Version classiqueVersion mobile

Viêt-Nam en transitions

 | 
Gilbert De Terssac
, 
An Quoc Truong
, 
Michel Catlla

Innovations en milieu rural et stratégies paysannes

Duc Truyen Nguyen

Texte intégral

Introduction

1Le processus de renouveau, ou le Doi Moi, a été engagé (1986) par des réformes et des innovations en agriculture, donc en milieu rural, avant de se répandre de manière officielle dans tous les autres secteurs de la société vietnamienne.

2C’est pour comprendre cette période transitoire du Viêt-Nam que notre étude a porté dans le secteur de l’agriculture sur les innovations en milieu rural et les stratégies paysannes. Cette étude entend s’inscrire dans une double perspective : celle des études concernant les possibilités d’existence et de pérennité des exploitations agricoles familiales, donc de survie des paysans et, inséparablement, celle des recherches sur les effets des stratégies d’innovation liées aux activités agricoles et non agricoles sur l’agriculture et sur le monde rural.

3Notre étude se situe dans le delta du fleuve Rouge où la situation économique est extrêmement difficile à la veille de la réforme, ce que bon nombre d’auteurs avaient mis au jour (Gourou 1936 ; Bergeret 1995, Teissier, Fontenelle 2000). L’espace cultivable des exploitations familiales paysannes est sans cesse réduit et parcellisé à cause de l’étroitesse de la surface cultivable du delta et de la densité démographique en augmentation constante depuis des siècles. La surface naturelle du delta est de 15 000 km2, tandis que la population s’élève à 11 millions d’habitants, dont 9 millions sont des ruraux, en 1979, à 14 millions d’habitants, dont 11 millions sont des ruraux en 1989. Au cours de ces dix ans, la densité démographique du delta s’est élevée de 785 personnes au km² à 933 personnes au km2. La parcellarisation des terres atteint son apogée depuis les années 1930 du XXe siècle. Dans son ouvrage intitulé Les paysans du delta tonkinois, publié en 1936, Pierre Gourou dénombre de 15 à 32 parcelles sur un hectare de terre cultivée au centre du delta. Le processus de parcellisation continue ensuite de s’amplifier.

4L’objectif de cette contribution, c’est d’une part d’expliciter au travers d’exemples les innovations auxquelles procèdent les paysans pour survivre ou se développer en dehors du système des coopératives et, d’autre part, de mettre au jour la démarche et la méthodologie mises en œuvre pour analyser ce passage d’un modèle agricole traditionnel fondé sur des coopératives sans coopération vers un modèle fondé sur des coopérations sans coopératives.

Transformations rurales et pluriactivité au Viêt-Nam

5En 2000, la surface moyenne par foyer agricole au Viêt-Nam est de 0,7188 ha, et dans le delta du fleuve Rouge, elle est de 0,2567 ha, mais la surface cultivable est encore moindre : elle est en moyenne de 0,21 ha (ou 6 saos vietnamiens). Au Nord, la surface cultivable est de 0,5 ha, au Centre elle varie entre 0,4 et 0,6 ha et dans la région du delta du fleuve Cuu Long elle va de 0,6 à 1 ha (Nguyen Duc Truyen 2006).

6Ces comparaisons montrent l’étroitesse des terres cultivables dans la région du fleuve Rouge. On ne peut comprendre cette extrême parcellisation que si l’on se réfère aux différents mouvements du foncier qui ont jalonné l’histoire du Viêt-Nam et que nous rappelons brièvement. La structure agraire au temps de la colonisation française, donc avant 1954, montre une concentration des terres aux mains des propriétaires terriens au détriment des exploitations paysannes. Avant la guerre et dans les années 1930, près de 50 % des terres cultivées appartenaient aux propriétaires fonciers (qui constituent 3 % seulement de la population) et 9 % de ces terres étaient aux mains des Français. Les terres communales, sous le contrôle des propriétaires fonciers et des riches paysans, en formaient 12 %. Le reste (30 % de la surface cultivée) appartenait aux paysans qui constituent 90 % de la population.

La réforme agraire de 1953 : redistribution des terres et autosubsistance

7Pour corriger cette inégalité du partage des terres agricoles, l’État vietnamien avait réalisé une réforme agraire entre 1953 et 1956 en procédant pour les foyers agricoles au Nord Viêt-Nam à une redistribution terrienne vraiment égalitaire. À son tour, cette réforme a rendu l’agriculture et l’économie du pays d’après guerre plus performantes. Elle donne une chance aux paysans pour reprendre l’initiative en consolidant leurs exploitations tout en cherchant à optimiser la relation entre les facteurs nécessaires à la production agricole, tels que la terre, le travail et le capital. Cependant, cette redistribution égalitaire des terres agricoles ne peut en aucun cas résoudre la question du manque de terre agricole, de plus en plus ressenti au sein du delta.

8Pour pallier ce manque de terre agricole, les foyers du delta du fleuve Rouge ont, dans le passé et jusqu’à présent, choisi de pratiquer une agriculture intensive, avec plusieurs récoltes par an : toutefois, cette stratégie était possible à condition de disposer de ressources pour le faire. Cependant, cette multiplication des récoltes exige d’importants investissements concernant les variétés de riz, l’engrais, le travail d’entretien et l’irrigation pour maintenir la qualité productive du sol pendant une année et d’une année à l’autre. Les foyers paysans du delta, dont la grande majorité ne possèdent rien d’autre que leur force de travail familiale, ne peuvent subvenir à leurs besoins élémentaires qu’en pratiquant une agriculture d’autosubsistance. Dans le cadre de cette économie de subsistance, les foyers paysans doivent chercher à vendre leur force de travail disponible pour des activités économiques qui demandent moins ou peu d’investissements. Cette parcellisation des terres héritée du passé et faiblement reconfigurée par la réforme agraire va devenir l’un des arguments de l’appareil politique pour procéder à la collectivisation des terres.

