Version classiqueVersion mobile

Histoire des théories du temps dans les grammaires françaises

 | 
Jean-Marie Fournier

Chapitre 1

L’identification et la construction des problèmes

Texte intégral

1C’est un fait désormais bien établi et abondamment illustré (Chevalier 2006 [1968], Auroux 1994, Swiggers 1991, 1997) que les premiers grammairiens qui s’efforcent de décrire le français, comme d’autres langues vernaculaires à partir de la Renaissance, procèdent en utilisant des catégories et des notions développées par la tradition plusieurs fois séculaire des grammaires du latin. La grammatisation des langues du monde s’est opérée d’abord par le moyen d’un transfert du modèle élaboré pour le latin (et le grec), et son application à des langues objets différentes.

2Dans le domaine de la description et de la théorisation du temps verbal, comme en beaucoup d’autres, les auteurs se tournent surtout vers Priscien, plutôt que vers Donat trop élémentaire sur ce point, et ils essaient d’appliquer au français le classement des temps et la terminologie de l’Ars grammatica de Priscien plus connue sous le titre d’Institutiones grammaticae.

3L’objet de ce premier chapitre est de montrer d’abord comment s’opère ce transfert et quels problèmes émergent du fait du déplacement des notions élaborées pour le latin et de leur application à une langue différente. Il s’agit notamment de l’identification des tiroirs verbaux, et de l’émergence d’un problème linguistique dont l’histoire est aussi longue que la tradition grammaticale française elle-même : la question des valeurs respectives du passé simple et du passé composé.

4Nous suivrons ensuite le découpage séculaire ordinaire, et notre description conservera à sa place dans la chronologie chacun des textes abordés. Tous n’ont pourtant pas la même importance, et ne visent pas les mêmes objectifs. Mais cette forme d’exposition permettra de rendre compte de la circulation et de la transmission du matériel d’exemples et de notions, du jeu complexe de l’invention et de l’oubli, et du développement par accrétion de certains noyaux de connaissance.

1. Le temps chez Priscien

5Le passage consacré au temps linguistique dans Priscien est très court. Il a pourtant servi de matrice, dans sa brièveté et sa concision, aux descriptions du français qui se sont développées à partir du xve siècle. Voici ce qui nous paraît essentiel dans ce passage :

  • 1 « Il y a donc trois temps, le présent, le passé et le futur. Mais le passé se divise à son tour en (...)

Sunt igitur tempora tria, praesens, praeteritum et futurum. sed praeteritum rursus dividitur in tria, in praeteritum imperfectum, praeteritum perfectum, praeteritum plusquamperfectum. nec mirum tam late patere praeteritum tempus, cum in notitiam nostram nihil sic naturaliter a longo saeculorum spatio potest venire, quomodo actus praeteriti temporis. in praesenti enim et futuro pleraque incerta nobis sunt angustissimaque est eorum cognitio nobis et dubia plerumque ; […]
quod accidit ipsis rebus, quas agimus, nomen tempori ipsi imponimus, praeteritum imperfectum tempus nominantes, in quo res aliqua coepit geri necdum tamen est perfecta, praeteritum vero perfectum, in quo res perfecta monstratur, praeteritum plus quam perfectum, in quo jam pridem res perfecta ostenditur.1

6Priscien propose donc un classement des formes verbales articulé en genres et espèces, distinguant deux niveaux de catégories. Le premier comprend les trois temps fondamentaux que sont le présent, le prétérit et le futur. Le second identifie trois autres catégories qui constituent des espèces du prétérit : le prétérit imparfait, le prétérit parfait, et le prétérit plus-que-parfait. L’ensemble comporte donc au total cinq temps. Les définitions de ces trois espèces du prétérit tendent à identifier un critère unique, sinon simple, susceptible de les distinguer. Ainsi, le preteritum imperfectum est défini comme le temps « dans lequel une chose a commencé d’être faite et n’est pas cependant achevée (perfecta) » ; le preteritum perfectum signifie un temps « dans lequel la chose est montrée comme achevée  », et le preteritum plus quam perfectum un temps « dans lequel une chose est présentée comme achevée depuis déjà quelque temps  ».

7Du point de vue terminologique, le terme central est celui de perfectum, à par- tir duquel sont formés par dérivation et composition imperfectum, et plus quam perfectum. Cette homogénéité terminologique correspond à la tentative d’identifier un critère unique et discriminant, que nous pourrions appeler la « perfection d’action  ». Notons qu’il ne s’agit pas pour Priscien d’un critère binaire (du type achevé/inachevé), mais qu’il comporte ce qui semble fonctionner ici comme des degrés : ainsi le temps de l’imperfectum est celui de l’inachevé, mais il marque aussi l’action qui commence d’être faite (coepit geri) ; tandis que la valeur du plus quam perfectum cumule l’achèvement et l’éloignement dans le passé. Dans les deux cas, le trait binaire achèvement/inachèvement ne fonctionne pas de façon pure, mais on pourrait dire que Priscien fait comme si. L’objectif est, semble-t-il, de conserver entre les différentes catégories de temps un même type de relation. Les catégories doivent être les unes à l’égard des autres dans un rapport de genre à espèce, l’identification des différentes espèces d’un genre reposant sur celle d’une différence spécifique.

8Enfin, on peut noter que la concision de la définition de l’imperfectum marquant une action qui commence d’être faite postule, sans plus d’explicitation, un repérage impliquant nécessairement un point de comparaison secondaire qui s’ajoute au repère de l’instant de la parole. Le commencement en tant que tel du procès ne se conçoit que par rapport à un point de référence. Nous verrons que cette idée, qui n’est ici que présupposée par les termes de la définition, connaîtra une grande fortune à partir du xviie siècle.

2. Les premières descriptions du français

9Les pages consacrées au temps dans les grammaires françaises du xvie siècle sont le plus souvent brèves et assez sommaires, et se limitent parfois à une simple présentation des conjugaisons. Deux problèmes retiennent particulièrement l’attention de ces premiers descripteurs du français : l’identification et le classement des formes, et l’analyse des critères permettant de défffinir les différents passés.

2. 1 premières esquisses : Le Donait françois de Barton (vers 1409), Lesclarcissement de la langue françoyse de Palsgrave (1530) et la In linguam gallicam isagoge et grammatica latino-gallica de Sylvius (1531)

10Les traductions du Donat que l’on peut considérer comme les premiers outils de grammatisation du français (Colombo Timelli 1996) transfèrent à la description du français les catégories élaborées pour décrire le latin. On le voit bien dans ce passage d’un Ars minor conservé à la bibliothèque d’Utrecht (B. Qu. 66), que l’on peut dater des années 1460-1470 et qui représente sans doute une des plus anciennes versions imprimées de ce texte (nous utilisons l’édition de Maria Colombo Timelli de 1992) et nous le faisons suivre du texte latin en quelque sorte original :

Quans temps de verbe sunt ? iij. Quelx ? Le present, comme lego, le preterit, comme legi, le futur, come legam. Quans temps sont formes en la declinaison des verbes ?. v. Quellez ? Le present comme lego, le preterit imparfaict, come legebam, le preterit parfaict comme legi, le preterit plus que parfaict sicomme legeram, le futur sicome legam. (p. 102)
Tempora uerborum quot sunt ? tria. quae ? praesens, ut lego, praeteritum, ut legi, futurum, ut legam. quot sunt tempora in declinatione uerborum ? quinque. quae ? praesens, ut lego, praeteritum imperfectum, ut legebam, praeteritum perfectum, ut legi, praeteritum plusquamperfectum, ut legeram, futurum, ut legam.

11Le temps est un des accidents du verbe qui en comporte sept : la qualité (qualitas), la conjugaison (coniugatio), le genre (genus), le nombre (numerus), la ffigure (figura), le temps (tempus) et la personne (persona). Il est évoqué à sa place dans la liste traditionnelle, en avant dernière position. Pas de définitions ici. La notion d’accident est d’ordre essentiellement morphologique. On note seulement la distinction entre « temps de verbe » et « temps formés en la déclinaison des verbes  ».

12Une autre version à peu près contemporaine (l’explicit porte la date du 13 mars 1488), manuscrite celle-là, propose un texte sensiblement différent, où l’on repère des ajouts dont certains sont empruntés, au moins partiellement, à Priscien (nous suivons l’édition de Maria Colombo Timelli de 1990) :

Quant temps sont ?. v. Qui. v. ? Le present, le preterit imparfeit, le preterit parfait, le preterit plus que parfait et le futur. De quoy parle le present ? De presente chose, ensi comme amo, je aime ; ly preterit imparfait de chose qui est commencie et non est parfaite, ensi comme amabam, je amoye ; le preterit parfait de chose qui est faite novelement, ensi comme amavi je ay aimé ; le preterit plus que parfait de chose qui est faite grantemps y a, ensi comme amaveram, je avoye aimé ; le futur de chose qui est advenir, ensi comme amabo, je amaray. (p. 21)

13Le texte du Donait françois de Barton (vers 1409) présente d’autres variations. Les éléments de définition et de description de la valeur des temps suivent plus fidèlement Priscien :

Quans temps est il ? — Trois. — Quelx ? — Le temps qu’est maintenant et est appellé present, sicome « je ayme » ; le temps qu’est passé et est appellé le pretert, sicome « je aymey » ; le temps qu’est a venir et est appellé le future, sicome « je aymerey  ». — Quants maniers est il de temps passé ? — Trois. — Quelx ? — Temps qu’est passé, mais toutez vois non pas tout fait, et est appellé le prétert inparfait, sicome « je aymoie » ; temps qu’est passé et aussi tout fait, et est appellé pretert parfait, sicome « je aymey » ; temps qu’est passé et aussi plus que tout fait, et est appellé pretert plus que parfait, sicome « je avoie amé  ». (Swiggers 1985, p. 245)

14Pas du tout de définition en revanche chez Palsgrave qui reprend la terminologie traditionnelle. Mais le temps est le deuxième des accidents du verbe et ffigure juste après le mode. On passe en outre à six temps. Palsgrave note l’existence d’un temps dont l’équivalent ne ffigure pas dans la classification de Priscien et qu’il appelle l’indéfini (indifffinite tens). Par la place qu’il lui accorde dans la liste, entre le prétérit imparfait (preter imperit) et le prétérit parfait (preterperit), il semble le considérer comme un prétérit :

Tenses or tymes they have in every of these modes, in some mo and in some fewer.
he indicatyve mode hath sixe tenses. he present tens, as
je parle I speke. he preter imperit tens, as je parloye I dyd speke, he indifffinite tens, as je parlay, I spake. he preterperit tens, as je ay parle I have spoken. he perterplusperit tens, as javoye parlé I had spoken. he future tens, as je parleray I shall speke. (p. 84)

15La grammaire en latin publiée l’année suivante par Sylvius dit Jacques Dubois se borne encore à présenter la liste des formes, et la comparaison systématique entre le français et le latin rend l’exposé parfois un peu confus. On peut dégager néanmoins quelques principes de classement de la liste des temps donnée au chapitre des conjugaisons. Le tableau suivant rend compte de la distinction entre genres et espèces sur laquelle repose cette présentation (Sylvius 1531, p. 118 et suiv.) :

Genres

Espèces

Présent

j’aime

Prétérit

imparfait (preteritum imperfectum)

j’aimais

parfait (preteritum perfectum modo)

j’ai aimé

parfait depuis quelque temps (preteritum perfectum pridem)

j’aimai

plus que parfait (preteritum plus quam perfectum)

j’avais aimé

Futur

imparfait (futurum imperfectum)

j’aimerai

parfait (futurum perfectum)

j’aurai aimé

  • 2 Nous ne suivons pas sur ce point la traduction de C. Demaizière qui préfère appeler ces deux futurs (...)

16Les critères qui conduisent à distinguer des espèces dans les genres constitués par les temps principaux sont issus de la tradition latine. On note que le couple parfait/imparfait, introduit initialement pour le seul prétérit, est ici transféré au futur2.

17Cette grammaire est essentiellement morphologique, et les éléments d’analyse sémantique ou syntaxique y sont réduits à peu de choses. Toutefois, on note la distinction opérée entre les deux sortes de prétérit parfait du français. Les termes choisis, modo et pridem, ne seront pas repris par la tradition. Colette Demaizière dans son édition de ce texte (1998) les traduit par naguère et il y a déjà quelque temps. La distinction introduite par Sylvius repose sur un critère d’éloignement qui différencie le français des langues anciennes dans lesquelles le prétérit parfait ne marque pas de lui-même l’éloignement, cette précision devant toujours être apportée par un adverbe ou une mention de même genre. Le parfait supplémentaire du français permettrait donc d’introduire un moyen d’expression inconnu du grec et du latin.

  • 3 Traduction C. Demaizière.

18On note enfin la mention de deux autres formes de prétérit, que l’on ne retrouve cependant pas dans le tableau des conjugaisons (p. 124) : g’ay heu fait, et g’heu faict. L’analyse des valeurs n’en est qu’esquissée : le premier marque « le plus de tous, […] l’action achevée » (maxime omni ure significans) [ibid.] ; le second indique « qu’une chose a été tout à fait accomplie, mais d’ordinaire autrefois »3 (rem maxime perfectam, sed fere olim) [ibid.]. C’est là toutefois une remarque importante car ces deux temps ne sont pas toujours identifiés par les auteurs de cette époque. Nous verrons plus loin que dans la grammaire de Port-Royal le passé antérieur est encore omis du système des temps.

2. 2 Pillot (1561)

19Cette grammaire en latin, rédigée à l’intention des étrangers qui veulent apprendre le français, et particulièrement de son élève, Georges Jean de Veldenz (1543-1592), cousin du duc de Bavière qui a engagé Jean Pillot comme précepteur, a connu une première édition en 1550 (d’où la place que nous lui accordons dans l’exposé), mais c’est celle de 1561, plus complète et manifestement révisée par l’auteur comme l’a montré Bernard Colombat dans l’édition qu’il en a procurée en 2003, que nous suivrons presque toujours.

20Le classement de Priscien est pris ici comme un point de départ, par rapport auquel il s’agit de situer le français. Pillot note en effet que si le latin a cinq temps verbaux, le français s’en distingue par le fait qu’il a deux preteritum perfectum. C’est là un fait capital présenté d’une façon à peu près comparable chez la plupart des auteurs de cette période. Tout se passe comme si le français introduisait, dans une classification des temps partiellement identique à celle que présente le latin, une distinction supplémentaire, constituant le preteritum en genre sous lequel se rangent deux espèces. Il y a là l’émergence et la cristallisation d’un problème linguistique dont s’occupera la tradition grammaticale française sous une forme à peu près semblable : identifier la différence spécifique qui justifie la création de deux espèces au sein du preteritum perfectum, le choix des termes susceptibles de dénommer ces deux catégories étant lui-même lié à l’interprétation théorique de cette différence. Pillot propose de les dénommer respectivement, preteritum perfectum indeffinitum et preteritum perfectum deffinitum.

21La question de la valeur des deux prétérits du français, de la distribution de leurs emplois, ne se constitue véritablement en problème linguistique que dans ce texte de Pillot (et chez Meigret qui lui est contemporain comme nous allons le voir), et paraît pouvoir être liée au transfert de la classification des temps de Priscien et à son application au français. Son émergence résulte d’une part du type de classement mis en œuvre, et d’autre part de la relation entre les formes du latin et leur traduction en français.

22En quoi consiste la différence spécifique des prétérits parfaits du français telle que la conçoit Pillot ? Le texte comporte l’amorce d’une définition. Le parfait indéfini signifie un temps indéterminé (tempus indeterminatum significat). Le parfait défini en revanche note un temps « plus déterminé » (magis determinatum), et qui n’est pas passé depuis aussi longtemps (non adeo dudum praeteritum). Il s’agit donc, semble-t-il, d’un critère temporel, non aspectuel, qui met en jeu une quantification de l’éloignement dans le passé. Ces définitions sont illustrées dans l’édition de 1550 par des exemples qui apportent plusieurs éléments nouveaux. On peut dire j’ai lu aujourd’hui l’Évangile, je lus hier l’Évangile, mais on ne peut pas dire j’ai lu hier l’Évangile, ni je lus aujourd’hui l’Évangile. Ces exemples vont en effet un peu au-delà de ce qu’énonce explicitement la définition. Ils illustrent l’impossibilité d’établir une corrélation entre le passé simple et l’adverbe aujourd’hui, et entre le passé composé et hier. Autrement dit, il s’agit de la première mention (dans l’édition de 1550) de faits relatifs à ce que la tradition appellera la règle des vingt-quatre heures.

2. 3 Meigret (1550)

  • 4 Voir par exemple l’édition Haussman (1980).

23Le texte de Meigret a fait l’objet de nombreux travaux4 et il est inutile de le présenter ici. Il faut souligner néanmoins que l’ouvrage est d’une plus grande ampleur que les grammaires en latin que nous venons d’examiner. C’est un traité, dont la visée n’est pas nécessairement pédagogique au premier chef, et il est en français. En outre, il se réfère explicitement à Priscien.

  • 5 Girard exprimera l’écoulement du temps de l’avenir vers le passé en un lux qui traverse l’instant p (...)

24On trouve ainsi chez ce grammairien, comme chez son modèle et chez Pillot, l’idée d’une classification des temps par division et emboîtement des catégories selon des rapports d’inclusion en genres et espèces. Ainsi, le passé, à la différence du présent par nature indivisible, comporte en français plusieurs divisions « pour la continuelle augmentation qu’il reçoit, suivant toujours le présent que le futur se hâte incessamment d’approcher par la continuelle succession de minutes, d’heures, jours, mois et ans, que ce mouvement continuel du ciel et du soleil mène sans cesse et d’ordre » (1550, p. 69)5 :

  • le prétérit imparfait : « il ne dénote pas un accomplissement ne perfection d’une action ou passion passée mais tant seulement avoir été commencée » (ibid.). La formule est très proche du texte de Priscien ;

  • un autre prétérit qui dénote une action « un peu plus parfaite, duquel toutefois le temps n’est pas bien déterminé de sorte qu’il dépend de quelque autre comme je vis le Roi lorsqu’il fut couronné » (ibid.).

  • 6 Notons que c’est plutôt l’imparfait qui reçoit aujourd’hui une interprétation anaphorique (voir par (...)

25On retrouve ici des critères comparables à ceux énoncés par Pillot en termes de détermination et d’achèvement. Mais la piste suivie par Meigret est différente. La détermination revêt une dimension syntaxique, ou anaphorique (sur cette notion voir Partee 1973, 1984)6. Le passé simple est un temps déterminé parce qu’il n’est pas autonome syntaxiquement et référentiellement ; la référence temporelle d’un verbe au passé simple se construit toujours dans une relation avec une autre marque temporelle, verbale et propositionnelle comme dans l’exemple, adverbiale, ou autre ;

26– enfin le système des temps du français comporte une troisième forme, de création française, qui répond à la nécessité où l’on est parfois de parler du passé de façon absolue, et « sans suite » (ibid.). Il s’agit du passé composé. La question de la relation entre le parfait latin et les formes françaises est posée de façon un peu différente qu’elle ne l’est chez Pillot. Meigret souligne ici que le système des temps du français s’écarte du dispositif latin en ce qu’il comporte une forme supplémentaire, sans équivalent dans la langue ancienne.

27Il note en outre un peu plus loin que le français comporte encore trois autres prétérits ; le plus-que-parfait, une autre forme de prétérit parfait et déterminé, j’ai eu aimé, et un autre encore, formé du prétérit parfait indéterminé, j’eus aimé. Tous imposent une corrélation avec une marque du passé, adverbiale, circonstancielle, ou constituée par une autre forme verbale. L’auteur du Treté de la grammęre françoęze semble donc un peu plus libre à l’égard du modèle latin transposé. La question des valeurs du passé simple et du passé composé est toutefois bien posée dans des termes comparables à ce que nous avons lu chez Pillot, quoique la réponse apportée fasse intervenir des critères différents.

2. 4 De Robert Estienne (1557) à Serreius (1598)

28C’est cette interprétation de la détermination du prétérit défini que reprennent Robert Estienne et Antoine Cauchie (1586), et à la fin du siècle Serreius. Chez le premier, la reprise est à peu près littérale. Chez Cauchie, elle est complétée d’observations qui viennent de Pillot. Il décrit le prétérit défini (ou déterminé et circonscrit) comme celui qui ne signifie pas le passé de façon absolue, mais dépend de quelque autre discours ou de circonstances temporelles additionnelles. Ainsi, on ne peut pas dire je fis ceci, j’achetai cela, mais on dit en revanche j’ai fait ceci, j’ai acheté cela. C’est là le point déjà signalé par Meigret. En revanche, note Cauchie, le passé simple peut s’employer dans des constructions comme je fis avant hier ceci, j’achetai hier cela. Ces exemples sont analogues à ceux donnés par Pillot, et reviennent à signaler, partiellement et implicitement, les contraintes sur les corrélations verbo-adverbiales qui seront normalisées par la règle des vingt-quatre heures.

29Les premières discussions explicites relatives à cette dernière apparaissent à la même époque. La plus ancienne est celle qui figure dans Le Traicté de la conformité du langage francois avec le grec d’Henri Estienne, publié en 1569. Il écrit :

Nous auons aussi deux Preterits perfaicts : desquels il m’a semblé autresfois que l’vn se pouuait rapporter au Temps que les Grecs appellent Aoriste, c’est à dire Indéfini, & non limité. Car quand nous disons i’ai parlé à luy, & luy ay faict responce, cela s’entend auoir esté faict ce iour là. Mais quand on dit I’e parlay à luy, & lui fei responce, ceci ne s’entend auoir esté faict ce iour mesme, auquel on raconte ceci, mais au parauant : sans toutesfois qu’on puisse iuger combien de temps est passé depuis. Car soit que i’aye fait responce le iour de devant seulement, soit qu’il y ait ia cinquante ans passés, ou plus, ie dirai, ie lui fei responce, ou Alors, adonc, ie fei responce. Voilà comment par ce Preterit nous ne limitons point l’espace du temps passé. Ce qui autresfois m’a faict penser que (comme i’ay dict) il auoit accointance auec l’Aoriste Grec. (Estienne 1569, p. 61)

30Mais le caractère normatif qui apparaît dans ces lignes est immédiatement nuancé dans la suite, et le grammairien confesse ses doutes notant que l’usage des meilleurs auteurs est contraire à la règle : on peut trouver chez certains des cas d’anaphore d’un des passés par l’autre.

Mais depuis, ayant considéré de plus pres la nature de cest Aoriste, & pesé les raisons d’vne part et d’autre, ie me suis doubté qu’il y auait quelque autre secret caché soubs cest aoriste, quant à son nayf vsage. Et confesse que iusques à présent ie n’en suis point bien résolu. Or ce qui principalement me garde de prendre quelque résolution est que son vsage commun n’est autre que du Preterit perfaict. Et qu’ainsi soit, on trouvera souuent de dans les bons auteurs qu’vne chose qui aura ete dicte par le Preterit, sera répétée par l’Aoriste, ou au contraire. (Ibid.)

31Pourtant, un peu plus loin, cet embarras ne paraît plus incompatible avec la censure à laquelle il soumet les étrangers qui tentent d’employer les temps du passé.

