Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Transition économique et dynamique sur le marché du travail au Viêt-Nam. Caractéristiques et rôle de l’économie informelle

Mireille Razafindrakoto, Jean-pierre Cling et François Roubaud

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce court récit sur la trajectoire de madame Ngoc (son nom ayant été changé pour respecter l’anonyma (...)

1Madame Ngoc1 est née à Thanh Hoa. Elle participait aux activités agricoles de sa famille, qui était pauvre, avant de partir pour Hanoi à 16 ans (il y a plus de dix ans) avec une amie. Elle a eu différents types d’emploi avant de créer son petit commerce : « J’étais d’abord serveuse dans un restaurant, ensuite j’ai travaillé dans une usine d’emballage, et enfin j’ai travaillé chez une famille en tant que personnel de maison. J’avais également essayé d’apprendre la coiffure... Et j’avais aussi à un moment un petit bar-café mais je l’ai vendu.

2« Mon petit “business”, je l’ai monté il y a juste quelques mois. J’ai su par une amie qu’il y avait un local à louer ici et elle m’avait conseillé de créer ce petit commerce. J’ai alors décidé de vendre différents types de produits de consommation (soupe en sachet, biscuits, boissons, etc.) et d’être en même temps shampouineuse. J’achète les produits soit au marché, soit à des vendeurs de rue qui passent tous les jours. Et mes clients sont essentiellement les personnes du voisinage, surtout les jeunes étudiants.

3« L’avantage de ce type de travail, c’est la liberté : je peux faire ce que je veux quand je veux. Et il y a aussi une petite fierté d’avoir sa propre boutique, et pas l’employé d’une autre personne. Mais c’est une activité risquée. On ne peut pas prévoir l’argent qui rentre et ça ne permet pas forcément de couvrir les coûts. »

4Mme Ngoc tient son commerce depuis seulement quelques mois mais elle songe déjà à le fermer car elle considère que ce n’est pas profitable. Elle envisage deux options : « Je pourrais être femme de ménage ou trouver un travail dans une entreprise. Je préfère la seconde option car on est mieux respecté et mieux traité quand on est salarié que quand on est domestique dans une famille. Le revenu peut être le même mais on peut aussi avoir du temps pour faire d’autres activités si on est salarié, c’est plus flexible. Et puis, on peut socialiser avec les autres employés, alors que quand on est femme de ménage on a moins de possibilité de contact, on est isolé. »

5L’histoire de Madame Ngoc, qui constitue une illustration de la précarité des conditions de vie d’une grande partie de la population et des difficultés pour s’insérer sur le marché du travail, est loin d’être un cas isolé au Viêt-Nam. Elle donne également un aperçu des différents types de motivations et de contraintes qu’un individu doit prendre en compte pour son insertion professionnelle. Comme dans beaucoup de pays en développement, on observe au quotidien la multiplicité de petits boulots, allant des vendeurs de rue, des petits commerçants ou gargotes, des petits ateliers de réparation ou de couture à domicile, aux motos-taxis ou « xe om ». Il s’agit dans la plupart des cas d’activités exercées non pas à titre d’appoint mais qui font partie des sources principales (quand elles ne sont pas l’unique source) de revenu des ménages. Le Viêt-Nam connaît pourtant une dynamique économique exceptionnelle : ce pays enregistre un rythme de croissance parmi les plus rapides du monde depuis le lancement du « Renouveau » (Doi Moi) en 1986. Le niveau de vie de la population a progressé considérablement et la pauvreté a beaucoup diminué. Toutefois, dans cette phase de transition économique, avec la conversion du pays à une « économie de marché à orientation socialiste » et son intégration à l’économie mondiale, les conditions de vie demeurent difficiles pour bon nombre de Vietnamiens et les inégalités se sont creusées.

6Dans ce contexte, un certain nombre de questions se posent : Quelle est la part de la population engagée et confinée dans des micro-activités précaires ? Comment expliquer que cette frange de la population ne puisse pas bénéficier de la dynamique de l’économie moderne (celle entretenue par les grandes entreprises privées et publiques qui sont notamment insérées sur le marché international) ? Quelles sont les caractéristiques de ces individus et de leurs activités qui apparaissent exclus de la dynamique économique globale ? Comment ces activités fonctionnent et quels sont leurs liens avec les autres segments de l’économie ? Quelles sont leurs principales contraintes et difficultés ? Comment se caractérise leur rapport avec l’État et quelles sont les politiques publiques visant à leur apporter un appui ?

  • 2 Ce programme est encore en cours au moment de la rédaction de cet article.
  • 3 L’ouvrage de Cling et al. (2010a) rédigé dans le cadre de ce programme présente pour la première fo (...)

7Ces questions – qui sont au cœur des préoccupations au Viêt-Nam – ont été à la base d’un programme de recherche que nous avons lancé au dernier trimestre 20062 et qui a été mené en partenariat avec l’Institut des Sciences Statistiques, rattaché à l’Office général des statistiques du Viêt-Nam (OGS). Trois chercheurs de l’IRD (Institut de recherche pour le développement) de l’unité de recherche DIAL («  Développement, institutions et mondialisation ») affectés au Viêt-Nam au sein de l’OGS ont travaillé en collaboration avec une équipe de jeunes chercheurs économistes et statisticiens vietnamiens et en relation étroite avec les collègues de l’équipe DIAL basée à Paris. Conformément à la méthode habituellement suivie par les chercheurs de DIAL, le programme comprend trois composantes étroitement articulées entre elles : la production de données statistiques de première main dans son champ d’intérêt, alimentant la recherche économique ; l’analyse approfondie des enquêtes microéconomiques ; le suivi et évaluation des politiques publiques. Ces recherches servent parallèlement de support à des activités d’enseignement qui s’inscrivent dans le paysage universitaire local et international, et qui portent sur le marché du travail et le secteur informel. Ce programme a d’ores et déjà permis la publication de plusieurs ouvrages qui ont servi de base à la rédaction de cet article (Cling et al. 2008 ; Cling et al. 20103 ; Lagrée et al. 2010).

