Version classiqueVersion mobile

Histoire des théories du temps dans les grammaires françaises

 | 
Jean-Marie Fournier

Chapitre 2

Le temps des grands modèles

Texte intégral

  • 1 Les vrais principes de la langue françoise ou la parole réduite en méthode, conformément aux lois d (...)

1Nous avons vu que le « programme scientifique » introduit par la Grammaire de Port-Royal ne trouve pas de continuateurs au xviie siècle. On peut reconnaître une influence profonde de ce texte sur d’autres œuvres du xviie et du début du xviiie siècle, mais le développement d’une théorie générale du langage n’est véritablement repris qu’à partir du milieu du xviiie siècle. Nous allons voir, dans cette partie, comment les analyses du temps linguistique qui se développent à partir de ce moment posent la question du général, comment plus précisément, se présentent les modèles d’analyse du temps linguistique en tant qu’ils tentent une théorisation générale du temps. On peut distinguer, dans les travaux des grammairiens de cette période, deux modèles principaux : un modèle dû à Harris qui procède par division et tente de représenter les catégories du temps verbal comme résultant de la conception de durées emboîtées, et le modèle issu de Port-Royal, qui conçoit la valeur des temps verbaux comme la combinaison d’opérations de repérage des événements. Cette deuxième possibilité est exploitée de façon remarquablement systématique par Beauzée, dans l’article « Tems » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, puis dans sa Grammaire générale. Mais nous verrons d’abord comment Girard se saisit de cette hypothèse dans un ouvrage qui s’annonce comme une grammaire française, mais qui présente dans beaucoup de domaines des analyses fondées, comme le titre1 l’indique, sur des principes généraux. Girard, par ailleurs, est l’auteur d’inventions dont Beauzée s’empare, et qui jouent un rôle déterminant dans la conceptualisation de l’aspect dans les grammaires de la tradition française.

1. Le modèle par division : Harris (1751)

2En introduisant dans notre corpus la grammaire de Harris, nous faisons une légère entorse aux principes de sa constitution, puisque nous sortons du paradigme des grammaires françaises ou écrites en français. Mais il s’agit d’un texte dont la réception auprès des auteurs français de grammaires générales, ou écrivant en français, constitue un problème intéressant. Dans le domaine de la théorie des temps, la position harrissienne est en effet extrêmement originale. On n’y trouve pas de traces des positions de ses contemporains ni des débats que nous avons décrits jusqu’à présent, mais si les fondements sur lesquels elle repose sont entièrement différents de ceux que proposent les grammairiens français, nous verrons que l’analyse du verbe est directement inspirée de celle de Port-Royal. C’est donc cette distance par rapport à un corpus cependant contemporain qui nous paraît intéressante. On pourra saisir ici un exemple de circulation, ou de non circulation de l’information théorique.

3La grammaire de Harris a rapidement joui d’une notoriété considérable. Elle a influencé la plupart des grammaires anglaises de la seconde moitié du xviiie siècle. Mais elle était également très bien connue à l’étranger. Elle est traduite en allemand dès 1768 par Herder, et en français par Thurot en 1796 sur la recommandation de Garat, professeur de philosophie à l’École normale. Dans le domaine français, son influence est d’abord apparente dans la Grammaire universelle et comparative de Court de Gébelin (1774), qui reprend à peu près littéralement le chapitre consacré aux temps de l’Hermès, et qui discute, en les confrontant avec les analyses de Girard et Beauzée, les catégories harissiennes. Elle se développera évidemment un peu plus tard avec la traduction de Thurot, abondamment commentée sur la base d’une confrontation avec les catégories élaborées par les grammairiens français. On peut, par ailleurs, se demander dans quelle mesure une œuvre écrite en 1751, et qui connaît très rapidement de nombreuses éditions, est ignorée par exemple du Beauzée de l’article « Tems » de l’Encyclopédie (1765).

4Voilà pour les faits les plus apparents. Il convient cependant par une étude plus précise de voir ce qu’il en est du matériel conceptuel mis en œuvre. Sa théorie du temps s’inspire explicitement des considérations sur le temps développées par Aristote dans le livre IV de la Physique.

1. 1 Le verbe

5La conception du verbe et l’analyse de la proposition chez Harris de celles que l’on peut lire chez les logiciens de Port-Royal. À la différence du modèle défendu par les Messieurs, la conception harrissienne de la proposition est plutôt bipartite, et se rattache ainsi au courant représenté en France par Dumarsais, et un peu plus tard, comme nous le verrons plus lofin, par Beauzée. Le verbe est toujours porteur d’un signifié catégorématique. Il marque toujours, à quelque degré, l’existence. Le verbe, en effet, se range dans la catégorie plus générale des attributifs, qui regroupe l’ensemble des signes qui dénotent un attribut, comme write, wrote, writing, mais aussi black, white, great. Toutefois, au sein de cet ensemble, il faut distinguer les attributifs qui dénotent simplement l’existence et leur accorder la prééminence, car celle-ci est un genre universel qui englobe nécessairement tous les attributs possibles :

  • 2 « […] quelles que puissent être les modifications d’un être, qu’il soit noir ou blanc, sage ou éloq (...)

[…] whatever a thing may be, whether black or white, square or round, wise or eloquent, writing or thinking, it must first of necessity exist, before it can possibly be any thing else. For existence may be considered as an universal Genus, to which all things of all kinds are at all times to be referred. (Harris 1751, p. 88)2

6Cette remarque sur la hiérarchie des catégories de prédicables autorise une analyse compositionnelle des attributifs verbaux, dans lesquels le prédicat d’existence est toujours latent, toujours restituable, à moins qu’il ne figure explicitement dans la proposition :

  • 3 « Par conséquent les mots qui expriment l’existence, ont un droit naturel de prééminence sur tous l (...)

The Verbs therefore, which denote it, claim precedence of all others, as being essential to the very being of every Proposition, fin which they may still be found, either exprest, or by implication […]. (p. 88)3

  • 4 « […] it has litle more force, than that of a mere Assertion » (Harris 1751, p. 90)

7Plus encore, le verbe être peut exprimer l’existence absolue dans des séquences comme B est, mais il ne peut, lui seul et sans le secours d’un autre attributif, exprimer l’existence qualifiée, comme dans B est animal, parce que « ces formes [sont] variées à l’infini » et que l’on ne peut déterminer laquelle est visée de la forme du seul verbe être. Dans ce cas, la signification portée par le verbe d’existence n’a pas beaucoup plus de force que celle d’une simple assertion4. Harris rejoint ici les conceptions logiques de Port-Royal : le verbe être, comme constituant fondamental de la proposition, explicite dans le cas d’un attributif adjectival ou restitué par l’analyse, marque l’assertion. Mais le philosophe anglais dérive cette valeur de l’expression de l’existence, donnée comme le signifié caractéristique et essentiel du verbe substantif, qu’il préfère d’ailleurs, à la suite des Grecs, appeler verbe d’existence. On peut s’interroger sur cette conception sémantique de l’affirmation comme forme affaiblie d’un signifié d’existence, mais il paraît assez clair que c’est bien ici cette dernière notion qui organise fonctionnellement et sémantiquement la catégorie. Elle est en effet à la fois ce qui légitime la résolution de toute forme verbale en une séquence comportant un verbe être implicité, et ce qui permet de comprendre comment l’expression du temps s’articule avec celles des différents attributs. Harris énumère en effet un certain nombre de distinctions fondamentales dont l’existence est susceptible. Elle peut être muable (mutable) en tant qu’objet d’une sensation, ou immuable (immutable), en tant qu’objet d’intellection ou de science. De là deux façons d’être dans le temps. Les objets muables sont soumis au temps. Une proposition comme l’orange est mûre postule un présent qui se conçoit par opposition au passé dans lequel cette orange n’est pas encore mûre, et au futur dans lequel elle sera corrompue. Tandis qu’une proposition comme la diagonale d’un carré est incommensurable avec son côté n’a aucune relation avec le temps, et dénote une existence parfaite en opposition à toutes les existences soumises au temps.

8Enfin, Harris introduit une distinction qui permet à la fois de distinguer les verbes des adjectifs et de rattacher encore les premiers à l’expression du temps. Les attributifs peuvent dénoter le mouvement (motion), l’absence de mouvement, ou n’avoir rien à voir avec ces notions. Ceux de la première catégorie sont les verbes, les seconds constituent celle des adjectifs. En outre, tout mouvement est dans le temps. On rejoint alors une conception du verbe que nous verrons développée chez Girard. La définition du verbe comme représentation du mouvement et de l’action conduit ce dernier à s’opposer à Port-Royal. Mais ici le raisonnement vise à intégrer cette composante du sémantisme verbal dans la définition du verbe comme affirmation de l’existence, soit à l’articuler avec son statut logique. Le mouvement représenté par le verbe implique la durée, donc le temps. Mais il ne peut s’agir que d’une idée accessoire, précisément parce qu’elle est susceptible d’un grand nombre de variations.

  • 5 L’on me demandera peut-être si le temps lui-même peut, en certains cas, devenir la signification pr (...)

Should it be asked, whether Time itself may not become upon occasion the Verb’s principal Signification ;’tis answered, No. And this appears, because the same Time may be denoted by different Verbs (as fin the Words writeth and speaketh) and different Times by the same Verb (as fin the Words, writeth and wrote) neither of which could happen, were Time any thing more than a meer Concomitant.5 (p. 97)

9L’argument est en réalité le même, mais inversé, que celui utilisé par Girard qui voit précisément dans l’expression de la variété des actions et des mouvements la caractéristique sémantique distinctive de la catégorie.

10La définition du verbe proposée par Harris vise donc à intégrer ces deux aspects de la tradition grammaticale qui le précède, celle issue d’Aristote qui voit dans l’expression du temps la caractéristique distinctive de la catégorie, et celle issue de Port-Royal, qui fonde l’identité de la catégorie verbale sur son statut logique.

1. 2 La structure du temps : le point de vue ontologique

11Le chapitre « Temps » de l’ouvrage de Harris commence par un long développement sur le temps considéré d’un point de vue philosophique, et se présente comme un commentaire approfondi du livre IV de la Physique d’Aristote. C’est qu’il faut décrire d’abord la structure nécessaire du temps pour montrer ensuite comment elle est réalisée dans les langues.

  • 6 « […] la connoissance de ces diverses formes des verbes dépend de la théorie du temps […]. » (1796, (...)

[…] the knowledge of Tenses depends on the heory of Time […]. (Harris 1751, p. 99)6

12Cette position paraît donc proche de celle d’Arnauld et Lancelot. L’universalité des principes qui gouvernent le temps en tant qu’il est représenté par le langage humain ne peut être fondée que sur celle des propriétés a priori du temps naturel.

13Selon Harris, la conceptualisation du temps s’appuie sur celle de l’espace. Plusieurs propriétés leur sont communes :

1) la première est l’extension. Le temps comme l’espace sont susceptibles d’étendue.

Ainsi entre Londres et Salisbury, il y a une étendue d’espace ; entre hier et demain, on conçoit une étendue de temps. (1796, p. 95)

Cette propriété se manifeste toutefois de façon différente dans l’un et l’autre cas. Toutes les parties de l’espace existent « ensemble et à-la-fois » (ibid.). Tandis que les parties du temps ne parviennent à l’existence que selon l’ordre d’une succession ;

2) la seconde est la continuité. L’espace et le temps sont des structures continues. Il est possible, dans une droite de l’espace, ou dans une durée quelconque, de fixer un point ou un instant quelque part. Quelle que soit la portion de l’étendue qui aura d’abord été déterminée, si petite soit-elle, cette opération est toujours possible. Il s’ensuit donc que toute droite de l’espace, ou toute portion de la durée, renferme une infinité de points ou d’instants.

[…] dans un temps donné quelconque, on peut prendre, où que ce soit, un instant, et, par conséquent, dans tout temps donné, une infinité d’instants. (p. 96)

14La question qui est soulevée ici est celle de la divisibilité du temps, et plus fondamentalement, de l’analyse du continu. On sait que chez Aristote la question est traitée dans le cadre d’une réfutation des paradoxes de Zénon. Les arguments de ce dernier tendent à nier l’existence du mouvement. Ils reposent sur la postulation de deux propriétés communes à l’espace et au temps : la divisibilité à l’infini, et le fait d’être composés de parties dernières et indivisibles, respectivement les instants ou les points de la droite. Si telles sont les propriétés de l’espace et du temps, alors, comme l’expose le plus célèbre de ses quatre arguments,

[…] le plus lent des deux mobiles ne sera jamais rattrapé à la course par le plus rapide : car il est nécessaire que le poursuivant gagne d’abord le point d’où a pris son départ le poursuivi, en sorte qu’il est nécessaire que le plus lent à chaque fois ait quelque avance. C’est encore là le même argument que la dichotomie : la différence, c’est que la grandeur que l’on ajoute chaque fois bien que divisée, ne le sera pas en parties égales. (Aristote, Physique, livre III, chap. xi, § 2)

15Les objections d’Aristote portent sur les hypothèses initiales. Zénon en effet a raison si l’on admet que le temps est composé d’instants, c’est-à-dire si l’on admet à la fois la divisibilité à l’infini et l’existence d’unités en quelque sorte toujours renaissantes. Aristote répond que l’espace et le temps sont des quantités continues qui sont divisibles à l’infini mais que cette infinitude est potentielle et non actuelle. Le problème posé par la divisibilité à l’infini d’une distance ou d’un temps fini est ainsi lié à la différence qu’il faut faire entre les deux infinis : l’infini par division et l’infini par addition.

Il semble conforme à la raison d’admettre pour le nombre une limite dans le sens de l’extrême petitesse ; et qu’en allant dans le sens de l’accroissement on peut toujours dépasser un nombre quelque grand qu’il soit […]. (Aristote, Physique, livre VI, chap. xiv, § 4-5)

16Enfin, et c’est là un point essentiel pour l’auteur de la Physique, les grandeurs que sont le temps et l’espace ne sont pas composées d’unités. Autrement dit, le temps n’est pas composé d’instants. Le terme instant (τó νũν) chez Aristote renvoie à une notion complexe : il désigne à la fois la position temporelle sans épaisseur, la coupure abstraite qui sépare le passé et le futur, et la limite de toute durée, de toute partie du passé ou du futur.

Il est clair en outre que l’instant n’est pas une portion du temps ; […] pas plus que les points ne sont une partie de la ligne, tandis que les lignes, quand elles sont deux, sont des parties d’une même ligne unique. Ainsi, en tant que l’instant est une limite, il n’est pas du temps ; il n’est qu’un simple accident du temps. (Ibid.)

17Cette conception du continu ne trouve une expression mathématique adéquate que bien plus tard, avec l’invention du calcul infinitésimal, et plus précisément la découverte de la convergence des suites infinies vers des limites finies par Liebniz en 1671.

18On retrouve chez Harris, sous la forme de paraphrases plus ou moins développées, l’ensemble des propositions aristotéliciennes relatives à la définition de l’instant et du temps comme grandeur continue.

1. 3 Le présent

19La prise en charge par un grammairien des paradoxes ontologiques impliqués dans l’analyse du temps pose évidemment des problèmes particulièrement aigus à propos du présent. L’idée commune du présent est en effet contradictoire avec celle de successivité, qui constitue, nous l’avons vu plus haut, le caractère distinctif du temps et permet de le différencier de l’espace.

Le temps ne peut pas, comme une ligne, être présent tout-à-la-fois ; mais une partie en sera nécessairement écoulée, et l’autre partie s’écoule. Par conséquent, si quelque portion de sa continuité étoit présente à-la-fois, il perdroit, dans ce cas, son caractère de succession, et ne seroit plus le temps. (Harris 1796, p. 100)

20Le présent ne peut donc être que de nature ponctuelle. On peut lire également dans ce passage un écho du livre XI des Confessions d’Augustin :

Si on conçoit un point de temps, tel qu’il ne puisse être divisé en particules d’instants, si petites soient elles, c’est cela seulement qu’on peut dire présent, et ce point vole si rapidement du futur au passé qu’il n’a aucune étendue de durée. Car s’il était étendu, il se diviserait en passé et en futur, mais le présent n’a point d’entendue. (Augustin 1980, Confessions, XI, 15)

21Le présent, si nous l’envisageons comme un point privé d’étendue, ne peut être saisi ; son existence est douteuse, il n’appartient pas au temps comme grandeur continue. Par ailleurs, l’instant présent, en tant que tel, n’est pas une partie du temps, mais il est possible de le concevoir comme le point limite de l’étendue du passé et du futur. Il est donc un lien, le moyen de continuité entre ces deux parties du temps. Aristote formule cette propriété comme une conséquence de la divisibilité du temps à l’infini, et de l’absence d’étendue qui caractérise les instants :

Il faut dire encore que c’est par l’instant que le temps est continu, et que c’est aussi par l’instant que le temps se divise. (Aristote, Physique, livre IV, chap. xvii, § 4)

22Et un peu plus loin :

[…] le point tout à la fois continue la longueur et la termine. Il est le commencement de telle longueur et la fin de telle autre. (§ 5)

23Harris donne à cette propriété une allure plus formelle. De la même façon qu’un point d’une droite peut être la fin d’une droite et le commencement d’une autre, l’instant B peut être considéré comme la fin du temps AB et le commencement du temps BC. Les instants n’appartiennent pas au temps dans sa continuité, mais chacun est cependant le lien entre une partie à écouler et une partie écoulée, ou encore « le milieu de continuité entre le passé et le futur en sorte qu’il contribue à rendre le temps un tout parfait et complet dans toutes ses parties » (Harris 1796, p. 99).

  • 7 Pour André Joly, éditeur de la traduction de l’Hermès par Thurot, cette idée du présent contient de (...)

24Enfin, en ce qui concerne l’expérience du temps, Harris note que l’instant présent, s’il est par sa nature même insaisissable, est a fortiori inaccessible à la sensation. Si donc les sens ne peuvent saisir l’instant présent, c’est finalement le temps tout entier, toute espèce de temps, qui leur échappe, car toute sensation existe dans le présent seulement. On retrouve là encore un écho des paradoxes déjà énoncés par Augustin7 :

  • 8 Conception du présent que l’on trouve à d’autres moments de l’histoire des réflexions sur le temps. (...)

Comment donc […] le passé et l’avenir sont-ils puisque le passé n’est plus et que l’avenir n’est pas encore ? Quant au présent, s’il était toujours présent, s’il n’allait pas rejoindre le passé, il ne serait pas du temps, il serait donc l’éternité. Donc, si le présent, pour être du temps doit rejoindre le passé, comment pouvons-nous déclarer qu’il est aussi, lui qui ne peut être qu’en cessant d’être ? Si bien que ce qui nous autorise à affirmer que le temps est, c’est qu’il tend à n’être plus. (Augustin 1980, Confessions, XI, 14)8

25Pour Harris, la conséquence de ces paradoxes (mais Augustin n’est pas cité) est que l’expérience du temps ne saurait être une expérience sensible. L’expérience du temps est fondée (comme chez Augustin) sur l’exercice de certaines facultés de l’âme, en l’occurrence la mémoire et la prévoyance (la divination et le souvenir dans le texte des Confessions). La mémoire permet de se saisir de l’idée du passé, la prévoyance de celle du futur. La théorie harrissienne implique donc (à défaut de l’expliciter) une théorie de l’acquisition de la conscience du temps qui ne serait pas fondée sur l’expérience sensible, radicalement insuffisante. Le temps n’est pas non plus une idée innée, ni une donnée immédiate de l’intuition : le temps est, pour Harris, un construit.

1. 4 La construction des parties du temps : le point de vue linguistique

26La structure des événements temporels tels qu’elle a été décrite jusque-là implique certaines propriétés de la succession. On peut construire, comme nous l’avons indiqué plus haut, un passé ou un futur dans lequel le présent ne se trouve pas compris. C’est ce qui se passe lorsque l’on dit « hier » ou « demain ». L’ » instant » peut être, ou la fin, ou le commencement d’un espace de temps, sans toutefois appartenir à l’une de ces époques. Voici la présentation formalisée de cette propriété chez Harris :

27Soit, par exemple, un espace de temps comprenant les instants A, B, C, D, E, parmi lesquels C est l’instant actuel.

28Soit l’espace de temps (A, D). Si ce temps est un passé, C ne peut être compris entre les limites A et D. Si c’est le cas, une partie de (A, D), à savoir (C, D), sera postérieure à l’instant actuel et sera par conséquent un temps futur. Or, par hypothèse, il fait partie du passé ; le temps (C, D) serait donc à la fois passé et futur. Ce qui est absurde. On peut montrer de la même façon que C ne peut pas être compris entre les limites d’un temps futur comme (B, E). L’instant présent, conçu comme limite du passé et commencement de l’avenir, n’appartient donc à aucun de ces deux intervalles. Les trois catégories du temps naturel sont donc absolument disjointes.

29Sur le plan du temps linguistique, les choses sont tout à fait différentes. Comment décrire en effet le temps que l’on désigne par des expressions comme « ce jour », ou « cette année », ou « ce siècle ». Ces temps renferment l’instant présent. Ils n’appartiennent donc à aucune des catégories décrites plus haut qui excluent précisément l’instant présent.

30On a affaire dans ce cas, dit Harris, à des présents. Tout se passe comme si l’actualité du présent ponctuel se répandait sur l’ensemble de l’intervalle. En outre, si de tels intervalles temporels sont appelés présents « pour nous conformer à la coutume » (1796, p. 110), les propriétés du temps qui ont été énoncées permettent de les analyser comme nécessairement constitués d’une part de passé et d’une part de futur :

Chacun [de ces intervalles] sera nécessairement composé du passé et du futur, séparés l’un de l’autre par un instant actuel, et recevra tout entier la dénomination de présent, tant que cet instant s’y trouvera compris. (p. 110-111)

31Harris en donne la représentation schématique suivante :

(X, Y) : intervalle présent (jour, mois, ou siècle)

32Si l’on suppose l’instant actuel en A, cet instant se trouve compris entre X et Y. (X, A) est donc un passé, et (A, Y) un futur. Mais la totalité des deux temps (X, A) et (A, Y) est un temps présent. On peut tenir le même raisonnement pour tout point B, C, D, etc. situé entre X et Y. Lorsque l’instant actuel parvient au point Y alors l’espace de temps (X, Y) devient tout entier un passé. Le présent auquel on a affaire dans le langage répond donc à une schématisation différente de celle du présent référentiel : c’est un construit. On peut déduire de l’ensemble de ces remarques concernant le temps référentiel et le temps linguistique une propriété commune aux différentes catégories du temps linguistique. Si le présent, dont on a montré que le référent est nécessairement ponctuel, peut être défini au plan linguistique comme un intervalle composé de parties du temps, alors, cette propriété est vraie a fortiori de toute espèce de temps. On peut donc dire de toutes les catégories du temps linguistique qu’elles sont étendues et divisibles, et qu’elles comportent nécessairement un début, un commencement et une fin.

33La théorie du temps chez Harris fonctionne donc à deux niveaux. Ou, pour mieux dire, il y a chez lui deux théories du temps, selon que l’on considère le temps référentiel (ou naturel) ou le temps linguistique. Le temps référentiel relève pour l’essentiel de la théorie aristotélicienne du temps. Le temps linguistique, en revanche est doté de propriétés spécifiques : la fixité (tandis que le temps référentiel est caractérisé par la succession), et la divisibilité à l’infini dans toutes ses parties. L’instant au sens aristotélicien n’est pas une catégorie du temps linguistique selon Harris. On voit donc comment, à partir de la conception aristotélicienne du temps, Harris aboutit à une théorie temporelle originale, qui se présente à certains égards comme un dépassement d’Aristote et permet d’appréhender les problèmes spécifiques que pose le temps linguistique. Sa conception du présent permet de munir cette catégorie d’une propriété, la divisibilité, précisément exclue par Aristote. Il n’est pas sans intérêt de noter que ces esquisses de représentation formalisée de la suite des instants et la mise en œuvre du critère de la divisibilité à l’infini apparaissent en un temps où se développent (depuis le milieu du xviie siècle) le calcul des séries et des suites.

1. 5 Le système des temps

34La théorie du temps linguistique (tense) est donc fondée chez Harris sur deux niveaux de division de la ligne du temps :

  1. une première division en passé, présent, et futur. Les temps grammaticaux peuvent servir à décrire ce niveau de catégorisation sans autre détermination supplémentaire, c’est-à-dire, dans le système harrissien, sans rapport particulier au commencement, au milieu ou à la fin de l’intervalle de temps considéré. Harris appelle « aoristes » les temps de cette catégorie. On a donc :

    • un aoriste du présent,

    • un aoriste du passé,

    • un aoriste du futur ;

  1. les temps grammaticaux peuvent également recevoir une détermination qui correspond aux divisions dont est susceptible tout intervalle de temps : « […] tout espace de temps quelle que soit sa dénomination, est étendu et divisible ; mais en ce cas toutes les fois que nous supposons un temps défini, lors même que c’est un temps présent, il faut qu’il ait nécessairement un commencement, un début et une fin » (1796, p. 112). On aura donc, selon ce schéma, trois déterminations du passé, du présent et du futur, selon que l’on veut désigner le commencement, le début ou la fin de chacun de ces espaces de temps. Harris appelle « inceptifs » les temps qui marquent le commencement d’un espace de temps, « moyens » ceux qui en marquent le milieu, et « complétif » ceux qui en marquent la in. Le système au complet comprend donc douze temps distribués selon le tableau suivant :

Passé

Présent

Futur

Temps non déterminé

aoriste du passé

aoriste du présent

aoriste du futur

Commencement

passé inceptif

présent inceptif

futur inceptif

Milieu

passé moyen

présent moyen

futur moyen

Fin

passé complétif

présent complétif

futur complétif

35Ce système des temps est remarquable d’abord par la place qu’il accorde à la notion d’aoriste, et le sens qu’il donne à cette catégorie. Il ne s’agit pas seulement d’un passé, mais d’un rapport au temps qui peut concerner toutes les catégories du temps : il y a des aoristes du présent, du passé et du futur. Nous verrons chez Beauzée un usage comparable de la notion conçue comme suspension d’un certain type de détermination et s’appliquant à l’ensemble des catégories du temps.

36Si nous considérons le système des temps imaginé par Harris du point de vue de la problématique du repérage, les aoristes relèvent d’un système à un repère unique, constitué par l’instant de la parole To. Le repérage des autres catégories temporelles relève d’un repérage plus complexe mettant en jeu l’instant de la parole (To), et l’événement représenté (Tx) envisagé dans son déroulement, et constituant lui-même un espace de repérage. L’idée nouvelle introduite par Harris est d’identifier les temps représentés par les formes verbales à des moments de la durée de l’événement. Dans le détail cependant, on peut se demander comment il faut concevoir chacune des sous-catégories qu’Harris identifie au commencement, respectivement au milieu et à la fin du passé, du présent et du futur. S’agit-il de points, comme dans les schémas suivants ?

Passé complétif

Passé complétif

37S’agit-il au contraire de parties de ces intervalles de temps, elles-mêmes dotées d’une étendue, comme dans les schémas qui suivent :

38Tx représente un événement passé, et Ti le commencement de cet événement.

Passé complétif

Passé complétif

39Il semble que la théorie harrissienne du temps soit neutre sur cette question. Ou, pour le dire autrement, que cette question n’ait pas de sens pour un grammairien du xviiie siècle. La théorie du temps développée par Harris n’est pas une topologie. Le commencement, le début ou la fin d’un événement peuvent aussi bien être conçus comme un point que comme une partie dotée d’étendue. Plus encore, la distinction entre ces deux notions n’est pas pertinente puisque les instants n’ont pas d’étendue et que « dans un temps donné quelconque, on peut prendre, où que ce soit, un instant, et, par conséquent, dans tout temps donné, une infinité d’instants » (1796, p. 96, nous soulignons).

40L’examen des exemples pris dans les langues peut apporter d’autres éléments de réponse.

41Les tableaux d’exemples accordent une grande place aux périphrases construites à l’aide d’auxiliaires divers. Tous n’ont d’ailleurs pas le même statut. Le verbe « aller » en français n’est pas un auxiliaire au même titre que le verbe « avoir ». L’anglais et le français, pour nous en tenir à ces deux langues, ne sont pas dans une position tout à fait comparable à l’égard du problème des auxiliaires. Il est évident que l’anglais en a un plus grand nombre et d’un type plus varié. La conséquence est que toutes les formes qui figurent dans le tableau ne peuvent pas avoir le même statut. Il est clair par exemple qu’une forme comme je suis à écrire n’entre pas au même titre dans le paradigme des formes du verbe écrire que j’ai écrit ou même que je vais écrire. Il apparaît cependant que les catégories temporelles proposées s’accordent avec des régularités morphologiques du latin et dans une moindre mesure, du français. En effet, les formes inceptives correspondent à des périphrases latines formées à l’aide du participe futur, les formes moyennes sont construites sur le radical de l’infectum, et les formes complétives sur le radical du perfectum. En français, on remarque outre la régularité des périphrases avec « aller », celle des formes composées pour les temps complétifs. Là est sans doute un apport important de la théorie harrissienne. Dans ce système, les formes composées du français partagent une valeur commune. Nous verrons également chez Beauzée une représentation du système des temps du français en tableau qui met en évidence la régularité d’une catégorisation en temps simples et temps composés.

42Si l’on observe de plus près les données proposées en français et en anglais, nous allons voir que l’interprétation des formes sur le plan aspectuel et/ou actionnel permet d’éclairer certaines des notions harrissiennes. Voici le tableau des formes en anglais et en latin données par Harris (p. 121).

