Version classiqueVersion mobile

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

L’évolution des espaces matrimoniaux dans le delta du fleuve Rouge

Van Hai Mai

Texte intégral

Introduction

1La famille entendue comme un ensemble de personnes vivant sous le même toit a toujours fait l’objet d’une attention particulière en sociologie et ethnologie depuis les travaux fondateurs de Claude Lévi-Strauss pour qui la famille conjugale est universelle (1956). La famille exprime les transformations des formes de rencontre des hommes et des femmes ainsi que des modes de vie, modifiant ainsi le sens de l’institution familiale. Dans la famille rurale, les réseaux de relations s’élargissent et se diversifient au point d’étendre l’espace matrimonial bien au-delà du village (Jeannière 1998). Étudier la famille, ce n’est pas seulement analyser une institution : c’est aussi analyser un système de relations. De façon générale, la famille a subi deux transformations : le rétrécissement de la famille au couple et à ses enfants et la diminution de l’enracinement au sol lié à la propriété foncière (Jeannière 1998). Assiste-t-on à des transformations identiques au Viêt-Nam ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre en considérant que ces changements culturels prennent des formes singulières au Viêt-Nam.

2Notre contribution porte sur l’évolution des espaces matrimoniaux dans un village du delta du fleuve Rouge, lors de la deuxième moitié du XXe siècle : ces changements, notamment en matière de pratiques matrimoniales, révèlent non seulement des caractères communs, mais aussi des traits spécifiques que nous voudrions expliciter pour comprendre les évolutions socio-économiques et culturelles du Viêt-Nam, dans le processus de modernisation du pays.

3Un rapide regard sur les études anthropologiques, ethnologiques et sociologiques en matière de mariage et de famille publiées au Viêt-Nam, aboutit à la conclusion de la faiblesse des recherches empiriques portant sur une très longue période. Notre recherche vise à combler cette lacune et notre objectif est de mettre au jour le phénomène d’expansion de l’espace matrimonial et de construire de nouvelles connaissances relatives aux usages matrimoniaux dans le delta du fleuve Rouge, depuis plus d’un demi-siècle. L’objet de cette étude porte sur l’espace matrimonial des habitants ruraux depuis 1945 à 2000. Nous montrons dans un premier temps de quelle manière le sociologue et l’ethnologue construisent leur objet, ensuite nous précisons la manière de définir et d’élaborer une méthodologie appropriée pour un tel objet de recherche et enfin nous proposons une interprétation sur la base des données recueillies.

4Il conviendra de s’interroger sur la signification des transformations de la famille au regard de la société. Cet élargissement de l’espace matrimonial est le fait d’initiatives individuelles ou bien de normes collectives qui évoluent ? S’agit-il d’un simple effet de l’évolution de la société vietnamienne ou bien de l’origine même de cette modernisation de la société ? Bref la famille est-elle une des causes des transformations sociales ou bien l’ombre portée de ces évolutions ?

L’espace matrimonial

Les bouleversements du mariage

5Il ne s’agit pas d’étudier les raisons du choix du conjoint comme cela a été fait par d’autres chercheurs, mais plutôt de questionner les espaces sur lesquels les rencontres se déroulent, lieux qui dépassent les simples cadres de proximité habituels comme le village. Cette étude recouvre une longue période de plus d’un demi-siècle (1945-2000), traversée par de nombreux événements d’ordre socio-économiques, politiques et culturels : révolution d’août en 1945, deux guerres de libération en trente ans contre les armées française et américaine, réunification du pays au printemps 1975. Pendant ce temps, la collectivisation agricole, entamée depuis 1960, pour le Nord, a été étendue dans l’ensemble du pays, à la suite du processus de l’édification socialiste en 1975. Sur le plan culturel, le modèle de « nouvelle vie » avait des impacts profonds sur toutes les couches de la population. Ces événements importants entraînent évidemment des bouleversements dans tous les domaines de la société dont le mariage.

