Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Deuxième partie. Une organisation apprenante (2005)

Chapitre IV

Un dispositif de scanning organisationnel

Texte intégral

1L’enquête de 2005 révèle une organisation fondamentalement différente des précédentes, celle de la phase d’exploitation, qui se caractérise par des évolutions quantitatives et qualitatives. La machine et les lignes ont confirmé leurs promesses et accru leurs capacités et performances, et certaines communautés, comme les cristallographes ou les médecins, ont su se structurer ou se renforcer pour tirer parti des possibilités offertes par l’instrument. Sur le plan de l’image de soi, l’ESRF peut s’appuyer sur ce succès : elle a répondu aux demandes de ses utilisateurs et rempli sa mission.

2L’ESRF a un bilan positif, d’abord, parce qu’en une décennie, elle a développé des procédures quasiment industrielles de traitement des propositions d’expériences et des utilisateurs tout en se plaçant entièrement au service de ceux-ci. De plus, cette organisation fonctionne comme un dispositif de scanning de l’environnement scientifique. Elle ne se contente pas de répondre aux demandes qui lui sont adressées, elle recueille aussi des signaux pour déterminer les directions de développement que doivent suivre les lignes, l’accélérateur et plus largement l’ensemble de l’ESRF.

3Ce dispositif a aussi des répercussions au niveau politique et stratégique. Lors des enquêtes précédentes, tous avaient en tête la concurrence des synchrotrons américain et japonais. Plus personne ne la mentionne en 2005. En revanche, les membres de l’ESRF ressentent comme une menace les synchrotrons nationaux de troisième génération qui fleurissent un peu partout en Europe. En effet, tous ces équipements ont les mêmes utilisateurs, financeurs et employés potentiels. En réaction à cette menace, l’ESRF cherche à collecter des informations sur son environnement scientifique et politique. La réponse qu’elle élabore est fondée sur le projet de devenir plus européenne et d’accroître ses coopérations avec les instituts voisins.

Les évolutions quantitatives

4Huit ans après l’enquête de 1996, on peut relever la poursuite de grandes tendances : l’augmentation continue du nombre d’employés de l’ESRF, celle plus mesurée de son budget et la progression confirmée des publications issues des expériences. Au-delà de ces persistances, cependant, le séjour de milliers d’utilisateurs chaque année a transformé en profondeur l’ESRF, lui a fait franchir un seuil.

Effectifs et organigramme

5Il est fort difficile, et pour ainsi dire impossible, de compter précisément le personnel de l’ESRF tant ses membres déploient d’ingéniosité à créer des statuts ad hoc afin de recruter les talents dont ils ont besoin. La Machine avait recouru aux peak loads durant la période de construction, les Expériences ont recours aux visiting scientists ou scientific collaborators durant la période d’exploitation. Nombreux sont ceux qui passent d’un statut à un autre avant de bénéficier d’un contrat permanent. En attendant de revenir sur cette profusion lorsque nous comparerons les lignes entre elles (voir chapitre 5), nous nous en tiendrons ici aux personnes recensées dans l’organigramme afin d’offrir une base de comparaison homogène avec le tableau 4 p. 81. On constate ainsi (voir tableau 6) que le nombre d’employés de l’ESRF a plus que doublé en treize ans. Cette progression est essentiellement due au directorat et, plus encore, aux expériences, dont les effectifs ont respectivement doublé et quintuplé. L’enquête de 1992 avait révélé la coexistence de deux pôles, la machine et les expériences ; en 2005, il n’y a plus qu’une seule superpuissance.

Tableau 6 : Effectifs de chaque division de l’ESRF en 1992 et 2005

Tableau 6 : Effectifs de chaque division de l’ESRF en 1992 et 2005
  • 1 Au-delà de 10 %, l’ESRF ne pourrait en effet plus être taxée comme une société civile.

6Il règne dans les autres divisions une certaine stabilité des effectifs qui s’explique par la fin de la construction. Près d’une décennie a passé depuis la réorganisation de 1997 et certains groupes ont été créés, comme, en 2002, l’Industrial and Commercial Unit (ICU) au sein du directorat qui s’occupe de l’activité commerciale de l’ESRF (vente de temps de faisceau ou de développements, dépôt de brevets) mais aussi les budgets européens (programme-cadre de recherche-développement, PCRD). L’ICU gère des montants non négligeables qui peuvent, selon les règles fiscales françaises, représenter jusqu’à 10 % du budget total de l’ESRF1. Des changements ont été opérés dans le rattachement de certains personnels. Ainsi, les opérateurs des expériences, qui étaient membres de TBS, sont désormais rattachés au groupe Sécurité au sein du directorat, ce qui explique la croissance numérique de celui-ci sur cette période.

7Une seconde évolution quantitative (et qualitative) consacre le succès de l’ESRF : elle compte de plus en plus de pays partenaires. Le Portugal l’a, le premier, rejointe en tant qu’« associé scientifique » (en janvier 1998). Israël (en novembre 1998), la République tchèque (en décembre 1998), la Hongrie (en juillet 2000), puis l’Autriche (en janvier 2002) et la Pologne (en juillet 2004) ont également signé des accords de ce type. En 2005, ces membres ajoutent chacun une quote-part au budget versé par les parties contractantes. Le Portugal, Israël et l’Autriche contribuent chacun à hauteur de 1 % du montant de ce budget, la Pologne de 0,6 %, la République tchèque de 0,44 % et la Hongrie de 0,2 % (voir tableau 10, p. 157). En retour, les utilisateurs et universités de ces états ont accès à l’ESRF. Ces accords ajoutent au caractère international de l’ESRF en tant qu’organisation et l’obligent à se penser comme un membre à part entière de l’espace européen de la recherche et à suivre les débats qui l’animent, voire à y participer.

Les indicateurs de performance d’un institut de service

8L’une des originalités et des missions de l’ESRF est d’être un institut de service. Or, après dix ans d’exploitation, il est absolument incontestable que ce rôle a été rempli. En ce qui concerne la machine, le nombre de pannes n’a cessé de diminuer, et le taux de disponibilité du faisceau, toujours supérieur à 95 %, a fini par atteindre 97 % en 2001, 2002, 2003 et 2004. Les statistiques sont encore supérieures si l’on fait abstraction du temps techniquement nécessaire pour réinjecter des électrons dans l’anneau, la disponibilité atteignant alors de 96 à 98 %. Ce mode de calcul est préféré par les employés de l’ESRF puisqu’il indique que ceux-ci ont également réussi à réduire le temps consacré à cette opération.