Passé

Présent

Futur

Inceptif

scripturus eram

I was beginning to…

scripturus sum

I am going to write

scripturus ero

I shall be beginning to write

Moyen

scribebam

I was writing

scribo ou scribens sum I am writing

scribens ero I shall be writing

Complétif

scripseram

I had done writing

scripsi I have writen

scripsero I shall have done writing

43Voici maintenant le tableau des formes que donne Thurot dans sa traduction de l’Hermès (1796). Nous reviendrons plus loin sur les remarques dont il accompagne le texte, et sur le problème de réception qu’elles posent. Mais il est intéressant de confronter d’ores et déjà les données qui figurent dans le tableau traduit et dans le tableau original.

Passé

Présent

Futur

Inceptif

scripturus eram

j’allais écrire

scripturus sum

je vais écrire

scripturus ero

j’aurai à écrire

Moyen

scribebam

j’écrivais

scribo ou scribens sum

Je suis à écrire

scribens ero

je serai à écrire

Complétif

scripseram

j’avais écrit

Scripsi

j’ai écrit

Scripsero

j’aurai écrit

44Harris a choisi une série d’exemples qui utilisent tous le verbe « écrire ». En l’absence de contexte plus développé, le prédicat appartient donc à la catégorie des types de procès imperfectifs selon la classification de Vendler (1957), et plus précisément des procès d’activité, savoir les procès homogènes, comportant une durée propre non munie de bornes. Le matériel lexical choisi permet donc a priori la conception d’une étendue de temps, condition initiale de la détermination par découpage des formes verbales chez Harris, mais l’absence de bornes rend en fait impossible la désignation du commencement et de la fin du procès. Une partie d’un procès homogène est encore un procès homogène. La seule notion harrissienne compatible avec cette propriété est celle de temps moyen. Le milieu d’un procès, tel que défini par Harris, n’est en effet pas borné par des instants. Il est donc d’entrée de jeu manifeste que le système harrissien ne peut s’appliquer à l’exemple traité, et que l’on ne peut trouver, du moins dans les langues examinées, de formes conjuguées qui permettent de représenter le commencement d’un procès d’activité, ou son achèvement. Il est donc intéressant d’observer dans le détail des exemples construits, comment Harris tente de résoudre les problèmes posés par le conflit entre la valeur actionnelle des prédicats traités au titre d’exemples et de données, et sa théorie du temps.

45Dans le cas des temps inceptifs, Harris donne comme passé inceptif en anglais I was beggining to write, et Thurot comme équivalent français : j’allois écrire. L’adéquation des deux séquences à la notion que ces formes sont censées illustrer est problématique. La périphrase française représente un temps nécessairement extérieur, ou plus exactement antérieur au déclenchement du procès. Il est donc inexact que la forme décrit une partie, fût-ce la partie initiale, du procès. L’imparfait développe bien une vision sécante, mais celle de l’état qui précède le déclenchement du procès décrit par l’infinitif, ou si l’on préfère, des préparatifs qui précèdent ce déclenchement. Plus encore, l’imparfait indique que le déclenchement n’a pas eu lieu : son imminence a été contrariée. La situation qui constitue la référence de cette forme est donc entièrement à l’extérieur de la durée propre du procès que dénote le verbe d’activité « écrire ». La forme progressive de l’exemple anglais donnée comme équivalent offre, en revanche, la vision sécante d’un procès en cours d’accomplissement, le commencement du procès d’écrire, envisagé dans sa durée propre. Mais c’est au prix du recours à un matériel lexical supplémentaire, qui permet précisément de désigner la séquence initiale du procès. Il y a donc contradiction, si nous tentons de réfléchir dans les termes proposés par Harris, entre les interprétations que l’on peut assigner aux exemples sensés illustrer des catégories identiques.

46Le cas des temps moyens confirme nos observations : l’ensemble des formes données par les deux tableaux dans cette rubrique présente un aspect sécant, lié à la mise en œuvre de morphèmes grammaticaux variés – imparfait et présent en français, forme progressive de l’anglais, etc. – qui ont une affinité sémantique avec les procès imperfectifs.

47Enfin, le cas des temps complétifs appelle encore un autre type de remarques. Les formes données par Thurot sont des formes composées en français, celles que donne Harris sont d’étranges métaphrases anglaises dans lesquelles le participe passé done vient imposer, ou renforcer, la valeur d’état résultant des séquences. C’est un peu surprenant puisque cette valeur pouvait être obtenue par d’autres moyens, l’emploi naturel du participe passé du verbe par exemple, I had writen, et I shall have writen. Quoi qu’il en soit, toutes les formes proposées sont des formes d’accompli, dénotant l’état résultant du procès, en aucun cas une partie du procès lui-même, fût-ce, cette fois, la partie finale. Autrement dit, la référence temporelle des formes est à nouveau extérieure à la durée propre du procès. Doit-on conclure qu’Harris ne fait pas ce qu’il dit ? C’est plutôt que ses concepts n’ont pas le contenu qu’il croit. On serait tenté de l’affirmer par exemple pour les temps complétifs, qui manifestement ne dénotent pas le segment final d’un procès mais l’état résultant de ce procès, soit la situation qui est le cas à droite de la borne droite d’un procès. Dans le cas des temps inceptifs nous avons vu que les choses sont plus complexes, et que la visée semble être aussi bien la situation antérieure au déclenchement du procès que sa phase initiale.

2. Le modèle par repérage

48Girard et Beauzée poursuivent le projet de Port-Royal de l’édification d’une théorie du temps fondée sur les opérations de repérage à deux ou trois critères. À la différence des textes que nous avons examinés dans le chapitre précédent, il ne s’agit pas pour eux de concilier le modèle avec telle donnée du français ou tel acquis de la tradition de sa description, mais bien de prendre en charge le programme qui consiste ici à limiter le bricolage conceptuel et à tenter de décrire la sémantique temporelle (et, nous verrons, aspectuelle) à l’aide d’un matériel homogène. C’est donc comme une phase de développement du modèle, et non simplement de son application, que l’on peut voir la période qui s’ouvre.

2. 1 L’abbé Girard (1747)

49La grammaire de Girard est une grammaire du français, mais qui fait l’essai sur cette seule langue des principes et des concepts de la grammaire générale. La description du système des temps des langues particulières y est conduite en relation avec un système général des temps et une analyse philosophique du temps. Ces deux moments de l’analyse sont nettement distingués. L’introduction du chapitre « Temps » propose de considérer « le nombre & les particularités de ces divers accessoires de temps dont l’événement peut être accompagné, ou dumoins de ceux que nôtre langue admet » (Girard 1747, t. II, p. 18). Mais pour cela, l’analyse doit d’abord s’appliquer au plan le plus général et considérer « attentivement le Temps, ses divisions, & sa liaison avec l’événement » (ibid.).

50Ce temps, dont Girard esquisse l’analyse en préalable semble être le temps physique (ou naturel), donné d’abord comme une sorte de lieu commun, de donnée immédiate de la connaissance de chacun, offerte comme une évidence :

Tout le monde sait & dit qu’il est une durée successive, qui se divise en Présent, Passé & Avenir : dont la première partie fournit continuellement à la seconde, & la troisième à la première, sans interruption comme sans retour. De façon que l’Avenir inépuisable nourrit le Présent ; & celui-ci coulant rapidement se jette dans le Passé comme dans un gouffre insatiable & dans un abîme infini qui ne peut jamais être rempli. (Ibid., nous soulignons)

51Ce lieu commun que développe ici le discours du grammairien n’est pas, toutefois, l’expérience commune. Il s’agit de ce que « tout le monde sait et dit », d’un lieu commun du savoir et du discours (dont la source au demeurant n’est pas indiquée), manifesté dans la suite du texte par la métaphore convenue du temps s’écoulant comme un fleuve.

52La définition est tautologique. Les notions de durée, de présent, de passé, et d’avenir, qui sont censées permettre de définir le temps n’ont aucun sens tant que le temps lui-même n’est pas défini. Cette circularité a bien été vue par Girard. La métaphore, d’ailleurs, supplée en quelque sorte l’absence d’une expérience ou d’une sensation, et n’offre déjà qu’une représentation des notions introduites dans la définition : la successivité comme écoulement d’une substance liquide. Il est difficile de saisir le temps ailleurs que dans les mots qui servent précisément à le dire. Car le temps est précisément ce qui ne peut être senti, « [l] a rapidité du Présent étant trop vive pour laisser jouir & permettre d’y placer les choses » (ibid.). Ce n’est donc pas dans le temps physique qu’il faut rechercher les repères et les données sur lesquels pourrait s’appuyer une analyse du temps dans la langue. Puisqu’il n’est pas accessible à la sensation, le temps physique est inconnaissable. L’objet que décrit la théorie de Girard ne lui devra donc rien. Le temps, comme objet de la théorie, est un objet construit, tout entier du côté de la représentation. En effet, pour palier l’inconvénient qu’il y a à ne pouvoir saisir le temps physique, trop rapide à s’écouler, la représentation du temps lui confère de l’épaisseur, de « l’étendue ». C’est ce que Girard montre pour le présent. Ce temps, par définition, est le seul que les sens pourraient connaître, s’ils pouvaient en rendre compte, car il est le seul dont on puisse avoir une expérience. Celle que nous en avons n’est pourtant qu’une expérience d’imagination, nous ne connaissons que sa représentation, ou plus exactement nous ne le connaissons qu’en tant que nous le représentons. En effet, « l’Imagination & le Langage se sont déterminés à donner à cette partie du Temps [le présent] une étendue qu’elle n’a pas réellement, & à prendre son nom dans un sens plus moral que physique » (p. 19-20).

53Le temps représenté a donc des caractéristiques propres, introduites ou produites par la représentation : il a de l’étendue, il a aussi de la fixité. Le temps représenté se présente sous la forme de segments stables et fixes, qui pourront être mesurés. Temps naturel et temps représenté sont dans une relation antinomique, le premier, fixe et mesurable, se donne comme l’image du second, insaisissable et fuyant.

Cette étendue se regle par la production de l’événement ; c’est a dire qu’elle comprend tout le temps qui y répond [à l’événement] depuis l’instant où elle commence jusqu’à celui où elle s’achève : de sorte que cette durée, quoique composée de momens qui passent et se succedent, est censée subsister comme un seul & même temps, qu’on nomme Présent dans l’usage ordinaire […]. (p. 20)

54Les catégories temporelles chez Girard sont des construits, et non des objets livrés par la structure du monde. Nous allons voir comment cette position de principe informe l’analyse sur le plan technique.

55La description du système des temps que propose Girard illustre l’autonomie du plan de la représentation à l’égard du temps naturel. Il distingue, comme beaucoup de ses prédécesseurs, deux types de temps : quatre temps principaux, ou encore absolus, et quatre temps relatifs (p. 25). Les temps fondamentaux sont définis par le rapport du temps de l’événement avec le temps de la parole. Leur caractère premier est ainsi fondé sur leur position en système. Les temps relatifs impliquent un événement de référence supplémentaire, distinct du temps de la parole. La distinction entre principaux et relatifs n’est donc liée qu’au nombre des critères du repérage, mais la terminologie conserve quelque trace d’une interprétation génétique du sémantisme des catégories. Les premiers semblent avoir un degré de généralité plus grand, à moins que l’ordre impliqué ne relève de la genèse de l’image temporelle. Nous verrons que cette dimension de la problématique, qui n’est ici que suggérée par le choix du terme, prend chez Beauzée une consistance plus nette.

56Sur un autre plan, on peut constater que le critère fourni par un événement de comparaison n’est pas de même niveau que celui constitué par l’instant de la parole. Ce dernier a un caractère plus absolu, parce qu’il est le même pour tous les temps. Tandis que le second est essentiellement mobile et variable. Nous avons vu que le premier est essentiel à la notion d’objet temporel telle que la pose Girard : il est le lieu où se déploie le temps de la représentation producteur de l’image temporelle. Le second n’a qu’un caractère accidentel.

Mais parcequ’on peut depuis le comparer au temps de quelqu’autre évenement ou circonstance, il faut qu’il y ait & il y a en effet d’autres formations pour représenter ce nouveau rapport accidentel conjointement avec le premier qui est le principal. Comme chacun des qutare principaux temps, que je viens de définir, est susceptible de cette addition de rapport ; cela les double, & fait qu’il y a deux Présens, deux Prétérits, deux Aoristes, & deux Futurs. (p. 24-25, nous soulignons)

57Toutefois, l’élément nouveau, si l’on compare le tableau des temps obtenu avec les tableaux proposés dans les grammaires antérieures, est dans la généralisation de ce critère secondaire. Les temps se laissent tous décrire dans le cadre d’une opposition entre temps absolus vs relatifs, alors que dans la grammaire de Port-Royal ou chez Buffier (1709) par exemple (voir supra), quand le critère secondaire de repérage (Ti) est mis en œuvre, il ne concerne que quelques temps, dont le nombre et la place dans le système ne peuvent pas se déduire du fonctionnement du système lui-même.

Temps absolus

Temps relatifs

Présent

je fais

Présent

je faisais

Aoriste

je fis

Aoriste

j’eus fait

Prétérit

j’ai fait

Prétérit

j’avais fait

Futur

je ferai

Futur

j’aurai fait

58La généralisation du critère constitué par un instant de référence supplémentaire (Ti) correspond à une généralisation du modèle de repérage à trois points, et du même coup à une simplification et une unification matériel conceptuel utilisé dans la représentation des valeurs temporelles. Il n’est plus question par exemple chez Girard, comme c’est encore le cas dans la GGR, de proximité ou d’éloignement des événements.

59Enfin, et c’est là l’un des aspects les plus intéressants pour notre propos, Girard introduit une distinction au niveau même des temps fondamentaux, entre deux passés qu’il appelle « aoriste » et « prétérit ». Il s’agit de deux manières de représenter le passé. Cette distinction revêt un caractère fondamental, et introduit des critères qui vont jouer un rôle central dans la théorie.

60Elle repose sur une notion nouvelle, le période (on notera l’emploi du masculin) de référence. Il s’agit d’un concept d’un type épistémologique tout à fait nouveau en regard des repères ponctuels mis en œuvre par les grammairiens antérieurs puisqu’il correspond à une entité temporelle d’une certaine étendue :

Pour rapprocher encore plus les parties du temps & leur donner un peu d’existence permanente, on en forme certains périodes, qui les comprennent & les réunissent en un seul corps de durée ; de maniere qu’on les considere sous un même aspect, comme faisant toutes ensemble unité de temps. (Girard 1747, t. II, p. 21)

61Notons par ailleurs que le temps du période et le temps de l’événement sont deux choses différentes. Le premier est tout entier du côté du temps représenté. Tandis que le temps de l’événement n’est encore, en tant que tel, que du temps à représenter.

62Sur le plan technique, ce nouveau critère permet de construire deux catégories nouvelles, le prétérit et l’aoriste, et marque leur différence sur des bases formelles cohérentes avec le modèle du repérage à trois points.

  • 9 À partir duquel ? Voir le problème de repérage de la durée signalé infra.

63– Le prétérit correspond à l’événement repéré par rapport à un instant à l’égard duquel9 il est considéré comme fini. Cet instant peut être l’instant de la parole, mais aussi n’importe quel instant qui doit jouer le rôle d’instant de référence. Ce temps est donc défini par sa position à l’égard d’un repère unique et par la relation d’antériorité. Pourtant, on notera que l’événement y est toujours attaché à une durée possible. Il n’est plus de nature ponctuelle. On va considérer en effet le « temps où sa production est finie », et cette production a sa temporalité propre.

Il ne faut donc pas confondre le temps de l’événement avec celui du période : cela est de conséquence, ainsi qu’on va le voir : car on peut représenter de deux manieres le Passé. L’une en faisant simplement répondre l’événement au temps où sa production est finie ; ce qui a pû arriver dans le période actuellement présent, comme dans cet exemple :
j’ai fait ce matin de la bonne besogne. (Ibid.)

64Soit en schéma :

65Le segment [α, β] représente le période « actuellement présent ».

66Tx est représenté par un intervalle fermé à droite en Ti : Tx s’achève en Ti. Ti est le point depuis lequel on peut considérer que Tx est achevé, mais n’appartient pas au temps de la production de Tx.

67– L’aoriste en revanche est repéré à l’aide du critère supplémentaire constitué par la notion de période. L’aoriste correspond à une représentation du passé selon laquelle l’événement est rapporté, comme pour le prétérit, à un temps dans lequel sa production est considérée comme achevée. Mais il faut encore que dans le temps où se fait la représentation, le période à l’intérieur duquel l’événement a été produit soit également considéré comme écoulé.

L’autre manière est de le faire répondre à un temps où non seulement sa production est finie mais où est encore passé le période dans lequel cette production est arrivée ; de façon que le temps présent où l’on parle apartienne à un autre période, qui ait succédé à celui qui a vû naitre & finir l’évenement ; comme quand on dit,
je fis hier tout ce que je pus, & je perdis mes peines. (p. 22)

68En schéma cela donne :

69Nous représentons cette fois Tx comme un point pour plus de commodité. Mais il va de soi que l’événement qu’il représente est toujours pourvu d’une certaine durée.

70Le segment [α, β] représente le période « qui a vu naître et finir l’événement ». L’instant de référence (Ti ou To) est cette fois à l’extérieur du période.

  • 10 C’est en effet une préoccupation que l’on trouve chez Sauvage de Villaire ou Vallange. L’analyse du (...)

71On peut tenter d’évaluer la portée de cette invention sur le plan historique en référence aux transformations que subit le modèle d’analyse et le projet introduits par les auteurs de Port-Royal. La théorie qui se développe à partir de 1660 consiste à élaborer et à généraliser un modèle de description des temps fondé sur une représentation ponctuelle des événements temporels. La notion de durée relève en quelque sorte d’un modèle concurrent10. L’apport théorique de Girard consiste ainsi à faire progresser la généralisation du modèle chronologique qui désormais rend compte de tous les temps de l’indicatif en intégrant la représentation de la durée de certains événements temporels. La notion de période permet de reformuler d’une façon plus rigoureuse, moins intuitive et moins métaphorique des analyses qui apparaissent dans certaines grammaires antérieures. L’analyse de Maupas n’est peut-être pas différente en termes de contenu de connaissance. Mais l’analyse repose chez Girard sur l’exploitation d’une notion clairement définie et reçoit une dénomination métalinguistique stabilisée.

72Si l’on considère maintenant l’économie du système des temps imaginé par Girard, ce nouveau critère joue un rôle central et permet de modifier épistémologiquement la notion de temps elle-même. La théorie proposée par Girard est en effet une théorie du temps en tant qu’il est représenté. L’aoriste et le prétérit sont des « manières de représenter le temps », tandis que chez les auteurs précédents la durée est toujours objective, qu’il s’agisse de la durée de l’événement lui-même ou de la distance qui le sépare de T0. Chez Girard au contraire le critère périodique n’a aucun référent stable dans le temps naturel. Il relève entièrement de la décision du sujet. Ainsi la différence entre passé simple et passé composé n’est plus à évaluer en référence à la durée et à la position des événements dans le monde, mais en relation avec les intentions du sujet, en l’occurrence, les effets de sens qu’il souhaite produire.

[…] dans certaines façons différentes de poser le même période de temps il faut, selon la différence de cette position, se servir ou du prétérit ou de l’aoriste. Par exemple, j’exprime une distance depuis l’évenement, & je dis,

il y a dix ans que j’ai quité la Cour ;

je parle conformément à la regle & au bon usage ; parceque la position de ce période est telle que le moment de l’action & celui où je parle lui apartiennent ; les comprenant tous les deux dans son étendue, l’un comme le commencement & l’autre comme le terme de la distance. Mais dans cette autre position,

il y eut hier dix ans que je quitai la Cour,

l’aoriste comme on voit, y prend la place que le prétérit occupe dans la premiere position ; parceque le période de la distance, dont l’évenement fait la partie initiale, y est posé de manière que le temps où je parle ne lui apartient pas, & que par rapport à ce temps de la parole tout est passé, & l’évenement & le période auquel on l’a fixé. (p. 23-24)

73La différence entre les deux formulations ne relève pas de la norme, mais marque une différence dans le sens.

74Ainsi, l’histoire de la règle des vingt-quatre heures dont nous avons suivi plusieurs étapes depuis Pillot trouve ici un de ses rebondissements remarquables. Après le retour que nous avons constaté dans la grammaire de Port-Royal à une interprétation étrangement référentielle de la règle, nous retrouvons, dans le texte de Girard, les contenus de connaissance développés par Maupas en 1607, en l’occurrence le caractère aspecto-énonciatif du critère de la différence entre le passé simple et le passé composé. Mais Girard ne répète pas Maupas. L’auteur des Vrais principes formule, pour la première fois dans le cadre de la théorie du temps développée depuis Port-Royal, une description formalisée de la valeur aspecto-énonciative des deux prétérits, là où la précision dans la description de Maupas ne s’exerçait que dans le choix de métaphores habiles. Tout se passe comme si la théorie du temps fondée sur des opérations de repérage imaginée par les Messieurs était Enfin à même, presqu’un siècle après son apparition, de tenir compte d’une des intuitions les plus remarquables du grammairien de Blois.

2. 2 Beauzée (1767)

75Nicolas Beauzée prend la suite de Dumarsais, après le décès de ce dernier, dans la rédaction des articles relatifs à la langue et au langage dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Il rédige lui-même la plupart des quelque cent trente-cinq articles consacrés à ce domaine à partir du volume 7 (i. e. lettre F). Sa théorie du temps est une première fois exposée dans l’article « Tems » publié en 1765. Elle est reprise dans sa Grammaire générale, ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l'étude de toutes les langues (1767), puis dans l’Encyclopédie méthodique. Grammaire et littérature, dédiée et présentée a monsieur Le Camus de Néville, maître des requêtes, directeur général de la Librairie (1782-1786), avec quelques modifications que nous commenterons. Ce texte de très grande ampleur, constitue une étape importante dans l’histoire des analyses du temps linguistique. Plus que ne l’ont été les grammairiens avant lui, Beauzée est cité, commenté, contesté, pendant la seconde moitié du siècle, et dans les ouvrages qui, au xixe siècle, continuent à se réclamer de la grammaire générale. Une grammaire générale tardive comme celle d’Albert Montémont se propose encore en 1845 de mettre en œuvre avec minutie les analyses beauzéennes sur un large échantillonnage de langues : l’hébreu, le grec, le latin, le français, l’allemand, l’italien, l’espagnol et l’anglais, et quelques autres évoquées plus ponctuellement. Et dès 1774, Court de Gébelin dans le panorama historique qu’il dresse des progrès de l’analyse du temps donne l’œuvre de Beauzée comme la forme achevée vers laquelle tendent les contributions précédentes de Girard et Harris. Nous reviendrons sur la façon dont cette interprétation est justifiée dans l’historiographie des théories du temps à laquelle se livre l’auteur du Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne considéré dans son génie allégorique et dans les allégories auxquelles conduisit ce génie. Mais au fond, notre position n’est pas différente. Beauzée peut être regardé comme l’auteur qui développe de la façon la plus réussie et la plus cohérente les principes d’analyse introduits par les Messieurs. Il est sans doute aussi celui qui a la conscience la plus claire de la nature de ces principes : il les introduit dans la définition même de la notion de temps, et les applique avec systématicité à l’analyse de toutes les formes verbales. Il voit ces dernières comme les produits d’une série d’opérations de repérage impliquant toujours deux critères, outre l’événement lui-même. Il a souvent été remarqué (Wilmet 1981, Veters 1992, de Saussure 1995-1996, 1998) que ce dispositif préfigure celui que Reichenbach expose dans ses Elements of Symbolic Logic en 1947. Il s’agit dans les deux cas de construire une sémantique du temps verbal sur les différentes combinaisons des relations entre les trois points que Reichenbach désigne comme l’instant de l’événement (E), l’instant de la parole (S), et un instant repère (R). Le problème historiographique posé par ce rapprochement peut être formulé de la façon suivante : que signifie l’antériorité de Beauzée à l’égard de Reichenbach et comment la parenté entre les deux systèmes peut-elle être interprétée du point de vue historique ? Beauzée est-il un précurseur de Reichenbach ? Que signifie la notion elle-même de précurseur dans un cas comme celui-ci ? La question de l’héritage de Beauzée pose par ailleurs de nombreux problèmes que n’épuise pas la question de la succession dans le temps du grammairien de l’Encyclopédie et du philosophe de la relativité. La plupart des auteurs de grammaires françaises ou de grammaires générales écrites en français se réfèrent à son analyse, et la saluent souvent comme fondatrice. Comment comprendre historiquement cette sorte de cohérence qui rassemble les travaux des grammairiens sur le temps autour du système beauzéen ? Le cas de Beauzée invite à poser à une échelle plus réduite les questions que nous soulevons à propos de la théorie du temps de la grammaire générale dans son ensemble.

2. 2. 1 La notion de temps : l’influence de l’empirisme de Locke

76L’article de grammaire consacré au temps dans l’Encyclopédie fait suite à un article de métaphysique sous une entrée identique. Ce dernier, rédigé par Forney, rappelle quelles ont été les conceptions du temps des principales écoles philosophiques, et s’attache surtout à la critique de l’erreur qui voit dans le temps un être, comme l’espace, distinct des choses elles-mêmes. Il développe la position de Locke pour qui l’expérience du temps s’acquiert essentiellement dans la mesure de ses parties. L’article de Beauzée s’articule étroitement avec ces positions de principe, et il apparaît que son analyse du temps linguistique fonctionne comme l’application, dans une réflexion sur la représentation du temps dans le langage et les langues, des idées de Locke sur l’acquisition de la conscience du temps.

77Le point de départ du texte de Beauzée est une citation de Gamaches tirée de son Astronomie physique, ou principes généraux de la nature, appliqués au mécanisme astronomique, et comparés aux principes de la philosophie de M. Newton (1740) : « le tems est la succession même attachée à l’existence de la créature » (Gamaches 1740, p. 28). Gamaches s’oppose ici à l’idée selon laquelle le temps serait une sorte de contenant universel, doté lui-même de l’existence, comme il s’oppose à l’idée que l’espace renferme les corps :

[…] vouloir que cette étendue soit un néant, ou un rien qui puisse se mesurer, & où l’on puisse distinguer des parties de différentes figures, ou de différente grandeur, ou bien vouloir que ce soit un Estre qui subsiste par lui-même, & refuser en même tems de la mettre au rang des substances, ce sont deux opinions dont on sent d’abord le ridicule. (p. 27)

78De même que l’espace, ou l’étendue, ou encore le vide, ne sont pas autre chose que les corps eux-mêmes, parce qu’il serait absurde de supposer une telle chimère qui subsisterait par elle-même, fût-ce après la destruction des corps, et se déroberait ainsi à la puissance divine, de même le temps n’est pas autre chose que les existences successives. La discussion concerne donc l’ontologie du temps et de l’espace, et renvoie à de nombreux arrière-plans, dont le plus immédiat est la physique newtonienne, à laquelle Gamaches reproche précisément de poser l’espace comme étendue purement géométrique, un vide au sein duquel les corps célestes se meuvent sous l’action de la force gravitationnelle. Admettre le vide, l’espace comme contenant universel et éternel, c’est admettre d’une part l’existence d’un être doté des mêmes attributs que Dieu, et d’autre part de forces habitant les solides comme des qualités occultes, ce qui est également inadmissible pour la physique cartésienne que défend Gamaches. On sait que la solution envisagée par Descartes consiste à supposer des tourbillons d’éther qui entraînent les corps célestes dans leur mouvement.

79La citation de Gamaches pose donc allusivement le contexte d’un débat dont Beauzée retient ici ce résultat important : le temps n’existe pas, ne subsiste pas en dehors des êtres eux-mêmes. Mais, cette proposition ne parvient pas à rendre compte de la complexité du problème, du moins en ce qui concerne le temps dans la langue. Il faut être à même de comprendre comment l’idée du temps se forme dans l’esprit, comment le sujet en acquiert l’expérience.

80Sur ce plan, la définition aristotélicienne du temps comme mesure du mouvement n’est d’aucun secours. C’est que l’expérience du temps est essentiellement intime, et n’engage pas nécessairement la relation du sujet au monde. Il n’est pas besoin de faire l’expérience du mouvement, de la sensation d’un solide en déplacement, pour se former une idée de la succession ou de la durée. Ces idées, nous pouvons les acquérir dans l’intimité de notre conscience : il n’est que d’observer, pour l’homme éveillé, la succession constante et régulière des idées qui se présentent à son esprit, dans un lux naturel, selon un mouvement qu’il n’est pas en son pouvoir d’empêcher.

Il est évident, pour qui ne fait qu’observer ce qui se passe dans son esprit, que, tant qu’il est éveillé, il y a une suite d’idées qui se succèdent constamment dans son entendement. La réflexion sur l’apparition l’une après l’autre d’idées diverses dans notre esprit, c’est ce qui nous donne l’idée de la succession ; et la distance entre tout élément de cette succession, ou entre deux idées quelconques apparaissant dans l’esprit, c’est ce que l’on appelle durée. En effet, tant que l’on pense ou que l’esprit reçoit successivement diverses idées dans l’esprit, on sait qu’on existe vraiment ; et exister ou persévérer dans l’existence c’est ce que l’on appelle durer pour soi-même ou pour tout autre chose mesurée par une succession d’idées dans l’esprit et donc co-existant avec la pensée. (Locke 2001 [1690], livre I, chap. 14, § 3, p. 296)

81Et un peu plus loin :

Ce n’est donc pas le mouvement mais la suite constante des idées dans l’esprit éveillé qui donne l’idée de la durée ; le mouvement n’en procure de perception qu’en produisant dans l’esprit une succession constante d’idées […]. (p. 302)

82Le temps dont parle Locke n’est pas le temps cosmologique. La question d’ailleurs n’est pas de savoir si un tel être existe, et il ne discute la définition aristotélicienne que dans la mesure où il détache le temps du mouvement.

