Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Le Viêt-Nam demain ? Tendances émergentes et voies possibles

Gilbert De Terssac, An Quoc Truong et Michel Catlla

Texte intégral

1Avant de dégager quelques enseignements de l’analyse des transitions qui s’entrecroisent au Viêt-Nam, rappelons le contexte de leur émergence qui est celui du Doi Moi. Le Doi Moi est un ensemble de décisions politiques prises en 1986 lors du VIe congrès du Parti communiste vietnamien. Cette option politique ouvre la voie du changement et de la rénovation pour faire face à des difficultés démographiques dont l’afflux de jeunes sur le marché du travail, à des difficultés économiques dont l’échec de la planification centralisée qui ne permet pas d’atteindre la performance recherchée dans les entreprises du secteur public, à des difficultés financières dont la pénurie de capitaux et enfin des difficultés politiques liées à une emprise hégémonique de l’État sur les différents domaines d’activités, etc. Le Doi Moi concerne la libéralisation économique du Viêt-Nam (Gironde, Maurer 2004 ; Gubry 2000 ; Oudin 1999 et 2004), comme la suppression progressive des coopératives, la restructuration du secteur d’État, l’autorisation de recourir au marché et de développer le secteur privé.

2Le Doi Moi c’est à la fois une voie paradoxale qui doit faire tenir ensemble « socialisme » et « marché », ce que résume l’expression de « socialisme orienté économie de marché » ; et une voie qui ouvre diverses formes de transitions au Viêt-Nam.

3Cependant, cette rénovation ne se réduit pas aux réformes économiques amorcées en 1986. La suppression des coopératives témoigne d’un désengagement de l’État puisque la fonction sociale des coopératives n’est plus assurée, notamment la formation politique de ses membres et les unités de travail ne régissent plus le logement, l’emploi, l’éducation, etc. Pour autant le rôle de l’État ne disparaît pas puisqu’il garde le contrôle sur les investissements et reste maître de la définition des politiques publiques qu’il entend mener.

4Les résultats concrets de ce renouveau ne se sont pas fait attendre alors que l’économie vietnamienne était au bord de l’effondrement dans les années 1980. Elle a décollé avec une forte croissance de 7,5 % en moyenne depuis 1991, de 6,8 % en 2001 (Delalande 2003) et un peu plus de 5 % en 2011 et 2012. Notons que cette forte croissance économique subit quelques ralentissements depuis quelques années et les experts s’accordent pour dire que le Viêt-Nam traverse une passe difficile.

L’apport des sciences humaines et sociales : un point de vue modeste

5Que retenir de ce regard croisé entre plusieurs disciplines que nous venons de porter sur des réalités qui semblent avoir radicalement changé au niveau des pratiques et des représentations, des valeurs et des normes, des initiatives individuelles et des politiques publiques ? L’orientation qui prescrit « moins d’État » et « plus de marché » est-elle inscrite dans l’action de chacun ou bien s’agit-il d’une déclaration gouvernementale sans effet ? Ce désengagement progressif de l’État se traduit-il par une obligation de développer une économie sociale de marché ? Peut-on reconstituer des transformations sociétales à partir de microchangements dans les activités sociales et individuelles ? Peut-on dégager des tendances irréversibles à partir de ce que Sainsaulieu (2001) appelait une suite « d’états de passage » ?

6Disons-le d’emblée : les sciences humaines et sociales (SHS) sont incapables de prévoir l’avenir car elles ne disposent ni de connaissances certaines sur l’imprévisibilité du futur, ni de savoirs stabilisés sur l’incertitude de l’avenir. Perturbations et aléas, mais aussi formes sociales et politiques inédites nous obligent à attendre l’inattendu et bien souvent à « faire avec », sans que l’on ait anticipé de tels changements. Aussi sophistiquée soit-elle, la puissance des prévisions se heurte à l’incertitude du social et à l’inquiétude insurmontable du sujet confronté au risque technologique. Tout au plus les SHS peuvent-elles développer une certaine vigilance pour ne pas interpréter hâtivement ce que l’on observe. Tout au plus, les SHS peuvent-elles capter des signaux faibles de dérives et faire en sorte que les sujets s’en saisissent.

7Au mieux les SHS peuvent aider à construire des controverses sur le sens des faits recueillis et à animer des confrontations interprétatives sur des matériaux soigneusement recueillis, des pratiques rigoureusement étudiées, des représentations finement décrites. C’est ce à quoi contribuent les auteurs de cet ouvrage qui ont pris le parti de dégager la signification des faits recueillis, sans pour autant en déduire des prévisions sur l’avenir du Viêt-Nam. On se contentera modestement d’affirmer que le Viêt-Nam est en transitions, mais que faut-il entendre par cette expression ?