6Dans ce contexte, nous cherchons à caractériser le processus d’évolution, progressive ou subite, des structures d’une société comme la structure familiale. En 1960, la première loi matrimoniale et familiale du Viêt-Nam a été adoptée. La famille vietnamienne a désormais connu et connaît une transformation progressive en passant du modèle traditionnel au modèle dit « moderne ». Cette transformation est caractérisée principalement par un rôle croissant de la famille nucléaire, la place des femmes et la liberté individuelle de plus en plus confirmées, etc. De telles transformations vers la famille nucléaire expriment l’adaptation de la structure aux évolutions industrielles telles que Parsons (1943) l’envisage. Mais un tel point de vue est discutable : d’une part, parce que, comme Sennett (1980) l’indique, la famille étendue et plus ouverte est mieux adaptée que la famille nucléaire aux transformations du fait des solidarités familiales qu’elle rend possible ; d’autre part, parce que tout simplement les risques d’isolement de la famille nucléaire n’excluent pas des liens et des solidarités avec la parenté (de Singly 2000).

7En ce qui concerne le mariage, un simple regard sur la vie en milieu rural nous permet de constater qu’avant et même après 1945, l’espace matrimonial est limité par l’éloignement du village d’origine. Depuis les années 1960, le choix du conjoint dépasse la frontière du village d’origine et s’étend largement au niveau de la commune, du district et de la province : c’est ce que révèlent nos observations préliminaires et que nous devons établir par un recueil de données par une enquête au sein du village. Rappelons que le Viêt-Nam compte 54 ethnies, chacune a sa façon de se regrouper, et a son nom propre : lang (dans les deltas), ban (dans les régions montagneuses du nord), buon (dans les plateaux du centre), soc (des Khmers au sud du pays), etc. La notion « village des Vietnamiens », utilisée dans cette étude, consiste à désigner la zone d’habitation des Kinh (ethnie majoritaire au Viêt-Nam). Autrefois, le village constituait en fait l’unité administrative la plus basse. À l’issue de la révolution d’août en 1945, son rôle, administrativement repris par la commune, se restreint à une unité culturelle. Néanmoins, il est à constater, de manière exceptionnelle, qu’une commune est constituée d’un village unique et dans le langage actuel, le village est aussi appelé hameau. À l’heure actuelle, la commune est composée régulièrement de trois ou quatre villages, chaque village de quelques hameaux.

Une unité de mesure : le rayon matrimonial

8Les questions de départ constituent un rapport d’étonnement du chercheur qui, au travers de ses expériences de recherche, s’est trouvé confronté à des énigmes liées à des pratiques sociales inhabituelles de construction de liens de mariage entre des sites géographiques de plus en plus éloignés. Des questions de départ servent à orienter notre regard vers l’expansion de l’espace matrimonial dans le delta du fleuve Rouge, depuis 1945 jusqu’à aujourd’hui telles que : quelle est la consistance du phénomène dans le delta du fleuve Rouge, au cours de la moitié du XXe siècle ? Quelle en est son origine ? Est-ce qu’il existe des changements au niveau des critères de choix d’un conjoint ou d’une conjointe ? Si oui, quelles sont les raisons pour sortir du village et aller bien loin chercher le conjoint ou la conjointe ? Évidemment, il s’agit d’un questionnement subjectif, ce qui nécessite pour y répondre de développer des recherches de terrain et avant tout de transformer ces questions en hypothèses qui vont guider notre recherche, nous orienter vers le type de données pertinentes à recueillir.

9Notre hypothèse de départ concerne l’impact des bouleversements socio-économiques au niveau national sur les pratiques matrimoniales : ces bouleversements au niveau national accompagnés par l’amélioration des conditions de vie au niveau local génèrent des impacts importants sur l’expansion progressive de l’espace matrimonial au sein des villages et des communes. Par espace matrimonial, il faut entendre la distance entre la résidence de l’homme ou celle de la femme et leur zone d’habitation au moment de leur mariage.

10Nous appellerons cette distance le rayon matrimonial. Son identification repose sur deux unités de mesures : la mesure de distance pour l’espace physique (en km) et la mesure d’unité administrative (au niveau national, provincial, de district, communal et villageois). Dans le cadre de cette étude, l’espace matrimonial est mesuré par la seconde unité selon laquelle le village est l’unité la plus petite. Encore une précision sur notre objet : que faut-il entendre par mariage ? En règle générale, le mariage est une union entre un homme et une femme, institutionnalisée par un acte officiel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une relation conjugale. Dans le cadre de cette étude, le terme « mariage » ne se limite qu’aux couples qui sont mariés pour la première fois et vivent toujours ensemble, mais s’étend aux couples qui ont été mariés, mais ont décidé de refaire leur vie avec une autre personne.

