Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Première partie. La création d'une organisation « excellente »

Introduction

Texte intégral

1Cette première partie est consacrée à l’examen de la phase de création de l’ESRF, aussi bien en ce qui concerne les choix opérés en matière d’organisation que les options techniques adoptées pour l’instrument qu’elle a pour mission de concevoir, de construire et de mettre à la disposition des utilisateurs. Le pari le plus décisif est sans doute celui, très tôt adopté, de l’excellence. Chargés de construire un instrument alors sans équivalent dans le monde, le premier synchrotron de troisième génération, les premiers membres de l’ESRF redéfinissent d’entrée leur mission en s’assignant non seulement le respect des spécifications qui leur sont données, mais aussi le souci de garantir une continuelle évolution aux performances de l’accélérateur et des lignes de lumière, ainsi qu’une qualité de service aux utilisateurs aussi élevée que possible.

2Le premier chapitre décrit l’instrument synchrotron, d’une part l’accélérateur qui fournit un faisceau de lumière et d’autre part les lignes de lumière qui le captent et l’utilisent pour analyser la matière. Sur un instrument qui héberge près d’une quarantaine de lignes, de multiples méthodes sont utilisables et nous présentons les principales. Le but n’étant pas de proposer un mode d’emploi ou une initiation à destination de futurs utilisateurs, cette présentation n’est ni exhaustive ni axée sur les aspects techniques, mais vise à mettre en évidence combien le synchrotron permet des utilisations variées et à donner une idée des résultats qu’il permet d’atteindre. Cette flexibilité est toutefois atteinte au prix d’une grande différenciation interne. Les spécialistes de l’accélérateur de particules que constitue le synchrotron proprement dit n’ont ni les mêmes objectifs, ni la même formation, ni la même culture que ceux qui réalisent des expériences. De fait, l’organisation de l’ESRF repose sur deux divisions opérationnelles, la Machine et les Expériences, qui ont respectivement pour mission de définir et construire l’accélérateur et les lignes de lumière. La première regroupe des membres de formation scientifique, et dont beaucoup ont une thèse, mais malgré tout plutôt caractérisés par une culture d’ingénieur qui met au premier plan l’efficacité, une certaine standardisation et le souci de faciliter l’entretien et la maintenance. La seconde rassemble des scientifiques bien moins sensibles à ces enjeux et qui ont pour priorités la créativité, l’invention et l’évolution perpétuelle des lignes et des expériences. Ces deux divisions opérationnelles sont épaulées par des services informatiques, des services techniques et une administration. Le défi proposé à chacune des deux divisions opérationnelles est d’atteindre l’excellence visée, chacune dans son domaine, tandis que celui auquel sont confrontés tous les autres acteurs est non seulement de les aider dans cette double entreprise, mais également d’assurer le passage de la logique de l’ingénieur à celle du scientifique au fur et à mesure que la construction de l’accélérateur s’achèvera et que celle des lignes de lumière gagnera en importance.

3Nous chercherons ensuite à analyser dans un second chapitre le succès d’une construction, celle de l’accélérateur, qui s’est achevée avec six mois d’avance en tenant les budgets et les spécifications techniques. Nous mettrons en lumière l’existence d’un système d’action qui impliqua pour l’essentiel trois divisions, la Machine, les services informatiques et les services techniques, ainsi qu’une part des services administratifs. Peut-être convient-il d’ores et déjà d’indiquer que ce système d’action fut relativement clos et constitué pour atteindre un objectif limité dans une atmosphère qui était celle d’un grand chantier. Il établit effectivement aux yeux de tous l’excellence des premiers résultats, mais se posera la question du renouvellement du système dès que de nouveaux objectifs se profileront. Même si la construction de quelques lignes de lumière commence en 1987-1988, c’est à partir de 1992 que le regard de tous se déplace vers les Expériences. Les constructeurs de la Machine doivent à cette date affronter le prochain passage de la construction à l’exploitation et craignent un avenir moins exaltant que la période qu’ils viennent de connaître.

4Le troisième chapitre s’appuie sur les enquêtes de 1992, 1996 et 2005 et analyse la façon dont l’ESRF essaie à partir de 1992 de revenir sur cette organisation initiale et de redonner un primat aux Expériences. Elle a cependant le handicap de ne pouvoir écrire sur une page blanche et de devoir tenir compte de la première période, de ses limites aussi bien que de ses acquis, l’excellence manifeste atteinte lors de la construction de l’accélérateur rendant encore plus difficile la transformation de l’organisation qui l’a permise. Le choc est rude pour les services techniques et les services informatiques qui doivent déplacer leurs efforts de la Machine aux Expériences et apprendre à fonctionner sur un mode plus concurrentiel, moins autonome et moins rationalisé que celui auquel ils ont été habitués par la Machine. Les Expériences elles-mêmes ont du mal à prendre le relais et à s’organiser tant elles balancent entre la prise en compte des différences qui existent entre les trente lignes de lumière et le souci de dégager des synergies. Une première période constitue en quelque sorte une transition, entre 1992 et 1997, un groupe d’ingénieurs assurant alors un rôle central, celui de passeur entre l’univers standardisé et efficace de l’accélérateur et les mondes créatifs et désordonnés peuplés par les scientifiques. A partir de 1997, une nouvelle réorganisation donne cependant totalement la main aux scientifiques et leur permet d’atteindre leurs deux objectifs majeurs : différencier les lignes de façon à conduire simultanément des expériences variées et permettre leur évolution aussi souple et rapide que possible afin de toujours être capable de répondre aux demandes innovantes des utilisateurs.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540