division et la théorie du repérage. Le succès de cette lecture de Beauzée est en soi un phénomène remarquable. D’un auteur à l’autre, de Court de Gébelin aux derniers auteurs de grammaires générales du XIXe siècle, en passant par Sicard, dont l’influence à travers les séances de l’École normale de l’an III a sans doute été déterminante, la linéarité du schéma s’affirme avec plus de netteté. Chez Court de Gébelin, les deux niveaux s’articulent de façon complexe : les relations d’antériorité, de postériorité et d’antériorité ne sont pas dupliquées, d’où l’entrecroisement des relations qui en résultent comme il apparaît dans le schéma que nous redonnons ici pour plus de clarté.

260Mais chez Montémont, les trois temps simples possèdent également un antérieur, un simultané et un postérieur, constituant un système linéarisé de neuf temps. L’introduction dans la représentation schématique des neuf catégories produites par double repérage temporel d’une dimension iconique est le fait majeur de son évolution à partir de la fin du XVIIIe siècle et au cours du XIXe siècle. C’est sous Cette forme qu’elle se présente chez les auteurs qui la mettent en œuvre pendant Cette période, et qu’elle se trouve encore vivante jusqu’au XXe siècle. Nous en verrons un autre exemple un peu plus loin avec Burggraf, puis Madvig et Otto Jespersen.

261Enfin, la distinction beauzéenne entre les temps définis et indéfinis est ici réinvestie avec un contenu également différent de l’original mais conforme à une idée que nous avons vu circuler chez les grammairiens depuis les plus anciennes grammaires françaises. Les temps indéfinis sont en effet ceux dont la distance à l’égard de l’époque de comparaison n’est pas marquée ; les temps définis marquent au contraire Cette distance de façon « précise et déterminée » (Montémont 1845, t. II, p. 8) ; mais Cette distinction doit également s’entendre en termes quantitatifs :

De ces caractères généraux d’éloignement ou de proximité relativement à l’époque, se tire la distinction des antérieurs et des postérieurs en éloignés ou indéfinis, et en prochains ou immédiats » (t. II, p. 8).

262Mais c’est surtout l’approche des valeurs de l’imparfait et du passé simple qui présente le plus d’intérêt pour l’analyse historique. Nous avons montré plus haut que la distinction beauzéenne entre époque et période permet une représentation partielle de la valeur aspectuelle du passé simple et de l’imparfait. Sur ce point, l’analyse de Montémont, dans le cadre initialement tracé par Beauzée, présente un véritable approfondissement.

Je lus est donc un simultané d’une nature différente de je lisais. En effet, si nous disons, j’attendais le courrier, il n’est pas arrivé, nous marquons le commencement et la continuation d’une action dont nous désirons les effets ;j’attendais désigne le progrès de l’action qui tient en suspens jusqu’à son issue. Si au contraire, nous disons j’attendis le courrier, il arriva bientôt, nous marquons l’effet d’une action dont l’issue est réelle, c’est une action entièrement finie dans une époque fixée par il arriva bientôt. […] Je lus est périodique parce qu’il a lieu dans une période, dans une suite d’instans et d’époques. Je lisais est périodal, parce qu’il est composé d’une suite d’instans, pendant lesquels peuvent se faire des actions périodiques. (t. II, p. 54)

263La première partie de l’analyse ne fait que reproduire ce que les grammairiens écrivent sur l’imparfait depuis Meigret. Certaines formules semblent attester d’ailleurs d’une connaissance directe de ces textes, notamment de Maupas. Mais la distinction entre périodique et périodal est neuve. Elle explicite ce qui, chez Beauzée, n’apparaissait qu’en creux. En premier lieu, la période de référence qui délimite l’étendue du procès au passé simple n’est pas un événement de comparaison, simultané avec le procès, mais l’espace de temps dans lequel il a lieu. En revanche, la durée de l’imparfait est seulement composée d’une suite d’instants . Il y a donc bien ici opposition entre une durée qui coïncide avec une étendue bornée, et une durée composée (seulement) d’une suite indéterminée d’instants. On est passé d’une opposition entre un intervalle fermé (le période bauzéen) et un point (l’époque), à une opposition entre un intervalle fermé et une durée dont les bornes ne sont pas marquées. Dans le premier cas, chez Beauzée, on pouvait penser que seul l’aspect global du passé simple était véritablement conceptualisé, en revanche le réaménagement opéré par Montémont dégage une opposition conceptuelle en adéquation convenable avec les valeurs aspectuelles de l’imparfait et du passé simple. Jean Stéfanini notait déjà en 1981 dans un article consacré à l’histoire de la psychomécanique du langage la continuité qui s’établit selon lui entre des grammaires générales comme celle de Montémont ou d’Albert Mayer et l’œuvre de Gustave Guillaume.

3. 3 Théroulde (1855)

264Saint-Hubert Théroulde publie en 1855 une plaquette de 31 pages intitulée Principes de grammaire générale contenant notamment un chapitre consacré au temps assez longuement développé, et dont l’essentiel est repris et augmenté dans son Traité raisonné de la conjugaison française, avec des remarques sur les conjugaisons latine, italienne, allemande et grecque, où l’on voit l’analogie de ces langues entre elles, publié à la fin du siècle, en 1891. Le texte de 1855 se situe de façon indiscutable dans la tradition de ceux que nous présentons dans ce chapitre. Il s’agit de grammaire générale, comme l’indique le titre, et dans le domaine de l’analyse du temps, nous allons voir que les innovations introduites par l’auteur dans un modèle fondé initialement sur les procédures de repérage beauzéennes, si elles peuvent être regardées comme des développements de ce modèle, le modifient en profondeur en tentant de prendre en compte la question de la durée et du déroulement du procès de plusieurs façons.

265Il ne reste qu’une trace assez discrète du dispositif qui a animé toute l’analyse de la temporalité au cours de la période que nous venons de parcourir. En somme rien d’autre que le fond commun élémentaire qui circule dans la pensée linguistique depuis le début du XVIIIe siècle au moins. Théroulde distingue en effet les temps principaux et des temps secondaires. Toutefois, la notion de temps principaux ne correspond pas exactement à l’idée banale des trois divisions naturelles de la durée autour de l’instant de la parole. Théroulde, à la suite de Beauzée, prend les choses de plus haut. Le caractère « principal » de ces premières divisions est lié à la qualité quelconque de l’instant de référence :« Le temps, considéré par rapport à un acte quelconque, se divise en trois parties, que représentent les mots pendant, avant, après » (Théroulde 1855, p. 9). L’identification de cet acte-repère à l’instant de la parole n’est qu’un cas particulier, mais il délimite néanmoins les temps principaux :« par rapport à l’acte de parole, ces trois divisions du temps sont le présent, l’instant même de la parole ; le passé, toute la partie du temps avant l’instant de la parole ; le futur, toute la partie du temps après l’instant de la parole » (ibid.). L’idée empruntée à Beauzée est donc seulement celle de la généralité des relations d’antériorité, de simultanéité et de postériorité, et de leur caractère fondateur et fondamental. Mais Théroulde n’en tire pas les mêmes conséquences que l’encyclopédiste, et revient aussitôt à une présentation plus classique.

266Les temps secondaires présentent une combinaison de relations. Deux temps dans le passé peuvent être simultanés :

Je lus quand il entra,
Je lisais quand il entra,
e lisais hier pendant que vous écriviez,

267ou insimultanés quand l’un d’eux est antérieur ou postérieur à l’autre. Le futur peut être décrit de la même façon. Mais Cette apparente conformité des procédures de traitement de la valeur sémantique des temps avec celles des auteurs de grammaire générale s’articule avec un changement de point de vue considérable. Les problèmes de repérage posés par l’auteur sont en effet traités non dans le cadre abstrait de catégories générales, mais dans celui fourni par une contexte discursif constitué au minimum d’une phrase. Ce qui semble intéresser Théroulde, ce sont les relations qu’entretiennent les verbes conjugués entre eux, et la façon dont la référence temporelle se construit en contexte. On n’est parfois pas très loin de la question de l’ordre temporel. Ainsi, Théroulde note (p. 13) qu’un acte postérieur à un autre situé dans le passé peut tomber dans le passé :

J’espérais qu’il partirait (hier),

dans le présent :

J’espérais qu’il partirait (aujourd’hui),

dans le futur :

J’espérais qu’il partirait (demain),

ou même dans un temps universel et indéfini :

J’espérais qu’il partirait.

268Si l’on replace Cette observation dans le contexte des discussions qui se développent depuis Beauzée sur le rôle des opérations de repérage dans la sémantique verbale, on peut considérer qu’elle marque deux choses. D’une part, Théroulde minore, un peu comme l’avait fait Beauzée lui-même, le rôle du repère de la parole (To). D’autre part, et c’est le point essentiel, il souligne le caractère sous-déterminé des formes verbales dans la construction de la référence temporelle. Le codage des relations de repérage ne permet pas de construire entièrement sur le plan pragmatique la position de l’événement représenté. C’est le contexte, en l’occurrence dans les exemples fournis les adverbes hier, aujourd’hui et demain, qui permet d’aboutir à une référence saturée. Seule est codée la relation relative qui s’établit entre l’acte représenté et le repère constitué par une autre forme verbale (les verbes à l’imparfait des exemples). C’est le sens que l’on peut donner à l’introduction de deux catégories nouvelles qui permettent de saisir de façon adéquate ce phénomène. Théroulde appelle en effet post-passé« toute la partie du temps passé, présent, et futur postérieure à un acte considéré dans le passé » (1855, p. 14). Symétriquement, on a aussi l’ante-futur, qui désigne « toute la partie du temps présent, passé et futur, antérieure à un acte considéré dans le futur » (p. 15).

269Par ailleurs, Théroulde introduit trois distinctions qui permettent de saisir des aspects de la sémantique verbale échappant à la question proprement temporelle :

1) La distinction acte perfectif vs acte parfait

270« On peut dans un acte quelconque considérer l’acte quand il s’accomplit, ce que nous appelle le perfectif, ou quand il est accompli, ce qu’on appellera le parfait » (p. 15-16). Les exemples correspondent à des formes simples pour le perfectif, et composées pour le parfait. Le contenu de la distinction est ancien, nous l’avons vu se manifester sous diverses formes (voir Beauzée notamment, Serreau, Michel…) dans les textes examinés jusque-là. Néanmoins, il faut souligner qu’ici le phénomène relatif à l’aspectualité est décrit en tant que tel et pour lui-même, sans référence à la question du temps, sans appui sur les opérations de repérage comme c’est le cas chez Beauzée. Ainsi si les deux notions s’articulent logiquement sur le plan temporel (« Le parfait d’un acte considéré dans un temps suppose le perfectif de ce même acte, dans un temps antérieur à celui où l’on considère son parfait » [p. 16]), leur contenu sémantique ne doit pas être confondu avec les notions temporelles :

[…] bien que le parfait présent indique un perfectif dans le passé, et qu’on s’en serve pour l’exprimer, il ne faut pas confondre le parfait avec le passé. Le passé est une division du temps, c’est toute la partie du temps avant l’instant de la parole, le parfait est une manière de considérer l’acte. C’est l’acte accompli. (p. 17)

  • 28 William Grocyn, humaniste anglais, ami d’Erasme. Il enseigna à Oxford.

271Le problème posé est donc celui dont nous avons rencontré de nombreux avatars, savoir l’interprétation sémantique de la relation entre formes simples et formes composées. L’analyse de Théroulde se situe dans le prolongement de celle de Serreau qui notait que les formes je faisais et j’avais fait » expriment même rapport de temps » (voir supra p. 224). Mais tandis que ce dernier utilise les termes hérités de la tradition d’imparfait et de parfait pour désigner ces valeurs sémantiques, Théroulde fait le choix plus radical d’une terminologie nouvelle. Il ne cite d’ailleurs Serreau à aucun moment, mais en revanche se trouve un précurseur dans un grammairien cité par Scaliger, Grocinus28, dont il rapporte l’analyse. Il s’agit en fait du système de Varron, mais avec une modification de la terminologie : les termes imperfectum et perfectum remplacent chez Grocinus l’infectum et le perfectum varronien :

  • 29 Saint-Hubert héroulde a reproduit le texte avec quelques omissions que nous rétablissons ciaprès. M (...)

Percipimus Grocinum acute admodum tempora divisisse : tria enim constituit, quae bifariam secat, perfectum et imperfectum ; sic est praeteritum imperfectum, amabam ; praeteritum perfectum, amaveram ; praesens imperfectum, amo ; praesens perfectum, amavi ; futurum imperfectum, amabo ; futurum perfectum, amavero.Nous voyons que Grocinus a très-ingénieusement fait la division des temps. Il en distingue trois dans chacun desquels il distingue un parfait et un imparfait. Ainsi il y a un imparfait passé, j’aimai ; un parfait passé, j’avais aimé ; un imparfait présent, j’aime, un parfait présent, j’ai aimé, un imparfait futur, j’aimerai, un parfait futur, j’aurais aimé (p. 18-19, note 1)29

2) La distinction entre perfectur et préter-perfectur

272Elle résulte d’une projection de la précédente dans le domaine de l’éventualité :

On peut considérer l’acte perfectif et parfait éventuellement par rapport à un temps quelconque passé, présent et futur. Nous donnerons à l’acte perfectif et parfait, considérés de Cette manière, le nom de perfectur et préter-perfectur. (p. 19, nous soulignons)

273Le dispositif, ou le principe d’une projection de ce genre évoque la distinction fondamentale chez Destutt de Tracy entre existence positive et existence éventuelle . Les formes concernées se répartissent comme suit :

Perfectur

Préter-perfectur

Présent

Je dois faire

Je dois avoir fait

Passé

Je dus ou je devais faire

Je dus ou je devais avoir fait

Futur

Je devrai faire

Je devrai avoir fait

274Les deux distinctions forment un système de formes et de catégories réparties symétriquement, répondant dans l’ordre de l’aspectualité au système des formes proprement temporelles.

