Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Introduction

À ma mère,
Pour l’amour qu’elle m’a prodigué et la confiance qu’elle m’a donnée

Texte intégral

L’ESRF en juin 2005 : du bâtiment administratif à l’anneau de stockage (Crédit : P. Ginter/ESRF)

1Cet ouvrage porte sur la construction et l’exploitation d’un grand équipement scientifique européen. Il a pour objectifs de décrire un monde scientifique spécialisé, de contribuer aux réflexions en cours sur le rôle des équipements et des instruments, et d’analyser les caractéristiques de ceux qui y consacrent leur carrière et la plupart de leurs intérêts. Il vise également à mesurer les conséquences qu’entraîne le caractère européen de cet équipement, tout en s’interrogeant sur l’européanisation des politiques de la recherche à partir d’un exemple concret. Parce qu’il s’agit d’une analyse longitudinale, ou plutôt d’une étude par coupes, le but recherché a enfin été de s’interroger sur les transformations de l’organisation étudiée au fil du temps, en particulier en fonction de l’évolution de sa mission. Les modifications organisationnelles induites par le passage de la construction à l’exploitation et le lien entre ces dynamiques organisationnelles et les reconfigurations d’un instrument scientifique modulaire sont ici au centre de l’attention.

2L’équipement en question, l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF : Installation européenne de rayonnement synchrotron), est situé à Grenoble. Il est le premier synchrotron de troisième génération construit et mis en service dans le monde. Financé et conçu par des organismes scientifiques initialement originaires de douze pays européens, il avait pour missions de conduire des expériences, de faire progresser l’instrumentation dans son domaine, d’accueillir des chercheurs extérieurs et de les aider à réaliser leurs expériences sur place. Notre analyse a été conduite à partir de trois enquêtes (1992, 1996, 2005) respectivement réalisées à l’issue de la construction de la première partie de cet équipement, à la fin de celle de sa seconde partie et, neuf ans plus tard, lors de sa phase d’exploitation et de maturité organisationnelle. À partir des informations recueillies sur le terrain et grâce à des investigations complémentaires, nous avons cherché à rendre compte des périodes antérieures à nos enquêtes et de celles qui s’intercalaient entre celles-ci. Nous étudierons par conséquent l’ensemble de la vie de l’ESRF, depuis la mise à l’agenda de sa construction jusqu’à sa maturité.

3Ce plan d’ensemble a été adopté lors de la première enquête, le hasard ayant voulu que nous intervenions à une phase cruciale de la construction, alors que d’autres s’annonçaient et que le terrain semblait présenter un intérêt exceptionnel. Celui-ci tenait au caractère international de cette institution, au fait qu’il s’agissait du premier instrument d’une nouvelle génération, à ce qu’il était construit sur un site (le « polygone scientifique ») où étaient déjà présents de nombreux autres instituts avec lesquels les coopérations étaient possibles et, par-dessus tout, à ce que la réalisation de notre enquête au début de la construction nous ouvrait la possibilité de revenir pour étudier la naissance et l’institutionnalisation d’un grand instrument scientifique. À travers ce terrain spécifique, nous décrirons une communauté scientifique, celle qui développe, construit et entretient des synchrotrons. Nous analyserons ses logiques de fonctionnement, les ressorts de son unité et ses modes d’articulation avec ceux qu’elle sert : les utilisateurs.

Le premier synchrotron de troisième génération

4L’intérêt que présente l’étude de l’ESRF tient tout d’abord à ce qu’il est le premier synchrotron de troisième génération construit dans le monde, un instrument qui a pour particularité d’être très accessible. C’est également un institut européen, c’est enfin un institut de service. Au total, son étude nous ouvre la voie à un domaine moins connu que la physique des hautes énergies typiquement incarnée par le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire).

Un instrument de plus en plus accessible

  • 1 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocra (...)

5On présentera dans notre premier chapitre ce qu’est un synchrotron et quelles utilisations il autorise. On se contentera ici de dire qu’il correspond schématiquement à un microscope extrêmement puissant permettant d’étudier la matière. On peut par exemple l’utiliser pour déterminer la structure d’une protéine, les propriétés d’étirement et de résistance d’un alliage, la composition du chocolat, celle des cosmétiques retrouvés dans les pyramides des égyptiens ou le mode de confection ou de vieillissement d’un tableau. Il permet aussi des applications industrielles en matière de micromécanique, robotisation, pharmacologie. Cet instrument autorise en somme des utilisations variées dans de nombreuses disciplines, et permet en outre de conduire simultanément plusieurs dizaines d’expériences pour un prix relativement modique. Par rapport à d’autres instruments peu accessibles aux profanes ou aux amateurs, qui s’éloignent même parfois d’eux selon ce que Michel Callon a appelé une dynamique de « confinement »1, le synchrotron présente en premier lieu l’intérêt d’être au contraire un instrument dont l’accessibilité et le spectre d’utilisation s’accroissent.

  • 2 Sur l’histoire des synchrotrons, on pourra se reporter à X-Ray Data Booklet, document publié par le (...)
  • 3 Ce phénomène pousse la physique des hautes énergies à construire des anneaux de plus en plus grands (...)

6Il nous faut présenter brièvement son histoire pour bien prendre la mesure de ce fait. Le développement des synchrotrons s’est opéré par générations successives dont chacune a permis des applications nouvelles et a suscité l’intérêt et les utilisations de communautés disciplinaires plus nombreuses. Les synchrotrons ont été originellement dédiés à la physique des hautes énergies et sont apparus dans les années 19302. Cherchant à en améliorer les performances, les premiers concepteurs découvrent cependant en 1947 que ce type d’instruments produit des rayons X3. Ce phénomène est gênant pour l’étude des particules car il correspond à une perte d’énergie. D’autres physiciens intéressés par l’étude de la matière commencent pourtant à utiliser ces radiations parasites et sont tolérés du bout des lèvres, en parasites eux aussi, par les physiciens des hautes énergies.

La première génération, on a juste mis quelques tuyaux, c’était pour étudier et calculer ce rayonnement, voir ce qu’on pouvait en faire. (Membre ESRF, 2005)

7À la fin des années 1960, de nombreux synchrotrons sont abandonnés par les physiciens des hautes énergies car ils ne sont plus assez puissants pour eux. Ils sont reconvertis pour utiliser le rayonnement synchrotron. Il apparaît toutefois que la demande « parasitaire » est de plus en plus importante et les « parasites » décident d’optimiser une nouvelle génération de machines spécifiquement destinées à produire des rayons X : des synchrotrons non parasitaires. La physique des hautes énergies n’est plus leur vocation, et ils sont optimisés pour produire un faisceau de rayons X le plus intense et le plus brillant possible. Par rapport à ceux de la première génération, ces synchrotrons attirent plus d’utilisateurs dans davantage de disciplines. Les biologistes et les chimistes commencent notamment à utiliser le rayonnement synchrotron. Un centre interuniversitaire ou même national de rayonnement se développe autour de chacun de ces instruments, comme le laboratoire pour l’utilisation du rayonnement électromagnétique (LURE) ou le Synchrotron Radiation Source (SRS), respectivement le pôle français et le pôle britannique de rayonnement synchrotron.

  • 4 Annick Ropert, « Review of target specifications for storage ring synchrotron light sources and mea (...)

8Au début des années 1980, alors même que cette seconde génération commence seulement à fonctionner, il apparaît que la recherche d’une meilleure brillance passe par l’utilisation systématique d’un nouveau composant technique en voie de développement, l’onduleur ou ondulateur (wiggler), et donc par une troisième génération. Mais c’est aussi un pari, et tous craignent que cette génération se révèle « extrêmement sensible aux erreurs » du fait du niveau élevé de focalisation et des intensités de courant requises4. Ce pari est toutefois poussé par une communauté mieux organisée. Nombre d’associations scientifiques disciplinaires (les biologistes, les chimistes, etc.) ont créé dans les années 1970 un groupe chargé de réfléchir aux applications du rayonnement synchrotron dans leur domaine, et ce groupe tient une session spécifique dans chaque colloque organisé par ces associations.

  • 5 Léa Velho, Oswaldo Jr. Pessoa, « The decision-making process in the construction of the Synchrotron (...)

9Ajoutons enfin que, attirés par le coût relativement modéré des synchrotrons, les multiples applications industrielles, scientifiques et médicales qu’ils permettent et le fait qu’ils ne soient pas réservés à une seule discipline, de nouveaux pays commencent au début des années 1980 à considérer des projets pour s’équiper, comme le Brésil, la Corée du Sud, l’inde ou la Suisse. Le choix de cet équipement apparaît en effet comme une stratégie rationnelle pour affirmer son prestige national et la qualité de sa recherche5 à relativement bas prix, au moins si on le compare aux budgets exigés par la physique des hautes énergies. La communauté synchrotron a donc déjà conquis de nouvelles disciplines et de nouveaux territoires au moment où elle commence à penser en termes de troisième génération.

10L’ESRF est le premier projet de synchrotron de la troisième génération, le premier conçu pour permettre une utilisation intensive des onduleurs. Il a deux concurrents directs, le projet d’Argonne aux États-Unis (advanced photon Source, APS) et celui de SPRING 8 au Japon. Le passage à une nouvelle génération et les améliorations techniques entraînées devraient se traduire par l’ouverture de cet équipement à de nouvelles communautés dont certaines assez éloignées des sciences dites dures. Le lancement de la troisième génération nous permet justement d’étudier cette adaptation d’un équipement à de nouveaux usages scientifiques.

