Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Deuxième partie. Une organisation apprenante (2005)

Introduction

Texte intégral

1Nous avions quitté en 1996 une organisation qui anticipait une phase de démotivation après la période exaltante de la construction. Notre troisième enquête a eu lieu en 2005, sept ans après la fin théorique de la construction des lignes, à un moment où l’ESRF était entrée dans sa maturité organisationnelle. Son premier objectif était donc d’établir s’il y avait eu un remodelage de l’organisation avec le passage à la phase d’exploitation et si les craintes perçues en 1996 s’étaient révélées fondées. Les questions posées au terrain tiennent compte des éléments qui apparaissaient comme des sources d’inquiétude pour les acteurs, notamment le spectre de la routine et du vieillissement, l’anticipation de nombreux départs, la volonté de continuellement améliorer les performances et la concurrence des synchrotrons américain et japonais.

2Ces interrogations s’adressent en particulier aux membres du système Machine, car leur espace d’activité avait un fondement charismatique en voie de routinisation selon nos observations antérieures. Elles valent également pour les autres membres de l’ESRF, ceux des Expériences au premier chef, eux aussi susceptibles d’être désormais dans une phase de routine. Ces interrogations répondent à notre objectif de proposer une analyse du changement organisationnel, de la façon dont une organisation très dépendante de son environnement s’est adaptée (ou non) aux évolutions de celui-ci ou, au contraire, a reconstruit un environnement qui lui convienne.

3Le caractère proprement scientifique de l’organisation étudiée constitue un deuxième axe de réflexion, d’autant plus que des communautés très variées ont recours à cet équipement. Il s’agissait donc de voir comment fonctionnaient les lignes et à quoi tenaient les éventuelles différences relevables. Cela a consisté à comparer et différencier les communautés d’utilisateurs et le fonctionnement des lignes qui leur sont principalement dédiées. Il s’agissait de déterminer la façon dont biologistes, chimistes, physiciens ou industriels utilisaient les lignes et dont l’ESRF s’organisait pour répondre à leurs besoins et les satisfaire. A été prise en compte, en particulier, la variable dont nous avions relevé l’influence dans les enquêtes précédentes, c’est-à-dire l’importance de la communauté scientifique concernée par une ligne et son caractère plus ou moins structuré.

4Un dernier axe a été suivi, relatif au caractère spécifiquement européen de l’ESRF. Il recouvre des questions, d’une part sur les modalités d’articulation entre l’inscription locale et le rayonnement international de cet équipement et, de l’autre, sur la façon dont l’ESRF se situe dans le paysage européen de la recherche et le monde des grands instruments. Un institut européen, qui plus est de service et non seulement de recherche, peut-il nouer des relations spécifiques avec son environnement local et sous quelles contraintes ? Que nous révèle sur la nature actuelle de l’intégration européenne l’évolution de l’ESRF, tentative originale pour développer une coopération internationale à partir d’une base nationale ?

5Cette période correspond également au mandat d’un troisième directeur général, qui succède à Yves Petrof le premier janvier 2001. Ancien utilisateur de l’ESRF, chercheur à l’ILL entre 1973 et 1987, membre du conseil scientifique de l’ILL de 1992 à 1997, responsable un temps d’une CRG à l’ESRF, le britannique Bill Stirling, est un physicien spécialiste de l’étude de la matière condensée et du magnétisme. Ses deux prédécesseurs ont respectivement lancé la construction de l’ESRF et achevé celle de la machine, puis mené à bien la construction des lignes et lancé l’exploitation. Il s’est donné pour mission de penser l’avenir de l’ESRF, de la réinscrire sur la scène scientifique locale et de la faire entrer au club des grands instruments scientifiques. Le mandat de cet Anglais, qui succède à un Allemand et à un Français, nous offre également l’occasion, comme à tous les membres de l’ESRF, de nous pencher sur les styles nationaux de management et leurs conséquences.

6De fait, l’ESRF nous offre en 2005 le spectacle d’une organisation apprenante, qui, après s’être quelque peu isolée du monde lors de la construction, prête l’oreille à ses utilisateurs et tente d’affermir son caractère international, notamment européen. Elle y parvient, malgré des difficultés, grâce à la flexibilité des hommes et de l’instrument, ou des instruments, selon qu’on considère l’organisation dans son ensemble ou chaque ligne. Il reste que l’évolution de chacune n’a de sens que par rapport à l’ensemble et que l’on ne saurait isoler les lignes de l’accélérateur, ce qui nous fera préférer parler d’un instrument tout au long de cette partie. Dans cette perspective, le succès tient à la combinaison d’un dispositif d’écoute de l’environnement (scanning) et de fragmentation et perpétuelle recomposition (morphing) de l’instrument.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site