Version classiqueVersion mobile

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Conflits fonciers entre l’État et les paysans : l’anthropologue confronté au terrain

Van Suu Nguyen

Texte intégral

Introduction

1Le monde paysan vietnamien est le théâtre de vives tensions et de conflits opposant les paysans aux autorités publiques. L’enjeu est la gestion de la terre qui échappe aux paysans suite à la reprise des terres qui leur ont anciennement été distribuées. Cette reprise est justifiée par les autorités par la nécessité d’implanter de nouvelles entreprises dans un contexte de forte extension urbaine. Une telle dépossession est en principe compensée par des rétributions substantielles ou bien par des promesses d’embauche des paysans au sein des nouvelles entreprises. Une telle transition n’est pas aussi simple et les terres ne passent pas de main en main de manière mécanique : les dédommagements sont estimés insuffisants par les paysans, les promesses d’embauche ne sont pas tenues, la corruption des autorités locales accompagne le processus de récupération des terres et la gestion foncière des terres publiques est inefficace. Les rapports entre l’État et les paysans qui se nouent autour des questions foncières ont été étudiés au sein de villages de la province Bac Ninh (au nord du Viêt-Nam).

2Pour rendre compte de ce phénomène nous adoptons une approche anthropologique qui se déploie selon trois axes. Le premier axe est celui de la définition du problème scientifique et de l’objet à analyser, en réponse à notre question initiale qui était : est-ce qu’il y a des tensions, voire des conflits, entre l’État et les paysans, lorsque l’État récupère des terres pourtant allouées aux paysans ? Une fois monté le projet de recherche, le deuxième axe consiste à définir la méthodologie et donc à passer des concepts généraux aux indices concrets et à choisir les méthodes pertinentes pour le recueil (William, Robert 1991). Cela implique en amont de penser l’entrée sur le terrain après autorisation, l’établissement des contacts et des relations, la recherche impliquée en milieux communautaires et la sortie de terrain. Le troisième axe est celui du traitement des données collectées et de la restitution des résultats de la recherche.

3Cette démarche de recherche pratiquée au Viêt-Nam se heurte à un problème de méthodologie qui n’est pas à la hauteur des objets que l’anthropologie voudrait analyser. En effet, un grand nombre de travaux ne visent qu’à présenter les résultats tirés de la recherche, en passant sous silence la méthodologie utilisée pour la collecte et l’analyse des données. Tout au plus les chercheurs se limitent à énumérer les techniques de collectes au lieu d’expliquer précisément la manière de collecter les données, d’analyser et de présenter les résultats, dans le cadre d’une étude concrète (Nguyen Van Chinh 1996).

4C’est la raison pour laquelle, par le biais d’une étude de cas concrète, le présent chapitre expose la démarche mise en place et propose une réflexion sur les méthodes de recherche auxquelles nous avons eu recours pendant l’enquête de terrain. À cet effet, cette contribution ne vise pas à analyser l’ensemble des étapes dans le cadre d’une étude en anthropologie ; elle ne cherche pas, non plus, à décrire ou à analyser les méthodes de recherche en sciences sociales et notamment en anthropologie. Notre contribution vise seulement à expliciter la manière dont se déroule une recherche, avec ses allers et retours, les hésitations du chercheur et les bifurcations au regard des difficultés rencontrées sur le terrain.

5Le travail de terrain s’est déroulé sur une période de plus d’un an, divisée en deux temps. D’abord, en guise de pré-enquête, nous avons réalisé des visites dans les villages des provinces Hai Duong (1997), Bac Ninh (1998) et des zones périphériques de Hanoi (1999). Cette phase préalable nous a permis de recueillir les premiers éléments relatifs aux relations qu’entretiennent les paysans avec les autorités. Ensuite, nous avons engagé la phase de terrain sur une période de plus d’un an, période entrecoupée par des retours à Hanoi lorsque les habitants locaux étaient occupés par les travaux agricoles. Ce phénomène social de conflits entre l’État et les paysans est très connu et se traduit le plus souvent par des résistances individuelles face à l’autorité publique qui va récupérer les terres pourtant octroyées aux paysans (Papin, Passicousset 2010). Dans cette contribution on se limitera à préciser la manière de construire notre objet, d’entrer en contact avec ceux qui résistent à une expropriation, mais aussi comment s’y prendre pour obtenir que les paysans nous livrent les vraies raisons de leur colère.

6Étudier un conflit sans prendre position pour l’un des protagonistes, c’est en même temps mettre au jour le conflit de rationalités et l’opposition des logiques d’action en présence : l’enjeu de ce travail de recherche est tel qu’il faut d’abord retrouver la confiance là où la méfiance, voire la défiance, règne. L’enjeu est important pour les paysans qui se méfient du chercheur et pour le chercheur qui peut se voir refuser l’accès au terrain à tout moment, c’est-à-dire lorsque les autorités le décident.

