Version classiqueVersion mobile

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Les règles d’ajustement pour accéder à l’emploi. Le cas des jeunes diplômés de Hanoi

An Quoc Truong et Gilbert De Terssac

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notre objectif est limité à l’exposé d’une démarche, plus qu’à l’énoncé de résultats. Pour l’exposé (...)

1Les dynamiques individuelles et collectives qui se développent au sein de la société vietnamienne en transition, saisie au travers du choix de l’emploi par les jeunes diplômés, ne renvoient pas à un passage brutal et rapide d’une société à une autre. Il s’agit de dynamiques de changement, conduites par les acteurs pour combiner un « moins d’État » et un « plus de marché ». Il ne s’agit pas d’un passage d’une société « protégée » par l’État vers une société « détruite » par le marché, mais d’un processus de transformation progressive conduisant à un moins de centralisation globale et à un plus d’autonomie locale. Nous pouvons caractériser la société vietnamienne comme installée dans une dynamique intermédiaire (Catlla 2005) de réformes de ses institutions, de modification de la conception de l’intervention de l’État qui n’est plus le pourvoyeur de toutes les ressources, mais le fournisseur d’opportunités d’action et le créateur d’espaces d’action inédits comme l’espace de création d’entreprises privées ou la recherche d’un emploi. Notre recherche se situe dans le contexte de la transition au Viêt-Nam et se déroule dans les années 2000, au tournant du XXIe siècle : elle a pour objet l’analyse sociologique de cette transition telle qu’elle est « vécue » par les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur à Hanoi1. Nous avons développé une approche quantitative portant sur le devenir professionnel de 600 jeunes diplômés, complétée par une approche qualitative. Le problème que nous étudions au début des années 2000 est celui de la transition au Viêt-Nam, saisie au travers d’une étude de cas, celle du devenir des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur ; ce devenir a constitué la matière première du projet de recherche qui est de reconstituer les choix de ces jeunes, leur nature, leur rationalité et leurs enjeux.

2Notre analyse décrit le processus de recherche d’une situation qui articule, d’une part, la sociologie des organisations s’intéressant à l’action d’un individu et ce qui la contraint (les règles sociales) et, d’autre part, la sociologie de l’action publique qui s’intéresse aux modalités de l’intervention de l’État dans le champ de la formation et de l’emploi (Musselin 2005).

L’invention des jeunes diplômés de Hanoi pour accéder à l’emploi ?

Le jeune diplômé désormais acteur de son propre devenir professionnel

  • 2 Jusque dans les années 1985, le Viêt-Nam, engagé sur d’autres fronts, était incapable de répondre d (...)

3Les questions de départ concernent le choix de l’emploi de jeunes diplômés du supérieur à Hanoi (de Terssac, Truong 2007). Cette question est loin d’être triviale au Viêt-Nam dans les années 2000, car ce n’est plus l’emploi qui rejoint l’individu, mais bien le sujet qui doit aller à la rencontre de l’emploi. Avant 1991, ce n’est pas au jeune diplômé de l’enseignement supérieur2 de trouver son emploi, mais c’est l’État qui le lui trouve : l’emploi est un espace professionnel contrôlé par l’État qui décide de l’affectation de la personne à qui une place a été réservée ou une occupation trouvée, plus qu’un emploi.

  • 3 Selon Hénaf et Martin (1999), qui réalisent d’importantes enquêtes sur le marché du travail, la rép (...)

4En revanche depuis 1991, ce sont les jeunes diplômés qui doivent chercher un emploi et donc lire des annonces, passer un entretien, bref faire un projet professionnel compte tenu de leurs ressources et de leurs contraintes. Nous voudrions expliciter le fait que l’individu diplômé a un choix difficile en matière d’emploi, car ce choix est en quelque sorte emboîté dans divers registres, comme des « poupées russes » : le travail, la vie familiale et la vie en société ; en effet, le choix de secteur ou d’entreprise est « encapsulé » dans un choix de mode de vie, lui-même enraciné dans un choix de société. Mais qu’est ce que trouver un emploi quand on est un jeune diplômé ? La réponse est évidente : c’est décider d’entrer dans le marché du travail, pour obtenir un contrat de travail qui ordonne la relation entre l’employeur et le salarié ; cependant, si l’on se réfère aux données caractérisant le marché du travail (Henaf, Martin 1999) au moment où se déroulent nos investigations (au début des années 2000), on observe que la porte reste étroite : le marché du travail est peu structuré, limité à moins de 25 %3 de la main-d’œuvre qui est salariée et il y a de nombreuses difficultés d’insertion qui touchent les techniciens et les ouvriers qualifiés, bien plus que les diplômés de l’université pour trouver un emploi. D’où l’objectif de la recherche qui est de comprendre les chemins empruntés par les diplômés pour trouver un emploi, compte tenu du changement des règles d’accès à l’emploi désormais pris en charge par l’acteur et non par le système.

5Plus généralement, caractérisons le contexte pour comprendre la scène de la recherche, mais aussi les enjeux pour les acteurs. On assiste bien à un changement d’orientation dans le pilotage de l’activité économique et d’orientations politiques nouvelles. Démarré en 1986 et appelé ensuite Doi Moi, il a mis fin à une économie hyperplanifiée et a ouvert la voie pour une économie de marché. Pham Phi Long (2007, p. 39) caractérise le concept « d’économie socialiste de marché » par la combinaison entre (a) un secteur public dont le rôle reste important, à condition de réformer les entreprises publiques désormais dotées d’une autonomie managériale, (b) un développement du secteur privé, (c) la venue des investisseurs étrangers et enfin (d) la réforme de l’État qui occupe une bonne place. Cette dernière comporte un volet administratif et économique et surtout une autre conception de l’État davantage centrée sur le pilotage d’objectifs propres et sur la coordination d’initiatives prises en dehors de lui. On pourrait ajouter que, dans ce contexte, émergent des conséquences sociales incertaines de ces transformations pouvant conduire à un problème de cohésion sociale et à de nouvelles « poches » de pauvreté, même si globalement la pauvreté recule.

