Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Première partie. La création d'une organisation « excellente »

Chapitre I

Un instrument générique et ses acteurs

Texte intégral

1Ce premier chapitre porte à la fois sur l’objet synchrotron et sur la communauté scientifique qui est à l’origine de la création de l’ESRF. Il existe en effet une communauté spécifique qui comprend à des titres différents ceux qui conçoivent, entretiennent et développent les deux parties de l’instrument scientifique, l’accélérateur et les lignes de lumière (Beamlines), et ceux qui l’utilisent. Ses membres agissent en commun face à des enjeux qui sont de répandre l’usage du synchrotron, de perfectionner les instruments disponibles, et de développer les méthodes et les applications qu’ils autorisent.

2Ce chapitre montre à la fois combien le synchrotron a des utilisateurs variés et à quel point il est susceptible d’être configuré très différemment selon les expériences qu’il accueille, deux raisons qui justifient de le considérer comme un instrument générique. Il décrit ensuite les structures formelles de l’ESRF, image idéale qu’il faut impérativement prendre en compte pour comprendre son fonctionnement réel. Il s’achève par une brève évocation des stratégies fondamentales que les systèmes d’acteurs de l’ESRF ont définies pour atteindre l’excellence imposée par les circonstances de sa naissance. On les verra se décliner sous diverses formes aux époques successives de la construction et de l’exploitation, mais elles orienteront globalement leur action.

Un accélérateur et des lignes de lumière

  • 1 Sur les synchrotrons, les méthodes qui y sont utilisées et les applications qu’ils permettent, on d (...)

3Un synchrotron est stricto sensu un accélérateur de particules. Il y en a un certain nombre de par le monde depuis les années 1930, y compris dans les pays participants à l’ESRF. Nous nous intéresserons aux synchrotrons non parasitaires, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas destinés à la physique des hautes énergies (ou physique des particules). Fondamentalement, ils se composent de deux parties : tout ce qui concerne la production des rayons X (l’accélérateur de particules ou le synchrotron proprement dit) et tout ce qui concerne leur utilisation (les lignes de lumière)1. On s’efforcera de bien montrer combien ces deux parties diffèrent et combien les différences techniques sont liées à des différences de culture, de perceptions, de représentations et de stratégies de leurs communautés respectives.

L’accélérateur de particules

  • 2 Notre objet n’étant en rien ici de distinguer tous les accélérateurs, ni de les décrire comme pourr (...)
  • 3 Les personnes interrogées parlent d’un accélérateur ou d’accélérateurs selon qu’elles considèrent l (...)

4Pour produire les rayons X, un accélérateur linéaire2 (le linac : linear accelerator) impulse une première accélération à des électrons, qui sont ensuite amenés à leur vitesse et énergie définitives par un booster (le synchrotron proprement dit) puis tournent dans un tunnel circulaire, l’anneau de stockage3. Les électrons passent dans l’anneau à travers des aimants qui les font tourner, mais qui leur font ainsi perdre une énergie émise sous forme d’un rayonnement électromagnétique, le rayonnement synchrotron ou la lumière synchrotron. Cette énergie perdue est redonnée à chaque tour aux électrons par des équipements de radio-fréquence qui ont pour fonction de maintenir les électrons à vitesse et énergie constantes. L’opération se passe dans le vide, la qualité de celui-ci étant un élément déterminant de la durée de vie du faisceau d’électrons et de sa stabilité. Concrètement, cela signifie que les électrons tournent dans des chambres à vide et que plus les électrons sont centrés et regroupés, meilleure sera l’utilisation qu’on pourra faire des rayons X produits. Dans cet anneau se trouvent en effet des éléments d’insertion qui sont des assemblages d’aimants, lesquels « secouent » le faisceau d’électrons et produisent ainsi des rayons X. Ce faisceau de rayons X est dévié vers l’une des lignes de lumière. Chaque élément d’insertion alimente donc l’une des lignes de lumière.

5On l’a compris, chaque élément est crucial. On peut ajouter que la performance de chacun dépend de celle de l’ensemble, notamment de la précision avec laquelle les équipements sont positionnés les uns par rapport aux autres. Des géomètres spécialisés les réorganisent de ce fait régulièrement pour augmenter la précision et la qualité du faisceau. Le bon fonctionnement d’un accélérateur de particules requiert la coordination de tout un ensemble de compétences et d’équipements. Il n’y a pas réellement de concurrence possible entre le groupe qui veille à l’amélioration de la performance du linac et celui qui s’occupe du booster, pas plus qu’il ne peut y en avoir entre celui qui gère les aimants et celui qui est en charge de la radio-fréquence. Cela ne signifie évidemment pas qu’il n’y a pas de conflits parmi les spécialistes des accélérateurs, ni qu’il n’y a pas de variations locales entre les systèmes d’action qui correspondent à chaque accélérateur, mais ces conflits et ces variations sont foncièrement encadrés par cette nécessaire implication de tous dans un seul et même but et objet.

6Enfin, l’accélérateur peut fonctionner selon différents modes, ce qui revêt une importance cruciale pour les utilisateurs qui font des expériences sur les lignes de lumière. Ces modes correspondent à la façon dont les électrons circulent dans l’anneau (de façon continue, par paquets plus ou moins espacés, etc.) et permettent d’avoir un faisceau très intense, très stable ou des flashs de lumière (afin d’étudier les variations temporelles de la matière). Chaque ligne est plus ou moins bien adaptée à chaque mode et la plupart ne peuvent pas fonctionner les semaines où sont adoptés des modes qui ne leur conviennent pas. La répartition des modes par semaine est du reste l’un des éléments de la concurrence entre les lignes et est à l’origine d’âpres négociations. Tous les synchrotrons ont plus ou moins leur propre palette de modes car ils essayent de s’adapter à leur clientèle d’utilisateurs (et de la séduire par des modes innovants), d’autant que leur gamme d’énergie spécifique ne leur permet pas d’avoir tous la même efficacité dans chaque mode.

7Précisons que, comme la plupart des objets techniques, un accélérateur de particules connaît de façon assez fréquente des modifications plus ou moins importantes, et ce d’autant plus qu’il appartient à un domaine encore relativement jeune. On a vu que plusieurs générations de synchrotrons se sont succédé assez rapidement, mais il importe également de bien noter que ceux qui conçoivent et entretiennent les synchrotrons s’efforcent continuellement de réintroduire autant que faire se peut les améliorations emblématiques des nouvelles générations dans les synchrotrons plus anciens. Si ceux-ci ne deviendront jamais aussi efficaces que ceux qui ont été spécifiquement conçus autour de ces innovations techniques, seuls les synchrotrons en fin de vie sont réellement stabilisés. Tous les autres évoluent, au rythme des améliorations dans le domaine des accélérateurs, mais aussi en fonction des modifications des demandes des utilisateurs qui réalisent des expériences sur les lignes de lumière.

8Plus le faisceau de rayons X produit est in et bien positionné, plus il permettra en effet d’étudier des échantillons petits et complexes. Plus il est intense, plus le temps d’exposition de l’échantillon sera court, ce qui permettra soit de multiplier les expériences en une même période, soit d’exposer au faisceau un échantillon particulièrement fragile, par exemple un tableau dont on souhaite étudier la composition ou le vieillissement, ou un patient humain comme cela arrive parfois sur une ligne médicale. Plus le faisceau a une durée de vie élevée, plus il sera possible et facile de conduire une expérience délicate sans avoir à interrompre les opérations et à reprendre continuellement des réglages. L’amélioration continue de ces paramètres a permis aux générations successives de synchrotrons de s’ouvrir à des communautés de plus en plus éloignées de la physique, et parfois même des sciences de la nature, comme par exemple aujourd’hui la paléontologie ou l’histoire de l’art. La photo 1 montre l’un des premiers faisceaux émis à l’ESRF, sur une ligne de lumière alors en construction. Elle laisse entrapercevoir deux qualités majeures de celui-ci : son intensité et sa stabilité.

9On aura compris que l’objet n’est pas aussi stable que nous l’avions précédemment laissé entendre. D’autre part, bien qu’il soit au début de la chaîne des expériences et qu’il en soit techniquement indépendant, alors que l’inverse n’est pas vrai, son évolution dépend de façon assez sensible de celle des demandes des utilisateurs et des caractéristiques de leurs expériences. On ne peut mener d’expériences si l’accélérateur ne fonctionne pas, alors que l’accélérateur peut fonctionner bien qu’une ligne de lumière, voire plusieurs, soit en panne ; en revanche, cette indépendance technique cache une dépendance sociale dans la mesure où le critère essentiel d’évaluation d’un synchrotron est le nombre et la qualité des publications qu’il permet de produire.

Les lignes de lumière

10Une fois le faisceau de rayons X produit, il est capté et dévié hors de l’anneau par un élément d’insertion dans ce qu’on appelle une ligne de lumière. Le but poursuivi est d’étudier la structure d’échantillons très divers. La plupart des synchrotrons comptent de 10 à 40 lignes de lumière, ce qui signifie qu’ils accueillent des dizaines d’expériences simultanément et que celles-ci impliquent peu de personnes sur place, ne serait-ce que du fait de la faible place disponible. On peut ajouter que chacune des expériences est brève, au plus quelques semaines, parfois quelques minutes.

  • 4 Ce n’est pas la photo du premier faisceau à proprement parler, lequel reste à l’intérieur de l’anne (...)

Photo 1 : L’un des premiers faisceaux (Crédit : M. Krumrey)4

  • 5 Prise lors de la construction – ce qui explique la présence des personnes sur les caissons –, cette (...)