Tableau n° 1 Structure foncière avant et après la réforme agraire au Nord Viêt-Nam (par membre du foyer), d’après Chu Van Lam, 1995.

Tableau n° 1 Structure foncière avant et après la réforme agraire au Nord Viêt-Nam (par membre du foyer), d’après Chu Van Lam, 1995.

La réforme des années 1960 : la collectivisation des terres et ses crises (1960-1980)

9À la fin des années 1950, le modèle socialiste de la construction économique et politique du Nord Viêt-Nam a imposé une politique de collectivisation dans l’agriculture et dans l’économie rurale. La révolution socialiste, dont la collectivisation agricole est l’un des principaux mécanismes, supprime le droit de propriété individuel de la terre et des moyens de production, alors que les paysans commençaient à se réapproprier les terres redistribuées au cours de la réforme agraire. Quand ils participent, au début des années 1960, aux coopératives agricoles, leurs terres et moyens de production sont transformés en propriété collective des coopératives. Ces coopératives entendaient répondre au problème de la parcellarisation des terres agricoles par un constant et progressif élargissement de l’échelle des coopératives (du niveau du hameau à celui de la commune ou du district). Cependant, ce modèle de collectivisation agricole a séparé les travailleurs-paysans de leur terre et de leur processus de production agricole en les transformant en salariés agricoles.

10À partir des années 1980, ce modèle engendre crise sur crise. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons liées au fait que ce modèle n’a pas pris en compte l’intérêt des paysans, que l’inefficacité du travail collectif a été révélée au grand jour, que la particularité de la production agricole et le rôle de l’économie familiale dans une société rurale n’ont pas été intégrés dans ce modèle. Pour tenter de dénouer les effets pervers de la collectivisation, des mesures visant à renforcer ce modèle plutôt que de l’abandonner se sont avérées toutes plus inefficaces les unes que les autres. Seules les initiatives de retour à l’économie domestique apporteront des solutions pratiques et efficaces.

11À cette époque de la collectivisation agricole, les activités économiques d’appoints non agricoles existent et les plus développées sont le commerce, la vannerie, la broderie, la menuiserie ; elles étaient développées dans le cadre des coopératives artisanales subordonnées aux coopératives agricoles. Mais bien d’autres activités étaient développées dans le cadre des foyers isolés, à l’échelle familiale, annonçant de fait le retour souhaité par les paysans à l’économie domestique : certes, il se fait dans l’ombre à partir des contrats forfaitaires clandestins qui remplacent certains travaux collectivisés par les travaux réalisés par les membres des foyers paysans comme avant la collectivisation. Les paysans choisissent de désobéir pour survivre. Ces activités illégales des paysans sont accomplies fréquemment avec la complicité des responsables locaux à différentes échelles de direction. Ce ne sont que des stratégies de survie. Le choix pour les paysans est simple : survivre pour ne pas connaître la faim ou bien appliquer les normes et les directives en mourant de faim. Ces pratiques illégales, vivement critiquées au début des années 1970, ont été officiellement acceptées et mises en œuvre par l’État à partir des années 1980.

Retour à l’économie domestique : du collectivisme à l’économie de marché (1980, 1986 et 1993)

12Le décret 100 (1981) du comité central du Parti communiste vietnamien appelé par les paysans « le forfait à la tâche » institue les premiers jalons de la décollectivisation, sans toucher aux statuts juridiques des coopératives collectivistes. Il faudra attendre le VIe Congrès national du Parti en 1986 pour que le modèle de collectivisation agricole soit directement critiqué comme principal obstacle à la réforme agraire. Dès lors, la voie est ouverte pour que soit reconnu le statut juridique de l’économie domestique dans l’économie nationale. C’est le retour à l’économie domestique et l’apparition de la loi foncière en 1993, qui certifie le droit d’usage des terres des foyers agricoles, confirmant ainsi le début de la décollectivisation.

13Le processus de décollectivisation au Viêt-Nam s’est fait de manière graduelle, avec le transfert du droit de propriété terrienne, seul acte de proclamation de l’État. Les terres agricoles autrefois propriétés collectives des coopératives agricoles sont désormais propriétés de l’État. Les foyers paysans n’ont que le droit d’usage des terres et non le droit de propriété des terres comme avant la collectivisation agricole. Toutefois, ce transfert, avec le droit d’usage qu’il permet, change profondément le rapport entre les paysans et la terre en les rendant maîtres, sinon propriétaires de cette dernière. La décollectivisation et le retour à l’économie domestique qu’elle suscite masquent toutefois, dans cette période, un élément central et décisif auquel vient se heurter la logique de l’économie domestique : l’introduction de l’économie de marché.

14Après la décollectivisation agricole au Viêt-Nam, de nouveaux rapports sociaux se créent dans les campagnes, au moment où le pays entre dans la transition vers l’économie de marché. Avec l’introduction des lois du marché et de la compétitivité dans la vie économique locale, les coopératives agricoles de production sont démantelées et on confie l’ensemble des opérations productives aux entités familiales (agriculture, artisanat, petite industrie). Avec le Doi Moi, la restauration de l’économie domestique à partir de 1993 et la loi autorisant les foyers d’avoir une économie domestique, seules 5 à 10 % des terres restent du domaine communal.

15Au total, c’est dans ce passage de l’économie domestique pour s’adapter aux impératifs de l’économie de marché que se situe notre recherche, car cette transition est considérée comme point de départ de toutes les autres innovations en milieu rural, dont la pluriactivité. Ce qui émerge alors, c’est un champ d’activités pour les paysans, combinant activités agricoles et non agricoles, articulant activités liées et non liées à la terre comme les activités marchandes (atelier de réparation ou de couture par exemple). La période étudiée est celle de la transition qui démarre vraiment en milieu rural, après la loi foncière de 1993, qui transforme les rapports de pouvoir entre l’État et les paysans en rapports de coopération.

Des paysans à la recherche de leur survie

La pluriactivité pour sortir de la pauvreté

16La question étudiée au cours d’une dizaine d’années (1995, 2005), c’est celle du passage d’un modèle agricole traditionnel à un modèle fondé sur des coopérations sans coopératives.