Du problème social au cadre théorique : ajustements pour trouver un emploi

6Construire et rendre opératoire une problématisation, c’est rendre compte de la construction des maillons invisibles qui tissent les liens entre un problème social et un cadre théorique : c’est faire un retour sur le problème étudié et sur la manière dont nous l’avons problématisé. La problématisation consiste d’abord à définir la question de départ et à la clarifier ; c’est faire le pont entre une question concrète ou sociale (les jeunes diplômés trouvent-ils un emploi lié à leur formation ?) et une théorie. Ce pont repose sur un mouvement inductif et déductif. Inductif, car il s’agit d’inscrire cette question sociale au sein d’une théorie : par exemple, une théorie de l’insertion, de la socialisation, de l’intégration, de l’entreprise ou de l’école, de la régulation sociale, etc. ; déductif, car il s’agit de passer de la théorie à l’opérationnalisation des concepts : régulation, système de formation, stratégies d’acteurs, réseaux sociaux, règles de l’échange social etc. Écoutons Fontan et Lalamme, (2004) : « En reliant (…) la théorie et l’empirie, on détermine la problématique. La problématique permet d’ancrer la recherche dans le champ de connaissances existant. Dans un deuxième temps, il s’agit de définir les contours du contenu à étudier, de tracer les frontières de son objet. Cette analyse conceptuelle permet de passer de l’ordre des concepts à celui des objets : on parle d’opérationnalisation des concepts ou de déduction empirique ». Toute question sociale est retravaillée pour être transformée à l’aide de notions et de concepts (Berthelot, 1998).

7De façon générale, on s’accordera pour dire que le problème social posé par les changements concerne le fait qu’ils créent des tensions, génèrent des contradictions et exigent des ajustements, des mises en cohérence, des mises au point, voire des raccordements. Ils exigent des réglages entre acteurs, entre niveaux de décision, entre domaines qui sont hétérogènes ; ils exigent aussi des réglages au cours du temps pour accompagner ces changements. Les jeunes diplômés procèdent aussi à des réglages de leur action. En effet, le changement déstabilise les jeunes diplômés habitués à ce que l’État leur fournisse un emploi, tout en ouvrant de nouveaux espaces d’action : de ce fait, ce changement exige de nombreux réglages. C’est ce processus de réglage d’un état à un autre ou d’ajustement d’un ordre public à un autre que nous voulons analyser et dont voici quelques illustrations de ce que nous cherchons : les ajustements entre les attentes à l’égard de l’emploi imaginé et de l’emploi trouvé, les raccordements entre les différentes dimensions de la vie sociale, privée et publique, professionnelle et familiale, les mises au point consécutives à des prises d’initiatives par un acteur qui affirme sa volonté de changer les règles du jeu comme ce jeune diplômé qui veut créer son entreprise privée en rupture avec sa famille ou cette femme ingénieur qui veut occuper ce poste de cadre de nuit contre l’avis de son père. Il y a bien aujourd’hui, chez les jeunes diplômés, une cohabitation de tendances contradictoires à propos du choix de leur emploi, des tensions entre des attentes de leurs familles différentes de leurs propres attentes. D’un côté un schéma d’insertion en place, faisant de l’État le pourvoyeur d’emplois publics pour tous ces jeunes et de l’autre un schéma émergent caractérisé par un retrait de l’État en ce domaine, obligeant les jeunes diplômés à « se prendre en charge » pour la recherche d’un emploi dans le public ou dans le privé. Il y a, chez les jeunes diplômés, une coexistence entre une volonté de stabilité que manifeste leurs préférences pour un emploi public et une volonté de changement que manifestent leurs attitudes critiques à l’égard des emplois publics.

8Essayons de problématiser ces chemins empruntés par les jeunes diplômés en définissant des concepts et en mobilisant les théories pertinentes : ce parcours d’insertion se déroule sur fond d’ajustements qui témoignent de l’intensité des réglages au sein d’une société. Les jeunes diplômés prennent des initiatives, font des choix qu’ils tentent de faire partager à leur famille ou à leurs employeurs ; mais ces choix ne sont pas le résultat improbable de leur confrontation au marché du travail, mais bien le produit de règles communes qu’ils ont élaborées pour s’ajuster aux réalités du marché du travail, aux attentes de leurs familles, mais aussi aux normes sociales qu’ils ne souhaitent pas écarter. Les interactions avec les autres se traduisent par l’invention de règles sociales qui sont autant d’obligations qui les influencent et qu’ils s’engagent à respecter : ils inventent des règles et des jeux autour des règles que nous appellerons ici des ajustements ; en même temps on pourrait dire qu’ils inventent un espace de régulations sociales au sein duquel ces ajustements vont se développer. Certes, la notion de régulation formalisée par Reynaud (1997) est utilisée en des sens différents, comme le souligne à juste titre Thoenig (1998, p. 36), mais elle reste au cœur de la vie sociale pour désigner et rendre compte de la variété des échanges sociaux qui s’emboîtent, des différents niveaux de décision qu’il faut articuler, des relations entre des éléments hétérogènes qu’il faut coordonner, des ajustements entre de multiples actions. Plus généralement notre recherche s’inscrit dans une problématique selon laquelle toute société vit à coups de « réglages » entre les différentes composantes de la vie sociale, de l’économie, de la politique, de la culture, mais aussi à coups « d’arbitrages » entre l’intégration et l’exclusion, entre l’État protecteur et le marché destructeur ou encore à coups de « compromis » entre les décisions prises « en haut » et leur mise en œuvre « en bas », entre la subordination et la volonté d’y déroger par affirmation de son autonomie. Vivre en société et transformer les organisations repose sur des interactions que les individus ordonnent grâce aux règles qu’ils élaborent : ces règles permettent la communication et l’échange social (la collaboration et le conflit, le réglage, l’arbitrage et le compromis). Selon Jean-Daniel Reynaud (1995 et 1997) la vie des règles, leur élaboration et leur renouvellement constituent une régulation sociale qui est l’objet même de la « Théorie de la régulation sociale » ; cette théorie que nous mobilisons pour cette recherche permet de comprendre les modalités de construction d’obligations sociales auxquelles les individus se soumettent, du fait que ces règles sociales sont le produit endogène de leurs relations. Si elle a pour point de départ le domaine des relations professionnelles, elle s’en éloigne ensuite pour devenir une théorie générale de l’échange social, fondée sur le paradigme de la négociation. Les débats et prolongements auxquels elle donne lieu (de Terssac 2003) montrent la fécondité de cette théorie, mais aussi son caractère ouvert.