Le village comme entrée pertinente

11Toute investigation sur le terrain est précédée d’une recherche documentaire et bibliographique qui consiste à recenser les travaux qui auraient pu être menés dans le domaine. Cette étape consiste à collecter, trier, analyser et systématiser les points de vue, les conclusions et évaluations générales des prédécesseurs. Ce travail permet de constater l’état actuel de la recherche tant au niveau du contenu qu’au niveau de la méthodologie, ainsi que de tirer des leçons et notamment de déterminer les rapports entre les théories et les pratiques. Il peut aussi déboucher sur des réaménagements de la recherche au vu des travaux antérieurs.

12Les travaux sur les relations matrimoniales et familiales déjà réalisés dans le fleuve Rouge sont divisés en deux types : études qualitatives et études quantitatives.

13Les études qualitatives avaient été réalisées avant les années 1980 par quelques chercheurs très connus comme Phan Ke Binh (1975), Dao Duy Anh (1992), Toan Anh (1991). Ces chercheurs ont souvent élaboré leur point de vue théorique sur la base de leurs propres observations et perceptions, parfois soutenues par les sources documentaires indirectes telles que chansons populaires, proverbes, arts et littérature. Cependant, leur position n’est pas fondée sur une étude concrète menée auprès d’une communauté donnée et d’un nombre déterminé de personnes interrogées, et pour une période précise. Cette situation montre que leurs conclusions générales sont inévitablement très peu étayées par des données quantitatives collectées dans un lieu et un espace de temps donnés. Ainsi, les lecteurs auraient du mal à trouver des réponses satisfaisantes à leurs interrogations.

  • 1 Les pratiques de recherches traditionnelles reposaient sur une forte division du travail avec les r (...)

14Depuis les années 1980, de nombreux chercheurs ont recours massivement à la méthodologie quantitative. Ces études traitent un nombre très important d’échantillons répartis dans de nombreuses provinces, alors que l’enquête est concentrée sur une période d’une ou de quelques semaines. Cette approche révèle plusieurs limites. Par exemple, la plupart des responsables de la conception des programmes d’enquête ont peu d’occasions de visites sur le terrain. Les enquêteurs dépêchés et les collaborateurs locaux sont mobilisés afin de recueillir des données. Malheureusement, leurs niveaux de compétences ne semblent pas répondre de manière satisfaisante à ce qu’exige la réalisation des idées de l’auteur. Il serait difficile, par conséquent, d’affirmer l’exactitude de ces données recueillies ainsi que de leurs rapports. Ces études sont donc souvent à caractère descriptif : données chiffrées, taux exprimés en pourcentage, etc. Mais elles manquent d’explications nécessaires sur la nature, les structures et sur les tendances d’évolutions des phénomènes sociaux décrits. Une telle approche nécessite également beaucoup de main-d’œuvre et de financements, ce qui n’est pas toujours à la portée des chercheurs1.

15Cette brève revue de littérature et ce bilan critique des approches nous ont permis de définir notre posture de recherche et donc de s’orienter : afin de remédier aux points faiblesses des approches susmentionnées, le choix d’une « approche micro » a été retenu. Il consiste en effet à choisir un village comme un milieu d’étude dans lequel le chercheur doit s’implanter sur une longue période (de trois à quatre mois) en vue de réaliser sa recherche. Cela permet de comprendre en profondeur les pensées, aspirations, réflexions des personnes interrogées et d’observer de ses propres yeux leurs activités inhérentes au sujet d’étude. Il s’agit principalement d’une méthode d’observation participante combinant les deux approches qualitative et quantitative.

Définir les chemins de la recherche : essai méthodologique

Conditions de faisabilité et opportunités de recherche

16Nous avons choisi d’inscrire notre recherche dans un réseau de recherches pour deux raisons : la première est évidente et concerne l’obtention de fonds de recherche sans lesquels on ne peut pas collecter et traiter les données ; la seconde est moins évidente car elle est liée à ce que nous considérons comme une opportunité offerte par un programme de recherche et qui consiste à avoir des échanges et des confrontations avec d’autres équipes travaillant sur des sujets voisins, mais au sein d’un même village permettant de mutualiser les données qui caractérisent le contexte.