3) La distinction de l’acte et du peracte

275Comme l’indique la terminologie, cette distinction ne concerne plus des formes du système verbal, mais les procès eux-mêmes représentés par le lexique.

276Les actes peuvent comporter de la durée, comme parler, écrire une lettre, ou bien en comporter si peu que l’« on peut à peine séparer le perfectif du parfait » (p. 22), dans le cas des actes essentiellement momentanés comme mourir, naître. Théroulde semble être le premier à introduire dans la description de la sémantique verbale une observation sur le type de procès.

277La suite de l’exposé n’évite pas un certain emballement de la création terminologique et des divisions systématiques. Comme chez d’autres auteurs l’invention et/ou la réflexion terminologiques se donnent comme un creusement de la motivation étymologique :

Lorsque l’acte est parfait on dit aussi qu’il est prétérit, du mot latin praeteritum ; itum, allé, praeter, au delà, au delà duquel on est allé. (p. 23)

278De là, une série d’autres termes construits sur ce modèle :

Initif, l’acte qui commence ;
Init, l’acte commencé ;
Péritif, l’acte qui se continue ;
Périt, l’acte qui init. (Ibid.)

279Théroulde propose même le prétéritif, « l’acte considéré dans un temps plus ou moins éloigné après son accomplissement » (tandis que le prétérit marque seulement « l’acte considéré dans le moment qui suit immédiatement son accomplissement »), et le perpéractif, « l’acte considéré depuis son commencement jusqu’à sa in. Ex. Dieu créa le monde en six jours » (p. 24).

280Certaines de ces divisions rencontrent des idées avancées par d’autres auteurs antérieurs, mais pas citées ici : le principe d’une division de la durée de l’acteest présent chez Harris (voir supra p. 244 et suiv.) et chez Michel (voir p. 91). On peut d’ailleurs noter une certaine parenté (initialitif…).

281La position de Théroulde dans l’histoire des analyses de temps et de l’aspectualité présente donc des difficultés. Le modèle développé à partir de Port-Royal impliquant essentiellement des procédures de repérage et la combinatoire de repères n’exerce plus d’influence très marquée. En lieu et place Théroulde tente de construire un modèle fondé sur la combinatoire d’intervalles et de leurs différentes possibilités de chevauchement. Le résultat est ambivalent. La distinction perfectif vs parfait, et acte vs peracte sont d’un grand intérêt, et saisissent des phénomènes sémantiques importants. Mais on a le sentiment que l’auteur ne maîtrise pas toujours la complexité de la topologie des intervalles. C’est manifestement le cas lorsqu’il tente d’explorer les ressources offertes par la combinaison de certaines notions, comme dans ce passage qui tente de faire jouer la distinction acte/peracte par rapport à perfectif/parfait :

[…] on considère quelquefois dans un acte de durée, le prétérit de l’acte, lequel prétérit représente un perfectif, tandis que le prétérit du peracte, représente toujours un parfait.
Dés qu’il eut parlé, je partis sans attendre la fin de son discours. Ici le prétérit, il eut parlé, représente un perfectif. En effet, il parlait quand je partis, puisque je partis avant la fin de son discours. Nous appellerons parfait subactif, le parfait par lequel on exprime dans un acte de durée, le prétérit de l’acte qui représente un perfectif. (p. 24-25)

282Les termes parfait et prétérit sont des synonymes (voir supra). En revanche, perfectif et parfait s’opposent comme accompli et inaccompli. L’analyse est donc juste, si l’on considère dans l’acte de durée, comme semble le faire Théroulde, l’instant de son commencement. Ce qui correspondrait au schéma :

283Tx marque ici le commencement du procès « parler ». Il est donc juste que, audelà de ce point (ce que Théroulde appelle le prétérit), le procès soit en cours : c’est un perfectif.

284Tandis que dans le cas d’un peracte, c’est-à-dire d’un procès ponctuel (un procès perfectif d’achèvement suivant la classification de Zeno Vendler en 1957), le prétérit est bien un parfait, il marque ce que nous appellerions l’accompli, l’état résultant. L’imprécision, pour ne pas dire davantage, de l’analyse de Théroulde, tient donc à son usage un peu flottant de la notion d’acte, qui ne désigne ici que l’instant du commencement de l’événement. Par ailleurs l’exemple proposé est assez étrange, et peut difficilement recevoir le sens qu’il lui prête :dès qu’il eut parlé ne peut pas signifier comme dès qu’il eut commencé à parler … Une forme composée marque forcément l’accompli, et en toute rigueur, du point de vue même de notre auteur, « il eut parlé » ne peut pas représenter un perfectif. Le problème posé par l’exemple masque donc l’intérêt de l’observation. Il n’est pas nécessaire en effet d’impliquer dans la démonstration une forme composée, et un énoncé comportant deux passés simples illustrerait convenablement le phénomène :

Ils jouèrent et le public commença à quiter la salle.

285Le type de problème dont Théroulde esquisse le traitement ici concerne donc d’une part la combinatoire de ce que nous appellerions les types de procès et l’aspect verbal – comment interprète-t-on le passé simple ou le passé antérieur d’un verbe d’accomplissement ou d’achèvement (au sens de Vendler) ? –, et d’autre part les conséquences de ces phénomènes dans le cas de l’enchaînement de deux verbes, autrement dit en termes d’ordre temporel (Comrie 1981).

3.4 Burggraff (1863)

286Pierre Burggraff a occupé les fonctions de professeur de littérature orientale à l’université de Liège, ville où il s’est trouvé également chargé d’un cours de grammaire générale à l’École normale des humanités. Il publie en 1863 un ouvrage intitulé Principes de grammaire générale, ou exposition raisonnée des éléments du langage, qu’on peut regarder comme l’une des grammaires générales les plus tardives.

287Le chapitre consacré au temps, qui seul nous intéressera ici, ressortit très clairement au modèle issu de Beauzée, avec deux différences notables : la notion d’intervalle a entièrement disparu et avec elle toute préoccupation relative à la sémantique de l’aspect ; on note en second lieu une attention marquée à la construction de la référence temporelle sinon dans les textes du moins dans le contexte constitué par d’autres formes temporelles à l’échelle de phrases plus ou moins longues. Comme chez Théroulde, l’intérêt se déplace vers une analyse non d’un système des temps et de la place qu’y occupe chaque forme, mais des relations qui peuvent s’établir entre deux (ou plusieurs) formes dans un contexte donné.

288L’ouvrage de Burggraff est remarquablement représentatif de ces grammaires générales de la seconde moitié du siècle qui articulent dans leur projet même les objectifs de la grammaire du XVIIIe siècle avec un point de vue sur les objets, ou même simplement un corpus de données qui est aussi celui de la philologie et/ou de la grammaire comparée telles qu’elles se développent depuis le début du siècle :

Quand on compare plusieurs langues, on remarque à la première vue que rien n’y est plus varié que le nombre des temps : en hébreu, les verbes n’ont que deux temps ; en sanscrit, ils en ont six ; en latin, ils en ont moins qu’en grec ; en français, plus qu’en allemand ; et ainsi des autres langues.
Pour nous faire une idée claire de la valeur des temps dans le langage en général et dans chaque langue en particulier, nous devons chercher d’abord à déterminer les circonstances de temps que l’homme est naturellement porté à saisir dans le but de préciser ses connaissances. (Burggraff 1863, p. 365)

289On note par ailleurs, à l’occasion, des considérations de morphologie historique tout à fait étrangères à la grammaire du XVIIIe siècle, comme sur la formation périphrastique du futur français ; et des références à Raynouard, Diez, ou Grimm (p. 395-397) qui montrent assez que la comparaison des langues s’étoffe désormais d’une épaisseur historique.

290Quoique plongée dans un discours d’un style un peu différent, la présentation du système des temps est très fidèle aux théories du XVIIIe siècle. L’énoncé des principes qui président à la construction d’une conscience du temps et à celle de ses catégories est entièrement fondée sur une expérience du repérage :

S’il n’y avait pas de changements, l’idée du temps n’existerait pas, parce qu’il n’y aurait pas de succession.
Une fois en possession de l’idée de temps, notre désir d’avoir des connaissances claires et distinctes nous porte à assigner à chaque être, à chaque fait la place qu’il occupe dans le temps. Or, ils n’ont en eux aucune qualité absolue, aucun trait qui marque leur place dans le temps ; c’est donc l’homme seul qui doit la déterminer. Nous n’avons qu’un moyen d’y arriver : c’est de prendre pour point fixe ou de départ le fait le plus propre à remplir Cette fonction, et d’y rapporter par la comparaison tous les autres qu’il s’agit de classer. (p. 366-367)

291Le texte hésite sur la nature du temps en lui-même. Il y a du temps dans le monde, puisqu’il y a de la succession. Mais le texte ne se prononce pas sur la nature des événements impliqués dans la succession. D’un autre côté, c’est l’homme seul qui détermine la place des événements dans le temps. Il n’y a de temps que parce qu’il y a un sujet. Comme chez Beauzée, la construction de la catégorie implique des opérations de comparaison des événements entre eux :

[…] comparés relativement au temps, deux faits donnés occupent, ou la même place, ou deux places différentes : dans le premier cas, ils sont en rapport de simultanéité, c’est-à-dire chacun d’eux est présent relativement à l’autre ; dans le second cas, celui qui précède est en un rapport d’antériorité avec celui qui suit, c’est-à-dire passé relativement à celui-ci ; et le second est en rapport de postériorité avec celui qui le précède, ou futur à l’égard du premier. (p. 367)

292Le mécanisme de la comparaison ne privilégie aucun repère sur un autre. Les relations qui ordonnent les instants sont fondamentalement relatives, et « les mots présent, passé, futur, n’ont pas de sens absolu, mais marquent seulement qu’un fait a lieu en même temps, avant ou après un autre qu’on a pris pour point de comparaison » (p. 368).

293Chez Burggraff le caractère relatif des opérations de repérage n’a pas d’incidences sur la théorie elle-même, et il s’agit de considérations purement spéculatives, sans conséquences pratiques pour le classement ni pour l’analyse. Il ne retient donc pas l’ordre d’application des critères qui caractérise le système de l’encyclopédiste, et s’en tient à la tradition qui privilégie le moment de la parole comme premier repère :

Comme nous sommes tous portés instinctivement à prendre cet acte même de la parole pour terme de comparaison, il n’est pas étonnant que dans toute langue, quelque simple qu’elle soit, il se trouve une forme ou du moins une construction particulière pour marquer chacun de ces trois rapports. (p. 369)

294Le dispositif d’ensemble se présente sous une forme analogue à celle que nous avons rencontrée chez Montémont, et plus anciennement chez Court de Gébelin et Sicard : aux trois temps fondamentaux qui résultent de la prise en compte de l’instant de la parole comme repère fondamental et que marquent toutes les langues d’une manière ou d’une autre, s’ajoutent une série de temps secondaires, obtenus par la mise en jeu d’une deuxième opération de repérage et d’un nouveau point de comparaison, « non plus l’acte de la parole, mais un autre fait, dont la place dans le temps est toutefois supposée connue de celui qui écoute. Ce fait est nécessairement passé ou futur » (p. 372).

295Le schéma d’ensemble a ainsi l’allure suivante :

Temps principaux

Prétérit indéfini

Présent

Futur simple

j’ai écrit, scripsi

j’écris, scribo

j’écrirai, scribam

Antérieur

Simultané

Postérieur

Antérieur

Simultanéité

Temps secondaires

plus que parfait

imparfait

prétérit défini

futur antérieur

et postériorité

j’écrivais

j’écrivis

J’aurai écrit

futur simple

j’avais écrit

j’écrirai

296La parenté avec la schématisation de Montémont est manifeste mais ce tableau présente un certain nombre de différences, chaque auteur présentant une sorte de variation sur un modèle dont le principe est identique :

– Burggraf, à la différence de Montémont (mais comme Court de Gébelin), ne divise pas le présent ;

– la simultanéité et la postériorité par rapport à un événement futur sont représentées par une même forme. C’est un trait commun à la plupart des langues. On se souvient que les auteurs de Port-Royal signalaient déjà la possibilité toute théorique de forger une sorte d’imparfait du futur, mais qu’ils reconnaissaient son absence dans les langues modernes. Sur ce point, Burggraff ajoute une remarque intéressante qui est en elle-même l’indice du type de préoccupation qui se fait jour chez les grammairiens de ce temps, soucieux désormais de ce que nous appellerions des faits de discours :« ce qui supplée à l’insuffisance de la forme, ce qui nous montre ces actions futures comme devant avoir lieu en même temps qu’une autre action future ou après elle, c’est l’ordre de la narration, c’est-à-dire l’ordre dans lequel les verbes sont énoncés » (p. 375) ;

– Enfin, on peut s’étonner de la place qu’occupe ici le prétérit défini j’écrivis. Elle est justifiée par un critère du même ordre. Burggraff remarque en effet que le prétérit défini représente un événement qui succède toujours à un autre. Cela revient à dire qu’avec le prétérit défini, le récit avance (tandis qu’avec l’imparfait il s’arrête) :perfecto procedit, imperfecto insistit oratio . Le point est longuement développé, preuve que l’auteur a pleinement conscience d’introduire dans la description un élément nouveau, dont il attribue la paternité à Burnouf (le père) qui fait une remarque analogue à propos de l’aoriste grec. On mesure la différence avec Beauzée qui définit ce temps comme un présent antérieur (périodique). C’est bien ici la relation de l’événement avec le terme de comparaison qu’il faut redéfinir. Burggraff mène sur ce point une discussion rapide de l’opinion des anciens grammairiens, en citant non Beauzée directement comme on pourrait s’y attendre, mais la compilation de Girault-Duvivier :« le prétérit défini marque une chose faite dans un temps déterminé et entièrement écoulé » (p. 404). Or, s’il retient l’analyse du prétérit défini par une procédure de double repérage, il en décrit la valeur comme marquant « une action passée […] après une autre action […]

que l’on a prise pour terme de comparaison » (p. 403). C’est là le point important. C’est en contexte que se construisent les points de comparaison à partir desquels se déploient les opérations de repérage mobilisées dans la sémantique des temps verbaux. L’idée de la nature « historique » du passé simple, de sa spécialisation dans les textes narratifs, est une idée ancienne, dont nous avons trouvé l’expression dès les premières grammaires du français (voir par exemple Meigret, ou plus tard Masset ou Maupas). Mais l’idée qu’il marque la succession dans le récit est une idée un peu différente, qui ajoute au vieux thème un élément nouveau dans l’analyse technique de la valeur du temps, fondé lui-même sur la mise en œuvre d’une façon un peu nouvelle du schéma d’analyse beauzéen. On a ici un nouvel exemple d’invention, très local, très fugitif, dont on peut mesurer comment elle s’articule au déjà dit, et dont il n’est pas sûr que l’on puisse suivre la trace chez les auteurs suivants.

