Version classiqueVersion mobile

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Violences de genre au sein de la famille et action publique

Thi Quy Le

Texte intégral

Introduction

1Le développement économique ne peut pas se faire sans qu’il y ait un développement social et humain : tous les auteurs sont d’accord pour dire que l’efficacité des entreprises et des institutions est en grande partie liée à l’organisation et en particulier à la manière dont ces entreprises prennent en compte les attentes de leurs membres. Une des questions de première importance dans la stratégie actuelle du développement économique et social du Viêt-Nam est d’augmenter la qualité de vie pour la population. Toutefois, le développement économique, la réforme de l’administration et les politiques publiques pour lutter contre la pauvreté ne suffisent pas : encore faut-il que les politiques d’égalité sociale soient effectives et que la situation des femmes soit améliorée. Pour être plus efficaces et cohérents, les différents acteurs sont confrontés au Viêt-Nam et de façon concrète à la nécessité de résoudre des problèmes de bien-être, mais aussi de maux sociaux qui endommagent et détériorent la vie normale, la morale et la justice, la santé des hommes en général et la santé génésique des femmes en particulier. Ce sont des formes de violences sociales et de violences familiales qui compromettent la vie normale de certaines personnes dont voici quelques exemples extraits de nombreux travaux de recherches au Viêt-Nam (Le Thi Quy 2000 ; Nguyen hi hu Ha 1998 ; Bui Thu Hang 2001 et 2002) : viol des femmes et enfants, trafic des femmes et enfants, obligation forcée de se livrer à la prostitution, de se marier, de prendre de la drogue etc. La dénonciation, la sanction et l’éradication de ce type de violence constitueraient à terme non seulement une transition mais une rupture avec les pratiques individuelles et les normes collectives. À ce jour, nous sommes dans une lente transition qui consiste à recueillir patiemment les signes de ces violences, à construire avec les intéressés eux-mêmes leur signification, à travailler avec les autorités locales pour qu’elles prennent au sérieux ce qui, pour certains, ne l’est pas et surtout à mobiliser les hommes contre les violences domestiques dont ils sont les auteurs.

2La société et la famille constituent l’environnement de vie et d’activité naturel de l’homme et la famille est considérée comme un foyer, un soutien matériel et spirituel de l’homme. Même si l’état d’inégalité de genre s’est amélioré durant ces dernières années, il reste beaucoup à faire au sein de la famille pour identifier, sanctionner et prévenir cette violence domestique comme nous l’avons montré (Le Thi Quy 2000 et 2003). Nous avons retrouvé ce phénomène dans d’autres études vietnamiennes de Dang Canh Khanh (2003), de Hoang Gia Trang, Duong Thi Xuan, Dang Phuong Kiet (2001) ou encore de Vu Tuan Huy (2003). Mais on retrouve aussi ces violences au niveau international dans trois ouvrages collectifs majeurs coordonnés par Deirdre Lashgari (1995), par Keathlee Barry (1992) ou par Margaret Schuler (2000). La violence familiale a causé de grands dommages dans la famille comme dans la société et ce n’est plus « une affaire privée » emprisonnée dans chaque famille : elle est devenue un grave problème social relevant de la santé publique et de l’intervention de l’État confronté à ces pratiques intolérables. La violence familiale non seulement porte atteinte à la dignité, au droit de l’homme, nuit à la santé, menace la vie des victimes, mais cause encore des influences négatives pour le développement économique, social et culturel. Actuellement au Viêt-Nam, la violence familiale est une des causes importantes qui détruit la famille : les conséquences sont le divorce, la séparation, l’inceste, contribuant à jeter des gens dans la rue pour s’adonner à la prostitution, à la consommation de drogue, au trafic des femmes et d’enfants. Bien entendu, cette violence n’est pas une spécificité vietnamienne, puisqu’on la retrouve dans d’autre pays comme in Inde (Truong Phuc Hung 2002) ou en France. En effet, Löwy et Marry (2007) montrent que, selon la première enquête nationale réalisée en 2000 sur la violence faite aux femmes, 1,7 % des femmes ont été agressées par un homme dans l’espace public et 2,3 % à la maison ; pour elles ces chiffres « sont semblables à ce que l’on observe dans d’autres pays occidentaux ».

3Le chercheur aura compris qu’il n’est ni le premier, ni le seul à étudier cette violence faite aux femmes, tellement le phénomène est connu. Néanmoins, notre projet a ceci de spécifique qu’il est finalisé : il a pour but d’étudier des cas de violence du mari sur la femme au sein de la famille, en vue de créer une dynamique de changement individuel, collectif et institutionnel avec comme objectif l’éradication de cette violence inacceptable. Ce projet se range dans des études appliquées fondées, d’une part, sur une vision qui consiste à construire une représentation sur la base d’un recueil de faits incontestables et, d’autre part, sur une visée permettant de mettre en place un programme d’action dans lequel chacun puisse prendre sa place. Avec un point de vue interdisciplinaire, nous avons analysé la violence domestique en combinant l’analyse des situations sociales des familles, les relations de domination des hommes sur les femmes, les représentations et les valeurs qui orientent les comportements des hommes comme des femmes. En plus des femmes qui sont les victimes directes de la violence familiale, nous avons contacté et réussi à interviewer des groupes masculins, en particulier des hommes qui sont à l’origine de la violence familiale : ces entretiens nous ont permis de comprendre les raisons qui poussent les hommes à agir ainsi, mais aussi les moyens appropriés pour prévenir de tels comportements. Incontestablement, disposer du point de vue symétrique permet d’avoir une vision plus exhaustive du phénomène.

Les masques de la violence de genre : la famille supposée protectrice

La construction du problème et des voies d’analyse

4La question sociale au départ de notre recherche est celle du respect des droits de l’homme et de la femme et de la santé comme bien public : les violences faites aux femmes au sein de la famille, sont de nature à contredire ce droit à la santé et à la dignité ; ajoutons à cela que l’autorité publique n’a ni la force, ni toujours la volonté de combattre ce fléau. Cette question correspond à un objet « invisible » (Le Thi Quy 1994) et peu valorisé, au point qu’il faut beaucoup d’audace pour s’y attaquer. D’abord, parce que c’est un sujet tabou réduit au silence du foyer conjugal ; ensuite, parce que c’est un sujet à risques pour celles qui viendraient dénoncer les dommages qu’elles subissent ; et enfin, parce que c’est un sujet politique qui renvoie aux lois et au respect des lois et donc à l’autorité publique qui pourrait être mise en cause pour son action modeste.