Un institut européen

11Par rapport à l’histoire que nous venons brièvement de retracer, l’ESRF représente à bien des égards un pari. Tout d’abord, tous les synchrotrons existants étaient liés à une université ou nationaux. Même si l’activité scientifique était déjà très internationalisée et si la plupart de ces installations accueillaient des scientifiques étrangers pour une part de leur activité, elles étaient gérées nationalement, selon un droit national, un budget national, et elles obéissaient à une politique de recherche déterminée selon des considérations nationales. L’ESRF est le premier synchrotron à ne pas obéir à ces logiques.

12En outre, les différentes générations de synchrotron s’étaient généralement succédé dans les mêmes lieux où une communauté locale de scientifiques les exploitait simultanément et pouvait ainsi développer une réelle expérience des exigences de la construction et de l’exploitation de ce type d’équipement. La plupart de ces synchrotrons étaient accolés à une université et à tout un ensemble de laboratoires représentant un ensemble de compétences précieux et des centaines de scientifiques et de techniciens. L’ESRF a au contraire été construite en l’absence de ce terreau, en un lieu à peu près novice en matière de rayonnement synchrotron, sans le soutien d’une communauté universitaire locale dotée d’une réelle expertise en la matière.

  • 6 La Fondation européenne de la science est installée à Strasbourg et regroupe des organismes scienti (...)
  • 7 Witte Karl, « History of the ESRF », discours prononcé à Aussois le 9 mai 2001, 76 pages.

13Ce choix surprenant s’explique par les circonstances de la création de l’équipement que nous étudions. L’aventure de l’ESRF commence en 1973 à l’initiative de membres de la communauté synchrotron. Ils s’appuient sur un acteur lui-même en train de se créer et à la recherche de projets mobilisateurs d’envergure : la Fondation européenne de la science6. Entre ces deux acteurs en quête d’audience par les politiques, les intérêts sont convergents et la Fondation crée en novembre 1974 un comité ad hoc sur le rayonnement synchrotron en même temps qu’elle est fondée. Cette alliance repose sur une argumentation selon laquelle, la création d’un synchrotron de troisième génération réclamant des moyens supranationaux en termes financiers et technologiques, il est préférable d’éviter la duplication des projets nationaux ; la création d’une installation européenne est alors le seul moyen pour garantir l’accès aux synchrotrons à des utilisateurs des petits pays européens7. Fortement soutenus par leur communauté, les porteurs du projet peuvent au surplus avancer qu’un projet américain comparable est en voie d’élaboration et que l’Europe ne doit pas se laisser distancer sur ce type d’équipements au vu des enjeux induits en termes de recherche et d’applications industrielles. Le projet est inscrit à l’agenda politique et scientifique et le travail de réflexion commence sur ses caractéristiques techniques, sa localisation et son opportunité.

  • 8 L’abandon de Strasbourg a donné lieu à une plainte en justice et à une intense littérature en droit (...)

14Après une série de rapports qui définissent les caractéristiques principales de l’équipement, survient en 1979 le moment proprement politique du choix du site, celui où d’autres acteurs s’affirment et où de nouvelles alliances se construisent. La Fondation européenne de la science s’efface, ou est « effacée ». Grenoble ne fait pas partie des places fortes du rayonnement synchrotron (Berlin, Daresbury, Frascati, Hambourg, Orsay, Stanford, etc.) et elle n’a jamais contribué au processus de création, au contraire de certaines de ses concurrentes. Qui plus est, le gouvernement français s’est engagé dès 1980 à défendre le site de Strasbourg, une assurance encore inscrite dans le contrat de plan état-région pour l’Alsace de 1984-19888.

  • 9 L’ILL est un institut de service sur les neutrons financé par les allemands, les Britanniques et le (...)

15Mais des deux parties françaises en présence, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), ce dernier est réticent à l’idée de voir l’ESRF créée dans un lieu où il n’a aucune implantation. Or il est très présent à Grenoble, par le biais du Centre d’études nucléaires de Grenoble (CENG) et de l’institut Laue-Langevin (ILL)9. Les défenseurs de Grenoble souligneront à maintes reprises la complémentarité « naturelle » entre les deux méthodes d’investigation de la matière que sont les neutrons et les électrons et les avantages scientifiques induits. Ils ajouteront que le modèle de l’ILL, une adaptation de celui du CEA, a l’avantage d’être plus « économique » que celui des organisations internationales. Il se distingue en particulier de celui du CERN, pourtant à peine à 150 kilomètres de Grenoble, qui doit à sa position de référence en matière de physique des hautes énergies d’être un modèle de gestion des ressources humaines pour une grande partie de la communauté scientifique – un modèle cependant coûteux pour les gouvernements.

  • 10 L’EMBL est un laboratoire important qui a des antennes à Hambourg, Heidelberg et Grenoble. Il regro (...)

16Grenoble offre d’autres avantages, notamment l’image qu’elle projette de dynamisme scientifique et international. À une époque où ne fleurissent pas encore dans toutes les grandes villes des sites technologiques et des Europoles, elle peut s’appuyer sur cette image et sur sa forte concentration de scientifiques et de centres de recherche. Le site qu’elle propose pour implanter l’ESRF abrite déjà, outre l’ILL, une délégation du CNRS, une implantation du CEA (le CENG) et une antenne de l’European Molecular Biology Laboratory (EMBL)10. Autant d’arguments qui là aussi rendent pour ainsi dire « naturel » son choix. La ville de Grenoble conforte ses partisans en promettant le développement d’une école internationale, un engagement à l’origine de bien des controverses par la suite.

17Mais la candidature de Grenoble a aussi des faiblesses, la principale étant que le site à proximité de l’ILL est petit et rend problématique tout agrandissement de l’ESRF en cas de succès. À cela s’ajoute qu’il se situe entre deux voies d’eau, deux autoroutes et près d’une voie de chemin de fer, qui sont autant de sources de vibrations redoutées pour les expériences. Dans ce contexte, le facteur décisif semble selon les témoignages avoir été l’intervention de Louis Mermaz, président de l’assemblée nationale et du conseil général de l’Isère (dont le renouvellement est alors imminent), proche de François Mitterrand, qui aurait jeté tout son poids politique dans la bataille. Tout se conclut en octobre 1984. Les délégations allemande et française annoncent leur intention de construire l’ESRF à Grenoble, de prendre à leur charge 68 % des coûts de la construction, et invitent les autres délégations à se joindre au projet sur cette base.

18Il va de soi que les partisans des autres villes sont également intervenus pour défendre leur choix, ont construit des alliances politiques et développé eux aussi une argumentation. Notre propos n’est cependant pas d’étudier la décision de création, mais de mesurer certaines de ses caractéristiques dont les influences ont été durables. Le principal facteur à considérer est que le choix de Grenoble représente un véritable défi, car rien n’existait à l’origine pour bâtir un tel instrument :

L’ESRF a à faire face à un défi considérable : créer l’ESRF, embaucher du personnel, réaliser une machine avec son environnement qui sort du domaine courant. […] J’ai très souvent un parallèle qui me vient à l’esprit, mais qui ne l’est pas, qui est une opposition. Prenez le CERN ! Il a construit bien des fois des machines équivalentes, mais avec des équipes en place, des équipes qui se connaissent, qui connaissent les difficultés rencontrées. Là, il a fallu créer les équipes en même temps qu’on embauchait les gens. (Services techniques, 1992)

19Le second élément essentiel est que le choix de Grenoble assure une réelle prééminence au CEA et que l’ILL sert de modèle à la nouvelle institution. L’ESRF a un recrutement international sans disposer du statut d’extraterritorialité, et tous ses membres doivent payer taxes et impôts. Elle est soumise aux règles et statuts du CEA, ce qui correspond à des salaires relativement élevés par rapport à ceux du CNRS et de l’université mais faibles par rapport à ceux du CERN. Cela implique également une coupure entre les cadres et les non-cadres à laquelle les travailleurs étrangers ne sont pas préparés, ce qui posera problème pour attirer ou conserver des techniciens étrangers. L’ESRF se présente donc comme le croisement d’une organisation internationale (recrutement, contrats, etc.), d’une société publique française (grille salariale et statutaire du CEA, etc.) et d’une société privée française (droit commercial, etc.).

20Le troisième point à noter est que l’ESRF pourrait avoir un problème de renouvellement des missions du fait de l’absence d’une communauté porteuse et du caractère étroit du site. Enfin, le choix crée des obligations à Grenoble (école internationale) et à l’équipe chargée de construire l’ESRF. La mobilisation continue de la communauté synchrotron ôte tout droit à l’erreur et impose une certaine excellence. En revanche, le fort intérêt de cette communauté pour la réalisation d’un synchrotron européen de troisième génération assurera pendant près de deux décennies un contexte d’abondance en matière de budget, de ressources humaines et de propositions d’expériences et de collaborations.

21Les circonstances de sa naissance font donc de l’ESRF, à l’image de l’ILL, un institut européen d’un modèle bien différent de celui du CERN. À l’heure où les budgets sont tendus dans la plupart des pays développant des politiques de recherche ambitieuses, l’ESRF nous donne peut-être l’occasion d’étudier un modèle d’avenir. Son caractère hybride nous offre un autre regard sur des politiques européennes de la recherche parfois présentées de façon un peu trop incantatoire et dont l’analyse dans le détail montre qu’elles reposent souvent sur des compromis aux effets non négligeables.