83Augustin n’est pas cité, mais le projet paraît apparenté à celui que développent les chapitres du livre XI des Confessions : il s’agit de rendre compte de l’expérience du temps pour un sujet, et la formule augustinienne de la distentio animi peut être rapprochée, comme forme originelle de la conscience du temps, de l’expérience du lux de pensée qui fonde la conscience de la durée chez le philosophe anglais.

C’est en toi, mon esprit, que je mesure le temps. Ne me fais pas d’objection : c’est un fait. Ne m’objecte pas le lot désordonné de tes impressions. C’est en toi, dis-je, que je mesure le temps. L’impression que produisent en toi les choses qui passent persiste quand elles ont passé : c’est elle que je mesure, elle qui est présente, et non les choses qui l’ont produite et qui ont passé. Donc ou bien le temps est cela même, ou bien je ne mesure pas le temps. (Augustin 1980, Confessions, XI, 23)

84L’idée de la durée étant acquise, celle de la mesure suit naturellement. L’esprit cherche à se donner les moyens de comparer des durées de différentes longueurs. La possibilité de juger de l’étendue relative des différentes durées est fournie par la perception d’événements périodiques comme le sont le lever et le coucher du soleil, ou le départ saisonnier et l’arrivée de certains oiseaux, l’apparition de certains parfums, de certaines leurs…

[…] en observant par les sens certaines apparitions, à des périodes régulières semblant équidistantes, on acquiert l’idée de certaines longueurs ou mesures de durée comme les minutes, les heures, les années, etc. (Locke 2001 [1690], livre I, chap. 14, § 31, p. 314)

85La conscience du temps chez Locke s’établit donc en deux étapes : à la conscience spontanée de la durée fait suite l’activité de la mesure. Mesurer, c’est ici établir des relations entre des événements vécus, ou perçus, et d’autres événements institués en repères.

86La théorie du temps linguistique que développe Beauzée s’appuie sur certains éléments de cette analyse. Il ne revient pas sur l’expérience de la durée, mais propose une analyse développée du moment de la mesure en une série d’étapes articulées parallèles aux propositions de l’Essai sur l’entendement humain. Pour l’encyclopédiste en effet, la conscience du temps est toujours conscience d’une quantité : il n’y a conscience du temps que dans la mesure de son écoulement. Le temps est « la mesure de l’existence successive » des êtres, comme par symétrie « l’existence successive […] est la seule mesure du temps qui soit à notre portée » (Beauzée 1767, t. I, p. 424), et cette mesure est une opération réalisée par un sujet. Le temps n’affleure à la conscience qu’en tant qu’il est mesuré et mesurable, ou encore parce qu’il est possible de pourvoir de repères, de points fixes, la successivité mobile de l’existence. Ces repères permettent de saisir et de concevoir ce qui autrement resterait impalpable :

Cette mobilité successive de l’existence ou du temps, nous la fixons en quelque sorte pour la rendre commensurable, en y établissant des points fixes caractérisés par quelques faits particuliers ; de même que nous parvenons à soumettre à nos mesures & à nos calculs l’étendue intellectuelle, quelque impalpable qu’elle soit, en y établissant des points fixes caractérisés par quelque corps palpable et sensible. (p. 425)

87L’expérience de la mesure du temps elle-même n’est donc d’abord pas autre chose qu’une expérience de repérage. Pour Beauzée, et pour Locke, c’est la même opération cognitive de la comparaison et de la mesure qui fonde l’expérience du temps. L’une des conséquences remarquables de cette position est le caractère fondamentalement relatif du repérage des événements. Mesurer la durée d’un événement c’est y disposer des repères, constitués par d’autres événements. Beauzée complète cette idée en définissant deux types de repères possibles :

88– les instants repères ponctuels qu’il appelle époques :

On donne à ces points fixes de la succession de l’existence ou du temps, le nom d’époques ; du grec epokhê, qui vient du verbe epekefin, morari, arrêter : parce que ce sont des instants dont on arrête, en quelque manière, la rapide mobilité, pour en faire comme des lieux de repos, d’où l’on observe pour ainsi dire, ce qui coexiste, ce qui précède, & ce qui suit. (Ibid.)

89– et les repères étendus, constituant des parties de la durée elle-même, qu’il appelle périodes en reprenant le terme introduit par Girard ; mais le mot est aussi celui qui figure dans le texte de Locke pour décrire l’occurrence régulière des phénomènes qui fournissent à la conscience des repères pour mesurer la durée, comme le lever du soleil ou le retour des saisons :

On appelle période, une portion de temps dont le commencement & la fin sont déterminés par des époques, de peri, circum, autour, & de hodos, via, chemin : une portion de temps bornée de toutes parts, est comme un espace autour duquel on peut tracer un chemfin, pour observer ce qui y est enfermé & ce qui l’environne. (Ibid.)

90Les points fixes dans la durée, les époques, sont autant de lieux où le sujet peut s’établir et « observer ce qui est […] enfermé » dans un période, ou « ce qui coexiste, ce qui précède, & ce qui suit » (ibid.). La constitution même des instants en repères, c’est-à-dire en points fixes arrêtés, relève de la décision arbitraire du sujet qui fait l’expérience du temps, mais ils sont aussi autant de sièges qu’il peut occuper, autant de points vue qu’il peut adopter sur les événements. Le repérage des événements n’est donc pas ici une opération purement géométrique comme à Port-Royal. Elle implique le sujet, et engage son point de vue ; ou encore les instants repères ne sont pas seulement des points de référence, mais manifestement, dans une certaine mesure, des points de vues ou des points de perspective.

2. 2. 2 Temps de l’existence et temps de l’énonciation

91La théorie du temps grammatical chez Beauzée est aussi liée à une réflexion sur la catégorie du verbe lui-même et sur sa définition dans les grammaires générales depuis Port-Royal. Pour l’ensemble de cette tradition, le verbe en tant que partie du discours comporte deux caractéristiques sémantiques :

  1. il réalise linguistiquement l’acte de notre esprit qu’est le jugement. Ainsi la proposition prototypique la terre est ronde renferme trois choses : un sujet, « la terre », un attribut, « ronde », et un élément de liaison entre les deux termes, qui représente l’opération de notre esprit et affirme la qualité portée par l’attribut à propos du sujet. Le verbe selon Port-Royal, on s’en souvient, est « un mot dont le principal usage est de signifier l’affirmation : c’est à dire de marquer que le discours où ce mot est employé, est le discours d’un homme qui ne conçoit pas seulement les choses mais qui en juge & qui les affirme » (Arnauld et Lancelot 1660, p. 90) ;

  2. en revanche, pour les Messieurs, le temps n’est lié au verbe que de façon inessentielle, au rebours d’une longue tradition qui remonte à Aristote, comme nous l’avons vu plus haut (voir supra p. 31).

92Par ailleurs l’affirmation ne paraît pas soumise au temps, ou plus exactement, elle a toujours lieu dans le présent de l’énonciation. C’est ce qui leur fait dire que le seul verbe véritable est le verbe être, et plus encore, que sa forme fondamentale est la troisième personne du singulier du présent de l’indicatif, comme elle apparaît dans la proposition prototypique. De là l’idée que toute proposition postule un sujet, un je qui énonce la proposition, et qui est le véritable sujet de l’affirmation. Cette tension entre sujet de l’énoncé et sujet de l’énonciation, et par conséquent entre temps de l’énoncé et temps de l’énonciation, apparaît clairement dans le passage suivant :

Et l’on peut remarquer en passant que l’affirmation entant que conceuë, pouvant estre aussi l’attribut du Verbe, comme dans le verbe airmo, ce verbe signifie deux affirmations, dont l’vne regarde la personne qui parle ; & l’autre la personne de qui on parle, soit que ce soit de soy-mesme, soit que ce soit d’vn autre. Car quand je dis, Petrus affirmat, affirmat est la mesme chose que est affirmans : & alors est marque mon affirmation, ou le jugement que je fais touchant Pierre, & affirmans, l’affirmation que je conçois, & que j’attribuë à Pierre. (p. 98)

93Ce point est précisément discuté par Beauzée dans une analyse qui engage à la fois la définition du verbe, celle du temps et celle de verbe auxiliaire. Le problème posé est celui du statut du verbe être sur les plans logique et sémantique. Il faut partir là encore de la proposition :

Une proposition doit être l’image de ce que l’esprit apperçoit par son jugement, & par conséquent elle doit énoncer avec exactitude ce qui se passe alors dans l’esprit, & montrer sensiblement un sujet déterminé, un attribut déterminé, & l’existence intellectuelle du sujet en relation avec l’attribut. (Beauzée 1767, p. 394)

94C’est au verbe, ici à la copule dans le modèle de la proposition, que revient la fonction de signifier « l’existence intellectuelle du sujet en relation à l’attribut ». Ce faisant, il n’exprime qu’une propriété du sujet de la proposition et non un acte réalisé par celui qui parle. L’argument décisif en faveur de cette interprétation est, selon Beauzée, livré par la morphologie. Dans Petrus est affirmans il n’est pas possible de dire que est marque l’affirmation de celui qui parle, car il s’agit d’une forme de troisième personne.

[C] e qu’il marque primitivement & clairement, appartient au sujet dont on parle à la troisième personne. Si quelque chose dans est peut se rapporter à moi, c’est qu’il exprime l’existence d’une troisième personne dans mon entendement […]. (t. I, p. 397)

95Le phénomène linguistique de l’accord est donc à prendre au sérieux. Il s’agit d’un fait de syntaxe de convenance et, à ce titre, il figure déjà dans la GGR parmi les faits de syntaxe universels. L’accord marque la relation de convenance de l’attribut et du sujet de la proposition. Quant à l’affirmation, elle n’est pas marquée par une catégorie grammaticale particulière. Elle n’a pas de signe, elle « se manifeste assez par l’acte même de la parole, sans avoir besoin d’un mot particulier pour devenir sensible » (t. I, p. 398). Et un peu plus loin : « tout mot est affirmatif par sa nature ».

96Comme l’a bien montré Gabriel Nuchelmans (1983, p. 88-98), la discussion que nous retraçons schématiquement ici oppose deux conceptions de la proposition. Pour les Messieurs de Port-Royal toute proposition renferme trois termes, le sujet, l’attribut, et le verbe être, marque de l’affirmation produite par le sujet parlant. Le modèle proposé par Beauzée, et par Dumarsais, diffère par le statut conféré au verbe être. Il ne s’agit jamais d’une simple ligature, de la copule des logiciens, vide de sens. Ce verbe, toujours restituable par analyse, marque l’existence intellectuelle du sujet auquel on rapporte l’attribut. Le verbe être, dans tous ses emplois, dans les formes verbales composées comme dans les métaphrases produites par démontage logique des verbes ordinaires, comporte toujours un prédicat d’existence. L’existence elle-même peut être envisagée concrètement (Dieu est), ou abstraitement (Dieu est tout-puissant). Mais dans les deux cas, le verbe marque fondamentalement l’existence du sujet, qu’il s’agisse d’une existence réelle ou d’une existence intellectuelle « sous la relation de convenance à la toute-puissance » (Beauzée 1767, t. I, p. 409).

97Le statut conféré au verbe être, et plus généralement au verbe tout cours permet donc à Beauzé de résoudre plusieurs tensions qui affleurent dans la GGR :

  1. entre la notion de verbe substantif d’un côté (le seul verbe être), et celle de verbe auxiliaire de l’autre. Il peut s’agir encore du verbe être, ou d’autres (avoir, willen, etc.), selon les langues. Pour Beauzée, être est l’auxiliaire naturel parce qu’il signifie essentiellement l’existence et que par conséquent « il paroît plus naturel d’en employer les Temps, que ceux de tout autre Verbe » (Beauzée 1767, t. I, p. 463), pour exprimer les divers temps de verbes ;

  2. entre la définition du verbe comme signe de l’affirmation et la notion de temps. Beauzée définit le temps comme l’expression « d’un rapport d’existence à une époque » ou « terme de comparaison » (t. I, p. 428). Il réunit ainsi dans la même formule la fonction sémantique fondamentale du verbe (l’expression de l’existence), et celle du repérage, qui constitue le fondement de la conscience et de l’expérience du temps :

On voit par cette définition […] que les Temps du Verbe ont en effet leur fondement dans ce qui constitue la différence spécifique de cette partie d’Oraison, je veux dire l’existence […]. (Ibid.)

  • 11 […] Lancelot n’a montré d’autre liaison entre l’affirmation & les formes temporelles, que l’envie d (...)

98Elle répare ainsi une disparate de la GGR dans laquelle d’une part rien ne justifie la liaison de l’expression de l’affirmation et celle du temps dans un même mot si ce n’est le commode souci « d’abréger »11 et où d’autre part, rien n’est dit sur la façon dont s’articule le temps toujours présent de l’affirmation portée par être et prise en charge par le sujet de l’énonciation, et l’un des trois temps simples, « (puis que l'on peut asseurer d’une chose qu’elle est, ou qu’elle a esté, ou qu’elle sera » (Lancelot et Arnauld 1660, p. 103)

2. 2. 3 Le système des temps

99La définition des formes temporelles du verbe repose donc sur deux notions principales : la notion de « rapport d’existence » à un repère, et le repère lui-même, la notion d’époque ou de période. Le temps grammatical est alors défini, selon trois « divisions générales », ou trois critères hiérarchisés. La « première division générale du temps » est constituée par le rapport d’existence à une époque de comparaison (Beauzée 1767, t. I, p. 428). Ce rapport peut être de simultanéité, d’antériorité, ou de postériorité. L’existence dont il s’agit ici est celle de la chose soumise au temps, de l’événement représenté. Ce rapport détermine l’appartenance du temps grammatical à la catégorie des présents s’il s’agit d’un rapport de simultanéité, et respectivement à celle des passés et des futurs s’il s’agit d’un rapport d’antériorité ou de postériorité. Là se dessine une différence majeure à l’égard de tous les systèmes d’analyse précédents et de la plupart de ceux à venir, qui définissent ces catégories à partir du critère constitué par l’instant de la parole. La définition chez Beauzée est située à un niveau plus général. Pour lui, ce premier niveau du repérage de l’existence dans le temps engage un « terme de comparaison » qui précisément n’est pas l’instant de la parole. Autrement dit, la catégorie du présent, par exemple, est définie par le rapport de simultanéité de l’événement à l’égard d’un instant repère quelconque, non à l’égard de l’instant de la parole. Cet instant repère, autodéfini comme tel, n’est pas absent des théories précédentes. Il correspond au repère que nous avons appelé « Ti » dans la théorie du temps de Port-Royal et qui se généralise ensuite chez Girard. Mais nous avons vu justement que dans chacune de ces théories, ce critère intervient secondairement après le critère fondamental constitué par l’instant de la parole. De plus, il ne concerne que certains temps. Chez les Messieurs de Port-Royal, par exemple, il n’intervient que dans la définition des temps « composés selon le sens ».

100La « seconde division générale des Temps » est constituée par la manière dont l’instant repère lui-même est envisagé (Beauzée 1767, t. I, p. 430). Il peut l’être sous un point de vue « général & indéterminé » ou « spécial & déterminé ». On parlera dans le premier cas de temps indéfinis & de temps définis dans le second. Les temps indéfinis sont ceux qui « ne tiennent effectivement à aucune époque déterminée », ils expriment les rapports temporels avec abstraction de toute époque de comparaison. Les temps définis sont relatifs, en revanche, à une époque précise et déterminée. Chacune des divisions dans le temps opérées par le premier critère est donc susceptible d’une seconde division en temps définis et indéfinis. On distinguera ainsi un présent défini et un présent indéfini, un passé défini et un passé indéfini, etc.

101La troisième division générale du temps est produite par la référence à un nouveau repère, commun cette fois au locuteur et à son auditeur, alors que l’institution du premier relève du choix et de la décision du seul locuteur. Il s’agit, bien entendu, de l’instant de la parole. La différence essentielle qui distingue le fonctionnement de ce critère chez Beauzée et chez ses prédécesseurs est donc qu’il permet ici de situer non pas directement l’événement représenté, mais l’époque de comparaison :

[…] la position de l’époque de comparaison est sa relation à l’instant même de l’acte de la parole. (t. I, p. 433)

102Cette relation peut à son tour être de simultanéité, d’antériorité, ou de postériorité, et détermine trois catégories : l’époque actuelle, simultanée avec l’acte de la parole, l’époque antérieure et l’époque postérieure. Le présent, le prétérit, et le futur, catégorisés par la première division générale, peuvent ainsi être respectivement antérieurs, actuels ou postérieurs.

103Enfin, la distinction que nous avons vue plus haut entre des instants repères conçus comme époque, ou comme période, permet une division supplémentaire dans les temps antérieurs. Ils peuvent être simples ou périodiques, selon que Ti est conçu comme une époque ou comme un période.

104L’ensemble de cette classification correspond à un arbre dichotomique dont les embranchements renvoient aux « divisions » qui viennent d’être décrites et identifient les critères distinguant les espèces. Elle peut être représentée sous la forme du tableau suivant, qui reprend une partie de celui figurant dans l’article de l’Encyclopédie :

Présent

Prétérit

Futur

Temps indéfinis

je loue

j’ai loué

je dois louer

Temps définis

actuel

je loue

j’ai loué

je dois louer

antérieur

simple

je louais

j’avais loué

je devais louer

périodique

je louai

j’eus loué

Je dus louer

postérieur

je louerai

j’aurai loué

je devrai louer

105Mais elle peut aussi s’énoncer discursivement sous la forme d’un protocole qui ordonne des opérations de pensée, comme dans le passage suivant :

Il faut considérer dans les Temps, 1° une relation générale d’existence à un terme de comparaison, 2° le terme même de comparaison. C’est en vertu de la relation générale d’existence, qu’un Temps est Présent, Prétérit, ou Futur ; selon qu’il exprime la simultanéité, l’antériorité, ou la postériorité d’existence : c’est par la manière d’envisager le terme, ou sous un point de vûe général & indéfini, ou sous un point de vûe spécial & déterminé ; que ce Temps est indéfini ou défini : & c’est part la position déterminée du terme, qu’un Temps défini est actuel, antérieur, ou postérieur ; selon que le terme a lui-même l’un de ces rapports au moment de l’acte de parole. (t. I, p. 443)

106On peut se demander jusqu’à quel point Beauzée envisage ces opérations comme articulées elles-mêmes dans la temporalité propre de la construction de l’image temps. La théorie beauzéenne propose-t-elle un simple classement statique des catégories essentiellement possibles, ou bien décrit-elle le mécanisme cognitif de la construction du temps dans l’esprit ? Le texte n’aborde pas explicitement ce point, mais il est clair que le système n’est pas incompatible avec une interprétation chronogénétique de la construction conceptuelle. Les catégories de la grammaire pour un auteur de grammaire générale correspondent à des opérations de pensée, et une articulation hiérarchisée de ces catégories postule un enchaînement temporalisé de ces opérations. On peut trouver en outre dans le texte beauzéen deux indices du caractère dynamique du système lui-même :

  1. dans la réflexion relative au repère Ti lui-même, objet ou non d’une détermination. Dans le premier cas, la construction s’arrête là. Dans le second, une nouvelle opération s’applique. La théorie met donc ici en œuvre autre chose que l’identification d’une simple différence spécifique. La différence entre les temps indéfinis et définis n’est pas autre chose que la suspension ou la poursuite de la construction de l’image temps, selon une sorte d’ontogenèse du temps chez le sujet parlant ;

  2. le deuxième indice est discursif, et implique une temporalité externe, chaque langue correspondant à une mise en scène particulière du parcours des distinctions essentielles. Il ne s’agit pas de phylogenèse, car ce temps de la génération ne sert pas à ordonner les langues les unes à l’égard des autres, mais seulement à les distinguer. Cette idée est suggérée dans différents passages où il est question de la diversité des réalisations du système des divisions essentiellement possibles dans les langues. Nous y reviendrons. Le commentaire d’un passage de Varron introduit explicitement le motif de la genèse des temps dans les langues :

[Varron] avoit entrevu le fondement de la division des Temps telle que je l’ai proposée ; & il s’en explique d’une manière si positive & si précise, que je suis extrémement surpris que personne n’ait songé jusqu’ici à faire usage d’une idée qui ne peut que répandre beaucoup de jour sur la génération des Temps dans toutes les langues. (Beauzée 1767, t. I, p. 460, nous soulignons)

2. 2. 4 L’horizon de rétrospection de la théorie beauzéenne

107On voit donc la différence fondamentale qui distingue le système de Beauzée de celui de ses prédécesseurs. Elle tient à l’ordre dans lequel les critères opèrent dans la délimitation des catégories temporelles. Le critère constitué par l’événement de comparaison Ti, qui n’était dans tous les système précédents qu’un critère supplémentaire et ne concernait que certaines catégories de temps passe ici au premier plan, et c’est en revanche le critère To, instant de l’acte de la parole, qui, quoique considéré selon une métaphore éloquente comme le « méridien origine » du système des temps, n’est que le dernier terme du repérage des événements et n’intervient que pour catégoriser la classe des temps définis.

108Il faut s’interroger sur le sens de ce renversement du dispositif de repérage des temps verbaux dont nous avons suivi le développement depuis Port-Royal. Ce renversement constitue-t-il une réponse, une objection à des propositions antérieures ? Le théorie ainsi construite est-elle plus puissante, permet-elle de traiter de nouveaux faits ? Nous allons examiner successivement ces deux points.

2. 2. 4. 1 Discussion des thèses et évaluation des théories antérieures

109Les citations de textes grammaticaux antérieurs sont fréquents dans ce chapitre comme dans l’ensemble de l’œuvre de Beauzée : il s’agit en l’occurrence de Varron, dont nous venons de parler, Scaliger, Regnier-Desmarais, et surtout Port-Royal, dont les thèses et certaines analyses sont véritablement discutées. La discussion vise surtout l’imparfait et le futur antérieur, et dans une moindre mesure le plus-que-parfait, le passé antérieur, et le passé simple. Dans tous les cas, le problème soulevé est le même, savoir l’ordre dans lequel les opérations de repérage doivent être mises en œuvre et sont effectivement représentées dans la forme verbale. Le cas du futur antérieur permet d’expliciter les enjeux de la façon la plus nette.

110Dans le texte de Port-Royal, on se souvient qu’une forme comme coenavero (j’aurai soupé), dans coenavero cum intrabit, est analysée comme un futur parfait, conformément à une terminologie courante dans les grammaires de cette époque, qui catégorisent en effet ce temps comme un futur.

111L’analyse de Port-Royal reproduite par Beauzée est la suivante :

  1. coenavero exprime une action future en soi ;

  2. la forme exprime également une action passée par rapport à une autre qui est future.

112Une représentation schématique convenable pourrait donc être la suivante :

113Le point Tx est déterminé à la fois par une relation à Ti et par une relation à To. La catégorisation en futur antérieur représente ce double repérage.

114Beauzée conteste l’existence d’un repérage par rapport à To. Pour lui, coenavero n’est pas un futur (fût-il antérieur), mais un prétérit postérieur. La discussion avec Port-Royal concerne donc précisément ce point : la catégorisation de coenavero comme futur vs comme prétérit.

  • 12 Il s’agit de Lancelot.

Une autre erreur de cet écrivain célèbre12, est de croire que cœnavero (j’aurai soupé) marque mon action de souper comme future en soi, & comme passée au regard d’une autre chose avenir qui doit la suivre. Ce Temps n’exprime absolument que le second de ces deux rapports ; & loin d’exprimer le premier, il ne le suppose pas même. (t. I, p. 455)

  • 13 Le tiret ( - ) marque un rapport successif entre les points, la virgule (,) un rapport de simultané (...)

115Dans le système beauzéen, la première opération est celle du repérage de Tx par rapport à Ti, l’événement de comparaison. C’est le rapport que cette forme exprime « essentiellement » parce qu’il correspond à la première division générale du temps. La seconde est celle du repérage de Ti par rapport à To. La question est donc de savoir ce que l’on peut dire de la position de To et Tx. La catégorisation de la forme comme futur dans la grammaire de Port-Royal impose de placer Tx à droite de To, entre To et Ti. L’analyse de Beauzée consiste seulement à dire qu’il n’est pas possible de trancher cette question. La forme n’exprime pas, selon lui, de relation entre l’événement représenté et To, l’instant de la parole. C’est également la position qu’adoptera Reichenbach en 1947, en donnant pour le futur antérieur trois formules concurrentes : S-R-E ou S, E-R ou E-S-R13. Dans tous les cas, l’instant repère R est postérieur à l’instant de la parole (S-R), et l’événement (E), peut être postérieur (S-E), simultané (S, E), ou antérieur (E-S), à l’égard de l’instant de la parole (S).

116Cette proposition est confirmée par l’analyse d’un exemple tiré du Spectacle de la Nature de l’abbé Pluche :

« Si le tombeau, dit-il, (s) est pour lui (l’homme) la fin de tout ; le genre humain se divise en deux parties, dont l’une se livre impunément au crime, l’autre s’attache sans fruit à la vertu […] Les voluptueux & les fourbes […] seront ainsi les seules têtes bien montées ; & le créateur, qui aura mis tant d’ordre dans le monde corporel, n’aura établi ni règle ni justice dans la nature intelligente, même après lui avoir inspiré une très-haute idée de la règle & de la justice. » (Pluche cité par Beauzée 1767, t. I, p. 456)

117Pour le grammairien de l’Encyclopédie, la position de Tx par rapport à To peut se réaliser de plusieurs manières différentes, et c’est là précisément que réside l’intérêt du modèle. Mais la paraphrase de l’exemple étudié remplace le futur antérieur par un passé composé :

Le verbe aura établi n’exprime donc en soi aucune futurition, & l’on auroit même pû dire, le Créateur n’a établi ni règle ni justice, ce qui exclut entièrement & incontestablement toute idée d’avenir […]. (Ibid.)

118Il s’agit de prouver que l’interprétation d’un futur antérieur comme futur en soi n’est en aucun cas nécessaire. Au contraire, la référence de l’événement peut se situer dans le passé. Ce n’est pas toujours le cas, mais il suit de montrer que cela peut l’être. Dans l’exemple allégué, les arguments en faveur de cette interprétation sont théologiques : on ne peut rien statuer sur les actes futurs de Dieu.

119Peut-on conclure de l’absence de repérage de Tx par rapport à To que les deux événements appartiennent à deux axes temporels différents comme le propose Henri Portine (1996) ? Ce qui inciterait à aller dans ce sens dans l’exemple qui soutient l’argumentation est que, assez curieusement, c’est un futur antérieur marquant une hypothèse dans le passé, lui-même articulé à une proposition hypothétique, qui est commenté. Mais si le cas présenté par l’énoncé de l’abbé Pluche peut relever légitimement d’une analyse ramifiée du futur, l’argumentation de Beauzée n’est fondée que sur la synonymie en contexte du passé composé et du futur antérieur. Par ailleurs, l’indétermination fondamentale de la position de Tx par rapport à To se résout en fait en trois solutions, celles proposées par Reichenbach, et n’est pas contradictoire avec le fait qu’il existe une relation d’ordre total entre les instants. Le système temporel de Beauzée, comme celui de toute la grammaire générale, repose sur une conception unilinéaire du temps.

120Beauzée discute également l’analyse de l’imparfait et du futur simple que l’on trouve dans la grammaire des Messieurs. Mais les arguments développés sont ici d’une nature très différente. Beauzée n’allègue aucune donnée, mais souligne ce qui lui paraît être une contradiction, ou une inconséquence. Pour l’imparfait par exemple (le cas du futur est traité de façon identique) :

[Selon Port-Royal, l’imparfait] « marque le passé avec rapport au présent, & on l’a nommé Prétérit imparfait, parce qu’il ne marque pas la chose simplement et proprement comme faite, mais comme présente à l’égard d’une chose qui est déjà néanmoins passée. […] »
De l’aveu même de cet auteur, ce temps qu’il nomme Prétérit, marque donc la chose comme présente à l’égard d’une autre chose qui est déjà passée. Or quoique cette chose en soi doive être réputée passée à l’égard du Temps où on parle ; vu que ce n’est pas là le point de vûe indiqué par la forme du Verbe dont il est question, il fallait conclure que cette forme marque le présent avec rapport au passé, plutôt que de dire au contraire qu’elle marque le passé avec rapport au présent. (Beauzée 1767, t. I, p. 440-441)

121Les Messieurs mettent indifféremment au premier plan le repérage de Tx par rapport à l’instant repère, où ils « avoueraient » la véritable valeur de l’imparfait, ou par rapport à To, suivant en cela les préjugés de la tradition. L’argument est au fond assez curieux puisqu’il consiste à chercher dans le texte de la Grammaire générale et raisonnée un argument en quelque sorte contre elle-même dans le détail philologique du discours de ses auteurs.

122Les thèses discutées sont également celles relatives à la notion de verbe et de forme temporelle. Dans la langue, le temps se manifeste d’abord comme un ensemble de formes. Beauzée englobe dans la description non seulement les formes simples et composées mais également les formes surcomposées. Il étend le corpus à « quantité d’idiotismes qui ont une destination analogue [aux temps des conjugaisons], comme en françois, je viens d’entrer, j’allois sortir » (t. I, p. 427). Cette position impose le traitement d’un ensemble d’unités plus nombreuses, plus diverses et plus complexes que ne le proposent les théories antérieures.

Je dis en premier lieu, que les Temps sont des formes ; afin de comprendre sous ce nom, non seulement les simples inflexions ou terminaisons consacrées à cet usage, mais encore toutes les locutions qui y sont exclusivement destinées & qui auroient pu être remplacées par des inflexions […]. (Ibid.)

123La notion de temps grammatical qui permet la saisie de ce corpus d’un format sensiblement différent de celui fourni par la tradition est elle-même, évidemment, fondée différemment. Les formes temporelles chez Beauzée sont définies par leur « destination ». Autrement dit, là où la tradition délimitait un corpus stabilisé (à la réserve des formes surcomposées dont l’intégration dans le système des temps restait problématique) constitué par les paradigmes de la conjugaison du verbe, Beauzée introduit un questionnement de la notion même de temps verbal à partir des positions de Scaliger et des auteurs de la GGR. Où passe la limite entre les formes de la conjugaison et les simples périphrases verbales ?