9Le MTBF (mean time between failures), c’est-à-dire le temps d’émission du faisceau entre deux pannes, a progressé de façon plus irrégulière mais, malgré tout, très sensible. Les utilisateurs y attachent beaucoup d’importance, en particulier ceux dont les expériences réclament un temps d’exposition élevé et doivent être recommencées si jamais le faisceau est perdu. Tous les utilisateurs saluent en outre la très grande stabilité du faisceau fourni par l’ESRF, une caractéristique qui leur évite de devoir régulièrement réaligner les instruments par rapport à lui. Si le déploiement de chiffres avantageux cache parfois une réalité moins glorieuse, cela ne semble pas être le cas à l’ESRF : les utilisateurs interrogés corroborent tous l’impression d’excellence que donnent ces indicateurs (voir infra).

Tableau 7 : Les indicateurs de performance de la machine

Tableau 7 : Les indicateurs de performance de la machine

10En ce qui concerne les expériences, on constate non seulement une augmentation presque continuelle du nombre d’utilisateurs, d’expériences et de publications, mais aussi une croissance assez régulière du nombre moyen de publications pour une expérience, qui frôle l’unité à partir de 2003 (voir le graphique 1, p. 85 et les graphiques 2 et 3, p. 153). Cette évolution prend en compte aussi bien les articles dans des revues scientifiques que les contributions à des ouvrages collectifs ou les communications à des conférences ou des colloques. En effet, dans la mesure où ces trois types de diffusion des expériences sont considérés comme également valables par les scientifiques et concourent tous à la vie de la communauté, c’est bien leur ensemble qu’il faut d’abord considérer. Précisons aussi qu’à la différence du tableau 8, dont l’objectif est de mesurer l’évolution des publications d’une population donnée, celle qui conçoit et développe les lignes de lumière, les graphiques 2 et 3 prennent en compte les publications issues de l’ESRF, c’est-à-dire aussi bien de ses utilisateurs que de ses membres.

11Si l’on se penche maintenant sur les seules publications des membres de l’ESRF dans des revues scientifiques, il apparaît à nouveau que leur nombre a considérablement augmenté, de même que celui des revues qui les acceptent : on passe de 159 revues (1993-1998) à 321 (1999-2004), soit un doublement. Il importe de prendre acte de cette dispersion toujours croissante, ainsi que de l’apparition dans la liste de périodiques représentant des disciplines absentes entre 1993 et 1998, notamment la médecine, deux points qui reflètent l’extension des utilisations de l’instrument synchrotron. On peut signaler ainsi l’apparition d’articles dans les revues Astronomy and Astrophysics, Caries Research, Chemical Geology, European Radiology, European Respiratory Journal, Journal of Biomedical Materials Research, Journal of Cerebral Blood Flow and Metabolism, Journal of Lipid Research, Medicine/Sciences, Molecular Biology of the Cell, Neuro Oncology, Respiratory Physiology and Neurobiology, Tissue Engineering, Virology et Zoological Science. Parmi les 44 revues qui disparaissent de la liste, on note en revanche Acta Oncologica, Acta Radiologica, Journal of Muscle Research and Cell Mobility, Osteoporosis International, Physica Medica, ce qui semble témoigner que les usages du synchrotron, s’ils sont en progression, sont encore fragiles dans les disciplines médicales.

Graphique 2 : Évolution du nombre d’expériences et du nombre d’utilisateurs à l’ESRF de 1994 à 2004

Graphique 3 : Évolution du nombre moyen de publications par expérience de 1994 à 2004

  • 2 On trouvera la liste complète de ces publications dans les annexes de cet ouvrage. Pour des raisons (...)

12Si l’on se concentre sur les revues qui acceptent au moins 6 articles sur la période2, on constate que, si celles relatives à l’instrumentation gardent une place significative, leur importance relative continue à décroître par rapport aux périodiques disciplinaires. Parmi ceux-ci, l’ESRF maintient un lot régulier de publications dans les plus cotés, comme Nature et Science. On observe une nouvelle fois une domination numérique nette des revues de physique, un enracinement de celles de cristallographie et, à un moindre degré, de celles liées au magnétisme, aux sciences des matériaux, à la chimie, à la biologie et à la métallurgie.

  • 3 Données extraites de la conférence donnée par Jean-Luc Revol : Operation in 2004, Annual machine wo (...)

Tableau 8 : Classement des revues ayant publié au moins 6 articles des membres des Expériences entre 1999 et 20043

Tableau 8 : Classement des revues ayant publié au moins 6 articles des membres des Expériences entre 1999 et 20043

Le maintien d’un budget élevé

  • 4 Dans ce tableau et dans tous ceux qui suivent, le taux de conversion utilisé pour les années antéri (...)

13Malgré la mollesse de la croissance économique et les difficultés rencontrées par plusieurs pays membres, le budget est en croissance continue depuis la fin de la période de construction. La conclusion des accords d’association avec de nouveaux pays, ainsi que le développement de recettes complémentaires, expliquent ces chiffres élevés.4

Tableau 9 : Le budget de l’ESRF de 1998 à 2005

Tableau 9 : Le budget de l’ESRF de 1998 à 2005

Tableau 10 : Les recettes complémentaires de l’ESRF de 1998 à 2005

Tableau 10 : Les recettes complémentaires de l’ESRF de 1998 à 2005
  • 5 Précisons que les indicateurs retenus pour la constitution de ce tableau 10 nous sont propres ; à n (...)

14Depuis la fin de la construction des lignes, les recettes complémentaires de l’ESRF ont quadruplé5. Cela s’explique une nouvelle fois par la qualité des performances de la machine et du support sur les lignes, qui donne aux partenaires une quasi-assurance de réaliser leur expérience dans de bonnes conditions. On doit souligner un fait qui est à la fois une cause et une conséquence de cette excellence : le maintien durant toute la phase d’exploitation d’un montant d’investissements qui représente environ 20 % du budget total (voir tableau 11) et a permis à l’ESRF de rester à la pointe de la technologie et de toujours pouvoir répondre aux demandes des utilisateurs.

  • 6 Ces données sont extraites des Highlights des années concernées.

Tableau 11 : Répartition par postes (en pourcentage) du budget de l’ESRF de 1998 à 20046

Tableau 11 : Répartition par postes (en pourcentage) du budget de l’ESRF de 1998 à 20046

15Finalement, s’il est un point sur lequel tous s’accordent en 2005, c’est qu’à tous égards, l’ESRF a rempli son contrat. Les indicateurs quantitatifs révèlent aussi bien la continuité du développement qu’une réelle capacité d’adaptation à l’évolution de son contexte. Par rapport à l’image que donnait l’enquête de 1996 et au caractère alors relativement artisanal du début de l’exploitation, les observations réalisées en 2005 nous montrent une organisation formalisée et rationalisée.