Un institut de service

  • 11 Sharon Traweek, Beamtimes and Lifetimes. The World of High Energy Physicists, ouvr. cité.
  • 12 Ibid., p. 128-131 et p. 145.
  • 13 Rappelons que cette description vaut pour l’époque contemporaine, et non pour les années 1930 et 19 (...)

22Finalement, il est utile de rappeler les principaux éléments mis en avant par Sharon Traweek11 lorsqu’elle décrit la physique des hautes énergies et la communauté qui s’y consacre. Tout d’abord, une expérience de physique en haute énergie implique des centaines voire des milliers de personnes, dure des années et engage des budgets extrêmement conséquents. Environ la moitié de cette communauté serait composée de théoriciens et l’autre moitié d’expérimentalistes, tous préférant la recherche fondamentale à la recherche appliquée. Il est vital pour tout membre de cette communauté d’être intégré à un laboratoire reconnu, car cela lui donnera accès à des séjours dans les autres. Ces laboratoires sont en effet des institutions assez fermées, à peu près inaccessibles aux profanes et où règne une vive compétition entre les membres et les utilisateurs extérieurs pour obtenir du temps de faisceau12. C’est enfin une communauté homogène où les utilisateurs sont eux aussi des physiciens des particules13.

  • 14 Par exemple, dans le style d’habillement décontracté qu’ils adoptent, dans leur formation et sélect (...)

23Sur beaucoup d’autres points14, les membres de la communauté que nous allons étudier sont proches de ce que décrit Sharon Traweek, mais ils s’en distinguent sur tous ceux que nous venons de mentionner. Les expériences sont très nombreuses et sont conduites simultanément ; chacune représente de faibles budgets, des équipes qui ne comptent parfois que quelques individus, et sa durée ne dépasse souvent pas plus de quelques jours ou semaines. Il est relativement aisé pour un utilisateur extérieur d’avoir accès à un synchrotron, et même les profanes sont bienvenus, y compris des industriels. Les théoriciens sont beaucoup moins présents, et même parfois quasiment absents, comme à l’ESRF.

  • 15 Vincent Mangematin, Ashveen Peerbaye, « les grands équipements en sciences de la vie : quelle polit (...)

24Comme tous les synchrotrons non parasitaires, le terrain auquel nous allons consacrer cette étude est un centre de recherche mais aussi un institut de service, c’est-à-dire qu’il accueille des utilisateurs extérieurs venus y réaliser des expériences. L’ESRF a par exemple accueilli 5 488 utilisateurs en 2004. Dans ce type d’usage, un synchrotron fonctionne comme une plateforme15, un lieu où une instrumentation rare et coûteuse est mise à la disposition d’utilisateurs dans l’optique à la fois de réduire les coûts et de pousser les performances à un niveau de qualité qu’un seul laboratoire ne pourrait atteindre. Toutefois, un synchrotron est une plateforme d’un genre bien particulier puisque cet équipement peut accueillir des utilisateurs d’origines disciplinaires très diverses. Il ne s’agit pas seulement de regrouper les moyens, ni de standardiser les procédures et les équipements, mais de mettre un même instrument à la disposition de chercheurs qui n’ont que très peu en commun et n’aspirent pas à unifier leurs pratiques.

25En tant que synchrotron, il combine un accélérateur de particules et un ensemble de laboratoires qui utilisent la lumière produite par l’accélérateur pour analyser des échantillons extrêmement variés. En tant qu’institut de service, l’ESRF doit articuler ces deux éléments entre eux et les mettre au service d’un troisième monde, celui des utilisateurs. Encore cette présentation est-elle schématique. Rien ne permet a priori de soutenir que les physiciens, les chimistes ou les biologistes utilisent de la même façon cet instrument ni que les relations entre eux et les employés d’un synchrotron soient à chaque fois de même nature. On peut notamment se demander si les mécanismes d’articulation sont disciplinaires ou organisationnels, c’est-à-dire s’ils dépendent de la discipline de rattachement des utilisateurs ou sont à peu près similaires de discipline en discipline.

26Cette question sera au cœur de notre ouvrage, aussi bien lors de l’étude de la phase de construction (première partie) que de celle de la phase d’exploitation (deuxième partie). Parce qu’il peut être utilisé par un grand nombre de disciplines scientifiques, un synchrotron offre en somme une occasion particulièrement intéressante pour à la fois mesurer les différences de pratiques entre celles-ci et analyser la façon dont un même instrument se plie à ces usages différenciés. Au-delà même du fait que cet instrument présente un intérêt spécifique car il est le premier de sa génération et a un caractère européen, il permet de revisiter des débats importants sur le rôle des instruments dans les pratiques scientifiques.

Un instrument scientifique modulable

27Les recherches ont établi l’hétérogénéité des pratiques d’abord selon les disciplines et les spécialités scientifiques, puis, au sein de celles-ci, entre des communautés plus restreintes qui se signalent par une utilisation spécifique des instruments liée à un type d’expériences et par une configuration de ceux-ci. Ces approches nous conduisent à nous intéresser au rôle des instruments et aux caractéristiques de ceux qui les utilisent tout comme de ceux qui les servent. Cet axe d’étude est essentiel de par le caractère proprement modulable du synchrotron, son utilisation par de nombreuses disciplines, et la possibilité qu’il offre de comparer et de confronter leurs pratiques.

L’hétérogénéité des pratiques et usages scientifiques

  • 16 Terry Shinn, « Division du savoir et spécificité organisationnelle. Les laboratoires de recherche i (...)
  • 17 Shinn fait explicitement référence dans les noms de ses deux premiers modèles à ceux définis par Bu (...)

28De nombreuses études ont montré la fragmentation de l’activité scientifique, tout d’abord entre les disciplines. Terry Shinn a démontré qu’il n’y avait pas une seule organisation de la science mais des formes d’organisation en fonction de caractéristiques disciplinaires. Son étude sur des laboratoires des années 1970 dans trois disciplines différentes (chimie, physique et informatique) lui avait permis de repérer trois types d’organisation16. Le modèle « mécanique »17, propre à la chimie, se caractérisait par une autorité centralisée, une forte hiérarchie, une structure de communication rigide et formelle, un travail prédéterminé, une réelle coupure entre conception et exécution et une mobilité professionnelle très limitée. Le modèle « de structures perméables », celui de l’informatique, était marqué par une autorité décentralisée et diffuse, une hiérarchie surtout symbolique, des communications libres et multiples, une division du travail variable selon les projets et une possible évolution de carrière. Le modèle « organique », typique de la physique, correspondait à une autorité à la fois centrale et collégiale, une hiérarchie souple tout en comportant un grand nombre d’échelons, des communications formelles complétées cependant par des sous-réseaux informels et une mobilité importante aux niveaux supérieurs mais réduite au niveau des techniciens.

  • 18 Karin Knorr Cetina, Epistemic Cultures. How the Sciences Make Knowledge, ouvr. cité.

29Karin Knorr Cetina18, dans une perspective épistémologique très différente de celle de Terry Shinn, a également souligné l’hétérogénéité des pratiques et des organisations scientifiques. En comparant la physique des particules et la biologie moléculaire, elle a montré les différences profondes entre ces deux approches scientifiques. La première repose sur un équipement central et onéreux que des années d’expérimentation et de calibrage vont être consacrées à mieux connaître, implique des centaines de chercheurs et des dizaines d’instituts de recherche et repose sur des logiques communautaires. La seconde correspond à une juxtaposition de recherches conduites par des individus, travaille continûment sur des organismes produits de manière quasi industrielle et privilégie la démarche expérimentale. Quel que soit le domaine scientifique concerné, la recherche ne se réduit jamais au temps de l’expérience et elle suppose tout un travail de préparation. Ce travail est pourtant fondamentalement différent puisqu’il vise à explorer et entretenir un univers de signes, c’est-à-dire à élaborer des détecteurs et des logiciels de traitement et d’analyse des données dans le cas de la physique des particules et à préparer les substances et les produits à manipuler dans le cas de la biologie moléculaire.

  • 19 Ibid, p. 2.

30L’auteur conteste le terme de discipline pour décrire ces différences, ce concept ayant à ses yeux des difficultés à « saisir les stratégies et les politiques de la connaissance qui ne sont pas codifiées dans les manuels mais informent quand même les pratiques »19. Elle privilégie le terme de cultures épistémiques pour éviter cet écueil et vise précisément à saisir par la comparaison les « machineries » instrumentales, théoriques, linguistiques et organisationnelles qui permettent la construction du savoir dans des domaines variés.

  • 20 Peter Galison, Image and Logic. A Material Culture of Microphysics, ouvr. cité, chap. 9.

31L’entrée par les disciplines pour comprendre l’organisation des laboratoires est en effet trop massive car chacune est animée par des sous-populations. Peter Galison20 affirme ainsi l’existence au sein de la recherche scientifique d’un troisième pôle aux côtés de ceux de la théorie et de l’expérimentation : celui de l’instrumentation. Selon lui, l’éclatement de la science lui confère sa stabilité. Même à l’intérieur d’une discipline comme la physique, les communautés spécialisées (théoriciens, expérimentalistes, instrumentalistes) ne sont pas homogènes dans leurs pratiques (colloques, publications, revues). Une rupture chez les expérimentalistes n’aura pas nécessairement de répercussions sur les deux autres communautés, ou vice-versa, et, si elle en a, elle sera le plus souvent décalée. Il y aurait un « intercalage » entre les communautés qui ne conduirait jamais à leur homogénéisation.