17Le modèle agricole traditionnel est fondé sur l’organisation imposée des coopératives dont la propriété collective des terres agricoles occupe jusqu’à 95 % de la superficie totale de chaque commune. Dans le nouveau modèle, la terre agricole et sa gestion appartiennent désormais aux foyers agricoles. On passe donc de l’engagement de l’État dans l’agriculture à son retrait à partir de 1993 (Doi Moi). Le problème étudié est celui de l’accès au marché par une pluriactivité, dans un contexte de politique agricole de l’État en cours d’évolution. D’un côté l’État souhaite développer des politiques publiques centrées sur les coopératives avec une forte intensification de l’agriculture, de l’autre, les paysans souhaitent un investissement minimum dans ces coopératives pour développer la pluriactivité et participer aux échanges marchands. Un bel exemple de régulation entre l’État et le marché (Reynaud 1993) dont le paysan est l’arbitre : pour faire pencher la balance du côté d’un moins d’État et d’un plus de marché, les paysans vont se lancer dans la pluriactivité.

18Dans le modèle agricole nouveau, il y a un fort besoin de coopération sans coopérative, lié à la restitution des terres agricoles aux foyers en 1993 : cela signifie que les paysans ont besoin de coopération volontaire et non de coopération collectivisée au sein des coopératives. Ils ont besoin de coopérer pour la commercialisation des produits agricoles, le travail de la terre ou l’irrigation ou la fourniture des matériaux agricoles, y compris la vulgarisation des connaissances techniques ou encore pour réaliser les travaux de moisson, par exemple en échangeant des services (prêt de main-d’œuvre). Mais ils n’ont pas besoin de coopérative, car la coopérative collectivisée (l’ancien modèle d’avant 1993) ne permet pas ces échanges directs et ne reconnaît pas l’autonomie de gestion des activités relevant de l’économie domestique agricole, donc des familles paysannes. La coopérative traditionnelle signifie que l’on met ensemble tous les moyens de production comme la terre, les animaux de trait, les outils ou les machines agricoles. Dans ce cas de l’ancien modèle, l’économie familiale agricole repose sur un lot de terre de 5 % de la superficie de la totalité de la surface de sa commune, et c’est la coopérative et les « brigades de production » qui gèrent les 95 % de terres agricoles. Pour le dire brièvement, cela se passait comme suit : un groupe de hameaux gérait une partie de la surface et le chef de la brigade organisait les travaux ; le contrôle économique était réalisé par la coopérative (plan, action financée) et le travail était organisé par les brigades qui les gèrent au niveau du hameau.

19L’objectif est de comprendre comment s’articulent les stratégies traditionnelles agricoles avec des comportements d’innovation centrés sur la création de nouvelles activités non agricoles et marchandes, qui débordent le cadre de la coopérative, comme par exemple la création d’un atelier de réparation, la commercialisation d’équipements agricoles, le développement d’ateliers de confection. L’objet est d’analyser les relations entre les politiques publiques agricoles (PPA) et les stratégies paysannes : d’une part, identifier les besoins, les pratiques, les représentations et les stratégies des paysans ; d’autre part, rénover les structures (les PPA) pour mieux répondre aux attentes des paysans, en les aidant à inventer des formes de coopération nouvelles.

Le delta du fleuve Rouge

  • 1 Rappelons aussi qu’il y a eu un vaste programme de recherches financé par la France et portant sur (...)

20Pour comprendre la genèse, les modalités et les effets de cette transition, on a privilégié un terrain : le delta du fleuve Rouge. Nous avons choisi ce terrain de recherche car il a été le lieu de transformations socio-économiques et historiques complexes et profondes de la société paysanne vietnamienne dans le passé et à présent1, et il a connu tout le processus des deux transitions collectivistes et post-collectivistes mentionnées.

21Le delta du fleuve Rouge est formé par les alluvions de grands fleuves coulant des régions montagneuses du nord et du nord-ouest de la région côtière du sud-est du Nord Viêt-Nam : le fleuve Noir, le fleuve Rouge, le fleuve Thai Binh et le réseau qu’ils forment. Sur cet espace unique permettant une agriculture hydraulique, se trouve le noyau originaire de la civilisation vietnamienne. Cette dernière est décrite, au début du XXe siècle, par Pierre Gourou (1936) qui y note une forte concentration démographique, un paysage quasi exclusivement agricole et rural, une remarquable unité socioculturelle des habitants qui vivent dans les villages dont les institutions, coutumes et traditions caractérisent particulièrement la culture vietnamienne. C’est à partir de cette région que les Vietnamiens, depuis le Xe siècle, partaient conquérir vers le sud d’autres territoires, qui, ensuite, ont formé la nation vietnamienne. C’est aussi la région où, au milieu du XXe siècle, s’est établi au Nord Viêt-Nam le premier régime de la République démocratique indépendante, ancêtre du régime de république socialiste du Viêt-Nam, après la réunification du pays, en 1975.

22Dans le delta du fleuve Rouge, de par la taille limitée des exploitations agricoles familiales (0,22 ha par foyer rural) et la faiblesse des revenus issus de l’agriculture, la pluriactivité est une caractéristique ancienne de l’économie domestique rurale. Cependant, elle est plus ou moins importante selon les conditions géoéconomiques des régions et les capacités économiques des catégories de paysans. Dans les régions où la densité démographique est élevée et donc la disponibilité en terre faible, quelles sont les stratégies d’amélioration des revenus des foyers ? Globalement, il y en a quatre : l’intensification de l’agriculture, la multiplication du nombre de récoltes annuelles, le développement de l’élevage familial ou le recours à des activités non agricoles. Les activités économiques non agricoles à leur disposition sont l’artisanat, le petit commerce, la transformation des produits agricoles ou les services. Nous allons chercher à expliciter les raisons du choix de l’une des stratégies pour un groupe de paysans ayant telles ou telles conditions de travail et de vie, mais aussi la manière de développer l’activité non agricole retenue permettant d’améliorer leurs conditions de vie ou de développer l’économie domestique qui leur convient.

