Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Deuxième partie. Une organisation apprenante (2005)

Chapitre V

Un dispositif de morphing instrumental

Texte intégral

1L’ESRF a développé un dispositif de scanning qui lui permet de percevoir certaines attentes de son environnement. Ce chapitre a pour objectif de montrer que la réponse à ces demandes est surtout passée par les flexibilités de son instrument et de son organisation. Il existe, de ce point de vue, un fonctionnement générique commun à toutes les lignes, non seulement en ce qui concerne le traitement des propositions d’expériences, mais aussi pour tout ce qui a trait aux relations privilégiées que les responsables de ligne et leurs équipes essaient de nouer avec certains utilisateurs.

2On peut, toutefois, en fonction des expériences pratiquées et des communautés scientifiques concernées, proposer une typologie des lignes. On retrouve la distinction que nous avions faite lors de la construction entre les lignes qui visent une communauté structurée et celles qui la construisent en inventant des techniques. L’ajout des facteurs de différenciation propres à la phase d’exploitation et l’accroissement du nombre de lignes nous conduisent cependant à affiner cette dichotomie et à désormais distinguer quatre types de lignes. Il importe en outre de souligner la vie des lignes, lesquelles développent continuellement de nouvelles configurations. Il en résulte que les groupes et divisions de support ont adopté des modes d’organisation leur permettant de répondre à ce besoin de diversité et d’évolution, ainsi qu’au continuel turnover des scientifiques.

Les stratégies de fidélisation

3L’ESRF étant un institut de service, les demandes représentent une incertitude majeure que les membres des expériences ont essayé de réduire en tentant de fidéliser les utilisateurs. Le caractère temporaire de beaucoup d’emplois pose également un problème et, là encore, les équipes de ligne ont cherché à stabiliser leurs effectifs et à retenir ceux qu’elles avaient formés.

L’incertitude causée par les utilisateurs

4Les utilisateurs constituent une préoccupation réelle pour le personnel de l’ESRF en général et pour chaque ligne en particulier. Ils ne sont en effet liés à aucune ligne et peuvent passer de l’une à l’autre. Il en résulte que chaque ligne cherche à réduire cette incertitude aussi bien en ce qui concerne la sélection des propositions, la préparation des expériences que la gestion de leurs suites.

Les incertitudes de la sélection

5Les utilisateurs représentent, tout d’abord, une incertitude numérique. S’ils sont rares, notamment sur les lignes dédiées à une petite communauté ou à un pays comme les CRG, le responsable de ligne doit empiéter sur son temps de recherche pour faire de la prospection. S’ils sont nombreux, la procédure de sélection des propositions d’expérience est particulièrement lourde. De toute façon, chaque ligne est en partie jugée en fonction du nombre et de la qualité des propositions présentées. Son responsable doit par conséquent la faire connaître et en promouvoir les résultats pour attirer les meilleurs utilisateurs et obtenir des publications dans des revues de référence.

6L’incertitude est aussi et surtout scientifique, dans la mesure où l’équipe de la ligne n’a que très peu de moyens pour influencer les choix des comités de sélection des propositions :

Je ne peux même pas influencer officiellement le style de recherche faite sur ma ligne. J’ai des moyens très indirects, je fais des voyages, j’incite à faire des propositions, je fais des tests, mais il est très difficile de créer des pôles de développement à l’intérieur de l’ESRF. J’ai du temps disponible pour faire avancer l’instrumentation, j’incite les gens à venir si je trouve qu’une manip qui n’a pas eu de temps est très importante. (Responsable de ligne, 2005)

7En outre, la procédure de sélection n’apporte pas toujours aux équipes de ligne les informations nécessaires. Il advient assez fréquemment que le « demandeur principal » (celui qui signe la proposition en premier) envoie en pratique un étudiant réaliser l’expérience. Il peut également se produire qu’une proposition soit acceptée alors qu’elle est peu précise, voire erronée. C’est le cas lorsque l’utilisateur n’indique pas clairement s’il aura besoin de matériel, d’où vient son échantillon, ou si celui-ci présente un risque (biologique, etc.). Les témoignages racontent par exemple l’arrivée inattendue d’un utilisateur avec deux remorques de matériel pour soustraire totalement son échantillon à la lumière. Il est difficile, dans ces conditions, de tout prévoir en matière de sécurité et de connexion. L’utilisateur peut aussi s’être trompé sur un détail qui n’attire l’attention de personne (par exemple, la gamme d’énergie requise) mais qui oblige à réaménager tout ou partie de la ligne lorsque l’on découvre l’erreur après son arrivée. Il est susceptible, en outre, d’avoir progressé dans sa recherche et modifié les caractéristiques de son expérience.

8Les équipes de ligne tentent de se prémunir contre ce type de mauvaise surprise en contactant à l’avance les utilisateurs, surtout ceux qu’elles ne connaissent pas bien, afin de préciser leurs demandes et leurs besoins. Elles placeront une expérience difficile à réaliser en début de run, ce qui permet de la préparer durant les jours qui précèdent la remise en marche de la machine, ou organiseront un test préalable pour repérer les difficultés et trouver un moyen de les contrer :

Si c’est une expérience assez standard, on communique par mail. Si c’est l’autre extrême, on va inviter l’utilisateur pour une expérience de faisabilité. La ligne a 10 à 15 % de liberté pour la in-house research. Les expériences à la limite du possible intéressent bien souvent le scientifique de l’ESRF. (Scientifique, 2005)

9L’incertitude porte aussi sur la formation dont aura besoin l’utilisateur pour bien faire fonctionner la ligne et le temps à lui consacrer. Certains sont déjà des experts, d’autres se débrouillent en une demi-journée mais il en est d’autres, complètement néophytes, qu’il faut aider tout au long de leur expérience. Il est toujours plus simple d’en recevoir un qui est déjà venu, qui connaît les instruments et les procédures. De plus, comme toutes les équipes ont besoin de valoriser leur activité et espèrent que les expériences qu’elles accueillent donneront lieu à des publications dont elles seront informées, elles préfèrent les utilisateurs qui ont déjà fait la preuve de leur fiabilité sur ces points. Le risque est de toute façon beaucoup plus faible avec un habitué conscient qu’il n’aura pas de nouveau créneau s’il n’a pas respecté ces normes.

10Enfin, même si toutes les lignes ne connaissent pas ce problème au même degré, la combinaison des expériences retenues par les comités de sélection représente elle-même une incertitude importante. Certaines réclament un mode particulier, ou une « configuration » précise (set-up) de la ligne, c’est-à-dire un réglage spécifique de l’énergie, de l’optique, des moteurs, du détecteur, etc. Si plusieurs propositions nécessitant la même configuration sont acceptées, le plus simple est évidemment de les mettre à la suite l’une de l’autre pour ne pas avoir constamment à tout démonter et remonter, et gagner ainsi un temps précieux. La succession des expériences peut permettre un run idéal, durant lequel la même configuration est conservée, ou au contraire infernal, lorsqu’il faut chaque semaine consacrer de nombreuses heures au démontage/remontage. Les possibilités et la bonne volonté des divers utilisateurs jouent également un rôle ; ils peuvent en effet avoir des empêchements lors des dates qu’on leur propose, les refuser, ou ne pas être en mesure de s’engager tôt sur une date car la préparation de l’expérience n’est pas tout à fait finie.

Les incertitudes de la préparation de l’expérience

11Une fois acceptée, l’expérience est placée sur l’agenda. Plus elle nécessite de développements spécifiques (équipements et logiciels), plus elle devrait être placée tard, mais le mode de fonctionnement et la difficulté de l’expérience comptent également. Enfin, il va de soi que l’équipe de la ligne essaie d’établir des plannings cohérents en matière de configuration. Pourtant, la complexité de l’exercice est telle que le principe dominant semble être celui du « premier arrivé, premier servi », le premier utilisateur à faire connaître ses dates obtenant son créneau.

  • 1 Le 16 bunch est un mode spéciique de remplissage de l’anneau qui permet de dégager des lashs de lu (...)

12Il peut donc arriver qu’un utilisateur se retrouve avec un mode qui ne lui convienne pas idéalement ou qu’une suite d’expériences réclamant des configurations très différentes soit une contrainte incontournable. Les lignes qui ont besoin des modes spécifiques, comme le 16 bunch1, sont particulièrement concernées. Elles sont obligées de programmer beaucoup d’expériences en quelques semaines seulement, elles sont donc quasi contraintes de démonter et remonter plus souvent leurs équipements qu’une équipe disposant de plus de semaines. D’autant que les lignes qui travaillent en 16 bunch cherchent à maximiser le peu de temps consacré à ce mode en exploitant plusieurs lignes durant cette période. Ainsi, l’équipe d’ID18 a conclu un accord avec celle d’ID22, chacune exploitant à tour de rôle l’ensemble des deux lignes selon le mode (16 bunch ou autre) dans lequel elles fonctionnent.

13La préparation des expériences représente la mission essentielle des équipes de ligne, celle qui justifie leur existence et leur prend donc le plus de temps. Elle implique aussi de se protéger, car l’utilisateur constitue un risque. Tout le monde est soucieux de la réputation de l’ESRF et craint l’expérience ratée qui dégénère en conflit personnel et nuit à l’image de l’ESRF dans la communauté :

Il faut toujours souligner aux utilisateurs qu’on ne décide pas du temps de faisceau. Ils nous tiennent parfois responsables d’un échec, il faut malheureusement parfois passer au niveau supérieur, prévenir le directeur des Expériences qu’on a un problème. Au coup suivant, c’est lui qui va y aller. Dans une expérience, il y a toujours des effets secondaires à prévoir, il se passe des centaines de choses différentes quand on envoie des rayons X sur un échantillon, il faut être sûr qu’on enregistre les bonnes choses. Ou il faut dire qu’il y a une possibilité que des données parasites cachent les données bonnes. (Responsable de ligne, 2005)
Tout marche pour partie sur le bouche à oreille, il faut que tout aille bien. (Postdoc, 2005)

14Même bien préparée, une expérience peut poser problème car les variables sont nombreuses et les incertitudes grandes pour des manips rarement de routine. Il faut donc s’organiser en conséquence.