Le rôle des instruments

32L’étude du synchrotron nous permet en premier lieu de comparer les usages d’un même instrument et la façon dont les approches disciplinaires (Shinn) ou les communautés épistémiques (Knorr Cetina) le transforment pour atteindre leurs objectifs propres, ce qui porte la comparaison un degré plus loin que de simplement observer comment les membres de chaque discipline ou de chaque communauté utiliseraient un même instrument inerte. Elle nous ouvre aussi la possibilité de saisir les coopérations et les interactions de nombreuses communautés en un même lieu et dans un même cadre institutionnel, avec ce que cela nous révèle de chacune d’elles. En s’interrogeant sur la façon dont est conduit le travail de préparation de l’expérience dans un instrument susceptible de nombreuses utilisations, cette étude nous permet de revenir sur une interrogation que Terry Shinn aussi bien que Karin Knorr Cetina ont mise au premier plan, celle de l’organisation – une question qu’ils invitent tous deux, aussi différents qu’ils soient par ailleurs, à repenser en mettant l’accent sur les instruments.

  • 21 Richard Whitley, The Intellectual and Social Organization of the Sciences, ouvr. cité.
  • 22 Steve Woolgar, « Laboratory studies : a comment on the state of the art », art. cité.
  • 23 Michael Gibbons, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott, Trow Martin, The N (...)

33Même si des recherches importantes21 ont porté sur le mode d’organisation des différentes disciplines et leurs caractéristiques sociales (recrutement, socialisation), cette perspective de recherche a quelque peu décliné. La recherche s’est en premier lieu plus orientée vers une analyse ethnographique des laboratoires où la question des disciplines de rattachement n’était plus première22. Celle des usages disciplinaires a en second lieu perdu de sa pertinence à mesure que tout un courant de recherche insistait sur l’érosion du caractère disciplinaire de l’activité scientifique, sur le développement de l’interdisciplinarité ou de la transdisciplinarité23 et même sur le fait que ce n’était plus seulement les scientifiques qu’il fallait considérer, encore moins sous l’angle restreint des disciplines.

  • 24 Susan Leigh Star, James R. Griesemer, « Institutional ecology, “translations” and boundary objects  (...)
  • 25 Alain Jeantet, Henri Tiger, Dominique Vinck, Serge Tichkiewitch, « La coordination par les objets d (...)
  • 26 Michel Callon, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Sain (...)
  • 27 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, ouvr. cité ; Bruno Latour, Changer de société – ref (...)

34Enfin, l’angle d’attaque par les disciplines a été supplanté par des approches insistant sur la prise en compte de l’instrumentation. C’est là aussi une autre façon d’aborder les transactions et coopérations entre les disciplines et acteurs qui permettent l’activité scientifique sans les interroger directement, mais en se penchant sur les instruments ou plus largement les objets, qu’ils soient « frontières »24 ou commissionnaires/médiateurs25. Les disciplines n’apparaissent plus comme des variables à prendre en compte, elles ne sont même plus critiquées tant le regard porte désormais sur un autre objet. L’enjeu est celui de la « traduction »26, de la constitution d’un « collectif » regroupant des humains et des non-humains27.

  • 28 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain…, ouvr. cité.
  • 29 Les forums hybrides sont des formes institutionnelles en cours de création et d’expérimentation qui (...)

35Dans cette perspective, la société apparaît comme un « tissu sans couture ». Non seulement la réalité mais l’aspect bénéfique de toute coupure entre la science et les autres sphères sociales sont remis en question par la dénonciation du « confinement » de l’activité scientifique. Les deux composants de celui-ci seraient d’une part le fait que les instruments éloignent de plus en plus la recherche de la réalité qu’elle prétend décrypter mais en réalité construit, et de l’autre celui que la sophistication croissante des instruments aurait aussi pour effet d’éloigner une part croissante de la population, et notamment les amateurs éclairés, de la conduite de recherches28. Or, l’exemple de l’Association française contre les myopathies (AFM) montre parmi d’autres que les profanes sont capables d’aider les scientifiques, même dans des recherches complexes et de haute portée. Ils peuvent collecter des données, se former, proposer des idées d’expérimentation originales et parfois « impensables » pour les scientifiques, prendre à leur charge une partie du coût de la décision et de la responsabilité, ce qui permet là aussi d’initier des expériences risquées. Cela suppose toutefois d’inventer des formes nouvelles de démocratie technique et d’organisation pour l’activité scientifique permettant précisément l’intervention des profanes : des forums hybrides29 qui devraient abolir les frontières entre les chercheurs et les profanes, et entre les citoyens et leurs représentants.

  • 30 Bruno Latour, Changer de société…, ouvr. cité.
  • 31 Dominique Vinck, « Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribu (...)
  • 32 Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, ouvr. ci (...)
  • 33 Dominique Vinck, « L’équipement du chercheur : comme si la technique était déterminante », art. cit (...)

36Cela doit être fait en considérant non seulement les acteurs humains mais aussi les « non-humains » qui encadrent leur action30. Car la prise en compte des « non-humains » ou des « objets intermédiaires » révèle des liens imprévus, des ruptures temporelles et des stratégies pour discipliner ou au moins prendre en compte ces « non-humains »31. Il faut aussi s’interroger sur le « travail d’équipement ». L’équipement est précieux, il autorise des échanges et joue un rôle de premier plan dans la mise en place de réseaux et leur entretien32 ; il est en outre un « symbole de reconnaissance […] et un support à la construction identitaire »33. Nous nous pencherons dans cette logique sur les facteurs qui permettent à un instrument aussi pluriel que l’ESRF de constituer le support d’une organisation.

37Du fait même qu’il autorise des usages très variés et peut être utilisé par de multiples communautés scientifiques, un synchrotron est en effet construit, exploité et développé par un personnel qui reflète cette diversité. On trouve entre autres des physiciens, des chimistes, des biologistes, des ingénieurs, des techniciens, des ouvriers, des administratifs parmi eux ; de nombreuses nationalités, langues et cultures sont par ailleurs représentées au sein de l’ESRF. Les facteurs qui confèrent une certaine unité à un ensemble qui pourrait être disparate et conflictuel seront au cœur de nos interrogations. Nous tenterons de cerner les façons dont l’instrument et ses servants et utilisateurs s’articulent au cours du temps pour former une organisation qu’on ne définira pas seulement comme un ensemble d’arrangements formels mais comme un collectif dont la nature est problématique et objet d’interrogations.

L’étude d’une communauté spécialisée

  • 34 Terry Shinn, « Crossing boundaries : the emergence of research-technology communities », art. cité.
  • 35 Selon les textes l’auteur parle d’une communauté ou de communautés.

38Il convient enfin de mesurer que nous posons cette question de la constitution d’un collectif à propos d’un instrument d’un type particulier assimilable à ce que Terry Shinn qualifie d’« instrument générique »34. Cette appellation souligne sa plasticité et le fait qu’il peut donner lieu à des utilisations très variées et a priori indéterminées. Selon l’auteur, au moins depuis la fin du XIXe siècle, des communautés articulant recherche et technologie uniraient dans de nouvelles relations les chercheurs, les producteurs et les régulateurs politiques dans des relations de partenariat et de contractualisation. Des « communautés interstitielles »35 assureraient un rôle de traduction et d’articulation entre les mondes de la recherche, de l’industrie et de la politique. Elles le feraient précisément en produisant, en entretenant et en développant, sur la base de théories scientifiques, des instruments génériques et en les adaptant à des usages scientifiques, industriels et sociaux variés.

  • 36 Bernward Joerges, Terry Shinn éd., Instrumentation. Between Science, State and Industry, ouvr. cité (...)

39Les membres de ces communautés poursuivraient des carrières très mobiles et « hybrides », passant de l’université à l’industrie, à des agences gouvernementales ou à des cabinets de conseil. Leur seconde caractéristique est qu’ils abandonneraient fréquemment un instrument avant sa totale création pour entreprendre une nouvelle mission. Ces communautés se verraient enfin non comme distinctes, mais comme socialement et intellectuellement différentes. En définissant leur vocation comme la conception d’instruments, leurs membres accepteraient la subordination de la recherche sur l’instrumentation et la métrologie à la recherche proprement dite. Ils publieraient dans des revues d’instrumentation, telles la Review of Scientific Instruments36, comme dans des revues académiques ; la dispersion des publications serait un indice d’appartenance à cette communauté. Ce domaine de la recherche-technologie serait le pont entre la science académique et l’industrie ; il fournirait des savoirs, des langages, une imagerie, des compétences, etc.

  • 37 Terry Shinn, « Formes de division du travail scientifique et convergence intellectuelle. La recherc (...)

