Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Avant-propos

Bill Stirling

Texte intégral

1Les grands laboratoires scientifiques sont une innovation relativement récente qui remonte à la seconde guerre mondiale. Si auparavant les universités avaient bien des laboratoires, certains accueillant un nombre important de chercheurs, le concept d’un très grand laboratoire dédié aux très grands problèmes de la science et de la technologie s’est développé à partir d’exemples de ce type créés aux États-Unis dans le cadre du projet Manhattan. Des laboratoires nationaux et internationaux, à vocation unique ou multiple, font maintenant partie du paysage scientifique partout dans le monde. En France, nous avons par exemple les laboratoires du CEA à Saclay et Marcoule, le Grand Accélérateur national des ions lourds (GANIL) à Caen ou encore l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), dont une partie se situe sur le territoire français, pour la physique des particules.

2Alors que les premiers laboratoires de ce type étaient spécialisés dans la physique de l’atome, la physique des particules et leurs disciplines associées (chimie, ingénierie), l’intérêt s’est plus récemment tourné vers de grands instruments dédiés à la recherche sur les matériaux et les sciences de la vie. Ces laboratoires représentent un changement majeur par rapport aux premiers centres de recherche nationaux et internationaux en ce qu’ils sont – en règle générale – des installations au service d’utilisateurs, qui mettent des équipements de recherche de pointe à la disposition non seulement de leurs propres scientifiques mais aussi de diférentes communautés extérieures issues des universités et autres instituts. Parmi ces installations dites utilisateur, il y a l’institut Laue-Langevin (ILL), un centre de difusion de neutrons de renommée mondiale, ou encore l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF), premier grand laboratoire de rayonnement synchrotron – dit de troisième génération en raison du nombre important d’onduleurs qui le constituent – et unique installation fondée sur une collaboration internationale. Il y a actuellement quelque vingt-cinq centres de recherche en science des neutrons et environ trente-cinq synchrotrons en fonctionnement de par le monde, construits pour la plupart au cours des vingt dernières années. Ils fonctionnent généralement sur un mode utilisateur. À la différence des grands laboratoires à vocation unique, ces installations dites utilisateur hébergent de fait de nombreux laboratoires indépendants, chacun possédant son instrument de recherche avec sa propre équipe de chercheurs et de techniciens. Des chercheurs utilisateurs indépendants réalisent ici une recherche à petite échelle au sein d’un grand instrument.

3Le sociologue Vincent Simoulin a étudié l’ESRF pendant de nombreuses années, tout d’abord comme étudiant de thèse, puis comme directeur de thèse de ses étudiants. À notre microcosme des physiciens chercheurs, il apporte un point de vue rafraîchissant et original par ses observations sur l’organisation et les interactions qui font « tourner » l’ESRF. Parce que ce grand laboratoire, en dépit de la sophistication et de la complexité de ses équipements, n’en reste pas moins une afaire d’hommes et de femmes. La renommée de l’ESRF, en matière de publications scientifiques, d’innovations techniques et de personnels qualiiés, est due en partie à la pertinence de son organisation et de sa gouvernance, assortie d’une juste capacité d’adaptation et, par-dessus tout, au travail individuel et collectif d’hommes et de femmes extraordinaires.

4Ce livre décrit les observations de Vincent Simoulin à trois étapes différentes (mais d’égale importance) du développement de l’ESRF comme centre international de recherche en rayonnement synchrotron. Sa première étude remonte à 1992, phase « héroïque » où le laboratoire balbutiant faisait tourner ses premiers faisceaux d’électrons et produisait ses premiers rayons X. Comme Vincent Simoulin l’a très justement souligné, la création de l’ESRF n’était pas sans risque. En effet, alors que la technologie des onduleurs – un agencement particulier d’aimants mis bout à bout – avait été développée et testée dans plusieurs synchrotrons de deuxième génération, personne n’avait auparavant construit et fait fonctionner une « Machine » utilisant des onduleurs comme source principale de rayons X. Les calculs seront-ils fiables ? Sera-t-il possible de diriger et maintenir le faisceau d’électrons extrêmement intense au travers de la trentaine d’onduleurs prévus à l’ESRF ? De plus, l’ESRF s’est installée sur un site où la communauté scientifique n’était que peu aguerrie à la technologie du rayonnement synchrotron, même si Grenoble est une ville fortement dotée en laboratoires de recherche et développement (CEA, CNRS, ILL). Comme le démontre l’analyse de Vincent Simoulin, la personnalité du premier directeur de la « Machine », travaillant étroitement avec le premier directeur général pendant la phase de construction, a été déterminante dans les résultats des premières années. M. Simoulin décrit en détail la première grande difficulté qu’a dû résoudre l’ESRF : les vibrations subies par les dalles de béton sur lesquelles les lignes de lumière devaient être construites se sont avérées plus importantes que prévu. Ce défaut de construction a donné lieu à de graves conlits interpersonnels et ce à diférents niveaux.

5La deuxième période d’étude de Vincent Simoulin se déroule en 1994, année de l’inauguration officielle de l’ESRF. L’installation européenne parachevait sa construction avec la mise en place des lignes de lumière. De nouveaux défis sont alors apparus : toute l’attention s’est déplacée des accélérateurs vers les lignes de lumière et l’instrumentation, suscitant de nouveaux conflits, où une fois encore les relations professionnelles et personnelles ont été mises à l’épreuve.

6Cependant, un peu de chance et de bon sens aidant, l’ESRF a surmonté ces diicultés et lorsqu’en 2005 Vincent Simoulin vient réaliser une troisième étude, l’installation a atteint sa vitesse de croisière. M. Simoulin a bien compris l’importance d’une véritable culture de service aux utilisateurs qui s’est peu à peu développée au cours de ces premières années. Il s’arrête également sur les nouveaux défis s’offrant à l’ESRF avec l’entrée en jeu de puissantes sources nationales de rayonnement synchrotron, qui remettent en cause ce qui était auparavant le pré carré de l’ESRF. Le caractère international du personnel a également été à l’origine de diicultés et de stress supplémentaires en interne, en dépit de la richesse qu’apporte une diversité d’origines, de cultures et d’expériences. Ces dernières années ont été quant à elles marquées par les eforts fournis, tant en interne qu’avec la grande communauté des utilisateurs, pour faire naître un plan de développement (Upgrade Programme) afin de préparer l’ESRF à la science, non pas des années 2010 mais à celle des années 2020 à 2030.

7C’est pour moi un grand honneur de me voir confier l’avant-propos de cette fascinante étude sociologique. Je remercie vivement Vincent Simoulin pour ce qu’il a réalisé au travers de ce projet de recherche au long cours. La particularité majeure de ce livre réside dans l’analyse profonde que M. Simoulin a faite des aspects organisationnels de ce laboratoire complexe, et qu’illustrent de nombreuses citations aussi pertinentes qu’instructives. Ce livre intéressera non seulement les sociologues travaillant sur la science et ses méthodes, mais aussi tous ceux qui s’interrogent sur le fonctionnement des grands laboratoires modernes. Si j’avais lu le texte de M. Simoulin avant d’être nommé directeur général de l’ESRF, je n’aurais peut-être pas changé beaucoup de mes actions et décisions, mais j’aurais certainement eu une bien meilleure compréhension du fonctionnement interne de ce laboratoire unique et formidable.

Auteur

Directeur général de l’ESRF de 2001 à 2008

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site