Les incertitudes liées à la réalisation de l’expérience… et à ses suites

15Malgré toutes ces incertitudes et difficultés, les personnes interrogées sur leur pire cauchemar professionnel mentionnent très rarement le contact avec les utilisateurs. Même si toutes affirment qu’il y a des utilisateurs « redoutables et redoutés » et si beaucoup ont le sentiment que leur travail n’est pas toujours suffisamment reconnu, elles semblent en général ne rien craindre de pire qu’une cascade d’incidents techniques :

Le cauchemar, c’est quand il y a plein de machines critiques qui tombent en panne en même temps, les expériences sont arrêtées. On ne comprend pas du tout ce qui se passe, on prend de plus en plus de retard, les appels sont de plus en plus pressants. Le chef de division est averti, les utilisateurs sont énervés, il y en a un qui vient du Japon, il demande ce qui se passe. Je ne sais pas si c’est un problème de hard ou de soft, je vois que je vais bosser jusqu’à une heure du matin. Ce n’est jamais arrivé, une fois, j’ai eu deux lignes en panne en même temps. (Ingénieur support, 2005)
Le cauchemar, c’est le blackout, tout le hall est dans le noir d’un seul coup, et il n’y a personne. Il faut aller sur toutes les lignes, redémarrer 60 pompes à vide, 20 cryosystèmes, tout ça dans le noir absolu. […] Ce n’est pas les utilisateurs, à partir du moment où tu fais le maximum, un utilisateur se gère. […] La journée parfaite, c’est quand tu as dépanné des gens qui te sont reconnaissants et que tu as appris quelque chose. (Opérateur, Expériences, 2005)

16Le contact avec les utilisateurs est clairement une rétribution plus qu’une contrainte pour les membres de l’ESRF. Il devient, néanmoins, une complication supplémentaire quand un problème de communication s’ajoute à une difficulté technique (l’utilisateur qui vient du Japon ou du Texas) et, surtout, quand l’utilisateur demande des explications que la personne ne peut pas lui fournir. On voit à nouveau combien le caractère international de l’institut est constamment présent en arrière-plan de tous les esprits. La communication n’est pas si aisée avec des utilisateurs originaires d’un pays parfois éloigné, qui n’ont que quelques jours ou parfois quelques heures pour réaliser une expérience complexe sur une ligne difficile à appréhender et à maîtriser, et qui sont stressés en conséquence.

17Malgré tout, l’utilisateur peut demander un équipement au dernier moment ou changer d’avis de façon à peu près imprévisible. Les équipes de ligne essayent d’anticiper les requêtes et revirements mais si les réserves rassemblées par précaution ne suffisent pas, le contact local devra trouver des équipements disponibles sur les autres lignes et il aura la priorité sur toutes les expériences de in-house research. Durant la réalisation de l’expérience, même si le contact local n’est pas là en permanence, le moindre incident donne lieu à une intervention rapide et tous se sentent concernés :

Il y a la pression des utilisateurs et celle du responsable de la ligne, il y a donc pas mal de pression. En plus, comme c’est des journées intensives, on est peut-être aussi plus sensibles à ce genre de pression. […] Il faut que le responsable de ligne soit satisfait de ce que l’on fait car il y a vraiment une mission de service, et on aura probablement derrière besoin de ses recommandations. (postdoc, 2005)

18Si tout se passe bien, si les résultats sont intéressants et si l’expérience appartient au domaine du scientifique qui fait office de contact local, celui-ci est normalement invité à participer aux publications qui s’ensuivent. Toutefois, pour y être convié, il ne doit pas seulement être techniquement irréprochable, il doit aussi offrir un apport scientifique à l’équipe qui conduit l’expérience, ce jugement correspondant bien sûr typiquement à une zone grise en partie imprévisible. Dans la mesure où l’ESRF est jugée sur ses publications, l’essentiel reste qu’elle soit mentionnée ou, en tout cas, que l’expérience ait réussi.

S’il y a eu participation scientifique et technique, on est signataires, mais pas principal, je dirais que c’est 80 % des cas. Si les gens sont des habitués de la ligne, ils n’ont pas besoin de nous, on figure dans les remerciements, mais on leur demande que l’un d’entre eux au moins apparaisse avec une double appartenance, car l’ESRF est jugée au nombre de publications, et il faut qu’elle apparaisse. (Responsable de ligne, 2005)
Notre salaire, c’est les publications, c’est ce sur quoi est jugée la ligne. Un résultat non publié est inutile à la communauté scientifique. C’est pire si c’était une bonne idée. On ne peut pas en vouloir à un utilisateur à qui l’on tient la main. Il faut s’ouvrir à la communauté qui ne connaît pas le synchrotron, ils nous récompenseront en faisant un très bon article dans une très bonne revue. (BLOM, 2005)

19Il n’est finalement pas étonnant que, face à l’importance des enjeux pour l’ESRF, les expériences aient développé des stratégies de fidélisation afin de réduire les incertitudes.

Les modes de fidélisation des utilisateurs

20Les utilisateurs représentent tant d’incertitudes que tous essaient de les fidéliser, soit en développant des collaborations, soit, pour les lignes les plus sollicitées, en concluant des accords pour diminuer le nombre de demandes.

La conclusion de partenariats

21Même si l’ESRF a une mission de service et si tous les utilisateurs sont censés se valoir, ce n’est bien évidemment pas tout à fait le cas, comme dans tout institut de ce type. Tout d’abord, les habitués ne sont pas comparables à ceux qui viennent pour la première fois ; ils connaissent la ligne et le fonctionnement de l’ESRF, s’adressent directement aux interlocuteurs pertinents. L’équipe d’une ligne a ses propres domaines d’intérêt et certains utilisateurs font savoir qu’ils aimeraient travailler de façon plus étroite et durable avec elle. Lorsqu’il juge la collaboration prometteuse, le responsable de ligne utilise son atout spécifique, le temps de in-house research, pour nouer des relations privilégiées avec ces utilisateurs :

Quand je suis contacté par quelqu’un qui veut développer quelque chose avec nous, la première question que je me pose est de savoir si la ligne a intérêt à cette collaboration. Si c’est le cas, j’essaye de donner tous les moyens possibles à cette personne pour faire la meilleure proposition possible. Je peux prévoir des tests en utilisant mon temps de in-house research, ou alors, si un autre utilisateur dit qu’il ne peut venir que le mardi alors que sa manip commence le lundi, je peux utiliser ce jour pour faire un petit test pour le premier. Cela aide beaucoup à montrer la faisabilité de la manip et à la décrire mieux. Si la proposition est rejetée par le comité, si je juge que c’est quand même intéressant, je peux la mettre sur un jour de in-house research, mais c’est ponctuel car ce temps est précieux, c’est arrivé une fois en trois ans. (Responsable de ligne, 2005)

22Ces utilisateurs devenus partenaires adressent alors à la ligne des doctorants – qui deviennent parfois des postdocs, voire des scientifiques, si tout se passe (très) bien –, coopèrent sur les projets de in-house research des scientifiques de l’ESRF et postulent avec eux à des appels d’offres européens. Une équipe du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Grenoble et de l’institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) qui travaille avec ID 17 (la ligne médicale) sur la base de contrats de cinq ans a ainsi financé une partie de la construction et du fonctionnement d’une animalerie et de certains laboratoires. Elle a recruté et rémunère des scientifiques qui participent à ses coopérations avec ID 17 car, du fait des contraintes des expérimentations sur des êtres vivants, un support hospitalier local est obligatoire et conditionne le développement d’une politique scientifique par l’équipe de cette ligne. Elle a obtenu en échange des créneaux d’accès à la ligne pour y conduire sa recherche, environ six jours par semestre.

23Quand une coopération de ce type se passe bien, elle contribue à la mise en place d’un environnement scientifique qui facilite le déroulement des expériences en renforçant les services disponibles sur place :

L’animalerie résout beaucoup de problèmes. On n’a plus à voyager de jour comme de nuit entre le CHU et l’ESRF. C’était infernal, on faisait beaucoup de rotations de taxis. C’est un échange de bons procédés entre des groupes qui ont besoin d’équipements particuliers qui ne sont pas traditionnels à l’ESRF. (Scientifique, 2005)

24En outre, les scientifiques de l’ESRF déposent des propositions d’expérience avec ces partenaires, qui s’ajoutent, si elles sont approuvées, à leur propre temps de in-house research. Or, elles sont souvent acceptées puisqu’elles bénéficient d’une totale faisabilité technique, d’une parfaite adéquation aux capacités de la ligne et d’un grand intérêt scientifique :

On voit tout de suite si la personne a une idée du mode opératoire. On lisait toutes les propositions, on donnait son avis sur chaque proposition, on regardait les mérites scientifiques, la faisabilité, si on pouvait le faire ailleurs, si quelqu’un l’avait déjà fait, si c’était risqué. On regarde la faisabilité technique, l’avis du responsable de ligne ; s’il indique que l’expérience n’est pas faisable, on refuse. (Ancien membre d’un comité de sélection, 2005)
J’ai eu tous les temps de faisceau que j’ai demandés. Il y a une espèce de format de demande qui doit peut-être mieux passer. C’est un avantage d’avoir utilisé le rayonnement synchrotron, d’avoir publié. Je ne sais pas trop comment cela se passe, je me renseignais quand même sur la faisabilité technique par mail, je ne rencontrais pas forcément les responsables de ligne. C’est un format de deux pages, il y a une partie exercice de style, c’est pas via le nom très connu, c’est une manière de présenter les choses, on voit tout de suite si les objectifs sont flous ou si la personne connaît le rayonnement synchrotron. Grosso modo, il faut que les résultats soient publiés, l’ESRF est jugée là-dessus au final. Quand on a manipé un peu, on sait faire. Il y a des lignes très demandées mais je demandais juste un petit créneau de temps. (Ancien postdoc, 2005)

25Règne en quelque sorte une économie des demandes. Un comité de sélection peut difficilement refuser un utilisateur qui offre une proposition claire, demande un petit créneau de temps et semble garantir une publication. Lorsqu’une proposition est intéressante, toutes les équipes de ligne fournissent une aide à sa formulation, surtout lorsque l’utilisateur est peu familiarisé avec le synchrotron. Le plus souvent, elles n’offriront cependant un test qu’à une équipe qui propose en plus une collaboration. Et, même si elle répond à toutes ses demandes, l’équipe de la ligne ne fera pas d’efforts particuliers pour un utilisateur dont les expériences sont jugées, à tort ou à raison, moins intéressantes ou moins prometteuses, ou qui n’a pas convaincu lors d’une expérience précédente.

26De façon générale, chaque ligne, sur un mode à la fois affinitaire et scientifique, développe ainsi des partenariats privilégiés avec certains utilisateurs. A tel point que des procédures ont été créées pour les formaliser sur les lignes très demandées.