  • 2 Le delta compte les provinces suivantes : Vinh Phuc, Ha Tay, Hanoi, Bac Ninh, Ha Nam, Nam Dinh, Nin (...)

17Notre recherche s’inscrit dans un programme international de recherches portant sur le delta du fleuve Rouge. Il s’agit d’une surface de forme triangulaire, située le long des deux rives du fleuve Rouge dont les trois côtés sont : Viet Tri, Phat Diem et baie d’Ha Long2. Pour bien saisir l’avantage de s’inscrire dans un programme de recherche, il faut aussi rappeler quelques thèmes étudiés par nos collègues et les données auxquelles nous pouvons avoir accès. À cela s’ajoutent d’autres études déjà menées dans ce même village entre 1992 et 2000 dans le cadre du Programme Fleuve Rouge – GRET. Ces études portent sur divers sujets à savoir : travaux hydrauliques et relations villageoises, relations familiales, des crédits formels et informels dans le contexte de l’économie de marché. Grâce à ces études, le groupe de chercheurs a pu rassembler divers types de documents : recueil des règlements intérieurs du village et des cartes des parcelles de terre, des arbres généalogiques de chaque famille, des données sur les évolutions démographiques et de terrain du village entre 1945 et 2000, etc. Cette source documentaire s’avère bien utile au sujet de recherche.

18L’approche micro exige un contact permanent entre le chercheur et les personnes enquêtées et suppose une immersion dans la situation que l’on veut déchiffrer : cette approche nous conduit à retenir le village Dao Xa, un des villages de la commune An Binh, district Nam Sach, province Hai Duong pour y mener l’enquête. Il répond en effet aux critères suivants.

19Premièrement, un critère méthodologique : Dao Xa est un petit village. Lors de l’enquête, réalisée en octobre 2000, ce village compte 193 ménages, peuplés de 735 habitants et une superficie de terres cultivables de près de 36 ha. Cette taille, conforme à la micro-approche, permet au chercheur de connaître chaque personne qui fait l’objet de l’observation et de l’interview.

20Deuxièmement, un critère géographique : le village Dao Xa se trouve au cœur du delta du fleuve Rouge, à 70 km de Hanoi et à 19 km de la ville Hai Duong. Cette localité est toujours au nord de ces deux villes. Elle est bordée à l’ouest par le village Da Dinh de la même commune, au nord par la rivière Kinh hay, à l’est par le village Chi Dien de la commune Cong Hoa, au sud par le village Xac Khe, commune Phu Dien. Anciennement, Dao Xa était bien entouré par un cordon épais de bambous et connecté à la digue de la rivière Kinh hay par un seul chemin.

21Troisièmement, un critère de représentativité puisqu’à l’instar des autres villages dans le delta du fleuve Rouge, le développement local est favorisé par la construction des infrastructures et par les échanges avec les villages voisins, suite à la mise en place massive des coopératives. Le village Dao Xa est ainsi choisi comme un modèle représentatif des villages du delta du fleuve Rouge.

22Quatrièmement, un critère d’accessibilité : la distance de 70 km entre ce village et Hanoi nous permet de nous y rendre facilement en mobylette, sans dépendre des moyens de transport publics comme bus ou train.

Compter, trier, identifier, questionner, vérifier

23Tout d’abord nous avons « construit » la population pertinente pour l’étude. Sur la base des livrets de famille, du cahier d’enregistrement matrimonial fourni par le Comité populaire de la commune, notre groupe de chercheurs a fait un état de la situation matrimoniale générale du village. En octobre 2000, ce village compte 339 mariés dont 163 parmi les hommes et 176 parmi les femmes. En fonction des critères définis pour le mariage entendu comme acte juridique, les gens en situation de veuvage, de divorce, de recomposition familiale ont été mis à part.

24Notre échantillon comprend 272 hommes et femmes (soit 136 couples), représentant 80,23 % du nombre total des personnes mariés du village. Ce petit nombre nous a permis de faire une étude globale portant sur tous les couples sans procéder au tri des échantillons.