Contexte social et historique : des paysans sans terre

7À l’issue des accords de Genève (1954), le Viêt-Nam a été divisé en deux parties, chacune a son propre régime politique et économique. Une économie centralisée de type socialiste a été mise en place au Nord du pays tandis que le Sud a suivi un développement économique capitaliste. Après vingt et un ans de conflits sanglants, la guerre du Viêt-Nam s’est soldée par la réunification nationale. Le pays s’est ensuite engagé dans un modèle économique planifié, centralisé et subventionné. Pourtant, il se trouvait confronté à une grave crise socio-économique, à la fin des années 1970. Cette situation résulte d’une part des défaillances du modèle socialiste et d’autre part des conséquences des conflits. De plus, la Chine et l’Union soviétique ont dû entamer leur réforme socio-économique. C’est dans ce contexte que la politique de Renouveau a été adoptée par les autorités vietnamiennes. Cette rénovation a commencé par le secteur agricole et touché progressivement d’autres secteurs de l’économie. On comprend ainsi l’importance de l’étude du monde paysan pour comprendre le processus de transition au Viêt-Nam. Les années 1990 ont été marquées par un processus accéléré d’industrialisation, de modernisation du pays et par un rythme rapide d’urbanisation, ce qui figure parmi les priorités de développement de l’État vietnamien.

8En vue de l’industrialisation, de l’urbanisation et du développement des infrastructures, une grande superficie de terres agricoles et d’autres catégories de terres ont été récupérées. Au Viêt-Nam, depuis le début des années 1990, la récupération des terres agricoles au service de l’industrialisation et de l’urbanisation se déroule de manière relativement rapide en fonction des finalités et des catégories de terres. Pour l’essentiel, une grande superficie des terres récupérées est destinée à la construction des zones industrielles. Au niveau local, ces terres sont reconverties à usage d’habitation pour la construction des infrastructures civiles. Au niveau national, leur récupération est destinée à l’œuvre d’industrialisation et au processus d’urbanisation.

9D’après le journal Nhan Dan («  Le Peuple », 16 août 2005), la superficie totale des terres cultivables récupérées aux fins non agricoles, s’élève à environ 200 000 ha par an. À l’instar de la Chine, une grande surface de terres cultivables au Viêt-Nam pourrait être récupérée pour l’industrialisation, l’urbanisation et le développement des infrastructures, dans les années à venir. Or, la population vietnamienne s’accroît sans cesse : au milieu de l’année 2005, elle a dépassé 83 305 000 habitants dont 78 % vivent en zone rurale. Cette rapide croissance démographique entraîne de fortes pressions sur la disponibilité des sols cultivables. Dans le delta du fleuve Rouge, par exemple, les surfaces agricoles baissent, tandis que les habitants sont de plus en plus nombreux. Ce paradoxe constitue un enjeu central dans le monde rural du Viêt-Nam.

10Pour la plupart des paysans dans le delta du fleuve Rouge, le droit d’utilisation des terres agricoles constitue à la fois une source de revenu, un moyen de production et un bien de grande valeur (Nguyen Van Suu 2004, 2006). Lorsque leurs terres agricoles sont récupérées par l’État, des conflits entre les autorités et les habitants locaux sont survenus. En fait, cette récupération prive les paysans de leurs moyens de subsistance. Les recherches menées précédemment montrent que cette récupération a provoqué d’une part, le mécontentement des paysans qui ne récupèrent que des indemnités dérisoires par rapport aux sources de revenus que les terres fournissaient, et de la corruption au sein des autorités publiques dans ce processus de récupération ; et d’autre part, les récupérations génèrent des inégalités en terme d’accès aux ressources de terres (Nguyen Van Suu 2003, 2004).

11Un certain nombre de paysans a perdu la totalité ou une partie de son gagne-pain provenant de l’exploitation des terres agricoles. Par conséquent, ces paysans se trouvent confrontés aux risques de chômage et de perte de ressources pour vivre. La plupart rencontre des difficultés pour se reconvertir dans d’autres métiers ou à adapter leur mode de vie (Nguyen Van Suu 2004).

12Pour contrecarrer ces effets indésirables, l’État vietnamien a préconisé des politiques publiques en faveur des paysans frappés par la récupération des terres. Il s’agit d’aides financières débloquées leur permettant de suivre des formations aux nouveaux métiers. Les autorités ont récemment adopté le décret n° 17/2006/ND-CP, selon lequel les paysans touchés par la politique de récupération des terres agricoles au service des projets de développement national, ont droit à des indemnités sous forme de terres au lieu de l’argent (Viêt-Nam News, 9 février 2006, p. 15). À cela s’ajoute le fait que les entreprises s’implantant dans les zones industrielles bâties sur les terres récupérées ont l’obligation de recruter une partie de la main-d’œuvre locale. En somme, le monde politique et le monde économique s’allient pour organiser la transition du monde paysan. Dans les faits, une large majorité des paysans sans terre se trouvent toujours en situation de précarité d’emploi.