Le cas des lignes à forte demande

27Pour parer aux problèmes (lourdeur de la procédure de sélection, temps consommé) qu’entraîne parfois l’excès de la demande par rapport à l’offre possible, deux types de solutions ont été développés par les lignes très demandées. Celles de cristallographie ont créé, en 1998, le système des BAG (Block allocation Group) ; l’ensemble des lignes a en outre adopté un système de LTP (Long Term Proposals ou désormais Long Term Projects).

28Les Long Term Proposals correspondent à des accords entre une ligne et une équipe extérieure, chaque ligne pouvant conclure deux accords de ce type au maximum. L’équipe extérieure obtient des créneaux assurés sur une période qui va de un an à trois ans. Elle s’engage en contrepartie à s’associer étroitement à l’ESRF et à lui apporter des ressources humaines et financières. Les demandes sont notées par les responsables de groupes et les présidents de comité sur trois critères : l’intérêt scientifique, l’apport à l’ESRF (ressources humaines et financières), l’intérêt pour la communauté de la ligne. Sur 27 demandes en 2005, 7 ont été acceptées. Pour la ligne, ce système permet une coopération à long terme qui améliore l’instrumentation et profite aux autres utilisateurs. Pour l’équipe partenaire, il offre une sécurité importante car il écarte le risque de lancer des travaux préparatoires pour une expérience qui ne sera pas acceptée. Mais il réclame un très gros investissement de sa part :

Les Long Term Proposals, c’est pas mal car on a des utilisateurs qui deviennent spécialistes. Mais j’ai demandé à certains s’ils arrivaient à exploiter toutes leurs données, cela en fait une quantité énorme, ils m’ont dit que cela faisait beaucoup. Ils deviennent presque comme nous. La manip est finie, il faut commencer à réfléchir à la nouvelle sans avoir le temps de réfléchir. Il faut vraiment beaucoup de monde sur le projet. (Postdoc, 2005)

29Les BAG ont été créés pour les lignes de cristallographie. Non seulement celles-ci sont confrontées à une forte demande, mais le temps d’une manip y est descendu à moins d’une heure, parfois une dizaine de minutes. La solution trouvée a donc été de regrouper par zones géographiques un certain nombre de laboratoires qui postulent ensemble pour un nombre de créneaux global. Chaque BAG est coordonné par un animateur qui répartit entre ses membres le temps accordé par l’ESRF. Une quarantaine de BAG ont été créés, ils soumettent un projet tous les deux ans et peuvent perdre leur statut s’ils ne sont pas assez performants. Les utilisateurs ont ainsi la garantie de disposer régulièrement de temps de faisceau sans avoir à faire à chaque fois de nouvelles demandes ; ils assurent, en contrepartie, la répartition entre eux des créneaux d’accès. Ce système, outre qu’il soulage considérablement l’ESRF, est cohérent avec les orientations des programmes européens et, en particulier, du PCRD, qui visent à une organisation de l’espace européen de la recherche.

Les tentatives de stabilisation des équipes

30Les équipes de ligne cherchent aussi à se stabiliser elles-mêmes. Cette aspiration va contre les objectifs originels de former des experts, de diffuser par leur mobilité professionnelle des compétences en Europe, de ne garder qu’un temps des scientifiques pour leur laisser la possibilité d’occuper ensuite un poste de pure recherche et de renouveler régulièrement le personnel de l’ESRF pour éviter toute routine. Les équipes de ligne tentent, toutefois, de limiter le turnover en leur sein parce qu’une procédure de recrutement dure à peu près six mois, parce qu’il est épuisant de toujours reformer des collaborateurs, parce que les compétences dont elles ont besoin sont rares et précieuses, parce qu’aussi des liens se créent et que les personnes avec qui l’on peut travailler en bonne intelligence ne sont pas toujours si nombreuses. Elles essayent donc de créer des nouveaux statuts (scientifique invité, collaborateur scientifique) pour garder à l’ESRF ou dans leur réseau des personnes qu’elles ont passé du temps à former, qui assurent une part du fonctionnement de la ligne et qui drainent vers elle de nouveaux utilisateurs. Certains ont ainsi commencé leur séjour à l’ESRF comme doctorant ou postdoc, ont continué comme scientifique, puis ont été BLOM ou ingénieur.

Un postdoc, c’est deux fois un an et demi. Si on a de la chance, il reste trois ans. Sinon, il cherche juste un boulot intermédiaire, cela pose un problème car il faut le former, il n’est pas indépendant sur la ligne pour aider à la in-house research. C’est pour cela aussi que l’idée du BLOM a été développée, pour garantir une conservation de la mémoire, pour compenser les changements. (BLOM, 2005)

31Chaque ligne a tendance à créer son propre environnement scientifique avec l’aide de sa communauté. Les contrats de cinq ans permettent certes de brasser les individus et de renouveler les idées ; ils ont aussi l’avantage de faire émerger des personnalités que l’équipe de la ligne cherche à conserver. Une grande ingéniosité est déployée lorsqu’un collaborateur qui a donné toute satisfaction arrive enfin de contrat. S’il souhaite rester ou ne trouve pas d’emploi à sa convenance, il sera embauché sur un financement européen, un poste d’ingénieur dans un groupe de support, comme BLOM ou comme scientifique invité.

32L’idéal correspond en fait à un développement de la ligne double et simultané, d’une part localement avec la constitution progressive de laboratoires et de bureaux qui permettent la préparation des expériences et l’analyse de leurs résultats, de l’autre dans le monde entier, avec l’établissement d’une communauté fidélisée d’utilisateurs qui viennent régulièrement faire des expériences sur la ligne, développent pour elle des équipements et lui adressent des doctorants et des postdocs prometteurs dotés de sujets de qualité. Encore doit-on noter que, selon leurs caractéristiques et, en particulier, le type d’utilisateurs qu’elles accueillent, les diverses lignes privilégient le plus souvent l’une de ces formes de développement.

33La stabilisation est autocumulative. C’est seulement si le responsable de la ligne dispose lui-même d’un contrat permanent qu’il peut fixer son équipe. Sinon, il est remplacé et son successeur peut revoir ses choix, et reconsidérer les compétences et les thèmes de recherche de ceux qui composent l’équipe de la ligne. Même ceux qui disposent d’un contrat permanent, comme les techniciens de ligne ou les BLOM, peuvent se retrouver ainsi ébranlés ; l’unité de l’équipe est alors remise en cause.

C’est un peu comme une télévision dans une famille. Tout le monde se bat pour avoir sa chaîne, il faut se battre pour avoir du temps de in-house. (Technicien de ligne, 2005)

34S’il y a une organisation générique des lignes, toutes ayant des objectifs et des problèmes communs, il y a donc aussi de profondes différences entre elles.

Les variables perçues par les autochtones

35De l’avis général, toutes les lignes de l’ESRF ne fonctionnent pas de la même manière, n’ont pas les mêmes relations avec leur communauté scientifique et ne poursuivent pas exactement les mêmes objectifs. Par rapport à la période de construction où nous avions distingué deux types de lignes, la période d’exploitation nous offre une vue plus différenciée et nous oblige à prendre en compte d’autres variables que le caractère plus ou moins structuré de la communauté. Outre la variable disciplinaire, ce que les membres de l’ESRF appellent pudiquement « l’équation personnelle » joue également beaucoup. Le mode de financement de la ligne, la jeunesse plus ou moins relative du domaine de recherche dans lequel elle s’inscrit et la stabilité de son équipe ne sont pas non plus sans influence.

L’équation personnelle

  • 2 Ce phénomène de compétition explique la rareté des coteries nationales au sein de l’ESRF, car la c (...)

36Les scientifiques sont considérés comme « créatifs » par les ingénieurs et les techniciens qui doivent les assister dans le maintien et l’amélioration de la ligne, un euphémisme qui signifie qu’ils changent régulièrement leurs demandes, du moins pour certains d’entre eux. Tous décrivent également les scientifiques comme des individus à part, dotés d’un ego très développé et en perpétuelle compétition2 :

Vous savez, vous n’avez pas affaire à des gens comme tout le monde, ils sont extrêmement susceptibles. (Ingénieur support, 2005)
C’est vrai que les lignes sont en concurrence entre elles, ou les responsables de ligne. L’information est quand même un problème, il faut vraiment discuter avec les gens, il vaut mieux être au niveau postdoc où il n’y a pas trop de concurrence. Ils ne sont là que pour trois ans et ils le savent dès le début. La concurrence est plus entre les personnes qu’au niveau scientifique, il y a des ego très forts. (Scientifique invité, 2005)

  • 3 On voit ici combien les normes de désintéressement et de communalisme que décrit Merton sont parta (...)

37Si les autres membres de l’ESRF trouvent cette concurrence un peu malséante3, ils éprouvent également une grande fascination pour les scientifiques. La figure du scientifique qui fait progresser la science joue pour tous un rôle identitaire, elle constitue une référence pour évaluer leur propre travail. Sans aller jusqu’à dire que tous ceux qui ne le sont pas vivent par procuration une existence de scientifique, tous accordent un très grand prix au fait de se rapprocher autant que possible, dans leur activité, des scientifiques et de leurs expériences, l’idéal étant de former une équipe avec les premiers et d’être totalement partie prenante lors des secondes :

J’assiste le contact local, on est potes, la responsabilité est totalement partagée, on est très impliqués. (Ingénieur support, 2005)
C’est très motivant de voir les résultats fournis par certains des meilleurs chercheurs du monde entier, c’est un privilège. (Services informatiques, 2005)
J’ai l’impression de faire partie d’une communauté d’élus, de personnes censées faire de la recherche qu’on ne peut faire nulle part ailleurs. (Chef de groupe support, 2005)

38Lorsque cet espoir est déçu et que le scientifique accorde peu de reconnaissance à ceux qui travaillent avec ou pour lui, la blessure est profonde pour la personne en cause :

C’est très rare les scientifiques qui vous disent bonjour. J’en connais deux qui sont respectueux au niveau du contact humain, c’est exceptionnel. Je venais du privé, j’ai pris une douche froide, je ne pensais pas tomber sur des gens pareils, c’est des joueurs, des enfants presque. Leur avenir repose sur une référence très subjective, l’idée qu’on se fait d’eux. (Expériences, 2005)

39Or, l’ESRF ne fait pas partie des organisations où coexistent plusieurs échelles de valeur. Le fait d’être compétent dans un domaine qui n’est pas directement lié à la science, comme par exemple la sécurité, la communication ou la gestion du personnel, voire l’informatique ou l’électronique, ne permet que difficilement de voir sa compétence reconnue et beaucoup en souffrent.