La construction de la mesure et l’analyse du secteur informel

8Face à l’absence de données, notre premier objectif a été de mettre en place un dispositif statistique permettant de mesurer le secteur et l’emploi informel au Viêt-Nam selon les définitions internationales. Ceci est une nécessité incontournable afin de mieux comprendre les différentes dimensions de l’économie informelle et les caractéristiques de son mode de fonctionnement. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur l’expérience de DIAL dans ce domaine au cours des vingt dernières années, tant en Amérique latine qu’en Afrique (Herrera, Razafindrakoto, Roubaud 2008 ; Razafindrakoto et al. 2009), en l’adaptant au contexte spécifique du Viêt-Nam.

Déinir l’informalité au Viêt-Nam

9En 2007, un dispositif adéquat a été élaboré et mis œuvre pour mesurer le secteur et l’emploi informel. Ce dispositif a été défini conformément aux recommandations internationales et adapté au contexte du Viêt-Nam (Razafindrakoto, Roubaud et Le Van Duy 2008). En ligne avec les directives formulées par l’Organisation internationale du travail (ILO, 2002), nous avons adopté les définitions suivantes :

    • 4 La définition du BIT laisse le choix entre deux critères pour définir le secteur informel : le non- (...)
    • 5 Par la suite, nous préférons nous référer à la dénomination « unité de production individuelles/fam (...)

    le secteur informel est défini comme l’ensemble des entreprises individuelles/familiales (non constituées en société) privées, qui produisent au moins une partie de leurs biens et services pour la vente ou le troc, qui ne sont pas enregistrés (sans permis d’exploitation) et qui sont engagées dans des activités non-agricoles4. On appellera ces entreprises « unités de production individuelles/familiales informelles » (ou « informal household businesses »)5, conformément à la dénomination officielle de ce type d’activités au Viêt-Nam ; l’exclusion de l’agriculture se justifie par les différences de caractéristiques entre les activités agricoles et non agricoles (saisonnalité, organisation du travail, niveau de revenu, etc.) et la nécessité de mobiliser des outils d’enquêtes différents pour saisir l’agriculture. Les unités de production individuelles/familiales formelles (enregistrées) appartiennent au secteur formel ;

  • l’emploi informel est défini par l’absence de protection sociale (en particulier d’assurance maladie) ; au Viêt-Nam, il est obligatoire pour toutes les entreprises et les unités de production enregistrées, quelle que soit leur taille, d’enregistrer leurs employés permanents (le contrat de travail ayant une durée d’au moins 3 mois) à la sécurité sociale (Viêt-Nam Social Security : VSS) ; Ainsi, tous les emplois dans le secteur informel sont considérés comme des emplois informels, auxquels s’ajoutent une partie des emplois dans le secteur formel.

10Suivant la définition de l’Organisation internationale du travail (ILO, 2002), l’ensemble du secteur informel et des emplois informels composent l’économie informelle.

Mise en place d’un dispositif d’enquêtes statistiques

11La méthodologie, qui adopte le principe des enquêtes à deux phases (ou enquête mixte ménage/entreprise), est basée sur le schéma des enquêtes 1-2-3 (Roubaud, 2009). La stratégie comporte deux étapes.

12Dans une première étape, une nouvelle version améliorée de l’enquête-emploi (Labour Force Survey : LFS). Elle a été conduite par l’Office général des statistiques (OGS) en août 2007 au niveau national sur un très large échantillon de 173 000 ménages. En plus de l’objectif de fournir un large éventail d’indicateurs sur le marché du travail suivant les standards internationaux, le questionnaire a été spécifiquement conçu pour saisir le secteur et l’emploi informel.

13L’enquête-emploi permet de mesurer l’emploi dans les « unités de productions individuelles » (formelles et informelles) et fournit ainsi une image globale du secteur informel au Viêt-Nam, autorisant la comparaison avec les autres secteurs d’activité. Elle permet également l’identification des chefs d’unités de production individuelles/familiales, qui sont interviewés dans une seconde phase (voir supra). Un ensemble de questions sur le type de protection lié au travail procure parallèlement des informations sur l’emploi informel (emploi principal et secondaire) au niveau national.

14Dans une seconde étape, une enquête spécifique sur les unités de production individuelles/familiales (Household Business & Informal Sector Survey : HB & IS) a été greffée sur l’enquête-emploi et menée auprès des chefs d’unités identifiés à travers la LFS. Elle a été conduite en décembre 2007 à Hanoi et en janvier 2008 à Hô Chi Minh Ville (HCMC). Cette enquête représentative a concerné 1 305 unités de production à Hanoi (992 informels et 313 formels) et 1 333 unités à Hô Chi Minh Ville (962 informels et 371 formels).

15Cette enquête spécifique a pour objectif de fournir des estimations fiables de l’importance du secteur informel (production, emploi, capital, etc.). Les sept modules de l’enquête couvrent un large éventail de sujets : les caractéristiques des établissements ; la main-d’œuvre ; la production et la vente ; les dépenses et charges ; les clients ; les fournisseurs et la compétition ; le capital, l’investissement et le mode de financement ; les problèmes et prospectives. Les questions sont essentiellement quantitatives mais celles sur les problèmes et les prospectives sont qualitatives. Ces dernières portent sur les opinions et perceptions des interviewés.