40Terry Shinn ne nie pas que de nombreux instruments soient développés uniquement dans le champ scientifique ou pour de seules applications industrielles. Il affirme en revanche que des individus et des instruments sont un mode de transfert, parmi d’autres, entre les deux domaines. L’instrumentation produite par les praticiens fournirait un lien substantiel et constituerait la matérialisation de la communication. Cette thèse repose sur une perspective macrosociologique qui n’est pas celle des approches décrites dans la section précédente, celles de Bruno Latour, Michel Callon ou Karin Knorr Cetina, par ailleurs toutes spécifiques, mais qui se refusent à toute catégorisation a priori. Terry Shinn37 a d’ailleurs opposé une version un peu remaniée de sa modélisation à ce qu’il qualifie de « nouvelle orthodoxie en sociologie des sciences ». Il reproche à celle-ci de ne pas voir que les dynamiques sociales et intellectuelles du champ scientifique sont dues à la coexistence et aux interrelations de trois régimes dans la recherche : un régime disciplinaire, un régime transitaire et un régime transversal.

  • 38 Les appellations proposées par Terry Shinn pour les communautés qu’il étudie ont varié avec le temp (...)
  • 39 Terry Shinn, Pascal Ragouet, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’ (...)

41Le régime transitaire désigne les recherches menées par des chercheurs qui restent rattachés à une discipline, mais qui ont trouvé ponctuellement dans une autre des questions, des outils ou des méthodes. Le régime transversal dépeint à nouveau les caractéristiques (généricité, mobilité, etc.) et l’action des communautés interstitielles, cette fois baptisées de « recherche technico-instrumentale »38. Ce qu’ajoute cet article, c’est la thèse selon laquelle les acteurs différencient leurs pratiques selon les moments. Lorsqu’ils travaillent sur les instruments, ils adoptent les formes scientifiques d’organisation, alors qu’ils s’en détachent lorsqu’ils présentent ceux-ci à leurs clients ou financiers. C’est par la diffusion de ces instruments et leurs multiples déclinaisons que s’articuleraient des mondes aussi éloignés que ceux de la science et de l’ingénierie. Dans un livre ultérieur39, Shinn (ou son co-auteur) a ajouté un quatrième régime, le régime « utilitaire », qui, s’il partage certains traits des autres régimes, correspond plus spécifiquement à la mise en place d’associations professionnelles, de recherches techniques finalisées et à la production de brevets.

  • 40 Karin Knorr Cetina, « Scientific communities or transepistemic arenas of research ? A critique of q (...)
  • 41 Henry Etzkowitz, Loet Leydesdorff éd., Universities and the Global Knowledge Economy. A Triple Heli (...)

42Le point nodal est de déterminer si les articulations entre la science et la société sont effectuées par des communautés spécialisées ou non. Selon Karin Knorr Cetina40, l’ensemble des scientifiques évoluent dans des « arènes transépistémiques » où ils ont des relations avec des administrateurs de la recherche et des représentants des organismes de financement et non seulement une communauté spécialisée dans l’instrumentation. Un ouvrage collectif a employé le terme de « triple-hélice »41 pour désigner un mode de production qui unirait les chercheurs, les producteurs et les régulateurs politiques dans de nouvelles relations de partenariat et de contractualisation. L’environnement de la science se serait complexifié à tel point qu’on pourrait le considérer comme résultant de trois dynamiques : celle de l’action publique, celle des entreprises et celle de la science.

43S’il s’avère que le synchrotron est bien un instrument générique, son étude depuis sa construction jusqu’à sa maturité devrait nous permettre d’apporter des éléments à ce débat. Le fonctionnement de la recherche, le rôle que joue celle-ci, les instruments et les communautés scientifiques dans l’ensemble de la société et dans ses mécanismes de régulation seront les objets de notre attention. Cette régulation est-elle assurée par des acteurs spécifiques, comme les communautés interstitielles de Terry Shinn ? Est-ce à un investissement de l’ensemble des acteurs intéressés ou concernés qu’il faut travailler au moyen de formes à inventer, comme nous le disent Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe ? Ou peut-on imaginer que les institutions scientifiques se soient réorganisées de façon à mieux gérer en leur seul sein les pressions croissantes de la société ? Enfin, cette articulation est-elle toujours la même ou dépend-elle des communautés scientifiques ?

Reconfigurations et apprentissages

44Nous projetons enfin d’examiner un processus d’institutionnalisation et non les relations qu’une organisation noue avec son environnement à un moment donné. Nous souhaitons saisir le passage d’un état de ces relations à un autre grâce à notre étude longitudinale : la façon dont l’ESRF a été réorganisée par ses membres et ses commanditaires selon les missions qu’elle devait remplir et les objectifs qu’elle s’était elle-même fixés.

Le temps organisationnel

  • 42 William i. Thomas, Florian Znaniecki, Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’u (...)
  • 43 Everett C. Hughes, Le regard sociologique : essais choisis, ouvr. cité.
  • 44 John W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, ouvr. cité.
  • 45 Vincent Simoulin, « Émission, médiation, réception… Les opérations constitutives d’une réforme par (...)

45Cet ouvrage repose sur la thèse selon laquelle les moments organisationnels ne se valent pas. Il est du reste aisé de l’asseoir sur d’innombrables études. Pour ne citer que quelques exemples, c’est afin de rendre compte de moments aigus, les processus de réorganisation identitaire et cognitive que connaissent les migrants, que William Homas et Florian Znaniecki42 ont inauguré au début du XXe siècle la méthode des récits de vie. Cette tradition interactionniste a été poursuivie dans le domaine de l’étude des métiers par Everett Hughes43 ; il a établi que toute « carrière » connaissait des « tournants » et des périodes moins décisives. De même, l’analyse des politiques publiques a révélé l’existence de « fenêtres politiques »44, durant lesquelles des décisions habituellement hors de portée deviennent possibles. Nos propres études sur l’européanisation de la coopération nordique avaient également émis l’hypothèse qu’au sein d’un marché de la réforme, les phénomènes d’accumulation et d’imprégnation finissaient par créer des effets d’irréversibilité et d’entraînement45.

  • 46 Douglass C. North, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, ouvr. cité.
  • 47 Paul Pierson, « Increasing returns, path dependence, and the study of politics », art. Cité.
  • 48 Selon Pierson, les principales raisons expliquant la dépendance encore plus forte dans le domaine p (...)

46Plus spécifiquement, de multiples études économiques et sociologiques ont montré l’importance des choix passés et les formes de path dependence (dépendance au sentier) qu’ils entraînent. Les analyses de Douglass North46 et de Paul Pierson47 ont ainsi souligné le caractère déterminant de certains choix et le fait que les processus politiques étaient path dependents. Même un événement anodin peut avoir des conséquences importantes s’il se produit à un certain moment. Un sentier (path) peut même être pratiquement impossible à quitter car il bénéficie de rendements croissants. Selon Pierson, c’est encore plus vrai dans le domaine politique qu’en économie pour de nombreuses raisons48.

47On peut selon lui distinguer une version « large » de la dépendance au sentier, laquelle signifie seulement que le passé a une influence sur le présent, et une version « étroite », qui affirme un autorenforcement cumulatif du sentier par les rendements croissants qu’il engendre et soutient donc que chaque pas dans une direction pousse à persister dans celle-ci. La création d’une organisation ou d’une institution représente notamment de tels coûts et de tels apprentissages en termes de compétences et de mécanismes de coordination qu’il sera difficile de revenir en arrière. L’auteur en déduit que prendre en compte les rendements croissants est crucial pour comprendre les sources de la stabilité et du changement politiques.

  • 49 Harrison C. White, Identity and Control. A Structural heory of Social Action, ouvr. cité.
  • 50 Michel Grossetti, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, ou (...)

48Toutefois, si beaucoup d’auteurs ont insisté sur l’importance des moments fondateurs, ni Paul Pierson ni aucun autre n’envisage sérieusement que ceux-ci donnent les clés de l’ensemble de l’évolution ; ce sont donc tous les moments critiques qu’il faut considérer, ainsi bien sûr que les moments plus stables. À la suite de Michel Callon, qui propose les termes de « cadrage » et de « débordement », et surtout à la suite de Harrison White49, Michel Grossetti50 utilise les notions d’« encastrement » et de « découplage » pour rendre compte respectivement des moments où des situations échappent à leurs auteurs et se figent, et de ceux où, au contraire, une situation figée se fluidifie et est reconfigurée par certains acteurs sur d’autres bases. Bizarrement, l’auteur ne mentionne à aucun moment que cette modélisation devrait en toute logique s’accompagner de la définition de moments figés ou « encastrés ». Malgré tout, l’avantage de ce type de modélisation est à la fois de rendre compte du fait que tous les moments ne sont pas interchangeables et de ne pas donner à penser que les moments fondateurs sont absolument déterminants. Elle correspond en fait à la version large de la path dependence, celle qui admet l’influence du passé mais aussi l’existence d’inflexions qui peuvent être brutales.

  • 51 Mark Granovetter, « les institutions économiques comme constructions sociales : un cadre d’analyse  (...)
  • 52 Max Weber recommande dans Économie et société (ouvr. cité) de comprendre la réalité par l’écart, c’ (...)

49Michel Grossetti contribue surtout à la rélexion sur les méthodes à notre disposition pour étudier cette alternance de moments figés et de moments de changement. Il recommande tout d’abord, à la suite de Mark Granovetter51, de mieux comprendre le changement en élaborant des scénarios, des avenirs dont on peut penser sur la base des données disponibles et des déclarations des acteurs qu’ils auraient pu tout autant se réaliser que ce qui s’est finalement produit. Une telle méthode, autre que le rationalisme méthodologique préconisé par max Weber52, a l’avantage de ne pas succomber à l’illusion que les enchaînements étudiés étaient nécessaires et de redonner sa place à la liberté des acteurs. Grossetti recommande en second lieu de recourir aux approches rétrospectives (récits de vie, etc.) et à l’analyse longitudinale.