13À ce jour, les solutions de reclassement et de dédommagement des paysans sans terre demeurent insatisfaisantes. Prenons trois cas pour illustrer cette transition inachevée. Le premier cas est tiré des travaux de Tran Duc Vien pour qui l’urbanisation et le développement industriel de Hanoi depuis ces dix dernières années ont entraîné une diminution rapide des surfaces agricoles. En même temps, il est à constater un faible niveau d’intégration des paysans aux secteurs non agricoles (Tran Duc Vien et al. 2005). Ce paradoxe constitue donc un important défi à relever.

14Il en va de même dans une commune de la province Hai Duong : le gouvernement local a récupéré une superficie de 220 ha de terres agricoles pour l’implantation d’une entreprise ; en contrepartie, cette dernière s’est engagée à employer environ 11 000 habitants locaux. Toutefois, elle n’en a recruté que 48. Ce deuxième cas illustre bien que la quasi-intégralité des paysans sans terre doit ainsi se débrouiller pour survivre (Xuan Quang 2004).

15Le troisième exemple concerne la commune de My Dinh (Hanoi) dans laquelle 220 ha sur 340 ha de terres agricoles ont été récupérés pour la mise en service de 40 projets de construction hors du secteur agricole. À la suite de cette récupération, un grand nombre des paysans locaux, y compris les jeunes, sont devenus chômeurs (hu Huyen 2003). Selon les estimations, les investisseurs recrutent seulement entre 3 % et 5 % des personnes en âge de travailler issus des ménages touchés, dans l’ensemble du pays. D’après un rapport du ministère vietnamien du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, le nord du pays comptait 63 760 paysans chômeurs à cause de la récupération de terres agricoles en faveur des projets de développement national (Xuan Quang 2004).

Le délicat recueil de données en situation de conflit

16L’enquête de terrain permettant le recueil des données constitue l’une des étapes importantes au service de l’étude en anthropologie. Cette démarche nécessite de faire preuve de précision, de confidentialité, d’éthique professionnelle et de rechercher toujours à répondre à des questions nouvelles (Shair, Stebbins 1991).

17À l’instar des autres disciplines en sciences sociales et humaines, l’anthropologie dispose de ses propres techniques de recherche. Lors de son étude, l’anthropologue a également recours aux méthodes de recherche d’autres domaines, ce qui conduit à une approche interdisciplinaire. Le chercheur doit impérativement faire les choix méthodologiques pertinents, correspondant le mieux à son sujet d’étude, à la population étudiée, ainsi qu’à l’espace géographique et culturel.

Observation participante

18L’observation constitue une méthode de recherche typique de l’anthropologie. Elle permet au chercheur de s’impliquer dans le terrain d’enquête en vue d’observer les phénomènes tout en collectant les données pertinentes. La finalité est d’observer la situation vécue sans affecter le milieu d’insertion du chercheur. Disons-le clairement : cette phase d’immersion est fondamentale et elle consiste à se faire oublier en veillant à être présent dans tous les échanges. En ce début des années 2000, les paysans ont peur de se livrer et imaginent que les données recueillies pourraient être transmises à l’autorité publique. Afin de bien s’implanter dans le terrain d’enquête, l’établissement des relations amicales et confidentielles entre le chercheur et l’informateur est une nécessité comme le rappelle Burgess (1984). À travers mes expériences, il serait difficile d’obtenir des informations exactes et fiables sur les questions délicates, sans les relations de confiance auprès des informateurs locaux. Durant mon travail d’enquête sur la tension liée au dédommagement pour les terres récupérées dans la province Bac Ninh, les personnes enquêtées hésitaient à me répondre ou me donnaient une réponse trop générale sans exprimer leurs propres points de vue.

19Face à cette situation, j’ai consacré mes efforts à établir les relations de confiance auprès des habitants locaux. D’une part, j’ai invité certains villageois privilégiés à visiter ma famille à Hanoi. D’autre part, je cherchais à convaincre les habitants locaux que mon travail s’inscrit dans le cadre de la recherche universitaire et qu’il ne porte atteinte à aucune personne dans la localité ou ailleurs. Une fois familiarisé avec les habitants locaux, j’ai beaucoup entendu parler de leur mécontentement vis-à-vis des autorités locales et des déficiences causées par la politique de restitution de terres agricoles. J’ai également collecté de nombreux papiers et documents personnels dont les plaintes adressées à l’administration compétente à tous les échelons. De telles actions m’ont permis de comprendre en profondeur la situation des habitants après la dépossession de leurs terres et les difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien. Je suis arrivé à connaître les causes qui les obligent à passer beaucoup de temps à dénoncer certaines autorités corrompues, mais aussi à protester contre la restitution de terres. À cet effet, ils sont allés se plaindre auprès des organismes d’État, au niveau central : cet acte est d’autant plus héroïque que ces habitants risquent de commettre des délits alors même qu’ils ne souhaitent que manifester leur protestation.