297En revanche, on peut tenter d’en compléter la brève histoire. Burggraff ne semble pas l’inventeur de cette nouvelle valeur du passé simple. Il est possible que la source en soit l’analyse de l’aoriste grec donnée par Jean-Louis Burnouf dans sa Méthode pour étudier la langue grecque publiée en 1813-1814. Mais la notion apparaît déjà dans plusieurs travaux de Bernard Jullien, auteur d’ouvrages de grammaire et de manuels à l’usage de l’enseignement élémentaire ou des lycées. Nous rencontrons là une des limites du parti pris méthodologique qui nous a conduit à limiter notre enquête aux seules grammaires savantes du XIXe siècle. Il convient en effet plutôt de ranger Bernard Jullien parmi les auteurs de grammaires scolaires. Mais son Abrégé de grammaire française, modeste manuel d’à peine cent pages, publié à Dieppe en 1832, porte également le titre de Grammaire générale, et son contenu témoigne de la complexité des relations doctrinales qui s’établissent pendant Cette période entre grammaires savantes et grammaires dédiées à l’enseignement.

298Le très bref chapitre consacré au temps adopte le même type de division que celui que nous venons de décrire chez Montémont et Burggraf. Les temps sont principaux, ou secondaires :

Les temps principaux sont ceux qui ne déterminent une époque qu’en la rapportant au seul moment où l’on parle […].
Les temps secondaires sont ceux qui indiquent une double relation, l’une au moment où l’on parle, l’autre à une époque déterminée dans le discours ; ainsi dans ces phrases : j’étais à Paris lorsque vous étiez en Italie ; les mots j’étais, vous étiez indiquent un temps passé pour le moment où nous parlons, et présent au moment où se passait la chose dont on parle : Tibère fut empereur après Auguste . Le mot fut indique un passé relativement au temps où nous sommes et un futur relativement au règne d’Auguste. Ces deux temps, à relation double, s’appellent le premier imparfait, le second prétérit. (Jullien 1832, p. 31)

On trouve également un long développement sur la question du prétérit dans les Thèses de grammaire (1855) de Jullien. Ce texte est d’un très grand intérêt au plan historiographique. La question discutée est en effet celle de l’exactitude de la règle des vingt-quatre heures, et par conséquent celle de la valeur du prétérit simple. Arrêtons-nous donc encore une fois sur ce nouveau jalon d’une très longue histoire.

299Bernard Jullien présente le dossier à partir des opinions exposées dans les Sentiments de l’Académie françoise sur la tragi-comédie du Cid (Chapelain et Conrart 1638), et des corrections que les académiciens demandent à Corneille. On peut noter sur ce point l’absence de prise en compte de la nature historique des faits de langue, dans un texte qui fait pourtant suite immédiatement à son Coup d’œil sur l’histoire de la grammaire. Les faits de langue eux-mêmes ne lui paraissent pas soumis à l’histoire, et le chapitre présente sur le même plan des exemples tirés de La Fontaine ou Corneille, et des exemples forgés. Plusieurs éléments paraissent particulièrement remarquables dans l’argumentation :

1) un argument de fond, de nature épistémologique, sur le fondement des descriptions et des règles de grammaire :

La règle du jour écoulé ou de l’intervalle de la nuit est donc une règle absolument fausse, comme le seront, du reste, toutes celles où l’on voudra matérialiser, c’est-à-dire rapporter à un phénomène physique déterminé, le juste emploi des formes qui ne doivent peindre que les mouvements de notre esprit. (Julien 1855, p. 182, nous soulignons)

L’étude des formes verbales doit être rapportée au sujet qui les met en œuvre, et non au monde qu’elles représentent :

[La nature et la logique] nous crient que si le prétérit ne peut servir pour exprimer un temps qui n’est pas entièrement écoulé, ce temps doit être déterminé comme durant encore, soit dans la pensée de celui qui parle, soit dans son expression (nous soulignons), et non pas du tout parce que la terre aura décrit sur son axe un certain nombre de degrés, et cela dans une certaine position par rapport au soleil. (p. 180)

L’objet du grammairien est Cette activité du sujet, du sujet parlant et pensant. La remarque n’est faite qu’en passant et elle n’est au fond que la reformulation sous une forme un peu plus insistante d’un motif que nous voyons affleurer de longue main. La réflexion sur le temps est par sa nature même, et sans doute de manière plus nette encore à partir du moment où s’est développée une théorie du repérage, un des lieux où se cristallise lentement, sur le long terme, la notion de sujet parlant.

2) Les usages sont manifestement contraires à la règle. Jullien en atteste par de très nombreux exemples de différents types : forgés et modernes, ou tirés des auteurs classiques.

3) Le point discuté n’est pas seulement la règle telle que la mettent en œuvre les académiciens dans leur jugement sur le Cid, mais globalement, l’ensemble de la tradition grammaticale. Une note de la page 178 est particulièrement explicite sur ce point. Ce n’est pas seulement le caractère référentiel de la règle de la nuit entre deux qui est condamné, mais l’idée commune à tous les grammairiens qui supposent que « ce temps répond essentiellement à un certain période nécessairement terminé, que ce période soit un jour, une semaine, un mois, une année, un siècle, etc. […] c’est l’idée même de période qui s’est toujours maintenue, que je crois essentiellement fausse, et que je vais combattre ». Regnier-Desmarais et Beauzée sont brièvement cités, mais placés sur le même plan.

4) À Cette idée fausse, Jullien oppose la véritable nature du prétérit simple, qu’il a exposée une première fois dans le texte de 1832 :« ce temps […] indique essentiellement un passé relativement au moment où l’on parle, et un futur, ou plutôt une postériorité, une subséquence relativement à une chose passée exprimée ou sous-entendue dans le discours » (1855, p. 183).

300Pourtant, Cette idée fausse répandue par tous les grammairiens classiques est celle qu’il expose lui-même dans son Traité complet de grammaire française publié quelques années plus tôt (1852). Il y reprend la classification en temps principaux (qui marquent une seule relation) et temps secondaires (qui marquent une double relation), et le prétérit dénote très classiquement « un temps absolument écoulé, et dont il ne reste plus rien ». Mais il s’agit d’un ouvrage scolaire, dans lequel les audaces et les écarts trop marqués à l’égard de la tradition seraient mal venus.

3.5 Conclusion

301La diffusion des théories temporelles de la grammaire générale au cours du XIXe siècle nous semble présenter deux traits principaux.

302Le projet théorique dans sa nature même n’a plus grand-chose de commun, chez certains auteurs, avec ce qu’il a pu être au XVIIIe siècle. La perspective systématique a tout à fait disparu des tentatives théoriques de Michel ou de Théroulde. L’abandon de l’idée même d’un système des temps va de pair avec l’exploration d’autres dimensions de la sémantique temporelle, comme l’aspectualité.

303Mais chez d’autres auteurs, l’influence du modèle beauzéen est encore vivace. Il ne s’agit plus néanmoins exactement du Beauzée de l’Encyclopédie, ou de la Grammaire générale de 1767, mais plutôt de Beauzée tel que certains commentateurs l’ont donné à lire et à comprendre. Les modèles proposés par les auteurs de Cette période relèvent d’une doxa qui mêle d’autres influences à celle de l’encyclopédiste (comme celles de Harris et de Girard) et qui présentent désormais les deux caractéristiques suivantes :

– les temps sont classés en fonction du nombre de critères impliqués par le repérage (par exemple en temps principaux et temps secondaires). On note qu’il n’est plus fait explicitement référence à Beauzée sur ce point. L’intégration à la

– commune s’accompagne de l’effacement de la source des concepts mis en œuvre par les auteurs ;

– et surtout, la schématisation comporte généralement la dimension iconique introduite au siècle précédent par Court de Gébelin.

304C’est sous Cette forme que ce que l’on peut regarder comme une sorte d’acquis des théories temporelles de l’époque classique s’est transmis au siècle suivant.

4. La réinscription au XXe siècle

305On rencontre encore au XXe siècle quelques-uns des concepts dont nous avons retracé l’histoire jusqu’ici. C’est là un phénomène de réinscription sinon chez les contemporains, du moins chez des auteurs proches du temps présent, d’une part de l’histoire de la discipline (de celle qui a donné lieu à une intense créativité théorique) dont les exemples ne semblent pas très nombreux. Les sciences du langage (comme la plupart des sciences humaines) se caractérisent plutôt, à l’égard de leur propre histoire, par un faible taux de réinscription : l’histoire oubliée est plus importante que l’histoire sanctionnée intégrée dans la connaissance présente (Auroux 1980). Mais les sciences du langage se caractérisent aussi (paradoxalement) par la transmission sur le long terme d’un certain nombre d’outils comme ceux mobilisés dans l’analyse syntaxique, comme les parties du discours, etc. La transmission sur le long terme des concepts à partir desquels s’est construite l’analyse du temps linguistique constitue un exemple remarquable dans lequel on peut observer ce rapport complexe à l’histoire.

306Dans cet ultime chapitre nous proposons, non de rejoindre le temps présent – il faudrait envisager un autre livre –, mais de suivre quelques pistes par lesquelles certains des motifs développés par les théories dont nous venons de retracer l’histoire ont pu passer chez des auteurs plus récents. Le parcours sera limité à quelques jalons significatifs. Comme nous l’annoncions en introduction, nous n’aborderons pas l’œuvre de Gustave Guillaume qui, jusqu’à plus ample informé, en dépit de son importance dans l’histoire récente des théories du temps, ne semble pas avoir joué de rôle dans la transmission sur le long terme de la théorie du repérage. Son apport se situe sur de tout autres plans, nécessitant une étude en soi.

307Nous proposons d’examiner deux aspects de la transmission vers le présent des théories contemporaines des modèles d’analyse issus de l’âge classique. En premier lieu, à travers une lecture de quelques textes de Jacques Damourette et Édouard Pichon. L’Essai de grammaire de la langue française s’offre en effet comme une création extrêmement originale ; en témoigne comme un symptôme la terminologie des auteurs, très fortement néologique. C’est aussi une grammaire française, nationale, attachée aux spécificités de l’idiome. On est donc loin a priori du cadre de la grammaire générale. Mais c’est là précisément ce qui nous intéressera : la présence de traces d’un certain nombre de problèmes dont les chapitres précédents ont tenté de montrer l’épaisseur historique. En second lieu, nous nous intéresserons à certaines formes relativement récentes de la sémantique du repérage chez des auteurs comme Otto Jespersen et Hans Reichenbach. Notre thèse ici est que le modèle du repérage n’a pas disparu des analyses de la sémantique temporelle entre la fin du XIXe siècle et le milieu du siècle suivant. Autrement dit, lorsque Reichenbach développe un modèle complet d’un type très proche de celui sur lequel ont travaillé les grammairiens français du XVIIIe siècle, il ne procède pas à une nouvelle invention de ce type d’analyse sémantique, mais prend place dans une chaîne de contributions qui n’a jamais été rompue depuis Beauzée. Beauzée n’est donc pas le précurseur de Reichenbach (Veters 1992, de Saussure 1995-1996, 1998). Il le précède sans doute dans l’histoire des idées sur le temps, mais la notion de précurseur ne se borne pas à souligner ce constat trivial. Elle ajoute à l’idée de succession celle d’une rupture entre les auteurs qu’elle met en relation. Faire de Beauzée le précurseur de Reichenbach revient au fond à affirmer trois choses : 1) la véritable invention doit être attachée à Reichenbach chez qui elle prend sa véritable portée ; 2) Beauzée, avec une précocité surprenante (il y a toujours quelque chose d’un peu miraculeux chez le précurseur qui anticipe les découvertes de son successeur alors même qu’il doit surmonter le handicap de le précéder, c’est-à-dire de ne pas disposer des mêmes outils, etc.), aurait proposé un modèle très proche ; 3) il n’y a pas eu transmission de l’un à l’autre, sans quoi Reichenbach perd son statut d’inventeur, et Beauzée celui, précisément, de précurseur. Dans ce type de discours historique le précurseur est génial mais stérile : il n’a pas de descendance. Il a ouvert une voie pour rien, ré-ouverte plus tard par hasard. L’histoire avance mais elle bégaie.

4.1 Damourette et Pichon

308Nous examinerons ici d’abord les premiers textes grammaticaux publiés par les auteurs des Mots à la pensée, dans lesquels s’énoncent, à travers la mise en œuvre de quelques concepts fondateurs et exemplaires, le programme théorique et scientifique développé ensuite, à partir de 1930, dans cet ouvrage monumental. Il s’agit de deux articles, l’un publié dans le premier numéro de L’Évolution psychiatrique, revue fondée en 1925 par un collectif de psychiatres auquel Édouard Pichon est associé, intitulé « La grammaire comme mode d’exploration de l’inconscient », et le second, publié en 1931 dans le Journal de psychologie normale et pathologique dirigé par Pierre Janet, signé du seul Pichon, sous le titre « Essai d’étude convergente des problèmes du temps ».