Ce-non-obstant, je penserois faire tort aux estrangers qui font profession de parler bon François, si ie ne les aduertissois que c’est ici l’endroict par lequel ils sont le plus aisement descouuerts, principalement par ceux qui les veulent espier au passage. Car c’est grand cas que de cent à grand peine s’en trouuera il dix qui ne heurtent voire achoppent à ceste différence de nos deux Preterits comme à vne pierre qui seroit au milieu de leur chemin. Et qui plus est si tost qu’on leur aura donné la main pour se releuer, on les y verra retomber. Ie le sçay pour auoir fréquenté auec plusieurs sortes d’estrangers, gens de bon esprit & de bon jugement, lesquels au demeurant se tenoyent si bien clos & couuerts en leurs devis, que pour vn peu de temps ils pouuoient passer pour Français : mais depuis qu’ils venaient à raconter quelque faict, c’estoit la pitié. Car d’vn homme qui fust venu parlé à eux depuis vn demi quart d’heure, voire depuis vne minute de temps, ils eussent dict, Il veint ici, il parla à moy, Je luy di. Au lieu de, Il est venu ici, il a parlé à moy, Ie lui ay dict. (Ibid., p. 62)

32Ce passage est également reproduit par Charles Livet (1859) dans son histoire de la grammaire française au xvie siècle qui n’a gardé du texte que ce qui va dans le sens de l’expression d’une règle ferme et simplement normative.

33Le statut épistémologique de ce que l’on pourrait appeler ici règle est donc singulièrement complexe. Le projet des grammairiens de ce temps n’est pas celui d’une prescription sans nuance.

34Bosquet, dans ses Elemens ou institution de la langue françoise (1586), introduit des distinctions un peu différentes. Le point de départ semble être encore une fois la classification de Pillot : trois prétérits, dont deux prétérits parfaits. Le critère retenu est celui de la quantification de l’éloignement dans le passé. Bosquet oppose ainsi de façon binaire un temps qui dénote un événement depuis longtemps passé, et un temps qui dénote un passé proche. On voit bien tout ce que doit cette option à la suggestion finitiale de Pillot, qui est au fond ici simplement développée et en quelque sorte régularisée. C’est là un bon exemple de la façon dont se présentent les innovations théoriques pendant cette période.

35Chez Ramus, les distinctions dans les temps du verbe sont tributaires de sa critique de la notion de mode et du rejet qu’elle motive. Le problème du classement des formes qui en résulte en est, comme il a déjà été remarqué (Chevalier 2006 [1968], Swiggers 1989), particulièrement épineux. La physionomie que revêt l’ensemble du système dans les deux éditions de sa Grammaire (1562 et 1572) ne présente pas un grand intérêt pour notre propos, puisque les catégories et les critères à l’œuvre tirent leur fonction précisément de la nécessité de pallier la disparition des modes. Néanmoins, Ramus ne peut manquer d’aborder l’un des problèmes identifiés par les grammairiens qui le précèdent, et cherche à organiser rationnellement le système des temps du passé. Ils répondent, selon lui, notamment à une opposition générale entre temps oristes « c’est a dire de quelque temps preix : cõme a ceste heure, lors que » (Ramus 1572, p. 76) et temps aoristes, qui appliquée particulièrement aux temps du passé peut être figurée par le tableau suivant :

Aoriste

Oriste

tu as aimé

tu aimas

tu as eu aimé

tu eus aimé

36Terminons par quelques remarques sur la première édition de la grammaire de Serreius (1598).

  • 7 Nous utilisons ici la traduction de ce passage réalisée par B. Colombat dans édition de la grammair (...)

37Sa définition des deux parfaits reprend le critère anaphorique identifié par Meigret : « il indique une action ou une passion parfaite, mais dont le temps n’est pas absolument déterminé, en sorte qu’il comporte presque toujours des circonstances de temps qui lui sont ajoutées, circonstances dont dépend toute sa valeur »7. Mais Serreius ajoute deux observations d’un très grand intérêt : nous utilisons le passé simple « quand nous parlons de choses qui sont passées de telle sorte qu’absolument rien ne semble présent » (p. 64). À l’inverse « nous nous servons de la forme composée quand elle est jointe à des adverbes de temps signifiant le temps présent, tels que hodie, nunc, iam, et également quand nous parlons de choses passées mais dont nous voulons qu’elles paraissent présentes, par exemple J’ay creu, & pource ay-je parlé » (ibid.). Les exemples d’adverbes de temps signifiant le présent invalident de façon implicite le critère des vingt-quatre heures : iam, déjà, implique un repérage plus complexe que celui d’une simple mesure de la distance de l’événement à l’égard du centre déictique. En outre, il est clair que Serreius tente de décrire une caractéristique des deux parfaits qui ne doit rien à la chronologie des événements, mais implique le sujet de l’énonciation. Le passé composé est ainsi ce temps étrange qui marque un événement passé, mais représenté comme s’il était présent. L’idée même de présent est affectée par ce genre de remarque et cesse d’être exclusivement réaliste. Ce que Serreius esquisse ici c’est donc un type d’analyse qui constitue une alternative à la problématique référentielle, et que nous pourrions dire énonciative, en ce sens qu’elle présuppose que le temps des événements n’est pas celui de la langue et du discours, dont les images sont construites.

2. 5 Conclusion

38Le problème envisagé de la façon la plus constante dans les ouvrages de grammaire du xvie siècle est donc celui de la différence des deux parfaits du français. Les hésitations et la diversité des solutions envisagées caractérisent cette période qu’on pourrait dire exploratoire et se marquent d’ailleurs dans l’instabilité de la terminologie. Les hypothèses imaginées par les différents grammairiens peuvent être rassemblées autour de trois axes :

  1. l’hypothèse référentielle : elle repose sur la postulation selon laquelle l’organisation des temps dans la langue reflète celle des choses du monde, et consiste à distinguer, dans le passé, deux zones à l’aide d’un repère calendaire (le jour courant). Les deux prétérits correspondent de façon complémentaire à chacune d’elles. Cette hypothèse aboutit à la formulation de la règle des vingt-quatre heures ;

  2. l’hypothèse anaphorique : c’est celle introduite par Meigret. Le passé simple construit une référence essentiellement incomplète ;

  3. l’hypothèse énonciative, que certaines formulations dessinent en creux, correspondant à la prise en compte de deux phénomènes : le caractère construit (et non réaliste) de l’image verbale, et l’intentionnalité du sujet de l’énonciation.

39Ces noyaux de connaissance et de théorisation ne s’excluent pas nécessairement, et ne sont pas non plus sur le même plan : 1) présuppose une hypothèse plus générale sur la langue comme représentation immédiate et transparente du monde, que 3) exclut au contraire, mais à l’égard de laquelle 2) est indifférente. Nous essaierons de décrire dans les chapitres suivants selon quelles modalités ces différentes hypothèses s’articulent historiquement : cumulation et conciliation ou au contraire discussion et falsification. Il importe également de comprendre comment se fait l’évaluation de ces théories concurrentes (production de faits nouveaux, engagement dans une théorie plus générale qui sélectionne l’hypothèse compatible…), comment plus généralement le nouveau s’articule avec le déjà dit, comment l’innovation se combine au dépôt de la tradition, ou à l’inverse le falsifie.

3. Le xviie siècle

40C’est le siècle de la construction de la langue commune. Nous en étendrons un peu le cours, de Jean Masset à Regnier-Desmarais, secrétaire perpétuel de l’Académie, dont l’ouvrage paru en 1705 devait tenir lieu de grammaire de l’Académie. On peut regarder cet imposant Traité du point de vue de son contenu comme la dernière grammaire d’un siècle dont elle fait en quelque sorte le bilan théorique.

41Ce siècle voit aussi la publication de la Grammaire générale et raisonnée, grammaire profondément inscrite dans le contexte des débats et des polémiques de son temps (Pariente 1985, Domfinicy 1984), mais qui correspond également à l’émergence d’un programme dont ne se saisiront véritablement les grammairiens qu’au siècle suivant. Son influence est cependant immédiatement sensible, dans le domaine de l’analyse du temps comme en d’autres domaines, même chez les auteurs dont le projet se borne à une description du français.

3. 1 Jean Masset (1606)

42L’Exact et tres-facile acheminement à la langue françoise de Jean Masset est un ouvrage de quelque trente-deux pages qui accompagne le Thresor de la langue francoyse tant ancienne que moderne de Jean Nicot. Il se présente sous la forme d’une grammaire en français et en latin, le texte dans les deux langues étant distribué dans deux colonnes en vis-à-vis.

43Le classement des temps repose sur des principes que nous avons déjà rencontrés : trois temps simples, et plusieurs espèces incluses dans le passé, constituant ce que l’auteur conçoit comme des divisions du passé.

Nos verbes ont cinq modes. […] Trois temps principaux, present, passé & futur. Le passé se divise en imparfait, aoriste simple, parfait, plus que parfait, aoriste composé, & parfait tres-parfait. (Masset 1606, p. 11)

44Les choix terminologiques indiquent que le système repose sur des principes identiques à ceux qui organisent les temps chez Ramus, quoique les termes retenus soient en fait contradictoires. Le passé simple (aoriste simple) est en relation avec un aoriste composé, et le passé composé (parfait), qui n’est plus l’oriste de Ramus, est en relation avec un parfait très parfait.

Parfait

Aoriste

Aoriste

tu as aimé

Simple

tu aimas

Très parfait

tu as eu aimé

Composé

tu eus aimé

45La régularité du mécanisme de la composition dans la morphologie verbale du français se trouve ainsi soulignée. Cette présentation systématique se combine avec la distinction ancienne des espèces du passé, encore partiellement ordonnée par la série imparfait, parfait, plus-que-parfait.

46Les définitions sont clairement issues de celles de Meigret. L’aoriste simple dépend « d’un discours precedent, narratif de ce qui se seroit passé en ce temps » et « nous vsons de l’aoriste simple […] en oraison bornée par aduerbes de temps passé, ou autre circonscription que ce soit de temps, par laquelle nous deffinissons l’action indéfinie, à vn certain temps determiné » (Masset 1606, p. 11). Il est essentiellement indéfini de sa nature propre, puisqu’il requiert la nécessaire circonscription ou description du temps qu’il représente, par un adverbe ou par d’autres moyens. Masset reprend donc cette idée que l’aoriste simple est inapte à construire une référence temporelle à lui seul. Mais il ajoute à cette analyse deux idées. L’une, originale, qui n’est qu’esquissée mais aura une fortune considérable : l’aoriste apparaît de façon privilégiée dans un discours narratif. L’autre correspond à une variante de la règle des vingt-quatre heures : « Obseruez que nous n’en vsons jamais [de l’aoriste simple] pour vne action du iour auquel nous sommes, ny de la nuit precedente, ny mesme auec les aduerbes du temps présent, aujourd’huy, maintenant, à cette heure. » (Ibid.)

47Le texte présente donc ce qui se révèle être une synthèse des différentes formes que la définition a prises au cours de la période précédente. Y figure, en effet, le critère référentiel de l’éloignement de l’événement quantifié à vingt-quatre heures qui apparaît dans la règle énoncée par Henri Estienne et le critère contextuel formulé par Meigret.

48À propos du passé composé (parfait), l’analyse sémantique est également un prolongement de celle de Meigret : « parlant par le preterit parfait, nous demeurons satisfaits de sçavoir que c’est vne chose faite, sans particulariser le temps & la saison, en laquelle la chose auroit esté faite » (p. 12). Le prétérit parfait offre ainsi la possibilité de désigner les événements passés « sans suite  ». Ce qui revient à dire que la différence identifiée entre les deux temps correspond au fond à celle que l’on pourrait faire entre un temps anaphorique (le passé simple), dont la référence est non saturée, et un temps déictique, dont la référence est saturée dans la situation d’énonciation. À ce fonctionnement fondamental s’ajoute l’expression de contraintes. Le passé composé (parfait), du fait de sa valeur essentielle, est apte à représenter tout le passé :

Touchant doncques le preterit parfait & général, il n’y a aucune difficulté, car il comprend tout temps passé, sans en excepter vn seul moment. (Ibid.)

49En revanche, la construction de la référence du passé simple (aoriste simple) est soumise à des limitations, identifiées par la règle des vingt-quatre heures.

50La cumulation de l’analyse issue de Meigret et de la formulation de la règle des vingt-quatre heures n’est donc pas chez Masset le signe de son éclectisme, ni du syncrétisme de son analyse, mais plutôt d’un approfondissement de l’hypothèse du fonctionnement anaphorique du passé simple.

3. 2 Charles Maupas (1607)8

  • 8 L’édition consultée est la troisième, datant de 1632.
  • 9 Grammaire et syntaxe rançoise contenant reigles bien exactes et certaines de la prononciation, orth (...)

51Le principe d’une classification des temps n’apparaît pas de façon nette chez cet auteur. Il semble avoir abandonné l’idée d’une division de la catégorie du passé en différentes espèces, et ne s’atarde pas aux temps qui « ont mesme sens & usage [en français] qu’entre les Latins & Grecs » (Maupas 1632, p. 269). Le chapitre consacré à l’usage des temps se borne à traiter les problèmes les plus saillants. Deux questions retiennent particulièrement son attention : l’usage de l’imparfait, et celui du passé composé, tous deux envisagés dans leurs relations respectives avec le passé simple. C’est dire que Maupas se distingue ici de la tradition qui le précède. L’identification de la valeur des deux parfaits constitue, depuis le xvie siècle, un problème grammatical. Nous avons essayé de montrer plus haut pourquoi. Ce n’est pas le cas du couple imparfait/parfait. Pour Maupas, pourtant, la question ne se pose pas, en français, dans les termes où elle se pose en latin. Sans doute le point de départ est-il le même : la différence entre ces deux temps est celle « d’une action ffinie, achevée ou parfaite : & d’une bien commencee, mais non encor ffinie ou parfaite » (p. 270). On reconnaît les formules de Priscien. Mais ce qui attire l’attention du grammairien, c’est que « force estrangers abusent souvent de l’imparfait » et le confondent avec le parfait. Ce n’est pas là seulement l’indice du caractère pédagogique de cette grammaire et de sa destination : les lecteurs étrangers soucieux de bien parler le français. Si le public visé par Maupas, comme l’indique le titre complet de l’édition de 16329, ou le texte de l’épitre dédicatoire, est celui des « seigneurs et gentilshommes d’autre langue & païs, amateurs de la langue françoise  », le discours développé par notre grammairien va bien au-delà de la formulation d’une règle à l’usage des étrangers. Les fautes répétées de ses écoliers sont le signe qu’une question est à éclaircir et l’analyse proposée frappe par son haut degré de sophistication et d’abstraction. Il s’agit d’un approfondissement de la définition du contraste aspectuel qui caractérise l’imparfait et le passé simple (voir sur ce point Nathalie Fournier 1986).

52Le premier « s’atache à une durée et lux de temps estendu en l’acte qui se faisoit lors dont on parle, & n’estoit encor parachevé » (1632, p. 270). Le second en revanche « s’arreste à l’acte ffini & parfait, & ce une fois. Car il concerne la in, perfection & final accomplissement de la chose un coup faite, sans avoir esgard à la duree ou course du temps pendant lequel elle se faisoit, et n’estoit encor faite » (ibid.). Il ne s’agit pas seulement, dans ce qui est décrit ici, de l’opposition entre procès achevé vs non achevé comme nous le lisons dans Priscien. Deux questions nouvelles sont soulevées :

  • celle de la durée : elle est impliquée par l’imparfait, mais n’est pas représentée par le passé simple. Ce qui ne signifie pas que l’événement représenté par celui-ci ne comporte pas de durée, mais seulement que cette valeur n’est pas pertinente, et que ce temps offre l’image de la chose « un coup faite » ;

  • celle de la subjectivité de la représentation. Le temps représenté par les deux formes verbales n’est pas l’image fidèle de l’événement du monde, mais offre seulement une image de ce dernier, structurée selon un schéma propre, s’attachant à la durée et lux de temps suspendu en l’acte, ou au contraire sans avoir égard à la durée ou course du temps. Les formules sont particulièrement efficaces et précises. L’imparfait représente l’image d’une durée dont l’écoulement est suspendu, tandis que le passé simple marque, en dépit de sa durée possible, un événement considéré dans son unité « un coup faite  ».

53Ce thème subjectif est repris et développé un peu plus loin sous une autre forme à propos encore de l’imparfait : « ce temps […] ramène et remet l’entendement de l’auditeur à l’instant courant, lors que la chose se faisoit, et n’avoit encor atteint la in et perfection » (1632, p. 271). Ainsi, à la problématique réaliste qui prévaut dans la définition de l’imparfait et du parfait comme événement achevé vs non achevé, s’ajoute un critère tout à fait neuf, celui du point de vue. L’analyse de Maupas postule un point, obtenu par translation du point déictique, contemporain de l’événement représenté. Ce point, l’instant courant lorsque la chose se faisait, a des propriétés analogues au centre déictique : c’est une position occupée par la subjectivité, constituée par un instant repère que traverse, comme le présent, le lux des événements.

54C’est là la première mention d’une analyse de l’imparfait comme présent du passé dans une grammaire française. Elle s’articule étroitement à celle, plus ancienne, de l’imparfait comme temps inachevé, dont elle constitue un approfondissement, mais elle introduit dans la définition d’un temps un matériel tout à fait inédit dans les grammaires de cette tradition, que nous pouvons décrire comme un dispositif de repérage complexe. L’événement est repéré comme simultané par rapport à un repère lui-même antérieur à l’instant de la parole. Quant à la nature de repère dont il s’agit, nous pourrions le rapprocher davantage du point de perspective de Kamp et Reyle (1993), que du point de référence de Reichenbach (1947), il s’agit en effet non seulement d’un repère, mais également d’un point depuis lequel l’événement est visualisé. Nous avons vu plus haut que l’expression la plus ancienne de cette idée se trouve peut-être dans la définition de l’imparfait comme marquant une action qui commence d’être faite chez Priscien. Maupas ne ferait donc ici qu’expliciter une idée déjà en circulation depuis longtemps dans les définitions de l’imparfait. Mais c’est précisément cela qui est neuf : l’explicitation, le développement d’une des formules héritées du grammairien antique, répétée avec fidélité et cependant inactive dans sa concision énigmatique. Nous reviendrons plus loin sur ces questions que nous allons retrouver plusieurs fois.

55Maupas reprend par ailleurs à Masset l’idée que les prétérits marchent par deux avec leur « redoublés  ». On a donc deux séries : les prétérits définis (passés simple et antérieur), et les prétérits indéfinis (passés composé et surcomposé). Les définitions empruntent une part de leur matériel à la tradition. Mais Maupas introduit là encore plusieurs idées neuves. La plus remarquable consiste à réinterpréter le critère référentiel, utilisé, comme nous l’avons vu, sous une forme ou sous une autre dans les définitions antérieures ou à travers l’illustration des exemples depuis Pillot et Henri Estienne. Ce critère, chez Maupas, est conçu non comme un point, le repère calendaire du jour courant ou des vingt-quatre heures institué par la règle, mais comme un intervalle de référence. C’est la position de cet intervalle par rapport à l’instant de la parole qui distingue les deux catégories de prétérit. Les temps définis « inferent tous-jours un temps piéça passé, & si bien accompli qu’il n’en reste aucune partie à passer. Et à cette cause requièrent une prefixion et prenotation de temps auquel la chose dont on parle est advenuë, & c’est la raison pour quoy je les appelle Définis » (1632, p. 273). Tandis que les indéfinis « signifient bien un acte du tout fait & passé, mais le temps non si esloingné qu’il n’en reste encor quelque portion à passer » (ibid.). Dans les deux cas, le temps dont il reste ou non une portion à passer n’est pas celui de l’événement, toujours entièrement passé et accompli, mais celui d’un temps, pourvu d’une certaine étendue, et qui fonctionne ici comme un temps de référence, au sens de Reichenbach, quoique, différence capitale, il ne soit pas de nature ponctuelle. C’est un intervalle dont la borne droite est déterminante. On peut en effet schématiser le contenu des définitions que nous venons de commenter de la façon suivante :

Passé simple (parfait défini)

Passé simple (parfait défini)

Passé composé (parfait indéfini)

Passé composé (parfait indéfini)

56Ce changement de statut du temps de référence conduit à une évolution importante du contenu de l’analyse :

  • le critère calendaire du jour courant n’est plus qu’un cas parmi d’autres : s’il « reste encor à passer quelque portion du temps prefix & nommé, lequel est encore en lux, comme parlans du siècle où nous sommes encor, de l’an, du mois, semaine, ou jour qui dure encor, il faut prendre l’indéfini. De nostre siècle sont advenuës choses memorables. Il fait beau voir les histoires que l’on a écrites de nostre temps […] » (1632, p. 275). Les exemples qui illustrent la nouvelle formulation de la règle sont au fond des contre-exemples qui falsifient ses formulations antérieures et valident une théorie plus puissante, à même de décrire des faits en plus grand nombre, notamment des faits ignorés ou exclus par les grammaires précédentes. En outre, Maupas signale des cas où les deux parfaits sont des sortes de variantes libres : lorsque l’énoncé ne contient pas l’expression d’une des divisions du temps comme « siècle, an, mois, semaine, ou jour  », il est indifférent d’employer l’un ou l’autre. On dira « au commencement que je m’appliquai ou que je me suis appliqué à composer cet œuvre » (ibid.) ;

  • plus fondamentalement, le critère qui distribue les deux emplois n’est pas référentiel. La notion d’intervalle de référence telle que la met en œuvre Maupas débouche sur une interprétation aspecto-énonciative de la différence des deux temps. Dans le cas du passé simple, l’intervalle de référence est d’aspect global (il ne contient pas To, l’instant de la parole), dans le cas du passé composé, il est d’aspect sécant (il contient à la fois l’événement Tx et l’instant de la parole To). C’est ce point qui justifie l’inversion de la terminologie : le parfait est défini dans la mesure où l’intervalle de référence est achevé, il est indéfini dans le cas contraire ;

  • enfin, on trouve chez Maupas le développement explicite d’une remarque qui n’était qu’esquissée chez Masset : le passé simple apparaît particulièrement dans les récits, du fait des contraintes discursives particulières qui commandent son emploi : « pour cette cause [i. e. l’analyse qui vient d’être développée] les récits d’histoires, contes de fables, & narrations presupposees comme de choses antiques, se font ordinairement par ce prétérit cy » (Maupas 1632, p. 274).

3. 3 Port-Royal (1660)10

  • 10 L’édition consultée est celle de 1676, Paris, Le Petit (3 e édition).

57L’analyse du temps dans l’ouvrage des Messieurs est un exemple particulièrement intéressant de cet effet d’ouverture de programme noté par Domfinicy (1984). Le chapitre consacré au temps est encore très bref mais il se distingue radicalement des ouvrages antérieurs par les principes sur lesquels il repose. Avant d’en venir à l’exposé de la théorie du temps elle-même, il est nécessaire de revenir sur la définition du verbe à laquelle elle s’articule.

3. 3. 1 La nature du verbe

58Le chapitre consacré au temps vient après celui qui concerne les personnes, et le nombre dans le verbe. Le choix de cet ordre dans l’exposition est conforme à la tradition qui voit dans le temps un des accidents du verbe (voir supra p. 16).

  • 11 Auteur d’une grammaire de l’hébreu publiée une première fois en 1609 dont nous avons consulté la 5 (...)

59Il marque manifestement dans l’esprit des auteurs le caractère secondaire de la notion de temps dans la définition du verbe, au regard d’autres critères. Reprenant une partie du développement du chapitre 1 de la deuxième partie, les Messieurs définissent le verbe à partir du rôle qui lui est atribué dans l’opération du jugement, et dans sa représentation linguistique : la proposition. Le verbe est en effet « un mot dont le principal usage est de signifier l’affirmation » (Arnauld et Lancelot 1660, p. 90). L’expression de la personne, du mode, et du temps ne sont que des significations accidentelles qui ne dépendent pas de sa nature. C’est cette diversité de significations mêlées dans un seul mot qui a d’ailleurs empêché les auteurs qui jusque-là en ont parlé d’apercevoir sa véritable nature, et les a conduits à confondre l’essentiel et l’accidentel. Les Messieurs engagent, à la suite de cette remarque, une discussion des critères retenus au cours de la tradition pour définir le verbe. Trois positions sont examinées, celle d’Aristote, celle de Buxtorf11, et pour finir celle de Scaliger :

  • Aristote définit le verbe comme « vox significans cum tempore » ;

  • Buxtorf ajoute à cette définition le critère de la flexion et du marquage de la personne « vox flexilis cum tempore & persona » (Buxtorf 1651, p. 91) ;

  • pour d’autres, qui ne sont pas nommés, c’est l’expression de la passion et de l’action qui constituerait la valeur sémantique caractéristique de la catégorie ;

  • enfin, est retenu chez Scaliger le critère qui permet de distinguer le nom du verbe, comme la représentation de ce qui demeure ou de ce qui passe.