Diverses manières de donner la parole aux sujets : les voies de la verbalisation

20Au début de l’enquête de terrain, j’ai interviewé de nombreux acteurs, relevant de différentes catégories sociales telles qu’habitants locaux, cadres de tous les niveaux (commune, district et province), décideurs de la politique agricole. J’ai essayé de sélectionner les informateurs qui ont des affinités en termes de sexe, d’âge, de métier, de résidence, de superficie de terres à récupérer.

21À l’issue de ces discussions, j’en ai identifié quelques-uns qui s’intéressent vraiment à mon sujet d’étude, pour mener des entretiens approfondis. Ces entretiens m’ont fourni des informations importantes concernant la récupération de terres agricoles. En bref, je suis arrivé à expliciter leurs points de vue communs et différents sur cette question, en classifiant les enquêtés en fonction de catégories sociales, de sexe, d’âge, de résidence. Néanmoins, pour rétribuer les informateurs, il vaut mieux le faire sous forme de cadeaux au lieu de l’argent ; bien entendu, si le travail de recherche prend beaucoup de temps aux informateurs, la rémunération en échange des informations est conseillée.

22Dans le cadre de cette recherche, j’ai pratiqué les entretiens semi-directifs et non directifs (Bernard 2002). Les principaux thèmes concernent la structure de la famille et son histoire dans ces lieux, puis les activités qu’ils mènent et enfin leur devenir du fait de la menace qui pèse sur la place qu’ils occupent : je cherche à comprendre les raisons qui motivent la décision de l’autorité publique de reprendre ces terres, les modalités de la négociation qui s’est instaurée et les résultats obtenus.

23Mis à part les interviews individuelles, j’ai également réalisé des entretiens collectifs. La plupart de ces entretiens constituent de bonnes occasions dont j’ai bien profité en vue de poser des questions ouvertes au public. Par exemple, j’ai eu une interview auprès d’un cadre du district au sujet des mécontentements des paysans à l’égard de la récupération des terres agricoles. Pendant notre discussion, un certain nombre de cadres nous ont rejoints tout en y participant progressivement. Outre de telles occasions, j’étais souvent invité à des cérémonies de mariages, de funérailles ou à des célébrations du décès dans les villages étudiés. Dans une telle ambiance amicale et ouverte, j’ai commencé à poser des questions qui ne sont pas toujours délicates. Ces discussions en groupe se déroulent à condition de gagner la confiance de la population locale.

24Je voudrais souligner l’importance de la prise de notes, dans un contexte donné. En réalité, il existe de nombreuses manières de prendre des notes, lors de l’enquête de terrain (Emerson et al. 1995). La plupart des chercheurs sont favorables à l’utilisation d’appareil d’enregistrement. Cette technique leur permet d’éviter la perte des informations collectées, à l’issue des entretiens, même si elle prend beaucoup de temps (Burgess 1984). Pourtant, elle n’est pas utile dans toutes les circonstances. Pour la plupart des Vietnamiens interrogés sur les questions d’ordre politique, religieux, de revenu ou de contradictions, ils sont très sensibles à l’enregistrement de leurs récits. Au début de mon enquête, les enquêtés hésitaient à me répondre aux questions délicates étant donné que j’avais recours à l’enregistrement. Ils m’ont demandé de ne pas utiliser l’appareil dans la plupart des entretiens.

25En prenant en compte ce problème, j’ai décidé de changer de technique exploratoire en prenant un carnet de notes. Toutefois, cette prise de notes est moins efficace et encombrante car je dois poser les questions aux interlocuteurs tout en enregistrant toutes sortes d’informations. Pour y remédier, j’ai pris un petit carnet qui ne contient que des informations importantes à savoir : mots-clés, concepts, chiffres. À la suite de chaque interview, je suis rentré dans ma résidence louée dans le village et ai transcrit les renseignements recueillis.

Les écrits de la vie quotidienne et les registres officiels

26Durant mon enquête de terrain j’ai découvert un grand nombre de rapports, de textes officiels des pouvoirs locaux (notamment au niveau du district et de la province) qui concernent mon sujet d’étude. J’ai donc consacré le dernier mois de l’enquête de terrain pour effectuer des explorations documentaires auprès des archives publiques, au niveau du district et de la province. Cette phase de recueil des écrits sert d’une part à entrer en contact avec ceux qui les détiennent, mais aussi avec leurs auteurs qui peuvent renseigner le chercheur sur le document ; elle sert d’autre part à croiser les sources d’information et à vérifier ce que les différents acteurs ont pu énoncer : il nous est arrivé de rapporter des faits consignés dans des documents au cours de réunions auxquelles participent les paysans. J’ai également cherché à collectionner les documents officiels des communes, qui sont relatifs à mon thème de recherche : rapports socio-économiques annuels, cahiers d’utilisation et de gestion foncières, rapports financiers. Les résultats obtenus dépassaient mes espérances.