309Le premier présente, à titre d’exemple de ce que l’on peut attendre de la grammaire dans l’exploration psychanalytique, quelques analyses novatrices de faits de langue (française) relatifs au marquage de la personne et à la sémantique du système verbal. Damourette et Pichon consacreront à la négation, en 1928, quelques années avant la parution du premier tome de l’Essai de grammaire de la langue française, un autre article dans la revue de Janet. On sait quelle fortune connaîtra Cette étude, reprise ensuite dans les chapitres introductifs de l’Essai, particulièrement avec l’introduction des notions de discordance et de forclusion pour rendre compte du système français à deux termes, et quel sera ensuite leur destin lacanien (Arrivé 1994, p. 148-176). Le second de ces articles tente de faire converger et d’articuler, dans une perspective en quelque sorte interdisciplinaire, le Bergson de l’Essai sur les données immédiates de la conscience, les bouleversements introduits par Einstein dans la conceptualisation du temps et de l’espace en physique, la médecine psychiatrique et la grammaire.

310Ces textes manifestent parfois des états différents de la théorie exposée un peu plus tard dans l’Essai de grammaire de la langue française et permettent par là de mieux comprendre comment les idées grammaticales de Damourette et Pichon s’inscrivent dans l’histoire, ce qu’elles doivent à la tradition des grammaires, aux écoles théoriques qui les ont précédées, et singulièrement à la tradition des grammaires françaises.

311Pour montrer cette continuité nous ajouterons à l’étude du temps celle de la personne. Dans les deux cas, l’ancrage dans l’histoire des grammaires françaises, et surtout dans la tradition de la Grammaire générale, des positions développées par Damourette et Pichon et du matériel conceptuel qu’ils inventent est particulièrement manifeste.

4.1.1 La personnaison

  • 30 La même année voit la fondation de la Société psychanalytique de Paris, à laquelle participe égalem (...)

312L’introduction de Cette catégorie est exemplaire de la façon dont Damourette et Pichon renouvellent radicalement les découpages catégoriels. Nous en rappelons ici rapidement les grands principes tels qu’ils sont exposés dans l’article de 1925. Le langage résulte de la combinaison de deux éléments : un matériel d’idées qui, pouvant s’accroître indéfiniment, correspond à la représentation de l’expérience sensible des objets du monde, et se réalise dans les sémièmes ; et un ensemble d’idées directrices qui servent au classement des premières, propres à un idiome donné, inconscient mais toujours à l’œuvre, que Damourette et Pichon nomment les taxièmes. Ceux-ci conduisent à des catégorisations, des distinctions fondamentales, les répartitoires. Le système des répartitoires d’une langue donnée est ce qui la caractérise au plan le plus intime ; c’est aussi le dispositif qui organise l’activité inconsciente du sujet qui parle, ou encore, ce qui structure l’inconscient collectif de la masse parlante. La grammaire est ainsi précisément Cette science qui permet de remonter des faits empiriquement observables à la structure de l’inconscient des sujets qui parlent la langue, de la nation elle-même ;Damourette et Pichon utilisent volontiers le terme de race pour désigner ce collectif qui partage un système de pensée et d’idées, dont la langue est la réalisation, la mise en acte. On voit donc ce qui distingue cet inconscient dont la grammaire permet l’exploration de l’inconscient freudien, et comment la méthode d’investigation elle-même s’écarte de la psychanalyse. L’originalité de Cette conception de la structure de l’inconscient auquel le langage donne accès, de l’articulation du sujet et du collectif, de la fonction du langage et du rôle des faits de langue dans l’exploration, doit être lue en relation avec la présentation du projet de la revue nouvellement créée, dont Pichon est un des fondateurs. On lit, dans l’avant-propos de ce premier numéro signé collectivement mais qui doit sans doute beaucoup à Pichon, qu’il s’agit de « traduire et expliquer la théorie et surtout les techniques de la psychanalyse en les adaptant autant que possible à l’esprit de notre race » (L’Évolution psychiatrique, « Avant-propos », 1925, p. 8, nous soulignons). Les auteurs insistent sur la fécondité de la méthode freudienne, sur la nécessité de faire connaître les travaux du maître de Vienne et de ceux qu’il inspire dans de nombreux pays, travaux trop peu traduits, donc mal connus et mal jugés. Mais il faut aussi en contrôler la mise en œuvre pratique30, redresser certaines dérives, notamment dans le domaine de l’interprétation du symbolisme. C’est précisément sur ce plan que se situe le texte de Damourette et Pichon, déplaçant le problème de l’interprétation du plan du symbolisme vers celui de la structure sous-jacente et inconsciente du langage. Pichon est en effet le premier psychanalyste à se saisir de la langue comme d’un matériau. Il semble bien être, comme l’écrit Élisabeth Roudinesco dans son Histoire de la psychanalyse en France, « le premier dans l’histoire du mouvement psychanalytique à opérer à partir de la langue une jonction qui sera reprise par Lacan dans sa lecture des textes freudiens » (Roudinesco 1994, p. 311).

313Dans le premier article, l’exposé des distinctions les plus fondamentales, des répartitoires qui structurent l’activité des sujets parlants au niveau le plus profond, se développe suivant un schéma argumentatif classique dans les textes grammaticaux et philosophiques du XVIIIe siècle. Damourette et Pichon s’appuient en effet sur une expérience de pensée de la genèse du langage, et postulent que les distinctions les plus anciennes continuent d’organiser, à l’état de traces, certains aspects de l’activité linguistique. Le système des répartitoires, comme celui des parties du discours chez Condillac ou chez Destut, ou encore dans l’Essai synthétique sur l’origine et la formation des langues de l’abbé Copineau (voir supra p. 167), est fondé sur un ensemble d’hypothèses relatives à l’émergence des besoins des premiers hommes et au développement des facultés et des opérations cognitives de l’espèce. Ainsi le langage a-t-il originellement une double valeur, affective et objective. Il est au commencement « un fait psychique à deux » (Damourette et Pichon 1925, p. 240). Le cri de l’homme « encore plongé dans l’animalité ancestrale » (ibid.) dont l’allocutaire reçoit l’impression se charge pour lui de l’émotion éprouvée par l’émetteur. Il a, du fait même de la relation qui s’établit entre les deux acteurs de l’échange communicatif, une valeur représentative. Le cri est pour Cette raison, dès cet instant, langage. Le langage est donc d’abord, dans son principe initial, la communication d’une émotion. Celui qui l’éprouve l’exprime dans un cri spontané, et ce cri en est d’emblée interprété comme le signe par celui qui l’entend. Cette scène primitive du langage met donc aux prises deux personnes ; tandis que le monde extérieur est tenu à distance, « rien n’est proprement jugé ni conçu à son endroit » (p. 241). Des deux plans entre lesquels se meut l’activité linguistique du sujet parlant, elle en constitue le premier, le plan locutoire. Le plan, distinct et second génétiquement, du délocuté n’apparaît que lorsque le monde extérieur arrive à s’introduire dans le psychisme du locuteur. Il conduit à l’apparition de la troisième personne, celle dont on parle, structurellement différente des deux premières. Dans le plan du délocuté, les trois personnes « ne sont plus que des choses dont le discours raconte l’histoire. À leur sujet, le locuteur émet désormais des jugements » (ibid.).Ce scénario de l’origine permet donc de poser et de justifier théoriquement le répartitoire de la personnaison, premier dans la hiérarchie des opérations qui président à la naissance du langage, commandant la conception de la personne dans la langue et dont les relations avec la théorie de la personne que développe Benveniste dans un article repris dans Problèmes de linguistique générale I sont assez évidentes pour qu’il soit inutile d’insister dessus. Il est par ailleurs articulé étroitement à une discussion qui traverse le XVIIIe siècle à propos de la sémiotique des interjections. Le cri interjectif est-il l’équivalent d’une proposition, autrement dit, marque-t-il de façon synthétique un jugement formé par le locuteur ? C’est une idée à laquelle Beauzée, avant Damourette et Pichon, s’oppose, distinguant la signification affective portée par l’interjection qui communique la représentation d’une émotion, d’une douleur par exemple, en tant qu’elle en est un signe naturel, et le jugement articulé dans une proposition (Fournier et Raby 2003, p. 173-205) :

Vous conversez avec votre ami, que la goute retient au lit ; tout à coup il vous interrompt par aïe, aïe ! Ce cri, arraché par la douleur, est le signe naturel de l’existence de ce sentiment dans son ame ; mais il n’indique aucune idée dans son esprit : par rapport à vous, ce mot vous communique-t-il la même affection ? Non, vous n’y tiendriez pas plus que votre ami, & vous deviendriez son écho : l’Interjection ne fait naître en vous que l’idée de l’existence d’un sentiment douloureux dans votre ami, précisément comme s’il vous eût dit, Voilà que je ressens une vive et subite douleur. Néanmoins vous êtes bien plus persuadé par le cri interjectif, que vous ne le seriez par la proposition froide que je viens d’y substituer ; parce qu’un effet naturel suppose bien plus nécessairement sa cause, qu’un signe arbitraire ne suppose l’objet de sa signification. Cette proposition n’est donc point, comme le paroît dire le P. Buier, l’équivalent de l’Interjection ouf, ni d’aucune autre ; le langage du cœur se fait principalement entendre au cœur, & ce n’est que par occasion qu’il éclaire l’esprit. (Beauzée 1767, t. I, p. 612-613)

314En revanche, l’idée de l’interjection comme équivalent de la proposition est défendue par Destutt de Tracy, précisément parce que le cri interjectif est pour lui à l’origine du langage, et qu’il en réalise les fonctions fondamentales, notamment la prédication :

Quand je dis ouf, l’interjection, l’exclamation, le cri ouf, signifie la proposition entière j’étoufe. Dès que je dis je ouf, ouf ne signifie plus que l’attribut étoufe. Voilà donc le second élément du discours, le verbe, ce mot si merveilleux, si ineffable, trouvé tout naturellement, découvert nécessairement. (Destutt de Tracy 1803, II, p. 88)

315Le texte de Damourette et Pichon est animé par la mémoire de ce débat. L’insistance sur le caractère affectif de l’échange linguistique caractéristique du plan locutoire est l’écho manifeste de la sympathie suscitée par le cri de l’ami soufrant chez Beauzée, et par ce « langage du cœur [qui] se fait principalement entendre au cœur ». Les mots mêmes des Messieurs de Port-Royal viennent en quelque sorte naturellement sous la plume des auteurs de l’Essai : nous avons vu plus haut que le plan locutoire correspond à ce moment dans lequel « rien n’est proprement jugé ni conçu » (Damourette et Pichon 1925, p. 241, nous soulignons) à l’endroit du monde. Ce sont là les termes propres qui désignent dans la Grammaire générale et raisonnée les deux premières opérations de l’esprit, concevoir et juger, qu’il faut regarder comme les fondements de l’art de parler (Arnauld et Lancelot 1660 [1676], p. 65). Au-delà des mots eux-mêmes, ce sont des éléments du cadre de pensée au sein duquel s’est développée la réflexion grammaticale de l’âge classique qui continuent d’affleurer ici. Le terme même de jugement apparaît une deuxième fois un peu plus loin (voir supra) pour caractériser le plan du délocuté, et désigner l’opération que ce répartitoire de la personnaison rend seul possible.

4.1.2 Le pseudo-répartitoire de temps

316L’autre exemple, dans ces premiers textes, d’une exploration des faits de langue susceptibles de révéler les structures inconscientes de la psyché du sujet parlant, est celui de la représentation linguistique du temps. Les articles de 1925 et 1931 diffèrent sur ce point assez nettement du texte du tome V de l’Essai, presque entièrement consacré à Cette question et paru en 1936. La sémantique temporelle y est décrite, en lieu et place des temps verbaux de la tradition dont les divisions ne sont ni assez fines ni assez pertinentes selon Damourette et Pichon, à l’aide d’un ensemble de concepts nouveaux. Mais on ne retrouve pas, Cette fois, la perspective génétique qui ordonne et légitime en même temps les répartitoires et leurs relations en système, comme c’est le cas dans le domaine de la personne. Les répartitoires sont ici supposés s’articuler hiérarchiquement, du moins l’exposé leur assigne-t-il un rang, mais les auteurs restent relativement discrets sur le sens qu’il faut donner à Cette mise en série. Ils ont hésité à la fixer et les différents textes présentent des états différents de leur réflexion. Avant d’aller plus loin, il faut rappeler rapidement quelles sont ces idées inconscientes qui structurent le système temporel en français. Damourette et Pichon en distinguent trois :

  • 31 Voir par exemple l’article de Pierre Le Goic « Que l’imparfait n’est pas un temps du passé », Point (...)