124Pour Jules-César Scaliger, le temps n’est pas un simple accident du verbe mais sa caractéristique essentielle :

  • 14 Cité p. 423. Scaliger, livre V, chap. 121. « Quant au temps, il apparaît que c’est non pas un attri (...)

Tempus autem, non videtur esse afectus Verbi, sed differentia formalis propter quam verbum ipsum Verbum est.14

125Dans la GGR en revanche, c’est la signification de l’affirmation, et non celle du temps qui définit le verbe. C’est par un recours à l’expérience, « la pierre de touche des systèmes » comme il le déclare dans les paragraphes liminaires de ce chapitre, que Beauzée propose d’évaluer la pertinence de ces deux positions. Il remarque que la définition de Scaliger ne permet pas de rendre compte des faits en chinois et en francique. Si l’on admet que l’expression du temps est la caractéristique essentielle du verbe, alors ces langues posent un problème de description. Elles ne présentent pas en effet de catégories fléchies marquant le temps. La position de Scaliger imposerait donc de reconnaître que ces langues n’ont pas de verbe. Ce qui au regard des hypothèses de la grammaire générale est en contradiction avec la notion même de langue ; une langue sans verbe n’est tout simplement pas une langue :

[…] il n’est pas possible d’admettre des langues sans Verbes, à moins de dire que ce sont des langues avec lesquelles on ne sauroit exprimer ses pensées, avec lesquelles on ne sauroit parler. (Beauzée 1767, t. I, p. 423)

126Il faut donc admettre qu’il existe des langues dans lesquelles les verbes ne sont pas fléchis, et n’expriment pas le temps. C’est que là n’est pas l’essence du verbe qui réside au contraire dans l’expression de l’idée générale d’existence, ou dans ce que les grammairiens de Port-Royal appellent l’affirmation comme modalité du jugement :

[…] les Verbes sont d’une nécessité absolue pour exprimer nos jugements, qui sont nos principales pensées & les seules dont la communication soit nécessaire […]. (Ibid.)

127La catégorie du verbe telle qu’elle est envisagée par la grammaire générale permet d’étendre la description à de telles langues et d’y retrouver une manifestation de la catégorie elle-même porteuse de l’ensemble des propriétés du verbe, fussent-elles, pour certaines d’entre elles, seulement en puissance :

[…] il y a des Verbes dans toutes les langues ; […] dans toutes, ils sont caractérisés par l’idée générale de l’existence intellectuelle d’un sujet indéterminé avec relation à un attribut ; […] dans toutes, la déclinabilité par Temps en est une propriété essencielle ; mais […] cette propriété n’est qu’en puissance dans quelques langues, comme la franque, la chinoise, & c., tandis qu’elle est en acte dans les autres, comme le grec, le latin, le françois, l’allemand, & c. (Ibid.)

128Autrement dit, la position de la grammaire générale n’est pas plus juste seulement parce qu’elle s’appuie sur des positions rationnellement plus justes, mais plus intéressante et plus satisfaisante parce qu’elle permet d’intégrer dans la description un plus grand nombre de faits. L’empirisme de Beauzée n’est pas un mode de production des hypothèses par induction à partir de l’observation des faits, mais plutôt un mode d’évaluation des hypothèses : la meilleure interprétation (ou le meilleur système) est celle (celui) qui permet de rendre compte du plus grand nombre de faits.

129L’activité théorique en matière de connaissance du langage est décrite en termes généraux au début du chapitre. L’élaboration d’une théorie relève de la métaphysique. Seule la métaphysique « peut indiquer toutes les idées comprises dans la nature des temps, et les différences qui peuvent en constituer les espèces : quand on aura prononcé sur les points de vues possibles, il ne s’agira plus que de les reconnaître dans les usages connus des langues » (Beauzée 1767, t. I, p. 426). Mais la démarche est aussi un empirisme, l’expérience reste « la pierre de touche des systèmes, et c’est aux faits à proscrire ou à justifier les hypothèses » (p. 435).

130La référence à Varron est également très intéressante. Elle intervient sur deux plans. En premier lieu dans le cadre d’une discussion qui relève au fond de l’épistémologie de la grammaire, à propos des procédures de confirmation des hypothèses, l’existence d’analogies constituant le type même de la preuve grammaticale. L’Encyclopédiste reconnaît dans le grammairien latin un prédécesseur qui définit l’activité théorique dans des termes semblables :

  • 15 Varron, De lingua latina (désormais LL), IX, 8. « Celui qui en parlant suit l’usage qu’il convient (...)

qui fin loquendo consuetudinem qua oportet uti sequitur, non sine ea ratione. (t. I, p. 459)15

131Analogie et raison sont chez Varron en étroite relation. L’analogie dans les faits manifeste la raison qui gouverne la structure du système :

  • 16 Varron, LL, IX, 2. « Mais quant à ceux qui nous ordonnent, quand nous parlons, pour certains de sui (...)

Il semble même que ce savant romain n’ait mis aucune différence entre ce qui est analogique & ce qui est fondé en raison, puisqu’[…] il emploie indifféremment les mots ratio & analogia. Voici comment il s’explique : Sed hi qui fin loquendo partim sequi jubent nos consuetudinem partim rationem, non tam discrepant ; quod consuetudo & analogia conjunctiores sunt inter se quam hi credunt.16 (Beauzée 1767, t. I, p. 459-460)

132Par ailleurs, Beauzée voit également Varron comme le premier grammairien à avoir aperçu en effet deux séries de temps en latin qu’il désigne par les termes infectum et perfectum, selon le radical du verbe qu’ils utilisent.

  • 17 « De la même façon, ils se trompent ceux qui disent qu’il convient que tous les verbes changent leu (...)

Similiter errant qui dicunt ex utraque parte Verba omnia commutare syllabas oportere ; ut fin his, pungo, pungam, pupugi ; tundo, tundam, tutudi : dissimilia enim conferunt, Verba infecta cum perfectis. Quod si imperfecta modo conferrent, omnia verbi principia incommutabilia viderentur ; ut fin his, pungebam, pungo, pungam : & contra ex utraque commutabilia, si perfecta ponerent ; ut pupugeram, pupugi, pupugero.17 (p. 460)

133Beauzée remarque que cette distinction est celle qu’il introduit dans le verbe français entre formes de présent et formes de prétérit, au sens qu’il donne à ces termes. Plus encore, il reconnaît en Varron un prédécesseur dans la reconnaissance des critères qui organisent le système des temps. Prédécesseur dont les idées ont curieusement été méconnues par l’ensemble de la tradition :

Il y avait entrevu le fondement de la division des Temps telle que je l’ai proposée, et il s’en explique d’une manière si positive & si précise, que je suis extrémement surpris que personne n’ait songé jusqu’ici à faire usage d’une idée qui ne peut répandre que beaucoup de jour sur la génération des Temps dans toutes les langues. (Ibid.)

134Et un peu plus loin :

On voit que Varron distingue ici bien nettement les trois Temps que je comprends sous le nom de Présents, des trois que je distingue par la dénomination commune de Prétérits ; qu’il annonce une analogie commune au trois Temps de chaque espèce, mais différente d’une espèce à l’autre […]. (t. I, p. 461)

  • 18 Voir supra l’analyse des temps chez Priscien. Voir aussi l’article de Sylvie Mellet dans les actes (...)

135Notons que cette lecture des thèses varroniennes s’effectue en quelque sorte par dessus les siècles de la tradition latine au cours desquels cette découverte s’est trouvée, comme le montre Sylvie Mellet (2009), totalement ignorée. Là où, en effet, Varron identifie deux séries de trois temps, en croisant les catégories de l’infectum et du perfectum avec la division temporelle en prétérit, présent, futur, les auteurs de la tradition latine verront seulement un système comportant un seul présent, un seul futur, mais en revanche trois passés, que tous les grammairiens du début de l’ère chrétienne nomment praeteritum imperfectum, praeteritum perfectum et praeteritum plus-quam-perfectum18, ignorant non seulement la distinction infectum/perfectum mais également la découverte qui en découle du futur antérieur, dont l’identification pose des problèmes liés à sa proximité morphologique avec le subjonctif parfait.

136Par ailleurs, l’intérêt de Beauzée pour l’analyse que Varron fait du verbe latin a pu se trouver renforcé par le statut assez étonnant que le grammairien latin donne au parfait. Dans un passage que Beauzée ne cite pas on lit en effet :

  • 19 On notera que cet anaphorique neutre pluriel ne peut renvoyer qu’à tempora : il existe donc bien le (...)

idem uerbum, […], per tempora traduci potest ut discebam disco discam, et eadem19 perfecti, sic didiceram didici didicero.

le même verbe peut être léchi à travers la catégorie des temps comme « j’apprenais j’apprends j’apprendrai » et les mêmes temps du perfectum « j’avais appris j’ai appris j’aurai appris »(Varron, LL, IX, 96 ; traduction de Sylvie Mellet)

137On pourrait rendre compte du classement suggéré par ce passage dans un tableau du type suivant :

Imparfait

Présent

Futur

Infectum

Amabas

Amas

amabis

plus-que-parfait

parfait

futur antérieur

Perfectum

amaueras

amauisti

amaueris

138Mais ne peut-on pas aller plus loin et faire droit à l’idée exprimée par l’auteur latin que les trois formes de l’infectum et du perfectum correspondent aux trois mêmes temps ? On pourrait en déduire que le parfait est un présent du perfectum. C’est cette interprétation que discute Sylvie Mellet, en rappelant que les néogrammairiens n’ont pas hésité à franchir le pas et à reconstruire le tableau varronien de la façon suivante, en faisant de lui le précurseur d’une théorie de l’aspect :

Passé

Présent

Futur

Infectum

amabas

amas

amabis

Perfectum

amaueras

amauisti

amaueris

139Ce problème n’est pas examiné en tant que tel par Beauzée. Du reste, il n’a de sens que dans la perspective d’une enquête historique sur l’origine ou la préhistoire des théories de l’aspect, et il n’y a rien de surprenant à ce qu’elle n’ait précisément aucun sens pour un grammairien du xviiie siècle. En revanche, ce qui a retenu l’attention de Beauzée, c’est incontestablement le principe d’un classement des temps croisant deux critères comme dans un tableau à deux entrées.

2. 2. 4. 2 Validation des données

140Dans l’exposé de Beauzée, le recours à l’expérience intervient après l’élaboration du système. Il correspond au moment de la validation de la théorie, ce que Beauzée appelle sa confirmation. Le fait expérimental significatif est constitué par les analogies dans les langues. Ce qui est analogique dans plusieurs langues est par nature fondé en raison. C’est le but de la théorie que de rendre compte de ces analogies.

141Il faut tenter d’éclairer le sens que Beauzée donne à ce terme. Il appelle analogie un point commun observable dans les données, qui concerner la forme aussi bien que le sens. Ainsi le fait de marquer une relation de simultanéité à un événement déterminé constitue l’analogie des formes que Beauzée appelle « présent », et la justification de cette catégorie. Mais l’analogie peut aussi s’observer au plan du signifiant. Les présents ont ainsi tous une forme simple en français, tandis que les prétérits ont tous une forme composée. Plus encore, l’analogie dans la forme est le signe de l’analogie dans les idées.

142L’étude prend alors l’allure d’une démonstration, dont toute la force réside dans le parallèle établi entre plusieurs langues : l’italien, l’espagnol et le français dans un premier temps, le latin ensuite.

143Dans les trois premières, la catégorie des présents et celle des prétérits est marquée de la même manière, forme simple dans le premier cas, forme composée à l’aide de l’auxiliaire « qui signifie originellement possession » dans le second (Beauzée 1767, t. I, p. 465).

144Tableau des présents

Français

Italien

Espagnol

Indéfini

je loue

lodo

alabo

Antérieur simple

je louais

lodova

alabàva

Antérieur périodique

je louai

lodai

alabé

Postérieur

je louerai

lodéro

alabaré

145Tableau des prétérits

Français

Italien

Espagnol

Indéfini

j’ai loué

ho lodato

hé alabado

Antérieur simple

j’avais loué

havévo lodato

avia alabado

Antérieur périodique

j’eus loué

hebbi lodato

uve alabado

Postérieur

j’aurai loué

havero lodato

uviére alabado

146Pour les futurs, c’est un peu différent. Chaque langue marque la catégorie par des moyens qui lui sont propres, en l’occurrence à l’aide d’un auxiliaire différent : devoir en français, aver suivi de la préposition di en espagnol, tandis qu’en italien plusieurs tours sont en concurrence, parmi lesquels un calque du français.

147Tableau des futurs

Français

Italien

Espagnol

Indéfini

je dois louer

devo lodare

hé di alabar

Antérieur

je devais louer

doveva lodare

avia di alabar

Postérieur

je devrai louer

dovero lodare

uviére di alabar

148Mais la confirmation la plus remarquable est donnée par le latin, et l’analyse des « analogies » formelles repérées par l’encyclopédiste. Nous avons déjà rap- pelé plus haut que la première marque formelle qui distingue les présents et les prétérits correspond à la distinction faite par Varron entre formes d’infectum et de perfectum. Beauzée ajoute, ce qui, évidemment, ne figure pas chez Varron, que la marque des futurs est l’emploi du participe futur avec l’auxiliaire « naturel » esse. Mais il y a plus. Il faut considérer les formes telles qu’elles apparaissent regroupées dans les paradigmes construits de cette façon :

Présent

Prétérit

Futur

laudo

laudavi

laudaturus sum

laudabam

laudaveram

laudaturus eram

laudabo

laudavero

laudaturus ero

149L’analyse repose sur une conception du mot constitué d’une racine, à quoi s’ajoutent « tous les divers caractères des idées accessoires communes à tous les Verbes » (t. I, p. 468).

150On a ainsi :

o :marque du présent indéfini, homonyme comme dans toutes les langues du présent défini actuel ;
b :marque commune des présents définis, qui deviennent respectivement antérieur et postérieur par l’ajout d’une nouvelle terminaison qui dénote l’antériorité ou la postériorité ; correspond donc au marquage formel de la simultanéité relative à une époque déterminée ;
i :marque du prétérit indéfini, homonyme du prétérit actuel ;
er : marque des prétérits définis, qui deviennent ensuite antérieur ou postérieur par l’adjonction des mêmes terminaisons qui marquent ces relations dans les présents, correspond donc au marquage formel de l’antériorité relative à une époque déterminée ;
am : marque de l’antériorité de l’époque (soit dans notre métalangage, de Ti, à l’égard de To) ;
o : marque qui apparaît à droite de – b-ou de – er-, marque la postériorité de l’époque.

151On voit de façon très claire dans cette démonstration exemplaire comment quelqu’un comme Beauzée conçoit les relations entre théories et données, et quelle est sa conception de l’empiricité de la grammaire. La théorie est validée par la convergence de régularités du même type dans des langues différentes. Le latin présentant le matériel morphologique le plus riche offre des marques de chacune des divisions présentées au début de ce chapitre : temps définis vs indéfinis ; présent/prétérit/futur ; relation de Ti par rapport à To.

152Mais l’on voit aussi que le fait qu’une langue particulière ne présente pas de marque correspondant à telle catégorie prévue ne l’invalide pas pour autant. Les langues peuvent différer par le matériel mis en œuvre pour signifier les catégories, ou parce qu’elles ne les réalisent pas toutes. Ce qui n’implique pas une limitation des possibilités d’expression dans la langue considérée. Le français par exemple, comme toutes les langues connues, ne comporte pas de formes conjuguées (simple ou composée) pour exprimer un temps éloigné. Mais cela ne veut pas dire « qu’elle soit privée de tous les moyens d’exprimer ces différents points de vûe ; il ne lui faut qu’un adverbe, un tour de phrase, pour subvenir à tout » (t. I, p. 479). Mais surtout, « la réalité de ces temps dans une langue en prouve la possibilité dans toutes, & […] la sphère d’un système philosophique doit comprendre tous les possibles » (p. 475).

2. 2. 4. 3 Les inventions

153Sylvain Auroux dans son étude sur la logique des idées et l’élaboration de la notion de déterminant chez les grammairiens de l’époque classique se demandait de quoi Beauzée est l’inventeur (1993, p. 115), en faisant remarquer notamment qu’aucun de ses apports n’était attaché à son nom de façon claire chez les grammairiens qui l’ont suivi. On peut se demander en effet dans quelle mesure ses inventions ont été l’objet d’oubli ou de reconnaissance. C’est au fond à cette question que nous allons nous efforcer de répondre pour ce qui est de la théorie des temps dans la suite de ce livre. Mais il faut en premier lieu tenter d’identifier les « inventions » dont on pourrait créditer Beauzée.

154les temps indéfinis. L’un des apports les plus remarquables de la réflexion de Beauzée sur le temps, sans équivalent dans les textes antérieurs, réside dans la création de la catégorie des temps indéfinis. Elle permet en effet de traiter de nouveaux faits.

155Ces formes sont par nature aptes à représenter l’ensemble des formes qui apparaissent dans la même colonne du tableau des temps (voir supra p. 118). Le présent indéfini, par exemple, est susceptible d’être employé comme présent actuel, je vous loue d’avoir fait cette action. « L’action de louer est énoncée comme coexistante avec l’acte même de la parole » (p. 1767, t. I, p. 435-436). On remarquera au passage que la simultanéité décrite par Beauzée est liée à la valeur performative du verbe louer. Mais le présent indéfini peut aussi être employé comme présent antérieur comme quand on dit dans un récit, je le rencontre en chemin, je lui demande où il va, je vois qu’il s’embarrasse. Enfin, on peut rencontrer des énoncés tel que je pars demain, je fais tantôt mes adieux, où le présent indéfini correspond à un présent postérieur dans la terminologie de Beauzée. Il se trouve en outre que ces formes indéfinies sont dans tous les cas identiques aux formes du défini actuel, ce qui justifie dans notre tableau l’absence d’une ligne particulière pour cette dernière catégorie. Cette redondance dans le système est d’ailleurs justifiée par Beauzée.

[…] le Présent indéfini ne se rapporte lui-même à aucune époque déterminée, ce sont les circonstances du discours qui déterminent celle à laquelle on doit le rapporter en chaque occasion ; ici, c’est à une époque antérieure ; là à une époque postérieure ; ailleurs, à toutes les époques possibles. Si donc les circonstances du discours ne désignent aucune époque précise, le Présent indéfini ne peut plus se rapporter alors qu’à l’instant qui sert essenciellement de dernier terme de comparaison à tous les rapports d’existence, c’est-à-dire, à l’instant même de la parole. Cet instant, dans toutes les autres occurrences, n’est que le terme éloigné de la relation ; dans celle-ci, il en est le terme prochain & immédiat, puisque il est le seul. (Beauzée 1767, t. I, p. 439)

156On aperçoit là d’ailleurs un critère supplémentaire pour la délimitation des formes verbales et leur rattachement aux grandes catégories temporelles. Chaque colonne du tableau représente un paradigme. Ces formes peuvent commuter, et c’est la possibilité de leur commutation qui les définit comme des présents, respectivement des prétérits ou des futurs :

Les différents usages [du présent indéfini], peuvent nous conduire à reconnoître les Présents définis : & il ne doit point y en avoir d’autres que ceux pour lesquels le Présent indéfini lui-même est employé ; parce qu’exprimant essenciellement la simultanéité d’existence avec abstraction de toute époque, s’il sort de cette généralité, ce n’est point pour ne plus signifier la simultanéité, mais c’est pour l’exprimer avec rapport à une époque déterminée : le Présent indéfini est donc toujours employé pour un Présent défini. (t. I, p. 438, nous soulignons)

157Ainsi se trouve résolu un problème de définition de la valeur des formes verbales déjà soulevé par Regnier-Desmarais (voir supra p. 49 et suiv.). Ce dernier remarque en effet que des formes de présent sont parfois employées avec un sens de futur ou de prétérit, ou que des formes de passé composé peuvent être interprétées comme des futurs. Cette variabilité de la signification des formes est d’ailleurs maximale avec les formes du subjonctif dont la signification temporelle dépend entièrement de la construction, ou encore pour l’infinitif, ou l’impératif. Regnier, on s’en souvient, s’oppose à Sanctius sur ce point. Pour Sanctius, la possibilité d’employer l’infinitif dans des contextes où il peut signifier aussi bien un présent qu’un futur ou un passé met en question la notion même de temps grammatical appliquée à ce mode. Mais pour Regnier, il faut distinguer la signification que le verbe reçoit du contexte et sa valeur propre, celle qui est attachée à la forme verbale. C’est donc la morphologie qui permet d’identifier les temps verbaux. Mais l’élargissement du corpus introduit par Beauzée et l’ensemble de sa démarche théorique lui interdisent ce type de recours. Une théorie du temps adéquate doit proposer un système nécessaire et universel des temps réalisés diversement dans les langues réelles : pleinement et en actes dans les langues de l’Europe, ou seulement en puissance par exemple en chinois.

  • 20 Il écrit ainsi à propos des distinctions casuelles : « La distinction des Cas n’est pas d’un usage (...)

158Mais il faut aussi se souvenir de la position de Beauzée à l’égard de l’empiricité de la grammaire pour comprendre l’usage qui est fait ici des données. Un seul cas observé est la preuve qu’une catégorie est universellement possible. La théorie doit donc en rendre compte, c’est-à-dire, le prévoir20.

159D’un autre côté, cependant, une définition purement sémantique des catégories temporelles risque d’étendre indéfiniment le corpus, et d’annuler, comme le souligne Sanctius, toute pertinence de ces catégories au moins pour certains modes. La définition paradigmatique proposée par Beauzée permet précisément de se dégager de cette aporie.

160Cette esquisse d’analyse distributionnelle est aussi ce qui justifie en dernier recours le fonctionnement du système dans son ensemble tel que nous l’avons décrit jusque-là. C’est parce que les formes d’imparfait, de passé composé, ou de futur peuvent commuter avec des formes de présent qu’il s’agit dans tous les cas de formes de présent, et que le critère du « rapport d’existence à une époque de comparaison » est précisément le premier des critères. La commutation des formes constitue donc l’argument décisif en faveur de l’inversion des critères To et Ti qui caractérise le système théorique de Beauzée, en même temps qu’il rend compte des effets de sens signalés dans les grammaires antérieures. La théorie beauzéenne rend compte de l’ensemble des valeurs temporelles identifiées et tire argument de tous les effets de sens dont une forme est susceptible.

161Sur un autre plan, la catégorie des temps indéfinis s’oppose à celle des temps définis en termes énonciatifs. Les temps définis, en effet, sont repérés par rapport à une époque de comparaison précise et « déterminée », laquelle ensuite, précisément parce qu’elle est pourvue des caractéristiques précédentes, est à son tour référée à une situation d’énonciation, ce que Beauzée appelle l’instant de l’acte de la parole. Autrement dit, les catégories du défini et de l’indéfini désignent ici des objets tout à fait nouveau : des catégories temporelles fondées sur le critère de l’existence ou non d’un repérage, au sens culiolien.

162Beauzée opère donc un déplacement comparable à celui que nous avons observé dans la généralisation du repère Ti. La catégorie de l’indéfini, construite par l’absence de repérage par rapport à la situation d’énonciation constituée par l’acte de la parole, n’est posée par aucune des théories antérieures à l’article « Tems » de l’Encyclopédie. Toute la conjugaison du verbe telle qu’elle est décrite antérieurement tient en effet dans le tableau des formes définies que propose Beauzée. Un temps non repéré par rapport à une situation d’énonciation quelconque est un fait nouveau, littéralement inconcevable dans des systèmes qui instituent l’instant de la parole comme repère fondamental et nécessaire. On saisit donc là un premier résultat auquel conduit le renversement de l’ordre des critères. Il permet de penser une nouvelle catégorie temporelle qui ne pouvait pas être construite dans des théories qui disposaient d’un système de classement des temps fondé sur des critères strictement chronologiques. La mise en œuvre ou la suspension du repérage détermine en amont, avant le jeu des critères de type chronologique, des catégories temporelles plus fondamentales.

163la classe des présents. Sur un autre plan encore, on peut également se demander quel point commun partagent les présents dans ce système, ou encore quel problème linguistique traite la théorie à travers cette nouvelle façon de construire la catégorie du présent. Les éléments de réponse à cette question ne se présentent pas avec évidence, et ce qui frappe d’abord c’est plutôt le caractère paradoxal et contre-intuitif de la catégorie, dont Beauzée a d’ailleurs parfaitement conscience :

Je ne doute pas que plusieurs ne regardent comme un paradoxe de placer parmi les présents, ce Temps [il s’agit du passé simple] que l’on a toujours regardé comme un Prétérit. Cette opinion peut néanmoins compter sur le suffrage d’un grand peuple, & trouver un fondement dans une langue plus ancienne que la nôtre. [Suit un développement sur la valeur du Prétérit en allemand.] (t. I, p. 444)

164D’où la perplexité manifeste des contemporains, dont témoignent par exemple les critiques de Condillac (voir infra p. 174).

165Beauzée par ailleurs insiste à plusieurs reprises sur un point que ses contemporains n’ont que très rarement remarqué : en français la différence entre les présents et les prétérits est marquée par la distinction entre temps simples et temps composés avec avoir. Le caractère distinctif des présents en termes de repérage dans le système beauzéen (simultanéité de Tx et Ti) coïncide donc objectivement avec le marquage de l’inaccompli en français. Beauzée se prêterait ainsi aisément à une lecture du type de celle à laquelle les néogrammairiens ont soumis Varron. Mais avec une différence semble-t-il fondamentale. Il s’agit en effet simplement de remarquer que le contenu de la notion de présent telle que la conçoit Beauzée n’a rien d’explicitement aspectuel, mais que de fait elle permet de délimiter des faits qui sont conçus aujourd’hui en termes aspectuels. On aurait donc ici sur le plan de l’histoire des concepts un phénomène tout à fait curieux : le traitement, dans un cadre théorique qui n’est absolument pas prévu pour cela, d’un problème qui en définitive relève de l’aspect.

166Enfin, en ce qui concerne le problème de l’analyse du présent en français, l’apport remarquable de Beauzée est de proposer une explication de plusieurs emplois que les grammaires antérieures identifiaient, mais dont elles n’avaient pu jusqu’ici donner d’explication théorique. Ce que l’on appelle communément présent est en réalité un présent indéfini dans la terminologie beauzéenne. C’est l’absence de repérage par rapport à To qui explique qu’il peut recevoir un grand nombre de valeurs :

Le Temps auquel on donne communément le nom de Présent est donc en effet un Présent indéfini, un Temps qui, n’étant nullement astreint à aucune époque, peut être rapporté indifféremment à toute époque déterminée, pourvu qu’on lui conserve toujours sa signification essencielle & inamissible, je veux dire la simultanéité d’existence. (t. I, p. 438)

  • 21 Encyclopédie, volume 32, article « Tems », p. 933.

167Ainsi, comme nous l’avons vu plus haut, le présent indéfini peut être employé comme présent actuel, présent antérieur, ou présent postérieur. Mais on peut aussi le trouver dans des énoncés où « ce Temps est employé avec abstraction de toute époque, ou si l’on veut, avec une égale relation à toutes les époques possibles »21, comme dans Dieu est juste, Les trois angles d’un triangle sont égaux à deux droits. Le présent indéfini et les différents présents définis sont dans une relation paradigmatique, mais, et c’est un point évidemment tout à fait capital, les langues n’ont pas de forme spécifique pour le présent actuel. C’est toujours le présent indéfini qui en tient lieu. La conséquence pratique de ce fait, c’est que la valeur de ce dernier se construit toujours par défaut. Lorsque le contexte n’offre aucune détermination possible de Ti, la position de ce repère est interprétée comme simultanée avec To.

aucune [langue] n’a admis une forme exclusivement destinée au Présent actuel proprement dit, […] partout c’est le Présent indéfini qui en fait la fonction. La raison en est simple : le Présent indéfini ne se rapporte lui-même à aucune époque déterminée, ce sont les circonstances du discours qui déterminent celle à laquelle on doit le rapporter en chaque occasion ; ici, c’est à une époque antérieure ; là à une époque postérieure ; ailleurs, à toutes les époques possibles. Si donc les circonstances du discours ne désignent aucune époque précise, le Présent indéfini ne peut plus se rapporter alors qu’à l’instant qui sert essentiellement de dernier terme de comparaison à tous les rapports d’existence, c’est-à-dire, à l’instant même de la parole. Cet instant, dans toutes les autres occurrences, n’est que le terme éloigné de la relation ; dans celle-ci, il en est le terme prochain & immédiat, puisqu’il est le seul. (t. I, p. 439)

168La relation caractéristique, pour toute la tradition, du présent à l’égard de To est ici ramenée à un simple cas particulier, le résultat d’un calcul lié au contexte.

169Enfin, il est important de souligner le rôle des faits dans l’argumentation. C’est la diversité des valeurs du présent qui conduit à abandonner l’identification traditionnelle du présent et de l’instant de l’énonciation, autrement dit à déclarer que le présent indéfini est la forme de base dont le présent actuel est homonyme dans toutes les langues, et non l’inverse.