60Cette représentation de l’histoire est en elle-même un problème d’un grand intérêt et qui mériterait une attention que nous ne pourrons pas lui porter ici. Nous nous bornerons à une brève remarque qui indiquera les pistes que l’on pourrait suivre. La forme donnée ici à l’histoire du discours des grammairiens est remarquable en ce qu’elle attribue à plusieurs voix, et par conséquent attache à des moments distincts, des contenus de connaissances qui apparaissent rassemblés dans un texte très ancien que les auteurs de Port-Royal n’ignoraient évidemment pas. On lit en effet dans Donat :

Verbum quid est ? Pars orationis cum tempore et persona sine casu aut agere aliquid aut pati aut neutrum significans. (Donat, Ars minor)

61Chez Donat, les trois définitions évoquées plus haut n’en forment qu’une, dont la première partie reprend celle du Peri Hermeneias. Le regard porté par les Messieurs sur la tradition revient donc à construire une sorte de dramaturgie de la connaissance. Le champ de l’histoire saisie de cette façon se présente comme l’espace, sinon d’un débat, du moins de l’essai de tentatives nombreuses, toutes infructueuses, mais qui néanmoins tendent vers le terme marqué par l’œuvre des Messieurs. Cette représentation de la tradition ne revient pas à identifier des sources mais à fonder, par différence, le texte de la Grammaire générale et raisonnée (désormais GGR) comme origine, commencement, qui invalide sur le point fondamental de la nature du verbe tous les discours précédents.

3. 3. 2 Temps linguistique et temps naturel

62L’un des premiers problèmes d’analyse du temps linguistique que pose la grammaire d’Arnauld et Lancelot est celui de la distinction entre le temps linguistique et le temps naturel. Il s’agit d’abord d’un problème de dénomination et de délimitation des notions qui implique le statut des définitions. La distinction introduite par La logique ou l’art de penser entre définitions de mots et définitions de choses n’est pas mise en œuvre ici. Au contraire, le texte s’efforce de saisir ensemble les catégories du temps naturel et les formes linguistiques qui servent à les représenter. Cette indistinction est particulièrement manifeste dans la définition du temps :

Une autre chose que nous avons dit avoir esté jointe à l’affirmation du Verbe est la signification du Temps. Car l’affirmation se pouvant faire selon les divers temps, puis que l’on peut asseurer d’une chose qu’elle est, ou qu’elle a esté, ou qu’elle sera : de là est venu qu’on a encore donné d’autres inflexions au Verbe, pour signifier ces temps divers. Il n’y a que trois temps simples ; le Present, comme amo, j’ayme ; Le Passé, comme amavi, j’ay aymé, & le Futur, comme amabo, j’aymeray. (Arnauld et Lancelot 1676, p. 108)

63Les différentes occurrences du mot « temps » ne renvoient pas toutes ici à la même notion. Les deux premières dénotent le temps que nous dirons par commodité ici naturel, et ses divisions éventuelles («  les divers temps  »). La troisième, en revanche, dénote des catégories de langue : les temps simples du dispositif imaginé par les Messieurs. L’ambiguïté la plus saisissante est celle du deuxième emploi. Les Messieurs ne donnent pas d’autre représentation des « divers temps » que celle que véhicule la conjugaison d’un même verbe : est, a été, sera. Sur le plan de l’exemplification, la représentation du temps naturel et celle du temps linguistique sont parfaitement homogènes : elles sont réalisées sur le plan discursif de façon identique. Le texte nous invite ainsi à penser que les données dans les deux cas sont du même type. Il n’y a pas d’autre temps que celui que la langue nous permet de dire. Dans le chapitre « temps » de la GGR, il est clair que le matériau que les Messieurs soumettent à leur analyse est le matériau linguistique. Les divisions que l’on peut y repérer seront, par conséquent, par une sorte de retournement du projet d’ensemble, celles du référent temporel, et de l’expérience de pensée que l’on peut en faire.

64On notera, pour finir, la prudence que manifestent les auteurs à l’endroit de l’engagement ontologique des catégories temporelles qu’ils viennent de poser. Ce qui autorise la saisie de ces dernières, c’est un fait de discours, c’est que « l’on peut asseurer d’une chose qu’elle est, ou qu’elle a esté, ou qu’elle sera » (1660, p. 103). Ce n’est pas l’expérience d’un sujet, encore moins une hypothèse sur la réalité physique du temps.

65On voit donc se mettre en place une réflexion sur la saisie du temps par le sujet, et sa représentation dans la langue où nous distinguerons désormais par souci de clarté 1) le temps naturel, ou temps à représenter, 2) le processus de la représentation lui-même, 3) le temps représenté, c’est-à-dire l’image construite au terme du processus de représentation du temps naturel. Dans la grammaire de Port-Royal, l’existence d’un terme unique pour désigner le temps naturel, qui s’offre à la représentation, et le temps représenté par les formes verbales, se justifie par l’immédiateté du rapport qui unit ces deux notions. Le temps représenté procède de manière transparente du temps naturel : « Il n’y a que trois temps simples » (ibid., nous soulignons) parce qu’il y a trois divisions naturelles du temps : le présent, le passé et le futur.

3. 3. 3 Le repérage à deux critères

66Le noyau dur de la description est une théorie de la valeur des temps verbaux qui correspond selon nous à un système de repérage à deux critères : le moment de la parole (To) et le moment de l’événement (Tx). La valeur de chaque temps verbal est définie par la position respective de ces deux repères sur une droite géométrique qui représente le déroulement du temps naturel. Les différents temps prennent place sur cet axe, et se situent à une distance variable du moment de la parole (To). On peut marquer des degrés dans le temps : il y a deux degrés dans le passé et dans le futur selon que le moment de l’événement est plus ou moins éloigné de To.

67Ainsi pour le futur, on peut « avoir envie de marquer une chose qui doit arriver bientost ; ainsi nous voyons que les Grecs ont leur paulopost futur μετ’ὀλίγον μέλϖν » (p. 109). Mais on peut également marquer le futur comme devant simplement arriver : je ferai, amabo, etc. La description des temps du passé fonctionne de la même façon : « on peut marquer que la chose ne vient que d’être faite, ou indéfiniment qu’elle a été faite » (1676, p. 108). J’ai écrit marque la chose « précisément faite  », j’écrivis en revanche marque la chose « indéterminément faite  ». De là, les dénominations de prétérit défini pour j’ai écrit et de prétérit indéfini ou aoriste pour j’écrivis.

68La distinction des deux passés et des deux futurs repose donc sur une sorte de fausse symétrie. Dans les deux cas (pour le passé et pour le futur), les deux formes verbales sont distinguées par la combinaison de deux critères : le caractère déterminé vs indéterminé, et l’éloignement vs la proximité. L’un et l’autre se recoupent en partie : la détermination est la proximité. En revanche, il n’est pas sûr que l’indétermination soit strictement équivalente à l’éloignement.

69Néanmoins, si l’on se propose d’évaluer, par un regard rétrospectif, la place qu’occupent ces définitions dans le débat sur la définition des prétérits déterminé vs indéterminé, la position des Messieurs apparaît comme une tentative de généralisation du critère référentiel, puisqu’il concernerait aussi bien le passé que le futur. Il devient ainsi plus abstrait et correspond au fond à une quantification de l’éloignement.

70Nous pourrions le reformuler ainsi : dans le cas d’un temps déterminé, Tx est repéré par rapport à To (à droite ou à gauche selon qu’il s’agit d’un passé ou d’un futur), et sa position est marquée par une distance à l’égard de To quantitativement faible ; dans le cas d’un temps indéterminé, seule la position, à droite ou à gauche de To est signifiée.

71Ce que la description laisse ici en suspens est seulement le critère qui permet l’interprétation de l’éloignement comme quantitativement faible. Nous admettrons que celle-ci présuppose une relation du type d < n, dans laquelle d représente l’éloignement, et n, la valeur normative qui permet de l’évaluer :

72Dans le cas d’un temps indéterminé, la valeur de (Tx, To) n’est pas donnée.

73Le système tel qu’il se présente à ce moment de l’exposé prévoit donc cinq temps : le présent, deux futurs et deux passés, respectivement distingués par leur éloignement relatif à l’égard du repère To. On pourrait représenter un tel système à l’aide du schéma linéaire suivant :

74Cette description de la valeur temporelle des passés et des futurs constitue le premier modèle de la théorie des temps proposé par la GGR. Elle repose sur une analogie entre la structure du temps et celle d’une droite de l’espace qui dote la suite des instants d’une relation d’ordre, et leur attribue les mêmes propriétés que les points d’une droite, en l’occurrence la possibilité du repérage par rapport à une origine, et celle de la mesure de la distance entre deux points.

75Cette première étape de la description du système des temps, limitée à ce que les Messieurs appellent les temps simples – nous pourrions ajouter, en pensant aux sources de ce modèle, telle que nous les avons décrites chez Pillot et d’autres grammairiens du xvie siècle, aux temps simples et à leurs divisions –, prend tout son sens avec la version de la règle des vingt-quatre heures que les Messieurs énoncent. Celle-ci correspond à l’application au français du dispositif général qui vient d’être décrit.

76Ce qui caractérise donc le français est le fait de fixer la valeur n qui permet l’appréciation de d à vingt-quatre heures dans le cas des prétérits. La formulation de la règle dont nous avons vu l’émergence chez Estienne et la discussion chez plusieurs grammairiens prend alors chez les Messieurs une allure particulièrement rigide, qui peut surprendre après l’interprétation renouvelée qu’en donnaient Masset et Maupas :

[…] j’écrivis […] ne se dit proprement que d’un temps qui soit au moins éloigné d’un jour de celuy auquel nous parlons. Car on dit bien par exemple ; j’écrivis hier, mais non pas, j’écrivis ce matin, ny j’écrivis cette nuit ; au lieu dequoy il faut dire, j’ay écrit ce matin, j’ay écrit cette nuit, & c. Nostre Langue est si exacte dans la propriété des expressions, qu’elle ne souffre aucune exception en cecy, quoy que les Espagnols et les Italiens confondent quelquefois ces deux preterits, les prenant l’un pour l’autre. (1676, p. 109)

77Même Chilet dans l’Essay d’une parfaite grammaire de la langue française, publié un an plus tôt, qui se signale pourtant par sa raideur normative dans de nombreux chapitres, introduit plus de souplesse dans la description, puisqu’il note la cooccurrence possible d’adverbes comme hier avec le passé composé : « Le Preterit Indefini se peut dire de toute sorte de temps passé. Hier i’ay bien soupé : & aujourd’hui i’ay mal disné » (Chilet 1659, p. 86).

78Mais ce serait commettre, nous semble-t-il, une erreur d’appréciation que de mettre au compte d’une orientation normative davantage dissimulée ailleurs ces formulations un peu étonnantes sous leur plume. Cette variante de la règle se justifie ici d’un point de vue interne. Elle est celle qui actualise de la façon la plus cohérente le schéma général des temps simples et de leurs divisions. Ce schéma, précisément parce qu’il est général, peut n’être actualisé qu’en partie par la grammaire particulière de telle ou telle langue. Les Grecs semblent avoir été les seuls à exploiter la distinction possible de deux futurs. La confusion commise par les Espagnols et les Italiens n’est que celle qui résulte de l’indétermination de la valeur de d dans ces deux langues.

79Ce point est également commenté dans les grammaires que Lancelot consacre à ces deux langues. On lit par exemple dans la Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole publiée la même année que la GGR :

Les Espagnols ont deux preterits, comme les Italiens, & comme nous ; l’un formé par circonlocution du verbe auxiliaire & du participe ; comme hé amado, j’ay aimé ; & l’autre tiré du verbe mesme ; comme amé, j’aimay ; & celuy-cy s’appelle indeiny, parce qu’il a une signification plus vague et moins bornée dans le passé.
Mais ils se servent quelquefois de ce dernier au lieu de l’autre ; ce qui ne seroit pas permis en nostre langue ; comme, yo vi mañana al Senor N. j’ay veu ce matin Monsieur un tel. Car nous ne pouvons pas dire, je vis ce matin. : estant necessaire qu’il y ait toujours au moins un jour d’intervalle pour se servir de ce premier indéiny en françois. (Arnaud et Lancelot 1676, p. 81)

  • 12 Chilet se borne là aussi à noter l’usage différent des Espagnols : « Les Espagnols, qui apprennent (...)

80Ce passage apporte la confirmation de notre interprétation. La signification n’est bornée ou non qu’en référence à son éloignement par rapport à l’instant de la parole, et non du fait de sa durée intrinsèque, comme c’est le cas chez Maupas. La position de Lancelot est sur ce point cohérente avec celles de Pillot et Meigret : le prétérit défini est la forme composée (le passé composé), le prétérit indéfini est la forme simple (le passé simple). La position de Port-Royal correspond à l’aboutissement formalisé d’une hypothèse apparue dès les plus anciennes grammaires de la tradition française. Elle se présente également comme le rejet de l’autre position, représentée par Maupas, à savoir l’interprétation des valeurs aspecto-énonciatives du passé simple et du passé composé12.

3. 3. 4 Le repérage à trois critères

81Face à la catégorie des temps simples, les auteurs posent celle des temps composés dans le sens. Nous venons de décrire les premiers. L’opération de repérage qui préside à leur définition ne met en jeu que deux événements : l’instant de la parole, et celui de l’événement représenté par la forme verbale. Les temps composés dans le sens impliquent un repérage plus complexe, qui met en jeu un événement de référence supplémentaire. Nous l’appellerons désormais Ti. Ces temps sont, comme les temps simples, au nombre de trois :

821) Le prétérit imparfait

83« [I] l ne marque pas la chose simplement & proprement […] faite, mais […] presente à l’égard d’une chose qui est déja néanmoins passée » (Arnaud et Lancelot, 1676, p. 112) :

84L’appellation « imparfait » se justifie ici de ce que l’on a affaire à un temps qui n’est pas pleinement et entièrement du domaine du passé puisqu’il contient dans sa définition une valeur de présent : « on l’a nommé preterit imparfait, parce qu’il ne marque pas la chose simplement & proprement comme faite, mais comme presente à l’égard d’une chose qui est déja néanmoins passée » (ibid.).

852) Le plus-que-parfait

86Il marque doublement le passé, et tire d’ailleurs de là justement son nom : l’action est « passée à l’égard d’une autre chose qui est aussi passée » (ibid.) : cœnaveram cum intravit ; j’avais soupé quand il est entré.

873) Le futur parfait

88Il « marque l’avenir avec rapport au passé » : cœnavero cum intrabit ; j’aurai dîné quand il entrera. L’action de dîner est future, mais elle est également passée à l’égard d’une action elle-même future :

89La description s’arrête là. Le passé antérieur ne figure pas dans le système verbal. Pourtant, dans le chapitre xxii « Des verbes auxiliaires des langues vulgaires  », on voit apparaître dans un tableau général des temps du verbe avoir qui « servent à en former d’autres en d’autres verbes » en regard de j’eus et j’ay eu, les formes quand j’eus disné et quand j’ay eu dîné (de même d’ailleurs que d’autres formes surcomposées : j’eusse disné, j’aurois eu disné) (1676, p. 139).

90Comment expliquer ces apparentes incohérences dans la présentation ? La place accordée à ces formes composées et surcomposées, dont la valeur n’est d’ailleurs pas explorée, est celle de formes produites par les auxiliaires dans les langues vulgaires. Il s’agit de faits de grammaires particulières, propres à ces langues, qui dans l’esprit des auteurs ne relèvent pas de l’analyse présentée dans le chapitre consacré au temps et dont la validité est plus générale. On peut trouver la réponse plus habile et commode que convaincante. Mais c’est là un aspect essentiel du projet même de la grammaire générale qui s’efforce de distinguer des régularités dans les langues.

91Par ailleurs, les auteurs proposent la description de ce que pourrait être un futur avec rapport au présent, c’est-à-dire le temps qui occuperait en système, du côté des futurs, une place symétrique de celle qu’occupe dans le passé le prétérit imparfait. Ce temps en français n’existe pas, aucune forme de la conjugaison ne le réalise. Mais la théorie prévoit sa place et acquiert par là de la cohérence. L’objectif théorique n’est pas de décrire les temps du français, mais d’élaborer un système des temps possibles, capable de prévoir les temps effectivement réalisés dans les langues. Elle se trouve d’ailleurs partiellement confirmée par le grec :

On auroit pû de mesme adjouster encore un quatriéme temps composé, sçavoir celuy qui eust marqué l’avenir avec rapport au present ; pour faire autant de futurs composez, que de preterits composés. Peut-estre que le deuxiéme futur des Grecs marquoit cela dans son origine […] ; d’où vient mesme qu’il conserve presque toûjours la figurative du present. Neanmoins dans l’usage on l’a confondu avec le premier. Et en Latin mesme on se sert pour cela du futur simple. (1676, p. 111)

92Si nous rassemblons ce que l’analyse des Messieurs formalise dans la définition des temps, nous pouvons nous arrêter aux points suivants. Nous appelons formalisation ici, une propriété de l’analyse qui tient à la cohérence des critères mis en œuvre. En ce sens, nos schémas ne sont que le moyen de rendre manifeste cette propriété des définitions élaborées par les Solitaires. Le langage des définitions ne comporte plus de métaphores, et met exclusivement en jeu la notion de relation entre des points-événements, et l’identification des points-événements pertinents.

93Le système proposé est donc un système à deux niveaux. Un premier niveau où les temps sont placés en référence à un repère unique (l’instant To) sur un axe temporel, sur lequel peut également être mesurée la distance qui sépare l’événement de To. Il constitue ce que nous avons appelé le premier modèle de Port-Royal. Au second niveau, les temps sont définis en relation à trois critères, l’instant de la parole, l’instant de l’événement, et un critère temporel additionnel. Le repérage se fait ainsi en deux étapes : Tx par rapport à Ti, puis Ti par rapport à To. C’est ce que nous appellerons désormais le deuxième modèle de Port-Royal, ou modèle du repérage à trois points.

94La question d’histoire que soulèvent ces analyses, est celle de l’origine du principe du repérage à trois critères. S’agit-il d’une création, autrement dit d’une invention, ou de la reprise d’une idée plus ancienne ? Ce type de définition de la valeur des temps a-t-elle ce qu’il est convenu d’appeler un ou des précurseur (s) ?

95On peut voir en Maupas, dans son analyse de l’imparfait, un précurseur du double repérage mis en œuvre par les Messieurs à travers la notion de temps composé dans le sens (voir supra p. 28). Plus anciennement, Maxime Planude (Lallot 1985) semble être le premier à décrire l’imparfait comme un présent du passé, et donc à introduire ce type de dispositif dans la sémantique temporelle. Mais la notion de précurseur ne permet pas de comprendre comment survient le nouveau dans l’histoire et elle tend à neutraliser le problème historique en tant que tel, pour faire du génie de tel ou tel auteur l’explication dernière. Le repérage des temps dans un cadre géométrique tel que le développent les Messieurs de Port-Royal peut sans doute être rapproché d’analyses de l’imparfait plus anciennes, qui en sont peut-être la source, il pose néanmoins des problèmes et correspond à une thèse sur le temps verbal absolument étrangers aux travaux de Maupas ou Planude. La question des sources se pose alors de façon plus pertinente et productive sur le plan du contexte dans lequel la réflexion de Port-Royal sur le langage se développe. De nombreux travaux ont souligné l’origine cartésienne de certaines directions de l’analyse, et de certains principes (Pariente 1985, p. 150). La théorie du temps semble globalement orientée par un projet réaliste et rationaliste cherchant à retrouver dans le temps linguistique les propriétés de la droite des instants. Par ailleurs la catégorie des temps composés dans le sens évoque de façon assez troublante un aspect de la réflexion augustfinienne sur le temps. On lit en effet dans la traduction des Confessions procurée par Arnauld d’Andilly dont la 7e édition, revue par Antoine Arnauld, paraît en 1659 :

À proprement parler, on ne saurait dire qu’il y a trois temps, le passé, le présent, et le futur : mais peut-être on pourrait dire avec vérité, qu’il y a trois temps, le présent des choses passées, le présent des choses présentes, et le présent des choses futures. Car je trouve dans l’esprit ces trois choses que je ne trouve nulle part ailleurs, un souvenir présent des choses passées, une attention présente des choses présentes, et une atente présente des choses futures. Si c’est ainsi qu’on l’entend, je vois trois temps, et je confesse qu’il y en a trois. (Augustin 1659, XI, 20)

96La Grammaire générale et raisonnée ne reprend pas cette thèse fondamentale d’Augustin sur le caractère psychologique du temps. Pour l’auteur des Confessions le sujet n’a d’autre expérience du temps que de celui qu’il trouve dans son esprit, et cette expérience a toujours lieu dans le présent de la conscience. Cette idée ne paraît pas rencontrer d’écho dans l’œuvre des Messieurs. Il n’en demeure pas moins que le texte d’Augustin décrit trois catégories du temps qu’il présente comme le résultat de la combinaison du présent avec un autre temps : le présent des choses passées, le présent des choses présentes, et le présent des choses futures. On peut au moins souligner le caractère composite de ces notions, dont on peut penser que les temps composés dans le sens » sont une sorte de réminiscence. C’est particulièrement net dans l’analyse développée de chacun d’eux. La première définition de l’imparfait comme temps « qui marque le passé avec rapport au présent » (1676, p. 110) semble reprendre l’idée augustinienne. Mais le double repérage dans la GGR implique un événement de comparaison, et non un point de perspective. C’est ce qui sera précisément contesté par Beauzée qui reprochera aux Messieurs de ne pas avoir bien compris que la relation de simultanéité était première. Nous y revenons un peu plus loin.

3. 4 Irson (1656, 1662)

97Claude Irson, dont la personnalité est assez mystérieuse, a publié, avec différents ouvrages pédagogiques relatifs aux mathématiques et à la comptabilité, une grammaire, dont les deux éditions (1656 et 1662), encadrent la publication de la GGR. On le sait par ailleurs pédagogue aux Petites Écoles, à telle enseigne qu’il est plausible comme le proposent Delesalle et Mazière (2007) de faire de sa grammaire la nouvelle méthode française qui constituerait le pendant des méthodes latine, espagnole, italienne, publiées par Lancelot. Dans cette hypothèse, la Nouvelle méthode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue françoise constituerait une grammaire particulière du français articulée à la grammaire générale écrite par les Messieurs. Ce statut serait évidemment particulièrement vrai de la seconde édition remaniée après la parution de la GGR.

98La comparaison des deux textes ne nous paraît pas permettre d’aller dans ce sens pour ce qui en est de la théorie du temps. Le chapitre « temps » de 1662 s’écarte assez notablement de la version de 1656, mais pas dans le sens d’un alignement sur les propositions de Port-Royal. Dans les deux textes, on trouve un classement des tiroirs verbaux conforme au classement traditionnel avec emboîtement de genres et d’espèces pour les temps du passé.

99La définition de l’imparfait est également presque identique dans les deux textes : il « marque bien une chose passée, mais non pas entièrement achevée, au regard d’une autre action passée, arrivée ensuite de la première » (Irson 1656, p. 25). Le critère est aspectuel, et on peut considérer la formule comme un emprunt à Priscien.