Le protocole de recherche

23La construction d’une relation de confiance constitue la première étape de la recherche. En effet, s’intéresser aux bricolages professionnels développés par les paysans signifie rentrer dans l’intimité de leurs choix et dans la mise au jour d’activités, certes tolérées, mais pas toujours officielles. Il fallait vaincre la crainte d’un contrôle fiscal et la méfiance à l’égard de cette ingérence dans ses affaires privées, mais il fallait aussi faire face à l’espoir déplacé que la présence des chercheurs se traduise par l’obtention de subventions. Tant du côté des chercheurs que du côté des partenaires de la recherche comme auprès des autorités et des populations locales, il a fallu gagner la confiance de tous et préciser longuement que les résultats n’allaient pas se traduire par des réponses à leurs demandes particulières, mais par des recommandations auprès des institutions publiques.

24La discussion libre avec les membres du foyer forme la deuxième étape de la recherche pour aller au plus près des pratiques des paysans. Il est loin d’être aisé pour le paysan de répondre à nos questions non seulement à cause des soupçons que ses réponses pourraient amener, mais aussi à cause des modes de pensée de chacun : pour le chercheur, on parle de revenus en argent, alors que pour les paysans, on parle de quantité de produits. Il faut donc chercher à les aider à raconter leurs activités et leurs revenus ou plutôt leurs dépenses. En effet, on oriente la discussion sur les dépenses en parlant de la quantité d’engrais achetée, pour les services de la coopérative, on parle du rendement atteint, et ensuite pour les revenus, on discute autour des activités ayant donné lieu à des dépenses (moyens de transport, machines achetées, etc.) pour estimer leurs ressources. On complète ces entretiens par des observations des activités et des moyens mis en œuvre : les tracteurs, les services d’irrigation pratiqués chez un voisin, la main-d’œuvre louée pour réaliser des travaux chez lui. On s’entretient aussi avec des fournisseurs de service ou des administrateurs de la commune : parfois les coopératives assurent des services comme l’irrigation, la vente des matériaux agricoles et louent les membres des foyers pour travailler les terres qu’elles détiennent encore ; on enregistre au magnétophone et on retranscrit sur le papier ce qui sera à exploiter.

25La troisième étape concerne la formulation d’hypothèses que l’on va opérationnaliser dans le questionnaire pour les tester sur le terrain par entretien, et reformuler si besoin. Les thèmes à discuter ou à approfondir au cours de la passation du questionnaire concernent la structure des revenus du foyer, les travaux réalisés, la division du travail, les dépenses, les aspirations et le jugement sur l’organisation des coopératives, sur les aides de l’État. Par exemple, l’État donne des microcrédits ou des cours de vulgarisation technique. Cela prend d’une heure à une heure et demie pour le questionnaire. En tant que coordinateur, je suis présent avec les enquêteurs (de 3 à 10 personnes) ; les périodes sur le terrain sont de une à deux semaines.

26La quatrième étape est un retour à l’entretien approfondi : plus d’une centaine d’entretiens sur des thèmes complémentaires ont été réalisés ; les propos sont enregistrés au magnétophone et retranscrits ; les thèmes discutés concernent les raisons des activités, la capacité d’adapter les stratégies, les difficultés et avantages des choix effectués. On limite la période d’investigation sur deux à trois ans et on se centre sur les personnes qui travaillent et en particulier sur la division du travail. Par exemple, le choix d’activités relevant de l’artisanat peut être lié à la tradition de la famille, à la capacité personnelle, aux compétences, aux ressources personnelles ou tout simplement à la situation géographique, comme celle, périurbaine, qui incite et facilite les échanges marchands.

27La cinquième étape concerne le traitement des données qui se fait avec des logiciels de type SPSS, mais aussi la construction de l’argumentation. L’interprétation se fait par une lecture des tendances liées aux hypothèses du début, au sein de l’équipe de recherche et de l’institution dans laquelle on présente les résultats. De plus, il faut interpréter les entretiens par analyse de contenu, ce qui sert à confirmer ou contredire les hypothèses. Si une tendance est difficile à interpréter, on va voir les entretiens pour comprendre les difficultés de l’interprétation ou bien pour nuancer la conclusion.

28La dernière étape concerne la restitution de la recherche aux personnes concernées. Une fois le premier rapport établi, on revient à la commune pour discuter : on voit un groupe de l’administration puis un groupe représentant les foyers. On présente oralement et on invite à discuter sur les thèmes : ils disent « c’est ça, mais ce n’est pas que ça ». Ils ajoutent et expliquent mieux les raisons de leurs choix : c’est la phase de confirmation des résultats et de confrontation avec les paysans.

29Globalement, les paysans sont rationnels. Ils sont conscients de leurs objectifs et cherchent tous les moyens convenables pour réussir. Côté politiques publiques, il semble préférable de les aider dans leurs pratiques et non de modifier leurs pratiques. Par exemple, on peut donner des informations sur les formes de vulgarisations techniques, sur des aides comme les microcrédits ou organiser des groupes de foyers (comme dans l’horticulture pour mieux organiser la culture dans les jardins, chercher les plans à haute valeur) qui vont ensemble apprendre les uns des autres, sur les manières de trouver des débouchés, ou les modalités pour avoir des produits moins chers.