Quand je suis arrivé, j’ai vu qu’il y avait une bible, c’était le Red Book. Et mon service n’avait pas été prévu par le Red Book. (Chef de groupe, 2005)

40Au-delà de ces caractéristiques générales, les scientifiques n’ont pas tous le même type de relations avec les autres. Si l’on reprend les termes qui sont souvent employés, le responsable de ligne peut être « délicieux » (ce qui signifie que son ego ne l’empêche pas d’être courtois), « fatigant » (il propose sans arrêt des modifications aux développements) ou « pingre » (il faudra argumenter pour tous les projets de développement réalisés pour sa ligne et sur son budget). Il peut bien sûr avoir beaucoup d’autres caractéristiques, mais ces qualificatifs renvoient aux trois variables les plus importantes pour ceux qui l’assistent : son contact, sa créativité plus ou moins prévisible et maîtrisable, la difficulté plus ou moins grande de la négociation budgétaire avec lui.

41Le responsable de ligne n’est cependant pas seul, son équipe compte aussi. Pour les supports, les lignes diffèrent essentiellement en fonction des compétences et de la personnalité du technicien de ligne. Celui-ci couvre, selon sa spécialité, les problèmes de mécanique, d’électronique, de vide ou d’informatique, mais rarement tous à la fois. La ligne sera donc « facile » ou non pour tel ou tel groupe de support, qui n’interviendra qu’en cas de réel problème ou sera au contraire constamment appelé si le technicien n’est pas compétent dans ce domaine.

42La nature de l’expérience en cours peut en outre se traduire par un besoin soudain et imprévu, ou qui aurait pu être anticipé mais que la personnalité de l’utilisateur a conduit à sous-estimer. Certaines lignes sont davantage exposées à ce type de problème, parce que, plus que d’autres, elles accueillent des experts du rayonnement synchrotron, des « vieux briscards » qui ont tendance à transformer la ligne à leur image, à la modifier avec quelques bouts de ficelle, du sparadrap ou un peu de colle.

Une fois que l’utilisateur est passé, c’est un bordel pas possible. Ils font que ça marche, mettent des straps, des câblages. J’ai eu un cas de dépannage, on a ouvert l’armoire électrique, c’était une nappe de ils tout strappés. On a arrêté, les utilisateurs sont à la limite d’être dangereux. Il arrive qu’on n’arrive pas à lire une pression, on regarde, les câbles ont été inversés à l’arrière. (Technicien d’un groupe support, 2005)

43Une ligne fonctionne avec une équipe tellement réduite qu’il n’est pas possible de faire abstraction de la personnalité de son responsable, des compétences de son technicien et des caractéristiques des utilisateurs qu’elle accueille. On voit pourtant déjà que, si cette équation personnelle est incontestable, elle n’est pas totalement indépendante de la technique que privilégie la ligne et de la science qui s’y pratique.

Le mode de financement

44Tout d’abord, les CRG, de par leur financement national, ont une vie apparemment plus difficile que les autres lignes. Leur budget est souvent plus faible, leurs équipes moins nombreuses, et le support fourni par l’ESRF moins important.

On n’est clairement pas assez nombreux. On est deux fois moins. Sur deux lignes on est en tout un scientifique, deux postdocs, un ingénieur, trois techniciens. […] Les supports donnent toujours la priorité aux lignes ESRF. On a eu une fuite de vide sur le monochromateur, cela a duré trois jours, on a dû le faire nous-mêmes, les supports seraient allés plus vite. (CRG, 2005)

45Pourtant, ces lignes ne sont pas fondamentalement différentes des lignes ESRF qui s’adressent à un nombre restreint d’utilisateurs potentiels, lesquelles ont aussi plus de problèmes budgétaires que les lignes destinées à des communautés nombreuses et bien structurées.

  • 4 Micro-Electronics Development for European Applications. Ce programme (1997-2003) était destiné à (...)

46Le degré d’utilisation des lignes par les industriels apparaît en revanche comme une variable importante. La relation n’est pas aisée, et la première tentative de l’ESRF dans cette direction, la première ID 27, une ligne de micro-électronique conçue pour analyser les impuretés sur les plaquettes de silicium, en partie financée par le programme européen MEDEA4, n’a pas abouti et a été réaffectée en 2003.

  • 5 En théorie, l’ESRF ne peut pas attribuer plus de 10 % du temps disponible aux industriels. En prat (...)

47Cet échec a suscité une réflexion au sein de l’ESRF et, de manière plus ou moins liée, d’autres solutions ont été expérimentées. Au niveau général, un service spécifique, l’ICU, a été créé (voir chapitre 4). De façon plus individuelle5, plusieurs groupes ont cherché, d’une façon ou d’une autre, les voies d’une coopération avec le monde industriel. Le groupe de cristallographie macromoléculaire a ainsi recruté quelqu’un issu de ce milieu pour jouer un rôle d’interface et rappeler à ces utilisateurs-là les contraintes et les échéances spécifiques. Ce même groupe, et d’autres avec lui, ont également développé des robots pour changer les échantillons plus vite et accroître la rentabilité des heures vendues aux industriels.

48Dans tous les cas, l’intérêt des industriels pour une ligne, s’il apporte des financements, ajoute à la pression ressentie par l’équipe de la ligne et renforce l’obligation de résultats, de rentabilité et d’accessibilité (à la fois en termes de rapidité par rapport à la demande et de lisibilité de l’interface graphique). Ce surcroît d’exigence se répercute immédiatement sur les groupes de support, qui doivent livrer des logiciels et des équipements répondant exactement aux vœux des industriels. Une ligne qui s’adresse pour une part importante de son activité scientifique à de tels utilisateurs doit notamment travailler sur l’analyse des données, afin qu’elle soit aussi rapide et efficace que possible. Elle doit aussi développer des interfaces conviviales et se démarque ainsi des lignes purement destinées aux experts, qui fonctionnent sous DOS, c’est-à-dire où il faut saisir les commandes et les paramètres directement sous forme de code informatique. Ces remarques valent aussi, du reste, pour les lignes en grande partie utilisées par les « profanes » (archéologues, biologistes, etc.).

La stabilité des équipes

49Une troisième variable de différenciation des lignes tient à la stabilité des équipes. Plus le domaine est jeune, plus les expériences sont tâtonnantes, innovantes et explorent des directions multiples, plus il est difficile de figer l’architecture de la ligne. Or, ces domaines récents, donc les moins reconnus, sont ceux où les scientifiques sont le plus souvent embauchés pour cinq ans, soit qu’ils doivent faire leurs preuves, soit que ce soit à leur ligne de prouver qu’elle peut attirer une véritable demande, soit enfin que leur communauté doive démontrer son intérêt scientifique. Les lignes d’imagerie ou celles de cristallographie étaient dans cette situation en 1992 et elles ont manifestement réussi dans leur entreprise puisqu’elles bénéficient d’une forte demande et d’équipes stabilisées en 2005.

50Certaines communautés dépérissent tandis que d’autres apparaissent, toutes luttant pour définir et gérer le maximum de lignes. Il en résulte que certaines équipes tournent davantage. Cela les amène à développer une activité scientifique dans des circonstances différentes et occasionne des difficultés spécifiques pour les groupes de support :

Sur ID 22, il n’y a que le BLOM qui est en CDI, car les différents comités scientifiques ont dit que ce n’était pas la peine de mettre des emplois permanents. Un postdoc est devenu second scientifique sur cette ligne. On savait que leur instrumentation était en retard, on a fait un effort violent pour leur donner une instrumentation qui converge vite. Elle était en retard à cause de la rotation des scientifiques. Il y en a d’autres : ID 03, tout le monde est parti en même temps, ou ID 26, tous les scientifiques sont partis en même temps deux fois de suite. La pérennité du savoir est un vrai problème ici. Les scientifiques veulent cette rotation, mais je peux vous dire que c’est dur. (Bureau d’études, 2005)

La variable de l’échantillon

51Enfin, les lignes se différencient selon la nature des échantillons qu’elles traitent. Dans les expériences liées au vivant, on ne peut pas, pour des raisons d’efficacité et d’éthique, laisser un animal anesthésié trop longtemps dans le faisceau, ce qui exclut certains modes de fonctionnement de la machine. On ne peut pas non plus automatiser les lignes concernées car l’on ne peut ni accélérer le temps d’anesthésie ni multiplier les expériences. Le caractère explosif ou nocif de certains produits utilisés accroît les contraintes liées à la sécurité. Dans les deux cas, les lignes doivent recréer un environnement qui permette la réalisation des expériences :

La biologie, c’est vivant, il faut presque doubler les équipes, il y a ceux qui préparent les échantillons et ceux qui les traitent, on les récupère, on met des marqueurs derrière. C’est des manips lourdes, il faut plus de monde. (Postdoc, 2005)
Avec la chimie, il y a des contraintes au niveau sécurité, notre personnel est choisi en fonction des manips. On a un scientifique et un postdoc qui sont chimistes, mais ils rencontrent des problèmes d’instrumentation. On se construit donc un labo de chimie pour la catalyse, il faut montrer que cela marche, l’ESRF est très positive, on peut construire. Cela dit, faire une séparation nette entre la chimie et la physique, ce n’est pas évident. (Expériences, 2005)
Quand je suis arrivé, il n’y avait rien à l’ESRF pour cultiver des cellules, c’est la base. C’est des outils conçus pour la physique et pas pour la biologie. J’allais à EMBL pour préparer mes cellules. En biologie, les protocoles sont plus longs, on ne peut pas venir une semaine et repartir. (Ancien postdoc, 2005)

52Face à un instrument qui n’a pas tout à fait été pensé pour eux, les chimistes et surtout les biologistes doivent accroître la taille des équipes et multiplier les coopérations, ce qui les expose au risque de se voir accusés d’indifférence à l’égard du synchrotron ou de l’ESRF. Ils doivent, plus que d’autres responsables de ligne ou d’autres scientifiques, plaider leur cause, car ils ne demandent pas seulement un temps de faisceau (plus élevé en outre que ce qui avait été anticipé initialement, le nombre d’expériences de biologie étant bien plus important que ce qui était prévu) mais une certaine reconstruction de l’instrument selon leurs besoins, à commencer par la création de laboratoires autonomes de chimie, d’une animalerie ou simplement de bureaux pour accueillir leurs équipes.