Photo 2 : La première cabine d’une ligne de lumière (ID 23) dédiée à la cristallographie des protéines (Crédit : P. Ginter/ESRF)5

11La photo 2 nous montre le début d’une ligne de lumière consacrée à la cristallographie des protéines. Dans cette cabine, le faisceau de rayons X est dirigé hors du tunnel où tournent les électrons ; il est configuré pour un certain type d’expériences par les instruments que l’on voit sur l’image. On aperçoit à droite le début d’une autre ligne. Toutes les lignes se suivent en effet dans l’anneau, où elles s’enroulent parallèlement. Toutes sont séparées du tunnel par un mur qui délimite physiquement les deux mondes : celui de l’accélérateur et celui des lignes. Invisible à l’œil, la jonction entre les deux s’opère par une tête de ligne qui relie chaque ligne à un élément d’insertion au cœur du tunnel, élément qui transforme des électrons en rayons X.

  • 6 Certaines lignes peuvent commencer par un aimant de courbure (ou bending magnet). Dans le cas de l’ (...)
  • 7 La tête de ligne est un tunnel de 15 à 100 mètres de long qui assure la jonction entre l’anneau de (...)

12Toutes les lignes de lumière comportent quatre parties principales, si l’on excepte l’élément d’insertion6 et la tête de ligne7, c’est-à-dire les deux éléments qui assurent la jonction entre l’anneau où sont produits les rayons X et la ligne proprement dite où ils sont exploités.

13La première partie consiste en des instruments optiques (miroirs, fentes, etc.) chargés de guider le faisceau de rayons X jusqu’à l’échantillon et de lui donner les propriétés souhaitées (largeur, intensité, longueur d’onde). C’est une partie très stable de la ligne et relativement semblable d’une ligne à l’autre, même si bien sûr elle est configurée différemment selon les propriétés recherchées. Fondamentalement, les miroirs et les fentes guident le faisceau vers l’échantillon et le calibrent, tandis qu’un monochromateur sélectionne une longueur d’onde en fonction des caractéristiques de la technique utilisée par la ligne.

14L’aménagement dans une cabine d’un environnement de l’échantillon constitue la seconde partie de la ligne, la plus variable selon les lignes et parfois même selon les expériences. La complexité tient d’une part à la très grande spécificité souvent recherchée pour les conditions d’expérience, et de l’autre à ce que beaucoup d’expériences reposent sur la variation de conditions qu’il est déjà difficile d’obtenir en elles-mêmes. Ainsi, certaines expériences réclament des pressions très élevées, des températures très basses ou au contraire très hautes, ou bien exigent des champs magnétiques élevés. Cela signifie que telle expérience nécessitera par exemple l’introduction d’un four ou d’un équipement cryogénique, voire l’étude et la réalisation d’un équipement spécifique qui ne servira parfois que rarement. Et elle sera d’autant plus féconde qu’on sera à même de mesurer l’effet des variations de la température, de la pression ou du champ magnétique sur l’échantillon.

15La photo 3 montre ainsi le travail de préparation d’une expérience dans une cabine. Selon les caractéristiques de cette expérience, et son caractère plus ou moins novateur et réalisable, le travail de préparation peut durer plus ou moins longtemps, entraîner plus ou moins de développements techniques et informatiques, et impliquer plus ou moins de personnes. Dans tous les cas, il s’agit de calibrer le faisceau de rayons X pour qu’il aie les caractéristiques souhaitables (intensité, etc.), de positionner l’échantillon, et d’installer et d’orienter tous les instruments nécessaires. Sur certaines lignes, les expériences changent peu et les cabines sont plus ou moins toujours les mêmes. Sur d’autres, chaque expérience est différente, le travail de préparation est toujours important et les cabines changent beaucoup plus. Autant dire que le monde des lignes est très différent de celui de l’accélérateur : il est beaucoup plus profus et changeant que ce dernier, et on ne saurait comprendre le soin que mettent les membres de ces deux communautés à se distinguer sans prendre en compte que ces constructions discursives reposent aussi sur une base concrète.

16C’est notamment pour réaliser cet environnement de l’échantillon que seront mis en chantier les développements que nous mentionnerons si souvent dans la suite de cet ouvrage. Tel doctorant consacrera ainsi sa thèse à l’étude et à la confection d’un équipement spécifique, ou bien ce dernier fera l’objet d’un partenariat entre l’équipe de la ligne et celle d’une université extérieure et elles réaliseront ensemble l’expérience et les publications qui en résulteront. C’est également cette partie de la ligne qui nécessitera souvent des bricolages en urgence parce qu’un équipement ne s’adapte pas à la ligne et qu’un technicien doit réaliser au plus vite un support spécifique.

Photo 3 : Préparation d’une expérience dans une cabine de la ligne ID 01 (Crédit : P. Ginter/ESRF)

  • 8 La technique évolue bien sûr constamment mais les détecteurs les plus courants en 2005 étaient le f (...)

17Un détecteur forme la troisième partie de la ligne. Il est chargé de recueillir les rayons X après leur passage à travers l’échantillon et d’indiquer les modifications qu’ils ont subies afin d’en déduire les propriétés et la structure de l’échantillon. Selon la technique utilisée (diffraction magnétique, diffusion, etc.), le détecteur a des caractéristiques différentes8 mais c’est en tout cas lui qui ouvre la chaîne de l’acquisition de données. Fondamentalement, cela correspond à trois opérations : l’amplification du signal furtif et de bas niveau que recueille le détecteur, sa digitalisation pour transmettre les données à l’ordinateur, et enfin la programmation de ce signal pour préparer le traitement des données (par exemple pour obtenir une image tridimensionnelle de telle ou telle structure) et éventuellement des tentatives de modélisation et de simulation.

18De l’avis général, le détecteur est l’une des parties les plus perfectibles de la ligne, et ce d’autant plus que la machine s’approche de ses meilleures performances. En effet, s’il est possible au début de l’exploitation d’une ligne de ne détecter que peu de données car on peut penser que l’amélioration des performances de l’accélérateur permettra d’obtenir un faisceau toujours plus intense et plus précis, vient un stade où l’amélioration n’est plus aussi sensible et où le progrès ne peut plus venir que du perfectionnement du détecteur. Pour l’instant cependant, l’enchaînement assez rapide des générations de synchrotron et le progrès continu de chaque génération ont toujours évité d’atteindre ce stade, et les détecteurs restent un équipement relativement artisanal, imparfait… et onéreux.

19Enfin, la cabine de contrôle pilote l’ensemble de la ligne. C’est là que sont les utilisateurs, c’est là qu’ils vérifient le bon déroulement de l’expérience ou interviennent en cas de problème. Ce pilotage est plus ou moins délicat ou complexe selon les techniques utilisées. Une ligne peut compter des dizaines de moteurs à manipuler ou des centaines, ce qui ne représente évidemment pas le même degré de complexité pour l’utilisateur, les lignes les plus motorisées étant celles qui offrent le plus de variables à maîtriser et non l’inverse. Les interfaces peuvent être plus ou moins rebutantes mais elles sont rarement en priorité pensées en fonction de l’usager et l’apprentissage du pilotage d’une ligne peut requérir un temps relativement long et se révéler assez ingrat.

20Là aussi, et plus encore que pour l’accélérateur, chaque ligne de lumière évolue de façon importante et permanente. Jusqu’à un certain point, on peut dire qu’aucune ligne n’est jamais réellement stabilisée, davantage parce que la demande change qu’à cause de l’évolution de la technique. En effet, les scientifiques sont souvent assez conservateurs sur le plan technique et le responsable d’une ligne cherche moins à faire évoluer sa ligne pour l’améliorer de façon continue qu’à créer de nouvelles « configurations » de celle-ci adaptées à de nouvelles demandes d’expériences. Le mouvement naturel d’une ligne tend vers la déclinaison en des cabines expérimentales plus ou moins nombreuses, dont chacune est adaptée à une technique particulière et est finalement assez stable, plutôt que vers l’incorporation constante des innovations techniques dans chacune de ses composantes.

  • 9 Nous verrons dans la seconde partie comment ces expériences sont sélectionnées.

21Essayons d’être plus clair. Chaque ligne de lumière accueille des utilisateurs, c’est-à-dire des chercheurs extérieurs qui viennent y réaliser une expérience9. Ils amènent leurs échantillons, un certain nombre de collaborateurs et, en partenariat avec l’équipe de scientifiques et de techniciens chargée d’entretenir et de développer la ligne, réalisent un certain nombre de « manips » qui entraîneront des publications. Suivant les caractéristiques de ces expériences, la ligne devra être préparée – incorporer ou non un certain nombre d’éléments (four, etc.) – et configurée. Ce sont ces configurations que le responsable de la ligne essaye d’optimiser puis de figer en y consacrant une « cabine ». On pourrait comparer cela à un voyageur qui aurait une valise pour partir à la montagne, une pour la mer et une pour la découverte de villes et de musées à l’étranger. Une fois ces valises faites, il est évidemment préférable de ne plus y toucher. Il en va de même avec les cabines qui sont chacune optimisées pour un type d’expérience (parfois deux ou trois quand le budget est faible).

  • 10 Nous reviendrons sur l’aspect budgétaire dans la deuxième partie.

22Concrètement, cela signifie que chaque ligne voit se suivre une ou plusieurs cabines, en nombre d’autant plus élevé que la demande des utilisateurs l’impose et que le budget de son équipe le permet10. Le faisceau passe dans chaque cabine, et l’on positionne l’échantillon dans celle qui convient le mieux à la nature de l’expérience. Certaines lignes accueillent des utilisateurs très différents et il est plus facile pour leur équipe de développer des cabines pour chaque expérience possible, d’autres abritent presque toujours la même expérience et une seule cabine suit. Quoi qu’il en soit, l’idéal est toujours d’atteindre une certaine stabilité, du moins tant qu’on ne constate aucune évolution dans les demandes des utilisateurs et que la configuration, de la ligne ou de la cabine, produit des publications. On comprend pourquoi les acteurs affirment que toutes les lignes sont spécifiques, uniques et incomparables.