  • 1 Dirigé par le professeur Le hi Quy PhD et situé à Hanoi, il comprend neuf personnes dont un cadre a (...)

5Le Centre de recherche sur le genre et le développement1 a soumis un projet de recherche auprès d’organismes internationaux et nationaux de recherche et obtenu son financement. Notre étude a trois objectifs. Le premier est de mettre au jour les formes de violence domestique, expliciter les facteurs qui en sont à l’origine et les processus qui les rendent possibles. Le deuxième objectif est d’élaborer des voies d’intervention qui contribuent à éradiquer ces violences inacceptables, par des lois et des politiques de santé publique, par l’intervention des autorités en place ou de l’association des paysans ou encore des hommes eux-mêmes, par de l’information et de la communication, par des clubs de consultation et de soin, par des sanctions… Le troisième objectif de cette recherche-action est de proposer à l’État des modèles d’actions politiques pour perfectionner ses outils et ses modèles afin d’éradiquer le phénomène.

6L’objet de la recherche, c’est la construction et déconstruction des processus sociaux qui accompagnent cette violence domestique dans lesquels s’entremêlent des facteurs économiques de précarité, mais aussi des facteurs culturels, des traditions, des valeurs. Nous faisons l’hypothèse que les violences domestiques que subissent les femmes ne sont pas réductibles seulement à des causes objectivables comme l’alcool ou la pauvreté, mais font partie d’un rapport de genre hérité, reproduit ou construit qui est fondé sur la domination et l’abus de pouvoir.

  • 2 Parmi les sources d’informations et de connaissances, citons (1) le Code pénal de la RSV, (Éd. Chin (...)

7Les méthodes d’investigation sont assez classiques : d’abord, la revue bibliographique permettant de mobiliser les connaissances disponibles au plan international ainsi que les documents disponibles localement sur le phénomène (déclarations faites au commissariat de police, etc.)2. Ensuite, une fois les autorisations obtenues, notre méthodologie de recueil de données s’appuie sur des entretiens individuels auprès de femmes qui se livrent à des « récits de violences vécues » et sur des entretiens collectifs de groupes de femmes ou bien de groupes d’hommes ou encore de responsables locaux. Au total, une vingtaine d’entretiens individuels approfondis par commune ont été réalisés (soixante au total) et surtout une douzaine d’entretiens de groupes, chacun étant composé de huit personnes représentatives de toute la société (hommes, cadres de l’administration ou des associations, enfants et bien sûr des femmes). L’entretien individuel nous a permis d’établir les thèmes du questionnaire et surtout d’avoir des éléments permettant d’expliciter les processus en cours, en expliquant la violence en acte ; l’entretien collectif constitue le creuset de formulation d’énoncés par un groupe qui reconnaît chaque membre et dans lequel chaque membre se reconnaît. Le groupe est un lieu de paroles légitimes qui ne verraient sans doute jamais le jour sans cette reconnaissance réciproque. Enfin, le questionnaire est élaboré autour de questions fermées permettant de caractériser cette violence familiale et surtout d’en préciser les causes et d’en apprécier les effets sur les personnes ; le questionnaire prend la forme d’un guide d’entretien autour de thématiques prédéfinies auquel une centaine de personnes par commune répondent (300 au total).

8La spécificité de la méthodologie d’intervention, c’est d’une part de reposer sur l’implication de toutes les parties, des « parties prenantes » que sont les femmes, mais aussi les hommes et, d’autre part, de mettre à contribution tous les pouvoirs constitués (représentants de l’État, des associations, de la force publique) à tous les moments de l’étude pour obtenir les informations sur ce qu’ils savent et en faire des acteurs de la politique de prévention des risques domestiques et des violences de genre, le tout dans un processus de coopération avec les chercheurs.

9La recherche s’est déroulée dans des localités des provinces de Phu ho (chef-lieu Doan Hung, commune Van Du) représentant la région moyenne, de Thai Binh (chef-lieu Thanh Ne, commune Vu Lac), représentant la plaine du Bac Bo, et de Hanoi (deux communes Giang Vo et Ngoc Lam), représentant la zone urbaine. Présentons les caractéristiques de l’échantillon : ⅔ des personnes interrogées habitent les villages situés à la campagne. Nous avons contacté autant d’hommes que de femmes et autant de chefs de famille que de membres de la famille. Presque la moitié d’entre eux (46,1 %) ont un niveau scolaire faible qui ne dépasse pas le collège et la quasi-totalité sont d’origine Kinh. Un tiers sont engagés dans la vie politique (31,6 %) et presque tous sont mariés ou vivent en couple (93,8 %).

Les conceptions de la vie familiale : une inégalité de genre

10La question de départ concerne l’évaluation de la convivialité familiale et de l’état des relations ou de l’entraide au sein de la famille. Les résultats obtenus nous montrent que les membres de la famille déclarent avoir des relations familiales satisfaisantes : 92,8 % des personnes interrogées pensent que les membres de la famille s’intéressent souvent à l’autre ; seulement 6,6 % disent prendre soin des autres membres de temps en temps et 0,7 % jamais.

11Globalement les résultats des fiches d’enquête nous permettent d’observer que l’état des relations familiales s’améliore d’année en année : selon les déclarations des sujets, plus de la moitié des personnes interrogées pensent que leurs relations familiales sont meilleures que celles des années passées, le reste estime qu’elles restent les mêmes ; seul un petit nombre pense qu’elles se détériorent (5 %). Cependant, il y a un écart entre les zones urbaines et rurales dans l’appréciation des relations familiales : la proportion des personnes qui donnent une réponse positive est plus élevée dans les zones rurales (Thai Binh, Phu ho) que dans les zones urbaines (Hanoi). En moyenne, les personnes interviewées estiment que les relations familiales actuelles sont satisfaisantes : les résultats obtenus nous montrent que plus des ⅔ des gens interviewés répondent qu’ils vivent dans « une famille en harmonie » (67,4 %). Vivre en harmonie, cela veut dire qu’il peut exister des désaccords ou des conflits, mais que cette conflictualité ne dégénère pas au point de « se bagarrer gravement » : 30,6 % répondent qu’il arrive quelquefois des désaccords et 2 % seulement avouent qu’ils sont souvent en conflit.