Direction des transitions : horizontale et verticale

8Le premier enseignement de cet ouvrage est que le Viêt-Nam fait l’objet d’une double transition dont l’articulation est sans aucun doute le critère d’évaluation. D’un côté, le Viêt-Nam fait l’objet d’une transition horizontale puisqu’elle touche tous les secteurs de l’activité économique, sociale, politique ; et d’un autre côté, le pays fait l’objet d’une transition verticale puisqu’elle touche la structure décisionnelle et le mode de gouvernement de l’État.

9Transitions horizontales puisqu’elles s’observent dans tous les secteurs d’activité : elles se caractérisent par un essor industriel avec une rationalisation des entreprises, par de nouveaux modes de distribution transformant l’activité commerciale, par le développement d’un tourisme de masse associé à une mise en tourisme du patrimoine culturel, par l’extension des services touchant la santé et l’éducation, par une croissance urbaine sans précédent avec ses deux mégapoles au nord et au sud qui entraînent un danger de bipolarisation, par un effort d’adaptation du système éducatif aux attentes des familles et des employeurs, par une intensification et une diversification de la production agricole, par de nouveaux besoins alimentaires et une exigence accrue en termes de qualité, par un marché de l’art et de la culture qui ne cesse d’attirer de nouveaux clients, etc.

10Transitions verticales puisqu’elles s’observent au niveau de la gouvernance qui conduit l’État à exercer différemment son autorité économique et administrative : le Viêt-Nam a incontestablement emprunté, dans les années 1980, une autre voie qui se caractérise par moins d’économie d’État socialiste et plus d’économie de marché. L’État n’exerce plus son action par des mesures planifiées, ni son contrôle par la vérification au niveau central de l’atteinte des objectifs. La gouvernance se fait par des règles décentralisées assouplissant la planification centralisée en permettant par exemple aux entreprises d’État d’améliorer leurs bénéfices en cherchant directement leurs ressources ou en vendant leurs produits sur le marché libre. Non seulement se développe une activité économique hors plan du fait des marges de manœuvre octroyées, mais les responsables de ces entreprises apprennent à gérer ces bénéfices au regard des salariés et plus généralement à agir dans un marché incertain (Le 2013).

Sens des transitions : descendant et ascendant

11Le deuxième enseignement de cet ouvrage est que les transitions empruntent une voie de circulation à double sens : du haut vers le bas pour l’ensemble des mesures prises par l’État, et du bas vers le haut pour l’ensemble des initiatives prises par les individus. Selon Oudin (2004), le principal changement de la société vietnamienne, depuis la réforme, réside dans « le relâchement de l’encadrement étatique qui régissait les relations de travail de la plupart des citoyens à travers les entreprises publiques ou les coopératives ».

12D’une part, la transition « par le haut » se traduit par des réformes décrétées qui ont produit d’incontestables espaces d’actions en partie grâce à cette ouverture prônée par les instances politiques, qui mettent en avant le concept « d’économie socialiste de marché » et prolongent la voie de la décentralisation précédemment amorcée. En 1986, le congrès national du Parti avait décidé d’une ligne politique du renouveau ou de la modernisation et en 1993, l’État vietnamien l’avait légitimé dans ses lois et ses politiques. En effet, la transition du Viêt-Nam « par le haut », appelée Doi Moi, a démarré en 1986 : elle définit politiquement les conditions du développement économique et en particulier les nouvelles frontières entre l’État et le marché, en limitant la portée d’une économie hyper planifiée et en ouvrant la voie d’une économie de marché. Cette modernisation a été institutionnalisée par le rapport politique du Parti communiste vietnamien dès 1991, qui affirmait la volonté « d’éliminer les restes du système de gestion centralisé, bureaucratique et d’assistance et de constituer un système de marché avec la régulation de l’État » (Truong An Quoc 2007). Ces espaces d’action résultent d’une série de réformes et d’initiatives descendantes (Pham Phi Long 2007) parmi lesquelles : la réforme des entreprises publiques désormais dotées d’une autonomie managériale, pour que le secteur public reste important, la création d’entreprises privées dans le cadre du développement autorisé du secteur privé, la venue d’entreprises étrangères grâce aux investisseurs étrangers pouvant s’associer à des entrepreneurs vietnamiens et enfin la réforme de l’État qui occupe une bonne place. Cette dernière comporte un volet administratif et économique et surtout une autre conception de l’État davantage centrée sur le pilotage d’objectifs propres et sur la coordination d’initiatives prises en dehors de lui.