23C’est à la fois le nombre de méthodes applicables sur un synchrotron (voir l’encadré suivant) et cette plasticité des lignes de lumière qui justifient de considérer le synchrotron comme un instrument générique (au sens où l’entend Terry Shinn). Schématiquement, on pourrait l’assimiler à un microscope extrêmement puissant, susceptible d’utilisations très variées mais complexe à appréhender pour un profane. Cette plasticité suppose donc une conscience des perspectives offertes de la part des utilisateurs potentiels et une organisation locale capable de les accueillir et de satisfaire leur demande, c’est-à-dire d’adapter la ligne et le faisceau à leurs besoins.

Les membres de la communauté

24Les colloques, les revues et publications constituent des éléments déterminants de la vie et de la formation des constructeurs des accélérateurs et des lignes.

Colloques

25Comme toute communauté scientifique, celle des synchrotrons a ses colloques (Particle Accelerator Conference, European Particle Accelerator Conference, etc.), qui permettent régulièrement de se rencontrer, de présenter et socialiser les jeunes membres, et de récompenser les plus anciens par l’attribution de prix. Ils sont l’occasion de s’informer sur ce qui est expérimenté et notamment sur les tentatives infructueuses qui ne feront pas l’objet de publications mais qu’il est inutile de réitérer. On peut distinguer les conférences générales sur les accélérateurs, les conférences plus spécialisées qui regroupent cette fois les experts de tel ou tel domaine de l’instrumentation (Congrès international de métrologie, Congrès de l’Union internationale des cristallographes, etc.), et celles qui portent davantage sur la recherche mais consacrent des ateliers au rayonnement synchrotron.

MÉTHODES D’INVESTIGATION ET APPLICATIONS
Notre dessein n’étant ici ni d’écrire un manuel de physique, ni de proposer un mode d’emploi d’un synchrotron, ni bien sûr de perdre la plupart de nos lecteurs, nous nous contenterons d’une description minimale des principales méthodes d’investigation permises par un synchrotron. On aurait pu en citer beaucoup d’autres, qui seront parfois évoquées dans notre ouvrage ou mentionnées dans le titre des groupes de l’ESRF (EXAFS, etc.), mais ce sont pour l’essentiel des sous-types des méthodes énnoncées ci-dessous. Il importe de bien mesurer que les distinctions ici tracées sont en partie artificielles, nombre d’expériences les combinant et les frontières entre les méthodes et les champs scientifiques qu’elles recouvrent étant souvent poreuses.
La diffraction : elle vise à reconstituer la position des atomes dans un matériau donné. Elle suppose que celui-ci soit préparé pour l’expérience sous forme d’un cristal afin que les rayons lumineux se répartissent de manière régulière en sortant de l’échantillon. Fondamentalement, on étudie dans cette technique les interférences entre le faisceau et l’échantillon puis les interférences entre les faisceaux diffractés. On peut distinguer au sein de ce type :
– la cristallographie des protéines (ou cristallographie macro-moléculaire) : c’est la branche de la biologie qui analyse la structure atomique des protéines. On peut notamment y parvenir en introduisant dans celles-ci un atome lourd (MAD) ou en remplaçant un ou plusieurs atomes (s) par un autre plus lourd (MIR). Dans les deux cas, cela modifie l’intensité de certaines taches de diffraction et permet des déductions par comparaison ;
– la diffraction magnétique : la lumière synchrotron augmente le signal magnétique des éléments observés, ce qui permet d’autant mieux d’observer leur comportement que cette lumière est intense et polarisée (c’est-à-dire qu’elle se comporte de manière différente selon les domaines magnétiques) ;
– la diffraction de surface : les surfaces des matériaux sont exposées à des phénomènes d’absorption, destruction, reconstruction, etc. Le signal de la surface est pourtant souvent très faible et il faut une lumière très rasante et focalisée pour le percevoir.
La diffusion : lorsque le matériau ne se prête pas à une préparation en cristal, par exemple les matières molles (liquides, verres, polymères, etc.), la diffusion des rayons X par la matière n’est pas régulièrement ordonnée et ne peut être étudiée sous forme de diffraction. Fondamentalement, on étudie dans cette technique l’absorption de l’énergie par le matériau. On peut distinguer au sein de ce type :
– la diffusion élastique, qui est possible lorsqu’il n’y a pas de perte d’énergie des rayons X lors de leur rencontre avec l’échantillon ;
– la diffusion inélastique, qui correspond au contraire aux cas où les rayons X perdent une partie de leur énergie lors de leur rencontre avec l’échantillon en lui donnant de l’énergie cinétique, de la vibration ou de la rotation ;
– la diffusion (ou diffraction) nucléaire vise à étudier les propriétés électriques ou magnétiques d’un matériau en amplifiant la diffusion de son noyau.
L’imagerie : par nature ouvertes à tous les utilisateurs, les techniques d’imagerie ont pour objet de proposer des images de très haute résolution des échantillons analysés :
– la radiographie et la microscopie ne se distinguent pas radicalement des applications que tout un chacun en connaît, à ceci près que la lumière synchrotron permet d’accroître considérablement la précision de la résolution de l’image ;
– la topographie est une projection de la structure (en trois dimensions) sur un plan. Elle permet de visualiser les défauts (dislocations, fissures, etc.) dans les matériaux ou leurs propriétés magnétiques. Elle peut être prolongée en tomographie ;
la tomographie permet de visualiser l’objet en coupe ou en trois dimensions à partir de plusieurs coupes, et donc de reconstituer la vision en trois dimensions. Elle est très utilisée en médecine pour localiser et mesurer par exemple une tumeur ou suivre son évolution.
La spectroscopie d’absorption (que l’on considère parfois aussi comme un sous-type de la diffusion) : elle repose sur le fait que chaque matériau absorbe de façon spécifique la lumière. On peut soit exposer l’échantillon à une large gamme d’énergie (un faisceau blanc) et déterminer ensuite les radiations absorbées préférentiellement, soit modifier l’énergie des photons au cours de l’expérience et mesurer l’absorption au fur et à mesure. Cette méthode est notamment utilisée pour étudier les catalyseurs par l’industrie chimique ou automobile.

26Toutes ces conférences sont toutefois organisées sur le même principe : une très large ouverture sans sélection véritable des propositions de communication, si ce n’est pour ceux qui sont invités à s’exprimer en session plénière. Les autres participants sont soit invités à présenter leurs travaux dans des ateliers spécialisés, soit conviés à réaliser des posters. Des espaces d’exposition et des temps de discussion autour de ces posters sont prévus durant les conférences. Dans de grands halls, des dizaines d’intervenants se tiennent devant une grande aiche (d’à peu près un mètre sur deux) qui expose un résultat important de leur travail, attendant les questions et remarques pour en discuter avec les personnes intéressées. C’est l’un des procédés les plus répandus pour se faire connaître et débattre de ses options scientifiques et techniques avec ses homologues et les membres de sa communauté.

27C’est aussi là que tous découvrent les attentes des communautés scientifiques en matière d’expériences envisagées par les utilisateurs pour lesquelles le matériel n’existe pas encore, ce qui implique des configurations nouvelles à développer pour les lignes, ou à l’inverse les nouveaux équipements qui sont testés ou commercialisés et leur permettent d’imaginer de nouvelles configurations à proposer aux utilisateurs. Le renom de chacun, présent et à venir, dépend en grande partie de l’acuité et de la pertinence avec lesquelles il parviendra à combiner les informations glanées dans ces divers types d’arènes ou auprès de ceux qui y ont participé.

Revues et publications

28Tous les membres de la communauté synchrotron souhaitent bien sûr publier dans les revues scientifiques les plus prestigieuses. Mais c’est là une perspective plus facile à atteindre pour les scientifiques qui construisent et gèrent les lignes que pour ceux qui appartiennent au monde de la machine. Plus la ligne des premiers sera performante et reconnue, plus ils attireront en effet des propositions d’expériences issues d’utilisateurs célèbres et d’universités prestigieuses, et plus ils auront de chances d’être associés à une expérience susceptible d’aboutir à une publication importante dans une revue de qualité. S’ils ont contribué de façon importante à la réussite de l’expérience, ils participent en effet aux publications qui en résultent et les cosignent.

  • 11 Sont exclues de ces publications les documents internes et toutes les communications, qui sont pour (...)
  • 12 Les données présentées dans les deux tableaux qui suivent sont extraites du premier rapport annuel (...)

29Outre les inégales perspectives de publication qu’offre l’appartenance soit au monde de la machine soit à celui des lignes, les membres de la communauté synchrotron ne publient pas dans les mêmes revues selon qu’ils appartiennent à l’un ou l’autre de ces sous-espaces. On peut se fonder sur les publications11 des membres de l’ESRF entre 1987 et 199212 (voir les tableaux 1 et 2), c’est-à-dire avant le début du fonctionnement des lignes et donc avant l’arrivée des utilisateurs extérieurs, pour bien saisir les différences de publication hors de toute influence extérieure.

30À la lecture du tableau 1 nous pouvons constater la grande stabilité du nombre de publications des membres de la machine à travers les ans, à part en 1990 et surtout 1991 où les publications sont plus rares, ce qu’on peut sans doute expliquer par la forte charge de travail due durant ces deux années à la construction effective de l’accélérateur et de l’anneau, qui s’est au surplus achevée avec six mois d’avance. On doit également souligner le nombre assez faible des publications, surtout si l’on tient compte du fait que ces personnes sont en train de construire un instrument innovant sur lequel toute la communauté synchrotron a les yeux tournés. On peut en conclure que les constructeurs de la machine ne recherchent pas les publications et qu’ils ne sont pas évalués sur ce critère.