12Cette appréciation « globalement positive » de la vie familiale doit être nuancée selon le sexe du locuteur : la proportion d’appréciation portant sur le faible niveau des relations supposées « en bons termes » est plus élevée dans les groupes de femmes (63,5 %), dans le groupe d’âge compris entre 21 et 30 ans (55,6 %) et en zone rurale (63,9 %). Il y a donc une différence de conception de la famille unie entre les groupes d’hommes et de femmes, entre les jeunes et les personnes âgées, entre la zone rurale et urbaine. Les désagréments de la « domination masculine » exercée par les hommes et subie par les femmes sont interprétés différemment selon que l’on est un homme ou une femme : pour les hommes, agresser son épouse n’exclut pas « d’être en bons termes » avec elle, tandis que les femmes y verront une violence contestable. Cette représentation du rapport de violence que subissent les femmes les conduit à se résigner, alors même qu’elles sont battues par leur mari, pour préserver l’illusion d’une famille unie ; ou bien quand un ordre est lancé par l’homme, sa femme et ses enfants doivent l’accepter même s’il est injuste, pour que l’homme puisse estimer et aicher le fait que c’est une famille unie. Bien entendu, du côté des femmes, elles ressentent beaucoup de rancœur et estiment que ce n’est pas une famille unie ; seulement, elles ne peuvent pas exprimer leur malaise de peur d’être violentées.

13Une autre différence entre les hommes et les femmes concerne la contraception qui repose uniquement sur les épaules des femmes : les résultats tirés des fiches d’enquête nous montrent que 48,3 % des femmes prennent l’initiative d’utiliser les moyens de contraception tandis que les maris ne sont que 18,1 % à décider d’utiliser ces moyens, prétextant qu’ils sont nocifs pour leur santé ; mais 29,5 % des couples décident ensemble de recourir à ces moyens pour éviter d’avoir trop d’enfants : seuls 4,2 % des couples n’utilisent pas ces mesures de contraception.

Les différentes formes de violences faites aux femmes

14Il ne s’agit pas ici de faire la chronique des violences subies par les femmes, mais de s’intéresser à la codification du phénomène peu exploré à ce jour. Prendre pour objet d’étude les violences familiales, n’est-ce pas déjà mettre à l’agenda scientifique des questions laissées de côté avec les complicités des parties prenantes et le silence des autorités ? Autrement dit, construire un objet de recherche et vouloir analyser « les violences domestiques », c’est déjà remettre en cause les silences sur ce continent des relations familiales violentes ; c’est aussi révoquer les catégories de pensée qui interdisent de penser ce que l’on voudrait penser et en tout cas ne pas limiter l’approche de la famille à ses vertus socialisatrices, car elle est aussi traversée par des conflits ; c’est enfin cultiver les imperfections de cette institution survalorisée qu’est la famille, en montrer les failles et en pointant les dommages de cette inacceptable « domination masculine » (Bourdieu 1998).

15Quatre formes de violence semblent se combiner et la présentation séparée ne doit pas faire oublier que ces formes sont des variantes d’un phénomène unique qui est la violence de genre : la violence de la division du travail entre hommes et femmes, la violence physique, les violences symbolique et mentale et la violence sexuelle. Sur quels acteurs le sociologue s’appuie-t-il pour mettre au jour ces violences, alors que les victimes dissimulent par culpabilité ce qui leur arrive ? Les autorités politiques sont-elles à même de fournir des renseignements utiles et d’aider au déroulement de l’étude ? Les groupes d’hommes ou de femmes permettent-ils d’avancer dans la connaissance du phénomène ?

Violence liée à l’inégale distribution des tâches domestiques : le « lourd » et le « léger »

  • 3 On se rappellera avec Löwy et Mary (2007), qu’en France, cette division sexuée des tâches domestiqu (...)

16Une première forme de violence concerne la division du travail domestique et la hiérarchisation des tâches selon le genre. Nous le savons par les nombreuses études dans différents pays, la division du travail domestique reste élevée : elle est caractérisée par une faible contribution des hommes à l’éducation des enfants, à la préparation des repas, à l’entretien de la maison. Les résultats de notre recherche nous montrent que l’arrangement et l’organisation du travail ménager entre le mari et la femme dans des localités étudiées porte encore la marque d’une société patriarcale3.

17Dans ce schéma traditionnel, le mari est le « pourvoyeur de ressources » (breadwinner) : c’est ce que déclarent les personnes interrogées pour qui c’est l’homme qui gagne de l’argent (86,3 %) ; pour la femme, le travail de production est certes très important (86,6 %), mais elle ne peut pas s’y engager, car elle est accaparée par le travail domestique. Notre étude indique que la femme est assignée à son domicile et doit faire presque tous les travaux ménagers : les courses (95,1 %), s’occuper des enfants (93,3 %), faire des travaux ménagers (93,2 %), s’occuper de l’élevage (91,3 %), arranger des affaires de la maison (89,6 %). Pourtant, certaines de leurs activités créent de la valeur comme l’élevage d’animaux : cette activité appartient essentiellement à la femme, mais elle n’est pas considérée par les personnes interrogées comme un travail pour gagner de l’argent. Par conséquent, la proportion de femmes reconnues dans leurs activités permettant de gagner de l’argent pour la famille est faible, même si en réalité leur contribution exercée en milieu domestique crée de la valeur. Cette non-reconnaissance d’une activité marchande exercée par les femmes contribue à renforcer le modèle de l’homme pourvoyeur de ressources. L’engagement professionnel des hommes se traduit par leur désengagement domestique : la proportion des hommes faisant du travail ménager est très faible en comparaison avec la proportion dévolue aux femmes, puisque les personnes interviewées déclarent que dans 93,2 % des situations, ce sont les femmes qui agissent à la maison.

18Ce surengagement des hommes dans le travail professionnel assorti d’un désengagement dans les activités domestiques et cette difficulté pour les femmes de s’engager dans la sphère professionnelle n’est pas seulement le résultat d’une division du travail qui rejette les femmes dans le travail domestique. C’est aussi le fruit d’une hiérarchisation qui réserve aux hommes des tâches nobles, notamment relationnelles, se déroulant dehors ou mettant en valeur leur virilité protectrice. Les résultats de l’étude montrent que l’homme s’accorde le quasi-monopole des contacts sociaux dans 82,1 % des cas et le privilège de participer aux activités sociales dans 73,8 % des cas. D’ailleurs, le groupe d’hommes commente ce résultat en le mettant en relief, avec les « grandes affaires » pour eux et « toutes les petites choses » pour les femmes : « Sous l’angle de famille proprement dit, la responsabilité masculine est d’être le soutien de la famille, de se charger de toute la famille, de s’occuper de grandes affaires familiales, et toutes les petites choses sont aux charges des femmes tels que des travaux ménagers de toutes sortes aux travaux champêtres, à l’élevage » (groupe masculin, quartier Tien Tuyen, chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh).