25Ensuite, nous avons choisi une démarche centrée sur la mobilité de la femme, faisant de l’habitation de l’homme la destination de la femme lors de son mariage. Étant donné que dans le village Dao Xa, les uns se marient avec des filles d’origine villageoise tandis que les autres avec les filles en provenance d’autres localités (d’autres villages, voire d’autres communes et districts), nous avons aussitôt élaboré un questionnaire quantitatif, sans passer par une analyse qualitative au cours de cette première étape de collecte des données. De plus, au sein de l’ethnie Kinh, il faut souligner que suite à la cérémonie de mariage la mariée vient s’installer chez son mari. Cette tradition nous a conduits à prendre le mari pour le centre de chaque famille : en partant de cet axe de référence pour les 136 ménages, l’enquête cherche à collecter les informations sur l’origine géographique de sa femme. Il est probable que cette méthode accorde un privilège à l’homme considéré comme le point fixe vers lequel se dirigera sa conjointe, mais il s’agit des us et coutumes ancrées dans le village Dao Xa.

26Enfin, nous avons structuré l’enquête essentiellement sur deux axes : l’espace et le temps. Le premier indicateur consiste à se renseigner sur l’espace d’origine de la femme. Quel est le village natal de la femme ? Quelle est la distance entre Dao Xa et son village natal ? Le deuxième indicateur concerne l’espace administratif. Est-ce que le couple vient du même village ? Est-ce que la femme vient d’un autre village de la même commune, d’une autre commune du même district, d’un autre district de la même province ou d’une autre province ? Telles sont les questions posées. Le second indicateur porte sur l’aspect temporel. S’agit-il du premier mariage de la femme et de son mari ? Quand est-ce qu’il a eu lieu ? Quels âges ont-ils en 2000 ? Quels âges ont-ils au moment de leur premier mariage ?

27À la suite de la mise en place du questionnaire, nous nous mettions à interviewer les ménages figurant dans le recueil d’échantillons. Les données tirées de ces interviews pourraient être vérifiées avec celles contenues dans les livrets de famille et dans le cahier d’enregistrement matrimonial. À cela s’ajoute l’utilisation d’une carte administrative où le village de naissance des femmes est coché et localisé au regard de la localité de Dao Xa (village d’origine de leur mari).

Les dynamiques du mariage

Les trois phases de l’évolution de l’espace matrimonial

28Notre premier objectif a été de périodiser les soixante ans de mariages qui se développent de façon hétérogène au cours du temps. Parmi 136 couples mariés dans le cadre de l’enquête, le premier mariage a eu lieu en 1941 et le dernier en 2000. Cette étude s’étale donc sur une longue période de presque soixante ans pendant laquelle le mariage local connaît de nombreux changements que nous avons regroupés en trois phases qui correspondent à trois jalons importants de l’histoire du Viêt-Nam : cette périodisation correspond à l’époque coloniale, à l’instauration de la République démocratique et à la transition.

29Le mariage à l’époque coloniale : de 1941 au 1959. À l’époque coloniale, le mariage dans le village reste très traditionnel. Il est caractérisé notamment par une reconnaissance de la communauté locale et non par une reconnaissance juridique. On a recensé 24 mariages dans cette étape, soit 17,64 % du nombre total de ménages à interviewer. Parmi ces mariages, 4 ont eu lieu lorsque les maris avaient entre 10 et 12 ans et les femmes entre 16 et 20 ans.

30Le mariage au cours de l’installation de la République : 1960 à 1985. Au cours de cette phase, ont été promulguées des lois matrimoniales et familiales, en 1960, par la République démocratique du Viêt-Nam. Cette phase est marquée par deux événements importants : l’édification du socialisme au Nord (avec la mise en place de la collectivisation agricole) et l’expansion de guerre du Viêt-Nam. Le nombre de mariages enregistrés pendant cette étape était de 64, soit 44,85 % du nombre total de ménages interrogés.

31Le mariage à l’époque de la transition : 1986-2000. La troisième phase est celle du Doi Moi qui débute en 1986 et s’étend jusqu’en octobre 2000, moment de l’enquête. Cette phase est marquée par le passage de l’économie planifiée et subventionnée à l’économie de marché, avec l’adoption de la politique de Renouveau. Elle est caractérisée par une nette amélioration des conditions de vie des habitants et une augmentation du niveau des connaissances chez les couples mariés. C’est en 1986 que d’autres lois matrimoniales et familiales ont été promulguées par la République socialiste du Viêt-Nam. On a dénombré 51 mariages pendant cette étape, représentant 37,50 % du nombre total des mariages.