Les difficultés de l’analyse longitudinale

  • 53 Johnny Saldaña, Longitudinal Qualitative Research. Analyzing Change through Time, ouvr. cité.

50Il est difficile de définir l’analyse longitudinale, les chercheurs débattant aussi bien de la durée souhaitable qu’elle doit couvrir que des méthodes à adopter pour la mener. De façon générale, on peut la définir comme l’analyse d’un phénomène social par une observation de longue durée, la durée d’un an étant assez souvent tenue pour celle qui s’impose le plus naturellement53, même si la plupart des chercheurs soutiennent qu’elle ne saurait constituer un seuil absolu. On considère généralement que le chercheur doit conserver un contrôle aussi strict que possible sur le phénomène étudié, c’est-à-dire suivre l’évolution des individus qui y prennent part, interroger les mêmes personnes lors de chaque étude et maintenir entre chacune de ces dernières un intervalle modéré afin que les changements dans la composition de ces populations soient assez réduits pour ne pas obérer la portée de l’étude dans son ensemble.

  • 54 Middletown est une ville moyenne des États-Unis d’Amérique, dont le véritable nom est Muncie (India (...)
  • 55 Robert S. Lynd, Helen Merrell Lynd, Middletown in Transition. A Study in Cultural Conflicts, ouvr. (...)
  • 56 Robert S. Lynd, Helen Merrell Lynd, Middletown. A Study in Modern American Culture, ouvr. cité.
  • 57 Theodore Caplow, L’enquête sociologique, ouvr. cité.

51Notre étude ne remplit pas tout à fait ces conditions. Il est de fait difficile voire impossible de conduire une stricte enquête longitudinale sur des organisations. Les hommes n’ont pas tous le même âge et n’en sont pas au même stade de leur carrière lors de la première enquête, certains ont par conséquent quitté l’organisation ou changé de position lors des suivantes ; des questions perdent de leur sens alors que d’autres apparaissent. Il est donc hors de portée de comparer terme à terme des organisations dont les caractéristiques ont changé ou qui s’insèrent de façon différente dans des environnements eux-mêmes transformés. Le problème ne se pose pas seulement pour les organisations et, parmi d’autres, le cas de Middletown54 montre qu’il n’est guère possible d’aborder de façon identique un même terrain alors qu’il a changé et que l’enquêteur a parfois évolué encore plus profondément. Theodore Caplow le note, les méthodes mises en œuvre par les Lynd lors de leur seconde enquête55 sont beaucoup plus sommaires que lors de la première56, ils ont développé une perspective plus marxiste et non seulement ils ne voient plus la même chose mais ils ont tendance à corriger leurs impressions et théories de la première enquête57. Ils découvrent que Middletown était, plus qu’ils ne l’avaient perçu, marquée par l’importance du racisme, de la lutte des classes et de la prostitution, et ils en proposent une image moins harmonieuse.

  • 58 Rita Caccamo, Back to Middletown. Three Generations of Sociological Reflections, ouvr. cité.
  • 59 Dan Rottenberg, Middletown Jews. The Tenuous Survival of an American Jewish Community, ouvr. cité.
  • 60 Luke Eric Lassiter, Hurley Goodall, Elizabeth Campbell, Michelle Natasya Johnson, The Other Side of (...)

52Même le caractère exemplaire d’un terrain se perd. Si Middletown avait été choisie par les Lynd parce qu’elle était typique de l’Amérique profonde58, rien ne dit qu’elle serait considérée comme un choix pertinent pour une étude qui débuterait aujourd’hui. Des livres comme Middletown Jews59 ou The Other Side of Middletown60 le montrent du reste en explorant a posteriori deux pistes omises par les Lynd : l’étude de la communauté noire et celle de la communauté juive. L’absence de prise en compte de celles-ci par les Lynd obère selon les auteurs le caractère représentatif des premières études sur Middletown. Theodore Caplow reprend cette thèse dans sa postface au premier ouvrage. Il n’a pu prendre en compte la communauté noire dans son étude car les Lynd l’avaient écartée, le privant ainsi de la base nécessaire au maintien du caractère unitaire de son entreprise de comparaison.

53Il vaut surtout la peine de constater que les deux études reposent sur une méthode très différente de celle des Lynd. Les statistiques sont quasiment absentes et les informations sont pour l’essentiel issues d’entretiens, proches de récits de vie, réalisés auprès de membres des communautés juive et afro-américaine. Cela est en partie dû à ce que ces entretiens ont pour but de couvrir l’ensemble de l’histoire de Middletown et non seulement la période présente. La date de réalisation importe sans doute également car le statut des méthodes sociologiques a changé et leur nombre s’est accru. En portant le regard sur des phénomènes minorés et en adoptant des méthodes différentes, ces deux ouvrages poursuivent en fait la tentative des Lynd dont la seconde étude n’était pas totalement bâtie sur les mêmes bases que la première. Plus profondément, ils manifestent que la stricte répétition n’est pas de l’ordre du possible.

  • 61 Theodore Caplow, « la répétition des enquêtes : une méthode de recherche sociologique », art. cité  (...)

54Pour ces raisons, Theodore Caplow tient pour essentiel de ne pas varier dans la méthode d’investigation afin de bien mesurer et saisir le changement lui-même. Plus précisément, ni les changements subis par l’objet d’enquête ni l’amélioration des techniques d’étude n’autorisant une stricte réplication, comme le montrent les deux exemples que nous venons d’évoquer, Caplow61 recommande d’adopter aussi systématiquement que possible les mêmes méthodes, au mot près dans les entretiens et questionnaires, et de les compléter par d’autres investigations pour tenir compte des évolutions et en rendre compte.

  • 62 Michael Burawoy, « Revisits : an outline of a theory of reflexive ethnography », art. cité.

55Cette approche, malgré son caractère rassurant parce que naturel et de bon sens, n’est cependant que l’un des angles d’attaque possibles. Dans une revue des études conduites à travers le temps, Michael Burawoy distingue quatre types de « revisites »62 :

– les premières visent la réfutation en critiquant la méthode du premier analyste. Elles cherchent à expliquer les raisons des erreurs mais ne proposent pas réellement d’explication alternative ;

– les secondes ambitionnent une reconstruction en revoyant la description du premier analyste à la lumière d’éléments théoriques nouveaux, par exemple le féminisme ;

– les troisièmes se contentent de décrire le changement subi par le terrain en s’intéressant essentiellement aux processus internes ;

– les quatrièmes ont pour objectif de replacer le terrain dans un environnement plus large et de chercher à expliquer les évolutions entre les deux visites par le changement des structures sociales.

56Notre propre tentative relève plutôt du troisième type, on verra cependant qu’on ne peut totalement écarter ni la prise en considération d’innovations théoriques entre les différentes visites, ni l’influence des forces externes, ni le fait que le chercheur est souvent obligé de se réfuter lui-même. Pour autant, pour le confort du lecteur, nous avons écarté un mode de rédaction qui aurait consisté à rendre compte de chaque visite l’une après l’autre et à voir comment chacune aurait complété, réfuté ou infléchi la précédente. Nous avons cherché à éviter les répétitions, digressions et retours en arrière qu’une telle méthode occasionne et à reconstruire plutôt l’histoire du synchrotron telle que nous l’avons finalement perçue et non les étapes de cette élaboration. Nous avons gommé les intervalles entre nos visites, comme si l’étude n’avait été qu’une longue entreprise, ainsi que le fait tout chercheur lorsqu’il alterne les semaines sur le terrain et celles consacrées à analyser ses données.

57Si cette approche donne un résultat plus lissé et aisé à lire, elle ne dit pas toute la vérité de l’enquête, pas plus d’ailleurs quand les intervalles ne se comptent qu’en jours ou en semaines que quand ils correspondent à des années. Nous reviendrons en conclusion sur la façon dont nos perceptions ont évolué et sur l’apport et les limites d’une étude par coupes, sur ce que nous apprend le retour sur un terrain déjà exploré, aussi bien sur celui-ci et sur son évolution que sur le regard que l’on a un jour porté sur lui. C’est la possibilité même d’une analyse longitudinale que nous interrogerons à notre tour. Si la véritable duplication n’est pas possible, dans quelle mesure peut-on étudier de la même façon une même organisation à travers le temps ? Comment faire abstraction des modifications de son environnement ou au contraire en tenir compte ? Comment neutraliser les évolutions du débat sociologique qui conduisent à poser de nouvelles questions ou à infléchir son regard ? En quoi cette méthode nous aide-t-elle à mieux saisir les apprentissages organisationnels ?

Les modalités de mise en œuvre

  • 63 Chris Argyris, Donald Schön, Apprentissage organisationnel. Théorie, méthode, pratique, ouvr. cité.
  • 64 Michael D. Cohen, Lee S. Sproull éd., Organizational Learning, ouvr. cité.