Tableau 1 : Publications de la Machine de 1987 à 1992

Tableau 1 : Publications de la Machine de 1987 à 1992

31Du point de vue qualitatif, les publications se concentrent sur un très petit nombre de revues (6 en six ans), et essentiellement sur trois d’entre elles : Nuclear Instruments and Methods in Physics Research (6 publications), Review of Scientific Instruments (4 publications), Synchrotron Radiation News (3 publications). Ces résultats confirment que les membres de cette sous-communauté sont sur le pôle de l’instrumentation et non sur celui de la recherche expérimentale, ce qui les distingue des scientifiques qui se consacrent à la construction des lignes. Ces derniers cherchent en effet à combiner ces deux pôles, comme le montre le second tableau consacré aux publications de ceux qui sont rattachés au monde des lignes et en l’espèce à la division expériences.

32Tout autres sont à l’évidence les conclusions que l’on peut tirer du tableau 2. Le nombre des publications des membres des expériences est tout d’abord en croissance continue. Cela peut bien sûr s’expliquer par le fait que de plus en plus de scientifiques sont recrutés chaque année, mais en 1987, 1988, 1989, alors que les scientifiques sont moins nombreux que les membres de la machine, ils publient plus que ceux-ci. Il ne s’agit bien sûr pas ici de les hiérarchiser sur ce critère, mais simplement de bien prendre acte de cette différence. Comme leurs collègues de la machine, les membres des expériences auraient pu n’attacher qu’une importance limitée aux publications et ne pas être évalués en fonction de leur nombre et de leur qualité mais en fonction de la qualité de leur ligne ou du service qu’ils offraient aux utilisateurs. Les deux sous-communautés apparaissent à nouveau comme très différentes, ce qui n’était pas acquis a priori.

Tableau 2 : Publications des Expériences de 1987 à 1992

Tableau 2 : Publications des Expériences de 1987 à 1992

33Le tableau 3 qui présente le classement des revues ayant accueilli le plus d’articles des membres des expériences sur la période nous rappelle que les « scientifiques » dont il est ici question sont eux aussi des instrumentalistes, c’est-à-dire des concepteurs de lignes de lumière. En témoigne, année après année, la part importante de leurs publications dans les mêmes revues d’instrumentation que celles qui publient les articles des concepteurs d’accélérateurs. Les revues Nuclear Instruments and Methods in Physics Research et Review of Scientific Instruments sont aussi un débouché très important pour les créateurs des lignes de lumière, ce qui témoigne de leur spécialité d’instrumentaliste et de leur appartenance à la même communauté synchrotron que les « ingénieurs » de la Machine.

Tableau 3 : Classement des revues ayant publié au moins 6 articles des membres des Expériences entre 1987 et 1992

Tableau 3 : Classement des revues ayant publié au moins 6 articles des membres des Expériences entre 1987 et 1992

34Pour autant, l’impression dominante est celle d’une différence importante des deux sous-communautés en termes de publications. Le second point notable est en effet le très grand nombre de revues dans lesquelles publient les scientifiques. S’il y a un socle commun de revues entre les deux sous-communautés, les scientifiques publient davantage, dans des revues beaucoup plus variées, pour certaines disciplinaires, et la dispersion des publications est croissante, un signe selon Terry Shinn de ce que le synchrotron est bien un instrument générique. Si les revues de physique dominent très nettement durant les premières années, s’ajoutent ensuite des revues de chimie, de biologie et d’étude des matériaux, ce qui est en effet caractéristique d’un type d’équipement initialement conçu par des physiciens qui s’est progressivement ouvert à d’autres communautés. On peut sans doute relier cette variété croissante au fait que les recrutements de scientifiques amènent progressivement à diversifier la palette des disciplines représentées et donc des articles proposés pour publication. Les concepteurs de lignes de lumière sont à la recherche de publications, essayent d’établir le renom et la qualité de leur ligne et visent aussi des revues disciplinaires. Ils sont des expérimentalistes autant que des instrumentalistes.

Formation

35Même s’il existe des cours sur les accélérateurs de particules, notamment au CERN, il n’y a pas à proprement parler de formation pour devenir membre de la communauté synchrotron, et encore moins pour se préparer à construire un accélérateur ou une ligne de lumière. De fait, comme nous avons essayé de le faire ressortir, la communauté synchrotron dans son ensemble est à la fois relativement ouverte et en expansion continue. Parmi les personnes interrogées lors de nos rencontres, beaucoup n’avaient eu aucun contact avec les synchrotrons avant leur expérience à l’ESRF (dans le cas des ingénieurs, dessinateurs et techniciens) ou n’utilisaient le rayonnement synchrotron que depuis cinq ou dix ans (dans le cas des scientifiques). Il s’agit donc d’un groupe social soucieux d’accroître le nombre de ses membres et son audience pour garantir la poursuite de son développement.

36S’il n’y a pas de formation, il y a en revanche une socialisation qui passe le plus souvent par la réalisation d’une thèse sous la direction d’un membre de la communauté, c’est-à-dire dans un synchrotron existant (ou dans un laboratoire en contact avec celui-ci) où l’apprenti découvre soit la nature d’un équipement de l’accélérateur, soit les caractéristiques d’une ligne. Bien sûr, cet apprentissage est à la fois technique et social, il comporte les aspects techniques et les valeurs et modes de comportement à respecter selon que l’étudiant se prépare à appartenir au monde des accélérateurs ou à celui des lignes. Cette socialisation s’opère aussi par la participation aux colloques spécialisés et la publication d’articles dans les revues scientifiques qui accordent une place plus ou moins importante à l’instrumentation ou aux expériences menées à l’aide de la lumière synchrotron.

37Face à l’incertitude que représente tout recrutement, ceux qui forment des équipes pour construire un nouveau synchrotron auront tendance, du moins s’il y a des candidats de ce type, à choisir des personnes qui viennent de laboratoires ou d’entreprises qui ont une expertise en matière de rayonnement synchrotron ou d’accélérateurs. Encore devrait-on ajouter que, même pour les ingénieurs et les administratifs, le facteur le plus convaincant est d’avoir réalisé une thèse ou au moins de l’avoir entamée. Tous doivent d’une façon ou d’une autre avoir été connectés au monde de la recherche et en avoir appris les us et coutumes. Ainsi, à l’ESRF, les chefs des services communication, personnel et sécurité en poste en 1992 étaient tous titulaires d’une thèse scientifique.

38De fait, de même qu’il y a des générations de synchrotrons et des générations de lignes, le passage d’une génération à l’autre s’opère par la migration collective de scientifiques, d’ingénieurs et de techniciens qui passent d’un équipement à l’autre. Ainsi, comme on le verra dans cette première partie, l’ESRF a été conçue et définie entre 1973 et 1988 par toute une communauté dont les membres venaient entre autres de Daresbury, Frascati, Hambourg ou Orsay. Et, en 2005, comme le montrera la seconde partie, les migrations se sont inversées, une partie des personnes qui avaient construit l’ESRF retournant dans leur pays pour y construire une nouvelle génération de synchrotrons. C’est dans ces mouvements que s’opère la transmission des connaissances et des valeurs.

39Toutefois, les deux sous-communautés ne partagent ni ne propagent les mêmes techniques et les mêmes valeurs et références. Celle des accélérateurs aiche une culture d’ingénieur, accorde une grande importance au respect des délais, à l’optimisation des tâches et de l’organisation, et cherche à préciser les demandes et à les regrouper, voire à avoir une vision pluriannuelle des priorités. Celle des lignes met au premier plan les valeurs de créativité, d’inspiration et d’originalité, le travail n’étant selon elle jamais pesé ni compté, seule comptant la publication qui le valide in fine. Comme souvent, on comprend mieux la façon dont chacun se voit quand il parle de l’autre et dresse ainsi un tableau en creux de lui-même :

Il est très rare qu’un scientifique soit un meneur d’hommes, c’est un artiste, il ne sait pas gérer une équipe, il faut lui garder son côté artistique. Un scientifique ne sait pas faire des planifications, des spécifications, gérer des budgets, affecter des techniciens à des équipes, ce n’est pas facile de décoder un scientifique, de traduire ses idées en quelque chose de réalisable. La différence entre un ingénieur et un scientifique, c’est pour moi la notion de finalité. (Ingénieur, 2005)
Le paiement est le même, un scientifique travaille 75 heures par semaine et il est encore là tard le soir, un ingénieur travaille 35 heures et il n’est plus là le soir. L’ingénieur a un CDI, le scientifique a un CDD. C’est très difficile de faire une séparation, un ingénieur est un scientifique s’il a un esprit créatif et si ce qu’il fait demande une certaine originalité.
(Scientifique, 2005)

  • 13 On ne peut évidemment parler ici de temps court des publications que parce que les expériences mené (...)

40Le jeune membre de la sous-communauté des accélérateurs apprend la valeur du « travail bien fait », tandis que celui de la sous-communauté des lignes apprend celle de l’originalité dont doivent faire preuve les publications. Le premier est tourné vers le long terme et la planification, tandis que le second vit dans le temps court des expériences et des publications13. Le premier cherche à rationaliser son travail tandis que le second n’accorde d’attention qu’au résultat.

41Bien sûr, la description que nous venons de tracer de ces deux sous-communautés est à tous égards sommaire et caricaturale. Comme on le verra, les passages de l’une à l’autre sont possibles et beaucoup d’ingénieurs travaillent sans compter tandis que de nombreux scientifiques savent s’organiser et mener des équipes. Il ne s’agit pas de croire à ces images schématiques mais de mesurer que les deux sous-communautés elles-mêmes se voient et s’aichent comme distinctes. Ce n’est pas nous qui en traçons ce portrait mutuellement caricatural, ce sont elles qui se décrivent ainsi l’une l’autre, qui se voient comme le regroupement de deux mondes différents par la seule grâce d’un instrument identique. Les démarcations qu’elles tracent entre elles sont un aspect structurant de l’identité de chaque sous-communauté, c’est un point d’ancrage sur laquelle il est possible de motiver leurs membres et de se reconnaître et se comprendre entre membres. Elles ne croient certes pas à ces portraits typifiés, ou du moins pas toujours, mais ceux-ci n’en ont pas moins des effets notables.