100Les différences les plus remarquables s’observent à propos des deux parfaits, respectivement simple et composé. La position d’Irson à l’égard de la terminologie change d’une édition à l’autre. En 1656, il note que son parfait simple est appelé indéfini par certains grammairiens (il peut s’agir des Messieurs, mais aussi de Pillot et Meigret…). Il ne revendique pas le terme, mais en 1662 c’est le terme concurrent qu’il retient : « Le parfait simple ou définy est celuy qui signifie une chose entierement accomplie  ». Pour le parfait composé, c’est l’inverse. Sur ce point en débat, Irson s’écarte donc de la position de Port-Royal d’une édition à l’autre. Les arguments de ceux qui voient dans le parfait simple un temps indéfini « par rapport à ce temps du verbe des Grecs qu’ils appellent aoriste » ne lui paraissent plus convaincants. Le parfait simple est défini parce qu’il définit « presque toujours l’espece du temps aussi passée dans laquelle cette chose a este faite : exemple, l’année passée je saluay le Roy » (Irson 1662, p. 25). L’idée figurait déjà dans le texte de 1656, exprimée dans d’autres termes : « le temps parfait simple […] est celuy qui signifie une action entierement accomplie, & le Temps aussi passé dans lequel cette action a esté faite  ». Irson n’introduit donc pas d’éléments nouveaux dans l’analyse. Depuis 1656, sa position est pour l’essentiel celle de Maupas, à la réserve de l’allusion à l’appellation aoriste qui apparaît chez Masset, Ramus, ou Estienne.

101La filiation avec la grammaire de Maupas est confirmée par la caractérisation du passé simple comme temps du récit : « Ce Parfait Simple sert à raconter les Histoires, les Recits, & les choses faites & passées depuis longtemps. Il est ordinairement accompagné de quelque Circonstance d’un Temps passé, comme de siècle, an, mois, semaine et jours, exprimez ou sous-entendus au discours. » (Irson 1656, p. 25-26). La formulation est peu différente en 1662. Irson y définit seulement la série siècle, an, mois, semaine, jour comme les espèces ordinaires du temps.

102Ce n’est donc pas à la théorie des temps de Port-Royal que Claude Irson se réfère. Ses positions correspondent, sur les points de controverse, à une version simplifiée de celle de Maupas. On ne retrouve pas cependant chez lui l’équivalent des observations de ce dernier sur la durée des événements et/ou du temps de référence, ou sur ce que nous avons appelé le point de perspective.

3. 5 Veiras d’Allais (1681)

  • 13 On trouve également les orthographes Vairasse, Veyrasse, Veirasse…

103La Grammaire méthodique de Denis Veiras d’Allais13 constitue un exemple caractéristique du mode de circulation du savoir dans la « communauté » constituée par les auteurs de grammaires de l’âge classique. Comme on peut l’observer dans la plupart des textes qui figurent dans notre corpus, Veiras d’Allais propose un système presque entièrement nouveau, muni d’une terminologie elle-même partiellement inédite, et annonce, dès l’introduction, l’insuffisance radicale des textes de la tradition qui le précède. Cet effet d’annonce est, bien entendu, fréquemment contredit par le texte de la grammaire elle-même où l’on peut lire les traces de nombreuses influences. Il y a donc là une posture, un ethos du grammairien classique, qui discrédite violemment ses pairs, et surévalue ses inventions personnelles. On trouve ainsi, dans le chapitre consacré au temps, une discussion concernant le nombre des temps verbaux :

Quand on commença de faire des Grammaires Françoises, on ne donna d’abord que cinq tems à ce mode [il s’agit de l’indicatif] : en quoi l’on suivit l’exemple de la Langue Latine, qui n’en a pas d’avantage : et cela se fit sans considérer que la notre en a beaucoup plus. Ensuite on y ajouta un autre, qu’on a depuis appelé le tems deffini, qui est fort fréquent et fort remarquable dans notre Langue : et depuis ce tems là quelques Grammairiens y ont ajouté un tems composé. Mais tout cela s’est fait avec peu de clarté, & les Grammairiens n’ont guère bien compris quelle etoit en cela la constitution & le genie particulier de notre Langue, ni de quelle manière on devoit régler le nombre et l’ordre des Modes et des Tems. (Veiras d’Allais 1681, p. 193)

104Il n’est pas facile d’identifier avec sûreté les allusions historiques que comporte ce court passage. Nous avons vu que les plus anciennes grammaires du français, celles de Pillot ou de Meigret, décrivaient beaucoup plus de cinq temps : six chez Pillot et au moins huit chez Meigret. Qui sont donc ces premiers grammairiens du français qui n’auraient d’abord vu que cinq temps ? Cinq temps, c’est bien ce que l’on a chez Priscien et Donat. On peut supposer alors que les textes auxquels Veiras d’Allais fait obscurément allusion sont des Donat adaptés ou traduits en français, qui en effet reproduisent à l’identique les catégories du latin. C’est le cas du Donat de Barton par exemple, qui ne fait que traduire et transférer sans modification l’inventaire des temps du modèle latin (voir supra). On peut néanmoins trouver un peu surprenant que les textes de la tradition artigraphique en français aient pu parvenir à la connaissance de notre auteur.

105L’interprétation de la seconde allusion n’est pas moins délicate. L’ajout à la série initiale d’une forme nouvelle de temps défini peut correspondre à la distinction que l’on trouve en effet chez Pillot et tous les grammairiens qui le suivent, entre deux prétérits parfaits, un défini et un indéfini.

106Quoi qu’il en soit de l’interprétation historiographique des allusions que comporte le texte, son intérêt immédiat est dans la représentation de l’histoire qu’il met en scène. La connaissance grammaticale aux yeux de l’auteur est manifestement susceptible d’un progrès qui se marque, en l’occurrence, par des inventions ou des découvertes : les états antérieurs du discours grammairien sont falsifiés par la découverte de formes ignorées ou inaperçues.

107Par ailleurs, Veiras d’Allais développe une hypothèse sur l’origine des formes verbales du français, qui incite à la lecture rétrospective de la tradition. Si les grammairiens n’ont pas bien compris, jusqu’ici, la question des temps en français, c’est qu’ils n’ont pas perçu le génie de cette langue. Elle procède non seulement du latin, mais également de l’allemand. Ceux qui n’y ont vu qu’une langue nouvelle issue du latin ont eu tort d’y appliquer les catégories des grammairiens anciens. C’est l’erreur qui les a conduits à rejeter les formes composées.

Si on eut bien considéré que le français dérive de la langue latine principalement et en partie de la langue allemande ; on aurait trouvé que dans la conjugaison des verbes et dans la formation des temps, elle les imite toutes les deux. (Ibid., p. 193)

108Ainsi la première fournit le modèle des temps simples, la seconde celui des temps composés.

109Ce thème de l’origine allemande des formes verbales composées n’est pas nouveau. On trouve dans la GGR des observations sur l’emploi des auxiliaires dans les langues vulgaires qui vont dans le même sens. Il faut noter que cette observation ressortit non seulement au plan des hypothèses linguistiques proprement dites, mais également à celui de l’interprétation du développement des connaissances.

3. 5. 1 Le tableau des formes verbales

110Veiras d’Allais décrit donc un système comportant huit temps, répartis en temps simples et temps composés selon le tableau suivant :

Temps simples

Temps composés

futur

je porterai

futur composé

j’aurai porté

présent

je porte

1er composé

j’ai porté

imparfait

je portais

2nd composé

j’avais porté

défini

je portai

défini composé

j’eus porté

111La terminologie est partiellement nouvelle et le fondement rationnel du classement est de nature purement formelle, donc propre au français. À ce titre, il ne relève pas d’une théorie générale du temps linguistique. À chaque temps simple correspond une forme composée ; la terminologie se borne à signaler ce lien. Veiras d’Allais indique cependant que le processus de composition est producteur de sens :

Les verbes auxiliaires, en tant qu’auxiliaires, ne signifient rien ; mais etant joints avec un Participe Passif, ils servent à exprimer des tems & des actions déjà passees. (1681, p. 201)

112Ce point n’est pas développé davantage. Nous reviendrons un peu plus loin sur l’intuition de la valeur aspectuelle qui se manifeste dans cette formule. Le processus a également, comme nous l’indiquions plus haut, un fondement historique : les formes simples renvoient à une ffiliation latine, les formes composées à une ffiliation germanique. À l’égard du problème de la catégorisation, la grammaire de Veiras d’Allais se situe donc dans une perspective différente de celle inaugurée par Port-Royal. Le critère morphologique constitue une alternative théorique à la problématique de la définition et du classement des temps en fonction de catégories universelles.

113La grammaire de Veiras d’Allais nous permet donc de poser un problème très général, relatif à la délimitation du corpus dans lequel nous nous proposons d’observer le développement de la théorie des temps. Veiras d’Allais représente, à l’âge classique, une tradition concurrente de celle de la GGR. Au modèle de Port-Royal fondé sur des catégories générales, et visant à dégager les lois communes à l’ensemble des langues, répond celui-ci, qui n’est d’ailleurs peut-être pas un modèle au même titre, où la réflexion sur les universaux est secondaire ou absente, et où il s’agit seulement de décrire les temps du français. La tradition de la grammaire générale est accompagnée historiquement par une série de grammaires qui se présentent plutôt (ou encore) « seulement » comme des grammaires françaises.

114Remarquons toutefois, que l’ouvrage de Veiras d’Allais est intitulé Grammaire méthodique et se donne explicitement pour objet les principes de cet art. Néanmoins, il ne s’agit pas des principes de l’art de parler, objet de la grammaire générale, mais plus modestement, des principes (nous pourrions ajouter méthodologiques) de la grammaire comme art, que toute grammaire bien faite expose avec évidence. On chercherait en vain, en effet, le recours à des faits d’autres langues que ceux du français.

115Quoi qu’il en soit de l’appartenance de cet ouvrage à tel ou tel paradigme théorique identifiable, l’exposé est animé par les problèmes qui sont ceux de cette tradition. L’interprétation, ou la représentation, de l’espèce particulière des passés qu’exprime la composition verbale est l’un de ces problèmes récurrents, comme nous l’avons vu dès les grammaires du xvie siècle. Pour Veiras d’Allais, il y a quelque chose de commun à toutes les formes composées, qui relève selon lui de la notion de passé. Cette intuition est une des contributions les plus remarquables de cet auteur.

3. 5. 2 Le système

116LES TEMPS SIMPLES. Le présent ne fait pas l’objet d’une analyse particulière. Sa définition relève de l’évidence comme dans la GGR. Ce sera encore le cas chez plusieurs grammairiens du siècle suivant : Regnier-Desmarais, Buffier. La définition est cependant ambiguë : ce temps signifie « le moment auquel on fait quelque chose » (1681, p. 194). Cela pourrait se dire de n’importe quel temps. Cette indétermination peut difficilement être considérée comme l’expression d’une valeur indéfinie, ou aoristique (Culioli 1980). Elle est au mieux le signe du sentiment d’évidence et d’immédiateté avec lequel ce temps est appréhendé.

117L’imparfait en revanche, constitue un problème plus consistant, et sa définition donne lieu à une analyse détaillée. Mais Veiras d’Allais ne fait sur ce point que reprendre une partie des idées présentées par Maupas, dans une formulation qui n’est qu’une traduction de Priscien : l’imparfait est un temps qui « signifie une action commencée mais qui n’a pas este achevée » (p. 194). Ainsi dans l’exemple, je parlais de votre affaire à votre avocat quand votre partie est venue m’interrompre, le temps du premier verbe est glosé en j’étais occupé à parler (de votre affaire). Cette définition n’a rien de commun avec de celle de Port-Royal. Le critère, ou mieux le schéma d’analyse n’a rien de chronologique, et relève entièrement de l’identification de la valeur aspectuelle connue depuis l’Antiquité. On peut ajouter toutefois qu’à cette reprise de la tradition s’ajoute l’idée que la valeur reconnue justifie le choix du terme. On a donné son nom à l’imparfait parce qu’il signifie une action inachevée. Il y a donc là un argument supplémentaire qui fait fond sur la motivation philologique du terme.

118Enfin, l’analyse issue de la tradition est également mise en œuvre pour le parfait :

Il sert à marquer un tems précis & determiné qui signifie une unité d’action accompagnée de quelque circonstance particuliere.
Ex. Je parlai hier à M. votre père & je lui racontai toute mon aventure. Après cela nous parlâmes de vous & nous conclûmes qu’il était nécessaire de vous établir chez le roi.
On peut voir par ces exemples que ce Tems signifie une action parfaite & déjà passée et qu’elle est déterminée par l’adverbe hier. (1681, p. 198)

119L’unité d’action – ou l’action parfaite – signifiée par le passé simple s’oppose à la représentation de l’action en lux qui caractérise l’imparfait.

120les temps composés. L’exploitation de ce critère est poursuivie dans l’étude de la série des temps composés. On retrouve ainsi la notion d’action parfaite, c’est-à-dire d’une action parvenue au terme de son déroulement et constituant une unité, dans la définition du 1er composé (ou prétérit parfait). Ce temps « sert à exprimer une action faite dans le jour présent & dans lequel on parle […]. Toutes les actions parfaites du jour même dans lequel on parle, s’énoncent par ce premier Tems composé qu’on pourrait aussi appeller Preterit composé » (1681, p. 203).

121La question de la durée se présente ici sous deux formes. L’événement représenté est repéré par rapport à un intervalle de référence ; le jour dans lequel on parle. Le premier est dans un rapport d’inclusion à l’égard du second : le « premier composé » exprime en effet une action faite dans le jour présent. La durée prise en compte est donc externe à l’action elle-même, comme dans le schéma suivant :

122L’intervalle [Ti, Tii] représente l’espace du « jour présent et dans lequel on parle  ». Tx est dans une relation d’antériorité par rapport à To, c’est un prétérit.

123La notion d’achèvement n’est pas représentée par le schéma. L’intervalle de référence représente une détermination externe qui caractérise le repérage de l’antériorité de Tx par rapport à To. Tandis que l’action envisagée comme parfaite représente une détermination interne de l’action représentée au terme de son déroulement. La notion d’achèvement ou d’inachèvement de l’action, telle qu’elle est posée par l’auteur de la Grammaire méthodique, désigne une durée intrinsèque à l’action représentée par le verbe.

124L’analyse du futur composé, ou futur parfait, est menée dans les mêmes termes : il représente « une action future mais achevée » (1681, p. 204), comme dans j’aurai fait dans un moment si vous voulez avoir patience. L’exemple est particulièrement intéressant. L’analyse se distingue de celle proposée par Port-Royal en termes d’antériorité par rapport à un événement lui-même postérieur à l’instant de la parole. Il est clair que l’exemple proposé ne pourrait pas être analysé en utilisant la procédure de repérage de Port-Royal. Il ne comporte qu’un verbe au futur. Les deux événements temporels («  le moment » et l’action représentée par j’aurai fait) ne sont plus seulement dans un rapport d’antériorité. On peut représenter leur succession avec le schéma suivant :

Tii : commencement de l’action, borne non déterminée.
Ti : achèvement de l’action, ici le « moment de référence  ».

125La valeur de j’aurai fait dans cet exemple est celle d’un futur accompli, et non pas celle d’un futur antérieur.

126Dans les trois cas qui viennent d’être décrits (imparfait, parfait et futur parfait), la terminologie désigne la durée intrinsèque de l’action représentée par le verbe, envisagée respectivement dans le flux de sa durée propre ou dans son achèvement, en tant qu’elle a occupé une certaine étendue et qu’elle est parvenue à son terme.

127Cette cohérence s’affaiblit avec la définition du « second composé  », « qu’on appelle ordinairement plus que parfait » (1681, p. 203). La terminologie n’est plus cette fois justifiée, elle est simplement celle de la tradition :

[Il] sert à marquer une action qui a precedé le tems auquel on parle, sans determiner un temps précis. Ex. J’avês pris de bonnes mesures avant que de m’engager dans cette affaire. (Ibid.)

128Il entre donc dans la catégorie générale des prétérits, qui marquent une action antérieure à l’instant de la parole. Il recouvre de cette façon certains usages du prétérit parfait dont on peut se servir « pour marquer une action passée sans determiner aucun jour ou autre tems précis. Ex. j’ai vu le Roi plus de cent fois en ma vie » (ibid.).

129En revanche, il s’oppose au troisième composé, ou défini composé (j’eus porté), « qui sert à marquer une action précédente mais d’une manière précise et determinée » (ibid.). Il s’agit d’une détermination extérieure à la temporalité représentée par le verbe, ordinairement marquée par des moyens syntaxiques : « on se sert ordinairement du défini composé après ces Adverbes de temps : Quand, lorsque, aussitôt que, d’abord que, dês que, après que, dês le moment, l’heure, le jour que… » (1681, p. 204). L’observation est analogue à celle que nous avons relevée une première fois chez Meigret. Elle revient à dire que ce temps n’est pas autonome et que la construction de la référence temporelle repose ici sur un mécanisme anaphorique. Mais on note que la conclusion que Veiras d’Allais en tire quant au statut de ce tiroir verbal à l’égard de la détermination est exactement inverse de celle que tiraient les auteurs jusqu’à Port-Royal.

130Il semble donc que la notion de temps imparfait ou parfait renvoie à plusieurs problèmes linguistiques différents, traités ici de façon identique :

  • la relation entre l’imparfait et le passé simple (prétérit défini), fondée sur la représentation d’une action en lux ou en tant qu’elle constitue une unité envisagée comme telle, constitue un premier problème. Nous parlerions aujourd’hui d’aspect sécant vs global ;

  • mais appliquée aux temps composés, la notion change de contenu. Il n’est plus alors question que de temps parfaits. La définition de la valeur du futur antérieur fait apparaître clairement qu’il s’agit de l’aspect accompli ou achevé : ce qui est représenté c’est l’état résultant du procès.

131Chacune de ces valeurs constitue un critère distinct qui opère dans des zones du système différentes.

132Veiras d’Allais esquisse une interprétation du système de la composition verbale qu’il ne parvient pas à généraliser sur l’ensemble des formes composées. Le problème est cependant bien posé dans des termes homogènes : « les auxiliaires […] joints avec un participe passif […] servent à exprimer des temps et des actions déjà passées » (1681, p. 190). L’expression est certes celle d’une analyse de la valeur temporelle des formes verbales, mais nous pensons avoir montré qu’elle recouvre partiellement une analyse de la valeur aspectuelle des formes composées.

133Le système des temps imaginé par Veiras d’Allais s’écarte donc de celui proposé par Port-Royal sur un point décisif. Il accorde une place importante au critère de la durée intrinsèque du procès représenté par la forme verbale et permet de mettre en évidence une série de temps « parfaits » s’opposant à un unique imparfait. On peut juger toutefois que ce critère n’est pas exploité avec toute la cohérence possible. Veiras d’Allais reste prisonnier de l’ancienne terminologie pour le plus-que-parfait, ce qui brouille un peu son analyse. Tout se passe comme si à partir de Port-Royal s’installaient deux écoles en ce qui concerne l’analyse du temps linguistique. Celle constituée par les grammaires françaises proprement dites, qui ne visent que la description du français et dans lesquelles on retrouve le paradigme des définitions et des problèmes construits depuis le xvie siècle, dont le texte de Maupas peut être considéré comme exemplaire ; et celle constituée par les grammaires générales, qui peuvent d’ailleurs assumer leur « généralité » à des degrés divers, et qui développent diversement le programme inauguré par Port-Royal. Le modèle de l’analyse du temps qui les caractérise est centré sur une procédure de repérage des événements sur une droite géométrique. C’est ce que nous allons voir avec les auteurs suivants.

3. 6 Regnier-Desmarais (1706)

134Regnier occupe une position intéressante dans le corpus des grammaires françaises. Pour des raisons institutionnelles d’abord. En tant qu’académicien, il s’est trouvé chargé de la rédaction d’un traité de grammaire, qui devait devenir la grammaire de l’Académie. Elle resta ffinalement l’œuvre personnelle de Regnier qui refusa de se départir du fruit de « plus de cinquante années d’étude et de réflexion sur la langue » (Regnier-Desmarais 1706, préface). Le résultat peut être considéré comme le premier traité de grammaire française d’envergure. L’auteur y est animé par un souci d’exhaustivité dont il n’est pas d’exemple antérieur, et s’y livre à une sorte de somme des connaissances grammaticales de son temps. À ce titre, nous considèrerons que l’ouvrage, quoique publié en 1706, regarde vers le siècle qui s’est écoulé et se présente ainsi un peu comme la « grammaire des grammaires » du xviie siècle.

135Nous avons un exemple, avec le système des temps, de l’éclectisme théorique qui en résulte. Précisément parce qu’il s’agit d’une somme, conçue comme un ouvrage de référence, la grammaire de Regnier conjugue de façon exemplaire invention et conservation théorique.

3. 6. 1 La notion de temps verbal

136Une des contributions intéressantes de Regnier-Desmarais à la description du temps dans les langues se situe au niveau méthodologique et épistémologique.

137Quel est l’objet d’une théorie des temps ? Quels sont les temps des verbes, et que doit-on observer lorsqu’on tente d’en décrire la valeur ? En d’autres termes, quel degré de généralité peut-on conférer aux catégories et quel est le statut empirique des formes conjuguées ? Les grammairiens précédents ont soulevé ces questions en deux occasions : celle de l’identification du parfait surcomposé, pas toujours reconnu comme une forme légitime (Stéfanini 1954) ; et celle de la postulation par Port-Royal de catégories prévisibles dans le cadre d’une théorie générale, mais que toutes les langues ne réalisent pas.

138Curieusement, ce sont les positions de Sanctius à l’égard de l’impératif, de l’infinitif et du subjonctif qui servent de prétexte à cette discussion, et non celles de Port-Royal à l’égard des temps possibles mais non attestés.

139À propos de l’impératif, Sanctius affirme que ce mode n’a pas de temps propre, parce qu’il peut être employé dans tous les temps. On peut observer le même flottement pour l’inffinitif, ou le subjonctif, dont les formes verbales ne reçoivent leur valeur temporelle que de la construction dans laquelle elles figurent. Regnier-Desmarais a montré un peu plus haut dans son ouvrage qu’une analyse identique peut être faite du présent, qui peut valoir pour un futur, ou un passé ; et du passé composé, qui peut représenter un futur : avez-vous bien-tost achevé ? j’ay fait dans un moment (1706, p. 361). Regnier consacre d’ailleurs un chapitre entier aux diverses valeurs temporelles que les formes du verbe peuvent prendre. Mais il y a là un phénomène qui relève de la confusion que l’usage peut introduire dans l’appréciation de la valeur intrinsèque des formes.

140Le problème posé est donc celui du statut des formes du verbe d’une part, et de la variété des données que constituent leurs usages en contexte. Regnier plaide pour une sorte de principe d’économie, et fait passer le rasoir d’Ockham entre la diversité des effets, et la stabilité de la forme :

[…] deux choses […] sont entierement à distinguer, la signification de Temps que le Verbe reçoit de ce qui l’accompagne, & la forme Grammaticale qui l’applique à un certain Temps. Or pour faire qu’un Verbe soit, par exemple au Futur, il ne suit pas qu’il serve à marquer un Temps futur, en vertu des prépositions ou des Verbes dont il est accompagné, il faut de plus qu’il ait la forme Grammaticale du futur. (Ibid., p. 362)

141Le critère morphologique prime donc. La distinction entre le rôle du contexte et la valeur sémantique intrinsèque de la forme est sans doute de peu de secours dans le débat qui est mené, puisque l’on voit mal comment le grammairien pourrait identifier à coup sûr ces valeurs intrinsèques, mais là n’est pas l’essentiel. La décision prise est le signe d’une inquiétude du grammairien devant la subtilité et la diversité des analyses, et le risque de dilution de l’objet. Un futur est un futur, un présent est un présent. Il y a là l’affirmation d’un principe de bon sens dont le prosaïsme ne doit pas masquer la véritable portée. Tout se passe au fond comme si, entre une démarche onomasiologique et une démarche sémasiologique, Regnier affirmait la seconde comme norme épistémologique de l’analyse grammaticale.