27En réalité, il demeure quelques critiques, selon lesquelles la ressource documentaire publique (notamment au niveau des chiffres) est peu fiable et inexacte. Bien que ces critiques disposent de leurs propres fondements, tous les documents en provenance de cette ressource ne sont pas forcément inexacts. Ce qui est plus important, ce sont les compétences d’analyse et d’évaluation des données collectées, dont le chercheur fait preuve. À mon avis, il s’agit d’une source d’information importante destinée à la recherche sur les questions contemporaines du Viêt-Nam, auxquelles peu de personnes ont eu la chance d’accéder.

  • 1 D’après Xiaolin Guo, la récupération de droit d’utilisation de terres agricoles au service des proj (...)

28Ces documents fournissent également des informations à des fins comparatives. En réalité, le Viêt-Nam a connu un certain retard par rapport à différents pays, en ce qui concerne l’industrialisation, la modernisation et l’urbanisation. La récupération de terres agricoles, accompagnée des mécontentements des paysans et de tensions en milieu rural a été constatée dans certains pays asiatiques tels que le Japon et la Corée du Sud. Ainsi, les publications permettent de faire des études comparatives entre le Viêt-Nam et les pays dans la région, sur cette question, comme la Chine par exemple (Guo 2001)1.

La recherche : un processus accompagné de réajustements

29Le premier enseignement de cette recherche concerne la posture du chercheur et son rôle sur le terrain d’enquête qui évolue en fonction des réactions des personnes qui sont face au chercheur. Pour mon cas d’étude dans le delta du fleuve Rouge, « jouer » le rôle d’un chercheur me semble une posture appropriée. Au début de l’enquête, mon apparence ressemblait à un jeune étudiant, mais certaines villageoises me considéraient comme un tricheur. J’ai alors décidé de visiter leur famille : elles surveillaient attentivement mes interventions. Compte tenu de la situation, j’ai dû changer mon apparence ; de même, j’ai également cherché à convaincre les habitants locaux que je suis un enseignant universitaire et que je suis venu pour effectuer une enquête dans la localité. Ainsi, j’ai été très bien accueilli par la communauté locale.

30Faisant de la recherche sur et dans mon pays d’origine, sur mon ethnie, dans un espace géographique que j’ai bien connu, je n’ai pas été confronté à des difficultés de langue ainsi qu’à des problèmes relationnels, lors des entretiens avec les enquêtés. Ce qui me préoccupait en permanence, c’était de savoir si j’avais recueilli suffisamment de données pertinentes pour ma recherche.

31Plus généralement, le chercheur est confronté à ce monde autre dans lequel il essaie de pénétrer et de comprendre : il s’agit des problèmes que les anthropologues impliqués dans la recherche des sociétés et cultures indigènes doivent souvent rencontrer, lors de leurs enquêtes de terrain. Ces questions entraîneraient sans doute des impacts importants sur leurs études (Wengle 1988).

32Le deuxième enseignement concerne la délimitation du sujet de recherche et la définition de l’objet de l’analyse qui se poursuit dans le cours de la recherche, donnant lieu à des réajustements du sujet, ce qui est un fait normal.

33Avant l’enquête de terrain, mon étude avait pour objet l’évolution des formes de propriété foncière et l’attitude des paysans dans un village de la province Bac Ninh. J’ai passé dix mois pour le montage du projet de recherche. À la rentrée universitaire, j’ai décidé de m’engager sur cette recherche et l’ai présentée, lors d’une conférence à laquelle mon directeur de thèse, les enseignants de la faculté et les doctorants ont participé. Lorsque je suis revenu dans le milieu d’enquête, les habitants locaux ne voulaient pas discuter avec moi des problèmes inhérents à la réforme foncière dans les années 1950. Ils n’étaient pas, non plus, trop intéressés par les questions plus récentes portant sur la collectivisation agricole. Certains d’entre eux voudraient savoir quelles sont les raisons qui m’incitent à m’y intéresser. Puis, ils faisaient porter mon attention sur les problèmes soulevés à l’heure actuelle. Il s’agit de la gestion foncière et budgétaire, de la construction des infrastructures, de la corruption et du dédommagement de terres récupérées. Autrement dit, les villageois ont déplacé mon centre d’intérêt, des problèmes historiques de l’agriculture vers les reprises par l’État des terres allouées aux paysans : ils souhaitaient que je m’intéresse à leurs problèmes d’aujourd’hui et pouvoir exprimer leurs souffrances à l’égard de cette privation du sol.

34Le troisième enseignement concerne le fait que la recherche est un processus et non une succession d’étapes indépendantes : dans notre recherche, le traitement et l’analyse des données ont été effectués en même temps que le travail de terrain. Parmi les données tirées, j’ai déterminé quelques points principaux qui sont devenus par la suite les fils rouges dans le cadre de mon étude. Compte tenu des moyens dont je disposais alors, j’ai eu recours à un petit carnet de notes afin d’enregistrer les renseignements collectés, au cours des observations et des enquêtes. Ensuite, ces notes manuscrites ont été envoyées à Hanoi pour la transcription. Tous les documents écrits ont également été photocopiés. Après avoir lu à plusieurs fois les documents collectés, je les ai classifiés en fonction des thèmes intéressés. Chaque thème d’étude comprend différents domaines. Les données tirées des entretiens ont été transcrites. À cela s’ajoute les notes, les descriptifs et les analyses des données qualitatives ainsi que les données quantitatives tirées des documents écrits. En se basant sur les fils rouges définis, j’ai cherché à établir les rapports entre eux.