L’extension du rayonnement matrimonial au cours des trois phases

32Notre second objectif a été de présenter les trois formes matrimoniales fondées sur l’extension du rayon matrimonial. Au niveau de l’espace administratif, on peut regrouper des couples mariés en provenance du même village Dao Xa, de la même commune (mais différents villages), du même district (mais différentes communes), de la même province (mais différents districts) et de différentes provinces.

33Concernant l’espace d’origine des femmes, on peut établir des groupes de femmes selon leur lieu de naissance, en provenance du même village, des localités autres mais qui se trouvent à quelques kilomètres, voire une centaine de kilomètres. Dans un cadre limité de cette étude, on analyse seulement les indicateurs sur l’espace administratif pour illustrer les évolutions du rayon matrimonial depuis 1941 jusqu’en octobre 2000.

34Si l’on considère les faits recueillis, ceux-ci témoignent d’une incontestable extension du rayon matrimonial. On observe que le taux des couples mariés en provenance du même village est très important chez le premier groupe (62,50 %). Ce taux est fortement réduit dans le deuxième groupe (32,79 %), alors que les couples mariés venant de la même commune et du même district sont plus nombreux. Il connaît une baisse sensible au sein du troisième groupe (17,65 %). Par contre, il est à constater une stagnation chez les couples provenant de la même commune et une très forte augmentation chez les couples en provenance du même district.

35Comment interpréter ces résultats ? L’étude quantitative touche là ses limites, c’est pourquoi nous avons développé des entretiens pour comprendre les raisons du changement de ces pratiques.

Tableau n° 1 Lieu de naissance des femmes figurant dans le premier groupe (mariée du 1941 à 1959) : le village comme unité pertinente dans pratiquement deux cas sur trois (62,50 %)

Tableau n° 1 Lieu de naissance des femmes figurant dans le premier groupe (mariée du 1941 à 1959) : le village comme unité pertinente dans pratiquement deux cas sur trois (62,50 %)

Tableau n° 2 Lieu de naissance des femmes figurant dans le deuxième groupe (mariée du 1960 à 1985) : élargissement du rayon matrimonial à la commune dans un tiers des cas (32,79 %)

Tableau n° 2 Lieu de naissance des femmes figurant dans le deuxième groupe (mariée du 1960 à 1985) : élargissement du rayon matrimonial à la commune dans un tiers des cas (32,79 %)

Tableau n° 3 Lieu de naissance des femmes figurant dans troisième groupe (mariée de 1986 à 2000) : forte extension du rayon matrimonial au niveau du district dans un cas sur deux (49,20 %)

Tableau n° 3 Lieu de naissance des femmes figurant dans troisième groupe (mariée de 1986 à 2000) : forte extension du rayon matrimonial au niveau du district dans un cas sur deux (49,20 %)

Les « bonnes raisons » de s’éloigner de sa famille d’origine : autre éclairage, autre méthode

36D’un point de vue sociologique, le changement de l’espace matrimonial, constaté dans les trois groupes, témoigne d’une évolution de leur champ d’action. Comment expliquer cette évolution ? Pour y répondre, il incombe au chercheur de trouver les facteurs sociaux, c’est-à-dire de rechercher la dimension collective dans le comportement individuel ou ce qui ordonne les comportements et contraint l’action. Pour cela, nous développons une étude qualitative qui complète et explique les résultats tirés de l’étude quantitative.

37L’étude qualitative ne se réduit pas à quelques entretiens complémentaires individuels car elle comprend les opérations suivantes : entretiens individuels, discussions en groupe, observations… En effet, notre groupe de chercheurs a interviewé quelques personnes âgées, consulté les autorités pour avoir leur point de vue, mais aussi les organisations de masse et quelques habitants. Nous avons respectivement discuté avec 10 à 12 personnes de chacun des groupes. Nos entretiens sont ouverts et portent sur des questions générales pour gagner la confiance des personnes et se rapprocher d’elles. Les entretiens et discussions portent sur tous les domaines d’ordre politique, socio-économique, géographique et militaire. Tout cela a pour objectif d’expliquer pourquoi un nombre de couples mariés provenant du même village est important chez le premier groupe et moindre dans le deuxième et troisième groupe. L’entretien et la discussion sur les questions auxquelles nous nous intéressons ont été facilités par les informations quantitatives dont nous disposions ; de plus ces données permettaient d’en approfondir le sens.