Les trois approches théoriques concernant le secteur informel

16Malgré les efforts d’harmonisation des concepts et des méthodes depuis plusieurs décennies, une grande confusion demeure dans les travaux d’analyse à propos de l’informalité. Outre le problème de disponibilité de données adéquates, la confusion régnante est pour beaucoup liée à la nature multiforme du secteur informel et des motivations de travail dans ce secteur. Dans la littérature économique, trois approches dominantes sont utilisées en ce qui concerne les origines et les causes de l’informalité (Roubaud 1994 ; Bacchetta et al. 2009).

17L’approche « dualiste » s’inscrit dans le prolongement des travaux de Lewis (1954) et de Harris et Todaro (1970) ; cette approche est basée sur un modèle de marché du travail dual, où le secteur informel est considéré comme une composante résiduelle de ce marché n’entretenant pas de lien avec l’économie formelle ; c’est une économie de subsistance qui n’existe que parce que l’économie formelle est incapable d’offrir des emplois en nombre suffisant.

18L’approche « structuraliste », à la différence de la précédente, souligne les interdépendances entre les secteurs informel et formel (Moser 1978 ; Portes et al. 1989). Selon cette approche d’inspiration marxiste, le secteur informel s’intègre dans le système capitaliste selon une relation de subordination : en fournissant du travail et des produits à bon marché aux entreprises formelles, le secteur informel accroît la flexibilité et la compétitivité de l’économie.

19Enfin, l’approche « légaliste » ou « orthodoxe » considère que le secteur informel est constitué de micro-entrepreneurs qui préfèrent opérer de manière informelle pour échapper aux régulations économiques (de Soto 1989) ; cette approche libérale tranche avec les deux précédentes, dans la mesure où le choix de l’informalité est volontaire et lié aux coûts excessifs de légalisation associés au statut formel et à l’enregistrement.

20Notre analyse vise à évaluer dans quelle mesure ces différents courants théoriques s’appliquent au cas du Viêt-Nam.

Le panorama global : l’informalité est la norme au Viêt-Nam

21Pour la première fois au Viêt-Nam, l’enquête-emploi LFS2007 donne une image exhaustive du secteur informel et permet de connaître précisément les conditions de travail dans ce secteur. L’enquête présente l’avantage de fournir les caractéristiques de l’emploi suivant le secteur institutionnel, ce qui permet la comparaison des résultats sur le secteur informel avec ceux des cinq autres secteurs : secteur public, entreprises privées étrangères, entreprises privées domestiques, entreprises individuelles formelles et agriculture.

Un secteur informel prédominant

22Selon la LFS2007, le secteur informel compte environ 11 millions d’emplois sur un total de 46 millions d’emplois au Viêt-Nam (Tableau 1).

Tableau n° 1 Emplois principaux et secondaires suivant le secteur institutionnel au Viêt-Nam

Tableau n° 1 Emplois principaux et secondaires suivant le secteur institutionnel au Viêt-Nam

Source : LFS2007, GSO ; calcul des auteurs.
Note : L’emploi total n’est pas exactement la somme des emplois dans tous les secteurs, car 0,3 % des emplois ne peuvent être classés dans aucun des secteurs.

23Pratiquement un quart des emplois principaux, et quasiment la moitié des emplois si on exclut l’agriculture sont dans le secteur informel. Contrairement à l’idée communément avancée, le secteur informel n’est pas exclusivement un phénomène urbain : ceux travaillant dans ce secteur sont plus nombreux en zone rurale et périurbaine (67 %). En même temps, la part du secteur informel dans l’emploi total varie substantiellement entre les provinces. Cette part est plus élevée dans les provinces plus développées et dans les zones urbaines, malgré le fait que le secteur informel se caractérise par des conditions de travail relativement précaires. En fait, cette part est négativement corrélée avec la part de l’emploi agricole (plus faible dans ces provinces/zones).

24Le poids important de l’industrie dans l’emploi dans le secteur informel au Viêt-Nam mérite une attention particulière, sachant que près de la moitié des emplois industriels au Viêt-Nam proviennent du secteur informel. Deux éléments explicatifs à cette caractéristique peuvent être avancés.

25D’une part, on note que les unités industrielles ne se limitent pas à la production agroalimentaire mais produisent aussi des biens intermédiaires et des biens de consommation non alimentaires ; la LFS2007 ne permet pas d’en savoir plus sur l’intégration éventuelle de ces unités informelles au processus productif qui serait conforme à l’approche « structuraliste », à la différence de l’enquête HB & IS analysée ci-après pour Hanoi et HCMV ; ce résultat est notamment à relier à l’importance des villages de métier au Viêt-Nam, spécialisés dans la production industrielle (acier, meubles, habillement, etc.) et qui comportent une forte composante informelle (Fanchette 2007).

26D’autre part, on note l’importance de l’emploi informel dans la construction qui est un des principaux secteurs d’activité au Viêt-Nam du fait du dynamisme remarquable de l’investissement dans ce domaine (logements, usines, bureaux, travaux publics, etc.), lié à la forte croissance économique observée et à l’importance de la transition urbaine en cours.

Une grande majorité d’emplois informels au Viêt-Nam

27Suivant la définition du BIT, nous avons estimé l’emploi informel en ajoutant les emplois non protégés dans le secteur formel à l’emploi dans le secteur informel. Conformément à ce que l’on aurait pu prévoir, une large majorité des emplois au Viêt-Nam (82 %) se classent dans les emplois informels. L’absence de protection est généralisée et ne concerne pas uniquement l’agriculture et le secteur informel : la majorité des emplois dans les entreprises domestiques sont aussi informels. Pour certaines branches comme la « construction », le « commerce » et « l’hôtellerie et la restauration », la plupart des emplois sont informels, qu’ils soient dans le secteur formel ou informel.