35Pendant l’enquête de terrain, je faisais un rapport récapitulatif des résultats, dans un intervalle de quelques mois. Ce rapport a été envoyé à mes directeurs de thèse. Cette démarche était très efficace. En effet, après avoir lu mon rapport, mes directeurs de thèse me posaient des questions relatives aux données collectées et m’indiquaient des documents à compléter. Mes rapports produits à l’issue du travail de terrain constituent la colonne vertébrale pour mon mémoire de thèse.

Les conflits liés à la récupération des terres : essai d’interprétation

36La recherche documentaire, mes observations de longue durée, les enquêtes auprès des villageois et des administrations locales, le recueil des documents dans les centres d’archives publiques me permettent de comprendre en profondeur les questions qui tournent autour du sujet de recherche, en combinant différents points de vue. Je suis parvenu à reconstituer le déroulement de conflits liés à la récupération des terres agricoles dans certains villages, mais aussi à déterminer les personnes concernées. En outre, j’ai décortiqué leur réflexion ainsi que leurs actions, leurs mesures, leurs tactiques pour réaliser leurs buts. J’ai déterminé les motifs qui incitent les habitants locaux à développer des actions risquées pour protester contre la récupération de terres agricoles et faire valoir leurs intérêts économiques légitimes.

37Les conflits se manifestent de manières différentes selon les villages et prennent la forme soit de plaintes, soit de freinages dans les démarches d’expropriations, soit de résistances dans la voie légale. Le conflit prend plusieurs formes : le désagrément, le débat, la négociation, la tension voire la violence contre les parties impliquées dans le processus de décision qui essaient de modifier les termes de la propriété des terres. En ce sens, c’est un processus qui s’étale sur plusieurs années.

38Le conflit se développe selon deux voies. La première est une résistance individuelle avec des réactions modestes, timides, mais en direction de l’autorité locale. Cette résistance publique s’exerce par des réactions pacifiques par le biais de discussions, de débats, de questions et de confrontations à l’autorité publique. Cette résistance officielle débouche sur la négociation selon les voies officielles pour tenter de satisfaire les demandes des paysans. Au final, cette voie reste peu efficace et elle est redoublée par une seconde voie qui prend la forme d’une résistance collective. Ce mouvement social se développe dans l’intention de modifier le comportement de l’autorité publique et vise à réduire la corruption, améliorer le processus de dialogue avec les paysans avec un management plus adapté et la révocation de certains cadres. Des avancées significatives ont donné raison aux promoteurs de l’action collective même si la réalisation des projets n’a pas été remise en cause fondamentalement. L’entrée en conflit permet de mettre en discussion la procédure mise en œuvre sans pour autant remettre en cause le projet initial d’expropriation.

39Les raisons sont très diverses. D’abord, les dédommagements pour les terres restituées à l’État sont moins importants que ce à quoi les villageois s’attendaient ; de plus, il faut souligner que les dédommagements pour les terres récupérées et la reconversion des métiers demeurent très attractifs par rapport à leurs revenus. Ensuite, les engagements sur le recrutement de la main-d’œuvre locale pris par les entreprises et les autorités sont très peu nombreux. La grande préoccupation des paysans, c’est la perte des moyens de subsistance, une fois que leurs terres sont restituées à l’État. Enfin, force est de constater qu’un esprit égoïste règne chez certains paysans impliqués dans la récupération des terres agricoles : pour satisfaire leurs intérêts personnels, ils veulent bénéficier eux-mêmes des indemnités, sans s’occuper des intérêts de la communauté. À cela s’ajoute que certains paysans ont été soupçonnés de spéculation immobilière à l’occasion de la récupération des terres agricoles. Ajoutons que certaines autorités locales ont commis de graves fautes, sur les principes de comportements vis-à-vis des paysans, dans les villages. Il s’agit de la question que Scott a évoqué dans sa recherche portant sur les réactions des paysans, dans la première moitié du XXe siècle (Scott 1976).

  • 2 Les terres publiques constituaient l’une des catégories foncières du Viêt-Nam, surtout au nord et a (...)

40Théoriquement, je suis arrivé à formuler une hypothèse générale, selon laquelle la différence des points de vue des acteurs concernés par la récupération des terres agricoles est génératrice de conflits locaux. Partant de cette hypothèse, j’ai analysé les données recueillies et avancé les motifs qui justifient les réactions des habitants locaux. Il s’agit de l’insuffisance de dédommagements liés à la restitution des terres agricoles, de la corruption des autorités locales et des faiblesses de gestion foncière publique2. Autre point important que je veux souligner ici, c’est que les réactions contre la restitution des terres agricoles reflètent les valeurs que les paysans partagent. C’est l’argument formulé par Scott et Popkin pour expliquer les comportements politiques des paysans (Scott 1976 ; Popkin 1979), qui a par la suite fait l’objet d’une vive discussion dans le monde de la recherche (Nguyen Van Suu 2002).