58À la suite de Chris Argyris et Donald Schön63, nous décrirons l’apprentissage organisationnel comme un phénomène collectif d’acquisition et d’élaboration de compétences qui modifie la gestion des situations et les situations elles-mêmes. La notion d’apprentissage organisationnel a soulevé bien des débats, dont le principal porte sur sa pertinence même, la plupart des auteurs s’accordant pour avancer que seuls les individus apprennent. Toutefois, la validité de cette notion est liée d’une part à ce que les individus apprennent différemment dans un contexte organisationnel et de l’autre à ce que l’apprentissage organisationnel peut correspondre au recrutement de membres et non seulement à l’acquisition de nouvelles compétences par les anciens64.

  • 65 Tushman Michael I., Romanelli Elaine, « Organizational evolution : a metamorphosis model of converg (...)

59On peut distinguer plusieurs types d’apprentissage, selon l’environnement auquel est confrontée l’organisation, le taux de turnover qu’elle connaît et plus largement ses caractéristiques. Durant les périodes de relative stabilité de l’environnement, l’apprentissage organisationnel répondrait à un objectif de convergence des différents membres de l’organisation, alors que durant les périodes où l’environnement est plus instable, primerait un objectif d’adaptation, laquelle passerait par une exploration de nouvelles possibilités65. Les noms varient pour désigner ces phases distinctes, certains auteurs évoquant des apprentissages de premier ordre et de second ordre, tandis que Chris Argyris et Donald Schön proposent les termes d’«  apprentissage en simple boucle » et en « double boucle ».

  • 66 Christophe Midler différencie ces deux types d’apprentissage en les reliant pour le premier au « pr (...)

60L’apprentissage en simple boucle correspond selon eux à des cas où l’acquisition de nouvelles compétences n’impose pas de changer les valeurs et les cadres d’action, même si elle peut modifier des stratégies concrètes ou des objectifs. Elle n’entraîne aucun changement des organigrammes, règlements, logos, procédures, etc. L’apprentissage en double boucle correspond à une remise en cause plus profonde et à une réflexion sur les règles, les valeurs et cadres de pensée. S’il comporte également la première boucle de rétroaction sur les stratégies ou les objectifs, celle-ci est suivie d’une deuxième plus fondamentale sur les valeurs car la première boucle n’a pas réussi à résoudre les déséquilibres66. Selon Argyris et Schön, seul ce second niveau correspond à un véritable apprentissage organisationnel, mais il entraîne le plus souvent d’importantes résistances.

  • 67 Edwin Hutchins, « Organizing work by adaptation », art. cité.
  • 68 George p. Huber, « Organizational learning. The contributing processes and the literatures », art. (...)
  • 69 Richard M. Cyert, James G. March, A Behavioral Theory of the Firm, ouvr. cité.

61Dans une intéressante analyse de la façon dont l’équipage d’un bateau réagit à une avarie pour laquelle aucune procédure n’est prévue, Edwin Hutchins montre toutefois qu’une organisation peut procéder sans visée globale par un ensemble d’adaptations locales et d’interactions adaptatives67. À l’issue d’une synthèse de la littérature68 fortement influencée par les travaux pionniers de Richard Cyert et James March69, George Huber avance que les organisations acquièrent de l’information sur leur environnement par quatre moyens :

1) scanning : au niveau des individus ou de l’organisation entière, l’organisation scanne son environnement pour s’informer des changements qu’il subit ;

2) focused search : en réponse à des problèmes réels ou anticipés, la recherche est focalisée sur un segment précis de l’environnement, de façon réactive à la base et plus proactive au sommet de la hiérarchie. Ce type de scanning ne serait entrepris qu’avec réticence, lorsque les signaux sont importants et reçus par de multiples sources. Cette recherche se focalise plutôt sur des options facilement disponibles ou utilisées dans le passé ;

3) performance monitoring : les organisations évaluent continuellement leur performance par rapport à leurs objectifs propres et aux attentes de leur environnement ;

4) noticing : acquisition inattendue d’informations sur l’environnement. Rien ne nous dit que ces quatre moyens sont également pratiqués par différents acteurs, ni même par toutes les organisations. Ils peuvent permettre à une organisation myope de se transformer en une organisation apprenante, toujours à l’écoute de son environnement. Notre objectif, à travers l’étude de l’institutionnalisation de l’ESRF et des relations diverses et changeantes qu’elle a nouées avec ses environnements à travers le temps, sera d’examiner comment elle a su ou non à plusieurs reprises s’adapter, rester à l’écoute de ceux-ci et en même temps se construire.

62À cette fin, notre première partie est consacrée à la présentation de la construction de l’ESRF. Nous montrerons dans un premier chapitre que le synchrotron correspond bien à un instrument générique et décrirons ensuite l’ESRF et l’ensemble des décisions liées à sa fondation qui ont encore un impact. Nous consacrerons un second chapitre à la construction de l’accélérateur, moment de cristallisation qui a contribué à restreindre l’univers des possibles et a durablement conditionné le fonctionnement de l’ESRF en tant qu’instrument scientifique. Un troisième chapitre analysera la construction des lignes de lumière et les réorganisations de l’ESRF. Celles-ci correspondent à un apprentissage en double boucle qui prend plusieurs années et se réalise à travers de réelles difficultés. Un groupe d’ingénieurs joue un rôle de tampon entre les logiques qui correspondent à ces deux moments de la construction, une logique d’ingénieur et une logique de chercheur, et permet un temps une articulation satisfaisante. Survient toutefois une seconde boucle de rétroaction lorsqu’il apparaît aux scientifiques que ce compromis ne leur permet pas d’aller au bout de leurs objectifs et que l’ensemble de leurs valeurs doit désormais s’imposer à l’ESRF.

63La seconde partie analyse la maturité organisationnelle de l’ESRF, neuf ans après la seconde enquête, sept ans après la in théorique de la construction des lignes. Elle nous décrit une organisation devenue apprenante. Le quatrième chapitre fait le bilan d’une réussite consacrée par ses utilisateurs avant de présenter le nouveau défi auquel l’ESRF doit faire face : la construction dans toute l’Europe de synchrotrons nationaux. Le cinquième chapitre analyse la façon dont les scientifiques assurent la continuelle adaptation de l’ESRF face à l’évolution des demandes des utilisateurs. Le sixième chapitre porte sur l’effort de redéfinition engagé par l’ESRF sur sa mission, la façon dont elle doit s’insérer dans le paysage européen et les réformes à envisager afin de garantir une continuelle amélioration des performances techniques.

Notes

1 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, ouvr. cité.

2 Sur l’histoire des synchrotrons, on pourra se reporter à X-Ray Data Booklet, document publié par le Lawrence Berkeley National Laboratory en 2001 et disponible sur internet à l’adresse :http://xdb.lbl.gov/. Le second chapitre de ce document est particulièrement utile à ce propos. On trouvera également des informations précieuses sur le site internet de chacun des synchrotrons mentionnés dans cette section. Le Red Book (voir chapitre 1) fournit aussi des indications sur le développement des synchrotrons et de leurs usages scientifiques. La présente section repose sur l’ensemble de ces sources.

3 Ce phénomène pousse la physique des hautes énergies à construire des anneaux de plus en plus grands pour limiter la courbure et la déperdition d’énergie qu’elle occasionne.

4 Annick Ropert, « Review of target specifications for storage ring synchrotron light sources and means of achieving them », ESRF Newsletter, n° 20, février 1994, p. 6-7.

5 Léa Velho, Oswaldo Jr. Pessoa, « The decision-making process in the construction of the Synchrotron light national laboratory in Brazil », art. cité.

6 La Fondation européenne de la science est installée à Strasbourg et regroupe des organismes scientifiques des pays européens, tels que le CNRS. Ses objectifs sont de contribuer à définir et à développer les politiques européennes de la recherche et de la science, et de faciliter la coopération transnationale dans le domaine scientifique entre les acteurs nationaux des pays européens. Ayant mis l’accent sur les projets interdisciplinaires, elle est particulièrement intéressée par la création d’un équipement qui concerne également différentes communautés disciplinaires et les amènera à travailler ensemble lors de son exploitation.

7 Witte Karl, « History of the ESRF », discours prononcé à Aussois le 9 mai 2001, 76 pages.

8 L’abandon de Strasbourg a donné lieu à une plainte en justice et à une intense littérature en droit international visant à préciser la nature et la portée des engagements d’un pays envers une ville. L’ESRF est ainsi devenue l’objet de nombreux commentaires d’arrêts.

9 L’ILL est un institut de service sur les neutrons financé par les allemands, les Britanniques et les Français. Il est situé à Grenoble, a été créé en 1967 et, comme le synchrotron projeté, met une source d’énergie à la disposition d’utilisateurs, en priorité européens, qui veulent réaliser une expérience.

10 L’EMBL est un laboratoire important qui a des antennes à Hambourg, Heidelberg et Grenoble. Il regroupe des biologistes allemands, britanniques et français dont beaucoup utilisent le rayonnement synchrotron. Une grande partie des chercheurs en sciences du vivant qui participeront à l’aventure de l’ESRF auront de fait été connectés à un titre ou à un autre à l’EMBL. Bien que son influence soit moins visible que celle de l’ILL, à l’origine de la création de l’ESRF et qui lui sert explicitement de modèle, la présence d’une antenne de l’EMBL sur le site aura également un impact réel.