Les caractéristiques du secteur informel à Hanoi et HCMV

28Si on exclut les activités agricoles, le nombre total d’unités de production informelles s’élève à environ 300 000 à Hanoi et 750 000 à HCMV en 2007. Ces unités emploient respectivement 470 000 et 1 million d’individus. Ces derniers représentent respectivement 30 % et 33 % de l’emploi total dans ces deux villes. Le secteur informel à Hanoi et à HCMV partage des structures par branches similaires. Dans les deux cas, les unités de production informelles sont essentiellement concentrées dans les « services » (respectivement 40 % et 42 % de l’emploi total) et le « commerce » (31 % et 29 %), et seulement marginalement dans le « secteur manufacturier & construction » (28 % et 29 %). Les activités sont essentiellement : des petits restaurants, des services de réparation et de transport ; du commerce de gros et de détail ; et, parmi les activités manufacturières, la fabrication de produits alimentaires et de textile-habillement.

29Cette répartition par branche diffère de celle observée à l’échelle nationale, où le secteur « manufacturier & construction » est de loin la première branche du secteur informel. Cette différence mérite des investigations supplémentaires, mais on peut d’ores et déjà avancer deux éléments d’explication : le premier est relatif au poids de la « construction » qui est plus élevé à l’échelle nationale. La différence peut également être due aux « villages de métier », qui accroissent la taille du « secteur manufacturier » au niveau national, et qui ne sont pas couverts par notre enquête.

Des conditions d’activité précaires

30Les unités de production informelles opèrent dans des conditions précaires et ont un accès limité aux services publics. Moins d’une unité sur cinq disposent de local professionnel (16 % à Hanoi et 12 % à HCMV) et près de 40 % opèrent sans local fixe (dans la rue ou dans un marché. Parmi ceux ayant un local (professionnel ou à domicile), plus de la moitié n’ont pas accès à l’eau et 40 % n’ont pas accès à l’électricité. Ils sont atomisés et leur dynamique entrepreneuriale s’avère limitée. Le secteur informel comprend un grand nombre de micro-unités. À Hanoi comme à HCMV, la taille moyenne est de 1,5 personne en incluant le chef d’unité de production. Il convient de noter que les unités de production formelles se distinguent par une taille moyenne plus élevée (2,3 à Hanoi et 2,6 à HCMV).

De faibles revenus et de mauvaises conditions de travail

31Le secteur informel se caractérise par des horaires de travail lourds (en moyenne 49 heures par semaine à Hanoi et 52 heures par semaine à HCMV). Pourtant les revenus sont faibles et la couverture sociale est inexistante. Le revenu mensuel médian est de 1,5 million VND à Hanoi (1,4 à HCMV ; environ 50 euros). Toutefois, on n’observe pas de différences significatives dans ce domaine entre les unités formelles et informelles. La main-d’œuvre est constituée en grande majorité d’auto-emploi et de travailleurs familiaux, la proportion de salariés est très faible. Plus de 60 % des travailleurs (hors chefs d’unité) opèrent sans aucun contrat (même verbal), les contrats écrits étant exceptionnels (moins de 2 % des cas). Sur ce point, leurs homologues dans les unités de production formelles semblent bénéficier de meilleures conditions, même si elles sont loin d’être satisfaisantes.

Une discrimination à l’encontre des femmes

32Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel, en particulier à HCMV (où elles représentent 56 % de l’emploi contre 42 % dans le secteur formel). L’écart salarial au détriment des femmes dans les unités de production informelles mérite d’être souligné. Les hommes gagnent quasiment 50 % de plus que les femmes dans le secteur informel, malgré le fait qu’il n’y ait pas de différences significatives en termes de nombre d’heures de travail, de niveau d’éducation et d’ancienneté. Les emplois féminins sont également plus précaires : ils s’exercent plus rarement dans des locaux professionnels et les femmes sont plus nombreuses à travailler dans la rue ou les marchés sans local fixe.

Un faible pourcentage de migrants

33Les migrants représentent seulement une faible minorité des travailleurs du secteur informel à Hanoi (6 %) et à HCMV (17 %). Ce résultat est contradictoire avec le modèle de Harris-Todaro, dans le cadre duquel le secteur informel est considéré comme le réceptacle d’emploi des migrants qui ne trouvent pas d’emploi dans le secteur formel (Harris, Todaro 1970). Cette hypothèse fait pourtant l’objet d’un tel consensus parmi les économistes que des spécialistes des questions de migrations n’hésitent pas à affirmer que l’aflux de migrants en milieu urbain a favorisé la croissance du secteur informel dans les PED (White, Lindstrom 2005). Ceci n’est clairement pas le cas au Viêt-Nam (au moins à Hanoi et HCMC), ce qui est notamment à mettre en relation avec la politique de contrôle des migrations en vigueur (Ho khau).

Un secteur hétérogène

34Le constat global sur la précarité des conditions dans le secteur informel cache toutefois une grande hétérogénéité en termes de revenu, de conditions de travail, de niveau d’éducation et de motivations dans ce secteur. Concernant ce dernier aspect, notre enquête montre que beaucoup de chefs d’unités de production font le choix délibéré d’opérer dans le secteur informel et ne considèrent pas leur activité comme marginale. En fait, on est face à un phénomène de « multisegmentation » du secteur informel évoqué par Bacchetta et al. (2009), où coexistent plusieurs catégories très différentes d’unités informelles, avec chacune leurs caractéristiques propres (Encart 1).