19Cette manière de voir la répartition de travail est assez fréquente, mais ce qui frappe c’est cette hiérarchie entre « travaux lourds » et « travaux légers », entre les « affaires importantes » et les « affaires mineures ». Par exemple, tout ce qui est fait par la femme est considéré comme « léger » tels que la culture, l’élevage, l’éducation des enfants, les travaux complémentaires ; de même, les « grandes affaires » sont celles qui sont faites par des hommes : gagner de l’argent, développer les contacts sociaux et décider de grandes affaires. Cela explicite les fondements de la « domination masculine » (Bourdieu 1998) qui se déploie dans tous les recoins de la vie familiale, sociale et professionnelle. Cette première forme de violence est tout à fait reconnue comme acceptable et banalisée par les hommes, et dénoncée par les femmes. Les hommes reconnaissent que les femmes subissent des désagréments et ont bien plus de désavantages du fait de l’inégalité des charges : « Précisément parlant, la femme subit bien plus de peines et de souffrances que l’homme. Personne ne dit qu’elle est heureuse ; il faut bien considérer que tous les travaux de maternité et de ménage retombent sur les deux épaules de la femme » (interview des groupes masculins, quartier Tien Tuyen, chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh). Pour les femmes, à l’inégalité des tâches s’ajoute l’arbitraire d’un mode de décision dont elles sont écartées : cette domination arbitraire est bien la première violence faite aux femmes.

Les violences physiques et corporelles au sein de la famille

20La deuxième forme de violence concerne les violences physiques, celles qui s’exercent entre les parents et les enfants, celles qui se produisent entre le mari et la femme ou encore celles qui pourraient voir le jour au sein de la famille. Cette approche nous permet de replacer la violence conjugale au cœur de l’ensemble des manifestations de violence au sein de la famille. Il ressort (tableau 2) que la violence conjugale est un phénomène qui touche ⅔ des familles à Hanoi et Phu ho et la quasi-totalité (90 %) des familles à Thai Binh. Ajoutons la récurrence des rapports tendus entre parents et enfants, puisque dans ⅔ des cas, les personnes estiment « malmener » leurs enfants ; mais la violence entre frères et sœurs est relativement peu fréquente, même si les disputes entre les membres de la famille se retrouvent dans un cas sur deux. En revanche, la femme ne subit pas passivement cette violence, puisqu’elle réprimande son mari aussi souvent que son mari lui fait des reproches

Tableau n° 1 Phénomènes de conflits familiaux dans des localités ( %)

Tableau n° 1 Phénomènes de conflits familiaux dans des localités ( %)

* P < 0,05 ; ** P < 0,01 ; *** P < 0,001

21Comment interpréter ces résultats montrant cette violence massive et très répandue ?

22Premièrement, la violence est banalisée par les hommes, comme une situation ordinaire que l’on pourrait interpréter d’une part, comme une situation à torts partagés (« on est énervé ») et d’autre part, comme une situation indolore, fondée sur un déni de réalité, puisque les dommages (blessures dans ⅔ des cas) sont minorés voire ignorés. C’est ce qu’attestent ces hommes : « Tous ceux qui sont présents ici battent leur femme, un seul excepté. On ne la bat pas trop, une gile ou quelques coups de pied seulement. Ça arrive souvent chez nous. Nous savons bien que malmener la femme est mauvais, il faut le supprimer, mais quand on se sent énervé… » (groupe masculin, chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh). Ce phénomène de maltraitance de sa femme, caractérisé par un acte violent, « une gile » ou « un coup de pied », est reconnu aussi par un groupe masculin du chef-lieu Doan Hung. Mais pour eux, ce n’est pas la violence familiale, c’est seulement un tout petit conflit familial. Pourtant, selon l’estimation des dirigeants du chef-lieu Doan Hung, il y a 60 à 70 % des victimes qui portent des blessures.

23Deuxièmement la violence est injuste : elle s’abat sur les femmes qui sont des victimes innocentes et elle ne répond pas à la cause car les femmes sont hors de cause et la cause est à chercher du côté de la situation de précarité, du manque de travail, d’abus d’alcool ou d’adultère. Ce groupe de dirigeants du chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh illustre cette violence injuste en évoquant deux cas : « Chez nous, il y a beaucoup de maris qui frappent leur femme, le cas de M. Q. par exemple. Quand il bat sa femme, elle court dans la maison de leur voisin, il la suit avec une pelle pour serrer la gorge de sa femme devant leurs voisins. » Pour le groupe des femmes, cette injustice est intolérable et inacceptable : « Chez nous, dit ce groupe de femmes, des femmes sont battues. Le mari la réprimande souvent, et si elle rétorque, il s’emporte. Quand le mari dit des obscénités, la femme irritée lui répond, alors le mari s’indigne et se révolte encore plus. La violence familiale augmente actuellement. M. Th., mari de Mme M., boit et joue aux cartes toute la journée et quand sa femme rentre à peine après une journée de travail pénible qu’elle n’a pas le temps de laver ses vêtements, alors son mari lui jette une casserole de potage bouillant sur son corps et du riz chaud sur son visage et la pousse dans l’étang. Une fois, il veut prendre une somme d’argent de sa femme pour aller jouer aux cartes, elle s’est fâchée et tente de s’y opposer : alors, il verse de l’eau chaude sur elle » (groupe féminin, chef-lieu Doan Hung, Phu Tho).

24Troisièmement la violence est dissimulée voire impunie. La violence s’exerce dans l’ombre et leurs auteurs s’arrangent pour ne pas laisser de trace : « Prenons le cas de Mme D : elle prend sur le fait que son mari la trompe, mais elle n’ose rien dire et si elle dit un mot, elle est même battue. Il la bat seulement la nuit, en jetant des coups sur son visage, son ventre (interview du groupe des dirigeants du chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh). Ce phénomène de dissimulation se retrouve dans bien des cas, comme en témoigne cette victime qui inscrit la violence dans un processus : « C’est toujours mon mari qui est le premier à lancer des paroles violentes avec des mots grossiers. Si je lui réplique, il pourrait me tuer, surtout quand il se met en colère. Il me bat souvent pendant la nuit ou quand mes enfants vont à l’école. Il ne veut pas que mes enfants le sachent. Pour me battre, il m’enferme souvent dans la chambre. En me battant, il lance des mots trop grossiers, il porte atteinte même à l’honneur de mes parents. Il utilise n’importe quoi à sa portée pour le jeter sur moi. Je me souviens encore le cas où je venais d’accoucher de mon aîné, il a pris un grand couteau pour me battre au front, faisant couler du sang. Heureusement pour moi, quelqu’un est venu à temps pour l’empêcher » (récit de Mme Bui Thi H., 35 ans, Thai Binh, paysanne).

