Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Préface

Dominique Vinck

Texte intégral

1La sociologie des organisations a surtout privilégié l’étude de la grande organisation industrielle et celle des institutions bureaucratiques. Elle s’est très peu intéressée à l’organisation du travail scientifique, souvent considérée comme artisanale ; elle serait le fait d’individus ou de petites équipes et procéderait essentiellement de l’ajustement mutuel. Or, au cours du XXe siècle, la recherche scientifique est devenue une grande affaire, gérée par des organisations regroupant des milliers de chercheurs et techniciens, parfois autour d’instruments gigantesques qui supposent une grande maîtrise des formes de division du travail et des mécanismes de coordination. Elle est aussi le fait de réseaux de coopérations scientifiques au sein desquels les chercheurs font advenir une action collective organisée. Selon les domaines et le type d’activité (grandes expéditions, réseaux planétaires d’observatoires, instruments rares et sophistiqués, expérimentation in vivo, constitution et gestion de grandes bases de données, modélisations qui dépendent de grandes puissances de calcul, etc.), cette organisation est éminemment variable. Il y a donc là un champ d’investigation considérable pour la sociologie des organisations, un vivier de situations multiples et variées susceptibles de nourrir la théorie des organisations et de contribuer à son renouvellement. En outre, le monde de la recherche présente, depuis longtemps, des caractéristiques qui le rapprochent des formes auxquelles aspirent les types les plus modernes de l’organisation industrielle en termes de flexibilité, d’organisation par projet, d’autonomie, de polyvalence et de haut niveau de qualification de ses membres, de souci de la créativité et de l’innovation. Pour ces raisons, l’étude de l’organisation du travail scientifique est particulièrement riche d’enseignement.

  • 1 Ashveen Peerbaye, La construction de l’espace génomique en France : la place des dispositifs instr (...)

2De son côté, la sociologie des sciences s’est globalement peu intéressée à cette question. Elle a longtemps privilégié l’examen des dynamiques collectives en termes de comportements individuels ou collectifs, de communauté scientifique, de disciplines, de réseaux sociaux des sciences, de compétition au sein de champs concurrentiels. Elle s’est penchée sur les interactions entre groupes sociaux, de chercheurs, mais aussi hors du monde de la recherche (amateurs, industriels…), qui rendent plus ou moins compte des constructions spécifiques des orientations de recherche, des méthodes et des résultats. Elle s’est intéressée à l’activité pratique et aux instruments, mais très peu à l’organisation du travail (les travaux de Terry Shinn font partie des exceptions de ce point de vue). Or, des « études sur des laboratoires »1 montrent que les chercheurs discutent beaucoup de l’organisation, imaginent et négocient des manières de s’organiser, comparent et expérimentent des formes d’organisation, construisent et contournent des règles d’organisation. Matthieu Hubert montre à quel point, dans le cas des plateformes en nanosciences et nanotechnologies, cette question de l’organisation est centrale dans les dynamiques collectives qui animent le monde de la recherche.

3Aussi, il est très agréable de voir publier des travaux de recherche, comme cet excellent ouvrage de Vincent Simoulin, qui se penchent spécifiquement sur des situations concrètes d’organisation du travail de recherche. Et le plaisir est d’autant plus grand que l’analyse est fine, précise, détaillée, très bien documentée, et qu’elle stimule la réflexion.

  • 2 Sharon Traweek, Beamtimes and Lifetimes. The World of High Energy Physicists, Cambridge et Londres (...)
  • 3 Karin Knorr Cetina, « Laboratory studies. The cultural approach to the study of science », Handboo (...)
  • 4 Peter Galison, Bruce Hevly éd., Big Science. The Growth of Large-Scale Research, Stanford, Stanfor (...)
  • 5 Terry Shinn, « Division du savoir et spécificité organisationnelle. Les laboratoires de recherche (...)
  • 6 Peter Keating, Alberto Cambrosio, Biomedical Platforms. Realigning the Normal and the Pathological (...)