ENCART 1 Typologie des unités de production informelles basée sur une analyse en composantes multiples
L’analyse en composantes multiples que nous avons conduite met en évidence l’existence de trois groupes spécifiques d’unités de production individuelles/familiales (cette typologie s’appliquant plus généralement à l’ensemble des unités de production) :
– Les « sans alternatives » (39 % de l’ensemble des unités) sont les plus précaires ; leurs chefs ont un très faible niveau d’éducation ; la plupart des unités opèrent sans local fixe (et donc n’ont accès ni à l’eau ni à l’électricité) et les activités sont essentiellement dans le secteur des « services » ; la grande majorité des chefs d’unité de ce groupe se sont lancés dans ce genre d’activité car ils n’ont pas pu trouver d’autres types d’emploi ;
– Les « débrouillards » (51 % du total) se caractérisent par de meilleures conditions ; la majorité opère à domicile et a accès au service public ; la moitié des chefs d’unité ont atteint le lycée ; ils se répartissent dans les différentes branches, les activités de « commerce » et de « services » représentant une large partie, mais les branches manufacturières ayant également une part significative ; la plupart des unités informelles de ce groupe ont été créées pour des raisons non liées aux contraintes sur le marché du travail mais suivant d’autres motivations telles que la possibilité d’avoir un meilleur revenu ;
– Les « professionnels » (10 % du total) constituent le haut de l’échelle ; ils ont des niveaux d’éducation plus élevés, les unités sont de plus grande taille et disposent de locaux professionnels ; ce groupe d’unités est plus souvent engagé dans des « activités manufacturières » ; il est constitué en majorité d’unités dirigées par des hommes ; enfin, pour près de la moitié d’entre elles, leur création a été motivée par un souci d’indépendance et la volonté d’être son propre chef.

Une faible intégration au reste de l’économie

35Exclusivement tourné vers le marché intérieur, le secteur informel a pour principal débouché la satisfaction des besoins des ménages. Près des trois quarts de la demande qui lui est adressée provient de la consommation finale des ménages (75 %). Ce chiffre atteint même 95 % dans les services. Moins de 20 % des produits alimentent la consommation intermédiaire d’autres entreprises individuelles tandis qu’à peine 5 % sont vendus directement à de grandes entreprises, la part du secteur public étant négligeable. Paradoxalement, les entreprises individuelles formelles sont encore plus tournées vers les ménages, ce qui s’explique par leur nature plus commerciale.

36L’analyse du capital détenu par le secteur informel montre qu’il est constitué essentiellement du local et/ou de l’emplacement de l’activité, ainsi que de quelques équipements légers. Les unités se caractérisent par leur faible investissement en capital, à l’exception de l’investissement initial au moment de sa création. Cette caractéristique est cohérente avec les analyses précédentes et confirme que le secteur informel opère à la marge de l’économie et sous forme d’une « économie de subsistance ».

Le secteur informel et l’État

Le secteur informel, un secteur oublié par les autorités publiques

37La nature des relations entre l’État et le secteur informel est centrale pour analyser le rôle que peut jouer celui-ci dans le processus de développement du pays. Paradoxalement, malgré le fait que cette thématique a fait couler beaucoup d’encre, le champ reste quasiment inexploré, en particulier au Viêt-Nam. La qualité de l’environnement des activités est une des questions à étudier à cet égard, ainsi que l’impact effectif et potentiel des politiques publiques sur le secteur informel.

38Selon le rapport annuel de la Banque mondiale (Doing Business), le Viêt-Nam se classe dans la moyenne des pays (92e en 2009) quant à la facilité de mener des activités entrepreneuriales (World Bank 2009). Son classement est moins favorable pour la création d’entreprises (Starting a business : 108e) et même pire s’agissant des taxations (Paying taxes : 140e). Si les réglementations peuvent peser négativement sur l’environnement des affaires en général, il convient de s’interroger dans quelle mesure elles peuvent avoir un impact sur le secteur informel.

39Les unités de production ayant un niveau d’activité au-dessous d’un certain seuil ne sont pas obligées de s’enregistrer et peuvent exercer librement. Les unités de production individuelles/familiales sont exemptées de taxe sur les bénéfices (et des taxes sur les revenus) si leur chiffre d’affaires est trop faible.

40Les résultats empiriques suggèrent que globalement, le secteur informel est ignoré des services d’enregistrement de l’État. Néanmoins, l’absence d’enregistrement ne signifie pas que le secteur informel n’est pas taxé. Comme le montre le tableau 2, plus du tiers des unités informelles payent au moins un type de taxe à Hanoi (surtout des taxes locales), la proportion étant plus faible à HCMV (14 %). Soulignons parallèlement qu’en termes de fiscalisation, un quart des unités informelles seraient prêtes à payer l’impôt. Pour celles qui sont prêtes à payer, le principe d’une taxe unique est préféré et le montant mensuel moyen qu’il serait prêt à payer est de 66 000 VND par mois à Hanoi (environ 2,50 euros) et 111 000 VND à HCMV (envion 3,80 euros).

Tableau n° 2 Raison du non-enregistrement et taxation dans le secteur informel

Tableau n° 2 Raison du non-enregistrement et taxation dans le secteur informel

Source : HB & IS Survey, Hanoi (2007), Hô Chi Minh City (2008), GSO-ISS/IRD-DIAL ; Calcul des auteurs.