Économie domestique et parcours paysans vers le marché

Émergence de la pluriactivité et ouverture d’espaces d’actions pour entreprendre

30Depuis le Doi Moi, la pluriactivité s’est fortement développée dans le cadre de l’économie domestique et dans ses rapports avec le marché. À l’échelle domestique, elle permet de valoriser les produits agricoles (cas de l’élevage), de valoriser la main-d’œuvre familiale durant les périodes creuses (cas de l’artisanat), d’améliorer l’autoconsommation (transformation des produits agricoles), et d’apporter des sources complémentaires de revenus. Dans le cadre d’une économie de marché, elle est l’occasion pour les foyers paysans qui ont pu accéder au marché de développer des activités de production marchande, d’adopter des stratégies entrepreneuriales en s’intégrant à l’économie nationale, parfois en dépassant la logique d’autosubsistance de l’économie domestique elle-même. Quelles sont les activités non agricoles qui sont source de revenus pour les foyers paysans ? Ce sont celles que choisissent les paysans au sein d’une palette d’activités variées et surtout adaptées à leurs ressources, puisque même les gens sans capitaux peuvent tout simplement vendre leur force de travail.

31Parmi ces activités repérées (Nguyen Duc Truyen 2006), il y a (a) la vente de main-d’œuvre pour les travaux de labour, (b) le repiquage ou le transport de fumier de la maison aux champs, (c) la vente des produits transformés tels que les graines de lotus ou les plantes médicinales (racines) dans la commune de Ninh Hiep, (d) l’occupation d’emplois salariés dans les ateliers de fabrication de tuiles, briques ou porcelaine, mais aussi (e) le recours à des activités artisanales et commerciales, conduites de façon plus ou moins professionnelles, telles que la maçonnerie, la menuiserie, la couture, le commerce de détail.

32De telles pratiques ne sont pas nouvelles, puisqu’elles existaient déjà au temps de la collectivisation, mais elles étaient encadrées par les coopératives afin d’éviter un trop grand rapprochement des paysans avec le marché, ce qui aurait pu les enrichir. En effet, pendant la période de collectivisation agricole, ces activités sont réalisées dans le cadre des coopératives et échappent donc au contexte de l’économie domestique. Ce contrôle est exercé dans le but d’empêcher un développement spontané des rapports sociaux de marché à la campagne. Les produits de ces activités sont échangés entre les unités de production collectives ou entre ces dernières et l’État, par un réseau de commerce étatique ou collectif, en tant qu’objets d’usage. Ils ne rapportent aucun profit aux producteurs ou commerçants. Ces activités, qui n’existaient que grâce notamment à la subvention de l’État ou de la coopérative, se sont progressivement dégradées. À partir de l’époque du Renouveau (1986), avec la restauration de l’économie domestique, ces activités se sont de nouveau développées. Considérées avant tout comme des moyens complémentaires d’autosubsistance (élevage, petit commerce, métiers d’appoint), elles ont été développées ensuite dans le but de procurer une source d’investissement pour la production agricole familiale (élevage, transformation des produits agricoles et alimentaires). Avec le développement de l’économie de marché, certaines de ces activités devenant hautement rentables, certains foyers ont abandonné l’activité agricole : c’est le cas des activités de commerce, de mécanique, de fabrication de produits pharmaceutiques, de produits de coton, du travail du cuivre dans la commune de Ninh Hiep, de produits de porcelaine dans la commune de Da Ton.

La décision de s’engager dans la création de l’entreprise : l’apprentissage

33Au cours de notre investigation, nous avons rencontré une vingtaine de responsables d’entreprise ou d’atelier. Avant de décider de se lancer dans la création d’une entreprise, tous ont déjà fait l’expérience de la diversification des activités et ont été confrontés aux réalités du marché. Sans aucun doute, ces essais ont facilité leur décision. Parfois réalisées dans la clandestinité lorsque le commerce privé est interdit, les activités artisanales ou commerciales ont fait l’objet d’un apprentissage et d’une concertation au sein de la famille.

34Prendre la décision de créer une entreprise engage toute la famille. C’est aussi une décision qui implique une prise de distance d’avec l’activité agricole, même si chacun garde par précaution quelques arpents de terre au cas où l’entreprise ne marcherait pas. Dans tous les cas observés, parents et enfants sont engagés dans l’aventure de l’entreprise avec une forte concentration des positions d’encadrement aux mains des membres de la famille et des formes de travail salarié diverses. L’initiative prise s’appuie sur une expérience antérieure soit du commerce, soit de la confection et varie d’un individu à l’autre : elle consiste à réinvestir dans l’entreprise des savoir-faire, une expérience familiale construite au cours du temps et des réseaux liés aux positions occupées précédemment. La flexibilité de la décision correspond aux marges de manœuvre qu’il reste, une fois une décision prise, c’est-à-dire à la possibilité d’articuler une activité commerciale de vente du coton avec par exemple une activité de confection de vêtement. Dans ce cas, la flexibilité désigne les réajustements opérés dans le cours de l’action en fonction des résultats obtenus.

35Prenons le cas de Bao qui débute le commerce du coton dans les années 1980 avec un capital de quelques dizaines de milliers de dongs, alors même que c’est interdit : « En 1986, on suivait les gens du village pour faire commerce de ce coton appelé veloutine que l’on apportait de Saigon vers le Nord en passant par la ville de Ha Dong où il y a beaucoup de tisserands et de commerçants qui font du commerce avec le coton. Mais ce commerce est alors considéré par l’État comme une activité illégale, car le marché libre est encore interdit. » Bao va alterner entre une activité commerciale et une activité de production en privilégiant la plus rémunératrice. Depuis 1989, Bao achète du coton au marché pour confectionner des vêtements (blue-jeans et bleus de travail) et les vendre : il se transforme en producteur « de 1 500 à 2 000 produits qu’il vend avec sa femme juste à l’intérieur de la commune avec un taux de profit de 10 %, tandis que le commerce de coton ne rapporte que 5 %, à cette époque ». Mais en 1993, le marché du coton se relève et il abandonne la confection pour se relancer dans le commerce du coton. Depuis 1999, le commerce de coton a chuté et il est revenu à la confection, car même si le taux de profit de la confection est moins élevé que celui du commerce du coton, « il est stable et plus sûr que ce dernier », dit-il.