170SIMPLE VS PÉRIODIQUE. On voit apparaître cette distinction dans la catégorie du présent et du prétérit antérieurs, comme le schématise le tableau suivant :

Présent antérieur

Prétérit antérieur

Simple

je louais

j’avais loué

Périodique

je louai

j’eus loué

171Le critère est fondé sur la structure que peut prendre l’époque de comparaison – comme nous l’avons vu plus haut –, époque à proprement parler ou période, c’est-à-dire espace de temps dont on peut faire le tour, ce qui correspond à une métaphore de la clôture et nous autorise à le concevoir en termes topologiques comme un intervalle pourvu de bornes. La simultanéité de l’événement représenté à l’égard d’un repère conçu comme un intervalle fermé conduit en conséquence à concevoir la référence de l’événement lui-même comme une durée bornée. Dés lors, il apparaît que le fait identifié par cette distinction correspond à la perfectivation provoquée par l’emploi du passé simple. Ce serait sans doute trop prêter à Beauzée que de voir dans sa description la représentation de l’opposition aspect sécant vs aspect global portée par l’imparfait et le passé simple en français. Mais le système qu’il imagine offre tout de même une représentation partielle de cette opposition. Tout se passe, au fond, comme si l’aspect global du passé simple était convenablement représenté par la formalisation beauzéenne, tandis que les outils demeurent inadéquats pour traiter l’imparfait. Il aurait fallu en effet que l’opposition mette en scène non pas un « période » et une « époque » qui, somme toute, ne peut être qu’un point, mais quelque chose comme un période dont on ne peut pas faire le tour. On voit bien le type de limite sur lequel bute la théorisation beauzéenne. La notion d’intervalle fermé est accessible à partir d’une métalangue métaphorique, celle d’intervalle ouvert présuppose un formalisme topologique dont Beauzée ne dispose évidemment pas. Or c’est bien vers ce type de formalisme que se dirige le grammairien de l’Encyclopédie, en développant une sémantique temporelle fondée sur une systématique du repérage, et en s’interdisant par là même l’explicitation intuitive de la valeur sécante de l’imparfait que nous avons rencontrée chez Maupas.

172les périphrases de proximité. Les formes décrites jusque-là constituent la catégorie des temps positifs. Mais l’une des caractéristiques de la théorie beauzéenne est aussi de tenter une synthèse des connaissances disponibles et des problèmes soulevés avant lui. C’est le cas pour les périphrases verbales et pour les temps surcomposés. Le rapport à l’histoire du grammairien de l’Encyclopédie se marque dans la discussion des thèses des prédécesseurs (voir supra) mais aussi dans le traitement des faits cumulés par la tradition.

173On trouve dans la GGR la description de temps dont la position à l’égard des repères est en quelque sorte quantifiée. C’est le cas par exemple du paulo-post futur (futur proche), qui se réalise en français dans des formes comme je vais faire. Chez certains auteurs (Port-Royal, Regnier) la théorie tend à développer le critère de la distance à l’égard de l’instant de la parole. Quoique l’essentiel du système du français soit selon Beauzée de nature très différente, il propose d’accorder une place limitée à des catégories de ce type.

174Il s’agit là d’un débat théorique très général. On peut en effet considérer la possibilité théorique de deux modèles différents. Les temps peuvent être décrits sans aucun égard à la notion de distance. On a affaire en ce cas à un système qui fonctionne selon un principe de repérage que l’on peut ramener à un système vectorisé (Bull 1960). Les événements sont repérés par des relations du type « être à gauche de », « être à droite de », ou « être coexistant à », avec abstraction de toute distance déterminée. Mais on peut également envisager un système dans lequel ces relations peuvent être décrites à l’aide de formules où interviennent des scalaires qui quantifient la distance des événements à l’égard des repères, ce que Bull appelle des formules à tenseur scalaire (scalar tensor formulas). Cette quantification peut se réaliser par exemple en termes de proximité ou d’éloignement.

[…] il n’est pas possible de donner à cette détermination la précision numérique ; ce serait introduire dans les langues une multitude infinie de formes, plus embarrassantes pour la mémoire qu’utiles pour l’expression. La distance à l’époque ne peut donc être déterminée dans les Temps des Verbes, que par les caractères généraux d’éloignement & de proximité. De là la distinction des Temps de cette seconde classe en éloignés & en prochains. (Beauzée 1767, t. I, p. 476)

  • 22 On pourrait évoquer ici l’analyse des formes de passé des composés fréquentatifs que l’on trouve da (...)

175Beauzée remarque que l’on ne trouve pas dans les langues de formes particulières pour les futurs ou les prétérits éloignés22. En revanche, en français, on rencontre trois prétérits et deux futurs qui expriment la proximité :

  • prétérits prochains : je viens de chanter, je venais de chanter, je viendrai de chanter ;

  • futurs prochains : je vais chanter, j’allais chanter.

176La théorie proposée par Beauzée se présente donc comme l’aboutissement le plus achevé du modèle introduit par la GGR. Le principe d’une définition de la valeur des temps verbaux à partir d’un système de repérage de leur position sur la ligne du temps est perfectionné de telle façon que tous les temps peuvent être décrits à l’aide du même nombre de paramètres. Le critère de la quantification, qui se trouve encore en concurrence avec le système de repérage de la position relative des événements temporels dans la GGR ou dans la grammaire de Regnier, est désormais en quelque sorte sorti du système puisqu’il concerne une catégorie de temps à part et bien circonscrite.

  • 23 Voir supra par exemple Meigret, Masset, et la GGR ; et les études de J. Stéfanini (1954) et W. Ayre (...)

177LES TEMPS SURCOMPOSÉS. L’abbé de Dangeau avait attiré l’attention sur la possibilité de forger systématiquement des surcomposés, en appliquant de façon récursive la procédure d’auxiliation sur les formes composées. Nous avons vu que la reconnaissance de tel ou tel surcomposé est beaucoup plus ancienne23. Beauzée en donne l’analyse suivante : le premier auxiliaire y exprime un premier rapport d’antériorité qui est le rapport fondamental, et le second y introduit un autre rapport d’antériorité accessoire « mis en comparaison avec celui qui est exprimé directement par le Verbe, sous la relation commune à la même époque primitive » (Beauzée 1767, t. I, p. 486).

178Cette analyse revient à introduire un nouveau repère Tii. Une forme de prétérit antérieur surcomposée pourrait donc être représentée par le schéma suivant :

179La relation de Tx à Ti est l’antériorité fondamentale, qui constitue la « première division dans le temps » et détermine l’appartenance à la catégorie des prétérits. Celle de Ti à To constitue la « deuxième division dans le temps » et détermine l’appartenance à la catégorie des prétérits antérieurs. La relation à Tii constitue « l’antériorité accessoire », mise en comparaison avec l’événement directement exprimé par le verbe.

L’antériorité fondamentale est relative à l’époque que l’on envisage primitivement ; & l’antériorité accessoire est relative à un autre événement mis en comparaison avec celui qui est exprimé directement par le verbe, sous la relation commune à la même époque primitive. (Ibid.)

180On situés que Tx et Tii sont placés dans la même relation à l’égard de Ti. Autrement dit, les Tii ne sont pas notera librement sur l’axe temporel, ils sont dans la même relation par rapport à Ti que Tx, en d’autres termes ils sont du même côté de Ti que Tx. En cela il y a comparaison. Ces temps, dans la nomenclature de Beauzée, sont en effet dit « comparatifs ».

181On rencontre ici, semble-t-il, une des limites de cette théorie. L’analyse à partir d’un repérage strictement chronologique de ces formes verbales ne permet pas de mettre à jour un fonctionnement distinct de celui qui a déjà été proposé pour d’autres formes. Si l’on compare l’analyse des prétérits antérieurs simple et périodique d’une part, et celle du prétérit indéfini comparatif (la seule forme comparative dont on ait une analyse détaillée), on peut constater que les notions utilisées ne sont pas les mêmes, mais que les opérations de repérages sont bien identiques.

182Dans un énoncé comme : dès que j’ai eu chanté, je suis parti pour vous voir, les événements représentés par j’ai eu chanté, et je suis parti, sont tous deux antérieurs au moment de la parole. Ce premier repérage constitue « la relation d’antériorité fondamentale ». En effet, je suis parti, comme j’ai chanté, peuvent être interprétés selon le contexte comme des prétérits indéfinis ou des prétérits actuels. La relation d’antériorité qui détermine leur appartenance à la catégorie des prétérits est établie par rapport à une époque envisagée abstraitement dans le cas du prétérit indéfini, ou par rapport à une époque coexistante avec l’instant de la parole. Il est donc constant pour ces deux temps que la première relation d’antériorité qui se présente dans « l’ordre des idées », si l’on suit la démarche beauzéenne, est la relation par rapport au deuxième repère de la théorie, savoir l’instant de la parole. D’autre part l’événement représenté par j’ai eu chanté est situé dans une relation d’antériorité « accessoire » par rapport à cet autre repère représenté par je suis parti.

Quand je dis, par exemple, dès que j’ai eu chanté, je suis parti pour vous voir ; l’existence de mon chant & celle de mon départ sont également présentées comme antérieures au moment où je parle ; voilà la relation commune à une même époque primitive, & c’est la relation d’antériorité fondamentale : mais l’existence de mon chant est encore comparée à celle de mon départ, & le tour particulier j’ai eu chanté sert à marquer que l’existence de mon chant est encore antérieure à celle de mon départ ; c’est l’antériorité accessoire. (Ibid.)

183Dans le cas particulier où les repères Ti et To sont coexistants, l’analyse des opérations de repérage n’est pas différente de celle qui est proposée pour les prétérits antérieurs :

Le second Prétérit […], exprime […] l’antériorité d’existence à l’égard d’une époque antérieure elle-même à l’acte de parole. Ainsi quand je dis, cœnaveram cum intravit (j’avois soupé lorsqu’il est entré) ; cœnaveram (j’avois soupé) exprime l’antériorité de mon souper à l’égard de l’événement désigné par intravit (il est entré) ; & cette époque est elle-même antérieure au moment où je le dis : cœnaveram est donc véritablement un Prétérit antérieur simple […]. (t. I, p. 452)

184Autrement dit, ces deux temps du verbe, le prétérit antérieur d’une part (qu’il soit simple ou périodique, ces différences ne sont pas pertinentes ici) et le prétérit antérieur indéfini comparatif fonctionnent de la même façon. Le résultat des opérations de repérage est le même ; les deux formes occupent la même position, déterminée par les mêmes relations à l’égard du même nombre de repères. Mais les opérations de repérage elles-mêmes ne sont pas identiques. Beauzée s’attache à mettre en évidence cette différence à l’aide d’une terminologie particulière. Les temps comparatifs sont caractérisés par l’idée de comparaison. Alors que les formes positives représentent deux relations d’antériorité articulées l’une à l’autre dans un ordre déterminé, les formes comparatives représentent une opération de comparaison mettant en jeu deux événements :

  • comparaison de l’un par rapport à l’autre : l’un est antérieure à l’autre ;

  • comparaison de l’un et l’autre par rapport à un repère commun : tous les deux sont antérieurs à ce repère.

185Dans le cas particulier que nous avons décrit, il y a également une différence portant sur le nombre de repères (trois repères dont deux sont coexistants pour le comparatif, et deux repères seulement pour le prétérit antérieur), mais encore une fois ces différences s’annulent en quelque sorte puisqu’elles aboutissent à la même position.

186Ce résultat pose un problème intéressant. Qu’est-ce qui fait la signification d’une forme verbale dans la théorie beauzéenne ? La différence dans les opérations de repérage ne produit pas, à l’évidence, une différence de sens. Pourtant c’est bien ce qui explique, au bout du compte, l’existence de formes différentes. Mais on ne trouve nulle part dans l’exposé de Beauzée une interprétation de ces formes qui exploite le mécanisme de leur production. L’idée que Beauzée se fait d’une théorie l’amène à construire un système qui prévoit effectivement toutes les formes attestées dans la langue. Chacune est décrite par un ensemble de critères et d’opérations homogènes, et les mêmes pour toutes ; chacune occupe une position en système différente. Mais la théorie ne permet pas dans tous les cas de rendre compte d’un usage propre, d’un contenu spécifique. Il est remarquable de constater que c’est à propos de formes dont le sémantisme est essentiellement aspectuel que le problème se pose de la façon la plus nette.

2. 2. 5 Conclusion

187La théorie beauzéenne du temps peut être décrite comme l’aboutissement du modèle introduit par Port-Royal, dont il systématise les procédures et généralise les concepts, en l’occurrence l’idée que l’on peut limiter la définition des temps à une procédure de repérage de la position des événements par rapport à un ensemble de critères. Mais il est clair également que le sujet occupe une place dans le dispositif de représentation qu’il n’avait pas à Port-Royal. L’expérience du temps elle-même, dans ce qu’elle peut avoir de général et de fondamental, est conçue comme une expérience de la mesure de la durée sensible, et c’est cela qui justifie le modèle proposé.

  • 24 C’est dans ces termes que les formes surcomposées sont le plus souvent traitées jusqu’à Beauzée.

188La validité du système est assurée par sa confrontation avec des faits de langue dont la diversité et le nombre sont remarquables si l’on se réfère à l’usage des grammaires de l’époque. La grammaire de Beauzée est, moins qu’aucune des grammaires écrites par ses prédécesseurs une grammaire française, et réalise véritablement le projet de grammaire générale inauguré par les auteurs de Port-Royal. L’empirisme de la démarche est particulièrement manifeste dans la comparaison non seulement les données issues de langues différentes, mais des systèmes entre eux, plus particulièrement des régularités morphologiques de langue à langue. La théorie met en œuvre en outre un postulat repris des travaux de Girard : « les langues n’admettent ni mots ni phrases entiérement synonymes » (Beauzée 1767, t. 1, p. 466). Deux formes employées dans un contexte comparable, en apparente concurrence, ne sont pas pour autant équivalentes et ne révèlent pas une quelconque confusion dans le système24, mais constituent un fait dont la théorie doit également rendre compte.

2. 3 La question de l’influence des grammaires du russe

189Ce moment de l’élaboration de la notion d’aspect à travers l’approche pré-topologique esquissée par Beauzée se déroule dans un contexte où les premières grammaires du russe commencent à circuler en Europe et particulièrement en France. Peut-on n’y voir qu’une coïncidence ? L’abbé Girard, qui joue un rôle si décisif dans l’élaboration des concepts (avec la notion de période notamment) qui vont servir à décrire certains phénomènes aspectuels, est aussi un des premiers français à connaître le russe. On sait l’importance de la notion d’aspect dans le système du verbe russe. Dés lors, on peut faire l’hypothèse que la connaissance que Girard pouvait avoir de cette langue, ou des grammaires des langues slaves, n’est pas sans rapport avec sa réflexion sur le système du verbe français.

2. 3. 1 Girard russisant

  • 25 Le poste a été créé en 1720 pour Pagencampt premier interprète, Blendowski lui étant adjoint comme (...)

190Cette connaissance était assez précise et assez complète pour lui permettre d’obtenir un poste de secrétaire-interprète du roi pour les langues russe, slavone et polonaise dés 1725. Ce poste est alors de création très récente. Plusieurs titulaires l’ont occupé25 jusqu’à l’arrivée de Jean Sohier en octobre 1721, confirmé dans ses fonctions comme premier interprète en 1725, avec Girard comme adjoint. La rapidité avec laquelle se succèdent les premiers occupants du poste, la nouveauté aussi de cette fonction, puisqu’elle n’a que cinq ans lorsque Girard y accède, révèlent que les Français connaissant le russe à cette époque et capables de le traduire étaient probablement très peu nombreux. Il nous est resté un exemple des travaux de traduction qu’il a réalisés, il s’agit de l’éloge funèbre de Pierre le Grand, prononcé par Théophane Prokovitch. Il semble attester une connaissance de la langue relativement lacunaire (Mazon 1958).

191Mais la question qui nous intéresse le plus directement concerne la formation de ces premiers Français slavisants. Comment ont-ils appris le russe, à quelles sources ? Dans quelles grammaires, si elles existent ? La biographie de Girard est mal connue, mais l’on sait qu’il est introduit dans la colonie slave établie à Paris pratiquement dés son arrivée à Paris en 1711 (Berkof 1958).

192Au-delà de la connaissance de la langue elle-même, l’accès à des grammaires pouvait-il leur permettre de rencontrer un matériel conceptuel qui pût influencer par exemple un Girard dans ses travaux ultérieurs sur la grammaire française ? Les grammaires du russe disponibles à cette époque sont peu nombreuses. La plus ancienne est celle de Ludolf publiée à Oxford en 1696. D’après le catalogue de la Bibliothèque nationale, elle figurait déjà dans le fonds slave à l’époque où Girard, en sa qualité d’interprète, était attaché à la Bibliothèque royale. Cette grammaire est rédigée en latin, elle lui était donc accessible. Il a pu, par ailleurs, consulter une grammaire rédigée en 1724 par Jean Sohier, qui n’existait alors qu’en un seul exemplaire manuscrit, calligraphié par l’auteur. Girard n’a d’abord exercé sa charge, pendant deux ans, que comme second interprète auprès de Sohier. On peut donc imaginer que ce document, apparemment pas destiné à être publié, a un temps joué le rôle de document de travail pour les interprètes attachés à la Bibliothèque royale.

193Sohier écrit d’ailleurs dans sa préface, avec les remerciements d’usage à l’égard du grand personnage qui lui permit d’obtenir sa charge, que ce texte est le résultat de deux ans d’efforts. Il semble qu’il n’ait d’abord obtenu le poste qu’en qualité d’interprète pour la langue slavone, ou du moins qu’à ce moment, sa connaissance des langues slaves n’allait pas jusqu’au russe. Il s’acquitterait donc, en écrivant cette grammaire, de la promesse faite deux ans plus tôt d’apprendre le russe. Il déclare en outre n’avoir pu se conformer à aucun modèle : « n’ayant pu trouver de grammaire esclavonne ou russe, sur laquelle [il pût] se régler pour l’ordre et l’arrangement de [sa] grammaire, […] [il s’est trouvé] assez embarrassé pour savoir comment [s’y] prendre et surtout pour le nombre des déclinaisons et des conjugaisons » (Sohier 1724, préface). En réalité, Sohier exagère un peu son mérite. Nous avons vu plus haut que la grammaire de Ludolf datant de 1696 était certainement disponible. Nous verrons un peu plus loin qu’il emprunte à cet auteur certains aspects de la présentation du système verbal et des exemples, preuve qu’il connaissait et utilisait cet ouvrage.

194Il est probable que Girard a pu avoir accès à d’autres textes. Des grammaires du polonais par exemple, qui paraissent avoir été moins rares que les grammaires du russe. Mais la comparaison de ces deux textes, la grammaire de Ludolf et la grammaire de Sohier, parmi les tout premiers, sinon les tout premiers, est particulièrement révélatrice de l’état dans lequel se trouvait la réflexion sur le verbe russe à cette époque, et de l’élaboration des concepts qui pouvaient rendre compte du fonctionnement de l’aspect dans les langues slaves.

2. 3. 2 La grammaire de Jean Sohier

195Quoi que son auteur déclare dans la lettre liminaire, cette grammaire s’appuie au moins sur l’ouvrage de Ludolf à qui il emprunte la répartition des verbes en verbes primitifs et verbes dérivés. Cette partie du texte de Sohier est d’ailleurs en réalité une simple traduction de Ludolf. C’est le cas pour le passage suivant :

Entre les dérivés, les fréquentatifs sont le plus en usage, on s’en sert toujours lorsqu’on parle d’une action indéterminée comme abmanivat’fréquentatif de abmanit’(tromper). Ainsi na selu naidesc’celaveka katoryj ne abmanivaet’’on trouve à peine un homme qui ne trompe Mais si je parle d’une action certaine alors je dis ty abmanil’’menja. (Sohier 1724, p. 112)

196Sylvie Archaimbault a bien montré (Archaimbault 1999) comment Ludolf s’écarte du modèle hérité de la grammaire latine qui identifie cinq temps du passé en donnant seulement trois temps pour le russe :

  • le présent « quod deinit fin u, ju ut zdelaju » (p. 27) ;

  • le prétérit « quod regulariter definit fin – l et habet foeminum fin tribus personnis singularis numeri fin – a ut ja zdelal (feci – vir), ja zdelala (feci – mulier) » (p. 27) ;

  • le futur « quod ordinario sit addendo ad infinitivum budu vel stanu ut budu zdelat’ » (ibid.).

197Toute autre forme est inconnue du russe : « fin praeterito imperfecto, perfecto, et plusquamperfecto alium modum loquendi non [habent] ».

198Toutefois, on peut créditer Ludolf d’avoir perçu l’existence des couples d’infinitif par corrélation par lesquels les aspects perfectif et imperfectif sont marqués en russe (Archaimbault 1999, p. 92). C’est ainsi que l’on peut interpréter le passage repris par Sohier que nous citons plus haut, et c’est ce qui apparaît dans la liste des verbes accompagnés de leur conjugaison donnée par le grammairien, qui manifeste assez clairement « la complémentarité des formes verbales dérivées des deux infinitifs du couple » (Archaimbault 1999, p. 93).

  • 26 Qui sert à produire la forme d’imperfectif.

199Le bilan que l’on peut dresser de la perception des phénomènes aspectuels dans cette grammaire est donc nuancé. Le mérite de Ludolf sur ce plan, selon Sylvie Archaimbault, est essentiellement négatif : par la modestie de la place qu’il accorde au marquage du temps, il laisse la place, en creux, à un autre schéma, que laissent deviner les quelques couples d’infinitif par corrélation identifiés, et l’attention portée à la dérivation par suffixe fréquentatif26.

200C’est donc cette grammaire qu’ont eu entre les mains Sohier et Girard, et sur laquelle s’appuie le premier pour rédiger la sienne. Il s’en écarte assez vite, et introduit dans la description du verbe des innovations assez remarquables.

201Il y a en russe, affirme Sohier, quatre temps : le présent, l’imparfait, le parfait, et le futur. Le fait de poser deux temps différents dans le passé, reprenant là des catégories de la grammaire latine, va amener Sohier à penser le système dans des termes nouveaux. Les deux formes sont en effet décrites sur le plan morphologique en relation l’une avec l’autre « l’imparfait n’est qu’un fréquentatif du parfait par l’addition d’une syllabe au milieu du mot » (Sohier 1724, p. 117). Ainsi à partir de naceval’’on obtient nacevaval’’. Les couples de prétérits font apparaître des couples de verbes :

vstaval’’/vstal’’(se lever)
zabyval’’/zabyl’’(oublier)
kryval’’/kryl’’(couvrir)

202Un peu plus loin à propos de la formation du parfait, c’est l’ensemble des formes dérivées qui se trouvent liées au processus d’engendrement des formes temporelles. Le parfait en effet « se forme régulièrement de l’infinitif en changeant la dernière – t’en – l’’et en ajoutant au commencement une de ces prépositions : sa ; pa ; pra ; by ; u ; na ; baz ; za ; pere etc. » (p. 118). L’analyse du système verbal du russe que propose Sohier conduit donc à poser pour chaque verbe de façon très claire un couple de verbes par corrélation, dont on peut prévoir la formation dans un grand nombre de cas. À partir de l’infinitif primitif on engendre régulièrement l’infinitif qui va servir à former le parfait à l’aide d’un préfixe, constitué à l’origine par l’une des prépositions dont il donne la liste. À l’inverse, dans certains cas, c’est l’infinitif servant à former l’imparfait qui est engendré à l’aide du suffixe à valeur fréquentative. Dans les deux cas le matériel morphologique utilisé dans la dérivation a perdu sa valeur d’origine.

203L’analyse de ce fonctionnement est confirmée par la description des futurs. Les deux futurs périphrastiques étaient déjà donnés par Ludolf. Ils sont formés à l’aide des verbes budet’et stat’conjugués au présent et suivis du verbe à l’infinitif. À quoi Sohier ajoute un premier futur. Les formes d’infinitif obtenues par composition avec des prépositions, et qui servent à la formation du parfait, peuvent être conjuguées au présent aussi bien qu’au prétérit.

Quand on parle d’une chose sans déterminer le temps on se sert de ces particules ou prépositions que nous avons ci-dessus pour former le parfait, et qui conviennent pour faire connaître l’action qu’on doit faire, et qui en détermine la force, lesquelles on joint au présent de l’indicatif pour former le premier futur.
ja sacnju/ja cenju
(j’estimerai) (j’estime)
ja na zivu/ja zivu
(je vivrai) (je vis)
ja zdelaju/ja delaju
(je ferai) (je fais) (p. 121)

204En ce qui concerne l’identification des phénomènes aspectuels et leur description à l’aide de concepts spécifiques, des avancées décisives se produisent donc dans les grammaires françaises et dans les grammaires du russe au cours de la première moitié du xviiie siècle. Peut-on penser qu’il y a un rapport entre ces inventions, et plus largement entre les cadres de réflexion mis en œuvre par les grammairiens des deux langues ? Les contacts interpersonnels que nous connaissons ont-ils suscité des réflexions communes, voire une filiation entre les concepts utilisés par Sohier et par Girard ?

205L’examen des ouvrages auquel nous nous sommes livré ne permet pas de répondre avec netteté à cette question. Rien de comparable au période de référence, ou d’une façon plus large, à la formalisation à laquelle se livrent les auteurs de grammaires générales dans l’analyse du verbe russe chez Ludolf, puis chez Sohier. On peut penser au contraire que la tradition française se développe sur ce point de façon autonome, et que ce sont les inventions introduites de l’intérieur dans le modèle issu de Port-Royal qui conduisent à la première formalisation de la notion d’aspect que l’on trouve chez Beauzée. Reste tout de même une parenté, un air de famille, entre l’identification des couples de verbes par corrélation par Sohier, et l’introduction de la notion de « manière de représenter le passé » par Girard. Rien de plus, mais rien de moins. Les valeurs sémantiques attachées aux catégories en jeu n’ont pas grand rapport. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur le sens dans lequel l’influence a pu s’exercer entre les grammaires des deux langues. Sohier, grammairien du russe francisant, ne fait pas autre chose dans un premier temps que transposer au russe deux catégories issues de la tradition latine : l’imparfait et le parfait.

  • 27 Voir son classement des langues en analogues, transpositives et mixtes.

206Si la piste du transfert ou de l’emprunt d’une tradition à l’autre (encore qu’il soit difficile de rattacher Sohier à la tradition russe de par son statut et la confidentialité de la diffusion de sa grammaire) ne peut être suivie jusqu’au bout, il reste pourtant que c’est un russisant à qui l’on doit l’introduction d’éléments de formalisation de l’aspect dans la grammaire du français. On peut penser que ce qui est en jeu alors, c’est une expérience linguistique autre, celle d’un type de représentation du temps différent de celui des langues latines. On connaît l’attention que Girard porte aux différences entre les langues, à leur diversité, qui se laisse réduire si l’on envisage non la comparaison à un modèle, mais un classement selon des types27.

3. Réception et critique

207Nous allons examiner dans cette partie comment les grands modèles qui se sont développés dans la première partie du siècle ont été reçus, interprétés, lus, par les grammairiens suivants. C’est que d’emblée les œuvres de Girard, Beauzée, et dans une moindre mesure Harris, moins fréquemment cité, même quand elles ont fait l’objet de lectures critiques, ont été données comme faisant date. Elles ont suscité des textes comme celui de Court de Gébelin qui se borne à les présenter. On les commente, on les cite, on en reprend la terminologie et les inventions. Beauzée surtout sera l’objet d’un débat à partir de la critique qu’en donne Condillac. Sur la question du temps, c’est lui et non Condillac, qui sera au centre de l’édifice didactique élaboré dans les écoles centrales.

208L’apport de Wailly, à qui nous commençons par consacrer un court chapitre, soulève déjà des enjeux de cet ordre. Il précède la publication de l’article « Tems » de Beauzée, dont il est l’ami, mais il a lu Girard dont il utilise certains concepts sans avouer cependant son emprunt. On n’est donc pas encore dans cette forme d’explicitation de l’horizon de rétrospection (Fournier et Raby 2006) qui caractérise la production de la seconde moitié du siècle, mais il aborde la description des temps du français après la publication du premier des grands modèles généralisants. Ce qui nous intéresse tient précisément dans cet après.

3. 1 Wailly (1754)

  • 28 Nous suivons ici la onzième édition (dernière du vivant de l’auteur), datant de 1788.

209La Grammaire française de François de Wailly, publiée une première fois en 1754 sous le titre Grammaire françoise, ou la manière dont les personnes polies et les bons auteurs ont coutume de parler et d’écrire, fait l’objet dans la seconde moitié du siècle de plusieurs rééditions (treize jusqu’en 1819 ; et un abrégé lui-même plusieurs fois réédité) accompagnées de remaniements et de compléments assez considérables, à commencer par le titre qui devient Principes généraux et particuliers de la langue françoise, confirmés par des exemples choisis, instructifs, agréables et tirés des bons auteurs. Elle est schématiquement divisée en trois parties28 : la première est consacrée à l’exposé des principes proprement dits et s’intitule simplement Grammaire française ; la seconde réunit sous le titre de Syntaxe un ensemble assez hétéroclite d’observations sur l’usage des catégories, l’ordre des mots, etc., et se veut par là plus utile à la « pratique » de la langue ; Enfin une troisième section rassemble différentes additions comme des Remarques détachées, extraites de Vaugelas, Bouhours, Ménage, Corneille, Andry de Boisregard… et différents traités (sur les lettres et la prononciation, les accents, la ponctuation, la versification…) On peut voir dans cette façon d’articuler la matière en deux parties principales dont la première est d’orientation plus théorique et abstraite que la seconde, la reprise modifiée du plan nouveau selon lequel s’organise la grammaire de Buffier.

  • 29 Sur les origines de la grammaire générale dans les méthodes générales d’apprentissage des langues, (...)