Un bricolage méthodologique

9Une fois la problématique esquissée, il paraît simple d’en déduire le chemin pour accéder aux données que l’on veut recueillir, puis de recourir aux méthodes de traitement pour enfin, analyser les résultats et les présenter avec une cohérence qui surprend parfois le lecteur. Il faut en découdre avec cette vision simpliste, linéaire et séquentielle de la recherche. Ni le processus d’investigation, ni le processus d’exposition des résultats ne correspondent à un tel schéma. D’abord, parce que problématique et méthodes se co-construisent, tout comme le traitement des données oblige à reformuler ses hypothèses ; ensuite, parce que les résultats sont exposés selon les règles en vigueur, mais aussi selon les opportunités du moment. Enfin parce que la principale difficulté est bien de faire tenir ensemble une préoccupation de recherche concernant la transition et les récits de vie mobilisant des traditions et des coutumes, dont le rapport avec la modernisation était loin d’être évident. Faisons un détour par la méthode pour bien retracer le chemin qui a conduit aux conclusions.

10Une fois le problème défini, la méthodologie reste à construire pour arriver à éclairer le problème par acquisition de données, traitement et analyse des résultats : la méthodologie, c’est une manière de combiner des règles reconnues par le milieu scientifique et des instruments d’analyse élaborés par la communauté. Cette combinaison relève d’un « bricolage » organisé par le chercheur (Kaufmann 1996) et pertinent pour une situation donnée.

11Notons que nous avons procédé à une étude préalable pour vérifier la faisabilité au plan du contenu et au plan des personnes. Avec une vingtaine de personnes que nous connaissions, nous avons mené des entretiens très ouverts : il s’agissait de conversations autour d’un thème, celui de l’emploi trouvé, et de la manière dont ils l’avaient trouvé. Ces conversations étaient prolongées par des incitations à parler de leur vécu, de leur travail, de leurs relations avec les collègues ou la hiérarchie, de leur position au sein de l’établissement et de la manière dont ils étaient perçus par les autres. On aura compris que ces premiers entretiens nous ont permis d’obtenir les dimensions d’analyse et la manière de les aborder avec les sujets. Sur cette base, un questionnaire a été élaboré. Au plan de l’échantillon, nous avons procédé de proche en proche pour le constituer en privilégiant quatre dimensions : le sexe (371 hommes et 255 femmes) ; l’origine urbaine (59,3 %) ou rurale (40,7 %) ; le type d’entreprise (public, privé, mixte) et les disciplines étudiées (économie, droit et ingénieur).

12Pour compléter notre approche quantitative, nous avons fait le choix de l’entretien quasi clinique pour se rapprocher du sujet, tout en gardant la bonne distance. Nous avons opté pour l’interaction verbale, pour l’échange libre, pour le dialogue peu cadré de façon à laisser émerger, dans le récit, ce qui a été réellement vécu : la différenciation entre les garçons et les filles, le poids des parents, la culture « d’une vie tranquille », la soumission à certaines valeurs, etc. Ce choix méthodologique heurte certains tabous de la société vietnamienne et les choses supposées partagées : notre posture consiste à faire émerger une insatisfaction ou son contraire, à parler de son travail ou de son rapport à l’argent, à ses parents, à ses collègues, à sa hiérarchie et tout cela ne va pas de soi.

13Le terrain d’investigation n’est pas seulement un lieu d’acquisition de données ou de vérification d’hypothèses, mais un espace social d’échanges et d’interactions avec autrui pour formuler le problème, c’est un espace de familiarisation entre le chercheur et les personnes qui sont l’objet de l’analyse pour rompre ce rapport d’altérité, un lieu de reconnaissances et de confrontations réciproques pour construire ensemble le sens des faits énoncés.

L’ajustement aux normes professionnelles

14Dans cette partie on s’intéresse à la manière dont les jeunes diplômés évaluent l’emploi occupé au regard de l’emploi idéal dont ils ont rêvé. À partir du décalage entre les niveaux de représentation de la réalité virtuelle d’un emploi imaginaire et de la réalité vécue d’un emploi occupé, nous voudrions donner à voir l’ajustement de l’individu à son milieu professionnel, quitte à entrer en contradiction avec ses propres valeurs.

Dimensions de l’emploi rêvé et de l’emploi occupé : les décalages

15En considérant les quatre principaux items, il ressort (tableau 1) premièrement que ce qui est estimé primordial dans l’emploi idéal, c’est la possibilité d’apprentissage au travail et de développement de la formation : presque 8 personnes sur 10 (77,5 %) considèrent cet item important. En seconde position arrivent les compétences (70,4 %), c’est-à-dire la possibilité d’exploiter au mieux tout ce que l’on a appris, y compris au travers d’expériences professionnelles. Globalement, cet ordre reste inchangé, qu’il s’agisse des hommes ou des femmes : ce fait est remarquable du point de vue de l’homogénéité des représentations entre les hommes et les femmes.