13D’autre part, la transition « par le bas » renforce et complète la précédente par l’émergence d’expériences de diversification d’activité dans l’agriculture et d’un corps d’entrepreneurs en cours de constitution pour ceux qui ont pris la décision de créer une entreprise. Elle résulte d’initiatives et de décisions qui constituent une réponse à des difficultés vécues et témoignent d’une volonté de changer de situation par l’affirmation d’une autonomie et d’une compétence à participer aux activités marchandes. Au moment de la restauration de l’économie domestique, les stratégies productives des foyers paysans sont toujours l’intensification des cultures agricoles et la diversification des activités économiques familiales par l’élevage, l’artisanat, le commerce et les services. D’autres tentent de créer et de faire vivre une entreprise, utilisent leurs réseaux pour avoir un carnet de commandes suffisamment rempli et donc des réserves de travail, s’efforcent de fabriquer des produits obéissant à des règles de qualité car la concurrence est forte, essayent de mettre en place une organisation professionnelle adaptée et surtout trouvent les astuces pour disposer d’une trésorerie suffisante pour pouvoir honorer une commande importante. Il faut bien reconnaître que ces entreprises sont vulnérables du fait d’une concurrence forte, du fait d’aléas tels que des approvisionnements en matières premières difficiles ou bien des variations de leur prix, du fait des changements dans les choix des clients, mais aussi du fait de l’incertitude des taxations.

Pertinence et cohérence des transitions : une question de régulations sociales

14Le troisième enseignement des transitions que traverse le Viêt-Nam concerne l’ouverture d’espaces de régulations sociales, de rencontres entre acteurs devant débattre des choix, prendre des décisions à partir de compromis et de négociations. Dire que les transitions au Viêt-Nam se situent sur un axe dont une extrémité se caractérise par moins de centralisation globale et l’autre, par plus d’initiatives locales et privées ne garantit pas que cette suite d’états conduise à un autre type de société ou que les transformations entraînent une rupture d’avec le système économique ou le système politique.

15La transition, ce n’est pas le passage d’une économie d’État socialiste vers une économie sociale de marché, mais un processus d’initiatives et de décisions prises au niveau individuel, collectif et institutionnel. Les résultats de cette modernisation sont assez spectaculaires, mais ne doivent pas nous exonérer des débats qu’elles suscitent à propos de leurs conséquences sociales incertaines pouvant conduire à un problème de cohésion sociale et à de nouvelles poches de pauvreté, même si la pauvreté recule.

16Les changements institutionnels et politiques décrits dans cet ouvrage ne se réduisent pas à un ensemble de réformes décrétées, car le système ne peut pas mécaniquement imposer des changements par décret. Ces changements ne sont pas non plus le résultat d’arrangements que les individus construiraient en marge du système ou contre le système. Ces changements ont ouvert incontestablement des espaces de confrontations et d’actions et qui ont rendu possible « l’initiative individuelle ou familiale (qui) se substitue progressivement à celle de l’État et des pouvoirs locaux », avec comme résultat le fait que « les entreprises privées jouent un rôle croissant dans l’économie du pays, créant aussi de nombreux emplois » (Oudin 2004).

17Ces espaces d’action ne sont plus réglés d’avance au niveau central, mais occupés par des sujets qui apprennent à les gérer par leurs initiatives. Il s’agit plutôt de microdécisions que les acteurs prennent pour ordonner, dans leur vie quotidienne (Papin, Passicousset 2010), leurs actions et leurs interactions dans un contexte qu’ils vont façonner pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés tels que : l’amélioration de leurs revenus en milieu rural, l’accès à la formation et à l’emploi qui leur paraît le plus pertinent, bénéficier de soins médicaux efficaces, réussir à pérenniser son activité économique et son entreprise, se procurer des produits alimentaires répondant à des normes de qualité, avoir un logement à la hauteur de son statut sans s’éloigner de trop de son lieu de travail, espérer voir disparaître la violence domestique, etc.

18Ce recul de l’État est moins un désengagement qu’un repositionnement pour faire face à de nouvelles attentes des ayants droit. On ne peut l’inscrire dans une conception minimaliste de l’État, mais dans une conception pluricentrique de l’État qui doit prendre en compte davantage les intérêts de ses ayants droit, augmenter la transparence de ses choix, améliorer la participation de ses bénéficiaires. La réorganisation des entreprises publiques constitue un terrain pertinent pour mettre au jour ces nouvelles formes d’intervention de l’État. Elles sont fondées sur la nécessité pour ces organisations de s’engager dans la voie de la formalisation des règles et des pratiques organisationnelles pour gagner en efficacité, mais aussi en légitimité afin d’éviter les fraudes dans l’attribution des marchés. Elles sont fondées aussi sur la nécessité de coordonner une multiplicité des acteurs et de niveaux de décision distribués entre le central et le local (ministère ou comité populaire). Le pouvoir n’est pas limité aux détenteurs de l’autorité, mais s’étend aux subordonnés qui exercent le pouvoir à leur manière. De même, la légitimité de l’État ne lui donne pas une capacité d’action indiscutable.