Une rationalisation sans heurts

16Même s’il faut nuancer selon les lignes, on peut globalement dire que le traitement des expériences s’est professionnalisé, standardisé et même quasiment industrialisé entre 1996 et 2005. On ne peut plus s’occuper de dizaines de lignes et de milliers d’expériences par an de la même manière, personnalisée et artisanale, que dans les premiers temps, entre 1994 et 1996 :

  • 7 Ce problème a aujourd’hui disparu puisqu’il est désormais techniquement possible de procéder à l’in (...)

Quand on avait cinq lignes, on leur demandait courtoisement à quelle heure on interrompait le faisceau pour réinjecter des électrons. Le premier disait 8 h 23, le second 8 h 32, il fallait quarante-cinq minutes pour mettre les cinq d’accord. Au bout d’un certain temps, on a fixé une heure de remplissage et tout le monde a dû s’aligner. (Opérateur, Expériences, 2005)7

17D’où des procédures et des structures qui ne sont pas seulement formelles. Toutes les propositions d’expériences passent par un même processus qui réduit la complexité liée au nombre et à la diversité des sujets de recherche.

Le traitement d’une proposition d’expériences

18Toute proposition d’expériences est d’abord traitée par le bureau des utilisateurs (User Office), un groupe interne à l’ESRF, puis soumise à des comités d’experts indépendants et, enfin, confiée à l’équipe d’une ligne en cas d’acceptation. Mais l’évolution des demandes et les évaluations périodiques des lignes peuvent aussi conduire à modifier fondamentalement ces dernières.

Un système de traitement des demandes

19Le bureau des utilisateurs, le service des missions et la réception constituent les acteurs clés du processus qui consiste à traiter une proposition d’expériences depuis sa réception jusqu’à l’appréciation de ses résultats, en passant par son évaluation, son inscription au planning, la réservation des moyens de transport et du logement. Ce dernier point est à signaler car l’ESRF, unique synchrotron international, est aussi le seul à prendre totalement en charge non seulement les frais mais même une bonne partie des formalités de ses utilisateurs :

L’ESRF prend en charge les frais de trois utilisateurs mais la moyenne est de 4,3 par expérience et elle augmente. Les manips sont très intenses, pour être efficaces, ils viennent avec du monde, avec des étudiants pour qui c’est un apprentissage. (Bureau des utilisateurs, 2005)

  • 8 Cela vaut dans la limite de trois utilisateurs. Dans le cas assez fréquent où plus d’utilisateurs v (...)

20Tous s’accordent à l’ESRF sur la qualité du travail de ces groupes. Ils sont d’autant plus importants qu’ils sont, avec les scientifiques, l’un des principaux points de contact avec les utilisateurs. Cela dit, toutes les interfaces ont été soignées tant la logique du service est poussée très loin. Dès l’origine, il a été décidé que l’ESRF rembourserait les déplacements des utilisateurs ; elle loge et nourrit ceux-ci sur place à ses frais8, ce qui leur permet de mener leurs expériences 24 heures sur 24. En 2005, un matériel considérable est en libre accès. Partout, des ordinateurs, des photocopieuses et des imprimantes peuvent être utilisés, sans code ni restriction d’aucune sorte, des vélos sont à la disposition de tous pour faciliter les trajets dans l’anneau. Sur le site, une bibliothèque regroupant des revues scientifiques est ouverte en permanence pour ceux qui réalisent une expérience ou pour les membres de l’ESRF qui sont d’astreinte afin d’aider les utilisateurs.

21Surtout, les performances de la machine sont constamment améliorées et les responsables de ligne conçoivent, développent ou achètent sans cesse des instruments ou des logiciels pour mener à bien les propositions d’expériences qui ont été acceptées. On retrouve l’effet du budget d’investissement conséquent, justement prévu pour assurer l’ensemble de ces prestations et garantir une évolution constante de l’accélérateur et des lignes de lumière.

Une évaluation par des comités indépendants

22Tout utilisateur qui souhaite réaliser une expérience commence par soumettre une proposition. Celle-ci parvient au bureau des utilisateurs qui la transmet au responsable de la ligne concernée afin qu’il évalue sa faisabilité technique, détermine la durée de faisceau requise, et vérifie que sa ligne est bien la plus pertinente pour cette proposition. On ne lui demande pas de se prononcer sur l’intérêt scientifique de la proposition ni sur l’opportunité ou non de l’accepter, mais la frontière est bien sûr ténue entre la faisabilité technique et l’intérêt scientifique. Toutes les propositions d’expériences sont également lues par un membre du groupe Sécurité qui classe chacune d’elles à l’un des trois niveaux possibles (« aucun danger », « précautions à prendre », « à suivre particulièrement ») selon que l’expérience comporte ou non des produits chimiques dangereux, des échantillons radioactifs, ou des échantillons biologiques nocifs ou présentant un risque en termes de prolifération des armes biologiques.

  • 9 Il est à noter que les supports ne donnent pas leur avis sur la faisabilité technique des expérienc (...)
  • 10 La note maximale est 5 (« à faire absolument »). Les propositions au-dessus de 4 sont considérées c (...)
  • 11 Les attributions de ces comités sont : « Chimie », « Matières denses : propriétés électroniques et (...)

23Ces avis sont ajoutés à la proposition9 pour nourrir l’évaluation qui en est faite par un comité de programmation. Celui-ci est composé d’experts extérieurs à l’ESRF et indépendants par rapport aux lignes. Chacun de ses membres reçoit la proposition et lui attribue une note entre 0 et 510. Neuf comités11 de ce type examinent en 2005 toutes les propositions soumises selon des critères qui semblent être sensiblement identiques, la seule différence apparente entre les comités étant la plus ou moins grande sensibilité à la recherche appliquée et aux utilisations industrielles :

Le critère fondamental, c’est la nouveauté et l’intérêt scientifique. Puis on se demande si l’ESRF est vraiment indispensable ou si l’expérience peut être faite dans un synchrotron national. Puis si les utilisateurs ont fait des prémanips pour voir, puis on regarde s’ils sont capables de se débrouiller. Le dernier critère est celui du juste retour. (Ancien secrétaire de l’un des comités, 2005)

24Globalement, les utilisateurs, les évaluateurs ainsi que les responsables de ligne soulignent que la qualité des propositions a augmenté avec les années. Cela tient en partie à ce qu’un certain nombre de communautés scientifiques ont appris à utiliser l’instrument synchrotron. Joue également le fait que les responsables de ligne connaissent mieux ceux qui postulent sur leur ligne et cherchent à les conseiller dans l’écriture de leurs propositions.