16En considérant maintenant les items qui viennent en dernier dans l’estimation de ce qui est le plus important ou primordial, on observe que ce qui est estimé le moins important, c’est d’abord le complément de salaire, puisque presque une personne sur deux (46,8 %) considère que ce n’est pas ou pas du tout important. Les conditions de travail (23,3 %) et l’articulation entre le temps de travail et le temps hors travail, personnel et familial (25,4 %) arrivent ensuite. Ajoutons que le complément de salaire est le critère le moins important pour les deux sexes, avec une différence d’estimation variable d’un sexe à l’autre : plus d’une femme sur deux (53,7 %) mentionne cet item, contre 40,8 % pour les hommes.

17Les dimensions de l’emploi occupé mises en avant par les jeunes diplômés concernent davantage le travail, la coopération avec les collègues, le comportement hiérarchique et les conditions de travail. En effet, si l’on considère ce qui est évalué comme très satisfaisant ou satisfaisant, on observe (tableau 2) que les items qui viennent en premier sont la solidarité (77,6 %), les bonnes relations avec la hiérarchie (73,4 %), suivis des conditions de travail (64,3 %) et la reconnaissance par l’employeur (63,4 %).

18Quels sont les items qui viennent en dernier dans l’estimation de ce qui est satisfaisant ou très satisfaisant ? Il s’agit du salaire (45,4 %), des compléments de salaire (33,9 %) et de l’opportunité de promotion et d’évolution de carrière (32,1 %).

19Qu’est-ce qui est source d’insatisfaction ? Dans l’emploi qu’ils occupent, les jeunes diplômés déclarent qu’il s’agit du salaire (30,9 %), du complément de salaire (23,2 %) et enin de la possibilité de se former (20,1 %).

Tableau n° 1 Importance relative des caractéristiques de l’emploi idéal par les jeunes diplômés (n = 626)

Tableau n° 1 Importance relative des caractéristiques de l’emploi idéal par les jeunes diplômés (n = 626)

Tableau n° 2 Importance relative des caractéristiques de l’emploi occupé par les jeunes diplômés (n = 626)

Tableau n° 2 Importance relative des caractéristiques de l’emploi occupé par les jeunes diplômés (n = 626)

S’ajuster aux normes professionnelles : la réalité plus forte que la fiction

20S’ajuster aux normes professionnelles revient à passer de l’emploi au travail. Retenons premièrement que, dans l’emploi idéal, les dimensions mises en avant concernent la maîtrise de la relation formation-emploi : un bon emploi est un emploi qui permet d’utiliser ses compétences et sa formation et surtout de les augmenter. L’attachement à la formation et aux compétences est projeté au travers d’une relation mécanique comme devant se retrouver dans l’emploi. De plus, sont précipités vers le bas (et de manière encore plus prononcée pour les femmes) dans le design de cet emploi idéal, les bénéfices secondaires d’une situation d’emploi : les revenus complémentaires, les conditions de travail et la synchronisation temporelle.

21Deuxièmement, dans l’emploi vécu, les dimensions importantes concernent le travail et les relations de travail : on met l’accent sur les coopérations avec les collègues, les relations avec la hiérarchie, les conditions de travail jusqu’ici occultées et la reconnaissance des compétences par la hiérarchie. Sans doute parce que les individus ont un emploi, ce qui prime c’est le travail, les relations qui s’y nouent et les conditions d’exercice. Ceci est d’autant plus vrai que la question des salaires fait son apparition dans les motifs d’insatisfaction, alors que dans l’emploi idéal, ce critère n’est pas mentionné comme primordial ou important. Ce qui importe dans l’emploi occupé, c’est le vécu quotidien, d’où l’importance accordée à la solidarité entre collègues qui peut être interprétée, soit comme la possibilité de s’entraider dans le travail dès qu’une difficulté se présente, soit comme l’affirmation d’un sentiment d’appartenance à un collectif qui crée une identité de groupe.

22Troisièmement, s’opère un vrai travail d’ajustement consistant à passer d’un sujet employable du fait de ses diplômes et compétences, à un sujet employé dans les situations où il occupe une place souvent laissée vacante. La justice tant espérée d’un design de l’emploi qui devait faire correspondre l’emploi à la formation détenue, cède le pas à la justesse de l’emploi occupé dont on s’accommode parce qu’il donne du travail à défaut de permettre d’exercer un métier. L’ajustement aux normes professionnelles, c’est le passage du « se tenir » dans l’emploi, c’est-à-dire avoir un emploi qui corresponde à son rang, à « se maintenir » dans l’emploi trouvé, avoir un travail même appauvri dans son contenu, voire sans qualité (Sennett 2000).

23Le passage de l’emploi au travail (ou de l’emploi idéal à l’emploi réel) signifie que le sujet plonge d’un design idéal qui met en rapport sa formation à son emploi vers la situation professionnelle quotidienne dans l’entreprise qui reste l’institution du travail qui en définit les contours et le contenu. Le jeune diplômé ne se laisse pas contenir dans son travail, mais c’est bien lui qui l’oblige à rencontrer cette figure de l’emploi réel. Comme le souligne Alaluf (2000), « le travail renvoie au poste, à l’entreprise qui définit son contenu et l’arrangement des tâches à effectuer ; le travailleur à la société, à la famille, à l’école, et à d’autres entreprises qui ont assuré sa formation et sa socialisation. L’emploi consiste dans leur mise en rapport. L’emploi (…) renvoie au rapport du travailleur à son travail ».

L’ajustement aux normes familiales

Les voies pour trouver un emploi : des ressources occultées ?