53Les cristallographes représentent un autre type d’utilisateurs. Leurs expériences sont courtes (parfois quelques minutes), standardisées et nombreuses. Le fonctionnement des lignes de lumière n’offre absolument aucun intérêt pour eux ; dans l’idéal, ils aimeraient ne pas venir, envoyer leur échantillon par la poste et recevoir les données en n’ayant quasiment aucun contact avec l’équipe de l’ESRF. Sur les lignes de cristallographie, outre cette indifférence relative des utilisateurs qui rend les coopérations plus délicates, la difficulté tient également à la pression commerciale née des relations avec des firmes pharmaceutiques qu’il faut veiller à ne pas décevoir. Au contraire, les physiciens restent une semaine en moyenne pour une seule expérience, s’intéressent beaucoup à l’architecture de la ligne et ont tendance à la modifier autant que possible à leur convenance, ce qui comporte toujours le risque de casser et, bien sûr, oblige à tout remettre en ordre après leur passage.

54À nouveau, il apparaît, cependant, que la notion de discipline est trop imprécise. Il est, en pratique, difficile de distinguer les expériences qui relèvent de la chimie et de la physique ; beaucoup de physiciens s’adressent aux comités de sélection de la chimie, et vice-versa. Les cristallographes n’ont pas grand-chose à voir du point de vue de leurs demandes et de leurs pratiques avec les biologistes du vivant, même si ces deux groupes sont rattachés à la biologie. De plus, les lignes de cristallographie, comme toutes les autres, peuvent être utilisées par des biologistes ou des chimistes. Ce sont définitivement moins les utilisateurs qui comptent que les expériences auxquelles ils se livrent, et donc les lignes auxquelles ils postulent. On retrouve, de ce point de vue, le constat qu’il est préférable de réfléchir en termes de communautés épistémiques plutôt que de disciplines, ce que confirme du reste la typologie que nous allons désormais élaborer. En effet, celle-ci montre que les lignes se différencient selon des critères très précis ; que certaines soient monodisciplinaires alors que d’autres accueillent des chercheurs de disciplines diverses ne suit nullement à expliquer leurs spécificités de fonctionnement.

Une typologie des lignes et des collectifs autour d’elles

55Précisons, tout d’abord, que, comme toute typologie, celle que nous allons présenter grossit le trait et que beaucoup de lignes n’entrent pas tout à fait dans le cadre global qu’elle propose. A l’extrême, on pourrait dire, à l’instar de beaucoup d’employés de l’ESRF, que toutes les lignes sont singulières. De fait, autour de chaque ligne se forme un collectif composé des scientifiques qui l’exploitent et la développent, des ingénieurs et techniciens qui s’occupent du support et des utilisateurs. Il suit que l’un des membres de ce collectif change pour que le fonctionnement même de la ligne soit affecté.

  • 6 Cela peut être un conservateur qui veut examiner une archive, une statue ou tout objet ancien, une (...)

56C’est parfaitement évident si les utilisateurs changent. Il arrive qu’une ligne soit réaffectée, change de communauté scientifique, parce que la demande des utilisateurs a évolué ou parce que l’équipe concernée n’a pas réussi à faire la preuve de son efficacité ou de l’intérêt des expériences réalisées. Toutes les lignes sont touchées par les changements de caractéristiques des utilisateurs, dont le principal est l’ouverture grandissante à des personnes étrangères au monde des synchrotrons6 ; certaines le sont cependant de manière plus radicale.

57Il en va de même si le responsable de ligne change, voire un membre de l’équipe. L’arrivée d’un postdoc ou d’un doctorant peut se traduire par l’introduction d’un nouveau thème de recherche, par le lancement de nouveaux instruments ou logiciels et, très souvent, par la mise en place d’une coopération renforcée avec son université d’origine (qui assurera la création de ces outils). Les changements sont également possibles, bien que ce soit moins fréquent, lors du changement d’un membre des supports, qu’il apparaisse comme novice et qu’il faille le former, ou au contraire qu’il soit si expert qu’il parvienne à influer de façon sensible sur la préparation et la réalisation des expériences.

58Il n’en reste pas moins qu’on peut selon nous distinguer quatre types principaux de lignes. Chacun se caractérise par une variété d’utilisateurs et le degré de familiarité que ceux-ci ont avec le rayonnement synchrotron, par le degré de stabilité de la ligne, par la durée moyenne des expériences et par la nature plus ou moins hiérarchique, standardisée et formalisée des relations au sein de la ligne.

59Ces catégorisations sont, bien sûr, discutables : beaucoup de lignes se trouvent dans une situation intermédiaire, ne serait-ce que parce que les types dégagés correspondent aussi à des stades d’évolution. Il convient enfin d’ajouter qu’aucun de ces types n’est, à nos yeux, préférable à un autre et que les appellations que nous proposons ne préjugent en rien de la qualité de la science menée sur chaque ligne.

Tableau 13 : Une typologie des lignes en 2005

Tableau 13 : Une typologie des lignes en 2005

Les lignes à configurations multiples

60Sur ces lignes, la configuration varie beaucoup et les set-up disponibles sont nombreux. Les membres de l’équipe et les supports démontent des équipements, les remontent différemment ou en remontent d’autres à quasiment chaque expérience. L’innovation perpétuelle est extrêmement valorisée et, même si tous connaissent en théorie les configurations des autres membres de l’équipe, chacun développe le plus souvent la sienne :

On a tous un peu un sujet de prédilection. On s’est défini un type d’expérience. Au final, on a chacun un peu une configuration. On a développé des fiches explicatives pour que chacun puisse faire les autres. Mais les notices sont valables pour les configurations très établies. On en a une en cours de développement, à chaque fois c’est différent, puis il y aura une phase de maturité où il n’y aura plus trop de développement matériel. En général, une configuration vient d’une idée d’expérience qui n’a pas encore été faite, on adapte tout pour optimiser la prise de données en fonction de cette expérience. On crée un four pour avoir des vitesses de chauffage spécifiques, on optimise la vitesse d’acquisition du détecteur. Cela part d’une idée qui vient du scientifique, de la littérature ou des demandes des utilisateurs. Après, par les articles ou les présentations, cela se diffuse dans la communauté, on dit qu’on fait des manips un peu uniques au monde. Cela montre qu’on s’adapte, qu’on ne stagne pas. (Postdoc, 2005)

61Les explications fournies à cette perpétuelle reconfiguration des lignes varient selon les observateurs. Pour ceux qui sont extérieurs à la ligne, une part tient à une mauvaise organisation de l’équipe et à une mentalité de « cow-boys » (sic.), une autre part venant de l’hétérogénéité des expériences et de l’insuffisance du budget (qui ne permet pas de construire deux ou trois cabines dont chacune serait adaptée à un type de demande). Pour les scientifiques de ces lignes, la jeunesse de leur domaine d’étude explique leur mode de fonctionnement.

Notre ligne est complètement différente, c’est comme un LEGO, on fait de la cristallographie des protéines, de la dynamique des systèmes, on doit réarranger les blocs presque chaque semaine. C’est en partie parce que notre domaine de recherche est très jeune, il se développe dans beaucoup de directions à la fois. On n’a pas une communauté assez grande pour fixer la ligne dans une seule direction. On a un utilisateur qui veut essayer les hautes pressions, puis il revient l’année suivante et dit qu’il a besoin du microfaisceau. Si on stoppe, la ligne sera fermée dans cinq ans car les utilisateurs auront perdu tout intérêt. (Scientifique, 2005)
Demain on va installer un extruder. On va démonter la moitié de la ligne pour installer cette pièce de 200 kilos. C’est utilisé une seule fois, c’est intense et pas valorisant pour moi au niveau de ma recherche. (Postdoc, 2005)

62Les deux explications sont complémentaires. Ces lignes sont récentes et très innovantes, leurs équipes sont jeunes, elles n’ont pas l’expérience de ceux qui ont conçu leur ligne il y a dix ou quinze ans. Ceux-ci ont appris à s’organiser de manière efficace et bénéficient, de ce fait, de plus de temps pour rechercher et obtenir des financements, ce qui leur permet de créer des cabines qui simplifient le fonctionnement quotidien de la ligne. Ici, l’argent est plus rare, mais surtout la petitesse des communautés d’utilisateurs ne justifie pas d’investir dans la stabilisation d’une configuration :

On peut dédier une cabine à une expérience, après c’est de l’argent qui dort. On a deux cabines accessibles aux utilisateurs, avec quatre types d’expériences différentes dans l’une et deux types dans la seconde, il faudrait six cabines. On pourrait augmenter le nombre d’utilisateurs, mais il faudrait augmenter le personnel. Certaines lignes ont été pensées pour être stables car il y a énormément d’utilisateurs. Nous, la communauté est restreinte. (Postdoc, 2005)

63Ce sont également des lignes où le matériel, du fait de la faible demande, n’est pas toujours disponible dans le commerce ou est difficile à fabriquer à des coûts acceptables ; il faut donc le développer soi-même. En raison de la jeunesse du domaine et du caractère pionnier des scientifiques, l’autoconsommation du faisceau semble plus forte que sur les lignes plus établies. Le jour d’arrêt hebdomadaire de la machine (MDT) est un moment de travail intense car on l’utilise pour reconfigurer la ligne ; la bonne volonté de tous est alors requise. Il en résulte que les différences de statut sont en partie gommées. Un BLOM est le plus souvent un scientifique comme les autres, les postdocs sont extrêmement importants car ils représentent l’avenir de la communauté, une partie importante des développements de l’instrumentation et un lien précieux avec les utilisateurs extérieurs.

64Ces derniers, sur ce type de ligne, représentent une réelle inconnue. Même si elles accueillent comme les autres de plus en plus de néophytes, ces lignes ne leur sont pas destinées et ne sont pas conçues pour eux. Le personnel est trop rare, le matériel trop spécifique et trop difficile d’accès pour que ce type d’utilisateurs soit ici à sa place :

Le bon utilisateur, c’est quelqu’un qui sait bien ce qu’il fait, qui a fait une proposition en adéquation avec la ligne. Il est indépendant, comprend la logique de l’expérience. Un mauvais, c’est quelqu’un qui n’est pas sûr de ce qu’il veut faire, il faut l’assister pour tout. (Postdoc, 2005)

65Chacun (scientifiques, postdocs, BLOM) est plus ou moins responsable d’une configuration qui correspond à un domaine de recherche, et les utilisateurs sont répartis entre eux. Le planning est fait de façon à essayer de ne pas trop alterner les configurations d’une expérience et d’une semaine à l’autre.