  • 3 La loi foncière de la République socialiste du Viêt-Nam a été révisée en 1993, 1998, 2001, 2003.

41À l’instar du chercheur Kerkvkliet (2005) qui traite l’influence de la puissance politique sur la politique agricole du Viêt-Nam, ma recherche consiste à démontrer que les réactions des paysans contre la politique de restitution de terres agricoles proviennent de la corruption qu’ils ressentent et des faiblesses des autorités locales sur la gestion des terres au niveau local : corruption et affaissement de l’autorité locale ont affecté nettement l’élaboration de la politique foncière de l’État ; ces dérèglements conduisent sans cesse à la révision de la loi foncière du Viêt-Nam, depuis 19883.

42À l’issue de l’enquête de terrain, j’ai effectué le traitement des données et la rédaction du rapport. Pour cette étape, j’ai déterminé la structure de recherche en analysant les informations recueillies, les documents intéressés et en discutant avec mes collègues. Les résultats de recherche ont été concrétisés dans un rapport scientifique, présenté, lors d’une conférence à Chiang Mai, en Thaïlande (Nguyen Van Suu 2003).

43Ce que nous avons mis en évidence c’est premièrement un phénomène général de récupération des terres par les autorités publiques, du fait de l’extension d’activités économiques, mais aussi du fait de la multiplication de logements pour des populations nouvelles qui souhaitent un rapprochement d’avec les centres urbains pourvoyeurs, si ce n’est d’emplois, du moins d’activités marchandes. Cette récupération peut porter sur un grand espace comme ces 70 ha à l’est de Hanoi dont les autorités veulent prendre possession dans le cadre d’un projet de développement Ecopark auquel s’opposent les habitants du district. On retrouve ce phénomène dans le travail de Viet Ha Phan (2010), qui met en évidence les conflits fonciers dans les hauts plateaux du centre du Viêt-Nam. L’auteur met en avant les raisons de l’émergence des conflits : l’intégration à l’économie de marché, l’intensification et l’expansion agricole, l’accroissement de mobilité des populations et enfin l’intensification des législations.

44Deuxièmement, la naissance d’un conflit est inéluctable du fait d’intérêts divergents entre les autorités et les populations. D’un côté, les tenants de la terre n’ont aucun intérêt à céder leur bien du fait de compensations incertaines voire inexistantes. On retrouve cela au Cambodge où un projet de développement à Phnom Penh oblige des familles à quitter leur domicile sans contrepartie, alors que la place occupée permet la survie de ceux qui développent un petit commerce. De l’autre côté, l’État prend souvent le parti des entreprises et des promoteurs qui veulent implanter de nouvelles activités et encadre les réquisitions de terres ou l’expulsion des populations qui résistent à leur expropriation

Conclusion

45Pour rappel, le travail de terrain constitue la deuxième étape dans le cadre d’une étude en anthropologie. Pour qu’elle soit menée à bien, les chercheurs ont recours à des méthodes d’enquête telles que les observations participantes, les entretiens sous différentes formes, les questionnaires, l’exploration de documents.

46Toutes ces démarches visent à collecter les données qualitatives et quantitatives, et par cela à répondre aux questions de recherche. Pourtant, leur application n’est pas la même pour tout le monde et les pratiques de recherches varient selon le moment de l’étude ou selon les circonstances. Le chercheur doit sélectionner les méthodes de recherche, conformément à un sujet, un espace, une ethnie donnée. Il doit faire preuve de créativité et de flexibilité durant l’analyse, le traitement et la présentation des données. D’ailleurs, le recours aux méthodes de recherche doit être régulièrement réajusté, en conformité avec les événements survenus au cours de travail de terrain.

47Retenons, d’une part, que ce qui est nouveau, c’est bien cette tension et ces conflits entre l’État et les paysans du fait d’intérêts divergents et de négociations qui n’aboutissent pas, voire dont l’objet est détourné. Retenons, d’autre part, que la nouveauté réside aussi dans la possibilité pour le chercheur de mettre sur la place publique une telle recherche et d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur ces conflits fonciers. Parler de mouvement social, de résistance et de conflit n’est pas une problématique installée dans le milieu académique : la transition c’est cette double opportunité : d’abord, une opportunité pour que des acteurs mécontents reprennent l’initiative face aux pouvoirs publics et se transforment en acteurs capables de se confronter à l’autorité publique ; ensuite une opportunité de former de futurs chercheurs à l’analyse de mouvements sociaux et donc d’élaborer une méthodologie d’analyse pertinente.

Bibliographie

Bouma, Gary D., 2000, he Research Process, Oxford, Oxford University Press, p. 173-174.