24Si l’on considère les facteurs qui favorisent l’obtention d’un emploi (tableau 3), globalement il ressort que pour trouver un emploi, le plus important c’est de réussir l’entretien d’embauche en faisant valoir ses qualités personnelles (57,9 %), son niveau de spécialisation (56,3 %), voire sa maîtrise d’une langue étrangère (45,0 %). Ceci est d’autant plus vrai pour les hommes (62,8 %) qui insistent davantage que les femmes (54,0 %) sur ces critères.

25Si l’on considère maintenant les facteurs qui n’interviennent pas dans l’accès à l’emploi et contre toute attente, les réseaux personnels ou collectifs ne sont pas mis en avant pour trouver un emploi. En effet, la moitié (50,8 %) des jeunes diplômés rejettent la proposition selon laquelle il faut des relations familiales pour trouver un emploi ; de même 39,1 % disent que les relations personnelles sont peu importantes ou pas du tout importantes pour trouver un emploi et 63,6 % précisent que les moyens économiques ne constituent pas un facteur déterminant.

Tableau n° 3 Importance relative des facteurs d’accès à l’emploi pour les jeunes diplômés (n = 506)

Tableau n° 3 Importance relative des facteurs d’accès à l’emploi pour les jeunes diplômés (n = 506)

26Deux interprétations sont possibles : soit la technique d’investigation ne permet pas d’expliciter l’usage de réseaux personnels ou sociaux ; soit l’origine (peut-être rurale) des personnes ne leur est pas d’une grande utilité pour trouver un emploi (en milieu urbain).

27Alors comment interpréter de tels résultats ? Pour les jeunes diplômés, l’école est bien le lieu d’acquisition de diplômes et de compétences qui jouent de façon déterminante pour trouver un emploi et pour s’y maintenir. Il convient de nuancer cela, puisque le plus important ce sont les compétences tacites et les valeurs personnelles. De quoi s’agit-il au juste ? Autre chose que des diplômes codifiés que l’entretien d’embauche permet de capter, allant au-delà d’un CV écrit : on sait que l’entretien comporte aussi une dimension discrétionnaire dans l’évaluation des compétences faite par celui qui recrute. Le questionnaire ne permet pas de saisir cela, mais nous pouvons faire l’hypothèse de l’importance des compétences tacites dans l’embauche comme dans la réussite, sans pour autant être capable de préciser le contenu de ces compétences tacites. On peut penser qu’il s’agit d’un savoir être, d’un rapport favorable à l’institution décelé lors de l’entretien, d’une volonté de coopération avec les collègues, voire avec la hiérarchie. Il ressort aussi que les réseaux sociaux et familiaux, tout comme les moyens financiers, ne sont pas des critères avancés tant pour trouver un emploi que pour réussir dans le travail. On peut raisonnablement en douter, mais on peut comprendre cette insistance à mettre entre parenthèses un capital social comme une revendication de se démarquer d’un système social qui se reproduirait en fonction de ce capital et qui exclurait d’autres critères.

28À ce stade de la recherche, il est bien difficile de trancher, mais nous pensons cependant que les réseaux sociaux et familiaux continuent à fonctionner, mais qu’il est difficile de formaliser et d’écrire ce qui est informel, oral et peu avouable, voire dévalorisant pour la personne diplômée, qui n’obtiendrait un emploi que pour des raisons externes à ses compétences et à ses diplômes, qui sont précisément valorisés pour trouver un emploi. Comment dépasser l’impasse quantitative ? Nous développons une approche qualitative pour tenter de remédier à ce que nous considérons comme un effet pervers de la dimension déclarative propre à la passation du questionnaire.

Retour au village : ressurgissement des relations fortes

29Peut-on limiter l’analyse au questionnaire ? Certainement pas. L’entretien permet de comprendre plus en détail certains éléments qui ne peuvent pas être quantifiés. À cela plusieurs raisons : certaines thématiques sont écartées, certaines réponses sont indicibles, certaines questions sont tout simplement inappropriées. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’évoquer le salaire, le fonctionnaire de Hanoi connaît son salaire et sait donner un chiffre. À la campagne, le paysan a des revenus saisonniers : la notion même de salaire mensuel lui est étrangère. Son raisonnement ne portera pas sur des chiffres, mais sur des produits : vendre vingt porcs, louer le four pour sécher du thé, etc. Cela ne désigne pas les bénéfices réels, mais renvoie à la relation marchande dans laquelle il s’insère.

30Que se passe-t-il au village ? Tout, dont le système de recrutement, repose sur la cooptation, sur la constitution de lignages dans les organisations. Lors de notre enquête par questionnaire, les jeunes diplômés sont restés très discrets sur les réseaux villageois et sur les mécanismes de cooptation. Or il ne fait aucun doute qu’il y a des filières d’accès à l’emploi contrôlées par le groupe issu du même village, qui ne recruteront que des gens du même village. Ce processus de cooptation se décline ensuite au niveau des familles qui s’arrangent pour recruter leurs membres.

31Prenons l’exemple du village de Van Tran qui regroupe plus de 400 membres (personnalités ayant « réussi » et leurs descendances habitant actuellement sur l’ensemble du territoire vietnamien) au sein de l’association Dong Huong. On y compte des hauts fonctionnaires ministériels, des professeurs des universités, des directeurs de cliniques, des responsables d’entreprises privées et publiques, d’agences d’État, mais aussi des ouvriers et des employés plus modestes. L’association fonctionne comme un réseau d’entraide. Le programme d’activités communes ne manque pas de projets : une structure de communication qui assure le contact en cas d’urgence (décès, malades, accidents, mariages) et la circulation de demandes entre ceux qui ont des ressources disponibles et les demandeurs. Cela comprend un large carnet d’adresses, un listing des emplois occupés, le suivi des changements de situation d’emploi ou familiale, etc.