66Pour les groupes de support, ce type de ligne représente une forte contrainte. Il leur faut apporter un soutien vraiment quotidien, toujours dans l’urgence, et, en particulier, intervenir assez régulièrement lors des remontages de la ligne :

C’est clair que les lignes moins stables demandent de bien repérer et marquer les choses. C’est plus lourd, il y a un gros travail de préparation. (Électronique de contrôle, 2005)

67Quand ce type de ligne connaît le succès, elle change de nature, d’une part car ses utilisateurs se professionnalisent et, d’autre part car il y a une convergence au moins relative des expériences. Le nombre de configurations possibles se réduit de cinq ou six à trois ou quatre, puis à deux. Des cabines sont créées pour faciliter les transitions entre deux expériences. Au terme du processus, la ligne se spécialise sur les recherches les plus intéressantes ou on en crée deux à la place d’une. Cela ne change pas seulement le statut de la ligne, mais aussi son mode de fonctionnement et ses relations avec l’extérieur :

On reconstruit beaucoup la ligne. On change la motorisation, le détecteur, l’environnement de l’échantillon. C’est très coûteux en temps et en ressources humaines. […] Ils [l’équipe de la ligne] ne sont pas très méthodiques, on en soufre beaucoup. Mais cela diminue un peu, ils ont dupliqué les moteurs pour ne pas toujours les recâbler. Ils ont mis plus de moyens. On est passés de cinq configurations à trois. (Ingénieur support, 2005)

68Si la communauté se structure et se développe, une ligne à configurations multiples peut devenir une (ou plusieurs) ligne « communautaire ».

Les lignes communautaires

69Dans ce second type de ligne, toutes les lignes s’appuient sur une communauté relativement centrale, même s’il arrive également que des néophytes interviennent. Elles sont beaucoup plus stables que les « lignes à configurations multiples », et on ne les reconstruit pas de façon plus ou moins importante pour chaque expérience. Cela ne signifie ni que les expériences qui s’y déroulent sont routinières, ni qu’elles ne représentent pas de défis scientifiques et techniques. Au contraire, comme ces lignes représentent une spécialisation, elles vont souvent au bout des possibilités actuelles. On y trouvera par exemple de façon régulière des expériences dans l’ultra-vide.

70Comme il existe une communauté, les responsables de ligne ont pour priorité d’entretenir des collaborations de long terme avec des scientifiques du domaine. Selon les cas, ils connaissent entre 60 et 80 % de leurs utilisateurs et, réciproquement, ceux-ci sont très au courant des possibilités de la ligne et de la manière dont elle fonctionne. Ils n’ont pas vraiment besoin d’aide mais posent en revanche d’autres problèmes :

Il peut y avoir un problème avec des gens qui connaissent très bien la ligne, qui ne respectent plus les procédures sans se rendre compte que nos procédures ont évolué. (BLOM, 2005)
C’est vrai qu’il y a des utilisateurs incontrôlables, ils en veulent toujours plus, ils sont gentils, ils sourient, on ne peut pas refuser. Les plus incontrôlables, c’est les vieux briscards, ils savent qu’on peut le faire. Si on l’a fait une fois, on sera obligé de le faire deux ou trois fois. Ceux qui reviennent, ils se sentent chez eux. Par exemple, un utilisateur voulait tourner le détecteur, cela prend deux heures, il l’aurait dit avant, il n’y aurait eu aucun problème à le faire mardi pendant le MDT. S’il le dit le mercredi au début de l’expérience, il perd deux heures de faisceau. (Technicien de ligne, 2005)

71Les utilisateurs novices ont, bien sûr, aussi accès à ces lignes et ils sont même de plus en plus nombreux (ils représenteraient à peu près 20 % des expériences) mais ils n’y sont pas vus comme le partenaire naturel :

Il faut nous occuper des utilisateurs qu’on nous donne. Parfois, vous vous demandez pourquoi leur proposition a été acceptée. Vous avez des personnes qui ne connaissent rien aux rayons X, il faut leur tenir les mains. C’est une grosse charge pour le contact local. […] Quand je reçois la liste des propositions acceptées, je regarde ceux que je connais. Il y a 20 % des utilisateurs que je ne connais pas, qui viennent pour la première fois à l’ESRF et certains pour la première fois dans un synchrotron, cela fait trop de choses à absorber. (Responsable de ligne, 2005)

72En fait, ces lignes communautaires représentent le cœur du monde des synchrotrons. Elles se confrontent aux problèmes théoriques clairement répertoriés dans la littérature alors que les lignes à configurations multiples sont davantage exploratoires. Elles signalent, en même temps qu’elles les renforcent, les degrés d’achèvement, du point de vue de la recherche et de l’instrumentation, atteints par telle ou telle communauté scientifique. Pour autant, ces lignes communautaires ne se distinguent de celles à configurations multiples que par une plus grande stabilité et par une plus grande homogénéité de leur public. Dans cette logique, les lignes communautaires représentent l’étape suivante de la vie des lignes à configurations multiples, mais il ne s’agit pas d’un trajet nécessaire et irréversible. La personnalité du responsable de ligne joue beaucoup, certains préférant toujours développer plusieurs techniques simultanément et d’autres se concentrer sur une seule :

On adapte la ligne à des thèmes et on la développe dans différentes directions. Ce qui vous retient de faire dix cabines, ce n’est que le personnel. Si on sent qu’on a exagéré, on ramène la ligne à l’essentiel, c’est ça la vie de la ligne. Il y a toujours un staff qui a des intérêts, il faut toujours recadrer l’intérêt de la ligne. (Responsable de ligne, 2005)

73Une ligne communautaire peut redevenir à configurations multiples si la technique qu’elle avait privilégiée a épuisé ses vertus. Il y a, entre ces deux premiers types, une différence de degré et non de nature, et des passages possibles de l’un à l’autre. Ce sont deux subdivisions d’un même type. De façon analogue, les deux derniers types que nous allons désormais présenter sont également très proches entre eux et différents de ces deux premiers groupes de lignes.

Les lignes à publics multiples

74Un certain nombre de lignes, en particulier celles d’imagerie, se caractérisent par la diversité et l’inexpérience des publics qu’elles accueillent, comme des médecins, des paléontologues ou des conservateurs de musée.

75Face à des utilisateurs qui ne savent parfois pas ce qu’est un synchrotron, comment il fonctionne et quels résultats il permet d’obtenir, les équipes de ces lignes doivent, selon l’expression usuelle au sein de l’ESRF, leur « tenir les mains ». Elles doivent s’en donner les moyens, ce qui suppose de recruter plus de personnel que l’équipe théoriquement dédiée à une ligne.

Nos utilisateurs ne savent pas ce qu’est un monochromateur, un détecteur. Ils veulent juste utiliser, c’est pour cela que l’équipe de la ligne est très importante, elle donne un support technique quand les utilisateurs démarrent leurs expériences. (Ligne médicale, 2005)
La responsabilité du contact local est de prévoir l’imprévisible, on a des utilisateurs qui ne connaissent rien du tout au synchrotron. On est pas mal de monde sur la ligne, l’organisation doit être très bien faite. Un utilisateur néophyte, cela veut dire beaucoup plus de support, c’est souvent une expérience sur des organismes vivants, il y a des contraintes temporelles très fortes. On sait deux mois à l’avance que le 27 juin à 8 h 30 on irradie ce rat, on doit être prêt. Sur d’autres lignes, ils mettent un échantillon, ils l’alignent deux ou trois jours, puis passent toutes les deux ou trois heures voir si les données qu’ils enregistrent sont correctes. Nous, ce n’est jamais comme cela, il faut toujours être là. (Ligne médicale, 2005)

76Sur ces lignes, les équipes ne sont pas seulement plus importantes numériquement, elles sont plus hiérarchisées. Le travail du responsable de ligne est certes d’accueillir et d’aider les utilisateurs, de faire des choix stratégiques du point de vue de l’orientation scientifique, il est surtout de trouver de nouveaux utilisateurs et, plus qu’ailleurs, du personnel et des équipements supplémentaires. Cela suppose de nouer des coopérations internationales et donc de suivre les appels d’offres aux niveaux français et européen :

Il faut faire de la pub de différentes façons, en essayant de publier les résultats scientifiques au plus haut niveau possible dans les revues, en présentant des travaux aux conférences, et, ce qui est encore beaucoup plus important, en discutant avec les gens, en allant voir ceux qui font des choses similaires, en leur disant les possibilités qu’on a ici, en les invitant, en les sollicitant par écrit, en essayant de surfer sur les vagues. On est souvent contactés par des scientifiques externes qui nous proposent des choses, s’il n’y a pas d’expertise interne sur ce domaine, la collaboration externe d’un scientifique est très bienvenue, on essaye de lui donner tous les moyens pour avoir la meilleure proposition possible. La première question à se poser est de savoir s’il a déjà travaillé avec un synchrotron. Si ce n’est pas le cas, il faut lui expliquer ce qu’on peut faire ou pas, car les gens peuvent avoir une idée très naïve, ils croient qu’on appuie sur un bouton et qu’on a les résultats. La phase suivante est de lui demander de mettre par écrit le protocole de recherche, en ajoutant la littérature. On va ajouter la partie technique, on dit comment faire la manip. On se regarde en face pour savoir s’il a compris de quoi il s’agit, on utilise un langage simple. (Responsable de ligne, 2005)

77En raison de cette tâche de prospection, le responsable de ligne confie, en grande partie, à son équipe la responsabilité de l’accueil et de l’aide aux utilisateurs. Mais, pour bien fonctionner, les lignes de ce type nécessitent aussi que soit construit tout un environnement spécifique comme des laboratoires de biologie, de chimie, ou une animalerie. Plus que d’autres, elles sont donc intéressées à des coopérations avec des acteurs scientifiques géographiquement proches, au risque d’être accusées de ne pas tout à fait respecter le caractère européen de l’ESRF :

On peut avoir dans notre groupe trois fois plus de personnes sur chaque ligne que ce qui est prévu par l’ESRF. Car l’imagerie s’adresse à des communautés très variées. Ces gens-là ne connaissent pas nécessairement le synchrotron, par exemple les paléontologues, donc il faut absolument quelqu’un qui les aide du début à la in. Donc on va chercher des aides européennes pour financer ces personnes, mais aussi on va chercher des collègues qui veulent faire des recherches avec nous, des universitaires, des chercheurs du CNRS, de l’INSERM, et en échange ils donnent un coup de main. Ils ont un bureau ici, c’est en accord avec leur chef de labo car il a quelqu’un de compétent qui peut amener des sujets de qualité vers l’ESRF. Et il peut profiter d’un désistement. (Groupe imagerie, 2005)

78Encore convient-il de préciser que, comme pour les deux premiers types de lignes que nous avons distingués, les utilisateurs ont appris à connaître le monde synchrotron, ont formé des étudiants qui ont fait des thèses et décroché des postes, et que ces lignes ne sont pas nécessairement destinées à toujours accueillir des néophytes. Elles peuvent, elles aussi, devenir communautaires, à supposer, toutefois, que leurs utilisateurs se structurent dans cette perspective :

La mission est toujours la même, faire en sorte que la manip fonctionne bien, mais au début, c’était beaucoup plus de travail que maintenant. La ligne s’est rodée, le personnel n’était pas vraiment expert, elle avait été conçue comme ça pouvait, on a vu les tâches répétitives, on a été plus efficace. (Scientifique, 2005)

79Il est vrai qu’elles peuvent aussi se développer dans une autre direction et, comme les lignes de cristallographie l’ont fait, tenter de s’ouvrir davantage aux néophytes plutôt que de chercher à se développer comme des centres de recherche plus autonomes et complets.