36Bao est un citadin qui fait un retour à la terre à l’âge de 40 ans, pour vendre du coton ou pour fabriquer et vendre des vêtements de qualité. En effet, au début des années 1950, ses parents s’étaient installés à Hanoi avec les enfants pour exercer les métiers de la confection des produits en cuir et des bâches. Bao retourne à son pays natal en 1980 pour la seule raison qu’il ne pouvait pas trouver de travail à Hanoi, malgré un diplôme d’une école de formation technique et une maîtrise du métier de confection appris en travaillant avec un couturier professionnel. En retournant à la campagne, Bao et sa femme (mariés depuis 1984) doivent cependant accepter de travailler sur les rizières comme les paysans, tout en cherchant à faire du commerce pour combler des déficits de revenus, car leur terre agricole est trop petite. Ils n’ont que 6 saos (de 360 m2 chacun) et ils vont retrouver la maison laissée vacante par leurs parents. Ils ont un toit, une expérience familiale de la confection, de quoi subsister (150 kg de riz par sao en moyenne) et surtout des réseaux à Hanoi. Voilà les composantes qui sont intervenues dans leur décision, encore une fois pour sortir de la situation de précarité rencontrée à Hanoi.

37De même, la famille de Van Sun va prendre ses distances avec la terre et créer un atelier de confection dans lequel vont travailler toutes les personnes de sa famille sauf sa fille qui est comptable dans une coopérative de services. Sa famille a reçu 5 saos de terre agricole, mais, dit-il « on ne s’intéresse plus aux travaux agricoles et j’ai loué des salariés pour travailler les terres en leur payant des jours de travail pour chaque sao de terre. Ce qui compte pour moi, c’est de pouvoir garder mon droit d’utilisation de mes terres pour éviter des risques alimentaires quand les travaux non agricoles sont menacés ou en perte ».

38La stratégie de Van Sun est claire : d’un côté, il s’agit d’innover en se détournant de l’activité agricole au profit de l’activité artisanale et, de l’autre, de développer une conduite de précaution relevant d’une attitude plutôt conservatrice en gardant ses terres qu’il fait travailler par d’autres personnes.

39Enfin, Dinh, qui est âgé de 73 ans, en tant que paysan, dit qu’il a encore deux saos forfaitaires de rizière confiés par l’État depuis 1995 : « Cette terre ne rapporte pas beaucoup. Si la récolte est bonne, on peut gagner 150 kg par sao, mais avec les investissements, il ne reste que 50 kg par sao, mais je veux bien garder ces relations intimes avec les rizières et je regretterais beaucoup si on devait abandonner ses terres. »

40Mais il s’intéresse au métier de confection pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que le village pratique depuis longtemps le travail du cuir, mais aussi la confection de bâches. Beaucoup de villageois ont pratiqué ce métier dans la rue de Ha Trung, au centre de Hanoi, depuis les années 1950. Les rues des métiers à Hanoi prennent leur source dans les villages à la campagne qui souvent préparent les produits qui seront vendus dans la capitale. Ensuite, depuis 1986, l’État décide de libérer les marchés intérieurs, et les commerçants à Ninh Hiep en ont profité pour faire le commerce de cotons des provinces du Sud vers le Nord : « On a confectionné des vêtements puis, on les a apportés vers le marché de Dong Xuan au centre de Hanoi pour vendre. J’ai acheté chaque fois des milliers de mètres de coton dans la commune pour fabriquer des vêtements comme un entrepreneur ».

41Enfin, il était le président d’une coopérative de couture des produits de cuir et de bâche. Or, cette coopérative est désorganisée en 1993, pour s’adapter aux exigences d’une économie de marché en revalorisant l’économie domestique. Bien entendu sa position lui a permis de bénéficier de quelques avantages en termes de compétences et de réseaux.

42Voilà trois trajectoires qui relèvent de la même stratégie : développer des activités artisanales innovantes, tout en conservant l’usage des terres qu’ils font travailler par d’autres. Mais chacun d’entre eux a une histoire singulière et une expérience personnelle qui seront mobilisées pour changer d’activité. La socialisation au nouveau milieu professionnel est déjà faite lorsque ces pères de famille prennent la décision de créer une entreprise.

Le choix de l’entreprise : entreprise familiale ou « atelier à façon »

43La deuxième décision est celle du choix du type d’entreprise : une entreprise familiale qui semble être un préalable pour choisir d’organiser un atelier qui mobilise alors des dizaines de personnes.

44Une première figure d’entreprise est du type de celle que Bao a créée : une entreprise familiale de 15 personnes, dont 10 salariés et 5 personnes de la famille, le père (chef d’atelier), la mère, les deux fils qui font le contrôle qualité et les travaux extérieurs, et la fille qui s’occupe du kiosque au marché du village. Certains salariés travaillent « à façon » et reçoivent des pièces de coton pour faire chez eux certaines opérations simples et d’autres salariés qualifiés montent les deux pièces achevées en forme des pantalons et font les initions. Pour les salaires : « on fixe des salaires pour les gens qui travaillent dans l’atelier, de 500 000 à 800 000 dongs/mois. Ces gens habitent avec nous et ont bénéficié aussi des allocations de logement, des primes pour les repas ou pour l’électricité et l’eau, etc. Pour les gens qui travaillent à façon, la rémunération est calculée selon les exigences techniques des produits : pour faire les deux pièces d’un pantalon, on paye de 700 à 1 000 dongs/pièce ».

45Le travail de confection est divisé en trois phases : la première est la coupure des cotons en morceaux pour en faire les deux pièces d’un pantalon : c’est le travail qualifié qui est réservé au chef d’atelier ou aux salariés qualifiés. Bao raconte que « le modèle est donné par le chef de contrat ou le magasin qui commande, mais si l’atelier veut faire ses propres pantalons, on prend le modèle qui est le plus demandé sur le marché pour l’imiter ». La deuxième, la moins qualifiée, est de faire les deux poches palatines invisibles et la fermeture devant ; pour la pièce de derrière, il faut attacher les deux poches visibles. La troisième est de faire surfiler ces deux pièces et les monter en forme de pantalons puis faire la ceinture. La quatrième est le travail de finition dont « les travaux simples sont de couper les morceaux de fil qui restent ou de faire des boutons et boutonnières puis d’attacher les marques ou de faire l’emboîtement ; les travaux complexes sont le lavage, la vaporisation et la broderie qui doivent être réalisés sur les grandes machines industrielles dans la grande usine d’État de Duc Giang et là on paye le service rendu », dit le chef d’atelier.