210On peut noter encore qu’ici les principes sont généraux et particuliers ; perspective quelque peu paradoxale si on la rapporte au cadre conceptuel de la grammaire générale, et qui souligne s’il en était besoin que l’articulation théorie/pratique n’est en rien homogène à la distinction général/particulier qui structure épistémologiquement la réflexion sur le langage dans les grammaires générales. Même si à la valeur théorique que revêt l’opposition chez les Messieurs s’ajoute une valeur pédagogique : comprendre et maîtriser les principes communs aux langues dans leur diversité est supposé permettre une acquisition plus rapide, ou au moins plus rationnelle, des structures particulières de chacune. La Grammaire générale et raisonnée est en effet conçue comme une méthode introductive aux différentes grammaires des langues particulières composées pour les Petites Écoles29. L’usage du mot principes dans le titre de l’ouvrage en remplacement à partir de la seconde édition (1763) du mot grammaire fait signe, comme chez Girard en 1747, vers le paradigme de la grammaire générale, mais il marque moins la prise en charge de la généralité du projet que la simple revendication d’un exposé et d’une étude rationnels.

211Le texte fait d’abondantes références aux ouvrages des contemporains, dont Wailly donne parfois une présentation critique précise (c’est le cas de Restaut par exemple à plusieurs reprises). L’édition de 1788 précise dès les premiers mots de la préface que l’auteur y tient compte des travaux de Beauzée. Cela n’est pas sensible dans le chapitre consacré au temps qui ne présente pas de changement notable par rapport à la première édition de 1754.

212Les observations sur les temps du français sont distribuées dans les deux parties principales. Wailly regroupe les temps dans trois catégories que nous allons examiner successivement : les présents, les parfaits, et les futurs.

3. 1. 1 Les présents

213Le présent n’est pas unique et indivisible, comme chez Regnier et les grammairiens du xviie siècle, mais constitue une catégorie sous laquelle se rangent un présent absolu (présent), et un présent relatif (imparfait). Le premier marque « qu’une chose est ou se fait actuellement » ; le second « marque l’action comme présente dans le temps qu’une autre action s’est faite » (Wailly 1788, p. 55). Même si cette distinction introduite par Girard entre des temps repérés par rapport au seul instant de la parole et d’autres impliquant un critère supplémentaire ne s’applique que localement à la catégorie des présents, le mécanisme de l’emprunt est en lui-même intéressant. Wailly ne cite pas Girard. Et au fond, il se borne à reprendre deux termes, dont nous verrons qu’ils connaîtront un succès remarquable jusqu’à la fin du siècle. Mais il les mets en œuvre pour identifier la seule valeur de temps relatif de l’imparfait, c’est-à-dire du temps pour lequel le mécanisme du double repérage a été le plus anciennement remarqué, comme nous l’avons vu chez Maupas. Les notions de temps relatif et absolu organisaient l’ensemble de la sémantique temporelle chez Girard, rien de tel ici. L’emprunt et son application limitée au cas le plus classique de temps doublement repéré se combine par ailleurs avec un classement traditionnel en trois époques, qui a l’avantage de l’évidence intuitive, par comparaison avec ceux de Girard, Beauzée, ou Harris. Toutefois Wailly se distingue des auteurs qui partent d’une catégorisation en époques (présent, passé, futur) en remplissant en quelque sorte la catégorie du présent. C’est précisément, par exemple, ce que se refuse à faire Regnier, pour qui l’indivisibilité du présent oppose ce temps à tous les autres dans lesquels on peut marquer des degrés et des subdivisions.

214Wailly, dans son ambiguïté même, manifeste ainsi une forme intéressante du progrès théorique, et de la transmission. L’intérêt de sa position tient au fait qu’il se place chronologiquement entre Girard et Beauzée. Dans ce cas, le fait intéressant est peut-être alors précisément que l’emprunt ponctuel de la notion de présent relatif à Girard l’amène à définir le présent comme un type de repérage généralisable, et non comme l’évidence intuitive de la coïncidence avec l’instant de la parole. Un des aspects décisifs de la théorie beauzéenne du temps consiste précisément à généraliser ce point de vue sur le présent.

215Wailly constitue donc un relais dans le mouvement de transmission et de réorientation des concepts qui aboutit à l’analyse novatrice de Beauzée. Cette dernière constitue incontestablement un seuil dans l’évolution de la théorie des temps. Elle ne naît toutefois pas de rien mais correspond à une généralisation et un développement de concepts déjà présents dans une tradition établie sur quelque vingt années (Girard 1747, Wailly 1754, Beauzée 1765).

3. 1. 2 Le tableau des temps

216Le tableau dans son ensemble se présente de la façon suivante :

Présents

Parfaits

Futurs

Conditionnels

absolu

défini

Simple

présent

relatif

indéfini

antérieur ou comp.

passé

antérieur défini

plus que parfait

217Le traitement des parfaits et des conditionnels appelle quelques remarques.

3. 1. 3 Les parfaits

218La différence entre les parfaits défini (passé simple) et indéfini (passé composé) implique du matériel élaboré au cours d’une tradition désormais assez longue, et reprend notamment les formules de Buffier et Restaut. Le premier marque « une chose faite dans un temps dont il ne reste plus rien » (Wailly 1788, p. 55) ; comme dans l’exemple : je reçus hier (la semaine passé, le mois dernier, etc.) des nouvelles de votre ami ; tandis que le parfait indéfini (passé composé) marque « une chose passée, ou dans un temps qu’on ne désigne pas, ou dans un temps désigné, mais qui n’est pas encore tout-à-fait écoulé » (ibid., nous soulignons). On peut montrer (Fournier 1991), que ces formules construisent discursivement la notion d’intervalle de référence que Girard, ou Beauzée, définissent explicitement un peu plus tard. Il est donc remarquable qu’en 1754 Wailly ne reprenne pas à son compte la notion de période et se borne à la reproduction d’un état de connaissance antérieur chronologiquement, dans lequel la conceptualisation de la notion d’intervalle apparaît également plus loue. Prudence conservatrice à mettre au compte de l’orientation didactique du texte.

219La différence entre le parfait antérieur défini (passé antérieur) et le plus-que-parfait est un autre des problèmes récurrents auxquels se confrontent les grammairiens depuis le xvie siècle. En termes de repérage, la définition de ces deux temps est la même : le premier « marque une chose faite avant une autre » (Wailly 1788, p. 56), et le second qu’une chose « étoit déjà faite quand une autre s’est faite » (ibid.). Le repérage chronologique à l’aide de deux critères est donc un modèle insuffisant sur ce point particulier. La solution proposée par Wailly consiste à relier le passé antérieur à la forme simple correspondante comme nous l’avons vu chez Restaut. La terminologie adoptée indique en effet qu’il s’agit dans les deux cas de parfaits définis. Dès lors la définition du passé antérieur, comme celle du passé simple, met en jeu un intervalle de référence. Dans les deux cas, cet intervalle est situé entièrement à gauche de To. Le passé antérieur marque en effet une chose « faite avant une autre, qui se fit dans un temps dont il ne reste plus rien » (ibid.).

3. 1. 4 Les conditionnels

220La question de l’appartenance des formes en – rais à l’indicatif, ou au subjonctif, constitue un troisième problème durable dont on trouve la trace chez Wailly. À la suite de Buffier, il opte pour l’appartenance de ces formes à l’indicatif. L’enjeu est de savoir dans quelle mesure elles expriment une valeur temporelle. Les inclure dans l’indicatif signifie précisément trancher positivement sur ce point. La valeur temporelle des formes du subjonctif est en effet plus problématique puisqu’elles se trouvent dans la dépendance d’un autre verbe qui détermine le repérage temporel. Par ailleurs, un verbe au subjonctif n’indique pas en lui-même l’affirmation. Le verbe qui porte l’expression de l’affirmation est celui qui commande syntaxiquement le subjonctif. L’indicatif en revanche « marque affirmation, & forme un sens par lui même » (Wailly 1788, p. 52).

221La valeur des conditionnels (présent et passé) ne fait toutefois pas l’objet d’une véritable analyse. Wailly se borne à énoncer une de ces définitions dont nous avons déjà rencontré le modèle dans de nombreux exemples, dans lesquelles le definiendum figure dans le definiens. La portée et l’ambition théoriques en sont évidemment modestes, mais leur efficacité pratique n’est pas nulle : les conditionnels « marque [nt] qu’une chose seroit ou se feroit moyennant une condition » (p. 56).

222Si la question de la valeur temporelle des formes en – rais est posée dès lors qu’on les fait figurer dans le paradigme des formes de l’indicatif, il est clair que l’analyse qui en est proposée par Wailly n’est pas stricto sensu une analyse temporelle.

  • 30 Voir sur ce point l’apport décisif de Destut de Tracy (p. 197).

223On peut donc considérer que ce problème ne trouve pas ici de solution satisfaisante. Ou même que Wailly ne parvient pas, pas plus que Buffier, à faire émerger de façon suffisamment nette la question sous-jacente. L’histoire du problème de l’interprétation et de la catégorisation des formes en – rais, qui aboutit à la découverte de la valeur de futur du passé de ces formes30, est faite précisément de ces étapes, où le problème est posé de façon imparfaite et les solutions proposées incomplètes.

3. 1. 5 Les temps surcomposés

224Nous nous bornerons ici à quelques remarques. Il faut attendre en effet Beauzée et ses successeurs pour voir posé le problème de l’appartenance de l’ensemble de ces formes au système verbal, et trouver une analyse systématique de leur valeur. Wailly, comme Dangeau, reconnaît l’existence de toute la série. À la différence par exemple de Buffier qui signale ponctuellement l’existence du parfait indéfini surcomposé j’ai eu fini. Toutes les formes composées sont susceptibles d’être surcomposées par redoublement de l’auxiliaire. L’ensemble des formes produites par le processus de composition à partir des auxiliaires se présente sous la forme suivante :

Temps composés

Temps surcomposés

parfait défini

parfait défini surcomposé

parfait indéfini

parfait indéfini surcomposé

plus que parfait

plus que parfait surcomposé

futur antérieur

futur antérieur surcomposé

conditionnel passé

conditionnel passé surcomposé

225Pourtant l’existence de ces formes, ou plus exactement leur statut dans le système verbal, reste problématique. Leur rareté dispense en quelque sorte de les décrire de façon précise (elles ne sont pas données dans le tableau des conjugaisons), et de leur accorder une place dans la théorie. Wailly donne des exemples de leur emploi, mais il n’en propose pas de définition, à l’exception de celle du « parfait indéfini surcomposé » (j’ai eu aimé). Mais il s’agit d’un cas particulier et l’on voit bien ce qui permet de le décrire. Ce temps marque « une chose passée avant une autre, dans un temps qui n’est pas encore tout-à-fait écoulé » (p. 57). On retrouve ici les notions mises en œuvre dans la définition du passé simple et du passé composé. Le « parfait indéfini surcomposé » est dans le même rapport à l’égard du passé antérieur (j’eus aimé) que le passé composé à l’égard du passé simple. La définition se fonde donc sur une modification du dispositif de repérage élaboré dans le cadre de la règle des vingt-quatre heures obtenue par l’ajout d’un critère supplémentaire.

226Un cadre conceptuel comparable manque pour décrire les autres formes de la série.

3. 2 Court de Gébelin (1774)31

  • 31 Ce chapitre est une version remaniée de l’article paru en 2009 dans Représentation du sens linguist (...)

227L’œuvre de Court de Gébelin accorde une place centrale à la dimension historique des phénomènes. Le Monde primitif dont la Grammaire universelle et comparative constitue une partie se veut en effet une histoire des langues, des cultures et des peuples du monde. C’est le premier projet de cet ordre. Bien qu’inachevé, il rend son auteur célèbre, et son influence sur les auteurs de la fin du siècle sera très grande. Comme le titre l’indique, il correspond à l’introduction d’une dimension « comparative » dans le traitement des faits linguistiques par la grammaire générale, qui jusque-là, à quelques exceptions remarquables près (comme la Grammaire générale de Beauzée qui renvoie à un assez grand nombre de langues), se limite à quelques langues d’Europe, au grec et au latin. Nous allons nous intéresser notamment à la lecture qu’il propose des travaux de Girard, Harris, et Beauzée dont il donne une sorte d’analyse, et nous verrons que selon que l’auteur s’intéresse aux données ou aux théories qui en rendent compte, le régime d’historicité (Hartog 2003) sous lequel il place les phénomènes considérés n’est pas le même.

3. 2. 1 Temps et système des temps

228Comme la plupart des auteurs de cette seconde moitié du xviiie siècle, Court de Gébelin articule l’étude du temps à une philosophie de la conscience du temps. La tentative à laquelle se sont livrés Harris, puis Beauzée, dans les textes que nous avons vus au chapitre précédent pour fonder la théorie du temps linguistique sur une philosophie du temps, ou une théorie de l’acquisition de la conscience du temps, contraint les auteurs qui écrivent sur cette question à ne pas rester en retrait, et au fond à clarifier leur position à l’égard de la théorie sensualiste.

229Sur ce plan, l’auteur du Monde primitif est en désaccord avec les thèses que développe Beauzée en s’inspirant de Locke, et il décrit un mécanisme psychologique de construction de la conscience du temps très différent. L’origine des temps verbaux, selon lui, n’est pas dans la perception d’un fait de nature, elle ne se construit pas non plus selon le protocole complexe imaginé par Locke. Court de Gébelin décrit un mécanisme beaucoup plus simple, mais qui présente tout de même un air de famille avec celui du philosophe anglais. La sensation, l’expérience du monde, ne livre qu’un temps : le présent (Court de Gébelin 1774, p. 239). Autant dire qu’elle n’est pas, fondamentalement, expérience du temps. En tant qu’elle relève de la sensation, l’expérience du monde n’est jamais véritablement expérience du temps puisqu’elle n’est jamais expérience que d’un seul moment, où se confond l’appréhension de ce qui est « réel » et de ce qui est « présent ». La sensation est actuelle, c’est-à-dire prise dans le réel. L’expérience du monde est donc fondamentalement a-chronique.

230Le temps linguistique n’est pas chez Court de Gébelin – c’est le premier point qui nous intéresse ici – la représentation de faits ou d’objets du monde naturel, ou même d’une structure qui l’anime ou l’ordonne, parce que les sensations ne nous livrent qu’une expérience du monde essentiellement sans le temps. Il n’y a donc pas de référent pour les catégories du temps linguistique. La genèse du temps linguistique est cependant « naturelle », au sens où elle est fondée sur des caractéristiques fondamentales de la nature de l’homme, sur ce qui fait de lui un être intelligent, en l’occurrence certaines des facultés de l’entendement : « la faculté de prévoir », et celle de « se souvenir », articulées à l’expérience fondatrice, mais en quelque sorte incomplète, du présent de la sensation :

[…] nous n’avons considéré l’existence que dans un point [sc. au cours des chapitres qui précèdent ce passage], dans le moment actuel : c’est le seul tems qui pût exister pour nous, si nous étions bornés à de simples sensations : n’éprouvant jamais que la sensation actuelle, nous n’aurions de connoissance que celle du moment. (Ibid.)

231Les catégories du temps conçu sont chez Court de Gébelin le résultat de l’exercice des facultés de l’entendement sur l’idée simple de l’existence des choses. Ainsi sa théorie de la conscience du temps est moins sensualiste que simplement appuyée sur la tradition augustinienne du temps comme construit psychologique impliquant des facultés de l’âme à partir de l’expérience du présent.

232Le principe structurant du système temporel est génétique. À l’expérience fondatrice du présent et de la sensation, s’articule, selon le temps imaginaire du développement humain, un scénario d’émergence des catégories du temps dans les langues que nous allons détailler.

233Comme chez beaucoup d’autres auteurs du corpus, il existe deux types de temps : ceux qui relèvent de la partie du système commune à l’ensemble des langues, les temps nécessaires qui réalisent l’essence de cette notion ; et ceux qui relèvent des particularités de chaque langue. Les premiers seuls correspondent au scénario génétique. Par l’effet d’une sorte de radicalisation des thèses sensualistes, le temps humain est un construit, mais il est aussi le seul temps connaissable, et probablement le seul temps tout court. Court de Gébelin ne prend pas position sur les thèses de Newton sur le temps absolu, ni sur celles de l’école rationaliste sur le temps comme succession des existences, mais sa position correspond au fond à l’une des versions les plus radicales de la conception psychologique du temps. Ce que l’on appelle le temps est une production des facultés de l’âme.

234La conscience du temps est aussi une caractéristique de l’homme, car seul l’homme existe dans le temps :

[…] telle est la perfection de l’homme, que non-seulement il a le sentiment du présent ; mais qu’en se rappelant ses actions passées, il conserve encore le souvenir du tems qui n’est plus ; & que portant ses vues au-delà du présent, il découvre des tems qui ne sont pas encore : ainsi notre existence actuelle s’accroît de l’existence passée que nous nous rappelons, & de l’existence future que nous prévoyons.
C’est par cette faculté admirable que l’homme est véritablement homme, qu’il se montre un Être vraiment intelligent : car ce n’est que par-là qu’il peut se former un plan de conduite pour sa vie entiere, faire que chaque instant soit dirigé au même point que tous ceux qui le précéderent ou qui le suivront ; & ne pas vivre au jour le jour, comme les Sauvages, les enfans, ou les animaux. (Ibid.)

235L’auteur du Monde primitif montre ensuite comment, suivant une démarche ordinaire chez les philosophes du xviiie siècle, à partir d’un état originel imaginaire la notion est construite par les premiers hommes. Ce scénario n’est cependant pas autre chose qu’une version en quelque sorte historicisée du premier, ou pour mieux dire, une expérience de pensée qui viendrait confirmer la théorie cognitive.

236La notion de temps dans la langue, le système qui en découle, mais également la conscience même du temps et le langage lui-même, se confondent ainsi dans la même origine. Au départ, paraphrasant Condillac, Court de Gébelin place le langage d’actions, qui s’invente avec les premiers actes collectifs. Cette première société impose son langage tourné vers la satisfaction des besoins et l’action commune. Les premiers mots, et le premier temps, expriment donc la prière, l’ordre, etc. Les premiers vocables sont naturellement des impératifs. Ces formes sont ainsi tout à la fois à l’origine même du langage – ce sont les premiers mots –, et à l’origine du système des temps – ce sont les premières formes verbales.

237Les impératifs du langage d’action sont les premières formes qui expriment le temps, avant même la formation de tout système des temps. Elles représentent l’urgence du besoin et du désir, le rapport immédiat aux choses et aux autres dans la scène primitive de la naissance du langage. Ce ne sont pas des présents, mais des formes prises dans le présent, parce qu’il n’est pas dans le moment de leur genèse d’autre temps humain, d’autre temps conçu et éprouvé que celui-là. L’impératif est la forme qui naît de la conscience du présent comme première conscience du temps, mais il n’est pas le présent des systèmes du temps que les langues développent. Il en est la matrice, comme il est la matrice de tous les autres temps dans les langues.

238Vient ensuite l’exercice des facultés de l’entendement qui conduisent aux catégories universelles du temps, soit, suivant l’ordre de leur invention, le passé, parce que « [b] ientôt, chacun raconte ce qu’il a fait, les peines qu’il a eues […] », puis le futur, parce qu’il faut pourvoir au lendemain. On vérifie là que ces premiers temps sont aussi les premières formes du langage. Le verbe lui même, avec ses différentes inflexions, est la première forme sous laquelle se manifeste le langage. L’obligation de parler vient en effet de la nécessité d’agir ensemble, de gérer et d’organiser ses actions.

239Après le premier temps de l’action commune, vient celui du récit de l’action que l’on a faite (« chacun raconte ce qu’il a fait »), et la projection de « ce que l’on fera le lendemain » (p. 242, nous soulignons). Le récit comme le projet, donnés ici comme des fonctions anthropologiques originelles, concerne toujours un faire : le faire ensemble suscite la première société, et le premier langage en est la première expression. Les temps, loin d’être des accidents de cette forme originelle, ne sont rien d’autres que le moyen linguistique par lequel prennent corps les fonctions primordiales à l’origine de toute société.

240Une des particularités intéressantes du texte de Court de Gébelin réside dans la tentative de confirmer empiriquement ce scénario génétique. Il fait l’hypothèse que le système des temps tel qu’il se réalise en synchronie dans les langues doit porter des traces de sa genèse, et il recherche dans le système des langues connues, qu’il est parfois le premier à exploiter dans une argumentation linguistique, des faits susceptibles de la corroborer. Sa grammaire se veut ainsi non seulement « universelle » mais aussi « comparative ».

241Ainsi, selon lui, les formes impératives du verbe pourraient passer dans plusieurs langues comme l’origine des formes du verbe. Elles sont généralement plus courtes, constituées de la racine seule, proches des formes les plus rudimentaires du langage, et évoquent parfois de simples cris :

Aussi l’Impératif est-il comme le discours des muets ; à peine est-il au dessus du geste : il est comme lui isolé, l’affaire de l’instant, un simple son, comme l’autre est un simple mouvement ; presque toujours composé d’une seule syllabe. (p. 241)

242Ce serait le cas en grec, où les formes de l’impératif sont plus brèves que les autres formes verbales (p. 244 et suiv.), plus proches aussi des noms dont les verbes sont issus. Ce sont des formes moins élaborées, plus proches de la notion brute, tandis que les autres formes verbales mettent en œuvre un matériel, nous dirions morphologique, plus riche.

243On a par exemple tup « coup », tupe « frappe », tupto « je frappe ».

244On trouverait le même genre de phénomène en hébreu :

245I-hyd « fixer un jour » ; Na-than « donner » ; I-hyl « croître » ; font à l’impératif yd ; than ; yl ; dont on peut observer la grande conformité avec les noms primitifs : Id « le temps », then « don », hul « plante ».

246Court de Gébelin fait des remarques du même type pour le latin : ama, lege, dic, fer, « sont plus courts qu’aucun autre Tems de ces Verbes » (p. 244).

247Les formes de présent, à l’inverse, dans toutes ces langues, seraient beaucoup plus éloignées de leurs racines. L’impératif devrait donc plus proprement être appelé « temps radical », ou « temps des passions et des sentiments », ce qui rendrait mieux compte de sa valeur véritable et de sa position dans le système des temps par rapport aux autres formes. Il arrive, dans certaines langues, que le caractère originel de l’impératif soit également confirmé par la morphologie des autres temps. C’est le cas dans les langues sémitiques pour le prétérit et le futur. Dans ces langues, on figure iconiquement le passé en plaçant le pronom sujet derrière la racine, ce qui représente selon Court de Gébelin l’antériorité du procès par rapport à la position qu’occupe le sujet dans le temps. Le futur est représenté, symétriquement, en plaçant la racine verbale à droite du pronom, comme dans les formes suivantes :

  • passé : racine + pronom (phakd-ti, « tu visitas » ; phakd-i, « je visitai ») ;

  • futur : pronom + racine (e-phakd, « je visiterai » ; ti-phakd, « tu visiteras »).

248Le latin même conserverait la trace de cette façon de former le passé puisque l’on a :

leg-i (je lus)
legis-ti (tu lus)
leger-unt (ils lurent)

  • 32 L’argument est évidemment un peu surprenant puisque toutes les formes léchies peuvent être décrites (...)

249Soit des formes dans lesquelles on peut reconnaître une représentation du sujet du procès (la désinence) placée à droite de la base verbale32. Ces formes i ; ti ; et unt seraient d’ailleurs à rapprocher des pronoms hébreux, et l’on aurait là des formes archaïques « certainement communes aux plus anciens Peuples de l’Italie » (p. 245). On note le présupposé qui fait de l’hébreu (et des langues sémitiques dans leur ensemble) une langue plus ancienne, plus proche de l’origine, que le latin ou le grec.

250L’argument est fondé sur une conception de l’histoire des langues, selon laquelle il y a des états de la langue, ou mêmes des langues elles-mêmes, archaïques, proches des besoins et des opérations impliqués dans l’émergence du langage :

Déjà brillent de l’éclat de la raison ces formes variées qui paroissoient l’effet du hasard : on y voit la marche constante de la sagesse, qui sut toujours trouver dans la Nature des ressources efficaces contre les besoins que celle-ci fait naître. (p. 246)

251L’étude a priori des nécessités qui conduisent à l’apparition du langage d’action permet ainsi l’accès aux principes de la motivation des formes les plus anciennes, et par là aux principes structurants les plus anciennement et les plus secrètement à l’œuvre dans le système.

252La suite du chapitre adopte un point de vue épistémologique entièrement différent et se présente comme l’exposé critique des trois théories du temps grammatical qui constituent aux yeux de Court de Gébelin les jalons les plus remarquables dans l’histoire des théories grammaticales. Il s’agit d’un des premiers exemples de tableau de la science grammaticale, certes limité à la seule question du temps, mais dans lequel l’histoire de la théorisation, et non l’histoire des langues ou du langage, apparaît au premier plan. À vrai dire, le parcours se limite à quelques années du xviiie siècle, mais c’est bien d’histoire qu’il s’agit, et les problèmes posés par la lecture parallèle des textes choisis sont bien ceux qui surgissent d’une mise en perspective historique. Le parcours est en effet chronologique. Court de Gébelin propose d’abord une lecture de Girard (1747), puis de Harris (1751), et Enfin de Beauzée (1767). Par ailleurs, nous verrons que le problème épistémologique posé est celui de l’évaluation des théories, de leur force explicative et de leur adéquation aux faits. La thèse que développe Court de Gébelin est qu’il y a progrès d’une théorie à l’autre. C’est fondamentalement une thèse historique, non triviale, mais bien entendu peu surprenante sous la plume d’un homme du xviiie siècle.

253Un autre aspect de ce texte qui retiendra notre attention réside dans la question de la réception des théories. Il est clair que l’auteur du Monde Primitif ne lit pas les grammairiens qui le précèdent comme nous les avons lus, et que sa conception du progrès n’est pas nécessairement un cadre adéquat pour identifier les inventions que nous avons identifiées nous-même.

3. 2. 2 Lecture de Girard

254On se souvient que l’un des apports particulièrement intéressant du chapitre « temps » de la grammaire de Girard est la notion de période. Force est de constater que Court de Gébelin, lecteur et interprète de Girard, passe à côté de cette notion et de la problématique qu’elle introduit.

255Ce qui retient en revanche son attention est le classement des temps en temps absolus et temps relatifs ; les premiers définis par le rapport (simultanéité, antériorité, postériorité) au seul repère de l’acte de parole, les seconds définis par un double repérage. Le tableau reproduit par Court de Gébelin est le même que celui qui figure dans la grammaire de Girard (voir supra p. 105). Mais on se souvient que le système des temps selon Girard distingue « deux manières de représenter le passé », supposant un critère aspecto-énonciatif, savoir le caractère sécant ou global d’un intervalle de référence impliqué dans leur valeur sémantique, précisément ce que Girard appelle un période. Ces deux manières de représenter le passé correspondent aux catégories de l’aoriste et du prétérit dans la terminologie de Girard. Voici un passage de Girard cité par Court de Gébelin, caractéristique du rôle que ce dernier confère à la notion :

Je fis, est aoriste absolu ; le tems de l’événement y étant seulement représenté dans un période passé par rapport à celui qui coule avec le tems de la parole.

Je fis l’année dernière moins d’ouvrage, quoique je travaillai plus assiduement que je n’ai fait celle-ci.
J’eus fait, est aoriste relatif ; puisqu’il fait répondre le tems de l’événement, non seulement à un période passé par rapport à celui de la parole, mais encore à un tems passé dans ce même période par rapport à une autre circonstance qui est arrivée. (Court de Gébelin 1774, p. 251)

256L’exemple fourni est tout à fait significatif :

J’eus fait mes affaires dans la derniere campagne avant que mon Concurrent fût arrivé. (Ibid.)

257Court de Gébelin ne cherche pas ici à définir l’aoriste et le prétérit, mais s’attache seulement à reprendre ce qui lui paraît l’apport le plus remarquable de Girard et organise son classement des temps, en l’occurrence la distinction des temps absolus vs relatifs.

258On a bien le même système de repérage que celui proposé par Girard, impliquant un période de référence, mais ce critère est devenu secondaire, comme chez Beauzée. Chez ce dernier en effet, il permet de résoudre un cas limité de différenciation entre les deux présents antérieurs que sont l’imparfait, présent antérieur simple, et le passé simple, présent antérieur périodique. Ici, la notion de période, permet de distinguer les prétérits :

De-là huit Temps dans notre Langue, selon ce Grammairien : deux Présents ; deux Prétérits pour un événement arrivé dans un Tems qui existe encore : deux Prétérits appelés Aoristes, pour les événements arrivés dans un tems qui n’est plus ; & deux Futurs. (Court de Gébelin 1774, p. 250, nous soulignons)

259Notons que dans cette reformulation des analyses de Girard, le terme « période » lui-même a disparu au proit de l’expression que l’on trouve plus tôt dans la tradition des grammaires françaises, « temps qui existe encore » vs « temps qui n’est plus ».

260Ce qui fait donc de Girard une étape importante dans l’analyse historique de Court de Gébelin n’est pas son rôle dans le processus de conceptualisation et de formalisation des phénomènes aspectuels, ni la description en termes aspecto-énonciatifs des emplois du passé simple et du passé composé, mais un classement des temps systématique et complet, fondé sur un repérage simple ou complexe.

3. 2. 3 Lecture de Harris

261Le statut historique accordé à Harris est plus complexe. Court de Gébelin déclare avoir consulté l’ouvrage du grammairien anglais dans la bibliothèque d’un certain Dromgold. Il conviendrait de savoir de façon précise si ce texte était disponible et depuis quand. La publication en Angleterre date de 1751 et la publication de la Grammaire universelle et comparative de 1774, mais la traduction par Thurot seulement de 1796. Nous n’avons pas rencontré d’autres références à ce texte avant la traduction de Thurot. Court de Gébelin semble être le premier à évoquer ce texte, et a fortiori à le citer ; tandis que Beauzée, qui cite pourtant de nombreux auteurs et paraît avoir, parmi ses contemporains, une des meilleures connaissances du corpus théorique, paraît l’ignorer.

  • 33 Liv. I, chap. VII, p. 118-139.