11 Sharon Traweek, Beamtimes and Lifetimes. The World of High Energy Physicists, ouvr. cité.

12 Ibid., p. 128-131 et p. 145.

13 Rappelons que cette description vaut pour l’époque contemporaine, et non pour les années 1930 et 1940 où cette physique était menée à une échelle beaucoup plus artisanale. Sur cette période précédente, on pourra consulter : Peter Galison, Ainsi s’achèvent les expériences. La place des expériences dans la physique du XXe siècle, ouvr. cité ; Lilian Hoddeson, « Establishing KEK in Japan and Fermilab in the US : Internationalism, nationalism and high energy accelerators », art. cité.

14 Par exemple, dans le style d’habillement décontracté qu’ils adoptent, dans leur formation et sélection, dans la prédominance de la compétition et de la concurrence, dans le refus proclamé de se référer à toute autorité extérieure, dans le soin mis à personnaliser son instrument, etc.

15 Vincent Mangematin, Ashveen Peerbaye, « les grands équipements en sciences de la vie : quelle politique publique ? », art. cité.

16 Terry Shinn, « Division du savoir et spécificité organisationnelle. Les laboratoires de recherche industrielle en France », art. cité.

17 Shinn fait explicitement référence dans les noms de ses deux premiers modèles à ceux définis par Burns et Stalker (The Management of Innovation, ouvr. cité), qui s’interrogeaient sur les relations entre technologie et organisation. Dans cet article de 1980, la question est en effet celle des déterminants qui pèsent sur l’organisation.

18 Karin Knorr Cetina, Epistemic Cultures. How the Sciences Make Knowledge, ouvr. cité.

19 Ibid, p. 2.

20 Peter Galison, Image and Logic. A Material Culture of Microphysics, ouvr. cité, chap. 9.

21 Richard Whitley, The Intellectual and Social Organization of the Sciences, ouvr. cité.

22 Steve Woolgar, « Laboratory studies : a comment on the state of the art », art. cité.

23 Michael Gibbons, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott, Trow Martin, The New Production of Knowledge. The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, ouvr. cité.

24 Susan Leigh Star, James R. Griesemer, « Institutional ecology, “translations” and boundary objects : amateurs and professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939 », art. cité. Les « objets-frontières » permettent la coopération d’acteurs hétérogènes car ils coexistent dans plusieurs mondes sociaux et sont assez plastiques pour à la fois tolérer d’y être investis de significations différentes et imposer une certaine identité commune à travers les sites.

25 Alain Jeantet, Henri Tiger, Dominique Vinck, Serge Tichkiewitch, « La coordination par les objets dans les équipes intégrées de conception de produit », art. cité. Les auteurs de cette distinction féconde désignent les objets « médiateurs » comme ceux qui autorisent des opérations de conception et de coordination d’acteurs divers que ces objets n’enferment pas beaucoup car ils sont encore ouverts. Ils ont pour vertu de permettre une coopération par leur flexibilité. Les objets « commissionnaires » correspondent à la fermeture issue de la décision, ils sont prescriptifs pour les acteurs à venir et leur émergence correspond à la structuration progressive d’un champ d’action.

26 Michel Callon, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », art. cité.

27 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, ouvr. cité ; Bruno Latour, Changer de société – refaire de la sociologie, ouvr. cité.

28 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain…, ouvr. cité.

29 Les forums hybrides sont des formes institutionnelles en cours de création et d’expérimentation qui réunissent pour des conférences ponctuelles ou des négociations plus longues des experts, des décideurs politiques et des représentants de la société civile dont le statut et la nature sont indéterminables a priori, l’objet même de ces forums étant de s’ouvrir à des acteurs qui n’avaient pas été envisagés a priori comme des membres légitimes ou même possibles de la décision et de sa préparation.

30 Bruno Latour, Changer de société…, ouvr. cité.

31 Dominique Vinck, « Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales », art. Cité.

32 Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, ouvr. cité.

33 Dominique Vinck, « L’équipement du chercheur : comme si la technique était déterminante », art. cité.

34 Terry Shinn, « Crossing boundaries : the emergence of research-technology communities », art. cité.

35 Selon les textes l’auteur parle d’une communauté ou de communautés.

36 Bernward Joerges, Terry Shinn éd., Instrumentation. Between Science, State and Industry, ouvr. cité, p. 1.

37 Terry Shinn, « Formes de division du travail scientifique et convergence intellectuelle. La recherche technico-instrumentale », art. cité.

38 Les appellations proposées par Terry Shinn pour les communautés qu’il étudie ont varié avec le temps. On y reviendra en conclusion.

39 Terry Shinn, Pascal Ragouet, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, ouvr. cité.

40 Karin Knorr Cetina, « Scientific communities or transepistemic arenas of research ? A critique of quasi-economic models of science », art. cité.

41 Henry Etzkowitz, Loet Leydesdorff éd., Universities and the Global Knowledge Economy. A Triple Helix of University-Industry-Government Relations, ouvr. cité.

42 William i. Thomas, Florian Znaniecki, Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant, ouvr. cité.

43 Everett C. Hughes, Le regard sociologique : essais choisis, ouvr. cité.

44 John W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, ouvr. cité.

45 Vincent Simoulin, « Émission, médiation, réception… Les opérations constitutives d’une réforme par imprégnation », art. cité.

46 Douglass C. North, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, ouvr. cité.

47 Paul Pierson, « Increasing returns, path dependence, and the study of politics », art. Cité.

48 Selon Pierson, les principales raisons expliquant la dépendance encore plus forte dans le domaine politique sont que l’action collective y joue un rôle central et contraint l’action individuelle, que les phénomènes y sont plus complexes, ambigus et indécidables, que la densité des institutions y est exceptionnelle, et qu’il est possible d’y utiliser l’autorité politique pour renforcer les asymétries de pouvoir, ce qui rend la domination presque invisible et limite les possibilités de réaction. En outre, la plupart des acteurs y ont un horizon qui privilégie le court terme, les phénomènes de perception et de mémorisation sélectives des informations y sont fréquents et l’évaluation y est délicate.

49 Harrison C. White, Identity and Control. A Structural heory of Social Action, ouvr. cité.

50 Michel Grossetti, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, ouvr. cité.

51 Mark Granovetter, « les institutions économiques comme constructions sociales : un cadre d’analyse », art. Cité.

52 Max Weber recommande dans Économie et société (ouvr. cité) de comprendre la réalité par l’écart, c’est-à-dire en comparant ce qui s’est réellement passé avec ce qui aurait dû advenir si tout s’était déroulé de façon parfaitement rationnelle en finalité.

53 Johnny Saldaña, Longitudinal Qualitative Research. Analyzing Change through Time, ouvr. cité.

54 Middletown est une ville moyenne des États-Unis d’Amérique, dont le véritable nom est Muncie (Indiana). Sa célébrité tient à ce qu’elle a fait l’objet d’enquêtes sociologiques approfondies menées de façon répétée. La première a débouché sur un ouvrage publié en 1929 par Robert et Helen Lynd, la seconde a abouti à un second livre publié en 1937 par les mêmes auteurs avant qu’une troisième enquête menée par Theodore Caplow ne donne lieu à une série de publications relativement dispersées dans les années 1980.

55 Robert S. Lynd, Helen Merrell Lynd, Middletown in Transition. A Study in Cultural Conflicts, ouvr. cité.

56 Robert S. Lynd, Helen Merrell Lynd, Middletown. A Study in Modern American Culture, ouvr. cité.

57 Theodore Caplow, L’enquête sociologique, ouvr. cité.

58 Rita Caccamo, Back to Middletown. Three Generations of Sociological Reflections, ouvr. cité.

59 Dan Rottenberg, Middletown Jews. The Tenuous Survival of an American Jewish Community, ouvr. cité.

60 Luke Eric Lassiter, Hurley Goodall, Elizabeth Campbell, Michelle Natasya Johnson, The Other Side of Middletown. Exploring Muncie’s African American Community, ouvr. cité.

61 Theodore Caplow, « la répétition des enquêtes : une méthode de recherche sociologique », art. cité ; Howard m. Bahr, Theodore Caplow, Bruce a. Chadwick, « Middletown III : problems of replication, longitudinal measurement, and triangulation », art. cité.

62 Michael Burawoy, « Revisits : an outline of a theory of reflexive ethnography », art. cité.

63 Chris Argyris, Donald Schön, Apprentissage organisationnel. Théorie, méthode, pratique, ouvr. cité.

64 Michael D. Cohen, Lee S. Sproull éd., Organizational Learning, ouvr. cité.

65 Tushman Michael I., Romanelli Elaine, « Organizational evolution : a metamorphosis model of convergence and reorientation », art. cité.

66 Christophe Midler différencie ces deux types d’apprentissage en les reliant pour le premier au « principe de cohérence » et pour le second au « principe de pertinence ». L’apprentissage en simple boucle viserait simplement à stabiliser et consolider l’unité de l’organisation en la rendant plus cohérente. L’apprentissage en double boucle inclurait l’environnement et obligerait à s’interroger sur la viabilité de l’unité et de la cohérence obtenues. Christophe Midler, « l’apprentissage organisationnel : une dynamique entre cohérence et pertinence des règles ? », art. cité.

67 Edwin Hutchins, « Organizing work by adaptation », art. cité.

68 George p. Huber, « Organizational learning. The contributing processes and the literatures », art. cité.

69 Richard M. Cyert, James G. March, A Behavioral Theory of the Firm, ouvr. cité.

Table des illustrations

Légende L’ESRF en juin 2005 : du bâtiment administratif à l’anneau de stockage (Crédit : P. Ginter/ESRF)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540