25Certes pour le chef du commissariat : « Le nombre de graves violences familiales est petit, il n’y a que 450-500 cas/année » (M. Dang van H. chef du commissariat du district Kien Xuong, Thai Binh). On peut aussi se demander si les efforts pour dissimuler des blessures et les risques de déposer une plainte ne sont pas à l’origine du si petit nombre de « graves violences ».

Violence symbolique : harcèlement, humiliation et oppression morale

26Une troisième forme de violence concerne les pressions, les interdits, les humiliations, bref tous ces propos répétés ayant pour objet de déstabiliser la personne, de l’humilier et surtout de la rendre incapable de toute révolte. Ce harcèlement se retrouve dans le récit que fait cette femme membre de l’association des Femmes : « Mme N. est maltraitée par son mari. Non seulement il lui donne des coups, mais il continue à réprimander ses beaux-parents durant toute la journée. Quand sa mère est morte, elle n’a pas eu droit à venir assister au premier anniversaire de la mort de sa mère. Elle déplore son sort, mais elle n’ose pas le dire aux autorités de crainte que son mari continue à la battre. Quand une représentante de l’association des Femmes est venue chez lui pour lui dire que ce qu’il fait est intolérable, il réprimande sa femme devant elle et dit ceci : « Si tu veux vivre avec moi, tu dois te comporter comme un chien ». Il arrive des cas où le mari battrait sa femme d’une façon encore plus barbare s’il n’y avait l’intervention des voisins ».

27Les situations d’outrage, d’insulte et d’oppression morale du mari vis-à-vis de sa femme sont fréquentes, mais peu de gens s’y intéressent. Par exemple, il y a des cas où le mari ne permet pas à sa femme de manger à table, jette la marmite de riz par terre et la traite de « prostituée » pour l’humilier ; dans d’autres cas, le mari laisse tomber sa femme pour suivre sa copine ou encore pire, il enregistre ses réprimandes dans la cassette pour le faire savoir à ses beaux-parents durant des jours et des nuits. La situation est encore pire pour les femmes qui n’ont pas de fils : « Il existe encore des femmes qui sont malmenées parce qu’elles ne peuvent pas ou ne veulent pas avoir des enfants de plus. Il y a aussi des femmes qui aiment mieux des filles mais de peur que leur mari puisse suivre une autre, elles doivent concéder. Elles sont donc opprimées moralement et spirituellement » (groupe féminin, chef-lieu Doan Hung, Phu ho). Même les femmes enceintes ont subi des violences corporelles et symboliques. « Mme H. enceinte de 3 mois est battue par son époux, car elle est accusée d’avoir volé 250 000 dongs. Poussé par sa mère, il l’a battue si cruellement qu’elle avorte. Et quand ils ont retrouvé la somme, il a continué à la battre. La belle-mère oblige le mari à se coucher près d’elle pour qu’il ne puisse pas se coucher avec sa femme » (groupe des dirigeants du chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh).

Violence sexuelle : la honte de la soumission

28La quatrième forme de violence concerne la soumission aux désirs de l’homme : cette violence sexuelle est généralement passée sous silence car les personnes qui la subissent éprouvent une certaine culpabilité et une honte. Cette violence est difficile à percevoir parce que selon la conception traditionnelle, lorsque la femme s’est mariée, elle dépend totalement de son mari : son âme et son corps lui appartiennent. C’est pourquoi, elle a l’obligation de répondre aux besoins sexuels du mari : sans exception, elle doit lui « faire plaisir », n’importe quand et n’importe où, même si elle n’en a pas le désir. Cette violence est d’autant plus difficile à identifier qu’elle est accompagnée par des violences physiques.

29De plus, les femmes n’osent pas en parler parce qu’elles pensent que si « le mari est honteux, la femme ne l’est pas moins » : « Quand Mme Tran Thi D., 36 ans, est battue par son mari, elle était chef de l’association des Femmes de la commune Van Du, Phu ho. Elle n’ose pas le dire à l’association de crainte que son mari l’abandonne ou la batte encore plus. Au début, elle essaie d’en subir, mais après, quand elle est trop malmenée, elle court quelque part dans le hameau, et quelquefois elle doit rester devant sa maison toute la nuit. Mais avec l’intervention de la police du district, tout va bien. Elle n’ose pas déposer une plainte contre son mari. Elle a écrit des textes de plainte 2, 3 fois, mais ne les envoie pas. Et il arrive des fois, alors qu’elle vient d’être à peine battue, il la force à faire l’amour, ce qu’elle supporte par crainte des représailles. Maintenant, elle est devenue président du Conseil populaire de la commune, alors son mari la respecte un peu plus et n’ose pas la battre » (groupe des femmes auquel appartient Mme Tran Thi D., 36 ans, commune Van Du, Phu ho).

30D’autres menaces pèsent sur les femmes quand bien même elles auraient divorcé ; Mme H. à Doan Hung est malmenée par son mari, elle a divorcé d’une façon légitime. Mais son ancien mari vient souvent chez elle pour la maltraiter, l’oblige à faire la cuisine et faire l’amour avec lui. Il la menace : « Je me sers de toi jusqu’à ce que tu sois morte. »

La violence masculine : domination masculine et abus de pouvoir

Les raisons apparentes de la violence masquent les raisons profondes

31Quelles sont les raisons qui poussent les hommes à agir ainsi ? En apparence notre étude fournit une réponse acceptable, puisqu’elle met au jour trois types de facteurs qui sont à l’origine des conflits et que l’on retrouve chez d’autres auteurs comme Pham Kieu Oanh et Nugyen Thi Khoa (2002) : en premier, l’alcool (81,9 %), puis la précarité et la pauvreté des familles qui ne disposent pas de ressources suffisantes (75,7 %), et enfin les traditions et mœurs familiales qui ne sont pas respectées (69,7 %).