Burgess, Robert G., 1984, In the Field : An Introduction to Field Research, Londres, Allen & Unwin.

Emerson, Robert M., et al., Rachel I. Fretz et Linda L. Shaw 1995, Writing Ethnographic Fieldnotes, Chicago, he University of Chicago Press, p. x-xi.

Guo, Xiaolin 2001. « Land expropriation and rural conflicts in China », he China Quarterly, n° 166, p. 422-39.

Kerkvliet B., 2005, he Power of Everyday Politics : How Vietnamese Peasants Transformed National Policy, Ithaca, New York, Cornell University Press.

Nguyen Van Chinh 1996. « L’ethnologie postmoderne ou le retour de l’ethnologie : Discussions autour de l’objet d’étude et de la méthodologie », Revue d’ethnologie, n° 3, p. 61-71 et 54.

Nguyen Van Suu, 2006, « Land differentiation in Viêt-Nam », Paper presented at the Conference on regionalization of development : Redeining local culture, space and identity in Mekong region, April 22-24, 2006, Luang Prabang Lao PDR, p. 2-3.

Nguyen Van Suu, 2004, « Contending views and conlicts over land in the Red River Delta since de-collectivization », Ph. D dissertation, Australian National University.

Nguyen Van Suu, 2004. « The politics of land : Inequality in land access and local conflicts in the Red River Delta since de-collectivization », Social Inequality in Viêt-Nam and the Challenges to Reform, Singapore, Philip Taylor, ISEAS.

Nguyen Van Suu, 2003, « Land compensation and peasants’reactions in a Red River Delta village », Paper presented to the Regional center for sustainable development’s international conference on politics of the commons : Articulating development and strengthening local practices, Chiang Mai, Thailand.

Nguyen Van Suu, 2002, « Étude sur la question foncière et le monde paysan au Viêt-Nam : quelques approches théoriques », Revue de recherche historique, n° 4, p. 3-10

Papin P., Passicousset L., 2010, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, Archipel.

Partha Nath Mukherji, 2000, « Introduction : Methodology in social research : Dilemmas and perspectives », Methodology in social research, New Delhi, Partha Nath Mukherji, Sage Publications, p. 39.

Popkin S., 1979, The Rational Peasants : he Political Economy of Rural Society in Viêt-Nam, Berkeley, University of California Press.

Russel Bernard H., 2002, Research methods in anthropology : Qualitative and quantitative approaches, New York, Altmira Press, p. 203-297 ;

Sarantakos Sotirios 1997, Social research, Macmillan Educational Australian PTY LMT, p. 177-202.

Scott J., 1976, The Moral Economy of the Peasants : Rebellion and Subsistence in Southeast – Asia, New Haven, Yale University Press.

Shaffir William B., Stebbins Robert A. (éd.), 1991, Experiencing Fieldwork : An Inside View of Qualitative Research. Londres, Sage Publications.

Thu Huyen, 2003. « La commune My Dinh : les rizières reconverties en zones d’habitation », n° 302, le 29 octobre, apparu sur le site Web du Journal de Travail : www.laodong.com.vn.

Tran Duc Vien, Nguyen Dinh Quang et Nguyen Van Dung, 2005, Rural - Urban land use changes in Peri - Urban Hanoi, SEARUSYN, p. 26.

Viet Ha Phan, 2010, Les conflits fonciers dans le contexte de transition agraire aux Hauts Plateaux du Centre Viêt-Nam : le cas de la province du Dak Lak, thèse de géographie, Université de Toulouse 2.

Wengle, John L., 1988, Ethnographers in the Field : he Psychology of Research, Tuscaloosa, he University of Alabama Press.

Xuan Quang, 2004, « Reconversion des métiers pour les paysans frappés par la récupération des terres agricoles : irresponsabilité des autorités locales », n° 219, le 6 août, paru sur le site Web du Journal de Travail : www.laodong.com.vn.

Notes

1 D’après Xiaolin Guo, la récupération de droit d’utilisation de terres agricoles au service des projets du développement de l’État et de la communauté constitue l’une des raisons qui provoquent les conflits en milieu rural de la Chine, ces dix dernières années.

2 Les terres publiques constituaient l’une des catégories foncières du Viêt-Nam, surtout au nord et au centre du pays, pendant plusieurs siècles. À l’issue de la réforme foncière entre 1953 et 1956, cette catégorie n’existait presque guère, au nord. À la suite de la décollectivisation agricole, la plupart des terres agricoles sont attribuées aux foyers paysans. Une parcelle restante (environ 5 %) est réservée aux intérêts publics. Il s’agit des terres publiques. Toutefois, sa nature n’est pas semblable à la catégorie déjà connue, au cours de l’histoire du Viêt-Nam.

3 La loi foncière de la République socialiste du Viêt-Nam a été révisée en 1993, 1998, 2001, 2003.

Auteur

Enseignant-chercheur
Université de sciences sociales et humaines de Hanoi USSH

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search