Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie d'un grand équipement scientifique

 | 
Vincent Simoulin

Remerciements

Texte intégral

1Dans la mesure où ce livre se centre sur l’étude de l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF), c’est avant tout les employés de celle-ci que je souhaite remercier. Durant chacune des trois enquêtes (1992, 1996, 2005), rares sont ceux qui ont refusé d’être interrogés, et tous ceux qui ont accepté ont offert non seulement leur temps et leur disponibilité, mais aussi une rigueur et une richesse d’analyse sur leur pratique quotidienne qu’il est rare et appréciable de rencontrer. Ma gratitude va en particulier à ceux qui ont participé aux trois enquêtes, ainsi qu’à ceux qui m’ont aidé durant celles-ci, notamment Myriam Perrin, Karl Witte, Chantal Argoud et Catherine Stuck. Elle va également à ceux qui ont autorisé ces enquêtes et y ont porté un grand intérêt, Ruprecht Haensel et Bernard Bach pour la première, Yves Petrof et W. E. A. Davies pour la seconde, Bill Stirling et Helmut Krech pour la troisième. À Benoît et Évelyne qui m’ont accueilli et soutenu lors de la dernière enquête, je souhaite également adresser un mot affectueux.

2Je dois une grande reconnaissance à Michel Crozier et aux membres du Centre de sociologie des organisations, où j’ai accompli ma thèse, et notamment à Erhard Friedberg qui avait dirigé celle-ci comme il a accompagné l’habilitation qui est à l’origine de cet ouvrage, c’est-à-dire avec attention et exigence. Ma gratitude va aussi à Christine Musselin et Catherine Vilkas, qui avaient suivi mon mémoire de DEA auquel correspondait la première étude. Annick Heddebault m’a fourni un soutien constant pour ma thèse et mon habilitation. Merci aussi à Frédéric Schoenaers qui a mené les entretiens de 1996, en a tiré un DEA que j’ai à mon tour dirigé, et qui a poussé l’amabilité jusqu’à taper les entretiens pour me permettre de les exploiter. Je tiens à remercier Terry Shinn qui m’a encouragé dans mon intention de mener une étude de long terme sur l’ESRF. Les membres de mon jury d’habilitation, Erhard Friedberg, Bruno Latour, Catherine Stuck, Gilbert de Terssac et Dominique Vinck, m’ont donné des conseils précieux qui m’ont aidé à transformer celle-ci en cet ouvrage. Nathalie Blanc-Noël, Franck Cochoy, Xavier Marchand-Tonel et Marie Vogel ont ensuite accepté la tâche encore plus ingrate de relire et corriger la dernière version du manuscrit.

3Mes collègues toulousains m’ont fourni les stimulations intellectuelles sans lesquelles ce livre n’aurait sans doute jamais vu le jour. Je pense ici à mes amis du laboratoire d’étude et de recherche sur l’économie, les politiques et les systèmes sociaux (LEREPS) et du Laboratoire des sciences sociales et du politique (LaSSP), et en particulier à Wanda Capeller, Jean-Michel Eymeri-Douzans, Jean-Claude Lugan, Xavier Marchand-Tonel, Laure Ortiz, Romain Pasquier (Centre de recherches sur l’action politique en Europe, CRAPE), Pascal Roggero, Julien Weisbein, et à tous ceux avec qui j’ai échangé durant huit ans. Je remercie aussi ceux qui m’ont prodigué conseils et encouragements sous une forme moins quotidienne mais tout aussi importante, comme mes collègues du Mirail du Centre d’étude et de recherche Travail, organisation, pouvoir (CERTOP) et du laboratoire interdisciplinaire Solidarités, sociétés, territoires (LISST), Marie-Pierre Bes, Franck Cochoy, Daniel Filâtre, Michel Grossetti et Gilbert de Terssac. Mes confrères des comités de rédaction des revues Droit et société, notamment André-Jean Arnaud et Jacques Commaille, et Nordiques, au premier chef Nathalie Blanc-Noël, ont eux aussi contribué à cet apprentissage permanent qu’est notre vie de chercheur.

4Mais, pour parler franchement, c’est à d’autres que cet ouvrage doit presque tout. À Valérie, qui a assuré la base logistique et affective qui m’a permis de mener les études de terrain ; à mes parents, frères et sœur qui m’ont soutenu et m’ont donné la curiosité ; à mes enfants Antoine, Nicolas et Louise, qui ont accepté mes nombreuses absences et ont témoigné tout l’intérêt possible au travail de dépouillement et d’écriture. Je leur souhaite à tous d’achever un jour un projet important qui aura occupé pendant une longue durée une partie de leurs préoccupations et de leur temps. Finalement, c’est à ma mère que je dédie ce travail pour l’ensemble de son œuvre.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540