Au début, il y avait des propositions à 2,5, c’est devenu très très rare, on a très peu de propositions en dessous de 3. Les utilisateurs écrivent mieux leurs propositions, sont devenus plus experts. On a une centaine de propositions entre 3,9 et 4,3. La compétition est féroce. On accepte d’office 80 % de ce qui est recommandé par les comités, on réaffecte après 20 % en fonction du juste retour. Les notes vont de plus en plus vers le haut, cela se concentre entre 4 et 4,5. Il y a aussi une liste d’attente, si une équipe a un échantillon pas prêt. (Bureau des utilisateurs, 2005)

25Ajoutons que l’évaluation de la proposition ne porte pas seulement sur sa faisabilité technique, son intérêt scientifique et sa possible contribution au « juste retour ». Pèsent aussi les retombées des expériences antérieures éventuelles déjà réalisées par le postulant à l’ESRF : si elles se sont mal déroulées, ce sera un point négatif. Inversement, si l’expérience a été un succès, il sera plus facile de déposer une nouvelle proposition. Si elle a vraiment très bien marché, il est même possible que l’ESRF propose à l’utilisateur une position de scientifique ou de responsable de ligne.

26Pour conclure sur le rôle essentiel des comités, soulignons leur indépendance et la faible influence des responsables de ligne sur le choix des expériences qu’ils devront organiser. Leur seule et légère possibilité d’arbitrage se situe a posteriori. La plupart des lignes ne sont en effet pas dédiées à un domaine spécifique et sont concernées par les propositions issues de cinq ou six comités. Les propositions retenues entrent donc dans une nouvelle phase de répartition où chaque responsable de ligne annonce les créneaux disponibles et les répartit selon les comités au prorata de la demande transmise par chacun. La prise en compte de la durée sollicitée pour chaque expérience et des changements dans la configuration de sa ligne entraînés par telle ou telle demande peuvent le conduire à amender le classement proposé par les comités, notamment au sein de la liste d’attente, ou à modifier le temps accordé à une expérience en fonction de la difficulté de mise en œuvre qu’elle représente. Mais cela reste un moyen marginal d’influencer le choix des comités qui ne joue que pour quelques propositions.

Les revues de lignes

27Les comités d’évaluation des propositions jouent aussi un rôle important dans l’infléchissement des caractéristiques des lignes, car ils voient évoluer la demande des utilisateurs et peuvent donc donner des indications pour mieux y répondre. Leurs directives sont complétées par celles qu’émettent les comités d’experts mis en place tous les cinq ans sur chacune des lignes, y compris les CRG, pour évaluer leur activité. Constitué d’experts indépendants, chaque comité analyse le fonctionnement d’une ligne et propose éventuellement une réorientation de son activité scientifique, voire sa fermeture ou sa réaffectation. Les responsables de ligne préparent avec beaucoup d’attention cette phase d’évaluation de leur ligne.

28Tous à l’ESRF scrutent les propositions d’expériences comme autant d’indices qui permettent de voir dans quel sens il leur faut développer l’instrument. Les domaines qui bénéficient d’une forte demande, par exemple la cristallographie ou l’imagerie, ont obtenu plus de lignes. Dans de nombreux cas, des automates pour changer les échantillons plus vite et réaliser plus d’expériences ont été conçus et installés. Ce sont les signaux de l’extérieur qui indiquent au responsable de ligne quels développements il doit privilégier.

Des équipes au service des utilisateurs

29Si sa proposition est acceptée, l’utilisateur rentre sur le planning d’une ligne dans le semestre à venir. L’équipe de celle-ci prépare alors son expérience et s’appuie sur les groupes de support. Et il est difficile à l’observateur extérieur de ne pas constater la présence d’une réelle culture de service.

Le traitement par l’équipe de la ligne

30Un scientifique ou un postdoc de la ligne est désigné pour être le « contact local » de l’utilisateur et entre en relation avec lui. Il vérifie qu’il a bien compris les objectifs de l’expérience, que tout le matériel requis est disponible ou pourra l’être si un développement apparaît nécessaire. Il essaye de faire le point sur le matériel que l’utilisateur apportera, pour vérifier, d’une part s’il présente un risque pour la sécurité (virus, échantillon radioactif, etc.) et, de l’autre s’il faut prévoir des connexions ou des branchements. A ce stade, on essaie de vérifier que le détecteur prévu par l’utilisateur ne dépasse pas le poids que peut soutenir le bras mécanique censé le manipuler ou que les logiciels de l’utilisateur sont compatibles avec ceux qui pilotent la ligne, etc. Toutefois, dans de nombreux cas, la complexité des expériences est telle et le nombre de variables à vérifier si important, que des problèmes peuvent encore être découverts sur place. On sollicite alors les mécaniciens, informaticiens, électroniciens ou spécialistes du vide des divers groupes de support pour les résoudre en urgence.

31Ajoutons qu’il y a en permanence dans l’anneau un opérateur spécifiquement chargé d’assister les utilisateurs, en particulier la nuit ou lorsque l’équipe de la ligne est absente ou peu disponible. Il n’est pas compétent pour les problèmes liés à la ligne, mais peut réparer les petites pannes fréquentes, ouvrir les armoires où se trouvent les outils et le matériel et surtout décider d’appeler, s’il le juge nécessaire, le contact local ou directement le responsable de l’équipement concerné. Il est, autrement dit, entièrement au service des utilisateurs.

32La charge de contact local est, de l’avis général, très lourde et la phase d’exploitation a conduit à plusieurs modifications pour répondre au défi qu’elle représente. Une fonction spécifique a tout d’abord été créée en 1999, celle de BLOM (beam line operation manager). Le BLOM doit théoriquement libérer les scientifiques des tâches techniques et leur permettre de se concentrer sur les tâches scientifiques. Il devrait être un responsable technique alors que les responsables de ligne et les scientifiques devraient superviser l’évolution des lignes.