46La deuxième figure est celle de l’atelier de confection à façon. Van Sun a créé une petite entreprise de confection qui dépend des commandes faites par les chefs de contrats. Le chef d’atelier reçoit ce contrat et pour maintenir le fonctionnement de l’atelier en permanence, lisser la charge et avoir toujours assez de travail pour satisfaire la main-d’œuvre qu’il emploie et la concurrence est forte car selon les informations de l’administration locale, dans le village, il y a 1 200 personnes qui font ce métier de confection. Pour attirer la main-d’œuvre de tous les coins de la région, « on a, dit le chef d’atelier, donné des logements aux gens à loger, mais aussi à manger et à vivre comme dans sa propre maison sans devoir payer le loyer, le manger, l’électricité et l’eau ». Il y a trois ouvrières qui arrivent de différentes provinces de la région du Nord comme les celles de Bac Ninh et de Thai Nguyen. Ce sont des filles qui sortent de la campagne depuis très petites en apprenant sur le tas ce métier dans les ateliers de confection à Hô Chi Minh Ville ou à Hanoi. Quand elles rentraient dans leur pays natal elles voulaient chercher un travail près de leur famille et elles venaient donc travailler à la commune de Ninh Hiep sur recommandations de leurs amies. Le travail est davantage divisé et spécialisé dans l’atelier, de façon à pouvoir donner du travail à une main-d’œuvre peu qualifiée. Il faut tout d’abord (a) voir et concevoir le modèle selon les formes qui sont créées et montées, mais aussi définir les techniques nécessaires pour mettre en forme des morceaux en produits finis. (b) Ensuite, on doit surfiler et confectionner des pièces, puis monter ces pièces pour avoir des produits finis, ce qui nécessite des qualités. Ce travail exige des techniques plus difficiles pour éviter des fautes inacceptables. (c) Enfin, la finition des produits en faisant laver et repasser des produits qui seront mis en boîte, ce qui n’exige pas de qualification.

47Les filles dans cet atelier disent qu’elles apprenaient ce métier en travaillant comme les assistants des tailleurs dans leur atelier. Même le ils du chef d’atelier doit apprendre ce métier chez un autre tailleur puis ouvrir son atelier familial. Le chef d’atelier dit aussi « qu’il n’est pas nécessaire pour eux de connaître à l’avance ce métier pour pouvoir ouvrir un atelier. On peut l’ouvrir puis louer des gens qui connaissent ce métier de A à Z ».

48L’encadrement est exercé par le ils du chef d’atelier qui travaille comme les chefs d’équipes en guidant et surveillant les travaux des ouvrières du point de vue technique. Le chef d’atelier veille au rythme de production et à la quantité des produits. Les ouvrières travaillent sur les machines et assurent toutes les opérations productives de l’atelier. Le mode d’organisation est fondé sur l’imitation d’un modèle : on demande aux ouvrières de travailler selon les opérations exigées qui ont été explicitées à partir du modèle. À part les exigences techniques, les ouvrières doivent assurer la quantité des produits dans un délai fixé ainsi que la rentabilité de l’atelier. Pour les raisons pratiques, au temps des récoltes agricoles, tout le monde doit se concentrer sur les travaux de récolte et ne peut donc pas aller au marché ou faire autre chose. Même les ouvrières des ateliers de confection qui ont leur famille à la campagne doivent rentrer chez elles pour aider leurs parents, c’est une obligation inévitable.

Le travail d’organisation du marché

49La troisième grande décision concerne la manière de se rapprocher du marché et de ses règles de fonctionnement : ils procèdent à l’identification des clients et de leurs besoins, au repérage des réseaux de distribution, à la fixation des prix et des quantités. Les clients sont à la fois des consommateurs particuliers et des commerçants de gros qui envoient le « chef de contrat » du magasin ou d’autres entrepreneurs dont l’atelier reçoit des contrats qu’il ne pourrait pas honorer sans cette coopération de sous-traitance : « Les consommateurs achètent les produits au kiosque de la famille dans le marché de Ninh Hiep ou à la maison, si je les connais déjà. La grande majorité (80 %) des produits est vendue au marché local, le reste (20 %) est vendu juste par moi-même dit le chef d’atelier. Pour attirer les clients à venir acheter des produits à l’atelier, le prix de la vente au détail est le même que celui de la vente en gros. »

50Pour garder des relations d’affaires durables, il faut avoir un avantage comparatif par rapport à d’autres ateliers, notamment ceux à l’intérieur de la ville de Hanoi qui doivent louer les surfaces dont le loyer est très élevé. Le prix des produits servira de variable d’ajustement ; il est conditionné par la négociation entre le chef de contrat et le chef d’atelier qui reçoit ses commandes : « pour être compétitif par rapport à d’autres ateliers on doit assurer la qualité des produits et diminuer le prix du travail. Pour diminuer le prix du travail à façon des produits reçus, je donne les matières premières secondaires comme le fil, les cotons des poches ou les fermetures, etc., pour que ces partenaires travaillent pour moi », dit Bao.