38Lors de l’étude qualitative, le groupe de chercheurs a tenté de décrire le contexte social, d’observer les conditions et modes de vie des personnes concernées par l’étude. On cherchait notamment à décrire le portrait issu de figures singulières et de cas particuliers comme des couples mariés très tôt (âgés entre 10 et 12 ans chez le premier groupe) ou très tard en raison de la guerre chez le deuxième groupe. Outre les notes manuscrites des chercheurs, les données tirées des entretiens individuels, des discussions en groupe ont été toutes enregistrées, puis retranscrites et enfin saisies dans l’ordinateur. Ce travail produit un document de 200 pages de verbatim.

39À la suite de l’étude qualitative, le groupe de chercheurs s’est mis d’abord à identifier les facteurs sociaux (au niveau sociopolitique, géographique et culturel), susceptibles d’affecter l’expansion de l’espace matri- monial de chaque groupe étudié. Nous avons trouvé quelques facteurs permettant d’expliquer l’évolution des actions sociales des couples mariés dans le village Dao Xa entre 1941 et octobre 2000.

40Pour le premier groupe (couples mariés entre 1941 et 1959), les raisons sont les suivantes : (a) un accès difficile et des insuffisances notoires en matière d’infrastructures de transports ; (b) une forte influence de l’économie autarcique sur tous les domaines de la vie, y compris le domaine matrimonial et familial ; (c) une mentalité largement dominée par la volonté de se marier avec un homme du même village et des mœurs surannées, génératrices de lourdes charges liées au mariage.

41Quant au deuxième groupe (couples mariés entre 1960 et 1985), les raisons principales évoquées sont les suivantes : (a) la disparition progressive de certaines mœurs séculaires et une nette amélioration des infrastructures de transports ; (b) la guerre du Viêt-Nam, génératrice des nombreux déplacements chez les jeunes et donc de l’expansion de l’espace matrimonial ; (c) le changement de mentalité, influencé par le nouveau mode de vie socialiste.

42En ce qui concerne le troisième groupe (couples mariés depuis 1986 et jusqu’en octobre 2000), les raisons permettant d’interpréter l’extension du rayon matrimonial sont les suivantes : (a) un développement économique spectaculaire et une nette amélioration du niveau de vie, tant matérielle que spirituelle, grâce à la politique de renouveau ; (b) une hausse du niveau d’éducation, marquée par un grand nombre de jeunes ayant le baccalauréat ; (c) des conséquences majeures d’une longue endogamie, de génération en génération, impliquant des relations familiales complexes au sein du village et obligeant les jeunes locaux à chercher ailleurs leurs futurs partenaires.

Conclusion

43Cette étude permet non seulement de donner à voir une dynamique sociale particulièrement vivace au Viêt-Nam remettant en question l’unité villageoise comme lieu de rencontre matrimonial, mais elle nous donne également à voir les démarches, les opportunités, les rencontres qu’emprunte le chercheur pour dévoiler de tels mécanismes qui sont à la fois complexes, quasi invisibles et ancrés dans le quotidien des Vietnamiens. Le compte rendu de cette recherche nous permet d’établir quelques conclusions.

44Premièrement, cette étude parvient à démontrer l’hypothèse de départ formulée à partir de quelques observations préliminaires. En raison des profondes mutations socio-économiques entre 1945 et 2000, l’espace matrimonial des habitants du delta du fleuve Rouge ne se limite plus à l’enceinte du village d’origine et s’étend au niveau de la commune ou du district. Si la recherche en sociologie crée des connaissances ou les remet en cause, elle permettra de proposer de nouvelles données qui accompagnent le changement de mentalité concernant le mariage au sein de la communauté villageoise : ancrée traditionnellement dans le monde rural au Viêt-Nam, on assiste à de forts changements des pratiques matrimoniales par rapport au passé.