S’ajuster aux normes familiales : le faire sans le dire

32Mettre en relation les réponses déclaratives relatives aux ressources mobilisées pour obtenir un emploi et procéder à un détour qualitatif par le village et les réseaux tissés permet de mettre en lumière un nouvel ajustement. Il s’agit d’un ajustement aux normes familiales : on ne dit pas, on ne l’énonce pas, mais il s’exerce tout au long de la trajectoire des jeunes diplômés. « On peut quitter le village pour aller à la ville étudier, mais le village ne vous quitte jamais », nous dit un de nos interlocuteurs.

33Pour ces jeunes diplômés, s’ajuster aux normes familiales c’est adopter un modèle de conduite qui leur convient ainsi qu’à leur famille pour bénéficier de l’intervention des associations du village d’origine. On observe aussi l’importance de la mise en valeur de soi et de l’énoncé de ses valeurs dont on peut aisément imaginer qu’elles restent cohérentes avec les attendus du système. Ces ajustements laissent une place à l’initiative du sujet, initiative placée sous un contrôle social plus ou moins diffus incitant au respect des normes. Cependant, ces ajustements ne se disent pas : ce serait se dévaloriser et mettre en porte-à-faux les siens que de dire que l’on a un travail grâce à l’intervention de sa famille. Ce serait reconnaître sa propre incapacité à trouver un emploi.

L’ajustement aux normes sociales

  • 4 Notons toutefois que ce sont surtout les diplômés en sciences humaines et sociales qui s’orientent (...)

34Contre toute attente, les jeunes choisissent le secteur public qui est plébiscité dans presque deux cas sur trois4. Pourquoi le choix se porte-t-il essentiellement sur le secteur public ? Certes, cette étude menée au début des années 2000 donne des informations datées, mais elle illustre un troisième type d’ajustement. En nous appuyant sur l’explicitation des raisons qui poussent les jeunes à s’orienter vers des emplois d’État au moment même où l’État se retire de nombreux secteurs, nous voudrions montrer que les jeunes obéissent à une norme sociale, aux attentes collectives et à des valeurs partagées par leur milieu social : trouver un emploi sûr, face au risque de s’engager sur un poste perçu comme risqué.

35Quatre arguments formant chacun des logiques d’action explicitent cette obéissance aux normes sociales : la logique sécuritaire, la logique de précaution, la logique de résignation, la logique d’optimisation.

Logique sécuritaire : les compétences sacrifiées

36La première logique est sécuritaire et consiste à trouver un emploi pour ne pas rester sans travail alors que la famille a tant donné pour financer les études. Ici, la règle est de trouver un emploi à n’importe quel prix pour satisfaire l’environnement privé. Cela revient à accepter un mauvais salaire et de faire un travail sans rapport avec la formation obtenue.

37En échange d’une autonomie et d’une certaine reconnaissance de leur employabilité, les jeunes diplômés acceptent de ne pas avoir la possibilité d’utiliser leurs compétences acquises en formation. La règle qu’ils se donnent est l’accès à l’emploi à tout prix, par la voie la plus rapide : cette règle d’efficacité résout ainsi en partie le problème qui les concerne, à savoir trouver une place dans l’entreprise publique, mais qui est aussi une place dans la société.

38Selon cette logique, la règle d’accès à l’emploi répond à un échange : la sécurité à long terme contre l’acceptation de contrarier ses compétences, puisque le poste n’est pas à la hauteur des compétences. La décision de trouver vite un emploi relève d’une logique efficace de sécurité.

Logique de précaution : peur de ne pas trouver mieux ailleurs

39Diplômée de droit, Tran Thiem s’est engagée, grâce à ses relations familiales, au service de l’administration d’une province voisine de Hanoi. Elle peut ainsi vivre à Hanoi et faire son aller-retour journalier. L’inconvénient de cet emploi ne se résume pas aux seuls déplacements, mais s’étend au travail lui-même qui est complexe, avec des tâches assez pénibles et un revenu très faible (de l’ordre de 400 000 VND, soit environ 14 euros). Mais, malgré tout, elle n’a pas l’intention de changer d’emploi, parce qu’elle en apprécie la stabilité.

40Le travail est en fait complexe : c’est celui d’une brigade ayant pour tâche de mettre en application les sentences issues de la Cour de Justice provinciale. Ces tâches sont difficiles, par le sujet lui-même, mais aussi pour trouver des astuces permettant de les appliquer ; se rendre aux confins de la province ; missions nombreuses ; faibles chances de promotion ; absence de primes ; etc. Cela dit, par peur de ne pas pouvoir retrouver un autre emploi aussi stable que celui-là, elle accepte les conditions de travail.

41À travers ce portrait type, nous voyons apparaître une logique consistant à résister tant bien que mal aux désagréments de l’emploi. Mais cette logique est aussi celle de la précaution qui consiste à prendre des mesures pour éviter une crise : on anticipe le risque d’être au chômage en s’accrochant à son emploi.

Logique de la résignation : un emploi à mourir d’ennui

42Après de longues et onéreuses études, les jeunes diplômés attendent un emploi qui ne vient pas. Ils se découragent, ils désespèrent, ils perdent confiance. Pourtant, ils ne cessent de prospecter, de candidater, mais rien n’est concluant. Après un temps d’attente intenable, ils finissent par se rapprocher d’un emploi qu’ils considèrent comme temporaire, comme un refuge pour passer le temps.

43En recueillant de tels témoignages, on prend la mesure de la déception : ils rêvent d’un emploi idéalisé et se retrouvent prisonniers d’un emploi qui ne leur convient pas, malgré une forme de tranquillité obtenue par une rémunération régulière.