142Le principe est sans doute peu praticable dans les termes dans lesquels il est énoncé. Mais au fond, ce dont parle ici Regnier-Desmarais, c’est de la relation de ce que nous pourrions appeler anachroniquement le système de la langue avec sa mise en discours. En tentant de délimiter l’espace de ce que ces formes signifient en elles-mêmes et en limitant à cet espace le champ que doit parcourir la grammaire, c’est l’objet de cette science qu’il tente de défffinir. Ce débat pourrait impliquer le statut des catégories temporelles construites par la Grammaire générale et viser le projet même de Port-Royal. Mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas de la généralité et de l’universalité des notions dont il est question.

143Le même principe permet aussi de résoudre une question ancienne : l’application du terme défini ou indéfini au prétérit. Si l’on ne considère que « ce que le Temps [est] en luy-mesme independamment des termes dont on l’accompagne » (ibid., p. 354), alors, je fis telle chose l’autre jour est un prétérit indéfini. Le problème est à la fois épistémologique et historique, et le principe proposé permet d’évaluer les choix terminologiques des grammaires antérieures. Mais comme le débat terminologique est un débat sur l’adéquation du terme et de la notion, l’évaluation concerne la dRéfinition même des catégories.

  • 14 Pour un tableau plus complet des usages terminologiques dans les grammaires du xvi e siècle voir l’ (...)

144Nous avons vu comment, par étapes, ces termes de prétérit défini vs indéfini circulent depuis les plus anciens textes et s’appliquent alternativement au passé simple et au passé composé. Le tableau suivant résume cet aspect de l’histoire de la réflexion sur les parfaits jusqu’à Regnier-Desmarais14 :

Auteurs

Passé simple

Passé composé

Palsgrave (1530)

indiffinite tens

preter perfit tens

Sylvius (1531)

praeteritum perfectum pridem

praeteritum perfectum modo

Pillot (1561)

praeteritum perfectum

indefinitum

praeteritum perfectum (definitum)

Meigret (1550)

prétérit parfait indéterminé

prétérit parfait déterminé

Cauchie (1586)

praeteritum determinatum,

definitum, et circumscriptum

Oriste

Serreius (1598)

Aoriste

Oriste

Serreius (1598)

praeteritum simplex

praeteritum compositum

Masset (1606)

aoriste simple

Parfait

Maupas (1607)

parfait défini

parfait indéfini

Oudin (1640)

parfait défini

parfait indéfini

Chifflet (1659)

prétérit parfait, simple, défini

prétérit indéfini

Irson 1656

parfait indéfini

parfait défini

Irson 1662

parfait simple ou défini

parfait composé ou indéfini

Port-Royal (1660)

prétérit indéfini ou aoriste

Prétérit défini

Veiras d’Allais (1681)

le défini

1er composé ou prétérit parfait

Regnier-Desmarais (1706)

prétérit indéfini

prétérit comp. 1 ou prétérit défini

145Le débat terminologique que l’on voit se déployer au cours de la période, et qui ne trouve d’ailleurs pas là sa conclusion, mais sur lequel Regnier-Desmarais est le premier à porter un regard rétrospectif, oppose deux points de vue, deux thèses sur le passé simple :

  • certains le voient comme un temps essentiellement indéterminé, soit parce qu’il marque un temps très éloigné (Pillot), soit parce qu’il construit de lui-même une référence temporelle incomplète, et impose une anaphore avec une autre marque temporelle (Meigret). C’est alors dans sa relation au passé composé que ce temps est décrit ;

  • d’autres voient en lui un temps essentiellement déterminé, soit parce qu’il représente un procès délimité et borné – c’est alors généralement sa relation avec l’imparfait qui est décrite (Veiras d’Allais, mais aussi Oudin) – ; soit parce qu’étant toujours accompagné d’une circonstance de temps, il marque le passé « en déterminant et définissant presque toujours l’espace du temps aussi passé » (Irson 1662, p. 25).

146Les problèmes soulevés sont donc de nature différente. Pour certains, le débat terminologique est motivé par la prise en compte de problèmes tout à fait hétérogènes : l’aspect global du passé simple, ou sa valeur énonciative. Pour d’autres, qui sont d’accord sur sa valeur intrinsèque, le débat n’engage que le choix du terme : soit l’on prend en compte le contexte de la forme, toujours accompagnée d’une marque, et donc toujours repérée, soit on ne considère que la forme, et elle apparaît toujours comme référentiellement incomplète. C’est sur ce point qu’intervient Regnier avec toute l’autorité d’un secrétaire perpétuel de l’Académie, en énonçant le principe qui doit guider le choix du terme : il ne faut prendre en compte que ce que le temps est en lui-même.

3. 6. 2 Le système

3. 6. 2. 1 Divisions et degrés

147Regnier-Desmarais propose deux classifications concurrentes des temps de l’indicatif. La première s’appuie sur un critère formel et distingue les temps simples et les temps composés ; la seconde correspond au modèle issu de Priscien. Les trois temps principaux sont « divisés » en certaines catégories, dont le nombre varie selon les langues. C’est ce principe qui gouverne l’ensemble de l’organisation du système. La distinction entre temps simples et temps composés intervient au sein des catégories du temps passé et du temps futur comme le montre le tableau ci-après.

Temps présent

Temps passé

Temps futur

prétérits simples

prétérit imparfait

futur simple ou imparfait

prétérit défini, ou parfait ou absolu

futur composé ou parfait

prétérits composés

prétérit indéfini

prétérit plus que parfait

prétérit indéfini composé

148La description du système présente peu d’innovations, et correspond à une reprise des noyaux de connaissance les plus stables développés au cours de la période antérieure. Port-Royal, quoique souvent cité sur des points de détail, n’est pas ici un modèle. La classification en temps simples et temps composés dans le sens introduite pas les Messieurs, c’est-à-dire la mise en œuvre d’un principe de repérage généralisé, ne rencontre pas d’écho chez l’académicien. C’est, au contraire, le corpus de définitions propre à la tradition des grammaires françaises qui sert ici de référence. Nous n’en donnerons que deux exemples : l’imparfait « c’est-à-dire un Temps qui n’est pas encore entièrement passé, […] sert à représenter une action, une chose, comme commencée, mais non pas comme achevée » (Regnier-Desmarais 1706, p. 354) ; le présent « ne se divise point en divers Temps, & n’a qu’une forme simple, de sorte qu’il n’est pas besoin d’en rien dire icy davantage » (ibid.). Ce silence sur le présent, justifié par sa nature ponctuelle, est commun à toutes les grammaires du corpus depuis Meigret. C’est la conséquence de la conception aristotélicienne de l’instant qui anime la pensée sur le temps verbal jusqu’au xviiie siècle. Quant à l’imparfait, sa définition reprend clairement les formules déjà utilisées par Priscien, et ne met en jeu qu’un critère aspectuel, en l’occurrence l’idée de l’inachèvement du procès. Il ne reste qu’une trace extrêmement discrète de celle d’un repérage relatif, à travers l’emploi, dans la glose du terme, de l’adverbe encore, qui présuppose un point de référence. Rien n’empêche cependant de penser que ce point est l’instant de la parole.

149Cette idée que les catégories du temps verbal s’obtiennent par division de catégories d’un rang supérieur est soutenue par une métaphore fondatrice :

[…] de mesme que dans la Boussole les quatre Vents principaux sont subdivisez en d’autres, de mesme dans la Grammaire, les trois Temps, le Present, le Passé, & le Futur, sont en quelque sorte subdivisez en d’autres Temps, à la réserve pourtant du Present, qui ne consistant qu’en un moment, & estant indivisible de sa nature, ne peut admettre de partage. (Ibid., p. 353)

150Le dispositif est donc justifié par une analogie spatiale qui introduit deux idées importantes : l’idée de repère et celle de graduation. C’est cette dernière qu’exploite surtout Regnier. Les divisions du temps doivent être conçues comme des degrés homogènes. Cela apparaît nettement dans le traitement auquel est soumise la série imparfait, parfait, plus-que-parfait : l’imparfait, répétons-le, marque un temps « qui n’est pas encore entièrement passé » ; le parfait marque « la chose comme tout à fait passée » ; le plus-que-parfait « désigne un temps encore plus éloigné que celuy qui est marqué par le Preterit parfait  ». Il est remarquable que dans ces formules dont nous reproduisons les parties les plus utiles à notre propos, la paraphrase de la tradition autorise quelques variations lexicales significatives. Là où la tradition distingue le procès achevé, accompli, ou au contraire, non achevé, inaccompli, Regnier, qui reprend parfois ces termes, parle aussi bien d’action « pas encore entièrement passée  », ou « tout à fait passée  ». Les termes achevé et passé se présentent indifféremment sous sa plume et commutent librement.

151La série des trois notions ne fonctionne plus selon les principes que nous avons décrits antérieurement. Elle est fondamentalement réinterprétée par Regnier-Desmarais en termes chronologiques, les oppositions aspectuelles passant à l’arrière-plan, ou disparaissant tout à fait. Les trois temps sont définis par l’académicien comme trois degrés d’éloignement par rapport au présent.

3. 6. 2. 2 Temps simples et temps composés

152Ce principe de classement ressortit à une logique différente de celle que nous avons décrite jusque-là. Fondé seulement sur la morphologie, il n’est pas homogène avec les considérations sémantiques qui justifient les catégories par divisions. Il brouille aussi certains fonctionnements. Ainsi, la série que nous décrivions dans le paragraphe précédent est-elle séparée en deux. L’imparfait est un temps simple, le parfait défini et le plus-que-parfait sont des temps composés.

153Ce principe de classement joue un rôle dans la série des passés et dans celle des futurs. Rien n’indique toutefois si cette régularité a un sens. Plus encore, on note que l’opposition simple/composé est parallèle à imparfait/parfait. Mais elles n’ont pas le même sens dans le domaine des passés et dans celui des futurs. Cette opposition a une valeur aspecto-temporelle dans le passé, plutôt temporelle qu’aspectuelle d’ailleurs comme nous le montrions plus haut, mais pour le futur elle est essentiellement modale. Le futur simple et imparfait « ne marque que le dessein de faire » (p. 356), tandis que le futur composé et parfait suppose « la chose devant infailliblement estre faite » (ibid.).

3. 6. 2. 3 État de la règle des vingt-quatre heures

154Le point d’appui explicite est le texte de Port-Royal. Le passage relatif à ce problème chez Regnier se présente comme une discussion de la solution apportée à la règle des vingt-quatre heures par les Messieurs et, d’une certaine manière, comme une falsification de l’état de la règle donné par la GGR.

Ce n’est pas seulement de l’espace du jour auquel on parle, & duquel on parle, que le préterit indéfini est banni de notre langue, il l’est pareillement de l’espace d’une semaine, d’un mois, & d’une année, si l’on est encore dans la semaine, dans le mois, & dans l’année dont on parle. Car alors j’escrivis cette semaine, j’escrivis ce mois, j’escrivis cette année, ne se dit non plus que j’escrivis ce matin, j’escrivis cette nuit ; parce que celuy qui parle, marque un temps dans lequel il est encore renfermé. Enfin de quelque estenduë que puisse estre le temps dont on parle, dés qu’on en parle comme y estant compris de cette sorte, & comme d’une chose qui est encore presente en partie, on ne peut plus se servir du Préterit Simple & indéfini. Ainsi quoiqu’on puisse fort bien dire le jour d’hier fut beau ; parce que celuy qui parle n’est plus compris dans le jour d’hier, et qu’il le regarde comme tout à fait passé, on ne pourra pas dire, en parlant du siècle où l’on est, nostre Siecle fut remarquable ; parce qu’on est encore dans ce sièclelà, & que le temps, dans lequel on parle, en fait partie. (Ibid., p. 355)

155La formulation thématise la notion d’intervalle temporel de référence à l’aide du même matériel lexical que celui qu’utilisent Maupas et Irson (jour, semaine, mois, année), donné toutefois ici comme des exemples quelconques, et non comme les parties naturelles du temps. La clôture de l’intervalle est soulignée par l’emploi métaphorique des verbes qui décrivent la position du sujet, qui n’est pas seulement dans l’intervalle, mais qui y est renfermé.

156La question du sujet requiert une attention particulière. L’étude de la valeur des deux parfaits implique que l’on prenne en compte la position de ce dernier, et aussi sa posture. Le sujet parlant « regarde » le temps. Autrement dit, la saisie opérée par le discours n’est pas immédiate, les formes verbales ne sont pas l’image transparente des événements temporels du monde. Un passé dans la langue est un temps « regardé comme passé  ». Et il importe peu alors que ce temps soit moins éloigné par rapport à l’instant de la parole que tel autre, plus éloigné dans le temps référentiel, dont la langue représente au contraire la contemporanéité. C’est le sens du paradoxe qui termine le texte que nous citons. Le temps d’hier peut très bien, dans la langue, être représenté « comme tout à fait passé » ; alors qu’un événement vieux d’un siècle devient contemporain si l’on parle du siècle où nous sommes, « parce qu’on est encore dans ce siècle-ci et que le temps dans lequel on parle en fait partie  ». Les hiérarchies temporelles établies par la langue peuvent prendre à rebours celles établies dans le temps naturel.

157L’activité du sujet représentant consiste donc à se placer (ou non) dans l’étendue du temps représenté, c’est-à-dire à placer l’instant de l’énonciation dans l’intervalle du temps représenté : « de quelque estenduë que puisse estre le temps dont on parle, dés qu’on en parle comme y estant compris […] on ne peut se servir du Pretérit simple & indéfini » (p. 355). Mais il faut pourtant considérer que cette activité ne paraît pas entièrement libre. Les exemples fournis par Regnier-Desmarais s’appuient sur les événements du monde et leur position temporelle. Ainsi le jour d’hier est « tout à fait passé » non seulement parce que le sujet le regarde comme tel, mais aussi parce que le locuteur « n’est plus compris dans le jour d’hier  ». Les deux arguments ne sont pas équivalents. Le premier renvoie au temps en tant qu’il est représenté, à l’image temporelle construite par le discours et qui relève de l’activité de représentation du sujet. Le second en revanche renvoie au temps à représenter, à la position de l’événement dans le temps référentiel.

158La position de Regnier-Desmarais est donc complexe et ambivalente. L’ouvrage des Messieurs de Port-Royal est, sur cette question du temps verbal une des références (trois mentions), à côté de Vaugelas dont le nom est cité plusieurs fois, de Vossius, et de Sanctius. Il est parfois question de façon allusive d’autres grammairiens français. Mais la GGR est la seule grammaire du xviie siècle à laquelle il soit fait explicitement référence. Pourtant, à l’exception d’un usage terminologique, rien n’est repris de ce texte. Le projet d’une description du temps verbal dans un cadre géométrique est tout à fait étranger à Regnier, même si sa conception du temps repose sur l’analogie du temps et de l’espace, et sur l’idée que les divisions des catégories peuvent correspondre dans une perspective réaliste à des degrés dans l’éloignement par rapport à l’instant repère. Le contenu de ses analyses se rattache plutôt historiquement et épistémologiquement à la tradition des grammaires françaises et aux outils que leurs auteurs ont élaborés pour rendre compte de certaines oppositions aspectuelles. Toutefois, nous avons montré que ces outils mêmes sont réinterprétés dans un cadre chronologique, de sorte qu’il ne reste plus grand-chose des noyaux de théorisation de l’aspect développés au cours de la période antérieure. Tout se passe au fond comme si le projet de géométrisation du temps introduit par Port-Royal ne débouchait, chez ce grammairien conservateur, que sur une réinterprétation des analyses de la tradition auxquelles est imprimé un nouveau style : quelques glissements lexicaux réorientent les définitions canoniques vers une conception chronologique et ponctuelle des événements temporels.

4. Le xviiie siècle

159Nous distinguons deux traditions dans le corpus des textes grammaticaux du xviiie siècle : celle des grammaires générales, qui revendiquent le projet inauguré par les Messieurs de Port-Royal, et tentent d’élaborer un modèle d’analyse du temps (nous les examinerons dans la partie suivante) ; et celle des grammaires françaises dans lesquelles il n’est pas exclu de trouver les traits d’une grammaire générale. Le prestige et l’influence de Port-Royal sont tels en effet que peu de textes échappent tout à fait à l’attraction de certains thèmes, de certaines notions, ou parfois simplement de certains termes. Nous allons successivement nous attacher aux textes de Buffier, Vallange, Restaut, Sauvage de Villaire, et Dangeau.

4. 1 Buffier (1709)

160La grammaire du père Claude Buffier est composée de deux parties distinctes qui forment deux volumes, les Principes de la grammaire et la Pratique de la grammaire, dans lesquels la question du temps verbal est abordée sous deux angles différents.

161Le projet théorique annoncé dans la préface est de mettre en évidence le système – au sens que l’on peut donner à ce mot au xviiie siècle – qui organise la langue, de montrer que les différentes parties de la grammaire forment un ensemble cohérent, de révéler « leur rapport mutuel, leur arangement, leur dépendance ; ce qu’elles ont d’essentiel selon l’ordre naturel » (Buffier 1709, p. 5). En cela, Buffier déclare suivre la voie tracée un peu plus tôt par les auteurs de la Grammaire générale et raisonnée. Mais son projet est aussi caractérisé par le souci de tenir compte des particularités de chaque langue, et de celles introduites par l’usage. Comme l’indique le plan « nouveau » suivi par l’auteur, la réflexion sur les principes de la grammaire doit s’articuler à une observation des langues, ou encore à ce qu’il appelle la pratique des langues.

162On trouve donc chez Buffier affirmé avec une certaine force, le souci de fonder la réflexion grammaticale sur l’observation empirique. Ce point est considéré comme un manque dans les théories précédentes, en particulier dans celle de Port-Royal :

Je sai néanmoins que les principes de Grammaire réduits à des notions plus exactes qu’à l’ordinaire, ont été déjà ingénieusement exposez dans un livre connu, intitulé Grammaire raisonnée ; mais ils n’ont point été appliquez à la pratique comme j’y applique ceux que je tacherai d’établir. (Buffier 1709, p. 6)

163À l’égard de la question de l’usage et des faits, Buffier formule de façon très claire les principes d’une épistémologie résolument empirique.

Un vrai & juste plan de Grammaire est donc uniquement celui, qui suposant une langue introduite par l’usage, sans prétendre y vouloir rien changer ni altérer, fournit seulement des réflexions apelées regles, ausquelles se puissent réduire les manières de parler usitées dans cette langue, & c’est cet amas de réflexions qu’on appelle Grammaire. (p. 11)

164Les règles ne sont pas normatives. Elles ne peuvent et ne doivent « rien changer ou altérer » dans la langue. Le grammairien doit se borner à « réduire les manières de parler usitées dans [la] langue » à des règles, c’est-à-dire à des réflexions justes.

165Le système verbal du français relève, comme chez Regnier, d’une double organisation qui donne lieu à deux classements : 1) les temps principaux et leurs divisions, 2) les temps simples vs les temps composés. À la différence de ce que nous avons vu chez ce dernier, ces deux principes sont ici non pas complémentaires, mais plutôt concurrents.

4. 1. 1 Les temps fondamentaux et leurs divisions

166Le classement obtenu est ici nécessairement le même que celui que nous avons décrit chez Regnier, et chez d’autres grammairiens antérieurs. Seule la terminologie peut présenter quelques variations :

Passé

Présent

Futur

prétérit

composé du futur

composé du présent

composé du présent

imparfait

composé de l’imparfait

167Mais ce classement est interprété ici dans le cadre épistémologique d’une grammaire générale.

  • 15 Il faut remarquer au passage le caractère peu chrétien mais très cartésien des exemples proposés pa (...)

D’autres terminaisons du verbe marquent les divers temps, dont les trois principaux sont le présent, je doute ; le passé, j’ai douté ; le futur, je douterai15.
Chaque langue désigne encore certaines différences particulieres de ces trois principaux temps ; en sorte qu’il y a des circonstances de temps distinguez par les verbes d’une langue, qui ne le sont point par les verbes d’une autre langue : ainsi la différence de nos trois temps passez, j’aimai, j’ai aimé, j’eus aimé, n’est point marquée dans le Latin, qui les rend également par amavi. Le Grec en distingue que nous ne distinguons point en François. (Buffier 1709, p. 70)

168Il faut distinguer deux rangs de catégories. Les premières : présent, passé, futur, ressortissent au plan de la généralité. Il y a peu à dire, toutefois, de ces temps principaux. Ce qui pose problème, en revanche, ce sont les différences que l’on observe dans les langues. La remarque sur l’équivalence du latin amavi et des trois parfaits français a une origine déjà ancienne. Elle est formulée dans les mêmes termes par Regnier, et dès les plus anciens textes, nous avons vu que l’on pose l’équivalence du parfait latin et des prétérits défini et indéfini comme un objet problématique. Mais l’exemple apparaît ici dans un contexte plus large : celui de la diversité des langues conçue comme une diversité des systèmes. Tandis qu’à l’origine de la tradition, cet exemple n’est d’abord que ce qui justifie une modification du classement des temps verbaux emprunté à Priscien.

169Les particularités du français qui apparaissent dans les catégories classées dans le tableau ci-dessus sont à considérer au même rang que celles des autres langues, et sont traitées dans la partie consacrée à la pratique de la grammaire. Deux points méritent une attention particulière : le traitement des opérations de repérage empruntées à Port-Royal et celui de la composition des formes verbales.

4. 1. 2 Le modèle géométrique

170Si l’on considère qu’un des apports de Port-Royal, est de proposer une analyse uniiée de la diversité des temps à l’aide de ce modèle, il est intéressant d’observer comment les successeurs s’en saisissent, dans quelle mesure et comment le projet inauguré par Port-Royal devient celui d’une communauté. Buffier se réfère à ce modèle pour l’analyse du plus-que-parfait (composé de l’imparfait), du passé antérieur et de l’imparfait. Il donne de ce dernier la définition suivante :

L’imparfait est appelé ainsi parce qu’il tient imparfaitement du présent & du passé ; il sert à marquer que la chose étoit présente dans un temps passé déterminé : j’écrivois quand il arriva ; […] mon action d’écrire étoit alors présente. (p. 222)

171Cette définition est manifestement directement empruntée à la GGR. Toutefois, la première partie relève d’une tradition différente. L’imperfection de l’imparfait est en effet un thème de réflexion que l’on voit apparaître chez des auteurs comme Veiras d’Allais, Sauvage de Villaire, ou Vallange (voir supra p. 45). L’interprétation de cette notion par Buffier est cependant strictement chronologique. L’imparfait tient imparfaitement du présent et du passé parce que le repérage de l’événement qu’il représente, ainsi que l’écrivent les auteurs de la Grammaire générale, est fondé à la fois sur une relation de simultanéité et sur une relation d’antériorité.

172L’analyse du plus-que-parfait peut être rapportée au même modèle. Elle est fondée sur la combinaison de deux relations d’antériorité : le plus-que-parfait « marque que dans un certain temps passé déterminé la chose dont on parle étoit déja passée » (p. 224).

  • 16 Il ne peut s’agir ici que d’un lapsus calami. Nous proposons la leçon « quelque chose d’antérieur   (...)

173Buffier, cependant, marque en plusieurs points que les temps du français, dans leur diversité précisément, se laissent difficilement réduire tous à des schémas de ce genre. C’est le cas, justement, pour certaines valeurs du plus-que-parfait et du passé antérieur. Leur définition, si on la fonde sur le système de repérage proposé par Port-Royal, ne permet pas de les distinguer. Le premier en effet « marque que dans une certain temps passé déterminé, la chose dont on parle était déjà passée » tandis que le second « n’a gueres que le sens du prétérit simple : mais il y insinue quelque chose de posterieur [sic]16, quand j’eus ffini ce que je prétendois : c’est comme si l’on disoit après avoir ffini ce que je prétendois » (p. 225).