19Thoenig (2005) observe les progrès dans l’analyse de l’action publique qui est « une coconstruction à la fois sous un angle cognitif et de pouvoir. Elle engendre des modes de régulation sociale autonomes. Les interprétations théoriques auront pris de la distance par rapport à une série de macrodéterminismes à la mode, dont le néoinstitutionnalisme. Elles ont réhabilité les contextes intermédiaires et les enchâssements sociaux, ce qui permet de donner un sens théorique et une chance analytique aux variations locales ».

20L’approche en terme d’action publique et non en terme de décision politique élargit l’angle de vue au-delà des frontières du secteur ou des intervenants producteurs de politiques publiques, en prenant en compte notamment les destinataires. L’analyse des interactions entre les agents permet de reconstruire le sens de l’action publique, tout comme l’analyse des instruments et des cognitions mobilisés par eux facilite la compréhension des ajustements aux règles institutionnelles. En suivant les voies ouvertes par Thoenig (2005), nous observons que l’action de l’État ne peut pas être réduite aux décisions de réformes : des réajustements et des réglages sont nécessaires pour produire les effets escomptés qui forment un ensemble de régulations.

21Au total, ce que montrent les contributions à cet ouvrage, c’est que les transitions n’expriment pas seulement une suite d’états, mais bien un enchaînement de décisions et d’actions par des sujets dont les comportements ne sont pas déterminés par des contraintes normatives ou des valeurs, ni par les besoins du système. Les transitions sont construites par des acteurs qui échangent, coopèrent, entrent en conflit ou négocient, qui développent des réajustements et des coordinations de leurs actions, bref des espaces de régulations. C’est avec ce paradigme de la régulation sociale formalisé par Reynaud (1997 et 1999) que l’on propose de porter un regard sur l’avenir du Viêt-Nam. Ce paradigme permet de considérer que ce sont les acteurs qui produisent le système et non le système qui détermine les acteurs, car les acteurs sociaux posent des décisions qui ne résultent pas de forces globales ; même si ces décisions se prennent dans un contexte structuré, le poids de contraintes n’équivaut jamais à un déterminisme. Ce paradigme conduit à partir de l’action sociale, sans pour autant considérer qu’elle est requise par la nécessité d’une quelconque « fonction », sans la voir comme une réponse au maintien de l’équilibre d’un système. Ce que produisent les acteurs, c’est le système lui-même. Les valeurs et les normes ne peuvent pas être posées comme des régulateurs du système social, puisque c’est l’action qui régule le système et contribue à construire ces normes et ces valeurs.

Bibliographie

Delalande P., 2003, « L’économie du Viêt-Nam aujourd’hui », Ombres et lumières sur le Viêt-Nam actuel, publié par l’Association d’amitié franco-vietnamienne, Paris, L’Harmattan.

Gironde C., Maurer J. -L. (éd.), 2004, Le Viêt-Nam à l’aube du XXe siècle. Bilan et perspectives politiques, économiques et sociales, Paris, Karthala, Genève, IUED, CRAM.

Gubry P. (éd.), 2000, Population et développement au Viêt-Nam, Paris, Karthala-Ceped.

Le Nhu Tuyen, 2013, « Réforme comptable et transition du communisme vers le capitalisme », Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n° 11, p. 5-23.

Oudin X, 2004, « L’emploi au Viêt-Nam », Dovert S., Tréglodé (de) B. (éd.), Viêt-Nam contemporain, Paris, Irasec, Les Indes savantes.

Oudin X., 1999, « Le Doi Moi et l’évolution du travail au Viêt-Nam », Revue Tiers-Monde, 58, p. 377-397.

Papin P., Passicousset L., 2010, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, Archipel.

Pham Phi Long, 2007, La réforme de l’État et des entreprises au Viêt-Nam : le cas des infrastructures de transport, ENPC-ESTC de Hanoi, LATTS, Paris, thèse, 381 p.

Reynaud J. -D., 1999, Le conflit, la négociation et la règle [1995], Toulouse, Octarès.

Reynaud J. -D., 1997, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale [1989], Paris, Armand Colin, coll. « U », (2e édition 1993).

Sainsaulieu R., 2001, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Sociologie économique ».

Thoenig J. -C., 2005, « Pour une épistémologie des recherches sur l’action publique », dans Filâtre D., Terssac (de) G., Catlla M., Albanel X. Voléry I., (coord.), Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octarès, coll. « MSHST », p. 198-212.

Truong An Quoc, 2007, La transition au risque des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur : le cas de la ville de Hanoi, thèse de doctorat, Université Toulouse-Le Mirail, 329 p.

Auteurs

Directeur de recherche CNRS
CERTOP CNRS Université Toulouse 2-Le Mirail

Enseignant-chercheur
Université de sciences sociales et humaines de Hanoi USSH

Enseignant-chercheur
CERTOP CNRS Université Toulouse 2-Le Mirail

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540