44Les emplois occupés sont généralement pauvres, on s’y ennuie, on n’y apprend pas grand-chose : le temps s’écoule en échange d’un maigre salaire. La monotonie est telle qu’il leur est souvent difficile de décrire leur activité : « il ne se passe rien ». On ne prend pas de plaisir dans de tels emplois, les relations sont dépouillées, voire inexistantes : « il n’y a pas de contact avec le monde extérieur, par conséquent je joue au jeu électronique qui est devenu un moyen pour tuer le temps ». C’est un temps vide, un temps perdu en quelque sorte. Les formations et les compétences acquises restent inutilisées, les jeunes diplômés sombrent, ils oublient quand ils ne finissent pas par s’oublier eux-mêmes.

Logique de l’optimisation : essayer d’articuler les temporalités sociales

45Une autre facette de l’attachement à l’emploi stable apparaît. Fréquents sont les témoignages qui rendent compte d’un conflit entre la vie au travail qui impose des déplacements et la vie hors travail qui se trouve dégradée par ces déplacements. À ce stade, il convient de préciser qu’au Viêt-Nam se rapprocher de l’emploi, ce n’est pas seulement avoir un emploi, c’est aussi pouvoir articuler sa vie professionnelle et sa vie familiale fortement structurante puisqu’il faut se rendre disponible autant pour ses propres enfants que pour ses parents et beaux-parents.

46Pour cela, la règle que les jeunes diplômés inventent vise à se maintenir dans l’emploi en articulant toutes sortes de contraintes : qu’elles soient professionnelles ou privées. Prenons deux exemples. Kim Nguyen occupe depuis six ans un emploi au service central des douanes : « Que puis-je dire à propos de mon travail ? De manière générale, ça m’arrange. Quand je suis sortie de l’université, je voulais simplement avoir un emploi, un emploi stable et puis surtout me marier. Sauf que j’ai souvent des missions de service à faire hors de la ville de Hanoi : je dois aller en province. Cette mobilité ne me plaît pas beaucoup. J’aurais préféré avoir un emploi encore plus stable. » Thu Nguyen : « Je veux changer d’emploi pour ne pas aller si loin au travail chaque jour, faire d’aussi longs trajets d’aller-retour. Je fais 40 kilomètres deux fois par jour. J’aimerais avoir plus de temps pour la famille et pour ma santé. J’avais même tenté d’abandonner cet emploi. Ma famille m’a déjà suggéré de voir quelques emplois en ville dont celui relevant de la mairie de Hanoi. »

47Ce qui est recherché c’est une stabilisation dans l’emploi doté de modalités simples : mobilité nulle, distance courte entre le lieu de travail et le lieu de vie familiale, etc. Les emplois du secteur public peuvent offrir de telles configurations, mais selon la logique d’optimisation, les jeunes diplômés n’hésitent pas à se réorienter (quitte à avoir un salaire moindre) pour améliorer leur disponibilité auprès de la sphère familiale.

S’ajuster aux normes sociales : compromis entre indépendance et acceptation

48Au total, nous venons d’expliciter les raisons pour lesquelles les jeunes diplômés « choisissent » le secteur public. On aura remarqué l’intervention des réseaux et l’aide de la famille pour trouver une place dans l’administration et finalement sa place dans la société.

49Après l’ajustement aux normes professionnelles et aux normes familiales, il y a bien un troisième type d’ajustement lié à des normes sociales faisant partie des références que partagent les jeunes avec leurs aînés ou de critères qui orientent leurs choix.

50Il ne s’agit pas à proprement parler d’une simple soumission à des normes : aucune violence, même symbolique, ne s’abat sur eux, une dérogation à la norme n’entraîne pas de sanction si ce n’est d’être exclu du marché de l’emploi public. Cette norme est une décision, celle de s’orienter vers l’emploi public qui garantit la sécurité de l’emploi, participe à la fierté de l’institution dans laquelle on sert, permet de sortir de la situation avilissante d’être sans emploi, contribue à la valorisation de soi par la reconnaissance de son employabilité, sert aux remboursements des familles qui ont payé les études.

51Les jeunes diplômés élaborent un compromis : ils échangent la reconnaissance sociale de leur décision qui les transforme en acteurs indépendants, contre l’acceptation d’un bas salaire, de mauvaises conditions de travail et surtout d’un travail sans aucun intérêt ni réelle perspective.

Conclusion

52Tout comme le Viêt-Nam, la recherche en général et notre étude en particulier sont dans un état transitoire et il est probable qu’une étude dix ans plus tard conduirait à d’autres résultats et d’autres conclusions ; néanmoins, c’est dans cette période historique à l’aube du XXIe siècle que nous avons souhaité saisir une figure de la transition qui bouleverse les rapports de l’individu à l’emploi et plus généralement aux institutions et à la société. Le cheminement de la recherche ne consiste pas à aller d’un point de départ à un point d’arrivée connu à l’avance. La dynamique est bien plus tortueuse, elle n’est pas séquentielle, elle n’est pas constante ni jamais totalement prévisible. Des arrêts sont parfois nécessaires, des décalages, des retours en arrière, des reformulations, des remises en doute qui passent notamment par l’échange auprès de pairs mais aussi de personnes extérieures au monde académique. Ainsi peut être présenté, de manière peu orthodoxe, le processus d’investigation et d’exposition. Un cheminement est nécessaire, il se construit pas à pas, par tâtonnements, par essais. On ajuste des hypothèses, on adapte la méthodologie, on articule des résultats pour produire de la connaissance.

53Ce cheminement, en même temps qu’il est construit par le chercheur en interaction avec son terrain et les préoccupations qui le traversent, transforme le chercheur dans sa manière de comprendre le problème, de le traiter, de l’interpréter : qui modifie le chercheur lui-même.