33Dans cette logique, le responsable de la ligne doit la promouvoir au sein de la communauté, la défendre au sein de l’ESRF, imaginer de futurs développements, concevoir des expériences inédites, essayer d’attirer des groupes qui n’auraient pas pensé à faire des expériences. Il a son mot à dire sur les sujets de recherche des membres de son équipe, leur attribue des temps de faisceau dans le cadre de la in-house research, précisément en fonction de l’intérêt qu’il attribue à leur recherche. Mais il ne règle pas le faisceau, ne suit pas quotidiennement l’évolution technique de sa ligne et laisse en particulier la gestion du planning au BLOM. En théorie, chaque scientifique doit deux tiers de son temps au service aux utilisateurs, à la gestion et à l’amélioration de la ligne, chaque BLOM 80 % et chaque postdoc 50 %.

34Cependant, une ambiguïté a présidé à la création des BLOM : l’instauration de ce statut était à la fois une façon d’avoir plus de personnel sur les lignes et de créer des postes permanents. Ainsi, en pratique, la distinction entre scientifique et BLOM est-elle souvent peu claire. L’attribution d’un poste de BLOM peut être un moyen pour assurer une position pérenne à un scientifique qui n’a pas démérité mais à qui il n’est pas possible d’attribuer un contrat permanent à l’issue de ses cinq ans.

Une réelle culture de service

35La formalisation, la qualité et l’importance du support ont fait le renom de l’ESRF. Tous ses membres sont convaincus que les utilisateurs sont des clients qu’il convient de satisfaire.

Je n’ai pas à faire passer de message sur l’importance du service, c’est très bien admis, c’est la base de l’ESRF, sa culture. On doit fournir 5 000 heures de machine qui fonctionne, c’est palpable. On a énormément de redondance dans les installations, ce qui fait que la fiabilité est très grande. On a une maintenance préventive, qui est serrée, sérieuse, systématique. S’il y a une panne sérieuse, on arrête tout et on répare, il y a une solidarité, tout le monde y va. Cela prouve que l’ambiance n’est pas si mauvaise que cela, tout le monde se serre les coudes en cas de pépin. (Directorat, 2005)

36Il est difficile de trouver un employé de l’ESRF qui n’ait pas comme première priorité ce souci des utilisateurs, et tout est fait pour respecter le contrat passé avec eux. Car tous craignent une baisse de la réputation de l’ESRF qui serait due à l’échec d’une expérience :

La perte du temps de faisceau, c’est une catastrophe. La hantise de tout le monde, c’est de perdre un shift, car l’utilisateur ne reviendra plus. (Technicien de ligne, 2005)
Dès que c’est dans l’urgence, ça va. Il suit de dire le mot magique « l’utilisateur attend ». Tout le monde se bouge, ça marche moins bien si c’est de la in-house research. La pire journée que j’ai connue, j’avais préparé une configuration pour ma in-house research, on est venu tout me piquer dans la journée pour des utilisateurs. Il y a toujours une entraide dans l’urgence, si on sait qu’il y a l’équipement sur une autre ligne, on va donner la priorité à l’utilisateur même sur une autre ligne. Si on a quelqu’un qui fait de la in-house research, il n’est pas prioritaire par rapport à un utilisateur d’une autre ligne. (postdoc, 2005)

37Si une défaillance de l’ESRF – qu’elle concerne l’accélérateur ou une ligne de lumière – empêche un utilisateur d’effectuer convenablement son expérience, le fautif lui restituera le temps perdu sur ses propres créneaux de développement de la machine ou de sa ligne.

Les dividendes du succès

38Cette culture de service n’a pas été sans résultats. De l’avis de tous, et en particulier des utilisateurs que nous avons pu rencontrer, l’ESRF a créé un nouveau standard dans le petit monde des synchrotrons :

Dans un vieux synchrotron, typiquement, il n’y a rien qui marche. Il y avait mille raisons qui faisaient qu’on perdait la moitié de son temps et qu’on faisait tout autre chose que ce qu’on avait prévu le reste du temps. A l’ESRF, il y a une fiabilité de 98 %, c’est déjà une certitude. J’ai le souvenir de jours passés à attendre l’injection du faisceau. Ici, on est presque sûr que tout va marcher et il y a un support technique tout à fait exceptionnel qu’on ne trouve pas dans d’autres laboratoires. (Utilisateur, 2005)

39Sans doute convient-il de bien souligner que ce service n’est ni naturel ni superflu. Les autres synchrotrons n’offrent pas en effet l’intégralité de la gamme de supports que fournit l’ESRF : le contact local, des opérateurs (un pour la machine, un pour les lignes) constamment présents qui résolvent les petits problèmes, des informaticiens, électroniciens, mécaniciens et scientifiques qui interviennent en cas de difficulté plus grave. D’un autre côté, tous les utilisateurs du rayonnement synchrotron ne sont pas des experts et certains l’utilisent pour la première fois lors de leur venue à l’ESRF.

40Même pour les utilisateurs relativement familiers de l’instrumentation synchrotron, l’ESRF représente un environnement particulier. Non seulement il est de troisième génération, mais il est aussi en territoire étranger pour beaucoup d’utilisateurs, ce qui peut entraîner des difficultés de compréhension une fois sur place ou pour préparer l’expérience, même avec les nouvelles technologies de communication qui permettent des contacts rapides. Pour beaucoup d’utilisateurs, le premier contact avec l’ESRF est un choc :

On ne peut pas faire beaucoup plus que ce qu’on fait pour les utilisateurs, mais il y a toujours une petite période de déception au début. Il y a une surprise, une déstabilisation, en voyant que ce n’est pas aussi rôdé que ce qu’ils croyaient, que c’est difficile d’avoir des données par rapport à des appareils commerciaux. (Postdoc, 2005)

41Qui plus est, la « manip » est une période de stress intense au cours de laquelle l’utilisateur doit tout à la fois tirer le maximum de résultats du temps qui lui est imparti, conforter ses relations avec l’équipe de la ligne et parer à tous les impondérables.

42Pour un utilisateur, l’ESRF cumule en fait tous les avantages si on la compare aux machines de la deuxième génération. Tout y est neuf, son faisceau est beaucoup plus stable, plus intense, il est rarement perdu, l’utilisateur a tous ses frais pris en charge, il a des équipes expertes à sa disposition au moindre problème. Il peut se préoccuper uniquement de science, sans se demander où il pourra par exemple trouver de quoi creuser un trou pour fixer son échantillon.