– le répartitoire d’actualité, qui se manifeste notamment dans l’opposition de l’imparfait et du présent. L’imparfait, fondamentalement, n’est pas un temps du passé, mais un temps qui permet de transposer le procès dans une actualité qui n’est plus celle de celui qui parle. Ainsi s’opposent en français les temps toncaux, dont le prototype est l’imparfait, et qui instaurent un décrochage par rapport à l’actualité du locuteur, et les temps noncaux, qui situent l’événement représenté dans Cette actualité. Nous reviendrons plus loin sur Cette analyse qui continue à intéresser plusieurs spécialistes contemporains du temps verbal31 ;

– le répartitoire de temporaineté, qui distingue les tiroirs non a-synchrones, de ceux qui, à l’inverse, placent l’événement dans une relation d’antériorité, ou de postériorité à l’égard de l’instant de la parole. Les temps antérieurs, par exemple, sont fondamentalement des temps relatifs, dont la forme composée marque l’antériorité de l’événement par rapport à celui que représente la forme simple correspondante ;

– Enfin le répartitoire d’énarration, qui distingue l’horain, le priscal, et le futur, « des trois taxièmes temporels, le plus abstrait, le plus sèchement intellectuel ». L’avenir et le passé y sont vus en tant qu’ils n’ont pas de relation avec le présent vivant, soit que les événements représentés n’en sont pas la suite naturelle, mais qu’ils correspondent à une simple projection abstraite, soit qu’ils marquent des faits périmés de l’histoire, sans influences ou conséquences dans le présent.

317L’article de 1931 ajoute une autre catégorie, qu’il place en amont du jeu des trois autres, l’acceptation. Elle intéresse, en effet, davantage la théorie psychiatrique et le rapport psychologique du sujet au temps que la théorie linguistique. L’acceptation est Cette fonction fondatrice du rapport au temps en tant que tel, par laquelle nous acceptons ce que nous ne pouvons empêcher, nous acceptons le temps en tant qu’il s’écoule, le passé en tant qu’il est passé. Son dysfonctionnement est par conséquent pathologique. Dans la suite de cet article, les différents répartitoires sont mis en relation avec des fonctions psychologiques que Pichon désigne par les termes d’actualisation, de présentification, et d’utilification. On retrouve partiellement la terminologie introduite dans l’article de 1925, et reprise dans l’Essai, mais les termes ne semblent pas encore avoir un sens tout à fait stabilisé. La présentification, par exemple, engage la distinction que nous faisons entre nos perceptions et nos souvenirs :« la grammaire témoigne de la réalité de Cette fonction en opposant la série je fais, j’ai fait, je ferai etc., à la série je faisais, j’avais fait, je ferais, non présentifiée » (Pichon 1931, p. 118). Elle correspond donc au répartitoire d’actualité tel que ce dernier est défini dans le texte de 1925.

318La séquence des répartitoires n’est donc pas la même dans les différents textes publiés par Damourette et Pichon. Dans le tome V de l’Essai, c’est le répartitoire de temporaineté qui occupe la première place, ce qui revient à accorder le premier rôle aux classiques distinctions chronologiques entre époques passée, présente et future. Dans le texte de 1925, en revanche, la première place est donnée audacieusement au répartitoire d’actualité, c’est-à-dire à un type de distinction qui ne semble pas relever du temps tel qu’entendu ordinairement. Ce répartitoire permet, en effet, de marquer les événements en les plaçant dans l’actualité du locuteur, ou bien dans une actualité autre. Le point de départ de l’argumentation est constitué par les faits de concordance qui permettent d’établir le parallélisme entre les emplois du présent et ceux de l’imparfait dans des exemples comme :

je suppose que tu apprends l’anglais,

je supposai que tu apprenais l’anglais.

319De là, la thèse construite inductivement (des mots à la pensée…) que « l’imparfait sert simplement à faire sortir le verbe subordonné de mon temps à moi, locuteur présentement parlant, pour le placer dans le temps dont le présent est représenté par le verbe de la principale » (Damourette et Pichon 1925, p. 245). Le rôle de l’imparfait dans l’expression d’un passé « n’est qu’un cas particulier de son sens toncal » (ibid.).

320L’analyse se développe ensuite à partir de l’observation des emplois en principale, et conduit à définir l’imparfait (le toncal) comme le temps qui « exprime le présent dans le passé ». L’expression figure dans le texte comme une définition impropre de la tradition, mais qui « qui répond néanmoins à quelque chose dans l’esprit de ceux qui l’ont employée. C’est précisément que le saviez présente le passé comme actuel, mais dans une actualité autre que la toncale » (Damourette et Pichon 1936, p. 207). C’est là, en effet, une définition ancienne de l’imparfait, qui traverse l’histoire de la théorie des temps dans les grammaires françaises, et autour de laquelle nous avons montré que s’est constituée la théorie temporelle de la grammaire générale. Elle apparaît une première fois dans une grammaire française chez Maupas (1607) :

[…] ce temps imparfait ramene & remet l’entendement de l’auditeur à l’instant courant, lors que la chose se faisait, & n’avoit encor atteint sa fin & perfection. (Maupas 1632, p. 271)

321Et c’est au fond ce dispositif de repérage secondaire qui produit chez les Messieurs la classe des temps composés dans le sens, et que Beauzée généralise. Il est clair que l’analyse de Damourette et Pichon ne relève pas du projet théorique que ces procédures fondées sur la seule combinatoire des relations entre instants permettent de développer. Ce type de formalisation est très étranger aux idées grammaticales de ces deux auteurs. Mais il est manifeste, toutefois, que l’un des passages les plus surprenants et les plus novateurs de leur théorie temporelle, le plus suggestif aussi, est appuyé, dans le détail technique du matériel conceptuel mis en œuvre, sur l’idée, l’invention pourrait-on dire, à partir de laquelle se développe la théorie du temps de la grammaire générale.

322Ce qui paraît essentiel à Damourette et Pichon ici, c’est donc moins la combinatoire des repères que son résultat psychologique. Le problème est au fond celui de la nature du repère secondaire que soulèveront certains commentateurs de Reichenbach (voir supra p. 230). Pour Damourette et Pichon, il s’agit manifestement d’un point de l’énonciation translaté, un point de vue sur le procès dans le passé (ou dans l’avenir). C’est le sens que l’on peut donner à la distinction proposée entre présent et actuel : l’imparfait je faisais marque le phénomène comme « actuel oui, mais non présentifié » (1936, p. 168). Un temps est actuel lorsqu’il est conçu comme le résultat du regard immédiat d’un sujet sur sa durée. La conception de la durée est d’ailleurs étroitement dépendante de l’immédiateté de ce rapport. Tout autre rapport ne peut conduire qu’à une représentation ponctuelle des procès. La durée est toujours sentie comme vécue, en imagination ou en réalité, elle n’est pas dans la théorie temporelle de Damourette et Pichon une propriété objective des événements. L’actualité ce n’est donc pas seulement la simultanéité géométrique, mais le résultat de la projection du sujet dans un rapport immédiat avec le procès, dans lequel est conservée l’expérience de la durée sensible :

Les événements, du moins en ce qui concerne le passé et l’avenir, peuvent être conçus comme ponctuels, c’est-à-dire comme représentant une séparation entre deux laps, mais sans que l’on leur envisage de durée propre. Au contraire, quand il s’agit du présent ou d’un report d’imagination dans le passé ou l’avenir, les événements sont conçus dans leur durée vécue ;ils sont non pas ponctuels, mais actuels. Or dans la réalité grammaticale, nous voyons que la langue conçoit deux ordres de systèmes groupant des événements ponctuels autour d’un centre actuel. Ces deux systèmes sont les deux actualités. Dans l’actualité noncale, la durée actuelle est celle du présent même ; elle s’exprime par le savez. Dans l’actualité toncale, on se transporte avec suffisamment de vivacité en dehors du présent pour ressentir en quelque sorte la durée vécue d’un laps de temps non présent. Le centre actuel décalé s’exprime par le toncal pur ou saviez. (1936,, p. 198) Nous avons trouvé une réflexion comparable chez Beauzée même, et chez certains de ses continuateurs comme Debrun (voir supra p. 230), Thiébault (voir supra p. 234), ou plus anciennement Maupas.4. 1. 3 Le priscal, l’antérieur et la crise du français

323Un des apports remarquables des travaux de Damourette et Pichon sur le temps réside dans l’analyse du passé simple (priscal). Ce temps, selon eux, est encore pleinement vivant en français moderne. Thèse surprenante, un peu provocatrice sans doute en 1936, dans le contexte du débat sur la disparition du passé simple qui s’est ouvert au début du siècle et dont nous allons pour commencer retracer les étapes les plus remarquables.

324L’un des premiers travaux de linguiste qui signale sa raréfaction et son remplacement à l’oral par le passé composé est l’article que publie Antoine Meillet en 1909 sous le titre « Sur la disparition des formes simples du prétérit », article repris ensuite dans Linguistique historique et linguistique générale (1921). La thèse soutenue par Meillet prend son sens dans le contexte des débats relatifs à la question des lois phonétiques qui se développent à partir des travaux des néo-grammairiens.

325Meillet procède en deux temps. Exploitant les données de l’Atlas linguistique de la France (1903-1910) de Jules Gilliéron et des observations personnelles de terrain, il montre que les formes de passé simple sont sorties d’usage dans les régions du français proprement dit et ne sont plus attestées que dans les parlers méridionaux. Quant à la date du phénomène, s’appuyant sur une expérience familiale, il note que :« Cette disparition doit être assez ancienne puisque dès le début du XIXe siècle, la forme ne figure plus dans le parler des personnes élevées dans une ville aussi méridionale que Moulins » (Meillet 1921, p. 151). Il élargit ensuite l’enquête à l’ensemble des langues de l’ère indo-européenne, et propose de voir la disparition du passé simple français comme l’exemple particulier d’un phénomène qui affecte l’ensemble de ces langues et dont on trouve des traces non seulement dans les langues modernes mais également à date ancienne en germanique, en vieux slave, en slovène, en iranien, et dont les prémisses sont identifiables en sanscrit. Ce trait caractéristique de l’évolution des langues indo-européennes comprend deux moments : d’abord, la création d’une forme de prétérit composé ; puis la généralisation de Cette forme aux dépens de la forme simple plus ancienne. De ces deux moments, le second n’est constaté que dans une partie du domaine, le premier en revanche est général.

326Voilà pour les faits. Mais ce qui importe ici, ce sont les arguments qu’en tire Meillet. Il propose de voir là une sorte d’analogue, dans le domaine de la morphologie, de ce que sont les lois phonétiques. Compte tenu de la rapidité avec laquelle les langues issues d’une même origine divergent, les lois morphologiques, si elles existent, ne peuvent concerner que des faits de structure très généraux et très abstraits. Ce serait le cas de la généralisation des formes composées de prétérit, qui n’est qu’une manifestation du mouvement historique affectant les langues indo-européennes relativement au statut du mot :

Le trait essentiel de la structure morphologique de l’indo-européen, et encore du latin, c’est que le mot n’existe pas indépendamment de la forme grammaticale : il n’y a pas un mot signifiant « cheval », il y a un nominatif equus, un génitif equi, un accusatif equos, et l’on ne saurait isoler aucun élément signifiant cheval indépendamment des finales. Au contraire, dans le type moderne représenté par l’anglais, et, un peu moins bien par le français, le mot tend à exister indépendamment de tout « morphème » : quel que soit le rôle joué dans la phrase, on dit en anglais dog, et en français chien, là où le latin avait une succession de formes suivant les cas. (p. 175)

327La disparition du passé simple est ainsi un aspect d’un mécanisme régulier, prévisible et général, un moment de l’évolution qui entraîne les langues indoeuropéennes à passer du mot-forme variable au mot fixé une fois pour toute :j’ai aimé, tu as aimé,etc. sont plus près du terme de Cette évolution que ne l’étaient j’aima, tu aimas,etc.

  • 32 A. Meillet, Les langues dans l’Europe nouvelle [1918], Paris, Payot, 1928.
  • 33 C. Bally, La crise du français. Notre langue maternelle à l’école, Neuchâtel-Paris, Delachaux-Niest (...)
  • 34 F. Brunot, L’enseignement de la langue française. Ce qu’il est, ce qu’il devrait être dans l’enseig (...)

328Mais l’article de Meillet est également contemporain des débats qu’a suscités le thème de la crise du français . L’expression elle-même figure plusieurs fois sous la plume de Meillet dans le livre qu’il consacre en 1918 à la situation linguistique de l’Europe 32 ; elle apparaît encore sous celle de Charles Bally une vingtaine d’année plus tard, dans un livre qui porte ce titre33, ou sous celle de Ferdinand Brunot, notamment dans un petit ouvrage publié en 1909 où il traite de l’enseignement du français 34. Nous nous bornerons ici à en rappeler quelques-uns des traits les plus saillants.

329La crise du français c’est d’abord une expression, un événement discursif qui apparaît dans un grand nombre de publications entre 1906 et le début de la guerre, articles de presse, grand public ou spécialisée, ouvrages que signent des acteurs de types très divers : journalistes, professeurs, universitaires, académiciens ou écrivains… Publications donc qui s’alarment d’une crise qui affecterait la langue nationale et dont la cause serait essentiellement dans la réforme de l’enseignement secondaire de 1902. Cette réforme a consisté en une réorganisation de l’ensemble du système scolaire. Elle est la conséquence d’une lente évolution entamée deux décennies plus tôt, que l’on peut voir schématiquement comme la transformation de ce qui était alors l’enseignement spécial, à finalité semi-professionnelle, en un enseignement moderne (c’est-à-dire sans latin), d’abord parallèle à l’enseignement classique, pour déboucher Enfin sur une refonte complète et un dispositif d’enseignement secondaire unique et diversifié comportant désormais une section (moderne) sans latin.

330La crise s’élève donc sur un arrière-plan de transformations institutionnelles, pédagogiques et épistémologiques qui affectent les contenus d’enseignement, au premier rang desquelles l’institution du français comme discipline d’enseignement (Savatovsky 2000) et comme objet d’enseignement sans la médiation du latin, impliquant la transformation de toutes sortes de pratiques et d’exercices scolaires. La mise en place de la réforme de 1902 s’est elle-même accompagnée d’une polémique entre les défenseurs des humanités classiques et les promoteurs de l’enseignement moderne, où se sont affrontés des arguments de tous ordres. On a soutenu par exemple la nécessité méthodologique du détour, de la rupture, qu’offre le latin. L’apprentissage de plain-pied de la langue maternelle serait impossible. Mais l’on a aussi échangé des arguments plus idéologiques : la réforme introduit la spécialisation et le cloisonnement de sections parallèles là où régnait jusque-là le faisceau harmonieux des études classiques, dans lequel toutes les disciplines convergeaient vers la formation du goût et du jugement.