41L’approche « légaliste » stipule que l’informalité résulte d’un excès de réglementation, en particulier un haut niveau de taxation dans le secteur informel, et d’une volonté délibérée des informels d’échapper à la législation (de Soto 1989). Cette théorie est partiellement infirmée dans le cas du Viêt-Nam. Au total, quel que soit le type d’enregistrement considéré (enregistrement de l’activité, au niveau fiscal ou à la sécurité sociale), entre 85 % et 90 % des chefs d’unité déclarent que l’enregistrement n’est pas obligatoire ou bien qu’ils ne savent pas s’ils doivent le faire (tableau 2). En revanche, la complexité ou le coût des procédures d’enregistrement ne semblent pas un problème et il n’existe aucune réticence aichée à rejeter toute collaboration avec les services publics. Jusqu’à 16 % des UPI se déclarent même prêtes à enregistrer leur activité. Ce résultat est cohérent avec ceux obtenus par Trang Tien Cuong et al. (2008) sur un large échantillon d’unités de production enquêtées dans plus de dix provinces du Viêt-Nam. C’est essentiellement l’ignorance des obligations légales qui explique le non-enregistrement des activités.

42Si maintenant on considère les avantages potentiels que procure l’enregistrement, l’expérience des unités de production individuelles formelles est particulièrement intéressante. Le principal intérêt qu’elles y voient est d’éviter la corruption (70 % à Hanoi et 57 % à HCMV), ce qui tend à montrer que le risque de corruption est perçu comme particulièrement élevé (ce qui ne veut pas dire que la corruption réelle le soit). Les deux autres avantages qu’elles en retirent sont l’accès à de meilleurs emplacements et la possibilité d’obtenir des contrats de la part des grandes entreprises. Pour le secteur informel, qui n’est pas enregistré, la réduction du risque de corruption serait également un avantage majeur pour s’enregistrer, confirmant l’importance de cette question, tandis que 45 % des chefs d’unité de production à Hanoi et 49 % d’entre eux à HCMV considèrent qu’ils ne voient aucun intérêt à s’enregistrer. Ce fort pourcentage suggère que l’enregistrement procure peu d’avantages aux entreprises individuelles.

Peu de plaintes et de demande d’appui

43Le secteur informel est constitué de micro-unités qui opèrent dans des conditions précaires et génèrent peu de revenus. Le fait qu’un tiers des chefs d’unité déclarent qu’en cas de chute de la demande, ils abandonneraient en partie ou complètement leur activité, montre qu’ils sont à la limite du seuil de profitabilité. On aurait alors pu s’attendre à un pourcentage important d’opérateurs qui se plaignent et demandent des formes d’assistance. Pourtant, ce n’est pas le cas : les difficultés et demandes exprimées par les chefs d’unités informelles sont loin d’être généralisées. De plus, ce sont les unités de plus grande taille et les plus performantes (en particulier celles qui sont formelles) qui sont les plus enclines à se plaindre de difficultés et à demander des appuis. De façon cohérente, les chefs d’unité à Hanoi sont également plus enclins à solliciter la mise en place de structure d’appui qu’à HCMV. Si à Hanoi les principales demandes concernent l’accès à de grosses commandes, à HCMV, la difficulté majeure soulignée est l’accès au crédit.

44Quel que soit le nombre d’unités sollicitant de l’assistance (la relative faiblesse du taux de demande pouvant résulter d’une forme d’adaptation au contexte induisant une attitude « fataliste »), il est frappant de constater que le secteur informel est complètement ignoré par les pouvoirs publics. Non seulement les unités de ce secteur n’ont pas accès au financement bancaire, mais elles n’ont pas d’alternative, en particulier car les institutions de microfinance adaptées à ces unités sont encore embryonnaires au Viêt-Nam. En dehors de la microfinance, il n’existe aucune autre structure d’appui, privée ou publique, pouvant apporter une assistance technique, une formation à la comptabilité, un renforcement des capacités pour l’accès à des marchés ou à l’information, etc.

45Enfin, les chefs d’unités de production informelles ne sont pas optimistes quant à l’avenir de leur activité et une minorité seulement souhaite que leurs enfants prennent plus tard le relais dans la direction de l’unité (20 % à Hanoi et 17 % à HCMV). Les pourcentages correspondants sont plus élevés pour les unités formelles (respectivement 37 % et 42 %). L’analyse montre que les plus « pessimistes » sont les unités informelles dont la création s’est faite à défaut d’alternative (ils n’ont pas pu trouver un emploi dans d’autres secteurs).

Conclusion

46Le dispositif d’enquête mis en place pour saisir le secteur informel apporte des informations inédites détaillées sur le Viêt-Nam, avec un coup de projecteur sur Hanoi et HCMC. Il met en évidence, en le mesurant précisément, le poids prépondérant de l’économie informelle au Viêt-Nam (secteur et emploi informels) et son hétérogénéité. Les résultats révèlent que les principales caractéristiques du secteur informel à Hanoi et HCMC sont très proches de celles observées dans d’autres PED : poids dans l’économie, structure sectorielle et taille des unités ; caractéristiques sociodémographiques de la main-d’œuvre ; précarité des opérations et des conditions de travail ; faibles productivités et revenus ; manque de capital et d’investissement ; absence d’intégration à l’économie, etc. Ce résultat est important, car ces similitudes signifient que les analyses et les politiques conduites dans d’autres PED sont riches d’enseignements pour le Viêt-Nam.