L’organisation de l’ESRF

42Après le choix du site, les négociations ont abouti à un « Memorandum of Understanding » conclu le 10 décembre 1985 entre les gouvernements allemand, britannique, espagnol, français et italien pour lancer une étude de faisabilité sur la construction d’un synchrotron de troisième génération à Grenoble. L’accord conclu, les directeurs sont nommés en février 1986 par les parties contractantes pour une durée d’un an et lancent ainsi une phase de définition.

La phase de définition

  • 14 Il a créé en 1962 le premier laboratoire spécifiquement destiné à l’utilisation du rayonnement sync (...)

43L’allemand Ruprecht Haensel14, est nommé directeur général. Il fait venir à Grenoble l’un de ses anciens collaborateurs pour en faire son adjoint, Karl Witte. Ce dernier a la particularité d’avoir un contrat permanent, au contraire des directeurs, ce qui fera de lui l’une des mémoires de l’ESRF et notamment des relations de celle-ci avec son environnement politique et institutionnel.

44Le Français Jean-Louis Laclare est nommé directeur du projet, titre qui lui donne des attributions au-delà de la construction de l’accélérateur. Il vient du CEA et en particulier de Saclay où il a déjà participé à la construction de trois accélérateurs (SATURNE 1, 2 et 3). Il est assisté d’un directeur adjoint, l’allemand Gottfried Müllhaupt, qui a quant à lui été directeur technique de la Berliner Elektronenspeicherring-Gesellschaft für Synchrotron (BESSY) lors de sa construction à Berlin de 1978 à 1986.

45Chacun amène avec lui un homme de confiance : le Français Jean-Marie Lefebvre issu de Saclay, et l’allemand Wilfrid Klotz, qui vient de BESSY. Le premier devient « chef » des services techniques tandis que le second assume le contrôle informatique de la machine, avant, face à l’ampleur des besoins informatiques, de proposer la création d’une division informatique, dont il devient immédiatement « chef », une fois sa proposition acceptée.

46Trois universitaires complètent le directorat. L’anglais Andrew Miller, biochimiste qui suivra les lignes plutôt dédiées aux sciences du vivant, vient de l’université d’Édimbourg et a été responsable de l’antenne de l’EMBL de Grenoble entre 1975 et 1980. L’italien Massimo Altarelli était à l’EMBL à Grenoble après avoir fait une partie de sa carrière dans des universités américaines et à l’institut Max Planck à Stuttgart ; il suivra à partir de 1987 la définition et la construction des lignes de lumière plutôt tournées vers la physique. Enfin, après un très bref mandat d’un universitaire britannique comme « chef » de la division administration, le Français Bernard Bach, chimiste qui vient de l’université de Nancy, est nommé « directeur » de l’administration de l’ESRF, titre supérieur à celui de « chef » et qui a pour objectif de renforcer son autorité. Lui aussi a exercé des fonctions à l’EMBL, cette fois à l’antenne de Heidelberg, où il a participé entre 1975 et 1978 à la mise en place sur le plan administratif de l’antenne de Grenoble.

  • 15 ESRF Foundation Phase Report, ESRF, février 1987, 615 pages.

47Les directeurs s’installent à Grenoble et s’entourent d’un petit groupe d’experts chargé de définir de façon précise et définitive toutes les caractéristiques du projet et de choisir le site à Grenoble, alors qu’il n’est pas encore acquis que le synchrotron sera effectivement construit. Ils soumettent en février 1987 le Foundation Phase Report, qu’on appelle immédiatement le Red Book, et qui sera la bible du projet15. L’étude explique la raison d’être de la machine, ses utilisations futures, et insiste sur le fait que les éléments d’insertion en constituent l’intérêt essentiel car ils permettent des applications très spécifiques.

  • 16 Witte Karl, « History of the ESRF », ouvr. cité, p. 17.

48Il apparaît toutefois que le profil de financement proposé en février 1987 est relativement heurté, proposant des dépenses importantes pour les années 3 et 4 des onze années de construction. Face aux réactions négatives des agences de financement, le souci de voir leur projet adopté pousse les rédacteurs du Red Book à proposer en août 1987 une seconde version où le profil de financement est lissé16. C’est cette seconde version qui est finalement acceptée en septembre 1987. Ainsi, alors qu’il était prévu un budget d’environ 480 millions de francs pour la quatrième année, cette prévision est ramenée à moins de 400 millions. Dès l’origine, il est également décidé de restreindre les embauches aux personnes nécessaires à la phase de fonctionnement des installations en recourant pour la phase de construction à la sous-traitance et au détachement temporaire de spécialistes originaires des centres de recherche participant au projet (CNRS, CEA, etc.), des peak loads. En un mot, tout a été fait pour rassurer les futurs financeurs et leur garantir que les dépenses seraient régulières et contenues.

49L’ESRF est fondée le 16 décembre 1988 par une convention signée par les ministres de la Recherche de onze pays : la République fédérale d’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, la Norvège, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L’article 9 indique que la France doit établir des écoles adaptées à l’éducation des enfants des membres non français du personnel et « permettre leur réintégration dans le système éducatif de leur pays d’origine ». L’article 13 établit que la convention est conclue jusqu’au 31 décembre 2007, puis tacitement reconduite par périodes de trois ans. Elle ne peut alors être dénoncée par un pays membre qu’avec un préavis de trois ans. L’article 12 de l’annexe i à cette convention établit que le personnel de l’ESRF recevra des salaires correspondants à ceux du CEA et des avantages liés à l’expatriation similaires à ceux de l’ILL. Il fixe également à cinq ans la durée maximale des contrats dont pourront bénéficier les « scientifiques » en poste à l’ESRF, c’est-à-dire ceux qui devront construire et développer les lignes de lumière.

50La société ESRF est créée le 12 janvier 1989 sous forme de société civile et est inscrite au registre du commerce et des sociétés de Grenoble, ce qui est un choix original pour l’établissement d’un institut de service à caractère européen. Les Pays-Bas rejoignent les membres fondateurs en novembre 1990 et forment un consortium avec la Belgique (BENESYNC), tandis que le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède forment également un consortium (NORDSYNC). A cette date, l’ESRF regroupe huit « parties contractantes » qui détiennent des parts variables du capital (100 000 francs divisés en dix mille parts de 10 francs) et prennent à leur charge une part à peu près proportionnelle des coûts de construction et des coûts d’opération.

51Cette phase de rédaction du Red Book n’est pas seulement importante car elle fige les caractéristiques techniques et organisationnelles de l’ESRF, ni même parce qu’elle est la dernière étape de la décision, entérine la création et lance la construction, elle est essentielle car elle crée une atmosphère particulière au sein de la quarantaine de personnes qui rédigent ce document. Tous sont venus à Grenoble sans être totalement sûrs que l’équipement serait créé, ils ont pris des risques, ils sont très peu pour conduire une tâche de grande ampleur et tous ont le sentiment de créer un équipement révolutionnaire et de vivre une aventure exceptionnelle :

Tout était nouveau, il fallait tout inventer. On n’avait jamais fait d’onduleurs, on ne savait pas si cela allait marcher. On n’avait pas de statut, on était tous en détachement. On avait comme fondateurs des hommes de vision comme Buras ou Tazzari, on a eu un soutien énorme de Néel, de plusieurs personnalités extraordinaires. (expériences, 2005)

52Ils sont très motivés par l’intérêt du projet et ont conscience que cette expérience ne peut constituer qu’un plus pour leur carrière. De fait, beaucoup de ceux qui sont initialement recrutés deviennent immédiatement chefs de groupe, la récompense pour assumer une tâche écrasante, d’autant qu’il sont seuls au début. Mais même pour ceux qui ne sont pas chefs de groupe ou qui ont été recrutés alors que la place était déjà prise, les motifs de satisfaction sont nombreux. Sont principalement cités le fait de travailler dans un environnement international, les responsabilités assumées, et l’importance et la qualité des moyens mis à disposition qui donnent l’agréable impression de « faire de la recherche avec les moyens de l’industrie » :

L’intérêt principal, c’est, comme la machine est en construction, qu’on utilise les méthodes les plus modernes disponibles, surtout en ce qui concerne l’informatique. […] En 1989 tout le monde utilisait déjà ici UNIX, Langage C, Motif, qui sont en train d’être adoptés par de plus en plus de gens, c’est une compétence qui se trouve fortement valorisée. Ce qu’il y a aussi de très agréable, de très positif, c’est qu’on a des moyens de travail très importants ; j’ai une station de travail pour moi tout seul. C’est aussi dû au fait que l’ESRF se mettait en place, on a eu le matériel le plus récent. (machine, 1992)

53Au sein de ce petit groupe, des relations interpersonnelles durables se créent et elles préfigurent les systèmes d’acteurs qui organiseront la construction. Pour tous, ce n’est pas un projet comme les autres et, sur l’élan de cette période de fondation, ils mettront tout en œuvre pour contribuer à sa réussite. En outre, dans un institut en création, les opportunités sont nombreuses et la date d’arrivée compte plus que les diplômes. Rares sont ceux qui ne trouveront pas des domaines à défricher et qui n’en seront pas récompensés par des promotions et des reconversions. Ceux qui seront recrutés plus tardivement devront s’arranger de la distribution des compétences et des responsabilités qui a été menée par les premiers arrivés.

  • 17 ESRF Newsletter, n° 3, février 1989, p. 5.
  • 18 ESRF Newsletter, n° 4, juin 1990, p. 4.
  • 19 ESRF Newsletter, n° 6, octobre 1990, p. 4.