331Enfin, un aspect important du contexte de Cette première crise du français est la campagne qui se développe entre 1910 et 1912 contre l’enseignement de la Nouvelle Sorbonne . Le point de départ, dans le prolongement naturel de ce que nous venons d’évoquer, est la décision d’ouvrir les Facultés de lettres et de sciences à plusieurs diplômes sanctionnant des études sans latin. Une série d’articles plus ou moins pamphlétaires paraissent à partir de 1910, dont le livre publié sous le pseudonyme d’Agathon par Henry Massis et Alfred de Tarde, intitulé L’esprit de la Nouvelle Sorbonne : la crise de la culture classique, la crise du français, résume assez bien l’esprit. La thèse générale est la suivante : les historiens, les sociologues et les historiens de la littérature qui se sont imposés à la Sorbonne fomentent un véritable complot contre la culture classique, à laquelle est substitué un travail méthodique et besogneux, symptôme de l’effondrement de la culture nationale, contre lequel les auteurs appellent à « un redressement, un sursaut instinctif de l’esprit français » (Agathon 1911, p. 8). CetteNouvelle Sorbonne est celle principalement de Seignobos, Durkheim, Lanson, Brunot aussi, quoique plus rarement l’objet d’attaques, tous coupables de vouloir introduire les méthodes des sciences de la nature dans les études littéraire s, où il faudrait voir également la néfaste influence de la science germanique :

Le principe de Cette transformation considérable, son trait essentiel, c’est l’obsession de la triomphante méthode des sciences physiques. […] De là le calque minutieux et puéril des études littéraire s sur les études scientifiques, la recherche de l’impersonnel, l’élimination systématique, et d’ailleurs en vain poursuivie de toute originalité. […] Toute méditation personnelle, toute intuition sont proscrites comme suspectes et dangereuses. L’histoire, Cette privilégiée, s’est, par des empiètements successifs, subordonné toutes les études littéraire s. Que dis-je l’histoire ? Une certaine histoire qui n’est qu’érudition étroite, exégèse, philologie épilogueuse, annotante et glosatrice. (Agathon 1911, p. 26)

332Et plus loin :

Le signe de la culture allemande, c’est que l’histoire y envahit et absorbe tout. Notre culture française, au contraire, est, avant tout, philosophique et littéraire ; elle ne se satisfait pas d’une accumulation, d’un entassement de connaissances, elle veut un ordre, des idées maîtresses, clairement et sobrement énoncées. (p. 175)

333C’est Cette transformation de l’enseignement supérieur qui est à l’origine des reformes de l’enseignement et par conséquent de la crise du français :

La Sorbonne, qui est à la tête, fait partout subir son impulsion. Aussi convient-il de marquer sa responsabilité dans l’ensemble des graves réformes qui, depuis 1900, ont bouleversé les principes traditionnels et l’ancienne hiérarchie de notre instruction publique, et, par là, nous entendons, notamment la transformation (ou mieux la suppression) de l’École normale, la réforme de 1902 qui a défiguré et rendu à jamais méconnaissable notre baccalauréat classique, et Enfin, les récents décrets d’avril 1910 sur les équivalences primaires. (p. 120)

334Dans ce schéma, la crise du français est donc au premier chef une crise de l’enseignement, conséquence des mesures de réorganisation de l’institution, mais elle a aussi son origine dans ce qui est décrit par certains acteurs comme une crise de la science et de la culture, dont le diagnostic met en jeu un certain nombre de mythes de l’identité nationale. Toutefois, cet objet protéiforme comporte aussi une dimension plus étroitement linguistique qui nous intéresse en premier lieu, et qu’il faut examiner à part : la crise du français est une crise de la langue française, dont la disparition du passé simple est justement l’un des symptômes, et dans laquelle Bailly voit la conséquence de l’inadéquation entre les formes et les ressources du langage hérité et les cadres de la vie sociale de l’homme moderne :

L’homme moderne doit partager son activité, sa pensée, et, par suite, son langage, entre mille soins qu’ignorait la vie étroite et confinée d’un autre âge. […] La tradition, assaillie de toutes parts, résiste du mieux qu’elle peut ; le pourra-t-elle éternellement et absolument ? Croit-on qu’une langue puisse, quand tout se transforme, conserver intacte la forme qu’elle a reçue il y a trois cents ans ? (Bally 1930, p. 12)

335La position de Meillet sur ce problème est donc différente. Son livre Les langues dans l’Europe nouvelle se veut une contribution à l’analyse de la question du changement linguistique et de ses implications sociales et politiques. Mais les dimensions linguistiques de la crise et son évidence historique en 1918 poussent Meillet à adresser son ouvrage à un public qui dépasse très largement le cercle des spécialistes de grammaire comparée. Elles se présentent pour lui sous une forme fortement dépendante de la situation politique de l’Europe et du monde. Il y a crise en effet, mais sur un plan qu’il faut délimiter avec précision. Le jeu des forces antagoniques qui conduit les langues à se différencier par séparation et fractionnement dialectal d’un côté, à se stabiliser et s’unifier sous la forme d’idiomes nationaux de l’autre, rencontre de façon dramatique deux autres forces également antagoniques : l’émergence des démocraties qui résultent du fractionnement des empires et l’unification de la civilisation, qui irrésistiblement devient une. La disparition du passé simple dans les parlers du Nord et son maintien dans le français méridional est une de ces traces par lesquelles se rend sensible le mouvement de fractionnement auquel le français, comme toute langue, est naturellement soumis. Ce n’est là rien d’autre que l’exemple, sous nos yeux, de ce qui conduisit le latin à se différencier et à donner naissance aux langues romanes. On voit donc apparaître chez Meillet une ligne de partage assez nette qui sépare deux ordres de phénomènes :

1) les changements soumis à des lois, dont les changements phonétiques constituent le type et dont la régularité est garantie par l’identité des données anatomiques et physiologiques. L’identification de telles régularités en morphologie, où la liberté est plus grande, est beaucoup plus délicate. Mais certaines tendances, plus générales et plus abstraites, peuvent apparaître. La disparition du passé simple constitue un phénomène de cet ordre ;

1) en revanche, la catégorie de la crise est adéquate pour comprendre un autre type de changement linguistique impliquant le sujet et l’histoire : instituer une langue nationale, parler ou non une variété dialectale, etc.

336Après l’article de 1909, de nombreux travaux ont été consacrés à la question de la disparition du passé simple. Celui de Lucien Foulet (1920) établit que l’élimination du prétérit simple des usages oraux par la forme composée a lieu entre le XIIe et le XVIe siècle. Mais Marcel Cohen par exemple, écrit en 1956, que le passé simple, temps de la bourgeoisie, fait place aujourd’hui au passé composé, temps de la société sans classe (Cohen 1956). C’est dans le prolongement de ce débat que se situent une part des travaux de Harald Weinrich (1973).

337Pour Damourette et Pichon, qui ne se prononcent pas ici sur la crise du français, la disparition du passé simple n’est rien moins qu’établie. Ils fournissent une série d’exemples d’attestation, d’une force argumentative graduée, qui tendent à prouver que le priscal reste parfaitement vivant en français à l’oral, et pas seulement « dans le parler des gens d’Oc parlant français ». Voici, pour fixer les idées, un de ces exemples, produit par un confrère médecin de Pichon, dans lequel le contraste entre passé simple et passé composé est bien sensible, manifestement exploité comme une ressource offerte par le système :

Je me dis que ça ne ressemblait pas à une péritonite tuberculeuse typique. J’intervins. J’ai enlevé le rein. Et l’enfant va bien.

338Des faits de ce genre tendent à prouver, selon Damourette et Pichon, que les deux temps ne sont pas en concurrence mais occupent des positions différentes en systèmes.

339La conclusion de l’analyse dégage la valeur propre du priscal, et les contextes de son emploi et de son acquisition. Les auteurs s’opposent sur ce point à Bally, qui voit dans le passé simple un temps seulement transmis par l’écrit et donc désormais en dehors de la compétence naturelle et spontanée des locuteurs du français :

Ces exemples, si clairsemés qu’ils soient, nous paraissent devoir faire rejeter l’opinion suivant laquelle le priscal serait lettre morte. Ce tiroir, en effet, semble capable de venir naturellement aux lèvres des Franciens ayant quelque culture, plus facilement encore à celles de certains provinciaux cultivés, pour exprimer avec naturel la nuance de passé pur, périmé et noyé qui est propre aux sûtes dans le français littéraire . M. Bally a raison de dire que « la langue littéraire continue de l’imposer (sc.le priscal) ». Il ajoute :« Cette acquisition se fait par la lecture et l’écriture, c’est-à-dire en gros d’adultes à adultes ». [Bally :Le langage et la vie, p. 199]
Cette dernière formule contient beaucoup de vérité, mais sous une forme trop absolue, car, d’une part, la chanson et le conte oral contribuent avec la lecture à faire acquérir le sens du priscal aux Français, et, d’autre part, Cette acquisition culturelle commence très tôt dans l’enfance. (op. cit.,p. 351)

340Enfin, tout le passage accorde une place remarquable aux faits d’histoire de la langue. Ils montrent la complexité des emplois en ancien français, si bien « [qu’]il est permis de se demander si la fréquence du priscal a jamais été beaucoup plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui. La question est d’importance, car si la régression est un mythe, le diagnostic de mort prochaine devient injustifié » (p. 380).

341Mais l’histoire de la pensée grammaticale doit également être prise en compte :Damourette et Pichon présentent une histoire rapide mais précise, remarquablement débarrassée de tout préjugé, de la règle des vingt-quatre heures. Ils marquent sa naissance au XVIe siècle, sa pérennité, mais aussi la diversité de ses formulations, montrant notamment (après Brunot qu’ils citent sur ce point) que Maupas en donne une version plus psychologique, moins référentielle que de nombreux autres auteurs :« Cettedifférence psychologique entre les deux tiroirs nous semble être au fond la vraie clef de l’usage, et peut-être la règle de Maupas n’en était-elle que l’expression, car c’est après tout chose psychologique et non chronologique qu’une règle qui permet d’employer le priscal pour ce qui s’est passé dans la minute précédente, pourvu que Cette minute soit marquée comme révolue » (Damourette et Pichon 1936, p. 378).

342Damourette et Pichon nous semblent donc avoir une interprétation plus juste de l’histoire de la réflexion sur ces questions au cours de l’âge classique que celle de Weinrich. Ce dernier constituera notre dernier jalon dans ce long débat qui a occupé les grammairiens et leurs historiens depuis le XVIe siècle.

343La question de la règle des vingt-quatre heures joue en effet chez ce théoricien du temps un rôle central (Weinrich 1973, 1989). Sa mise en place à l’âge classique constitue un moment décisif de la construction de la conscience linguistique des locuteurs du français. La raréfaction de l’emploi des passés simples au cours de l’histoire du français ne fait selon lui pas de doute. Il ne s’agit pas d’un fait banal ou naturel de l’évolution du système linguistique, mais bien du symptôme d’une crise produite par certaines des représentations de la langue construites par ceux qui se sont donné pour tâche de la décrire ou d’en régler l’usage.

344Voici les faits tels que les décrit Harald Weinrich. Dès le XVIe siècle, le passé simple et le passé composé tendent à se distribuer selon deux catégories discursives fondamentales : le récit et le commentaire. Les différentes occurrences de ces temps constituent ainsi des signaux, dont la répétition, dans un texte donné, modèle l’accueil que le lecteur doit réserver au texte ou au discours, ce que Weinrich appelle son attitude de locution : soit attention vigilante, tension requise par le monde commenté, car ce dont il est parlé le touche de près ; soit au contraire, tension moindre, sollicitée par le monde raconté, car dans ce cas, le contenu du message est réputé le toucher avec moins d’acuité. Monde raconté et monde commenté, ou récit et commentaire, sont ici, on le voit, des catégories textuelles, des genres fondamentaux – sous lesquels il n’est pas impossible de ranger ceux que la tradition littéraire et rhétorique a identifiés –, accordés à des fonctions universelles, raconter et commenter, dont les temps verbaux ne sont que les marqueurs, les signaux par lesquels ces genres se manifestent. La distribution des temps du passé selon ces deux catégories, et spécialement la distinction opérée entre le passé simple et le passé composé, correspond à la façon dont la structure du français marque Cette opposition universelle.

  • 35 C. -L. Livet, La grammaire française et les grammairiens du XVIesiècle, Paris, Didier, 1859.

345Or, l’histoire de la représentation de ce phénomène dans les grammaires est celle au mieux d’un malentendu, au pire d’une erreur. Harald Weinrich note que, très tôt, les grammairiens ont bien tenté d’élucider le « secret » que constitue l’emploi de ces deux temps, mais leur tentative n’a abouti au mieux qu’à un malentendu. Il attribue à Henri Estienne la paternité de la règle des vingt-quatre heures, comme le fait l’historiographie des grammaires françaises depuis l’ouvrage que Charles Livet a consacré en 1859 aux grammairiens du XVIe siècle35. Mais elle se transmet ensuite selon lui à l’identique au siècle suivant.

  • 36 On voit bien alors comment, chez Weinrich, cete dernière notion s’oppose à celle de structure ou de (...)