262Court de Gébelin relève le postulat harrissien relatif à la nature du temps et ses propriétés : « le Tems [dit-il] est divisible et étendu ; par conséquent, chaque portion déterminée du Tems, même le Présent, a toujours un commencement, un milieu, et une fin » (1774, p. 252)33. Le schéma suivant permet d’en rendre compte et en même temps de prévoir une partie des temps grammaticaux. La ligne du temps peut être divisée une première fois en passé, présent, et futur, et chacune de ces époques est envisagée avec un commencement α, un milieu β, et une fin γ.

263Court de Gébelin présente ensuite fidèlement le système des temps du grammairien anglais. Il retient notamment la thèse harrissienne d’une division du système en deux catégories fondamentales :

2641) les temps indéfinis

265L’événement est considéré sans aucun rapport avec son commencement, son milieu, ou sa fin ; mais en lui-même. Il s’agit des aoristes, temps indéterminés.

Aoriste du présent

Aoriste du passé

Aoriste du futur

j’écris

j’écrivis

j’écrirai

I write

I wrote

I shall write

2662) les temps définis

267L’événement est considéré relativement à trois degrés, ce qui permet de distinguer les temps inceptifs qui renvoient au commencement de l’événement, les temps moyens qui renvoient au milieu de l’événement, et les temps complétifs qui renvoient à sa in.

268Le tableau des formes ne s’écarte de l’original que par l’ajout d’exemples en français :

Passé

Présent

Futur

Inceptif

j’allais écrire

I was beginning to…

je vais écrire

I am going to write

j’irai écrire

I shall be beginning…

Moyen

j’écrivais

I was writing

j’écris

I am writing

je serai écrivant

I shall be writing

Complétif

j’avais écrit

I had done writing

j’ai écrit

I have writen

j’aurai écrit

I shall have done…

269Court de Gébelin traduit les exemples anglais d’une façon moins surprenante que ne le fait Thurot (voir infra p. 100). Les temps moyens sont représentés en français par l’imparfait, le présent simple j’écris (au lieu de la périphrase je suis à écrire) et une périphrase analytique avec participe présent, commune dans les grammaires générales qui supplée ici l’absence d’équivalent en français de la forme progressive I shall be writing, là où Thurot recourt également à une périphrase en être à.

270Le choix de ces exemples va dans le sens d’une certaine cohérence. Chaque type de temps, inceptif, moyen ou complétif, apparaît muni en français d’une morphologie caractéristique : les temps inceptifs reposent sur des périphrases formées à l’aide du verbe aller ; les temps complétifs sur des périphrases avec avoir.

3. 2. 4 Lecture de Beauzée

3. 2. 4. 1 Beauzée comme aboutissement de la réflexion théorique

271L’ordre dans lequel s’effectue la présentation de ces trois théories temporelles tend à mettre en évidence l’idée d’une évolution et d’un progrès. Cela est d’abord sensible sur le plan simplement quantitatif. Le tableau des temps chez Beauzée décrit en effet quelque vingt temps grammaticaux. D’un auteur à l’autre le corpus s’est donc développé, et il atteint là son extension maximale. Selon Court de Gébelin, les auteurs, munis d’une conception du temps de plus en plus puissante, aperçoivent de mieux en mieux le temps dans la langue et découvrent de nouvelles formes. Avec Beauzée, l’inventaire parvient à son terme, et le champ des données est clos :

Beauzée considérant cet objet sous un point de vue beaucoup plus vaste, aperçoit vingt tems dans nos Verbes François & dont quelque Langue que ce soit peut-être susceptible, étant pris dans la Nature elle-même. (Court de Gébelin 1774, p. 255)

272Enfin, précisément dans la mesure où le point de vue de Beauzée est celui du corpus le plus vaste, et parce que l’histoire des découvertes est achevée, il devient possible de l’écrire. Beauzée permet une relecture des auteurs précédents, une analyse épistémologique de leur œuvre. Il devient alors possible de leur assigner une place et un rôle dans l’histoire de la progression du savoir. C’est ce qui apparaît d’emblée dans le classement des formes. L’histoire de la découverte des formes verbo-temporelles est celle de la découverte de six classes :

  1. temps formés sur la racine seule (correspondants aux inflexions du verbe),

  2. temps formés avec les auxiliaires être et avoir,

  3. temps surcomposés,

  4. temps formés à l’aide du verbe venir,

  5. temps formés à l’aide du verbe devoir,

  6. temps formés à l’aide du verbe aller.

273Les classes 1 et 2 correspondent aux formes décrites par Girard. Harris étend le corpus en ajoutant les quatre formes des classes 5 et 6. Enfin, l’apport de Beauzée correspond aux classes 3 et 4. Cette catégorisation se justifie également du point de vue de la théorie elle-même. On peut observer que :

  • les formes des classes 5 et 6 sont des futurs,

  • les classes 2, 3, et 4 sont des prétérits,

  • il est donc évident que les formes de la classe 1 sont des présents.

274Il faut insister sur ce point : la démarche adoptée par l’auteur du Monde primitif ne consiste pas seulement à reproduire des contenus de connaissance produits à tel moment de l’histoire. La théorie beauzéenne est exposée d’un point de vue critique comme l’aboutissement de la réflexion antérieure et elle est soumise au crible de nouveaux critères de rationalité qui visent à renforcer sa validité. Ainsi, Court de Gébelin tente d’apporter de nouveaux arguments en faveur de la thèse beauzéenne centrale, comme nous l’avons vu plus haut, selon laquelle les temps simples sont des présents. Arguments, nous allons le voir, en tant que tels ignorés de Beauzée lui-même, et auxquels donne seul accès le point de vue historique et critique de son commentateur.

275L’argumentation se déploie en deux temps que nous allons envisager successivement : 1) à partir de la représentation graphique originale dans laquelle Court de Gébelin projette le système beauzéen, 2) à partir d’une réinterprétation globale du système des catégories beauzéennes.

3. 2. 4. 2 La schématisation

276Voici la forme que prend le tableau des catégories beauzéennes reconstruit par Court de Gébelin. On peut se reporter à la page 118 pour le comparer au tableau donné par Beauzée lui-même.

Passé

Présent

Futur

j’ai fait feci

je fais facio

je dois faire facturus sum

Passé

Présent

Passé

Futur

Présent

Futur

antérieur dans un temps passé

antérieur dans un temps passé

postérieur dans un temps futur

antérieur dans un temps passé

postérieur dans un temps futur

postérieur dans un temps futur

j’avais fait

j’eus fait

je fis

je faisais

j’aurai fait

je devais faire

je ferai

je devrai faire

feceram

faciebam

fecero

facturus eram

faciam

facturus ero

277La différence entre les deux présentations est assez étonnante. Là où Beauzée propose un tableau à deux entrées dans lequel les catégories sont distribuées en fonction des deux critères qui figurent horizontalement et verticalement, le schéma de Court de Gébelin figure géométriquement les relations entre les catégories dans un tableau arborescent. Il est conçu en outre pour manifester un type d’argument auquel il donne seul accès, « ensorte que tout ce qui sera relatif à l’explication [des] Tems ne soit que les conséquences du Tableau même » (1774, p. 256). Il reproduit en fait partiellement la structure des temps de Harris, en divisant le passé et le futur en trois sous catégories, mais ici chacune des divisions est définie par sa relation à l’événement repère correspondant, non comme partie de cet événement. Reste, bien entendu, le problème du présent qui demeure indivis. C’est donc sur ce point que porte l’argumentation. Elle consiste, pour l’essentiel, à rendre manifeste la cohérence interne du système figurée dans le schéma. L’époque passée (comme l’époque future) est suivie et précédée « d’époques qu’on peut regarder comme des passées » (p. 258) (respectivement des futurs). Or, si le principe harrissien est vrai pour le passé et le futur, il ne l’est pas moins pour le présent. Quels sont donc les temps qui précèdent et suivent l’époque présente ? Ce sont précisément ceux qui dans le schéma sont désignés par ce terme, en l’occurrence les présents antérieur et postérieur.

278Il importe peu que l’argumentation repose sur un tour de passe-passe préparé par le choix de la terminologie. Ce qui fait véritablement sens aux yeux de Court de Gébelin, c’est que le système présente ainsi trois présents, trois passés, et trois futurs, « qui forment dans le Tableau trois Triangles, dont le sommet est en haut, & dont celui du milieu […] rentre dans les deux autres » (p. 257). La figure qu’il faut voir dans le tableau donné plus haut a donc l’allure suivante :

279C’est cette figure elle-même qui manifeste l’argument : « On voit donc par ce tableau [nous soulignons] que, je fais, je fis, je ferai sont des présents […] » (p. 260). La bidimentionalité du schéma permet de représenter le principe de cohérence interne du système beauzéen qui in fine constitue, aux yeux de l’historien, la preuve dernière de sa validité.

280Ce qui paraît le plus intéressant ici, c’est d’essayer de comprendre comment est conduite cette lecture du système beauzéen. Il est remarquable que l’analyse épistémologique de la théorie de l’encyclopédiste soit inséparable d’une analyse historique. C’est en effet la mise en œuvre de noyaux de théorisation développés par Harris, auteur ignoré par Beauzée, et la thèse de la progression cumulative des connaissances qui permettent d’étayer l’analyse de ce dernier, et d’exhiber des propriétés du système inconnues de son auteur.

3. 2. 4. 3 La réinterprétation de Beauzée

281Mais le travail de lecture de Court de Gébelin présente aussi un autre aspect. Le cadre historique lui permet à la fois de valider comme nous l’avons vu la théorie du temps de l’encyclopédiste, et, ce qui est un peu paradoxal, de refonder en les réinterprétant les catégories beauzéennes.

282Ainsi les trois temps de rang 1 dans l’arborescence des catégories (passé, j’ai fait ; présent, je fais ; futur, je dois faire) sont ce qu’ils sont dans toutes les circonstances possibles, au jour d’hier, au jour actuel, aussi bien que demain, « parce que ce qu’ils sont, c’est toujours relativement à eux-mêmes, & que ce rapport ne change point » (p. 257). C’est ce qui correspond au temps indéfinis chez Beauzée.

283Ensuite, selon l’auteur du Monde primitif, ces temps sont divisés en trois espèces. Les temps de niveau 2 se partagent une partie de l’espace temporel délimité par les catégories précédentes :

Chacun de ces Tems peut être considéré comme ayant un tems qui le précède & un tems qui le suit […].
Car le moment présent, je fais, a un Passé, j’ai fait ; & un Futur, je dois faire.
Le moment passé, hier, a de même un présent, je fis ; un passé, j’avois fait ; un futur, j’aurai fait. Le moment Futur, demain, a un présent, je ferai ; un passé, je devois faire ; un futur, je devrai faire. (Ibid.)

284Notons donc d’abord cette première différence par rapport au système beauzéen. Le rapport que Cour de Gébelin établit entre les temps indéfinis et les temps définis est du type de celui que Regnier-Desmarais et de nombreux autres auteurs établissent entre les temps « principaux » et les divers temps des langues. Il en résulte une différence entre les catégories nécessaires du temps et celles qui relèvent des grammaires particulières. Celles-ci sont des espèces des catégories de rang supérieur.

285Par ailleurs chaque temps, passé, présent, futur, a lui même un passé, un présent et un futur. Chaque catégorie de rang 2 est définie par le jeu de deux relations. On a ainsi pour le passé, un passé antérieur, j’avais fait, et un passé postérieur, j’aurai fait ; et pour le futur, un futur antérieur, je devais faire, et un futur postérieur, je devrai faire. Reste le cas des temps moyens de Harris, qui correspondent aux présents de niveau 2 dans le tableau de Court de Gébelin :

[…] si l’époque du Passé est précédée et suivie d’époques qu’on peut regarder comme Passées, le présent ne pourra-t-il pas être précédé et suivi d’époques qu’on pourra regarder également comme présentes ? L’une avant le tems où l’on parle, et l’autre après le tems où l’on parle : l’une passée au tems où l’on parle, mais présente au tems passé dont on parle : l’autre future au tems où l’on parle, mais présente au tems futur dont on parle. (p. 258)

  • 34 « […] puisqu’ici je me représente comme étant faisant dans le moment dont on parle, hier, temps ant (...)
  • 35 « […] puisqu’ici je me représente comme étant faisant dans le moment dont on parle et qui viendra a (...)

286Ces trois présents sont : le présent actuel, je fais, le « présent antérieur dans un temps passé »34, je fis, je faisais, et le « présent postérieur dans un temps futur »35, je ferai. On retrouve l’analyse beauzéenne des formes je fis, je faisais, je ferai, dans la catégorie des présents.

287Court de Gébelin conserve la généralité du repérage par rapport à deux critères, mais pas la structure procédurale du repérage, ni le caractère second du repérage par rapport à To. Nous avons vu plus haut quelques arguments développés en faveur de ce point. En voici un autre qui revient au fond à redéfinir la catégorie sur des bases nouvelles :

[…] lorsque je dis hier je fis telle chose, où mon action est présente relativement à cette époque, existente dans le même tems, je pouvois dire, hier j’avois fais telle chose, temps qui est passé relativement à cette existente, & je pouvois dire demain j’aurai fait telle chose, ce qui fait voir que, je fis est un présent relativement à j’avois fait et j’aurai fait. (p. 259)

288C’est parce qu’elles sont précédées d’un temps et suivis d’un autre temps que ces formes peuvent être reconnues pour des présents. Il s’agit de présents relativement aux temps qui les encadrent, ou en termes harrissiens, parce qu’ils représentent un milieu pris entre un début et une in. L’interprétation de Court de Gébelin consiste donc en un déplacement de l’ensemble des catégories beauzéennes vers celles de Harris. En d’autres termes, le commentateur conserve la terminologie de Beauzée, mais donne aux notions un contenu construit à l’aide du système harrissien.

289Ainsi pour résumer, la notion de présent, de passé, et de futur est déterminée chez Beauzée par le « rapport à une époque de comparaison », soit le critère Ti dans nos schémas des chapitres précédents. Le rapport à To, l’instant de la parole, détermine l’appartenance aux temps antérieurs, postérieurs, et dans le cas unique de simultanéité (il ne peut s’agir en effet déjà que d’un présent), à la catégorie de l’actuel. En revanche, chez Court de Gébelin les notions de présent, de futur ou de passé renvoient aux divisions fondamentales du temps naturel. Les catégories de l’antérieur et du postérieur trouvent leur justification dans la succession des trois moments, début, milieu, et fin, obtenus par division des temps de niveau 1 (voir schéma p. 162).

  • 36 Voir la critique faite par Condillac sur ce point.

290Court de Gébelin se heurte ainsi à un problème terminologique. Il appelle présent aussi bien la catégorie fondamentale de niveau 1, que le temps correspondant au « milieu » du temps divisé de niveau 1. On a donc la série terminologique {antérieur, présent, postérieur} pour décrire les temps de niveau 2, et la série {passé, présent, futur} pour décrire les temps de niveau 1. L’existence de ce point de contact entre les deux séries reçoit la justification dont nous avons rendu compte un peu plus haut. L’analyse des formes je fis, je faisais, ou je ferai en termes de présents est ce qu’il faut préserver du système de Beauzée, puisque là réside une partie de son audace terminologique et théorique36.

291Enfin, on observe que la distinction établie par Beauzée entre temps définis et temps indéfinis est également interprétée à partir de l’analyse harrissienne. Les temps indéfinis (ceux du niveau 1 dans notre tableau) se rapportent à l’époque où l’on parle, ce sont les temps absolus, les temps par excellence, « car rien ne les borne » (Court de Gébelin 1774, p. 259). En revanche, les autres « sont bornés par l’époque dans laquelle on les considere ». « Borné », ici, signifie « situé » sur l’axe de la succession harrissienne des trois instants α, β, γ qui divisent les époques :

Le présent antérieur & le présent postérieur ne sont ce qu’ils sont que relativement à l’époque dont on parle, comparée à l’époque où l’on parle. (p. 259)

292Les temps peuvent ainsi être décrits à l’aide d’un nouveau tableau à deux entrées :

Présent

Passé

Futur

Aujourd’hui (présent)

je fais

j’ai fait

je dois faire

Hier (passé)

je fis

j’avais fait

je devais faire

Demain (futur)

je ferai

j’aurai fait

je devrai faire

293Ce tableau permet de résoudre d’un certain point de vue le problème de la cohérence des théories entre elles. Court de Gébelin poursuit par là l’entreprise de synthèse dont nous avons mis en évidence quelques aspects plus haut :

Cette division met d’accord tous les grammairiens.
Cette distribution des Tems en Tableaux, rend raison de toutes les différences qu’on trouve à cet égard entre les divers Grammairiens, parce qu’on en voit aussi-tôt les causes, provenues du point de vue sous lequel ils envisageoient les Tems.
Car tous les tems qui sont sur la ligne de hier, jour passé, peuvent être considérés comme des Passés ; ce qui a fait appeler Passés, je fis, j’avais fait, je devois faire.
Et tous les tems qui sont sur la ligne de demain, jour futur, peuvent être considérés comme des Futurs : ce qui a fait appeler Futurs, je ferai, j’aurai fait, je devrai faire. (p. 261)

294La rupture introduite par Beauzée n’est donc plus qu’un problème de terminologie, au mieux un problème de point de vue sur l’objet que les grammaires tentent de décrire. Cette analyse repose d’ailleurs elle-même sur un implicite tout à fait remarquable et nouveau, à savoir que l’objet que la théorie tente de décrire est stable. Dès lors, sur le corpus dont on affirme pour la première fois qu’il est saisi dans sa totalité, les grammaires n’adoptent que des « points de vue ». Ce que Court de Gébelin manque, c’est que chaque catégorisation propose non seulement des solutions à des problèmes connus, mais pose également des problèmes nouveaux, crée de nouveaux faits, et conduit à des découvertes.

3. 2. 4. 4 Les formes d’imparfait et de passé simple

295Le système de Court de Gébelin rend compte de l’imparfait de deux manières différentes. L’imparfait est d’abord un temps qui « désigne un événement moins passé que j’ai fait » (p. 262). C’est la justification classique du terme : l’imparfait serait un passé imparfaitement passé, à cheval sur les catégories du présent et du passé. Dans son tableau des temps, l’imparfait est un présent antérieur dans un temps passé. En tant que présent, il correspond donc à l’instant a que l’on peut obtenir par division de l’époque présente. La formule peut ainsi recevoir une interprétation strictement chronologique. Il s’agirait d’un présent qui précède le présent. Mais nous avons vu également que dans ce tableau, l’imparfait et le passé simple constituent une même catégorie de passés, qui correspond à l’instant β de la division de l’époque passée. La formule pourrait donc s’interpréter en conformité avec la définition de l’imparfait proposée par Port-Royal comme présent pour une époque passée.

296Mais l’analyse des catégories doit aussi rendre compte de la différence entre imparfait et passé simple. Celle-ci, comme chez Beauzée, provient du jeu d’un critère supplémentaire, la notion de période. Le passé simple est défini en contraste avec l’imparfait comme un présent antérieur périodique et la différence entre les deux temps est illustrée avec un exemple dont tous les éléments sont importants et significatifs :

[…] on voit cette différence entr’eux, que, je faisois indique simplement une action comme présente hier, & que, je fis renferme cette action toute entiere dans l’époque de hier. Hier je faisois un ouvrage, mais je ne l’achevai pas : Hier je fis cet ouvrage : il fut achevé dans l’époque même de hier. On appellera celui-là présent antérieur simple, & celui-ci présent antérieur périodique. (p. 263)

297On observe cependant que le critère qui permet d’opposer les deux formes, s’il est conservé dans la terminologie, n’est pas explicité. La notion de période définie comme intervalle fermé est développée par une partie de la définition : « je fis renferme cette action toute entière dans l’époque de hier ». Mais la distinction fondamentale entre période et époque n’apparaît plus. Bien plus, Court de Gébelin semble confondre ces deux notions puisqu’il parle de « l’époque de hier ». En réalité, la définition renvoie à l’un des états les plus anciens de la réflexion théorique sur ces deux temps. Certes, comme chez Beauzée, ces deux temps forment un couple de formes en opposition et son héritage est sensible dans la constitution même de ce problème. Mais cette opposition se traduit dans une définition qui, pour l’imparfait, est la paraphrase d’une formule que l’on peut faire remonter à Maupas :

Je faisais indique simplement une action comme présente hier. (Court de Gébelin 1774, p. 263)

298Quant à la définition du passé simple, elle correspond à la reprise d’un passage de la GGR :

[…] j’écrivis […] ne se dit proprement que d’un temps qui soit au moins éloigné d’un jour de celuy auquel nous parlons. Car on dit bien par exemple ; j’écrivis hier, mais non pas, j’écrivis ce matin, ny j’écrivis cette nuit ; au lieu dequoy il faut dire, j’ay écrit ce matin, j’ay écrit cette nuit, & c. (Arnauld et Lancelot 1676, p. 118)

299L’exemple de Court de Gébelin n’est donc pas pris au hasard. Le critère mobilisé pour définir le passé simple en relation avec l’imparfait ou en relation avec le passé composé est bien le même. Le passé simple est employé quand l’événement représenté est éloigné de l’instant de la parole par plus de vingt-quatre heures.

3. 2. 5 Conclusion

300La progression décrite par Court de Gébelin est donc en réalité un trompe-l’œil. Si Beauzée semble occuper la place du dernier maillon de la chaîne, nous observons que la lecture à laquelle se livre l’auteur du Monde primitif modifie profondément le système beauzéen et réoriente les concepts fondamentaux en fonction du modèle harrissien. Les deux systèmes sont pourtant difficilement conciliables et reposent sur des principes qui n’ont rien de commun. Cette conciliation de la division et du repérage exercera une influence très sensible chez les théoriciens à venir. La schématisation arborescente est en effet une des formes sous lesquelles va se transmettre durablement le principe d’une définition des catégories temporelles dans un système de repérage à trois points.

301Il reste à faire le constat de l’incompréhension dont Beauzée est l’objet. Il y a manifestement une résistance à l’égard du modèle qu’il propose, qui se révèle alors même qu’il s’agit de rendre compte de sa théorie. Rien n’indique, dans le commentaire de Court de Gébelin, ce qui motive cette résistance. On peut seulement faire l’hypothèse qui découle de notre analyse. Le modèle pour lequel optent certains auteurs de grammaires générales est celui qui réalise au plus près la conception cartésienne du temps comme continuum mesurable et gradué. Le mérite de Harris aux yeux de Court de Gébelin est sans doute de permettre de s’approcher davantage de ce modèle.

3. 3 L’abbé Copineau (1774)

302L’Essai synthétique sur l’origine et la formation des langues a été composé en réponse à la question sur ce sujet proposée par l’Académie de Berlin en 1770. C’est l’essai de Herder qui fut couronné. Mais en 1774, l’abbé Copineau propose le sien à la lecture du public puisque, comme il l’écrit en introduction, dans ces matières entièrement spéculatives, les philosophes peuvent suivre des voies diverses sans se rencontrer ni se contredire. Il ne s’agit donc pas d’une grammaire, mais d’un texte qui tente de justifier l’état présent des langues connues et de reconstruire les étapes de leur genèse, suivant les principes de la démarche empirique inspirée par Locke et Condillac.

303Le scénario génétique imaginé par Copineau confirme d’abord la distinction entre temps absolus et temps relatifs. C’est le moment de la parole qui fournit le critère de la première distinction des époques :

Quoi de plus intimement connu, de plus présent à un home qui parle, que le moment même où il parle ? Ce moment sera sans doute, s’il m’est permis de m’exprimer ainsi, le point de départ qu’ils prendront, pour distinguer les diverses parties du tems. (Copineau 1774, p. 64)

304Les temps absolus (ou simples) repérés simplement par rapport à cet instant seront donc « sans doute les premiers, à raison de leur simplicité et du peu de combinaisons qu’ils suposent » (p. 116). Viennent ensuite les temps repérés par une époque immédiate prise dans les circonstances de l’événement. Les différentes catégories du temps sont ainsi envisagées comme produites par la combinatoire des différentes positions (neuf en tout) que peuvent occuper les uns par rapport aux autres ces trois critères.

305L’intérêt de cet ouvrage du point de vue de l’histoire des théories du temps est un peu anecdotique. Il réside dans la tentative de formalisation dans laquelle s’engage son auteur. Les exemples de tentatives de cet ordre sont rares dans les grammaires de l’âge classique. Mais il n’est peut-être pas très étonnant au fond que nous rencontrions un des rares efforts dans ce sens dans le domaine de la théorie du temps, précisément après le développement qu’elle a connu depuis le milieu du xviiie siècle. Voici donc comment l’auteur présente la notation « algébrique » qu’il propose :

Je suplie le Lecteur le moins acoutumé à la précision et au style algébriques, de ne pas s’efrayer de cet apareil de Formules adaptées à un Ouvrage sur les langues. C’est peutêtre, come on le vèra encore mieux dans la suite, un des plus sûrs moyens de rendre, non seulement intelligible ; mais clair et sensible, ce qu’il y a de plus abstrait dans la théorie des Tems. Eh ! Pourquoi ne s’aideroit-on pas des secours que peut fournir une Science étrangère à celle qu’on traite, quand ces secours sont véritablement utiles ? Nous morcelons trop les Sciences en général ; et c’est-là, si je ne me trompe, une des principales causes du peu de progrès qu’on leur voit faire. (p. 114-115)

306La combinatoire des trois critères est présentée sous la forme d’un tableau qui rappelle en partie celui de Beauzée. Mais ici, dans les cases du tableau figurent non des exemples empruntés à diverses langues, mais les « formules des temps simples ou absolus devenus composés par leur relation à deux époques » (p. 118) :

Actuel

Antérieur

Postérieur

Présent

J

I

E

J

E

I

J

E

I

Prétérit

I

J

E

J I E

E J I

Futur

I

J

E

I J E

E I J

307Les lettres représentent : le jugement (J) ; l’époque immédiate (I) ; l’énonciation (E), c’est-à-dire respectivement l’événement représenté, un événement de référence, et l’instant de la parole. La position des points les uns à l’égard des autres représente de façon iconique leurs positions respectives sur la droite du temps.

308La confrontation aux exemples soulève de nouveaux problèmes. Que le tableau prévoie des formes non attestées dans les langues ou dans certaines langues n’invalide pas la construction. Copineau cite ici Beauzée : la réalité d’un procédé grammatical dans une langue en montre la possibilité dans toutes les autres (voir supra p. 130). Le cas n’est pas pris en compte par Copineau, mais il est clair par exemple que l’existence d’un futur postérieur est douteuse.

309En revanche, il est plus gênant de rencontrer plus de formes dans les langues que n’en prévoit la combinatoire. C’est un problème qu’auront à afronter tous les auteurs qui s’appuieront sur une version comparable de la sémantique du repérage, Reichenbach compris. Il est donc intéressant de regarder de près comment les auteurs traitent les problèmes de cet ordre.

310Copineau semble avoir quelque difficulté à identifier les formules de j’ai lu, je lus, je lisais, j’avais lu et j’eus lu.

311L’imparfait je lisais est, conformément à la tradition, un présent antérieur :

J

E

I

312L’analyse de j’ai lu est plus confuse. Il est identifié comme un prétérit actuel. Ce qui correspondrait à sa valeur dans j’ai lu ce mémoire au moment où je vous parle, et au schéma :

J

I

E

313Mais ce n’est plus le cas dans j’ai lu ce mémoire l’année passée. Dans ce cas, l’année passée (I) est antérieure au moment de la parole (E). Le schéma devrait donc être identique à celui de l’imparfait. Il en va de même pour je lus. Ce qui fait trois formes pour la même formule.

314Un problème analogue se pose pour distinguer j’avais lu et j’eus lu, deux prétérits antérieurs.

315Copineau tente de se tirer de ces difficultés classiques par une sorte de surcroît de formalisation qui ne fait qu’ajouter à la confusion :

[…] j’eus lu est à j’avois lu ce que je lus est à j’ai lu ; d’où résultent plusieurs corollaires intéressants.

316Ceux-ci sont donnés dans une note :

donc j’eus lu est à je lus ce que j’avois lu est à j’ai lu ; ou bien je lus est à j’eus lu, ce que j’ai lu est à j’avois lu ; donc je lus est à j’ai lu, ce que j’eus lu est à j’avois lu ; ou bien j’ai lu est à je lus ce que j’avois lu est à j’eus lu & c.
Car si c.C :: a.A ; c.a :: C.A ; a.c ::A.C ; a.A :: c.C ; A.a ::C.c. &c., selon la loi des proportions.(p. 143)

317Ces rapports de proportion n’ont en la matière pas beaucoup de valeur explicative, surtout parce que le point de départ est discutable : j’eus lu est à j’avais lu, plutôt ce que je lus est à je lisais. Ce qui est surprenant au fond ici est la part d’oubli que comporte la transmission du modèle beauzéen. Beauzée est cité, on peut considérer que le texte de Copineau consiste à rendre manifeste la dimension formelle de la théorie beauzéenne. Il est frappant qu’en s’engageant dans cette voie, l’auteur aboutisse à un type de langage formel très proche de celui que proposera Reichenbach près de deux siècles plus tard. Il est surprenant en revanche que Copineau n’utilise pas les solutions disponibles chez Beauzée lui-même pour régler la sous-détermination sémantique de ses formules (la distinction entre époque et période par exemple).

318Enfin, un aspect intéressant de l’état de la théorie que l’on trouve sous la plume de Copineau réside dans le statut même des formules qui figurent dans le tableau précédent. Elles ne constituent pas véritablement un système dont il s’agirait ensuite d’étudier la réalisation dans les langues. La profusion des exemples (en français) et des contextes explorés par l’auteur tend à placer au second plan l’idée d’un système des formes verbales. Certes il distingue toujours un emploi formel, c’est-à-dire celui que marque de façon spécifique telle forme (dans telle langue). Ainsi je lisois dans je lisois quand vous êtes entré est bien un présent antérieur formel parce que l’imparfait est la forme spécifique de cette valeur en français. Mais cet emploi apparaît au sein d’une série où l’on relève :

  1. ) je lisois demain votre livre si vous me l’aviez envoyé : présent antérieur formel postérieur ;

  2. ) je lisois votre livre à l’instant où je vous parle : présent antérieur formel actuel.