54Parler de la transition au prisme des jeunes diplômés nous pousse à interroger la dimension temporelle dans laquelle ces personnes et tout un pays s’insèrent. On passe ainsi d’un temps de l’attente à un temps de l’engagement ; d’un temps traditionnel à un temps moderne ; d’un temps de la désaffiliation à un temps de la réaffiliation ; de temps circonscrits à des temps plus élastiques ; de temps stables à des temps vulnérables. L’inscription de ses actions dans un régime temporel est aussi une construction de cadres temporels. Ces cadres, non seulement inscrivent le sujet dans des configurations temporelles et ordonnent ses relations à autrui, mais la construction de ces cadres définit sa communauté d’appartenance, son identité.

55La régulation à l’œuvre reste au cœur de la vie sociale pour désigner et rendre compte de la variété des échanges sociaux qui s’emboîtent, des différents niveaux de décision qu’il faut articuler, des relations entre des éléments hétérogènes qu’il faut coordonner, des ajustements entre de multiples actions.

Bibliographie

Alaluf M., 2000, Le travail du temps, Terssac (de) G., Tremblay D. -G. (éd.), Où va le temps de travail ? Toulouse, Octarès, p. 203-213.

Berthelot J. -M., 1998, L’intelligence du social, Paris, PUF.

Catlla M., 2005, « Des dynamiques intermédiaires au travail politique », Filâtre D., Terssac (de) G., Albanel X., Catlla M., Voléry I. (coord.), Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octarès, p. 37-62.

Fontan J. -M., Laflamme S., 2004, « La méthodologie sociologique », D. -G. Tremblay (éd.), Travail et Société. Évolution et Enjeux, Montréal, Québec (Canada), Télé-Université, p. 47-71.

Hénaff N., Martin J. -Y., 1999, Observatoire de l’emploi et des ressources humaines, Viêt-Nam, Hanoi, ministère du Travail et IRD, Éditions du travail et des affaires sociales, p. 57.

Loenzien (de) M., 2006, « Le processus de recherche et traitement des données qualitatives », Loezien (de) M. et Simon-David Y. (éd.), Les approches qualitatives dans les études de population. Théorie et pratique. Paris, Éditions des Archives contemporaines, p. 107-129.

Musselin C., 2005, « Sociologie de l’action organisée et analyse des politiques publiques : deux approches pour un même objet ? » Revue française de science politique, vol. 55, p. 51-71.

Palaoro G., 2010, Analyse des modalités de délocalisation des programmes d’enseignement supérieur : le cas des formations supérieures de gestion au Viêt-Nam, thèse d’économie, Université de Lyon 2.

Pham Phi Long, 2007, La réforme de l’État et des entreprises au Viêt-Nam : le cas des infrastructures de transport, ENPC-ESTC de Hanoi, Latts, Paris, thèse, 381 p.

Reynaud J. -D., 1989, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Sennett R., 2000, Le travail sans qualités. Les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin Michel.

Terssac (de) G., Truong A. Q., 2007, « Choisir son emploi : un dilemme pour les jeunes diplômés », Analyse pour l’accompagnement des changements socio-organisationnels, Actes du Workshop APACS, Hô Chi Minh, avril.

Terssac (de) G., 2003, (éd.), La théorie de la régulation sociale de Jean Daniel Reynaud. Débats et prolongements, Paris, La Découverte.

Truong An Quoc, Terssac (de) G., 2006, « Choisir un emploi dans l’économie socialiste de marché : une question de temps », Thoemmes J., Terssac (de) G. (éd.), Les temporalités sociales : repères méthodologiques, Toulouse, Octarès, p. 163-173.

Truong An Quoc, 2004, La transition au risque des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur : le cas de Hanoi ; Thèse de sociologie, Université Toulouse 2, CERTOP-CNRS, 329 p.

Thoenig J. -C., 1998, « L’usage du concept de régulation », Revue droit et société, vol. 24, p. 35-53.

Notes

1 Notre objectif est limité à l’exposé d’une démarche, plus qu’à l’énoncé de résultats. Pour l’exposé détaillé des résultats, on se reportera à la thèse de Truong An Quoc (2004) et à notre article (Truong An Quoc 2006).

2 Jusque dans les années 1985, le Viêt-Nam, engagé sur d’autres fronts, était incapable de répondre de manière autonome et complète aux besoins d’éducation. Même si la première université est créée dans les années 1000, le système universitaire du Viêt-Nam indépendant date de moins de quarante ans (Palaoro 2010). Cette recherche sur le devenir des diplômés de certaines filières de l’enseignement supérieur se situe dans un contexte marqué tout d’abord par une tradition de haute considération du maître et de l’enseignement. Ensuite, l’enseignement supérieur est composé de disciplines inégalement développées : certaines avaient été mises à l’écart comme le droit ou la philosophie (sauf la philosophie marxiste) tandis que d’autres ont fait leur apparition récemment comme la gestion ou le management. Enfin, l’orientation des contenus fait l’objet de débats en particulier lorsqu’il s’agit de matières complémentaires assurant la socialisation politique des étudiants. Ces débats se retrouvent lors de la co-diplomation mise en place pour sanctionner des formations conjointes entre le Viêt-Nam et un autre pays.

3 Selon Hénaf et Martin (1999), qui réalisent d’importantes enquêtes sur le marché du travail, la répartition de la main-d’œuvre s’ordonne ainsi : 65,9 % dans les entreprises familiales exemptées d’enregistrement, 12,7 % dans le secteur public, 4,3 % dans des entreprises ou sociétés enregistrées et 1 % dans les entreprises de petite taille, 0,6 % pour le secteur coopératif.

4 Notons toutefois que ce sont surtout les diplômés en sciences humaines et sociales qui s’orientent vers le secteur public (89,2 %) contre seulement 45,1 % des diplômés en économie et finances et 48,4 % des ingénieurs.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search