174Plus encore, le système de repérage à trois critères rend difficilement compte de la distinction entre le passé antérieur (composé du prétérit) et son correspondant dans les temps simples, le passé simple (prétérit) : le passé antérieur « n’a guère que le sens du prétérit  ». Il ne semble pas même bien assuré que l’expression d’un rapport d’antériorité complexe fasse véritablement partie des valeurs de ce temps. Buffier considère (comme il apparaît dans le passage cité plus haut) qu’il ne fait qu’insinuer l’idée d’antériorité. Il s’agirait donc plutôt d’une sorte de connotation attachée à cette forme que de sa valeur principale et constante.

175À cette première classification en temps principaux et temps particuliers que nous voyons fonctionner dans certaines zones du système, en répond une autre, fondée d’abord sur un critère morphologique.

4. 1. 3 Temps simples et temps composés

176Les temps de l’indicatif peuvent être classés en deux groupes symétriques :

Temps simples

Temps composés

présent

j’ai

comp. présent

j’ai eu

imparfait

j’avais

comp. imparfait

j’avais eu

prétérit

j’eus

comp. prétérit

j’eus eu

futur

j’aurai

comp. Futur

j’aurai eu

incertain

j’aurais

comp. incertain

j’aurais eu

177À chaque temps simple correspond un temps composé. Les relations que révèle le classement morphologique ne sont pas, cependant, absolument dépourvues de sens. Tous les temps composés ont dans leur signification, selon Buffier, « quelque rapport à chacun des cinq temps dont ils sont composez » (p. 223). Buffier ne développe pas davantage ce point et il faut chercher dans les définitions particulières de chacun ce qui peut le relier à son correspondant.

178Le parti pris formel dans la classification semble reposer sur une conviction relativement modérée dans la possibilité de mettre en évidence un système des temps reposant sur ce principe. Mais c’est que là, au fond, n’est pas la question. La distinction entre les temps simples et les temps composés est ici un fait particulier de la grammaire du français, une forme que prend, parmi d’autres possibles, la diversité des divisions du temps mise en œuvre par les langues. Or, les deux espaces de ce qui est commun aux langues et de ce qui est particulier délimitent en même temps deux espaces de la rationalité. Seules les propriétés, les divisions, les catégories communes aux diverses langues peuvent être véritablement envisagées comme des objets pour la théorie.

179Le cas des temps surcomposés est à cet égard révélateur. Leur existence contribue à renforcer l’effet de cohérence qui se dégage du système de construction formelle des temps en français. Un principe simple permet de générer mécaniquement un grand nombre de temps. Ces formes occupent néanmoins une place marginale dans le système des temps :

Quelquefois mais rarement, les temps sont doublement composez, prenant avec le participe passif non seulement un temps simple de l’auxiliaire, mais encore un de ses temps composez, & alors chaque temps a trois mots : comme j’ai eu fini. (p. 226, nous soulignons)

180Cette dernière forme est en réalité la seule dont Buffier poursuit l’analyse. Elle marque « un entier accomplissement de l’action » (ibid.). S’il est toujours possible de trouver une signification à ces formes verbales, il semble que leur existence témoigne surtout de la diversité des temps grammaticaux que l’on peut observer dans les langues et de ce qu’elle peut avoir de contingent ; chaque forme, en elle-même, étant peu nécessaire :

[…] comme ces sortes de temps s’expriment communément par des temps plus simples, il ne paroît pas fort nécessaire de s’embarrasser l’esprit de cette double composition des temps. (Ibid.)

181Les temps composés ont aussi une propriété commune d’ordre sémantique : « Nous avons remarqué que ce sont des temps passéz ou prétérits, & au fond ils n’indiquent que diverses circonstances de temps passé » (p. 223). Que signifie exactement cette observation ? Elle est actuellement fausse s’il faut entendre que tous les temps de cette série pourraient figurer dans le tableau des temps passés. Le futur composé est en effet donné comme une division du futur. Il s’agit donc ici d’une observation nouvelle, impliquant une notion de passé qui n’est pas exactement celle que nous avons traitée plus haut et qui admet des divisions. Il s’agit plutôt de « circonstances » du passé. Il y a sans doute, dans le glissement des termes retenus, l’indice que l’analyse délimite ici un champ de problèmes hétérogènes par rapport à celui que permet de parcourir la division du passé en diverses espèces.

182Le problème linguistique que ces choix de classement et ces usages terminologiques délimitent n’est donc pas seulement celui de la valeur temps portée par les formes verbales. Le classement des formes composées et la désignation par le terme de « passé » de leur valeur commune revient à nommer la valeur d’accompli signifiée par les formes composées en français. Il est remarquable que cette valeur ne soit pas thématisée pour elle-même dans le passage. À peine peut-on dire qu’elle est identifiée. Peut-être est-elle confondue avec la notion de passé. Mais toujours est-il qu’au sein même de cette confusion, une distinction nouvelle est donnée, qui, d’un point de vue historique, peut être regardée comme l’une des premières mentions dans la tradition française, en dépit de l’impropriété du terme qui lui est indûment appliqué, de la notion d’accompli.

183Il faut souligner en outre que ce travail de conception et d’élaboration d’une notion nouvelle se fait dans les cadres anciens. La notion de « passé » dont se sert Buffier ici n’est pas seulement ce que nous pourrions appeler avec Bachelard un obstacle épistémologique à la conceptualisation de l’aspect accompli, elle est aussi le moyen qu’emprunte l’auteur, un peu comme un pis-aller, pour délimiter une valeur pour laquelle il n’est pas alors d’autre nom disponible.

  • 17 Cette interprétation doit toutefois, nous le verrons dans le chapitre consacré à cet auteur, être n (...)

184Pour terminer, il faut accorder quelque attention au traitement des formes du conditionnel. Buffier les fait figurer dans son tableau des formes de l’indicatif. Elles ne sont pas pour autant considérées, comme ce sera le cas chez Destut de Tracy17 par exemple, comme des formes de futur dans le passé. Il s’agit bien de formes définies par une modalité. Ainsi l’incertain marque-t-il « une chose qui seroit dans un temps incertain, & qui est dépendante d’une chose incertaine » (p. 222) ou encore le composé de l’incertain marque « un passé dans un temps incertain » (p. 225). Faire entrer ces temps dans le système des temps de l’indicatif contribue donc à rendre impossible une analyse du système verbal à l’aide exclusivement des procédures de repérage proposées par Port-Royal.

185Autrement dit, le fait de décrire le système des temps comme un ensemble de formes organisées en premier lieu par un critère formel, savoir le mécanisme de la composition, revêt chez Buffier une signification théorique tout à fait importante. Cela signifie que les formes verbales d’une langue particulière ne relèvent pas d’un système universel au sens où l’entend Port-Royal, mais constituent seulement un ensemble dont la cohérence n’apparaît qu’au plan morphologique. Il semble illusoire, pour Buffier, de chercher à justifier systématiquement des distinctions formelles au plan des significations temporelles comme celle du plus-que-parfait, et du passé antérieur, ou même comme celle du passé simple et du passé antérieur.

4. 2 Dangeau (1711)

186Il faut également accorder une place ici aux Essais de grammaire de l’abbé de Dangeau, académicien, dont la précision et la justesse des analyses ont été saluées en d’autres domaines (les sons par exemple) par les contemporains. Une première version de l’ouvrage est publiée en 1694. D’autres suivront, partiellement différentes en 1711, 1717, 1722, et des éditions posthumes notamment celle procurée par d’Olivet en 1754. Toutes ces versions ne présentent pas un texte identique. Le texte consacré au temps du verbe apparaît sous le titre Considérations sur les diverses manières de conjuguer des Grecs, des Latins, des Français des Italiens, des Espagnols, des Alemans, etc. et semble postérieur à 1711 selon Manne Ekman, qui réédite les Opuscules sur la grammaire en 1927 (Dangeau 1927).

187Dans le domaine des temps, Dangeau propose un système relativement simple, dans lequel le critère principal est de nature morphologique. Les temps sont classés, comme chez Buffier, en deux séries principales, les parties simples et les parties composées (lesquelles sont de plusieurs types selon que l’on a affaire à des passifs, des formes actives, etc. mais cela ne concerne pas seulement le temps).

188Le privilège accordé à la morphologie comme premier principe de classement est d’ailleurs sensible également dans l’organisation du chapitre. Dangeau donne d’abord le tableau des conjugaisons. L’explication des tables ne vient qu’après. Sans doute s’éloigne-t-on par là un peu aussi du modèle théorique de Port-Royal. Rapporté à la distinction entre grammaire générale et grammaire particulière d’une langue, le projet de Dangeau appartient visiblement à la seconde catégorie.

189On a donc d’un côté les temps simples : le présent je chante, le prétérit je chantai, le futur je chanterai, et l’imparfait je chantais (l’imparfait, comme son nom l’indique, est un temps moins pur ou moins simple que les trois premiers qui ne renferment qu’une seule idée temporelle, d’où sa position en queue de liste) ; de l’autre les temps composés : le prétérit composé j’ai chanté, le prétérit composé 2 j’eus chanté, le prétérit futur j’aurai chanté, et le plus-que-parfait j’avais chanté.

190Mais surtout Dangeau introduit dans le tableau des temps l’ensemble des formes surcomposées, produites selon le principe déjà décrit un peu plus tôt dans notre corpus par Buffier. On retrouve une présentation identique dans la grammaire de l’abbé Valart publiée en 1744.

191On note la prudence dont il fait preuve dans l’installation de sa terminologie, qui lui fait distinguer les deux prétérits composés de façon minimale en les numérotant. Réserve à l’égard de la création terminologique – à laquelle pourtant ses contemporains s’adonnent avec passion (nous l’avons vu pour d’autres auteurs du corpus) – qui a au moins pour effet de mettre au premier plan précisément les formes elles-mêmes.

192L’attention de l’académicien se porte en outre particulièrement sur l’imparfait qui occupe une place à part dans son système et constitue, là encore, un point problématique. Il ofre en effet la particularité (soulignée par d’autres avant lui comme nous l’avons vu) de renfermer « l’idée de deux temps » (Dangeau 1754, p. 159). L’analyse reprend manifestement les éléments de la tradition : l’analyse de l’imparfait comme présent du passé. Mais ce qui nous intéresse ici c’est encore une fois l’expression chez ce grammairien particulier de cette valeur de l’imparfait, les concepts sur lesquels elle s’appuie, ou qui permettent cette expression dans un système donné et plus largement dans le contexte des théories du temps qui le précèdent et qui lui sont contemporaines.

193Que signifie donc ici cette idée que l’imparfait renferme deux temps ? L’explication vient tout de suite après : « [l’imparfait] regarde l’action comme présente dans un temps qui est passé » ou encore « si je dis je dînois quand Pierre est entré le temps dont je parle, qui est celui de l’entrée de Pierre, est passé ; mais je regarde mon action de dîner comme étant présente, comme se faisant actuellement lorsque Pierre est entré ; au lieu que chacun des trois autres temps ne porte l’idée que d’un seul temps » (ibid.).

194Le regard du locuteur thématise l’activité de représentation à laquelle il se livre dans le discours. Il faut poursuivre l’interprétation de la métaphore. Ce regard est aussi porté par la forme elle-même («  l’imparfait regarde l’action comme présente  »). Elle en est le moyen, ou le lieu. La métaphore installe donc une distance entre l’événement temporel du monde et sa représentation, dont ce regard du locuteur prend acte. En l’occurrence dans l’exemple cité, le temps du monde est celui de l’entrée de Pierre. C’est un passé. L’imparfait est donc lui aussi un passé. Mais le sujet regarde son action de dîner, l’événement constitué par cette action, comme un présent. L’imparfait est donc le lieu d’un conflit, ou un point de contact, entre le temps du monde, et le temps qui résulte de l’activité de la représentation.

195Le temps unique que les autres formes renferment est ce temps représenté, ce temps en tant qu’il est représenté, le résultat, ou l’image de l’activité de représentation du sujet, qui dans le contexte de la philosophie sensualiste est en réalité le seul temps accessible, le temps comme résultat de la sensation : « le présent regarde l’action comme se faisant dans le temps auquel je parle » ; « le prétérit regarde l’action comme ayant été faite dans un temps qui a précédé celui auquel je parle » et enfin « le futur regarde l’action comme devant être faite dans un temps qui suivra celui auquel je parle » (p. 160).

4. 3 Vallange (1721)

196Nous n’avons pas réussi à trouver de renseignements sur l’identité de cet auteur. Il s’agit manifestement d’un pédagogue, auteur notamment d’un ouvrage de grande ampleur intitulé Nouveaux systèmes ou nouveaux plans de méthodes qui marquent une route nouvelle pour parvenir en peu de tems et facilement à la connoissance des langues et des sciences, des arts et des exercices du corps. Il comprend en tout quatre tomes distribués en trois volumes. La grammaire constitue le tome 2.

197L’ouvrage, qui connaîtra tout de même deux éditions, est jugé sévèrement par Jean-Claude Chevalier qui le range parmi les « médiocres compilations, non pas “traités de grammaire”, […] mais manuels bons à introduire au latin, qui n’ont de nouveau qu’un certain goût de nouveauté, identifiable surtout au niveau du titre ; représentatifs d’une époque qui sent qu’il faut faire nouveau et raisonné, sans en posséder généralement les moyens » (Chevalier 2006 [1968], p. 615). On ne peut que souscrire à ce jugement d’un des meilleurs connaisseurs du corpus des grammaires françaises.

198Ce n’est pas du fait des innovations qu’il pourrait recéler, ou de la profondeur des analyses proposées, que ce texte présente un intérêt pour l’analyse historique, mais peut-être précisément du fait de sa modestie sur ce plan. L’ouvrage de ce pédagogue méconnu est représentatif d’une des caractéristiques du discours grammatical dans l’histoire. Il ne semble souscrire ni à la contrainte de l’invention (le texte de Vallange n’en recèle aucune), ni à celle de la cumulation : le texte de Vallange ne reprend qu’un nombre très limité des noyaux de connaissance développés avant lui. Il présente en revanche un classement et une terminologie très atypiques.

199Vallange distingue trois niveaux différents d’organisation du système des temps.

4. 3. 1 1er niveau : temps principaux et critères syntaxiques

200Vallange distingue trois temps principaux : le temps présent je parle, le temps prétérit ou passé j’ai parlé, et le temps futur je parlerai (Vallange 1721, p. 158). Ces catégories générales connaissent ensuite des divisions particulières qui correspondent aux différents temps des langues, notamment aux différents temps du passé en français. Nous avons rencontré le principe de ce classement dans la plupart des grammaires que nous avons examinées jusqu’ici.

201Par ailleurs, Vallange distingue trois groupes de temps :

202– les temps conditionnels « qui prennent naturellement après eux la condition si, come je lirois si j’avais un livre. Nous appelons tems conditionels ceux qui prennent naturellement devant eux la condition quand ; come quand j’aurai lû, quand j’ûs lû » (p. 159) :

203je lirais si…,

204j’aurais lu si…,

205j’eusse lu si…,

206quand j’aurai lu…,

207quand j’eus lu… ;

208– les temps relatifs ainsi nommés parce qu’ils sont précédés par le « relatif » que (p. 160) :

209il veut que je lise,

210il voudrait que je lusse,

211il voulait que j’aie lu ;

212– les temps absolus qui peuvent être employés dans des constructions indépendantes, et ne dépendent pour leur emploi ni des « conditions  », ni du « relatif » que (p. 161) :

213je lis,

214j’ai lu,

215je lirai.

216Les critères qui permettent de défffinir les catégories sont ici tous de nature syntaxique. Un peu plus loin (p. 171), ces mêmes catégories sont définies comme des modes, chacun contenant des temps. Le tableau des temps revêt donc la forme suivante :

Prétérit

Présent

Futur

Mode absolu

j’ai lu

je lis

je lirai

Mode conditionnel avec si

j’aurais lu si

j’eusse lu si

je lirais si

Mode conditionnel avec quand

quand j’eus lu

quand j’aurai lu

Mode relatif

que j’aie lu

que je lise

que je lusse

217Les deux classifications, types de temps et modes, se recoupent. Rien ne semble distinguer, par exemple, la catégorie des temps relatifs et celle du mode relatif, ou les temps conditionnels et le mode conditionnel. En revanche, le mode absolu correspond au contenu de la catégorie intitulée « temps absolus » aussi bien qu’à celle des « temps principaux  ».

218Bornons-nous à constater que cette classification des temps propose un groupe de trois catégories de temps fondées sur les contraintes syntaxiques qui pèsent sur l’emploi des temps appartenant à ces catégories, et qu’à côté de ce groupe dont les définitions sont homogènes, il y a celui des temps correspondant dans la Grammaire générale, dont se réclame Vallange au moins par le titre choisi, aux temps simples des langues.

219La ligne de partage qui sépare les catégories générales dans les langues, et celles qui relèvent de leur grammaire particulière semble donc impliquer les rapports de dépendance syntaxique. Les modes ou types de temps proposés ne constituent pas en eux-mêmes une nouveauté. L’idée de faire dépendre les modes de l’environnement syntaxique dans lequel apparaissent les formes verbales apparaît déjà chez Meigret.

4. 3. 2 2e niveau : temps définis vs temps indéfinis

220Les temps définis sont ceux pour lesquels « on peut marquer les personnes, la première, la seconde, & la troisième ; come je chante, tu chantes, il chante. Et lorsque nous pouvons marquer les nombres ; come je chante est le singulier : nous chantons est le pluriel » (Vallange 1721, p. 165).

221Assez curieusement cette opposition est introduite comme si elle permettait de faire apparaître deux catégories de temps homogènes et de même niveau. Pourtant, dans le paragraphe qui introduit cette distinction dans le système, il n’est donné qu’un exemple de temps indéfini avec la forme d’infinitif :

Quand je dis, je chante, tu chantes, il chante, nous chantons, etc. je marque, je désigne & je définis les persones qui chantent.
On voit si c’est la premiere ou la seconde personne, ou la troisième qui chante.
On distingue aussi si c’est le singulier ou le pluriel.
Mais dans chanter & dans ffinir, je ne désigne ni le nombre ni les persones ; c’est pourquoi j’appelle ce tems indéfini. (p. 166)

222La grammaire de Vallange constitue donc un repère intéressant dans l’évolution du corpus grammatical que nous décrivons. On retrouve peu de choses des problèmes posés par les grammaires antérieures ou contemporaines. La brièveté et la simplicité de ce texte y sont sans doute pour beaucoup. La notion même de temps, comme catégorie générale dont il s’agit de faire la théorie, ne semble pas être du tout du même ordre que celle sur laquelle se fondent les textes antérieurs. Nous avons vu, par exemple, que dès le Traité de grammaire française de Regnier, l’exclusion des formes d’inffinitif des catégories du temps est un fait acquis. Même chose en ce qui concerne le rôle des critères syntaxiques dans la délimitation des catégories temporelles. La grammaire de Vallange occupe donc dans notre corpus une position marginale : elle ne met pas en œuvre les mêmes procédures de catégorisation, et ne délimite pas le champ de la même façon.

223Il est cependant un aspect de l’analyse des temps où des liens peuvent être établis avec d’autres auteurs du corpus, c’est celui qui concerne l’analyse de l’imparfait et du plus-que-parfait. De même que chez Veiras d’Allais, ces deux temps sont décrits en référence à la notion de durée de l’action représentée pas le verbe, la procédure de repérage n’impliquant que l’instant de la parole.

224L’imparfait est défini comme un passé ; il est donc situé à gauche de To :

Quand je dis, je lisois, je marque un tems passé ; c’est pourquoi j’appelle ce tems un préterit. (Vallange 1721, p. 162)

225Mais surtout il marque une durée qui n’est pas parvenue à son accomplissement :

[…] comme je ne marque pas que ma lecture était achevée, & qu’au contraire il paroît qu’elle ne l’étoit pas, je dis que je lisois est un préterit imparfait. (Ibid.)

226Le plus-que-parfait s’oppose à l’imparfait, non pas en termes de repérage par rapport à To ou à un critère supplémentaire, mais seulement en fonction du critère de l’achèvement de l’action. Il s’agit d’un prétérit :

Nous disons que j’avois lu est préterit, parce que ce tems, est passé. (p. 163)

227Il occupe donc la même position à l’égard de To. En revanche, il représente une durée achevée.

Nous ajoutons plusque parfait [à la notion de prétérit] pour montrer que l’action étoit tres-achevée.
Plusque parfait ou tres-parfait dans cette occasion signifie la même chose. (Ibid.)

228Le système des notions est proche de celui qu’utilise Veiras d’Allais. Mais ce dernier ne décrit que l’opposition de l’imparfait et du parfait, reprenant d’ailleurs sur ce point les idées de Maupas (voir supra). Pour le plus-que-parfait, Veiras d’Allais reprend la définition chronologique de Port-Royal. Il y a donc chez Vallange quelque chose que les grammairiens n’ont pas décrit ou conçu de la même façon. Si l’imparfait est un prétérit inachevé, le temps achevé qui lui correspond n’est pas le parfait, mais bien le plus-que-parfait.

229L’ouvrage de Vallange présente donc un intérêt sur plusieurs plans. Il appartient à la même tradition que celui de Veiras d’Allais, tradition distincte de celle de la grammaire générale, et que nous avons appelée plus haut simplement grammaire française. Elle est sans doute peu innovante, peu ambitieuse théoriquement, et caractérisée par une visée essentiellement pédagogique. Il est difficile d’imaginer qu’elle ait pu exercer une influence sur les auteurs suivants. Mais la distinction entre temps relatifs et temps absolus dont Vallange semble être l’inventeur réapparaît, avec un tout autre sens, chez Girard, et la relation entre l’imparfait et son composé est traitée comme une opposition aspectuelle.

4. 4 Restaut (1730)

230C’est à la demande de Rollin, chancelier de l’Université et auteur d’un fameux Traité des études (1726-1728), que Restaut entreprend la rédaction de ses Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise ([1730] 1763). L’ouvrage devient rapidement une sorte de manuel pour l’enseignement dans les collèges et connaît de nombreuses rééditions. La visée est très explicitement pédagogique, comme en témoigne, par exemple, la forme de l’exposé par questions et réponses. Cela ne conduit cependant pas Restaut à simplifier les analyses, mais plutôt à tenir compte explicitement ou non, des acquis de la tradition, soit que la position développée se caractérise par un certain éclectisme, soit que l’auteur adopte un point de vue critique et discute les thèses de ses prédécesseurs.

4. 4. 1 Temps naturels vs temps verbaux

231On ne trouve pas chez Restaut de définition philosophique du temps. Celle qu’il propose au commencement du chapitre « temps » de ses Principes ne s’applique qu’au temps linguistique : les temps sont des inflexions du verbe « qui font connaître à quel temps il faut rapporter ce que l’on affirme de quelque chose » (Restaut 1763, p. 188). Cette définition présuppose toutefois une distinction entre le temps verbal, l’inflexion du verbe, et un temps de référence auquel se rapportent ces inflexions. Restaut propose un peu plus loin des exemples qui éclairent cette distinction. Dans un énoncé comme : César aima la gloire, l’inflexion « marque que ce que j’affirme de César se rapporte à un temps passé » (p. 189, nous soulignons). De la même façon Mon frère est heureux se rapporte au temps présent, et Les justes recevront la récompense de leurs bonnes œuvres se rapporte à un temps à venir. Les divers temps de la langue sont donc reliées à des catégories plus générales et moins nombreuses : le présent, le passé et le futur.