47Les anticipations des chefs d’unité considérant que leur activité a peu d’avenir et ne souhaitant pas que leurs enfants prennent la relève dans la conduite de leur unité de production découlent de la croissance rapide de l’emploi dans le secteur formel au Viêt-Nam, qui procure des opportunités pour échapper aux conditions précaires dans le secteur informel. Cependant, les aspirations à trouver des emplois formels pourraient être déçues, sachant que les projections à moyen terme suggèrent que les emplois dans le secteur informel ne vont pas diminuer dans les années qui viennent (Cling, Razafindrakoto et Roubaud 2010). Cette persistance de l’emploi informel est aussi un point commun avec les autres PED, contrairement à l’espoir entretenu pendant longtemps selon lequel le secteur informel était une anomalie transitoire appelée à disparaître rapidement avec le développement (Bacchetta et al. 2009).

  • 6 Au moment de la rédaction de cet article, nous ne disposons pas encore des résultats complets de ce (...)

48Cette observation est confirmée par la deuxième vague d’enquêtes sur l’emploi et le secteur informel menée en 2009. Celles-ci ont été réalisées selon une méthodologie et un questionnaire quasi identique à celles de 2007, afin de permettre des comparaisons temporelles fines. Quelques premiers résultats permettent d’apprécier directement la dynamique du secteur informel6. Ces enquêtes fournissent ainsi les seules données statistiques représentatives permettant d’évaluer quantitativement l’impact de la crise internationale sur l’emploi et le marché du travail au Viêt-Nam.

49Les premiers résultats de la LFS2009 montrent que le nombre d’emplois dans le secteur informel a crû entre 2007 et 2009 : 500 000 emplois supplémentaires ont été créés, ce qui correspond à une croissance de + 4,9 % (Nguyen Huu Chi et al. 2010). En fait, malgré une forte croissance de l’emploi dans les entreprises privées étrangères (+ 52 % en deux ans), et dans les entreprises privées domestiques (+ 40 %), la part du secteur informel dans l’emploi total n’a quasiment pas bougé entre les deux années (de 23,4 % à 23,7 %). Ce constat s’explique par le poids encore limité du secteur privé (les secteurs privés étranger et domestique représentent respectivement 3 % et 8 % de l’emploi total en 2009), malgré leur rapide expansion, ainsi que la poursuite des tendances passées sur les emplois agricoles (ils diminuent de 2,3 points de pourcentage). Enfin, les emplois dans le secteur public stagnent voire régressent ( - 0,8 points de pourcentage de 2007 à 2009) à l’échelle nationale.

50Dans le cas de Hanoi et de HCMV, les enquêtes HB & IS montrent que la crise économique de 2008-2009 ainsi que la forte inflation ont eu un impact sévère sur le secteur informel (Demenet et al. 2010 ; Cling et al. 2010b). Dans les deux principales villes du pays et comme cela a été observé au niveau national, on observe une forte croissance de l’emploi dans ce secteur (ainsi que du nombre d’entreprises individuelles) qui a été stimulée par la crise. En même temps, le secteur informel a été plus affecté par la crise à HCMV qu’à Hanoi. On peut penser que la métropole économique du pays a plus souffert de la crise du fait de sa dépendance aux marchés internationaux, et que cette plus grande ouverture internationale a eu un impact négatif direct sur le secteur informel. Comme le secteur informel est amené à perdurer, et comme il existe une forte connexion entre le secteur informel et la pauvreté (notamment en milieu urbain), les politiques publiques ne doivent pas ignorer ce secteur. Cependant, l’attitude ambivalente et inconsistante de l’État à l’égard du secteur informel risque d’être nuisible à l’effort productif des entrepreneurs du secteur informel. En efet, il n’existe actuellement au Viêt-Nam aucune politique visant à appuyer les opérateurs du secteur informel. Au contraire, les mesures mises en place ont un impact négatif sur ces derniers (l’interdiction aux vendeurs de rue d’exercer dans certains quartiers par exemple), sans que des mesures d’accompagnement ne soient mises en place.

51Des politiques ciblées prenant en compte l’hétérogénéité dans le secteur informel doivent être mises en place. Un schéma unique qui serait appliqué à l’ensemble du secteur ne serait pas adapté dans la mesure où les motifs de l’insertion dans ce secteur sont variables et où les différentes catégories d’unités informelles font face à différentes sortes de difficultés. Ces politiques devraient suivre deux directions : encourager la formalisation du secteur informel dans le long terme ; améliorer les conditions de fonctionnement et les revenus de ceux qui seront contraints de demeurer dans le secteur informel, du fait de l’insuffisance des créations d’emplois formels (Bacchetta et al. 2009).

Bibliographie

Bacchetta M., Ernst E. et Bustamante J. -P., 2009, Globalization and Informal Jobs in Developing Countries, Geneva, ILO and WTO.

Cling J. -P., Nguyen T. T. Huyen, Nguyen H. Chi, Phan T. N. Tram, Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2010a, The Informal Sector in Viêt-Nam : A Focus on Hanoi and Hô Chi Minh City, Hanoi, Éditions The Gioi, 248 p.

Cling J. -P., Nguyen Huu Chi, Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2010b, How Deep Was the Impact of the Economic Crisis in Viêt-Nam ? A focus on the informal sector in Hanoi and Hô Chi Minh City, Policy Brief, GSO-IRD, UKaid, Hanoi, World Bank, december.

Cling J. -P., Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2010, « Assessing the potential impact of the global crisis on the labour market and the informal sector in Viêt-Nam », Hanoi, DEPOCEN Working Paper Series, May.

Cling J. -P., Nguyen Huu Chi, Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2008, « Urbanisation et insertion sur le marché du travail au Viêt-Nam : Poids et caractéristiques du secteur informel », Communication at the Regional Conference, Trends in Urbanization and Peri-Urbanization in South-East Asia, CEFURDS/IRD, Hô Chi Minh City, december, p. 9-11.