4L’ouvrage de Vincent Simoulin constitue une contribution originale à l’analyse des dynamiques à l’œuvre autour et au sein des grands instruments scientifiques. L’enquête porte sur le premier synchrotron de troisième génération à avoir été mis en service dans le monde. Il s’agit d’un gros équipement européen producteur de rayonnement synchrotron (ESRF : European Synchrotron Radiation Facility), implanté à Grenoble et utilisé par des chercheurs venant de plusieurs disciplines et pays. L’ouvrage expose les résultats d’une enquête dont l’originalité, sur le plan mondial, tient d’abord à l’importance de l’instrument observé. Il répond au besoin exprimé dans le champ des études sociales sur les sciences de mieux documenter et analyser ce qui se joue avec et autour de l’instrumentation scientifique, en particulier les grands instruments de la big science. L’enjeu est d’autant plus important que de nouvelles infrastructures de recherche, notamment des plateformes technologiques partagées (en génomique et en nanotechnologies en particulier), sont régulièrement mises en place, et que les porteurs de ces projets se posent des questions portant sur les modes d’organisation du travail au sein et autour de ces instruments. Quelques travaux réputés sur le plan international – et bien mobilisés par Vincent Simoulin – se sont penchés sur les communautés de la recherche en physique où la question des grands instruments est prise en compte (l’anthropologue Sharon Traweek2, la sociologue Karin Knorr Cetina3, l’historien Peter Galison4, la sociologue Martina Merz, le sociologue Terry Shinn5). Plus récemment, des recherches ont porté sur les plateformes de la biologie (voir notamment l’ouvrage de Peter Keating et Alberto Cambrosio6 et les articles d’Ashveen Perbaye). Mais ces ouvrages, et d’autres non évoqués ici, représentent encore bien peu de chose de la réalité des politiques scientifiques et instrumentales de la recherche. La présente étude apporte vraiment une pierre supplémentaire à l’édifice de la recherche dans ce domaine.

5Le livre de Vincent Simoulin est d’autant plus intéressant et original qu’il expose les résultats d’une analyse longitudinale : trois enquêtes successives en 1992, 1996 et 2005. De ce fait, il est en mesure de rendre compte des transformations à l’œuvre sur une période de près de vingt ans. L’approche longitudinale est un genre qui est malheureusement exceptionnel dans l’étude sociologique des pratiques et des politiques scientifiques. Excessivement rares, en effet, sont les publications qui s’appuient sur un tel suivi dans la durée d’une organisation de recherche.

6En outre, dans le cas présent, Vincent Simoulin fait porter son analyse sur trois dimensions majeures (l’organisation, l’instrument et la communauté scientifique) qu’il explore systématiquement au cours de ces trois enquêtes. Il rend donc compte des transformations organisationnelles, instrumentales et scientifiques. Son analyse aide à comprendre l’européanisation des politiques de recherche tout autant que les reconfigurations des instruments et des communautés scientifiques. Il documente particulièrement bien le passage de la construction du synchrotron à son exploitation, de même que les reconfigurations suivantes où les gestionnaires de l’installation sont conduits à conquérir de nouveaux utilisateurs et à s’y adapter. L’ouvrage développe une analyse qui privilégie une entrée par l’organisation et par les communautés d’ingénieurs et de chercheurs qui font la vie de l’instrument. Il est, toutefois, également susceptible de nourrir plus largement la réflexion dans le champ des études sociales sur les sciences (sociologie, philosophie et histoire en particulier), de la politique scientifique et de la théorie des organisations.