32Nous voudrions aller plus loin dans l’analyse et tenter de comprendre les processus en jeu qui pourraient nous aider à comprendre ce qui apparaît comme incompréhensible. L’idée de ne pas s’arrêter aux facteurs exogènes, mais d’aller vers les facteurs endogènes et internes au groupe des hommes nous a été suggérée, précisément par l’abus d’alcool qui apparaît comme un facteur « tout trouvé » pour expliquer la violence masculine. Il faut cependant nuancer l’idée que la violence corporelle contre les femmes et les enfants s’expliquerait seulement par l’abus d’alcool : car en ce cas, on pourrait considérer que la personne ayant abusé de l’alcool serait privée de ses moyens à cause de ce facteur objectivé et agissant de l’extérieur pour le priver de sa raison. La voie serait alors ouverte pour considérer qu’il n’est pas responsable de ses actes, ce qui est loin d’être le cas. La réalité montre que les hommes ne sont pas ivres, pour preuve : ils ne battent jamais les voisins ni les autorités locales, quand ils sont « ivres », parce qu’ils savent bien qu’ils seraient punis s’ils les touchaient ; ils battent seulement leur femme et leurs enfants, ceux qui ne peuvent pas leur renvoyer des coups et qui ne porteront pas plainte auprès des autorités de peur de dommages supplémentaires.

Tableau n° 2 Causes des conflits familiaux et des violences faites aux femmes ( %)

Tableau n° 2 Causes des conflits familiaux et des violences faites aux femmes ( %)

* P < 0,05, en correspondance locale

Violences et inégalités de genre : un essai d’explication

33Au-delà des causes les plus fréquentes (alcool, précarité, traditions non respectées), les raisons de la violence sont à chercher dans les inégalités de genre, c’est-à-dire dans des manières d’agir et de penser fondées sur des différences entre les hommes et les femmes et sur une hiérarchie mettant l’homme en haut de cette hiérarchie. Selon nous, l’inégalité de genre est la cause principale de la violence de genre qui se développe dans le milieu familial, même si seulement 55,9 % d’hommes et 52,2 % de femmes évoquent cette cause (tableau 3).

34Le mari se considère toujours « supérieur » à sa femme et l’usage par le mari d’un langage humiliant pour sa femme va de pair avec l’emploi de force pour la violenter : « Il y a 3-4 ans, mon mari va jouer aux cartes. Ayant trop de choses à faire, je suis allée l’appeler. Il s’est mis en colère et refuse de rentrer avec moi. Quand il est rentré, il m’a battue avec une telle violence que mes joues et ma bouche ont saigné. En me battant, il a lancé des mots grossiers qui portent atteinte à l’honneur de mes parents » (Mme Pham Thi L., 33 ans, quartier Hung Long, Thai Binh). Cette revendication masculine de supériorité est parfois contredite par un statut social plus élevé de la femme : c’est le cas de Mme Nguyen Thi Th., qui est médecin à Thai Binh tandis que son époux est paysan. En même temps qu’il se dévalorise et qu’il manifeste un complexe d’infériorité, il maltraite sa femme parce qu’il lui reproche d’avoir un métier plus enrichissant et plus valorisé que le sien. C’est ce que l’on retrouve chez les femmes de Doan Hung qui participent aux activités de l’association des Femmes : quelques-unes sont battues cruellement lorsqu’elles reviennent à leur domicile à l’issue d’une réunion de l’association ; il est de même, au village Chinh Trung, Commune Trau Quy, Gia Lam, où les femmes sont souvent battues par leur mari.

35Cette violence relevant d’une domination masculine et d’un abus de pouvoir se retrouve chez toutes les personnes interviewées : les victimes bien sûr, les groupes d’hommes ou les femmes ayant des responsabilités associatives, mais aussi auprès des autorités locales. Écoutons ce que nous disent les dirigeants : « Les raisons de violences corporelles sont variées : il y a bien la mésentente dans le couple, le mari qui sort avec la copine de sa femme, qui est alcoolique, qui se fâche parce que sa femme ne fait pas ce qu’il veut ou qu’elle rentre un peu tard le soir. Il y a même des cas de violence que l’on ne peut pas comprendre comme celui-ci : lorsque sa femme a accouché d’un fils, elle a tellement grossi tandis que son ils a maigri, qu’il l’a battue en prétextant qu’elle était incapable de nourrir son enfant ; de même, cette femme est battue parce qu’elle ne peut pas répondre au besoin sexuel de l’époux, alors même qu’elle est malade. Mais la haine envers sa femme peut conduire l’homme à des actes de harcèlement : il oblige sa femme à mettre ses sandales à la place fixée ainsi que les vêtements avant d’aller se coucher. Si elle ne fait pas comme il veut, il la bat… » (groupe des dirigeants au chef-lieu Thanh Ne, Thai Binh).

La lutte contre les violences de genre : une affaire individuelle et une affaire d’État

36Comme le disait Bourdieu (1998), la domination masculine s’accompagne chez les dominés d’une « soumission paradoxale » que nous retrouvons dans notre étude : d’un côté, la femme battue voudrait s’opposer, fuir et se séparer de son mari et de l’autre, elle continue parfois à l’aimer et souvent à partager la vie commune, de peur de perdre encore plus. Si les femmes luttaient contre leur mari, elles pourraient perdre leurs enfants, leur maison et leurs droits financiers. En situation de violence, la forme de réaction la plus répandue chez les femmes, c’est de sortir de la maison et de se réfugier chez leurs parents, chez leurs amis ou leurs voisins. Les dirigeants du chef-lieu Thanh Ne observent que « celles qui renvoient des coups ou des mots grossiers à leur mari sont rares. Il y a des femmes qui leur répondent, mais la plupart des femmes battues par le mari se soumettent. La réaction c’est de pleurer, de courir chez ses parents, mais quelquefois ses parents la reconduisent chez elle. Certaines peuvent courir chez des voisins, d’autres sont protégées par ses proches » (groupe de dirigeants au chef-lieu Doan Hung, Phu Tho et de Thai Binh). Pour éviter la violence de la part du mari, les femmes du chef-lieu Lieu De, district Nghia Hung, se disent ceci : « quand le mari réprimande, la femme garde dans la bouche une gorgée d’eau pour ne pas répliquer, mais elles restent toujours prêtes à courir hors de la maison ». Quelques femmes trouvent une consolation en allant se réfugier dans les pagodes.