319Ces autres valeurs de l’imparfait sont obtenues par une combinatoire ad hoc des critères fournis par le contexte. L’époque immédiate (I) est ainsi postérieure dans le premier exemple (demain), et elle est actuelle dans le second (l’instant où je vous parle).

320Si bien que le tableau des formules paraît fonctionner comme un modèle herméneutique propre à explorer la valeur des emplois possibles d’une forme donnée, en contexte. Chaque forme n’est plus alors attachée à une seule valeur, mais à un faisceau de possibles, plus ou moins étendu. Telle est du moins la direction dans laquelle s’engage manifestement l’auteur. Mais il est clair que le modèle explicatif dont se sert Copineau est beaucoup trop simple pour fonctionner de façon convaincante, et les problèmes de cohérence sont nombreux, surtout lorsque les exemples sont d’une acceptabilité douteuse, comme en (2). Il arrive alors que l’auteur fasse intervenir ponctuellement des notions dont l’affleurement nous paraît significatif de l’état de développement dans lequel se trouve la théorie beauzéenne chez certains auteurs. Voici comment Copineau se tire de l’analyse de (2) :

[…] comment l’Époque immédiate de ma lecture peut-elle être à la fois, et antérieure à celle de l’énonciation ; puisqu’il s’agit d’un Présent-antérieur, et présente à cette même époque ? C’est que les Époques des Tems grammaticaux ne sont pas des points mathématiques : elles admètent une sorte de latitude. Il faut considérer deux momens, dans l’instant où je vous parle ; l’un où je lisois encore, et l’autre où je cesse de lire : ma lecture présente au premier qui est censé passé relativement à l’Époque de l’énonciation, est antérieure à celui qui est rigoureusement présent, par rapport à cette même Époque de l’énonciation. (p. 129)

321Le caractère exclusivement ponctuel des repères est manifestement une limite du modèle dont Copineau est conscient. Notons qu’il n’est pas allé chercher la solution du côté des notions d’époque et de période imaginées par son modèle. Mais le période beauzéen permet de représenter un fermé, qui ne serait d’aucune utilité ici. Et aucune notion développée par les contemporains ne permet de formaliser la notion d’ouvert. C’est bien ce qui manque ici. La limitation du modèle sur laquelle bute l’analyse (la notion d’obstacle épistémologique conviendrait bien ici), c’est l’absence d’une topologie formalisée qui permettrait de représenter les changements d’état dont l’auteur bricole une représentation intuitive.

3. 4 Condillac (1775)

322Le Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme que Condillac rédige pendant son préceptorat auprès du jeune prince de Parme contient une grammaire générale. Le philosophe indique en note, dans l’introduction au chapitre consacré au temps, que sa lecture de Beauzée, effectuée après une première rédaction, l’a poussé à reprendre entièrement la première version, tant le système de l’encyclopédiste lui parut « au premier coup d’œil aussi solide qu’ingénieux » (Condillac 1775, p. 167). Il déclare pourtant s’en éloigner sur plusieurs points. C’est donc dans un rapport critique au texte de Beauzée qu’il faut lire la contribution de l’auteur de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines à la théorie du temps.

3. 4. 1 La confrontation avec Beauzée

323Condillac reprend à son compte dans un premier temps la définition des temps par l’application systématique de trois critères de repérage.

324Le temps est divisé chez Condillac en « différentes parties », ou « époques », de part et d’autre du point fixe constitué par « le moment où nous parlons ». On distingue trois espèces d’époques :

l’époque actuelle qui est le moment où nous parlons, des époques qui ne sont plus, & qu’on nomme antérieures ; & des époques qu’on nomme postérieures, parce qu’elles ne sont pas encore. Ainsi, comme l’idée d’actualité constitue le présent ; l’idée d’antériorité constitue le passé, & l’idée de postériorité constitue le futur. (Condillac 1775, p. 168)

325Mais ces grandes divisions de la ligne du temps naturel ne concernent pas la structure linguistique elle-même. Les temps grammaticaux sont situés par le double repérage généralisé par Beauzée :

Un verbe est […] au présent, lorsqu’il exprime un rapport de simultanéité avec l’époque actuelle : il est au passé, lorsqu’il exprime un rapport de simultanéité avec une époque antérieure ; & il est au futur, lorsqu’il exprime un rapport de simultanéité avec une époque postérieure. (Ibid.)

  • 37 Voir supra p. 118.

326Chez Beauzée le rapport à l’événement de comparaison, qui apparaît ici dans le rapport de simultanéité avec l’époque actuelle respectivement antérieure et postérieure pour chacun des trois temps décrits, permet de distinguer des présents, des prétérits, et des futurs. Chez Condillac en revanche ce critère n’a aucune valeur distinctive, « puisque tout ce qui arrive, est nécessairement simultané à une époque quelconque » (p. 169). Le philosophe montre par exemple que les deux formes j’allais et j’ai été, que Beauzée définirait respectivement comme un « présent antérieur » (simple) et un « prétérit indéfini »37, ne peuvent pas être distinguées par leur relation à un événement de référence (Ti). Toutes deux peuvent être considérées comme dénotant un procès simultané à un événement donné. C’est le cas dans les deux exemples suivants :

327(1) J’allois chez vous lorsqu’il m’est survenu une affaire.

328(2) J’ai été hier à Colorno.

329En (1), l’événement de comparaison est donné par la subordonnée, en (2) par l’adverbe « hier » qui exprime l’époque à l’égard de laquelle l’événement représenté par le verbe est simultané.

Ainsi, parce que l’action du verbe ne peut pas ne pas être simultanée à une époque quelconque, cette idée de simultanéité est une [sic] accessoire commun aux deux formes j’allois et j’ai été. (Ibid.)

330Par « accessoire » nous devons entendre non essentiel, et donc non pertinent. Bien plus, l’usage du critère constitué par le rapport de l’événement à un événement de comparaison comme un critère discriminant conduit Beauzée à distinguer un présent dans j’allais et un prétérit dans j’ai été, quand ces deux formes, l’auteur le montre un peu plus loin, doivent être considérées comme des passés. De même, les deux futurs j’aurai achevé et j’achèverai sont respectivement analysés par Beauzée comme un prétérit (postérieur) et un présent (postérieur). Condillac a donc bien vu que c’est le statut nouveau conféré à l’événement de référence (Ti) qui gouverne la délimitation des catégories chez Beauzée et provoque la confusion dont il fait grief à l’encyclopédiste. Il semble lui reconnaître le mérite d’avoir identifié un problème auquel il faut en effet apporter une solution. Mais selon lui, les formes citées plus haut s’opposent, non du fait d’une procédure de repérage différente, mais en termes de détermination. Un temps quelconque peut toujours être considéré comme simultané à une époque quelconque, mais certaines formes, comme j’allais, appellent une nécessaire détermination. Elles marquent une époque déterminée par la suite du discours ou par une circonstance extérieure. Ainsi dans :

j’allois chez vous lorsqu’il m’est survenu une affaire

331la détermination est représentée par la proposition subordonnée. Et si le locuteur produit l’énoncé :

j’allois chez vous

332au moment où il rencontre une personne, la détermination est donnée par la circonstance dans laquelle l’énoncé est lui-même produit. D’autres formes au contraire ne sont pas nécessairement déterminées. C’est le cas de j’ai été, déterminé dans j’ai été hier à Colorno, mais indéterminé dans j’ai été à Colorno.

333Nous avons vu que ce critère n’est pas étranger au système proposé par Beauzée. Le deuxième critère des « divisions générales du temps » est constitué chez lui par le caractère « général et indéterminé » de l’époque de comparaison qui intervient dans Ti, ou au contraire par son caractère « spécial et déterminé ». C’est ce critère que Condillac fait passer au premier plan après avoir établi la nonpertinence de Ti. Sa lecture de la théorie de Beauzée consiste donc, à ce stade, à modifier la hiérarchie des critères proposée par l’encyclopédiste.

334Il faut noter cependant que Condillac ne considère dans son analyse de Ti que le cas où le rapport de l’événement représenté et du moment de comparaison est un rapport de simultanéité. L’argumentation peut être résumée de la façon suivante :

  1. le temps du verbe est défini par un rapport de simultanéité avec une époque actuelle, antérieure, ou postérieure ;

  2. or, tout ce qui arrive est nécessairement simultané à une époque quelconque ;

  3. donc le rapport de simultanéité est un critère non pertinent.

335La propriété 1) n’est pas une propriété du temps dans le système de Beauzée. Le glissement résulte de la généralisation abusive d’une des relations possibles de l’événement à un événement repère qui apparaît nettement dans le passage suivant :

Il est vrai que ce qui est simultané avec une époque, soit antérieure, soit postérieure, est présent par rapport à cette époque. Mais si, en conséquence, on vouloit regarder, comme des présents, j’aimai & j’aimerai, on confondroit tout : il n’y auroit plus ni passé ni futur, puisque tout ce qui arrive, est nécessairement simultané avec une époque quelconque. (Condillac 1775, p. 168-169)

336Condillac fait ainsi appel au sens commun, passant habilement de la « confusion » des formes de présent et de futur à celle de toutes les formes. L’exemple pris est littéralement vrai : Beauzée propose bien de « confondre » en une même catégorie j’aime et j’aimerai, ce présent et ce futur des grammaires antérieures. Mais l’encyclopédiste ne propose par pour autant d’abolir la distinction du passé et du futur, puisque, on s’en souvient, le temps de l’événement peut être dans une relation d’antériorité, ou de postériorité, par rapport à l’événement repère.

337On ne peut être que surpris par ces gauchissements répétés auxquels Beauzée est soumis par ses lecteurs. Qu’est-ce qui empêche la lecture de Beauzée ? Qu’est-ce qui entrave sa réception, chez Condillac ou chez Court de Gébelin. On peut esquisser quelques éléments de réponse.

  • L’innovation terminologique intense à laquelle se livre Beauzée constitue probablement un premier obstacle. Tout semble ici une question de degré. Nous avons vu que les innovations terminologiques ne sont pas rares dans le corpus. Mais elles sont généralement locales (voir l’introduction de la notion de période par Girard, ou chez le même la distinction entre aoriste et prétérit). Dans ce cas, de deux choses l’une : ces innovations peuvent rester sans lendemain, ou trouver un écho, et éventuellement se stabiliser progressivement. Un cas de réussite remarquable est celui des temps surcomposés introduits par Dangeau. En revanche, si un auteur introduit un système terminologique complet, cela ne marche pas. Nous en avons d’autres exemples : le système des fonctions introduit par Girard n’a trouvé que très tardivement un écho (Bouard 2008), donnant lieu à peu de critiques et de discussions sur le fond, mais à de nombreuses remarques sur le caractère baroque et difficile des termes forgés. Il est remarquable ici que la critique de Condillac se fonde sur l’idée commune de présent, de passé ou de futur, c’est-à-dire sur le sens attribué à ces termes par la tradition, et qu’il refuse finalement leur redéfinition par Beauzée.

  • Il en résulte une contrainte sur l’innovation, et sur le travail théorique lui-même. Beauzée construit de nouvelles catégories, alors que jusque-là, la réflexion s’est développée à l’intérieur de catégories déjà existantes. La réflexion théorique se conçoit à l’âge classique, dans le domaine grammatical, comme l’exploration de l’intérieur des catégories déposées par la tradition. Il y a là quelque chose que nous pourrions identifier comme une contrainte de continuité. Nombre d’analyses se présentent en effet comme le creusement de la vraie nature de tel ou tel de ce qu’il faut entendre vraiment par « imparfait », de ce qui fait par exemple son imperfection essentielle. C’est ce qui explique notamment que des notions radicalement nouvelles, comme les notions aspectuelles dont nous avons montré la construction progressive tout au long de la période, ne soient pas nommées en tant que telles, et ne soit définies qu’à partir des notions disponibles, en l’occurrence temporelles. Sur ce plan, Beauzée est l’auteur de bouleversements théoriques qui créent une rupture profonde avec l’état de la réflexion théorique antérieure. Le problème d’histoire des sciences que permet de poser la contribution de Beauzée à la théorie des temps est celui de la forme sous laquelle s’inscrit le discontinu, en l’occurrence l’effet de la rupture identifiée comme telle, dans l’histoire, dans la continuité d’une tradition.

3. 4. 2 Le système des temps

338Le système proposé par Condillac se présente d’emblée comme la tentative d’ordonner les temps graduellement sur la ligne du temps : la différence des temps entre eux serait fondamentalement de l’ordre de la distance (quantifiable) qui les sépare de To.

Nous pouvons […] considérer […] [le passé et le futur] sous différents points de vue. Aussi avons-nous des passés plus ou moins passés, et des futurs plus ou moins futurs, suivant que les époques sont elles-mêmes plus ou moins antérieures, plus ou moins postérieures. (Condillac 1775, p. 171)

339L’instant de la parole est le repère principal de la suite ordonnée des instants au sein de laquelle Condillac découpe donc des époques, reprenant à son compte ce terme dont nous avons vu jusqu’ici plusieurs emplois.

Le moment où nous parlons est comme un point fixe, par rapport au quel nous divisons le temps en différentes parties, que je nommerai époques. (p. 168)

340L’époque n’est pas une catégorie grammaticale. Elle relève plutôt semble-t-il des catégories de l’entendement réalisées diversement par les langues. Ce qui est remarquable ici, c’est le pluriel. Il n’y a plus comme chez la plupart des auteurs précédents, un présent, un passé et un futur qui peuvent, le cas échéant, être considérés comme des continuums, mais une époque actuelle, et des époques antérieures et postérieures. Cette notion d’époque est aussi celle qui correspond, dans cet aménagement de la théorie beauzéenne auquel se livre Condillac, au troisième critère impliqué dans le repérage secondaire. Mais comme nous l’avons vu, Tx est toujours simultané à Ti, et c’est la position de Ti par rapport à To qui distingue les catégories :

[…] ils [les temps] sont différents parce que l’époque n’est pas la même pour tous. (p. 171)

341On peut se demander ce que l’emprunt à Beauzée du critère Ti apporte à un projet théorique qui dans son principe ne semble pas se distinguer pour le fond du premier modèle de Port-Royal ; et qui conteste la pertinence du repérage à trois points. La réponse semble être dans le principe qui gouverne cette représentation du temps et les principes impliqués dans la construction d’une référence complète pour les formes temporelles. Le système des temps mime la structure du temps naturel lui-même envisagé comme identique à la suite des entiers. Le temps est ainsi conçu comme un système d’unités discrètes et strictement ordonnées que les catégories grammaticales peuvent réaliser plus ou moins littéralement. La diversité des époques semble être ce qui garantit le caractère discret des temps grammaticaux qui leur sont simultanés.

342Condillac réinterprète en effet la plupart des catégories linguistiques introduites par les auteurs précédents dans le sens d’une théorie strictement chronologique. C’est particulièrement net de la série des passés :

Je viens de faire, je faisois, je fis, j’ai fait, j’avois fait, j’eus fait, j’ai eu fait sont autant de passés différents. Ce sont des passés, parce qu’ils ont un rapport de simultanéité avec une époque antérieure ; & ils sont différents parce que l’époque n’est pas la même pour tous. (Ibid.)

343Selon les termes de la définition, la différence des temps grammaticaux correspond à la différence des époques (Ti) qu’ils représentent, c’est-à-dire à des positions différentes de ces époques sur la série strictement ordonnée des instants. Ainsi Je viens de faire « est un passé prochain : il signifie il n’y a qu’un moment que j’ai fait ». La position des époques n’est pas repérée par une métrique, mais par des relations du type « plus ou moins éloigné », ou « plus ou moins proche ». Autrement dit, la droite des instants est ordonnée ; les instants sont antérieurs, postérieurs, ou simultanés à l’égard de l’instant repère ; mais Condillac ajoute la possibilité pour tous les instants – c’est ce point qui est nouveau – de mesurer la distance à l’égard de l’instant repère, non par une métrique, mais par une quantification loue et/ou relative, du type Ti est proche (vs éloigné) de To, qui seule à ses yeux permet de construire une référence complète et saturée.

344Il apparaît néanmoins dans la suite du chapitre que la combinaison de ces relations ne permet pas en français de décrire la totalité de la série en tant que telle. Toutes les formes ne peuvent pas être situées les unes par rapport aux autres. Mais les définitions élaborées par Condillac permettent au moins de mettre en évidence des couples, ou des séries limitées. Ainsi la série des formes du passé en français ne réalise que localement une structure ordonnée :

3451) l’imparfait je faisais « n’est ni prochain ni éloigné : mais il devient l’un et l’autre par la suite du discours. Il n’y a qu’un moment qu’il faisoit beau, il faisoit chaud l’été dernier » (p. 171). Il correspond (en langue) pourrait-on dire, à une forme non marquée, mais il peut acquérir si nécessaire une valeur (une référence) complète en discours ;

3462) en revanche, les événements au passé simple et au passé composé sont situés clairement par rapport à l’imparfait :

[…] je fis & j’ai fait, […] diffèrent de je faisois, en ce qu’ils supposent tous deux une antériorité plus ou moins éloignée […]. (p. 172)

347On aurait donc d’un côté l’imparfait comme forme non marquée, mais dont les réalisations en discours se laisseraient situer, et de l’autre côté le passé simple et le passé composé, respectivement plus et moins éloignés que l’imparfait par rapport à To, et distingués de surcroît par un critère supplémentaire, le période, que nous retrouvons une nouvelle fois :

[…] je fis & j’ai fait, […] différent l’un de l’autre en ce que le premier se dit d’une période où l’on n’est plus, je fis hier ; & que le second se dit d’une période où l’on est encore, j’ai fait aujourd’hui. (Ibid.)

348Nous savons vu comment au cours de son élaboration complexe chez Maupas, Girard, puis Beauzée, la notion en émergence permet de formuler un état de la règle des vingt-quatre heures et aboutit à une représentation de la valeur aspecto-énonciative de ces deux temps. Ce n’est donc pas seulement par rapport à Beauzée qu’il faut examiner la position de Condillac, mais par rapport au développement de ce noyau de théorisation depuis le début du xviie siècle. Il semble que pour l’auteur de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, la différence entre les deux temps doive être est ramenée à une simple différence d’éloignement par rapport à To.

Je fis hier est antérieur à la période actuelle, qui est le jour où nous sommes : j’ai fait aujourd’hui est antérieur à l’époque actuelle qui est l’acte de la parole. (Ibid.)

349L’analyse oppose bien les deux notions d’époque et de période, mais elles ne sont pas définies. La formulation adoptée par Condillac est toutefois compatible avec la représentation de la valeur aspecto-énonciative des deux parfaits à condition de conserver aux termes le sens que leur donne Beauzée.

3503) Enfin la référence de la forme composée j’avais fait est construite comme celle des deux formes précédentes. On a j’avais fait (Tx) antérieur à il arriva (Ty) dans : j’avais fait lorsqu’il arriva. Or il arriva est lui-même antérieur à To. On a donc : Tx antérieur à Ty et Ty antérieur à To.

351Pour résumer les caractéristiques du système, tel que Condillac le conçoit au moins pour les temps du passé, les temps peuvent être décrits non comme un ensemble de formes ordonnées par une relation d’ordre total, mais comme un ensemble de formes partiellement ou localement ordonnées.

4. Conclusion

352Dans le domaine de la sémantique temporelle, la créativité théorique des auteurs de l’ensemble de la période que nous venons de parcourir depuis les origines de la grammaire française est particulièrement intense. La diversité des questions, des points de vue, la richesse des débats nous paraissent un trait remarquable des investigations dont ce champ de problèmes est l’objet.

353On peut souligner toutefois deux événements qui nous paraissent faire sens de façon particulièrement nette dans la mise en intrigue (Veyne 1971) que ce livre propose : en premier lieu l’apparition, vers le milieu du xviiie siècle, de descriptions de la valeur des temps qui se donnent comme des systèmes (Harris, Beauzée, Girard dans une moindre mesure). Comme cela a déjà été souvent remarqué pour d’autres domaines de l’analyse grammaticale, c’est là la conséquence du développement du programme de la grammaire générale initié un siècle plus tôt. Dans ce contexte, le système proposé par Beauzée joue un rôle de premier plan, et sa réception, ses interprétations successives, les aménagements ou les perfectionnements dont il est l’objet, constituent au fond la grande affaire de la seconde moitié du siècle.

354La complexité du processus de réception de la théorie beauzéenne est le second phénomène qui peut être souligné. La modalité des débats et des diverses entreprises critiques dont Beauzée est le centre est en elle-même intéressante. Le nom de Beauzée est en effet attaché, pour un temps du moins, à l’invention d’un système de représentation des valeurs temporelles. Ce n’est pas le cas de toutes les inventions dont on peut créditer l’encyclopédiste (Auroux 1993, p. 115). Mais son système des temps a incontestablement marqué les esprits. En témoigne ce jugement de Diderot qui salue ainsi dans la Correspondance littéraire du 1er novembre 1767 la publication de la Grammaire générale du successeur de Dumarsais : c’est « [l’] ouvrage de grammaire générale et raisonnée le plus profond que nous ayons. Ce livre est à l’usage de très peu, mais de très peu de lecteurs. Celui qui l’entend peut se vanter d’entendre, quand il voudra, les Principes mathématiques de Newton, et tout ce qu’il y a de plus abstrait dans la métaphysique. Le chapitre des temps du verbe est un chef-d’œuvre dans ce genre » (Diderot 1970, p. 432).

Notes

1 Les vrais principes de la langue françoise ou la parole réduite en méthode, conformément aux lois de l’usage, en 16 discours, Paris, Chez le Breton, 1747.

2 « […] quelles que puissent être les modifications d’un être, qu’il soit noir ou blanc, sage ou éloquent, agissant ou pensant, il faut d’abord de toute nécessité qu’il existe, avant qu’il puisse être susceptible de modiication ; car l’existence peut être considérée comme un genre universel, auquel tous les êtres de toutes les espèces peuvent être rapportés dans tous les instants. » (Harris 1796, p. 81-82)

3 « Par conséquent les mots qui expriment l’existence, ont un droit naturel de prééminence sur tous les autres, comme étant de l’essence même de toute proposition, dans laquelle on peut toujours les trouver exprimés ou sous-entendus […]. » (Harris 1796, p. 82)

4 « […] it has litle more force, than that of a mere Assertion » (Harris 1751, p. 90)

5 L’on me demandera peut-être si le temps lui-même peut, en certains cas, devenir la signification principale du verbe : je réponds que non. Et cela est évident ; car le même temps peut être marqué par différents verbes, comme il écrit, il parle, et le même verbe peut exprimer des temps différents, il écrit, il écrivit ; ce qui sans doute n’arriverait jamais si le temps était autre chose qu’une idée purement accessoire. (Harris 1796, p. 89)

6 « […] la connoissance de ces diverses formes des verbes dépend de la théorie du temps […]. » (1796, p. 90)

7 Pour André Joly, éditeur de la traduction de l’Hermès par Thurot, cette idée du présent contient deux propriétés mutuellement exclusives : la luidité, propriété nécessaire de tout événement temporel, et la présence. Selon lui, cette contradiction ne serait résolue que dans le cadre des théories de la psychomécanique du langage par Roch Valin. La catégorie du présent résulterait de l’antagonisme des deux cinétismes inhérents à la conceptualisation du temps : – un cinétisme descendant : « le temps prend son origine dans le futur, passe au méridien du présent et tombe dans le passé » (cité par Joly dans Harris 1796, réédition 1972, p. 133) ; – un cinétisme ascendant : « le temps comme moyen de puissance dominé […] étendue indéfiniment ouverte à notre activité et à nos projets […] son cinétisme emporte alors la pensée dans une direction qui va, cette fois, du passé vers le futur, du révolu vers le non révolu » (ibid.).

8 Conception du présent que l’on trouve à d’autres moments de l’histoire des réflexions sur le temps. En voici, bien plus tard, un écho idèle par exemple chez Jespersen : « Mais qu’est-ce que le présent ? héoriquement, c’est un point qui n’a pas plus d’étendue que le point géométrique. L’instant présent, le “nunc”, n’est que la limite mouvante entre le passé et le futur ». (Jespersen 1924, p. 258 ; ma traduction)

9 À partir duquel ? Voir le problème de repérage de la durée signalé infra.

10 C’est en effet une préoccupation que l’on trouve chez Sauvage de Villaire ou Vallange. L’analyse du temps proposée par le père Claude Buffier accorde également une place à la notion de durée.

11 […] Lancelot n’a montré d’autre liaison entre l’affirmation & les formes temporelles, que l’envie d’abréger qui a porté les hommes à réunir ces idées comme ils auroient pu en réunir tout autre dont ils se seroient avisés (Beauzée 1767, t. I, p. 427).

12 Il s’agit de Lancelot.

13 Le tiret ( - ) marque un rapport successif entre les points, la virgule (,) un rapport de simultanéité.

14 Cité p. 423. Scaliger, livre V, chap. 121. « Quant au temps, il apparaît que c’est non pas un attribut du verbe, mais la différence formelle qui fait que, précisément, le verbe est verbe ».

15 Varron, De lingua latina (désormais LL), IX, 8. « Celui qui en parlant suit l’usage qu’il convient de suivre, ne s’écarte pas pour autant de la raison. »

16 Varron, LL, IX, 2. « Mais quant à ceux qui nous ordonnent, quand nous parlons, pour certains de suivre l’usage, pour d’autres la raison, ils ne sont pas en si grand désaccord ; parce que l’usage et l’analogie sont plus liés entre eux qu’ils ne le croient. » (Traduction Bernard Colombat)

17 « De la même façon, ils se trompent ceux qui disent qu’il convient que tous les verbes changent leurs syllabes dans chacune des catégories [infectum/perfectum] ; comme dans ces verbes, pungo, pungam, pupugi ; tundo, tundam, tutudi : ils comparent en effet des choses dissemblables, les verbes à l’infectif et ceux au perfectif. Tandis que s’ils comparaient seulement des formes imperfectives, tous les radicaux du verbe paraîtraient invariables, comme dans ces formes, pungebam, pungo, pungam : et au contraire variables d’une catégorie à l’autre, s’ils considéraient les formes perfectives ; comme pupugeram, pupugi, pupugero » (Varron, LL, IX, 99). Le texte cité par Beauzée difère sensiblement du texte des éditions modernes qui notamment comportent aut nullum après syllabas oportere, et infecta au lieu de imperfecta dans si infecta modo.

18 Voir supra l’analyse des temps chez Priscien. Voir aussi l’article de Sylvie Mellet dans les actes du colloque Représentation du sens linguistique III « La place et la représentation du sens dans l’analyse du système verbal latin par les grammairiens anciens » (2009).

19 On notera que cet anaphorique neutre pluriel ne peut renvoyer qu’à tempora : il existe donc bien les trois mêmes temps au perfectum et à l’infectum, parmi lesquels, bien sûr, un présent.

20 Il écrit ainsi à propos des distinctions casuelles : « La distinction des Cas n’est pas d’un usage universel dans toutes les langues, & le système n’en n’est pas uniforme dans toutes celles qui l’ont admise : mais elle est possible dans toutes, puisqu’elle existe dans quelques-unes ; & cela suiroit pour en faire le fondement d’une théorie générale […] » (Beauzée 1767, t. II, p. 102).

21 Encyclopédie, volume 32, article « Tems », p. 933.

22 On pourrait évoquer ici l’analyse des formes de passé des composés fréquentatifs que l’on trouve dans les grammaires du slavon, voir Archaimbault (1992).

23 Voir supra par exemple Meigret, Masset, et la GGR ; et les études de J. Stéfanini (1954) et W. Ayres-Bennet et J. Carruthers (1992).

24 C’est dans ces termes que les formes surcomposées sont le plus souvent traitées jusqu’à Beauzée.

25 Le poste a été créé en 1720 pour Pagencampt premier interprète, Blendowski lui étant adjoint comme second interprète. Ce dernier n’occupe le poste que pendant quelques mois, il est remplacé par Knabe au mois de juillet 1720. Mais celui-ci ne reste en fonction que jusqu’en mars 1721. Pagencampt est alors remplacé par Goussin avec Bagger comme second interprète, et Enfin ce dernier cède sa place à Jean Sohier ; voir sur ce point Mazon (1958).

26 Qui sert à produire la forme d’imperfectif.

27 Voir son classement des langues en analogues, transpositives et mixtes.

28 Nous suivons ici la onzième édition (dernière du vivant de l’auteur), datant de 1788.

29 Sur les origines de la grammaire générale dans les méthodes générales d’apprentissage des langues, voir Auroux et Mazière 2007.

30 Voir sur ce point l’apport décisif de Destut de Tracy (p. 197).

31 Ce chapitre est une version remaniée de l’article paru en 2009 dans Représentation du sens linguistique III, Dan Van Raemdonck, Laurence Rosier, Michel Pierrard et Ivan Évrard éd., sous le titre « Court de Gébelin et l’émergence de l’historiographie des sciences du langage au xviiie siècle ».

32 L’argument est évidemment un peu surprenant puisque toutes les formes léchies peuvent être décrites de cette façon.

33 Liv. I, chap. VII, p. 118-139.

34 « […] puisqu’ici je me représente comme étant faisant dans le moment dont on parle, hier, temps antérieur au moment où l’on parle » (ibid.).

35 « […] puisqu’ici je me représente comme étant faisant dans le moment dont on parle et qui viendra après celui où l’on parle, demain » (ibid.).

36 Voir la critique faite par Condillac sur ce point.

37 Voir supra p. 118.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Passé inceptif
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Passé moyen
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Passé complétif
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Passé inceptif
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Passé moyen
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Passé complétif
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4730/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search