232À ces trois temps de référence, correspondent dans notre langue dix inflexions verbales, qui « ont été introduit [e] s […] pour exprimer les diverses manieres dont on peut envisager les choses dans le présent, dans le passé, & dans l’avenir » (ibid.). On notera que Restaut prend soin d’utiliser, au moins pour le passé et l’avenir, une terminologie différente de celle des temps verbaux.

233La question qui se pose ici est celle du statut de cette distinction entre deux niveaux de catégorisation. On a en effet clairement d’un côté le passé, le présent et l’avenir, de l’autre les inflexions du verbe qui marquent des manières de les envisager. Faut-il considérer les premières comme des catégories relevant d’une grammaire générale, ou bien des catégories du temps naturel, fondées ontologiquement, relevant du référent que les langues représentent d’une certaine manière ? Nous avons déjà vu affleurer cette problématique chez plusieurs auteurs précédents. Un coup d’œil rétrospectif sur les positions antérieures permettra de mesurer l’originalité des choix de classement de notre auteur.

  • 18 On se souvient en effet sans doute que Regnier-Desmarais fonde la description du système des temps (...)

234La distinction entre catégories du temps naturel et catégories du temps linguistique est posée de façon ambiguë par Port-Royal. Aux divisions naturelles du temps que sont le présent, le passé et le futur, s’attachent par un lien nécessaire les trois temps simples de la langue. Ceux-ci n’ont pas le même statut que celui des différentes catégories représentées dans les langues particulières. Ils sont communs à toutes les langues, et intéressent précisément en cela une grammaire générale. La distinction entre temps représenté et temps naturel est également nette chez Regnier, même si la structure du premier est donnée pour être l’image (directe en quelque sorte) du second18. Pour lui, le présent le passé et le futur ont un rôle organisateur et fonctionnent comme des références (à la manière des points cardinaux) ou, de façon moins métaphorique, comme des catégories plus générales auxquelles les autres temps appartiennent. Chaque temps verbal comporte ensuite des subdivisions manifestant par exemple des degrés dans l’éloignement plus ou moins grand du passé ou du futur. Nous avons montré que Regnier ne suit pas jusqu’au bout ce principe géométrique.

235Néanmoins, dans Port-Royal, et dans une certaine mesure encore chez Regnier même si la position de ce dernier est plus complexe et plus ambiguë, l’universalité de certaines des catégories du temps représenté est en quelque sorte garantie par un lien de correspondance immédiat avec les catégories du temps naturel. Une partie au moins des catégories du temps linguistique se présentent donc comme des données immédiates et non comme des construits.

236Chez Restaut, en revanche, les différents temps que l’on peut observer dans les langues spécifient les trois temps fondamentaux que sont le présent, le passé et le futur d’une façon plus complexe. Ils sont dans un rapport d’inclusion par rapport à l’une ou l’autre. Ils sont des espèces distribuées dans les trois genres que sont les catégories du temps naturel. Les dix temps de la langue fournissent diverses images des trois temps de la nature. Les temps verbaux « ont été introduits pour exprimer les diverses manières dont on peut envisager les choses dans le présent, dans le passé & dans l’avenir » (Restaut 1763, p. 189, nous soulignons). À la différence, donc, du système tel qu’il est conçu par Port-Royal, les catégories sur lesquelles sont fondés les temps verbaux sont ici, pleinement, des catégories fondées sur l’activité de représentation du sujet. Dans la GGR, et encore dans une certaine mesure chez Regnier, le lien établi entre les catégories du temps grammatical et celles du temps naturel donne aux premières un certain degré de nécessité. Ici, très clairement, les catégories du temps verbal relèvent de la convention et de l’activité proprement humaine de l’expression et de la représentation. On est donc passé d’une conception du système des temps, selon laquelle les structures grammaticales sont commandées par la structure du réel, à une conception selon laquelle c’est le sujet qui impose ses choix de représentation, et opère des découpages catégoriels. Il est remarquable toutefois que ce changement si considérable dans les conceptions du temps, soit sensible dans un texte qui ne thématise en rien cette « rupture  ». L’ouvrage de Restaut est un texte dont l’ambition théorique est modeste, dont la visée est explicitement pédagogique, et dans lequel l’explicitation de ces positions est à peu près absente.

237Les plans du temps naturel et du temps linguistique sont distingués nettement par la terminologie comme le montre le tableau suivant. Les catégories de la deuxième colonne représentent dans le système linguistique celles de la première :

Temps naturels

Temps verbaux

Présent

Présent

Passé

prétérit indéfini (j’ai chanté)

avenir

futur

238Chacun des autres temps du système est dit ensuite « se rapporter » à l’un des trois temps verbaux fondamentaux. Le système dans son ensemble peut donc être représenté à son tour par le tableau suivant :

Niveau 1

présent

prétérit indéfini

Futur

conditionnel

imparfait

futur passé

Niveau 2

présent

prétérit

prétérit antérieur

plus-que-parfait

conditionnel passé

239Les niveaux 1 et 2 correspondent respectivement au niveau de représentation des temps naturels, et à celui des « manières » diverses de représenter le temps naturel.

4. 4. 2 Les critères de définition des temps

240L’exploration des « diverses manières » de représenter le temps naturel est réalisée à l’aide de critères de deux types. Certains relèvent du modèle chronologique que nous avons décrit plus haut ; et d’autres échappent à toute problématique de repérage. Restaut introduit en effet un certain nombre d’éléments dans la définition des temps verbaux qui ne relèvent plus seulement du repérage du temps représenté par rapport à l’instant de la parole, ou à d’autres repères sur la ligne du temps.

4. 4. 2. 1 Les critères chronologiques

241Si l’on appelle critère chronologique un critère impliqué dans une opération de repérage, les temps dont la définition impliquent de tels critères chez Restaut sont :

2421) le présent : défini par la relation de simultanéité avec l’instant de la parole : il marque « qu’une chose est ou se fait au temps où l’on parle » (Restaut 1763, p. 190) ;

2432) le futur : qui marque « qu’une chose arrivera dans un temps qui n’est pas encore » (p. 196).

244Et quatre temps fondés sur la combinaison d’une relation de simultanéité et d’une relation d’antériorité :

  • 19 On observera la proximité de cet exemple avec le coenaveram cum intravit qui illustre le plusque-pa (...)

2453) l’imparfait qui « marque le passé avec rapport au présent, & fait connoître qu’une chose étoit présente dans un temps passé » (j’étais à table lorsque vous arrivâtes)19 (p. 192). La définition est une paraphrase très idèle de celle qu’on lit dans Port-Royal. Elle suppose un repérage à trois points : l’instant de la parole, l’événement, et un point de référence Ti (le « temps passé » de la définition de Restaut).

246Le plus-que-parfait et le passé antérieur (prétérit antérieur) fondés tous les deux sur la combinaison de deux relations d’antériorité :

2474) le prétérit antérieur qui marque une « chose passée avant une autre dans un temps dont il ne reste plus rien » (p. 193) ;

2485) le plus-que-parfait qui marque « doublement » le passé, c’est-à-dire « non seulement comme passée en soi mais aussi comme passée à l’égard d’une autre chose qui est aussi passée » (p. 194). Nous reviendrons sur ces deux temps dont l’analyse pose des problèmes comparables à ceux que nous avons rencontrés chez Buffier ;

2496) et enfin le futur passé, qui « marque l’avenir avec rapport au passé » (p. 196). Là encore, la définition est une paraphrase de celle de Port-Royal.

250Restaut met en œuvre largement, on le voit, le modèle élaboré par Port-Royal. Cette influence théorique se marque chez lui davantage, semble-t-il, que chez les auteurs précédents. Un indice supplémentaire en est fourni par l’usage de la terminologie même des Messieurs dans l’explication des procédures de repérage. La référence au modèle est par là plus explicite, plus clairement identifiable aussi.

251La reprise par un auteur d’une terminologie plus ancienne n’est pas en elle-même un phénomène nouveau, bien au contraire. La stabilité de la terminologie, parfois sur le très long terme, est en effet remarquable dans le traitement de nombreux champs de problèmes. Que l’on pense, par exemple, au nom des parties du discours, ou simplement, comme nous l’avons montré plus haut, aux noms des temps depuis Priscien. Mais le fait de discours que nous notons ici est l’indice de ce que le texte de Port-Royal fonctionne, pour quelqu’un comme Restaut, comme un texte fondateur, origine d’une tradition (ou d’une école) dans le domaine de l’analyse du temps linguistique.

252Un des problèmes que pose la généralisation du repérage à trois points est le traitement de la différence sémantique entre le passé antérieur et le plus-que-parfait. Dans les deux cas, la position qu’occupe l’événement représenté en termes de repérage est identique :

  • 20 Voir en particulier Sauvage de Villaire p. 83.

253Cependant, chez de nombreux auteurs de cette période on observera que si le contenu conceptuel est le même, la forme littérale de la définition dans les deux cas diffère notablement. La relation d’antériorité complexe est exprimée dans le cas du plus-que-parfait par la notion de double passé. C’est le cas dans la GGR où le plus-que-parfait « marque doublement le passé » (Arnauld et Lancelot 1676, p. 110). Des formules équivalentes sont d’ailleurs reprises de façon plus ou moins littérale par d’autres auteurs du corpus20. Dans le cas du passé antérieur, la définition de Restaut décrit plus explicitement la combinaison des relations entre événements : ce temps marque une « chose passée avant une autre… » (Restaut 1763, p. 194).

254Le problème de description que les auteurs rencontrent peut donc être formulé de la façon suivante. La théorie dispose d’un modèle pour représenter les valeurs verbales, le modèle du repérage à trois points ; or ce modèle donne pour deux temps du système français, différents morphologiquement, la même définition, formalisable par la même position dans le système de repérage. La mise en évidence de ce phénomène est donc de nature à contester la validité du modèle. Or, on constate, pendant une période assez longue, que la différence entre la définition du passé antérieur et celle du plus-que-parfait se présente de façon précisément à ne pas manifester leur concurrence, et donc à ne pas mettre la description de ces temps en contradiction avec les présupposés sur lesquels le modèle est fondé. Les deux temps sont bien décrits comme deux temps différents, pourvus d’une définition différente, et donc produisant un sens différent. Tout se passe donc comme si, en fait, le modèle proposé par Port-Royal ne s’appliquait pas ici, puisque son application devrait conduire à mettre en évidence la similitude des deux temps. Ce que les faits de discours démentent.

255Les choses, en réalité, sont un peu plus compliquées. Le plus-que-parfait dans la description de Port-Royal fournit en effet un exemple de temps repéré à l’aide de deux repères : Ti et To. Il entre dans la catégorie des temps composés dans le sens et marque « une chose non seulement comme passée en soi, mais aussi comme passée à l’égard d’une autre chose qui est aussi passée » (GGR 1676, p. 110). Il est le seul temps susceptible d’être analysé par un schéma du type :

256On ne trouve pas, en revanche, dans le système décrit par Arnauld et Lancelot, de description du passé antérieur. Chez Restaut, comme chez beaucoup d’autres auteurs de notre corpus, le passé antérieur est défini à l’aide d’un schéma semblable, tandis que la définition du plus-que-parfait peut se présenter, dans le respect scrupuleux des formulations héritées d’une tradition représentée par des auteurs comme Sauvage de Villaire ou Vallange, comme un double passé. La différence entre les deux temps est donc en quelque sorte maintenue au niveau littéral de la définition et de la terminologie, l’identité des procédures de repérage n’étant qu’implicite.

257Or, le problème est, justement, dès qu’il s’agit de donner une description du système des temps, d’introduire des critères discriminants dans les définitions, qui rendent compte de la différence des formes observées. Tout se passe donc comme si cette différence nécessaire ne pouvait se manifester que comme un fait de discours, à défaut de mettre en jeu un contenu cognitif différent : d’un côté la reprise idèle d’une formule, le plus-que-parfait comme temps doublement passé, de l’autre le passé antérieur défini par la mise en œuvre explicite de la procédure de double repérage.

258La concurrence de ces deux temps constitue donc un problème majeur de description pour la théorie issue de Port-Royal. Il n’est pas certain que ces définitions, où nous avons observé une certaine stabilité, fonctionnent de façon équivalente chez chacun des auteurs que nous avons cités. Dans la GGR par exemple, il est clair que le plus-que-parfait est le seul temps qui correspond au schéma page précédente. En revanche, dans les textes qui donnent aussi une définition du passé antérieur, où cette relation est formulée de façon plus explicite, la notion de double passé traditionnellement attachée au plus-que-parfait prend un sens plus ambigu. Elle peut être interprétée comme une simple quantification du passé. Le plus-que-parfait serait en quelque sorte un passé non pas plus éloigné qu’un autre, mais simplement très éloigné. C’est une conception du plus-que-parfait dont certaines formulations chez Regnier-Desmarais conservent la trace. Ce dernier définit le plus-que-parfait comme « un temps encore plus éloigné que Celuy qui est marqué par le Préterit parfait » (Regnier-Desmarais 1706, p. 356). Le « encore » ici ajoute à la comparaison l’idée d’un grand éloignement de l’événement représenté.

  • 21 Il apparaît toutefois que le problème que constitue la description du passé antérieur et du plusque (...)

259L’emprunt de la définition du plus-que-parfait par Restaut constitue donc un cas intéressant de traitement du savoir disponible. L’emprunt d’une définition et d’un modèle, ou la paraphrase, ne sont qu’en apparence une marque de conservatisme théorique. Ils s’accompagnent ici d’une réorientation du sens de la définition empruntée qui permet de résoudre deux problèmes : celui de la différence des définitions proposées par Regnier et Port-Royal qui se trouvent conciliées, et celui de la différence et/ou de la concurrence entre le passé antérieur et le plus-que-parfait qui constitue l’une des difficultés auxquelles est confrontée la théorie des temps à cette époque. La paraphrase et l’emprunt sont directement liés à une invention théorique21.

4. 4. 2. 2 Les critères non chronologiques

260Mais Restaut ajoute à la définition du passé antérieur (prétérit antérieur) de nouveaux critères que ne comporte pas le modèle à trois points de Port-Royal.

261La différence entre le plus-que-parfait et le prétérit antérieur (i. e. passé antérieur) repose chez lui pour l’essentiel sur les relations qui unissent ces temps à la forme simple correspondante. On voit en effet apparaître dans les deux définitions un critère semblable : le prétérit simple (ou défini) « marque une chose passée dans un temps dont il ne reste plus rien, & dans lequel on n’est plus » (p. 192, nous soulignons). Et le prétérit antérieur représente « une chose passée avant une autre dans un temps dont il ne reste plus rien » (p. 193, nous soulignons). Le repérage dans les deux cas implique de surcroît un intervalle de référence.

Le prétérit simple

Le prétérit simple

Le prétérit antérieur

Le prétérit antérieur

262Le critère constitué par cet intervalle de référence permet également de distinguer les prétérits simple ou défini et indéfini. Ce dernier marque en effet un passé dans un temps « dont il reste encore partie à écouler » (p. 193) que l’on peut figurer par un intervalle qui comprend, comme chez Maupas, à la fois l’événement et l’instant de la parole.

Prétérit indéfini

Prétérit indéfini

263À la double relation d’antériorité qui caractérise le plus-que-parfait et le prétérit antérieur s’ajoute, dans le cas du second, « un temps dont il ne reste plus rien  », un intervalle de référence entièrement situé à gauche de To.

264Dans cette analyse, le schéma qui définit le passé antérieur (prétérit antérieur) postule l’existence d’un temps qui se distinguerait de celui-ci seulement par la position de l’intervalle de référence. De même, que l’on a un prétérit indéfini qui s’oppose à un prétérit défini selon que l’intervalle de référence contient ou non l’instant de la parole, il est possible d’opposer au prétérit antérieur un temps qui représenterait la même relation d’antériorité par rapport à un événement complémentaire Ti, mais qui exprimerait ce rapport d’antériorité « dans un tems dont il reste encore quelque partie [à écouler] » (Restaut 1763, p. 194). C’est ce qu’exprime une forme comme j’ai eu reçu, dans quand j’ai eu reçu mon argent je m’en allai. Le système de Restaut fait donc place à un critère qui s’est élaboré dans des théories qui le précèdent, mais qui prend chez lui une importance nouvelle. L’intervalle de référence qui permet de distinguer les prétérits défini et indéfini permet également de distinguer le plus-que-parfait et le prétérit antérieur dont la différence posait jusque-là un problème de description.

265En outre, la généralisation de l’intervalle de référence [Ti, Tii] comme critère conduit à mettre en évidence un microsystème des temps du passé où s’opposent symétriquement j’ai reçu et je reçus d’une part, j’ai eu reçu et j’eus reçu de l’autre (comme le faisait sur des bases non explicitées les parfaits oristes et les parfaits aoristes chez Ramus).

266Cette innovation est intéressante pour deux raisons. D’une part, la généralisation de ce nouveau critère constitue une étape dans le processus qui conduit à une théorisation des valeurs non chronologiques des temps du passé en français. Elle permet ici de distinguer deux groupes de temps selon que l’intervalle contient ou non l’instant de la parole. Nous verrons que cette distinction est théorisée par Girard (1747) pour délimiter deux catégories fondamentales du passé. D’autre part, le traitement de la forme j’ai eu reçu pose le problème de l’appartenance des formes surcomposées au système verbal. Restaut n’est pas le premier à tenter sa description. Buffier définissait déjà j’ai eu fini comme évoquant « un entier accomplissement de l’action » (Buffier 1709, p. 226). Mais il ne la signalait que pour lui retirer toute valeur particulière (voir supra). Avec le critère de l’intervalle de référence, Restaut dispose du même coup d’un critère qui permet de légitimer une des formes de la série des surcomposés.

267L’ensemble constitué par la distinction des prétérits défini et indéfini, du plus-que-parfait et du prétérit antérieur, et la question des temps surcomposés, constitue un ensemble de problèmes interdépendants, que Restaut résout globalement en généralisant le critère constitué par l’intervalle de référence.

4. 5 Sauvage de Villaire (1749)

268On trouve dans la préface de l’ouvrage quelques remarques qui situent l’Abrégé de la grammaire françoise… pour ceux qui n’ont point étudié que ce grammairien peu connu publie en 1749 par rapport aux textes qui le précédent. C’est un premier point en soi remarquable. Elles indiquent à grands traits les choix fondamentaux de l’auteur et surtout son appartenance à une lignée de grammairiens que l’on peut identifier à une école.

  • 22 Les grammaires de cete époque ne comportent qu’exceptionnellement des traces du débat scientiique. (...)

269La notion d’école présuppose sur le plan historique un moment de fondation, qui peut coïncider avec l’œuvre d’un seul. Ce n’est pas le cas ici. L’énoncé d’une série d’auteurs invoqués comme des modèles est un topos du discours préfaciel. Mais les repères que se donnent, ou qu’exhibent les auteurs de cette période ne sont pourtant pas tous identiques ou équivalents. Ils peuvent constituer les repères d’une histoire quand leur énumération suit la chronologie, ou esquisser une sorte de classement ou de hiérarchie. C’est en termes de représentations que la question de la communauté se pose ici, et non en termes de fonctionnement, de circulation du savoir, d’évaluation ou de réception. La grammaire de Sauvage de Villaire se donne à lire sous l’égide de celles du père Chilet, du père Buffier, de Regnier-Desmarais et surtout de Restaut. On trouve également la mention de Girard, mais c’est pour lui reprocher une « trop vaste érudition  ». Remarquons cependant que cette dernière grammaire est publiée en 1747. Elle précède donc seulement de deux ans celle de Sauvage de Villaire. Il semble donc que, rapidement, le texte de Girard ait acquis une notoriété assez grande ; il est un texte par rapport auquel on se situe22. La liste est également remarquable par les noms qu’elle réunit et par ceux qu’elle omet. L’omission la plus remarquable est évidemment celle de Port-Royal. Le texte de Sauvage de Villaire n’est pas donné comme une grammaire générale. La référence d’une part à un texte antérieur à la GGR (Chilet), à Buffier et Regnier d’autre part, situe ce texte dans le contexte d’une école grammaticale qui se voue à la description du français.

4. 5. 1 La notion de temps

270Le point de départ de l’exposé sur le temps des verbes est une brève description de la nature temporelle des événements représentés par cette partie du discours.

Toutes les actions sont assujeties au temps ; ou parce qu’elles se font actuellement, ou parce qu’elles sont faites ou passées, ou parce qu’elles seront et qu’elles sont à faire. (Sauvage de Villaire 1749, p. 101)

271La formulation est tautologique, comme c’est souvent le cas dans les textes de cette époque : l’existence de trois catégories dans le temps, le présent, le passé et le futur, est un donné, toujours déjà là. C’est d’abord manifestement un fait de discours. Les catégories qui composent le temps sont moins définies, ou nommées, qu’elles ne sont illustrées par des exemples de formes verbales tensées. Nous avons rencontré le même dispositif discursif dans la GGR.

  • 23 On pourrait ajouter également dans ce sens que certaines des propriétés syntaxiques du verbe faire (...)

272Le redoublement de la formule fait sens d’une façon cohérente. Cette sorte de définition répond à la nécessité de situer les objets temporels sur l’axe du temps, dans l’une des trois catégories, présent, passé, futur. Ce qui ne peut s’énoncer que sur le mode de l’évidence et ne saurait être dit qu’avec les moyens linguistiques qu’il s’agit justement de définir. Il n’y a ici spécialisation relative d’un langage pour désigner les faits de langue que dans le choix du verbe à l’aide duquel les périphrases définitionnelles sont construites. Le verbe « faire » en effet peut être considéré comme particulièrement apte à représenter l’ensemble de la catégorie du verbe de par son sémantisme propre23. Dans le paradigme des exemples qui apparaissent dans l’ensemble des grammaires, ce verbe est en quelque sorte spécialisé dans cet usage. En le choisissant, Sauvage de Villaire a ainsi recours au métalangage minimal élaboré par la tradition.

273Revenons au double contenu de ces définitions. Les deux items actions « passées » et qui « seront » pourraient être interprétés, dans les limites que nous avons indiquées, en termes de repérage par rapport à To. Ils relèvent à proprement parler de la valeur temporelle des formes verbales. Les deux autres éléments, « sont faites » et « sont à faire  », font référence d’une certaine façon à la durée de l’action. L’action représentée comme « faite » est l’action dont le temps propre est écoulé. De même l’action désignée comme « à faire » est celle dont on projette le déroulement. Si l’on admet que la prise en compte de la durée implique celle de valeurs aspectuelles, ces valeurs ne sont pas du même ordre dans les deux cas. La durée, ici, est seulement représentée par les moyens linguistiques de la langue qui fait l’objet de la description : en l’occurrence l’aspect accompli, ou au moins l’état résultant marqué par la construction auxiliée dans « sont faites » et le sens non conclusif du verbe « faire » dans « sont à faire  ». Ces notions ne sont pas conceptualisées explicitement. La durée n’est pas représentée, ni à plus forte raison exprimée ou analysée, au moyen d’un métalangage, et notre argumentation repose sur l’interprétation du sémantisme de ces exemples. Nous sommes fondés à le faire dans la mesure précisément où il s’agit davantage d’exemples que de définitions.

274La définition des trois catégories fondamentales (passé, présent et futur) est incontestablement en retrait par rapport à la grammaire contemporaine de Girard. Toutefois, l’absence de métalangage et de conceptualisation explicite de la valeur temporelle (chronologique) ou aspectuelle des formes n’est pas pour autant un obstacle à la représentation de ces valeurs par d’autres moyens.

4. 5. 2 Le système des temps

275La catégorisation à deux niveaux qui caractérise les systèmes temporels des grammaires générales que nous avons décrites jusqu’ici n’est pas reprise par Sauvage de Villaire. Son but n’est pas, manifestement, de proposer une théorie générale des temps, mais seulement de décrire le système des temps du français. Ce système contient, selon lui, dix temps que l’on peut regrouper de la façon suivante :

  • un présent ;

  • cinq passés : l’imparfait, trois parfaits, le plus-que-parfait ;

  • quatre futurs : le futur simple, le futur passé, le futur incertain et conditionnel présent, le futur incertain et conditionnel passé.