Demenet A., Nguyen Thi Thu Huyen, Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2010, Dynamics of the Informal Sector in Hanoi and Hô Chi Minh City 2007-2009, Hanoi, GSO-IRD.

Fanchette S., 2007, « The development process of craft and industrial village (CIV) clusters in Ha Tay and Bac Ninh province (Viêt-Nam) : from village initiatives to public policies », Vietnamese Studies, 3 (165), Hanoi, The Gioi, p. 5-30.

Harris J. R. et Todaro M. P., 1970, « Migration, unemployment, and development : A two-sector analysis », American Economic Review, 60 (1), p. 126-42.

Herrera J., Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2008, « Measuring the informal sector : the Latin American experience », Statistical Scientific Information, Special Issue on Informal Sector, p. 59-72.

ILO, 2002, Decent work and the informal economy, paper presented at the International Labour Conference, Genève.

Lagrée S., Cling J. -P., Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2010, (éd.), Les Journées de Tam Đảo. Stratégies de réduction de la pauvreté : approches méthodologiques et transversales, Hanoi, Éditions Tri huc, juillet, 624 p. (version française), 620 p. (version vietnamienne).

Lewis W. A., 1954, « Economic development with unlimited supplies of labour », Manchester School, 28 (2), p. 139-191.

Moser C. N., 1978, « Informal sector or petty commodity production : dualism or independence in urban development », World Development, 6, p. 1041-1064.

Nguyen Huu Chi, Nguyen Thi Thu Huyen, Razafindrakoto M. et Roubaud F., 2010, Viêt-Nam Labour Market and Informal Economy in a Time of Crisis and Recovery 2007-2009 ; Main Findings of the Labour Force Surveys (LFS), Hanoi, GSO/IRD.

Portes A., Castells M. et Benton L. A., 1989, The Informal Economy : Studies in Advanced and Less Developed Countries, Baltimore MD, he John Hopkins University Press.

Razafindrakoto M., Roubaud F. et Torelli C., 2009, « Measuring the informal sector and informal employment : the experience drawn from 1-2-3 surveys in African countries », African Statistical Journal, 9, november, p. 88-129.

Razafindrakoto M., Roubaud F. et Le Van Duy, 2008, « Measuring the informal sector in Viêt-Nam : situation and prospects », Statistical Scientiic Information, Special Issue on Informal Sector, 1-2, p. 15-29.

Soto (de) H., 1989, The Other Path : he Invisible Revolution in the hird World, New York, Harper and Row.

Roubaud F., 1994, L’économie informelle au Mexique : de la sphère domestique à la dynamique macro-économique, Paris, Karthala/Orstom.

Tran Tien Cuong, Rand J., Silva P., Nguyen hanh Tam et Tarp F., 2008, Characteristics of the Vietnamese Business Environment : Evidence from a SME Survey in 2007, Copenhagen et Hanoi, CIEM/University of Copenhagen.

White M. et Lindstrom D., 2005, « Internal migration », D. Poston and M. Micklin (éd.), Handbook of Population, New York, Kluwer Academic Publishers.

World Bank, 2009, Doing Business 2009, Washington (DC), World Bank, the International Finance Corporation, and Palgrave Macmillan.

Notes

1 Ce court récit sur la trajectoire de madame Ngoc (son nom ayant été changé pour respecter l’anonymat dans les enquêtes) est extrait d’une interview réalisée dans le cadre d’une enquête qualitative touchant une soixantaine de chefs d’unités informelles en vue de compléter les analyses quantitatives. La méthodologie des enquêtes fait l’objet d’une présentation détaillée dans la suite de l’article. Nous tenons à remercier l’ensemble de l’équipe au Viêt-Nam et en France qui a participé à la mise en œuvre du dispositif d’enquêtes sur le secteur informel.

2 Ce programme est encore en cours au moment de la rédaction de cet article.

3 L’ouvrage de Cling et al. (2010a) rédigé dans le cadre de ce programme présente pour la première fois des informations statistiques précises et des analyses économiques approfondies sur le secteur informel au Viêt-Nam.

4 La définition du BIT laisse le choix entre deux critères pour définir le secteur informel : le non-enregistrement ou la taille de l’unité (nombre d’emplois inférieur à un seuil donné ; le seuil suggéré pour permettre des comparaisons internationales est de 5 personnes). Nous n’avons pas retenu le critère suivant la taille. Toutefois, au Viêt-Nam, seulement 3 % des unités informelles emploient 5 personnes ou plus.

5 Par la suite, nous préférons nous référer à la dénomination « unité de production individuelles/familiales » ou Household business sachant que le terme « entreprise individuelle » introduit une ambiguïté au Viêt-Nam. Le terme « entreprise » au Viêt-Nam est réservé aux activités enregistrées et en particulier à celles qui emploient plus de 10 personnes qui obligatoirement doivent être enregistrées.

6 Au moment de la rédaction de cet article, nous ne disposons pas encore des résultats complets de cette deuxième vague d’enquêtes.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 Emplois principaux et secondaires suivant le secteur institutionnel au Viêt-Nam
Légende Source : LFS2007, GSO ; calcul des auteurs.Note : L’emploi total n’est pas exactement la somme des emplois dans tous les secteurs, car 0,3 % des emplois ne peuvent être classés dans aucun des secteurs.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau n° 2 Raison du non-enregistrement et taxation dans le secteur informel
Légende Source : HB & IS Survey, Hanoi (2007), Hô Chi Minh City (2008), GSO-ISS/IRD-DIAL ; Calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4674/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540