51Pour les produits de l’atelier, Bao calcule le prix des cotons et le coût des emprunts d’argent pour acheter une grande quantité de coton de façon à diminuer le prix des produits : « On doit négocier aussi avec les salariés pour avoir un prix du travail acceptable en les aidant à avoir des conditions de vie plus ou moins agréables. Car si on imite le modèle d’un produit connu sur le marché, on doit vendre ces produits avec un prix plus bas que celui des produits originaux. »

52Les clients des produits de confection à Ninh Hiep sont surtout des ruraux. Ce marché rural a des caractéristiques particulières dont l’essentiel est qu’il fonctionne selon le rythme des saisons et les exigences des récoltes agricoles. Les paysans ne recherchent pas des habits à la mode comme le font les habitants des villes. De plus, ils n’ont pas suffisamment d’argent pour acheter des vêtements toute l’année, ils se limitent à des achats lors des changements de saison, davantage dans un souci de protection de leur santé, surtout en hiver. Il y a une autre raison pour qu’on doive acheter de nouveaux vêtements, c’est à l’occasion des fêtes annuelles ou de la rentrée des écoliers qui sont des moments importants pour la représentation de soi. Les chefs d’atelier de confection à Ninh Hiep doivent donc calculer leur rythme de travail pour s’adapter aux demandes du marché rural.

53Rester compétitif sur le marché est le souhait de tous nos interlocuteurs : outre produire au bon moment et à un coût acceptable, encore faut-il ajuster les salaires au travail effectué. Mais quel est le prix du travail ? Prenons le cas de cet atelier de confection qui fabrique des vêtements d’enfant coupés selon un modèle combiné entre la chemise et la robe. Pour ce chef d’atelier, la question n’est pas de chercher des produits rentables sur les marchés, mais de chercher à assurer la productivité des travailleurs loués pour un certain seuil de rentabilité souhaitable. Le chef d’atelier ne doit pas s’occuper du prix et de la commercialisation de ses produits, mais doit veiller à réaliser le contrat que lui demande de réaliser le chef de contrat. Le prix des produits est fixé en fonction de la quantité commandée par le chef du contrat. Le prix du travail à façon est lié tout d’abord aux demandes des chefs de contrat et aux évaluations de la valeur financière des travaux à réaliser, valeur que proposent les chefs d’atelier qui reçoivent le contrat. Une négociation de prix entre ces deux partenaires va décider du prix du contrat et du travail à façon. De plus, le prix du travail dépend des exigences techniques des produits. On distingue deux types de produits : les produits ordinaires et les produits imitant ceux fabriqués par les grands producteurs liés aux grandes marques commerciales dans le monde comme les jeans Levi’s, Lacoste, etc. C’est le travail à imiter les produits connus qui demande toujours une compétence supérieure de la part des travailleurs sur des machines professionnelles complexes qui exige d’eux une grande habileté technique. Enfin, au-delà de cette négociation employeur-travailleur, le chef d’atelier intègre d’autres coûts : le prix du travail à façon est lié aussi au calcul et aux décisions des chefs d’atelier. D’après ces derniers, à Ninh Hiep, la rémunération pour les salariés est payée à la journée. On fixe un prix de 30 000 dongs/jour, puis on ajoute des allocations complémentaires comme le logement et la nourriture ou une somme correspondant à l’amortissement des machines. Le chef d’atelier dit que « si chaque ouvrier faisait de 70 à 100 produits/jour, il pouvait lui donner de 70 000 à 100 000 dongs/jour. Mais avec les allocations complémentaires, ils peuvent gagner de 50 000 à 60 000 dongs/jour de plus. Ce qui reste pour nous, c’est très modeste ».

Conclusion

54Les problèmes de la région du fleuve Rouge sont connus de longue date et Gourou (1936) indiquait déjà l’importance de la densité humaine. De même, Dumont (1935, cité par Teissier et Fontenelle 2000, p. 494) notait qu’« aucun progrès sensible ne pourra être réalisé tant que le delta portera un excès de population, qu’il ne peut, dans les conditions économiques actuelles, nourrir convenablement et occuper normalement ».

55L’intervention de l’État pour redonner de l’initiative aux paysans était plus que nécessaire. Dans les espaces créés par la politique d’ouverture au marché, les paysans se lancent dans la pluriactivité : il s’agit d’une décision qui engage souvent toute la famille pour sortir de la pauvreté, elle repose sur le choix du type d’entreprise et l’invention d’une organisation pour affronter ce marché et pérenniser l’entreprise.

56Les politiques publiques favorisent le développement des activités non agricoles qui sont plus encouragées que les activités agricoles : élevage, artisanat, commerce. On ne demande pas de taxe pour ces activités, alors que les activités agricoles sont taxées. Il y a une norme d’imposition sur la terre et une taxe sur les produits agricoles, alors que pour l’élevage, il n’y a pas de taxe, sauf pour entrer sur le marché.

Bibliographie

Bergeret P., 1995, « Un tournant de l’agriculture vietnamienne », Les nouveaux paysans du delta du fleuve Rouge, Hanoi, Études vietnamiennes, n° 45 (115), 18-32.

Chu Van Lam, 1995, « 45 nam nong nghiep Viêt-Nam », Vien Kinh Te Hoc, 45 nam kinh te Viêt-Nam, Hanoi, Khoa hoc xa hoi, p. 99.

Gourou P., 1936, Les paysans du delta tonkinois, Étude de géographie humaine, Paris, Les Éditions d’art et d’histoire (publication de l’EFEO).

Nguyen Duc Truyen, 2006, Politique de l’État vietnamien et stratégies paysannes, l’exemple du delta du fleuve Rouge, 1945-2005, Paris, thèse EHESS, 371 p.

Reynaud J. -D., 1993, Les règles du jeu, l’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin.

Teissier O., Fontenelle J. -P., 2000, « Pression démographique et contraintes politiques : la paysannerie du delta du fleuve Rouge dans la tourmente du XXe siècle ». Gubry P. (éd.), Population et Développement au Viêt-Nam, Khathala-CEPED, p. 495-527.

Notes

1 Rappelons aussi qu’il y a eu un vaste programme de recherches financé par la France et portant sur les transformations repérables au sein du fleuve Rouge.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 Structure foncière avant et après la réforme agraire au Nord Viêt-Nam (par membre du foyer), d’après Chu Van Lam, 1995.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/4656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

Enseignant-chercheur
Académie des sciences sociales du Viêt-Nam, Hanoi VASS

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search