37Qui peut arrêter la violence familiale et intervenir dans le village ? Les résultats montrent (tableau 3) que les voisins comme les proches sont là pour s’interposer et accueillir la victime dans 80 % des cas et que les autorités comme la police ou les associations ne viennent que dans 2/3 des cas ; dit autrement, 1/3 des personnes interrogées pensent que la police est inefficace pour intervenir lors des scènes de violence ou encore que la réconciliation entre les membres du couple est une affaire de famille. La raison principale de cette relative inefficacité de l’intervention de la force publique lors de scènes de violence est liée au fait que l’intervention de la police suppose que celle-ci ait été appelée : d’une part, la police n’intervient que dans des affaires qu’elle estime vraiment graves et qui se répètent et d’autre part, sur plainte de la victime ; or « la soumission paradoxale » les empêche de porter plainte contre leur mari.

Tableau n° 3 Acteurs qui empêchent la violence familiale ( %).

Tableau n° 3 Acteurs qui empêchent la violence familiale ( %).

38Pour autant on ne peut pas conclure que la violence de genre est inéluctable du fait de cette soumission paradoxale qui empêcherait de la dénoncer. Tout au contraire, à écouter nos interlocuteurs, cette situation de violence de genre est réversible, à condition d’agir dans deux directions complémentaires : l’une répressive, l’autre préventive. D’une part, l’État doit convoquer le droit pour établir les lois qui soient respectées en faisant de la violence sur les femmes un délit et une infraction pénale. D’autre part, des programmes d’information et d’éducation sur les droits fondamentaux des personnes doivent être développés, avec l’aide du mouvement associatif et ce, dès l’école. Voici ce que disent les membres du groupe des dirigeants au chef-lieu Doan Hung : « La plupart des personnes restent indifférentes à la violence faite aux femmes par les maris ; quand la femme court chez ses parents, ils la ramènent chez elle, et le mari la bat plus brutalement ; parfois même, ce sont les cadres de santé qui critiquent les femmes maltraitées par leur mari, ne voulant pas soigner leurs blessures. Il faut faire mieux pour que tout le monde respecte la loi. Il faut un plan de propagande et d’éducation des lois pour les jeunes à l’âge du mariage. »

39Une des mesures pratiquées par l’autorité et les organisations de masse (Le hi Qui 1993), c’est de déclencher le mouvement, « construire des modes de vie civilisés, fonder des familles civilisées ». C’est un mouvement d’actions assez efficace, attirant la participation de plusieurs familles : il consiste à procéder à des exposés pédagogiques, suivis de discussions avec les participants. À travers les enquêtes des effets de ce mouvement sur la stabilité de la famille dans les trois localités étudiées (Hanoi, Thai Binh, Phu Tho), nous avons obtenu des résultats encourageants : d’après notre enquête, 70 % des personnes interrogées estiment que la quiétude familiale est retrouvée grâce à des actions préventives, contre 10 % qui ne le pensent pas.

Conclusion

40Que retenir de cette recherche ? Premièrement, que la violence domestique est un fait social incontestable qui touche toutes les couches sociales, même si l’ampleur du phénomène varie légèrement d’un site à l’autre : cette violence de genre se manifeste par des violences symboliques, physiques, morales ou sexuelles. Construire un objet de recherche visant à mettre au grand jour cette violence est peu aisé, car on ne maîtrise ni la réaction des autorités, ni la réaction des intéressés eux-mêmes qui pourraient vouloir se tenir à l’écart d’universitaires perçus soit comme des voyeurs, soit comme des donneurs de leçon.

41Deuxièmement, patiemment nous avons recueilli, ordonné des faits, explicité les trois processus qui accompagnent cette violence faite aux femmes par les hommes. D’abord, un processus de dissimulation du réel de cette violence masculine persistante et de déni des dommages par un masquage de la violence et son brouillage dans l’univers familial qui égalise des dysfonctionnements et une certaine tranquillité. D’un côté, la famille dévalue les violences conjugales pour en faire des ratés tolérables dans la vie d’un couple et d’un autre côté, la famille surévalue le confort et le réconfort que la famille procure à ses membres. Ensuite, un processus de « banalisation » et de « naturalisation » : la hiérarchie entre le lourd et le léger, les vraies affaires et les affaires légères rejette la violence au rang de quelque chose d’inacceptable certes, mais qui ferait partie de la nature humaine ; « ce qui est » devient un phénomène normal, banal et familier et la violence devient un attribut masculin dont on ne peut pas se défaire, tout comme l’individu ne peut se séparer de son ombre. Enfin, un processus d’acceptation de la violence d’une part, comme un effet du système qui plonge l’homme dans la précarité et la privation de travail, le rendant mécaniquement alcoolique, joueur et « donc » violent et d’autre part, comme un effet d’appropriation de cette catastrophe humaine du fait de cette soumission paradoxale.

42Troisièmement, avec ces résultats d’études concrètes, nous avons élaboré des repères pour l’action au service de la prévention et de la lutte contre la violence familiale dans la communauté. Après plus d’une année de mise en œuvre, nous avons obtenu de bons résultats d’après l’estimation des personnes interviewées : avec ces modèles, on pourrait non seulement empêcher la violence de genre dans la famille mais ils contribueraient encore à améliorer dans une certaine mesure la santé et à augmenter la qualité de vie des femmes et de la population locale. Nous avons mis en place une démarche de promotion de l’égalité des sexes, des droits des femmes fondée sur la mobilisation des acteurs locaux sur place, sur leur engagement à résoudre leurs problèmes et sur l’intéressement de tous à apporter une contribution à la construction d’une société civile plus juste au sein d’une région apaisée. Pour cela, nous avons produit des livrets et distribué des « feuilles volantes » dans les différentes localités pour rétablir les lignes de conduite à ne pas franchir, pour former des groupes d’interventions rapides (GIR) composés de volontaires et pour mettre en place des adresses sûres pour un accueil en urgence des victimes, ainsi que des soignants à l’hôpital prenant en charge les victimes tant moralement que matériellement. Mais la prévention, c’est aussi la discussion et la confrontation : nous avons fondé des clubs, des petits groupes masculins et féminins pour qu’ils puissent se rencontrer, échanger sur des problèmes concernant la vie familiale, le travail et l’égalité des sexes, s’entraider en cas de nécessité ; de même, nous avons proposé de renforcer les compétences des cadres de justice, de consultation et de santé, mais aussi la coopération avec la police et les autorités locales : il est clair que les infractions au code pénal commises par ceux qui sont les auteurs des violences doivent être sanctionnées.