7Une telle tentative n’est pas cependant sans présenter des limites et susciter quelques frustrations. La principale, de notre point de vue, tient au fait que, privilégiant une entrée par l’organisation et par les communautés d’ingénieurs et de chercheurs, l’auteur prend finalement très peu en compte les pratiques concrètes de travail au quotidien et l’épaisseur de la matérialité des choses dans le façonnage de l’instrument, des phénomènes et des données d’expérience. Il ne décrit pas les choses dans leurs multiples versions en tant que liées les unes aux autres ; il tend, classiquement, à distribuer les entités étudiées dans des ensembles (organisation, instrument, communauté) plus ou moins autonomes et caractérisés par des propriétés essentielles et des mécanismes spécifiques. En ce sens, son étude ne s’inscrit pas vraiment dans la tradition des approches les plus récentes dans le champ des sciences studies, qui procèdent à une dissolution généralisée des catégories substantielles et préfèrent rendre compte des processus et de stabilités relatives. L’ouvrage, grâce à son approche longitudinale, est une contribution en ce sens, mais celle-ci n’est encore que partielle dans la manière d’analyser les processus à l’œuvre. Il eût été particulièrement intéressant que les pratiques et la finesse des enchevêtrements sociotechniques, dont les sciences studies ont bien mis en évidence l’importance, soient mieux examinées. Cette limite, inhérente au parti pris de l’auteur, est aussi une incitation à prolonger son travail et n’enlève pas l’intérêt de l’ouvrage qui a le mérite de conduire le lecteur à s’intéresser à des cristallisations ou des fixations partielles habituellement négligées dans les sciences studies, à savoir celles qui tiennent aux règles et aux formes de l’organisation ; en privilégiant l’entrée par l’organisation, il introduit une attention à des entités peu présentes dans les sciences studies. Il laisse entrevoir tout le profit que l’on pourrait tirer d’un plus grand rapprochement de ces traditions intellectuelles trop longtemps disjointes. Il témoigne du retour de l’intérêt pour l’organisation dans les sciences studies.

8Susceptible d’intéresser les acteurs de la recherche, en particulier ceux qui sont en charge des institutions scientifiques qui mettent en place des grands instruments ou des plateformes technologiques, qui doivent définir des modèles d’organisations, autant que les chercheurs relevant des études sociales des sciences et des techniques (philosophes, sociologues, historiens notamment), ainsi que ceux qui s’intéressent aux politiques scientifiques, les chercheurs en organisation, l’ouvrage a, en outre, la qualité d’être accessible et de se prêter à plusieurs niveaux de lectures : récit et documentaire historique, support de réflexion sur les questions d’organisation et de management des sciences autant qu’analyses académiques dans plusieurs disciplines.

9Le livre de Vincent Simoulin est particulièrement bienvenu. Nous espérons que ce texte procurera au lecteur l’envie de mieux comprendre les dynamiques qui traversent le monde de la recherche scientifique et la manière dont les chercheurs se font aussi constructeurs d’organisations et de politiques scientifiques.

Notes

1 Ashveen Peerbaye, La construction de l’espace génomique en France : la place des dispositifs instrumentaux, Paris, thèse de doctorat de l’école normale supérieure de Cachan, 2004 ; Séverine Louvel, « Le nerf de la guerre. Relations financières entre les équipes et organisation de la coopération dans un laboratoire », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 1, n° 2, 2007, p. 297-322 ; Dominique Vinck, Gloria Zarama, « la fusion de laboratoires. Processus de gestion et constitution d’une entité pertinente de l’activité scientifique », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 1, n° 2, 2007, p. 267-296 ; Matthieu Hubert, Les plates-formes technologiques en nanosciences. Politiques scientifiques et pratiques de laboratoire à l’épreuve de l’organisation du travail expérimental, Grenoble, thèse de doctorat de l’Université Pierre Mendès France, 2009.

2 Sharon Traweek, Beamtimes and Lifetimes. The World of High Energy Physicists, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1988.

3 Karin Knorr Cetina, « Laboratory studies. The cultural approach to the study of science », Handbook of science and technology studies, Sheila Jasanof, Gerald E. Markle, James C. Peterson, Trevor J. Pinch éd., Thousand Oaks, Sage, 1995, p. 140-166.

4 Peter Galison, Bruce Hevly éd., Big Science. The Growth of Large-Scale Research, Stanford, Stanford University press, 1992.

5 Terry Shinn, « Division du savoir et spécificité organisationnelle. Les laboratoires de recherche industrielle en France », Revue française de sociologie, vol. 21, 1980, p. 3-35.

6 Peter Keating, Alberto Cambrosio, Biomedical Platforms. Realigning the Normal and the Pathological in Late-Twentieth-Century Medicine, Cambridge et Londres, The MIT Press, 2003.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540