346L’invention de la règle par les grammairiens n’est rien d’autre, selon Weinrich, qu’une tentative tâtonnante pour trouver un sens à la différence du passé simple et du passé composé ; tentative cependant vouée à l’échec, puisqu’elle place naïvement le principe de Cettedifférence dans le temps référentiel. À Cette erreur de conception fondamentale est mêlé pourtant un noyau de vérité, que Weinrich identifie dans le fait que « les événements du passé lointain nous importent moins que les événements du passé récent ; partant les événements du passé récent sont le plus souvent commentés » (Weinrich 1973, p. 292). Mais l’essentiel est que les auteurs classiques ont appliqué la règle, contribuant ainsi à façonner la conscience linguistique de leurs contemporains36.

347Que la règle ait pu s’imposer à certains usages, nous en avons des preuves, par exemple, dans Les sentiments de l’Académie françoise sur la tragi-comédie du Cid (Chapelain et Conrart 1638). Elle sert aux académiciens de pierre de touche pour évaluer la conformité de la pièce de Corneille à la règle des trois unités, et l’on sait que le dramaturge a corrigé systématiquement les passés simples du récit du combat contre les Maures, ou du récit de Chimène, pour les remplacer par des passés composés ou des présents dans l’édition de 1660. Quel était toutefois l’usage des locuteurs du XVIIe siècle ? Il est bien entendu très difficile de répondre à Cette question. La thèse de Harald Weinrich est étayée par l’analyse de certains emplois dans la correspondance de Madame de Sévigné qui semble se conformer régulièrement au principe de « la nuit entre deux » ; trop scrupuleusement et mécaniquement pour que ces emplois ne soient pas le produit de l’application consciente de la règle.

  • 37 Néanmoins, on voit apparaître très tôt des emplois typiquement rejetés dans la langue classique où (...)

348Des travaux plus récents établissent que cet usage est très loin d’être général au XVIIe siècle. Yvette Galet (1977) et Nathalie Fournier (1998) ont montré, à partir de l’étude d’un corpus important où entrent des textes de théâtre, des correspondances (y compris les Lettres de Madame de Sévigné) et quelques témoignages d’oral plus ou moins spontané comme ceux enregistrés dans le journal d’Héroard, que l’emploi des deux parfaits en français classique peut être décrit de façon adéquate dans le cadre de la théorie des niveaux énonciatifs proposée par Émile Benveniste. L’opposition entre les deux temps dans la langue classique est d’ordre aspecto-énonciatif. Le choix du passé simple ou du passé composé dépend de la vision globale ou sécante de la période-repère à laquelle le procès est rapporté, autrement dit de l’inclusion ou non du centre déictique dans la période-repère37. On n’est donc pas très loin de la version de la règle qu’ont donnée Maupas et Girard.

349La suite de l’histoire, selon Weinrich, est la conséquence de ce moment classique et normatif de l’histoire du français et des Lettres françaises. Les classiques, quoi qu’il leur en coûtât « [auraient] pris l’habitude de raconter au passé composé » (Weinrich 1973, p. 297). La situation actuelle serait à mettre au compte de l’influence du modèle classique sur la production littéraire, influence décuplée plus tard par le relais de l’école, soutenue ensuite par des phénomènes qui relèvent de l’histoire sociale et culturelle comme l’invention de la presse quotidienne. Ainsi, se sont imposés comme une norme, avatar éloigné de la règle des vingt-quatre heures, mais contre la structure naturelle de la langue, le récit des événements récents au passé composé, et par voie de conséquence, la restriction des emplois du passé simple au récit des événements éloignés. La cause de la disparition des emplois oraux du passé simple serait essentiellement dans ce mécanisme, puisque les récits auxquels on se livre oralement concernent ordinairement des événements récents.

4.2 Jespersen et Reichenbach

350Hans Reichenbach a proposé en 1947 dans ses Elements of Symbolic Logic un modèle d’analyse logique de la sémantique des temps verbaux dont l’originalité, du moins dans la présentation qui en est faite dans les ouvrages de logique temporelle (par exemple Øhrstrøm et Hasle 1995), repose sur la mise en œuvre dans tous les cas d’un repérage à trois points : E le point de l’événement, S le point de l’énonciation, et un point R conçu comme un point de référence. Pour Reichenbach ce point R est toujours nécessaire. Le système consiste en une combinatoire de ces trois points selon les trois relations qui peuvent les unir : simultanéité, antériorité, postériorité, ce qui dans la notation de Reichenbach donne le tableau suivant (la succession est notée par un tiret, la simultanéité par une virgule) :

Structure

Nom des temps chez Reichenbach

Nom traditionnel

E-R-S

passé antérieur

plus-que-parfait

E, R-S

passé simple

passé simple

R-E-S ou S, E ou R-S-E

passé postérieur

conditionnel présent

E-S, R

présent antérieur

passé composé

S, R, E

présent simple

présent

S, R-E

présent postérieur

futur proche

S-E-R ou S, E-R ou E-S-R

futur antérieur

futur antérieur

S-R, E

futur simple

futur simple

S-R-E

futur postérieur

?

351Le système prévoit en réalité treize positions différentes, dont neuf seulement (celles qui figurent dans le tableau) sont pertinentes. Le mécanisme selon lequel la combinatoire est obtenue est en lui-même intéressant et reprend à l’identique des procédures que nous avons rencontrées souvent au XIXe siècle chez des auteurs comme Montémont, ou Burggraff :

  • 38 « Si nous voulons faire l’inventaire systématique de tous les temps possibles, nous pouvons procéde (...)

If we wish to systematize the possible tenses we can proceed as follows. We choose the point of speech as the starting point : relative to it the point of reference can be fin the past, at the same time, or fin the future. his furnishes three possibilities. Next we consider the point of the event ; it can be before, simultaneous with, or after the reference point. We thus arrive at 3. 3 = 9 possible forms, which we call fundamental forms. Further differences of form result only when the position of the event relative to the point of speech is considered ; the position, however, is usually irrelevant.(Reichenbach 1947, p. 296) 38

352La parenté formelle avec le système beauzéen, dans la version qui a circulé à travers la grammaire des idéologues, est donc évidente et elle a déjà été remarquée (Wilmet 1981, Veters 1992, de Saussure 1995-1996, 1998). Les différences, dans le détail, sont cependant notables : par exemple il n’y a pas trace, comme l’a bien vu Louis de Saussure, de l’opposition beauzéenne entre époque et période. Le point R, chez Reichenbach, est toujours un point, tandis qu’il peut prendre la forme d’un intervalle chez Beauzée. De là une première difficulté posée par ce système : l’impossibilité de rendre compte de la différence entre passé simple et imparfait, qui sont tous deux des passés simples marqués par la simultanéité de R et E. Une autre différence importante tient au caractère non procédural du dispositif reichenbachien, tandis que chez Beauzée le repérage se fait par étapes, suivant une sorte de psychogenèse de l’image-temps. Ce processus peut s’interrompre dans le cas des temps indéfinis (qui n’ont pas d’équivalent chez Reichenbach), mais surtout il justifie les choix terminologiques et l’organisation générale du tableau des temps. On se souvient en effet que la primauté du repérage de E par rapport à R chez Beauzée correspond à une hypothèse originale sur l’organisation du système des temps dans un grand nombre de langues. La distinction des présents et des prétérits (dans le sens qu’il donne à ces termes), en tant qu’elle correspond chez lui à une représentation de l’opposition accompli/inaccompli, est une de ces inventions dont on peut créditer l’encyclopédiste. La simple combinatoire des trois points ne présente pas d’équivalent de ces différents aspects.

353Ce qui demeure commun, c’est donc seulement le principe d’une réduction de la sémantique temporelle à une combinatoire de relations, et surtout le caractère systématique de l’usage du point R (ou instant de comparaison chez Beauzée). Le problème qui peut donc être posé est celui de l’interprétation historique de la réapparition chez Reichenbach d’un système à neuf temps, que rend seule possible une combinatoire à trois critères, près de deux siècles après sa mise en œuvre par Beauzée.

354Le système reichenbachien a donné lieu a une très abondante littérature (tant chez les logiciens que chez les linguistes) et il n’est pas dans notre propos de retracer les débats qu’il a ouverts (voir notamment Prior 1967 et Comrie 1981). Nous essaierons seulement de montrer comment Cette construction théorique, reçue en 1947 comme une contribution originale à l’élaboration d’un formalisme logique des relations temporelles, s’articule avec les réflexions sur le temps qui précèdent son apparition.

355Le point dont on peut partir est la discussion introduite par Reichenbach lui-même. Il reconnaît à Otto Jespersen la paternité d’un repérage des temps verbaux dans un système à trois points, quoique ce dernier ne l’applique pas systématiquement :

In J. O. H. Jespersen’s excellent analysis of grammar (The philosophy of grammar, H. Holt, New York, 1924) I find the three point structure indicated for such tenses as the past perfect and the future perfect (p. 256), but not applied to the interpretation of the other tenses. This explains the difficulties which even Jespersen has fin distinguishing the present perfect rom the simple past (p. 269). He sees correctly the close connection between the present tense and the present perfect, recognizable fin such sentences as « now I have eaten enough ».

  • 39 « Dans l’excellente analyse grammaticale de J. O. H. Jespersen (The Philosophy of Grammar, H. Holt, (...)

But he gives a rather vague definition of the present perfect and calls it « a retrospective variety of the present ».(Reichenbach 1947, p. 290)39

356L’un des mérites généralement reconnu au système de Reichenbach est en effet de proposer une solution élégante au problème de la distinction entre le simple past, ou passé simple (E, R-S), et le present perfect ou passé composé (E-S, R). Notons que Cette solution est très exactement, à la différence de notation près, celle que proposait Beauzée.

357Mais ce qui est peut-être plus intéressant pour notre propos, c’est que le système proposé par Jespersen n’est pas un système auquel manquerait, comme l’écrit Reichenbach, la généralisation du repérage à trois points. Il se présente en effet sous la forme suivante :

  • 40 La première édition de cet ouvrage célèbre est en danois (Latinsk Sproglaere til Skolebrug) mais l’ (...)
  • 41 Pour une présentation des débats chez les auteurs de cete époque entre les tenants d’un système à s (...)

358Son caractère linéaire est un choix délibéré du linguiste danois : « il y aurait nécessité de notre pensée à nous représenter le temps comme quelque chose qui n’a qu’une seule dimension ». Mais surtout le choix d’un système à sept temps contre un système tabulaire à neuf temps apparaît au terme d’une discussion où de tels systèmes sont exposés et critiqués. Il s’agit principalement de la classification des temps proposée par le philologue danois Johan Nicolai Madvig dans sa grammaire latine publiée en 184140. Jespersen cite également plusieurs auteurs dont il a critiqué la théorie des temps dans un texte plus long, publié seulement en danois, Tid og tempus (1914), et dont il ne reprend que l’essentiel dans le chapitre XIX de sa Philosophie de la grammaire. Il s’agit de Matzen (1893), Kroman (1886), Noreen (1903), et de l’auteur d’une grammaire allemande un peu antérieure Bauer (1827-1830)41.

359Arrêtons-nous un instant sur les systèmes de Bauer et de Madvig, les plus proches par la date des textes dont nous avons proposé l’étude plus haut. Le système de Bauer se présente de la façon suivante (cité d’après Thierof 1992) :

Präteritum der Vergangenheit

Ich hatte geschrieben

Präsens der Vergangenheit

Ich schrieb

Futurum der Vergangenheit

Ich wollte schreiben

Präteritum der Gegenwart

Ich habe geschrieben

Präsens der Gegenwart

Ich schreibe

Futurum der Gegenwart

Ich werde schreiben

Präteritum der Zukunft

Ich werde geschrieben haben

Präsens der Zukunft

Ich werde schreiben

Futurum der Zukunft

Ichwerde schreiben wollen

360Madvig, cité et commenté plus longuement, propose également un système à neuf temps qu’il présente ainsi :

361Ce qu’on énonce peut ou se rapporter simplement à un des trois temps principaux (présent, passé, avenir, praesens, praeteritum, futurum), ou être avancé par rapport à un certain point du passé ou de l’avenir, comme étant présent, passé ou futur par rapport à ce point déterminé (praesens fin praeterito, praeteritum fin praeterito, futurum in praeterito ; praesensin futuro, praeteritumin futuro, futurumin futuro ). (Madvig 1870, p. 345) Ce qui, rapporté aux formes du latin, donne le tableau suivant :

Praesens

Praeteritum

Futurum

(in praesenti)

scribo

scripsi

scribam

in praeterito

scribebam

scripseram

scripturus eram

scripturus fui

In futuro

scribam

scripsero

scripturus ero

362Ce tableau est presque identique à celui donné par Beauzée pour les formes du latin (voir p. 129), dont il indique avoir trouvé lui-même l’équivalent chez Varron. Notons seulement que la forme de futur simple n’apparaît qu’une fois dans le tableau de Beauzée et que le futur dans le présent est marqué chez lui par laudaturus sum :

Présent

Prétérit

Futur

laudo

laudavi

laudaturus sum

laudabam

laudaveram

laudaturus eram

laudabo

laudavero

laudaturus ero

363L’une des objections de Jespersen au système proposé par Madvig porte précisément sur ce point : la présence de scribam dans deux cases différentes. Le système de Beauzée paraît d’ailleurs également à l’abri des autres critiques formulées contre le tableau de Madvig : le fait que scribebam et scripsi relèvent de distinctions qui n’ont rien à voir avec celles sur lesquelles repose ce tableau, et surtout que Cette classification paraisse trop dépendante de la morphologie du latin pour être universelle.