45Deuxièmement, nous considérons que l’expansion de l’espace matrimonial dans le village Dao Xa constitue un signe positif du processus de transformation sociale au Viêt-Nam. Cette expansion est le produit des changements socio-économiques, qui contribue à son tour à générer de nouvelles mutations dans le processus d’évolution sociale. Prenons l’exemple du village Dao Xa : l’expansion de l’espace matrimonial montre une forte mobilité sociale chez les habitants locaux, surtout chez les jeunes. Au lieu de s’enfermer dans un cadre étroit de leur village d’origine, dans la période de l’économie autarcique, ils cherchent à développer largement leurs activités en vue de s’adapter aux mécanismes de l’économie de marché dont l’espace ne cesse aussi d’être élargi.

46Au total, il ne s’agit pas seulement d’une extension physique de l’espace matrimonial, mais d’une expansion d’initiatives qui dépassent les frontières du territoire. D’une part, l’extension de l’espace matrimonial met davantage d’incertitude dans l’union et ce, d’autant plus que les réseaux sociaux qui se mettent en place ne sont pas contrôlés par les familles. D’autre part, ces initiatives individuelles contribuent à modifier les normes du mariage du fait de l’expansion de l’initiative de ces jeunes couples qui s’affranchissent partiellement de l’empreinte familiale : l’échange social bascule désormais des familles vers leurs enfants qui en prennent le contrôle.

Bibliographie

Dao Duy Anh, 1992, Précis d’histoire de la culture vietnamienne, Hô Chi Minh Ville, NXB TP Hô Chi Minh.

Jeannière A., 1998, « Famille », Dictionnaire de sociologie, Paris, Albin Michel et Encyclopédia Universalis, p. 324-333.

Lévi-Strauss C., 1956, « he family », H. L. Shapira (éd.), Man, Culture and Society, New York, Oxford University Press.

Mai Van Hai, 2004, « Études sur la culture villageoise vietnamienne dans le delta du fleuve Rouge à travers l’évolution de l’espace matrimonial depuis plus d’un demi-siècle », Revue Sociologie, n° 4, p. 48-62.

Parsons T, 1965, « The anormal american family », Farber S. M. (éd.), Man and Civilization : the Family’s Search for Survival, MacGraw-Hill, p. 34-36.

Phan Ke Binh, 1975, Mœurs et coutumes du Viêt-Nam, EFEO, coll. « TD Indochine ».

Sennett R., 1980, La famille contre la ville. Les classes moyennes à Chicago à l’ère industrielle, Paris, Encres.

Singly (de) F., 2000, « Le changement de la famille et ses interprétations théoriques » dans Berthelot J. -M. (éd.), La sociologie française contemporaine, Paris, PUF, p. 184-197.

Toan Anh, 1991, Le culte des ancêtres, Hanoi, NXB Khoa Hoc Xa Ho.

Notes

1 Les pratiques de recherches traditionnelles reposaient sur une forte division du travail avec les responsables des projets qui le définissent, construisent l’argumentation et supervisent la rédaction, tandis que des enquêteurs font le travail sur le terrain avec une certaine autonomie. La recherche que nous présentons ici ne relève pas de cette démarche, mais bien d’un processus de recherche dans lequel chacun participe, de manière certes variable, à toutes les étapes de la recherche.

2 Le delta compte les provinces suivantes : Vinh Phuc, Ha Tay, Hanoi, Bac Ninh, Ha Nam, Nam Dinh, Ninh Binh, Thai Binh, Hung Yen, Hai Duong, Hai Phong, Quang Ninh (Ministère vietnamien des Sciences et des Technologies – Centre de recherches et de développement régional, Archivage du delta du fleuve Rouge, Maison d’éditions Sciences - Techniques, 2003).

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 Lieu de naissance des femmes figurant dans le premier groupe (mariée du 1941 à 1959) : le village comme unité pertinente dans pratiquement deux cas sur trois (62,50 %)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau n° 2 Lieu de naissance des femmes figurant dans le deuxième groupe (mariée du 1960 à 1985) : élargissement du rayon matrimonial à la commune dans un tiers des cas (32,79 %)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau n° 3 Lieu de naissance des femmes figurant dans troisième groupe (mariée de 1986 à 2000) : forte extension du rayon matrimonial au niveau du district dans un cas sur deux (49,20 %)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

Auteur

Enseignant-chercheur
Université de sciences sociales et humaines de Hanoi USSH

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search