54On peut enfin signaler que cette période préalable à la construction proprement dite, qui commence le premier janvier 1988 et dont la in est prévue pour 199817, s’achève par le lancement d’une réflexion sur les lignes à construire. Un workshop des futurs utilisateurs est organisé à Grenoble du 20 au 22 mars 1989 afin de cerner leurs demandes. Ce comité propose la construction de 18 lignes dont deux sont laissées ouvertes pour tenir compte de l’évolution des besoins18. Les cristallographes y ont demandé deux lignes mais n’en obtenu qu’une et la possibilité d’en utiliser pour partie deux autres. Le congrès de l’Union internationale des Cristallographes tenu à Bordeaux en juillet 1990 se plaint de cette allocation, ce qui conduit à leur attribuer la moitié de l’activité sur quatre lignes et un quart sur une cinquième. Andrew Miller lance également en 1990 des contacts avec l’EMBL pour développer la biologie moléculaire structurale à Grenoble et en faire un « centre d’excellence dans ce domaine »19. Les deux enjeux, liés, de la place à faire aux biologistes et de la coopération à mener avec l’environnement local, surgissent déjà.

Les divisions de l’ESRF

  • 20 Les autres divisions ne disposent que d’un budget de personnel et de fonctionnement. Seules les deu (...)

55La phase de rédaction du Red Book ne se limite pas à l’élaboration de données techniques. Des choix précis en ce qui concerne l’organisation à adopter et le personnel à recruter sont également effectués ; ils sont en partie issus de l’expérience personnelle des membres du groupe des rédacteurs. Dès la fondation de l’ESRF est ainsi adopté le principe d’une distinction entre divisions opérationnelles et divisions de support, les premières étant les seules à disposer d’un budget d’investissement20 et leur chef ayant rang de directeur, ce qui implique une place plus élevée dans la hiérarchie et des rémunérations plus élevées que pour les simples chefs de division. Le tout est chapeauté par un directorat.

La Machine

56C’est l’une des deux divisions opérationnelles. Elle est chargée de la construction des accélérateurs (linac, booster et anneau), ou machine, c’est-à-dire de la production des rayons X, et se trouve dirigée par un directeur de projet et un directeur adjoint. Elle comprend les groupes Théorie et logiciels d’application, Alimentations, Extraction-Injection, Injecteur, Éléments d’insertion, têtes de ligne, Radio-fréquence, Diagnostics, Opération. Il est à noter qu’elle inclut des groupes qui sont traditionnellement plutôt rattachés aux expériences dans les autres synchrotrons, éléments d’insertion et têtes de ligne, mais ne comprend pas en revanche un groupe névralgique qui est ici rattaché aux services techniques : Vide.

Organigramme de l’installation européenne de rayonnement synchrotron en 1992

Les Expériences

57Seconde division opérationnelle, elle doit définir et construire les lignes de lumière qui serviront à la réalisation des expériences des futurs utilisateurs européens. Elle est dirigée par deux directeurs de statut équivalent. L’un suit les lignes qui représentent plutôt la physique tandis que l’autre s’occupe de celles qui sont consacrées à la biologie et aux sciences du vivant. Cette répartition est importante car elle marque une égalité symbolique entre la physique et la biologie et offre à la communauté des biologistes la possibilité de définir ou d’influencer la moitié des lignes de lumière, même si beaucoup de lignes sont utilisées par plusieurs disciplines et si les premières répartitions accordent la part belle à la physique. Il est espéré que cette bipartition offrira à l’ESRF la possibilité de développer des partenariats avec les entreprises pharmaceutiques et lui permettra une coopération équilibrée avec les deux institutions européennes qui sont localisées à proximité immédiate sur le même site : l’ILL, spécialisé dans la physique, et l’EMBL, qui se consacre à la biologie moléculaire.

58La division expériences doit devenir à terme la plus nombreuse de l’ESRF mais elle n’est encore que faiblement dotée en personnel entre 1988 et 1991. En novembre 1990 n’ont ainsi encore été recrutées que 8 personnes. C’est aussi la division la plus internationale de l’ESRF et celle qui constitue sa raison d’être. C’est enfin la seule dont une part importante des employés a un contrat à durée déterminée, en général cinq ans, l’idée sous-jacente étant d’éviter tout assoupissement des scientifiques et de favoriser un renouvellement des hommes et des idées.

  • 21 Signalons que le nombre, la composition et l’appellation de ces groupes ont régulièrement changé. N (...)

59La division est organisée par groupes thématiques dont chacun regroupe plusieurs lignes de lumière et correspond plus ou moins à l’une des techniques que nous avons décrites précédemment (Diffraction, Diffusion élastique diffuse, Diffraction de poudre, Diffusion anomale, EXAFS, Diffusion de rayons X à haute énergie, Diffusion magnétique, Imagerie, Topographie, Science des surfaces, Résonance nucléaire21). Ils sont assistés par deux groupes de support plus spécifiquement chargés du développement de l’optique des lignes et des détecteurs. Un (petit) groupe Théorie a enfin pour tâche de réfléchir sur la conception d’expériences intéressantes, de faire des calculs théoriques de faisabilité pour une expérience qu’on envisage de réaliser, voire d’étudier à l’avenir certains résultats d’expérience imprévus ou obscurs.

60On doit signaler l’existence de Collaborative Research Groups (CRG) qui bénéficient du faisceau produit par l’ESRF sans tout à fait faire partie de celle-ci. Leurs nombreuses spécificités ont avant tout une origine technique. En effet, alors que les onduleurs doivent être mis uniquement sur les sections droites de l’anneau, on peut utiliser les sections courbes pour installer des aimants de courbure qui alimentent des lignes certes moins efficaces que celles des onduleurs, mais qui bénéficient tout de même de la qualité de la source d’énergie. Ce sont ces aimants que les lignes des CRG utilisent. Les CRG sont des groupes de recherche, souvent d’origine nationale, et ils payent pour les services que leur rend l’ESRF en lui restituant 30 % de leur temps de faisceau pour que les utilisateurs de l’ESRF puissent réaliser des expériences sur leurs lignes. Ce type de ligne intéresse surtout les pays européens qui ne disposent pas encore d’un synchrotron national – l’Espagne, la Norvège, les Pays-Bas ou la Suisse à l’époque.

L’administration

61Elle regroupe les questions financières, contractuelles et juridiques, ainsi que la gestion des ressources humaines. Elle comprend les groupes Finance, achats, personnel et Services centraux. Elle a été longtemps embryonnaire et remplacée dans sa mission par les services de l’ILL d’où provenaient au début beaucoup de ses cadres et employés. La mission de l’administration est difficile car c’est au premier chef elle qui doit gérer le positionnement ambigu qui a été adopté pour l’ESRF lors de sa création. Elle est un organisme international de droit français chapeauté par des comités internationaux, qui doit respecter le « juste retour » mais est aussi soumis aux lois françaises.

Les services techniques

62C’est la seule division de support prévue à l’origine. Sa tâche est de réaliser les infrastructures nécessaires au fonctionnement des accélérateurs (bâtiments, électricité…) et lignes et de pourvoir à leur mise en marche. Si sa composition a changé avec le temps, elle comprend fondamentalement le Bureau d’études qui regroupe les dessinateurs de l’ESRF, le groupe Vide, le groupe Bâtiments et infrastructures qui rassemble tous les métiers du bâtiment, et le groupe Géométrie et alignement formé des géomètres qui réalignent périodiquement tous les équipements les uns par rapport aux autres pour garantir la précision et la stabilité de la position du faisceau. Elle est dirigée par un chef de division.

Les services informatiques

  • 22 En fait, ce premier informaticien avait une formation de physicien et s’est occupé des questions in (...)

63Cette deuxième division de support est née sur la suggestion du premier informaticien22 de l’ESRF, qui en est devenu le chef de division et s’est doté d’un adjoint. Ce n’est pas anecdotique et on doit noter que quasiment toutes les personnes interrogées durant les trois enquêtes soulignent que cette division n’était pas prévue. Il faut pourtant signaler l’importance de l’informatique dans un institut où tout, aussi bien les accélérateurs que les lignes, est piloté par des logiciels spécifiques. Elle comprend les groupes Électronique digitale, Contrôle, Acquisition de données et Informatique générale.

64Les circonstances de création sont également importantes car elles éclairent en partie les problèmes qui se poseront par la suite autour de l’informatique. Ces services ont été fondés avec le souci de réguler le « chaos » (services informatiques, 1992), en clair la prolifération de logiciels bricolés avec des laboratoires extérieurs, qui peut conduire à terme à des problèmes de compatibilité ou de maintenance. Ils ont également été créés en conformité avec la logique machine, « organiser les choses d’une manière homogène et économique » (idem, 1992), ce qui signifie pour la création des lignes de « créer un environnement efficace et homogène pour toutes les lignes » (idem, 1992). Une vision dont on verra qu’elle n’est pas nécessairement transposable d’un monde à l’autre.

Le directorat

65Il regroupe l’ensemble des directeurs et leurs collaborateurs, le directeur général et ses collaborateurs directs (adjoint, auditeur interne, information, sécurité…). Le directeur général chapeaute ces divisions et rend compte au Conseil (voir infra), le directeur adjoint restant en contact avec le président du Conseil entre les sessions. Formellement, les chefs de division ne font pas partie du directorat, mais ils assistent aux réunions des directeurs sans y disposer du droit de vote. En pratique, ils sont toutefois solidaires des directeurs et sont le plus souvent confondus avec ceux-ci par leurs subordonnés. Il nous arrivera aussi de parler des « directeurs » lorsque la distinction sera inutile.

Un développement séquentiel des divisions

66On peut noter que l’existence de deux divisions de support traduit le choix de regrouper les ressources plutôt que d’attribuer des moyens à chaque division opérationnelle (machine, expériences). Cela repose sur l’idée que les deux phases de la construction (accélérateurs, lignes) et les besoins de support vont se succéder et non se chevaucher. Cette idée ne s’est pas révélée d’une justesse absolue lors de la construction mais elle n’en a pas moins orienté de façon assez profonde le développement numérique des diverses divisions.