364Il faudrait poursuivre l’enquête et montrer comment ces systèmes de représentation du temps linguistique ont pu en venir à circuler chez des auteurs du nord de l’Europe, dans des grammaires de l’allemand, du danois ou du latin à partir du milieu du XIXe siècle, puisque c’est à travers ces textes que le débat est mené chez Jespersen. Néanmoins la très grande proximité des classifications et des schémas avec ce que nous avons rencontré chez des auteurs français de grammaires générales de la seconde moitié du XIXe siècle nous paraît établir la continuité de la transmission du modèle de repérage à trois points depuis Port-Royal de façon probante. Les systèmes à neuf temps de Madvig ou Bauer sont organisés de la même façon que ceux de Montémont ou Burggraff qui leur sont à peu près contemporains. Ils présentent le même type de compromis entre la combinatoire des catégories produites dans un système de repérage à trois points et la linéarité du temps qui est apparue chez Court de Gébelin. Nous avons vu que le modèle beauzéen s’est transmis sous Cette forme chez les auteurs de grammaires générales tardives. Certains continuateurs de Beauzée (comme Court de Gébelin lui-même) optent en effet pour un système à sept temps dans lequel le présent est un point unique. C’est Cette nécessaire linéarité de la schématisation du temps que revendique Jespersen et qui lui paraît une contrainte épistémologique imposée par notre structure cognitive. Le débat entre tenants d’un système à sept ou à neuf temps est un de ceux qui animent manifestement la réflexion sur le temps linguistique depuis la fin du XVIIIe siècle.

365Un dernier argument de détail peut être invoqué. Jespersen consacre un développement spécifique à la question de l’imparfait et du passé simple dans lequel il souligne l’une des caractéristiques de ce temps qui lui paraît décisive : avec le passé simple le temps avance. On se souvient que c’est là précisément un motif théorique qui apparaît chez les derniers auteurs français de grammaires générales que nous avons examinés. Il n’en fait pas pour autant un futur du passé, comme Burggraf, ou Jullien, mais il cite, comme Burggraff qu’il a peut-être lu, la règle latine :

J’ai oublié où j’ai trouvé Cette citation d’un grammairien latin pour qui perfecto procedit, imperfecto insistit oratio. (Jespersen 1971, p. 391)

Notes

1 Voir également le site de l’exposition virtuelle (direction Ilona Pabst) où sont présentés des résultats des recherches conduites dans le cadre du projet Formation du discours : la grammaire générale dans les Écoles centrales (1795-1802), initié par Brigite Schlieben-Lange à l’Institut des langues romanes de Tübingen, puis poursuivi après sa disparition par Peter Koch et Ilona Pabst (htp://www.neccessaire.com/exposition/index.htm).

2 Notons que la prise en compte des formes surcomposées est un point commun entre Beauzée hurot. Ces formes, presque toujours jusque-là considérées comme marginales, ou inutiles, ont chez tous deux une place de plein droit dans la théorie. Elles constituent même chez le traducteur de l’Hermès une pièce maîtresse du système et le meilleur argument en faveur de sa théorie temporelle des degrés.

3 On remarquera que l’expression de la règle d’emploi du passé composé et du passé simple ne mérite pas plus, en 1796, qu’une note infrapaginale.

4 C’est, en soi, un point remarquable : une même catégorie peut être réalisée par deux formes distinctes. On est là dans un rapport aux données inverse de celui qui sous-tend les travaux de Beauzée pour qui il n’est pas de synonymie possible dans un système grammatical.

5 Voir l’analyse des temps comparatifs supra p. 137 et suiv.

6 Nous nous appuyons dans ce qui suit sur l’analyse de la conception de l’existence chez Destutt de Tracy proposée par S. Auroux (1986, 1991a).

7 J. B. Lemercier, instituteur, maître de pension, tenant la pension Calypso, no 62, rue et barrière des Martyrs.

8 Nous avons vu plus haut que ce dispositif à neuf temps correspond à une réorientation profonde et à un nouveau schéma.

9 On retrouve ici l’écho de la discussion menée lors des séances des écoles normales (voir supra p. 201)

10 Voir p. 137 et suiv. ; nous montrons en particulier que cette analyse ne nous paraît pas parvenir à identifier une caractéristique de ces temps qui les distinguerait véritablement des temps définis par une opération de repérage mettant en jeu trois critères.

11 Archives nationales, carton no F17 13442.

12 Archives nationales, carton no F17 13443.

13 Nous avons déjà rencontré une analyse comparable chez Restaut chez qui elle correspond à une transposition de l’opposition régulée par la règle des vingt-quatre heures.

14 Cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition en 2003 par les soins de Serge Nicolas aux éditions L’Harmatan.

15 « depuis lequel un événement à un certain point dans un discours est vu ».

16 Voir également sur ce point Kamp et Reyle (1993, p. 594-595), Vogeleer (1994), Vogeleer et De Mulder (1998).

17 Ce classement est aussi le même que celui adopté par E. Polonceau, auteur d’une Grammaire française publiée à Reims en l’an VIII.

18 On la trouve également chez Demandre (Dictionnaire de l’élocution Françoise, 1769).

19 Sur la construction de la notion d’aspect dans les grammaires russes, voir le livre de S. Archaimbault, Préhistoire de l’aspect verbal (1999).

20 C. -P. -D. Michel, Lettre à l’Académie, ou le précis de la vie d’un citoyen, 2e édition corrigée, Paris, Firmin-Didot frères, 1841.

21 Cote Bibliothèque nationale de France : X-34606.

22 Chez Beauzée à partir des catégories du présent et du prétérit, ou chez un auteur comme Serreau chez qui elle reçoit un contenu nettement distingué des valeurs proprement temporelles.

23 Le texte de 1826 développe en outre une critique serrée de plusieurs auteurs du corpus des grammaires générales, certains longuement cités comme les Messieurs de Port-Royal, Beauzée, mais aussi plus ponctuellement Sicard, Court de Gébelin, Wailly, Caminade, Boinvilliers, Lévizac, d’Olivet.

24 C’est-à-dire du procès dans le métalangage de Michel.

25 L’origine de ces rélexions se trouve dans la discussion de la règle d’accord du participe passé et dans l’analyse de la relation auxiliaire/participe qu’elle a suscitée. Pour Port-Royal par exemple, dans j’ai aimé la chasse, « aimé » est un gérondif (Beauzée y verra un supin), tandis qu’il est participe dans la chasse qu’il a aimée. La question en jeu est celle du statut de l’auxiliaire et du degré de coalescence de la construction dans la langue classique (Fournier N. 1998, p. 315).

26 Voir par exemple son Histoire de la langue française.

27 Montémont discute directement les choix terminologiques et théoriques de Beauzée dans un court chapitre intitulé « Comparaison de cete théorie des tems verbaux à celle de Beauzée » où il critique principalement la construction de la catégorie du présent chez l’encyclopédiste. (p. 114 et suiv.)

28 William Grocyn, humaniste anglais, ami d’Erasme. Il enseigna à Oxford.

29 Saint-Hubert héroulde a reproduit le texte avec quelques omissions que nous rétablissons ciaprès. Manquent en efet les jugements négatifs formulés par l’auteur du De causis linguae latinae sur les choix terminologiques. On notera que Grocyn propose, comme le fait Beauzée, de classer amavi dans les présents, ce que lui reproche Scaliger : Ex his percipimus Grocinum acute admodum tempora diuisisse, sed minus commode. Tria enim constituit, ut nos : sed quæ bifariam secat, Perfectum, & Imperfectum : sic, Præteritum imperfectum, Amabam : Præteritum perfectum, Amaueram. Recte sane. Et Præsens imperfectum, Amo. Recte hactenus : continuat enim amorem, neque absoluit. At Præsens perfectum,Amaui : quis hoc dicat ?Amaui ego triginta ab hinc annis. Quis annum iam tricesimum præsentem dicat ? De futuro autem ut non male sentit, ita controuersum est : Futurum, inquit, imperfectum, Amabo : Perfectum, Amauero. non male inquam :significat enim Amauero, amorem futurum, & absolutum iri : Amabo perfectionem nullam indicat. Controuersum autem dixi, propterea quod doctiores sentiunt, non absolutionem illam, sed celeritatem quandam, ut sit aoristos Æolensium, Tiseian Danaoi emoi dakrua.Mihi Grocini sententia plus placet. Meo more solens fecero : nullam celeritatem declarat, sed operis perfectionem præscribit : id expressit diuinitus aliquando summus poëta : – To de toi tetelesmenon estô. (Scaliger, 1540, p. 234) [Voilà qui nous permet de saisir que Grocyn a réparti les temps avec beaucoup d’attention, mais pas de façon bien satisfaisante. Comme nous en efet, il en a posé trois, mais lui les scinde en deux branches : « accompli » et « inaccompli ». Ainsi « passé inaccompli » : amabam (j’aimais) ; « passé accompli » : amaueram (j’avais aimais). Tout à fait exact. Et « présent inaccompli » : amo (j’aime). Jusqu’ici c’est exact puisqu’il s’agit de la continuation de l’amour, et non pas de son achèvement. Par contre, « présent accompli » : amaui (j’ai aimé). Qui peut dire cela ? « Moi, j’ai aimé voici trente ans » : qui peut encore parler de « présent » au bout de trente ans ? Sur le futur, son point de vue, sans être erroné, n’en est pas moins discutable. « Futur inaccompli », dit-il : amabo (j’aimerai), « accompli » : amauero (j’aurai aimé). Il n’est pas erroné, dis-je, puisque amauero signifie qu’un amour sera et s’achèvera et qu’amabo n’indique aucun accomplissement ; mais je l’ai déclaré discutable vu qu’il est des gens d’une certaine compétence qui, lieu de l’achèvement en question, perçoivent une sorte de célérité, si bien qu’on aurait là l’aoristos (lit. indéfini) des Éoliens : Tiseian Danaoi emoi dakrua (Puissent les Danaens m’avoir payé mes larmes). Pour ma part je préfère le point de vue de Grocyn : « j’aurai fait (fecero) à ma manière, comme d’habitude » n’évoque pas la célérité, mais cerne l’accomplissement de l’ouvrage. Cela, le plus grand des poètes l’a parfois exprimé divinement. To de toi tetelesmenon estô (que cela soit donc accompli) (traduction P. Lardet, G. Clérico, B. Colombat)].

30 La même année voit la fondation de la Société psychanalytique de Paris, à laquelle participe également Pichon.

31 Voir par exemple l’article de Pierre Le Goic « Que l’imparfait n’est pas un temps du passé », Points de vue sur l’imparfait, Le Goic éd., Caen, Centre de publications de l’université de Caen, 1986, p. 55-69.

32 A. Meillet, Les langues dans l’Europe nouvelle [1918], Paris, Payot, 1928.

33 C. Bally, La crise du français. Notre langue maternelle à l’école, Neuchâtel-Paris, Delachaux-Niestlé, 1930.

34 F. Brunot, L’enseignement de la langue française. Ce qu’il est, ce qu’il devrait être dans l’enseignement primaire, cours de méthodologie professé à la Faculté des lettres de Paris (1908-1909) et recueilli par N. Bony, Paris, A. Colin, 1909.

35 C. -L. Livet, La grammaire française et les grammairiens du XVIesiècle, Paris, Didier, 1859.

36 On voit bien alors comment, chez Weinrich, cete dernière notion s’oppose à celle de structure ou de système. L’emploi du passé composé et du passé simple est régulé non par des contraintes systémiques mais par la représentation que les locuteurs ont du système, représentation construite par le discours des grammairiens, malheureusement fondé ici sur une analyse naïve et/ou fautive. En revanche, l’interprétation des signaux du monde raconté et du monde commenté ne présuppose pas chez le lecteur d’un texte, plus généralement chez le récepteur d’un message, de conscience de ces deux catégories, comme généralement tout phénomène qui relèverait de la structure de la langue.

37 Néanmoins, on voit apparaître très tôt des emplois typiquement rejetés dans la langue classique où le passé composé est en corrélation avec des expressions qui représentent un intervalle de temps dans lequel le centre déictique n’est pas inclus comme l’an passé, hier : hier j’ai bien soupé, j’ai voyagé l’an passé. De tels exemples, rapportés par Chilet (Essay d’une parfaite grammaire de la langue françoise [1659]) et Buier (Grammaire françoise sur un plan nouveau [1709]), semblent indiquer non seulement l’ancienneté du phénomène de remplacement du parfait simple par le composé, mais également celle de l’identification du phénomène.

38 « Si nous voulons faire l’inventaire systématique de tous les temps possibles, nous pouvons procéder comme suit. Nous choisissons le point de la parole comme point de départ : par rapport à lui le point de référence peut être dans le passé dans le même temps, ou dans le futur. Cela produit trois possibilités. Ensuite nous considérons le point de l’événément ; il peut-être avant, après le point de référence, ou simultané avec lui. Nous arrivons donc à 3 × 3 = 9 formes possibles, que nous appelons les formes fondamentales. D’autres différences de formes apparaissent lorsque la position de l’événement relativement au point de la parole est prise en considération ; cette position, cependant, est ordinairement non pertinente » (traduction J. -M. Fournier).

39 « Dans l’excellente analyse grammaticale de J. O. H. Jespersen (The Philosophy of Grammar, H. Holt, New York, 1924) je trouve l’indication de la structure à trois points pour des temps comme le past perfect et le future perfect (p. 256), mais elle n’est pas appliquée à l’interprétation des autres temps. C’est ce qui explique les difficultés que même Jespersen rencontre pour distinguer le present perfect du simple past (p. 269). Il voit correctement la relation étroite qui est établie entre le présent et le present perfect dans des phrases comme now I have eaten enough. Mais il donne une définition assez vague du present perfect et l’appelle « une variété rétrospective du présent ». (Traduction J. -M. Fournier)

40 La première édition de cet ouvrage célèbre est en danois (Latinsk Sproglaere til Skolebrug) mais l’ouvrage est ensuite traduit dans plusieurs langues européennes (en allemand en 1844, en anglais en 1859, en ffrançais en 1870 par N. hiel ; c’est l’édition que nous avons consultée).

41 Pour une présentation des débats chez les auteurs de cete époque entre les tenants d’un système à sept temps ou d’un système à neuf temps, voir hierof (1992) et Vikner (2003).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search