Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Avertissement

Texte intégral

1Tous les entretiens utilisés sous forme de citations dans cette étude ont été rendus anonymes et toutes les indications de nationalité et de genre ont été supprimées. On peut le regretter, l’étude des genres étant l’une des branches dynamiques de la sociologie, et en particulier de la sociologie des organisations et de celle des sciences. Nous avons privilégié le souci de ne causer aucun désagrément aux personnes citées, en particulier les plus vulnérables. Le même souci a prévalu lorsqu’il s’est agi d’indiquer les caractéristiques de la personne interrogée. Plus la citation permettait d’identifier la personne et plus son propos pouvait avoir un caractère polémique, plus la description de ses fonctions a été large et générale. Cette dernière a bien sûr également dépendu du contenu des déclarations en cause, leur intérêt pouvant par exemple être lié au fait qu’il s’agissait des propos d’un scientifique, d’un étranger ou d’un jeune. La même personne peut donc être désignée par des statuts différents selon les extraits mentionnés dans tel ou tel chapitre. L’étude correspondant à trois époques bien distinctes, l’année à laquelle l’entretien a été effectué est en revanche toujours mentionnée à l’issue de celui-ci. Nous n’avons en revanche pas signalé si l’extrait cité était traduit d’un entretien réalisé en anglais ou venait directement d’un entretien en français, ces indications nous semblant superflues dans une étude ne portant pas sur des questions sociolinguistiques.

2Dans la même logique, nous avons évité de citer des extraits d’entretien mettant nommément en cause telle ou telle personne. Comme toute organisation, l’ESRF a ses poches d’incompétence et des employés moins efficaces que d’autres. Sans en présenter une image idéalisée, notre priorité a été de mettre l’accent sur les aspects les plus spécifiques de l’ESRF. Nous pensons notamment ici au fait qu’il s’agit à la fois d’un équipement scientifique de pointe, d’une coopération internationale d’autant plus intéressante qu’on a tenté de la fonder sur des bases nationales, et d’un équipement qui permet des utilisations disciplinaires très variées.

3Il est enfin important de préciser dès l’abord quelques termes de vocabulaire. En effet, presque tous ceux qui sont liés à l’ESRF à un titre ou un autre ont une formation scientifique et se considèrent comment des scientifiques. Afin d’éviter toute confusion, nous reprendrons les appellations indigènes et distinguerons :

  • les ingénieurs : leur formation peut être très variée, ainsi que leur affectation au sein de l’ESRF, mais ils sont censés contribuer à la construction et au développement des instruments sans participer directement aux activités de recherche ;
  • les scientifiques : ce sont ceux qui construisent les lignes de lumière (voir chapitre 1), c’est-à-dire en première approximation les équipements où sont réalisées les expériences. Ils consacrent toutefois une part importante de leur activité à la recherche et se considèrent comme des chercheurs au même titre que leurs utilisateurs ;
  • les utilisateurs : ce sont les chercheurs extérieurs qui viennent réaliser des expériences à l’ESRF et bénéficient à cette in d’un temps (de faisceau) limité.

4Afin d’éviter toute confusion, nous éviterons d’employer le terme « chercheur ». Nous ne l’utiliserons que par respect pour les citations ou lorsqu’il sera employé dans un sens purement générique. Précisons que deux des principales divisions de l’ESRF se nomment « Machine » et « Expériences ». L’usage de la majuscule désignera donc ces divisions, tandis que celui d’une minuscule se référera respectivement à la machine au sens de l’accélérateur de particules et aux expériences au sens des manipulations effectuées par les utilisateurs.

  • 1 Michel Crozier, Le phénomène bureaucratique, ouvr. cité ; Michel Crozier, Erhard Friedberg, L’acte (...)

5Nos enquêtes ont reposé sur l’analyse de documents produits par l’organisation étudiée ou qui se rapportent à elle. Elles ont également été conduites à partir d’entretiens semi-directifs, environ soixante-quinze pour chacune des trois enquêtes. Ils ont été menés grâce aux concepts et outils proposés par la sociologie des organisations. Ces méthodes étant désormais bien connues, nous nous contenterons de renvoyer à des travaux qui les ont fondées, présentées et mises en perspective1.

Notes

1 Michel Crozier, Le phénomène bureaucratique, ouvr. cité ; Michel Crozier, Erhard Friedberg, L’acteur et le système, ouvr. cité ; Christine Musselin, « Sociologie de l’action organisée et analyse des politiques publiques : deux approches pour un même objet ? », art. cité.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540