Les lignes rationalisées

80Il est temps d’aborder les lignes de cristallographie macromoléculaire. Elles constituent le seul ensemble de l’ESRF dont le caractère de groupe n’est mis en doute par personne et elles sont les seules également à revendiquer une vocation « industrielle ». Nous ne voulons pas signifier par là que leurs utilisateurs sont majoritairement des entreprises (la proportion est plutôt du tiers, ce qui reste considérable), ni que ces lignes auraient abandonné toute volonté de conduire des recherches scientifiques, même si le problème est réel pour elles, mais qu’elles ont entrepris de rationaliser et d’industrialiser autant que possible le traitement de leurs publics.

81Ce pôle important de l’ESRF est perçu par tous en 2005 comme travaillant sur un thème plein d’avenir, parce qu’il fait l’objet d’une demande considérable, mais aussi comme un domaine à l’évolution problématique. Ce groupe est sans doute, en effet, le plus menacé par le développement des synchrotrons nationaux, en particulier par DIAMOND, environ un tiers des utilisateurs étant britanniques. Les nouvelles sources nationales pourront, au surplus, s’organiser de façon plus adaptée à la demande en regroupant les lignes de cristallographie, alors que celles-ci sont, à l’ESRF, dispersées dans tout l’anneau car on n’avait pas prévu de tels besoins à l’origine.

  • 7 C’était le but du programme BIOXHIT (Biocristallography (X) on a Highly Integrated Technology Plat (...)

82Ce sont aussi des lignes de biologistes qui ne s’intéressent absolument pas au synchrotron en tant que tel. Les expériences sont standardisées, courtes (parfois quelques minutes). Non seulement la configuration ne varie pas, ou, le plus souvent, quasiment pas, selon les expériences, mais tout est fait pour que les diverses lignes du groupe (et même d’Europe7) aient une interface informatique la plus semblable possible et pour que la manipulation y soit aussi simple que possible. Le support d’échantillon est standardisé et, au contraire de la plupart des autres lignes, il est rare qu’il faille construire une pièce au dernier moment. Selon les termes consacrés, il s’agit moins de « science » que de « mesure » :

La manip ne fait pas partie de la science. C’est un outil, ils s’en foutent complètement, ça fait un peu la chaîne. On change d’utilisateur tous les jours sur les sept stations. Il n’y a aucun intérêt scientifique pour un scientifique, il a donc été très difficile pour nous d’attirer du personnel. On ne fait presque jamais de collaboration avec nos utilisateurs, ce qui est très différent des autres lignes. […] Mais la communauté accorde beaucoup d’importance à ce qu’on peut faire avec le rayonnement synchrotron. C’est un outil, mais un outil important, sans lequel elle ne pourrait rien faire. (Cristallographie macromoléculaire, 2005)
Il faut automatiser les lignes, ils sont biologistes, ils ne connaissent pas le synchrotron, ils doivent pouvoir utiliser juste Windows. Cela doit être très simple. L’idée, c’est de standardiser les lignes dans toute l’Europe pour qu’un utilisateur qui a fait une expérience dans l’Union européenne puisse utiliser toutes les autres lignes. D’ici cinq ans, on pourra piloter la ligne depuis les labos des utilisateurs. (Cristallographie macromoléculaire, 2005)

83Ces lignes ont des coopérations nombreuses et importantes avec les industriels, notamment les firmes pharmaceutiques. Celles-ci apportent de nombreux échantillons lors d’une manipulation, les mettent sous le faisceau les uns après les autres pour regarder leur structure, et repartent avec les photos. Les équipes des lignes travaillent pour gagner encore du temps en créant des robots chargés de tester une cinquantaine d’échantillons à la suite sans intervention humaine.

  • 8 On retrouve ici les enseignements des études classiques de sociologie des organisations sur l’inlu (...)

84C’est dans ce contexte que le BLOM, s’il reste un scientifique, se rapproche le plus de son rôle théorique, celui d’un responsable opérationnel. Il dirige des techniciens, fait le planning, ce qui n’est pas une mince affaire pour sept lignes, vingt contacts locaux, cinquante groupes de recherche. Il veille également à ce que chaque responsable de ligne ne personnalise pas trop sa ligne, ce qui différencie ce groupe des autres. Surtout, il ne se vit pas tout à fait comme un chercheur, mais plutôt comme un « bon manager scientifique » ou un instrumentaliste, ce qui est là aussi très différent des autres lignes et, en particulier, de celles à configurations multiples. L’organisation est, en un mot, aussi rationalisée que possible pour gérer une demande très forte, très homogène et très stable8 et tous, utilisateurs, lignes et scientifiques, sont plus ou moins interchangeables :

En principe on peut mettre n’importe quel contact local pour n’importe quel utilisateur, mais on met quelqu’un d’expérimenté pour un utilisateur qui a besoin de pas mal de support. Il n’y a pas de liaison entre un BAG et un scientifique. Avant, on demandait aux utilisateurs leurs dates préférées. Maintenant on leur demande leurs indisponibilités car on ne s’en sortait pas. On fait tourner les groupes sur les lignes, ils ont une distribution égale sur les modes et les lignes. (Cristallographie macromoléculaire, 2005)

85Comme toute entreprise industrielle, ces lignes sont confrontées à des problèmes de production, que ne rencontrent pas les autres. Dans la mesure où les expériences y sont plus nombreuses et plus fréquentes pour chaque utilisateur, les annulations y sont, en effet, mécaniquement plus nombreuses que sur les autres lignes, où il n’y en a apparemment qu’une ou deux par an :

Il y a assez souvent des annulations. On essaye de donner des jours spécifiques. De temps en temps il n’y a pas assez d’échantillons. Donc on essaye de trouver d’autres utilisateurs, sinon on fait de la in-house research, de l’entretien. […] S’ils ont demandé deux jours, ils peuvent dire qu’ils ont assez d’échantillons pour un jour mais pas deux. On libère donc une ligne ce jour-là pour un accès rapide. On arrive à remplir sans problème avec nos recherches et les groupes locaux, EMBL, IBS, IVMS [Institut de virologie moléculaire et structurale], etc. Ce n’est pas la peine de gaspiller du temps, c’est à peu près une fois par semaine qu’on doit réorganiser un créneau. Si l’utilisateur annule à la dernière minute, le scientifique s’en sert pour développer la ligne ou faire de la in-house research. (Cristallographie macromoléculaire, 2005)

86En outre, ces lignes ont plus de difficulté à développer une activité scientifique. Dans la mesure où leur communauté s’intéresse peu au synchrotron, il est difficile aux scientifiques de publier des articles ou de se faire une réputation sur l’instrumentation de la ligne. Il y a, ici, un découplage entre l’activité scientifique et le service aux utilisateurs qui n’est observable sur aucune autre ligne, pas même sur celles à publics multiples.

La vie des lignes

87La classification que nous venons de proposer est loin d’épuiser la description des lignes. Celles-ci peuvent passer d’un type à l’autre ou être dans une situation intermédiaire. Il y a aussi des collaborations entre les équipes, et, plus généralement, une vie des lignes. Chacune cherche continuellement à se développer, son personnel change et les supports s’adaptent ou, au moins, essayent de s’adapter, à cette évolution permanente.

Les relations entre lignes

88Pour tous les membres de l’ESRF, il est établi que le salut réside dans le mouvement et qu’aucune ligne, pas plus que l’ESRF dans son ensemble, ne peut se reposer sur son acquis :

Si un institut scientifique de ce type entre dans une phase de routine, il est condamné à brève échéance. Je ne dirais pas qu’il doit faire de la fuite en avant, mais de l’innovation constante, être toujours à la frontière de l’innovation et de la technique. (Responsable de ligne, 2005)

89Tout est fonction de la demande. Une configuration de ligne est susceptible de disparaître si les utilisateurs la délaissent. Chaque ligne développe, de fait, quatre ou cinq projets par an avec le bureau d’études pour essayer d’être ou de rester en adéquation avec les propositions d’expériences. Inversement, en cas de succès, une logique de carrière scientifique émerge : un postdoc se forme sur une ligne, peut espérer devenir scientifique sur une ligne en exercice ou même responsable de la construction d’une nouvelle dans un autre synchrotron, voire enfin s’investir dans la définition de politiques scientifiques. Un scientifique qui a fait ses preuves se voit parfois récompensé, quand il ne devient pas chef de groupe, par l’attribution d’une seconde ligne.

Notre responsable de ligne était quasiment tout le temps sur la ligne avant, il n’était impliqué que dans celle-ci, puis il s’est occupé aussi d’une seconde ligne. Un BLOM a été recruté, il a trouvé plus naturellement sa place sur la seconde ligne car le responsable la connaissait moins bien, il a pu se décharger. Il y a pas mal de synchrotrons qui se développent à droite et à gauche. Donc mon responsable est impliqué dans pas mal de comités, de colloques. Il y a peu de spécialistes de son âge car c’est une technique pionnière. Quand un synchrotron se demande s’il va la développer, il lui demande. (Expériences, 2005)

90Quand un même responsable anime deux lignes, il peut les spécialiser l’une par rapport à l’autre afin de mieux répondre à la demande ou de mieux répartir les risques :

Ce sont deux lignes sur la spectroscopie d’absorption, une technique qui intéresse à peu près tout le monde, la physique, la chimie, la biologie, la géologie. BM 29 est une ligne standard de spectroscopie, tout est conçu pour avoir des expériences stables, reproductibles, avec un très bon rapport signal/bruit, c’est le 4x4. ID 24, c’est la Formule 1, elle est beaucoup plus compliquée, il faut beaucoup plus de travail pour avoir des résultats, mais elle n’existe pas ailleurs dans le monde. Elles sont très complémentaires, c’est pour cela qu’on les a jumelées. […] Sur BM 29, on peut se permettre d’avoir des néophytes car la technique est relativement simple. Sur ID 24, il est rare que cela fonctionne du premier coup, cela ne peut pas être ponctuel. BM 29, il y a une large communauté d’utilisateurs indépendants, c’est une ligne qui marche entre guillemets toute seule. Et je cherche à la stabiliser. Je n’ai pas la même attitude, j’ai toujours en arrière-pensée que ce soit très stable, facile d’utilisation. On veut des interfaces graphiques, on essaye de simplifier l’alignement. (Expériences, 2005)

91Les responsables de ligne qui n’ont pas la chance de disposer de deux lignes, mais qui n’assurent pas non plus le supplément de travail correspondant, ont toujours la possibilité de coopérer avec une autre équipe de façon plus ponctuelle. Les scientifiques gèrent ainsi de façon assez fine des rapports qui sont à la fois de concurrence et de partenariat. Chacun observe et est observé, ce qui donne lieu à des mouvements d’imitation entre les lignes.