67Si l’on synthétise les informations recueillies dans les divers organigrammes réalisés entre 1987 et 1992, on constate en effet que toutes les divisions sont loin d’être aussi importantes numériquement et qu’elles ne se développent pas au même rythme. Ainsi, l’administration et les expériences ne croissent au début que lentement, alors que la machine et les services techniques se développent de manière plus rapide et plus régulière. A compter de 1990, la progression des expériences et de l’administration s’accélère toutefois, et c’est un signe parmi d’autres de ce que la construction de l’ESRF a vu se succéder plusieurs systèmes d’acteurs, comme on essaiera de le montrer et de l’analyser.

Tableau 4 : Effectifs de chaque division de l’ESRF entre 1987 et 1992

Tableau 4 : Effectifs de chaque division de l’ESRF entre 1987 et 1992

Les autres structures

68Au-dessus de l’ESRF proprement dite, se trouve tout un ensemble de structures qui correspondent à ses autorités de tutelle :

  • le Conseil : il est l’autorité suprême de décision, composé de « délégations » qui comprennent au maximum trois délégués par partie contractante. Il se réunit normalement deux fois par an et décide de l’éventuelle adhésion de nouveaux membres, de la définition de chaque ligne de lumière avant sa construction et des programmes scientifiques poursuivis par l’ESRF. Il nomme les directeurs, statue sur les budgets présentés par l’ESRF et sur l’attribution des contrats qui représentent plus de trente millions de francs, approuve les comptes. Il est assisté d’un certain nombre de comités (comité administratif et financier, comité d’achat, comité d’audit) qui supervisent respectivement les finances, les appels d’offres et les comptes de l’ESRF ;

  • le SAC (science advisory committee) : comité d’éminents scientifiques spécialistes des expériences permises par le rayonnement synchrotron et qui représentent l’ensemble des parties contractantes. Le SAC examine les programmes scientifiques de l’ESRF et en particulier la définition proposée pour chaque ligne de lumière ou le travail scientifique qu’elle a réalisé une fois créée ; il recommande au Conseil les décisions à adopter sur ces points ;

  • le MAC (machine advisory committee) : comité de spécialistes du synchrotron lui-même. Il joue un rôle de conseil auprès de ceux qui ont la charge de la construction de la machine et contrôle l’avancement des travaux. Il a été dissous à la fin de la période de test.

69Toutes ces structures représentent les « parties contractantes » et, outre l’avancement, la qualité et la régularité du travail accompli par l’ESRF, s’intéressent au respect du « juste retour », c’est-à-dire vérifient que chacun reçoive dans les recrutements et commandes industrielles une part qui soit proportionnelle à son engagement financier. L’ESRF doit leur faire un point à ce sujet à chaque réunion, ce qui permet à chaque partie de défendre ses intérêts nationaux, mais aussi, inversement, d’arguer du bon respect de ce principe pour justifier la poursuite de son engagement dans l’ESRF devant son pays. C’est là le second enjeu majeur que représente la relation avec ces organes pour l’ESRF, la qualité des travaux étant bien sûr le premier.

70Cet enjeu étant crucial pour la poursuite d’un financement sans heurt, ceux qui sont en contact avec ces organes de supervision peuvent utiliser cette relation privilégiée comme un argument très fort. Inversement, cet impératif du juste retour est une contrainte pour un certain nombre de recrutements et d’achats de matériel. A niveau de compétences égal pour un recrutement ou de prix identique pour un achat, un pays mal récompensé sera avantagé, mais il sera délicat de vraiment négocier les fonctions du recruté ou le prix du fournisseur. Ainsi les groupes des achats et personnel de l’administration pourront difficilement peser sur un choix de ce type.

71Autant dire que les mondes des accélérateurs et des lignes de lumière ne sont pas seuls, ils cohabitent avec le monde administratif et politique auquel appartiennent toutes les grandes institutions internationales de recherche. Chacun, ou presque, représente son pays au sein de l’ESRF et doit aussi rester en contact avec les organismes nationaux qui ont une incidence sur sa carrière. Malgré tout, c’est au directorat et à l’administration que reviennent plus particulièrement les contacts avec ce troisième monde.

Un monde tripolaire tenu à l’excellence

72On peut dire qu’à l’issue de ces années d’étude et de préparation à la construction, bien que l’ESRF ne compte encore qu’une quarantaine de membres, ses fondateurs ont déjà fait des choix cruciaux et ses membres en ont tiré des conséquences. La principale, partagée par tous sous des formes diverses, est que l’ESRF est à la fois au centre de l’attention et toujours vulnérable car elle n’est pas un institut national. Chacun en a conclu qu’il fallait constamment manifester l’excellence de ses performances et, soit pour faciliter sa carrière propre, soit pour garantir la pérennité de l’ESRF, diverses « stratégies de l’excellence » sont poursuivies.

73De ce point de vue, tous à l’ESRF ont le sentiment que leur mode de financement est finalement le mieux adapté à un synchrotron de troisième génération. En effet, ce qui fait la spécificité de l’ESRF par rapport notamment au projet américain APS qui se met en place simultanément, c’est que toutes les lignes sont définies et financées par une même institution. Au contraire, les lignes américaines sont chacune définies et financées par un organisme différent, soit un consortium d’universités, soit un industriel ; il en résulte qu’elles doivent davantage faire des compromis pour pouvoir accueillir plusieurs communautés. En revanche, comme les trente lignes de l’ESRF (hors CRG) sont définies l’une par rapport à l’autre, chacune peut pousser très loin la spécificité que requiert une technique donnée. A cela s’ajoute, même si ce n’est jamais dit, que ce mode de financement correspond bien à l’individualisme reconnu des scientifiques et même à la concurrence qui, de l’avis de beaucoup, règne entre eux. Il permet à chacun de pousser aussi loin qu’il le souhaite – et le peut – les performances de sa ligne, et ainsi de faire la preuve de l’étendue de ses qualités propres.

74Si les spécialistes des accélérateurs s’attachent à montrer avec éclat les performances de l’ESRF dans leur domaine, si les expériences s’emploient à soigner la communication auprès des utilisateurs en montrant l’excellence du service que leur prodigue l’ESRF, on peut dire que le directorat poursuit avec constance une stratégie similaire à l’égard cette fois des décideurs politiques et scientifiques du Conseil et du SAC. Les trois enquêtes révèlent le même souci chez les équipes dirigeantes successives de présenter de la façon la plus claire, la plus frappante et la plus synthétique possible l’excellence des résultats atteints :

Je dois préparer des papiers pour le Conseil. […] J’ai une tâche de vulgarisation, de simplification, il n’est pas supportable d’avoir une centaine de pages avec des milliers de chiffres pour des gens qui ont une autre profession. C’est pourquoi il faut faire quelque chose de cinq pages. C’est mon travail de faire des jolis dossiers bien lisibles qui donnent aux gens l’envie de dire oui. (Directorat, 1992)
Le plus important, c’est la liaison avec le Conseil. Il faut toujours soigner les délégations pour qu’elles donnent avec un certain plaisir à l’ESRF, car ces gens vont à beaucoup de conseils. […] Il faut leur présenter des documents agréables à lire, bien expliqués. […] On ne peut pas changer la merde en or mais, si on a de l’or, il faut que ça se voie
. (le même, en 2005)

75Dès que cela a été possible, l’ESRF a mis sur son site internet les caractéristiques des lignes de lumière, les procédures à suivre pour demander un temps de faisceau, les modes de fonctionnement de la machine, la durée de vie du faisceau et sa stabilité. Une politique de communication a été développée à destination de la communauté scientifique mais aussi du grand public. Et en particulier, on le verra, les membres de l’ESRF ont essayé de réagir aux signaux politiques qui leur étaient donnés par le Conseil d’être plus européens, d’aider les pays d’Europe de l’Est, de se tourner vers l’industrie ou de trouver de nouvelles sources de financement. En fonction de sa nationalité, chaque membre du directorat a des contacts avec les représentants de son pays au Conseil ou au SAC avant les réunions, afin pour ceux-ci de mieux connaître le contexte de l’ESRF et les conséquences possibles des décisions à examiner, et pour lui de les sensibiliser aux priorités et choix que l’ESRF souhaiterait voir adopter.

76L’ensemble du personnel de l’ESRF contribue également à faire connaître à l’extérieur les résultats de son activité. Le recensement des publications issues de l’ESRF est un élément important. Les utilisateurs sont censés signaler à l’ESRF leurs publications et ont intérêt à le faire pour être bien notés lors d’une nouvelle demande de temps de faisceau, une expérience n’ayant pas donné lieu à des publications étant un élément négatif. Placée sous la tutelle de l’adjoint du directeur général, une bibliothécaire surveille les journaux scientifiques pour recenser les articles de ceux qui oublient cet envoi et elle demande régulièrement à tous les responsables de ligne de compléter sa liste car ils connaissent mieux qu’elle les utilisateurs et les revues. Le bureau des utilisateurs, celui qui reçoit les propositions d’expériences, lui communique également systématiquement le champ du dossier qui concerne les expériences précédemment réalisées à l’ESRF. Bref, toute une organisation a été mise en place pour recenser les publications et signaler aux organismes de tutelle leur nombre croissant (voir graphique 1).

  • 23 Ce graphique comptabilise aussi bien les publications dans des revues scientifiques que les communi (...)

Graphique 1 : Nombre annuel des publications issues de l’ESRF, 1987-200423

77Il n’y a pas que le nombre des publications qui compte, mais également leur qualité, c’est-à-dire le prestige des revues qui les acceptent et l’importance des découvertes qu’elles exposent. A cette in, sont mis en place à partir de 1994 des Highlights qui, chaque année, communiquent les résultats les plus marquants atteints par les expériences réalisées à l’ESRF. Le choix des articles est fait par les directeurs des expériences sur proposition des responsables de lignes. Ces Highlights montrent donc d’une part la qualité des résultats obtenus, mais ils témoignent aussi de ce que certains des meilleurs utilisateurs dans tel domaine sont venus réaliser une expérience à l’ESRF.