43La concurrence des homologues, APS et SPRING 8, régulièrement mentionnée en 1992 et 1996 comme la principale menace qui pesait sur l’ESRF, n’a été citée qu’une seule fois lors des entretiens de 2005. Les employés ont, tout d’abord, le sentiment que leur machine et leurs lignes sont au moins aussi performantes que celles de leurs homologues. Tous ont également fait le constat que les grands équipements ont une envergure régionale (américaine, asiatique et européenne) et non vraiment mondiale. Ils ont aussi de plus en plus le sentiment que la bataille s’est déplacée et qu’est venu le moment où il leur faut remettre leur titre en jeu contre de nouveaux adversaires.

L’apparition d’une nouvelle concurrence

44À l’ESRF tous ont conscience que le terrain où ils ont à démontrer leur excellence n’est plus le même que par le passé et que leurs adversaires sont bien plus redoutables. En effet, ceux-ci sont en Europe, visent les mêmes utilisateurs, et il faut les aider :

Au départ quand on était les seuls Européens, on luttait un peu pour être champion du monde, on regardait nos amis américains et japonais comme des concurrents. En réalité, ce n’était pas des concurrents, ils ne l’étaient que pour le titre. Mais si une très bonne science se fait aux États-Unis et au Japon, cela ne peut que pousser l’ESRF car les utilisateurs européens voudront la faire à l’ESRF et, si ces machines ne marchent pas, se posera la question de l’existence de l’ESRF. On ne se bat plus pour le titre, on se bat pour les utilisateurs et la vraie concurrence est maintenant avec les synchrotrons nationaux. (Machine, 2005)

45Ce sont les nouveaux synchrotrons nationaux de troisième génération qui apparaissent en 2005 comme la concurrence.

UNE EXPÉRIENCE ET SES RISQUES
On disposait de 48 heures. On arrivait à cinq, trois chercheurs et deux techniciens, on se relayait jour et nuit car la manip durait 48 heures. C’était une expérience sur des monocristaux de silicium et des bicristaux de fer-silicium. On a apporté une machine de déformation. Maintenant, elle reste à demeure, elle pèse 100 kilos, on ne peut pas l’utiliser ailleurs. On pourrait l’utiliser sur d’autres synchrotrons, mais c’est dédié à un faisceau très fort.
On part d’un cristal de silicium, on tire dessus, on active des dislocations. Plus on tire sur le cristal, plus ses défauts vont se multiplier. On fait plein de choses, on mesure les probabilités de changement de plan, la vitesse de propagation, le franchissement d’un cristal à l’autre. On change la température, les contraintes. On a beaucoup d’échantillons. Il y en a des pas bons, certains cassent au départ. On avait fait des préexpériences dans notre labo. C’était la troisième fois qu’on venait et, les deux premières fois, un thésard s’était trompé dans la préparation de l’orientation du cristal, on n’avait rien pu faire de ses échantillons.
On est toujours à la bourre. On prend des échantillons qu’on n’a pas toujours eu le temps de regarder. Pour un biologiste, un échantillon c’est une petite coupe sur une plaque. Nous, en science des matériaux, c’est une éprouvette cristalline de 6 centimètres de haut. Le morceau de silicium est dedans, on le déforme et on regarde comment ses dislocations envahissent l’éprouvette. En 48 heures, on a entre dix et quinze expériences dont chacune dure 30 minutes à 1 heure. Comme la ligne est sous vide, il faut l’ouvrir, sortir l’éprouvette avec l’échantillon dedans et en mettre une nouvelle, cela prend 70 ou 80 % du temps. C’est assez excitant, sauf si on se rend compte que tous les échantillons sont foirés. Une fois, pour une expérience dans un autre synchrotron, j’en ai envoyé un par la poste, j’avais passé des semaines à le préparer, il est arrivé inutilisable.
C’est intense, je ne pense pas qu’on aurait pu tenir une semaine. Après 48 heures, on était raides, on n’aurait pas fait beaucoup plus. Il y avait un bâtiment au-dessus de la ligne avec des lits. On vivait là. On mangeait éventuellement à la cantine, on vivait sur la ligne. On arrivait quelques heures avant que les autres aient fini, on déballait quand ils remballaient. Parfois, on ouvre l’échantillon et on voit qu’il a déjà été écrasé dans le voyage.
Notre manip a été faite pour faire une manip particulière, et les gens de l’équipe essaient de partager, de l’ouvrir, de voir si d’autres personnes pourraient l’utiliser. Ils disent dans les congrès qu’on a une machine qui fait cela et, en échange, on est coauteur des publis. On a beaucoup trimé pour mettre cette manip au point. Maintenant, il faut que cela rapporte en termes de publis. On a publié pas mal. La machine de déformation a été une source de publis tant qu’on la développait. On ne la développe plus mais elle est toujours maintenue par un technicien.
Le support était très bien. Quand on avait des problèmes informatiques, ils étaient assez réactifs. Par rapport à un labo lambda, c’est au-dessus de la moyenne. Tout le monde est habitué à travailler 24 heures sur 24, c’est assez particulier, ce n’est pas la norme. Dès qu’on a des problèmes, on a tout de suite quelqu’un. C’est incroyable, il y a une machine à un million d’euros tous les mètres carrés. Il y a des choses qu’on retrouve très rarement.
(Utilisateur, physicien, 2005)

La construction de nouveaux synchrotrons nationaux

  • 12 Dans ce projet, l’anneau de stockage disparaît pour être remplacé par un long tunnel linéaire qui s (...)

46En 2005, il est difficile de trouver un employé de l’ESRF qui ne mentionne pas, lors d’un entretien, que de nouveaux synchrotrons nationaux de troisième génération sont en cours de construction en Allemagne (PETRA III), en Angleterre (DIAMOND), en Espagne (ALBA), en France (SOLEIL), en Italie (ELETTRA) et qu’une source suisse (SLS) est déjà opérationnelle. L’Allemagne développe également à Hambourg le projet d’un synchrotron de quatrième génération12, le Free Electron laser (XFEL), à qui elle voudrait donner une envergure internationale, sur un modèle comparable à celui de l’ESRF. Tous soulignent que cette floraison est une suite directe du succès de cette dernière, mais perçoivent aussi ces nouveaux instruments comme de futurs concurrents, redoutables à un triple titre.

47Ils risquent, d’abord, d’attirer des utilisateurs. Dans la mesure où la demande est forte et de qualité, cette menace n’est pas en 2005 la plus préoccupante pour l’ESRF dans son ensemble, d’autant que la plupart de ces nouvelles installations sont plus petites, un peu moins puissantes que l’ESRF et offrent donc une gamme d’énergie un peu plus faible. Elle touche toutefois particulièrement les lignes moins demandées, celles dont l’existence peut être remise en cause, ou celles dont les expériences ne réclament pas une intensité très importante, les lignes de cristallographie ou de sciences des matériaux. La concurrence semble moins grande pour les lignes d’imagerie, d’étude des matières molles ou de diffusion par résonance.