43Au total, la violence domestique devient un objet d’étude digne d’intérêt permettant d’en comprendre les ressorts et les enjeux ; mais elle devient aussi un objet d’actions préventives et curatives pour enrayer le phénomène. La transition en ce cas, c’est d’abord d’avoir porté sur la place publique ce phénomène, de l’avoir dénoncé comme indigne de la condition humaine, alors même que cette violence banalisée est cachée et que la souffrance qu’elle engendre est vécue en silence et dans la peur. La transition, c’est aussi d’avoir mis au jour la nécessaire intervention de l’autorité publique pour renseigner et punir la violence domestique et d’avoir mobilisé un acteur collectif composé des auteurs de la violence que sont certains hommes et des destinataires que sont des femmes pour construire ensemble les réponses qui conviennent. La transition, c’est enfin de passer de l’univers d’exactions individuelles à la dimension sociale qui les fonde, en faisant de l’acteur public un pilote en charge d’actions correctrices et préventives avec les relais des associations.

Bibliographie

Albers C., 1999, Sociology of Families, California, London, New Delhi, Pine Forge Press, hou sand Oak’s.

Barry K. (éd.), 1996, Viêt-Nam’s Women in Transition, London, Macmillan Press LTD and New York, St Martin’s Press, INC.

Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Bui hu Hang, 2001, « Violence familiale », Revue scientifique sur la femme, n° 3.

Cao Huyen Nga, 2002, « Inégalité de genre – Source du conflit psychologique dans la relation conjugale », Revue scientifique sur la femme, n° 1.

Dang Canh Khanh, 2003, Famille, enfants et hérédité des valeurs traditionnelles, Hanoi, Lao dong-Xa hoi.

Dang Canh Khanh, 1999, Éléments non économiques, sociologie du développement, Hanoi, Khoa hoc Xa hoi.

Hoang Gia Trang, Duong Thi Xuan et Dang Phuong Kiet, 2001, « Victimes de suicide et violence familiale » (portraits esquissés), Hanoi.

Jones C. L., Tepperman L. et Wilson S. J., 2002, Avenir de la famille, traduction de Vu Quang Ha, Hanoi, Dai Hoc Quoc gia.

Lashgari D. (éd.), 1995, Violence, Silence, and Anger, University Press of Virginia.

Le hi Quy, 2000, Domestic Violence in Viêt-Nam and Eforts to Curd it, Asia Pacific Forum on Women, Law and Development.

Le Thi Quy, 2000, « Violence familiale – inégalité dans la relation de genre », Revue scientiique sur la femme, n° 4.

Le Thi Quy, 1999, « Violence familiale et ses influences sur la formation de la personnalité chez des enfants », Revue scientifique sur la femme, n° 4 (38).

Le Thi Quy, 1996, Le meilleur de l’époque, Hanoi, Phu Nu.

Le Thi Quy, 1994, « Sur la violence familiale invisible », Revue scientifique sur la femme, n° 1.

Le Thi Quy, 1993, « Empêchement de la violence familiale au Viêt-Nam », Revue scientifique sur la femme, n° 32.

Le Thi Quy, 1991, « Quelques problèmes de violence familiale actuelle », Revue scientifique sur la femme, n° 2.

Löwy Iliana, Marry Catherien, 2007, Pour en finir avec la domination masculine, Paris, Les empêcheurs de tourner en rond.

Nguyen Thi hu Ha, 1998, « Violence familiale pour la femme », Revue scientifique sur la femme, n° 3.

Nguyen Thuy Nga, 2001, « Violence familiale en Inde », Revue scientifique sur la femme, n° 2.

Pham Kieu Oanh, Nugyen Thi Khoa, 2003, « Violence familiale sous l’angle des pauvres » (Études de l’organisation Action Aid Viêt-Nam à Lai Chau et Ninh Thuan, 2002), Revue scientiique sur la femme, n° 2.

Schuler M. (éd.), 1992, Women’s Strategies From Around the World, Women Law and Development, Washington, OEF International

Truong Phuc Hung, 2002, « Identifier l’acte de violence symbolique vis-à-vis des femmes en famille », Revue Psychologie, n° 2.

Vu Tuan Huy, 2003, Conflit conjugal en famille et éléments influencés, Hanoi, Khoa hoc Xa hoi.

Notes

1 Dirigé par le professeur Le hi Quy PhD et situé à Hanoi, il comprend neuf personnes dont un cadre administratif et financier.

2 Parmi les sources d’informations et de connaissances, citons (1) le Code pénal de la RSV, (Éd. Chinh Tri Quoc Gia, Hanoi, 2000), ou le Code du mariage et de la famille (Éd. Chinh Tri Quoc Gia, Hanoi, 2000, (2) le courrier Unesco, 25.4.1994, avec les articles de Bahgat Elnadi & Adel Rifaat, n° spécial sur la Violence, (3) les études et documents détenus par les instituts officiels comme l’Institut national Hô Chi Minh, « Pour les droits de l’enfant et l’égalité des femmes » ou par l’Institut de communication scientifique et Centre d’études des droits de l’homme, (Hanoi, déc. 1999) (4) les informations de la première importance accumulées par l’Association des femmes vietnamiennes ou par le Centre d’études du marché et du développement, qui publie des travaux sur la « Violence familiale à l’égard des femmes vietnamiennes » (Résultats d’études à Thai Binh, Lang Son et Tien Giang, Hanoi, mai 2001), (5) et plus généralement des études fournies par la Banque mondiale comme le travail de Vu Manh Loi, Vu Tuan Huy et Nguyen Huu Minh intitulé « Violence sous l’angle de genre » (documents fournis par la Banque mondiale, nov. 1999).

3 On se rappellera avec Löwy et Mary (2007), qu’en France, cette division sexuée des tâches domestiques demeure pratiquement inchangée puisque les hommes prennent en moyenne une minute de plus chaque année pour participer à la vie domestique : « en treize ans, (de 1986 à 1999), les hommes ont accru de 11 minutes leur participation aux tâches domestiques ».

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 Phénomènes de conflits familiaux dans des localités ( %)
Légende * P < 0,05 ; ** P < 0,01 ; *** P < 0,001
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau n° 2 Causes des conflits familiaux et des violences faites aux femmes ( %)
Légende * P < 0,05, en correspondance locale
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau n° 3 Acteurs qui empêchent la violence familiale ( %).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteur

Chercheur
Centre d’études du genre et du développement, Hanoi

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search