276les temps du passé. L’imparfait occupe une place particulière dans cette présentation. Dans la catégorie des passés, l’auteur note en effet que les trois parfaits et le plus-que-parfait « sont tout le contraire de l’imparfait, puisqu’ils annoncent tous et font entendre une action parfaitement achevée et consommée » (Sauvage de Villaire 1749, p. 103). On retrouve l’opposition qui ordonnait chez Veiras d’Allais le paradigme imparfait, parfait, plus-que-parfait. Mais chez ce dernier, il n’y avait qu’un seul parfait. Le critère qui ordonne la catégorie du passé et permet de distinguer les divers temps du passé est lié à la catégorie du « parfait  », susceptible de degrés ou de variations sur une échelle qui va de « l’imparfait » au « plus-que-parfait  ». L’élaboration de ce critère se fait à l’occasion de la définition de l’imparfait, et de la discussion des définitions proposées dans les grammaires antérieures.

  • 24 Il peut s’agir de Port-Royal, Regnier-Desmarais, Veiras d’Allais ou Vallange (les deux derniers pou (...)
  • 25 On notera encore une fois la proximité sémantique de cet exemple et de l’exemple de Port-Royal coen (...)

277l’analyse de l’imparfait. Sauvage de Villaire rapporte en effet une définition « empruntée à de grands maîtres »24 selon laquelle l’imparfait est « ainsi appelé par le rapport et la liaison qu’il a avec le présent et le passé, en sorte qu’il tient imparfaitement des deux, en ce qu’il marque une action commencée et présente dans un temps passé : comme j’écrivais lorsque vous arrivâtes25 ; c’est-à-dire lors de votre arrivée qui est de votre part une action passée ; j’écrivais, c’est-à-dire, de ma part, mon action d’écrire était présente » (p. 105).

278Les termes de « passé » et de « présent » ne renvoient pas ici à des catégories grammaticales. Sauvage de Villaire a en effet pour désigner ces dernières une terminologie spécialisée ; il parle de prétérits, de parfaits, etc. La définition n’est cohérente que si l’on considère que la notion de présent ici correspond à celle de simultanéité – avec un repère quel qu’il soit, situé aussi dans le passé – et le passé à la relation d’antériorité. On notera en outre le sens pour le moins problématique des formules qui décrivent l’opération de repérage elle-même. Qu’est-ce qu’une action passée « de votre part  », ou une action présente « de ma part  ». Cette idée d’un point de vue s’articule de façon curieuse avec le repérage.

279La définition comporte au fond trois éléments distincts. Le repérage à trois points emprunté à Port-Royal. C’est le sens que l’on peut attribuer en partie à la formule : « il marque une action commencée et présente dans un temps passé  ». Mais le simple repérage n’est pas suffisant, puisque la définition fait aussi intervenir un critère de durée : l’action est « commencée » dans un temps passé.

280Par ailleurs l’imparfait tiendrait à la fois du présent et du passé. C’est là une ancienne idée dont on trouve des échos chez plusieurs auteurs antérieurs, notamment Regnier et Veiras d’Allais. Cette double appartenance, ce caractère hybride, est l’imperfection qui justiierait la terminologie.

281Cette remarque peut signifier deux choses. Soit l’imparfait est compris comme un temps qui se trouve à cheval sur le présent et le passé et qui transgresse en quelque sorte le découpage des époques. Une telle analyse implique la notion de durée. C’est visiblement celle qui s’esquisse lorsque Sauvage de Villaire parle « [d’] une action commencée […] dans un temps passé  ».

282Le lien établi entre les catégories du présent et du passé peut être aussi celui qui apparaît si l’on repère l’imparfait à la fois par une relation de simultanéité par rapport à Ti et d’antériorité par rapport à To. C’est l’analyse de Planude, de Maupas et de Port-Royal, et c’est dans ce sens que la terminologie est interprétée par Buffier.

283Mais la définition rapportée par Sauvage de Villaire ne réfère clairement ni à l’une ni à l’autre de ces deux interprétations. Elle est discutée dans la suite du développement à partir d’un exemple. Dans je vous aimais lorsque vous étiez sages on a « deux imparfaits dans chaque demie phrase, qui ne tiennent ce me semble nullement au présent » (p. 105). Sauvage de Villaire joue ici visiblement sur l’ambiguïté de la notion de présent dans la définition qu’il rapporte lui-même. C’est du présent en tant qu’époque dont il s’agit ici, et non du lien de simultanéité impliqué par la définition de Port-Royal. L’analyse fondée sur la valeur chronologique proposée par les Messieurs est soit mal comprise, soit transposée, avec quelque mauvaise foi polémique, de façon imparfaite.

284Il est donc difficile d’identifier la source de cet emprunt. Elle n’est sans doute pas unique, et se présente plutôt comme une sorte de montage polémique de plusieurs éléments d’origines différentes, servant de repoussoir à une autre formule dans laquelle Sauvage de Villaire affirme la valeur durative de l’imparfait comme sa valeur fondamentale.

285La lecture des textes antérieurs à l’ouvrage de Sauvage de Villaire a permis de montrer que l’imparfait peut être défini schématiquement de deux façons. Entre ces deux possibilités, représentées toutes deux de façon ambiguë dans la définition, Sauvage de Villaire tranche finalement en faveur d’une interprétation « durative » de l’imparfait :

L’imparfait est entre le présent et le passé et il marque une action commencée qui se faisait, et qui n’était pas encore achevée : comme j’aimais […] Or si j’aimais, je n’avais pas encore achevé d’aimer. (p. 105)

  • 26 Voir plus haut Maupas, p. 27.

286Cette définition ne peut pas être analysée en termes de repérage. Dire, en effet, que l’imparfait est entre le présent et le passé, ce n’est pas situer l’événement représenté par l’imparfait entre deux repères, un To et un Ti situé à gauche de To par exemple. La formule s’applique à la catégorie grammaticale, non à la position de l’événement représenté. Il faut comprendre semble-t-il, que le concept d’imparfait tient du présent et du passé, qu’il a des caractères de l’un et de l’autre. Il s’agit d’un passé qui a aussi un des caractères du présent. C’est ce que les formules suivantes rendent plus clair : « il marque une action commencée qui se faisait  ». On peut tirer plusieurs choses de cette représentation de la valeur du tiroir verbal : l’événement représenté n’est pas un événement ponctuel. Il implique une certaine étendue. L’insistance sur le commencement de l’action délimite un intervalle, mais dont seule la borne de gauche est posée : l’action n’est que commencée. On reconnaît là une formule utilisée par Priscien. Mais l’absence d’achèvement n’est pas tout. Il y a autre chose que représente tautologiquement le verbe faire employé lui-même à l’imparfait. Autrement dit, la définition métalinguistique en tant que telle échoue à représenter cette valeur particulière du temps que seule la donnée elle-même vient signifier, accessible seulement à l’intuition du locuteur natif qui reconnaît ici une valeur spécifique, triée en quelque sorte par le contexte parmi les divers possibles que peut marquer la forme. Ce n’est pas trop prêter au texte que d’identifier dans cet assemblage d’une définition et d’un exemple, cette sorte de métaphrase, à mi-chemin du métalangage et de la représentation non analysée des données de la langue, la valeur sécante de l’imparfait. Ce que s’efforce de représenter Sauvage de Villaire, c’est le point de vue du sujet interne au déroulement du procès, une présence en quelque sorte (Damourete et Pichon parleront d’actualité). C’est là que se marque le lien avec la catégorie du présent. Le concept de présent sert ici à représenter, avec les moyens du bord, cette position particulière du sujet, transposée en un point de la durée passée du procès. Nous avons montré plus haut que Sauvage de Villaire n’est pas le premier à décrire l’aspect sécant de l’imparfait26. Néanmoins, on peut trouver ici un exemple assez remarquable d’intrication d’emprunts et d’invention. L’analyse apparaît comme le résultat d’une sorte de montage obtenu à partir de plusieurs formules plus anciennes, et par conséquent comme l’agrégation de plusieurs noyaux de connaissance :

  • l’inachèvement de l’imparfait ;

  • l’imparfait comme procès commencé ;

  • l’imperfection de l’imparfait, fondée sur sa relation au présent.

287Mais, comme nous l’avons vu, la relation au présent, n’est plus décrite comme chez Port Royal en termes de repérage, mais réinterprétée comme un point de vue du sujet sur le procès.

288Dans le système temporel du français, l’ensemble constitué par les divers temps du passé serait ordonné par ce critère. On a d’un côté un temps qui marque une durée inachevée, et de l’autre les trois parfaits et le plus-que-parfait qui ont en commun d’exprimer une « action parfaitement achevée » (Sauvage de Villaire 1749, p. 105).

289LES PRÉTÉRITS DÉFINIS ET INDÉFINIS. Comme tous les grammairiens de cette époque, Sauvage de Villaire consacre quelques développements à la présentation de la règle d’emploi du passé composé et du passé simple. Nous ne nous attarderons ici que sur un aspect marginal de son évolution. Elle prend chez Sauvage de Villaire la forme suivante :

Le parfait simple [i. e. le passé composé] ou prétérit défini marque une action passée qui s’est faite dans un temps dont il reste encore présentement quelque partie à écouler.
J’ai gagné mon procès cette année, ce printemps, ce mois-ci.
J’ai dîné actuellement, présentement.
Le parfait indéfini marque une action passée dans un temps tout à fait passé, dans lequel on n’est plus & dont il ne reste plus rien à écouler.
Je gagnai mon procès l’année dernière. (p. 105)

  • 27 Buffier : « le composé du présent [i. e. passé composé] […] marque une chose passée […] de manière (...)
  • 28 Restaut : « [le passé simple] marque une chose passée dans un temps dont il ne reste plus rien, & d (...)
  • 29 Regnier-Desmarais note toutefois des emplois à valeur de futur (voir supra p. 49)

290Cette formulation est proche de ce qu’on lit chez Buffier27, ou chez Restaut28. Sauvage de Villaire note en outre que le parfait simple (i. e. le passé composé) s’emploie fréquemment avec des mots qui indiquent le présent comme présentement, actuellement… Cette remarque contribue à révéler dans ces formes une valeur possible de présent. C’est là un fait tout à fait nouveau. Le passé composé a généralement été décrit jusque-là comme un temps attaché fondamentalement au passé29.

291Chez Sauvage de Villaire, cette définition du passé composé devient possible dans la mesure où sa valeur n’est pas fondée uniquement sur des critères chronologiques. Le parfait s’oppose à l’imparfait comme la catégorie de l’accompli à celle de l’inaccompli. L’utilisation du passé composé avec des mots qui marquent le présent relie ce temps à la fois à la catégorie du présent et à celle du parfait, et tend à le définir comme ce que nous appellerions un présent accompli. Il faut noter en outre que cette analyse difère de celle de Veiras d’Allais qui en est cependant sans doute le modèle et l’origine. Mais chez ce dernier le parfait qui s’oppose à l’imparfait est plutôt le passé simple. Tandis que le passé composé (premier composé ou prétérit parfait) est défini seulement en relation avec le passé simple.

292le prétérit antérieur défini. Il est défini comme un temps qui marque « une action faite et passée ou indéfiniment [c’est-à-dire sans désigner aucun temps] ou dans un temps dont il ne reste plus rien ; et toujours avant une autre action aussi passée, dès que j’eus gagné mon procès [voilà l’indéfiniment], je m’en retournai dans ma province, dès que j’eus gagné mon procès l’année dernière… » (Sauvage de Villaire 1749, p. 107)

293Il est intéressant de comparer cette définition, comme nous l’avons fait pour d’autres auteurs, à celle du plus-que-parfait qui pose des problèmes comparables. Dans le système des passés de Sauvage de Villaire, ces deux temps se distinguent en référence à la notion de parfait. Le premier est en effet à proprement parler un parfait, le second un plus-que-parfait ; ces deux termes étant entendus non pas comme de simples temps verbaux mais comme des catégories plus générales du passé. Nous avons montré que cette catégorisation du passé en trois zones distinctes, à partir de la notion de parfait, est essentielle dans le système de Sauvage de Villaire. Il est clair cependant qu’ici on n’en voit pas le rendement de façon très claire. L’opposition pertinente est entre d’un côté l’imparfait et de l’autre les trois parfaits et le plus-que-parfait.

  • 30 Voir sur ce point p. 62 et suiv.

294Par ailleurs, comme chez Buffier et Restaut, les deux temps ne sont pas analysés sur le même plan. L’analyse de la relation d’antériorité relative commune à ces deux temps est en effet problématique. Elle apparaît de façon explicite pour le passé antérieur, mais les formulations qui concernent le plus-que-parfait sont plus énigmatiques. Conformément à une tradition bien établie dans le corpus après Port-Royal et Restaut, le plus-que-parfait est défini comme un double passé30 (Sauvage de Villaire 1749, p. 107).

295La glose de Sauvage de Villaire évite précisément une interprétation de cette formule en termes d’antériorité par rapport à un temps du passé. On peut lire, en effet, que le plus-que-parfait marque « deux choses différemment arrivées et passées à l’égard l’une de l’autre » (ibid.). Cette différence ne se formule donc pas dans les termes d’un repérage dans un système muni des repères To et Ti. La définition ne précise pas lequel des deux événements est Ti et lequel est Tx. On peut à la rigueur considérer que ce point relève de l’évidence et qu’il n’y a là qu’une expression maladroite. La différence entre les deux temps ne relève pas, de toute façon, de la notion d’antériorité relative. Elle est maintenue, comme chez Restaut, par le critère de l’intervalle de référence. La reprise de ce critère indique probablement que l’on a là un acquis de la théorie désormais stable.

296les futurs. Sauvage de Villaire note qu’ils sont « aussi au nombre de quatre » (p. 109, nous soulignons). Cette remarque ne peut prendre son sens d’une comparaison avec l’ensemble des passés puisque Sauvage de Villaire en compte cinq. La seule interprétation possible, pour apercevoir cette symétrie, est de grouper les trois parfaits et le plus-que-parfait dans un ensemble cohérent, comme nous l’avons fait dans le paragraphe précédent.

297Ces quatre futurs sont :

  • le futur simple : j’aimerai ;

  • le futur passé : j’aurai dîné avant que vous soyez de retour ;

  • et deux temps que Sauvage de Villaire est le premier à ranger dans la catégorie des futurs : le futur incertain (i. e. conditionnel présent), et le futur incertain et conditionnel passé.

298Chez la plupart des auteurs précédents, le conditionnel constitue un mode à part. Sauvage de Villaire, au contraire, rejoignant en cela Buffier et Restaut, range ces temps dans l’indicatif et souligne leur parenté avec les formes de futur en définissant le conditionnel comme une sous-catégorie du futur. Nous retrouverons cette problématique chez Destut de Tracy qui regroupe ces quatre formes dans la rubrique de l’éventuel.

5. Conclusion

299On peut, pour conclure le parcours de cette longue période que nous avons définie comme celle de l’identification et de la construction des problèmes, délimiter quelques faits saillants :

  • la construction d’une théorie du repérage dans un système à trois critères est évidemment le fait majeur. Les auteurs qui suivent Port-Royal tiennent compte d’une façon ou d’une autre de cette proposition des Solitaires, quand bien même leur projet n’est pas du même type, et ne vise que la description du français. L’influence exercée par Port-Royal se marque aussi, nous l’avons vu, dans le détail d’analyses techniques ;

  • l’identification d’un certain nombre de problèmes, qui apparaissent ainsi non seulement comme devant être abordés par la description du français, mais qui se présentent surtout à travers le prisme des concepts à l’aide desquels ils sont saisis. Tous ne paraissent pas devoir être placés sur le même plan : la distribution du passé simple et du passé composé occupera l’ensemble de la tradition, et si elle peut être conçue dans des termes différents, elle figurera avec une belle stabilité chez la plupart des grammairiens, quelle que soit leur théorie de référence. Il y a là manifestement une contrainte de l’objet, qui s’impose à la construction théorique. Ce n’est pas tout à fait le cas d’autres questions sur lesquelles se penchent les grammairiens de ce temps : celle de la différence entre le passé antérieur et le plus-que-parfait, par exemple, se pose manifestement comme une conséquence directe de l’impossibilité d’en rendre compte pour la théorie du repérage ;

  • d’autres thèmes théoriques sont apparus de façon plus épisodique chez tel ou tel auteur : le traitement de l’aspectualité à l’aide de bricolages divers ; la question de l’inscription du sujet dans le discours et de son regard sur le procès représenté ; celle du nombre des formes qui entrent dans le système verbal, et plus particulièrement du statut des surcomposés ;

  • Enfin, il faut souligner la permanence d’une école de grammaires françaises qui, quoique subissant l’influence de Port-Royal, ne dévie pas de son projet de décrire la langue commune. Cette tradition n’est pas toujours la plus créative sur le plan théorique, mais ces textes présentent parfois des solutions originales, dans le creusement des données et l’exploration de la variété des contextes. Cette tradition se poursuit bien entendu au début du xviiie siècle, avec des auteurs comme La Touche (1696), Valart (1744), Antonfini (1753). Leur caractère très répétitif dans le traitement des problèmes de la temporalité nous les a fait écarter du corpus pour ne retenir que les textes qui se consacrent plus directement à la construction (et à la discussion) de modèles théoriques.

Notes

1 « Il y a donc trois temps, le présent, le passé et le futur. Mais le passé se divise à son tour en trois, le passé imparfait, le passé parfait, le passé plus que parfait. Et il n’est pas étonnant que le passé ait une telle étendue, vu que rien ne peut parvenir à notre connaissance, depuis le grand espace des siècles, aussi naturellement qu’un acte du temps passé. En effet au présent et au futur la plupart des choses sont incertaines pour nous et leur connaissance est très étroite et la plupart du temps douteuse […] pour ce qui arrive aux choses mêmes que nous faisons, nous donnons un nom au temps lui-même, en appelant prétérit imparfait le temps dans lequel une chose a commencé à être faite, et n’est pas toutefois encore achevée, mais prétérit parfait le temps dans lequel une chose est montrée comme achevée, et prétérit plus que parfait, le temps dans lequel une chose est présentée comme achevée depuis déjà quelque temps. » (Traduction de B. Colombat). Priscien, Institutiones grammaticae, livre VIII, (Grammatici latfini, 405. 8-14 et 406. 1-6).

2 Nous ne suivons pas sur ce point la traduction de C. Demaizière qui préfère appeler ces deux futurs respectivement inachevé et parfait, « s’il nous a paru tout à fait possible de traduire futurum perfectum par futur parfait (pour le futur antérieur), il nous a semblé inopportun d’utiliser l’expression futur imparfait en raison de la valeur contradictoire de ces mots dans ledomaine du temps » (voir la traduction de C. Demaizière (1998) dans Sylvius 1531, p. 345). C’est précisément la conservation du même terme dans les deux cas qui nous paraît importante. Il n’y a pas de contradiction pour un grammairien du xvi e siècle entre la notion d’imparfait et celle de futur.

3 Traduction C. Demaizière.

4 Voir par exemple l’édition Haussman (1980).

5 Girard exprimera l’écoulement du temps de l’avenir vers le passé en un lux qui traverse l’instant présent dans des termes comparables (voir inra p. 20).

6 Notons que c’est plutôt l’imparfait qui reçoit aujourd’hui une interprétation anaphorique (voir par exemple Vet 1996 ; Molendijk 1996)

7 Nous utilisons ici la traduction de ce passage réalisée par B. Colombat dans édition de la grammaire de Pillot (1561).

8 L’édition consultée est la troisième, datant de 1632.

9 Grammaire et syntaxe rançoise contenant reigles bien exactes et certaines de la prononciation, orthographe, construction et usage de nostre langue, en faveur des estrangiers qui en sont desireux.

10 L’édition consultée est celle de 1676, Paris, Le Petit (3 e édition).

11 Auteur d’une grammaire de l’hébreu publiée une première fois en 1609 dont nous avons consulté la 5 e édition datée de 1651, hesaurus grammaticus linguae sanctae hebraeae, Bâle, Ludwig König.

12 Chilet se borne là aussi à noter l’usage différent des Espagnols : « Les Espagnols, qui apprennent nostre langue, abusent facilement du Preteritdéfini: parce qu’en leur langue on le peut fort bien employer, en parlant du mesme jour auquel a esté fait ce que l’on raconte. Car ils disent ; Yo comi est mañana en casa de mi amigo. Ie disnay ce matin chez vn de mes amis » (1659, p. 87).

13 On trouve également les orthographes Vairasse, Veyrasse, Veirasse…

14 Pour un tableau plus complet des usages terminologiques dans les grammaires du xvi e siècle voir l’édition de la grammaire de Pillot (1561) de B. Colombat p. xlviii.

15 Il faut remarquer au passage le caractère peu chrétien mais très cartésien des exemples proposés par ce père jésuite.

16 Il ne peut s’agir ici que d’un lapsus calami. Nous proposons la leçon « quelque chose d’antérieur  ».

17 Cette interprétation doit toutefois, nous le verrons dans le chapitre consacré à cet auteur, être nuancée.

18 On se souvient en effet sans doute que Regnier-Desmarais fonde la description du système des temps sur une analogie avec l’organisation de l’espace produite par les divisions de la rose des vents (voir supra p. 52)

19 On observera la proximité de cet exemple avec le coenaveram cum intravit qui illustre le plusque-parfait dans la grammaire de Port-Royal. Il est ici traduit et adapté pour illustrer l’imparfait.

20 Voir en particulier Sauvage de Villaire p. 83.

21 Il apparaît toutefois que le problème que constitue la description du passé antérieur et du plusque-parfait se présente comme un obstacle à la généralisation du schéma chronologique. Il pèse sur le développement de la théorie des temps un peu comme celui de la différence entre les emplois du passé simple et du passé composé.

22 Les grammaires de cete époque ne comportent qu’exceptionnellement des traces du débat scientiique. Mais Beauzée et Girard vont jouer progressivement ce rôle de repères qui situent les appartenances théoriques.

23 On pourrait ajouter également dans ce sens que certaines des propriétés syntaxiques du verbe faire le disposent particulièrement à jouer ce rôle. Ce verbe fonctionne dans certains énoncés un peu comme un « représentant » apte à remplacer les autres verbes : le chat mange-t-il sa soupe ? Oui, il le fait.

24 Il peut s’agir de Port-Royal, Regnier-Desmarais, Veiras d’Allais ou Vallange (les deux derniers pouvant difficilement être considérés comme de « grands maîtres  ») chez qui l’on trouve la même remarque.

25 On notera encore une fois la proximité sémantique de cet exemple et de l’exemple de Port-Royal coenaveram cum intravit, comme trace du mode de discussion et de circulation des théories et des données dans notre corpus.

26 Voir plus haut Maupas, p. 27.

27 Buffier : « le composé du présent [i. e. passé composé] […] marque une chose passée […] de manière qu’il reste présentement quelque partie à écouler du temps où l’on indique que la chose s’est passée » (1709, p. 223).

28 Restaut : « [le passé simple] marque une chose passée dans un temps dont il ne reste plus rien, & dans lequel on n’est plus » (1763, p. 194).

29 Regnier-Desmarais note toutefois des emplois à valeur de futur (voir supra p. 49)

30 Voir sur ce point p. 62 et suiv.

Table des illustrations

Titre Passé simple (parfait défini)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Passé composé (parfait indéfini)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tii : commencement de l’action, borne non déterminée.Ti : achèvement de l’action, ici le « moment de référence  ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Le prétérit simple
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Le prétérit antérieur
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Prétérit indéfini
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4729/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search