48Un second risque, très important alors que ces synchrotrons nationaux sont en train de recruter leurs équipes, tient à la concurrence en matière de ressources humaines. Pour l’ESRF, le problème est double : elle peut d’abord perdre des compétences précieuses et rares qu’elle a formées, et elle craint également d’avoir toujours plus de mal à recruter des étrangers et à respecter le critère, vital pour elle, du « juste retour ». Même si ce risque n’est pas immédiat à l’époque et s’il n’est peut-être que provisoire, il est réel pour le court terme, la période précisément où il faut convaincre les parties contractantes que l’ESRF constitue toujours un bon investissement :

Il faut qu’on trouve des étrangers et c’est là qu’on a un problème effectivement. On est encore à une place dominante, donc on y arrive. […] Je pense que les moyens que l’ESRF a pour faire des expériences, cela compte pour ceux qui sortent des petits labos, qui doivent demander des autorisations pour tout. (Personnel, 2005)

49On touche au troisième risque, budgétaire : comment convaincre des institutions scientifiques nationales qui disposent désormais dans leur propre pays d’un synchrotron de troisième génération de continuer à participer de façon soutenue au financement de l’ESRF, voire d’y investir pour continuer à maintenir l’équipement à la pointe des performances technologiques et scientifiques ? l’ESRF ayant, en outre, été financée par les mêmes organismes qui construisent ces nouvelles installations, ceux-ci attendent qu’elle leur donne une assistance maximale, aucun n’entendant payer deux fois un même développement. Tout doit être public et gratuit, ce qui est effectivement le cas, tous les employés de l’ESRF ayant affirmé répondre à l’ensemble des demandes, fournir des plans et tester des équipements.

50De fait, il ne faut pas trop exagérer la concurrence. D’une part, elle risque de ne pas être immédiate, de n’arriver que quand les nouveaux synchrotrons nationaux auront été bien fiabilisés. D’autre part, dans le petit monde synchrotron, presque tous ont plusieurs casquettes et ont fondé des réseaux qui ont une logique en partie indépendante de l’appartenance institutionnelle de chacun de leurs membres. Il est fréquent pour des responsables de ligne ou d’équipement de la machine d’être également conseillers techniques au sein d’un autre synchrotron, de participer à des comités de supervision, ou encore d’évaluer de propositions d’expériences transmises à un autre synchrotron. De même, chacun a des relations d’amitié avec des anciens de l’ESRF aujourd’hui en poste à ALBA, DIAMOND, PETRA III ou SOLEIL, voire à APS ou SPRING 8.

La communauté se développe maintenant. On a sorti des articles de bon niveau, on a été utilisé par des industriels. On a des gens qui essaient de construire une ligne du même type à SPRING 8, SOLEIL, DIAMOND, on les aide. La personne recrutée à SOLEIL est un ancien collaborateur, je travaille en permanence avec lui. Je vais aller faire une manip au Brésil pour voir où cela en est, comment ils font. On a profité des expériences de LURE au début, on leur donne des plans, ils déposent des propositions avec nous. On travaille avec Daresbury sur la détection, ils viennent ici tester des détecteurs rapides. (Expériences, 2005)

51Cette floraison de synchrotrons nationaux constitue aussi un succès et une opportunité pour l’ESRF. Pour ceux qui y ont un contrat permanent ou plus encore pour les doctorants qui y ont été formés, chacune de ces sources représente une chance de recrutement ou de promotion. Leur ensemble constitue un vivier et justifie rétrospectivement la création de l’ESRF qui avait pour but d’expérimenter la troisième génération en Europe.

52Enfin, il n’est pas assuré en 2005 que les nouveaux synchrotrons nationaux atteindront le niveau de performances de l’ESRF, et encore moins qu’ils l’atteindront tous. De ce point de vue, on ne doit pas oublier que la concurrence joue dans les deux sens et que l’ESRF représente pour les sources nationales une ombre un peu écrasante. Elle donne la mesure de ce qu’il est possible de réaliser, aussi bien en termes de performance technique que de support, et elle représente un défi difficile à relever pour les nouveaux synchrotrons. En revanche, ne serait-ce que pour des raisons de proximité géographique et de communauté de langue, ces synchrotrons auront tous plus de facilités que l’ESRF pour fidéliser une clientèle, nouer des relations de partenariat avec leurs utilisateurs nationaux. Soleil pourra nouer des relations avec paris-Sud, DIAMOND avec oxford, ce que l’ESRF ne peut absolument pas envisager avec l’université de Grenoble.

Il y a un problème supplémentaire pour l’ESRF par rapport aux sources nationales, car presque tous les utilisateurs sont concernés par leur source nationale, ils y font une grosse partie de leur recherche, il y a un lien très fort. A l’ESRF, les utilisateurs viennent pour quelques jours et repartent, ils ne se sentent pas forcément concernés, ce n’est pas leur facility. (Utilisateur, 2005)

Le renversement des migrations

53Les migrations ont changé de sens en 2005 : alors que les lux allaient des synchrotrons nationaux vers l’ESRF dans les années 1980 et 1990, ils vont désormais de l’ESRF vers les nouvelles sources. Pour ne donner que quelques exemples, ALBA, le nouveau synchrotron espagnol, a comme directeur des services techniques et informatiques et directeur scientifique deux anciens de l’ESRF. Il en va de même pour le responsable du contrôle informatique des expériences, un responsable des achats et plusieurs responsables de ligne de DIAMOND, et pour un directeur de projet et plusieurs scientifiques de SOLEIL et PETRA III. Et tous cherchent à attirer certains de leurs anciens collaborateurs ou au moins à coopérer avec eux, mais tous reviennent aussi à intervalles réguliers à l’ESRF et entretiennent des liens avec elle.

  • 13 Ces chiffres sont obtenus à partir des organigrammes de mai 1991 et décembre 2004. On a déjà dit qu (...)

54Pourtant, s’il est incontestable que les départs sont nombreux, on ne saurait dire que la mobilité ait été jusque-là très forte. Si l’on regarde le devenir de ceux qui étaient membres de l’ESRF en mai 1991, soit juste avant le début de notre étude, on constate que 51,5 % d’entre eux en sont encore membres en décembre 200413. Le taux d’immobilité est le plus faible pour l’administration (41,9 % de ceux qui étaient présents en 1991 le sont encore en 2004) et le plus fort pour les expériences (69 %). Par conséquent, les constructeurs n’ont pas quitté l’ESRF pour un autre instrument, contrairement à ce qu’avance la thèse des communautés interstitielles. Notre cas ne confirme donc pas cette approche sur ce point.