Il ne faut pas écouter les scientifiques au pied de la lettre pour des choix techniques pour lesquels on est compétent. Ils ont tendance à raisonner en fonction de choses qu’ils ont vues chez d’autres et qui ont permis une belle manip. Ils disent que c’est cela qu’il leur faut, mais on sait que la manip n’a pas marché grâce à ça ou que la manip n’est pas tout à fait la même ; il a besoin de caractéristiques dont l’autre n’avait pas besoin. C’est positif qu’ils se regardent, cela facilite le transfert des bonnes choses d’une ligne à une autre. Les scientifiques sont en concurrence les uns avec les autres, mais c’était surtout vrai au début. Ils ne partageaient pas, gardaient pour eux ce qu’ils trouvaient qui marchait. Maintenant, c’est plus donnant-donnant. (Services techniques, 2005)

92Ce mimétisme ne se retrouve pas seulement à l’intérieur de l’ESRF, mais également entre les lignes d’une même communauté dans les différents synchrotrons, chacun cherchant à la fois à se singulariser et à innover sans pour autant rater un choix majoritaire ou une stratégie gagnante. C’est aussi par ces mouvements d’imitation et de distinction que passe la vie des lignes et leur continuelle évolution. C’est à eux que doivent s’adapter les supports.

L’affectation des supports

93Dans l’idéal, il faudrait évidemment affecter les ingénieurs et techniciens les plus expérimentés aux lignes dont le support représente une difficulté particulière. Mais ce n’est pas toujours possible, d’abord car un problème peut être temporaire, une ligne dont la complication est généralement bien maîtrisée pouvant tout d’un coup préparer un projet à la limite de la technologie ou avoir deux ou trois membres de son équipe qui partent à peu près en même temps. Les supports repensent donc surtout leur organisation à l’occasion des crises sur une ligne ou du recrutement d’un nouveau collaborateur :

Il y a trois critères : 1) La charge de travail de chacun des membres du groupe, si quelqu’un a quatre lignes, on essaiera de lui en enlever une. 2) On ne change pas une équipe qui marche bien. 3) La compétence de la personne qui arrive. (BLISS, 2005)

94L’évolution des équipes de support se fait par une suite de changements en deux temps. L’apparition d’une demande particulière sur une ligne amène à attribuer cette dernière à une personne expérimentée, laquelle se retrouve, de ce fait, avec trois ou quatre lignes à suivre. Le recrutement d’un nouveau collaborateur, éventuellement précédé d’un départ, permet de réaffecter les lignes et de résorber les déséquilibres de travail et de difficulté entre les membres du groupe. Pour les supports, l’arrivée d’un nouveau responsable sur une ligne se traduit, de toute façon, par une modification des demandes et des priorités. On retrouve, ici, l’influence de l’équation personnelle et de la plus ou moins grande stabilité des équipes :

Un nouveau responsable est arrivé. Il a cherché à comprendre. Tout a changé, les besoins n’étaient plus les mêmes ; on fonçait sur l’optique, il a mis les détecteurs comme priorité. Pour nous cela changeait du tout au tout. Le scientifique qui arrive sur une ligne a un degré d’importance énorme. Il y a aussi des responsables de ligne qui délèguent plus ou moins, le relationnel est différent. (Bureau d’études, 2005)

95Cette période (2005) est spécifique aux yeux des supports en ce qu’elle correspond au remplacement des constructeurs des lignes par de nouveaux scientifiques qui reçoivent un instrument en état de fonctionnement et affecté à des utilisations données. Les premiers connaissaient très bien le détail de leur ligne, savaient à quoi servait chaque câble et de quelle touche il ne fallait pas trop se servir. Les seconds connaissent le principe de tous les équipements sans bien mesurer ni la perfection de leur réalisation, ni leur degré plus ou moins grand d’usure. D’où une attitude très différente, et une logique générale qui pousse toutes les lignes vers une automatisation de plus en plus grande et une amélioration des interfaces au fur et à mesure que la génération fondatrice cède la place :

Ceux qui ont reçu une ligne déjà faite veulent, comment dire, quelque chose de plus automatique, ils ne veulent pas savoir comment cela marche. C’est logique, le premier va mettre des bouts de ficelle ensemble, le second va automatiser. […] Nous, la demande est moins ciblée avec quelqu’un qui connaît moins bien la ligne, on passe de « ce truc est cassé » à « ça ne marche pas ». (BLISS, 2005)

96La demande a changé en ce que les besoins initiaux en termes de mécanique ont été remplacés par des demandes qui relèvent davantage de l’informatique :

Le groupe clé, qui est vital pour nous, c’est le BLISS, c’est vrai sur toutes les lignes, car tout finit devant un clavier. Avec la rareté du personnel et les cadences infernales, il faut automatiser les lignes. Ces gens-là se défoncent, ils ont la mentalité qui convient, ils ont compris le besoin du physicien, connaissent la pression de l’utilisateur. Le deuxième point majeur, c’est qu’ils fonctionnent en tant que groupe et pas en tant que personne. (Responsable de ligne, 2005)

97Enfin, selon tous les groupes de support, la vie des lignes, cela peut aussi être le départ plus ou moins simultané de toute une équipe de ligne. Ils doivent alors informer et, dans une certaine mesure, former la nouvelle :

La seule mémoire que je peux leur donner, c’est pourquoi on a fait ces instruments. J’ai des dossiers, les plans, car la plupart de ces trucs-là ne sont pas visibles, ils sont dans les chambres à vide. Souvent le scientifique ne sait pas du tout dans le détail ce qu’il y a dans les chambres à vide. […] J’ai passé plus de temps, ensuite, avec le nouveau, pour l’aider au maximum, l’aider à connaître le fonctionnement de l’ESRF et savoir tout ce dont il peut bénéficier comme support. J’ai donc passé beaucoup de temps à lui sortir des plans, à lui démonter des morceaux pour qu’il voie comment c’était dedans. Je l’ai aidé à faire le bilan de ce qui marchait et de ce qui ne marchait pas. (Bureau d’études, 2005)

98Même si l’équation personnelle joue incontestablement, s’il y a une part de hasard et peut-être parfois des mauvais choix dans les décisions des comités de sélection d’accorder ou non un contrat permanent à un responsable de ligne, la première thèse défendue dans ce chapitre est que les équipes n’ont pas un choix infini et qu’elles ne peuvent réellement fabriquer que quatre types de ligne. Ceux-ci sont donnés à titre indicatif mais ne correspondent pas exactement aux quatre techniques principales que nous avions précédemment décrites. L’idée d’un déterminisme technologique est ainsi invalidée.

99Cette conclusion est confortée par notre deuxième thèse, selon laquelle les lignes peuvent varier profondément dans leurs caractéristiques et évoluer d’un type à l’autre. Ces reconfigurations se produisent selon une temporalité propre à chaque ligne et à sa communauté. Elles sont néanmoins continuelles, et c’est par elles que s’opère la réponse aux attentes extérieures perçues par l’ESRF et l’équipe de la ligne.

100La troisième thèse est que ces réagencements incessants supposent une grande lexibilité des équipes et une organisation relativement différenciée des supports selon les lignes.

Notes

1 Le 16 bunch est un mode spéciique de remplissage de l’anneau qui permet de dégager des lashs de lumière et d’étudier les fluctuations temporelles. Peu de lignes l’utilisent mais celles qui le font ne peuvent le plus souvent vraiment travailler qu’avec lui.

2 Ce phénomène de compétition explique la rareté des coteries nationales au sein de l’ESRF, car la compétition est à la fois disciplinaire et nationale. Chacun lutte pour accroître son crédit auprès des scientifiques de son domaine mais aussi auprès des autorités scientiiques de son pays, ceux qui font les carrières, au moins dans les organismes internationaux comme l’ESRF, l’ILL, le CERN, etc.

3 On voit ici combien les normes de désintéressement et de communalisme que décrit Merton sont partagées et comme leur irrespect entame la déférence que tous croient devoir aux chercheurs (« Science and technology in a democratic order », Journal of Legal and Political Sociology, p. 115-126).

4 Micro-Electronics Development for European Applications. Ce programme (1997-2003) était destiné à aider l’industrie européenne des semi-conducteurs à développer de nouvelles techniques.

5 En théorie, l’ESRF ne peut pas attribuer plus de 10 % du temps disponible aux industriels. En pratique, les applications industrielles peuvent occuper 30 % du temps de faisceau sur certaines lignes particulièrement propices à ce type d’applications (celles de cristallographie des protéines par exemple).

6 Cela peut être un conservateur qui veut examiner une archive, une statue ou tout objet ancien, une personne qui entend étudier des questions liées à la protection de l’environnement, une entreprise intéressée par la structure du chocolat ou un scientiique qui demande à analyser les cheveux d’Agnès Sorel pour déterminer si sa mort (en 1450) est liée ou non à un empoisonnement, deux expériences qui ont fait grand bruit dans toute la presse européenne en 2004 et 2005. Ces expériences suscitent un tel engouement dans les médias qu’elles sont précieuses pour assurer le financement.

7 C’était le but du programme BIOXHIT (Biocristallography (X) on a Highly Integrated Technology Platform for European Structural Genomics, janvier 2004 - juin 2008), inancé par le sixième PCRD pour un montant d’environ 10 millions d’euros sur quatre ans, qui visait à créer une plateforme standard de cristallographie macromoléculaire commune à tous les synchrotrons européens. Il était coordonné par le synchrotron allemand DESY.

8 On retrouve ici les enseignements des études classiques de sociologie des organisations sur l’inluence de l’environnement, et notamment sur son degré de stabilité et de prévisibilité. On pourra consulter sur ce point L’acteur et le système, de Michel Crozier et Erhard Friedberg (ouvr. cité).

Table des illustrations

Titre Tableau 13 : Une typologie des lignes en 2005
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site