78Finalement, les circonstances de la naissance de l’ESRF ont rendu évidente à tous ses membres la nécessité de construire doublement son excellence. Elle doit être fondée sur un socle de résultats incontestables, ce dont s’occupent plutôt les divisions opérationnelles (machine, expériences) et les divisions de support, mais aussi sur une constante communication envers l’environnement qui est plutôt la prérogative du directorat. On verra que cette stratégie globale se décline de façon légèrement différente selon les époques durant lesquelles est mis en avant l’un ou l’autre des trois grands systèmes d’acteurs, mais qu’elle reste la perspective fondamentale qui oriente toujours les comportements.

79Tout se passe comme si les différents acteurs qui composent l’ESRF s’étaient partagé l’environnement et en géraient chacun une partie, leur but commun étant de signaler par des moyens divers l’excellence atteinte par l’ESRF et d’en maintenir la réputation. Cette vue est toutefois excessivement harmonieuse, et le dilemme entre intégration et différenciation posera problème à l’ESRF dans chacune des phases de la construction et de l’exploitation. Chacun des acteurs majeurs qui composent l’ESRF sera toujours tenté d’adopter les points de vue du segment de l’environnement qu’il gère et de s’opposer à ses collègues. Si le problème est présent dans toute organisation, il est ici aiguisé par le fait que l’ESRF est une institution internationale, où la loyauté des employés est encore plus partielle et diffuse que dans un institut national. A cela s’ajoute qu’un certain nombre d’entre eux, pourtant le plus souvent très qualifiés, ont des contrats à durée déterminée, ce qui les oblige à attacher une importance considérable à leur pays et à leur communauté de rattachement.

80Nous avions en premier lieu distingué deux mondes mais, sans grande surprise, l’examen de problèmes de nature plus politique (fonder ou non l’ESRF, choisir son site, réduire ou non son financement, etc.) nous conduit à en ajouter désormais un troisième, celui du directorat et de l’administration. L’instrument générique dont nous admirions la plasticité a gagné d’autres qualités politiques, symboliques et industrielles à mesure que sa construction s’est rapprochée, lesquelles tiennent aux commandes, découvertes et recrutements qu’il peut représenter pour un pays ou dont tel ou tel acteur peut se réclamer. Ce sont les relations entre ces trois mondes et leurs réarticulations au fur et à mesure que se construit l’ESRF et qu’elle passe à la phase d’exploitation puis de maturité que notre étude par coupes aura pour but d’examiner.

Notes

1 Sur les synchrotrons, les méthodes qui y sont utilisées et les applications qu’ils permettent, on doit signaler l’existence d’un cédérom très bien fait qui a été édité en commun par l’ESRF et la société iMediasoft en 2002. Il s’intitule Exploring Matter with Synchrotron Light et ses textes sont disponibles en anglais et en français.

2 Notre objet n’étant en rien ici de distinguer tous les accélérateurs, ni de les décrire comme pourrait le faire un physicien, on ne se penchera pas sur les différences qu’il peut y avoir par exemple entre les accélérateurs à électrons et ceux à positrons. Toute la description du fonctionnement technique des accélérateurs qui suit est entièrement orientée par le souci de bien situer les organisations sociales et les stratégies d’acteurs que les caractéristiques techniques de cet objet double appellent ou empêchent.

3 Les personnes interrogées parlent d’un accélérateur ou d’accélérateurs selon qu’elles considèrent l’ensemble de l’équipement ou qu’elles distinguent le linac, le booster, voire l’anneau. Il nous a été impossible de noter si l’emploi du pluriel ou du singulier dénotait une différence de comportement des acteurs, nous négligerons donc ce point.

4 Ce n’est pas la photo du premier faisceau à proprement parler, lequel reste à l’intérieur de l’anneau, mais celle de l’un des premiers faisceaux parvenu sur une ligne de lumière.

5 Prise lors de la construction – ce qui explique la présence des personnes sur les caissons –, cette photo nous montre du dessus le tube que parcourt le faisceau.

6 Certaines lignes peuvent commencer par un aimant de courbure (ou bending magnet). Dans le cas de l’ESRF, on appelle ID (pour insertion device) suivi de leur numéro, celles qui commencent par un élément d’insertion, et BM, suivi de leur numéro, celles qui commencent par un aimant de courbure. Par exemple ID 16 désigne une ligne commençant par un élément d’insertion situé sur la seizième section.

7 La tête de ligne est un tunnel de 15 à 100 mètres de long qui assure la jonction entre l’anneau de stockage et la ligne de lumière proprement dite. Elle contient des fentes qui orientent le faisceau, le guident et lui donnent un certain nombre des caractéristiques requises par les expériences menées sur la ligne.

8 La technique évolue bien sûr constamment mais les détecteurs les plus courants en 2005 étaient le film photographique, la plaque-image, les détecteurs à gaz, les détecteurs à semi-conducteur et les caméras CCD. Il est encore possible de distinguer à l’intérieur de ces grands types, chacun étant plus ou moins adapté à un type de méthodes d’investigation de la matière et à certaines expériences.

9 Nous verrons dans la seconde partie comment ces expériences sont sélectionnées.

10 Nous reviendrons sur l’aspect budgétaire dans la deuxième partie.

11 Sont exclues de ces publications les documents internes et toutes les communications, qui sont pourtant parfois, et même souvent, considérées comme de véritables produits scientifiques par leurs auteurs. Il est en effet important de noter ici que la plupart des publications sont extrêmement courtes, du moins aux yeux d’un spécialiste des sciences sociales, puisqu’elles font en général trois ou quatre pages. Il n’y a donc pas nécessairement une différence de substance entre les communications ou posters et les publications proprement dites, c’est-à-dire celles qui sont éditées par des revues. Il est du reste à signaler que l’ESRF, qui différencie dans son rapport de 1992 publications, communications et rapports internes, ne le fera plus par la suite, et qu’elle distinguera les publications (qui regroupent les trois catégories) du personnel ESRF et celles des utilisateurs extérieurs. On y reviendra.

12 Les données présentées dans les deux tableaux qui suivent sont extraites du premier rapport annuel de l’ESRF, publié en 1992 et qui couvre en fait l’ensemble de la période de la construction. Signalons qu’il faut ajouter au total les publications réalisées par les membres des autres divisions et du directorat, en particulier du directeur général et de son adjoint, qui ne sont pas comptabilisées car il est difficile de rattacher ces acteurs à l’une des sous-communautés plutôt qu’à l’autre. Ces publications absentes correspondent pour la plupart à la revue Synchrotron Radiation News et portent généralement sur le projet ESRF et l’état d’avancement des travaux.

13 On ne peut évidemment parler ici de temps court des publications que parce que les expériences menées dans un synchrotron sont rapides. On touche à nouveau la différence avec la physique des hautes énergies.

14 Il a créé en 1962 le premier laboratoire spécifiquement destiné à l’utilisation du rayonnement synchrotron, le Deutsches Elektronen-Synchrotron (DESY) – qui deviendra HASYLAB (Hamburg Synchrotron Laboratory) –, dont il a assuré la direction jusqu’en 1974, puis il a dirigé l’ILL entre 1985 et 1986.

15 ESRF Foundation Phase Report, ESRF, février 1987, 615 pages.

16 Witte Karl, « History of the ESRF », ouvr. cité, p. 17.

17 ESRF Newsletter, n° 3, février 1989, p. 5.

18 ESRF Newsletter, n° 4, juin 1990, p. 4.

19 ESRF Newsletter, n° 6, octobre 1990, p. 4.

20 Les autres divisions ne disposent que d’un budget de personnel et de fonctionnement. Seules les deux divisions opérationnelles ont la possibilité d’effectuer des achats importants, des investissements.

21 Signalons que le nombre, la composition et l’appellation de ces groupes ont régulièrement changé. Nous reviendrons sur ce point dans la seconde partie.

22 En fait, ce premier informaticien avait une formation de physicien et s’est occupé des questions informatiques parce qu’on lui a confié la responsabilité du contrôle des accélérateurs, c’est-à-dire de leur système de pilotage. Ce type de flexibilité dans les compétences et responsabilités, et donc dans les carrières, est assez typique de la communauté des instrumentalistes.

23 Ce graphique comptabilise aussi bien les publications dans des revues scientifiques que les communications, ces deux rubriques étant regardées par les acteurs étudiés comme deux résultats légitimes de leur activité scientifique. Les rapports internes ne sont en revanche pas pris en compte. Les données à l’origine de cette courbe proviennent des listes annuelles de publications produites par l’ESRF mais ont été retouchées par rapport à celles-ci. Il est en effet fréquent qu’elles ne recensent un article qu’un ou deux ans après sa parution. Toutes les publications ont ici été reclassées par année de parution.

Table des illustrations

Légende Photo 1 : L’un des premiers faisceaux (Crédit : M. Krumrey)4
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Photo 2 : La première cabine d’une ligne de lumière (ID 23) dédiée à la cristallographie des protéines (Crédit : P. Ginter/ESRF)5
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Photo 3 : Préparation d’une expérience dans une cabine de la ligne ID 01 (Crédit : P. Ginter/ESRF)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 1 : Publications de la Machine de 1987 à 1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2 : Publications des Expériences de 1987 à 1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 3 : Classement des revues ayant publié au moins 6 articles des membres des Expériences entre 1987 et 1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Organigramme de l’installation européenne de rayonnement synchrotron en 1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 4 : Effectifs de chaque division de l’ESRF entre 1987 et 1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Graphique 1 : Nombre annuel des publications issues de l’ESRF, 1987-200423
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4705/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site