Tableau 12 : Mobilité et immobilité à l’ESRF entre 1991 et 2004

Tableau 12 : Mobilité et immobilité à l’ESRF entre 1991 et 2004

55Face à l’accélération des départs qu’elle constate toutefois, l’ESRF tente de définir une articulation avec ces nouvelles installations nationales qui la fasse apparaître comme le pôle d’ancrage de la communauté européenne. Elle cherche à sensibiliser les utilisateurs, à organiser la discussion lors des réunions des utilisateurs, à stimuler le débat. Elle espère également que son caractère européen lui permettra de se situer au-dessus de la mêlée, qu’il lui sera plus facile de définir un standard qu’à un instrument national, qu’une proposition de développer tel ou tel type de détecteur sera par exemple mieux perçue venant d’elle qu’issue d’un synchrotron français s’adressant à son équivalent britannique :

Nous, on voudrait jouer le rôle du grand frère, on a développé des techniques et des procédures, on voudrait les exporter et jouer le rôle de centralisateur des innovations techniques utiles à la communauté synchrotron. Par exemple, on ne peut plus gaspiller les photons en pensant qu’il y en aura toujours plus, mais les détecteurs coûtent très cher, chaque synchrotron n’a pas l’argent ni les ressources. Cette coordination doit se faire au niveau européen, et on propose que celle des détecteurs se fasse ici. On propose aussi de partager le développement des optiques, une partie ici, une partie à Berlin. On aimerait proposer une sorte de centre technique européen qui pourrait être basé ici et répartirait le travail au niveau européen. (Responsable de ligne, 2005)

56Il reste que la recherche d’une articulation satisfaisante pour tous aura nécessairement un coût pour l’ESRF. Elle devra se concentrer sur ce qu’elle a de plus spécifique et repenser certaines lignes dont les expériences pourront bientôt être réalisées dans des synchrotrons nationaux. C’est donc à une entreprise ambitieuse de redéfinition que cette nouvelle concurrence oblige une organisation qui a su jusqu’ici gérer avec succès la construction et le début de l’exploitation.

Notes

1 Au-delà de 10 %, l’ESRF ne pourrait en effet plus être taxée comme une société civile.

2 On trouvera la liste complète de ces publications dans les annexes de cet ouvrage. Pour des raisons de place, nous nous contenterons ici du classement décroissant des revues ayant publié au moins 6 articles en six ans.

3 Données extraites de la conférence donnée par Jean-Luc Revol : Operation in 2004, Annual machine workshop, 31 janvier 2005.

4 Dans ce tableau et dans tous ceux qui suivent, le taux de conversion utilisé pour les années antérieures à l’introduction de l’euro a été de 1 euro pour 6,55957 francs. Les données de ce tableau viennent par ailleurs des éditions 1999, 2000, 2001, 2002, 2003 et 2004 des Highlights publiés par l’ESRF.

5 Précisons que les indicateurs retenus pour la constitution de ce tableau 10 nous sont propres ; à notre connaissance, l’ESRF n’a pas défini de « recettes complémentaires ». Tous les chiffres proviennent de la rubrique « autres revenus », laquelle comporte également d’autres données qui nous intéressent moins directement. Les Highlights sont disponibles sur le site internet de l’ESRF.

6 Ces données sont extraites des Highlights des années concernées.

7 Ce problème a aujourd’hui disparu puisqu’il est désormais techniquement possible de procéder à l’injection en conservant ouvertes les têtes de ligne.

8 Cela vaut dans la limite de trois utilisateurs. Dans le cas assez fréquent où plus d’utilisateurs viennent pour une expérience (puisque la moyenne est de 4,3 visiteurs par expérience), c’est à leurs frais pour ces derniers.

9 Il est à noter que les supports ne donnent pas leur avis sur la faisabilité technique des expériences, ce que certains regrettent car ils découvrent parfois assez tard des difficultés sur lesquelles ils auraient aimé être consultés au préalable. Mais, ici comme ailleurs, on retrouve l’effet de la réorganisation de 1997 et de la priorité qu’elle a accordée aux scientifiques.

10 La note maximale est 5 (« à faire absolument »). Les propositions au-dessus de 4 sont considérées comme « mondialement compétitives », celles entre 3 et 4 comme de « bons projets ». Celles en dessous de 3 ne sont normalement pas acceptées sauf cas particulier, par exemple un pays qu’il faut aider.

11 Les attributions de ces comités sont : « Chimie », « Matières denses : propriétés électroniques et magnétiques », « Matières denses : structures », « Ingénierie des matériaux et questions environnementales », « Cristallographie macromoléculaire », « Médecine », « Méthodes et instrumentation », « Matières molles », « Surfaces et interfaces ». Le nombre de ces comités a été porté à onze en octobre 2005, juste après l’enquête ; on trouvera la répartition précise de leurs responsabilités sur le site de l’ESRF.

12 Dans ce projet, l’anneau de stockage disparaît pour être remplacé par un long tunnel linéaire qui se sépare à la in en lignes de lumière.

13 Ces chiffres sont obtenus à partir des organigrammes de mai 1991 et décembre 2004. On a déjà dit que les membres de l’ESRF excellaient à créer des statuts spécifiques, tous ne sont donc pas recensés dans ces documents. Néanmoins, outre que les sources sont identiques et présentent donc sans doute des biais comparables, elles nous permettent d’estimer la mobilité d’une grande majorité du personnel, et sans doute les membres les plus centraux puisqu’ils apparaissent dans l’organigramme.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Effectifs de chaque division de l’ESRF en 1992 et 2005
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 7 : Les indicateurs de performance de la machine
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Graphique 2 : Évolution du nombre d’expériences et du nombre d’utilisateurs à l’ESRF de 1994 à 2004
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Graphique 3 : Évolution du nombre moyen de publications par expérience de 1994 à 2004
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 8 : Classement des revues ayant publié au moins 6 articles des membres des Expériences entre 1999 et 20043
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Tableau 9 : Le budget de l’ESRF de 1998 à 2005
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 10 : Les recettes complémentaires de l’ESRF de 1998 à 2005
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 11 : Répartition par postes (en pourcentage) du budget de l’ESRF de 1998 à 20046
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 12 : Mobilité et immobilité à l’ESRF entre 1991 et 2004
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4710/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site